Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 6
La version six est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'anniversaire du forum et la rentrée, venez fêter avec nous !
Découvre tout ici
Joyeux anniversaire !
Mumblemumps vient de souffler sa première bougie. Venez la célébrer avec nous !
Plusieurs animations ont été mises en place pour festoyer comme il se doit !
Jette un oeil aux animations !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Athénaïs Doranger ⚜ Mauvaise fille de bonne famille

Invité
Consumed by the shadows
avatar

Athénaïs Doranger
avec Odette Annable
Belle et jeune fille qui nous vient tout droit de Beauxbâtons pour entamer sa Ie année GISIS - Economie magique. Il/elle est né(e) à Toulouse en ce beau jour qu'était le 11 mars 1980 en tant que sang mêlé ; à présent elle vit à Porto Vecchio. Elle est plutôt Ambitieuse et charismatique, dotée d'un don naturel pour se dresser comme leader d'un groupe. Très sociale, piquante et charmeuse, elle n'abandonne jamais lorsqu'un projet lui tien à cœur et sait défendre aussi bien ses intérêt que ceux des autres quand la situation lui semble justifiée. Elle n'en reste pas moins capricieuse, exigeante et incapable de supporter qu'on puisse lui refuser quelque chose. Manipulatrice dans l'âme, elle dispose d'une vision troublée de la vie, dans laquelle les barrières n'ont plus de sens et où l'excès et les bonnes mœurs sont fait pour être outragés. Jusqu'à maintenant, son niveau scolaire s'est révélé être dans la moyenne haute, elle est sans conteste l'une des étudiantes les plus talentueuses en cours de potions. Il y a quelques années maintenant, elle s'est procurée une baguette faite en bois de Charme, mesurant Trente-et-un centimètres et contenant un ventricule de cœur de dragon. Avec cette baguette, il lui est impossible de créer un patronus. Face au miroir du risèd, elle voit se refléter sa propre image, entourée d'une silhouette d'homme mince embrassant sa nuque. Mais la vie n'est jamais entièrement rose, la preuve avec les épouvantards, lequel prend dans son cas la forme de son corps, nu, mutilé de cicatrices de nouveaux ouvertes et flétrissant tout son corps.
We have more questions...


ϟ Que pensez-vous de l'échange européen inter-écoles ? Une chance merveilleuse qu'elle avait hâte d'expérimenter avant que de réaliser qu'à Poudlard, sa jolie couronne se fendrait au milieu de cette masse d'étrangers qu'elle exècre pour la plupart. L'idée était belle, lui plaisait au-delà de tout comme étant une occasion d'étendre son emprise par delà les murs de son école française. Cruelle désillusion, à présent la Doranger se doit de tout recommencer à zéro et laisse entendre à qui veut bien l'écouter que cet échange n'est qu'un complot des hautes institutions contrôlant le système éducatif magique.

ϟ Que faisiez vous lors de la Grande Bataille ?  Comme beaucoup d'étudiants non-issus de Poudlard, sa soirée au soir de la Grande Bataille n'eu rien de plus particulier qu'un autre soir et ses cris d'épouvantes ne résonnèrent qu'au lendemain, lorsqu'en même temps que les autres, elle découvrit les nouvelles par le biais du journal. Dès lors, elle s'insinua dans chacune des conversations évoquant le sujet, applaudissant la bravoure de leurs frères anglais ayant vaincu, cachant à merveille comme, au fond d'elle-même, cela pouvait la désintéresser.

ϟ Avez-vous peur de perdre vos pouvoirs ? Pourquoi ?  Plus que tout au monde et pour cause, qu'adviendrait-il de l'amour sans limite que lui porte son père si demain, la parfaite héritière de son nom se trouvait en l'état d'une simple petite moldue ? Sans magie, sa vie serait brisée à tout jamais, n'aurai plus le moindre sens et ceux qui ont déjà été touchés par les interférences sont désormais à ses yeux des parjures aux visages desquels elle cracherai volontiers si elle ne tenait pas plus à son image qu'à ses désirs.

ϟ Quelle est votre réputation à Poudlard ? Que pensent les autres élèves de vous ? Si Beauxbâtons avait accueilli une reine à travers elle, à Poudlard, les choses se sont cruellement gâtées. Entourée de trop de gens et de cultures différentes, la Doranger n'a conservé de sa cours que les français et ne parvient à renforcer ses rangs qu'au prix de trop longues actions sociales qui pourraient bien finir par l'épuiser. Pour autant, en matière d'initiative, Athénaïs, tout comme sa demie-soeur Emerence, n'est pas en reste et tous les efforts sont désormais décuplés afin de gagner les cœurs et l'amitié des occupants de ce château. Après tout, ce monde ne possède d'or que l'influence et le temps.
The best day of my life...


Petit Basile a fait ses bagages et elle en fait de même. Au pas de sa porte, Auguste Doranger s'inquiète, se disperse à vouloir l'aider à dresser sa propre malle, enchantée au préalable pour disposer de plus de ressources qu'elle n'en disposait au départ. Oui, elle est certaine de vouloir partir. Tous les autres s'en vont eux aussi de toute façon et elle le jure, elle fera briller le nom de son père par delà les frontières de leur beau pays. Au dehors, les rayons brûlant de Porto Vecchio embaume la pièce d'un parfum chaud aux notes de lavande. Cela lui manquera, comme son père, mais la vérité, toute autre, est qu'elle ne peut supporter de rester seule. Seule sans sa cours. Seule sans son frère, qui plus est lorsque la garce mensongère est expédiée à son tour à Poudlard. Son anglais est parfait de toute façon, il suffit à son père qu'il lui jure croire en elle et tout se passera pour le mieux.

Elle part alors. Découvre avec un certain contentement les nouveaux murs et ceux à venir de ce qui était, il n'y a pas si longtemps, un véritable champs de bataille. Si seulement la température était plus aimante, si seulement la pluie ne faisait pas incessamment parti de leur quotidien. Si seulement leurs assiettes aux repas étaient moins emplies de ces plats infâmes et réduits à des produits d'une qualité plus fine. Si seulement cette odeur persistante d'herbe mouillée pouvait avoir les parfums de pivoine, de rose et de lavande des jardins à la Française. Si seulement elle n'avait pas quitté Beauxbâtons, Merlin sait qu'elle se porterait mieux, mais les petits anglais aiment les petites françaises et ses charmes dans cette langue opère comme dans la sienne. Elle prend sur elle, Doranger. Inspire, expire et vit. Vit à cent mille à l'heure, entraînant le plus de monde possible dans son sillage.

« C'est vrai que ta mère était une descendante de Laverne De Montmorency ? »


Elle acquiesce et passe de la crème sur le souvenir de celle qui désormais gît sous une tombe qu'elle ne s'en va voir que pour cracher dessus. Oui, elle est bien descendante de la célèbre faiseuse de filtres. Non, elle n'en a pour autant jamais fait l'usage, ni eu le besoin de le faire. Oui, elle sera de la fête ce soir et tous les autres. Qu'importe qu'il puisse manquer du temps aux jours pour lui permettre de faire tout ce qu'elle a à faire, le temps lui est donné. Il paiera sa dette.
ϟ Ton pseudo : Aloysia ϟ Ton âge : 25 nimbus ! ϟ Ton avis sur mumblemumps : MUM IS MY HOME ϟ Le mot de la fin : Je vous épouse, tous !  
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Oh, oh, it's magic, you know...
I. Le château de ma mère





Entre les draps, elle se tord, souffle. Souffre. Cette agonie dure depuis des mois, un temps comprenant avant lui des années marquées au poids de l’échec. Le jour est enfin venu, mais la délivrance promise n’a déjà plus aucun goût car tout fait trop mal et que les seules mains qu’elle pourrait serrer pour se donner du courage s’affairent déjà à lui déchirer le corps. Un souffle, une poussée, le silence qui dure. Dure. Elle respire enfin, un peu mieux. Si la douleur physique est toujours bien présente, son esprit déjà va mieux. Pas un mot, pas un cri. Les choses se passent donc telles qu’elle les avait pressenties. Tous ces mois de souffrance auront été vains, comme les autres et rien ne saurai mieux l’alléger que ce mutisme parfait dans la pièce où ne résonne désormais que sa respiration saccadée. Une tape, puis une autre. Ça hurle. Ça hurle fort, ça tâche sa blouse blanche et ça s’en vient peser sur sa poitrine tel un poids lourds lui coupant de nouveau le souffle.

« Elle est magnifique. »

C’est un monstre. Un monstre dont la peau s’en vient se coller à la sienne. Un petit être ignoble qui braille, gémit, s’en vient martyriser le bout de ses seins de sa bouche avide. Magnifique… Quelle vaste blague ! Cette chose est une horreur qui vient, par le seul fait d’avoir appris à respirer à l’air libre, de briser sa vie et quand son époux s’en vient en pleurs dans la chambre, ce n’est nullement pour partager avec elle ce sentiment étouffant de détresse, mais pour se liquéfier d’amour déjà pour cette petite chose qu’elle répugne. Il la félicite, lui somme d’admirer avec lui la beauté de cette enfant à peine née. La nausée lui monte à la gorge. Prend-la. Prend-la et va-t’en loin. Les médicomages s’en viennent rassurer l’heureux père : il n’est pas rare, après tant de tentatives échouées et de fausses couches qu’une femme devenue enfin mère fasse machine arrière. Tout lui fait peur. Tout est à faire. Ne pas s’inquiéter surtout, tout cela ne sera qu’une question de jours.
 

 

« Où est Athénaïs ? »

Elle n’en sait rien et la fureur de Doranger explose alors. Quel genre de mère est-elle pour laisser son bébé enfermé dans sa chambre tout l’après-midi ? Quel genre de mère est-elle pour sortir en ville en laissant son enfant pleurer derrière elle ? Elle n’est pas sa mère, voilà tout. Bien sûr que son ventre a gonflé au fil des mois pour la produire, bien sûr que cette enfant est sortie de son ventre, mais elle n’est pas sa mère. Elle en est sûre. Cette enfant n’est pas la sienne, elle n’est qu’un phasme. Un insecte frêle qu’elle ne voit pas et écraserait dans le cas contraire et elle le supplie, le bel Auguste Doranger, de bien vouloir oublier à son tour ce petit être pour s’occuper un peu d’elle. D’elle qu’il a épousé. D’elle qui n’a jamais voulu de lui mais le désire plus fort que nulle autre depuis que fut signée leur union. Il refuse. Il s’entête. Où est Athénaïs ? Fichue gamine avec son grand prénom de marquise, mieux aurait valu qu’elle ne respire jamais. Elle ne respirait pas en sortant. Une minute de silence avant la plus dévastatrice des tempêtes. De là où elle se trouve, la voix de son mari se détache, aimante. Ne pleure pas, papa est là. Il sera toujours là, petit cœur. Ma princesse. Mon ange, et s’éclate le grand miroir de l’entrée que la main d’Anthéa Doranger a brisé. Cette enfant, il n’y en a toujours que pour elle. Il lui commande d'y mettre du sien pourtant. A mesure que passent les jours, plus elle tente de se soustraire à ses obligations maternelles et plus cet entêtement conduis l'époux à la délaisser. Voilà pourquoi l'on fait un enfant à deux, pour s'épauler dans la charge du bien-être de ce fruit de l'amour, pour lui assurer sereinement un avenir radieux. Seul dans cette tâche, Auguste se doit d'agir, de s'affranchir des efforts que son épouse refuse de fournir. Athénaïs sera heureuse, avec ou sans mère et cette dernière s'en torture de rage. Il lui faut faire ses preuves, témoigner de l'intérêt à celle qui l'indiffère. Un premier pas se franchit : à défaut d'amour, c'est un médaillon d'or gravé de leur commune initiale qu'une mère offre à sa fille. Un joli cadeau fin, délicat, pour rehausser tout l'éclat de ce débordement de jeunesse. Doranger est ravi. Un temps, qui n'est pas fait pour durer.


 

« Dors avec moi ce soir Auguste. »

Il refuse. Athénaïs est encore souffrante et la fièvre peut augmenter à tout moment. Il est aux aguets, aux abois. Sa précieuse petite fille inquiète tous les médecins que son père a bien voulu consulter, des plus grands médicomages aux pédiatres moldus. Personne n’y comprend rien. Elle allait bien pourtant avant, avait toujours jouis d’une parfaite santé. Ses nuits se faisaient sans encontre, sa faim et sa soif comme celles d’un enfant de son âge, les petites dents étaient sorties. Tout allait bien. Elle pleure et se tord pourtant, gratte son visage de ses petites mains à s’en faire saigner les joues. Peut-être un stress infantile, une angoisse d’enfant traduite physiquement à défaut de pouvoir être exprimée verbalement. Alors Auguste Doranger pose congé, une semaine, puis deux. Rien ne change. Qu’importe les soins et l’amour prodigué, qu’importe la patience employée, petite Athénaïs se déforme, se tue les yeux à pleurer de douleur et Anthéa insiste. Sortons, dormons ensemble, partons en voyage, donnons réception. Doranger reste sourd. Tel le Roi Soleil ébloui de son propre emblème, il n'a plus rien ni de l'homme, ni de l'époux, ni du magistrat qu'il était autrefois. Il n'est qu'un père, abruti par l'angoisse et l'impuissance quand, tout au contraire, son épouse, dans la tourmente, semble plus rayonnante que jamais. Les voisins l'en complimente : la maternité la rend plus belle, plus lumineuse, comme rajeunissant d'avoir enfin pu donner la vie, mais cela ne ramène pas le mari dans sa couche et la haine grandi.

« Pourquoi pleure-t-elle encore !? »

Elle ne te connaît pas. Elle a mal. Elle a peur. Elle n'a pas encore deux ans mais son visage se fripe à mesure que son corps s’amaigrit. Dans son dos, les flétrissures ont craqué au point d'en ouvrir des plaies qui, à peine cicatrisées, s'ouvrent de nouveau. Petite Ahénaïs a mal et pleure, mais dans le grand salon de la propriété Doranger, son père n'accourt pas, sur son corps des mains avides de lui ; dans ses yeux, une drôle de lueur voilée l'empêchant d'agir à sa guise. La tête lui tourne, ses vêtements déjà au sol, l'épouse s'est empalée sur lui et berce sa confusion de gémissements indécents. Elle le serre. La sent-il ? Aime-t-il cela ? Quel bonheur enfin que de recouvrer cette sensation de ne plus former qu'un seul corps, sans que la présence constante du fruit sec leur servant de progéniture ne soit là pour s'infiltrer entre eux deux. Il ne bouge pas, elle bouge pour deux. Son corps, abandonné à Anthéa, née De Montmorency, témoigne de désirs qu'il n'a plus jusqu'au point du non-retour. La danse achevée, elle se refuse à se défaire de lui, appui son bassin avec plus de force sur le sien pour que sa vigueur contentée ne puisse s'échapper de son corps. Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas accueilli ce fluide, la chaleur de son époux au creux d'elle, ce moment doit durer éternellement. Durer, jusqu'au jour où ils seront enfin de nouveau complètement seuls. Elle et lui.



II. La gloire de mon père.





Le réveil est scandaleux, forgé dans plus de cris et de larmes que ne l'ont été chacune des nuits de Petite Athénaïs. Le corps en sueur, ses membres encore ankylosés des effets du filtre, Auguste a lavé cent fois ses membres tâchés par la trahison sans que ne puisse disparaître l'infâme sensation d'avoir été défait de ses droits.


« Par égards pour nos vœux et ton état, tu continueras à vivre sous ce toit, mais ne t'avise plus jamais de seulement croiser mon regard ou tu le paieras de ta vie, Diablesse ! »

Il est déjà trop tard. Sept longues années de mariage improductif, une enfant malade et déjà au terme de sa vie, comment cela avait-il pu se produire, pour la seule fois qu'elle l'avait touché et dans pareilles conditions ? Sous le buste de celle qu'il avait eu le malheur d'épouser, plus belle qu'elle ne le fut jamais, les rondeurs d'un ventre plein se dessinent. Un deuxième enfant, comme un miracle, mais il refuse d'y croire. Elle aura forcément forniquer par toute la ville et, découvrant l'impensable, aura eu alors l'idée de l'envoûter afin de justifier de leur seul rapport la venue prochaine de ce nouvel enfant. Ce dernier n'est pas le sien, il en a la certitude. Pas après tout ce qu'ils avaient enduré pour produire Athénaïs. Pas après toutes ces années de stérilité, d'accouplements à dates et positions précises, pas après tous ces sacrifices occultes offert pour la venue de sa petite héritière se mourant. Elle aborde, pourtant, les longs couloirs de la maison, couvant le prochain à venir avec un amour défiant tout ce qu'Auguste Doranger aurait pu imaginé de sa part. Le prochain sera le sien. Athénaïs est à lui. A lui qui arpente les recoins de son ministère tel un fantôme errant sans plus de but. Voilà près de trois ans que cela dure et les supérieurs autrefois bienveillant s'agacent désormais. Pour Doranger, ce sera bientôt la porte, la fin d'une carrière autrefois des plus prometteuses. Fini le goût des vins d'exceptions, fini les beaux habits aux pourpoints de velours dorés, fini le temps de l'oisiveté et de la renommée, le mal sans nom dévorant sa fille l'aura rendu fou avant même qu'il n'en ai prit conscience. Elle grandit mal, parle à peine, se retenant constamment de ne pas hurler. Papa est là. Papa sera toujours là pour toi mon Ange, mais sa fille est perdue. Perdue pour de bon cette fois-ci et pour la première fois, le nez vissé sur le contenu d'un verre de Whisky-Pur-Feu, de réelles larmes roulent sur les joues d'un père meurtri à tout jamais. Un père se confiant à son voisin de beuverie, lui contant sa tourmente comme pour tenter un instant de s'en défaire. L'autre écoute, le comble d'une parfaite empathie ; en arrive un autre. Il a tout entendu, se glisse dans cette conversation en ami sans même s'être présenté. Il a tout entendu, amène une solution. Un vieux mage vivant au cœur de la forêt de Brocéliande, en terre Bretonne. Un homme qui guérit tout, qui refuse pourtant à se faire connaître autrement que par le bouche-à-oreilles. Lui ne l'a jamais rencontré, mais il aurait sauvé la vie condamnée de son beau-frère autrefois, celle d'un ancien voisin, celle d'une femme de chambre et tant d'autres encore. On dit que son prix est élevé mais qu'il ne connaît pas de défaite. On dit, on parle, on témoigne ; Si Auguste Doranger souhaite sauver la vie de son enfant, si aucun autre n'a rien pu pour elle auparavant, il lui faut absolument le rencontrer avant que de baisser les bras. Le premier ami du soir n'y croit pas, tout cela sens l'arnaque à plein nez. L'autre devrait avoir honte de profiter de la détresse d'un homme pour nourrir de tels quolibets, mais déjà, Auguste se redresse et ravale son chagrin.

« Dites-moi comment trouver cet homme ? »



Elle le cherche, partout. Auguste n'est pas rentré, Athénaïs a disparu. Où se trouvent son mari et sa fille ? Partis en voyage souffle une domestique trop longtemps malmenée. Où ? Personne ne le sait. Il ne peut pas être parti, pas alors que leur petit Basile va fêter sa première année d'existence. Il le regarde toujours à peine, ils ont les même yeux pourtant. Les même yeux sombres, le même visage ovalin, il est son fils. Rien ne peut plus lui jurer le contraire désormais, mais il n'y en a toujours que pour la même peste. Pour ce fléau jurant toujours de mourir mais qui résiste encore. Comme elle est belle, Madame Doranger. Rayonnante de jeunesse, de lumière. Pauvre femme que son mari délaisse, le voisinage voit bien dans les sorties qu'elle offre à son petit dernier qu'elle est une mère exemplaire et une femme radieuse, à défaut d'être une épouse aimée. Nul ne sait l'obscure dans son cœur, tous ne jurent que par son image céleste. Quelle honte que cet Auguste Doranger, parti on ne sait où son premier enfant sous le bras, Merlin seul sait ce que l'avenir lui réserve.


« Votre prix sera le mien. »

Agrippé au dos d'une chaise bancale, sa petite Athénaïs scrutée de toute part tel un animal de laboratoire, l'homme est nerveux. Cet homme tâtant les plaies retenues par magie de sa fille a dans les yeux le noir des légendes les plus terrifiantes de la région, un air de Grande Faucheuse sur un visage blafard lui donnant une allure plus ancienne que son âge réel en témoigne. Le mage questionne, s'immisce dans des détails intimes d'une rare impudeur. Auguste y réponds, non sans mal. Quel lien peut-il y avoir entre ses rapports conjugaux et la santé de sa fille ? Est-ce vraiment un stress infantile mal amené ? Non, rien de cela. Il n'est nulle question d'une maladie, physique ou mental. Est-il prêt à payer le prix de ce soin ? Bien sûr. Depuis plus de trois ans que vit son enfant, il a toujours été prêt ! Que veut cet homme ? De l'or ? Des propriétés ? Doranger occupe une bonne place au ministère s'il fallait acquitter le bonhomme d'une loi quelconque le forçant à se terrer. Rien de tout cela car rien n'a de réelle valeur pour les Hommes que le temps. Un temps que le père éploré n'a plus, que le mage jure qu'il aura. Du temps. L'addition se paiera dans le temps, pas tout de suite, pas maintenant. Le temps seul paiera la dette. A nouveau, est-il prêt à en payer le prix ? Le pacte avec le Diable se signe. Au cou de l'enfant, des flammes jaillissent, brûlant sa chaire en même temps qu'un hurlement explose dans la pièce. Le joli médaillon doré gravé d'un « A » ornementé a fondu, laisse le père dans un état de parfaite incompréhension. Pour ce soin, il fallait un premier versement. L'or du bijou que Petite Athénaïs portait quotidiennement comme seul témoin de la présence de sa mère dans sa vie en aura sans doute fait office. Erreur. Coincé entre les lambeaux de chaire brûlée et l'or, un croc. Infime petit croc coloré de reflets verts, jaunes, bleus et rouges. Un si petit croc d'opale que renfermait le bijou ensorcelé. Cent mixtures étalées sur le corps infantile, as-tu toujours mal Petite Athénaïs ? Confondue de stupeur et de terreur, l'enfant mime un non d'un mouvement de la tête. Elle n'a plus mal, les striures de son visage s'estompent, pas les cicatrices dans son dos trop amoché par le temps. Un moindre mal que ces marques calomnieuses alors que père et fille pleurent, serrés l'un contre l'autre, se tenant d'une fermeté à leur en couper le souffle. Elle n'a plus mal et passé l'incrédulité, le bonheur à voir s'achever si bien trois longues années d'un calvaire innommable, Auguste Doranger se reprend. Quel sera le prix ? Une part en a déjà été payée qu'il découvrira sous peu, le reste, le temps le paiera. Il faut partir à présent. Rentrez chez vous, Doranger, fille et père et ce dernier réalise alors, tandis que la voiture les reconduits au poste des convoies de cheminée d'où provenaient ces années de torture.


« Je sais bien que je me suis mal comportée envers elle et comme tu me l'as commandé, je ferai des efforts. »

[…]

« J'ai fais faire ce bijou sur le modèle de celui que je portais enfant, pour enterrer la hache de guerre. »

[…]

« Votre femme est d'une rare beauté Doranger. Si la maternité use nos femmes, elle rend la votre plus radieuse de jour en jour, comme à l'heure de vos noces ne trouvez-vous pas ? »



La tuer, voilà la seule idée le tenant en étau. Cette femme, cette dévote du Diable, pour ce qu'elle a osé faire, il la tuera. Non, il la fera condamner. Azkaban pour elle, pour toujours. Qu'elle souffre comme Petite Athénaïs a souffert, comme lui a manqué perdre la raison à son tour. La haine l'essouffle, lui barre la raison. Rejoint ta chambre Athénaïs, dors mon ange, toi qui n'a jamais connu de vrai sommeil paisible, Papa est là. Papa sera toujours là. Elle obéis, il serre sa baguette à s'en blanchir les mains jusqu'à gagner l'aile où son épouse vit recluse. Un pas, puis un autre. A mesure qu'il avance, des pleurs d'enfant déchirant se font entendre. Les même que ceux qu'Athénaïs a si souvent poussé et qu'il ignore. Cette femme n'a jamais su être mère, Petit Basile peut bien pleurer, il n'est que le fruit des abus de ce monstre qu'il a eu le malheur d'épouser.

Se pousse une porte dévoilant la rage du père. Un silence, comme suivant un coup porté en plein cœur. Petit Basile sur le sol dégage une odeur infâme de langes pleines, débattant son petit corps prisonnier d'un bras inerte sans pouvoir s'en défaire.

« Anthéa ? »

Un mouvement pour découvrir le visage au sol de son épouse, un autre pour s'écarter et retenir un puissant haut le cœur. Jeune et radieuse, une femme a la beauté pure, lumineuse. Ne reste de cela qu'un visage cadavérique aux traits vieillis de dix ans, à la peau noircie et rongée par la forme du crâne sur lequel elle se rétracte. A son cou, la marque brûlée vive d'un médaillon invisible. Cela n'a plus rien d'humain. Cela est répugnant et sent le feu. Cela est enterré au plus vite, sans personne de convié aux funérailles, que la famille proche et un médicomage complice pour confirmer la mort par arrêt cardiaque d'Anthéa Doranger, née De Montmorency. Dans les bras de sa nourrice, Petit Basile tend les mains vers la stèle et Petite Athénaïs le regarde faire. Chapitre clos, leurs jeunes vies enfin pourront s'épanouir. Seul le temps paiera la dette.


⚜ ⚜ ⚜


« Vivement que tu t'en ailles à l'école de magie et que tu sois plus là, je te déteste ! »

Elle le pousse encore, plus fort cette fois, jusqu'à entendre cogner son petit crâne brun sur le mur de la chambre. Redis-cela si tu l'oses, sale gosse ! T'aurai jamais dû venir au monde de toute façon, c'est parce que ta mère t'aimait pas qu'elle a préféré partir au ciel et que papa t'en veux ! Elle fait mal, Petite Athénaïs plus si petite que ça. Du haut de ses onze ans, elle promet plus de beauté que les Doranger n'ont jamais su en produire, plus de malice dans ses perfidies que de talent à les dissimuler. Elle l'aime pourtant, cet imbécile de Basile, ce gamin trop frêle avec ses yeux vitreux et sa peau trop blanche. Ce frère qui la suivait dans chacun de ses pas durant la petite enfance, trouvant en elle une présence féminine là où le reste de la propriété en était dénuée. Comme elle a pu le serrer, ce petit garçon toujours tremblant et peu assuré, caressant ses cheveux les soirs d'orage avec douceur, soufflant sur ses bobos, le tenant à ses premiers pas, mais Petit Basile a grandi lui aussi, a cessé de s'accrocher à ses jupes, préférant courir après l'approbation du père et cela lui est insupportable. Ainsi naquit la terrible obsession. Il s'éloignait, elle le rattrapait toujours. Avec douceur, puis avec force, quelque fois dans l'autre sens. Pas de répit pour celui qui toujours s'offusquait, elle veut le voir s'affirmer et se tenir à genoux devant elle dans le même temps.


« Papa va vraiment se remarier ? »

Oui, il allait le faire. D'aucun diront qu'il était temps après tout pour un homme comme lui, revenu d'aussi loin, de retrouver le bonheur. Papa est là. Papa sera toujours là. Oui, Auguste Doranger n'avait jamais cessé de l'être pour son Athénaïs et en preuve de ce serment répété sans lassitude, rien n'avait jamais été refusé à celle qui avait manqué perdre la vie dans sa jeunesse. Parce qu'elle était belle, intelligente, ambitieuse. Parce que du haut de son jeune âge, elle promettait tous les prémisses d'une réussite pleine et entière. Parce qu'elle était l'image même de l'enfant que Doranger avait rêvé avoir pour lui succéder. Parce qu'elle avait subit trop de souffrance à cause du choix d'un père à avoir voulu épouser une démente. Parce qu'elle était parfaite, sa fille unique, quand le fils trottant dans les pas de cette dernière n'était qu'un simulacre d'homme en devenir, un bon à rien né dans l'usurpation d'un désir qui n'avait eu aucun sens. Elle le défend pourtant, jure que lorsqu'il la rejoindra à Beauxbâtons, elle en fera un homme accompli, celui-là même qu'un père refuse de voir en son fils. Oui, Basile sera un jour quelqu'un dont leur père sera fier, un fils auquel ce dernier ne croit pas. Peu importe, son Basile brillera, elle se le jure, embrassant avec tendresse cette bouche tendre encore rouge de ses propres sévices.




III. Le temps des secrets


Étendue dans toute sa splendeur le long de la méridienne, la Tête Haute de l'écurie des Orchidées caresse, hume cette chevelure blonde offerte à sa main. Jolie fleur. Jolie Christiane, qu'elle voudrait déposséder de ses pétales pour mieux croquer le cœur.

« Ton frère ne me regarde jamais comme il regarde Emerence. Je le vois faire, il la regarde différemment. »

Sa main se crispe. Maudite petite bâtarde, pièce rapportée à sa scène qu'elle ne peut souffrir partager avec une autre femme malgré son amour pour celles de son sexe. La nouvelle ne la surprend qu'à peine, elle rassure sa douce captive pour autant. Basile est un homme avant d'être un frère. Un homme qui ne se sait pas, ne voit rien de ce qu'il faudrait voir. De la patience, de la ruse. De l'audace. En aucun cas ne laisser cette satanée menteuse distiller un peu plus de son venin. Aie confiance douce odalisque, la Doranger part en croisade. Bientôt, ce seront tes lèvres qu'il dévorera. Ton corps qu'il regardera et plus jamais Emerence Valdon ne s'immiscerait dans leurs vies. Elle quitte alors les arcs d'Athéna pour mieux revêtir les attributs de Vénus, pour mieux rejoindre dans l'ombre du soir les côtés de Petit Basile. Si petit. Si maigre. Si tendre, balbutiant toujours lorsqu'elle s'en vient vers lui, incapable de savoir à quelle sauce il s'apprête à être mangé. Quelques paroles de convenances, quelques mots doucereux et déjà elle s'impose, glissant sa bouche avide à sa nuque, martyrisant son lobe entre ses dents jusqu'à en tirer les frissons désirés. Petit Basile, si bel adolescent que ses sens portent au-delà de la conscience du bien et du mal, elle le guide en caresses, l'étreint malgré ses refus. Ce garçon est à elle, tel qu'il l'a toujours été, qu'il le veuille ou non, elle impose son Enfer. Jours après jours. Nuits après nuits, car le temps est à eux tout entier et que sa bouche ne regarde plus l'heure, avalant sa trotteuse en cavale, baroudeuse. Au jeu des sept erreurs, elle l'aveugle et aucune ne se trouve. Tu aimeras celle que je t'ai choisi. Tu l'aimeras, suffisamment pour oublier les autres, jamais assez pour m'oublier moi. Tu seras fort, tu seras fier, Petit Basile. Petit Frère et le temps seul paiera notre dette.







Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

IL ETAIT TEMPS
Bonjour sexy

Revenir en haut Aller en bas
Helge Petterson
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : slytherin
Célébrité : Erika Linder
Pseudo : ELLY Âge : 22 Parchemins : 1397 Gallions : 44 Date d'inscription : 17/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1469-helge-the-heart-thief http://www.mumblemumps.com/t1505-helge-fight-back#36419 http://www.mumblemumps.com/t1504-right-move-helge http://www.mumblemumps.com/t2489-journal-d-elly#63955
En ligne

AH BAH ENFIN. On l'attendait l'aînée des DORANGER
Courage pour écrire ta fiche ma jolie Je suis tellement fan de Marie
PLEIN DE LOVE

_________________
never forgive, never forget
φ Sometimes I feel like throwing my hands up in the air I know I can count on you ▬ Sometimes it seems that the going is just too rough and things go wrong no matter what I do.



]
Revenir en haut Aller en bas
Maddox Berkeley
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 2e année de GISIS Médecine magique
Célébrité : Matthew Daddario
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 1517 Gallions : 840 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1334-if-i-don-t-see-it-it-doesn-t-ex http://www.mumblemumps.com/t1340-maddox-liens-rp http://www.mumblemumps.com/t1433-maddox-je-vous-presente-chouette http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

(RE)BIENVENUEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE
Au début, je l'avais pas reconnu sur l'avatar, mais je trouve ça cool qu'elle soit la soeur de Basile arrow
Bon courage pour la fiche même si elle doit déjà être avancée j'imagine

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Mérope V. Greengrass
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle - 2eme année GISIS Sécurité Magique
Célébrité : Chloë Grace Moretz
Pseudo : Louna Âge : 23 Parchemins : 281 Gallions : 683 Date d'inscription : 06/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1164-merope-valentina-greengrass-i-s http://www.mumblemumps.com/t1176-merope-v-greengrass-nous-nions-lexistence-de-nos-anges-nous-nous-persuadons-quils-ne-peuvent-pas-exister?highlight=M%C3%A9rope+v+++Greengrass http://www.mumblemumps.com/t1177-merope-v-greengrass-hello-hello-baby-you-called-i-can-t-hear-a-thing?highlight=M%C3%A9rope+v+++Greengrass


BIENVENUE BEAUTE FATALE

Demande moi ce que tu veux

Et surtout bon courage pour ta fichette

_________________
under the skin
J’ai appris que l’amour peut arriver par surprise ou mourir en une nuit. Que de grand amis peuvent devenir de parfait inconnus, et qu’au contraire, un inconnu peut devenir un ami pour la vie. Que le « jamais plus » n’arrive jamais et que « pour toujours » a une fin. ▬ Et surtout qu’avoir mal est inévitable, mais que souffrir est en option.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Rebienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Dimka Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : 9ème année en sécurité magique
Célébrité : nicholas galitzine
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 1534 Gallions : 908 Date d'inscription : 09/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1181-dimka-dimitrov-nos-choix-ne-nou http://www.mumblemumps.com/t1198-dimka-dimitrov-a-chacun-son-destin#26688 http://www.mumblemumps.com/t1756-dimka-dimitrov-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary

Rebienvenue ma belle ♥️

Courage pour la suite de ta fiche

_________________


Balyrinthe:
 
Revenir en haut Aller en bas
Emérence P. Valdon
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : Septième année
Célébrité : Teresa Oman
Pseudo : Blake Âge : 18 Parchemins : 628 Gallions : 60 Date d'inscription : 23/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1276-emerence-blossom-on-the-tree-yo http://www.mumblemumps.com/t1314-emerence-take-back-the-words-you-said http://www.mumblemumps.com/t1316-emerence-send-it-my-way http://www.mumblemumps.com/t2114-journal-de-blake


BURP TU PUES fuck

_________________

( One more Stay with me tonight. We can count the street lights. Stay with me alright. Let's bring it all back to life. Don't fade away )
Revenir en haut Aller en bas
Willa Lundgren
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : Première année de GISIS, en Sciences Occultes.
Célébrité : Aurora Aksnes
Pseudo : from the morgue Âge : 19 Parchemins : 1092 Gallions : 550 Date d'inscription : 01/12/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t703-it-was-a-lie-when-they-smiled-wi http://www.mumblemumps.com/t748-the-great-beyond-w-l http://www.mumblemumps.com/t746-lundgren-w-tell-me-everything

REBIENVENUUUUE.
Bon courage pour ta fiche ! Tu sais où nous trouver si besoin.

_________________
A little piece of heaven.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Un énorme merci à vous tous pour ce deuxième accueil aussi chaleureux que le premier
J'espère que la miss saura vous plaire et que nous aurons pleins de magnifiques liens tous ensemble
Revenir en haut Aller en bas
Lionel Lemaire
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : première année en politique magique, rugit son appartenance à la maison des lions.
Célébrité : robbie wadge, le magnifique
Pseudo : Prim Âge : 21 Parchemins : 1315 Gallions : 490 Date d'inscription : 03/01/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

Je t'avais dit que tu te plairerais ici.
Rebienvenue avec ce perso.
Et le plus important : LOVE YOU TO THE MOON AND BACK.

_________________
darkness is your candle.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Emérence P. Valdon
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : Septième année
Célébrité : Teresa Oman
Pseudo : Blake Âge : 18 Parchemins : 628 Gallions : 60 Date d'inscription : 23/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1276-emerence-blossom-on-the-tree-yo http://www.mumblemumps.com/t1314-emerence-take-back-the-words-you-said http://www.mumblemumps.com/t1316-emerence-send-it-my-way http://www.mumblemumps.com/t2114-journal-de-blake

Je suis absolument sous le charme de cette fiche, vraiment. Ta plume est exquise, tu t'es appropriée le personnage mieux que ce que je rêvais, et je sens que notre petite famille va envoyer des étincelles. Athénaïs est une vraie peste à qui il est arrivé de mauvaises choses, et elle m'aurait presque fait de la peine si je n'étais pas Emérence Valdon
Rebienvenue chez toi

Bienvenue à
Serpentard
Félicitations, tu as réussi à faire ta fiche de répartition ! Le Choixpeau n’a pas hésité plus d’une minute avec toi et a pris sa décision. Maintenant que tu as été réparti dans ta maison, tu vas pouvoir procéder à toute la partie inscription administrative de Poudlard.  

N’oublies pas qu’ici, tu peux t’amuser rapidement alors n’hésites pas à nous rejoindre soit dans le flood soit sur la ChatBox ! Tout le monde est le bienvenue. Tu peux maintenant commencer à créer de nouveaux liens avec les autres élèves.   Tu trouveras tout ça dans  le journal du sorcier. Ce n'est pas tout, il va falloir que tu viennes recenser ton personnage dans le dortoir, les clubs, l'équipe de quidditch etc... Tu trouveras tout ce qu'il faut dans les parchemins indispensables !   Ensuite, si tu as la moindre question n’hésites pas à envoyer un hibou à l’un des membres du Staff. Nous t’attendons vite à Poudlard et nous tenons surtout à te remercier de t'être inscrit sur MUM !  Si tu as envie de RP mais que tu n'as pas de partenaire, viens t'inscrire au speed dating version sorcier. Tu peux aussi consulter le répertoire des sujets libres et communs. Pour ne pas te perdre dans la chronologie du forum, voici un petit rappel.  
Si tu as du mal à te retrouver dans le château, que tu ne comprends rien à tes cours ou que tu as été victime d'un sortilège de confusion, tu peux toujours demander un parrain pour te guider.  

Tu trouveras le QG de ta maison et les secrets qui l'entourent, par ici. N'hésite pas d'ailleurs à dépenser tes gallions pour faire gagner des points à ta maison, pour découvrir des indices sur l'épidémie ou pour t'acheter des objets. Tu trouveras toutes ces choses dans la boutique. Il te faudra également installer ton hibou dans la volière pour pouvoir recevoir du courrier.    Enfin, pour consulter la liste des cours disponible et t'y inscrire, c'est par ici.  

Si tu veux agrandir ton cercle d'ami et que tu as une idée en particulier, n'hésites pas à créer ton propre scénario, une fois que tu auras deux semaines d'activité sur le forum et un RP en cours, que tu peux faire ici. Enfin, et surtout pour gagner le coeur de nouveaux sorciers, nous t'invitons à voter pour MUM dans la session que tu trouveras dans la taverne.

N'oublie pas le plus important : amuse-toi bien sur MUM !  

Cordialement,
Le Choixpeau Magique
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________

( One more Stay with me tonight. We can count the street lights. Stay with me alright. Let's bring it all back to life. Don't fade away )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Roh owiiii c'est Heath qui va être content de te récupérer dans sa maison Rebienvenue ma douce
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Ooooh mon p'tit chat, tu n'imagines même pas à quel point tout ce que tu as pu me dire me touche Je donnerai le meilleur pour ne pas vous décevoir avec Baboulinette (Bon sang ce que vous ne me faites pas jouer, une Serpy quoi /SBAFFF/) READY, LET'S GO !

Heath > Oh ouiiii, on va enfin pouvoir s'en donner à cœur joie
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
Athénaïs Doranger ⚜ Mauvaise fille de bonne famille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» hinata noriko - « une garce n'est pas une mauvaise fille, elle rend juste le mal qu'on lui a fait »
» (F) FRIDA GUSTAVSSON + la seule fille de la famille, chouchoute.
» Athénaïs - Cette fille, c'est un prédateur déguisé en caniche ;)
» Athénaïs de Montespan - Une angélique diablesse [Terminée]
» Chasse entre mère et fille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: Les fiches des anciens membres-
Sauter vers: