Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 6
La version six est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'anniversaire du forum et la rentrée, venez fêter avec nous !
Découvre tout ici
Joyeux anniversaire !
Mumblemumps vient de souffler sa première bougie. Venez la célébrer avec nous !
Plusieurs animations ont été mises en place pour festoyer comme il se doit !
Jette un oeil aux animations !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

maddox&hope ⊹ life is like a ferris wheel (flashback)

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Maddox Berkeley
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 2e année de GISIS Médecine magique
Célébrité : Matthew Daddario
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 1524 Gallions : 854 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1334-if-i-don-t-see-it-it-doesn-t-ex http://www.mumblemumps.com/t1340-maddox-liens-rp http://www.mumblemumps.com/t1433-maddox-je-vous-presente-chouette http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

« Où tu vas comme ça ? » Demanda sèchement le père de Maddox à son fils, en le voyant mettre ses chaussures pour s’apprêter à sortir. « Courir. » Répondit-il simplement sur le même ton, finissant de boucler ses lacets. La baguette magique de Maddox se trouvait dans sa poche. Il était prêt à s’en servir si son père s’approchait trop de lui. Depuis sa sortie d’Azkaban un an plus tôt où Aldous l’avait libéré, il n’hésitait plus à menacer son père d’utiliser la magie. Il n’avait encore jamais eu à vraiment en faire usage, mais espérait que la menace soit suffisante pour qu’il le laisse tranquille. Dans les yeux de son père, Maddox vit toute la haine et le dégoût que son fils lui inspirait. Alors il préférait sortir et être le moins souvent à la maison. Heureusement, la brève conversation qu’il eut avec son paternel s’arrêta là. Et comme il l’avait indiqué, Maddox était bien allé courir. Depuis sa sortie de prison, il s’était réfugié dans le sport pour se défouler et s’épuiser. Quand il rentrait à la maison, il n’avait en général qu’une envie : dormir. Et il passait ainsi moins de temps en compagnie de sa famille. Sa mère essayait tant bien que mal de comprendre ce qui était arrivé à son fils. Aldous lui avait expliqué que la prison où il avait été enfermé était bien pire qu’une prison moldue. Mais elle n’en en avait jamais parlé avec lui. On se parle peu dans cette famille. Et tant mieux.

Quand il rentra chez lui, Maddox attrapa quelques trucs dans le réfrigérateur et retourna dans sa chambre. Il en sortit pour prendre une douche, et basta. De temps en temps, Maddox entendait son père crier et s’énerver, mais rares étaient les fois désormais où son père levait la main sur sa mère ou sur lui. Le Serdaigle était persuadé qu’il craignait la magie et surtout l’inconnu, maintenant que son fils était autorisé à l’utiliser en dehors des périodes scolaires. Encore quatre mois et Maddox pourrait retourner à Poudlard et oublier sa famille pendant deux ans, surtout s’il passait l’été prochain chez Flynn. Mais cet été, il n’avait pas voulu s’imposer, surtout après ce que le monde des sorciers avait vécu. Il ne voulait pas être une gêne. Assis à son bureau, Maddox ouvrit le tiroir qui contenait un tas de lettres non ouvertes : celles de Mila. Il avait arrêté de les lire quand elle lui avait dit qu’elle voyait Lyra. Entre Lyra et sa présence chez les Silaïev, Mila devait forcément avoir été corrompue. Il ne pouvait plus lui faire confiance comme il l’avait toujours fait. Très affecté par son expérience à Azkaban, Maddox avait toujours besoin de quelqu’un pour discuter. Certes, le brun discutait de temps en temps avec Flynn ou Aldous, mais c’était différent. Ils n’avaient pas la même sensibilité qu’une fille. Ils n’étaient pas Mila. Alors peu à peu, Maddox s’était mis à écrire à Hope. Elle non plus, elle n’était pas Mila, mais Maddox ne cherchait pas à la remplacer. Les lettres de Hope lui redonnaient toujours beaucoup d’espoir. Elles le soulageaient. Hope n’avait pas été à Azkaban comme lui, mais elle avait vécu la terreur à Poudlard. Elle le comprenait. Alors le né moldu n’hésita pas un instant quand il décida pour la première fois de l’inviter à passer une journée à ses côtés.

Chère Hope,

Pour te remercier de répondre si vite et avec autant d’attention à mes lettres, j’aimerais beaucoup, si bien sûr ça t’intéresse, t’inviter à passer une journée avec moi dans un parc d’attractions. On ne s’est pas vus depuis la fin de ma sixième année et je souhaiterais te revoir. Que dirais-tu de mardi prochain ? Je viendrais te chercher.
Maddox

P.S : Si tu ne peux pas ou si tu n’es pas intéressée, je comprendrai.


Croyez-le ou non, Maddox n’avait jamais mis les pieds dans un parc d’attractions moldu et il n’aurait jamais osé y aller seul. Mais il était persuadé qu’il pourrait passer un bon moment s’il était accompagné d’une amie comme Hope. Et puis, peut-être qu’Hope connaissait ce genre de parcs. Elle n’était pas née moldue comme lui, mais il la savait très ouverte d’esprit. Les jours qui suivirent furent assez stressant car il s’était mis à douter et se demandait s’il avait bien fait de pousser la jeune femme à le rencontrer à nouveau. Elle n’était peut-être pas intéressée et elle lui répondait parce qu’elle était polie. Pourtant, dans ses lettres, le brun sentait beaucoup de compassion et de tendresse qui l’avait énormément touché. Il fut soulagé de recevoir très vite une réponse positive. Parfois, il se faisait du souci pour rien.

Le mardi suivant, Maddox consulta la météo et s’habilla en adéquation. Il faisait un peu frais le matin, mais il allait faire doux dans l’après-midi. Il y aurait quelques nuages, mais il ne devrait pas pleuvoir. Il prit avoir lui assez d’argent moldu que sa mère lui avait donné pour payer sa place, celle de Hope et leur acheter quelque chose à manger vers midi. Puisqu’il invitait Hope, il était normal que ce soit lui qui paye. Sa mère lui avait volontiers donné de l’argent, sans en parler à son père bien sûr, parce que depuis qu’il était revenu il y a un an, Maddox voyait très rarement des amis. Quand il fut prêt, il patienta jusqu’à l’heure indiquée par Hope et transplana devant chez elle, où il attendit encore un peu avant d’aller frapper à sa porte. Toc, toc, toc.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1322 Gallions : 581 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

L'astre lunaire illumine de sa douce lumière l'allée de graviers et c'est une chance car je ne compte plus le nombre de fois que j'ai trébuché sur des roches. J'ai le bras égratigné mais le silence et l'obscurité m'aide à voir dans cette nuit d'été un côté apaisant que je ne le trouvais pas quand je suis partie en larmes de la maison. Je ne supporte plus de voir les bouteilles s'entasser et d'entendre ces rires tonitruants lors de ses soirées avec ses ''amis'', ce que je nomme plutôt des ''soirées de débauche''. Je m'en veux d'être aussi dure quand je sais qu'il fait de réels efforts au quotidien pour que notre milieu familial soit plus sain. C'est vrai que ces dix dernières années, il a tenté de regagner petit pas par petit pas ma confiance perdue. Il s'est sevré et si l'alcool n'a pas totalement disparu de ses habitudes, il boit beaucoup moins en ma présence. Je ne ramasse plus les bouteilles au sol le matin, la fumée et l'odeur de la bière ou encore de la vinasse ne flottent plus dans l'air. Je ne dois plus faire le ménage le matin, mon père prépare les repas et les partage avec moi. Il fait en sorte que le frigo contienne toujours ce dont j'ai besoin et il me donne de l'argent de poche pour pouvoir gérer mes propres petites dépenses. Si j'ai besoin d'un surplus pour de nouveaux vêtements ou d'autres nécessités et même petits plaisirs, il ne néglige pas ma demande. Mais pourtant, aujourd'hui, quand je le regarde, je ne vois que le reflet de cet homme qui a brisé mon enfance. Je revois ces journées de solitude à rêver que mon père redevienne le héros de mes rêveries d'enfant, celui qui me poussait sur la balançoire, qui soignait mes genoux écorchés et qui chaque soir m'inventait une nouvelle histoire. Ce père là est mort et je n'ai jamais accepté celui qui a pris sa place.

« Ingrate! Oui Hope, tu es ingrate car peu importe les efforts que je fais, tu ne vois que les faux pas. Même quand j'essaie de me montrer à la hauteur, tu me jettes ce regard empli de haine qui me fait comprendre que ce ne sera jamais assez pour toi alors tu n'aurais qu'à disparaître comme ta mère. Être aussi lâche qu'elle comme quand tu as voulu fuir Poudlard. »

Les mots ont été trop loin et tous deux, ils le savent. Poudlard? Ce sujet devrait être proscrit de leur vocabulaire respectif. Il ne pourra jamais comprendre les fantômes qui hantent mon âme, les fantômes de cette souffrance qui était tellement palpable. Il n'a aucune idée de ce que l'on peut ressentir quand l'horreur prend la forme d'une amie fidèle qui ne lâche jamais notre main et à quel point, elle hante encore mes souvenirs. Je ne sais pas comment dépasser tout ce qui s'est passé, ce poids là qui vient s'ajouter au poids de mon propre secret. Au début, je faisais ces cauchemars horribles. Je me réveillais en sueur et puis doucement, ils s'étaient estompés et ils étaient moins intenses. Ils s'étaient aussi finalement espacés. Lentement je sentais que même si je ne cicatriserais jamais totalement, je pourrais au moins sentir que je reprenais un peu le dessus. Le temps s'écoulait et au fond il passait tellement lentement.

C'est à cause de ces mots là et de la douleur qu'il réveille que je me suis enfuie avant de craquer devant lui. Je refuse de pleurer devant lui, ce n'est plus jamais arrivé en dix ans. Je peux souffrir, je ne lui montre pas car il a perdu le droit de ''partager'' ma peine, enfin partager étant un grand mot. Le soir tombait et je me suis éloignée pour me réfugier dans mon coin du bout du monde, celui où je me sens inaccessible même pour la douleur qui suinte de chaque souvenir que cette maison ravive. Mais une fois mes larmes séchées, je suis rentrée. Je ne veux même pas le regarder alors que j'entre et perçois dans son regard qu'il voudrait s'excuser. Je monte dans ma chambre et je suis surprise d'y trouver une lettre. Je souris avant de me précipiter pour la décacheter et en absorber le contenu. J'aime cette correspondance car elle me permet de m'évader de mon quotidien.

Citation :
Cher Maddox,

Ton invitation me ravit et je ne me vois aucunement la refuser surtout que je n'ai jamais été dans un parc d’attraction. Je t'attendrai patiemment mardi et il me tarde déjà d'y être. Mais tu sais tu n'as pas à me remercier, je prends un profond plaisir à te répondre et ces lettres sont juste le reflet de ma sincérité à ton égard. Prends soin de toi d'ici mardi.

Ta dévouée Hope

Notre correspondance était une dose d'espoir qui venait égayer mes journées. Elle m'offrait la sensation de compter dans cette existence. Je m'efforçais toujours de lui redonner espoir tout en restant douce et bienveillante. De ce que j'en déduisais, notre amitié semblait s'être renforcée donc je n'avais pas hésité une seconde à accepter. Mais plus l'heure du rendez-vous approchai, plus je commençais à angoisser alors que je me demandais s'il ne regretterait pas ma compagnie : j'étais si terne. Je pouvais le ''duper'' dans mes lettres mais en vrai il me trouverait ennuyante qui sait. Finalement, je m'étais mentalement giflée car il ne connaissait en vrai et même si nous ne nous étions pas vus depuis un temps, nous nous étions toujours bien entendus donc il n'y avait aucune raison que ça change. Habillée, je trépignais dans ma chambre en attendant le moment et aux coups frappés à la porte, je me précipitais dans les escaliers ouvrant la porte un peu essoufflée mais je refusais que père aie le temps d'atteindre la porte avant moi.

« Salut Maddox. Je suis contente de te voir. »

D'habitude plus discrète et moins spontanée, j'avais vu trop peu de visages amis pour me retenir de lui faire un câlin amical.

« Tu vas bien? »
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Maddox Berkeley
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 2e année de GISIS Médecine magique
Célébrité : Matthew Daddario
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 1524 Gallions : 854 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1334-if-i-don-t-see-it-it-doesn-t-ex http://www.mumblemumps.com/t1340-maddox-liens-rp http://www.mumblemumps.com/t1433-maddox-je-vous-presente-chouette http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

Planté devant chez Hope, Maddox attendait encore un peu avant de frapper à la porte. Il était nerveux. C’était la première fois qu’il venait jusqu’à chez elle. Le né moldu regarda sa montre. Ce n’était pas encore tout à fait l’heure. Après la réponse d’Hope à sa lettre, Maddox lui avait répondu qu’il viendrait à dix heures. Il ne voulait pas venir trop tôt. En attendant, il repensa alors à la réponse que la rousse lui avait envoyée et se mit à sourire tout seul. Même s’il était assez angoissé à l’idée de se mêler à la foule du parc d’attraction, il était heureux de pouvoir le faire avec Hope. De plus, tout comme lui, elle n’avait jamais mis les pieds dans un tel parc et ils allaient pouvoir le découvrir ensemble. Une journée qui s’annonçait très intéressante. En jetant un nouveau coup d’œil à sa montre, il vit l’aiguille bouger très lentement. Etait-elle en panne ou Maddox était-il vraiment très impatient ? Sans attendre qu’il soit tout à fait l’heure, il ne résista plus et frappa trois coups à la porte. Il attendit nerveusement en se demandant si Hope allait être celle qui ouvrirait la porte. Maddox entendit alors du bruit, puis la porte s’ouvrit. Devant lui, Hope apparut, l’air essoufflée. Le brun devina en voyant l’escalier derrière elle que le bruit qu’il avait entendu venait de là. Elle s’était dépêchée de descendre pour l’accueillir et il était heureux de la voir si enthousiaste à l’idée de le voir ou de sortir de chez elle. Un peu plus loin derrière Hope, Maddox aperçut son père. Ce dernier lui fit un signe, mais ne s’approcha pas. « Salut Maddox. Je suis contente de te voir. » Quittant le père d’Hope des yeux, il fut surpris par le câlin de la jeune fille car il ne s’y attendait pas du tout. Ainsi, Maddox resta un peu crispé, ne savait pas trop quoi faire. Pour être honnête, il n’avait pas vraiment l’habitude des étreintes, sauf de la part de sa meilleure amie Mila. Ce câlin lui fit donc penser à elle alors qu’il avait décidé de ne plus lui parler cet été. Chassant Mila de ses pensées, il se reconcentra sur Hope, qui le libéra de son étreinte. Il aurait voulu paraître un peu plus chaleureux et regretta de ne pas l’avoir lui aussi entouré de ses bras. Il espérait qu’elle n’ait rien remarqué et dans le cas contraire, qu’elle comprenait. Il ne souhaitait pas que leur journée commence sur une mauvaise note. En plus, Maddox était lui aussi content de la voir.

« Tu vas bien ? » Demanda-t-elle ensuite à son ami. Il hocha doucement la tête. Même s'il n'allait pas si bien à cause d'Azkaban et de son père, à ce moment-là, il se sentait plutôt bien. « Je ne peux qu’aller bien, on va dans un parc d’attraction. » Répondit-il le sourire aux lèvres, visiblement heureux d’être là. Grâce à cette journée, il pourrait oublier ses soucis. Aujourd’hui, il ne penserait qu’à s’amuser avec Hope. « Tu es prête ? » Il n’était pas pressé, il patienterait le temps qu’il faudrait. Et ensuite, ils pourraient se mettre en route. Puisqu’ils avaient tous les deux plus de dix-sept ans, ils pouvaient transplaner. Rien de plus facile, il venait de le faire pour venir chez Hope, il suffisait de recommencer. Maddox tendit la main à Hope pour qu’elle s’accroche à lui. Il valait mieux que ce soit lui qui les y emmène, plutôt qu’ils aillent chacun de leur côté au risque de ne pas se retrouver exactement au même endroit. Il suffisait de penser à un endroit suffisamment près du parc d’attraction, mais suffisamment désert pour ne pas se faire voir par les moldus. Quand il eut choisi cet endroit, il serra fort la main de son amie, mais en essayant de ne pas lui faire mal, puis il transplana. Même s’il aurait pu transplaner directement dans le parc et du coup ne pas payer l’entrée, mais Maddox était un jeune homme honnête alors ils se retrouvèrent dans une petite rue non fréquentée. Il leur suffirait de marcher encore un peu avant d’arriver à l’entrée. « Tout va bien ? » Maddox vérifia qu’Hope était arrivée en un seul morceau, c’était la première fois à vrai dire qu’il transplanait avec quelqu’un d’autre. Il semblait ne pas y avoir eu le moindre souci. Remarquant qu’il tenait toujours la main d’Hope dans la sienne, il lui sourit avant de la lâcher doucement et la pria de le suivre. Trouver le parc d’attraction n’allait pas être difficile, il suffisait de suivre la musique qu’on entendait à quelques rues de là. Quand ils arrivèrent au niveau de la billetterie, Maddox sortit de sa poche de quoi payer les entrées. Il n’allait pas laisser Hope payer puisqu’il l’avait invitée. Et il voulait lui faire plaisir.

Quand ils passèrent les portillons à l’entrée, Maddox ne put retenir un regard émerveillé pour ce qu’il voyait en face de lui. Il savait bien sûr ce qu’était un parc d’attraction mais n’avait jamais eu la chance d’y mettre les pieds. Quand il était petit, il avait tellement voulu y aller. D’ailleurs, pour son septième anniversaire, cela avait failli être le cas. Mais son père, ivre, avait fait annuler tous leurs plans et ils n’en avaient jamais reparlé. Maddox posa alors son regard sur Hope pour voir sa réaction. Le brun se demandait ce qu’elle pouvait bien penser. Elle avait l’air heureuse. Il jeta alors un coup d’œil à la carte qu’il avait reçu avec les billets. « C’est grand, tu crois qu’on va pouvoir tout faire ? » Il ignorait s’il était possible de tout faire en une journée ou combien de temps cela prendrait, mais il aimait bien le défi. « Par où on commence ? » Demanda-t-il à la jeune fille en s’approchant d’elle pour qu’elle regarde à son tour à carte. Hope était son amie et il essaya de ne pas y penser, mais à cet instant, il avait l’air d’un moldu en rendez-vous amoureux avec sa petite-amie, et cette pensée le fit sourire. Maddox n’avait jamais eu de petite-amie, et il ne pensait pas vraiment en avoir envie, mais s’il en avait une, il aimerait bien l’emmener dans un parc d’attraction.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1322 Gallions : 581 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

Je sais que je ne suis pas habituée à faire des démonstrations aussi flagrantes de mon affection donc je ne me choque pas qu'il ne réponde pas à ma manifestation d'un trop plein de tendresse. Je suis moi-même surprise d'avoir fait preuve de si peu de retenue mais sans doute, le manque que je ressens de me retrouver si isolée dans un milieu quelque peu inhospitalier. Mais je ne lui en veux pas une seule seconde de ne pas avoir pu répondre à mon geste de la même manière car je sais aussi les barrières que Maddox peut dresser et le lourd vécu qu'il traîne. Cela ne vient en rien diminuer ma bonne humeur bien au contraire. Je sais que lui aussi est heureux de passer cette journée avec moi et je n'ai rien besoin de plus que cette certitude que nous partageons cette complicité. Sa réponse me confirme que je ne me suis pas trompée mais aussi elle me rappelle que la vie de Maddox a subi une telle métamorphose depuis qu'il a été à Azkaban. Je n'ai aucune idée de comment on survit même à un tel environnement mais je comprends qu'une partie de lui ne soit en quelque sorte jamais revenue. On ne peut pas souffrir autant et ne pas en porter des cicatrices au cœur, en avoir des séquelles... Je le regarde et je me promets de lui offrir un moment de répit où oublier tous ses démons et juste pouvoir être jeune et insouciant.

« Oui un parc d'attraction. Je peux t'assurer que l'on va passer un moment digne de ce nom et se gravé un merveilleux souvenir dans notre esprit. »

Je ne suis généralement pas une fille super enjouée mais pour Maddox, je peux le devenir car il mérite de sentir qu'il n'est pas seul et que le bonheur est une réalité. Je m'efforce de faire revivre la jeune fille qui a débarqué à Poudlard le sourire aux lèvre et qui du haut de ses onze ans rêvait de conquérir ce monde nouveau. Elle laissait entrer le bonheur dans son cœur et le rendait avec une aisance toute particulière. Il me suffit donc de laisser revenir cette fille et de la laisser prendre le dessus pour une journée. Je peux tellement le faire pour un ami, non? Allez Hope, revêts ton armure de guerrière et lance toi. Puis, je dois avouer que c'est assez facile de déborder de bonne humeur alors que je suis surexcitée à l'idée de découvrir un parc d'attraction pour la première fois, c'est comme explorer le monde...

« Prête? Bien sûr que oui, j'ai tout ce dont j'ai besoin! »

Je n'avais pas besoin de grand chose sauf mon sac pour pouvoir payer mon entrée et de quoi manger. Je ne voulais pas être une charge pour lui. Je n'avais pas l'habitude du transplanage et étais un peu anxieuse que nous arrivions à des endroits différents mais je vis la main tendue de Maddox et souris doucement avant de la saisir. J'étais un peu plus timide sur le coup mais rien de trop flagrant non plus. Non pas que je sois mal à l'aise ou que ce geste puisse être interprété à tort mais imaginez donc que la demoiselle devant vous n'avait jamais tenu la main de personne avant, enfin jamais d'un garçon donc c'était quelque chose de nouveau et troublant. Je le laisse nous guider retenant ma respiration avant de sentir le sol sous nos pieds avec soulagement. Un sourire doux aux lèvres, je le fixe en hochant affirmativement la tête.

« Oui je suis en un seul morceau! Je vais bien! »

Je reprends possession de ma main en riant un peu et silencieusement je le suis me dandinant un peu surexcitée alors que j'entends la musique qui se diffuse dans l'air. Une fois devant le parc, je fixe l'entre le regard brillant et émerveillé. Je me trémousse d'un pied sur l'autre avant de protester.

«Maddox, tu es fou tu n'étais pas obligé de payer mon entrée. J'aurais pu le faire... Merci beaucoup. »

Au fond, je redoute que cela soit ses économies et que du coup, il doive se priver de quelque chose d'essentiel. Je ne veux pas bouleverser sa vie donc je n'aime pas beaucoup cette idée même si je suis touchée et contente qu'il aie songé à une telle attention. J'allais proposer de lui rembourser quand nous franchissons les portiques et les mots s'envolent de ma bouche alors que je reste sans voix. La musique, les lumières, les manèges à vive allure... tout cela est juste magique. Je sais que venant du monde sorcier, la magie nous la côtoyons au quotidien et encore mieux nous la pratiquons mais ici c'est une autre sorte de magie... mais c'est tellement différent de celle qui se dégage de ce lieu et j'ai l'impression d'être totalement éblouie mais je reviens finalement sur la terre ferme.

« C'est tout simplement immense donc je pense qu'on pourra pas tout faire... Tu as vu le nombre d'attractions? Faut qu'on soit stratégique tiens. »

Je ris un peu venant me pencher vers la carte que je regarde prenant une mine studieuse pour nous concocter un plan de match. Mais je me rends compte que mon projet est un peu en mauvaise posture.

« Tu crois que tu aimerais découvrir quoi plus que tout? Moi je veux tellement faire un tour de looping, la maison hantée et la grande roue puis manger une pomme d'amour! »

Je suis un peu innocente car je n'imagine pas le côté rencard que peut sembler avoir ce moment que nous prévoyons de passer ensemble. Je suis ici avec un ami pour avoir du plaisir, sans ambiguïté et ça doit être pareil pour Maddox non? Elle n'avait jamais eu de rendez-vous galant ou de petit ami, jamais de rapprochement de ce style et ce n'était pas sa préoccupation première contrairement aux autres filles de son âge. Elle appréciait Maddox et avait conscience de son charme mais elle ne voulait pas le mettre mal à l'aise avec de telles idées et risquer de perdre leur lien privilégié. C'est donc avec spontanéité qu'elle se penche au-dessus de lui pour visualiser la carte montrant quelques points stratégiques. Ses cheveux balaient sa main mais elle sourit avec un esprit enfantin non dissimulé.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Maddox Berkeley
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 2e année de GISIS Médecine magique
Célébrité : Matthew Daddario
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 1524 Gallions : 854 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1334-if-i-don-t-see-it-it-doesn-t-ex http://www.mumblemumps.com/t1340-maddox-liens-rp http://www.mumblemumps.com/t1433-maddox-je-vous-presente-chouette http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

Quoiqu’il arrive aujourd’hui, Maddox était sûr qu’il allait passer une bonne journée avec Hope. « Oui, un parc d'attraction. Je peux t'assurer que l'on va passer un moment digne de ce nom et se graver un merveilleux souvenir dans notre esprit. » Le né moldu n’avait pu que hocher la tête après cette réaction enthousiaste. Hope, qui n’avait jamais mis les pieds dans un parc d’attraction moldu, allait sans doute en avoir plein les yeux, tout comme lui. Il attendait avec impatience de voir comment elle réagirait. Il était temps qu’il se grave de nouveaux souvenirs pour remplacer ceux de la prison. « Prête ? Bien sûr que oui, j'ai tout ce dont j'ai besoin ! » Parfait. Maddox et Hope se mirent en route. Le Serdaigle fit de son mieux pour ne pas faire un transplanage trop brusque. C’était toujours délicat, surtout avec une autre personne. Et quand ils arrivèrent, il vérifia qu’elle allait bien. « Oui, je suis en un seul morceau ! Je vais bien ! » Le rassura la jolie rousse. Tant mieux. Ils s’étaient ensuite dirigés vers le parc où Maddox paya les entrées. Il était heureux de pouvoir offrir ce cadeau à Hope, même si ce n’était pas grande chose et que c’était l’argent que sa mère lui avait prêté. C’était aussi la première fois qu’il invitait une amie ou tout simplement une fille. « Maddox, tu es fou, tu n'étais pas obligé de payer mon entrée. J'aurais pu le faire... Merci beaucoup. » Comme c’était lui qui avait invité Hope, il lui paraissait normal de ne pas la faire payer. Hope savait que Maddox venait d’une famille modeste et pas tout à faire prête à soutenir leur fils, c’était peut-être pour cela qu’elle s’inquiétait. Ce n’était pas son rôle de s’inquiéter pour lui. Il voulait juste qu’elle l’aide à se changer les idées en s’amusant. « Je ne sais pas si c’est de la folie, mais ça me fait plaisir… » Il s’arrêta de parler en voyant l’expression émerveillée qu’elle avait sur le visage. Et quand à son tour à regarda face à lui, il eut l’impression de se prendre une claque tant ce lieu semblait sortir de l’imagination d’un sorcier. Il s’agissait pourtant du monde des moldus. Maddox se sentit fier d’être né moldu pendant quelques instants.

Face à la carte qu’ils avaient reçu à l’entrée, Maddox ne savait plus où donner de la tête. Il avait envie de tester un peu tout. « C'est tout simplement immense donc je pense qu’on ne pourra pas tout faire... Tu as vu le nombre d'attractions ? Faut qu'on soit stratégique tiens. » Quand Hope lui dit qu’ils ne pourraient pas tout faire, il sentit comme une petite pointe de déception en lui. Mais elle avait raison, c’était irréaliste de croire qu’ils auraient de temps d’aller visiter chaque attraction, surtout s’il y avait du monde. Maddox trouvait cela marrant qu’Hope se rende compte de tout cela et pas lui alors qu’elle aussi y venait pour la première fois. « Tu crois que tu aimerais découvrir quoi plus que tout ? Moi je veux tellement faire un tour de looping, la maison hantée et la grande roue puis manger une pomme d'amour ! » Un tour de looping, pourquoi pas. Maddox ne savait pas encore s’il aimait les sensations fortes ou non. Mais il avait un petit doute parce qu’il n’aimait déjà pas beaucoup voler sur un balai. Il était tout de même prêt à tenter. Toutefois, sa bravoure avait des limites. « La maison hantée, t’es sûre ? » Répondit Maddox en rigolant légèrement, un peu gêné. Il n’était pas courageux du tout et il n’était pas certain d’avoir envie d’avoir des frissons. Bien sûr, il savait que tout était faux et qu’il ne risquait rien, mais il n’était pas rassuré pour autant. Tant pis si Hope le trouvait nul. Mais si elle tenait réellement à y aller, il essayerait d’y aller avec elle. « Ça me parait être un bon programme de base. Et si on allait par-là ? On verra bien ce qu’on trouvera en chemin. » Dit-il en pointant la grande roue du doigt. Elle était énorme et se voyait de loin, sur la route, ils croiseraient bien des choses intéressantes à faire, sans même avoir besoin de suivre le plan à la lettre. Si tout ce qu’Hope voulait réellement faire était ces quatre choses, alors ils avaient le temps de découvrir un peu le reste du parc.

En marchant vers la destination, Maddox resta près d’Hope. Il y avait un peu de monde, mais c’était assez supportable. Le brun n’aimait pas trop la foule et n’avait honnêtement pas croisé énormément de gens depuis sa sortie de prison. « Ça fait bizarre d’être à nouveau mélangé aux autres. » Se confia-t-il à Hope sans la regarder. Il préférait projeter son regard vers l’avant et observer autour de lui. Maddox était content de pouvoir être entouré de nombreuses personnes avec quelqu’un de confiance avant d’être à nouveau mélangé aux élèves de Poudlard à la rentrée. Ils passèrent au même moment devant un stand de gaufres. La bonne odeur leur arriva jusqu’aux narines. Mais au même moment, le regard du né moldu tomba sur tout autre chose. « Tu as mangé ce matin ? Tu veux une gaufre… ou tenter ça ? » Maddox pointa son doigt vers la gigantesque attraction semblant contenir des loopings. Pas un, pas deux, mais trois loopings. Alors si Hope avait mangé, il valait mieux attendre. Si elle préférait prendre un petit déjeuner et faire cette attraction plus tard, c’était possible aussi. C’était à elle de choisir.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1322 Gallions : 581 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

Je ne saurais décrire cette euphorie qui traverse tout mon corps comme un ouragan dévastateur qui fait s'envoler ma réserve habituelle. Je suis tout simplement incapable d'être la Hope habituelle : calme, posée, réservée. Je ne suis plus qu'une petit fille surexcitée et émerveillée qui tardivement découvre les joies de la fête foraine, enfin plutôt d'un parc d'attraction. Aujourd’hui, je renoue avec mon enfant intérieur pour laisser au loin tous mes démons, mes souvenirs sombres et ce qui me fait monter les larmes aux yeux dans la solitude de ma chambre. Il sera bien assez temps pour pleurer une fois allongée dans mon lit ce soir, le plus tard possible je retourne à ma réalité, le mieux je me porterai. Donc d'ici là, je ne suis qu'une jeune femme de 17 ans qui respire la joie de vivre et qui mentalement vient de retrouver ses dix ans pour apprécier pleinement une journée d'amusement. Je suis capable de laisser la vie me porter quelques heures et me faire savourer toute une palette de douces saveurs qui m'aideront à mieux surmonter les coups durs. Des étoiles dans les yeux et un sourire aux lèvres, je fixe chaque stand, chaque attraction avec un émerveillement non feint. Je n'aurais jamais cru que ce serait si beau. Mais je ne suis pas toute seule ici donc je me force un peu pour détourner mon regard de ces attraction enjôleuses pour fixer mon compagnon qui me met tout autant en joie. Je suis surprise de déceler une once de peur en lui à la mention de la maison hantée et un sourire taquin aux lèvres, je dis gentiment moqueuse :

« Cette maison hantée t'effraie... j'en prends note. Je ne vais pas te forcer mais si tu trouves le courage, tu pourras te cacher derrière moi, je te protégerai. »

Je ne dis pas ça avec une once de méchanceté et je sais d'ores et déjà que je ne vais pas le forcer et oublier ce projet. Mais c'était tentant de le taquiner puis ne dit-on pas « Qui aime bien châtie bien », ben c'est exactement de cela qu'il s'agit. Je ne veux qu'une chose : voir Maddox y prendre plaisir. Parce que si l'endroit me charme, je dois dire que la présence du jeune homme est une autre source de joie. Il me surprend car il a un côté apaisé et joyeux qu'elle ne lui connaissait pas. Elle osait espérer qu'il oublie quelque peu son année à Azkaban, qu'il puisse se forger des souvenirs qui lentement effaceraient les autres. Elle ne pouvait pas effacer la douleur mais essayer de la transformer à son échelle à elle. Elle avait ce côté admiratif et protecteur chaque fois que son regard se posait sur lui. Elle partageait le vécu d'un père au prise avec la boisson et cela avait renforcé un lien pourtant fragile au départ. Il faut dire que le silence a longtemps été ce que nous partagions puis des discussions littéraires et finalement nos vies. Mais qui aurait pu deviner que nous finirions par en venir à entretenir une correspondance assidue. Je n'aurais pas parier là-dessus et je me serais royalement plantée car je dirais qu'il est mon ami le plus ancien et sans doute celui que je ne veux pas perdre même si je ne lui montre pas forcément combien ça peut compter pour moi. Je suis assez discrète mais il est comme un phare dans la nuit.

« J'imagine que ça doit avoir un côté bouleversant mais n'oublie pas que tu peux compter sur moi. Si tu trouves que c'est trop, n'hésite pas à prendre ma main pour te rassurer ou dis le moi et on ira à l'abri de la foule. Mais tu peux compter sur moi, chevalier Hope à ton service mon Lord. »

Une petite touche d'humour qui j'espère aura pu le faire sourire car avouons le que c'était un grand effort de ma part. Je veux que la bonne humeur guide nos pas mais rapidement c'est l'odeur du sucre qui l'emporte alors que mon ventre se manifeste de manière assez bruyante. Je rougis un peu mais dans le brouhaha extérieur je dois être la seule à avoir entendu, enfin je l'espère sincèrement. J'étais bien trop anxieuse ce matin pour pouvoir avaler quoi que ce soit. Je crois que le stress m'aurait rendu malade et donc j'avais zappé cette étape mais mon corps me rappelait que tout compte fait, maintenant que le stress était envolé, il voulait sa dose d'énergie. Je ris un peu regardant les gaufres un filet de bave dégoulinant presque mais il se contente d'être dans mon esprit. J'allais m'y diriger guider par l'instinct et par ma gourmandise quand je tourne la tête vers l'attraction que désigne Maddox. Je reste estomaquée puis murmure :

« Mon ventre me dit que je meurs de faim mais mon dieu, voir ces triples looping... je n'ai plus faim. Je crois que mon choix est tout fait. Puis on pourra se remettre des émotions avec une gaufre. Puis, mon dieu... ça a l'air démentiel. »

Je ressens autant de l'excitation que de la peur car avouons le que vu de près ça parait immense puis la vitesse. Je déglutis un peu mais l'orgueil embarque et il est hors de question que je me dégonfle. Je vais le faire et je vais être fière de moi.

« Mon dieu, on va en prendre du plaisir. Soyons courageux! Mais... dis si j'ai peur... je pourrai te prendre la main? »

Aucun malentendu là-dessus, juste de la bonne camaraderie car je ne vois pas en Maddox une personne avec qui un jour je sortirai. Non pas qu'il soit repoussant mais je ne nous vois pas nous avouer nos sentiments, on serai plus genre amoureux transis n'osant s'avouer leur flamme et finissant par oublier cette éventualité. Je crois que c'est plus un geste fraternel, oui fraternel, la nuance me convient bien mieux. Mais pourtant, je n'ai pas pu m'empêcher d'avoir une petite voix toute timide pour demander.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Maddox Berkeley
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 2e année de GISIS Médecine magique
Célébrité : Matthew Daddario
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 1524 Gallions : 854 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1334-if-i-don-t-see-it-it-doesn-t-ex http://www.mumblemumps.com/t1340-maddox-liens-rp http://www.mumblemumps.com/t1433-maddox-je-vous-presente-chouette http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

« Cette maison hantée t'effraie... j'en prends note. Je ne vais pas te forcer mais si tu trouves le courage, tu pourras te cacher derrière moi, je te protégerai. » Dit Hope en le taquinant. Maddox se mit à rire en espérant qu’elle ne le trouve pas trop nul d’avoir peur d’une telle chose. Même s’il n’avait jamais mis les pieds dans une maison hantée, il en avait déjà entendu parler, que ce soit à la télévision ou dans les livres. Il savait déjà qu’il n’aimerait pas. Hope ne le forcerait pas, elle n’avait pas besoin de le dire, il le savait. Elle était trop gentille pour forcer quelqu’un à faire quelque chose contre sa volonté. Hope était plus petite que Maddox et l’idée de se cacher derrière elle était tout simplement hilarante. « Tu n’arriveras jamais à me cacher, mais j’aimerais bien te voir essayer. » Bien sûr, il ne disait pas qu’il irait dans la maison hantée, mais si plus tard dans la journée ils tombaient dessus et qu’il se sentait un peu plus prêt, alors peut-être qu’il accepterait d’y aller avec elle. Maddox faisait confiance à Hope, assez pour lui raconter ce qu’il avait vécu, ses sombres pensées et ses peurs. Alors l’idée qu’Hope puisse le protéger n’était pas improbable. Maddox réalisa qu’il n’avait pas été entouré par tant de personnes depuis longtemps, Hope le rassura : « J'imagine que ça doit avoir un côté bouleversant, mais n'oublie pas que tu peux compter sur moi. Si tu trouves que c'est trop, n'hésite pas à prendre ma main pour te rassurer ou dis-le-moi et on ira à l'abri de la foule. Mais tu peux compter sur moi, chevalier Hope à ton service mon Lord. » Maddox lui répondit par un sourire sincère. Si la foule devenait trop difficile pour lui à supporter, alors il ferait comme s’il n’y avait qu’Hope à ses côtés, comme s’ils étaient seuls tous les deux dans le parc d’attraction. Il pouvait compter sur elle, il le savait déjà. C’était aussi pour cette raison qu’il lui avait demandé de passer du temps ensemble avant la rentrée. Elle le comprenait, elle le calmait. Hope savait parfaitement quoi dire à Maddox pour le faire sourire. Mais elle n’avait pas besoin d’en faire trop, elle avait juste besoin d’être elle-même car il appréciait déjà sa présence.

Semblant être tentée par les gaufres, Hope changea rapidement d’avis quand elle vit l’attraction aux multiples loopings. Maddox avait vu le changement d’intérêt se dessiner sur son visage en un instant. Il avait bien fait de le lui proposer car s’ils mangeaient, il faudrait patienter encore avant de la tenter. Et Maddox préférait la faire en début de journée afin d’en être débarrassé. « Mon ventre me dit que je meurs de faim mais mon dieu, voir ces triples loopings... je n'ai plus faim. Je crois que mon choix est tout fait. Puis on pourra se remettre des émotions avec une gaufre. Puis, mon dieu... ça a l'air démentiel. » Tant d’enthousiasme fit rire Maddox. Au fond de lui, il avait espéré qu’elle lui dise qu’elle ne voulait pas faire l’attraction, ainsi il n’aurait pas eu à la faire non plus, mais il savait qu’elle en avait envie, elle le lui avait dit. « Mon dieu, on va en prendre du plaisir. Soyons courageux ! Mais... dis si j'ai peur... je pourrai te prendre la main ? » Le né moldu ne s’attendait pas à une telle demande. Alors qu’elle lui avait dit quelques minutes plus tôt qu’il pourrait lui prendre la main si la foule devenait trop oppressante pour lui. Le brun commençait à avoir l’impression que la rousse voulait vraiment encore une fois lui tenir la main, comme ils l’avaient fait pour transplaner. Il finit par chasser cette idée de son esprit en se disant qu’il se faisait sans doute des idées. « Bien sûr. » Répondit-il avec un sourire. Si elle avait peur, alors elle pourrait lui prendre la main pour se rassurer. Il apprécia le fait qu’elle pense à le lui demander avant, n’aimait pas trop le contact avec les autres, au moins il serait préparé. « Allons-y. » Maddox se dirigea vers l’attraction aux côtés d’Hope. L’attraction ne se trouvait pas très loin. Quand ils arrivèrent devant, ils constatèrent qu’il y avait environ trente minutes d’attente. Ce qui ne lui semblait pas si horrible pour la première attraction de la journée, au moins il aurait un peu de temps devant lui pour se préparer mentalement.

« Dis-moi, Hope. Comment ça se passe à la maison ? » Demanda Maddox dans la file d’attente. Hope et lui correspondaient par lettre, mais généralement Hope passait plus de temps à le rassurer et à lui remonter le moral qu’elle ne parlait pas trop d’elle. Il se demandait alors si elle évitait d’aborder le sujet. Si elle voulait en parler, il était là aussi. Ils étaient amis, ils devaient s’aider mutuellement. « Je dis ça parce que j’ai aperçu ton père ce matin, en venant te chercher. Il avait l’air distant. » Maddox se souvint que le père d’Hope lui avait fait un signe, mais il ne s’était pas approché pour lui dire bonjour. Le brun voulait juste s’assurer qu’il n’y avait pas de graves problèmes entre son amie et son père. Elle pouvait peut-être encore sauver sa relation avec son père, contrairement à Maddox. « Si tu ne veux pas en parler, c’est pas grave. Je sais que c’est difficile de parler de ses problèmes à voix haute… » Il était très bien placé pour le savoir, c’est pour cette raison qu’il ne faisait qu’évoquer ses problèmes dans ses lettres. Maddox espérait ne pas casser l’enthousiasme de Hope, mais puisqu’ils étaient coincés pendant une demi-heure à attendre, autant qu’ils discutent un peu plus intimement. Ils avaient le reste de la journée pour penser à des choses plus joyeuses et tout oublier. Maddox ne pouvait pas faire semblant de mettre tous leurs maux de côté. Lui aussi voulait tenir la main de Hope, mentalement bien sûr, il voulait l’air à avancer.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1322 Gallions : 581 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

Je hausse un sourcil amusé aux mots de Maddox, ils suscitent en moi comme une pointe de défi. J'aurais presque envie de le relever pour lui prouver que je peux être à la hauteur de tout ce qu'il veut. Mais cela serait risqué car que veut le jeune homme? Mais encore plus qu'est-ce que je veux moi? C'est à s'en poser des questions et je me demande bien où ça nous mènerait. Sans doute pas bien loin, je ne nous imagine pas oser un seul rapprochement. Avouons-le que nous sommes plus du genre à nous regarder chastement dans les yeux plutôt que d'oser plus. Et sincèrement, cela me convient même si mon cœur peut parfois s'affoler quand il me sourit. Je ne veux pas perdre notre lien et cette amitié qui s'est tissée et renforcée au fil du temps, ben, elle signifie énormément pour moi. Je me contente donc de lui donner une tape amicale sur le bras qui dit clairement « Hey ne te moque pas de moi. »

Ce moment est d'une simplicité sans failles. On ne se prend pas la tête. Enfin, c'est mon ressenti mais j'ai la sensation que l'on a simplement à être nous pour que tout se passe au mieux. Il nous suffit de nous regarder pour avoir confirmation que le courant passe vraiment. Les lettres que nous partageons ont renforcé le lien entre nous et j'en suis assez heureuse. J'avais eu peur de ne pas ressentir la même alchimie, la même magie en nous lançant dans le monde. En fait, je redoutais surtout que Maddox s'aperçoive soudainement combien je suis terne et fuit tout simplement. J'aurais cru le mettre mal à l'aise ou ne pas être à la hauteur. Je craignais ne pas réussir à dire le moindre mot. Je devrais apprendre à me faire un peu plus confiance car je ne crois pas que je sois si inintéressante que je ne semble le penser. Mais je ne vais pas changer du jour au lendemain mais ce genre de moments pourraient m'aider à m’épanouir et sortir de ma coquille. Je devrai lui écrire ce que je ressens de pouvoir vivre cette expérience avec lui. Nous nous dirigeons vers la file et je peux ressentir qu'au fond, Maddox est pas forcément très à l'aise avec les sensations fortes que nous nous préparons à vivre. Je lui souris rassurante mais je n'ose pas lui dire que rien ne l'oblige à venir avec moi car je crois que je me dégonflerais à mon tour. Et imaginez que ce soit lui qui au final apprécie davantage que moi d'être propulsé ainsi dans les airs, à une vitesse folle. On a un peu d'attente et sa question ne me surprend que partiellement car avouons que mon père n'a pas su au moins sauver les apparences. Je lui en veux d'ailleurs car il aurait pu faire un effort mais au moins, il semblait presque normal et c'est déjà un bon point de départ. Je souris doucement méditant un peu sur ce qu'il vient de dire pour savoir si je désire prendre ou non la porte qu'il vient d'ouvrir. Je désire vraiment éviter ce sujet ou non? Je crois que la réponse me vient spontanément alors que les mots sortent d'eux-mêmes avec une certaine fluidité.

« Je... en fait... Non ce n'est pas évident de le dire à voix haute, même de le dire tout court je crois. J'ai l'impression qu'en parler ou l'écrire, ça rend tout cela plus réel et plus sordide encore. Mais, tu es mon ami et j'ai envie d'essayer avec toi. »

Je me passe la main dans les cheveux un peu anxieuse soudainement. Ce qui se passe à la maison fait partie de ma réalité. C'est mon histoire, mon vécu qui est autant force que faiblesse. Mes failles m'ont forgées, mes blessures m'ont rendues plus humaines mais parfois elles empoisonnent mon âme d'un parfum acide. Je perds l'espoir et je fais honte à l'essence même de mon être mais ce n'est pas le moment de m'étaler sur ce sujet. Je ne suis pas encore prête à tout laisser transparaître de ce qui peut intérieurement me torturer. Je le garde simplement comme un secret précieux et inaccessible.

« Je ne dirais pas que cela se passe mal à la maison, même au contraire. Disons que la plupart du temps, mon père et moi nous ignorons purement et simplement. Je n'arrive pas à lui faire confiance. Je n'arrive pas à lui pardonner de m'avoir abandonnée à sa manière. J'avais besoin de quelqu'un et je me suis retrouvée à jouer l'adulte. Je n'arrive pas à lui accorder le bénéfice du doute et voir ses efforts alors je le rejette... Je suis nulle je sais car tout le monde mérite une seconde chance même si c'est la centième d'une longue liste... y a pas longtemps, il m'a dit que je ferais mieux de disparaître comme ma mère si je suis incapable de faire preuve d'indulgence... »

Étrangement, je dois avouer que les mots sont sortis avec une facilité déconcertante. Force m'est de constater que je fais pleinement confiance à Maddox. Je peux m'ouvrir avec lui car je ne redoute pas son jugement, je ne crains pas son rejet et je m'autorise donc le droit d'être pleinement moi-même. Je ne réfléchis pas pendant mille ans à ce que je peux ou non faire. Je me contente simplement d'être, être dans le moment présent sans chercher à me mettre la pression et ça fait un bien fou. Je regarde Maddox avec un léger voile de tristesse au fond des yeux mais je parviens à lui sourire lentement. Je hausse un peu les épaules espérant simplement ne pas gâcher notre moment. Pour la première fois, ce n'est pas Maddox qui vient chercher mon soutien mais l'inverse. Je crois que je ressens une douce chaleur entouré mon cœur et m'insuffler un sentiment d'apaisement. Non mes maux ne vont pas s'envoler pour autant mais ils me semblent un peu moins lourds d'avoir pu être partagés. Je ne saurais expliqué pour je suis celle qui offre une oreille attentive et Maddox celui qui s'ouvre dans notre correspondance mais cela ne m'a jamais posé le moindre soucis et ne m'en pose toujours aucun. Mais je peux pour une fois, une exception, renverser la tendance et le laisser découvrir le désert affectif que représente ma vie.

« Je crois que ma vie affective ressemble à un terrain vague... assez pauvre en fait. »

Je ne cherche pas à faire pitié mais je me contente d'être assez sincère sur ce que je ressens. Je parviens à lui sourire levant un instant le regard vers le manège pour ne pas laisser trop de place à ce que je ressens par rapport à mon père, garder une certaine distance affective.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Maddox Berkeley
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 2e année de GISIS Médecine magique
Célébrité : Matthew Daddario
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 1524 Gallions : 854 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1334-if-i-don-t-see-it-it-doesn-t-ex http://www.mumblemumps.com/t1340-maddox-liens-rp http://www.mumblemumps.com/t1433-maddox-je-vous-presente-chouette http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

Puisqu’ils étaient tous les deux coincés dans la file d’attente, Maddox décida de poser une question plus personnelle à Hope. Ce n’était pas la première fois qu’il avait envie d’en savoir plus sur ce que vivait Hope chez elle, mais il n’avait jamais trop osé aborder le sujet. En réalité, il avait peur qu’Hope arrête de lui écrire s’il se mêlait trop de sa vie. Il avait peur qu’elle se bloque et qu’elle le mette de côté comme il avait pu le faire avec Mila. Et il ne voulait pas perdre une deuxième amie. Mais là, coincés dans la file, Hope ne pouvait aller nulle part. Maddox ne voulait bien sûr pas la forcer à parler. Il s’était juste permis d’essayer de se renseigner, lui laissant même une porte de sortie en lui disant que c’était pas grave si elle ne voulait pas se confier à lui à voix haute. Hope laissa apparaître un faible sourire sur son visage et Maddox ne savait pas trop comment l’interpréter. Le né moldu patienta comme il savait si bien le faire, c’est-à-dire nerveusement. « Je... en fait... Non ce n'est pas évident de le dire à voix haute, même de le dire tout court je crois. J'ai l'impression qu'en parler ou l'écrire, ça rend tout cela plus réel et plus sordide encore. Mais, tu es mon ami et j'ai envie d'essayer avec toi. » Maddox rendit à Hope son sourire discret. Ils étaient amis, elle pouvait lui faire confiance. Elle pouvait prendre tout son temps pour se confier. Maddox eut un petit pincement au cœur en se demandant s’il n’allait pas regretter d’avoir demandé à Hope comment se passait sa vie au quotidien. Et s’il apprenait quelque chose de terrible ? Que pourrait-il y faire ? Il ne voulait pas qu’Hope vive dans la peur comme lui.

« Je ne dirais pas que cela se passe mal à la maison, même au contraire. Disons que la plupart du temps, mon père et moi nous ignorons purement et simplement. » Commença à expliquer la jolie rousse. Elle et son père s’ignoraient. Maddox ne savait pas trop quoi en penser. Il aurait aimé que son père l’ignore parce qu’il était loin d’être tendre avec lui. Le Serdaigle savait que son père et celui de Hope avaient certains points communs, à des niveaux différents. « Je n'arrive pas à lui faire confiance. Je n'arrive pas à lui pardonner de m'avoir abandonnée à sa manière. J'avais besoin de quelqu'un et je me suis retrouvée à jouer l'adulte. Je n'arrive pas à lui accorder le bénéfice du doute et voir ses efforts alors je le rejette... » Maddox hocha la tête sans s’en rendre vraiment compte. Il comprenait, il était d’accord avec elle. Il se souviendrait toujours du jour où sa mère lui avait envoyé une lettre expliquant que son père avait changé, qu’il ne buvait plus, c’était peu avant Noël. Il avait réalisé, le jour du réveillon, que c’était un piège. Il lui avait accordé le bénéfice du doute, et avait constaté qu’il avait en effet arrêté de boire, mais Maddox tomba de haut quand il comprit qu’il était toujours aussi violent sans l’alcool, que ce soit avec sa mère ou avec lui. Le père d’Hope avait-il vraiment changé ? Pouvait-on vraiment changer après une telle chute ? Il comprenait parfaitement ses sentiments. « Je suis nulle je sais car tout le monde mérite une seconde chance même si c'est la centième d'une longue liste... y a pas longtemps, il m'a dit que je ferais mieux de disparaître comme ma mère si je suis incapable de faire preuve d'indulgence... » Pendant un instant, Maddox se sentit légèrement en colère. Comment un père, après avoir fait tant d’erreurs et essayant de se rattraper, osait dire à sa fille de disparaître ? Surtout une fille comme Hope. Elle était si gentille, si douce, mais aussi sage et intelligente. Le père d’Hope ne devait pas réaliser la chance qu’il avait.

« Je crois que ma vie affective ressemble à un terrain vague... assez pauvre en fait. » Sembla conclure la Serdaigle. Hope sourit tristement. Maddox se sentit un peu coupable de lui avoir fait parler de son père si elle se sentait triste à cause de lui. Le brun prit la main de la rousse et la serra dans la sienne tout en avançant doucement au rythme de la file. « Tu m’as dit de ne pas hésiter à te prendre la main… Pour me rassurer… » Prononça-t-il avec un sourire amical. Maddox n’avait en réalité pas du tout besoin d’être rassuré pour l’instant, mais il voulait juste montrer qu’il était là, qu’elle pouvait compter sur lui parce qu’ils étaient amis. En fait, c’était elle qu’il voulait rassurer, sans le dire directement. Il regarda ensuite droit devant lui. « Ton père ne sait pas la chance qu’il a de t’avoir. » Si Hope avait été à la place de Maddox, il voyait mal son père lui parler comme il le faisait. Par exemple, il voyait mal son père dire à Hope qu’elle était bonne à rien. Hope était une fille brillante, il suffisait de la regarder, de lui parler, pour le constater. Elle ne méritait pas d’être traitée avec indifférence, surtout pas par son propre père. « Ne dis plus que t’es nulle. Tout le monde ne mérite pas une seconde chance… » Dit-il sombrement. Après tout ce qu’il avait vécu, c’était ce qu’il pensait. Hope n’avait pas à s’en vouloir. Au contraire. Il la trouvait forte. C’était son père qui était faible à ne pas la soutenir comme il le fallait.

Maddox continua à marcher main dans la main avec Hope. Il devait encore rester dix minutes devant eux. Au fond de lui, Maddox avait hâte de monter dans l’attraction, à part voler sur un balai en cours, il n’avait jamais approché une telle sensation et il était curieux. Nerveux, mais curieux. Maddox tourna à nouveau la tête vers Hope : « Si ça te soulage de m’en parler, n’hésites pas à l’avenir. » Il n’y avait aucune raison pour qu’il soit le seul à profiter de cette amitié pour aller mieux. Il resserra un peu plus fermement son emprise sur la main de Hope, pour lui montrer qu’il était sincère dans cette amitié.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1322 Gallions : 581 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

Parler de ma relation avec mon cher paternel avait le don de venir me chercher au plus profond du cœur et de créer un sentiment de profonde tristesse. Je ne regrettais pas tellement l'état actuel de nos relations mais tout ce chemin de douleur qui avait mené à ce fossé entre lui et moi. Il avait été mon univers avant de devenir cet inconnu qui risquait très probablement de me trahir de la plus cruelle des manières un jour prochain. Je souffrais de ce manque d'amour qui me rappelait que je n'étais pas la petite fille dont ses parents avaient rêvé et aimé de tout leur cœur et leur âme. Elle n'est pas une enfant de l'amour ou plutôt si elle l'est mais cet amour, son existence même l'a détruit. Cette vérité est un poison dans son esprit qui ne s'imagine pas pouvoir un jour mériter d'aimer et d'être aimée .En fait, je crois que je pourrais aimer avec une certaine aisance mais penser que j'ai le droit de laisser une chance à l'autre de me rendre mes sentiments, j'en éprouve un doute certain. Je n'ai pas le droit d'accepter ce genre d'harmonie quand je suis l'objet de la destruction d'un couple dont la beauté et le bonheur éclatait au grand jour tel un soleil incandescent. C'est ce que je trouve le plus dur à supporter cet héritage de malheur qui m'empêche d'avoir confiance en moi et en mes potentialités mais que je n'ose avouer par honte de moi.

Je ne saurais dire sur le moment ce que je ressens d'avoir osé dire tout cela à voix haute, une grande première pour moi mais je me rends compte combien je pouvais être anxieuse quand je sens la main de Maddox dans la mienne. C'est réconfortant et rassurant. Ça vient réchauffer le froid qui me serre la poitrine et faire fondre la glace autour de mon cœur Je ressens un sentiment de bien être alors que je souris un peu plus, ce sourire atteignant mes yeux. Je ressens moins le côté oppressant des mots que j'ai prononcés et du vécu qui y est associé. Je respire un peu mieux alors que le passé redevient passé et les souvenirs des souvenirs. Le passé ne nous définit pas, c'est ce que nous en faisons seul qui compte. Je souris doucement avant de hocher la tête pourtant pas dupe de son stratagème qui ne laisse que peu de place au doute.

« Oui je suis là pour toi Madd et ma main à ta disposition pour... te rassurer comme promis... Je ne vais pas te lâcher. »

Oh non je ne vais pas lâcher cette main qui fait s'envoler mes démons et se disperser tous mes doutes. Elle est comme un phare dans la nuit sombre pour les bateaux en perdition, comme la lune qui éclaire un sentier sombre. Mon cœur adolescent s'affole un peu sous un émoi inconnu mais vite dissipé par la force de la raison qui fait sonner le glas. Cette amitié m'est si précieuse que je dois m'y consacrer pleinement sans prendre le moindre risque de la mettre en danger à un quelconque moment. Ses mots me surprennent et me laisse surprise alors que malgré moi et mû par une impulsion hors de contrôle, ces quelques mots m'échappent.

« Je n'ai jamais eu la sensation que personne ne soit chanceux de m'avoir dans sa vie. »

Je me rends compte de la spontanéité d'un tel aveu que je ne me sentais pas forcément prête à faire. Je le pense du plus profond de moi-même c'est un fait mais de là à le dire à voix haute. J'ai peur d'inquiéter Maddox et de gâcher le moment joyeux que nous sommes supposés passer. Je ne veux pas que cela devienne un de ces moments graves où l'autre prend conscience que notre sourire peut cacher une certaine vulnérabilité. Je crois que je ne suis pas prête à le laisser deviner combien j'ai le cœur serré car je crains de devoir faire face à mes propres peurs en lui ouvrant mon cœur L'élan de colère qui a traversé le regard de son ami quand je lui ai parlé de mon père ne m'a pas échappé et j'y vois le signe que son humeur pourrait s'assombrir facilement, ce qui est le parfait opposé de ce que je désire. Ses mots me font lentement sourire alors que je le fixe après avoir avancé un peu le regard perdu au loin devant moi. Il est mignon, plus que jamais adorable dans ce moment précis. Il a un côté bienveillant et protecteur. Je ne peux m'empêcher de l'admirer d'avoir pu préserver une certaine lumière en lui malgré toutes les épreuves qu'il a subies durant l'année précédente.

« Je ne le ferai plus... Puis tu as entièrement raison, certains ne méritent que de payer pour leurs crimes... ils ne méritent pas le pardon, même tout l'opposé... Certains devraient avoir à souffrir pour ce qu'ils ont osé commettre. »

Je ne parlais plus de mon père à moi mais je ressentais un élan de colère envers ceux qui avaient fait prendre conscience de cette vérité à mon ami. Je regrettais d'avoir été impuissante n'ayant aucune chance de pouvoir le protéger de ce qu'il avait vécu. Je serre à mon tour plus fort sa main voulant lui transmettre du courage, de l'affection et de la compassion. Je secoue finalement un peu ma longue chevelure avant de hausser les épaules. Vivre le moment présent dans sa perfection tout simplement, c'est tout ce qui compte non?

« Je ne garderai plus pour moi à l'avenir non... Mais pour l'instant, je veux ressentir l'angoisse et l'adrénaline de cette folie qu'on va commettre. Mon dieu, quelle drôle d'idée! Tu es paré pour ça toi? »

Je ne ferme pas vraiment la discussion mais j'ai besoin de nous octroyer des breaks dans la discussion pour ne pas laisser le passé venir briser la magie du moment présent. Nous allons bientôt pouvoir monter dans l'attraction et mon cœur bat à mille à l'heure alors que je ressens un sentiment d'anticipation. Nous sommes deux adolescents normaux prêts pour une première expérience à haute vitesse.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Maddox Berkeley
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 2e année de GISIS Médecine magique
Célébrité : Matthew Daddario
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 1524 Gallions : 854 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1334-if-i-don-t-see-it-it-doesn-t-ex http://www.mumblemumps.com/t1340-maddox-liens-rp http://www.mumblemumps.com/t1433-maddox-je-vous-presente-chouette http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

Main dans la main, Maddox et Hope allaient avancer ensemble. Cette année, Maddox avait eu besoin d’Hope, il en avait toujours besoin, mais à présent, si elle avait besoin de lui, il serait là pour elle. Il ne comptait pas la lâcher si elle avait toujours besoin d’un soutien. « Oui je suis là pour toi Madd et ma main à ta disposition pour... te rassurer comme promis... Je ne vais pas te lâcher. » Le né moldu sourit, c’est comme si elle était dans sa tête. Ils ne se lâcheraient pas. Hope était une jeune fille en or, d’après ce qu’il connaissait d’elle. S’il avait un jour une fille, il voudrait qu’elle soit comme elle. Et il serait fier d’elle. « Je n'ai jamais eu la sensation que personne ne soit chanceux de m'avoir dans sa vie. » Confia Hope à Maddox. Il eut l’impression de s’entendre lui-même parler. Son cœur se serra. Tout comme lui, elle manquait de confiance en elle. Il répondit alors doucement : « Ne dis pas ça… » Par exemple, Madd se trouvait chanceux de l’avoir dans sa vie. Il réalisa alors que s’il pensait la même chose de lui, il n’avait jamais osé le dire à voix haute. Avec ces aveux et le fait d’avoir dit qu’elle se trouvait nulle de ne pas laisser une seconde chance à son père, Maddox se dit qu’il fallait qu’il essaye de lui redonner confiance en elle. En aillant lui-même un manque de confiance, il réalisa que la tâche allait être difficile. « Je ne le ferai plus... Puis tu as entièrement raison, certains ne méritent que de payer pour leurs crimes... ils ne méritent pas le pardon, même tout l'opposé... Certains devraient avoir à souffrir pour ce qu'ils ont osé commettre. » Hope avait compris. Elle savait où l’esprit de Maddox était parti en disant que tout le monde ne méritait pas une seconde chance. Et ce qu’elle lui dit lui fit chaud au cœur. Il était plutôt d’accord avec elle, même s’il doutait qu’ils soient un jour assez punis pour leurs actes. Maddox trouva Hope courageuse d’oser dire toutes ces choses. Il avait déjà pensé de nombreuses fois que ce qui l’avait fait souffrir méritaient de souffrir à leur tour sans jamais le formuler. Le Serdaigle sentit la main d’Hope le serrer un peu plus, comme pour le soutenir. Il sourit doucement. Ils essayaient mutuellement de se rassurer. A deux, peut-être qu’ils finiraient par y arriver et par aller mieux un jour.

« Je ne garderai plus pour moi à l'avenir non... Mais pour l'instant, je veux ressentir l'angoisse et l'adrénaline de cette folie qu'on va commettre. Mon dieu, quelle drôle d’idée ! Tu es paré pour ça toi ? » Lui demanda Hope en changeant visiblement de sujet. Maddox n’insisterait pas, il était temps de revenir vers des sujets plus légers. Ils étaient là pour s’amuser après tout et pour découvrir ensemble les joies d’un parc d’attraction moldu. « L’angoisse, c’est le mot. » Répondit Maddox en rigolant. Bien qu’il n’ait pas osé en parler, plus ils avançaient dans la file et plus son cœur s’emballait. Il n’avait jamais rien fait de tel. Même sur son balai, il avait toujours été du genre prudent plutôt que casse-cou. « Une vraie folie… » Ajouta-t-il alors. Ils allaient bientôt arriver à l’embarquement. « Il faut bien, on arrive. » En pointant du bout du menton l’embarquement qu’on apercevait au loin. Au moins, Hope semblait aussi nerveuse que lui. Maddox regarda les têtes autour d’eux, certains semblaient excités, d’autres presque blasés. Hope et Maddox restèrent silencieux pendant les quelques minutes qui leur restaient à patienter. C’était trop tard pour faire demi-tour maintenant. Ils arrivèrent devant le monsieur chargé de les répartir dans les différents sièges. En les voyant, il dit : « Allez les amoureux, rangée deux ! » Il laissa un moment Maddox perplexe, avant qu’il ne réponde : « Oh, on n’est pas… » Mais pas le temps de terminer sa phrase, l’homme les poussait déjà vers la fameuse rangée et il ne l’écoutait déjà plus, demandant aux suivants combien ils étaient. Maddox ne lâcha pas la main d’Hope pour autant. Rangée deux, ce n’était pas pire que le premier rang. N’est-ce pas ? N’ayant jamais fait d’attractions, il ne savait pas trop si la position avait son importance, mais vu l’excitation du couple au premier rang, il fut vite fixé. Ils montèrent dans l’engin quand il se vida et s’attachèrent solidement. C’est dans ces moments-là qu’il faut essayer de faire pleinement confiance aux machines moldues. « C’est trop tard pour reculer, n’est-ce pas ? » Maddox fit un sourire à Hope et s’accrocha fortement aux barres quand cela démarra. On leur avait conseillé de garder la tête contre le dossier, c’est bien ce qu’il comptait faire.

Dans l’attraction, Maddox hurla comme jamais. Il hurla de peur, mais surtout, il hurla parce que c’était libérateur. Il ne s’était jamais permis de se lâcher ainsi. Crier jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus. Il en avait souvent eu envie. Aujourd’hui, il l’avait fait. Et c’est peut-être ce qui le marqua plus que l’attraction en elle-même. En descendant de l’attraction, il se sentait étrangement soulagé. « Wow. » Fut tout ce qu’il arriva à dire en sortant. Naturellement, il reprit la main d’Hope sans même y penser. Maddox se tourna vers elle pour voir comment elle se remettait de ses émotions. Il hésita un instant, puis se permit de remettre une de ses mèches rousses en place car l’attraction n’avait pas épargné sa belle chevelure. Il lui sourit. « Alors, qu’est-ce que t’en as pensé ? J’espère que je n’ai pas trop crié comme une fille. » Il la taquinait, il se moquait de lui-même aussi. Il rigola un peu, comme si les sensations l’avaient libéré temporairement d’un poids et qu’il se sentait bien. Tout simplement bien. Comme après une longue séance de sport. Il avait atteint cet état en quelques minutes seulement. Les moldus étaient des génies. Enfin certains d’entre eux. « Je crois qu’on a bien mérité notre gaufre. » Conclut-il en se remettant de ce qu’il venait de vivre aux côtés de son amie.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1322 Gallions : 581 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

La confiance en soi c'est éphémère, fragile comme les ailes d'un papillon et le petit papillon que j'ai pu être s'est fracassé dans un mur d'indifférence et de tristesse, a ressenti le désespoir de tenter de passer entre les mailles du filer pour voler vers une réalité plus belle. Je suis un papillon aux ailes froissées qui ne sait plus très bien comment on vole, ce que l'on ressent quand on baigne dans une douce chaleur apaisante et qui ne sait comment se libérer des chaînes du passé. Je voudrais me sentir baigner dans le bonheur absolu et pouvoir guérir mes pauvres petites ailes mais la confiance continue encore et toujours de me faire défaut. Je ne dirais pas que je suis toujours aussi fragile et chétive qu'avant mais je n'ai pas le courage de laisser voir au monde ce que ma réserve peut cacher, de laisser à nouveau mon sourire transpercer mes Ténèbres. Accepter la lumière c'est accepter de ressentir, de laisser mon cœur battre à nouveau et laisser tomber les barrières. Mais c'est aussi prendre le risque d'être déçue et d'avoir le cœur blessé. Je ne sais pas si je suis prête à laisser une chance à ces sentiments là venir bouleverser le faible équilibre de ma vie. J'ai mis du temps à me stabiliser après certains événements et je ne veux pas à nouveau sombrer, le cœur est une faiblesse qui peut tuer. Mais pourtant, là en cet instant présent, je ressens un profond apaisement d'avoir su ouvrir mon cœur à une personne aussi douce et adorable que Maddox. J'ai su lui faire une place et la chaleur s'est doucement glissée en moi pour me prouver que malgré mes craintes et mes réticences, mes barrières protectrices, quelqu'un a su les franchir et que je ne me suis pas brisée. Que du contraire, j'éprouve le sentiment qu'il a su réparer un petit quelque chose en moi. Il me donne envie de sourire comme je n'en avais plus ressenti la volonté depuis bien longtemps. Je dois peut-être avoir un petit quelque chose d'intéressant tout compte fait car j'ai la chance de pouvoir compter sur une personne comme lui et qu'il n'aie pas encore eu envie de me fuir. Et ça ça doit probablement être pour une bonne raison, non?

Mais après des pensées qui ravivent des sentiments douloureux, j'ai réellement besoin de m'évader. Je ne veux plus y penser car je sais que si je me penche trop sur ce sujet, je pourrais très bien fondre en larmes mais je ne veux pas tout briser de la magie de cet endroit. Maddox est parfait comme toujours et change de sujet comprenant exactement ce que je désirais. Il n'est pas lourd ou insistant, il est juste prévenant et attentionné n'insistant pas quand ce n'est plus le temps.

« Une folie que je suis en train de regretter. » Je regarde la file diminuer. Je sens mon cœur battre la chamade alors qu'il ne reste qu'une poignée devant nous. « Il est désormais trop tard pour choisir l'option stand de gaufres. Mon dieu, quelle idée j'ai eu là? Je suis folle, mon cœur va me lâcher. »

J'ai envie de lui dire que je ne pense vraiment pas que je veux y aller tout compte fait. Je suis sans doute une froussarde mais maintenant aux pieds de l'attraction, elle me semble gigantesque et effrayante. Je veux simplement fuir en courant quitte à rester une lâche toute ma pauvre existence. Les mots allaient sortir quand je me fais couper dans mon élan par une simple phrase qui pourtant tourne en boucle dans mon esprit ou plutôt un mot amoureux. Je sens mes joues s'empourprer et adopter une jolie couleur rosée ou plutôt rouge à en faire pâlir de jalousie ma chevelure flamboyante, une jolie teinte qui ne quitte pas mes joues. Je m'installe dans le manège laissant Maddox me guider telle une automate. Je ne réalise pas vraiment que je n'ai pas protesté et que je me retrouve finalement dans cette attraction mais étrangement ma peur s'est soudainement envolée. Je n'ai même pas réalisé suffisamment pour pouvoir formuler la moindre protestation. Je dois avouer que cette idée me fait même intérieurement sourire. Je tourne la tête vers lui à sa question ramenée subitement à la réalité de l'instant.

« Oui je crois qu'on est embarqué dans un voyage direct vers l'enfer... ou le septième ciel qui sait. »

J'ai à peine le temps de réaliser que déjà c'est la fin. La vitesse provoque un sentiment d'euphorie, la hauteur une sensation divine de légèreté. La tête à l'envers et j'ai l'impression que toutes mes idées se remettent en place. Je suis secouée dans tous les sens mais je ne me plains pas car je ressens un profond sentiment de bien être et de contentement. Je crie et lance mes bras en l'air avec un sentiment d’invincibilité. Rien , non rien, ne peut me faire de mal sur ce manège. Tout est si bienfaisant et bienheureux. Je me sens étrangement bien et pousser ce cri que je retiens silencieusement en moi depuis bien trop longtemps me rendent encore plus vivantes que jamais. Je ne ressens aucune pression, aucun regard sur moi et j'ai la sensation que mes ailes se réparent ou même mieux qu'ils m'en poussent de nouvelles qui pourront m'emporter très loin. Je regrette que ce soit déjà fini mais je ressens si fort la magie de cette attraction, de ce parc et de ce monde qui a encore la force de m'émerveiller.

« J'en ai pensé que j'adore la déferlante de sensations. Je m'étais jamais autant sentie en vie. Mon dieu c'est fou puis tu étais mignon à hurler. Tu as semblé libérer toutes tes tripes dans ces cris de terrer. J'espère que tu as aimé autant que tu en as donné de la voix? »

Moquerie gentille faite sans l'ombre d'une méchanceté. Je sens l'odeur de chaud, de sucre, de la fête foraine et un sourire aussi enfantin que la manière dont mon regard brille monte combien j'ai toujours aussi envie de cette gaufre. La main de Maddox est chaude dans la mienne, ce geste anodin pour un couple, pour moi ça représente quelque chose de tellement nouveau et rassurant. Je me sens enfin normale et semblable aux autres. Je ne me sens plus comme une attardée des relations humaines.

« Cette attraction m'a mise en appétit tu imagines mêmes pas. »

Elle se dirige vers l'objet de toutes les convoitises fendant la foule un peu plus dense sans lâcher Maddox comme si ce simple geste était devenu si naturel. Elle pourrait vraiment y prendre goût.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Maddox Berkeley
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 2e année de GISIS Médecine magique
Célébrité : Matthew Daddario
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 1524 Gallions : 854 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1334-if-i-don-t-see-it-it-doesn-t-ex http://www.mumblemumps.com/t1340-maddox-liens-rp http://www.mumblemumps.com/t1433-maddox-je-vous-presente-chouette http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

« Une folie que je suis en train de regretter. » Confia Hope à Maddox. Il répondit par un sourire, tout en espérant quand même qu’elle apprécie l’expérience et qu’elle ne le regrettait pas vraiment. Il était certain qu’elle y survivrait et que lui aussi. Il fallait qu’ils fassent cette expérience au moins une fois dans leur vie, qu’ils puissent le raconter à d’autres. Maddox avait le cœur qui battait à cent à l’heure, il avait hâte de monter dans ce train de l’enfer. « Il est désormais trop tard pour choisir l'option stand de gaufres. Mon dieu, quelle idée j'ai eu là ? Je suis folle, mon cœur va me lâcher. » Le né moldu se mit à rire. En effet, il était trop tard pour faire demi-tour et ils n’avaient pas fait cette file d’attente pour rien, il était tant qu’ils prennent leurs courages à deux mains. Hope et Maddox semblaient sur la même longueur d’ondes au niveau des sensations qu’ils ressentaient. Il avait hâte de voir si cette fusion allait se poursuivre avec le temps. Hope était une fille adorable. Il avait de la chance qu’elle veuille bien être amie avec lui. Si Hope faisait demi-tour maintenant, elle le regretterait plus tard et Maddox ne pouvait pas la laisser faire. Il espérait que sa main dans la sienne lui donne un peu de courage, le peu qu’il avait pour un Serdaigle. Avant qu’ils ne se dégonflent, ils s’installèrent dans l’attraction. « Oui, je crois qu'on est embarqué dans un voyage direct vers l'enfer... ou le septième ciel qui sait. » Maddox sourit assez discrètement, tête appuyée contre l’appuie-tête de l’engin. Lui qui avait surnommé quelques minutes plus tôt ce train « train de l’enfer », il trouvait la coïncidence adorable. Par contre, le septième ciel, il avait quelques doutes. Il espérait quand même qu’Hope s’amuse et c’était le plus important. Pendant l’attraction, il fut tellement pris qu’il n’avait pas eu le temps de regarder comme s’en sortait Hope.

Mais en sortant, Maddox fut ravi de pouvoir constater qu’Hope semblait radieuse, libérée. Comme lui, elle s’était délivrée de ses tourments l’espace de quelques minutes. Elle n’avait peut-être pas crié autant que lui, mais il l’avait quand même entendue donner de la voix. « J'en ai pensé que j'adore la déferlante de sensations. Je m'étais jamais autant sentie en vie. Mon dieu c'est fou puis tu étais mignon à hurler. Tu as semblé libérer toutes tes tripes dans ces cris de terreur. J'espère que tu as aimé autant que tu en as donné de la voix ? » Maddox sentit ses joues prendre des couleurs quand elle lui dit qu’il avait été mignon. Il avait un peu honte d’avoir autant hurlé à présent. Mais c’était Hope, son amie, il n’avait pas à se sentir embarrassé devant elle. « Apparemment. » Répondit-il en rigolant, toujours un peu gêné. De sa main libre, celle qui n’avait pas récupéré la main d’Hope, il la passa dans ses cheveux bruns et sur son visage pour essayer de cacher sa gêne comme il le pouvait, mais c’était peine perdu. « J’ai tellement aimé pouvoir crier sans que tous les regards se tournent vers moi… Ces hurlements, ça reste entre nous, hein ? » Maddox et Hope seraient les seuls dans la confidence. Ce qui arrivait au parc d’attraction restait au parc d’attraction. Il lui sourit tendrement tout en continuant à avancer, les joues encore un peu roses de toutes ces émotions. Ils avaient bien mérité une gaufre. D’ailleurs, le ventre de Maddox commençait à gargouiller, surtout en sentant la bonne odeur de sucré. « Cette attraction m'a mise en appétit tu imagines même pas. » Oh si, il imaginait très bien. C’était pareil pour lui. Hope et Maddox semblaient donc d’accord pour la prochaine destination : le stand de gaufres. Comme il y avait un peu de monde, Hope se faufila parmi les gens et Maddox la suivit. Le né moldu essayait de ne se concentrer que sur elle, mais il n’aimait pas beaucoup être entouré de tous ces inconnus. Et comme ils n’étaient pas plus ou moins immobiles comme dans la file d’attente, c’était un peu plus anxiogène.

« Voyons voir… » Marmonna Maddox en s’approchant du menu sur le côté du stand. Du choix, il n’en manquait pas. Vu qu’il y avait encore peu de monde dans la file, ils avaient un peu le temps de choisir ce qu’ils voulaient. « Qu’est-ce qui te fait envie ? C’est moi qui t’invite. » Se souvenant qu’elle lui avait dit un peu plus tôt qu’il n’aurait pas dû payer pour elle, il ajouta : « Tu pourras m’acheter à boire, si tu veux. » Mais lui payer une gaufre, il y tenait puisqu’il se l’était promis avant de venir au parc. Le garçon se concentra à nouveau sur le menu face à lui : gaufres sucrées, nappées de chocolat ou de caramel, à la crème fouettée, avec une boule de glace, aux fruits ou à la confiture à la fraise. Il semblait y en avoir pour tous les goûts. « Une gaufre au chocolat pour moi… tu rigoles pas si j’en mets partout. » Il se voyait déjà avec du chocolat sur le visage, mais il avait tellement envie de ce chocolat qu’il n’avait pas hésité très longtemps. Chez lui, il n’avait pas beaucoup l’occasion d’en manger, mais il aimait beaucoup le chocolat. En attendant qu’Hope fasse son choix, il regarda un peu plus loin pour voir s’il y avait des tables de libre. Plusieurs tables étaient en libres, ils devraient donc avoir de quoi s’asseoir un peu et se remettre de leurs émotions après l’attraction qui les avait bien décoiffés. Son regard tomba aussi sur la grande roue. Il avait hâte d’avoir une vue d’ensemble du parc, mais il serait peut-être préférable de le faire de nuit. A moins qu’ils ne le fassent de jour, puis de nuit. Il se mit à sourire tout seul. Il avait aussi un peu peur d’avoir le vertige. Il était impatient de tester cette attraction-là. Mais tout d’abord, la gaufre. Maddox sortit de sa poche de quoi payer leurs gaufres, une fois qu’Hope eut fait son choix. Ils commandèrent aussi à boire, un thé glacé pour le jeune homme. « Je me demande s’il y a des spectacles. » Dit-il en sortant le plan une fois assis et en le dépliant sur la table pour qu’ils puissent le consulter en mangeant tranquillement. Il bloqué les coins du papier avec leurs boissons pour que le plan ne puisse pas s’envoler.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1322 Gallions : 581 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

Ses joues qui se teintent d'une petite teinte bien rouge, cette main qui passe dans ses cheveux et ce petit air, il est gêné et cela ne laisse aucune place possible au doute. Je me demande si mes mots ont fait naître cette sensation ou l'ont accentuée mais je crois que j'ai à mon grand désarroi une part de responsabilité là-dedans. Je ne voulais pas me moquer, je ne suis vraiment pas douée dans l'art de la taquinerie même innocente. Je voulais que l'on rie ensemble de ses hurlements mais pas qu'il imagine peut-être que je le juge ou me moque de lui ou que sais-je encore. J'allais m'excuser quand sa proposition survint pile au bon moment et je souris doucement, rassurante hochant la tête assez vivement pour le rassurer immédiatement. Je ne compte pas aller crier cela sous tous les toits, il n'a rien à craindre à ce niveau. Ce qui se passe au parc d'attraction y restera comme un secret jalousement gardé. Je ne parlerai pas de ce que nous partageons ici comme j'ose croire qu'il ne va pas laisser filtrer des informations sur ma vie une fois de retour à Poudlard. Je souris avec malice avant de dire la voix forte, avec une profonde conviction.

« Tout ce qui se passe ici reste ici. Ce sera notre petit secret à nous deux. Je serai muette comme une tombe, tu peux me faire confiance. Ici, on est libre de faire comme on veut. On peut même faire comme si on était totalement deux autres personnes. Pour la première fois, je me sens véritablement libre. »

Je veux laisser derrière moi tout ce qui m'empêchera d'être la légèreté incarnée et de profiter pleinement de ce moment. Je veux croire qu'avec sa main dans la mienne, je pourrais m'envoler et décrocher la lune et les étoiles. Je veux penser que rien ne nous sera interdit. Je serai un roc pour lui, je le protégerai de ce qui peut lui faire peur. Je serai un rempart contre tous les orages et je serais même prête à prendre des coups pour lui. Je ne saurais expliquer pourquoi je ressens un attachement si profond pour Maddox mais il me permet de me sentir plus forte, de me sentir meilleure. Je crois en lui avec une telle force mais je sais que la vie a été dure et l'est encore donc je veux simplement qu'il sache qu'il puisse réellement compter sur moi. Je ne le lâche pas et je ne compte pas le lâcher une fois de retour à Poudlard, je serai là tant et aussi souvent, aussi longtemps qu'il aura besoin de moi. Je serai une protectrice même si bon mes poings ne sont pas très solides et que je suis un poids plume qui pèserait pas grand chose devant quelqu'un de plus balaise. Mais je suis plutôt douée en magie et agile donc je serai compensé. Mais le must c'est que les livres sont parfois instructifs et ils apprennent précisément où frapper pour sonner quelqu'un. Mais je vais quand même croiser les doigts que personne ne vienne nous ennuyer pour ne pas avoir à tester mes capacités. Heureusement que Maddox n'a pas conscience du cheminement de mes pensées.

« Oh mon dieu cette odeur est une torture. » Une fois devant le stand de gaufres, je ne peux empêcher mon nez de me plisser légèrement quand il parle de m'offrir ma gaufre mais je le laisse faire soulagée qu'il me laisse au moins lui offrir à boire. S'il paie tout, notre moment entre amis risque de réellement prendre des allures de rendez-vous galant. Déjà que d'un point de vue totalement extérieur, on ressemble à un parfait petit couple totalement assorti. « Heureusement, tu me laisses apporter une maigre contribution à la beauté de cette journée. » Bon il y a décidément trop de choix et je ne sais pas quoi choisir totalement partagée entre la chantilly et la confiture. « Pas rire? Je te promets d'essayer mais je garantis rien. Mais si je ris, ce sera juste de l'amusement, sans moquerie réelle promis. » Je suis bien une femme alors que l'indécision semble prendre le pas dans mon esprit alors que je songe aussi que des fruits ou du chocolat seraient tout autant des bons choix. Sur un coup de tête, je finis par passer commande. « Je voudrais une gaufre moitié chantilly, moitié confiture de fraise. »

Mon regard pétille de joie alors que je regarde l'objet de ma tentation avec un appétit grandissant. Si lui risque de se tartiner de chocolat, je suis certaine de finir avec de la chantilly sur le bout du nez. Je paie son thé glacé et mon café glacé avant que l'on s'installe à une table. Je regarde avec envie la grande roue mais j'ai envie de quelque chose de plus calme pour le moment. Je prends une bouchée de gaufre, elle est tellement bonne et je ne peux retenir un gémissement de pur contentement. « Mhhh. » mais je me concentre un peu sur le plan avant de pointer un coin de la carte.

« Oui regarde la, il y a des horaires. Il y en a un qui commence dans trente minutes, ce sera parfait pour notre après gaufre et laisser nos estomacs se calmer avant de leur faire vivre de nouvelles émotions. Il y a même un spectacle de magie, tu crois que ce sont des sorciers ou des moldus? » Je me suis assurée que personne ne puisse m'entendre. « Mais le spectacle de son et lumière, fantastico-humoristique que je montrais en premier me tente bien. Sauf si un autre te tente plus? »

Je souris le regardant avant de mordre dans ma gaufre me tartinant de confiture et de chantilly. Je ris un peu mais cela fait partir du jeu je crois. Je suis tentée de lui suggérer un petit jeu amusant pour la fin de la journée mais je ne suis pas encore prête. Je me dis que vu qu'on a changé de cadre, qu'on est tellement normal, on pourrait laisser le doute planer sur le fait d'être un couple. J'ai trouvé cela drôle quand l'homme du manège l'a dit donc on pourrait jouer le jeu mais je suis bien trop timide pour le formuler à voix haute. Tout en attendant sa réponse, je viens frotter une trace de chocolat sur sa joue. J'hésite mais je veux goûter le chocolat savoir si je regrette mon choix mais je propose donc.

« Tu veux goûter? »
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Maddox Berkeley
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 2e année de GISIS Médecine magique
Célébrité : Matthew Daddario
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 1524 Gallions : 854 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1334-if-i-don-t-see-it-it-doesn-t-ex http://www.mumblemumps.com/t1340-maddox-liens-rp http://www.mumblemumps.com/t1433-maddox-je-vous-presente-chouette http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

« Tout ce qui se passe ici reste ici. Ce sera notre petit secret à nous deux. Je serai muette comme une tombe, tu peux me faire confiance. Ici, on est libre de faire comme on veut. On peut même faire comme si on était totalement deux autres personnes. Pour la première fois, je me sens véritablement libre. » Maddox ne put s’empêcher de sourire aux paroles d’Hope. Elle avait parfaitement raison. Dans ce parc, personne ne les connaissait et ils pouvaient devenir qui ils voulaient. Il sentait qu’ils n’avaient pas fini de s’amuser. Ils étaient libres de faire ce qu’ils souhaitaient. Et Maddox allait encourager Hope à être celle qu’elle voulait être, à faire ce qu’elle voulait faire. Elle le méritait sincèrement. Les deux amis se retrouvèrent devant le stand de gaufres, dont l’odeur était effroyablement délicieuse. « Oh mon dieu cette odeur est une torture. Heureusement, tu me laisses apporter une maigre contribution à la beauté de cette journée. » Il répondit par un sourire. Maddox était heureux d’entendre qu’elle passait une bonne journée. Et bien sûr, il la laissait contribuer, si ça lui faisait si plaisir, ça faisait aussi plaisir au né moldu. Maddox choisit presque immédiatement une gaufre au chocolat, mais pour Hope, le choix ne semblait pas si évident. Le chocolat, c’était difficile à manger proprement, alors il préféra la prévenir qu’il risquait d’en mettre un peu partout sur lui et qu’elle ferait mieux de ne pas trop rire. « Pas rire ? Je te promets d'essayer mais je garantis rien. Mais si je ris, ce sera juste de l'amusement, sans moquerie réelle, promis. » Il savait que si Hope riait, elle ne penserait pas à mal. Alors si elle rigolait malgré tout, il ne le prendrait sûrement pas mal. Il serait peut-être un peu gêné, parce qu’il était comme ça, mais pas non plus vexé. Maddox se mit à regarder autour de lui quand il entendit Hope commander : « Je voudrais une gaufre moitié chantilly, moitié confiture de fraise. » Maddox n’arriva pas à s’empêcher de sourire. Il avait même envie de rire, mais ne le fit pas. Il trouvait Hope adorable, elle n’avait pas pu faire un choix alors elle avait demandé un parfum différent sur chaque moitié. C’était la première fois que Maddox entendait une telle requête, n’étant pas beaucoup sorti dans sa vie, et il trouvait Hope très audacieuse et intelligente à la fois. Il trouvait qu’elle avait tout à fait raison de prendre les deux si les deux lui faisaient envie. Il ne savait pas s’il aurait osé dévier du menu lui aussi, mais aujourd’hui, il ne voulait qu’une gaufre au chocolat. Quand les commandes arrivèrent, Maddox vit les yeux de la jolie rousse pétiller, comme à l’instant où elle avait aperçu le parc pour la première fois, mais avec une lueur de gourmandise en plus.

Maddox et Hope s’installèrent à une table avec leurs gaufres et leurs boissons. Il installa la carte sur la table pour qu’ils l’étudient un peu en mangeant. Hope fut la première à croquer dans sa gaufre et le son de satisfaction qui sortit de sa bouche donna très envie à Maddox de goûter aussi. Alors il croqua à son tour dans sa gaufre au chocolat. Une merveille. Il n’avait rien mangé d’aussi sucré, moelleux et bon depuis très longtemps. Il en eut même presque du mal à se reconcentrer sur ce que lui disait Hope. « Oui regarde la, il y a des horaires. Il y en a un qui commence dans trente minutes, ce sera parfait pour notre après gaufre et laisser nos estomacs se calmer avant de leur faire vivre de nouvelles émotions. Il y a même un spectacle de magie, tu crois que ce sont des sorciers ou des moldus ? » Maddox rigola. Il n’en avait strictement aucune idée, mais il doutait que des sorciers soient prêts à prendre le risque de s’exposer aux moldus, surtout depuis la guerre. Il était quand même curieux de savoir ce qu’était un spectacle de magie dans le monde des moldus. Il n’en avait jamais vu de ses propres yeux. Il avait toutefois le vague souvenir d’avoir lu un livre en contenant un quand il était petit, mais comme il était à présent sorcier, il avait dû effacer ces souvenirs de sa mémoire. Il réfléchit en croquant à nouveau dans sa gaufre. « Mais le spectacle de son et lumière, fantastico-humoristique que je montrais en premier me tente bien. Sauf si un autre te tente plus ? » Les deux spectacles étaient tentants. Maddox jeta rapidement un coup d’œil aux autres, mais c’était vraiment ces deux-là qui le tentait aussi. Il était quand même très curieux d’assister à un spectacle de magie, mais aujourd’hui, ils étaient presque là en tant que moldus. « Les deux me paraissent très intéressants. Je te laisse choisir. C’est ta journée. » Il ne voulait pas imposer de choix à Hope. Aujourd’hui, elle faisait ce qu’elle voulait et lui la suivait. Le sorcier l’avait invitée pour la remercier. Il voulait vraiment qu’elle s’amuse, il voulait continuer de voir son sourire.

Quelques instants plus tôt, la main d’Hope était venue effacer une trace de chocolat sur sa joue. Ses joues s’étaient d’ailleurs légèrement teintées de rose, mais il pourrait dire que c’était parce qu’il avait un peu honte de s’être sali comme il l’avait prédit. En réalité, il aurait pu sursauter au geste, mais Hope était si douce avec lui qu’il n’avait même pas eu de mouvement de recul. Elle avait ce genre de pouvoir, Hope. D’ailleurs, il remarqua qu’elle ne s’était pas moquée de lui. Il apprécia. Hope quant à elle avait un peu de chantilly sur le coin de la bouche. S’ils étaient un couple, il l’aurait probablement embrassé, mais il détourna vite les yeux à cette idée. Ils n’étaient pas un couple. Il n’avait pas ce genre de courage. Alors il ne dit rien, il trouvait que c’était adorable et elle finirait probablement par la faire disparaître à la prochaine bouchée. « Tu veux goûter ? » Demanda Hope en le surprenant. Maddox posa les yeux sur la gaufre moitié chantilly, moitié confiture de fraise de la jeune fille. Elle lui faisait envie aussi. Il regarda Hope dans les yeux pour savoir si elle était sérieuse. « C’est vrai, je peux ? » Elle était sérieuse. Elle approcha la gaufre de sa bouche et il croqua dans le côté confiture de fraise. Ils devaient vraiment avoir l’air d’un couple aux yeux des autres, mais il se fichait du regard des autres. S’il commençait à s’en inquiéter, il paniquerait. Ils étaient seuls au monde dans ce parc à ses yeux. Maddox attendit de croquer l’autre moitié pour choisir quel parfum il préférait. C’était difficile à dire. Il aimait les trois. La chantilly était vraiment délicieuse. Et il pensa à nouveau au coin des lèvres d’Hope et prit une serviette pour s’essuyer la bouche en détournant les yeux. Il ne devait pas avoir ce genre de pensées, ils étaient amis, il ne pouvait pas tout risquer de gâcher. « Tiens. » Dit-il en apportant à son tour sa gaufre au chocolat au niveau de la bouche d’Hope pour qu’elle croque dedans. Ils étaient mignons tous les deux. Comme prévu, la chantilly au coin de la bouche de la jeune fille disparut quand elle se lécha les lèvres. Il lui sourit. « Alors, quelle est ta préférée ? J’ai beaucoup aimé le côté chantilly, j’aurais peut-être dû choisir un mélange chocolat et chantilly. Je crois que ça aurait été top. » En tout cas, la pâte à gaufre était si bonne que n’importe quel parfum aurait été excellent. Ils savaient rendre leurs clients accros. Maddox but une gorgée de son thé glacé en observant la carte. Peu importe ce qu’ils faisaient par la suite, il était déjà satisfait de sa journée et pouvait même affirmer que c’était la plus belle journée qu’il avait passé de l’été, voire même de l’année, voir même des deux dernières années. Il n’avait pas autant souri depuis des lustres. Et il ne devait son bonheur qu’à son amie.

Quand ils eurent terminé de manger et boire, Maddox jeta un coup d’œil à l’heure. Ils étaient dans les temps pour assister au premier spectacle, mais s’ils attendaient une demi-heure, ils pourraient aller au spectacle de magie. Et s’ils y allaient tout de suite, peut-être qu’ils auraient même de très bonnes places. « Alors, qu’est-ce qu’on fait ? » Maddox s’essuya des mains, mais elles étaient un peu collantes et il n’aimait vraiment pas avoir les mains collantes. Celles d’Hope étaient probablement dans le même état. « Mais avant, je crois qu’une pause toilettes s’impose. » Le Serdaigle regarda sur le plan afin de trouver les toilettes les plus proches, et quand il les trouva, il replia le papier et le rangea. Puis, ils se levèrent et débarrassèrent la table. Maddox vérifia qu’ils n’avaient rien oublié derrière eux. « C’est par là. » Dit-il en ouvrant la marche. En plus, c’était sur le chemin des deux spectacles donc ils ne perdraient pas de temps. Le vent soufflait doucement, il faisait beau, c’était agréable. Il était heureux.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1322 Gallions : 581 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

Je crois que cette journée se gravera dans ma mémoire dans la liste relativement courte de mes meilleurs souvenirs. C'est un instant de joie pure et simple. Nous n'avons pas besoin de grand chose pour faire de cet instant un moment unique. Notre compagnie et apprécier les petits plaisirs offerts par un parc d'attraction ont su me procurer un sentiment de vitalité qui apaise tout sans exception. Mes propres démons sont endormis, mes doutes et mes craintes se sont dissipées. J'apprécie pleinement le moment sans que rien ne puisse jeter son ombre. Je ressens pas la présence malaisante des autres. Je me sens jeune et vivante. Je me sens capable de conquérir le monde. Je me dis que poussé par les bonnes personnes, je pourrais accomplir un jour quelque chose qui puisse me rendre fière de moi. Enfin je l’espère car j'en ai assez d'être une fille trop banale. Je souris amusée en le voyant chercher dans mon regard la confirmation que j'étais sincère en lui proposant de goûter. C'est une question toute simple mais elle me prouve aussi que l'idée lui plaît énormément. Je le laisse faire guettant sa réaction avec impatience pour savoir quelle saveur a sa préférence. Je croque dans sa gaufre qui est réellement savoureuse, le chocolat venant caresser mon palais avec énormément de douceur. Je lèche mes lèvres pour ne pas échapper une seule possibilité de savourer touts ces parfums délicieux. Je ne peux m'empêcher de rire à sa conclusion et dit avec un sourire malicieux.

« Avoue que tu t'es dit que j’étais trop gourmande à pas savoir choisir mais que le mélange de saveur, c'est tentant. Mais la prochaine fois, j'adopte ton idée chocolat-chantilly, ce sera tellement parfait. On assure à deux je trouve. »

Je nous trouve réellement adorables tous les deux et je songe que j'aimerais pouvoir immortaliser ce moment par une photo souvenir si je vois un de ces appareils qui prendrait des photos en instantanés. Je ne connais pas le principe mais j'en ai déjà aperçu quelques fois. Je ne fais pas attention au monde autour et alors que nous nous relevons finalement, je constate que la foule est un peu plus dense qu'avant mais tout en restant raisonnable. J'ai vraiment une facilité déconcertante à oublier le monde autour avec lui. C'en est impressionnant et je ressens des choses que je ne pensais pas pouvoir éprouver. Mais il n'est pas celui avec qui j'ai le droit de ressentir ce petit élancement. Non il ne faut pas mais force m'est de constatation qu'il y a quelque chose de spécial dans l'air. Je ne saurais le décrire, expliquer précisément de quoi il s'agit mais un parfum différent flotte dans l'air. Doux et léger, chaud et humide, il colle à la peau et m’enivre alors que je ressens de toutes nouvelles sensations. Je flotte sur un petit nuage et je ressens une douce euphorie, comme si des bulles de bonheur éclataient dans mon ventre. Je pourrais comparer la sensation à la vision de bulles de champagne, en fait, j'ai l'impression d'avoir goûté à ce précieux nectar et d'être proche de l'ivresse. Cette idée me fait sourire et même si je sais que cela n'a aucune cohérence et qu'il risque de se pose des questions, je murmure.

« Lors de notre prochaine sortie, on devrait aller goûter du champagne. Je me suis toujours dit que ça devait être tellement bon mais j'ai jamais même goûté. Et toi tu en as déjà bu? »

Je ne sais pas pourquoi j'ai dit cela à voix haute mais une partie de moi a besoin de se dire qu'on passera un autre bon moment de ce genre dans un avenir proche ou lointain mais qu'il y aura ''récidive''. Je me dis soudain que cette proposition est totalement dingue. Je nous vois tellement mal sortir dans un bar mais peut-être justement parce que ça ne nous ressemble pas, nous devrions le faire. Je voudrais avoir une seconde identité que je ne revêtirais qu'avec lui, une personne nouvelle, plus assurée et qui n'a pas peur de s'assumer. Il fait naître ce genre de désir en moi. Je me sens en sécurité mais je redoute le moment où il faudra retourner à ma petite vie car je sais que je vais avoir tant de mal. Je porterai de la joie dans le cœur qui va s'étioler lentement dans l'attente d'un autre moment de vie. Je ne veux pas rentrer chez moi et je pourrais fuguer si je n'étais pas aussi lâche. J'aimerais être une Gryffondor pour une journée, le temps d'avoir le courage nécessaire pour oser franchir le pas. Je ne suis pas une adepte des grands sauts mais je voudrais le pouvoir car je pleure intérieurement à l'idée de devoir retrouver la grisaille bien trop vite à mon goût. Mais cette pensée n'est que secondaire alors que je dois faire un choix. Je souris finalement alors que la curiosité dont la nature m'a dotée à la naissance reprend le dessus. Je veux voir de mes propres yeux l'émerveillement des moldus pour la magie mais aussi comment ils parviennent à la créer sans l'aide de sorts. Je veux découvrir ce jeu d'illusions et me sentir importante car je sais que ce n'est qu'un jeu. J'espère que mon choix saura éveiller la curiosité qui doit aussi être caractéristique vu notre maison même si la mienne atteint les sommets de manière légèrement décourageante.

« Allons y pour le spectacle de magie car il me rend curieuse et je risquerai de me poser mille et une questions au lieu de dormir si je satisfais pas ma soif de découverte. En plus, il y a une reprise de l'autre spectacle ce soir et je me disais qu'on pourrait faire la fermeture du parc pour grimper dans la grande roue quand le soleil sera couché, voir les lumières étinceler sous nous. Mais je comprends si tu veux qu'on rentre plus tôt, je suggère simplement. »

Nous arrivons finalement aux toilettes alors que je parlais en marchant. Nous nous séparons pour chacun aller de notre côté respectif. Je souris doucement mais je n'aime pas vraiment l'idée d'être séparée de lui. Mais bon, aucun risque de se perdre là heureusement sinon nous serons les rois de la connerie et on méritera une médaille avec inscrit en grand « Roi et reine des boulets. » Alors que je me lave les mains en pensant à tout ce qui a pu se passer depuis mon arrivée dans le parc, force m'est de constaté que je vis de réelles sensations fortes. Je ne parle pas ici de la vitesse d'une quelconque attraction mais ce que Maddox et moi partageons. La chaleur de sa main dans la mienne, la douceur de ses mots, le partage des saveurs de nos gaufres, la complicité grandissante entre eux à chaque instant. La peur que j'ai ressentie avant cette journée était tellement ridicule car tout se passe encore mieux que ce que j'aurais pu espérer. Je me sens acceptée pour qui je suis avec lui. Je me sens respectée et c'est un profond bien être qui en naît. Le côté naturel des mots que je couche sur le papier, je le retrouve à chaque minute de cette journée. Je suis réellement heureuse, plus que je ne l'ai été depuis tellement longtemps. Une musique moldue assez envoûtante aux paroles un peu simplistes passent dans les hauts parleurs alors que je rejoins Maddox en chantonnant malgré moi.

« Moi j'ai besoin d'amouuuur, des bisous, des câlins, j'en veux tous les jours. Je suis comme ça. »

Je me sens heureuse et la gaieté que je ressens se manifeste. Je rougis en me retrouvant face à mon ami et en réalisant quelles paroles précisément je fredonne à ce moment là. Je me racle un peu la gorge soudain gênée mais je finis par hausser les épaules. Ce n'est qu'une chanson non? Il n'y a pas de quoi me donner envie de me cacher ou plutôt si. Soudain, je me rappelle ma résolution que j'ai suggérée plus tôt : nous sommes deux personnes totalement différentes en cet instant. Et la fille que je désire être n'a pas à rougir de chanter une chanson kitch dans un parc d'attraction alors qu'elle passe un moment merveilleux avec son ami. Je viens prendre sa main, elle me rassure et je ne veux pas risquer de le perdre. Ce contact me donne du courage et m'apporte un profond sentiment d'apaisement. Je souris à Maddox et j'hésite un peu avant de murmurer.

« Tu m'offres du soleil dans la grisaille qui entoure ma vie. Merci pour ce moment, je te suis infiniment reconnaissante. »

Je me penche lentement vers lui pour poser un baiser sur sa joue mais au moment où mes lèvres vont toucher sa peau, quelqu'un me bouscule et je perds légèrement l'équilibre sans lâcher sa main une seule seconde... sans plus avoir aucun contrôle sur la direction prise par mon corps...
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Maddox Berkeley
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 2e année de GISIS Médecine magique
Célébrité : Matthew Daddario
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 1524 Gallions : 854 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1334-if-i-don-t-see-it-it-doesn-t-ex http://www.mumblemumps.com/t1340-maddox-liens-rp http://www.mumblemumps.com/t1433-maddox-je-vous-presente-chouette http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

« Avoue que tu t'es dit que j’étais trop gourmande à pas savoir choisir mais que le mélange de saveur, c'est tentant. Mais la prochaine fois, j'adopte ton idée chocolat-chantilly, ce sera tellement parfait. On assure à deux je trouve. » Maddox baissa les yeux en souriant. A deux, ils assuraient. Il était totalement d’accord avec elle. Et lui aussi, il prendrait chocolat et chantilly la prochaine fois qu’il aurait l’occasion de manger une gaufre. Il releva les yeux vers elle. « Gourmande, oui. Trop gourmande, non. Je suis très heureux que tu te fasses plaisir. Et puis, ça me fait aussi plaisir de voir que tu es satisfaite de tes choix. » On dit que toutes les bonnes choses ont une fin, ce fut le cas de cette gaufre quand il termina le dernier morceau, mais ne voulait pas que cette journée se finisse. Il ne voulait pas retourner chez lui ou qu’elle retourne chez elle. « On assure. » Conclut-il avec un sourire apaisé. La journée pouvait continuer, plus que quelques heures à passer en compagnie d’Hope et Maddox comptait bien en profiter. Il surprit la jeune femme en train de le regarder. Elle souriait et lui murmura : « Lors de notre prochaine sortie, on devrait aller goûter du champagne. Je me suis toujours dit que ça devait être tellement bon, mais j'ai jamais même goûté. Et toi tu en as déjà bu ? » Le né moldu se mit à son tour à sourire. Elle était déjà en train de penser à leur prochaine sortie. Il ne savait pas trop d’où lui sortait cette idée, mais il essaya quand même d’y apporter une réponse qui lui ferait plaisir : « Du champagne ? Non, je dois avouer que je n’y ai jamais goûté… mais je pense aussi que ça doit être bon et je serais curieux d’en boire avec toi. » Cette sortie-là aurait probablement une ambiance différente d’une journée au parc d’attraction, il se demandait à quel point. Il s’imaginait que le champagne était un luxe auquel il n’aurait sans doute jamais le droit. Il n’osa rien dire à Hope pour le moment. Et puis, ils n’étaient pas obligés d’aller dans un endroit de luxe pour y goûter, il n’en aurait pas les moyens. Maddox avait tout de même goûté à d’autres alcools. Son voisin avait un petit faible pour la vodka, c’était probablement le dernier alcool auquel il avait goûté. Mais le champagne, c’était autre chose. C’était l’alcool des fêtes. « C’est décidé, la prochaine fois, c’est ce qu’on fera. » Maddox trouverait bien un moyen de rendre à nouveau Hope heureuse. Il le fallait. Parce qu’elle était tout ce qui comptait pour lui à ce moment-là. Elle était la seule qui comptait. Il avait oublié le reste du monde. Il n’y avait plus que Hope et lui. Lui et Hope. Eux deux.

« Allons-y pour le spectacle de magie car il me rend curieuse et je risquerai de me poser mille et une questions au lieu de dormir si je satisfais pas ma soif de découverte. En plus, il y a une reprise de l'autre spectacle ce soir. » Maddox acquiesça vivement. Il était content, il voulait lui aussi voir le spectacle de magie. Il était heureux qu’Hope ait fait le même choix que lui. Il avait très hâte de le découvrir. Et puis ils pourraient aller voir l’autre ce soir, ainsi ils auraient vu les deux. « Et je me disais qu'on pourrait faire la fermeture du parc pour grimper dans la grande roue quand le soleil sera couché, voir les lumières étinceler sous nous. » A nouveau, il acquiesça un peu trop vivement et se dit qu’il devait avoir l’air idiot à être si emballé. Le brun se mit à rire tout seul. Il semblait en parfaite symbiose avec Hope. « Mais je comprends si tu veux qu'on rentre plus tôt, je suggère simplement. » Si seulement Hope savait à quel point il n’avait pas envie de rentrer chez lui, elle se douterait qu’il avait l’intention de la retenir le plus longtemps possible à ses côtés. « Non, pas du tout. C’est une très bonne idée. » Maddox avait lui aussi très envie de monter dans la grande roue une fois la nuit tombée, il aurait peut-être moins peur des hauteurs ainsi. Il espérait aussi qu’il n’y ait pas trop de vent pour que les cabines ne bougent pas trop. Mais de loin, elles avaient l’air assez stables. Et puis, s’il y avait du vent, le feu d’artifice serait annulé et ce serait dommage. « Et puis, ce n’est pas comme si mes parents m’attendaient. » Ajouta-t-il pour la rassurer. Son père ne savait pas qu’il était au parc d’attraction et s’en fichait et sa mère ne ferait pas attention à l’heure. Elle ne s’inquiétait pas tant pour son fils. Elle était juste contente qu’il sorte un peu pour une fois. D’un commun accord, ils attendraient donc la fermeture du parc pour montrer dans la grande roue. En attendant, ils se dirigeaient vers le spectacle de magie, mais ils s’arrêtèrent en chemin aux toilettes. Il fit ce qu’il avait à faire, puis se lava les mains. En se regardant dans le miroir, il trouva qu’il avait l’air heureux, pour une fois. Il ne se détestait pas totalement, pour une fois. Il se redonna un peu de courage et sortit pour retrouver la jolie rousse.

« Moi j'ai besoin d'amouuuur, des bisous, des câlins, j'en veux tous les jours. Je suis comme ça. » Quand Maddox retrouva Hope, elle était en train de chantonner. Il n’avait jamais entendu cette chanson et il ne comprenait pas ce qu’elle disait car il ne parlait pas cette langue, mais il aurait parié sur le français. Hope semblait lui cacher encore bien des secrets. Quand il la vit, elle avait l’air gênée. Instinctivement, il se demanda s’il avait bien fermé la braguette de son pantalon, mais se rappela que oui. Il évita donc de baisser les yeux vers l’endroit et d’avoir l’air stupide. Avait-elle eu honte de chanter ? Il aimait déjà sa voix, elle n’avait pas à avoir honte. En plus, il ne connaissait pas la chanson, ni la langue. Hope décida de lui prendre à nouveau la main. Peu importe ce qui lui passait par la tête à cet instant, elle semblait plus rassurée à son contact. Elle lui sourit adorablement, avant de lui dire le fond de ses pensées, d’une façon très poétique : « Tu m'offres du soleil dans la grisaille qui entoure ma vie. Merci pour ce moment, je te suis infiniment reconnaissante. » Hope était tellement gentille, il en eut les larmes aux yeux. Elle lui en était reconnaissante, mais il lui en était encore bien plus qu’elle. Elle le touchait beaucoup. Et en parlant de toucher, elle se pencha sur la pointe des pieds pour lui déposer un baiser sur la joue. Il voyait très bien ce qu’elle voulait faire et lutta mentalement pour ne pas reculer. C’était Hope, elle lui tenait la main, elle était d’une douceur inqualifiable, Maddox n’avait aucune raison de repousser ces gestes de tendresse auxquels il n’était pas habitué. Il ne s’attendait pas du tout au retournement de situation, au moment où Hope se fit pousser et perdit l’équilibre. Leurs lèvres entrèrent en contact. Ce ne fut qu’un bref instant et pourtant, le cœur de Maddox se mit à tambouriner dans son thorax. Il ne lui lâcha pas la main, mais il détourna le regard, gêné. On ne pouvait pas vraiment dire qu’ils s’étaient embrassés et il ne savait pas tellement comment réagir. Peut-être le fait qu’il ait détourné les yeux et paraissait si gêné était une réaction. Il ne voulait pas mettre Hope mal à l’aise. Il serra un peu plus fort sa main et la regarda à nouveau. « Je t’en suis reconnaissant aussi. Allez viens, on va finir par être en retard. » Dit-il doucement, avec un sourire. Et c’est ainsi qu’il fit comme s’il ne s’était rien passé. Ne vous y trompez pas, le cœur de Maddox s’était bien emballé à ce contact lèvres à lèvres, mais il savait qu’il n’avait pas été volontaire. Et si un baiser devait arriver un jour, il voulait qu’il arrive dans de meilleures conditions que devant les toilettes ou à cet instant. Il espérait qu’Hope partageait le même avis que lui et qu’elle ne soit pas gênée par la suite. Il ne voulait pas que leur complicité change.

Maddox et Hope arrivèrent un peu en avance à la salle où se déroulait le spectacle de magie. Le décor était vraiment impressionnant et donnait très envie de voir ce qui allait se passer. Ils arrivèrent à avoir des places au troisième rang, c’est-à-dire assez près pour bien voir, mais aussi assez loin pour pouvoir en discuter un peu sans déranger les magiciens. C’était peut-être idiot de la part d’un sorcier, mais il était assez anxieux sans trop savoir pourquoi. Il serra la main d’Hope dans ses deux mains pour être un peu plus détendu. Il espérait qu’ils passeraient un bon moment sans trop se prendre la tête sur cette soi-disant magie. Il se demandait s’ils allaient être impressionnés ou pas. Mais l’angoisse lui nouait les tripes. Il se plaisait bien à être un moldu pour la journée, l’idée de retrouver la magie ne le rendait pas très tranquille. Il ferma les yeux en essayant de se dire que c’était juste un spectacle pour enfants, que sa peur était irrationnelle, que face à eux, ce ne serait que des moldus et des trucages. « Tu crois qu’ils vont faire disparaître un moldu ? Ou scier quelqu’un en deux ? » Maddox avait peut-être lu deux ou trois articles sur la magie moldue. Si le tour ratait, est-ce que le moldu se vidait de son sang sur scène ? Il eut un frisson à cette idée.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1322 Gallions : 581 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

Je n'avais jamais réellement réalisé que la gourmandise était un des pêchés capitaux dont la nature m'avait dotée en plus de la curiosité. J'ai toujours bien assumé ce dernier trait de caractère mais je réalise que le premier au fond n'est que très récent. Je suis animée par un besoin plus grand de satisfaire ma faim, ma faim spirituelle, ma faim sociale, ma faim de rêve. Je suis insatiable comme habitée de nouveaux désirs que je ne me connaissais pas, que je ne maîtrise pas vraiment. Je ne me comprends pas toujours au fond car je me sens changer, évoluer vers une autre version de moi-même. Meilleure ou pire? Je n'en ai aucune idée mais je sais que j'éprouve des envies d'un nouveau genre. Je suis animée par ce besoin irrépressible de me sentir vivante, de me sentir complète et épanouie. Je suis affamée de vie en fait et cette gourmandise qui vient envoûter mon âme est en lien direct avec ce besoin vital. Je n'ai jamais réellement profité de la vie. Je ne me suis plus sentie jeune depuis une éternité. Je crois que je me suis sentie mûre trop jeune, vieille avant l'âge. Et aujourd'hui, je suis animée par la volonté de retrouver cet élan du cœur vers l'amusement et les petits plaisirs. Je désire sentir mon âme renaître dans un corps nouveau. Le parc d'attraction est quelque chose d'innocent dans cette recherche de réjouissances mais je me rends compte que partager du champagne c'est tout différent. Un contexte plus intimiste mais aussi bien plus adulte. Là notre plaisir est tout enfantin : la vitesse, les manèges à sensations, tenues décontractées, gaufre. Tout est totalement innocent. Mais qu'en sera-t-il autour d'une coupe de champagne? Ambiance plus intimiste, tenues plus sensuelles, une proximité renforcée par l'ivresse... Tout sera tellement plus affirmé et je crois que sa main dans la mienne a déjà un petit côté ambigu alors je me demande ce que ça donnerait. L'idée est lancée mais pourquoi y penser? Nous avons le temps si jamais nous concrétisons ce moment. Je souris un peu rêveuse. « Ce sera une première expérience exceptionnelle, je sais que tu es la bonne personne pour partager ce moment. » Je ne peux retenir cette étincelle d'excitation alors que je sens que si je m'en donne les moyens, je pourrais enfin ressentir la satisfaction d'avoir réellement vécu ma vie à fond. Je pose aujourd'hui une première pierre à l'édifice de demain, je me donne un nouvel élan et je dois avouer que j'éprouve la sensation que mon cœur bat plus vite. Je crois que je me sens plus proche de moi-même , la vraie, celle qui vit en moi tapie dans un coin depuis toujours, plus moi-même que jamais auparavant.

Je voudrais pouvoir dire que je suis surprise par ses mots mais je sais ce que Maddox doit subir à la maison. Je n'ignore rien de ce que cela représente. Je me doute que s'il le pouvait, il ne rentrerait même pas du tout. Je crois que ce serait mieux pour lui. Si seulement... Si je pouvais, je lui aurais proposé de venir se réfugier chez moi mais mon père n'est pas un modèle. Je ne veux pas que mon ami ne s'inquiète pour ce que je peux ressentir chez moi même si mon père n'a jamais levé la main sur moi. Je ne veux pas qu'il devine combien l'environnement à la maison est asphyxiant et que j'étouffe là-bas. Mais en plus, je crains une colère noire de mon père si je devais lui imposer quoique ce soit de plus que ma présence qu'il semble le plus souvent à peine tolérer. Et une petite voix me suggère que ce serait encore pire de ramener un GARÇON dans ma chambre. Il pourrait imaginer que nous... rien que l'idée me fait rougir car je suis terriblement loin de pouvoir juste envisager cette idée totalement loufoque. « Mon père non plus ne m'attend pas vraiment, il ne remarquera sans doute même pas si je suis rentrée ou non. » Triste réalité mais pourtant, en cet instant précis, elle ne m'affecte pas. Je ne suis pas blessée par l'indifférence de mon père. Je m'en fous complètement en fait. Je pourrais même concéder que cela m'arrange car je n'ai aucune pression pour rentrer, aucun couvre feu à respecter et je suis donc totalement libre de profiter de ce moment jusqu'à la dernière minute. Alors que je viens de le remercier pour le cadeau qu'il me fait en étant ici avec moi, je dois avouer que l'enchaînement des choses. Je ne saurais expliquer concrètement comment tout se déroule mais le résultat me fait monter instantanément le rouge aux joues. Nos lèvres ne se touchent qu'une fraction de secondes avant que je me redresse un peu mal à l'aise. Je ressens une douce chaleur alors que je réalise ce qui vient de se produire. Mon cœur bat plus vite et mes jambes semblent soudain faibles, presque trop faibles pour pouvoir me soutenir. Je dois avouer que j'en suis surprise. Je ne m'attendais pas à ressentir de telles sensations qui viennent me chambouler intérieurement avec une telle force. Je suis bouleversée mais aussi j'ose à peine relever la tête. Et s'il pensait que j'avais prémédité mon coup. Pendant quelques minutes, le silence règne entre nous, un peu pesant. Je crois que j'aurais voulu disparaître dans un trou. Mais je sens une pression un peu plus forte sur ma main et je le regarde avec énormément de reconnaissance. Il fait comme si rien ne s'était passé et c'est plus simple pour moi de faire comme si à mon tour.

« Oui il faut pas rater le spectacle. » Je reste silencieuse alors que nous nous dirigeons vers le lieu du spectacle. Je ne peux nier ce que j'ai éprouvé à ce contact fugace mais je ne suis pas encore prête à franchir ce pas. Je tiens à Maddox, c'est indéniable mais cette nouvelle dimension entre nous, je ne suis pas certaine. Je ne veux pas qu'elle nous coûte notre amitié. Je ne veux pas qu'elle m'arrache Maddox. Nous marchons et je suis un peu perdue dans mes pensées en proie à de vives émotions que je ne contrôle pas me plaisant à divaguer et imaginer un autre baiser... dans de meilleures conditions... avec la volonté de s'embrasser. L'idée n'est pas totalement déplaisante, bien du contraire et je dois me l,avouer même si ça m'en coûte. Nous arrivons dans la salle et je retrouve mon sourire mais aussi je reviens du monde de mes pensées à l'instant présent. Je sens l'excitation monter à l'idée du spectacle. Je le regarde les yeux brillants contente que d'ici on voie très bien mais que nos bavardages ne soient pas trop dérangeant. « Je n'ai aucune idée de ce que l'on peut s'attendre à voir mais je meurs d'impatience de découvrir. » Le silence s'installe dans la salle alors que le spectacle commence. Je regarde la scène avec beaucoup d'attention en serrant la main de Maddox pour y puiser de l'assurance. Il est assez clair que c'est essentiellement un jeu d'illusions mais ça fait tellement rêver que je ne peux que ressentir une myriade d'émotions et de sensations. Je suis totalement envoûtée par le spectacle et je ne vois pas le temps passé. Soudain une lumière balaie la foule et je ne peux m’empêcher de murmurer « Ils vont choisir quelqu'un. » Je tremble un peu mais autant de peur que d'excitation alors qu'il y a eu des tours de cartes, le fameux tour d'un moldu scié en deux, la pièce qui disparaît. Il y a des jeux de lumière assez impressionnant pour donner de l'intensité. Je dois avouer que j'étais attendrie quand un lapin est sorti du chapeau. Puis l’envolée de colombes étaient magnifiques mais là, je sursaute quand la lumière se fige exactement là où Maddox et moi nous trouvons. Je pâlis mais je souris à Maddox. « Oh mince, fallait que ça tombe sur nous. Je... Je vais y aller, je sais que ce serait plus dur pour toi. Je vais vite revenir. Je te promets de ne pas disparaître longtemps. N'oublie pas que je suis une héroïne aujourd'hui et que ma main retrouvera vite la tienne pour un soutien inconditionnelle. » Je ne suis pas aussi assurée que je veux le faire croire alors que la voix du magicien se fait entendre. « Nous avons donc une demoiselle volontaire, rejoignez-nous sur scène. » Je me lève avant d'agir comme une automate. Je ne saurais dire combien de temps s'écoule avant que finalement je ne puisse réapparaître aux yeux de la salle. J'ai l'impression que ça a duré une éternité et je tremble un peu alors que je rejoins Maddox encore un peu sous le choc. Je dirais pas non à un câlin réconfortant mais je me contente de m'asseoir et venir serrer très fort sa main murmurant un peu bouleversée. « Est-ce que tu vas bien? » Je m'en veux tellement de l'avoir abandonné, l'avoir laissé seul dans la pièce. Nous devions vivre cette expérience ensemble mais le destin nous a séparés un court instant à mon plus grand désespoir. Je tourne la tête vers lui cherchant dans l'obscurité à voir comment il a vécu cela, ce qu'il ressent et pense. Je lui souris très doucement essayant de capter un indice sur ce qu'il pense en cet instant précis dans son attitude mais je dois avouer que je suis assez sceptique incapable de découvrir réellement ce qui peut se dérouler dans sa tête. Je prie mentalement pour que le sort ne soit pas venu à briser notre moment de parfait partage car je crois que j'en ressentirais de la peine. Mais j'ai un peu plus hâte que le spectacle finisse et pouvoir respirer l'air frais puis se poser dans un coin tranquille pour récupérer de ce moment à la fois magique et troublant, vivifiant et effrayant.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Maddox Berkeley
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 2e année de GISIS Médecine magique
Célébrité : Matthew Daddario
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 1524 Gallions : 854 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1334-if-i-don-t-see-it-it-doesn-t-ex http://www.mumblemumps.com/t1340-maddox-liens-rp http://www.mumblemumps.com/t1433-maddox-je-vous-presente-chouette http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

La magie, une pratique fondée sur la croyance en l’existence de pouvoirs surnaturels. Maddox avait longtemps rêvé de ces pouvoirs avant même d’apprendre qu’il était sorcier. De nombreux livres évoquaient la magie. Avec le recul, il se demandait combien de ces livres avaient été écrits par des sorciers ou par des moldus dotés d’un peu trop d’imagination. Peut-être que certains d’entre eux avaient des enfants sorciers, des enfants comme lui, nés dans une famille sans antécédents. « Ce sera une première expérience exceptionnelle, je sais que tu es la bonne personne pour partager ce moment. » Maddox était heureux d’être cette personne pour Hope. Le brun espérait continuer à être à la hauteur de ses exigences. Jusqu’à la fermeture du parc, ils allaient continuer à s’amuser et à oublier tout le reste. Personne n’attendait Maddox chez lui. « Mon père non plus ne m'attend pas vraiment, il ne remarquera sans doute même pas si je suis rentrée ou non. » Un sourire un peu triste s’afficha sur son visage. Tous les deux, ils n’avaient pas eu beaucoup de chance dans la loterie des parents. Il aimerait pouvoir choisir ses parents. Il aurait tellement aimé pouvoir les remplacer par d’autres. Il s’imaginait ce qu’aurait été une vie avec des parents aimants et acceptant ses pouvoirs. Il aurait aimé avoir leur soutien. Et pourquoi pas, des frères, des sœurs. Au moins, il avait Flynn. Il avait hâte de le retrouver à la rentrée, s’ils ne pouvaient pas se voir avant. Sa présence lui avait toujours été rassurante et il avait besoin de lui. Mais là, tout de suite, Maddox n’avait besoin que d’Hope. Quand leurs lèvres se touchèrent, il eut peur que leur relation aujourd’hui si légère en soit affectée. Heureusement, il eut la bonne réaction en évitant justement de trop y réagir. S’ils en arrivaient un jour à vouloir s’embrasser, ils le feraient au bon moment. « Oui, il ne faut pas rater le spectacle. » Très vite, les jeunes adultes se dirigèrent vers la salle et réussirent à avoir une bonne place. Maddox n’était pas très rassuré. Il s’accrochait à la main d’Hope et attendit le début du spectacle. « Je n'ai aucune idée de ce que l'on peut s'attendre à voir, mais je meurs d'impatience de découvrir. » Le né moldu acquiesça, nerveux. Il n’était plus si impatient. Il n’en dit rien. Le rideau se leva et le silence se fit. Maddox ne s’attendait pas à grand-chose, mais il fut émerveillé par deux ou trois tours. Jusqu’au moment où une lumière se mit à balayer la foule et son cœur se mit à battre de plus en plus fort. Il ne savait pas trop ce qui était en train de se passer, mais il n’aimait pas l’excitation qu’il pouvait ressentir dans la salle. « Ils vont choisir quelqu'un. » Expliqua Hope au garçon. Il serra un peu plus la main d’Hope. Depuis quand il y avait des pièges dans les spectacles ? On ne pouvait pas tout simplement venir voir tranquillement une performance sans qu’on ne les dérange ? C’est quoi, cette histoire de choisir quelqu’un ? Stressé, il avait envie de fuir immédiatement. En plus, le sorcier avait comme une désagréable intuition.

Comme par hasard, la lumière s’arrêta pile sur eux et Maddox espérait ne pas avoir broyé la main d’Hope quand il avait sursauté. Non, il n’irait pas. Il baissa instantanément les yeux vers ses pieds. « Oh mince, fallait que ça tombe sur nous. Je... Je vais y aller, je sais que ce serait plus dur pour toi. Je vais vite revenir. Je te promets de ne pas disparaître longtemps. N'oublie pas que je suis une héroïne aujourd'hui et que ma main retrouvera vite la tienne pour un soutien inconditionnel. » Hope lâcha la main de Maddox et quand il leva les yeux, il vit tous les regards tournés vers eux et l’angoisse le rattrapa alors qu’il la regarda se lever. Pendant quelques secondes, il se sentit abandonné. « Nous avons donc une demoiselle volontaire, rejoignez-nous sur scène. » Maddox regarda Hope s’éloigner avec une certaine angoisse. Il se sentait maintenant seul au milieu de la foule, mais tout le monde avait les yeux rivés sur la scène. « Qu’elle est jolie. » S’exclama une voix féminine au rang derrière Maddox. Un sourire lui échappa. Peut-être qu’ils ne risquaient rien, après tout. Il essaya de se détendre et d’apprécier ce qu’il voyait. Il était fier d’être celui qui accompagnait cette si jolie fille sur scène. Et puis, tout s’était bien déroulé dans le spectacle jusqu’à présent, il n’y avait aucune raison pour qu’il lui arrive quelque chose. Il garda les yeux fixés sur Hope jusqu’à… ce qu’elle disparaisse et qu’il la perde de vue. Nerveux, il attendait le moment où elle allait réapparaître. Le magicien fit croire qu’il ne savait pas où elle était. Il fit semblant de rater une ou deux fois son retour, pour faire trembler la salle. Mais le moins tranquille dans l’histoire, c’était Maddox. Il avait envie de se lever et de jeter un sort pour la retrouver. Heureusement, elle finit par réapparaitre. Le brun sursauta quand une main se posa sur son bras. « Excusez-moi… je ne vois plus. » Dit la même voix que précédemment. Le sorcier réalisa alors qu’il s’était levé. Il se dépêcha de s’asseoir avant qu’Hope ne le voit et se demande ce qu’il faisait. La jolie rousse retourna à sa place sous les applaudissements du public. En arrivant, elle reprit sa main. Elle avait l’air un peu déboussolée et bouleversée. « Est-ce que tu vas bien ? » Maddox essaya de ne pas montrer à quel point il s’était inquiété pour elle. C’était complètement idiot, elle n’avait pas risqué sa vie, mais il avait eu peur qu’elle ne revienne pas. « C’est plutôt à moi de te poser cette question, c’est toi qui a disparu. » Hope semblait contente de le revoir. Avait-elle eu peur, seule où elle était cachée ? Il se demandait ce qu’elle avait pu ressentir. Il répondit à son sourire pour tenter de la rassurer. Il irait bien. Il pouvait très bien s’en sortir seul. Il ne dépendait pas d’elle. A cette réflexion, il se demandait ce qu’il allait ressentir ce soir quand ils se quitteraient. Il ne voulait pas la quitter et en avait déjà une boule au ventre.

Après le spectacle, Hope et Maddox se levèrent pour quitter la salle, marchant lentement entre tous les gens qui avaient eux aussi assistés au spectacle. Ils marchaient main dans la main, encore. Cette fois, Maddox ne laisserait plus personne les séparer. Au fond de lui, il aurait aimé qu’Hope ne le quitte pas, qu’elle n’aille pas sur scène. Il avait trouvé qu’elle avait l’air bien trop pressée de le quitter et il avait un peu eu mal au cœur. Un fois dehors et seuls, l'Anglais lui demanda : « Alors, raconte-moi. Où tu étais ? Qu’est-ce que tu as ressenti ? » Maddox était curieux et il ne pouvait pas en vouloir à Hope. Elle avait eu raison de tenter l’expérience. Elle était brave, il l’admirait. Lui n’aurait pas été capable d’y aller. Aujourd’hui, c’était sa journée, elle faisait ce qu’elle voulait. Il devait être fier d’elle. « Mais surtout, est-ce que je t’ai manqué ? » Demanda-t-il avec un air sérieux. Avant de se mettre à rire, gêné. Il n’était bien sûr pas sérieux, même s’il aurait aimé qu’elle dise oui. « Je plaisante. » Ajouta-t-il très vite. Il regarda autour d’eux et se dit qu’un peu de marche leur ferait du bien. Ils pourraient ainsi admirer les décors du parc. La matinée était passée si vite qu’il n’avait même pas remarqué qu’il était déjà bientôt l’heure du repas de midi. Et c’est aussi à une vitesse folle que se déroula le reste de l’après-midi. En fin d’après-midi, après le repas du midi qui fut assez léger finalement, il eut envie d’un peu de sucré. « Une pomme d’amour, ça te dit ? » Elle lui en avait parlé plus tôt dans la journée et il n’avait pas oublié. Si elle n’avait pas très faim, ils pourraient en partager une, ou bien en prendre une chacun. Il ignorait pourquoi une pomme d’amour était appelé pomme d’amour, il savait juste que c’était une pomme recouverte de sucre. Leur couleur donnait vraiment envie de croquer dedans. Maddox avait un faible pour le chocolat, mais il aimait aussi le caramel. Il se mit à rire doucement. « Tu vas me prendre pour un gourmand, mais bon, ça a l’air tellement bon. On a qu’à dire que ça fait partie de l’expérience parc d’attraction. » Il repéra très vite un stand où ils en vendaient. A Poudlard, lors des fêtes, il y avait parfois des pommes d’amour. Il se souvent en avoir vu lors des repas de la Saint Valentin. Il se demandait si Poudlard serait toujours pareil quand ils y retourneraient. Le soleil commençait doucement à descendre sur le parc. « Pas trop fatiguée ? » Demanda Maddox à la sorcière. Ils avaient beaucoup marché aujourd’hui et avaient parfois piétiné sur place lors des files d’attente. Ils avaient notamment beaucoup attendu pour faire une attraction assez célèbre sur un bateau et dans un décor assez inattendu. Il y avait eu deux ou trois chutes et Maddox avait eu plus peur que dans celle avec les loopings étrangement. Il ne faisait pas confiance aux bateaux, il n’aimait pas tellement être sur l’eau. Mais toutes ces émotions lui plaisaient et il avait déjà vite oublié le petit moment où il s’était senti abandonné. Hope avait très bien su se rattraper. Elle était parfaite. Maddox sortit de sa poche un petit porte-clé en forme de gaufre qu’il avait acheté dans une boutique du parc. Il avait trouvé que c’était le souvenir parfait et l’avait acheté pour elle. « C’est pour toi. Mais je comprendrais si tu n’en veux pas. » Peut-être que c’était un peu ridicule et qu’il n’aurait pas dû lui acheter un petit souvenir. Un porte-clé, c’était assez inutile et encombrant. Il attendit nerveusement qu’elle réagisse.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1322 Gallions : 581 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

Les émotions que j'éprouve sont tellement fortes que je suis incapable de les décrypter au fur et à mesure que je les éprouve. Tout va tellement vite, presque trop et je me sens totalement dépassée. Je pourrai affirmer sans une ombre d'hésitation que cette journée a été riche même si elle devait prendre fin en cet instant. Mais alors que je me prêtais au jeu du magicien, je ressentais encore plus d'émotions multiples dans un temps aussi court. Je pourrais dire que celles-ci sont à dominante positive mais ce serait un mensonge éhonté. Je crois même qu'en ce moment précis où seuls les sons dans la salle me parvenaient et que j'étais plongée dans L'obscurité, mes émotions étaient clairement axées sur la colère, le désespoir, la culpabilité. J'aurais simplement pu refuser, décliner l'offre. Mais quand les lumières des projecteurs sont braquées sur vous, vous paniquez et votre raison vous échappe. Totalement incapable de réfléchir et penser de manière logique, je ne me suis pas rendue compte que dire non était une possibilité. Je n'arrivais qu'à me dire que c'était lui ou moi alors j'ai voulu l'épargner. Courageuse? Pas tellement. Protectrice? Énormément. Mais alors que je suis seule avec moi-même, je prends conscience que je n'ai pas envisagé la possibilité de refuser tout simplement. Et je m'en veux car je me demande s' il ne perçoit pas cela comme une volonté de l'abandonner. Je craignais qu'il ne soit rongé par l'angoisse et l'inquiétude. Je m'inquiétais pour lui du plus profond de moi-même. Alors que je réalisais combien tout s'était emballé en moi sans que je me rende réellement compte de mes pensées affolées. Je croyais avoir été totalement vide mais alors que la question de Maddox me parvient, je me rends compte qu'au contraire mon esprit a fonctionné à vive allure. Je le regarde un instant avant de lui sourire très lentement, un peu timide mais surtout légèrement chamboulée. « Je crois que ça va mais c'était un peu trop intense pour moi, surtout... sans ta main pour me rassurer. » Je lui avoue cela avec une certaine gêne mais au fond ce n'est que la vérité. Je n'ai rien vécu de terrible mais le fait d’avoir été seule ne m'a pas aidée à bien le vivre. En fait, je n'ai même su apprécier l’expérience car tout ce que je voulais était de retrouver au plus vite Maddox. Je suis assez impatiente de pouvoir lui donner plus de détails mais aussi je ressens le besoin de m'excuser auprès de lui pour ne pas avoir su décliner. Sans doute, me dira-t-il que je n'ai aucune raison de m'excuser mais moi je suis animée par cette certitude que je suis responsable même si ce n'est pas totalement ma faute.

Je soupire de soulagement alors que nous retrouvons l'air frais. Ne plus me sentir enfermée m’enlève une sensation oppressante de sur les épaules. Je me tiens plus fort à sa main comme si je redoutais que quelqu'un ne vienne une fois de plus se mettre entre nous. Sa première question m'amène à chercher mes mots pour exprimer tout cela. Je ne sais pas très bien par où commencer mais tout cela est rapidement balayé par sa seconde question. Je reste un peu surprise mais cela vient alimenter ma crainte et je le regarde avec beaucoup de douceur riant un peu avec lui. Je suis tellement partagée par ce que je voudrais répondre mais je finis par suivre mon impulsion du moment et répondre la stricte vérité. « Oui tu m'as manqué. Vraiment. » Je souris gênée avant de rire un peu à mon tour. Je ne lui laisse pas vraiment le temps de réagir avant de reprendre rapidement pour ne pas laisser la moindre chance à un quelconque malaise de naître entre nous. « J'aurais préféré ne pas y aller. J'ai pensé que je pouvais refuser. Je voulais rester avec toi. Mais c'était une expérience étrange. J'ai eu peur puis je m'inquiétais un peu. J’avais hâte de te rejoindre, j'aime pas vraiment cela être sous tous les regards. Mais ce n'est qu'un jeu d'illusion en fait, juste une jolie supercherie. Cela donne l'illusion mais j'ai toujours été là. Je peux affirmer sans crainte qu'il n'y a nulle magie là dedans. » Je lui souris doucement alors que nous continuons de profiter des joies du parc d'attractions. Nous éprouvons le même plaisir, la même insouciance. On semble partager le même délire et rien ne nous oppose. À aucun moment, nous ne semblons être dans une impasse mais quand la question de la maison hantée revient dans le sujet. Spontanément, je décide que nous avons vécu bien assez d'émotions pour nous y aventurer. En plus, l'expérience de magie m'a laissée une étrange impression et je préfère les manèges sensationnels, rapides et hauts que le côté un peu surnaturel. J'ai trouvé Maddox tellement adorable dans la bateau et j'ai essayé de le rassurer même si moi-même j'avais un peu peur. Je n'ai pas osé lui avouer mais je crois que je me suis rendue compte que j'avais le mal de mer grâce à cette attraction. Je pense pas que je vais remonter sur un navire de si tôt dans ma vie. Je ne serai probablement jamais une adepte des croisières en tout genre. Je ne suis pas triste de trouver un peu de calme et de ralentir légèrement le rythme car je dois concéder qu’après autant de marche et parfois de surplace, mes pieds me rappellent qu'ils ne sont pas habitués à être autant sollicités. Je serais la plus heureuse des femmes si je pouvais enlever mes chaussures pour les mettre dans de l'eau froide et les laisser juste s'apaiser d'eux-mêmes. Je crois que je ferai cela en rentrant avant de fixer le ciel. Je sais parfaitement que le soleil ne viendra pas. Je devine d'avance ce que je vais éprouver au plus profond de mon être. Lentement, le vide et le manque prendront place dans mon cœur là où se logent actuellement les merveilleux souvenirs et la sensation d'être parfaitement en symbiose avec lui. Je risque de déprimer quand on se séparera mais l'impatience d'un autre moment me donnera l'espoir pour ne pas me laisser envahir trop fort par la tristesse. Je ralentis un peu le pas.

La proposition de Maddox me surprend et je le regarde un sourire heureux. Je retrouve instantanément ma joie de vivre à la perspective. « Oh oui une pomme d'amour. Tu as pas oublié que je voulais en manger une! » Il était si attentionné, si prévenant et je me sentais chanceuse d'être accompagnée par un jeune homme aussi parfait. « Mais ça en fait partie puis c'est bien de s'autoriser à un peu de gourmandise dans la vie. Je pense que c'est une excellente suggestion surtout qu'on sait désormais tous les deux combien je suis gourmande. » Je le suis jusqu'à un stand qui en vend avant de soupirer prise d'une nouvelle hésitation. « Oh non il y a trop de choix et je sais pas ce que je veux entre chocolat ou caramel. Mais avant tout, tu en veux une à toi tout seul ou tu crains que ce soit trop? » Un instant mon regard se porte vers la grande roue et je me dis que ce serait l'endroit parfait pour la savourer. Le soleil enflamma le ciel de couleurs toutes plus belles les unes que les autres. Il disparaîtrait bientôt et la nuit pourrait tomber. Les néons des attractions commençaient à s'allumer et je ressentais une certaine impatience à l'idée de bientôt pouvoir tenter l'expérience de la grande roue. Cette fébrilité me permit de répondre sans trop hésiter. « Non pas trop fatiguée, je ne veux pas renoncer à notre dernière attraction de la liste des à faire absolument. Je veux regarder les lumières du parc avec toi tout en haut de la tour et qui sait en savourant notre pomme d'amour. » Nous nous dirigeons vers la file. Mais alors que nous attendons, Maddox me surprend. Je le regarde me tendre le petit porte clé et l'émotion me monte instantanément à la gorge. Je sens mon cœur fondre et la main un peu tremblante je m'en saisis. Je ne peux rien cacher de ce que je ressens alors que je fixe le petit souvenir le regard brillant et ému. Je ne sais pas du tout comment le remercier. Spontanément, je viens le serrer passant mes bras autour de son cou et venant poser un baiser sur sa joue. Dans le feu de mes réactions, je ne pense pas à la dernière fois où j'ai voulu poser un baiser sur sa joue. Je suis réellement touchée par son geste mais je me détache rapidement pour ne pas le mettre mal à l'aise serrant dans ma main mon précieux cadeau. « Merci du plus profond du cœur Tu es un ami en or. C'est vraiment le cadeau souvenir plus que parfait. » Ma voix tremble un peu sous le coup. Je n'en reviens pas. Je crois qu'il ne se rend même pas compte combien il incarne la perfection. Il y a en lui tant de bonté et de beauté, tant de douceur et de générosité que c'est tout simplement impossible selon moi de résister à son charme. Je me dis que si tout avait été différent, peut-être aurions nous pu devenir plus? Je ne dis pas que je serais capable de le repousser mais je n'ai pas assez d'assurance pour pouvoir oser prendre les devants et lui exprimer combien tout ce que nous venons de partager est une richesse bien supérieure aux nombreux trésors de ce monde. Je fixe à nouveau la gaufre miniature. « Jamais je n'oublierai cette expérience, ce porte clé me rappellera combien j'ai de la chance. » Je me sens tellement privilégiée alors que je n'ai rien fait pour mériter cela. Mais je veux continuer de simplement savourer ce que nous partageons. Je ne veux pas que cette journée prenne fin, je voudrais qu'elle continue encore, de manière inlassable. Je sais qu'aujourd'hui, je trouve ma vie belle grâce à lui.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Maddox Berkeley
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 2e année de GISIS Médecine magique
Célébrité : Matthew Daddario
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 1524 Gallions : 854 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1334-if-i-don-t-see-it-it-doesn-t-ex http://www.mumblemumps.com/t1340-maddox-liens-rp http://www.mumblemumps.com/t1433-maddox-je-vous-presente-chouette http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

« Je crois que ça va, mais c'était un peu trop intense pour moi, surtout... sans ta main pour me rassurer. » Répondit Hope quand Maddox lui retourna la question. Les joues du garçon prirent une légère teinte rosée, qu’elle ne pouvait probablement pas voir dans la pénombre de la salle. Il serra un peu plus la main de la jolie rousse. Elle venait de vivre une aventure qu’il n’aurait même pas osé vivre. Il était à la fois fier et inquiet, même s’il se remettait peu à peu de ce sentiment d’abandon qu’il avait ressenti. Il admettait qu’il n’aurait pas dû ressentir une telle sensation, elle était libre de faire ce qu’elle souhaitait. Il répondit d’un simple sourire. Une fois à l’extérieur, curieux, Maddox lui demanda plus de détails. « Oui, tu m'as manqué. Vraiment. » Avait répondu la jeune femme quand il lui avait demandé si c’était le cas. S’en suivit deux sourires gênés des deux jeunes, mêlés à des rires. Il n’aurait peut-être pas dû lui poser cette question embarrassante sur le ton de la plaisanterie, mais il était heureux d’avoir eu cette réponse. « J'aurais préféré ne pas y aller. J'ai pensé que je pouvais refuser. Je voulais rester avec toi. Mais c'était une expérience étrange. J'ai eu peur, puis je m'inquiétais un peu. J’avais hâte de te rejoindre, j'aime pas vraiment cela être sous tous les regards. Mais ce n'est qu'un jeu d'illusion en fait, juste une jolie supercherie. Cela donne l'illusion mais j'ai toujours été là. Je peux affirmer sans crainte qu'il n'y a nulle magie là-dedans. » Maddox répondit par un sourire un peu triste. Elle avait l’air d’avoir assez mal vécu l’expérience et il avait envie de la serrer dans ses bras pour la réconforter, mais il ne fit rien. Il avait déjà sa main dans la sienne, c’était suffisant. Il se surprit quand même à vouloir un tel geste de tendresse alors qu’habituellement, il les évitait. Hope était une jeune fille spéciale, elle lui donnait envie de la protéger quand elle avait peur. Il faut dire qu’il avait rarement eu autant d’attention depuis très longtemps et qu’il ne boudait pas son plaisir. Il profitait de ces instants de tendresse, sachant qu’ils disparaitraient bientôt. C’était comme un rêve éveillé, une illusion en soi. Ce qu’ils vivaient, était-ce comme ce spectacle, une supercherie ? Il espérait sincèrement pouvoir rester proche d’Hope après cette journée, tout en ignorant ce qui se passerait les semaines suivantes. « L’illusion était pourtant parfaite, j’ai vraiment cru que tu avais disparu. Je suis bête. » Dit-il tout en rigolant, essayant de ne plus pendant à la suite mais à l’instant présent. Il ressentait encore la panique, se trouvant idiot d’y avoir cru. Les moldus étaient forts, parfois. Ou peut-être qu’il s’angoissait pour rien. Les sorciers continuèrent ensuite leur visite du parc. Ils s’amusèrent, mais la fatigue se fit ressentir un peu plus tard dans la journée.

« Oh oui, une pomme d'amour. Tu as pas oublié que je voulais en manger une ! » S’exclama Hope quand il lui proposa de faire une pause autour de cette sucrerie. Comment aurait-il pu l’oublier ? Il avait lui aussi très envie d’en manger une. Ils se devaient de vivre l’expérience du parc d’attraction de fond en comble. « Mais ça en fait partie, puis c'est bien de s'autoriser à un peu de gourmandise dans la vie. Je pense que c'est une excellente suggestion, surtout qu'on sait désormais tous les deux combien je suis gourmande. » Un large sourire éclaira le visage du garçon. En effet, il savait qu’Hope était une gourmande. Ils faisaient la paire dans ce cas. Il se découvrait une gourmandise qu’il n’avait jamais vraiment soupçonné. Aujourd’hui, tout était permis. Il observa avec envie les différents choix. « Oh non, il y a trop de choix et je sais pas ce que je veux entre chocolat ou caramel. Mais avant tout, tu en veux une à toi tout seul ou tu crains que ce soit trop ? » Maddox se mit à rire. Le parc d’attraction faisait exprès de proposer tous ces choix pour donner envie et pour que les clients dépensent encore plus d’argent. La délicieuse odeur qui s’échappait du stand en était la preuve. Ceux qui passaient à côté du stand ne pouvait pas ignorer leurs gourmandises. « On partage ? » Demanda-t-il à Hope avec le cœur qui bat. Il avait bien aimé partager la gaufre avec elle, même s’il ne l’avait pas dit, et il ne voyait aucun mal à partager une pomme d’amour avec elle. Et puis s’ils avaient encore faim après, ils pourraient toujours acheter autre chose. Il lui demanda si elle n’était pas trop fatiguée de sa journée. « Non pas trop fatiguée, je ne veux pas renoncer à notre dernière attraction de la liste des à faire absolument. Je veux regarder les lumières du parc avec toi tout en haut de la tour et qui sait en savourant notre pomme d'amour. » "Notre" pomme d’amour. Maddox se mit à sourire. Il était d’accord avec elle, il voulait aussi aller dans la grande roue. Ils se l’étaient promis, ils feraient la grande roue en dernier. Même s’ils étaient fatigués, il n’avait pas envie d’arriver à la fin de cette journée. Dans la file, le Serdaigle sortit de sa poche un petit souvenir qu’il avait acheté pour Hope, justement, une gaufre en porte-clé. Ce n’était pas grand-chose, mais il espérait pouvoir lui faire plaisir. Maddox avait eu peur, pendant quelques secondes, qu’elle ne veuille pas de son cadeau. C’était une peur tout à fait irrationnelle. Il n’y avait aucune raison pour qu’elle le refuse. Justement, elle s’en saisit et avait l’air vraiment très émue.

Parfois, il y a des gestes auxquels on ne s’attendait pas. Quand Hope s’approcha de Maddox pour le serrer dans ses bras, il ne s’y attendait pas. Et son esprit non plus puisqu’il repensa instantanément au moment où leurs lèvres s’étaient croisées plus tôt dans la journée, surtout quand elle lui déposa un baiser sur la joue. Cette fois, personne n’était là pour la pousser et ses lèvres atterrirent au bon endroit. Maddox se surprit alors à penser qu’il aurait aimé qu’elle l’embrasse sur les lèvres. Une pensée un peu indigne d’un ami, il l’écouta ensuite le remercier : « Merci du plus profond du cœur. Tu es un ami en or. C'est vraiment le cadeau souvenir plus que parfait. » Un ami en or, c’était tout ce qu’il représentait pour Hope. Il sourit chaleureusement, ses paroles lui faisaient beaucoup de bien. Il ne s’attendait pas à ce qu’un simple porte-clé lui fasse si plaisir. Il était très touché lui aussi par tant de bonheur et d’enthousiasme. Et puis, c’était Hope, s’il la voyait sourire, il était heureux. « Jamais je n'oublierai cette expérience, ce porte clé me rappellera combien j'ai de la chance. » A nouveau, Maddox fut très ému par les mots d’Hope. La jolie rousse disait qu’elle avait de la chance de l’avoir pour ami ou bien d’avoir passé une bonne journée, mais peu importe ce qu’elle voulait dire, il comprenait. Il comprenait parce que lui aussi, il ressentait exactement la même gratitude. « C’est moi qui ait de la chance de t’avoir pour amie. » Répondit-il juste avant qu’ils arrivent à la tête de la file pour acheter une pomme d’amour. Maddox choisit une pomme au caramel, la plus classique des pommes d’amour, avec une magnifique couleur rouge. Ils s’éloignèrent ensuite, en direction de la grande roue. La nuit était presque tombée et c’était le moment parfait pour monter dans la roue et observer les lumières qui s’étaient allumées et le coucher du soleil s’il n’avait pas totalement disparu. Maddox tenait d’une main la pomme d’amour et de l’autre la main d’Hope. Il se dit que s’ils mangeaient la pomme d’amour là-haut, ils allaient avoir du sucre partout. Mais ce n’était pas très grave, ils auraient encore une chose de plus à se raconter quand dans des années, ils se souviendraient de ce qu’ils avaient vécu ce jour-là. Car oui, Maddox espérait toujours être l’ami d’Hope dans quelques années. Et c’était une journée qu’il n’oublierait jamais.

« Tu crois qu’elle mesure combien cette roue ? » Demanda Maddox quand ils arrivèrent au pied de la grande roue. D’en bas, elle paraissait immense. C’était la première fois qu’il allait monter dans une grande roue, même s’il y en avait une très célèbre à Londres qu’il avait aperçu, il n’était jamais monté dedans. Son cœur battait sensiblement plus fort parce qu’il se demandait ce qu’il allait ressentir. A moins que ce soit les battements du cœur d’Hope qu’il sentait s’accélérer dans sa main. Maddox lui fit un sourire pour la rassurer, ou pour se rassurer lui-même. Quand ils montèrent à bord de la nacelle, Maddox s’installa sur le petit banc face à Hope. Il fut surpris de voir que la cabine bougeait et espérait qu’elle était bien solide. Il n’était pas très rassuré. C’était une sensation vraiment différente du grand-huit. De plus, le sol de la nacelle était une vitre, ils pouvaient voir en bas, comme sur les côtés. « T’as vu, ils nous ont mis dans la nacelle Serdaigle… » En effet, elle était bleue alors que les autres avaient d’autres couleurs. C’était une belle coïncidence, Maddox rigola un peu et commença à se détendre en constatant que la montée était très lente et que seul le vent les faisait bouger. « A toi l’honneur. » Dit-il en tendant à Hope la pomme d’amour pour qu’elle croque dedans. Quand elle en prit une bouchée, il en fit de même quelques secondes plus tard. Sans surprise, la pomme d’amour était délicieuse. Mais elle l’était peut-être d’autant plus parce qu’il la partageait avec une très belle fille dans un si beau décor, ce qui ajoutait encore un peu plus d’éclats à la magie de cette amitié.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1322 Gallions : 581 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

Avant que nous ne reprenions notre exploration du parc, alors que nous savourions un moment de calme après l'aventure qu'avait été le spectacle de magie. La gêne entre nous provoquée autant par sa question que par mon aveu se disperse rapidement. Je me rends compte que les moldus sont ingénieux pour jouer sur les apparences, ils sont trompeurs et je m’interroge un instant me demandant si c'est un art typiquement moldu ou si tous nous sommes doués pour tromper les autres sous une apparence loin de la réalité. Je crois que c'est le propre de la nature humaine mais ils ont eu le génie de l'exploiter pour émerveiller les regards. Pourtant, je n'avais pas aimé mon expérience outre mesure et je crois que je ne m'oserais pas à revivre celle-ci si l'occasion devait m'en être donnée à nouveau. Mais dans ce monde d'illusions et de mensonges, je me disais qu'il y avait une chose qui symbolisait la sincérité et la pureté des émotions : ma relation avec Maddox. Je pensais à nos échanges de courriers qui respiraient l'honnêteté et une certaine complicité. Il y avait cette aisance dans nos rapports qui me réconfortaient au plus profond de moi. Je ne me posais aucune question pour savoir comment agir, je laissais ma spontanéité me guider vers lui. Innocemment, je prenais sa main pour y trouver du réconfort. Je ne pensais pas vraiment au côté ambigu, enfin si mais je ne le laissais pas ma paralyser. C'était doux et tendre de profiter du moment avec lui. Mon cœur semblait empli d'un amour purement amical et d'une joie sincère. Je savais que tout ce qui se déroulait aujourd'hui était totalement vrai et ça me rassurait. Je plisse un peu le nez en une moue désapprobatrice avant de dire avec conviction. « T'es pas bête, t'en es même l'opposé. » Une affirmation prononcée sans une once de tremblement dans la voix, je n'en doute même pas une seule seconde et je refuse qu'il pense une chose si dévalorisante à son sujet. Je comprenais la peur et la panique qu'il avait éprouvé. Il en aurait ri lui-même s'il n'y avait pas ce passé qui le hante. Je savais que les souvenirs douloureux de cette année ne pourraient pas disparaître en un claquement de doigt. Mais il n'y avait pas de place pour l'apitoiement aujourd'hui. Le passé n'existait pas pendant l'espace de quelques heures. Il s'estompait. La gaieté était revenue alors que la journée s'écoulait créant un sentiment de fatigue bienheureux. J'adorais ce sentiment de fatigue né de la beauté parfaite de cette journée. En cet instant, je pouvais espérer trouver le sommeil dans la paix. J'espérais sombrer bercée par les images magnifiques qui seraient des souvenirs que je pourrai chérir.

Il y avait en ce lieu, tant de petits bonheurs offerts. Il regorgeait de petits plaisirs à partager ou à savourer en solo. Mais la pomme d’amour qui me faisait envie depuis le matin même, qui devait être en quelque sort le clou de ce moment, j'avais envie sincèrement de la partager avec lui. Il y avait un tel choix et je ressentais un profond soulagement de laisser Maddox trancher pour nous. Je regardais la pomme nappée de caramel, la couleur brillante, le rouge parfait. Je sentais l'eau me monter à la bouche instantanément. Cette sensation chasse la gêne qui est venue rougir mes joues quand j'ai repensé à notre faux baiser devant les toilettes. Une partie de moi a presque désiré qu'à nouveau, il y aie un contact entre nos lèvres. J'aurais voulu que cette fois il soit choisi. Je n'en reviens pas d'éprouver un tel désir mais Maddox provoque un affolement dans ma poitrine, il fait virevolter des papillons dans mon ventre. Je ressens le chatouillement créé par leurs battements d'aile. Je frissonne. Je crois que j'ai eu un coup de cœur pour lui aujourd'hui mais je me refuse à y songer car rien ne peut se passer. Nous ne sommes qu'amis et je doute qu'il ne pourrait jamais y avoir réciprocité de mes sentiments. Je ne suis clairement pas assez intéressante pour captiver une personne aussi exceptionnelle que Maddox. Je ne dois me laisser aller à cette douce rêverie. « Oui partageons, j'aime partager avec toi. J'aime que ce soit comme un nous. » Un aveu qui peut sembler à double sens mais il l'est en quelque sorte. Je souris timidement mais nous quittons le stand et il n'a pas vraiment le temps d'analyser le sens de mes mots.

Nous marchons d'un pas tranquille mais aux pieds de la grande roue, j'ai comme un sentiment de vertige. Je la fixe alors qu'elle tourne lentement, tranquillement. Elle me semble tellement immense et mon cœur s'affole un peu plus. Il bat tellement vite alors que l'excitation et la peur forment un mélange détonnant. Je suis sous le charme des lumières posées sur l'armature métallique toute entière. Je suis surprise par sa lenteur quand tout ici semble aller à une vitesse démentielle. Je suis captivée par l'impression que chaque nacelle offre un petit cocon à ses occupants. D'ici en bas, il est impossible de savoir ce qui se passe dans chaque petite capsule. Je suis tellement impressionnée que je ne réalise les mots de Maddox qu'après de longues minutes et je glousse un peu. Je finis par m'exclamer laissant transparaître ma fébrilité dans ma vois légèrement plus aiguë. « Je crois qu'elle doit faire des kilomètres de haut. Elle semble immense que je me sens ridiculement petite. Je crois que je suis minuscule, en fait comme une fourmis ou une petite souris devant un chat. » Je n'ai pourtant pas peur. Je sens le sang de Maddox qui bat dans sa main que je ne lâche pas. Elle est un rempart contre tout ce qui peut m'effrayer. Je souris heureuse alors que je prends place face à lui. Je rigole un peu. « Il a dû deviner que c'était notre couleur, elle nous symbolise. » Ce petit détail me paraît rassurant, comme un signe du destin pour me rassurer que rien ne peut arriver ici. Nous sommes protégés du monde extérieur ici. Je souris doucement avant de regarder la vue. Je crois que mon cœur bat encore plus vite mais dans cette position, je suis obligée de lâcher la main de Maddox. Je me sens un peu moins rassurée. Il me tend la pomme et timidement je croque dedans fermant les yeux en gémissant alors que la goût délicieux et succulent prend possession de mon palais. « Oh mon dieu c'est une tuerie. » Je la lui tends pour lui laisser y goûter à son tour. Je regarde la distance grandir entre nous et le sol mais nous ne dominons pas encore totalement le parc même si la majestuosité du spectacle commence à s'imposer à mes yeux émerveillés. « Dis Maddox, je peux venir près de toi? Il y a assez de place et je veux voir la même chose que toi en même temps. » Ma voix est timide comme mon regard qui se pose sur lui. J'essaie de bouger lentement pour ne pas faire trop bouger la nacelle m'installant à ses côtés quand il m'a donné son accord. Je croque à nouveau dans la pomme avant de m'extasier. « Oh mon dieu, la vue est encore plus fascinante que ce à quoi je m'étais attendue. Je suis... sous le charme... Tout est si parfait. La nacelle est une petite bulle. La vue est à couper le souffle. Et je suis avec toi. C'est juste un moment parfait. » L'émotion me submerge et je viens prends sa main posant doucement ma tête sur son épaule me laissant envahir par la magie de l'instant. Tout est si magique et je sais que je ne dois cela qu'au fait de partager le moment avec la bonne personne. Je voudrais le remercier que je n'aurais même aucune idée de comment le faire. J'ose même entrelacer mes doigts à ceux de Maddox alors que je me sens heureuse. Je veux graver chaque sensation dans ma tête. Je veux me souvenir du goût du sucre sur mes lèvres. Je veux me rappeler de la douceur de sa main, sa chaleur et la manière dont je peux sentir son cœur battre. Je veux ne jamais plus perdre ce que j'éprouve car le bonheur m’envahir et me procure le sentiment d'avoir trouvé ma place dans le monde pour la première fois. Il vient de m'offrir le plus extraordinaire cadeau que la vie puisse : une personne aux yeux de qui je compte vraiment.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Maddox Berkeley
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 2e année de GISIS Médecine magique
Célébrité : Matthew Daddario
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 1524 Gallions : 854 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1334-if-i-don-t-see-it-it-doesn-t-ex http://www.mumblemumps.com/t1340-maddox-liens-rp http://www.mumblemumps.com/t1433-maddox-je-vous-presente-chouette http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

« T'es pas bête, t'en es même l'opposé. » Dit Hope à Maddox pour le rassurer. Il ne pouvait pas être plus heureux qu’avec Hope en ce moment, en cette journée qu’il n’oublierait jamais. Elle était parfaite. Elle refusait qu’il se dévalorise, il était ému qu’elle prenne la peine de le contredire pour l’aider à avoir un peu plus confiance en lui. Il en avait besoin. L’apothéose de la journée serait de manger une pomme d’amour avec la belle rousse au sommet de la grande roue, encerclés par les sublimes lumières du parc. « Oui partageons, j'aime partager avec toi. J'aime que ce soit comme un nous. » Maddox et Hope s’échangèrent un sourire timide avant de se rendre à la grande roue. Il aimait bien ce qu’il entendait, même s’il ne savait pas tellement comment l’interpréter. Il préféra ne pas trop y réfléchir pour ne pas se torturer l’esprit. Quand il serait seul, plus tard, il aurait le temps d’y repenser et de se torturer les méninges en se souvenant de tout ce qu’il s’était passé. En bas de la grande roue, Maddox se sentait tout petit. Et pour un grand comme lui, c’était quelque chose. Il était très impressionné. « Je crois qu'elle doit faire des kilomètres de haut. Elle semble immense que je me sens ridiculement petite. Je crois que je suis minuscule, en fait comme une fourmi ou une petite souris devant un chat. » Hope semblait avoir la même impression que lui, une impression de hauteur immense. Il trouvait ses comparaisons avec la fourmi et la souris adorables. Il regarda une nouvelle fois jusqu’au sommet. Des kilomètres de haut, c’était sans doute exagéré, mais la grande roue devait bien faire une centaine de mètres de hauteur. « Moi aussi, je me sens tout petit… » Ajouta-t-il, rêveur, pour appuyer les propos de son amie. Un sourire discret s’afficha au coin de ses lèvres. Il se souvint avoir pensé la même chose en première année, quand il était arrivé pour la première fois à Poudlard. Et il n’était probablement pas le seul à avoir eu cette sensation. Maddox et Hope entrèrent dans la nacelle couleur bleue, jolie coïncidence avec Serdaigle. « Il a dû deviner que c'était notre couleur, elle nous symbolise. » Dit-elle après s’être installée face à lui. Maddox acquiesça doucement. Le bleu était une couleur qu’il aimait beaucoup, elle représentait pour lui le calme, la paix et la sérénité. Elle l’apaisait. Et puis elle lui rappelait sa maison, sa véritable famille. Le brun observa la jeune femme croquer dans la pomme d’amour avec gourmandise et s’extasier : « Oh mon dieu, c'est une tuerie. » Hope était adorable, à éprouver un tel plaisir d’une pomme caramélisée. Il constatait à nouveau qu’elle aimait vraiment beaucoup le sucré, tout comme lui d’ailleurs. Elle en avait presque des étoiles dans les yeux. Il aimerait bien qu’un jour, quelqu’un le regarde lui avec ces mêmes étoiles. Quand il croqua à son tour, il eut à peu près la même expression qu’elle. C’était vraiment délicieux et rafraîchissant à la fois en fin de journée, une touche de sucré plus que bienvenue. « Dis Maddox, je peux venir près de toi ? Il y a assez de place et je veux voir la même chose que toi en même temps. » Maddox approuva. La nacelle devait être construite pour ce genre de disposition, alors il essaya de ne pas trop s’inquiéter en la sentant bouger quand Hope se leva pour venir s’asseoir à ses côtés. Il lui tendit à nouveau la pomme. Il regrettait un peu de ne plus pouvoir l’observer aussi facilement, maintenant qu’elle n’était plus face à lui.

« Oh mon dieu, la vue est encore plus fascinante que ce à quoi je m'étais attendue. Je suis... sous le charme... Tout est si parfait. La nacelle est une petite bulle. La vue est à couper le souffle. Et je suis avec toi. C'est juste un moment parfait. » Dit Hope en redonnant la pomme à Maddox. Réalisant qu’il n’avait même pas encore jeté un coup d’œil à la vue, il rougit. Depuis qu’ils étaient à bord de la nacelle, tout ce qu’il avait observé, c’était Hope. Alors forcément, lui aussi, il était sous le charme, mais pas de la même chose qu’elle. Hope vint glisser sa main dans la sienne et posa sa tête sur son épaule. Maddox sourit tendrement en apercevant leur reflet dans la fenêtre face à eux. Ils étaient beaux, à deux. Maddox n’avait jamais vraiment aimé son reflet, mais là, il aimait bien cette image. Elle et lui. Lui et elle. Eux. Une belle utopie, accentuée par leurs doigts à présent entrelacés. Une image qui faisait battre son cœur. Il aurait aimé ne plus avoir dans son autre main la pomme d’amour, et peut-être, juste peut-être qu’il aurait osé un autre geste tendre. Mais c’était peut-être mieux ainsi. Ils étaient amis, il ne fallait rien gâcher. Leur amitié telle qu’elle avait évolué aujourd’hui était parfaite à ses yeux. « Dis Hope… » Commença Maddox avant de faire un petit arrêt, le temps qu’elle lève la tête vers lui et qu’ils se regardent yeux dans les yeux. Il ne savait pas très bien où il allait, mais s’il se mettait à réfléchir, il ne dirait rien. Il voulait lui demander s’il pourrait un jour être plus que des amis, s’il pouvait espérer la persuader de sortir avec lui. Il avait le cœur qui battait à cent à l’heure. Seulement, les mots n’arrivaient pas. « Non, rien… » Il n’avait vraiment pas confiance en lui. Bien sûr, il avait confiance en elle et il savait qu’elle ne lui ferait jamais de mal, il savait que même si elle refusait, elle trouverait toujours un moyen de le rassurer et de le conforter, mais il ne voulait pas prendre ce risque. Il n’était pas assez courageux. Il s’en voulait. Alors avec son pouce, il caressa doucement sa main où leurs doigts étaient toujours entremêlés. Il cherchait quoi lui dire. Il voulait vraiment exprimer ce qu’il avait sur le fond du cœur, mais il avait peur. Il avait attendu toute la journée pour qu’ils se retrouvent seuls, à deux, dans cette grande roue. Et quand le moment était enfin venu de passer aux aveux, il n’osait plus rien dire. Il se décala un peu, pour mieux lui faire face, ses yeux brillaient légèrement. Il inspira un bon coup et se lança du mieux qu’il put. « J’ai beaucoup aimé passer cette journée avec toi. Tu l’as dit toi-même, c’était vraiment parfait. Je suis sûr qu’on pourrait en passer encore beaucoup des journées aussi parfaites... tous les deux. » Maddox espérait qu’elle comprenne où il voulait en venir. S’ils étaient ensemble, en couple, ils se rendraient heureux. Le brun en était persuadé. Ils y arriveraient. Ils se guériraient l’un l’autre. Il n’y aurait plus qu’eux. Rien d’autre ne compterait. « Ce que je veux dire, c’est que… si tu le souhaitais… je ne te laisserais jamais être malheureuse… Je ne te lâcherais jamais plus la main… Je sais que je ne mérite pas une fille aussi douce et intelligente que toi, mais… peut-être que… » Maddox s’approcha doucement et, après une légère hésitation, pressa ses lèvres sur celles de la jolie rousse, se délectant au passage du sucre qui les recouvrait encore. Mais Hope était surprise. Il ne sentit pas sa réponse. Et il paniqua.

Il ne lui en fallut pas plus pour souhaiter tout effacer. Il ne pouvait pas supporter le rejet. Il voulait recommencer à zéro. Alors que leur tour de grande roue était sur le point de se terminer, il décida de lancer un sortilège informulé pour altérer sa mémoire sur les dernières minutes. Il se concentra et lança le sortilège. « Pardonne-moi. » Dit-il avant que le sortilège ne prenne effet. Il n’avait effacé que ses dernières paroles, ainsi que le baiser qu’il n’aurait jamais dû lui voler. Elle n’en garderait normalement aucun souvenir. Ou plutôt, il avait altéré sa mémoire. Elle se souviendrait avoir regardé le paysage jusqu’à leur arrivée en bas, sa tête sur son épaule. C’est avec un pincement au cœur qu’il attendit de savoir si son sortilège avait fonctionné. Il n’avait pas eu beaucoup d’entraînement avec les informulés, mais il s’en sortait quand même assez pour cette légère altération. Il n’était pas prêt. Il n’était pas encore prêt livrer son cœur à quelqu’un. A vrai dire, c’était la première fois qu’il tentait d’exprimer ses sentiments et il s’était senti nu, exposé face à la jeune femme, sans défense. Il n’avait pas aimé cette sensation. Il se souvenait pourquoi il n’avait pas encore eu de petite-amie jusqu’à présent. Il se sentait nul et peu à peu, l’image qu’il avait eue d’eux, en couple, en regardant dans la fenêtre lorsqu’ils étaient au sommet de la roue, avait de moins en moins de sens. Hope était trop bien pour lui. Il ne méritait que d’être son ami, et encore, il était sûr qu’il lui faisait perdre son temps. Maddox resta silencieux quand ils descendirent de la nacelle et jetèrent un dernier coup d’œil à la roue qui les avait bercés pendant de longues minutes. « Tu es prête à rentrer ? » Demanda-t-il avec un léger sourire. Il espérait que ce qu’il venait de faire ne change rien entre eux et qu’elle ne l’apprenne jamais. Il mourrait de honte si elle venait à s’en souvenir un jour.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1322 Gallions : 581 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

Tout est simplement parfait dans cette journée. Mon cœur bat plus vite dans ma poitrine et j'ai l'impression que tout en moi est proche d'exploser de joie. Je crois que ce que j'éprouve me porte à croire que c'est le plus beau jour de toute mon existence. Je ne me souviens pas de m'être jamais sentie aussi complète qu'aujourd'hui auparavant. Je me rends compte que jamais avant aujourd'hui, je n'avais cru mériter que l'on tienne à moi. Je me sentais inutile. Je ne croyais pas pouvoir faire une quelconque différence. Mais avec Maddox, je commence tout doucement à réaliser que je lui fais du bien, que j'arrive à le faire sourire. Je le sens plus détendu maintenant que quand il est venu me chercher ce matin, j'ai l'impression de le soulager. Il y a cet élan naturel qui me pousse vers lui. Je ne saurais expliquer ce qui se passe mais je me sens toute chose avec lui comme si les battements de mon coeur s'accordaient aux siens pour vibrer au même rythme, sur la même danse. J'éprouve le besoin de le toucher, de me rapprocher de lui. Le contact de sa main m'est presque devenue essentielle après cette journée et l'idée de m'en priver ce soir me donne soudainement envie de fondre en larmes. Je ne veux pas me séparer de lui, je ne veux pas cesser de partager le même air que lui. Je me sens comme une héroïne d'un comte de fée au moment où elle fait la connaissance de son prince charmant. Il se cache sous les traits d'un inconnu ou d'un ami qui dévoile une nouvelle facette de sa personnalité qui lui donne ce côté charmant et brave, beau et hypnotique. Je crois que je suis en train de succomber lentement. Je sens quelque chose évoluer dans mes sentiments. Même si je voudrais pouvoir donner une chance à un petit truc en plus, à une amourette dans ma vie, je crois que je voudrais que Maddox soit mon premier petit ami. Il est tellement parfait en tout point que je voudrais pouvoir prendre le temps de découvrir ce que nous ensemble, ça pourrait donner. Il me permet de me sentir bien même j'ai si peur qu'en dévoilant ce petit truc qui anime mon cœur, je ne l'éloigne. Je n'ose pas dire le moindre mot sur ce que je ressens tellement j'ai peur de briser la magie mais surtout de le voir s'éloigner. Il n'y a aucune raison qu'il puisse partager l'affolement de mon cœur Je me refuse d'envisager que moi Hope Elizabeth Scott, je représente un quelconque intérêt pour qui que ce soit. Je ne suis pas ce genre de fille qui fait naître de tels sentiments, je n'ai même pas su me faire aimer de ma propre mère. La tête en appui sur son épaule, je rêve sans plus prêter aucune attention à la vue qui nous entoure. Je me perds dans la magie et la beauté de moment.

Ses mots me font lentement redresser la tête pour le regarder. Je lui souris doucement alors que mes yeux l'interrogent. On est proche, tellement proche et mon cœur semble vouloir sortir de ma poitrine tant il se précipite dans sa course. J'attends patiemment qu'il me dise ce qui semble soudain vouloir lui échapper. J'espère pendant un instant qu'il me demande d'être sa petite amie ou mieux que ses lèvres ne viennent se poser sur les miennes. Je le regarde avec admiration mais aussi impatiente. Je ne peux retenir une petite moue déçue quand il se rétracte. Je me demande si c'est moi le problème ou qui aie fait quelque chose pour le bloquer. Je veux qu'il soit mon héros qui me sauve de la tristesse de mon cœur J'aurais envie d'en pleurer mais je me contente d'attendre. Je veux me dire que peut-être qu'il va finalement poursuivre. J'allais perdre espoir quand ses mots me parviennent. Mon cœur bat à nouveau plus vite. Il veut passer encore d'autres journées comme celles-ci avec moi. Je crois que je suis heureuse mais je me demande si vu la gravité du moment, il veut dire en tant qu'amis ou en tant que... couple. Mon regard se fait plus brillant, plus étincelant. Je ne sais pas quoi dire de peur de briser son élan mais quand il parle, j'ai l'impression que je pourrais laisser échapper des larmes de joie. Ne plus être malheureuse et tenir sa main? Je ne demande rien de plus que cette chance inouïe. Je fronce un peu les sourcils alors que je voudrais le contredire. « Ne dis pas de telles choses, je ne te mérite pas moi. Tu es intelligent, beau, doux et tu sais éclairer mon monde. Tu es le prince charmant à mes yeux. » Je ne respire pas alors qu'il se rapproche. Je ne suis pas capable du moindre geste. Jamais avant personne n'avait posé ses lèvres contre les miennes. Mon cœur bat à m'en faire mal. Mes mains sont moites et je voudrais venir les passer dans ses cheveux ou plutôt caresser sa joue, non le serrer contre moi. Je voudrais tellement de choses. Mes pensées s'affolent et se stoppent en même temps. Tout est figé, mon esprit mais surtout mon corps. Je m'abandonne finalement à savourer un moment parfait mais trop vite ses lèvres se détachent des miennes. Il ne me laisse pas le temps de savourer leur douceur sucrée, de savoir ce goût de pomme d'amour au caramel mais aussi cette petite touche en plus qui doit être le goût typiquement lui. Je n'ai pas le temps d'oser me rapprocher de lui et cesser de penser. Je dois mettre mon cerveau en pause et laisser l'instinct seul dominer. J'aurais dû m'abandonner plus rapidement mais... tout prend fin trop vite. J'ouvre les yeux et je lis la panique dans le regard de mon ami. Je sens mon cœur se briser alors que je me dis qu'il doit regretter d'avoir embrassé une fille telle que moi. La peine laisse place à l'émerveillement dans mon regard. Il s'excuse et alors que je réalise que ce souvenir s'efface, je ne peux rien faire pour le retenir, l'immortaliser dans mon esprit. Un souvenir pur et magnifique vient de m'échapper et je ne sais même pas pourquoi. J'aurais aimé avoir le temps de lui dire ce que j'éprouve près de lui. « Toute cette journée, ta main dans la mienne m'a permis de me sentir enfin importante pour quelqu'un. J'ai lutté contre ce que je ressentais mais je crois que je suis en train de tomber amoureuse de toi. Je sens mon cœur battre plus vite. Je veux passer mes journées à te faire sourire. Maddox, tu es plus qu'un ami. Je veux que tu sois plus qu'un ami parce que j'ai envie d'être aimée par une personne aussi exceptionnelle pour toi. Tu es le seul à m'avoir fait croire que j'avais une raison d'être. » J'aurais ensuite pu poser mes lèvres sur les siennes à son tour et accepter de laisser ce petit truc entre nous prendre toute son ampleur. Je voulais que nos cœurs battent à l'unisson. Mais tout s'envole.

Je ressens un vide étrange dans mon cœur et je ne sais même pas pourquoi, ni quand cette sensation est apparue. Je bats des cils un peu perdue comme si je n'avais pas vu notre tour de grande roue prendre fin. Je suis un peu perdue mais ensuite les images me reviennent comme dans un flash alors que nous regardions ensemble la vue. J'ai toujours cette impression que je ne maîtrise pas et qui me fait un effet assez douloureux comme si ma poitrine était comprimée. Je descend de la nacelle et je soupire un peu aux mots de Maddox. « Prête non mais on peut tranquillement rentrer. » Je serre sa main plus forte alors que je sens un élan de mélancolie me tomber dessus. Nous traversons le parc vers la sortie. Je souris doucement mais je ne veux pas que notre moment prenne fin. Je soupire un peu alors que je garde le silence tandis qu'on rejoint la ruelle, main dans la main comme un couple. Je savoure cette proximité. Une fois devant chez moi, je regarde le jeune homme et je l'attire vers le petit muret devant la maison pour s'y asseoir. Je me mords la lèvre un peu hésitante mais je veux tenter de prolonger le moment au maximum. « Tu veux quelque chose à boire avant de partir? » Je me sens vraiment démoralisée. J'ai passé une journée parfaite en tout point même si je suis déçue de ne pas avoir eu le courage de lui dire ce que j'ai éprouvé et de ne pas avoir cherché le contact de nos lèvres. J'inspire profondément. « En fait, j'ai pas envie que la journée se termine. J'ai passé un moment tellement... parfait en tout point. Tu as été le complice parfait. Je sais pas très bien comment je vais réussir à dormir ce soir. En plus, ça va tellement me manquer de ne plus te tenir la main. J'aurais presque envie de te proposer de camper à la belle étoile pour ne pas que la journée ne se termine. » Je rougis en avouant cette idée mais en cet instant précis, je pourrais même lui proposer de le faire venir dans ma chambre discrètement pour pouvoir discuter toute la nuit et éprouver cette paix intérieure. « Maddox, c'est promis qu'on vivra d'autres moments comme ceux-là? »
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Maddox Berkeley
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 2e année de GISIS Médecine magique
Célébrité : Matthew Daddario
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 1524 Gallions : 854 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1334-if-i-don-t-see-it-it-doesn-t-ex http://www.mumblemumps.com/t1340-maddox-liens-rp http://www.mumblemumps.com/t1433-maddox-je-vous-presente-chouette http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Maddox & Hope
flashback
life is like a ferris wheel,
sometimes you're up, sometimes you're down

- Mai 1999 -

Dès qu’il avait lancé le sortilège d’altération de la mémoire à Hope, Maddox l’avait regretté. Il était faible, trop faible pour vivre avec le rejet de la belle rousse. N’ayant pas senti qu’elle répondait à son baiser, il avait paniqué. Peut-être qu’elle aurait pu y répondre s’il lui en avait laissé l’occasion. Peut-être qu’elle avait simplement été surprise. Peut-être que c’était son premier baiser. Maddox ne le saurait jamais. Il allait devoir à présent vivre avec ce secret, celui de lui avoir volé une partie de sa mémoire et de cette journée qui était parfaite jusqu’à cet instant. Quand leurs regards se croisèrent alors que le souvenir s’envolait de la mémoire d’Hope, il eut un gros pincement au cœur. Il détourna le regard quand elle revint à elle, probablement légèrement déphasée. Il espérait ne pas s’être raté. Il attendait avec angoisse. Ils terminèrent leur tour de grande roue assez vite et quand ils arrivèrent en bas, il était l’heure de rentrer. Il était assez tard, ils étaient fatigués, ils avaient passé une bonne journée. La fin était proche. « Prête non, mais on peut tranquillement rentrer. » Dit Hope à Maddox. Il acquiesça et sentit la main d’Hope serrer un peu plus fort la sienne. Le Serdaigle répondit par un sourire, pour la rassurer. Il ignorait ce qu’elle pouvait ressentir. Il espérait que ce ne soit pas lié au sortilège qu’il lui avait lancé. Ils se dirigèrent alors vers la sortie, en silence. Il était évident qu’ils n’avaient pas envie de se séparer, même si Maddox se sentait mal d’avoir altérer ses souvenirs. Cette option valait mieux qu’un rejet où Hope aurait voulu rentrer directement, peut-être même sans lui. Le couple d’amis retourna dans la ruelle qu’ils avaient empruntée ce matin-là. Ils transplanèrent devant chez Hope. Maddox remarqua qu’il n’y avait pas de lumière chez elle. Son père était soit endormi, soit absent. Elle attira le brun vers un petit muret pour qu’ils s’y assoient, ne semblant pas vouloir lui dire au revoir tout de suite. Elle était belle, Hope, éclairée par la lune et les quelques lumières de la rue. Son cœur se serra. Il avait eu sa chance, il l’avait ratée. « Tu veux quelque chose à boire avant de partir ? » Hope proposait-elle à Maddox de rester un peu plus longtemps, le temps de boire un verre, par simple gentillesse, pure politesse ou voulait-elle vraiment prolonger la soirée à ses côtés ? Il savait qu’elle appréciait leur amitié, mais elle semblait si désireuse de le voir rester qu’il se demandait si peut-être il n’y avait pas quelque chose de plus derrière cette envie qu’elle peinait à exprimer. Il devait rêver, si c’était le cas, elle l’aurait embrassé. Hope avait l’air triste. Il l’était aussi. Il savait qu’ils auraient du mal à se séparer, il s’était déjà fait cette réflexion plus tôt dans la journée. Il serra un peu sa main et lui fit un sourire. La rentrée n’était pas tout de suite, ils avaient le temps de se revoir avant de retourner à Poudlard et ils pouvaient continuer à s’écrire comme ils l’avaient fait jusqu’à ce jour. Ce n’était pas une séparation.

« En fait, j'ai pas envie que la journée se termine. » Commença à dire Hope. Il lui sourit. Il n’avait pas envie non plus. Elle venait de lui confirmer qu’elle ne lui demandait pas de boire quelque chose par simple gentillesse ou politesse. Elle avait envie qu’il reste plus longtemps. « J'ai passé un moment tellement... parfait en tout point. Tu as été le complice parfait. » Maddox n’était pas si parfait. Elle ne savait pas ce qu’il avait fait. Elle ne savait pas qu’il avait manipulé sa mémoire. Elle ne le trouverait pas du tout parfait si elle le savait. C’était encore pire que lui mentir. Il le regrettait. Il n’était pas assez courageux pour le lui révéler. Il garderait à jamais ce secret avec lui. « Je sais pas très bien comment je vais réussir à dormir ce soir. En plus, ça va tellement me manquer de ne plus te tenir la main. J'aurais presque envie de te proposer de camper à la belle étoile pour ne pas que la journée ne se termine. » Elle rougit tout en lui proposant cette dernière solution. Il pouvait voir la sincérité dans son regard. Il la trouvait toujours aussi adorable, qu’elle n’ait pas de sentiments pour lui n’y changeait rien. Maddox aurait probablement du mal à s’endormir aussi et la main d’Hope lui manquerait tout comme elle. Quant à sa proposition de dormir à la belle étoile, il fut surpris et se mit à y réfléchir. « Maddox, c'est promis qu'on vivra d'autres moments comme ceux-là ? » Hope le regarda avec ses yeux brillants. Comment Maddox pourrait-il lui dire non ? De toute façon, lui aussi voulait vivre d’autres moments aussi beaux avec elle. Il ne tarda pas à répondre : « Bien sûr, c’est promis. » Le Serdaigle ne savait pas trop si elle parlait de la dégustation de champagne qui les attendait ou si elle avait d’autres idées. Maddox serait ravi de venir passer du temps avec elle, même s’ils restaient des heures sur ce petit muret à discuter. Mais il commençait à faire un peu frais. Il leva doucement la main vers le visage d’Hope pour lui caresser la joue, et lui sourit avant de se lever et l’entraîner avec elle. « Si tu veux, je peux te tenir la main jusqu’à ce que tu t’endormes… » Proposa le garçon avec un sourire timide. Mais pas à la belle étoile. Hope ne refusa pas sa proposition et l’entraîna discrètement à l’intérieur. Il observa sa maison, dans la pénombre en essayant de faire attention où il mettait les pieds pour ne pas réveiller le père de la rousse. Main dans la main, Maddox et Hope progressèrent jusqu’à sa chambre et à aucun moment il ne s’était dit qu’il pourrait se passer autre chose que ce qu’il lui avait proposé.

Une fois dans la chambre, quand Hope ferma la porte et alluma la lumière, Maddox continua d’observer. Il retira ses chaussures pour ne pas salir et pour ne pas faire de bruit. Sa chambre paraissait tout à fait normale. « Tu peux te changer, si tu veux, je t’attends. » Dit-il tout doucement en lâchant la main de son amie. Le jeune homme ne tenait pas à ce qu’elle ne dorme pas confortablement à cause de lui. Et puis, il ne la jugerait pas. Elle pouvait se démaquiller, elle serait toujours belle à ses yeux. Elle pouvait lui faire confiance. Quand elle disparut vers la salle de bain, il observa un peu sa chambre. Ce qui attira son regard, c’était les photos sur son mur. Il sourit en voyant une photo de lui parmi d’autres. Il fut interrompu quand elle revint en pyjama, lui proposant une brosse à dents. C’était adorable de sa part. Il la suivit dans la salle de bain et l’observa du coin de l’œil se démaquiller en se brossant les dents. Ils essayaient de ne pas faire de bruit. Ils finirent par se laver les dents en même temps. La salle de bain d’Hope n’était pas très grande et il avait l’impression de prendre toute la place avec sa grande taille. Quand elle se rinça la bouche, ayant déjà terminé, Maddox observa sa nuque quand elle releva ses longs cheveux pour ne pas les mouiller. Il rougit quand il vit qu’elle le regardait dans le miroir et sortit pour retourner dans la chambre. Elle le suivit peu après et s’installa sur son lit pour se brosser les cheveux. Il fit semblant de s’intéresser au reste de la chambre alors que tout ce qu’il avait envie de regarder, c’était elle. Finalement, il vint s’asseoir sur le bord du lit. « Tu fais ça tous les soirs ? » Demanda-t-il à la jeune femme, qui démêlait ses cheveux. Il regarda la brosse passer dans ses cheveux et avait envie d’y passer ses doigts. Il était fasciné par ses longs cheveux roux. « Je peux essayer ? » Demanda-t-il plus taquin que d’habitude, plus curieux. Quand elle accepta, il vint se placer derrière elle et prit la brosse dans ses mains. Il la fit glisser, mais il ne restait plus de nœuds, c’était lisse. Jusqu’à ce qu’il tombe sur un nœud et qu’il la sente se crisper un peu. Il s’excusa. Hope lui montra comment faire, il fallait tenir les cheveux en même temps pour ne pas lui faire mal. Il s’exécuta et réussit un peu mieux. Un simple moment de complicité qui marquait une petite pause dans leur journée pleine d’aventures qui touchait à sa fin.

Quand ils en eurent terminés avec les cheveux, il était temps d’éteindre les lumières. Hope alla se glisser sous la couverture et Maddox ne savait pas trop ce qu’il devait faire. Il allait s’installer sur le lit, au-dessus, mais Hope ouvrit la couverture pour qu’il vienne la rejoindre. Il alla donc s’installer ses côtés et se tourna face à elle. Leurs mains se trouvèrent assez naturellement. Il ne resterait que jusqu’à ce qu’elle s’endorme. Ils se regardèrent longuement les yeux dans les yeux en silence. Lui repensait au baiser et à sa tentative de lui demander si elle voulait sortir avec lui, avant qu’il ne lui modifie la mémoire. Il pensa alors qu’il aurait trop de chance s’il avait une petite-amie comme Hope. Maddox se décala un peu et proposa ses bras pour qu’elle vienne se lover contre lui, ce qu’elle ne tarda pas à faire. Il la serra contre elle, gardant une main dans la sienne et l’autre dans son dos. La chaleur de leurs deux corps les tenait au chaud, mais restait supportable pour un mois de mai. Du bout des doigts, il lui caressa affectueusement le dos pour la bercer et l’endormir. Finalement, lui aussi finit par s’endormir. Il ne l’avait pas prévu. Il se réveilla quelques heures plus tard, il avait froid. Il mit un instant à se souvenir qu’il était chez Hope. Elle avait piqué toute la couverture et il sourit tendrement. Tout doucement, il lâcha sa main tout en étant surpris qu’elles soient toujours entremêlées. Il sortit du lit à contrecœur. Il aurait voulu rester. Son cœur lui disait que s’il s’attachait trop à Hope, alors qu’elle ne ressentait pas la même chose, il souffrirait. Il ne lui avait promis que de rester jusqu’à ce qu’elle s’endorme. Il s’assura qu’Hope était bien couverte et s’éloigna. En observant le bureau, il y vit des parchemins et décida sur un coup de tête de lui écrire un mot. Maddox chercha de quoi écrire, puis s’installa sans faire de bruit. Il réfléchit à quoi écrire, il était tard, il avait encore sommeil.

Chère Hope,

Je n’aurais pas pu rêver d’une meilleure partenaire pour découvrir les joies du parc d’attraction. Sans toi, le parc n’aurait pas été aussi beau, la gaufre n’aurait pas eu le même goût et la vue à partir de la grande roue aurait été terne. Je n’oublierai jamais la sensation de nos mains l’une dans l’autre. Je n’oublierai jamais cette journée.

Tu es et tu resteras une amie précieuse à mes yeux.

Maddox


Une nouvelle fois, il aurait voulu lui dire qu’il avait ressenti pour elle des sentiments qu’il n’avait encore jamais ressentis jusque-là, mais il préféra s’abstenir. Leur amitié était précieuse à ses yeux, ainsi que leurs échanges de lettres. Il ne voulait pas que les choses changent. Et s’ils pouvaient garder la même complicité, leur amitié ne pouvait qu’être parfaite. Il hésita sur l’endroit où laisser la lettre, mais vint la poser sur la table de nuit. Elle la verrait facilement à son réveil. Il l’observa encore quelques minutes avant de s’en aller. Hope avait l’air apaisée, dans son sommeil. Il avait l’impression d’apercevoir un sourire sur ses lèvres. Il ne voulait vraiment pas partir. Mais il le fallait. Il se pencha sur le lit et déposa un baiser sur son front. Il ignorait pourquoi il se montrait si tendre avec elle alors qu’il avait du mal habituellement avec le contact. Une journée main dans la main pouvait changer bien des choses. L’instant d’après, il transplana. Dans sa chambre, Maddox se sentait à nouveau bien seul. Les jours suivants allaient être bien difficiles.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
maddox&hope ⊹ life is like a ferris wheel (flashback)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La loi Hope, est-ce une solution? et IT?
» Le Congres americain pourrait adopter le HOPE
» • I hope that tomorrow will be better
» Le HOPE, une bouffée de gaz carbonique pour l’économie ?
» — bring me to life

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: SAISON 1-
Sauter vers: