Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 6
La version six est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'anniversaire du forum et la rentrée, venez fêter avec nous !
Découvre tout ici
Joyeux anniversaire !
Mumblemumps vient de souffler sa première bougie. Venez la célébrer avec nous !
Plusieurs animations ont été mises en place pour festoyer comme il se doit !
Jette un oeil aux animations !
Besoin d'Aurors !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard,
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

The thing to do {Yordanov}

Invité
Consumed by the shadows
avatar


The thing to do
Guider les autres, jusqu'à ce qui doit être fait le soit. Excluant sentiments et peine, il faut ce qu'il faut pour la fierté.


Elle était avec son amie lorsqu’elle avait reçu la lettre. Elle l’avait lu vite. L’essentiel était entré. Il était mort. Le bâtard avait quitté ce monde. Son père lui avait violemment arraché la vie. La façon dont ça s'était passé n’était pas précisé sur le parchemin, mais elle le connaissait bien. Elle savait de quoi il était capable. C’était simple, il était capable de bien pire qu’elle. Elle savait aussi que jamais elle n’aurait pu poser ce geste. Elle avait beau prétendre le détester de toute sa chair, il y avait toujours eu une part de mensonge dans la chose. Pourtant, elle n’osait s’avouer qu’il demeurait son frère et que peu importe ce qu’elle lui faisait supporter, elle avait des sentiments pour lui. Pas aussi fort que ce qu’elle ressentait à l’égard des jumeaux, mais il y avait bien quelque chose, quelque part, enfoui, qui l’empêchait de transgresser la limite, de commettre l’irréparable. Ce jour là, elle ne pu retenir une larme qui fit son chemin de sa joue à son chemisier. Elle l’essuya du revers de la main, le visage inerte. Elle ne semblait pas triste, elle avait le même air qu’à l’habitude. Cette larme semblait inadéquate, à un point tel que son amie ne la remarqua même pas. Elle déchira la lettre et la fourra dans sa corbeille. Inutile d’en lire d’avantage, elle en avait compris l’essentiel, le reste devait se traduire par des formules de politesse et une date d’obsèque à laquelle elle serait convié. Elle irait bien entendu, pour sauver les apparences et peut-être faire un adieu inavoué à son frère.

Elle aurait cru qu’il n’y aurait pas de différence dans son quotidien avec son absence, mais elle avait eu tort. Elle ressentait bien son absence et quelque chose qui ressemblait étrangement à de la tristesse. Les mois passèrent puis cette légère impression de vide se dissipa petit à petit. Pour elle, le bâtard était maintenant chose du passé.

Mère avait envoyé une lettre à Kamen. Bien entendu, pas à Oxana, elle l’aurait probablement brûler sans en faire de cas. Il fallait bien qu’elle le lui donne, mère connaissait bien sa fille. Tout semblait bien se passer, père avait moins d’excès de rage et il fallait que mère la ramène encore avec un tas de babioles sans importance. D’un autre côté, elle avait raison, il était temps de s’en charger. C’était elle qui avait donné rendez-vous aux jumeaux. Elle s’était présenté bien à l’avance, histoire de faire l’inventaire des choses de Zahari. C’était surtout dans l’intention que les jumeaux ne prennent pas de ses choses afin d’en garder un souvenir. Elle avait l’intention de faire disparaître le tout, pas question que quelqu’un conserve quoi que ce soit, au risque d’accentuer la folie de père et la tristesse de mère. Elle se doutait bien qu’elle devait être anéanti. Elle n’était pas une Yordanov, elle n’avait pas le sang du dragon qui coulait dans ses veines, pas comme ses enfants, elle n’avait jamais vraiment réussi à cacher ses émotions. Aussi clair de que l’eau de roche. Oxana aurait pu avoir pitié, mais elle ressentait plutôt une forme de honte devant la faiblesse de sa mère. Depuis sa plus tendre enfance, elle avait toujours eu ce sentiment que sa mère représentait piètrement la famille, mais avec les événements qui avaient succédé, l’annonce du bâtard, la façon dont elle se laissait traiter par Andreï, sans parler de s’être laissé violer suffisamment de fois pour mettre au monde trois enfants. Oxana avait peu, pour ne pas dire pas, de respect pour sa mère. Elle la voyait comme un être inférieur, piètre représentation d’une femme et d’une Yordanova.  

Elle termina de mettre les derniers effets qui se trouvait sous le lit dans une boîte de carton puis entendit le bruit de pas raisonner dans le corridor. C’était un ou l’autre des jumeaux, peut être les deux. Elle était entré dans cette chambre avec la ferme intention d’incendier tout ce bazar et elle n’en ressortirait pas tant qu’au moins un des deux jumeaux ne l'appuirait pas dans son plan. Il n’était absolument pas question qu’un seul de ses objets se rendent au manoir des Yordanovs. Zahari n’avait jamais eu sa place là bas et ses effets n’ont plus. Maintenant qu’il était mort, il était temps de tirer un trait sur cette lamentable erreur qu’avait fait sa mère. Mettre un enfant au monde par amour et puis quoi encore?!    
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
Kamen Yordanov
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : slytherin
Célébrité : Ash Stymest
Pseudo : Elly Âge : 21 Parchemins : 2225 Gallions : 147 Date d'inscription : 01/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t304-kissing-death-and-losing- http://www.mumblemumps.com/t310-you-re-poison-runnin-through-my-veins-kamen#3919 http://www.mumblemumps.com/t975-kamen-flask http://www.mumblemumps.com/t2065-journal-d-elly#52760

Kamen avait reçu le hibou de sa sœur le matin, et depuis il n'avait pas cessé de repenser aux mots qu'elle avait écrit. Oxana ne comprenait rien à rien. Elle était aveuglé par la haine qu'elle avait ressentie toute sa vie pour Zahari, le bâtard, et aujourd'hui, elle ne pouvait plus penser raisonnablement. Avait-elle réussie à le faire une seule fois ? Kamen n'était pas d'accord avec son idée de ne brûler les affaires de leur demi-frère. Il était mort, mais pour Kamen il était encore plus proche qu'avant. Comme si le jumeau se rendait compte seulement maintenant qu'il avait un frère, quelqu'un de son sang, et qu'ils avaient toujours été séparés, détestés. Ils ne se comprenaient pas, et pourtant, aujourd'hui, Kamen était prêt à le défendre, et encore une fois à braver les décisions de sa grande-soeur, celle qui avait été longtemps son guide.

Le jeune homme avait mangé sans appétit. Le dîner était fade, sans goût, et Kamen n'avait pas la tête à participer aux conversations des autres garçons de sa maison. La plupart parlait du dernier entraînement de quidditch, et le jeune slave se fichait totalement de ce sport sur balai habituellement, mais pour une fois, il ne les regardait pas avec désespoir. Zahari jouait au quidditch. Zahari avait fait parti de l'équipe des Serpentards au début de l'année. Penser à Zahari ne le ramènerait pas, mais il avait l'impression que maintenant que le bâtard n'était plus de ce monde, Kamen pouvait l'apprécier sans culpabilisé. Évidemment, il n'était pas prêt d'admettre que Zahari avait de la valeur, mais quelque chose en lui grandissait, un sentiment de compassion peut-être. Quand l'empoisonneur chercha son double à table, il ne le trouva pas. Était-il déjà dans la salle commune en compagnie d'Oxana ? Allaient-ils brûler les affaires de Zahari sans lui demander son avis ? Yassen avait toujours été le chien de garde d'Oxana, mais jamais il n'oserait faire ça à son jumeau. Pourtant, Kamen n'arrivait pas à en être sûr, à faire totalement confiance à ses deux frères et sœurs. Si Ilia avait été là, ça aurait été différent. Peut-être encore plus difficile. Ilia était la plus proche de Zahari, elle l'avait toujours préféré, et tous les deux étaient inséparables, un peu comme Kamen et Yassen. Elle souffrait encore plus de la mort du bâtard. Elle souffrait aussi pour leur mère. Kamen était convaincu que si ils n'envoyaient pas les affaires de Zahari, ils la mettraient au fond du trou, mais Oxana pensait le contraire. Elle pensait comme Andreï, comme un monstre. Jusqu'à quel point allait-il la transformer ? En faire sa poupée personnelle ?

Kamen en avait assez de ce repas, mais à cause des nouvelles règles, il était obligé d'attendre que le préfèt de leur maison les ramène jusqu'à leur salle commune. Il soupira. Il n'avait qu'une seule manière de s'échapper avant la fin du festin. Il se leva et alla jusqu'à la grande porte, gardée par deux aurors. Il mima alors un mal de ventre horrible, digne d'un comédien. Quand l'Auror l'arrêta, Kamen le supplia de le laisser aller à l'infirmerie. L'Auror n'eut pas le choix, il craignait que le jeune garçon lui vomisse sur les souliers. Il laissa passer l'élève, et Kamen s'éloigna aussitôt. Quand il descendit les marches pour se rendre aux sous-sols, il était plein d'amertume et de crainte. Il ne se contiendrait pas si Oxana avait déjà mis son plan à exécution. Quand il entra dans la salle commune, Yassen était là, assis sur l'un des canapés. Kamen s'arrêta surpris, puis Yassen lui fit un faible signe de tête, sans doute pour lui dire que leur sœur était bien là. Déjà dans les dortoirs. Kamen contena sa colère, elle était déjà montée, sans eux, alors qu'elle avait promis qu'elle les attendrait. Il remercia son jumeau du regard, ils n'avaient pas besoin de s'exprimer pour se comprendre.

Quand Kamen monta les marches pour se rendre dans le dortoir, il passa les étages en essayant de ne pas penser à Zahari. Il ignorait ce qu'il y aurait comme affaires personnelles. Il ignorait ce qu'ils trouveraient, mais il savait qu'ils devaient le respecter, que Oxana le veuille ou non. Quand il pénétra dans le dortoir où Zahari dormait, Oxana était déjà là. Elle tenait une boîte dans les mains. Kamen soupira de soulagement, elle ne les avait pas brûlé. Il alla s'installer contre un mur, un peu à l'écart, attendant qu'elle parle, puisqu'elle avait voulu les réunir.

_________________
destructive love
Ce baiser est mille fois mieux que tout ceux qu’il a pu recevoir et donner dans sa vie. C’est un baiser chaud, langoureux, qui vient du cœur. Un baiser beaucoup plus fort que n'importe quel poison.



Revenir en haut Aller en bas
Yassen Yordanov
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : septième année, vipères.
Célébrité : ash stymest.
Pseudo : Prim Âge : 21 Parchemins : 626 Gallions : 487 Date d'inscription : 04/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

the thing to do
yordanov
I woke up, I was stuck in a dream. You were there, you were tearing up everything and we all know how to fake it, and we all know what we've done. We must be killers, children of the wild ones, killers, where we got left to run?

Le mois de mars avait toujours eu une signification particulière pour lui. Il mettait en l’honneur le dieu de la guerre. Pour le dernier jumeau, cela impliquait l’organisation de nombreuses activités avec le club de combat en honneur des bagarres, des émeutes. Durant ces rencontres, il jouait toutes les querelles, les escarmouches, travaillait les attaques et simulait les révolutions. Jamais pourtant, même si sa famille n’était pas celle dont tout le monde rêvait, même si les exigences étaient hautes, dans le simple but de dépasser la perfection, de faire mieux que les anciennes générations, le jeune homme n’aurait cru que la bataille se serait retrouvée dans son propre foyer.

Durant un moment qui aurait dû être un moment de grâce, leur père avait frappé Andreï avait tué Zahari. Yassen ne connaissait pas les circonstances exactes de sa mort, mais il savait que cela n’avait pas été fait simplement à la baguette. Le bâtard avait probablement souffert à un point même où il avait dû supplier la mort de venir le chercher. Pourtant, étrangement, Yassen n’en voulait pas à son père. Il n’était pas choqué, Andreï avait tué Vassil, son propre frère, tuer le fils de ce dernier n’allait que dans la simple continuité. Il torturait leur mère à chaque jour. Celle-ci souffrait probablement en ce moment-même, se tortillait comme un vulgaire insecte au sol sous les Doloris de son mari.

Yassen laisse tomber la cendre de sa cigarette à terre. Il aurait pleuré s’il avait des larmes. Malheureusement, on lui avait tellement appris qu’un homme ne pleurait pas qu’il ne s’autorisait pas la moindre faiblesse. Jamais il ne fallait laisser quelqu’un savoir que l’on avait été atteint ; probablement était-ce pour cela qu’il ne prenait même pas la peine d’en parler à qui que ce soit. Helge savait probablement tout concernant le meurtre, mais il avait la délicatesse de ne pas en parler. Qui sait, le voleur attendait peut-être qu’il soit prêt en parler.

Il est en train de fumer quand il reçoit la lettre de sa sœur. Expirant la fumée, il écrase la cigarette sous sa botte en ouvrant la lettre. Oxana leur rappelait que leur mère leur avait demandé les effets personnels de Zahari. Yassen était au courant, il avait reçu la première lettre. À la lecture de la seconde, il songe qu’il est bien de l’avis de sa sœur. Cette dernière n’était pas aveuglée par la haine, au contraire, elle faisait preuve d’esprit. Katia était absolument rongée par le chagrin. Elle ne se remettrait jamais de la mort de son fils bien-aimé, de la mort de son fils que même l’amour n’avait pas pu sauver. Les vêtements et autres babioles que Zahari collectionnait ne l’aiderait pas à faire son deuil. Apparemment, elle les rencontrerait après le dîner dans le dortoir.

Sachant qu’il ne pourrait pas ne pas s’y rendre, Yassen sort sa baguette magique, dépose le bout sur le coin du parchemin. Il ne tarde pas à se consumer entièrement, jusqu’à lui brûler le bout des doigts, mais il supporte la douleur. Il ne se dérobe pas. Il accepte tout. Jusqu’à ce qu’il ne lui reste plus rien. Dans ses yeux bleus brille la lueur de la flamme.

***

En descendant dans la Grande salle pour le repas, il salue bruyamment ses amis en leur racontant des histoires dont il ne se souviendrait plus dans la prochaine heure, étalant ses aventures sexuelles dans l’espoir de penser à autre chose. Il ne porte pas attention à la conversation sur le Quidditch, il s’adonne plutôt à la délicate activité de déterminer la taille des bonnets des demoiselles et de déterminer qui a la plus belle paire de seins à la table des Serdaigle. À un certain moment, il perçoit le regard perdu de Kamen en écoutant les discussions sur le sport que pratiquait auparavant leur demi-frère. Yassen se fichait totalement du Quidditch ; pourtant, pendant un moment, le sourire du jumeau s’évanouit.

Il quitte la table avant que son frère ne le remarquent. Quand il arrive devant les portes de la salle, que les Aurors lui demandent où il compte aller, le jeune homme simule une douleur à l’estomac. Il était un bon comédien, il avait fait cela des centaines de fois pour attaquer Helge par surprise, lors des entraînements. « Kamen ne tardera pas à la sentir. » les avertit-il d’une voix étouffée. Devant les regards incrédules, il hausse les sourcils. « La connexion entre jumeaux. Il y en a beaucoup trop dans ce château, si vous voulez mon avis, probablement l'échange n'est-il qu'un prétexte pour enq... » Posant sa main sur sa bouche, il fait mine d’avoir un haut-le-cœur, et gagne officiellement son congé.

Le jeune homme dévale les escaliers qui mènent dans les souterrains. Il se dirige dans les dortoirs. Une fois dans la salle commune, il s’écrase dans le canapé. Il avait pratiquement tout fait sur ce canapé, mais jamais il ne s’était assis en prenant la peine de s’arrêter pour penser. Il pense au deuil. Il pense au chagrin qu’il ne s’était jamais vraiment autorisé à ressentir. Dire que la mort de son demi-frère ne lui faisait rien serait mentir ; même lui avait perdu de son éclat. Cela se voyait dans ses sourires qui manquaient un peu de lumière, dans son refus de reprendre son club de combat qui avait pourtant été une partie si importante de sa vie, dans ses larmes qui ne coulaient pas. C’était dans ces moments qu’il aurait souhaité être comme Ilia ; elle avait toujours eu la force de prendre son destin en main. Lui demeurait soumis à ce foutu dragon qui lui collait à la peau.  

Quand la porte de la salle commune s’ouvre, il sursaute. Il se retourne et voit son jumeau. Il lui fait un vague signe de tête pour lui dire que sa sœur les attend en haut. Yassen aurait pu la rejoindre, mais il ne se sentait pas prêt à la voir seul. Il adorait Oxana (contrairement à Ilia, il la vénérait), mais il ne pouvait pas la suivre sans Kamen.  

Il remonte les escaliers et arrive dans le dortoir. Oxana a une boîte dans les mains, Kamen semblait soulagé de savoir que leur sœur n’avait pas tout brûlé. En même temps, elle avait toujours préféré brûler les gens que les ressources matérielles. Yassen ne pouvait pas compter le nombre de tortures par le feu qu’ils avaient fait endurer au bâtard. Les mains dans les poches, il regarde sa fratrie avant de hausser les sourcils.

« On a connu des meilleures circonstances pour une réunion de famille. » tente Yassen. Le silence est pesant et si le dernier de la famille détestait bien une chose, c’était le vide. Sa plaisanterie ne semble pas atteindre qui que ce soit. « Si tu veux quelque chose à brûler, Oxana, je te donne ceci. » Yassen sort de sa poche son propre paquet de cigarettes et le pose dans la main de sa sœur. « Ça, c’est fait pour ça. » Il est mi-sérieux, mi-amusé ; il sait que sa consommation n’a jamais véritablement fait plaisir à sa sœur, qui a eu l’impression de le perdre entre la fête et les drogues. Pourtant, le message est clair, il n’a pas l’intention de brûler les affaires du bâtard. Pas parce qu’il éprouvait encore quelque chose pour ce dernier, surtout parce qu’il savait que son jumeau était encore sensible. Yassen regarde autour de lui. Manifestement, ils seraient là pour un bon moment.  

Made by Neon Demon

_________________
make my messes matter ☆
The storm clouds were moving across your eyes and I could hear the war drums pounding from inside your mind. My heart shattered apart with your sanity, but I won't leave. Hold on through Heaven and Hell, hold onto each other or I fear we won't recover.

Revenir en haut Aller en bas
Ilia T. Yordanova
Consumed by the shadows
avatar
Aurors
Maison/Métier : stagiaire au département des accidents et catastrophes magiques + reconstruction de Poudlard
Célébrité : Troain Bellisario
Pseudo : Pandore Malone Âge : 28 Parchemins : 422 Gallions : 448 Date d'inscription : 06/06/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1893-ilia-yordanova-the-sun-will-shi http://www.mumblemumps.com/t1918-ilia-yordanova-success-nothing-else-matters#48749 http://www.mumblemumps.com/t1919-ilia-yordanova-don-t-count-your-owls-before-they-are-delivered http://www.mumblemumps.com/t2079-journal-d-ilia#52927

The thing to do.Ilia a reçu la lettre de sa mère, celle qui lui demande à elle et ses cadets de rassembler les affaires de Zahari pour les renvoyer au manoir. La jeune femme n'avait pas réussi à lire la fin du message, les larmes lui brûlant les yeux. Noël n'aurait plus jamais la même saveur pour elle... Son frère, la prunelle de ses yeux, celui qu'elle avait toujours protégé était mort, tué de la main du patriarche Yordanov. L'aînée de la famille avait été particulièrement touché par ce décès, contrairement aux autres enfants Yordanov. Elle ignorait si l'un d'eux ressentait quelque chose d'autre que le soulagement. Yassen semblait pavaner chaque jour dans les couloirs comme s'il n'était pas au courant, Oxana restait fidèle à elle-même, incapable de sentiment et Kamen... Kamen n'était pas très expressif et ils s’étaient perdu de vue un temps, mais elle ne voyait pas de changement chez lui. Les trois plus jeunes n'avaient jamais apprécié celui qu'ils appelaient « le bâtard », mot abjecte qui pinçait le cœur de la brune.

La brunette perdait pied. C'était comme si la première lettre de sa mère venait d'arriver. Elle la relisait parfois, comme pour vérifier qu'elle avait mal compris ce qui était écrit. Ça ne pouvait pas être vrai, Zahari allait passer la porte de sa chambre et viendrait lui raconter sa journée. Elle se rendrait à son match de quidditch et l'encouragerait avec enthousiasme. Mais le réveil était difficile, le chagrin plus fort. Rien ne comptait pour le moment, rien ne l'intéressait que de revoir son frère adoré.
Les semaines passaient sans que Ilia soit capable de rejoindre le dortoir où Zahari dormait. La seule chose qu'elle avait en sa possession était la cape rouge que Zahari avait gardé de Durmstrang. L'un de ses coéquipiers de l'équipe de quidditch lui avait apporté quelques jours après l'annonce de la nouvelle. Imaginer se rendre dans la chambre de Zahari, ranger tout ce qui fait son souvenir et l'envoyer au manoir où Andrei jetterait certainement tout dans la cheminée, c'était au-dessus de ses forces.

Ce soir-là, Ilia était en train de lire dans sa chambre quand sa camarade de chambre, stagiaire tout comme elle, entra avec une expression soulagée sur le visage. « Ah tu es là ! Je viens de voir tes frères monter en hâte au dortoir des huitièmes années. Je pense que tu devr.... » Sa phrase n'eut pas vraiment de fin, la Yordanova se leva rapidement, le cœur battant, un mauvais pressentiment lui nouant l'estomac. Pour que les deux se pressent autant dans un étage ne leur appartenant pas, ça ne pouvait que signifier quelque chose de mal. Courant presque pour traverser la salle commune, elle ne savait pas ce qu'elle allait trouver dans ce dortoir. Elle ne devait pas être loin derrière les jumeaux. C'est en arrivant à hauteur de la porte qu’elle entendit une voix, celle de Yassen qu'elle reconnaissait parfaitement. Il donnait quelque chose à Oxana pour brûler les affaires. Hors de question ! Les sourcils froncés et les yeux rougis, Ilia se posta dans l'encadrement de la porte. « Qu'est-ce que vous fichez !? » demanda-t-elle d'une voix ferme qui n'attendait pas vraiment de réponse.

Sans que ça paresse, c'était la première fois depuis bien longtemps qu'elle se retrouvait dans une si petite pièce avec ses cadets, seuls sans personne autour. Et personne n'avait envie d'être dans la même pièce que les enfants Yordanov ! La famille était brisée à cause d leur père, incapable de raisonner justement, préférant la violence. Ilia avait tout fait pour protéger son frère des autres, il fallait qu'une fois encore, elle défende son honneur. « Personne ne brûlera rien. Vous n'avez pas le droit. » Ilia se voulait forte mais sa voix se brisait malgré elle. Même dans la mort, ses cadets n'étaient pas fichus de respecter Zahari.
© 2981 12289 0

_________________
Always
Je veux vivre chaque seconde, Comme si demain était la fin du monde, être libre pour de bon, A trop vouloir se lever on tombe ♪ Kyo
Revenir en haut Aller en bas
Kamen Yordanov
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : slytherin
Célébrité : Ash Stymest
Pseudo : Elly Âge : 21 Parchemins : 2225 Gallions : 147 Date d'inscription : 01/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t304-kissing-death-and-losing- http://www.mumblemumps.com/t310-you-re-poison-runnin-through-my-veins-kamen#3919 http://www.mumblemumps.com/t975-kamen-flask http://www.mumblemumps.com/t2065-journal-d-elly#52760

Yassen était d’humeur rieuse. En tout cas, il donnait l’air. Mais au fond, Kamen sentait que son jumeau n’était pas aussi joyeux qu’il en avait l’air. Ses blagues pour détendre l’atmosphère avaient l’effet inverse. Oxana semblait au bord de la crise de nerf, elle serrait un peu plus la boite qu’elle portait, si bien que ses phalanges blanchissaient de seconde en seconde. Kamen se demandait combien de temps elle mettrait avant de lâcher la boite, à cause des fourmillements qu’elle gagnerait à être si tendue.  Quand Yassen s’approcha d’elle pour lui donner quelque chose à brûler, l’empoisonneur se redressa un peu. Allait-il lui donner un objet que Zahari lui avait transmis ? Non. Yassen n’était pas d’humeur à brûler les affaires de leur demi-frère. Kamen retenu un soupir de soulagement. C’est à ce moment là qu’une nouvelle personne fit irruption dans la pièce. Kamen était surpris de découvrir qu’Ilia se trouvait face à eux. Leur grande sœur avait été mise au courant, mais par qui ? En la regardant, Kamen crut voir des larmes, mais elles étaient sèches. Ilia voulait être forte pour faire face au trio infernal. Un trio qui était loin de briller comme avant. Le Serpentard compatissait, c’était sans doute Ilia la plus triste de la mort de Zahari. Elle avait perdue plus qu’un frère. Elle devait se sentir tellement seule désormais. Il savait qu’elle était venue à Poudlard pour Zahari, et maintenant, elle se retrouvait avec trois êtres détestables sur les bras.

Mais les menaces ne servaient pas à grand-chose. Oxana se mit à rire en simple réponse à l’interrogation de leur aînée. « Non mais tu crois que tu peux décider de ce qu’on a le droit de faire ou non, simplement parce que tu es la grande sœur, simplement parce que tu es une adulte et que tu as le ministère derrière toi ? Ilia, tu n’as rien à faire ici, et tu ne nous empêcheras pas de faire quoi que ce soit. » Oxana était froide, directe, sarcastique, comme elle avait l’habitude de l’être. C’était sans aucun doute la première fois que Kamen l’entendait prononcer autant de mots envers leur grande sœur, il était impressionné. Mais très vite, il sentit que les tensions ne s’apaiseraient pas.  Yassen avait raison, la réunion de famille serait morbide. L’empoisonneur s’approcha un peu plus d’Oxana, sans rien dire. Il était la discrétion, l’invisibilité, mais il permit aussi à l’attention de changer de cible. Ilia pourrait être tranquille pendant un petit temps. Kamen passa près de son double mais ne le regarda pas. Etait-ce parce qu’ils n’avaient pas besoin de parler pour se comprendre, ou pour une toute autre raison ?

Quand il fut près d’Oxana, Kamen regarda la boîte. Il n’osa pas la prendre, il ignorait quelle serait la réaction de sa sœur et il ne tenait pas à déclencher la fureur, à allumer la mèche qui ne demandait qu’à brûler. « Qu’est-ce qu’il avait ? » demanda-t-il d’un ton neutre. Mais au fond de lui, il mourrait d’envie de se plonger dans les souvenirs de son frère. Peut-être cela l’aiderait-il à faire son deuil ? Peut-être qu’enfin, il pourrait passer à autre chose ? Pour faire passer la pilule, il sortit lui aussi une cigarette de sa poche et la déposa à ses lèvres sans l’allumer. Il savait qu’Ilia serait contre, mais après tout, c’était Zahari le grand fumeur de la famille, le rebelle, c’était un bel hommage que de sortir le bâton de la mort pour l’occasion. Parce qu’on ne pouvait pas parler d’hommage. Aucun d’eux ne pouvait honorer le bâtard, sauf peut-être Ilia, c’était elle qui le connaissait le mieux. « N’essaie pas de gagner du temps Kamen, on va tout brûler, sans regarder ce qu’il détenait, je suis sûre que ça n’a aucune valeur de toute façon. » Oxana était déterminée, prête à tout pour arriver à ses fins. Serait-il assez fort pour l’arrêter ? Il sentait que son cœur balançait, et il ignorait de quel côté il irait.

_________________
destructive love
Ce baiser est mille fois mieux que tout ceux qu’il a pu recevoir et donner dans sa vie. C’est un baiser chaud, langoureux, qui vient du cœur. Un baiser beaucoup plus fort que n'importe quel poison.



Revenir en haut Aller en bas
Yassen Yordanov
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : septième année, vipères.
Célébrité : ash stymest.
Pseudo : Prim Âge : 21 Parchemins : 626 Gallions : 487 Date d'inscription : 04/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

the thing to do
yordanov
I woke up, I was stuck in a dream. You were there, you were tearing up everything and we all know how to fake it, and we all know what we've done. We must be killers, children of the wild ones, killers, where we got left to run?

Il avait toujours eu son propre humour. Il ne pense bien évidemment pas à mal ; il aimait le combat, il aimait les plaisirs de la chair, il aimait passer son temps à fumer, mais il n’était pas foncièrement mauvais. Contrairement à ses amis, il ne cherchait pas la pierre pour ressusciter un être proche ; au contraire, il tentait de l’avoir pour empêcher ses camarades de faire une terrible erreur, de ramener des gens dans un monde qui n’était plus le leur.

Cela en avait intrigué certains – tout le monde savait à quel point le Yordanov aimait la magie noire –  mais Yassen comprenait que certaines choses devaient rester comme elles étaient. Pour honorer les morts, il fallait accepter de rester en vie, de combattre, de mettre à profit chaque respiration. Avant tout, il était un guerrier, il était un homme d’honneur qui respectait autant ses paroles que les hommes autour de lui, son père l’avait toujours élevé comme le digne héritier de la famille.

Malheureusement pour lui, il avait tout gâché, il avait tout gâché quand il avait répliqué à son père que toutes ses notions familiales n’était rien d’autre qu’une immense blague à ses yeux. La terrible sensation de déception revient le hanter quand Ilia entre dans la pièce. Le désenchantement lui serre le cœur avant de descendre dans le bas de ses tripes. Soudainement, Yassen a la nausée, mais cette fois-ci, ce n’est pas une plaisanterie. La boîte de cigarettes dans la main de sa sœur, il comprend qu’il a été pris en flagrant délit.

Ilia a le visage du chagrin. Pourtant, elle demeure intransigeante, elle leur demande avec son entêtement habituel ce qu’ils étaient en train de ficher et Yassen commence à comprendre que son geste n’a pas été vu de la bonne manière, que sa sœur pensait véritablement qu’il avait l’intention de tout incendier alors que ce n’était pas le cas, que sans le vouloir, il venait de mettre dans les mains d’Oxana le terrible instrument de sa vengeance. Il ouvre la bouche pour tenter une réponse, mais cela ne sert à rien, Ilia ne veut pas de justification, elle avait sa propre idée de la situation et il ne pouvait pas la blâmer, même si une partie de lui était tout bonnement frustrée et n’avait envie que de s’insurger.

Il fallait dire qu’Ilia et Yassen n’avaient jamais été particulièrement proches. Normal, vous dirait le plus jeune. Sa sœur était complètement coincée et ne pensait à rien d’autre que ses études. Elle passait aussi son temps à le diaboliser, comme elle le faisait présentement, parce qu’il aimait bien combattre, parce qu’il aimait bien fumer un joint de temps à autre. Il était impossible que les deux soient dans la même pièce sans se rabaisser.

Le jeune homme perçoit nettement une faille dans l’armure de sa sœur. Ilia commence à se briser. Elle se veut forte, mais Yassen entend parfaitement le craquement de sa voix quand elle leur interdit de brûler les possessions de leur demi-frère. Il la trouve faible. Il a envie de cracher par terre. Il aurait aimé qu’elle lui fasse confiance, qu’elle voit plus loin que les apparences, mais bien évidemment. Ilia savait mieux que tout le monde, il était mauvais.

Ilia n’en avait jamais eu que pour Zahari.

À la place, il se tourne vers Oxana qui ne prend pas de gants blancs. Tout bonnement, elle annonce à la première-née qu’elle n’a pas sa place ici. Les deux filles ne se sont jamais entendues, depuis leur plus tendre enfance, et la haine était devenue plus forte depuis l’échange. Chacune semblait prête à virer l’autre de l’école. Yassen ne s’intéressait pas à leurs histoires. Ces trucs de filles lui semblaient tout bonnement puérils. Lui, il préférait se concentrer sur son jumeau, sur ses amis, ses conquêtes, ses fêtes et ses combats.

Yassen perçoit nettement Kamen se déplacer, il le ressent plus qu’il ne le sent, chacun a toujours eu une connexion intense avec l’autre. Son jumeau demande ce que le bâtard avait. Oxana ne semble pas enchantée par la question, elle lui demande brutalement de ne pas tenter de gagner du temps. À cette détermination, Kamen répond en passant une cigarette entre ses lèvres.

Le jeune homme s’avance. Il tend les bras avec un grand sourire aux lèvres. Yassen est plein de rage et de frustration. Il ne peut pas combattre, il ne peut pas fumer. Alors, il répond avec un sarcasme qui ne lui ressemble pas : « Exactement. » Il lance un regard sombre, trahi à Ilia. Il aurait aimé qu’elle voit autre chose de lui que ce frère violent qu’elle passait son temps à imaginer, depuis leur enfance, depuis sa seule erreur avec Mérope. Il se contente de dire : « On brûlera tout. »  

Une partie de lui se dit que tout brûler lui permettra de faire son deuil. Il ne voulait pas prendre soin d’une tombe, ni passer son temps à pleurer sur des vêtements. C’était une perte de temps. La mort du bâtard l’empêchait de vivre depuis un bon moment maintenant. Ce ne serait qu’une question de temps avant qu’elle ne jette le déshonneur sur leur famille ; autant se débarrasser de tout ce qui était incriminant avant que les vautours ne commencent à tourner autour du clan Yordanov.

Yassen hausse les épaules. « Il faut voir les choses en face. Mère ne se remettra jamais de la mort de son adorable fils. Lui redonner ces possessions ne fera que remuer le couteau dans la plaie, lui rappeler cet enfant qu’elle a perdu et qu’elle n’a pas pu sauver. » Yassen regarde la cigarette de son frère. Tenté, il tend son bras en direction de son propre paquet. Oxana le retire brutalement de sa portée, encore irritée de la provocation, détestant aussi le voir se noircir les poumons.

Yassen sort un joint de sa poche et le porte sur ses lèvres. Il allait lui falloir quelque chose de plus fort probablement, en attendant, il lui faudrait du feu. Il s’approche dangereusement de la lampe à huile, sur le bureau de Zahari. Elle est encore pleine ; une étincelle et tout brûlerait. « De toute façon, pourquoi devrait-on faire quelque chose pour elle ? » continue-t-il. « Elle ne s’est jamais occupée de nous. Elle n’en a toujours eu que pour toi, que pour lui. Encore aujourd’hui, elle est incapable de me différencier de Kamen. » Ilia pouvait bien se dire que leur famille était brisée en raison de leur père, mais le tout était de la faute de leur mère. Si elle avait été un peu plus forte et avait écouté sa tête au lieu d’écouter son cœur, n’avait pas couché avec le frère de son propre mari, rien de cela ne serait arrivé. Tout le monde cherchait son coupable. Tout le monde cherchait une explication. Yassen se confortait dans la sienne. Il regarde son reflet dans l’huile. C'était à se demander qui était le véritable bâtard dans cette famille. Zahari, ou bien, Oxana, Kamen et lui ?
Made by Neon Demon

_________________
make my messes matter ☆
The storm clouds were moving across your eyes and I could hear the war drums pounding from inside your mind. My heart shattered apart with your sanity, but I won't leave. Hold on through Heaven and Hell, hold onto each other or I fear we won't recover.

Revenir en haut Aller en bas
Ilia T. Yordanova
Consumed by the shadows
avatar
Aurors
Maison/Métier : stagiaire au département des accidents et catastrophes magiques + reconstruction de Poudlard
Célébrité : Troain Bellisario
Pseudo : Pandore Malone Âge : 28 Parchemins : 422 Gallions : 448 Date d'inscription : 06/06/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1893-ilia-yordanova-the-sun-will-shi http://www.mumblemumps.com/t1918-ilia-yordanova-success-nothing-else-matters#48749 http://www.mumblemumps.com/t1919-ilia-yordanova-don-t-count-your-owls-before-they-are-delivered http://www.mumblemumps.com/t2079-journal-d-ilia#52927

The thing to do.Zahari n'était pas mort depuis longtemps que le trio infernal voulait déjà éradiquer le moindre souvenir de lui. L'aînée de la famille ne pouvait pas rester sans rien faire, pas quand Oxana semblait prendre les décisions ! Cette gamine a toujours été mauvaise, depuis son enfance elle ne cherche qu'à faire du mal à ceux qu'elle juge indignes d'elle. Ilia fait partie de ces personnes et bien que sa sœur ait tout tenté pour la faire renvoyer, elle n'y était pas parvenu. En revanche, si la brune s'y mettait, elle n'aurait aucune difficulté à lui faire regretter de lui tenir tête ainsi. Aussi, tout en restant à la porte, la brune toisa sa cadette. « Crois-moi, je n'ai besoin de personne pour t'empêcher de nuire. » C'était comme une menace à peine dissimulée, une promesse de vengeance pour l'acte qu'elle désirait commettre. Bienvenue dans la famille Yordanov ! Comment Andreï avait-il fait pour laisser croire au monde entier qu'ils étaient la famille parfaite ? Bonne question, mais depuis quelques années, Ilia avait lâché la bombe et détruit la couverture de son père. Tous savaient ce qu'il faisait à sa femme. Cette trahison, Ilia l'a payé en étant pour ainsi dire banni de sa vie, mais elle ne pouvait pas éviter ses cadets, encore moins maintenant qu'ils avaient des idées destructrices.

Kamen s'est déplacé, presque sans bruit et la Yordanova ne s'en rend compte qu'une fois qu'il a ouvert la bouche. Il a toujours su se faire discret, plus que Yassen en tout cas. Il cherche à savoir ce que leur sœur souhaite brûler mais Oxana ne l'entend pas de cette oreille. Si même les jumeaux ne trouvent plus grâce à ses yeux, qu'allait-elle faire !? Eux toujours si proche, comme s'ils étaient triplés, c'était surprenant de les voir si divisé à l'instant. Peut-être que la jeune femme saurait rallier un des garçons à sa cause. Oh pas Yassen, non. Elle le savait farouchement révolté contre sa personne, parce qu'elle avait toujours protégé leur défunt frère que lui. Mais le fossé ne s'était pas créé par sa faute, c'est leurs parents qui avaient séparé les enfants, ne voulant pas que ses héritiers fréquentent un bâtard. Ce mot lui reste en travers de la gorge, même s'il est vrai..
Le jumeau numéro 2 se décide à ouvrir la bouche, il ne souhaite pas rendre leur mère triste en lui renvoyant les affaires du mort. « Elle a besoin de faire son deuil. » peste Ilia. Elle aussi en avait besoin et si ses cadets brûlaient tout, il ne lui resterait aucun souvenir à chérir. Même eux en avaient besoin, bien qu'ils l'ignoraient sans doute.

« Mère n'a pas créé cette division, Yassen ! Elle vous aime. Tous les trois ! Pouvez-vous accepter qu'il lui soit difficile de vous accepter après ce que père lui a fait pour qu'elle tombe enceinte !? » il fallait leur rappeler la dure réalité. Andreï avait abusé de sa femme plus d'une fois, jusqu’à produire l'héritier parfait, celui dont il serait fier. Katia a aimé ses bébés, l'aînée peut en être témoin puisqu'elle les a aimé également jusqu'à ce qu'elle apprenne la vérité, jusqu’à ce que son père les monte contre Zahari. Il fallait qu'elle le protège à tout prix, il n'y était pour rien dans cette histoire, il n'avait pas demandé à venir au monde et encore moins à mourir de la sorte. Ilia ferait barrage et si quelqu’un sortait une flamme d'un endroit quelconque, elle dégainerait sa baguette. Ce serait forcément Oxana et sa sœur était prête, la détermination luisant dans son regard autant que les larmes de colère et de tristesse qu'elle s'efforçait de réprimander. « Laissez-moi m'occuper de ça. Si vous le détestiez tant, vous n'avez rien à faire ici. »

© 2981 12289 0

_________________
Always
Je veux vivre chaque seconde, Comme si demain était la fin du monde, être libre pour de bon, A trop vouloir se lever on tombe ♪ Kyo
Revenir en haut Aller en bas
Kamen Yordanov
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : slytherin
Célébrité : Ash Stymest
Pseudo : Elly Âge : 21 Parchemins : 2225 Gallions : 147 Date d'inscription : 01/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t304-kissing-death-and-losing- http://www.mumblemumps.com/t310-you-re-poison-runnin-through-my-veins-kamen#3919 http://www.mumblemumps.com/t975-kamen-flask http://www.mumblemumps.com/t2065-journal-d-elly#52760

Les Yordanov, de l’extérieur, la famille admirée, crainte, puissante et riche. L’une des plus grandes familles des balkans. Mais, à l’intérieur, c’est une toute autre histoire. Une histoire triste, sordide. Des coups dans le dos, des couteaux aiguisés, du sang et des valeurs bafouées. L’honneur n’existe pas, il est infime, invisible, inconnu. Chez les Yordanov, ce qui ne tue pas rend plus fort. Le viol ne tue pas. Quand Ilia rappelle l’acte commis pour la naissance du trio d’argent, Kamen se sent mal. Il a envie de vomir. Leur mère a été violé, pour les mettre au monde tous les trois. Ils ne connaissent rien à l’amour, c’est peut-être pour cela qu’ils sont autant handicapés des sentiments ? Kamen soupire, il ne veut plus rien entendre. Il ne veut plus les entendre se déchirer. Lui, il a toujours eu l’impression d’être au milieu de tout ça, de participer parfois aux conflits, mais pour faire sa part, il a pris un tout autre chemin. Dès qu’il a compris pour le viol, il a commencé à confectionner ses poisons. Se punir, se faire souffrir, se droguer, pour oublier, pour se faire pardonner. Voilà ce qu’il faisait.

Kamen ne comprenait pas à quoi ils jouaient, tous. Yassen semblait totalement hermétique à ce qu’il se passait, il prétextait que leur mère mourrait si elle n’arrivait pas à faire son deuil, mais justement, Ilia répétait qu’elle avait besoin de ces objets pour y arriver. Oxana, elle était sur le qui-vive. Elle jetait sans cesse des regards de haine et de colère envers Ilia. La guerre était déclarée. Seraient-ils capables de s’entretuer ? Eux qui n’avaient jamais été soudés ? Eux qui ne connaissaient rien à la solidarité familiale. Finalement, pour Kamen, il n’y avait toujours eu que lui et Yassen. Les jumeaux. Inséparables, indivisibles. Etait-il trop tard pour Ilia et Oxana ? Qui serait le prochain ? Kamen sentit le mal de crâne arriver. Ces derniers temps, les migraines étaient de plus en plus intenses, mais il ne pouvait rien faire pour les contrôler, il devait simplement attendre. Il aurait aimé avoir l’un de ses poisons à portée de main, mais ses fioles étaient restées dans la salle commune. Tant pis. Il sortit sa baguette magique et formula le sort d’attraction, et quatre fioles glissèrent jusqu’à lui en un rien de temps. C’était du poison. « Oui, nous sommes nés d’un viol, pas comme Zahari, on le sait. C’est lui le chouchou Ilia. Tu n’as jamais essayé de te mettre à notre place, elle non plus. Mais tout cela ne sert à rien, au lieu de se déchirer, votons. Les affaires de Zahari seront soumises au vote familial. Soit  on les brûle, soit on les garde et on en envoie à Mère. Elle est déjà assez malheureuse comme cela, mais je crois que son malheur est notre faute à tous. » Kamen a beaucoup parlé, il s’en rend compte. C’est la première fois qu’il prend ainsi la parole, pour assumer une idée, pour donner une directive. Est-ce une occasion pour lui de définir son futur rôle de premier ? Il n’en a aucune idée. Mais il faudra bien qu’il y pense un jour, Andreï a besoin d’un véritable héritier. Est-il la hauteur ? C’est lui qui est né le premier.

Une nouvelle fois, la migraine est plus forte. Il soupire et ouvre l’une des fioles, qu’il ingurgite entièrement. Le poison est amer, sec, presque étouffant, mais Kamen l’apprécie alors qu’il entre en contact avec son sang. Oxana est la première à réagir. « C’est pas bientôt fini ces histoires ! N’ayons pas honte de ce que nous sommes. Nous ne sommes pas nés de l’amour, mais Père nous a donné tout ce que nous avions besoin. Nous ne sommes pas faibles, pas comme elle, pas comme l’était le bâtard ! Et toi Kamen, si tu ne cesses pas tes idioties, je te jure que tu le regretteras. Tu me fais honte ! » La princesse ne contrôle plus rien, Kamen lui a déjà échappé, et il ne reviendra pas. Détruire pour mieux régner.


_________________
destructive love
Ce baiser est mille fois mieux que tout ceux qu’il a pu recevoir et donner dans sa vie. C’est un baiser chaud, langoureux, qui vient du cœur. Un baiser beaucoup plus fort que n'importe quel poison.



Revenir en haut Aller en bas
Yassen Yordanov
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : septième année, vipères.
Célébrité : ash stymest.
Pseudo : Prim Âge : 21 Parchemins : 626 Gallions : 487 Date d'inscription : 04/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

the thing to do
yordanov
I woke up, I was stuck in a dream. You were there, you were tearing up everything and we all know how to fake it, and we all know what we've done. We must be killers, children of the wild ones, killers, where we got left to run?

La bonne chose à faire, c’était une question complexe, compliquée, pas évidente parce que la bonne chose à faire se confondait entre les questions morales et rationnelles. Il y a le cœur, il y a l’esprit, le problème, c’est quand les deux se confrontent. C’était comme de l’huile qui rencontrait le feu, tout devenait un incendie. Ses sœurs en était le parfait exemple ; Ilia venait de répliquer à Oxana et ce n’était qu’une question de temps avant que tout n’explose, comme si l’horloge n’avait attendu que le bon moment pour faire éclater la famille parfaite qui avait tant défié le feu.

Le combustible, vieilli, renvoie une image de lui-même, au dernier héritier, mais lui renvoie aussi une image nette et précise de son frère. Elle lui rappelle que sa décision influencera sa relation avec son double et avec toute sa famille. Il ne bronche pas quand Ilia lui répond que leur mère avait besoin de faire son deuil, et qu’elle n’avait jamais été celle qui avait créé cette division. Une partie de lui sait parfaitement que sa grande sœur a raison, mais il a toujours appris à enterrer ses doutes et ses peurs derrière ses propres idées. Il était un homme, il était puissant, et personne ne pouvait lui dire qu’il avait tort. Yassen ne se laissait jamais dominer par les émotions, il ne connaissait que le rire et le plaisir, il ne vivait que pour ce qui faisait battre son cœur. À l’intérieur, il lui arrivait de chercher le rationnel, le concret, la facette que peu lui connaissait, la facette de lui qui voulait simplement quelque chose de logique sur lequel s’appuyer. C’était pour cela qu’il aimait autant les combats ; il y avait une facette qui ne recherchait que la force, mais aussi, une, la concentration, la stratégie, quelque chose qu’il avait tenté de cultiver chez tous les guerriers qu’il avait entraînés.

Son visage est impassible quand on lui rappelle le viol. Le bâtard n’avait jamais demandé à venir au monde et à mourir aussi cruellement, mais Yassen n’avait jamais demandé non plus à naître en étant partiellement désiré. C’était une dure réalité, mais il avait appris à ne pas porter son cœur en bandoulière. La douleur était inscrite dans les tatouages qui dissimulaient des coups de couteau et des cicatrices de bataille, mais les plus dures de toutes étaient celles que sa propre famille lui avait infligées.  

« L’amour d’une mère est inconditionnel. » se contente-t-il de répondre. Il continue de fixer l’huile ; il lui suffirait d’un mouvement, d’un peu de colère et tout s’enflammerait, comme lors de sa première manifestation de magie, comme lorsqu’il avait six ans. Gamin qui portait en lui la force des dragons, tout l’avait amené à suivre les traces de sa famille, mais pour suivre les traces de sa famille, il fallait couper les mauvaises herbes, tout ce qui pouvait empêcher le champ de roses de pousser et de se développer, pour montrer que leur clan était toujours le plus fort.

L’aînée est prête à dégainer sa baguette. Elle semble atteindre que l’un des membres de l’ancien trio ne décide d’enflammer les affaires du bâtard. Yassen aurait probablement commencé si sa baguette fonctionnait bien. Les sorts avaient toujours été son fort ; habile en magie noire, même si personne ne le savait, habile avec le feu aussi, portant le tatouage familial sur ses côtes, la lumière qu’il avait dans le cœur était destructrice, pouvait tout détruire sur son passage. Mais il ne se rend pas compte, le jeune homme, que c’est sur sa sœur que son autre sœur a son attention.

Yassen lève sa tête en entendant un sort. Kamen lance un sortilège pour récupérer ses poisons. Il prend la parole et même s’il donne raison à son jumeau sur certains points, il lance surtout l’idée de faire un vote. Yassen ne le dit pas, mais il est fier de son frère. Il a un petit sourire sur ses lèvres ; c’est la première fois qu’il le voit autant assumer une idée. Kamen serait un parfait patriarche, un parfait représentant du clan quand viendrait son heure. Lui ne se poserait que comme son cavalier, pour le défendre en toute occasion. Rien ne les diviserait.

Kamen boit le poison. Oxana réagit, leur père leur avait donné tout ce dont ils avaient eu besoin et ils n’étaient pas faibles, pas comme le bâtard, pas comme leur mère. Le benjamin se retrouve un peu dans ses paroles, mais il ne pouvait pas suivre sa sœur sans son frère. « Tais-toi, Ox, tu me donnes mal à la tête. » Il est un peu agacé ; tout cela n’était que des enfantillages.

Yassen sort de sa torpeur. Tournant autour de son frère, il prend une des fioles de poison et le porte à ses narines. L’odeur annonce parfaitement le danger de la potion. Le bagarreur n’est pas habitué. En dehors des drogues, des boissons, son organisme connaît un régime strict d’entraînement et de sport. Son corps était taillé pour le combat.

« Je suis d’accord pour le vote. » se contente-t-il de dire. Le poison dans sa main représente son soutien envers la première décision du futur meneur de clan. Il le lève vers Kamen, un clin d’œil sur son visage d’ange, comme pour l’encourager. « Je ne pense toujours pas que ce soit une bonne idée de tout lui envoyer, mais si une ou deux babioles peuvent l’aider à aller mieux, alors nous pouvons essayer. » Il conclut. Il plonge ses yeux dans ceux d’Ilia. « Je ne l’ai jamais détesté. » Il fait référence à Zahari. « Simplement, maintenant qu’il n’est plus là, notre mère doit aussi apprendre à compter sur nous. Il faut aller de l’avant. » Ce qui ne tue pas ne rend plus fort, mais venant de la part du dernier des jumeaux, les paroles étaient une belle progression, un juste compromis entre sa tête et son cœur.
Made by Neon Demon

_________________
make my messes matter ☆
The storm clouds were moving across your eyes and I could hear the war drums pounding from inside your mind. My heart shattered apart with your sanity, but I won't leave. Hold on through Heaven and Hell, hold onto each other or I fear we won't recover.

Revenir en haut Aller en bas
Ilia T. Yordanova
Consumed by the shadows
avatar
Aurors
Maison/Métier : stagiaire au département des accidents et catastrophes magiques + reconstruction de Poudlard
Célébrité : Troain Bellisario
Pseudo : Pandore Malone Âge : 28 Parchemins : 422 Gallions : 448 Date d'inscription : 06/06/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1893-ilia-yordanova-the-sun-will-shi http://www.mumblemumps.com/t1918-ilia-yordanova-success-nothing-else-matters#48749 http://www.mumblemumps.com/t1919-ilia-yordanova-don-t-count-your-owls-before-they-are-delivered http://www.mumblemumps.com/t2079-journal-d-ilia#52927

The thing to do.Les cadets semblaient se diviser sous les yeux de leur sœur qui ne cherchait qu'à protéger la mémoire de ce frère qu'elle aimait tant. C'était injuste d'avouer que Zahari était celui qu'elle préférait, celui à qui elle avait donné tout son amour, plus qu'aux autres. Ilia avait pourtant un jour su aimer le trio. Oxana était une si belle petite poupée et les jumeaux étaient un don du ciel. Mais leur père avait tout fait pour les séparer, pour punir Katia d'avoir enfanté un bâtard avec son frère à lui. Comment accepter l'idée que sa mère soit si malheureuse et de voir mourir les gens de sa famille pour ensuite entendre dire que les garçons ont été conçus dans un acte criminel afin d'avoir un héritier mâle digne de ce nom !? Ilia n'avait pas supporté ça et elle s'était éloigné des plus jeunes, restant avec ce frère qu'elle avait connu le plus longtemps avant leurs naissances. C'était injuste de ne pas pouvoir aimer ses cadets.

Mais si quelqu'un était le chouchou ici, c'était Kamen. Il était le premier né garçon de cette branche des Yordanov et avait reçu toutes les attentions. Ils n'avaient manqué de rien comme le faisait remarquer Oxana avec violence par la suite, mais l'amour d'une mère ne se remplace pas. Les cadeaux, l'argent, le pouvoir ne font pas tout. La brunette a beaucoup souffert de l'absence de son père, bien qu'il vive sous le même toit. Elle avait cherché durant des années à se racheter auprès de lui, à le rendre fier en toutes circonstances, elle qui était l'aînée, elle qui était destinée à de grandes choses comme la prédestinait son tatouage suite à ce rite initiatique.

La vie n'est pas rose pour les Bulgares, mais ce qui ne tue pas rend plus fort. il leur fallait surmonter la situation pour en ressortir plus fort et il est certain qu'un vote arbitraire saurait départager les enfants Yordanov plus qu'un combat de baguette. Ilia connaît les capacités de Yassen en duel, elle le sait fort et doué. Lui ne sait pas que sa sœur s'intéresse de loin à ce qu'il fait. Bien que la relation soit complexe, la stagiaire du ministère n'a jamais su rester trop loin, que ce soit pour empêcher Oxana de faire des conneries ou pour veiller sur Kamen avec qui elle avait pu un temps se rapprocher. Alors que le duel est évitable, la belle reprend de l'aplomb. Si Kamen est assez censé pour demander un vote, il est certain que le jumeau n°2 suivra. Et Yassen ne se fait pas prier pour ouvrir la bouche, après avoir emprunté un flacon à son reflet. Cette pratique des poisons est dangereuse mais l'aînée n'a pas le droit de protester, elle n'a pas été là pour eux et ne connaît pas toute l'ampleur des motivations qui les poussent à se droguer ainsi.
Soulagée par la réponse du n°2, Ilia toise sa petite sœur avec un demi-sourire vainqueur avant de reporter son regard sur celui qui dit ne pas avoir détesté Zahari. Ces mots touchent la grande sœur au plus profond de son être, car les yeux du banjamin semblent sincères. « Merci, Yassen. » dit-elle en appréciant son soutien dans l'acte de renvoie des affaires du défunt en Bulgarie. « Mère ne demande que ça, tu sais. Mais elle n'est pas libre de ses mouvements. À vous aussi de lui laisser une chance. En renvoyant les affaires de Zahari, vous lui montrerez que vous êtes prêt à l'accueillir dans vos vies. Prenons soin de maman qui a vu son fils se faire assassiner. » La mort d'un enfant était quelque chose capable de tuer la personne en chagrin. Ilia, elle, avait bien failli commettre l'irréparable plus d'une fois, cherchant même à s'oublietter pour ne pas mourir. Être plus forte sans souvenir. Mais ce n'est pas la solution et elle est certaine qu’elle ressortira plus forte de cette expérience traumatisante.

©️ 2981 12289 0


HRP:
 

_________________
Always
Je veux vivre chaque seconde, Comme si demain était la fin du monde, être libre pour de bon, A trop vouloir se lever on tombe ♪ Kyo
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
The thing to do {Yordanov}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» hederian ▲ only one thing matters, we’re still here.
» The funny thing about a strong woman is that she doesn't need you... She wants you. And if you start slacking she'll be content without you. ~ Kanon.
» [RP Privé] i see thing that nobody else see
» So many thing to tell you ★ Calypso & Mathis
» Sweetest thing △ 17/05 | 14h05

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Elsewhere :: flashback-
Sauter vers: