Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 6
La version six est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'anniversaire du forum et la rentrée, venez fêter avec nous !
Découvre tout ici
Joyeux anniversaire !
Mumblemumps vient de souffler sa première bougie. Venez la célébrer avec nous !
Plusieurs animations ont été mises en place pour festoyer comme il se doit !
Jette un oeil aux animations !
Besoin d'Aurors !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard,
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

I love the way you lie ♥ |Mercyone|

Mérope V. Greengrass
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Chloë Grace Moretz
Pseudo : DeathxDream Âge : 23 Parchemins : 255 Gallions : 575 Date d'inscription : 06/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1164-merope-valentina-greengrass-i-s http://www.mumblemumps.com/t1176-merope-v-greengrass-nous-nions-lexistence-de-nos-anges-nous-nous-persuadons-quils-ne-peuvent-pas-exister?highlight=M%C3%A9rope+v+++Greengrass http://www.mumblemumps.com/t1177-merope-v-greengrass-hello-hello-baby-you-called-i-can-t-hear-a-thing?highlight=M%C3%A9rope+v+++Greengrass




I love the way you lie

ft Alcyone Shafiq


Aout 1999 - Maison de campagne des Greengrass.

L'été. Les journées allongées, la doucereuse chaleur sur la peau, les rayons du soleil qui s’immiscent avec légèreté entre les volets aux premières heures du matin. La beauté immaculée de la nature en fleur dont les couleurs resplendissent à la manière un kaléidoscope paradisiaque. La brise estivale qui valse et se déhanche entre la cime des arbres qui se dressent de part et d'autre de l’étendue verdoyante autour de la demeure.   Par centaines ils s'élèvent et viennent piquer le ciel. Ils forment une forteresse, parfaits miradors forgés par la nature dont les branches les plus solides en sont les barricades tandis que leur sommet fond office d'insurmontables barbelés.

Par la meurtrière de sa cellule elle regarde au loin l'étendue de ce pénitencier à ciel ouvert, ces remparts aux allures des portes du jardin d'Eden dont l'immensité absolue donnerait à n’importe qui l'illusion parfaite d'une liberté artificielle qu'on atteint du bout des doigts ou lorsque l'on ferme les yeux. Mais Mérope, elle voit les défauts sur la toile champêtre et idyllique qu'on lui tend sous les yeux en espérant lui faire croire une seconde qu'elle n'est pas une souris entres les anneaux du serpent. A vrai dire elle ne voit que les irrégularités d'une peinture ternie qui s'effrite. Fatiguée de mentir années après années pour préserver l'apparence d'une famille riche et heureuse dont tous les membres épanouis sourient, à la manière des photographies familiales oubliées sur la cheminée.

Au pays des apparences ils sont les rois, les Greengrass. De générations en générations, parfaitement ressemblant comme tristement sortis du même moule. Et ils se complaisent dans cette ressemblance malsaine qu'ils chérissent tel un don et entretiennent comme un cancer, là ou une mère remarque avec émotion le même bleu que le sien dans les prunelles de son enfant, eux y voient une beauté divine, une perfection suprême. Une normalité imposée, une abomination sertie d'or et de diamants.

Tant de fois elle avait songé à fuir. Partir, courir loin et ne jamais se retourner. Faire tomber ces barrières qui l’oppressent et auprès desquelles elle se sent jugée, coupable. Coupable de ne pas être celle qu'on attendait, coupable de moins ressembler, de ne pas suivre. Elle aurait voulu oublier tout ça Mérope, tout laisser derrière elle et disparaître.

Un claquement discret mais familier attire son attention ailleurs qu'au delà des arbres. Elle se penche doucement pour laisser ses yeux glisser sous ses fenêtres d’où vient le bruit alors qu'avant même que ça se produise ses entrailles se serrent doucement. Puis soudain sa silhouette franchit le seuil de la porte de derrière. Ses boucles brunes qui dansent dans son dos, autour de ses hanches lorsqu'elle avance prudemment à travers les parterres de fleurs, prenant soin de regarder régulièrement autour d'elle à la manière de quelqu'un qui ne veut pas être suivi. Mérope la suit du regard à chaque pas qu'elle fait et jusqu'à ce qu'elle disparaisse entre deux grands arbres dont les feuillages cachent un quelconque passage, maintenant c'est à elle de jouer.

Il n'est pas si tard, le soleil n'est même pas encore couché. Pourtant, la rigueur elle n'a pas de vacances chez les Greengrass et même l'été, il existe un couvre feu résolument agaçant pour deux jeunes femmes de dix huit ans qui leur imposent en théorie de regagner leur chambre après le dîner, la majorité n'ayant effectivement pas d'ascendant sur l'autorité de Mme Greengrass. Naturellement c'est ce laps de temps qu'elles ont choisi pour filer dans le dos de leurs parents. Mérope le sait, si elle se faisait prendre elle risquait d'avoir des ennuis, certainement plus que sa cousine mais résolument l'envie de la retrouver était plus forte que la peur d'une quelconque sanction pour avoir désobéis encore une fois.

Sans bruit elle ferme sa fenêtre et s'avance vers la porte qu'elle déverrouille avec précaution. Elle saisit sa baguette sur la table de nuit avant de franchir la porte et de la refermer silencieusement. Elle progresse dans la maison et son cœur bondit dans sa poitrine chaque fois qu'un bruit vient à ses oreilles pour faussement l'alerter. Plusieurs fois elle se fait des frayeurs au détour d'un couloir ou elle croit entendre des pas, voir une ombre frôler les murs, mais rien. Elle inspire doucement tout en poursuivant ses investigations vers la porte arrière de la maison qu'elle atteint avec un soulagement certain. Un instant elle regarde derrière elle tandis que sa main agrippe la poignée de la porte et l'entrouvre avant de s'engouffrer à l’extérieur de la maison.

Dehors et malgré le début de soirée la chaleur écrasante la prend à la gorge. Elle passe nonchalamment l'une de ses mains entre ses mèches blondes qu'elle rabat vers l'arrière pour dégager son front tandis qu'elle emprunte le même chemin que sa complice avant elle et réalisant ainsi le même ballait de vérifications suspicieuses. Sans hésitation elle s'enfonce entre les deux arbres et disparaît à son tour des yeux du monde.

Elle avance de quelques pas entre les branches et les feuillages qui semblent former une serre au dessus de sa tête. Les rayons du soleil couchant, en se faufilant au travers de la verdure forment de part et d'autre des stries nitescentes  sur le corps de la blonde tandis qu'elle continue d'évoluer au cœur de cette cathédrale verdoyante dont elles sont les seules prêcheuses. Elle se tient toute proche, dos à elle, comme si elle ne l'avait pas encore entendue arriver. La brise du soir transporte son parfum épicé et embaume les lieux autant que le cœur de la Serdaigle. Un léger sourire fend son visage lorsqu'elle s'avance dans son dos et tout contre elle, posant doucement ses mains sur ses yeux. Elle dépose alors son menton contre son épaule et lui murmure à l'oreille « Qui est-ce? »

Intérieurement elle refrène une frisson que cette proximité lui impose. Son cœur bat alors plus fort contre le dos de la belle brune.

made by © Winter Soldier

_________________
We do not destroy the person who we love.

 
-ELLE EST L'ECLAT DE LUMIÈRE QU'IL ENTOURE DE SES OMBRES. -
“Enters the lady revealed of cloak. To the haunting sound of the monstrance clock singing:Come together, together as a one. For Lucifer’s son ”
Revenir en haut Aller en bas
Alcyone Shafiq
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : 2ème année GISIS en Zoomagie, Serpentard
Célébrité : Emily ❤ Didonato
Pseudo : Loupiotre Âge : 30 Parchemins : 357 Gallions : 162 Date d'inscription : 06/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1169-alcyone-curiousers-and-curiouse http://www.mumblemumps.com/t2362-alcyone-entre-l-aube-et-la-findans-l-antre-de-ta-main http://www.mumblemumps.com/t1751-alcyone-petits-hiboux
En ligne




I love the way you lie

Mercyone


Aout 1999 - Maison de campagne des Greengrass.

La maison des Greengrass est aussi peu chaleureuse que l’hôtel particulier des Shafiq. Le soleil caresse encore leur demeure que tous se doivent d’être confinés entre ces murs. Prison dorée aux allures majestueuses. Elles ont pourtant cherché à attendrir les autorités supérieures, ne serait-ce que pour rester plus tardivement dans le jardin en soirée. Rien n’y a fait. Alors que l’été les nargue de son enivrante chaleur, les héritières se doivent de rester sagement dans leur chambre. Chose qu’Alcyone exècre. La Shafiq veut vivre. Porter son nom comme un fardeau l’assomme. Plus on lui refuse une chose, plus le désir insatisfait s’embrase. Alors l’Etoile patiente sagement dans sa chambre. Elle attends que le monde s’endorme. Qu’il ne vaque à ses occupations. Parce qu’avec sa cousine, elles ont déjà tout prévu. Où se retrouver. Quand. Ce n’est plus qu’une question de temps et de patience. Il faut surtout éviter de se faire prendre. Si les Greengrass ne lui ferait certainement pas grand cas, ils en referaient tout de même à ses géniteurs. Et là, ce ne serait certainement pas la même issue. Le regard de la brune se pose sur le jardin depuis sa fenêtre. Si elles avaient ne serait-ce qu’un peu plus de liberté, aucune d’elle n’agirait en douce… La Shafiq n’en pouvait plus de ces brimades. Elevée dans la tradition des sang-pur, avec l’exigence d’une famille aux origines Arabes, il ne fallait être Merlin pour comprendre que stricte était la base de son éducation. Grâce à ses deux frères ainés, Alcyone avait souvent été épargnée des lubies parentales. La dernière née de la famille les avait toujours vu comme des héros.

Ses héros. Surtout Erèbe. Rien n’était plus pareil depuis qu’il était enfermé à Azkaban. Mais les Shafiq gardaient la tête haute, fièrement dressée. Et les habitudes restaient. Comme ces rencontres familiale avec les Greengrass. Revoir Mérope était une source de plaisir indicible. Elles se comprenaient sans même avoir à se parler. Elles avaient grandi ensemble et au fil des années, leur complicité n’avait fait que grandir. A présent, alors qu’elles touchaient du bout des doigts leurs dix-huitième années, loin d’elles étaient les jeux de poupées ou les leçons de piano. Elles parlaient de tout. De garçons, de Poudlard. De ces nouveaux qui avaient envahi le château. Mérope était plus sage peut-être. Mais Alcyone se plaisait à l’entrainer dans ces jeux, toujours plus interdits. Ce soir n’échapperait pas à la règle. Elle enfila un gros gilet de laine et glissa son sac en cuir à son épaule. Elle ne connaissait pas aussi bien les lieux qu’elle ne l’aurait souhaité, alors elle resta sur le qui-vive. Quittant sa cage sans autorisation, l’Etoile se glissa dans les couloirs désertés de la maison Greengrass. Elle ne parvenait pas à croire que tous soit enfermé dans sa chambre ou à son bureau. Qui aimait vivre ainsi de nos jours ? Elle parvint sans encombre jusqu’à la porte qui donnait sur le jardin et la franchit. Cette dernière claqua un peu fort et la fit sursauter. Ses prunelles observèrent les alentours. Rassurée de ne voir personne lui tomber dessus, elle fila à travers les herbes. Bizarrement, elle était persuadée de sentir le regard de sa cousine. Toutefois, elle préféra ne pas s’en assurer et fila vers le lieu de leur rendez-vous. La vue des deux arbres se rapprochant, Alcyone accéléra sa démarche. Plus vite elle serait derrière, plus vite elle serait à l’abris. Elle se nicha entre les feuillages et une fois de l’autre côté, un soupire d’extase s’échappa de ses lippes.

Rapidement, elle laissa tomber son sac, puis son gilet. Il serait utile quand la brise sera plus fraiche. La chaleur est étouffante. Sûrement d’autant plus avec sa course folle. Un léger sursaut s’empare de son corps alors qu’elle sent soudainement une présence son dos. L’odeur rassurante de Mérope l’enveloppe. Sucrée avec une notre fleurie. Cette douce odeur entêtante aux notes d’un caramel salé.   Elle sent son corps dans son dos, sa chaleur. Ses assassines qui se pressent avec délicatesse sur ses yeux. « Qui est-ce? » Agréable murmure au creux de son oreille, alors qu’un frisson vient parcourir son échine. La souffle de sa cousine chatouille sa nuque avec innocente et pourtant, Alcyone ne peut retenir un soupir de satisfait. De l’avoir contre elle. Rien qu’à elle. Les mains de la brune se posent alors sur les siennes. Les entrainent autour de sa taille, les resserrant autour de son ventre, lui volant alors une étreinte. Elle se laisse aller, son dos contre sa poitrine. Profitant de cet instant de calme. Elle tourne alors doucement le visage, pour l’observer par dessus son épaule et dépose un baiser sur sa joue. « Je te reconnaitrai entre mille. » Elle finit alors par relâcher une de ses mains, la libérer de cette étreinte mais la gardant tout de même près d’elle, l’entrainant de son autre main posée sur son poignet vers son sac. « J’ai deux surprises. Ferme les yeux ! » L’encourageant d’un sourire, Alcyone fouille alors son sac et en sort un bijou qu’elle a confectionné durant les longues passées enfermées… A son tour, elle se glisse dans son dos, et libère la nuque de Mérope de sa chevelure dorée avant d’y glisser une chaine. A son bout un pendentif, un petit dragon, une moitié pour être exacte. L’autre Alcyone la porte à son poignet. « Tu peux regarder. » Alcyone lui montre qu’elle porte le même au bras puis s’approche d’elle pour assembler les deux. Une fois réunit, le dragon se cache de ses ailes qui viennent à former un coeur. « Ca te plait ? » Le regard inquisiteur d’Alcyone sonde celui de Mérope puis, elle libère les deux pendentifs alors qu’elle observe un instant de trop les lèvres de sa cousine. Elle s’empara à nouveau de son sac et sort une bouteille de champagne un sourire bien trop fier prenant place sur son visage. « J’ai trouvé la réserve de tes parents ! »

made by © Winter Soldier

_________________
Fire In My Heart
I betcha didn't know, you started up a chain reaction. I saw no intention on your face, it might have been some kind of chemical attraction. I felt a spark, it left a mark I can't erase. It likes something like a bolt of lightning. It's going on inside
Revenir en haut Aller en bas
 
I love the way you lie ♥ |Mercyone|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥
» Love et Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: Les RPs terminés-
Sauter vers: