Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 6
La version six est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'anniversaire du forum et la rentrée, venez fêter avec nous !
Découvre tout ici
Joyeux anniversaire !
Mumblemumps vient de souffler sa première bougie. Venez la célébrer avec nous !
Plusieurs animations ont été mises en place pour festoyer comme il se doit !
Jette un oeil aux animations !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Moïra ♕ Mes désirs font désordre.

Moïra de La Rivière
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 1ère année de Politique Magique, à Serdaigle.
Célébrité : Emma Watson.
Pseudo : Champifeuille, Champi. Âge : 26 Parchemins : 296 Gallions : 248 Date d'inscription : 03/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/22  (0/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1561-moira-mes-desirs-font-desordre http://www.mumblemumps.com/t1572-moira-moins-sage-que-mon-image http://www.mumblemumps.com/t1603-moira-lettres-de-noblesse http://www.mumblemumps.com/t2069-journal-d-un-champignon

Moïra Valérie Isabelle de La Rivière
avec Emma Watson. (tumblr)
Belle et jeune fille qui nous vient tout droit de Beauxbâtons (Écurie des Lilas) pour entamer sa septième année au collège. Elle est née au manoir des de La Rivière situé sur la Côte d’Azur en ce beau jour qu'était le 02 Février 1982 en tant que sang-pure ; à présent elle vit toujours au manoir familial. Elle est plutôt travailleuse, érudite, pragmatique, maligne et sérieuse mais aussi opportuniste, hypocrite, méprisante, ambitieuse et hautaine. Jusqu'à maintenant, son niveau scolaire s'est révélé être excellent, la jeune française collectionnant les Optimal pour rendre sa famille fière d’elle. Il y a quelques années maintenant, elle s'est procurée une baguette faite en bois de noisetier, mesurant vingt-sept centimètres et contenant une épine de monstre du Fleuve Blanc. Avec cette baguette, il lui est possible de créer un patronus - le sien prend la forme d'un cygne. La vision qu'elle a eu face au miroir du risèd : elle voit sa famille au grand complet, ce qui est malheureusement impossible puisque son frère aîné est mort. Mais la vie n'est jamais entièrement rose, la preuve avec les épouvantards. Le sien prend la forme du ciel et de quelques nuages, mais vu d’en bas : la française souffre du mal des hauteurs et a peur du vide, un peur assez courante qu’elle n’a pas honte d’avouer, dans son cas.

We have more questions...


 ϟ Que pensez-vous de l'échange européen inter-écoles ?
Cette idée d’échange européen, ça ne lui plaît pas beaucoup. Beauxbâtons, c’est le luxe, le charme, le raffinement à la française, l’assurance d’une excellente éducation, la mer proche et la montagne à côté, la beauté des jardins symétriques et la richesse de l’architecture baroque. Poudlard, c’est… Poudlard quoi. L’anarchie des escaliers, l’asymétrie du parc non entretenu, le danger de la forêt interdite et les étranges créatures qui baignent dans le lac noir. Et la pluie, et la brume, et le froid, et le spleen anglais dont elle ne raffole vraiment pas, notre jolie française. Mais voilà, elle n’a pas eu le choix. Poussée par l'obsession maladive de son frère jumeau, elle a bien dû s’y résigner, et partir avec les autres français vers ce vieux château en ruines respirant la déprime et la désolation. Elle s’exaspère de devoir parcourir les couloirs de ce château dévasté, dans lequel son frère aîné est mort en secret, défendant une cause qui, aux yeux de la tout-puissante Histoire, s’est avérée être la mauvaise quand la guerre a pris fin. Vivre à Poudlard lui fait penser à son aîné, ravive sa peine, et la rend parfois aussi morose que les anglais. Cependant, si elle est là, c’est avant tout pour son jumeau. Poudlard lui a pris un frère, et elle compte bien veiller à ce qu’elle ne lui en prenne pas un autre. Ah, que sa France bien-aimée lui manque…

 ϟ Que faisiez vous lors de la Grande Bataille ?
Le soir même, elle n’a rien fait. Assise dans un coin de la salle commune de l’Écurie des Lilas, la française devait sans doute réviser, ou lire, ou faire toute autre chose dénuée d’intérêt. Le lendemain, elle a su. Le monde magique était libéré de l’emprise du Seigneur des Ténèbres. Avec les autres, elle a souri, elle a fêté la victoire des vrais sorciers, ceux qui ne courbent pas l’échine devant la Terreur. En réalité, elle s’en moquait. L’Angleterre était si loin, et ses souffrances tellement éloignées de ses préoccupations actuelles ! Sang-pure, elle n’a pas eu à fuir, et sa vie a continué comme d’habitude, du moins jusqu’à ce que tombe la nouvelle : la guerre anglaise avait éclaboussé sa propre famille. Son grand frère, Alexandre de La Rivière, était mort à Poudlard. Si son corps a pu être rapatrié en France sans éveiller les soupçons, sans que personne ne sache que les de La Rivière avaient pris part à cette guerre, l’absence de son aîné se fait cruellement ressentir dans la vie de la française, qui a passé de longues heures à pleurer, et qui pleure encore en silence quand elle est sûre que personne ne la surprendra.

 ϟ Avez-vous peur de perdre vos pouvoirs ? Pourquoi ?
Perdre ses pouvoirs ? Quelle idée saugrenue. Elle est une sang-pure, et les sangs-purs ne perdent pas leurs pouvoirs. Ce genre de défection est réservée au bas peuple, à la plèbe, pas aux gens comme elle. Si elle en est persuadée, elle a tout de même, au fond d’elle, cette peur de perdre ses pouvoirs. Que deviendrait-elle, sans magie ? Les de La Rivière ont toujours été des sorciers au sang pur. Se retrouver cracmolle serait une déchéance pour sa famille. Et avec la magie qui fluctue de plus en plus à Poudlard, la française s’inquiète. Et si, un jour, elle n’arrivait plus à lancer de sortilèges ? Et si, en se réveillant, elle se rendait compte que toute magie avait quitté son corps, et qu’elle n’était à présent rien d’autre qu’une vulgaire moldue ? C’est effrayant. Alors elle tente de ne pas y penser, se rassurant en se disant que ses parents sont riches et influents. Si, un beau jour, sa magie venait à fluctuer ou disparaître, ses parents dépenseraient des sommes colossales pour faire venir les meilleurs médecins, afin que ce petit désagrément ne soit plus qu’un mauvais souvenir. Après tout, elle est une de La Rivière, et une sang-pure. Ce genre de préoccupations ne les touchent pas, normalement, et pour son petit confort personnel, elle préfère largement qu’il en reste ainsi.

 ϟ Quelle est votre réputation à Poudlard ? Que pensent les autres élèves de vous ?
Moïra n’a pas de réputation à Poudlard. Elle est originaire de France, et personne ne la connaît, mis à part les ressortissants de Beauxbâtons qui ont décidé de rejoindre l’école anglaise. Cependant, elle doute que sa réputation soit forcément mauvaise. Bonne élève, calme, disciplinée, studieuse et appliquée, elle fait peu parler d’elle, sinon pour ses résultats scolaires, et à Beauxbâtons, les professeurs n’avaient pour elle que des louanges sur sa rigueur et sa discipline irréprochable. Pourquoi en serait-il différent à Poudlard ? Personne ne sait que son grand frère est mort à Poudlard, ses parents s’y sont assurés, graissant quelques pattes pour que l’information ne soit pas divulguée. Pour l’instant, elle est une étrangère à Poudlard, et cela lui va à merveille. Si personne ne la connaît, personne ne lui pose de questions, et elle peut continuer en toute tranquillité son petit bonhomme de chemin, tentant, bien que cela devienne de plus en plus malaisée, de rester française au milieu des anglais et des russes. Il faut avouer, cependant, qu’elle s’intéresse quelque peu aux russes, ayant eu vent des rumeurs selon lesquelles la magie noire était enseignée à Durmstrang. Mais pour le moment, nul coup d’éclat ne vient ternir son inexistante réputation.


◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊

The best day of my life...



Une dernière fois, Moïra s’appuya contre le rebord de sa fenêtre pour regarder l’océan. Le soleil brillait dans le ciel, se reflétant sur l’immensité bleue, la parant de mille couleurs chatoyantes et lui tirant un léger sourire. Elle aimait cette vue. Elle en avait bien profité, pendant les vacances scolaires, tout comme elle avait profité des nombreux hectares de terrain appartenant à sa famille. Mais les vacances étaient finies. Il lui fallait retourner à l’école. Beauxbâtons ? Si seulement…
« Jeune maîtresse ? Le maître a émis le souhait de vous voir au petit salon. »
La sang-pure tourna la tête, et son regard noisette tomba sur l’un des elfes de maison de la famille, à qui elle esquissa un sourire poli. Le domestique était bien habillé, ses parents tenant à ce qu’ils ne portent pas de vieilles nippes crasseuses pour déambuler dans la maison. Ils représentaient les de La Rivière, et se devaient d’être irréprochables.
« Dans ce cas, je ne vais pas le faire attendre. »
« Avez-vous fini de préparer vos affaires, jeune maîtresse ? »
Moïra tourna les yeux vers ses affaires entreposées dans un coin. Prévoyante, elle avait terminé sa valise quelques jours plus tôt, rajoutant au fil du temps quelques affaires oubliées, des choses dont elle ne pouvait pas se séparer. Sa chouette était rentrée seule dans sa cage de transport, et elle avait attrapé son chat par la ruse pour l’enfermer dans sa propre cage, où il s’était endormi après avoir miaulé son indignation à plein poumons.
« Oui. Tu peux les descendre dans le salon. »
« Bien, mademoiselle. »
Laissant l’elfe de maison à son travail, Moïra quitta la pièce pour rejoindre son père, qui l’attendait au petit salon. Elle n’aimait pas cette pièce. Sa mère, éplorée, l’avait transformé en véritable mausolée pour son aîné, Alexandre, et bien qu’elle aimât son frère à la folie, il lui était très difficile de supporter ces dizaines de regards bienveillants qui se posaient sur elle quand elle entrait dans la pièce. Obéissante cependant, elle s’y rendit, rejoignant son jumeau avant qu’il ne pousse les portes du salon. Sans surprise, leurs deux parents s’y trouvaient. Jonathan de La Rivière, tiré à quatre épingles, posa sur eux un regard dur, où luisait cependant une étincelle de fierté. Elisabeth de La Rivière se leva de son siège, posant sur la table basse le journal qu’elle lisait.
« Thomas, Moïra. Rejoignez-moi, mes enfants. »
Les deux héritiers s’exécutèrent, rejoignant leur père pour se mettre face à lui, et en silence, il les considéra tour à tour. Thomas, l’héritier, devenu excellent parti depuis la mort de son frère Alexandre, était plus grand que sa sœur, Moïra, l’héritière, dont la beauté naturelle attirait beaucoup de prétendants. Ses enfants étaient ses trésors, d’autant plus depuis que leur frère avait été tué à Poudlard. Poudlard, où, comme de par hasard, ils comptaient se rendre pour leurs études… Le regard du paternel se plissa quelque peu.
« Vous êtes certains de vouloir partir à Poudlard, tous les deux ? »
Les deux adolescents hochèrent la tête. Avec une froide détermination pour l’un, avec une fatalité morose pour l’autre. Leurs parents se regardèrent. Ils ne pouvaient rien faire contre ça. Concrètement, ils auraient pu les empêcher de partir à Poudlard. Mais Moïra avait argumenté en comprenant que Thomas n’en démordrait pas. Poudlard leur permettrait de lier des liens avec d’autres sangs-purs venus de pays différents. A Poudlard, il y avait les GISIS. Certes, ils n’entraient qu’en septième année, mais ils pourraient prendre la température pour savoir si ça valait le coup de rester en GISIS, et ce qu’ils pouvaient leur apporter. Thomas s’était contenté d’approuver en silence, car de toute façon, leurs parents savaient ce qui les poussaient à partir à Poudlard.
L’obsession de ne pas savoir. L’opportunité unique de pouvoir aller à Poudlard sans éveiller les soupçons pour enquêter sur la mort d’Alexandre. Thomas ne se focalisait que sur ça. Moïra s’était inclinée, même si elle se fichait bien de savoir qui était à l’origine de la mort d’Alexandre. Savoir ne le ramènerait pas, et elle savait bien qu’elle ne pourrait pas lutter contre un Auror surentraîné pour une vengeance inutile.
« Très bien. Dans ce cas… N’oubliez pas qui vous êtes, ni où vous allez. N’oubliez pas ce que nous avons dû sacrifier pour que notre tranquillité et notre sécurité soient préservées. Vos actes rejailliront sur notre famille, alors réfléchissez-les mûrement avant d’agir. »
« Oui, Père. »

« Oui, Père. »
Les deux héritiers avaient répondu en même temps. Ils n’ajouteraient rien d’autre. D’un geste, leur paternel les congédia, et ils s’inclinèrent. Thomas fut le premier à quitter la pièce. Moïra allait l’imiter, mais la main de sa mère attrapa son poignet. Alors Moïra comprit. Si elle était là depuis le début, ce n’était pas pour les voir partir, mais pour lui parler, à elle, lui dire d’être prudente et de veiller sur son jumeau. Elle avait toujours été plus réfléchie que lui, de toute manière. La jeune héritière esquissa un léger sourire.
« Ne vous inquiétez pas, mère. Je veillerai sur lui. »
« Je n’en doute pas, ma chère enfant… Mais n’oublie pas de veiller aussi sur toi. »
Elisabeth la serra brièvement dans ses bras, avant de la laisser partir, le coeur serré. Sans un mot de plus, Moïra rejoignit son jumeau, et lui attrapa une main, tandis que l’autre se saisissait de sa valise où étaient posés ses deux animaux. Se concentrant, la jeune française ferma les yeux. Pré-au-Lard. Leur destination était Pré-au-Lard. Malgré son envie furieuse de retourner à Beauxbâtons, elle avait fait son choix.
« Pré-au-Lard ! »
Avec un chuintement feutré, les deux sorciers disparurent. Destination Pré-au-Lard. Destination Poudlard. Une école en ruines qui abhorrait la magie noire, et où, entre ses murs millénaires, Alexandre de La Rivière avait perdu la vie.
La France lui manquait déjà.

◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊ ◊


ϟ Ton pseudo : Champifeuille, Champi. ϟ Ton âge : 26 ans tout frais. ϟ Ton avis sur mumblemumps : Il est tellement moche et nul que me revoilà avec un nouveau compte parce que je suis un peu maso :3 ϟ Le mot de la fin : Des bisous sur vos fesses mes amours ♥
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________

we are one
We are one, you and I, we are like the earth and sky, one family under the sun, all the wisdom to lead, all the courage that you need, you will find when you see, we are one.
Revenir en haut Aller en bas
Moïra de La Rivière
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 1ère année de Politique Magique, à Serdaigle.
Célébrité : Emma Watson.
Pseudo : Champifeuille, Champi. Âge : 26 Parchemins : 296 Gallions : 248 Date d'inscription : 03/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/22  (0/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1561-moira-mes-desirs-font-desordre http://www.mumblemumps.com/t1572-moira-moins-sage-que-mon-image http://www.mumblemumps.com/t1603-moira-lettres-de-noblesse http://www.mumblemumps.com/t2069-journal-d-un-champignon

Oh, oh, it's magic, you know...

L’histoire des de La Rivière remonte à des temps lointains, bien avant la signature du code international du secret magique et la persécution des mages et sorciers. La première évocation de cette famille remonte aux années 1350, où un certain Bureau de la Rivière devint premier conseiller et chambellan des rois Charles V et Charles VI. Les générations se succédant, les de La Rivière surent se tenir à la droite du pouvoir royal, même si jamais aucune demoiselle de cette famille ne mêle son sang pur à celui des seigneurs moldus, les chefs de famille ayant le bon goût de préférer les alliances avec les quelques familles nobles sorcières qui avaient pris le même parti qu’eux. Cependant, quand les persécutions contre les sorciers commencèrent, les de La Rivière durent s’éloigner du pouvoir royal qui soutenait ces exactions. Or, si conserver leurs privilèges importait à ces nobles, la cause allait en contradiction avec leur nature propre. Prétextant une maladie de la benjamine, ils se retirèrent de la cour royale pour rejoindre leur somptueux manoir, dans le littoral azuréen, qui leur assurerait protection et tranquillité. Grand bien leur en prit. La même année, en 1692, le code international du secret magique fut signé par les ministres de la magie de tous les pays du monde, marquant par là même leur impossibilité, dorénavant, de se rapprocher à nouveau du roi. Cela n’ébranla pas cette puissante famille ; de la royauté, ils n’avaient plus besoin.  Lorsque leurs deux mondes étaient encore mêlés, et que le conseil des sorciers peinait à faire reconnaître son autorité, ils avaient su tirer leur épingle du jeu. Mais le pouvoir qu’ils exerçaient à la cour royale moldue s’était étiolé comme peau de chagrin tandis que leur réputation dans le monde magique grandissait de jour en jour. Ils n’avaient plus besoin de la royauté, à présent.

Il ne fallut pas longtemps avant que leur situation ne se stabilise à nouveau. Avec la brusque séparation des deux mondes, les sorciers étaient perdus, d’autant plus que les moldus continuaient de les persécuter. Le ministère de la magie, désorganisé, laissait sa chance à tous ceux qui pensaient pouvoir apporter leur aide. Bien entendu, les de La Rivière en profitèrent, mettant gracieusement au profit du monde magique les siècles d’expérience récoltés chez les moldus. De la politique à la finance, les de La Rivière surent s’imposer en douceur, refaisant progressivement leur fortune, leur patrimoine et leur influence, à tel point que, dans les années 1800, un certain Louis de La Rivière fut élu ministre de la magie français, puis, dans les années 1920, ce fut à Clémence de La Rivière d’occuper par deux fois ce poste prestigieux. L’influente famille avait su se faire bien voir : dons multiples à des associations d’aides aux sorciers, mécènes des arts et fervents soutiens des causes novatrices du ministère de la magie, il était difficile de dire quelle fut leur opinion lorsque Grindlewald, puis Voldemort, montèrent au pouvoir puis disparurent tout aussi subitement. Pour la suprématie sang-pure, ou contre la tyrannie de la magie noire ? Nul ne le sut jamais vraiment.

A l’heure actuelle, la famille de La Rivière est réduite à un petit nombre restreint. Jonathan de La Rivière, aîné et principal héritier de la famille, fit, comme ses ancêtres, carrière dans la politique magique, et occupe à présent un poste haut placé au département de la justice magique. Il épousa Elisabeth de Boisselet, ancienne mannequin et à présent recruteuse de talent pour les grandes maisons de haute couture sorcière. Nathaniel de La Rivière, le puîné, magistrat du Magenmagot français, épousa quant à lui Gabrielle de Laverne, cantatrice célèbre. Nathaniel et Gabrielle n’eurent qu’une enfant, Constance de La Rivière, jeune sorcière de douze ans scolarisée à Beauxbâtons, dans l’Ecurie de la Rose. Jonathan et Elisabeth, en revanche, en eurent trois : Alexandre de La Rivière, jeune sorcier en formation au département de la coopération magique internationale d'Angleterre après avoir fait ses études à Beauxbâtons, dans l’Ecurie de l’Orchidée, décédé dans des circonstances dramatiques. Thomas de La Rivière, jeune élève de septième année à Beauxbâtons, de l’Ecurie de l’Orchidée, qui a décidé de continuer ses études à Poudlard, et, enfin, Moïra de La Rivière, jeune élève de septième année à Beauxbâtons, de l’Ecurie des Lilas, qui a, comme son frère jumeau, décidé de continuer ses études à Poudlard.



Alexandre de La Rivière naquit le premier, le 17 Septembre 1978, mettant fin à quatre longues années de doutes et d’incertitudes de la part de ses parents, au désespoir de ne pas voir poindre l’héritier tant attendu. Enfin arrivé, l’enfant fut choyé, et le couple se fit à l’idée qu’il serait sans nul doute le seul de La Rivière qui étofferait les rangs de la famille. Il leur avait fallu tellement de temps pour le concevoir qu’en attendre d’autres serait inespéré. N’est-ce pas ? Cependant, Elisabeth ressentit à nouveau la douleur de la grossesse, et une rapide visite à l’hôpital sorcier lui apprit qu’elle était à nouveau enceinte. Aux anges, ils décidèrent de se garder la surprise, ne voulant pas savoir si ce serait un héritier ou une héritière qui tiendrait compagnie à Alexandre, quatre ans, qui comprenait doucement qu’il devrait apprendre à partager jouets et parents avec le nouveau bébé. Plus les mois passaient, plus le ventre d’Elisabeth s’arrondissait, bien plus, cependant, que lors de la grossesse d’Alexandre. Mais elle ne s’inquiétait pas. Le bébé serait en bonne santé, voilà tout, même si, vu comment il bougeait parfois, elle avait l’impression qu’il avait de l’énergie pour deux. Ce fut dans la nuit du 1er Février 1982 qu’Elisabeth perdit les eaux, et le lendemain qu’enfin, elle put se mettre à pousser pour faire sortir le nouvel héritier de La Rivière.

Moïra fut la première à naître. Elle fut cependant bien vite délaissée quand on se rendit compte que le travail n’était pas fini. Et tandis qu’une infirmière s’occupait des premiers soins de la jeune héritière, on s’activait autour d’Elisabeth, jusqu’à ce qu’enfin, quelques minutes plus tard, tout prenne fin, Thomas ayant enfin décidé de pointer le bout de son nez. Durant les premières nuits, le frère et la sœur dormirent ensemble, les parents n’ayant pas prévu d’avoir des jumeaux. Il fallut refaire les pièces, recréer une chambre du haut jusqu’en bas, pour que chaque enfant ait sa chambre et pour les séparer le plus rapidement possible. Il n’était jamais bon, en effet, de laisser des jumeaux trop proches l’un de l’autre, sans doute pour qu’ils ne fondent pas ensemble leurs personnalités et que chacun puisse grandir indépendamment de l’autre. Ils n’avaient pas prévu une chose, cependant : Thomas et Moïra avaient passé neuf fois côte à côte, main dans la main, tandis qu’ils grandissaient en secret dans le ventre de leur mère. Tenter de les séparer était alors inutiles, et les parents le comprirent bien vite, les deux jumeaux finissant toujours par se rejoindre, délaissant les autres pour rester ensemble, ne se sentant complet que lorsque l’autre était dans les parages, comme deux morceaux d’une même âme qui ne cherchent qu’à redevenir un.

Ils ne connurent leur première vraie séparation qu’à l’âge de onze ans, quand l’heure fut venue pour eux d’entrer à Beauxbâtons. Alexandre, qui y était déjà élève, leur avait raconté les merveilles de cette école, remplissant d’exploits la tête de son frère et de beaux jardins l’esprit de sa sœur. Moïra, première à être répartie par la couronne de fleurs, fut envoyée dans l’Ecurie des Lilas, maison de calme, d’intelligence et de réflexion. Thomas, lui, fut envoyé dans l’Ecurie de l’Orchidée, maison des robustes et des aventureux. Les premières semaines furent difficiles, mais doucement, ils apprirent à se séparer, à réfléchir en « je » et non plus en « nous », à laisser place à leur propre conscience plutôt qu’à celle de l’autre. Cette séparation forcée leur fit beaucoup de bien, et leur permit d’être encore plus proches qu’avant, comme un frère et une sœur, et plus comme une seule personne aux contours un peu troubles.



L’année suivante eut lieu le Tournoi des Trois Sorciers, et Moïra apprit, à son plus grand déplaisir, qu’elle faisait partie de la délégation de Beauxbâtons. Pour en mettre plein la vue aux anglais et aux slaves, Madame Maxime avait décidé de sélectionner les élèves les plus prometteurs de la deuxième à la septième année. Les intellectuels, les travailleurs, les sportifs, les charismatiques, ceux qui permettraient de faire bien voir Beauxbâtons auprès des autres et de vendre aux étrangers l’image d’une école d’excellence. Cependant, Moïra n’avait aucune envie de quitter son école chérie, ses jardins, son soleil et son raffinement inégalé. Elle aurait préféré rester à Beauxbâtons. Mais une lettre de ses parents lui fit comprendre qu’elle avait tout intérêt à ne pas se désister. Etre sélectionnée d’office était un véritable honneur, qui, de fait, rejaillissait sur les de La Rivière, qui n’avaient pas eu à ourdir pour que leurs trois rejetons soit choisis par Olympe Maxime en personne, ce qui témoignait de leur valeur rare. Car les places étaient précieuses, et déjà, les parents d’élèves se battaient pour faire reconnaître leur rejeton, afin de, peut-être, réussir à l’intégrer dans la délégation française. Le jour du départ, certains avaient réussi. D’autres non. Quoi qu’il en soit, les trois héritiers de La Rivière, qui n’avaient pas eu à se battre pour en faire partie, prirent place dans le carrosse magique sous les regards envieux de ceux qui restaient. Ils auraient pu utiliser la poudre de cheminette. Mais cela aurait été bien moins impressionnant qu’un immense carrosse d’un blanc laiteux tiré par des Abraxans de la même couleur, n’est-ce pas ?

Moïra ne mit pas longtemps à détester Poudlard. Les sorciers anglais lui semblaient plus rustres et moins raffinés qu’en France, et les slaves étaient aussi durs et froids que leur école glacée. Le château était différent, les jardins anarchiques, et elle ne pouvait concevoir que chacun accepte qu’un esprit frappeur vienne semer la zizanie dans les couloirs, ou que les escaliers n’en fassent qu’à leur tête. Depuis quand pouvait-on décemment accepter que des escaliers bougent ? Comment était-elle sensée réussir à se rendre à l’heure en cours si l’escalier s’arrêtait brutalement à mi-parcours pour faire une sieste réparatrice d’une trentaine de minutes ? Oh, oui, elle détestait Poudlard. Mais elle n’en montra rien. L’image de sa famille était en jeu. Alors elle souriait, hypocrite, répondant dans un anglais parfait que tout allait pour le mieux, qu’elle était heureuse d’être ici, que de côtoyer des sorciers d’une culture différente la remplissait de joie, que non, bien sûr, la France ne lui manquait pas, et quelle tristesse ce serait de quitter Poudlard pour retourner à Beauxbâtons ! Fine fleur, Moïra se laissait apprécier, autant des anglais que des russes, remplissant d’orgueil la directrice de son école qui n’en attendait pas moins d’elle. Vendre les françaises comme des demoiselles polies et enjouées, mais travailleuses et sérieuses. Vendre Beauxbâtons comme une école d’excellence qui ne formait que la crème de la crème. L’une après l’autre, les épreuves eurent lieu, et la championne de leur école, une blonde insipide du nom de Fleur Delacour, acheva de les ridiculiser en ne terminant pas la deuxième épreuve et en partant dernière à la troisième épreuve. Au final, ce fut le héros national des anglais, Harry Potter, qui fut sacré grand gagnant, gâchant son sacre avec l’annonce hystérique de Lord Voldemort, traînant le corps de Cédric Diggory comme preuve irréfutable.

Cette nouvelle fit grand bruit, dépassant les frontières anglaises jusqu’à atteindre la France, principalement le foyer de la jeune française, aux anges d’être enfin rentrée dans sa terre natale. Elle qui pensait laisser tout cela derrière elle pour se concentrer sur ses études dut se faire une raison : l’hypothétique retour du Seigneur des Ténèbres semblait beaucoup intriguer sa famille, et quand ils pensaient que leurs enfants n’écoutaient pas, les quatre adultes en parlaient entre eux, murmurant à voix basse autour d’un verre de vin. Loin d’être stupide, Moïra comprit vite qu’ils allaient suivre ça de très près. Car les rumeurs enflaient, grossissaient, et bientôt, ce fut tout le monde magique qui fut au courant, et bien vite, ils suivirent la tendance anglaise : accuser le Survivant de menteur. Pourquoi le Seigneur des Ténèbres serait-il revenu, alors qu’il avait été tué, une dizaine d’années plus tôt, par son propre sortilège ? On ne revient pas d’entre les morts ! Moïra, bien jeune, oublia vite cette histoire pour se concentrer sur l’essentiel. Elle était de retour en France, sa patrie chérie, et bientôt, elle retournerait à Beauxbâtons pour y faire sa troisième année. Le Seigneur des Ténèbres, elle s’en fichait un peu. C’était le problème des anglais, après tout. Pas le sien.



Pour Moïra, la vie continua, bien que les rumeurs du retour du Seigneur des Ténèbres enflent autour d’elle comme des ballons sur le point d’éclater. Et ayant fait partie de la délégation de Beauxbâtons, elle fut vite soumise à la question. Était-ce vrai, que les mangemorts étaient de retour ? Que le Seigneur des Ténèbres était sorti de terre, ou apparu dans une grande lumière, ou descendu du ciel comme un messie ? La patiente française finit par s’agacer tandis qu’au fil de sa troisième année, on la harcelait de questions diverses et variées sur comment un mort avait pu revenir. Comment aurait-elle pu savoir ?! Elle n’y était pas, bon sang ! Elle était avec les autres élèves, debout, à fixer comme une imbécile la haie verdoyante qui marquait l’entrée du labyrinthe et de la troisième épreuve ! Faisant fi des curieux et des jaloux, Moïra se réhabitua très vite à Beauxbâtons, reprenant marques et repères pour entamer sereinement sa troisième année, tandis qu’en Angleterre, la tempête médiatique continuait de pleuvoir sur Harry Potter, traité de menteur et de fou par tous les journaux du monde magique. Presque tous. Un des journaux prit sa défense, et son exemplaire fut tiré à des millions d’exemplaires et distribué dans le monde entier, à tel point que, curieuse d’entendre ses camarades en parler en permanence, Moïra finit par se procurer un exemplaire du Chicaneur pour lire à son tour l’interview d’Harry Potter. Il fallait bien l’admettre : il était convaincant. Les sorciers commençaient à le croire, tout autour du monde. Les élèves, comme les adultes. Et il se passait des choses étranges, au manoir des de La Rivière. Des amis de la famille, des gens qu’elle n’avait jamais vu, qui allaient et venaient, gravitant autour de ses parents comme les planètes autour du soleil. Et quand, à la fin de sa troisième année, il fut publiquement annoncé que le Seigneur des Ténèbres était bel et bien de retour, les visites au manoir allèrent en s’accentuant, et bien qu’ils ne soient jamais conviés aux conversations, il ne fut pas dur, pour les enfants, de comprendre ce qu’il se passait vraiment.

Fins politiciens, les de La Rivière n’avaient jamais clairement énoncé leurs opinions quant à la politique ou la pureté du sang. Mais dès lors que l’annonce du retour du Seigneur des Ténèbres se propageait dans le monde entier, dans l’ombre, ils montrèrent leur vraie nature. De nombreux sorciers anglais passèrent au manoir pendant les vacances d’été, et certains, Moïra n’en doutait pas, avaient la marque des Ténèbres sur le poignet droit. Pour la suprématie de la pureté du sang, les de La Rivière avaient choisi leur camp : celui des Ténèbres. Alexandre, qui avait quitté Beauxbâtons avec les honneurs, réussit, grâce à un système de partenariat entre les ministères français et anglais, à partir au département de la coopération magique international anglais, officiellement pour y apprendre la diplomatie anglaise afin de devenir, à terme, diplomate français, pour œuvrer à l’unification et l’amitié de leurs deux pays. Officieusement, il partait à la guerre à la place de ses parents, rejoignant les rangs des sympathisants sans marque pour œuvrer à la grandeur du Seigneur des Ténèbres. Moïra, elle, entrait en quatrième année, qui fut une année aussi calme que les précédentes. Du moins jusqu’à la fin de l’année, où durant les vacances, le Seigneur des Ténèbres réussit son coup d’État contre le ministère anglais, assassinant leur premier ministre et annonçant officiellement au monde son retour. Les choses allaient changer. Et les anglais ne seraient pas les seuls à profiter du changement.

Moïra entrait en cinquième année. Mais alors que les BUSE auraient dû occuper tout son esprit, elle ne pouvait que remarquer l’absence de nombreux élèves, nés-moldus pour la plupart, et quelques sangs-mêlés par ci par là. La guerre des anglais touchait jusqu’à la France pour une raison que nul n’aurait pu expliquer, sauf ceux étant dans le secret. Les de La Rivière avaient réussi leur œuvre. Par leur manoir en Côte d’Azur, de nombreux mangemorts transitaient pour déferler sur la France, accroissant ainsi le royaume du Seigneur des Ténèbres. A terme, les de La Rivière espéraient pouvoir purger la France grâce à l'aide des mangemorts, Alexandre servant de garantie pour leur cause. Les mangemorts de France, lorsqu’ils étaient traqués, pouvaient trouver refuge chez les de La Rivière, d’où ils quittaient le royaume grâce à la poudre de cheminette. Cependant, Beauxbâtons restait protégée, et Moïra, malgré les événements qui se passaient en-dehors du prestigieux château, se concentra sur ses BUSE. Mais, à nouveau, elle dut s’en désintéresser quand leur parvint la nouvelle de la bataille de Poudlard, le 2 Mai 1998. Poudlard, détruite. Des morts partout. Du sang, de la désolation, du chaos. Le Seigneur des Ténèbres n’était plus. Avec les autres, Moïra fit la fête, en enfant hypocrite qui aurait préféré que ce soit Harry Potter qui passe l’arme à gauche. Si l’idée d’avoir un seigneur et maître lui déplaisait grandement, elle n’était pas contre un royaume sorcier moins aberrant que celui dans lequel elle vit, où les nés-moldus et les sangs-purs se côtoient sans que cela ne choque personne. Cependant, le couperet finit par tomber, quelques jours après la grande bataille : son aîné, Alexandre de La Rivière, avait perdu la vie entre les murs du château anglais, se battant pour une cause que bientôt, l’Histoire appellerait celle des perdants.



La nouvelle de la mort de son frère la dévasta complètement. Elle passa ses BUSE en automate, réussissant tout de même à rafler des Optimal partout, ce qui ne lui arracha pas le moindre sourire d’orgueil. A quoi bon, puisqu’Alexandre n’était plus là pour la féliciter ? Il fallut inventer une histoire, une excuse, pour que personne ne sache que les de La Rivière avaient choisi le camp des perdants, et qu’ils ne perdent pas tout ce qu’ils avaient pour avoir parié sur le mauvais cheval. Les jours suivants la grande guerre leur fournit un alibi plus que plausible, puisque, descendant dans la rue, des milliers de sorciers se vengèrent sur les sangs-purs et sur le ministère, et au milieu des dizaines de morts mystérieuses, Alexandre de La Rivière fut retrouvé mort chez lui, le 5 Mai 1998, sa porte fracturée et son petit appartement londonien mis à sac. L’enquête policière fut assez brève, les anglais peinant à se relever du court règne du Seigneur des Ténèbres et de ce qu’il avait fait à leur pays. Alexandre ne possédant pas la marque des Ténèbres, et comme rien, dans son appartement vandalisé, ne pouvait le relier aux mangemorts, il fut rendu à sa famille avec les excuses officielles du ministère de la magie anglais envers la France. L’assassinat de l’un de ses diplomates fut un coup dur pour le ministère français, qui passa cependant l’éponge, les de La Rivière ne souhaitant pas entrer en guerre contre les anglais. Alexandre fut enterré en grandes pompes, et tandis que son corps disparaissait dans le sol, la petite française sentit qu’avec lui, son innocence d’enfant partait en lambeaux pour recouvrir comme un voile le corps de son frère décédé. Alexandre de La Rivière était parti, emportant avec lui la candeur ingénue de ses deux cadets éplorés.

Pour Moïra, le monde avait arrêté de tourner, et ce fut avec une certaine amertume qu’elle comprit qu’il n’était pas aussi rose qu’elle l’avait pensé, et que la pureté de son sang ne la protégeait pas de tous les dangers. Blessée, détruite, la française profita de l’été pour se reconstruire, tout comme les anglais qui pansaient leurs plaies après la grande bataille. Au quotidien, l’absence d’Alexandre était dure à supporter. Celui qui avait été frère, ami, protecteur, moralisateur, était maintenant disparu à jamais, et tandis que Thomas s’enfonçait dans le ressentiment et la haine, Moïra se plongeait dans la vie pour tenter d’oublier sa peine. Mais ce n’était pas chose aisée. Chaque jour, de nouvelles personnes présentaient leurs condoléances, et il lui fallait sourire poliment, remercier avec une gravité pesée, l’emphase de la tristesse faisant vibrer sa voix. Elle avait l’impression d’avoir passé seize ans dans le brouillard, et la mort de son frère lui avait ouvert les yeux. Alors elle se força à vivre, à sortir, à sourire, cachant sa peine sous des sourires et ses larmes dans des éclats de rire, parfaite petite poupée manipulatrice aussi lisse que du verre. Ses parents avaient été stupides de faire confiance à ces anglais stupides pour que la France retrouve son éclat. Au final, leur tout-puissant Lord s’était fait battre par un gamin, Alexandre était mort, et rien n’avait changé dans le monde magique. Le mieux, pour obtenir quelque chose, était encore de travailler à sa réalisation au lieu de laisser des incapables s’en occuper.

Ce fut transformée que Moïra entra en sixième année. Elle qui n’aspirait qu’aux études et à la fierté de ses parents, elle avait maintenant un but bien à elle : réussir coûte que coûte, et qu’importent les sacrifices. Il était hors de question qu’elle sombre dans la tristesse et le désarroi, deux sentiments brandis comme une bannière par les faibles incapables de prendre leur vie en main. Hypocrite, elle se rassura en voyant revenir les nés-moldus de Beauxbâtons, ses chers camarades qui avaient dû fuir la Terreur anglaise qui s’était infiltrée, Merlin sait comment, sur les terres de leur belle France. Opportuniste, elle n’hésita pas à utiliser ses compétences et ses contacts pour obtenir ce qu’elle voulait, commençant, dès ses dix-sept ans en poche, à travailler pour son avenir professionnel, qu’elle voulait brillant et influent. Modelée par son éducation et rendue ambitieuse par l’intérêt que son père lui portait, elle voulait aller loin. Son frère était mort de manière injuste ; dans ce cas, elle deviendrait la justice. Si le département de la justice magique l’attirait, le Magenmagot lui faisait de l’oeil. Elle ne fut pas longue à comprendre que ce qui lui faisait particulièrement de l’oeil, plus que le Magenmagot, c’était le pouvoir. Son chemin était tout tracé. Si Alexandre s’était arrêté, sur l’échelle du pouvoir, au barreau du diplomate, elle comptait bien aller plus haut. Département de la justice magique. Magenmagot. Et pourquoi pas, tant qu’à faire, être la troisième de La Rivière à devenir ministre de la magie de France ?



La politique avait toujours été le domaine de de La Rivière. De Bureau de la Rivière, le premier à s’y lancer dans les années 1350, à Jonathan de La Rivière, membre influent et haut placé du département de la justice magique du ministère français, des siècles s’étaient écoulés, des siècles durant lesquels chaque membre de cette famille avait fait honneur à la tradition. Et l’ambitieuse Moïra ne comptait pas s’y défiler. Grâce à son père, elle obtint un court stage au département de la justice magique. Un stage inintéressant, qui ne se bornait qu’à classer des feuilles en jouant la secrétaire paternelle, mais un stage lui lui permit de mettre un pied dans le ministère de la magie. Grâce à son oncle, elle obtint un nouveau stage, au Magenmagot cette fois-ci, en tant que sous-greffière pour une suite de procès particulièrement ardu nécessitant plus de main d’œuvre. Son rôle n’était pas bien compliqué : écrire, et seulement écrire. Ce fut, à nouveau, très inintéressant, mais instructif, puisque cela lui permit de comprendre comment travaillait le Magenmagot, en plus de se faire bien voir auprès de son maître de stage, qui, s’il avait râlé en apprenant que l’un de ses collègues lui refilait sa nièce, avait été bluffé par ses capacités d’analyse et sa prise de notes rapide. S’il l’avait pu, nul doute qu’il l’aurait embauchée sur le champ pour faire d’elle son assistance. Mais il ne le pouvait pas. Il lui restait un an à faire à Beauxbâtons pour obtenir ses ASPIC et pouvoir entrer dans le monde du travail. Mais elle avait un but, et le collègue de son oncle lui offrait une porte d’entrée non négligeable sur le Magenmagot, et par extension, sur le ministère de la magie. Tout était extrêmement simple. Un an, et à elle le Magenmagot. C’était trop beau pour être vrai… Raison pour laquelle il y eut des complications.

Ces complications vinrent sous la forme d’une lettre tamponnée du sceau du ministère de la magie, leur apprenant, à Thomas et elle, qu’étant en septième année, ils pouvaient participer au programme d’échange scolaire européen, donc aller étudier à Poudlard pour leur septième et dernière année, ou bien rester à Beauxbâtons si cela ne les intéressait pas. Or, très clairement, cela ne l’intéressait pas. La seule chose digne d’intérêt, ce fut d’apprendre, via cette lettre, la création des GISIS, pour permettre à ceux qui le voulaient de continuer des études spécialisées après leur septième année. Si la politique magique lui sauta aux yeux, la française avait tout de même décidé de terminer sa septième année à Beauxbâtons, puis de réfléchir à l’éventualité de postuler pour ce GISIS qui n’avait lieu qu’à Poudlard. Qui sait, peut-être que l’an prochain, ce même GISIS ouvrirait à Beauxbâtons ? Le problème, c’était Thomas. Sa moitié d’âme, qui, contrairement à elle, n’avait pas su avancer en faisant avec l’absence d’Alexandre. Son frère jumeau, qui voyait dans cet échange scolaire la possibilité unique d’aller sur les lieux de la mort de leur aîné pour tenter de comprendre ce qu’il s’était passé. Et pas seulement pour faire son deuil, non. Moïra n’était pas stupide. Elle avait bien compris que, s’il trouvait le responsable (ce dont elle doutait, cela étant) il ne vivrait pas tranquillement en sachant que celui qui avait tué leur frère en faisait de même. Cela conduisit à une énorme dispute entre les deux héritiers, qui, pour une fois, s’opposaient. Moïra ne voulait pas retourner à Poudlard, qu’elle avait détesté durant le tournoi des Trois Sorciers. Thomas ne vivait que pour sa vengeance stupide, qui ne pourrait que ternir l’image des de La Rivière en plus de le mener en prison. Officiellement, Alexandre était mort à son domicile, et si Thomas faisait quoi que ce soit de travers, leurs parents ne le couvriraient pas, s’éloigneraient de lui, et pour effacer l’affront fait à leur nom, risquaient même de le rayer de leurs vies. Il lui fallait donc ravaler son dégoût de Poudlard, et y aller pour protéger l’imbécile lui servant de moitié d’âme.

Devant leurs parents, Thomas la laissa parler. Elle avait toujours été meilleure oratrice que lui, et s’ils n’ignoraient pas les raisons qui poussaient leurs deux héritiers à aller à Poudlard, le mensonge devait être suffisamment convaincant pour qu’ils les laissent partir et qu’ils aient une excuse toute faite à sortir à ceux qui leur poseraient la question. Alors Moïra parla des GISIS, et de l’ambition naturelle des de La Rivière. Certes, ils auraient pu attendre l’année prochaine, mais en partant cette année, ils avaient la possibilité de s’imprégner des mœurs anglaises, pour mieux s’intégrer, voir comment se déroulaient les GISIS en se renseignant, et au final, décider ou non de les intégrer. Ils ne seraient pas les seuls français à partir, puisque d’autres élèves de Beauxbâtons avaient décidé d’aller à Poudlard. Mais ils n’étaient pas dupes. Ils savaient. Ils savaient que Thomas n’avait pas fait son deuil, qu’il se demandait pourquoi, et qu’il avait bondi sur l’unique moyen d’aller à Poudlard sans éveiller les soupçons pour se rapprocher de l’image qu’il avait de son frère décédé. Et que Moïra, leur ambitieuse petite poupée, agissait encore et toujours comme une de La Rivière en faisant passer les intérêts de sa famille avant les siens. Puisqu’il n’en démordrait pas, alors elle le suivrait, pour s’assurer qu’il ne s’attire pas d’ennuis, que leur nom ne soit pas sali, et que Poudlard ne lui prenne pas son jumeau après lui avoir pris son aîné. N’ayant aucun argument valable à leur opposer, et ne pouvant décemment pas remettre l’affaire Alexandre sur le tapis – eux aussi, comme Thomas, cherchaient vengeance, même si, comme Moïra, ils s’étaient fait à l’idée qu’ils ne l’auraient jamais – Jonathan et Elisabeth finirent par accepter l’idée de les laisser partir à Poudlard. Le sort en était jeté, et la tristesse de la petite Constance de La Rivière, leur cousine de douze ans trop jeune pour les suivre, n’y changerait rien. Ils iraient à Poudlard.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________

we are one
We are one, you and I, we are like the earth and sky, one family under the sun, all the wisdom to lead, all the courage that you need, you will find when you see, we are one.
Revenir en haut Aller en bas
James Martell
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Professeur de Zoomagie, directeur des Serdaigle et s'occupe aussi des retenues
Célébrité : Daniel Gillies
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 2596 Gallions : 385 Date d'inscription : 21/09/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t234-james-martell-revele-tous http://www.mumblemumps.com/t241-james-martell-la-lecture-une-felicite-qui-se-merite http://www.mumblemumps.com/t623-james-martell-you-ve-got-mail http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary

Moïra j'aime tellement ce prénom

Et puis Emma Watson quoi *-*

Rebienvenue ma belle, nous faudra des liens avec ton nouveau perso
Bon courage pour ta fiche, si tu as des questions, tu connais déjà la maison ♥️

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Helge Petterson
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : slytherin
Célébrité : Erika Linder
Pseudo : ELLY Âge : 22 Parchemins : 1346 Gallions : 150 Date d'inscription : 17/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1469-helge-the-heart-thief http://www.mumblemumps.com/t1505-helge-fight-back#36419 http://www.mumblemumps.com/t1504-right-move-helge http://www.mumblemumps.com/t2489-journal-d-elly#63955

ohlala, le titre, emma, le prénom, je suis sous le charme complet de ton nouveau bébé I love you I love you I love you
j'aime déjà beaucoup le début de ta fiche et il me tarde d'en lire plus et d'en apprendre plus sur elle
courage pour écrire ta fiche, j'ai hâte de nous trouver des liens

_________________
never forgive, never forget
φ Sometimes I feel like throwing my hands up in the air I know I can count on you ▬ Sometimes it seems that the going is just too rough and things go wrong no matter what I do.



]
Revenir en haut Aller en bas
Moïra de La Rivière
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 1ère année de Politique Magique, à Serdaigle.
Célébrité : Emma Watson.
Pseudo : Champifeuille, Champi. Âge : 26 Parchemins : 296 Gallions : 248 Date d'inscription : 03/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/22  (0/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1561-moira-mes-desirs-font-desordre http://www.mumblemumps.com/t1572-moira-moins-sage-que-mon-image http://www.mumblemumps.com/t1603-moira-lettres-de-noblesse http://www.mumblemumps.com/t2069-journal-d-un-champignon

Merci beaucoup vous deux
Je ne suis pas sûre que Moïra plaise à tout le monde mais vouii devenez mes amis

_________________

we are one
We are one, you and I, we are like the earth and sky, one family under the sun, all the wisdom to lead, all the courage that you need, you will find when you see, we are one.
Revenir en haut Aller en bas
Flynn L. North
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : Gryffondor en seconde année GISIS, cursus sécurité magique
Célébrité : Jonathan Young
Pseudo : Zire Âge : 23 Parchemins : 1708 Gallions : 437 Date d'inscription : 01/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1545-flynn-theres-a-million-things-i http://www.mumblemumps.com/t1549-flynn-id-rather-be-divisive-than-indecisive http://www.mumblemumps.com/t1551-flynn-when-youre-gone-who-remembers-your-name http://www.mumblemumps.com/t2074-journal-de-zire

Ben rebienvenue du coup Hâte de voir ce perso là ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Yassen Yordanov
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : septième année, vipères.
Célébrité : ash stymest.
Pseudo : Prim Âge : 21 Parchemins : 679 Gallions : 610 Date d'inscription : 04/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

J'ai lu le début de ta fiche et j'adore la demoiselle.   J'aime beaucoup la façon dont tu as retranscrit les liens familiaux, vivement d'en lire davantage dans l'histoire parce que le tout promet d'être intéressant. Je sais déjà que je veux des liens avec mes deux personnages. On va se plaindre de Poudlard avec Lionel et on fera des bébés avec Yassen. Plus sérieusement, tu es formidable. Rebienvenue à la maison, tu connais le chemin si tu as besoin.

_________________
make my messes matter ☆
The storm clouds were moving across your eyes and I could hear the war drums pounding from inside your mind. My heart shattered apart with your sanity, but I won't leave. Hold on through Heaven and Hell, hold onto each other or I fear we won't recover.

Revenir en haut Aller en bas
Zephyr Rosenberg
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : Garde-chasse de Poudlard
Célébrité : Gerard Way
Pseudo : from the morgue, Alex Âge : 19 Parchemins : 827 Gallions : 951 Date d'inscription : 06/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1167-the-outsider-rosenberg http://www.mumblemumps.com/t1187-like-a-ghost-z-r http://www.mumblemumps.com/t1448-rosenberg-z-mailbox http://www.mumblemumps.com/t2066-fromthemorgue-s-journal

Encore une fois, bienvenue parmi nous mon chou.
J'ai hâte de voir ce que tu vas nous faire avec Moïra, ça promet en tout cas. Bon courage pour ta fiche, et si tu as un problème, tu sais où nous trouver en cas de besoin.

_________________
❝ if i could just erase my mind ❞
not gonna let this day go by. i’m gonna save this wasted life and nothing can stand in my way. not enough to say goodbye, burn it til there’s nothing left. i’m drowning in the mess that i have made. @ astra
Revenir en haut Aller en bas
Helge Petterson
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : slytherin
Célébrité : Erika Linder
Pseudo : ELLY Âge : 22 Parchemins : 1346 Gallions : 150 Date d'inscription : 17/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1469-helge-the-heart-thief http://www.mumblemumps.com/t1505-helge-fight-back#36419 http://www.mumblemumps.com/t1504-right-move-helge http://www.mumblemumps.com/t2489-journal-d-elly#63955

Je proteste. Pas de bébés avec Yassen.

_________________
never forgive, never forget
φ Sometimes I feel like throwing my hands up in the air I know I can count on you ▬ Sometimes it seems that the going is just too rough and things go wrong no matter what I do.



]
Revenir en haut Aller en bas
Moïra de La Rivière
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 1ère année de Politique Magique, à Serdaigle.
Célébrité : Emma Watson.
Pseudo : Champifeuille, Champi. Âge : 26 Parchemins : 296 Gallions : 248 Date d'inscription : 03/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/22  (0/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1561-moira-mes-desirs-font-desordre http://www.mumblemumps.com/t1572-moira-moins-sage-que-mon-image http://www.mumblemumps.com/t1603-moira-lettres-de-noblesse http://www.mumblemumps.com/t2069-journal-d-un-champignon

Des bébés avec vous deux et on en parle plus

Merci tout le monde, vous êtes des anges

_________________

we are one
We are one, you and I, we are like the earth and sky, one family under the sun, all the wisdom to lead, all the courage that you need, you will find when you see, we are one.
Revenir en haut Aller en bas
Maddox Berkeley
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 2e année de GISIS Médecine magique
Célébrité : Matthew Daddario
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 1362 Gallions : 1200 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1334-if-i-don-t-see-it-it-doesn-t-ex http://www.mumblemumps.com/t1340-maddox-liens-rp http://www.mumblemumps.com/t1433-maddox-je-vous-presente-chouette http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

REBIENVENUEEEEEEEEEEEEEEEEEEE
EMMAAAAAAAAAAAA
Bon courage pour la fin de fiche

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Skye M. Krushnic
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : Gryffondor
Célébrité : Josh Hutcherson
Pseudo : Carotte Âge : 23 Parchemins : 514 Gallions : 405 Date d'inscription : 11/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1403-skye-m-krushnic-when-the-sun-ri http://www.mumblemumps.com/t1482-skye-m-krushnic-i-of-the-storm

JUMELLE mouton

Moïra m'avait tellement manqué et la manière dont tu écris l'histoire est si bien !Je....je t'aime
La famille claque encore plus qu'avant et je crois que cette fois-ci Tom aimerait bien ses parents     Franchement, les de La Rivière vont envoyer du pâté, y a pas de doute !  

Par contre, avant d'avoir des bébés avec des gens, si tu pouvais en parler à Tom

_________________
To be human
And in the middle of my chaos there was you. ▬ I felt you walk right through me. You're the thing that I invoke, my all persistent goal, sent to make me crazy. And though it's hard now with time, it works out. To be human is to love even when it gets too much, I'm not ready to give up
Revenir en haut Aller en bas
Moïra de La Rivière
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 1ère année de Politique Magique, à Serdaigle.
Célébrité : Emma Watson.
Pseudo : Champifeuille, Champi. Âge : 26 Parchemins : 296 Gallions : 248 Date d'inscription : 03/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/22  (0/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1561-moira-mes-desirs-font-desordre http://www.mumblemumps.com/t1572-moira-moins-sage-que-mon-image http://www.mumblemumps.com/t1603-moira-lettres-de-noblesse http://www.mumblemumps.com/t2069-journal-d-un-champignon

Merci Madydy

Skye : MOIRA ELLE FAIT CE QU'ELLE VEUT D'ABORD
Mais merci belle gosse, hâte de voir son sale jumeau débarquer sur Mum pour semer la panique

Et du coup j'ai finiiii !
Plus qu'à prier pour la maison maintenant *allume les cierges*

_________________

we are one
We are one, you and I, we are like the earth and sky, one family under the sun, all the wisdom to lead, all the courage that you need, you will find when you see, we are one.
Revenir en haut Aller en bas
Zoya M. Krushnic
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : Serpentard, Septième année
Célébrité : Kaya Scodelario
Pseudo : Hessnellia Âge : 22 Parchemins : 817 Gallions : 598 Date d'inscription : 12/12/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t782-zoya-casual-curses-are-the-most- http://www.mumblemumps.com/t787-zoya-where-is-my-mind http://www.mumblemumps.com/t940-zoya-write-if-you-will-i-won-t-answer-anyway http://www.mumblemumps.com/t2070-hessnellia-s-journal-zoya-ophelia-niall

Alors, je ne t'ai même pas souhaité la re-bienvenue, quelle mauvaise modo je suis
Je me reprends : RE-BIENVENUE !
J'adore la petite Moïra, et surtout toute l'histoire de la famille, qui est ma foi bien construite !  

Je te valide sans attendre, une admin viendra te donner ta couleur !


   
Bienvenue à
Serdaigle
Félicitations, tu as réussi à faire ta fiche de répartition ! Le Choixpeau n’a pas hésité plus d’une minute avec toi et a pris sa décision. Maintenant que tu as été réparti dans ta maison, tu vas pouvoir procéder à toute la partie inscription administrative de Poudlard.  

   N’oublies pas qu’ici, tu peux t’amuser rapidement alors n’hésites pas à nous rejoindre soit dans le flood soit sur la ChatBox ! Tout le monde est le bienvenue. Tu peux maintenant commencer à créer de nouveaux liens avec les autres élèves.   Tu trouveras tout ça dans  le journal du sorcier. Ce n'est pas tout, il va falloir que tu viennes recenser ton personnage dans le dortoir, les clubs, l'équipe de quidditch etc... Tu trouveras tout ce qu'il faut dans les parchemins indispensables !   Ensuite, si tu as la moindre question n’hésites pas à envoyer un hibou à l’un des membres du Staff. Nous t’attendons vite à Poudlard et nous tenons surtout à te remercier de t'être inscrit sur MUM !  Si tu as envie de RP mais que tu n'as pas de partenaire, viens t'inscrire au speed dating version sorcier. Tu peux aussi consulter le répertoire des sujets libres et communs. Pour ne pas te perdre dans la chronologie du forum, voici un petit rappel.  
   Si tu as du mal à te retrouver dans le château, que tu ne comprends rien à tes cours ou que tu as été victime d'un sortilège de confusion, tu peux toujours demander un parrain pour te guider.  

   Tu trouveras le QG de ta maison et les secrets qui l'entourent, par ici. N'hésite pas d'ailleurs à dépenser tes gallions pour faire gagner des points à ta maison, pour découvrir des indices sur l'épidémie ou pour t'acheter des objets. Tu trouveras toutes ces choses dans la boutique. Il te faudra également installer ton hibou dans la volière pour pouvoir recevoir du courrier.    Enfin, pour consulter la liste des cours disponible et t'y inscrire, c'est par ici.  

   Si tu veux agrandir ton cercle d'ami et que tu as une idée en particulier, n'hésites pas à créer ton propre scénario, une fois que tu auras deux semaines d'activité sur le forum et un RP en cours, que tu peux faire ici. Enfin, et surtout pour gagner le coeur de nouveaux sorciers, nous t'invitons à voter pour MUM dans la session que tu trouveras dans la taverne.

   
N'oublie pas le plus important : amuse-toi bien sur MUM !  

   Cordialement,
   Le Choixpeau Magique
   
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
Moïra ♕ Mes désirs font désordre.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mes désirs font désordre ? (Morty)
» (elyanna) vos désirs font désordre.
» Vos désirs font des ordres
» Ils font chier ces N... . Débarassons-nous en !
» Que font les autorités haitiennes ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: You are a wizard. :: the sorting hat :: Bienvenue à Poudlard-
Sauter vers: