Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 6
La version six est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'anniversaire du forum et la rentrée, venez fêter avec nous !
Découvre tout ici
Joyeux anniversaire !
Mumblemumps vient de souffler sa première bougie. Venez la célébrer avec nous !
Plusieurs animations ont été mises en place pour festoyer comme il se doit !
Jette un oeil aux animations !
Besoin d'Aurors !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard,
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

(S+D) meeting again

Sabal de Vandekeybus
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : professeur d'art à l'école poudlard, tel un prophète dans le désert le voilà à tenter d'apprendre à voir aux plus déterminés des aveugles.
Célébrité : jeffrey dean morgan
Pseudo : baba yaga Âge : 21 Parchemins : 330 Gallions : 592 Date d'inscription : 10/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur

MEETING AGAIN
sabal & dimka
Tu n'es pas encore bien habitué aux températures anglaises. La situation géographique de l'école n'aide pas réellement ton adaptation. Situé en cuvette entre plusieurs montagnes et collines, voilà que se trouvait aussi tout contre les pierres de l'édifice, le lac noir. Quelle idée de géni pour celui qui désire avoir des rhumatismes tout le long de l'année. Mais tu ne te plains pas, pas trop. Tu n'es pas encore trop vieux, tu supportes les changements de température, l'humidité des étages inférieurs du château. Mais vraiment, quelle idée à bannir que de construire un château dans de tels conditions. Il t'arrivait de regretter Beauxbâtons, ses jardins, sa finesse, ses habitants si bien élevés. Ta mémoire est joueuse et elle te fait oublier le nombre conséquent de personnes malpolies et agressives que tu as pu croiser durant ta scolarité. Toi qui a connu deux guerres, qui a vu Voldemort s'élever, disparaître, revenir puis s'éteindre à nouveau. Tu ne peux te rassurer quant à l'avenir. Et si il revenait encore, et si d'autres êtres bien plus obscures prenaient sa suite ? Des idées comme celles de cet être abject, beaucoup les partageaient. Pourquoi tout s'arrêterait-il maintenant ? Parce que la figure de proue est tombée ? Non. Voldemort était un vaisseau cachant une flotte vrombissante. Tu n'as pas confiance en l'avenir. Tu redoutes la rechute. Tu sais qu'elle adviendra tôt ou tard. Cette épidémie est peut-être même de leur initiative. Mais tu ne sais pas, tu ne sais plus. Tu as oublié tant de choses Sabal. Les années, les pertes et Azkaban t'ont annihilés  tant de pans de ton passé que même l'avenir semble abstrait. Ne l'est-il pas pour tout à chacun ?

D'un geste las tu te redresses, ton dos te maudit quelques instants, le temps que le poids se répartisse à nouveau sur tes ischions. Tu observes, tu juges le parchemin sur le bureau. Ton prochain cours, du moins tu penses. Il n'est pas fini. Un cours est-il un jour fini ? N'évolue-t-il pas au fil même de l'heure passée en compagnie des élèves ? Certains sont attentifs, d'autres sont plus intéressés par l'odeur de leur voisin de table que par ce que tu racontes. Mais tu comprends, parfois ça t'offusques mais tu prends sur toi. Tout le monde n'est pas sensible à l'art, tout le monde ne se pose pas les bonnes questions. Le théâtre, la peinture, la musique, la danse, la littérature...ce sont autant de domaines qui ne sont jamais abordés plus qu'une heure par-ci par-là. A quoi bon vouloir obtenir d'eux une réflexion plus poussé que seulement "c'est beau" ou "c'est moche". J'aime ou j'aime pas. Je comprend ou je ne comprend pas. Et par conséquence, si ils ne comprennent pas, ils arrêtent de chercher. Ils ne réalisent pas que tout l'intérêt est là. Essayer de décortiquer, rechercher au plus profond de son être pourquoi une oeuvre nous touche ou ne nous touche pas. Parfois c'est renversent, bouleversant voir perturbant. L'art est bien trop abordée que comme un divertissement populaire, voir un atout de noblesse lorsque l'on parle de ballet ou de littérature philosophique. L'art de masse, c'est comme une fleur que l'on regarde de loin sans en saisir toutes les nuances, sans en voir les piques. Tu ne sais toujours pas si tu as ta place ici. Peut-être que tu vas trop loin, peut-être que tu es trop passionné pour une école de magie. Tu es trop toi, tu es trop. N'est-ce pas ?

Tu passes une main dans tes cheveux, tu penses à les couper un de ces jours. Certaines mèches tombent devant tes yeux et ce n'est pas pratique. Cela te donne un certain charme, assurément, mais est-ce vraiment ce que tu recherches ? Tu avais du charme aussi sur scène, quand tu voyais les yeux pétillants de certaines spectatrices. Là, sur scène, avec les lumières artificielles, un costume étudié, une gestuelle qui soulignait ta grâce brute et ton humanité profonde. Mais dans un château, dans une école, tu n'es plus un danseur. Tu es professeur, et un professeur a mieux à faire, non ?
Tu verrouilles la porte de tes appartements en sortant, calepin entre les doigts et crayon dans la poche de ton pantalon. Tu évolues dans les couloirs, tu croises certains élèves. Ils sortent de cours, retournes dans leur salle commune ou décident de combattre le froid afin de faire un tour dans le parc. C'est la fin de journée, les cours sont terminés, le repas commencera d'ici une à deux heures. L'école se transforme en microcosme de vie où élèves et professeurs se croisent et se recroisent. Il t'arrive d'avoir l'impression de te fondre dans la masse, comme si tu avais de nouveau seize ans et que tu arpentais les couloirs de Beauxbâtons. Mais tu réalises très vite que ce n'est plus le cas. Quand tu entends un "professeur" ou un "bonsoir monsieur"...Tu es Mr. Tu es professeur. Le Sabal d'il y a vingt-cinq ans a grandit et tu ne le retrouveras plus jamais. Autant t'y faire.
Tu arrives bientôt au troisième étage quand un bruit sourd te fait t'arrêter et te retourner. Rien. Tu te remet en marche. Un son, encore. Tu te retournes et toujours rien. Le schéma se répète jusqu'à ce que tu te rendes compte que c'est sûrement une nouvelle farce de la bâtisse. Ce n'est pas la première fois qu'une chose étrange perturbe la vie du château, c'est même parfois bien handicapant. Alors tu te résignes et tu continues d'avancer en faisant fi des bruits derrière toi. Le fameux couloir au statue se dessine devant tes yeux et tu pénètres dans le lieu, bien décidé à terminer ce croquis commencé la veille. Certaines pièces étaient d'une intensité incroyable. Tu devais comprendre pourquoi, quels avaient été les processus, le grain, la couleur, les courbes. Cependant, tu es coupé dans ton élan quand tes prunelles croisent la silhouette d'un jeune homme. Un élève. Mr. Dimitrov ? ta voix s'enraille sur les bords, tu n'as pas parlé depuis ton cours de la matinée et les températures ont cet effet néfaste sur tes cordes vocales. Pour un professeur, on aura vu plus crédible.

Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
lie to me
The moment you doubt whether you can fly, you cease for ever to be able to do it.

Revenir en haut Aller en bas
Dimka Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 9ème année en sécurité magique
Célébrité : nicholas galitzine
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 1051 Gallions : 622 Date d'inscription : 09/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1181-dimka-dimitrov-nos-choix-ne-nou http://www.mumblemumps.com/t1198-dimka-dimitrov-a-chacun-son-destin#26688 http://www.mumblemumps.com/t1756-dimka-dimitrov-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


Meeting again
~ Sabal & Dimka ~


L
 es cours de Dimka étaient terminés depuis un heure ou deux déjà, il avait terminé sa journée sur un cours d'un affrontement pratique, cela avait plutôt été éprouvant pour les élèves... Dimka avait plutôt été satisfait, en pratique il était toujours plutôt bon qu'en théorie de tout de façon... Depuis il était parti avec son calepin sous le bras et ses crayons dans le couloir aux statues. Nouvelle envie, nouveau désir, il avait repérer ce couloir quelques jours auparavant et savait déjà qu'il allait devoir se poser pour en dessiner quelques-unes. Elle ne se ressemblait pas toute mais, elles portaient toutes un masque qu'il était déconseillé de retirer, du moins c'était ce que les rumeurs disaient en vérité Dimka n'en savait rien et se demandait ce qui arriverait si jamais il le faisait... Il s'était installé contre le mur face à l'une d'elle, assit part terre, il ne lui fallait pas longtemps pour rentrer dans sa bulle et commencer un croquis de ce qu'il voyait. Délimitant les formes, commençant doucement à créer les ombres... Dimka dessinait au crayon à papier et tous ces dessin restaient en noir et blanc, les couleurs qui reflétaient sa vie en quelques sortes, mais il avait son propre style qui avait évolué depuis qu'il était jeune. Ses traits étaient plus affirmé, plus subtil aussi... Assis dans le couloir il ne se rendait pas compte du temps qui passait, des heures qui tournaient et des cours qui avaient pris fin pour tous ses camarades...

Ce fût un bruit qui attira son attention, non loin de lui, un bruit d'armure... Dimka redressait alors la tête tandis que ce bruit semblait provenir de l'une de ces statues... Comme si quelque chose cognait contre le métal, une fois que l'élève posait son regard sur cette dernière alors ce fût fini de sa conscience, il ne faisait plus vraiment attention au fait que ce n'était plus vraiment lui qui semblait être au contrôle de son corps, poussé par quelque chose? Par quelqu'un? Il eut d'un coup très envie d'enlever le masque que portait la statue. Posant son carnet de dessin juste à côté de lui, se levant, il avançait vers la statue sans que son regard ne se promène ailleurs, il était comme obnubilé par cette dernière, s'avançant de plus en plus près, c'était lorsqu'il était enfin à bonne distance qu'il avançait les mains pour le lu ôter... Mais, la voix du professeur Vandekeybus la ramena en une seconde dans la réalité, le libérant de l'emprise qui avait été faite sur lui, Dimka regardait alors autour de lui ne se rappelant même pas s'être levé, il n'avait aucun souvenir du pourquoi il se trouvait ainsi devant la statue, ses bras étaient redescendu le long de son corps, il tournait alors son attention sur le professeur.

"Bonjour professeur." Disait-il en essayant de garder un air neutre pour ne pas montrer que ce qui venait de se passer l'avait probablement plus perturbé que ce qu'il voulait bien admettre, son regard tombait sur son carnet ouvert sur ce dessin qu'il était en train de réaliser quelques instant plus tôt. "Puis-je faire quelque chose pour vous?" Demandait-il en se rappelant que le ton du professeur laissait pensée qu'il lui avait posé une question. L'homme devant lui enseignait l'art, un cours que Dimka aurait sûrement adoré suivre mais il ne le pouvait pas, il s'agissait d'une option réservée aux élèves de première jusqu’aux septièmes années... Un système que le garçon avait du mal à comprendre puisque ce n'était pas un cours auquel il y avait des examens en fin d'année pourquoi ne pas permettre aux plus âgés de pouvoir y participer? Mais Dimka n'avait pas pu se retenir d'aller satisfaire plusieurs fois sa curiosité en zonant autour de la fameuse salle de cours du professeur...
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Sabal de Vandekeybus
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : professeur d'art à l'école poudlard, tel un prophète dans le désert le voilà à tenter d'apprendre à voir aux plus déterminés des aveugles.
Célébrité : jeffrey dean morgan
Pseudo : baba yaga Âge : 21 Parchemins : 330 Gallions : 592 Date d'inscription : 10/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur

MEETING AGAIN
sabal & dimka
Tu as connu beaucoup de professeurs dans ta vie. Il y a eu ceux qui t'ont tout appris, ceux que tu as certainement oublié. Ceux qui ne supportaient pas leur vie, et ceux qui vivaient pour enseigner. Transmettre le savoir, quelle noble cause, pour de si piteux êtres. Il t'arrive, souvent, de te comparer à certain de tes professeurs. Tu n'as rien d'eux. Tu n'auras jamais rien en commun, tout comme ils n'avaient rien en commun les uns avec les autres. Une vieille voix te revient en tête, celle de ta professeur de Sortilège. Elle venait du sud de la France, elle était sévère, stricte, impitoyable quant à l'échec de ses élèves. Madame Perchefreux ne supportait pas qu'un élève ne soit pas attentif à son cours, elle vivait pour la réussite de ses classes, des trois écuries. Ô comme elle devait s'arracher les cheveux face à tes si nombreuses fautes. Parfois tu te trompais dans la formulation, tu transformais tes cheveux en paille, tu assommais un camarade, parfois tu y arrivais et ces moments-là n'étaient célébrés que par une ou deux remarque acerbe. Tu te souviens de ce sentiment qui t'envahissait quand sa voix parcourait ta tête. L'ennui. Elle t'ennuyait. Son comportement aurait pu te servir de coup de fouet, de motivation à te dépasser pour qu'elle ne puisse que te laisser tranquille. Tu aurais pu la haïr, du plus profond de tes tripes. Mais non. Rien de tout cela. L'ennui, l'indifférence. Tu te fichais de sa voix, de ses reproches et ses menaces quant à tes examens. Qu'importe, à l'époque déjà tu n'accordais pas une grande importance à la magie. Sacrilège, n'est-ce pas ?
"Mr. de Vandekeybus, vous ne réussiriez pas à vous sauver d'un chat avec votre baguette." qu'elle te répétait souvent. Et voilà que tu as survécu à deux guerres. Pas elle. Elle, elle est partie ennuyer les morts avec sa voix et son accent désastreux. Et ça encore, tu t'en fiche éperdument.

Le jeune Dimitrov, tu le connais, un peu. Tu ne pourrais surement pas te tarder de connaître qui que ce soit plus qu'un peu dans ce château. Hormis Ophélia. Et encore, ces longues années loin l'un de l'autre vous ont tellement abrasé que tu serais surement surpris de certains aspects de ta chère amie. Dimitrov, donc, était surement le personnage le plus intéressant de ton chapitre Poudlard. Vous ne vous étiez jamais croisé en salle de classe. L'art, à Poudlard, ne valait pas mieux que l'option que l'on choisi le mercredi entre dix heure et onze heure parce qu'on a rien à faire, que de toute façon on est déjà debout, puis qu'avec un peu de chance il y aura des croquis de nu. Tu n'aimes pas le nu. Ironique, n'est-ce pas ? Pour quelqu'un qui finissait presque totalement dévêtue sur les plateau de danse, non ? C'était différent. Tout était différent. Tu n'aime pas les yeux qui se portent sur la chair, la plupart du temps ils n'ont rien de plus sain que ceux d'un détraqué doublé d'un voyeur.
La voix du jeune homme rampe hors de sa gorge, elle résonne un peu dans ce couloir que peu empruntaient. C'était un peu comme passer par un sentier, dans une forêt largement emprunté, où ne régnaient que les emprunte de renard. Poudlard était grand, immense, facilement étouffant. La grande salle était constamment vivante, la bibliothèque suffocante. Ce couloir, ces statues, elles étaient le point de chute des pauvres âmes en quête de repaire, en quête de calme et d'exclusivité. Après tout, combien d'élèves ici n'avaient que faire de pauvres statues ? Beaucoup. Bien trop, et pourtant tu bénis ce fait. Il te demande si il peut faire quelque chose pour toi. Tu le regardes. Pouvait-il faire quelque chose pour toi ? Non, certainement pas. Ce serait plutôt à toi de faire quelque chose pour lui, non ? C'est aux professeurs de satisfaire les élève, pas l'inverse. C'est une question de politesse qu'il te pose, tu le sais bien. Mais les réflexes te rendent curieux et te font te questionner, peut-être un peu trop.

" Non, je vous remercie. " lui réponds-tu simplement. Tu ne veux pas le gêner en instaurant un silence. Tu sais que les âges qui vous séparent t'interdisent de te comporter autrement qu'en personne d'autorité. Quid de ta tête ? Quid de ton âme ? Peu importe, les rôles sont déjà bien trop ancrés dans les âges. " Je dois avouer être surpris, d'ordinaire je suis seul ici. Ne prenez surtout pas cela pour une demande à votre encontre, restez. " rajoutes-tu. Tu ne veux pas paraître trop distant, tu ne veux pas passer pour l'enseignant se permettant tout et n'importe quoi sous prétexte qu'il a une dose de pouvoir en ces murs. Tu t'approches un peu de l'élève. Il n'est pas dans ton cours. Mais tu as vu le carnet de dessin, et tu sens le mysticisme l'entourant lui et les statues. Il est sensible, ça, les statues, l'art, ça lui parle. " Vous dessinez ? " commences-tu avant de poursuivre en montrant le carnet d'un signe de tête " J'ai trouvé un croquis il y a de cela une semaine. J'ignorais quel en était l'auteur mais en apercevant à peine vos traits, je pense reconnaître un style similaire. " Tu as l'oeil, tu l'as toujours eu. Mais il peut se tromper, et dans un sens tu aimerais que ce ne soit pas le cas. Pour une fois que tu trouves un élève intéressant.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.


Spoiler:
 

_________________
lie to me
The moment you doubt whether you can fly, you cease for ever to be able to do it.

Revenir en haut Aller en bas
Dimka Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 9ème année en sécurité magique
Célébrité : nicholas galitzine
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 1051 Gallions : 622 Date d'inscription : 09/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1181-dimka-dimitrov-nos-choix-ne-nou http://www.mumblemumps.com/t1198-dimka-dimitrov-a-chacun-son-destin#26688 http://www.mumblemumps.com/t1756-dimka-dimitrov-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


Meeting again
~ Sabal & Dimka ~


L
 e professeur Vandekeybus pouvait parfois sembler étrange, il avait entendu pas mal d'élève le qualifier ainsi dans les couloirs de l'école... Dimka n'était pas vraiment apte à juger n'ayant aucun court avec lui, cependant il ne l'avait mis mal à l'aise, le silence, son regard, non rien de tout ça... Peut-être parce qu'ils partageaient une même passion? Est-ce que Dimka sensible au monde de l'art était capable de voir le monde tel que le voyait le professeur en face de lui? Il ne saurait le dire, encore trop jeune, il n'avait pas assez vécut... Mais il adorait prendre tout ce que l'homme devant lui pourrait lui apporter. Oubliant le passage qui s'était déroulé devant la statue, le regard du jeune russe se posait sur son carnet de croquis au moment où le professeur lui demandait s'il dessinait, lui aussi il l'avait presque oublié. Restant silencieux, il allait ramasser ce dernier gardant la page ouverte, celle où il avait commencé le dessin de la statue sans vraiment réfléchir il tendait alors le carnet au professeur d'art. "Je trouve... Qu'il y à quelque chose dans ce couloir... Ces statues... J'ai eu envie de les dessiner, de les mettre sur papier. " Expliquait-il sans vraiment savoir si cela expliquait vraiment sa présence ici. "Il n'est pas encore vraiment terminé et je pense en faire d'autres..." Sans vraiment le demander, il voulait l'avis du professeur, savoir ce qu'il pensait de ses dessins... C'était sans doute la première fois qu'un avis comptait réellement pour lui, qu'il sentait son cœur battre dans sa poitrine tandis qu'il laissait quelqu'un d'autre que sa petite sœur voir une part de lui... Car c'était quelque chose qu'il ne partageait pas, un talent qu'il gardait pour lui et qui pourtant le définissait tellement...

"Est-ce que vous avez encore le croquis que vous avez trouvé?" Demandait-il, Dimka était curieux en se demandant lequel cela pouvait bien être... Cela lui arrivait tellement souvent de perdre des feuilles heureusement il faisait toujours plusieurs versions de ses dessins, ceux qu'ils perdaient étaient souvent des essais, les résultats finaux ils les gardaient toujours bien précautionneusement évidemment... Dimka se demandait si c'était une bonne chose si le professeur Vandekeybus avait reconnu ses traits... Étaient-ils si médiocre que cela l'avait frappé dès le premier coup d'œil? Ou avait-il réellement aimé au point de reconnaître déjà ces coups de crayons? Des questions qui resteraient sans doute sans réponse pour le moment... Le jeune garçon regardait avec appréhension le professeur attendant d'avoir son approbation ou alors des remarques? En vérité Dimka était prêt à tout prendre tant que c'était constructif car cela ne pouvait que lui permettre de s'améliorer... Il n'avait jamais pris un seul cours, il avait appris tout seul en fonction de ses goûts, il savait que ses dessins plaisaient à sa petite sœur mais, était-elle réellement objective? Il était tout de même un peu confiant car ça ne ressemblait pas non plus aux dessins que peuvent faires les enfants il avait tout de même acquis une certaine technique, après à savoir si elle était bonne... C'était un peu ce qu'il désirait savoir en ce moment, il inspirait calmement alors qu'à l'intérieur il était tout sauf calme... Il s'était un peu renseigner sur l'homme qu'il avait en face de lui, savait pour sa carrière de danseur et il avouait l'admirer d'une certaine façon, enfin évidemment c'était une chose qu'il ne dirait probablement jamais à personne, l'élève avait tout de même une certaine réputation à tenir... Silencieux, il était comme suspendu aux lèvres du professeur attendant alors sa sentence...
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Sabal de Vandekeybus
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : professeur d'art à l'école poudlard, tel un prophète dans le désert le voilà à tenter d'apprendre à voir aux plus déterminés des aveugles.
Célébrité : jeffrey dean morgan
Pseudo : baba yaga Âge : 21 Parchemins : 330 Gallions : 592 Date d'inscription : 10/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur

MEETING AGAIN
sabal & dimka
En acceptant de suivre Ophélia à Poudlard, tu ne t'imaginais pas vraiment y rester longtemps. A vrai dire, tu ne pensais même pas être retenu pour le poste. Toi, un mec à peine stable psychologiquement dans une école remplie d'enfants en deuil. Il faudrait être fou pour accepter de te confier des classes. C'est surement pour ça que tu n'es en charge que d'une option. Mais c'est une option qui te correspond, c'est déjà ça. Tu n'as pas trop d'élèves, pas trop de cours. Tu es un peu la brise d'air frais des élèves, l'espace d'une à deux heures dans la semaine. Enfin, si on enlevait au tableau les traits sombres de ton caractère changeant, ton instabilité, tes peurs quotidiennes, ton incertitude quant à la véracité des faits présents. Parce que dans ta tête, tout est faux, tu rêves. C'est une voix qui ne cesse jamais de résonner dans ton crâne. Parfois tu ne l'écoutes pas, et souvent elle te berce.

Le jeune Dimitrov n'assiste pas à tes cours, jamais. Il n'est plus dans un cursus primaire, il est en GISIS. Tu ne sais pas trop dans quelle branche, pour quel avenir. Tu ne sais même pas si c'est valable aujourd'hui d'avoir des projets d'avenir quand le passé nous rabache sans cesse qu'ils peuvent être annihilés du jour au lendemain. C'est une lutte sans fin entre l'envie d'avancer et réaliser que le sol est mouvant. Plus tu avances, plus tu t'enfonces. Plus tu restes immobile, plus tu fais du surplace. Cruel dilemme, c'est comme choisir sa façon de partir. La corde ou le couteau. Morbides réflexions qui parcourent ton crâne lorsque l'élève retourne chercher son carnet. Tu l'as interrompu, bon gré, malgré, tu l'ignores, mais tu ne peux pas retourner en arrière. C'est fait. Dimitrov te tend son carnet, tu le saisis doucement, du bout des doigts. Tu sais combien un carnet peu représenter pour un artiste, pour quelqu'un qui voit la beauté en tout. D'une gravure au tas de miette. Tu sais la confiance qu'il faut pour oser partager les produits de son âme. Alors pourquoi toi ? Toi tu n'es rien pour cet enfant, et il n'est rien pour toi. Il n'y a que de la curiosité, un peu d'émoi face à la jeunesse qui commence le long parcourt de l'expression artistique. Tu retournes le carnet pour pouvoir regarder les croquis convenablement. Il y a quelque chose, dans les traits. Même si ce n'est pas fini, il y a quelque chose. Tu vois des façons d'appréhender la matière, de rendre compte des aspérités, une utilisation du crayon que tu n'avais pas encore abordé, des techniques que tu avais oublié de maîtriser. Tu y sens la jeunesse, l'émerveillement face aux statues, à ces figures figées. " Je vous rejoins sur votre attrait vis-à-vis des statues de ce couloir. Elles ont quelque chose. J'attribuerais volontiers ceci à la magie présente en ces lieux. Peut-être en gardent-elles un peu sous la roche. " dis-tu doucement, parce que tu n'es pas en cours, parce que personne d'autre n'est là et que si seulement lui t'entend ça va. C'est presque comme si tu ne voulais pas que la pierre vous entende comploter pour comprendre ce qui les rend si spécial.

Il te demande si tu possèdes encore son croquis. Tu refermes le carnet du jeune homme et le lui tend à nouveau, tu le lui rends. Tu laisserais parler ta curiosité que tu te serais mis à feuilleter toutes les pages pour découvrir les propos et créations de l'élève. Mais non, ce n'est pas le moment. Un autre jour, peut-être, si l'occasion se représente. Tu te dis que tu es partie pour enseigner quelques années, si tout se passe bien. Vous aurez le temps. Si tout se passe bien. " Oui bien entendu, je ne l'ai pas présentement sur moi mais je vous le ferais parvenir très vite. " ce bout de parchemin qui traine sur ton bureau depuis plusieurs jours, il va enfin retrouver son créateur. Un retour au bercail. " Puis-je me permettre d'être indiscret et vous demander depuis combien de temps vous dessinez ? "
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
lie to me
The moment you doubt whether you can fly, you cease for ever to be able to do it.

Revenir en haut Aller en bas
Dimka Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 9ème année en sécurité magique
Célébrité : nicholas galitzine
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 1051 Gallions : 622 Date d'inscription : 09/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1181-dimka-dimitrov-nos-choix-ne-nou http://www.mumblemumps.com/t1198-dimka-dimitrov-a-chacun-son-destin#26688 http://www.mumblemumps.com/t1756-dimka-dimitrov-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


Meeting again
~ Sabal & Dimka ~


L
 e jeune Dimitrov n'était pas suspendu aux lèvres du professeur mais, presque. Scrutant ses réactions face à ses dessins, essayant de deviner à son expression faciale si oui ou non ce qu'il avait fait était bon, peut-être que cela lui plaisait? Aucune critique bonne ou mauvaise et pourtant Dimka reprenait son carnet avec un léger sourire qui étirait ses traits... Ce sourire était rare, il était franc, sans dissimulation de sa part, sans cacher quoique ce soit, c'était le sourire de l'enfant qu'il était, de l'adulte qu'il n'était pas encore... Il était d'accord sur ce qui concernait les statues, elles avaient quelque chose, était-ce de la magie comme venait de le suggérer le professeur de Vandekeybus? Sans doute oui après tous l'école entière en était remplie, c'était le monde dans lequel ils vivaient... Cependant quelque chose avait attiré le slave à un tel point qu'il avait eu envie de soulever l'un de leur masque... Pourquoi? Etait-ce un effet que tout le monde ressentait? Pourtant à présent cela ne lui semblait plus aussi vital que ça ne lui avait paru quelques instants auparavant, lorsqu'il était encore là... Etait-ce la présence du professeur d'art qui changeait quoique ce soit? Dimka ne saurait le dire et il gardait le silence à ce propos peut désirant qu'on se pose une quelconque question sur sa santé mentale...

"Oh je... J'étais juste curieux de savoir de quel dessin il s'agissait, ce n'est absolument pas pressé." Répondait-il tout d'abord à l'homme en face de lui. Il était même à deux doigts de lui dire qu'il pouvait garder le dessin mais, il ne savait pas s'il en avait envie... De plus c'était quelque chose de personnel et Dimka ne voulait pas non plus qu'il se fasse des idées, l'adolescent ressentait juste de l'admiration pour le professeur, aimant son travail, aimant sa façon de partager les choses dans sa classe, il aurait aimé avoir une telle matière à Durmstrang mais, elle n'existait pas... L'un des avantages de Poudlard il ne devait bien l'avouer même si certaines choses lui manquaient de Saint-Pétersbourg... Mais il ici il n'avait jamais été aussi libre qu'en ce moment, des enfants auraient sans doute été anéantis en sachant ses parents à Azkaban... Pas Dimka... Il n'aurait pas été jusqu'à dire que c'était ce qu'ils méritaient, la frontière entre le bien et le mal le gamin ne l'avait pas très bien assimilé, il savait juste que depuis, il entrevoyait un espoir, un espoir d'être quelqu'un d'autre que ce qu'on avait prévu pour lui... La voix du professeur le ramenait à la réalité, l'emmenant loin de l'ambiance sombre du manoir des Dimitrov, le ramenant dans la chaleur du château de poudlard. Depuis combien de temps dessinait-il? L'élève devenait un peu plus sérieux alors réfléchissant à la question...

"Je devais avoir... A peu près 5 ans... Je ne sais pas, c'est venu tout seul quand j'étais enfant..." Répondait-il tandis que les souvenirs venaient hanter son esprit. Le dessin avait d'abord été une façon de remonter le moral à sa sœur, cela lui plaisait bien évidemment mais, il cherchait à montrer à sa petite cadette lorsqu'elle avait été battu par leur père qu'elle n'était pas seule... C'était devenu par la suite une véritable passion, un endroit dans lequel il pouvait se réfugier lorsque tout le monde avait le dos tourné et qu'alors il était seul dans sa chambre... Mais tout cela il le gardait pour lui, il ne se voyait pas dire au professeur qu'il avait commencé à dessiner parce que sa sœur subissait le courroux de leur père et que Dimka était alors trop petit pour faire quoique ce soit... Cela faisait quatre ans à présent qu'il s'était dressé contre son paternel, quatre ans que sa sœur était libre et était placée sous sa responsabilité à lui, personne ne pouvait alors s'en prendre à elle sans en subir les conséquences tant qu'il n'en avait pas décidé autrement... Ce n'était sans doute pas juste pour une femme de devoir être placé sous la responsabilité d'un homme mais, c'était ainsi dans la famille Dimitrov et Dimka était sans doute ce qui pouvait arriver de mieux à sa petite sœur... Il ne savait pas trop pourquoi le professeur lui posait la question et attendait de savoir où ce dernier voulait en venir, en attendant lui aussi avait une question et en profitait d'être seul avec son professeur pour oser la poser...

"A quel moment avez-vous su que vous vouliez être danseur?" Demandait-il en espérant que lui aussi ne se montrait pas trop indiscret... Mais Dimka était dans cette problématique en ce moment, sa famille attendait quelque chose de lui et le slave lui rêvait d'autres sans être sûr de pouvoir y avoir le droit... La réponse à cette question l'intéressait vraiment, les danseurs avec son talent dans le monde magique n'étaient pas aussi fréquents que cela, à quel moment fallait-il alors pensée à ce qu'on désirait vraiment ? A quel moment avait-on le droit réellement d'aspirer à une autre vie que ce qui était prévu pour vous? Les questions ne cessaient de tourner en boucle dans l'esprit de Dimka sans jamais trouver de réelles réponses...
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Sabal de Vandekeybus
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : professeur d'art à l'école poudlard, tel un prophète dans le désert le voilà à tenter d'apprendre à voir aux plus déterminés des aveugles.
Célébrité : jeffrey dean morgan
Pseudo : baba yaga Âge : 21 Parchemins : 330 Gallions : 592 Date d'inscription : 10/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur

MEETING AGAIN
sabal & dimka
Chaque enfant présent entre les murs de ce château avait sa propre histoire, son passé et son avenir. Accueillir les élèves de Beauxbâtons et Durmstrang ne faisait qu'approfondir cette mixité des êtres que tu chéris tant. Chaque personne est unique, les cœurs à l'apparence si identiques en renferment jamais les même passions. L'histoire ne pourrait se répéter, les Hommes sont toujours trop différents ceux présent sur Terre avant eux. Dans un sens, c'est ce qui te donne espoir. L'espoir que cette nouvelle génération comprenne les erreurs de leurs ancêtres, qu'ils mettent tout en oeuvre pour ne plus jamais avoir à en vivre les conséquences. Mais ces jeunes gens produiront leurs propres lots d'erreurs. L'être humain est imparfait, il est destructeur. Les leçons sont apprises, mais de nouveaux chapitres ne cesseront jamais de s'écrire par eux-même. Qui sera le prochain mage noir ? Il prendra une autre forme, aura une autre voix, clamera d'autres idéaux. Mais le malheur finit toujours par s'abattre à nouveau sur la surface du globe. Peut-être que, pour le bien commun, la prochaine catastrophe emportera l'ensemble des vies humaines. Mettant ainsi un terme à la catastrophe humaine. Il t'arrive de penser à tout ces jeunes gens dans ce château. Comment ont-ils grandis ? Quelle est leur couleur préféré ? Ont-ils toujours été heureux ici ? Auraient-il aimé naître moldu ? Toi, oui. Tu aurais chéri la normalité d'une vie sans magie. Ne pas avoir à te soucier de ton sang, de ces deux mondes si différent et si similaires. Mais tu es né sorcier, et rien n'y pourra rien changer.

Le jeune Dimitrov te parle, il se confie. Un peu, juste le nécessaire avant que ça ne soit trop dangereux. Avant que la barrière des civilités ne soit rompu et que les âmes se dévoilent. C'est plus facile d'en rester à de la cordialité, à cet espace maintenue d'élève à professeur. Passer la limite et la personne apparaît, ses failles se révèlent et l'on se rend compte que la figure d'autorité fut un jour un enfant aussi. Rester distant, c'est rassurant, ça permet de protéger le quotidien. La figure d'autorité demeure, on a confiance, on est persuadé que l'adulte sait ce qu'il fait, qu'il est capable de protéger qui que ce soit n'importe quand. Mais que l'estrade s'effondre et l'ont se rend compte que parfois l'enseignant est perdu face à sa classe, qu'il se maudit d'avoir formulé une notion du cours d'une manière plutôt qu'une autre. Toi, tu ressembles à un petit animal blessé qui n'a pas encore reprit confiance en la lumière. Les cicatrices d'Azkaban sont encore trop présentes en ton âme et ton corps pour te permettre de vraiment te dévoiler. Les cours sont une torture, parfois tu l'oublies, puis tu croises le regard d'un élève et c'est reparti. Tu paniques. Tu ne sais toujours pas réellement pourquoi le directeur t'a choisi pour le poste. Ophélia a peut-être appuyé ta candidature. Tu ne veux pas savoir, ce serait trop d'informations. Plus que tu n'en a besoin.

" 5 ans...c'est jeune. Peu surprenant, mais intéressant. L'attrait de l'art surgit généralement durant l'enfance. Ce n'est pourtant que plus tard que la passion se développe. Avant cela, c'est plus pour passer le temps, pour échapper à quelque chose. " dis-tu tandis que vos corps gardent leur distance. Rester en sécurité, chacun dans on espace. Vous n'avez pas encore assez confiance l'un en l'autre pour vous permettre de vous rapprocher, ou de dire clairement les choses.
Puis une question, plus personnelle. L'espace se brise, c'est la première prise de risque. Tu baisses les yeux quelques instants, réfléchissant à la question du plus jeune. La danse. Tu aurais aimé prétendre qu'elle fut toujours partie intégrante de ta vie. Ce fut mentir de façon prononcée. Tu relèves le visage, admirant l'espace de quelques instants les courbes des statues, la texture de la pièce, l'expression de leurs mains. " Tard. Comparé à vous, je n'ai découvert l'art qu'après ma majorité. Avant cela, j'étais médicomage. Enfin, j'ai essayé. Et puis avec la guerre et ce qui en découle j'ai intégré un peu par hasard une école en Allemagne. J'y suis resté un peu moins de vingt ans. " une myriade de souvenirs te submergent sans prévenir. Le sol du studio sous tes pieds nus, la sueur omniprésente dans les locaux, le réfectoire avec ses effluves de café et de lait chaud. La Wuppertal Tanztheater avait été ton foyer, ta maison. Quand le monde s'est écroulé autour de toi, tu y a trouvé refuge. Le premier depuis un long moment. " Pourquoi être venu étudier à Poudlard ? Vous êtes en GISIS, je me trompe ? Vous auriez pu resté en Europe de l'Est. Trouver un travail et tout ce qui s'en suit. Pourquoi être venu ? "
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
lie to me
The moment you doubt whether you can fly, you cease for ever to be able to do it.

Revenir en haut Aller en bas
Dimka Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 9ème année en sécurité magique
Célébrité : nicholas galitzine
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 1051 Gallions : 622 Date d'inscription : 09/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1181-dimka-dimitrov-nos-choix-ne-nou http://www.mumblemumps.com/t1198-dimka-dimitrov-a-chacun-son-destin#26688 http://www.mumblemumps.com/t1756-dimka-dimitrov-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


Meeting again
~ Sabal & Dimka ~


D
 imka écoutait avec attention le professeur d'art devant lui, il n'avait pas tort lorsque le jeune garçon n'était agé que de cinq ans pouvait-il réellement parler de passion? Le slave cherchait alors dans tête, partait en quête de la réponse, de savoir à quel moment tout avait basculé, à quel moment son passe-temps était devenu sa passion? C'était peu à peu que cela était arrivé, sans qu'il ne s'en rende vraiment compte, le dessin avait pris de plus en plus de place dans sa vie... Ses traits s'étaient affinés, affirmés cela lui plaisait, cela plaisait à sa petite sœur, alors il avait continué... Parce que c'était à lui, qu'on ne pourrait pas le lui enlever, ce n'était pas comme toute cette mascarade autour du violon, cet instrument avec lequel il jouait merveilleusement mais, ce n'avait pas été son choix, on le lui avait imposé à un tel point qu'à présent il faisait tout pour rester loin de ce qui pouvait s'en approcher... Fort heureusement l'option de musique n'était pas un cours auquel il pouvait prétendre et sa mère était enfermée à Azkaban elle ne pourrait pas lui trouver une quelconque dérogation... Puis il avait osé poser une question plus personnelle à l'homme en face de lui, pour une fois qu'il se trouvait seul avec lui, il osait demander quelque chose qui l'intéressait réellement, quelque chose ses propres parents n'auraient sans doute jamais compris... Dimka éprouvait encore plus d'admiration pour le professeur de Vandekeybus en découvrant cette partie de sa vie, en sachant qu'il avait d'abord choisi une voie et c'était pour celle de la danse qui s'était imposée à lui, comme si vous pouviez faire ce que vous voulez, votre destin était déjà tout tracer et le sien ne pourrait pas changer... Voilà pourquoi il ne pouvait pas s'accrocher à ses rêves, il ne le devait pas... Il entendait à son tour la question du professeur, c'était comme un match de tennis chez les moldus, comme s'ils se renvoyaient la balle au final... Le garçon finissait par hausser les épaules.

"Je suis un Dimitrov." Répondait-il tout bêtement, comme si cette simple réponse pouvait suffir pour que son professeur comprenne, pour Dimka c'était tellement évident. "Les études sont importantes, nous sommes voués à de grandes choses et à ne pas échouer... On n’a pas vraiment voix au chapitre ont à tous été envoyé ici." Annonçait-il finalement, alors pourquoi être venu ici? Tout simplement parce que c'était ce qu'on attendait de lui et parce qu'aussi il n'avait aucune idée de ce qu'il voulait faire plus tard, ces deux ans, c'était aussi une façon de gagner du temps, de profiter d'encore deux ans de liberté avant de devoir répondre aux attentes de ses parents... Ou plutôt de leur oncle, puisque leurs parents étaient à présent enfermés à Azkaban, m'enfin ce n'était pas comme si cela changeait vraiment grand-chose au final... Car se serait son oncle qui allait prendre les décisions et non lui... Andreï et lui étaient les deux héritiers de leur père respectif, ils n'avaient pas le choix, ils ne pouvaient pas choisir tout simplement... Le dessin? Ce n'était que pour s'évader car il savait que ça ne pourrait pas faire partie de sa vie éternellement... Là où il était plutôt chanceux c'était qu'il avait pu choisir le cursus qui l'intéressait le plus et qui restait également dans quelque chose que ses parents auraient aimés, ne pas sortir du rang, être comme eux l'ont décidé, c'était ça son destin...

"Est... Est-ce qu'un jour vous pourriez me donner votre avis?" Finissait-il par demander en montrant son carnet. Un autre jour, lorsque le professeur aurait du temps pour jeter un œil à ses croquis, pas juste au beau milieu d'un couloir, entre deux conversations... Même si Dimka savait qu'il n'en ferait probablement rien par la suite, c'était quelque chose qui comptait pour lui, il avait besoin de savoir et l'homme en face de lui était sans doute le plus à même de pouvoir juger son travail... Il plaçait sa confiance sans trop savoir pourquoi, peut-être parce qu'il était l'adulte et lui  sortait seulement de l'adolescence, peut-être parce que si quelqu'un pouvait le comprendre ça ne pouvait pas être quelqu'un d'autre que lui, peut-être parce qu'il était enfin prêt? Il n'avait pas vraiment la réponse mais, il se jetait à l'eau sans savoir où ça allait le mener mais, il avait la sensation que s'il ne le faisait pas, alors il n'aurait plus jamais d'autre occasion de faire autre chose que ce qu'on attendait de lui...
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Sabal de Vandekeybus
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : professeur d'art à l'école poudlard, tel un prophète dans le désert le voilà à tenter d'apprendre à voir aux plus déterminés des aveugles.
Célébrité : jeffrey dean morgan
Pseudo : baba yaga Âge : 21 Parchemins : 330 Gallions : 592 Date d'inscription : 10/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur

Meeting again
EXORDIUM.
Tu es de ceux qui ont toujours valorisé les échanges entre les différentes générations. Les stratifications, tu détestes ça. Du moins, tu détestais. Aujourd'hui c'est compliqué. C'est compliqué car tu ne t'estimes pas meilleur professeur qu'un jeune passionné dont la plume ou le pinceau est encore intact et immaculé. Tes mains sont celles d'un homme ayant crée et tué. As-tu réellement ta place à Poudlard ? De quel droit te nommes-tu professeur ? Tu n'a jamais suivi de formation pour enseigner à qui que ce soit. Tu as pratiqué, tu as expérimenté, mais tu n'es pas pédagogue. C'est aisément remarquable dans les cours que tu donnes. Les séances ne se suivent pas, la structure est bancale et en fin de compte les élèves ressortent plus troublés qu'enrichis. Tu refuses, d'une certaine façon, d'être ce professeur qui n'est qu'un manuel oral. Tu n'as jamais appris par les livres. Tu as appris, jadis, sur le terrain, sur la scène, contre la toile. C'est en plongeant tes pinceaux et tes doigts dans la peinture que tu y as trouvé les nuances et les subtilités de ses applications. Les mélanges de couleurs sont ennuyeux sur le papier, ils sont merveilleux sur les paumes et les coins de carnet. Plus tard, c'est en sentant tes pieds râper contre le parquet d'un plateau, en peinant à reprendre ton souffle derrière de lourds rideaux, en rattrapant à pleine main le visage d'un partenaire dont la confiance explose les murs, c'est ainsi que tu as appris que danser c'est plus qu'un enchaînement de gestes répétés et usés. Et se battre...il n'y a pas de règles quand on se bat pour sa vie. Si tu rates, tu tombes.

Le jeune homme hausse les épaules à ta question. Il te répond que son nom trace les contours de son avenir, qu'il en sera toujours ainsi. Le nom est la raison et l'explication. Toi ton nom ne t'a jamais rien demandé, il t'a été donné en tout et pour tout uniquement car tu es le fils de tes parents. Que pourrais-tu faire avec pour excuse que tu es le fils d'un moldu et d'une résistante sorcière ? Rien, si ce n'est respirer et prouver qu'un lein est possible si tant est que l'on prend l'amour comme un pont plutôt que comme un mur. Être le fruit d'une union d'amour ne fait pas de toi quelqu'un de plus exceptionnel que le jeune homme face à toi. Ce jeune homme voué à bien plus qu'une succession de jours maigres où les achats de toiles se font rares, où la faim se fait parfois ressentir. Être un artiste, un peintre, un acteur, un danseur, un musicien, un photographe, un sculpteur, un illustrateur...c'est choisir une vie dénué de facilités, de stabilité. C'est placer son art avant le reste, c'est se dire que plus tard on sera peut-être la honte de la famille. C'est se dire qu'on risque de finir seul à force de s'enliser dans les tréfonds de l'expression. Un homme ayant fait vœux d'art est un homme acceptant les pertes d'équilibres et les remises en question constante. Si le jeune Dimka peut échapper à ça, tu ne le plains pas plus que ça.  

Si le destin existe, tu es certain que personne ne peut y faire quoi que ce soit. Si chaque histoire est écrite dans le marbre, alors dire à ce jeune homme qu'un nom n'est qu'un ramassis de lettres et de contraintes ne changera rien à sa destiné. Si il y a bien une chose dont tu es sûre, c'est que chaque personne est faite pour quelque chose. Il ne peut y avoir que des artistes, il ne peut y avoir que des gens libres de faire ce que bon leur semble. Il faut des bases, il faut des êtres solides et fidèles à leur nom, à leurs traditions. Sans eux la société s'effondrerait et les oiseaux frêles comme toi ne pourraient pas se coucher en se sentant apaisé de ne pas avoir de nom leur entravant les mains. Soit tu nais rois, soit tu n'es rien. Tu n'es rien. Dimka sera plus, bien plus que tu n'as jamais été. Tu donnerais cher pour le voir grandir, évoluer, prendre en maturité. Au fond, tu sais qu'un jour viendra où tu seras fier d'avoir croisé son chemin.

Le slave à la gueule d'ange te tend son carnet en te demandant conseil, ton avis. Vraiment ? Tu es flatté, surpris, mais flatté. Tu tends la main pour te saisir du carnet, tu en embrasse la valeur, tu sais ce qu'il signifie, à quel point il est important.
- Je regarderais. Je ne te promet rien, juste que j'y jetterais un oeil. dis-tu en ramenant l'objet vers toi. Tu observes le jeune homme. Une idée incongrue te vient en tête. Dis moi, as-tu des heures disponibles dans ton emploi du temps ? Je pense qu'un ou deux cours pourraient t'être d'une utilité affirmée."



_________________
lie to me
The moment you doubt whether you can fly, you cease for ever to be able to do it.

Revenir en haut Aller en bas
Dimka Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 9ème année en sécurité magique
Célébrité : nicholas galitzine
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 1051 Gallions : 622 Date d'inscription : 09/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1181-dimka-dimitrov-nos-choix-ne-nou http://www.mumblemumps.com/t1198-dimka-dimitrov-a-chacun-son-destin#26688 http://www.mumblemumps.com/t1756-dimka-dimitrov-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


Meeting again
~ Sabal & Dimka ~


D
 imka avait pris son courage à deux mains, avait osé demandé à ce que le professeur jette un œil à ses dessins, qu'il lui donne son avis, qu'il le juge ce que jamais personne n'avait pu faire... Le Slave avait cette impression de se mettre à nu, il sentait con cœur battre à la chamade au moment où le professeur d'art se saisissait de son carnet et pourtant il aimait cette sensation... Il avait ce sentiment que c'était exactement ce qu'il devait faire, il avait cette peur au fond de lui et en même temps c'était vraiment ce qu'il désirait, ses dessins étaient restés cacher depuis bien trop longtemps, il avait besoin de savoir à présent ce qu'ils valaient, peut-être alors que son rêve, ses envies voleraient en éclat, peut-être que cela lui donnerait une raison d'embrasser le destin qui l'attendait réellement ? Il refusait pourtant d'y croire, ce n'était pas ce qu'il voulait mais, à présent ce pouvoir revenait à celui qui se tenait droit devant lui. Le Dimitrov hochait la tête en entendant l'homme lui répondre, bien entendu, pas de promesse, c'était ce que préférait Dimka, il n'en faisait pas lui-même de toute façon... A quoi bon ? Elles étaient faites pour être bafouées...

Un éclat particulier dans le regard de professeur retenait son attention, Dimka attendait alors sachant que ce dernier allait sans doute prendre la parole... Le slave ne s'était pas attendu à une telle proposition, il n'avait pas été préparer et lui qui était si impassible, lui que rien ne semblait pouvoir l'atteindre, se donnant l'air de se foutre de tout... Se retrouvait à être surpris et cela pouvait se lire sur son visage pendant quelques secondes avant que cette surprise se transforme en autre chose... Quelque chose brillait dans son regard comme s'il venait d'offrir un jouet à un enfant de cinq ans, Dimka qui avait perdu depuis longtemps cette innocence et pourtant c'est tout ce qu'on pouvait lire dans son regard durant quelques secondes si le professeur était assez vif... Le slave se forçait alors à se reprendre et cherchait quelque chose à répondre avant que Monsieur de Vandekeybus ne perde patience et ne revienne sur cette proposition qui avait pris de court le jeune élève.

"Je euh..." Déstabilisé, Dimka l'était totalement... Il soufflait un petit coup, reprenant peu à peu une contenance. "Oui je devrais pouvoir trouver du temps." Lâchait-il, en vrai il aurait pu sautiller de joie s'il aurait été du genre à montrer quoique ce soit mais, tout se passait intérieurement, le slave n'était pas du genre à montrer ce qu'il ressentait, en vrai du temps il en avait, il savait qu'il n'aurait aucun problème pour venir aux cours du professeur d'art, il lui faisait un honneur sans le savoir... "Merci beaucoup professeur..." Finissait-il par dire car même si ce n'était pas dans son genre de montrer que quoique ce soit était important, il ne pouvait s'empêcher de ressentir de la gratitude et se disait que son professeur qui prenait du temps rien que pour lui méritait que le slave se dévoile au moins un peu et le remercie. "Est-ce que je peux ?" Demandait-il en reprenant son carnet le temps d'une petite minute il l'ouvrait et écrivait au professeur les jours où il était libre et lui rendait ensuite le carnet.

"Vous avez juste à me faire savoir quel jour vous conviendrais et je serais là." Assurait-il tandis qu'il n'était pas sûr que le professeur sache réellement la valeur du cadeau qu'il venait de lui faire, ou peut-être que si au final ? Qui mieux que le professeur d'art pourrait finalement le comprendre ? Dimka se sentait légèrement gêné, d'avoir laissé autant d'émotion transparaître sur son visage, il se baissait finalement et finissait de ramasser ses affaires qui l'avait aidé à dessiner la statue. Il ne prenait cependant pas tout de suite congés et attendait seulement de savoir si cela convenait à son professeur et s'il avait autre chose à lui dire...
AVENGEDINCHAINS

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sabal de Vandekeybus
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : professeur d'art à l'école poudlard, tel un prophète dans le désert le voilà à tenter d'apprendre à voir aux plus déterminés des aveugles.
Célébrité : jeffrey dean morgan
Pseudo : baba yaga Âge : 21 Parchemins : 330 Gallions : 592 Date d'inscription : 10/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur

Meeting again
EXORDIUM.
Tu avais appris seul à peindre, à jouer, à danser. Tu n'avais jamais pensé, au début, que tu en ferais ton métier. Alors pourquoi débourser des mille et des cent en enseignements divers, de qualité encore à prouver. Personne ne t'a jamais appris à tenir un pinceau ou à pointer le bout de tes pieds. C'est peut-être d'ailleurs pour ça que tu n'as jamais rien eu à faire dans un corps de ballet, que tu as trouvé ta place là où les imperfections sont le terreau de la dramaturgie. La danse, pour toi, ce n'a jamais été une question de beauté ou de plaisir à la vision. La danse, pour toi, c'est des corps qui se percutent, qui s'élancent, qui se tordent et qui crient. Ils hurlent, les os, ils pleurent, les muscles. Heurter son corps contre le parquet, physiquement, psychologiquement. Le briser, éradiquer chaque parcelle d'armure potentiel pour trouver l'âme d'une personne. C'est ça qui fait vivre, c'est ça qui cloue sur place...l'âme, l'absence de mensonge sur scène. Tu sais faire la différence entre un interprète lambda et un danseur qui se donne corps et âme à son art. Le danseur qui te file des frissons juste en marchant sur scène. Celui qui impressionne de temps de vie et de profondeur. C'est celui que tu veux être. C'est celui dont tu tombes amoureux avant de lui faire face en dehors des planches et des projecteurs. C'est celui qui est tellement tout sur scène qu'il à du mal à ne pas être rien chez lui, dans un bistro, dans une conversation. C'est celui qui tend l'oreille, qui observe, qui est silencieux face aux Hommes. C'est celui qui retient chaque étincelle d'émotion éprouvé pour la recracher au centuple sur scène, face à des gens qui clament que manger une pomme sous les projecteurs c'est de l'art. Oui, ça l'est. Respirer est art, courir est art, resté immobile est art. L'art c'est l'Humain qui se projette plus grand qu'il n'est. L'art c'est pleurer face à un bout d'esprit qui te tend ses émotions à bout de bras en priant pour que tu saches les attraper sans trop les blesser.

Dimitrov te remercie, il te regarde et tu sens la surprise mêlé à une gratitude subtile. Tu as presque envie de le couper, de lui dire que tu n'es pas le meilleur professeur, que tu as appris à te blessant, en essayant encore et encore. Tu ne pourras pas lui donner les techniques enseignés par les plus grands, car tu n'es qu'un petit qui a réussi à ramper sur le chemin rocailleux d'une vie de saltimbanque. Tu n'es pas Stanislavski, tu n'es pas Picasso, tu n'es ni Bach, ni Beethoven. Tu es Sabal, et tu n'es pas grand chose. Dans trente ans, qui se souviendra de cette entrevue dans ce couloir si particulier d'un château en deuil ? Peut-être toi, si t'es encore vivant, peut-être lui, si aucun malheur ne l'aura annihilé de cette existence. Plus rien n'est certain, et plus grand chose n'a d'importance. Mais pour ce qui est de demain, pour ce qui est des actions à venir, celles sur lesquelles tu as encore un peu d'influence. Tu aideras ce jeune homme, parce qu'il faut bien que quelqu'un l'aide. Tu ne lui apprendras pas les plus belles techniques, mais tu lui apprendras à avoir confiance en ses tracés, à chercher plus loin que la forme, à trouver les différentes façons de faire ressortir ce que l'on veut du graphite et de l'encre.  

L'élève s'empare à nouveau de son carnet pour y inscrire les informations nécessaires à vos futures entretiens. Tu es un peu anxieux, maintenant que la proposition est lancée tu te demandes si vous avez le droit. C'est vrai ça, est-ce autorisé ? Les questions s'emmêlent l'espace de quelques secondes puis tu les balaie d'une vague de je-m'en-foutisme. Dans le pire des cas, tu seras réprimandé et la vie reprendra son cours. Mais en attendant, tu auras pu lui apprendre deux ou trois truc plus ou moins utiles. Tu redeviens possesseur du carnet et jette un rapide coup d’œil aux disponibilités du Dimitrov. Bien, penses-tu, ça ne devrait pas s'avérer trop compliqué. Relevant ton regard vers l'élève tu entends au loin le vacarme annonçant le repas prochain. Tu te retournes vers l'élève.
- Bien, je vous tiendrais au courant de la date de notre prochain cours. Je vous souhaite une agréable fin de journée. dis-tu en inclinant légèrement la tête sur le côté. Sur ces paroles tu prends le chemin des escaliers fous et te retournes un instant. Et faites attention aux statuts. rajoutes-tu avant de disparaître au coin du couloir.  


_________________
lie to me
The moment you doubt whether you can fly, you cease for ever to be able to do it.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
(S+D) meeting again
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Meeting with the infinity [TERMINE]
» Meeting with the infinity
» Meeting Macron à Lyon
» October Surprise? McCain secret meeting with Pinochet
» Haiti Tops Agenda at North American Foreign Ministers' Meeting

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: Les RPs terminés-
Sauter vers: