Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 6
La version six est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'anniversaire du forum et la rentrée, venez fêter avec nous !
Découvre tout ici
Joyeux anniversaire !
Mumblemumps vient de souffler sa première bougie. Venez la célébrer avec nous !
Plusieurs animations ont été mises en place pour festoyer comme il se doit !
Jette un oeil aux animations !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

The fine art of poisoning ♔ Ophélia Deslunes

Invité
Consumed by the shadows
avatar

Ophélia Deslunes
avec Dita Von Teese (Tumblr)
Magnifique dame qui travaille comme professeur de musique depuis Septembre 1999 ans. Elle est né(e) à Salers, France en ce beau jour qu'était le vingt-sept Décembre 1957 en tant que née-moldue ; à présent elle vit à Londres. Lors de son passage à Beauxbâtons, son niveau scolaire était moyen. Elle est plutôt élégante, charismatique, séductrice, raffinée, fière, créative, ambitieuse, calme, calculatrice, mystérieuse mais aussi manipulatrice, exigeante, sarcastique, rancunière, froide par moments. Lorsque les dinosaures vivaient encore, elle s'est procurée une baguette faite en bois de tremble, mesurant trente centimètres et contenant une tentacule de corail magique violet d'Australie. Baguette fine et élégante, d'un blanc pur, orné d'une magnifique Opale noire à la poignée. Avec cette baguette, il lui est possible de créer un patronus - le sien prend la forme d'une Méduse, délicate, magnifique, brillante, mais mortelle de son poison douloureux. La vision qu'elle a eu face au miroir du risèd : Nul besoin de rêver plus loin, elle a déjà tout ce qu'elle veut, elle vit sa vie rêvée. Face à ce type de miroir, elle se verrait simplement assise, violoncelle en main, à jouer sa musique pour un public attentif. . Mais la vie n'est jamais entièrement rose, la preuve avec les épouvantards. Épouvantard bien particulier, celui-ci ne prend pas de forme visible. Lorsqu'un épouvantard croise le chemin de la sorcière, celle-ci n'entend soudainement plus rien. La surdité, l'incapacité à entendre la beauté de la musique et du monde, voilà ce qui l'effraie le plus. Vous devinerez alors qu'il lui est très difficile de combattre ces créatures... comment rendre ridicule le silence absolut ?, dans son cas.
We have more questions...


ϟ  Quel est votre opinion sur l'épidémie ? Je sais trop bien ce qui s'en suivra. Si cette épidémie prend de l'ampleur, la souffrance des sorciers sera encore plus grande que cette ayant suivi la guerre. Un monde sans magie, pour quelqu'un ayant connu celle-ci, est la plus atroce des souffrances. Je l'ai vécu, je l'ai vu au travers du regard de mon grand-père, cracmol. Il n'y a rien au monde de plus difficile pour un sorcier. La suite des choses s'annonce mal, très mal. Si je n'ai aucune confiance en le Ministère, j'ose espérer qu'il saura gérer ce trouble, sans quoi nous allons tous devoir faire face à cette horreur.

ϟ Que pensez-vous du nouveau directeur de Poudlard ?  Qu'il soit nouveau, ça ne change rien pour moi, puisque je viens tout juste d'arriver. Pour moi, c'est le directeur de Poudlard, point. Mon avis sur lui ? Je n'en ai rien à faire. C'est un homme parmi tant d'autres. Personne ne le connait vraiment, et pour ma part, je ne cherches pas à le connaitre plus. J'ai entendu sa voix auparavant, comme j'en ai entendues des centaines d'autres. Aussi longtemps qu'il saura remplir son poste correctement, et qu'il ne se mêlera pas de ma vie, il en sera de même pour moi.

ϟ Le partenariat magique entre les écoles est-il une bonne chose ?  Mon avis sur le sujet n'a pas d'importance. Dans ma vie, j'ai toujours travaillé avec des sorciers du monde entier. J'ai voyagé, j'ai partagé mes connaissances et découvert les autres cultures. Ça fait parti de moi, de ma vie. Je ne sais pas pour ces jeunes, je ne sais pas s'ils sauront en faire le meilleur. Je leur souhaite. Toutefois, je le sais trop bien, suite à cette guerre, les chances que chaque culture se tourne l'une contre l'autre est grande. À voir s'ils sauront se réconciler.

ϟ Quel était votre camp lors de la Grande Bataille ? J'ai tué pour les mangemorts, j'ai tué pour les autres également. Depuis des années, je ne prends pas parti. Dans ce monde, je suis la Suisse, au service de tous, mais du côté de personne. La Grande Bataille n'est pour moi qu'un autre événement. J'ai vu la souffrance qu'elle a engandré, mais je n'y ai point participé. Dans ce monde, le malheur des autres fait souvent mon bonheur. On me demande de tuer pour eux, ou l'on me demande de les divertir. Rien n'est plus payant pour les artistes que les temps sombres et difficiles, car c'est là qu'on s'aperçoit à quel point on a besoin d'eux. Et que dire de ceux qu'on paie pour faire le sale boulot à notre place....
The best day of my life...


Je le regardais de mon regard perçant, cigare à la main. Il m'avait dit de l'éteindre, ce à quoi j'ai répondu d'un sourire aguicheur et d'une bouffée de fumée. Il n'allait pas prendre le dessus. Personne ne prennait le dessus sur moi. Je connaissais cette voix et ce regard. Il ne m'avait jamais été important, mais je le connaissais, j'en étais certaine. Je ne savais plus pourquoi, mais un jour, sa photo devait être tombée entre mes mains, et on m'avait demandé de lui enlever la vie. Du moins c'était ce que je croyais. Lorsque je ne connaissais pas quelqu'un, mais que son visage – son regard dans ce cas – me disait qu'elle que chose, c'était certainement parce qu'on m'avait demandé de lui enlever la vie. Je ne pouvais pas en être certaine, mais j'aimais avoir foi en ma mémoire. J'avais refusé, il m'arrivait régulièrement de refuser, si le contrat me semblait futile ou trop risqué. Celui-ci devait avoir été dans la catégorie des futiles. Avec le temps, j'avais appris à reconnaitre ceux qui souhaitaient la mort d'un autre sur une simple impulsion, qui ne comprennaient pas les conséquences d'une telle chose. Je refusais de faire ce travail pour ces gens. Lui, avait probablement été l'un d'entre eux. À un moment, sa vie fut entre mes mains.
« Vous savez déjà que vous aller m'engager. Pourquoi me faire perdre mon temps ? »
Mon regard était posé et mon ton calme, à la fois assuré et indifférent. Tous deux, nous savions que c'était lui qui avait besoin de moi, et non pas moi qui avait besoin de lui. Le programme que j'allais enseigner n'existait pas encore. Il allait être mis en place cette année-là, en espérant redonner un peu d'espoir aux jeunes sorciers suite à la Guerre. Il était venu à moi. Il avait besoin de quelqu'un de compétant pour combler le poste. Poudlard avait besoin de remonter sa renommée, ou de la conserver, je n'en avais aucune idée. Une chose était certaine, c'est que moi, j'avais déjà de la renommée. J'avais le talent et la poigne ferme nécessaire à l'enseigment.
« Vous n'avez pas encore le poste, je vous rappelle. »
« Oh bien sûr que si, mon cher. »
« Et qu'est-ce qui vous fait croire ça ? »
« Je suis assise ici, devant vous. Je ne serais pas ici, si je n'avais pas l'emploi. »
« Vous savez que ce n'est qu'un entretien d'embauche, n'est-ce pas ? »
« Oh non. Je ne fais pas d'entretiens. Vous le savez très bien.»
Lorsque je voulais quelque chose, je l'avais. Ça avait toujours été ainsi. Difficile de dire s'il s'agissait de mon talent, de mon assurance ou de ma prestance, ou plutôt l'ensemble de toutes ces choses, mais j'avais toujours eu ce dont je souhaitais. Cette fois ne faisait pas exception. Dans la vie, j'avais atteint des sommets que peu de gens avaient même pu souhaiter envier. J'avais accomplis des choses beaucoup plus difficiles que cela. Je n'avais pas à parler, je n'avais pas à me prouver. Le directeur de l'école savait que j'étais son meilleur choix. Le public parlait pour moi. Mon Nom parlait pour moi.

Il était sans mot. J'avais raison sur toute la ligne. Il avait préparé cet entretien par habitude, ou cherchant à imposer son pouvoir de Directeur sur moi, à voir. Pourtant, j'avais déjà le poste. Des musiciens de talent, dédié à l'emploi, ça ne courrait pas les rues. Il avait déjà une grande chance que je me sois intéressée au poste.

« Où sera mon bureau, que Veerly y dépose mes effets personnels ? »
L'elfe en question se tenait derrière depuis un moment déjà, les mains remplies de mes valises et de mon violoncelle.

 
ϟ Ton pseudo : Hessnellia ϟ Ton âge : 21 ans ϟ Ton avis sur mumblemumps : J'adore    ϟ Le mot de la fin : J'aime toujours autant croquer les gens    
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Oh, oh, it's magic, you know...

Les cordes de mon violoncelle vibraient, accompagnées de ma voix, qui ensemble, englobaient la salle d'un aura hypnotisant et mystérieux, disait-on. Une lueur violacée illuminait mon visage, mes mains et mon archet. Sous mes doigts, les cordes glissaient, dans le contrôle délicat et réfléchit que je leur imposais. Mon violoncelle chantait ses airs, illuminant chaque note d'une lumière bleutée, d'un bleu profond ou clair, selon la hauteur de celles-ci. Tel une fleur magique, mon instrument remuait ses pétales pour s'offrir tout entier à mon public. Rares étaient les fois où l'on me voyait la tête baissée, sauf lors de ces moments où je m’affairais à mes diverses mélodies.
Ce soir, je jouais en solo pour la première fois depuis des mois. Un sentiment paisible, profondément encré en moi, traversait mon corps tout entier. Jouer seule me faisait sentir si bien que rien, pas même un homme ivre et ingrats, n'aurait pu me déranger. Mes mouvements étaient lents, posés, élégants, voire même sensuels. Lorsque ma voix et mon violoncelle s'accouplaient, j'entrais pratiquement dans une transe, magique, incorruptible. Mon regard s'était levé un moment, se posant sur un homme assied au bar. Je l'observai un instant, sans interrompre ma performance. Il était de ces hommes à faire tomber toutes les femmes, cheveux bruns, regard d'un bleu clair et aux airs charmeurs, traits à la fois fins et masculins. Il était le genre d'homme à faire tourner le mystère autour de lui, attirant par le fait même les femmes des plus curieuses aux plus distantes. Un beau parleur, mais oh combien charmant. Son regard croisa le mien. Il leva son verre, je lui répondis d'un sourire, sincère et séduisant.

Le rideau tomba, et je restai immobile un instant. On m'applaudit, puis ceux-ci laissèrent place, au bout d'un moment, à des échos de conversations, vives et enjouées, particulièrement parsemées d'alcool. Je descendis de la scène au bout de quelques minutes, rangea mon violoncelle, et fit preuve de ma présence dans l'autre pièce, où le public se trouvait. Certains virent à moi, pour obtenir un autographe, un photo ou bien une conversation. J'offris les deux premiers à ceux que le demandaient gentiment. Le grand brun me regarda au loin. Je ne lui offris qu'un regard, tête levée et fière. Il s'empressa de terminer son verre, d'une traite, pour s'élancer vers moi. D'un pas assuré, je me dirigeai vers la sortie, accompagnée du son de mes talons sur le plancher de bois. L'air frais me glissa doucement sur le visage, lorsque j'ouvris la porte. Derrière-moi, l'homme s'effondra. Un cris stupéfait se fit entendre, mais fut rapidement tût par la porte qui se referma. Je m'allumai une cigarette, souffla une grande bouffée, puis du coin d’œil, observai la scène pas la fenêtre. Léger sourire satisfait, j'entrepris ma route sur le chemin de traverse...



Blossoming Soul




« C'est quoi cette porte? »

Éos regarda sa petite-fille un instant, silencieux.

***

Depuis des années déjà, la vie d'Éos avait été complètement chamboulée, puisque dès son jeune âge, il ne s'était pas avéré être celui qu'on attendait. Depuis des décennies, peut-être même plus, la famille Lluna avait un sang noble, un sang dit pur. Son père en était un, et bien que sa mère n'en fut point, on s'attendait à beaucoup des enfants issus de leur union. Premier enfant du couple, Éos grandit tel un enfant normal. Rien ne le rendait particulier, rien ne le rendait spécial aux yeux de ses parents. Ce qui fut le plus difficile pour l'enfant, c'était qu'on prenait pour acquis qu'il serait comme eux. Les années avaient passées, et même lorsqu'il atteint ses onze ans, il n'avait jamais fait preuve de magie. Un jeune sang-mêlé, dont le père était issu d'une famille pure et la mère issue d'une famille moldue – bien que magique – ne put que comprendre par un grand désarrois qu'il ne serait jamais ce qu'on attendait de lui. Sa sœur, Gaïa, de trois ans sa cadette, avait déjà fait preuve de magie deux années plus tôt. C'est à cet âge, à la onzième année de sa vie, qu'on cessa d'y croire, et qu'il fut étiqueté de ce qui changerait sa vie à jamais : Cracmol. Une tristesse énorme envahit son être pour les mois suivant. Pourtant, il s'en remis très rapidement. Sa petite sœur entamait sa première année à Beauxbâtons, et il préféra la supporter plutôt que de s’apitoyer sur son sort. La vie à la maison était dure, puisque leurs parents se chicanaient sans cesse. Leur père ne cessait de blâmer leur mère pour l'absence de magie de leur fils. Plus conservateur, plus axé sur le sang que jamais, il s'indigna devant cette femme qui avait déchu sa descendance. Que quelques semaines après qu'ils officialisèrent le status de cracmol de leur fils, le père quitta le foyer. Celui-ci eut un autre enfant, Arès, qui malgré les efforts de celui-ci à reprendre sa lignée, il apprit quelques années plus tard que la mère était de sang-mêlée. Plus jamais, les Lluna ne seraient sang-pur. Toutes ces histoires, pourtant, n'intéressaient point Éos. Il vécu plusieurs années dans le monde moldu, mais ne laissa jamais tomber l'idée de s'intégrer au monde magique, qu'il adorait tant. Il demandait sans cesse à sa sœur de lui montrer ce qu'elle apprenait, et c'est ainsi qu'il développa une grande passion pour la botanique. Les images qu'il voyait dans les ouvrages de sa sœur l'inspira, et il décida de s'y plonger entièrement. Rapidement, ce fût lui qui aida sa sœur dans ses travaux. Lorsqu'il finit ses études chez les moldus, il chercha à devenir un apprentis botaniste, ce qui fut en vain. Il décida alors de voyager, d'un village sorcier à l'autre, à arpenter divers paysages aux climats variés, pour se construire un collection de plantes magiques toutes les plus singulières les unes que les autres. Au bout de plusieurs années, il fonda une boutique à Salers en France, village dans lequel se cachait un petit quartier sorcier. Sa demeure se situait à la frontière de ce quartier. Ainsi, la moitié de sa boutique se retrouvait du côté moldu, où l'on pouvait retrouver des plantes et fleurs de toutes sortes, ainsi que plusieurs gemmes et cristaux brut. L'endroit, à la fois rustique et coloré, avait un charme reconnu des habitants du village. Au bout de la boutique, tout au fond, un mur séparait les moldus du monde magique. Juste aux côtés d'une étalage remplie de pots de terre, une porte faisait le chemin entre les deux côtés. Cette porte, d'un bois teint violet, avait une forme bien particulière, avec des coin en spirales. Sur cette porte, une plaque d'un vert brillant annonçait : La magie commence ici


***

« Grand-papa, qu'est-ce qu'il y a derrière? »
« Tu peux la voir? »
« Bah si, c'est quoi cette question ! Elle est drôle cette porte !  »

Il la regarda un instant de plus. Son fils était un moldu, tout comme l'était sa femme. Aucun des deux ne pouvait voir cette porte, puisqu'elle était protégée de sortilèges repousse-moldus. Mais sa petite-fille, à cet instant, la voyait. Contrairement aux autres moldus, elle voyait. Il ne s'y était pas attendu, il n'avait jamais osé se faire de telles histoires. Pourtant, elle était là, et lui posait des questions sur ce qu'elle voyait. Une sensation étrange l'envahis, il ne put s'empêcher d'esquisser une sourire ému.

« Oh, Sallie, ma belle aurore, je suis tellement heureux que tu m'aies demandé ça! Viens, je vais te montrer. Ça, c'est un secret qu'on devra garder entre nous, Okay?  »
« Okay!  »

Éos regarda derrière lui, mais le magasin était vide depuis déjà un moment. La nuit était tombée, et Sallie devait bientôt aller dormir. Il mis la clef à la porte, ne souhaitant pas être dérangé. Il pris sa petite-fille par la main et l'emmena vers la porte.

« Vas-y, ouvre! »

Sallie le regarda un instant, puis tendis la main vers la poignée noire, qu'elle tourna rapidement. Lorsqu'elle ouvrit, une sensation bien particulière l'envahit. Quelque chose dans l'air la faisait sentir heureuse, comme si elle était enfin chez elle. Les yeux grands et brillants, elle découvrit un monde enchanté. La salle était pleine de plantes inconnues, dont beaucoup étaient d'une beauté incroyable. Elle regarda de tous les côtés, sourire aux lèvres. Partout, des plantes dansaient, brillaient, alors que d'autres chantaient ou se tortillaient dans tous les sens. L'arrangement de cette salle était bien différente du reste du magasin. Le sol était entièrement couvert d'un sol naturel, d'une pelouse douce et de mousses colorées, créant ensemble un lit douillet pour les pieds. La salle était grande, presque deux fois plus que  celle de l'autre côté. Elle était traversée d'un petit ruisseau, qui menait, à l'autre bout de la salle, à une fontaine sur un petit bassin d'eau. Sallie retira rapidement ses chaussures pour s'élancer vers de nouvelles découvertes. Elle suivit le ruisseau d'un pas enjoué, en tâchant d'observer les profondeurs de l'eau. Elle passa à deux doigts d'y tomber, mais la main de son grand-père le lui en empêcha. Elle se tourna vers lui en riant, puis se tourna pour continuer son observation. Figée un instant, elle s'élança d'un pas de course vers la fontaine et son bassin. Celui-ci était rempli de petites plantes bien particulières, qui émettaient beaucoup de lumière. Ces petites fleurs ressemblaient à de grandes fleurs de lotus, mais dont les pétales formaient des spirales, à la manière d'un lys. Ces fleurs étaient originaires du Japon, pays qu'Eos adorait. Elles se nommaient des Ryū-ren (Lotus du dragon), de la famille des Hanōsu-ka, et étaient originaires de Tsurītonbo-shima, une île sorcière au Japon. Il y en avait de plusieurs couleurs, mais une attira particulièrement l’œil de la jeune Française. La base des pétales était d'un noir très sombre, qui était suivit d'un violet à la fois profond et lumineux. Quelques pétales bleues claires ornaient le centre de cette fleur, créant une harmonie mystérieuse. Elle y passa un bon moment, avant de lever les yeux vers la fontaine. C'est alors qu'elle remarqua qu'il s'agissait d'une plante dont les tiges prenaient une forme majestueuse, et dont les fleurs avaient la forme de longues trompettes argentées. Celle-ci crachait de l'eau rosée. Pourtant, lorsqu'elle était entrée, elle avait cru voir que de l'eau verte s'en échappait.
Sallie passa la soirée à courir par-ci par-là, alors que son grand-père la suivait, lui expliquant de nombreuses choses sur ces drôles de plantes. Elle était émerveillée, elle qui n'avait jamais eu droit à quelconque histoire fantaisiste. Avant même d'avoir découvert ses pouvoirs, elle découvrait, jeune moldue, le monde magique dans lequel elle vivrait quelques années plus tard.

Magical Years



Septembre 1968, Beauxbâtons, France

J'avais mis peu de temps, suite à ma découverte du monde magique, pour faire moi-même preuve de magie. La journée suivant ma découverte de la boutique magique de mon grand-père, celui-ci m'emmena de l'autre côté de Salers, où je pus réellement voir le monde magique. C'était une chocogrenouille à la bouche, et un Fizwizbiz devant moi, que j’entendis l'histoire de mon grand-père, et que j'appris que j'étais moi-même sorcière, sans quoi je n'aurais jamais vu la porte.
Bien que née à Salers, je vivais désormais à Paris avec mon père, et je détestais l'endroit. J'avais toujours préféré me retrouver dans ce village, et avais toujours adoré mon grand-père, qui lui,  me comprenait. Il fut difficile pour mon père de comprendre tout cela, qui crut d'abord qu'il s'agissait d'une autre histoire inventée d'Éos. Micah avait toujours refus de me raconter de telles histoires, tellement son père lui en avait raconté et qu'il en fut dégoûté. Finalement, il fût convaincu de la véracité de ces histoires, lorsqu'il témoigna de ma première démonstration de magie. Rien de bien impressionnant, mais assez pour convaincre un sceptique : Rageuse contre lui, qui refusait de m'écouter depuis si longtemps, mes pieds s'élevèrent de quelques centimètres du sol. Cette sensation, je l'adorais, elle fut ma première sensation magique, précédemment vécue l'ingestion d'un Fizwizbiz. J'adorais ce que cette confiserie m'offrait, mais cette fois, je le fis moi-même, par accident. J'avais sept ans à ce moment.

Désormais, j'entrais à cette magnifique école qu'était Beauxbâtons. Ne sachant pas trop à quoi m'attendre, je ne fis que suivre les autres jusqu'à la répartition. Certaines personnes me firent la conversation en chemin vers l'académie, et j'appris que je n'étais pas la seule avec des parents sans magie, ce qui me rassura grandement. J'avais toujours eu un grande confiance en moi, mais l'idée d'entrer dans un autre monde, où j'étais une réelle excentrique, qui n'était pas sensé se retrouver là, me faisais tout de même craindre mon arrivée. Au moment de la répartition, moment qui me rendait si fébrile, quelque chose vint briser la magie, l'espace d'un instant. Quelques sorciers furent nommés avant moi, répartis puis envoyés vers leur toute nouvelle maison.
Sallie Jeanne Lluna
Mon nom résonna dans la pièce, et je bondis sur la pointe des pieds pour me diriger vers l'avant, fière. J'adorais me retrouver devant la foule et être le centre de l'attention. Depuis toujours, on m'avait dit que j'étais d'une beauté resplendissante, unique. Ma longue chevelure noire flottait derrière mes pas ambitieux. Le silence régnait, les regards étaient tournés vers ma jeune silhouette. Pourtant, quelques voix chuchotaient, non loin de là.

« C'est une blague ou quoi? »  
« Est-ce que tu la connais? Elle est de ta famille?»  
« Mais non, c'est pas possible. »
Je regardai les deux sorciers, plus âgés que moi, qui se trouvaient à la table de l'Écurie de l'Orchidée. Je ne leur portai qu'une brève attention, mais fût déconcertée un moment par l'air méprisant qu'un d'entre eu offrit, celui qui soit-disant pourrait être de ma famille. Je brassai légèrement le bout du nez de gauche à droite, relevai le menton, puis me rendit jusqu'à l'avant.
Ma future écurie devint celle de la Rose, j'enfilai délicatement mon ruban aux couleurs de l'écurie, dans une élégance frappante pour une jeune fille de mon âge, tout en m'avançant vers la table de mes congénères.

J'appris plus tard, que celui qui m'avait ainsi dévisagé, était effectivement de ma famille. Les Lluna, malgré leur statut de sangs-mêlés, donnaient une grande importance aux sangs, et furent les premiers à s'en prendre à moi à cause de ma descendance moldue, du moins salie d'un grand-père cracmol. Ils étaient trois de leur branche de la famille (Minos, Pan et Hygie), et j'étais seule. Mon orgueil en prit un coup, mais ça ne fut point négatif, puisque j'y vis alors une motivation pour prouver mes capacités. C'est toutefois à ce moment de ma vie où je cessai de m'identifier au nom de Lluna, qui me dégoûtait désormais.


***


Si plusieurs sorciers ont la vie difficile, mes années à Beauxbâtons s’avérèrent réellement magiques. Sans vraiment me démarquer dans mes cours, j'avais de la grande facilité dans ceux-ci, obtenant généralement la note louable. J'excellais particulièrement bien en botanique, potions et sortilèges. Mes années à Beauxbâtons furent particulièrement chargées, mais surtout, particulièrement enrichissantes. Rares étaient les fois où l'on me voyait en dehors des salles de cours et des clubs, et lorsqu'on m'y voyait à l'extérieur, je pratiquais, je travaillais, jamais je ne me reposais. Mon ambition et ma fierté étaient fortes. En plus des cours de bases et des options, je suivais de nombreux cours hors programme. Le plus important, ce qui apportait un bien-être chez moi, fût ma participation à l'Orchestre. Fascinée dès ma première année par une représentation de l'Orchestre, je m'y joins dès qu'il me fut possible, avant quoi j’entraînai mon oreille. C'est ainsi que je devins adepte de mon violoncelle, qui chantait de ses cordes et de sa résonance, les émotions que je n'arrivais pas à exprimer. Ce n'est que quelques années plus tard qu'on  apprécia ma voix, alors que je chantais mes gammes afin d'accorder, avant une pratique, mon instrument. C'est à cet instant que je commençai à travailler ma voix, aux côtés de mon violoncelle. La beauté de la musique, accompagné du regard et de l'appréciation des autres, suffirent pour encrer cette passion bien profondément en moi. À l'école, on m'appréciait, et malgré mon mode de vie bien chargé, j'avais de nombreux amis avec qui je passais beaucoup de temps. C'est ainsi que mes années à Beauxbâtons se déroulèrent.
Déjà, j'étais plutôt connue en France pour mes talents musicaux, et j'entrepris d'en faire ma vie dès ma sortie de l'académie.  



Sweet Melody


1982, France et Autres pays d'Europe

La mi-vingtaine frappait, ma vie était déjà bien entamée et réussie. On se déplaçait pour assister à mes performances, tout comme je voyagais pour faire entendre ma musique. Au cours de mes voyages, je fis la rencontre d'autres musiciens. Au bout de quelques années, je regroupai plusieurs de mes nouveaux amis, venus de toute l'Europe magique. Français, Britanniques, Slaves, notre regroupement était des plus particulier. Lors d'une soirée organisée par mes soins, bien arrosée, j'annonçai mes tous nouveaux projets. J'adorais mes performances solo, j'adorais enchanter une salle sans même user de magie, et par mes propres soins. Au fond de moi, par contre, j'avais envie de plus, de quelque chose de nouveau. C'est en cette soirée que se forma le groupe Twisted Minds Orchestra, qui devint rapidement très populaire. Les chansons se faisaient entendre sur les radios magiques, mais ce qu'on souhaitait de plus, c'était de nous voir sur scène. Notre musique, décrite comme du Magicobilly swing, était à la fois sombre, mystérieux et dansant, musique parfaite pour animer les soirées en tous genre. Pour la née-moldue que j'étais, il s'agissait d'une fusion du Psychobilly et du swing, le tout remanié à une sauce magique, unique. Le son que l'on jouait me plaisait grandement, bien que différent de mon Dark cabaret habituel. Contrebasse, frère de mon violoncelle, devint mon instrument de prédilection au sein du groupe, en plus de ma voix.


Love & Fame


1983,  Londres, Angleterre

Nouveau groupe, nouvelle vie, je quittai finalement la France pour m'installer en Angleterre, à Londres, où se déroulaient les pratiques et de nombreuses représentations. Autrefois, je m'y rendais régulièrement, et je dois avouer que l'endroit me plaisait grandement. Je connaissais l'endroit comme si j'y avais toujours vécu, du moins du côté magique. Dans les rues de la ville, je reconnaissais certains visages sorciers, mais c'était surtout eux qui m’apercevaient. Les regards se tournaient vers moi, on me demandait des photos et des autographes, bref, j'étais tout aussi comblée que dans mon pays natal. De plus, ici, on me reconnaissait comme Ophélia Deslunes, et non pas comme une Lluna. Bien que plus personne ne m'appelait de mon vrai nom depuis ma sortie de Beauxbâtons, en Angleterre, personne ne savait qui était Sallie-Jeanne Lluna, contrairement à la France. Personne ne connaissait ce nom, du moins pour la majorité qui se contentait de m'apprécier comme artiste et ne fouillaient pas dans mon passé. Ceci apporta une fraîcheur qui me fit encore plus apprécier la capitale anglaise.

À peine m'étais-je installée, dans une petite maison près de la ville, que je fis la rencontre de celui qui deviendrait plus tard mon mari. Invitée à une prestation solo au Golden Dragon  - un resto-bar huppé sorcier -  et lui, présent simplement pour s'offrir un bon repas – du moins ce que je croyais, il vint à ma rencontre une fois descendue de la scène, où il me fit part de son appréciation. Son nom :  Elijah Jett Villin, jeune Guérisseur-toxicologue à Sainte-Mangouste, âgé de 30 ans et déjà assez fortuné. De sang-pur, il était le seul descendant de sa famille (il fut donc bien surprenant qu'il désire se marier à la née-moldue que j'étais). Première passion commune : les potions. Voilà ce qui engagea la conversation suite à la formelle rencontre. Peu de temps me suffit à le charmer, et le soir même, il m'emmena dans son lit. Cet homme, au bout de quelques semaines, j'en tombai follement amoureuse, chose qui ne m'étais jamais arrivée auparavant. Indépendante, forte, séductrice, j'avais toujours adoré être aimée plus que j'étais capable d'aimer moi-même. Elijah fût celui qui me décrocha de mes habitudes, et qui, après seulement quelques mois, me demanda de l'épouser. Sacrifiant sa lignée par amour pour moi, il s'attira de nombreux reproches. Mais encore, cela ne fût point l'effet le plus important de notre alliance. Bien que je croyais tout connaître de cet homme, il n'en fût point. Secrètement, était trafiquant de plantes, potions et poisons magiques, et ceux impliqués dans le monde du crime organisé le connaissaient sous le nom de Wormwood.


Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Oh, oh, it's magic, you know...


Love Is Poison


18 Mars 1985, Golden Dragon, Angleterre
Deux mois après mon mariage à Villin, quelqu'un me fit une offre bien difficile à refuser. Habile en potions, charismatique, mystérieuse, séductrice et surtout populaire, il vit en moi un potentiel auquel je n'avais jamais pensé, mais qui me sembla d'un naturel remarquable. Ainsi, je fit mon entrée dans le monde du crime organisé, sous les mêmes termes que mon mari, sans toutefois que celui-ci ne le sache. On me nommait la Belladonna, spécialiste des poisons, auxquels j'apportais une touche d'exotisme avec mes connaissances accrues en plantes magiques du monde entier – remerciant ici mon grand-père Éos. On reconnut rapidement mon talent et mes capacités, mais au bout simplement d'un an, une complication vint tout chambouler. L'homme qui m'avait montré la voie était de nouveau venu me demander mes services, cette fois, pour quelque chose de particuler.

Il cherchait la mort d'un homme qui l'avait trahi. Wormwood, voilà comment il s'appelait. La récompense qu'il m'offrait était aléchante, et je ne pus refuser.

***

Il me fixa une date, un lieu. Le Golden Dragon, le dit Wormwood y serait, croyant y réaliser une grosse transaction, et croyant donc n'avoir nullement été découvert. Et c'était là que j'entrais en jeu. Je saurais de qui il s'agit, m'avait-on dit. Du haut de mes talons hauts, d'une robe à la fois élégante et sexy, noire, attirant principalement les regards sur le rouge éclatant soulignant mes lèvres, même couleur qui ornait mes talons. Je fis mon entrée d'un pas lent, assuré, et bien entendu, remarqué. Certaines personnes virent à ma rencontre, mais j'écourtai le plus possible les conversation. Au bar, un homme était assis, et semblait, de par ses mouvements, attendre quelqu'un, bien qu'il était déjà en compagnie d'une autre personne. Même de dos, je le reconnu. Sans attendre, je me dirigeai vers lui, puis arrivée à sa hauteur, je lui soufflai quelques mots à l'oreille.
« Je savais que je te trouverais ici... »
Il se retourna brusquement, yeux grands, clairement surpris de ma présence.
« Qu'est-ce que tu fais ici!? »

Il fit signe à celui qui l'accompagnait de les laisser seul, et ce dernier hocha de la tête, me salua puis quitta les lieux. Son mécontentement, tout comme son anxiété, traversait sa voix. Sans même connaître l'histoire, j'aurais sus déceler ce sentiment. Il était, après tout, l'homme que j'avais épousé. Dissimulée dans ma robe, je pouvais sentir une petite flasque d'un poison mortel collée sur ma peau. Wormwood, c'était lui, c'était Elijah. Un étrange sentiment m’envahi quelques minutes suivant cette réalisation. Il avait partagé ma vie pendant trois brèves années, et ce soir, je devais lui prendre la sienne. Jamais plus, je ne pourrais le serrer, jamais plus, il ne pourrait m'aimer. Encore aujourd'hui, je ne saurais dire quel fut ce sentiment qui m'avait envahit. Je me sentais étrange, mais impossible de dire s'il s'agissait de peur, de tristesse, ou même de satisfaction. Peut-être s'agissait-il de la contradiction entre mon intérêt pour la récompense, et la loyauté amoureuse que j'avais pour lui. J'aurais bien pu tout lui avouer, à cet instant, pour que tous les deux fuyons avant de se faire rattraper. Pour que tous les deux, nous puissions refaire nos vies. Malgré l'impression étrange qui me parcourait, cette idée ne me vint nullement à l'esprit. Je me contentai de le prendre dans mes bras et de l'embrasser fougueusement, instant qu'une caméra ne manqua pas de photographier.
« Ophélia, je n'ai pas vraiment le temps... j'attends quelqu'un. »
« Et qui donc attends-tu? »
« C'est pour le travail. J'aimerais que tu retournes à la maison... »
Son anxiété augmentait, j'arrivais à le voir par son regard, par sa voix. Plus le temps avançait, plus je savais ce qu'il pensait. J'ai été découvert. Il n'avait point tord, mais se trompait quant aux dangers qui l'attendaient. Le danger était devant lui, sous un visage qu'il n'aurait jamais sus démasquer. Renversant un verre sur moi-même, je m'essuya, puis me dirigeai vers les salles de bains pour me nettoyer, sans manquer de susurrer quelques mots à mon mari.
« Elle est déjà là, cette personne. Rejoins-moi à l'étage dans cinq minutes. »
Il fronça les sourcils d'incompréhension, puis de surprise. D'un coup, il avala le verre qui était devant lui. Un autre sorcier vint vers lui, un de ses anciens patients, pour discuter. Je vis, en sortant des toilettes, qu'il faisait signe à celui-ci de partir. Je le reconnu, il s'agissait d'un autre criminel avec qui j'avais déjà fait affaire. Il devait croire que je n'avais pas fait mon travail. Avant même que celui-ci ne puisse poser sa main l'épaule d'Elijah,  ce dernier commença à s’étouffer, chancelant. Au bout de quelques pas, il s'effondra, inconscient. En voyant la scène, j'échappai un cris avant de m'élancer vers mon mari. Posant ma main sur son visage brûlant, j'approchai mon oreille de son cœur. Je l'entendais battre, lentement. Je l'entendais ralentir, peu à peu. Quelques secondes suffirent. La foule nous entourait, des larmes coulaient sur mes joues, alors que je tentais de prendre son pouls. On appela rapidement les secours, mais je refusais qu'on s'approche de lui avant que ceux-ci n'arrivent. Les doigts enfoncés dans son cou, je pouvais sentir son cœur ralentir de plus en plus, jusqu'à ce que je ne le sentes plus. Je couchai ma tête sur sa poitrine, et on compris alors que sa mort était arrivée. Je restai immobile, mais sentais les regards lourds peser sur moi. Je levai finalement la tête, lorsque les secours arrivèrent. Ceux-ci le prirent en charge, mais n'eurent nulle autre option que d’affirmer son décès. Tandis que je suivis les médicomages, je croisai le regard l'autre criminel. Celui-ci m'observa longuement, avant de me faire un signe de la tête. Il avait compris. De plantes venimeuses, de mes savoir-faire et d'une flasque jusque dans ses veines, j'avais donné la mort à mon mari.
Malgré l'émoi que j'avais causé, l'efficacité de ma technique n'était point à redire. Ce jour là, j'avais enlevé la vie à mon mari, et je devins officiellement tueuse à gages. Mon amour enlevé,  devint encore moins empathique, et surtout, je trouvais une certaine satisfaction, un petit quelque chose qui m'avait toujours manqué, à cet emploi.


Darkness


24 Juin 1996,  Londres, Angleterre

Lorsque j'étais arrivée en Angleterre, cela faisait déjà quelques années que le Lord avait disparu, vaincu par un enfant. Pour ma part, les histoires qui entouraient le mage noir m'étaient égales, puisqu'elles étaient désormais du passé. En tant que née-moldue, j'avais de bonnes raisons de le craindre, mais n'y avait jamais succombé. De tout mon temps chez les anglais, je n'avais jamais craint le retour de Mangemorts. Mon emploi en tant que tueuse à gages était de plus en plus fructueux, le nom de Belladonna était bien connu, alors que son visage restait inconnu, dissocié du mien. Les années furent fructueuses, mais la peur ayant quitté le monde magique, ma carrière de musicienne en pris un coup. Les sorciers n'avaient plus besoin de se changer les idées, de s'enfuir de leur vies misérables. Bien que confiante vis-à-vis de la remontée de mon succès musical, j'eus une certaine baisse de moral, n'ayant plus autant les moyens de m'exprimer au travers de mon art. Ce fût donc un bonheur pour moi lorsque le retour du Lord fut annoncé. Bien-sûr, mes sentiments étaient ambigües, mais je savais que ça allait aider ma carrière musicale. Il en fut bien le cas, les sorciers recommençant à s'échapper, à chercher par tous les moyens d'oublier le mal qui les attendait. Ma carrière, ainsi que celle des Twisted Minds Orchestra, repris un rythme fulgurant, et notre musique se faisait de nouveau entendre partout dans l'Europe magique. La vibration des cordes sous mes doigts, accompagnée du souffle de mes spectateurs m'avait manqué.

***

Les Mangemorts étaient de plus en plus présents, de plus en plus puissants. Le Lord reconstruisait son armée d'autrefois, y ajoutant de nouveaux partisans. Mon sang moldu était un grand ennemi à ma survie et mon bien-être, du moins, c'est que qu'on aurait pu croire. Pourtant, il n'en fut point, bien au contraire, même. Si Belladonna recevait de nombreuse demandes dignes d'être effectuée, Ophélia, elle, voyait sa gloire la protéger. Mon nom était influent, sûrement assez influent pour qu'on souhaite m'utiliser plutôt que de me supprimer. C'est un soir de Mars 1996 que je compris pourquoi.

Alors que j'offrais ma voix en concert au Chaudron baveur, l'établissement fut victime d'une attaque, tout comme le reste du Chemin de Traverse. Tout s'était déroulé rapidement. Des explosions retentirent, et j'eus simplement le temps de donner un coup de baguette sur mon violoncelle, pour que ses pétales se referment, que je me retrouvai sous des décombres. Ma main fût écrasée sous une lourde pierre, et certaines pétales de mon violoncelle furent craquées, dévoilant deux cordes brisées et une partie de son bois fendu. Sans hurler, sans peur, sans même grogner sous la douleur de ma main brisée, je repoussai la pierre et récupérai mon instrument. Mes genoux étaient éraflés, mes jambes et mes bras couverts d’ecchymoses. Je me dirigeai difficilement, avec une adresse tout compte fait bien supérieure à de nombreux autres blessés, vers l'extérieur. Mon corps se faisait douloureux, mais ne m'en plaignait pas. Jamais je n'avais été faible, et ce n'était pas à ce moment que j'allais l'être. Je me retrouvai rapidement au milieu de la rue. Tout autour, des immeubles étaient en feu. L'attentat était frais, à peine réalisé. La majorité des victimes étaient encore inconscientes ou sous le choc. Dans les rues, on pouvait encore voir le visage masqués des Mangemorts. Mon violoncelle abîmé dans ma main droite, je glissai instinctivement ma main dans la discrète poche de ma robe. J'en ressortis ma baguette, qui heureusement ne fut nullement touchée. L’opale noire qui l’ornait refléta, attirant mon œil vers elle. Je vis dans celle-ci le reflet d'une femme masquée. D'un mouvement, je me retournai pour pointer mon arme vers elle. Celle-ci s'avança vers moi, puis commença à me parler d'un Anglais déformé, caractéristique d'une Française. Je fronçai les sourcils.
« Sallie-Jeanne Lluna! What a nice sûrpriiise! »
« Ne m'appelle pas comme ça! »
Je lui répondit en Français, pour lui faire comprendre que je connaissais son origine. Ma main se resserra sur ma baguette, que je relevai de quelques pouces, pour pointer directement le visage de mon opposante. J'étais prête à lui enlever la vie d'un seul mouvement.
« C'est un joli nom pourtant, pas besoin d'avoir honte! »
Je fronçai les sourcils, puis lui envoyai un certain maléfice venimeux – dont les effets sont semblables à un empoisonnement par une concoction à base de morelle noire, d'alihotsy et de belladone –, qu'elle bloqua d'un mouvement de baguette, en reculant d'un pas. Je savais pertinemment que son geste n'avait servi à rien d'autre que de ralentir l'arrivée de ses effets.
« Hé ! Du calme, je ne te ferai pas de mal si tu ne m'attaques pas. »
J'avançai d'un pas, pour montrer mon agressivité.
« Tu crois que tu me fais peur? Vraiment? C'est mignon tout ça... »
La Mangemort recula d'un autre pas, puis releva sa baguette, qu'elle ne pointa toutefois pas vers moi. D'un mouvement, elle fit disparaître son masque, et je pus la reconnaître. Devant moi se tenait Hygie Lluna, ma cousine.
« Sallie– »
« OPHÉLIA! »

J'avançai d'un autre pas, ma main frétillait autour de ma baguette. Je peinais à attendre que les effets de mon sortilège s'activent.
« Ophélia, je sais que je ne t'ai jamais été très avenante– »
« Ah bon, je n'avais pas remarqué! »
Mon ton fut neutre, voilant pratiquement le sarcasme violent de mes paroles.
« Je ne suis pas là pour te combattre. Saches que malgré tout, j'ai toujours admiré la personne que tu étais. Je t'admire encore. Tu es forte, remarquablement talentueuse. C'est pour ça que je suis là, à discuter et non à t'attaquer... »
« Qu'est-ce que tu me veux? »
« Joins-toi à nous, Ophélia! Ta voix est forte, tu es connue et appréciée de tous. Tu trouveras le bonheur à nos côtés, et tu pourras faire reconnaître nos valeurs. »
« Ah oui, c'est vrai, vous avez de si belles valeurs. Tuer et blesser de centaines de gens innocents, anhéantir ceux qui ont le même sang que moi, bien entendu que ça fera mon bonheur! »
Je pouvais voir ses yeux devenir vitreux, ses paupières s'alourdir. Son regard se vida doucement, et elle commença à hoqueter doucement, laissant peu à peu place à des gloussement incontrôlés. Le sortilège faisait effet et elle n'y comprenait rien. Ce genre de magie, on ne l'apprenait qu'avec d'autres Mage Noirs. Je me doutais que le Lord lui aurait appris de telles choses, mais je vis bien qu'Hygie n'avait pas bien suivis ses formations. Des spasmes envahissaient peu à peu son corps, qui s'effondra au bout d'un moment. Ses gloussement devinrent des rires puissants, entrelacés de hurlements enragés. Prises de convulsions, je la vis tendre la main aveuglément vers la baguette qu'elle avait laissée tomber. Sa voix s'affaiblit lentement. Je marchai jusqu'à ses côtés, et la regardai un instant. Je dois avouer, je m'étais questionnée. J'aurais pu les rejoindre, j'aurais pu m'allier à ces sorciers dont le pouvoir était désormais sans contredis important. J'y avais pensé. Je restai immobile un moment, puis posai mon pied sur sa baguette. Appuyant dessus, un craquement retentit, et son bois se rompit en deux.
« Sal....Sall... Salliie... Ai... Aides... MOI!! »
« C'est Ophélia. Connasse. »
Je lui tournai le dos, me dirigeant d'un pas boiteux vers l'autre bout de la ville, mon violoncelle en main.

Something New


Juin 1999, Londres, Angleterre

Le Twisted Minds Orchestra est de retour avec un tout nouvel album!


Événement grandement attendu, le populaire groupe de Magicobilly swing est de retour avec un nouvel album! Celui-ci fera sa sortie le 15 Juin prochain et se nommera
Dance of the Evil Twins ! Semblerait-il que plusieurs de leurs nouvelles chansons traiteront des tristes événements récents, mais le groupe conservera son rythme joyeux, dansant, mais toujours aussi sombre! Je vous présente aujourd'hui, en PRIMEUR la chanson Blood steeped velvet! tirée directement de ce nouvel album.

Mon groupe regagnait en popularité. Je ne m'en plaignait point, j'adorais jouer pour un public heureux, mais je ne cachais nullement mon aversion face aux récents événements.


Septembre 1999, Poudlard, Écosse
Peu de temps après la sortie de mon nouvel album, la peur envahissait le monde magique. Des sorciers perdaient leur magie. De mon côté, je ne pensais qu'à l'ennui qui me gagnait. J'avais beaucoup de travail avec ma tournée, mais ce n'était pas assez. Les contrat de gages se faisaient rares. J'avais besoin de quelque chose de plus. Peut-être quelque chose de nouveau. Je fus donc ravie lorsque l'on me contacta pour me joindre à l'équipe d'enseignement de Poudlard. Un nouveau poste venait d'ouvrir, pour enseigner la musique. J'étais la personne toute indiquée pour combler la demande. Je n'avais jamais enseigné, mais je savais que j'allais bien m'y plaire.



The Belladonna


Femme imposante, fière et séductrice, Ophélia est exactement ce qu'on peut appeler une femme fatale. Elle porte une attention bien particulière à son apparence, et adore avoir l'attention tournée sur elle. Séduire les hommes est l'une de ses activités favorite, puisque lorsqu'elle est désirée, elle se sent beaucoup plus vivante. Un espèce d'aura de mystère entoure la femme, et cela, accompagné à ses manières délicates et son parlé tinté d'un charisme notable, ne manque pas d'attirer l'attention de plusieurs. Ainsi élégante et ambitieuse, garnit de son amour de la création, de la musique et de la beauté, il n'est pas surprenant de la voir où elle est présentement, reconnue pour son talent d'une rareté louangée.

Si les apparences de cette femme son si charmantes, il ne faut tout de même pas se laisser berner, ni par sa sociabilité, ni par son calme remarquable. Derrière ce doux visage se cache également une femme qui sait mener les gens par le bout de sa baguette, cherchant à obtenir avantage de tous ceux qui l'entourent. Elle ne laisse rien au hasard, prévoyant pratiquement tout ce qu'elle fait. Si quelqu'un ose lui faire du mal ou agir ou parler contre elle, la rancune qu'elle cultivera y sera forte, mais silencieuse. Ophélia ne laisse jamais voir sa contrariété, préférant attendre le moment parfait pour se venger. Certains diront qu'il s'agit d'hypocrisie, d'autre préfèreront dire qu'elle est calculatrice...À vous de choisir. D'un autre côté, elle n'hésitera pas à user de sarcasme pour démontrer son amertume, offrant ainsi une froideur à ses dires, mais elle s'en sert également en blague, ce que plusieurs n'arrivent souvent pas à comprendre.

Son grand-père Éos est le seul qui l'appelle par son vrai nom. Elle ne laisse personne d'autre la nommer ainsi, et ceux qui osent la fâchent au plus haut point et le regrettent amèrement.

Son violoncelle a été conçu spécialement pour elle, à l'image d'un Ryū-ren géant, dont les pétales s'ouvrent lorsqu'elle souhaite y jouer. Le violoncelle est de couleur noir et violet, émettant de la lumière aux nuances de bleu selon les notes qui sont jouées.

Elle maîtrise sans mal le lancé du couteau

Les plantes magiques n'ont pratiquement aucun secrets pour elle, et elle connait de nombreuses plantes dont la majorité de sorciers Européens ne connaissent même pas l’existence. Leurs effets et utilisations sont ce qui l'intéresse le plus. Elle est également très difficile quand on lui offre des fleurs, pour cette même raison.

À moins d'y être forcée, elle n'utilise jamais d'arme pour tuer ses victime. Les poisons sont sa spécialité. Simple, rapide, et propre (sauf quelques exceptions...)

Fumeuse, mais simplement de quelques rares cigarettes par semaines, pour ne pas gâcher sa voix. Elle consomme généralement des cigarettes magiques dont les particularités sont bien plaisantes. Si la nicotine est bien présente, l'odeur qui s'en dégage est différente pour chaque personne, à la même manière que l'amortensia. Si ces cigarettes n'offrent pas les effets de la dite potion, plusieurs personnes se prennent à apprécier la présence de cette fumée.

Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar



Comment ça mon commentaire est pas constructif ? Boarf
Revenir en haut Aller en bas
Colombe A. Devereaux
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : officiellement élève à Poudlard, en GISIS de pédagogie magique, mais en vérité, elle est cracmolle et s'est portée volontaire pour subir des tests au laboratoire du château.
Célébrité : josefine pettersen
Pseudo : elly Âge : 22 Parchemins : 2150 Gallions : 431 Date d'inscription : 27/12/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t874-don-t-give-up-i-won-t-give-up-co http://www.mumblemumps.com/t885-colombe-vois-comme-le-monde-le-monde-est-beau#18537 http://www.mumblemumps.com/t2112-colombe-one-little-owl#53641 http://www.mumblemumps.com/t2489-journal-d-elly#63955

CE PERSONNAGE VA JUSTE ÊTRE UNE BOMBE EXPLOSIVE.

_________________



DOVE

and here is old Picasso and the dove and dreams as fragile as pottery with dove in white on clay dark brown as earth is brown from our old battle ground


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

OOoh, je vous aime
Revenir en haut Aller en bas
Sabal de Vandekeybus
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : professeur d'art à l'école poudlard, tel un prophète dans le désert le voilà à tenter d'apprendre à voir aux plus déterminés des aveugles.
Célébrité : jeffrey dean morgan
Pseudo : baba yaga Âge : 21 Parchemins : 354 Gallions : 10 Date d'inscription : 10/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne



(dear jesus) (prof de musique + dita + tueuse à gage + française)...fais gaffe parce que l'on est pas loin de la perfection là !

_________________
let 'em burn
They repeat a lie till it becomes a fact. We gotta burn it down so we can build it back

Revenir en haut Aller en bas
Dimka Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : 9ème année en sécurité magique
Célébrité : nicholas galitzine
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 1421 Gallions : 852 Date d'inscription : 09/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1181-dimka-dimitrov-nos-choix-ne-nou http://www.mumblemumps.com/t1198-dimka-dimitrov-a-chacun-son-destin#26688 http://www.mumblemumps.com/t1756-dimka-dimitrov-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary

Bon moi jte réserve des liens
Tout plein d'amour pour ton nouveau perso qui m'a l'air d'être haut en couleur ♥️

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Alcyone Shafiq
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : 1ère année GISIS en Zoomagie, Serpentard
Célébrité : Emily ❤ Didonato
Pseudo : Loupiotre Âge : 30 Parchemins : 482 Gallions : 436 Date d'inscription : 06/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1169-alcyone-curiousers-and-curiouse http://www.mumblemumps.com/t2362-alcyone-entre-l-aube-et-la-findans-l-antre-de-ta-main http://www.mumblemumps.com/t1751-alcyone-petits-hiboux

OMG, cette fiche On sent que tu la réservais depuis longteeeemps

Je te dis pas bon courage pour ta fiche, mais plutôt à celui qui lira la concurrente directe de la bible

Je plaisante d'amour J'ai survolé, je l'avoue, mais quel personnage

Re-Bienvenue

_________________

Fire In My Heart
I betcha didn't know, you started up a chain reaction. I saw no intention on your face, it might have been some kind of chemical attraction. I felt a spark, it left a mark I can't erase. It likes something like a bolt of lightning. It's going on inside
Revenir en haut Aller en bas
Willa Lundgren
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : première année de GISIS, en sciences occultes.
Célébrité : aurora aksnes.
Pseudo : from the morgue Âge : 19 Parchemins : 1067 Gallions : 495 Date d'inscription : 01/12/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t703-it-was-a-lie-when-they-smiled-wi http://www.mumblemumps.com/t748-the-great-beyond-w-l http://www.mumblemumps.com/t746-lundgren-w-tell-me-everything

SJDJSDKSJDSKDJSJDKSJDKJDJSDS

_________________
A little piece of heaven.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Zoya M. Krushnic
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : Serpentard, Septième année
Célébrité : Kaya Scodelario
Pseudo : Hessnellia Âge : 22 Parchemins : 818 Gallions : 598 Date d'inscription : 12/12/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t782-zoya-casual-curses-are-the-most- http://www.mumblemumps.com/t787-zoya-where-is-my-mind http://www.mumblemumps.com/t940-zoya-write-if-you-will-i-won-t-answer-anyway http://www.mumblemumps.com/t2070-hessnellia-s-journal-zoya-ophelia-niall

Sabal : Oh attention ça va me monter à la tête ! Je te réserve un lien d'ailleurs !

Tous les autres : Bien sûr que je voulais la faire depuis longtemps, maintenant subissez et lisez ce pavé ! sadic
J'ai hâte de jouer avec vous, on se trouvera plein de liens

_________________
Daughter of Darkness and Light — I'm not crazy, i just have this twisted mind as the result of other people's mistakes. Madness was forced upon me, and I simply can't fight it.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Wouah Dita Von Teese elle colle vraiment super bien à l'univers !

Ton thème !
Revenir en haut Aller en bas
Zirwya Izlechen
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Officiellement, infirmière à l'école. Officieusement, médicomage envoyée à Poudlard pour travailler sur l'épidémie
Célébrité : Zoe Kravitz ♥
Pseudo : Blake Âge : 17 Parchemins : 1433 Gallions : 80 Date d'inscription : 19/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t439-zirwya-chaos-is-raining-down-aro http://www.mumblemumps.com/t448-zirwya-held-hands-like-we-were-17-again http://www.mumblemumps.com/t1313-zirwya-mailbox http://www.mumblemumps.com/t2114-journal-de-blake

Mais quel est ce personnage qui m'apparait être oufissime ? :O
Rebienvenue ma jolie j'ai hâte de voir ce perso terminé

_________________

- a magic world in my baby's arms -
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Merci à vous
Et mon personnage est terminé, j'ai bien hâte de la jouer
Revenir en haut Aller en bas
Lionel Lemaire
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : première année en politique magique, rugit son appartenance à la maison des lions.
Célébrité : robbie wadge, le magnifique
Pseudo : Prim Âge : 21 Parchemins : 1294 Gallions : 421 Date d'inscription : 03/01/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

trop de classe, sérieux
rebienvenue

_________________
darkness is your candle.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alexandra L. Dashkova
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : septième année
Célébrité : India Eisley
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 1742 Gallions : 608 Date d'inscription : 06/12/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t729-alexandra-dashkova-les-monstres- http://www.mumblemumps.com/t736-alexandra-dashkova-titre-a-venir http://www.mumblemumps.com/t1959-alexandra-dashkova-letters-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary

Cette fiche Longue il est vrai mais tellement magnifique, je me suis régalée à la lire, j'ai aimé l'histoire de ton personnage si intéressante, si différente ** J'aime tellement ce que tu en à fais et je suis bien contente qu'elle soit professeur de Poudlard héhé, j'ai déjà des idées de lien dans ma petite tête

Je te valide sur le champ et régale nous de ta musique

Bienvenue à
Poudlard
Maintenant que tu es validé, tu vas pouvoir torturer les élèves de Poudlard.      

N’oublies pas qu’ici, tu peux t’amuser rapidement alors n’hésites pas à nous rejoindre soit dans le flood soit sur la ChatBox ! Tout le monde est le bienvenue. Tu peux maintenant commencer à créer de nouveaux liens avec les élèves ou les autres professeurs.    tu trouveras tout ça dans  le journal du sorcier. Ensuite; si tu as la moindre question, n’hésites pas à envoyer un hibou à l’un des membres du Staff. Allez, nous t’attendons vite à Poudlard et nous tenons à te remercier de t'être inscrit sur MUM !    Si tu as envie de RP mais que tu n'as pas de partenaire, viens t'inscrire au speed dating version sorcier. Tu peux aussi consulter le répertoire des sujets libres et communs. Pour ne pas te perdre dans la chronologie du forum, voici un petit rappel.

Tu trouveras le QG des professeurs et les secrets qui l'entourent, par ici !  N'hésite pas, d'ailleurs, à dépenser tes gallions pour découvrir des indices sur l'épidémie, pour la quête des professeurs ou pour t'acheter des objets. Tu trouveras toutes ces choses dans la boutique. Il te faudra également installer ton hibou dans la volière pour pouvoir recevoir du courrier.    Enfin, n'oublie pas d'ouvrir les inscriptions de ton cours dans la salle créée à cet effet, afin que les élèves puissent venir s'inscrire. Tu retrouveras alors la liste des cours déjà créés par ici.

Si tu veux agrandir ton cercle d'ami et que tu as une idée en particulier, n'hésites pas à créer ton propre scénario, une fois que tu auras deux semaines d'activité sur le forum et un RP en cours, que tu peux faire ici.  Enfin et pour surtout, gagner le coeur de nouveaux sorciers, nous t'invitons à voter pour MUM dans la session que tu trouveras dans la taverne. I love you

N'oublie pas le plus important : amuse-toi bien sur MUM !


Cordialement,
Le Choixpeau Magique
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
« Loumen »
So much life in those open eyes, so much depth, you look for the light, but when your wounds open, you will cry, you’ll cry out now and you’ll question why, i can see a rainbow, in your tears as they fall on down, i can see your soul grow, through the pain as they hit the ground
©crackintime

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Congrats Mistress
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
The fine art of poisoning ♔ Ophélia Deslunes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tarte fine abricots/frangipane
» Caaat powaaaaaaaa! /ZBAF/ Prèz' de Fine Patte :
» présentation de Ophélie
» Fine fleur et fine lame, un détonnant mélange !
» {fini} I've been doing just fine - Kiran ft. Haileen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: Les fiches des anciens membres-
Sauter vers: