Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 6
La version six est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'anniversaire du forum et la rentrée, venez fêter avec nous !
Découvre tout ici
Joyeux anniversaire !
Mumblemumps vient de souffler sa première bougie. Venez la célébrer avec nous !
Plusieurs animations ont été mises en place pour festoyer comme il se doit !
Jette un oeil aux animations !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Evacuate the dancefloor | Flynn & Ielena

Invité
Consumed by the shadows
avatar




Flynn North & Ielena Dimitrova

Tourne et tourne la pièce entre ses doigts. Un galion. Un galion à priori en tout point identique à n'importe quel galion pouvant se trouver dans les poches des sorciers de ce pays. Pourtant, accoudée à la petite table des cuisines qu'elle occupait chaque soir depuis son arrivée à Poudlard, la Dimitrova avait abandonné son assiette pour mieux jouer avec l'effigie du dragon gravé dans l'or pur. Elle joue, la lionne, jusqu'à laisser les lettres en relief tournoyer pour mieux former le message inattendue.

« Vendredi soir aux cachots. Vingt-trois heures.
Entrée sur présentation du galion uniquement.
La fortune même s'accorde à trahir les traîtres.»


La dernière phrase rédigée en français était limpide. Ce galion, c'était l'invitation sacrée que tout étudiant de Poudlard osait rêver tenir entre ses mains, le passeport pour la fête et le lâcher prise et elle, Ielena Dimitrova, en tenait désormais la clé. Bien malgré elle. Interrompue dans ses pensée par le retour de Brisbee, l'elfe matriarche des cuisines, la jeune femme ne sut quoi penser de l'enthousiasme couinant de la petite créature si bienveillante à son égard. Peu importait à son sens que le galion ne lui ai pas été adressé, elle l'avait trouvé, c'était un signe et tant pis pour celui ou celle qui l'avait perdu. Cette soirée serait la sienne, c'était certain et déjà, Brisbee s'enhardissait de connaître la tenue que revêtirai sa protégée pour l'occasion quand cette dernière, loin de ce genre de question, s'interrogeait plutôt sur la confidentialité d'un tel événement et comment aucun professeur n'avait pu jusque lors s'en apercevoir quand les elfes eux-mêmes semblaient tout savoir.

«Et qui fournis les buffets de vos petites soirées à ton avis ? », gloussa malicieusement Brisbee. « Les fantômes du château sont tous au courant, comme nous autres les elfes, mais avec toutes ces nouvelles règles écrasantes, qui sommes-nous pour interdire à des jeunes de prendre un peu de bon temps ? Nous avons connu la guerre ma belle, alors crois-moi, rien n'est plus réjouissant pour nous autres que de pouvoir veiller un peu sur vous à notre manière. »


La nouvelle avait de quoi amuser la galerie. Les elfes de maison et les fantômes du château de mèche avec les élèves pour garder un œil bienveillant sur leurs soirées clandestines. Si ces derniers avaient eu pleinement conscience de cela, sans doute seraient-ils plus attentifs envers ces petites mains de l'ombre qui gardaient avec eux le secret. Mais pour l'heure, le temps était venu de se décider. Y aller ou ne pas y aller. D'aussi loin que remontaient les souvenirs de la désormais rouge et or, jamais celle-ci n'avait connu de soirée autre que les quelques mondanités de la Haute Société des sangs-purs auxquelles on avait bien voulu la laisser participer jusque lors. Ce soir, il s'agissait de rentrer dans le cercle fermé des étudiants délurés, de ceux qui savaient s'amuser depuis toujours et qui avaient dans leur manche matière à entraîner les autres plus encore dans leur sillage. Elle n'y aurait pas sa place, la certitude était palpable. Pourtant, trois heures de réflexions intensives plus tard, elle se trouvait bien là, la Dimitrova, son galion dans la main, arpentant les couloirs obscures des cachots à la recherche de la cachette clandestine. Jamais au même endroit, lui avait confié Brisbee. De quoi lui faire s'arracher les cheveux tant le dédale lui paraissait sans fin. Un pas, puis un autre. Cette fois, c'est décidé, si dans la minute qui suit rien ne lui indique la présence des lieux, elle rebroussera chemin. Alors, comme ayant entendu sa menace silencieuse, la pièce toujours logée au creux de sa main se mit à vibrer, brillant de plus en plus à mesure que sa silhouette s'enfonçait dans le nouveau couloir emprunté. Désormais tremblante et lumineuse, le galion ne cessa sa colère qu'une fois la Gryffondor rendue devant une petite porte close aux allures d'abandon. Un coup. Pas de réponse. Nouvel essai, pas plus concluant. Pas étonnant que les membres du personnel n'ai jamais eu vent de ces organisations quand on en découvrait les fastes. Agitant nerveusement ses doigts autour du dragon, la jeune femme voulu s'assurer de la date en relisant à voix haute le message affiché. Vendredi soir. Peut-être s'était-elle tout simplement trompée de soir ? Peut-être que le galion avait justement été laissé à l'abandon là où elle l'avait trouvé justement parce que la soirée était déjà passé ? Sa voix énonça alors, nette et cynique.

« La fortune même s'accorde à trahir les traîtres. »


Clic. Clic. La porte était ouverte, laissant pendant quelques secondes à la Dimitrova le soin de sentir ses oreilles envahies par l'écho d'une musique assourdissante en provenance des lieux. Un mot de passe. Le coup classique auquel sa candeur n'avait même pas songé. Imbécile et déjà, la porte se refermait, lui laissant de justesse le soin de se glisser dans entrebâillure avant que de trouver de nouveau porte close. Quel spectacle ! Loin de l'étroitesse des couloirs emprunté, l'espace de la pièce semblait ne trouver aucune limite tandis qu'ici et là, des groupes d'étudiants s'adonnaient les uns à la danse, les autres aux discussions les plus vociférantes à grands coups de bierraubeurre et de whisky-pur-feu. Si la pénombre était complète, ici et là, brûlaient des flammes sans chaleur dont les couleurs alternaient successivement par toutes les nuances de l'arc-en-ciel. Pour la première fois de sa vie, la Dimitrova cru ressentir ce que pourrait éprouver un né-moldu en découvrant Poudlard pour la première fois, un sentiment étrange mêlant l'émerveillement à la crainte de l'inconnu. Cette soirée serait la sienne. Brisbee l'avait juré, peut-être plus pour elle-même que pour la Gryffondor qui avant que d'avoir pu le réaliser s'était retrouvé un verre fumant à la main, le corps secoué par les exclamations festives de celui qu'elle identifia comme un étudiant également originaire de Durmstrang, lequel s'époumona à souhaiter la bienvenue à « la petite Dimitrov ». Grinçant des dents, elle tenta aussitôt de s'extirper de celui qui avait semble-t-il commencé la fête avant elle, mais n'était pas natif de la Fratrie des Trolls qui voulait. Poussée à finir d'une traite son verre et entraînée de force au milieu des danseurs, la Gryffondor eu bien du mal à réaliser ce qui était en train de lui arriver. « Lâche-toi un peu ! T'es ici pour t'amuser, non !? » Il n'en fallu pas plus pour toucher son orgueil. Cette soirée était la sienne, lui répétait toujours en son for la voix de l'elfe de maison. Au Diable Andreï Dimitrov et ses sévices, au Diable Teodor Azarov qu'elle s'était juré de fuir pour Katarina et au Diable cette école et tous ses dérèglements, ce soir, la petite Dimitrov lâchait prise et nulle dans le noir ne saurait jamais reconnaître la discrète et silencieuse Ielena. Tirant sur son vieux débardeur blanc, seul vestige qu'elle avait su trouver dans sa malle pour convenir à l'événement, ses doigts dansèrent pour nouer les pans de tissus en un nœud sur le côté laissant dévoiler son ventre. Son verre vide, son esprit à la fête, elle laissa son ancien camarade Durmstranguien, lequel ne semblait plus avoir le moindre contrôle sur ses facultés, l'entraîner au son d'une musique déchirante. A peine arrivée, elle n'était plus seule. A peine arrivée, elle avait laissé sur le pas de la porte tout ce qui habituellement faisait d'elle cette adolescente dont les autres se désintéressaient toujours. L'heure du changement avait définitivement sonné et il commençait maintenant, se prolongeant ainsi durant de nombreuses minutes et ne se dissipant qu'au moment où le visage de l'ébréché s'approcha près du sien, soufflant au nez de la Gryffondor une odeur pestilentielle d'alcool.

Repoussant violemment le russe, la rouge et or tenta dès lors de s'extirper de la masse grouillante et hurlante autour d'elle, quand son premier allié s'en revint à la charge, la tirant par le bras.

« Lâche-moi putain ! »


Tirant d'un coup sec en arrière, à ses menaces ne suivirent que le cri de stupeur que lui arracha la sensation qu'elle eut alors de tomber à la renverse, l'autre ayant cédé plus facilement qu'elle ne l'aurait cru. Bousculant de plein fouet la silhouette la plus proche, elle n’eut que le temps de se rattraper aux épaules du malheureux avant que de pouvoir constater l'accident ayant renversé la boisson du garçon tant sur sa chemise que sur elle.


« Désolée, je t'ai fait mal ? Je voulais pas... Ça va ? »


Un regard sur le verre désormais vide du garçon, avant que de croiser son regard. Celui-là, comme l'autre, elle ne le connaissait pas personnellement, mais elle ne l'avait que trop observé déambulant dans la salle commune des rouge et or où se tenant envers ce maudit Berkeley pour ignorer son existence.



Ainsi, Ielena Dimitrova rencontra Flynn North.


©Aloysia



Revenir en haut Aller en bas
Flynn L. North
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : Gryffondor en seconde année GISIS, cursus sécurité magique
Célébrité : Jonathan Young
Pseudo : Zire Âge : 23 Parchemins : 1723 Gallions : 465 Date d'inscription : 01/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1545-flynn-theres-a-million-things-i http://www.mumblemumps.com/t1549-flynn-id-rather-be-divisive-than-indecisive http://www.mumblemumps.com/t1551-flynn-when-youre-gone-who-remembers-your-name http://www.mumblemumps.com/t2074-journal-de-zire
En ligne



Evacuate the dancefloor

La pièce glisse entre ses doigts alors qu'il avance, une main dans la poche, sifflotant un air qu'il serait incapable de nommer. A la réception du galion, l'anticipation lui avait serré les tripes et avait arraché à ses lèvres un sourire de contentement, la perspective d'une chose telle qu'une soirée clandestine particulièrement alléchante. Pas de sortie dans les couloirs, pas d'escapade vers Pré-au-Lard, pas de cache-cache avec les Aurors, même nocturne. Ce soir, Flynn va boire, il va profiter de la musique, de la foule. Il va laisser les heures s'écouler à une vitesse absurde tandis qu'il laisse sa conscience du monde extérieur derrière la porte, se laissant exister dans cette pièce sans autre but qu'évacuer la pression, de faire disparaître cette sensation désagréable qui rampe sur sa peau. Ce soir, il va partager ce moment de détente avec tous ces types qu'il a tendance à regarder de travers, attendant le moindre dérapage de leur part, la moindre remarque qui ne passerait pas, pour se jeter à leur gorge, ses phalanges s'écrasant contre leur nez. Et ce soir, il n'ira -normalement- pas se battre, parce que peu importe d'où ils viennent : ils sont tous là pour la même chose. Alors il laissera son agressivité de côté. Il a bien mieux à faire.

La pièce s'excite de plus en plus et il sait qu'il est sur le bon chemin, ses pas résonnant dans les cachots. Quand il arrive devant la porte, il fouille sa mémoire à la recherche de cette phrase imprononçable qui lui est pourtant nécessaire. Il pince les lèvres, fronce un peu les sourcils. Quand il la retrouve, son français est plus que pitoyable mais fait l'affaire, lui arrachant un haussement d'épaule satisfait. Tant mieux, si ça suffit. Quand il passe la porte, il remarque d'entrée les nombreuses personnes présentes. Il n'est pas en avance, pas en retard non plus, mais il y a déjà foule. Une partie d'entre eux semble d'ailleurs déjà imbibée et le Gryffondor se dit qu'il faut qu'il rattrape. Être à la ramasse dans ce genre de soirée n'a jamais été son genre.

Son rire se fait rapidement entendre alors qu'il échange avec des élèves avec qui il n'avait jamais vraiment discuté, les accents à couper au couteau ne l'aidant en rien à se calmer. Mais il n'y a, ce soir, aucune moquerie, simplement de la bonne humeur alors que les muscles de son dos se détendent et qu'il écoute avec avidité les histoires d'ailleurs, les blagues limites qu'ils partagent malgré les différences culturelles. Peut-être qu'il y a du bon, dans cet échange, au final. Même s'il ne les jugeait pas d'entrée tous pourris, il réalise qu'il y a peut-être bien plus de potes potentiels que ce à quoi il s'attendait.
Il tente comme il peut d'éviter les gens, se disant que passer près des danseurs avec un verre plein n'était pas son idée la plus glorieuse. Il a de bons réflexes en temps normal mais avec l'alcool qui court dans ses veines, il ne se ferait pas nécessairement confiance pour aller frapper du Cognard. Autant dire que là, malgré la concentration qui se lit sans peine sur son visage, il n'en est pas à la moitié du chemin que sa main est loin d'être sèche. Entre ça et le bruit qu'il y a, il ne réalise ce qui se passe à côté de lui que quand c'est trop tard, que quand il est trempé, sa chemise collant à sa peau de manière désagréable, des mains agrippant ses épaules. Bordel de... Le North ne finit pas sa phrase, se contentant de lever ses bras en l'air comme il le peut avec la jeune femme accrochée à lui. Désolée, je t'ai fait mal ? Je voulais pas... Ça va ? Il nie doucement de la tête. Nan, ça va, ça va. Toi ? Y a un problème ? Ce qui le pousse à demander, c'est le mec derrière elle qui reprend son équilibre comme il le peut, le bras tendu vers elle, un air agacé sur le visage. Alors Flynn glisse son bras autour des épaules de la demoiselle, haussant un sourcil, dans une incitation silencieuse à venir le défier, là, maintenant. Il réalise rapidement que l'autre n'osera pas, pas alors qu'il jette des regards autour de lui et semble remarquer les quelques personnes autour d'eux qui commencent à observer la scène, attendant de voir s'il y aura du sang.

Bien vite, il file sans demander son reste, le Gryffondor laissant retomber son bras alors qu'il tire distraitement sur sa chemise dans une vaine tentative de la décoller de sa peau, le tissu venant se reposer contre son torse à l'instant même où il le relâche. C'est loin d'être la première fois que ça lui arrive, mais ça n'en devient pas plus agréable à chaque fois. Il soupire, puis plante son regard dans celui de la jeune femme en face de lui, toute trace d'agacement s'effaçant de son visage alors qu'il met déjà ça derrière lui. Bon, je dois aller m'en rechercher un. Je te prends quelque chose, au passage ? Il ne la connaît pas, pas vraiment. Elle est de la même maison que lui, elle est nouvelle ici, mais ça s'arrête là. Il n'est même pas certain de connaître son nom, mais il n'en a pas grand-chose à faire, sur l'instant.

made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar




Flynn North & Ielena Dimitrova

Un problème. Les problèmes, elle ne connaissait que cela, la fille du Gryffon et ce jusqu'au milieu d'une piste de danse entourée de gens de son âge. Il fallait que cela arrive, comme une fatalité attachée à sa vie, c'était ainsi et ça ne pouvait se passer autrement. Alors, son regard cours : sur les visages des curieux, sur leurs sourires en coin et sur ce morceau de tissu trempé que son propriétaire agite en vain pour tenter de le sécher. Un problème. Par définition même, ceux là sont voués à se résoudre ; pourtant, les faits désormais étaient là, parlant, criant même à l'infortunée qu'elle ne saurait jamais goûter aux joies d'une situation quelconque sans en tirer son lot d'ennuis, lesquels, pour l'heure, ne semblaient pas encore prêts de s'achever. Trop occupée à se recroqueviller sur elle-même, elle ne vit ainsi rien venir, ni du regard empli de défi du Gryffondor à ses côtés, ni de celui qu'il dévisageait ainsi, tout prêt à s'en revenir à la charge. Un geste pourtant et tout bascule quand le bras du rouge et or s'en vient l'entourer aux épaules, la tirant ainsi de ses lamentations pour mieux comprendre la scène se déroulant autour d'eux. Un regard, rien qu'un sourcil arqué et de problème ne subsistait plus rien. Dès lors, le regards cristallin de la russe s'illumine en un subtil mélange d'admiration et de jalousie. De l'admiration, pour celui qui prend les choses en mains, prêt à bondir et à protéger celle qui non seulement lui était parfaitement inconnu l'instant passé, mais également celle qui venait sans doute de ruiner dans le même temps, et sa chemise et une partie de sa soirée. De la jalousie aussi, pour celui qui d'un simple regard savait laisser entendre qui commandait au point de pousser à la fuite le trouble-fête, une faculté qu'elle avait envié toute sa vie à bien des gens autour d'elle à commencer par son propre demi-frère. Était-elle donc condamnée à n'être que de ces personnes trop fragiles pour assurer leur propre tranquillité elles-mêmes ? L'évidence de la réponse lui noue l'estomac au point de penser un instant repousser celui qui venait vaillamment de lui sauver la mise. Elle se résonne pourtant, l'ange russe, se fourvoyant désormais en son for de n'être qu'une ingrate doublée d'une bonne à rien incapable d'agir d'elle-même en temps voulu. Forte de cette habitude, elle se rejouerait la scène à plusieurs reprises pour les jours à venir. Une scène dans laquelle aucun verre ne se renverserait sur aucune chemise. Une scène dans laquelle, le simple ton de sa voix aurait suffit à ne jamais provoquer la catastrophe qui venait de se produire. Pour l'heure, ne lui restait sans doute que le choix de remercier son protecteur avant que de déguerpir au plus vite de cette soirée où elle n'aurait jamais mettre les pieds. « Bon, je dois aller m'en rechercher un. Je te prends quelque chose, au passage ? »

Un temps. Silence et deux yeux cristallins s'en vinrent dévisager avec stupeur le visage de leur aîné. Sur son visage, pas l'ombre d'une rancune. Dans le ton de sa voix, rien ne laissant supposer le moindre piège ou le moindre désir d'implanter une dette entre eux qu'elle se devrait de rembourser plus tard et rien de plus n'aurait su si bien faire éclore la reconnaissance et l'incompréhension en son cœur. Trop malmenée, jamais au contact de bonnes personnes sans doute, pour la douce Dimitrova cet anglais dont elle ne sait même pas le nom lui semble désormais un alien, sans doute le plus bienvenue du monde. Un temps encore pour laisser le soin à ses joues de se défaire de leurs rougeur et la voici qui lutte désormais entre son envie de quitter les lieux au plus vite et cette sensation désagréable de se montrer irrespectueuse envers l'autre en refusant sa demande. Elle n'avait jamais su dire non après tout et déjà, le valeureux s'éloignait pour accomplir sa tâche. Laissée seule à la place dont elle n'avait bougé, son réflexe se porta dès lors sur le revers de son jean dans lequel elle avait prit le soin de cacher sa baguette. Une seconde pour l'en tirer, une autre pour rendre son opacité à son propre maillot, au moins aussi humide que celui de son protecteur et s'allume en elle l'éclair de lucidité que l'incident lui avait ôté jusque lors.

« Hey, attends! »

Se précipitant auprès de celui qui attendait désormais que leurs deux verres leur soit servis, la rouge et or se gifla mentalement de ne pas avoir eu de suite ce réflexe avant que de se reconnecter au présent.

« Tu permets ? »

Ses doigts ayant déjà pincé le bout de la chemise, elle ne laissa le temps à son propriétaire de répondre avant que de passer sa main sous la part de tissu humide, l'écartant ainsi de la peau du garçon, sa baguette désormais pointée dessus.

« Tergeo »

Un bruissement succéda au sortilège qu'elle avait prononcé de son fort accent slave et le problème avait disparu, comme tout problème se trouve promis à une solution. S'écartant légèrement au moment même où l'étudiant derrière le bar improvisé s'en venait tendre leurs commandes, elle offrit au Gryffondor un sourire aussi navré que chaleureux.

« Merci encore pour... Pour ce que tu as fait tout à l'heure. C'était cool de ta part, vraiment... Un vrai Gryffondor quoi ! » Pincement de lèvres. Mais comment faisait-elle pour débiter autant de niaiseries avec une telle facilité ?

« Je m'appelle Ielena ! On est dans la même maison je crois. Pard...», Tenta-t-elle afin de justifier son indiscrétion. Prête à s'excuser de nouveau, la voix de Teodor Azarov s'en revint alors à la charge de son ordre le plus formel. Si elle souhaitait sincèrement se montrer plus forte et se faire respecter un jour de ses semblables, elle ne devait plus jamais perdre son temps en excuses et en aplatissements constant comme les Dimitrov le lui avaient si cruellement appris à le faire. Comme pour chasser son propre agacement, ses lèvres se portèrent au verre qu'elle avait désormais entre les mains, en glissant une longue gorgée s'en venant lui brûler la gorge. Si les russes avaient la réputation confirmée de leur goût pour l'alcool, rien ne les préservaient pour autant de ses effets les plus amers.

« Bref, encore merci pour tout à l'heure. Je vais y aller je pense, j'étais même pas invitée à la base de toute façon. »

Il n'aurait plus manqué que sa trop grande honnêteté la trompe auprès de celui lui ayant brillamment sauvé la mise et elle pourrait, sans regrets, quitter également cette école dans laquelle elle n'avait pas plus sa place qu'au sein de Durmstrang.


©Aloysia



Revenir en haut Aller en bas
Flynn L. North
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : Gryffondor en seconde année GISIS, cursus sécurité magique
Célébrité : Jonathan Young
Pseudo : Zire Âge : 23 Parchemins : 1723 Gallions : 465 Date d'inscription : 01/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1545-flynn-theres-a-million-things-i http://www.mumblemumps.com/t1549-flynn-id-rather-be-divisive-than-indecisive http://www.mumblemumps.com/t1551-flynn-when-youre-gone-who-remembers-your-name http://www.mumblemumps.com/t2074-journal-de-zire
En ligne



Evacuate the dancefloor

Flynn a l'impression d'attendre un long, très long moment sa réponse. Il la dévisage un peu, ses sourcils se fronçant par à-coup alors qu'il pince les lèvres, le silence en seul retour. Elle ne refuse pas immédiatement et il finit par considérer l'absence de réponse comme une réponse en soi, un « oui » silencieux. Même si elle vient tout juste de lui tomber dessus, elle semble loin d'être saoule au point de ne pas savoir comment dire « non », alors si ce mot ne vient toujours pas, c'est qu'elle doit hésiter. Et rien de mieux pour mettre fin à une hésitation que d'accepter à sa place. Il prend les devants et se dirige à nouveau vers le type qui l'a servi à peine quelques minutes plus tôt. Ils échangent un regard, celui de l'autre élève se portant à sa chemise. Pas besoin de mots, pas cette fois. Le Gryffondor lève une main, deux doigts tendus en l'air pour faire passer le message. Hey, attends! Il ne réalise pas toute suite que c'est lui qu'on interpelle, que c'est son attention qu'on cherche à attirer. Avec le monde qu'il y a et les personnes autour de lui, ces quelques mots rentrent par une oreille et sortent par l'autre. Pourtant, alors qu'il attend les verres, il voit la jeune fille arriver vers lui, baguette à la main, lui arrachant une moue d'incompréhension. Tu permets ? Permettre quoi ? De quoi donc ? Il ouvre la bouche, prêt à poser la question, mais elle ne lui laisse pas le temps de sortir un simple son, passant directement sa main sous sa chemise trempée. Sourcils haussés, sourire hésitant, il hésite sur la manière dont il doit réagir, pas longtemps, heureusement. Tergeo Un « aaaah » discret franchit ses lèvres alors qu'il comprend mieux, hochant doucement de la tête. Evidemment. Ça fait sens. Merci.

Merci encore pour... Pour ce que tu as fait tout à l'heure. Elle a un accent prononcé, aussi prononcé que celui des mecs avec qui il riait un peu plus tôt. Sans surprise, ses lèvres s'étirent en un sourire amusé qu'il dissimule derrière son nouveau verre dont il compte bien profiter avant que celui-ci finisse sur ses vêtements. C'était cool de ta part, vraiment... Un vrai Gryffondor quoi ! Il ne peut s'empêcher de rire cette fois, le bruit étouffé dans l'alcool, ce dernier manquant de l'étouffer lui. « Un vrai Gryffondor ». Il a hâte du jour où on l'appellera « faux Gryffondor », tiens. Si le choixpeau a su où le placer sans la moindre hésitation, c'est pour une bonne raison, après tout. Mais il apprécie le compliment, comme à chaque fois que quelqu'un lui en fait un, et hausse une épaule comme si ce n'était rien. Pourtant, coq comme il est, il ne peut s'empêcher de se redresser un peu, le léger boost de sa fierté peu maîtrisé avec sa faible alcoolémie. Je m'appelle Ielena ! On est dans la même maison je crois. Pard... Il acquiesce, ne prêtant pas attention au fait qu'elle se coupe elle même, comme une grande. Il n'est que rarement le genre à insister pour savoir, et ne l'est clairement pas ce soir. Flynn. Avec beaucoup de retard, bienvenue chez les Rouges et Or. Beaucoup de retard. Mais en même temps, s'il devait faire ça avec chaque nouveau venu, il n'aurait jamais fini. Là, il profite de l'instant pour le faire parce qu'il y pense, mais ça s'arrête là.

Bref, encore merci pour tout à l'heure. Je vais y aller je pense, j'étais même pas invitée à la base de toute façon. Le North cligne un court instant des yeux, comme s'il ne voyait pas le problème. Et ? T'es là, maintenant. T'as bien réussi à rentrer, nan ? A moins que t'aies accompagné l'autre con, là, vague geste de la main en direction de l'endroit où ils se tenaient un peu plus tôt, si t'es là c'est que t'avais ce qu'il fallait pour rentrer. Tant que t'as buté personne pour l'avoir, on se fout un peu de comment t'as fait, non ? Là, il parle pour lui. Parce qu'en vérité, il n'a aucune idée de si c'est grave qu'elle soit là ou non, ou même de comment elle a bien pu faire pour venir si elle n'a pas été invitée. Il se rappelle vaguement de ce qui était inscrit sur la lettre qu'il a abandonnée quelque part dans ses affaires au dortoir, mais il doute que ça s'applique à la situation, voire même que ce soit autre chose qu'un simple mot de passe. Peut-être bien que si. Il ne sait pas. Il s'en fout un peu. T'as pas fini ton verre de toute façon, ça serait vraiment un mauvais moment pour fausser compagnie au type qui te l'a offert. Je pourrais le prendre mal. A son expression, il est clair que non, il ne pourrait pas. Et puis peut-être bien qu'elle l'a fini, son verre. Si elle a une bonne descente. Aller, tu vas pas te barrer maintenant alors qu'il s'est encore rien passé, si ? Tu t'es quand même pas infiltrée ici pour aller te coucher en même temps que les Poufsouffles ? Il n'a pas la moindre foutue idée de l'heure qu'il est, mais il profite de la réputation de leurs sympatiques camarades pour faire passer son message, taquin. Si ça se trouve, ils étaient même déjà couchés bien longtemps avant que cette soirée commence.

made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar




Flynn North & Ielena Dimitrova

A ses maigres présentations s'en viennent les siennes et le nom qu'il lui tend. Flynn. Court et simple, comme un son virevoltant. Un nom à l'anglaise qu'elle se surprend à aimer déjà quand, pour l'heure, rien ne l'étreint plus que le besoin pressant de s'en aller. Foutue Brisbee, foutu galion ! Si le sommeil se trouve loin de la gagner, rien ne la défais désormais de l'idée qu'elle n'est pas à sa place ici, au milieu des étudiantes voluptueuses et des danseurs agiles se berçant aux rythmes des Bizzar'Sisterz. Elle panique, n'en laisse rien paraître quand l'ombre du recul qui a toujours pesé sur sa vie menace à présent de lui faire prendre ses jambes à son cou. Un avis que ne partage nullement son nouveau compagnon d'errance, lequel s'enjoint de lui rappeler qu'elle est ici à présent, avec tout ce que cela requiert d'effort pour entrer. A l'idée qu'elle ait seulement pu accompagner le « con » désigné, la russe émet un froncement proche de la grimace laissant le geste répondre à sa place, comme s'il s'était agi là de l'idée la plus répugnante qu'il soit, tandis que l'autre poursuit la valse des meilleurs arguments. Allait-elle partir se coucher, telle une gentille poufsouffle, pour avoir simplement bousculé celui qui avait remis chaleureusement un verre entre ses mains ? La politesse ne lui avait certainement pas été enseignée de la sorte. En ce sens, ce Flynn avait raison. Sans savoir où diriger ses pas, sans même avoir été invitée, sa présence se trouvait désormais au milieu de tous ceux que Poudlard comptait d'étudiants approuvés des autres et, coup de chance ou simple hasard, pas l'ombre d'un autre représentant du clan Dimitrov à l'horizon ; Qu'elle seule, l'aubaine était trop belle. Et puis, son anniversaire approchait à grand pas à présent. Dans quatre jours, elle serait majeure et tout le monde s'en ficherait bien, les Azarov mis à part sans doute, alors cette soirée allait être l'occasion de célébrer dignement ce qui ne serait jamais fêté en famille, ni même autours d'une masse grouillantes d'amis qu'elle n'avait pas. Brisbee avait eu raison, lui aussi : cette soirée était la sienne, pas question d'en perdre une miette. Laissant glisser le contenu de son verre le long de sa gorge, la rouge et or se surprit d'un rire franc à l'entente de sa question. Aller, tu vas pas te barrer maintenant alors qu'il s'est encore rien passé, si ?


« Et qu'est-ce qui est censé se passer ? »

Si la tête lui tourne, elle n'en fait guère état de cause. Déjà, la musique bat un rythme qui entraîne de plus bel les danseurs et convaincs jusqu'à ceux ayant préféré se tenir assis jusque lors. Seconde gorgée, la dernière. Repoussant sa chevelure en arrière, ses yeux s'en viennent contempler les corps se mouvant les uns contre les autres, ses doigts tapant le rythme contre son verre, désormais vide, qu'elle finit par déposer sur un coin de table. Lui n'a pas cillé, toujours présent à ses côtés. Autour d'eux, les uns et les autres s'agitent qu'elle observe à nouveau, un brin envieuse, avant que de faire un signe de tête à son camarade de maison l'invitant à les rejoindre. Si l’audace lui aurait semblé impossible à concevoir à son arrivée, la voici pourtant bel et bien désormais au milieu de la piste, laissant son corps onduler au rythme de la musique. En temps normal, Ielena Dimitrova se serait retenue d’une telle chose, se serait évaluée négativement sur chacun de ses gestes, sur chacune de ces lueurs s’allumant dans ses yeux. Elle ne pense plus pourtant, l’ange russe, laissant tout ce que son esprit sait trop bien former de négatif de côté. Ni Basilic, ni Gryffondor, pas même une Dimitrov, elle n’est plus qu’elle-même en cet instant où, malicieuse, ses mains s’en viennent saisir celles du rouge et or à ses côtés qu’elle enjoint à sa transe, se complaisant à partager cet instant entre lui et d’autres étudiants tout proches d’eux s’adonnant aux mêmes réjouissances. Heureuse. Finalement, peut-être était-ce cela, ce sentiment qu’elle ressentait de façon inédite. Un sentiment de légèreté, d’acceptation de tout et de joie, comme une douce définition du bonheur qu’elle semblait goûter pour la première fois de sa vie, à en perdre la notion du temps qui s’écoule, à n’en plus discerner les différentes variations des instruments la portant avant que les échos de batteries ne s’affaissent au profit d’une mélodie berçante, bien plus douce.

Temps d’arrêt. Autour d’eux, les uns trouvent les unes, transformant la masse grouillante débordant d’énergie en un ballet ordonné de corps enlacés tandis que ses yeux interrogent ceux de son nouvel ami. Il leur faudrait peut-être un autre verre après tout, du moins le pense-t-elle jusqu’au moment où ses bras s’en viennent s’enrouler instinctivement, comme se mouvant contre sa volonté, autour de la nuque du North. Si son cœur semble rater un battement, si ses joues se sont colorés au sentir de cette proximité toute nouvelle, bien vite, le tout s’estompe pour rendre ses parts au sentiment d’oisiveté. Soupire. Il fallait vraiment qu’elle se prenne constamment la tête pour tout, pour rien. Sa vie n’avait certes rien de bien enviable, elle n’en restait pas moins la seule apte à en faire quelque chose de plus doux, de plus appréciable. Elle n’y parviendrait certainement pas seule, mais seule, elle ne l’était pas ce soir. Ainsi, ses lèvres vinrent approcher l’oreille du Gryffondor ayant bien accepté sa présence à ses côtés.

« Merci de m’avoir empêchée de partir tout à l’heure. Cette soirée est vraiment géniale depuis que t’es là. »





©Aloysia



Revenir en haut Aller en bas
Flynn L. North
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : Gryffondor en seconde année GISIS, cursus sécurité magique
Célébrité : Jonathan Young
Pseudo : Zire Âge : 23 Parchemins : 1723 Gallions : 465 Date d'inscription : 01/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1545-flynn-theres-a-million-things-i http://www.mumblemumps.com/t1549-flynn-id-rather-be-divisive-than-indecisive http://www.mumblemumps.com/t1551-flynn-when-youre-gone-who-remembers-your-name http://www.mumblemumps.com/t2074-journal-de-zire
En ligne



Evacuate the dancefloor

Et qu'est-ce qui est censé se passer ? Excellente question, vraiment. Sur le coup, il n'a aucune réponse à apporter, ou plutôt en a beaucoup trop qui lui viennent instinctivement en tête pour en trouver une seule à lui donner. Des trucs qui arrivent dans ce genre de soirées, il y en a en masse, et il ne saurait pas par quoi commencer, ni même laquelle serait la plus à même de convaincre la demoiselle de rester ici jusqu'à ce que ça arrive. Il doute que la violence soit ce qui l'attire le plus et se retient donc de mentionner les bagarres qui, bien qu'ayant déjà commencé pour certaines, ne tarderont certainement pas à se faire plus nombreuses. Quoi qu'il pourrait bien être surpris, il ne la connait pas, après tout. Pour le peu qu'il connaît d'elle -et c'est vraiment, vraiment très peu-, elle pourrait tout aussi bien raffoler de la vue du sang qui s'écoule d'un nez brisé, ou du son que font les phalanges quand elles heurtent un crâne. Alors il hausse les épaules et garde le silence, replongeant un court instant le nez dans son verre. Ils n'échangent pas beaucoup, mais elle l'invite rapidement à la suivre sur la piste de danse et il n'hésite qu'une brève seconde avant de finir sa boisson et de la poser sur la table derrière lui, suivant la Rouge et Or en évitant comme il le peut les gens qui bougent autour de lui et lui rentrent dedans sans ménagement, repartant aussi vite qu'ils sont venus vers lui sans quitter un moment la transe dans laquelle ils semblent être. Il débranche son cerveau, laissant son corps se mouvoir au rythme de la musique au milieu de la foule, appréciant l'instant pour ce qu'il est, la compagnie qu'il a, le fait que ce soir, ils ne pensent plus à rien d'autre que là où ils sont, que Poudlard n'est que le lieu où ils sont, et non pas tout ce qui y est lié et qui rythme leur vie au quotidien.

Les bras de la jeune Russe viennent trouver son cou quand la musique change et que les gens commencent à s'enlacer dans un mouvement unique, repris par tous, et il passe instinctivement les siens autour de sa taille à elle, accueillant les rougeurs de ses joues avec un léger sourire qui n'a rien de provoquant, qui n'est rien d'autre que l'expression du fait qu'il se sent bien, là, tout de suite. Il profite de la chaleur de son corps contre le sien, du poids de ses avant-bras sur ses épaules, de sa proximité. De la musique, moins marquée, plus calme, qui se fait entendre malgré les discussions qui proviennent d'un peu partout, de tous les coins de la pièce, les rires en cascade se mêlant à ceux clairement noués par l'alcool. De l'heure qui passe, de la fatigue de la journée, de l'alcool consommé qui engourdissent doucement ses muscles sans pour autant vraiment le mettre encore à terre, le laissant simplement apprécier la soirée sans que rien ne vienne perturber son esprit, sans que rien ne vienne lui prendre la tête, l'obséder. Elle rapproche son visage de lui et automatiquement, il penche un peu la tête pour l'écouter, lui facilitant la tâche. Merci de m’avoir empêchée de partir tout à l’heure. Cette soirée est vraiment géniale depuis que t’es là. Quand il se redresse, son sourire laisse apparaître ses dents. Y a vraiment pas de quoi, tu sais ! Le plaisir est pour moi ! Des compagnies désagréables en soirée, il en a eu plus d'une. Ielena n'en fait pas partie, et il en est heureux. Heureux, aussi, parce qu'elle semble se réchauffer à l'idée de cette soirée, parce qu'elle semble être moins encline à partir, persuadée que là n'est pas sa place. Parce que ça semble bien se passer pour elle, maintenant. Et que si ça se passe bien pour elle, alors tout va bien. Le fait qu'elle ait déjà eu des problèmes avec l'autre type un peu plus tôt est bien suffisant, il préfère qu'elle ne considère pas sa soirée comme ruinée et son temps comme perdu. Elle aurait très certainement été très bien sans moi, mais merci quand même. Un peu d'humilité, une fois n'étant pas coutume. Il ose espérer que s'il ne l'avait pas fait lui, quelqu'un d'autre serait intervenu quand elle avait des problèmes. Ou qu'elle aurait trouvé une solution d'elle-même, qui sait. Elle est chez les Gryffondors, elle aussi, elle doit avoir de quoi réagir dans les tripes.

Ses doigts lacés dans le dos de la demoiselle tandis qu'il se laisse bercer par la musique viennent se dénouer quand cette dernière change de nouveau, laissant la foule reprendre ses aises sur la piste, se faire un peu plus agitée. Je vais te chercher quelque chose d'autre à boire ? Pas qu'il cherche à la rendre particulièrement ivre, mais s'il peut se rendre serviable, il le fera. Il s'éloigne déjà, toujours tourné vers elle, agissant avant même d'entendre sa réponse.

made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar




Flynn North & Ielena Dimitrova

Empoignée par un monde sans regard pour s'en venir désapprouver ses actes, elle songe. Songe, rien qu'un instant, aux yeux défiant de fureur que poserait son prétendu père si ce dernier, après l'avoir toujours si promptement écartée des festivités de ce genre, la voyait ainsi en transe, s'offrant à ce semblant de liberté si délectable. Songe aux gestes brusques qu'opérerait son demi-frère pour l'en écarter, aux jurons et aux insultes que sa prétendue famille lui assénerait, aux regards désapprobateurs de toute cette belle élite russe si bien pensante et à tous ces anonymes autours d'elle ne percevant de la rouge et or qu'une ombre presque invisible. Pour tout ceux-là et pour tant d'autres encore, la voici qui délivre un message sans besoin de mot. Rien qu'une danse, puis une autre, pour afficher à la face du monde comme elle se pouvait être libre et comme leurs chaînes étaient impuissantes face à son désir d'émancipation. Dix-sept ans bientôt et elle n'attendait plus que cela. Que l'heure où son existence ne serait plus responsable que d'elle-même, et elle danse alors, la Dimitrova, encore et encore, se mouvant entre élégance et mimétisme contre ce compagnon de fortune que la nuit lui avait désigné. Aurait-elle été si bien sans lui qu'il ne l'affirmait humblement ? Elle en doute fort, n'émet pourtant aucune protestation. Qui pourrait seulement le savoir au fond, alors que cessent les lenteurs harmonieuses faisant place de nouveau, à des rythmes entraînants ? Déjà, le Gryffondor s'éloigne. Aux premières grimaces manifestées par le goût âpre des mélanges d'alcools, une délectation nouvelle s'en était venue au dernier verre. Son palet s'habitue, son esprit s'embrume déjà. Mieux vaudrait l'en empêcher, cesser de suite cet abus qu'elle s'apprête à commettre, mais la dernière idée s'en revient alors plus forte encore. Dix-sept ans, bientôt. Elle serait libre alors : libre de quitter cette prison lui ayant fait office de toit, libre d'injurier chacun des Dimitrov si cela lui chantait. Sa vie ne leur appartiendrai plus, quoi qu'ils en aient pu décider pour elle.

Où irait-elle alors ? Pour combien de temps ? Cela aussi, n'avait plus aucune importance, pas plus que d'obtenir ses GISIS, que de trouver un époux convenable. Partir. Partir. Partir. Cela seul l'obsédait à présent qu'elle avait entrevu l'illusion d'une indépendance en laquelle elle pensait ne plus croire. Alors, elle le laisse faire, ce garçon si serviable qu'il en paraîtrait ambigu, trinquant avec lui le sourire aux lèvres quand déjà la tête lui tourne et que les visages se déforment, froissant progressivement la netteté du décor environnant. Tout a un goût de neuf, à transformer la réalité en irrationnel. Et coulent et coulent les liqueurs de la nuit auxquelles elle tente à présent de donner un sens.

« Quitte à passer notre temps un verre à la main, ça te dit qu'on fasse un jeu ? » Silence, un temps, avant qu'entre deux gorgés elle ne trouve le moyen de se justifier. « Mon frère fait tout le temps ça en soirée : au lieu de simplement boire, ils se donnent des défis à relever, se posent des questions, des trucs de ce genre. »


Fière de sa proposition et de pouvoir goûter à son tour aux joies que s'était toujours octroyé son aîné à ses propres dépens, elle n'en oublie pas moins de taire comme elle avait prit connaissance de ces jeux : en étant la victime toute désignée du Dimitrov et de ses amis.


« C'est comme un Cap ou Pas Cap avec une punition alcoolisée à la clé ! Ça te dis ? »

Proposer un jeu pouvait paraître enfantin à ce moment de la soirée. Elle n'avait pas dix-sept ans pourtant. Le temps lui serait suffisamment donné à l'avenir de faire preuve de plus de maturité.



 


©Aloysia



Revenir en haut Aller en bas
Flynn L. North
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : Gryffondor en seconde année GISIS, cursus sécurité magique
Célébrité : Jonathan Young
Pseudo : Zire Âge : 23 Parchemins : 1723 Gallions : 465 Date d'inscription : 01/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1545-flynn-theres-a-million-things-i http://www.mumblemumps.com/t1549-flynn-id-rather-be-divisive-than-indecisive http://www.mumblemumps.com/t1551-flynn-when-youre-gone-who-remembers-your-name http://www.mumblemumps.com/t2074-journal-de-zire
En ligne



Evacuate the dancefloor

Quitte à passer notre temps un verre à la main, ça te dit qu'on fasse un jeu ? Quelques mots, simplement, et la demoiselle pique sa curiosité avec une efficacité redoutable. Flynn hausse un sourcil, l'incitant à continuer en silence, la laissant finir sa gorgée. Mon frère fait tout le temps ça en soirée : au lieu de simplement boire, ils se donnent des défis à relever, se posent des questions, des trucs de ce genre. Il acquiesce par compréhension, peu surpris par l'information. Ce genre de jeu-là, que ce soit en Angleterre, en Russie, n'importe où, ils sont plus d'un à s'y adonner, peu importe la culture, peu importe le pays. Pour certains, c'est même un rite, une obligation à chaque soirée, comme si l'idée même d'une nuit alcoolisée sans ce genre d'amusement était une absurdité sans nom. Pour lui, ça vient comme ça se présente, des fois avec, des fois sans. Il n'a rien contre le fait de simplement profiter de l'alcool qu'il a entre les mains, loin d'être dérangé par la possibilité de « simplement boire », mais si elle veut pimenter un peu les choses, se distraire davantage, alors il est prêt à suivre sans trop de plaintes. C'est comme un Cap ou Pas Cap avec une punition alcoolisée à la clé ! Ça te dis ? Elle semble plus qu'enjouée par la possibilité d'un tel jeu, et il n'a ni l'envie de la décevoir, ni celle de passer à côté d'un Cap ou Pas Cap, activité qu'il affectionne parfois bien trop. Le fait que l'alcool soit la punition et non la récompense lui semble un peu décalé avec le ton de la soirée, mais rien ne l'empêche de boire s'il le souhaite, aussi s'annonce-t-il partant, croisant partiellement les bras sur son torse, levant le coude pour prendre une, deux gorgées, son regard parcourant la salle alors qu'il réfléchit.

Puisque tu as lancé l'idée, on commence par toi, ça te va ? La question est plus pour la forme que parce qu'il lui laisse sincèrement le choix, reprenant directement, avant même qu'elle puisse apporter la moindre réponse. Si on lui posait la question, il répondrait certainement que c'est parce que l'honneur est aux dames. Sûrement. Cap ou pas cap de... Il laisse la dernière voyelle s'étendre alors qu'il cherche ostensiblement quelqu'un des yeux, se décidant finalement avec un bref coup de tête. D'aller voir la nana là-bas, de la main qui tient son verre, il pointe du doigt une blonde qui semble déjà largement alcoolisée, en pleine discussion à quelques pas d'eux avec d'autres filles, ses bras bougeant bien trop au goût des personnes près d'elle, et de te faire passer pour sa meilleure pote depuis des années, en insistant, comme si elle t'avait oublié ? Ignorant presque tout de la Rouge et Or, l'Anglais lance un premier défi sans trop savoir où sont ses limites, préférant tabler sur quelque chose de plutôt simple, de pas trop gênant, et surtout sur une cible que ne se rappellera très certainement rien une fois le soleil levé.

made by roller coaster


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
Evacuate the dancefloor | Flynn & Ielena
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Normand Flynn
» 'Something brought you here, Flynn Rider. Call it what you will, fate, destiny...' 'A horse.'
» Flynn Rider cavalier de Waterloo
» Sennar Walsh Cavalier d'Hazufel ; Arthur Cavalier de Kita ; Flynn Rider Cavalier de Waterloo
» Flynn Bennett - Asa Butterfield

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: SAISON 1-
Sauter vers: