Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 6
La version six est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'anniversaire du forum et la rentrée, venez fêter avec nous !
Découvre tout ici
Joyeux anniversaire !
Mumblemumps vient de souffler sa première bougie. Venez la célébrer avec nous !
Plusieurs animations ont été mises en place pour festoyer comme il se doit !
Jette un oeil aux animations !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

rowella ⊹ soirée-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom

Rowan Moore
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : 2e année de GISIS Sécurité magique
Célébrité : Diego Barrueco
Pseudo : .sparkle Âge : 26 Parchemins : 496 Gallions : 41 Date d'inscription : 30/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1704-rowan-heartbroken http://www.mumblemumps.com/t1731-rowan-liensrp http://www.mumblemumps.com/t1730-rowan-maella-la-chouette-triste http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Rowan & Belladona
flashback
soirée-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom

- Mars 1998 -

Avec le ministère aux mains du Seigneur des Ténèbres et Poudlard aux mains du directeur Rogue, seuls les élèves de sang pur, voire de sang mêlé, avaient été acceptés cette année. Rowan n’eut aucun mal à prouver qu’il avait des sorciers dans sa famille. A vrai dire, son sang était presque pur, à part quelques ancêtres de sang mêlé et nés moldus qui apparaissaient par-ci par-là dans son arbre généalogique. Ce n’était malheureusement pas le cas pour tout le monde et certains, comme Zoella, avaient dû fuir loin. Zoella ne lui avait jamais dit où elle s’était réfugié, mais elle envoyait régulièrement des lettres à Rowan en se faisant passer pour sa cousine. Tous les deux savaient que les lettres étaient inspectées. Comme il avait une cousine nommée Zoe, c’était parfait. Jusqu’au jour où il ne reçut plus aucune lettre, c’était un peu après Noël. Pendant des semaines, il s’était inquiété pour elle, n’en parlant qu’à peu de monde. Il voulait croire qu’elle s’était cachée si loin que son hibou ne trouvait plus le chemin. C’est sa petite sœur, Maelys, qui lui apprit la terrible nouvelle, le détruisant instantanément. Pendant plusieurs jours, Rowan n’avait plus adressé la parole à personne et il passa un terrible mois de janvier. Il se fit passer pour malade pour ne plus aller en cours. Ses amis avaient du mal à le faire sortir de son lit. Il allait mal. Zoella était tout pour lui. Elle avait été son premier véritable amour, la première fois qu’il pouvait dire qu’il était vraiment tombé amoureux. Zoella avait été assassinée. Il passa des jours à imaginer dans quelles conditions elle était morte, à se dire qu’il ne pourrait plus jamais la prendre dans ses bras, lui dire qu’il l’aimait. Il était dévasté. Lui aussi voulait mourir. Ses parents étaient responsables, il en était persuadé. C’était la faute de Maelys, elle avait révélé à ses parents qu’il sortait avec une née moldue. Il n’aurait jamais dû lui faire confiance. Mais c’était sa petite sœur, ils étaient très proches, il l’aimait elle aussi et savait qu’il ne pouvait pas lui en vouloir. Il dirigea très vite sa colère contre ses parents à qui il hésita de nombreuses fois à écrire des lettres insultantes pour se venger. Il ne le fit toutefois pas.

Janvier passa, février aussi. Rowan commença à se relever peu à peu du décès de Zoella. Autour de lui, on ne comprenait pas ce qu’il avait. Très peu étaient au courant qu’il sortait avec la Serdaigle. Pour eux, Zoella était une victime parmi d’autres, un nom sur la liste des nombreuses victimes de la guerre. Belladona était là pour lui. Après des semaines à le harceler pour savoir ce qui s’était passé pour qu’il soit dans cet état, elle avait fini par comprendre en tombant sur la nouvelle liste des victimes et en voyant le nom de celle qui était sa petite-amie. En discuter avec elle l’avait un peu soulagé. Il ne voulait en parler à personne d’autre et avait fait promettre à Bell de tout garder pour elle. En mars, après une soirée à étudier, Bell et Rowan décidèrent de laisser leurs devoirs de côté pour se changer un peu les idées. Il avait décidé de sortir les deux bouteilles de whisky pur feu qu’il avait reçu pour Noël de la part de sa sœur Ornella. Il n’avait plus la tête à étudier et ils n’avaient pas cours le lendemain, c’était donc le moment parfait pour s’alléger l’esprit. D’ailleurs, il sentait bien que Bell n’était plus non plus la même ces derniers jours. Plus les mois passaient et plus il était difficile d’être élève à Poudlard. Lors de cette soirée, Belladona et Rowan discutèrent pendant des heures, l’alcool aidant, cachés dans une petite pièce de la salle commune qui servait de réserve et où personne n’allait jamais. Ils se dirent plus de choses en une soirée qu’ils ne s’étaient dit depuis la rentrée, prétendant que le lendemain, ils ne se souviendraient plus de rien. Sauf qu’à creuser aussi profondément dans leurs sentiments, ils finirent par avoir envie de se consoler dans les bras l’un de l’autre. Et ce qui devait arriver, arriva...

Le lendemain, Rowan se réveilla avec un gros mal de crâne, mais aussi de dos. Il ne se trouvait pas dans son lit, mais par terre. Il y avait quelques coussins autour de lui et seule sa robe de sorcier posée sur son corps l’empêchait d’avoir froid. Soudain, au moment où il posa les yeux sur la chevelure blonde dans ses bras, les souvenirs commencèrent à lui revenir. « Putain. » Dit-il en réveillant Belladona, la secouant un peu et la retirant de ses bras pour aller enfiler son boxer au sol un peu plus loin. Il se rhabilla en trouvant peu à peu ses vêtements et envoya à Belladona les siens. En prenant dans ses mains la culotte de Bell, il se maudit mille fois et la lui rendit très vite. Il prit son temps parce qu’il ne voulait pas encore affronter son regard. Peu un peu, il se souvient de chaque détail de la soirée de la veille : leurs baisers, leurs caresses, leur délivrance. « Putain… » Marmonna-t-il en semblant incapable de dire autre chose. Mais une fois habillé, il vint se rasseoir à côté de Belladona, sans la regarder dans les yeux. Il y avait tellement de choses qui clochaient dans cette brève relation qu’il ne savait pas par où commencer. Tout d’abord, Bell. Elle était comme une sœur pour lui. Il n’avait jamais vraiment pensé à elle de cette façon. Et aussi Zoella. Il n’avait pas eu d’autres relations depuis sa petite-amie décédée. Et enfin, Cassandre. Elle qui les avait réunis, il ne faudrait jamais qu’elle l’apprenne. « Rassure-moi, toi aussi, ça te fait… bizarre ? » Bizarre n’était pas tout à fait le mot, mais il n’arrivait pas à en choisir un pour décrire ce qui venait de se passer. Enfin, Rowan tourna la tête vers Bell pour se rassurer. Il espérait qu’elle soit du même avis que lui. Il ne voulait pas la vexer, il la trouvait très jolie et il avait clairement apprécié la soirée, mais il avait l’impression d’avoir fait quelque chose de terriblement mal.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Belladona Rosebury
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Célébrité : Bea Miller
Pseudo : Blimey! Âge : 24 Parchemins : 843 Gallions : 37 Date d'inscription : 07/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/10  (0/10)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1383-belladona-rosebury-knowledge-is http://www.mumblemumps.com/t1393-bell-we-know-what-we-are-but-know-not-what-we-may-be#33051 http://www.mumblemumps.com/t1395-bell-when-the-owl-sings-the-night-is-silent http://www.mumblemumps.com/t2071-journal-de-laura-blimey#52822

Soirée-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom
  Rowella

 

L’année 1998 resterait sûrement dans la mémoire de beaucoup comme l’année où Voldemort disparut pour de bon, du moins en théorie. Plus tard, les petits sorciers apprendront comment Harry Potter avait tué celui qui défiait la mort, comme le monde magique s’était déchiré pour des idéologies différentes. Cette année serait marquée dans l’histoire et pour beaucoup, cela serait une suite d’évènements intangibles, des faits relatés qui devaient sûrement avoir de l’importance, à l’instar des grandes guerres passées. Tout le monde serait d’accord pour dire que c’était tragique, mais personne ne se rendrait vraiment compte, personne ne saurait. Ils ne pourront jamais appréhender l’ampleur du désastre et de la peine, la profondeur du traumatisme et les cicatrices que cette année laissait, comme des racines dont on ne pourrait se débarrasser.

Mais pour Belladona, ce n’était pas de l’histoire, ce n’était pas du passé. Ce n’était pas un récit qui l’ennuyait dans une salle de classe ou une histoire qui lui était racontée avant qu’elle s’endorme. Pour la jeune gryffondor, c’était le présent, c’était sa vie de tous les jours. Et cela signifiait beaucoup.
Pour elle, l’année 1998 voulait dire croiser Rogue dans les couloirs alors qu’il avait assassiné leur directeur, qu’il l’avait projeté au bas de la tour d’astronomie, qu’il l’avait trahi. Il fallait le saluer, supporter ses cours, répondre à ses questions, rendre ses devoirs. Belladona détestait ça, ce besoin qu’elle avait de garder un niveau excellent alors que tout dans cette personne la répugnait.
Pour elle, l’année 1998, ça voulait dire voir la moitié de ses camarades manquer à l’appel simplement parce qu’ils n’étaient pas nés du bon côté, simplement parce que d’autres avaient décidé qu’ils n’avaient pas les même droits que n’importe quel sorcier. Belladona avait été à deux doigts de ne pas revoir les murs de pierre du château, cette année là. Elle, le rejeton tout droit sorti de l’utérus de l’enfant maudit.
Pour elle, l’année 1998 voulait dire se faire pousser dans les couloirs, subir des sortilèges mal intentionnés, se faire embêter, de faire insulter. Voir les autres révélés leur côté le plus noir, juste parce qu’ils le pouvaient, juste parce que déverser sa haine était maintenant monnaie courante, parce que c’était même encouragé. Il fallait marcher sur les autres pour se faire respecter.

Elle n’avait pas vécu cette année là, mais elle avait survécu. Elle avait petit à petit compris comment les choses marchaient et elle s’était adaptée, bien prête à se battre, à ne pas renoncer à ses idéaux, à ne surtout pas les laisser gagner. Elle était comme ça, Bell, très mauvaise perdante ; alors elle était bien déterminée à gagner. Elle s’était jouée des nouvelles règles et s’était pris de nombreux revers tous plus ou moins douloureux. Plutôt plus que moins, malheureusement. Son corps avait gagné quelques cicatrices alors que son esprit s’était endurci et qu’elle s’était accrochée aux personnes présentes. Pandore & Keith avec qui elle avait défendu les plus jeunes ; Teagan, qu’elle avait aidé à se défaire de l’emprise de ses parents; Et puis Rowan. Rowan, son ami, ce mec qu’elle détestait presque autant qu’elle l’aimait. Ça avait toujours été compliqué entre eux, aussi compliqué que c’était limpide, tout en nuance, tout en opposition. Ils se chamaillaient sans cesse, rendant parfois Cassandre chèvre. Ils étaient le blanc et le noir, le chien et le chat, l’eau et le feu. La contradiction même et pourtant une évidence.

Rowan avait été sa bouée de secours, sa bouffée d’oxygène durant l’année 1998. Sans Cassandre, il ne restait plus que Bell & Rowan et Belladona s’y était accrochée avec l’énergie du désespoir. Ce désespoir qui petit à petit gagnait les élèves, les professeurs alors que la liste des décès et des disparus s’allongeaient. Rowan n’y échappa pas ; Belladona ne le laissa pas s’échapper non plus, hors de question. Elle le voyait s’enfoncer, disparaître dans sa peine alors qu’il repoussait toute forme de vie. Belladona mit du temps à mettre le doigt sur ce qui arrivait à son ami, bien décidée qu’elle était à ne pas le laisser sombrer même si elle devait le porter sur son dos pour ça. Et puis, Zoella était apparu devant ses yeux et tout s’était enclenché, tout avait fait sens. Elle l’avait serré dans ses bras, longtemps, pleurant pour lui. Elle l’avait écouté, prête à endurer une centaine de fois la même histoire si cela pouvait le soulager, même juste un petit peu. Et puis, elle avait promis que sa bouche resterait close, gardienne du secret.

Elle l’avait vu se relever, doucement. Morose, une ombre de lui même, mais toujours présent. Elle lui en avait voulu de ne pas plus se rebeller, de n’aider que partiellement, en cachette. Il s’était pris la tête, souvent. Mais elle avait mis de côté leurs différents, c’était à elle de le réparer comme elle pourrait, même dans le désordre, même de façon bancale, pour qu’il puisse se relever.

Mais, c’était dur de rafistoler quelqu’un lorsque l’on était soit-même ébréchée, un peu tordue. Elle gardait la tête hors de l’eau, mais ne pouvait s’empêcher de boire la tasse. Ce soir de mars, ce n’est cependant pas une tasse qu’elle but en compagnie de Rowan, mais une bouteille presque entière. Son ami avait dégainé une arme fatale, deux bouteilles d’un bon whisky ; Et même si Bell n’était pas fan de cet alcool, elle n’était pas prête à dire non à la soirée de détente qu’il lui promettait. Elle en avait marre et pour cette soirée, ils avaient décidé que se saouler la gueule était une réponse plus que convenable. Assis à même le sol, des coussins de fortune éparpillés autour d’eux, ils passèrent une soirée des plus agréables à discuter à brides abattues et à rire… Du moins, c’est ce qu’il semble à la jeune fille qui ne garde que quelques flashs et une impression de douce quiétude de cette soirée oubliée.

Le lendemain, la réalité les rattrapa.

Belladona dort d’un sommeil de plomb lorsqu’une main la secoue et qu’un juron lui martèle le crâne. Il n’a pas été crié et pourtant Belladona à l’impression qu’on le lui a enfoncé de force dans le cerveau. Elle se redresse, perdue, alors que ses yeux se posent sur les étagères de la remise dans laquelle elle avait passé la soirée avec Rowan. Derrière elle, elle entend Rowan s’agiter, presque paniqué. Elle se retourne en s’étirant avant de s’arrêter net. Elle écarquille ses yeux pourtant collés de sommeil. « Tu fous quoi à poil ?! » Elle ne comprend pas, elle bloque. Qu’est-ce qu’il se passe pour que Rowan panique, complètement nu ?! Alors, elle se rend compte qu’elle exhibe sa poitrine, les bras en l’air. Elle les plaque immédiatement sur sa poitrine, prenant alors conscience de ce qui était en train de se passer. Dehors, le soleil se levait à peine, affichant une lumière basse agréable. Belladona se prit ses affaires en pleine figure, ne réalisant pas encore tout à fait, avant de récupérer sa culotte des mains de son ami. Ils se rhabillèrent, chacun évitant de regarder l’autre en face, chacun faisant le point. Belladona essaye de refaire le cours de sa soirée : à quel moment est-ce que tout cela avait dérapé…? Des images floues s’imposent à elle. Le rouge lui monte aux joues alors qu’elle le revoit lui faire du bien, alors qu’elle se revoit prendre en elle sa frustration. Elle ne sait qui a commencé, qui a initié le geste de trop mais tout cela est si… étrange.

C’est Rowan, et Belladona n’avait jamais été tentée. Elle ne peut nier qu’il est clairement canon avec sa gueule de beau gosse et son corps de rêve mais… Mais c’est Rowan, bordel ! Alors qu’elle enfile son pantalon, son tee-shirt de travers sur son corps, il pose ses fesses à côté d’elle sans toute fois croiser son regard. Il met quelques secondes avant de prononcer sa première phrase du matin. « Rassure-moi, toi aussi, ça te fait… bizarre ? » Il tourne la tête vers elle et alors que leurs regards se croisent, Belladona sent d’autres images de la veille remonter. En même temps que les liquides ingérés. Une chaleur intense s’empare d’elle sous la panique et sa tête est tellement lourde. S’éventant de sa main, elle lâche un simple. « Putain je crois que je vais vomir. »

Elle ne dit rien d’autre pendant une longue minute, laissant malgré elle le doute plané : parle-t-elle de leur relation improbable ou bien de l’alcool qui coule encore dans ses veines ? Elle décolle son tee-shirt de son corps et tente de respirer tranquillement jusqu’à ce qu’elle sente son estomac s’apaiser. « Désolée… Je parlais pas de toi, hein. » Elle lui jette un regard en coin, soucieuse. Elle espère ne pas l’avoir blessé. « Enfin, c’est pas comme si l’idée de… heu… » elle ne savait même pas comment qualifier leurs actes de la veille. De la baise entre amis ? Faire l’amour ? C’était trop doux pour être une baise, mais trop dénué d’amour passionnel pour entrer dans la deuxième catégorie. « Faire ce qu’on a fait était répugnante mais… » Elle capte son regard, désespérée à l’idée que ses mots ne reflètent pas sa pensée. Son cerveau est en bouillie et elle se sent décalquée ; Comment peut-elle s’exprimer clairement ? « Enfin. Ouais, je suppose qu’on peut dire que « bizarre » c’est le mot. Mais, t’es sûr qu’on a… ? » elle ne peut même pas se résigner à mettre une expression dessus, à le dire à haute voix. Elle passe ses mains sur son visage et comme en écho elle revoit les doigts de Rowan caressant sa peau, suivant le tour de sa bouche. Elle émet un petit couinement désespéré avant de répondre elle-même à sa question. « Ouais nan y a pas de doute possible. »

Elle souffle un coup et glisse à quatre-vingt dix degré pour faire face à son ami. Elle capte son regard et lui pose la question qui lui tord les entrailles, qui lui fait peur. « Ça changera rien entre nous, hein…? » elle ne veut pas le perdre, surtout pas maintenant.
© BLACK PUMPKIN
Spoiler:
 

_________________
You're so fine & you're mine. Tomadona;
I made it through the wilderness, somehow I made it through. Didn't know how lost I was, until I found you. I was beat, incomplete, I'd been had, I was sad and blue but you made me feel... × lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Rowan Moore
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : 2e année de GISIS Sécurité magique
Célébrité : Diego Barrueco
Pseudo : .sparkle Âge : 26 Parchemins : 496 Gallions : 41 Date d'inscription : 30/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1704-rowan-heartbroken http://www.mumblemumps.com/t1731-rowan-liensrp http://www.mumblemumps.com/t1730-rowan-maella-la-chouette-triste http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Rowan & Belladona
flashback
soirée-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom

- Mars 1998 -

Rowan avait promis à Bell que tout irait mieux après une soirée tranquille à boire et à oublier ce qu’ils vivaient à Poudlard. Ils avaient beaucoup ri, ils s’étaient détendus, mais Rowan n’avait pas prévu ce qui s’était passé par la suite. En se réveillant, tout commençait à lui revenir plus vite qu’il ne l’aurait souhaité. Il avait réveillé Bell, puis s’était levé pour aller se rhabiller et ramasser leurs affaires. Quand il entendit la Gryffondor s’exclamer : « Tu fous quoi à poil ?! » Il venait de mettre son boxer et quand il tourna la tête vers Bella, elle venait de plaquer ses mains sur sa poitrine. Il n’avait donc pas besoin de répondre à sa question, elle s’était probablement répondue toute seule. Mais après ce bref aperçu, Rowan évita de regarder Belladona. Il termina de lui rendre ses vêtements en silence, puis vint s’asseoir à côté d’elle. Il brisa finalement le silence, avant de la regarder dans les yeux en attendant la réponse. Belladona sembla se mettre à paniquer, elle s’éventa. « Putain je crois que je vais vomir. » Entre lui qui trouvait l’incident bizarre et elle qui le trouvait à vomir, il y avait quand même un fossé. Il resta un moment silencieux, essayant de se remémorer s’il avait vraiment fait quelque chose qui méritait cette qualification. En temps normal, il se serait peut-être un peu vexé et énervé, mais il n’était pas vraiment en état. « Désolée… Je parlais pas de toi, hein. » Elle s’excusait, il mit un instant à sortir de ses pensées et à se rappeler pourquoi elle s’excusait. Il fut étrangement rassuré de ne pas avoir été à vomir. Faisant croire qu’il aurait pu se vexer, il répondit : « Encore heureux. » Il posa instinctivement une main sur son triceps où était inscrit à l’encre permanente le nom de Zoella, à présent caché par la chemise de la veille qu’il avait remis sans prendre la peine de la boutonner. Il eut une pensée pour elle. Il s’en voulait d’avoir été si faible sous l’influence de l’alcool. Il était encore trop tôt. Il avait l’impression de l’avoir trompée. Il avait mal au cœur. A moins que ce soit l’effet de la gueule de bois. « Enfin, c’est pas comme si l’idée de… heu… Faire ce qu’on a fait était répugnante, mais… » Rowan la regarda en train d’essayer de s’exprimer, mais il avait l’impression qu’elle nageait sur place. Elle avait la gueule de bois, lui aussi. Ils étaient dans de beaux draps. Le sorcier la regarda comme si elle avait intérêt à bien choisir les prochains mots qu’elle allait utiliser. « Enfin. Ouais, je suppose qu’on peut dire que « bizarre » c’est le mot. Mais, t’es sûr qu’on a… ? » Perplexe, Rowan leva un sourcil. Il remarqua vite son changement d’expression et supposa que Belladona se souvenait enfin de ce qu’ils avaient fait la veille. « Ouais nan y a pas de doute possible. » Confirma-t-elle. Le Gryffondor détourna le regard. Il fixa l’étagère face à lui. Ce qui était fait était fait, ils ne pouvaient pas revenir en arrière. Rowan resta silencieux, perturbé et dans ses pensées.

« Ça changera rien entre nous, hein… ? » En levant les yeux vers Belladona, il constata qu’elle s’était tournée vers lui. Elle avait l’air inquiète. Pouvaient-ils continuer à faire comme si rien ne s’était passé ? A se chamailler comme avant ? Mais aussi à se rassurer comme avant ? Devant le regard apeuré de la Gryffondor, il ne tarda pas à répondre : « Bien sûr que non. » Même si en réalité, il n’en était pas si sûr. Avant, s’il la prenait dans ses bras, ils ne se posaient pas de questions. Comme à la mort de Zoella, elle l’avait consolé de nombreuses fois. Mais maintenant, s’ils agissaient différemment, quelqu’un verrait qu’il s’était passé quelque chose. « Enfin, j’espère. » Puis, il ajouta : « Je ne sais pas. » C’était encore trop frais pour qu’ils puissent vraiment le savoir, seul le temps permettrait de le dire. Rowan se tourna vers Bella et lui mit une petite tape sur la tête. Ce qui n’était pas forcément une bonne idée, vu l’état dans lequel ils étaient. « Fais pas cette tête… on a qu’à faire comme s’il ne s’était rien passé. Un secret entre toi et moi. » Rowan n’en parlerait à personne. Il était plutôt doué pour garder les secrets, après tout, il avait réussi à sortir avec une née moldue pendant des mois sans que personne ou presque ne l’apprenne. Même Cassandre ne l’avait jamais su. « Il ne faudra jamais en parler à Cassandre. » Si elle apprenait que ses deux meilleurs amis avaient couché ensemble, elle se sentirait sûrement trahie. L’amitié, c’est sacré. Ils avaient brisé toutes les règles. En plus, vu la relation presque fraternelle que partageait Rowan et Belladona, elle risquait d’avoir un sacré choc. Rowan se laissa tomber en arrière sur un des oreillers en se passant les mains sur le visage. Cassandre avait manqué tellement de choses. Il espérait sincèrement qu’elle allait bien où elle était. Quand ils se retrouveraient, les choses risquaient d’avoir changé. Seraient-ils toujours meilleurs amis ? Seraient-ils toujours Cassandre, Rowan et Bell ? « Tu crois qu’elle va bien ? » Cette tentative de détournement du sujet embarrassant qu’ils étaient en train d’aborder lui était venu spontanément. Rowan vivait avec la peur de voir un jour le nom de son amie d’enfance sur la liste des victimes de la guerre après avoir vu celui de Zoella. Il n’attendit pas la réponse et dit : « Oui, elle va forcément bien. » Il refusait de penser le contraire, auquel cas il allait encore retourner déprimer dans son coin. Il ne pouvait pas perdre sa petite amie et sa meilleure amie la même année. Rowan le releva un peu, accoudé à l’oreiller, il s’adresse à Belladona : « Et toi… tu vas bien ? » Rowan savait déjà que la veille, ça n’allait pas et que c’était pour cette raison qu’une soirée à boire avec lui l’avait tenté. Mais ce qu’il voulait réellement savoir, c’était si elle ne se sentait pas mal après ce qu’ils avaient fait. Il s’en voulait d’avoir été faible et de l’avoir touchée. Il avait mal au cœur, et cette fois, il était certain que ça n’avait rien à voir avec les effets tardifs de l’alcool. Rowan ne se souvenait pas totalement de ce qui était arrivé la veille, mais malgré l’ivresse, il espérait qu’elle ait été consentante. Il ne se souvenait pas qu’elle lui ait dit d’arrêter, mais il avait peur qu’elle n’ait rien osé lui dire. Cette fois, c’était lui qui cherchait à être rassuré.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Belladona Rosebury
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Célébrité : Bea Miller
Pseudo : Blimey! Âge : 24 Parchemins : 843 Gallions : 37 Date d'inscription : 07/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/10  (0/10)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1383-belladona-rosebury-knowledge-is http://www.mumblemumps.com/t1393-bell-we-know-what-we-are-but-know-not-what-we-may-be#33051 http://www.mumblemumps.com/t1395-bell-when-the-owl-sings-the-night-is-silent http://www.mumblemumps.com/t2071-journal-de-laura-blimey#52822

Soirée-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom
  Rowella

 

Alors que Rowan évite de croiser le regard de Belladona, la jeune fille n’arrive pas à détacher le sien de son ami. Elle le suit des yeux, elle le regarde s’habiller sans remarquer sa nudité. Elle essaye de deviner ses pensées alors qu’elle même exprime assez clairement sa gêne et sa confusion. Elle le voit toucher son tatouage à présent caché sous sa chemise. Belladona ne connait pas l’emplacement de ses tatouages par cœur, même après les avoir observé de près ; Mais celui de Zoella l’a marquée alors qu’elle l’a entraperçu lors de mouvements de bras de son ami. Il ne l’exhibe jamais et Belladona n’en a jamais parlé, se doutant qu’il préférait surement éviter le sujet. C’est son jardin secret, après tout.

Elle sent son cœur se serrer devant le geste de Rowan, devinant la détresse qui devait le saisir. Leur soirée devait être faite pour les détendre et au final… La gryffondor a simplement l’impression qu’elle a tout empiré. Plusieurs émotions se succédent sur le visage de son ami alors qu’elle parle, qu’elle se noie dans ses pensées et dans son sang alcoolisé. Il accompagne sa réflexion de tics du visage alors qu’elle se fait à l’idée qu’ils avaient bel et bien… Couché ensemble. Des images lui reviennent et Belladona se sent rougir, gênée. Elle se demande si les choses seraient toujours les même entre eux et l’idée que cela ne soit pas le cas lui serre le cœur.

Ils sont restés silencieux de longues secondes, chacun dans ses réflexions lorsque Bella se tourne vers son ami et lui pose la question fatidique. Cela allait-il changer quelque chose entre eux…? Sa peine et sa détresse sont réelles. Elle n’en a rien à faire du Rowan sexuel, elle elle veut le Rowan câlin, le Rowan Taquin, le Rowan ami. Il se tourne vers elle et Bell attend, dans l’expectative. Sa réponse risquait de conditionner la fin de son année et bien plus encore.

« Bien sûr que non. » Belladona relâche sa respiration, incapable de cacher son soulagement. Tant que tout reste normal entre eux, cette nuit n’a pas d’importance. Ils sont de toutes manières sur la même longueur d’onde, vu leur réaction réciproque : cette nuit était une erreur. « Enfin, j’espère (…) Je ne sais pas. » À ces mots, Belladona se mord la lèvre inférieure pour ne pas succomber à la panique qui l’envahit. Si elle perd Rowan, à l’heure actuelle, elle n’a plus rien. Il lui met une petite tape sur la tête, lui arrachant un cri de reproche « Aooooow… » Elle lui lance un regard indigné avant de répliquer, lui mettant également une petite tape à l’arrière du crâne. À croire que même dans un moment pareil leurs vieux réflexes ne peuvent disparaitre. « Fais pas cette tête, on a qu’à faire comme s’il ne s’était rien passé. Un secret entre toi et moi. » Belladona qui le regarde déjà un peu de travers accentue son regard qui se teinte d’incompréhension. Elle se raille de lui « Bah oui, on va pas aller se vanter. C’est un peu la honte de m’être tapée Rowan Moore. » La gryffondor gratifie Rowan d’un grand sourire de vengeance. Elle se moque de lui ouvertement ; Rowan est plutôt apprécié par la gente féminine, il n’y a que Belladona et Cassandre pour se dire que coucher avec lui n’est vraiment pas une chose enviable. « Il ne faudra jamais en parler à Cassandre. » Une fois de plus, Bella ouvre les yeux en grand avant de lui lancer une œillade entendue. « Je veux pas mourir, tu sais. » Cassandre ne comprendrait surement pas, de toutes manières. Elle n’est pas là, elle ne sait pas. En y pensant, Belladonna sent une montée de colère et de rancœur. Elle n’est pas là, elle n’a pas son mot à dire. Pourtant, elle ne tient toujours pas à ce que cela s’ébruite. S’ils font comme si de rien n’était, peut-être que cette soirée disparaitrait de leurs esprits… ? Elle n’y croit pas trop mais pour l’heure c’est la seule chose à laquelle elle peut penser avec son demi cerveau en service.

Rowan se laisse tomber en arrière alors que Belladona ressasse ses pensées, massacrant l’image mentale de Cassandre qu’elle avait. « Tu crois qu’elle va bien ? » Belladona répond du tac au tac, plus amère que souhaité « M’en fou. » Elle a l’impression d’être une enfant boudeuse mais elle a la gueule de bois et elle vient de faire une belle connerie alors elle a bien le droit. Bien entendu, elle ne s’en fiche pas du tout, bien au contraire, mais l’avouer, à ce moment là, lui arracherait la gueule. Quand sa colère s’effaçait, elle faisait place à une inquiétude immense devant le silence radio de leur amie. Belladona a bien essayé de la contacter par hiboux, mais elle n’a jamais reçu de réponse. Elle ne sait même pas si Cassie les a reçues. Elle déchire en petits bouts l’étiquette d’une des bouteilles d’alcool de la veille alors que Rowan exprime tout haut ce qu’elle est incapable de dire « Oui, elle va forcément bien. »

Alors qu’elle bougonne, Cassandre étant un sujet qu’elle préfére ne pas aborder, l’aillant d’ores et déjà parcouru en long, en large et en travers, Rowan s’est redressé. Il la prend totalement au dépourvu « Et toi… Tu vas bien ? ». Elle relève la tête, surprise. Rowan change totalement de sujet en lui posant une question dont il a déjà la réponse. Non ça ne va pas, tout comme lui ne va pas bien, même si c’est pour des raisons différentes. Elle met plusieurs secondes avant de comprendre la signification de ses paroles. Elle n’est déjà pas très douée pour lire entre les lignes, mais sa gueule de bois n’arrange rien. Elle n’est même pas sûre d’avoir éliminé tout l’alcool de la veille tant elle se sent lourde et groguie. Elle s’empresse de le rassurer. Après tout depuis le début, à part lui dire que leur acte de la veille lui donnait envie de vomir et qu’elle en avait honte, elle n’avait pas été très sympathique. Elle s’approche de lui à quatre pattes et s’assoit sur ses pieds, à son côté. « Oui ça va ! T’inquiètes pas c’était très bien ! enfin… Je crois… » Elle se passe une main sur le visage. Comme d’habitude, elle dit n’importe quoi, sans réfléchir aux conséquences de ses actes. Pourtant, sa curiosité l’emporte. S’ils ne doivent plus jamais en parler, c’est maintenant ou jamais, non ? Elle gesticule pour poser son fessier sur le sol et s’asseoir en tailleur, toujours face au gryffondor. « Si on doit plus jamais en parler, je suppose que c’est maintenant où jamais si on a des questions. » Elle se gratte la tête et plante ses prunelles dans celles de son ami. « Vas-y, demandes moi ce que tu veux, je te répondrai. Et après ce sera à moi ! » Elle lève l’index pour appuyer ses propos. C’était donnant donnant.

Bell
Rowan
© BLACK PUMPKIN


[/color]

_________________
You're so fine & you're mine. Tomadona;
I made it through the wilderness, somehow I made it through. Didn't know how lost I was, until I found you. I was beat, incomplete, I'd been had, I was sad and blue but you made me feel... × lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Rowan Moore
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : 2e année de GISIS Sécurité magique
Célébrité : Diego Barrueco
Pseudo : .sparkle Âge : 26 Parchemins : 496 Gallions : 41 Date d'inscription : 30/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1704-rowan-heartbroken http://www.mumblemumps.com/t1731-rowan-liensrp http://www.mumblemumps.com/t1730-rowan-maella-la-chouette-triste http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Rowan & Belladona
flashback
soirée-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom

- Mars 1998 -

Après avoir tenté de rassurer Belladona sur l’avenir de leur amitié, puis échoué lamentablement, Rowan avait mis une petite tape derrière la tête de son amie comme il l’avait souvent fait, pour l’embêter. Elle lâchait un petit râlement de surprise, puis elle répliqua en infligeant le même traitement à son ami. Le Gryffondor ne répliqua pas, sinon ils n’allaient jamais en finir. Et ils finiraient par se chamailler comme à leur habitude. L’ambiance ne s’y prêtait pas vraiment. Le sorcier suggéra à Bell de faire comme s’il ne s’était rien passé entre eux, de garder cette histoire secrète. « Bah oui, on va pas aller se vanter. C’est un peu la honte de m’être tapée Rowan Moore. » Elle lui offrit le plus railleur des sourires et il dût se retenir pour ne pas lui mettre une nouvelle tape ou la chatouiller jusqu’à ce qu’elle regrette ses mots. Mais il comprenait parfaitement le sentiment. Lui non plus n’irait pas se vanter d’avoir couché avec elle. Rowan se contenta de lever un sourcil. Il aurait un jour ou l’autre sa vengeance pour ce qu’elle venait de dire. En attendant, le brun s’assura qu’elle ne dirait rien à leur meilleure amie. « Je veux pas mourir, tu sais. » Il laissa échapper un rire qui lui fit tout de suite mal à la tête. Il comprenait parfaitement en imaginant la réaction de Cassandre si elle apprenait un jour ce qui s’était passé entre eux. Elle serait sûrement aussi dégoûtée qu’eux et ils passeraient un mauvais quart d’heure. Rowan demanda à voix haute si Belladona pensait que Cassandre allait bien. « M’en fou. » Répondit la Gryffondor un peu trop vite pour que ce soit sincère. Le sorcier savait qu’elle ne s’en foutait pas, bien au contraire. Ils étaient aussi inquiets l’un que l’autre pour elle. Rowan continua un instant à penser à son amie d’enfance quand d’autres pensées plus noires vinrent envahir sa tête. Précédemment allongé sur les coussins qu’ils avaient disposés au sol, il se releva pour demander à Bell si elle allait bien. En effet, il se demandait s’il avait été correct avec elle la veille, mais surtout, si elle avait été consentante. C’était idiot comme pensée, mais tant qu’il ne s’en serait pas assuré, un malaise risquait de subsister. Bell mit un peu de temps, mais elle réalisa ce qu’il venait de lui demander et s’approcha de lui à quatre pattes avant de s’asseoir en face du jeune homme. Elle avait compris qu’il s’inquiétait. « Oui ça va ! T’inquiètes pas, c’était très bien ! Enfin… Je crois… » Un faible sourire en coin apparut sur les lèvres de Rowan quand il entendit la dernière hésitation. Ils avaient tous les deux un peu de mal à se souvenir de tout ce qu’il s’était passé la veille, mais au moins, il était déjà un peu plus rassuré. Bell était son amie, une très bonne amie, et il ne voulait pas lui faire de mal. Elle s’installa un peu mieux face à lui, comme si elle s’apprêtait à lancer une conversation un peu plus sérieuse. « Si on doit plus jamais en parler, je suppose que c’est maintenant ou jamais si on a des questions. » Des questions ? Sur ce qu’il s’était passé ? Rowan devait bien avoir deux ou trois questions. Belladona avait raison, il fallait en parler maintenant.

« Vas-y, demandes moi ce que tu veux, je te répondrai. Et après ce sera à moi ! » Dit-elle à Rowan en lui laissant lui demander ce qu’il souhaitait. Il regarda longuement Bell dans les yeux tout en réfléchissant à ce qu’il voulait demander. Il ne voulait pas lui poser des questions stupides, mais dans cet état, il n’allait peut-être pas pouvoir y échapper. « Tu te souviens de comment tout ça a commencé… ? » Il ne parlait bien sûr pas du moment où ils avaient décidé de boire, puisqu’il était celui qui avait fourni les bouteilles. Il se demandait si c’était lui, qui s’était approché d’elle et si c’était elle qui s’était approchée de lui. Il n’arrivait pas à se rappeler. La suite, par contre, il l’avait bien en tête. Les images commençaient à lui revenir et il se souvenait avoir effleuré la peau de son amie avec ses mains, avec ses lèvres. Il tenta de faire le vide dans son esprit. Mais plus il essayait de ne pas y penser, plus son esprit lui offrait de nouvelles images qu’il aurait préféré oublier. Des images, mais aussi du son, comme les gémissements de Belladona. Le Gryffondor plaça ses mains sur ses tempes en se demandant ce qu’il avait fait pour mériter ces souvenirs. Rowan fouilla dans sa poche et sortit des bonbons à la menthe qu’il avait toujours sur lui. Il en prit et en proposa à Bell. Il avait vraiment du mal à se concentrer pour trouver des questions et il était certain qu’il trouverait quoi dire quand ça ne serait plus à son tour d’en poser. « J’espère que je ne vais pas en faire des cauchemars… » Ajouta Rowan tout en approchant son visage de Bell et en lui faisait les gros yeux pour l’embêter et détendre un peu l’atmosphère. Mais il ne voulait pas non plus la blesser et ne voulait pas heurter son égo. Il plaisantait et n’irait pas plus loin. Rowan s’approcha encore un peu plus. « Tu veux recommencer ? » Demanda-t-il tout en essayant de garder son sérieux. Mais Rowan se mit à rire et s’éloigna rapidement. Jamais ils ne pourraient recommencer en étant sobres. Alors encore moins avec la gueule de bois. Et puis Bell était comme une sœur pour lui. Même alcoolisé, il était certain il ne referait pas deux fois la même erreur. Le brun se rallongea, cala sa tête contre un oreiller et observa le plafond. Il ouvrit les bras pour inviter Bell à venir dans ses bras si elle le souhaitait, comme pour lui prouver que rien n’avait changé entre eux. « J’ai l’impression d’avoir trompé Zoella. J’suis trop con. Elle… » Il ne termina pas sa phrase. Il avait assez pleuré sur la mort de sa petite-amie née-moldue depuis des semaines. Rowan ne pouvait s’empêcher de penser qu’elle aurait eu le cœur brisé si elle apprenait qu’il avait couché avec une autre alors qu’ils étaient en couple. Sauf qu’elle était morte, ils ne formaient plus un couple. C’était lui, qui avait eu le cœur brisé par sa mort. Il s’éclaircit la gorge, s’il commençait à parler de Zoella, il allait craquer. Sa mort était trop récente et elle était encore trop douloureuse pour lui. « Vas-y, pose-moi tes questions… si t’en as. » Il était prêt à répondre ou au moins, à essayer d’y répondre.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Belladona Rosebury
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Célébrité : Bea Miller
Pseudo : Blimey! Âge : 24 Parchemins : 843 Gallions : 37 Date d'inscription : 07/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/10  (0/10)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1383-belladona-rosebury-knowledge-is http://www.mumblemumps.com/t1393-bell-we-know-what-we-are-but-know-not-what-we-may-be#33051 http://www.mumblemumps.com/t1395-bell-when-the-owl-sings-the-night-is-silent http://www.mumblemumps.com/t2071-journal-de-laura-blimey#52822

Soirée-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom
  Rowella

 

Les choses auraient été tellement plus simples si ce qu’il s’était passé n’était jamais arrivé. Ils se seraient réveillés ce matin en râlant, se plaignant mutuellement de leur gueule de bois, se battant pour tenter de déclencher le plus de cloche dans le crâne de l’autre. Ils seraient surement restés allongés là un moment, en silence ou bien à déblatérer des nullités. Mais, comme le disait si bien le proverbe moldu, « avec des ‘si’ on referait le monde ». Les choses étaient ce qu’elles étaient et à présent ils ne pourraient plus rien y changer. Hier soir, ils auraient pu tout changer, mais à ce moment là il leurs avait semblé plus judicieux de lâcher prise et de laisser les choses se faire. Il ne leurs restait plus qu’à assumer.

Pourtant, ils choisirent de garder ça secret, de ne pas jeter leur erreur à la face du monde et encore moins à la face de Cassandre. Bell lui en voulait, c’était indéniable, mais elle ne souhaitait pas pour autant détruire le bel équilibre qu’ils avaient construit durant toutes ces années. Ce trio peut-être imparfait qui la comblait pourtant merveilleusement. Malgré tout, ils s’inquiétaient les uns pour les autres et ça, c’était réellement précieux.

Cependant, si les deux gryffondors souhaitaient garder leur équilibre à eux, s’ils voulaient préserver leur relation ils allaient surement devoir faire des efforts. La soirée de la veille ne pouvait être effacée, ils allaient donc devoir faire avec, l’intégrer et l’accepter pour que rien ne change. Alors, Belladona lança une espèce de jeu qui n’avait aucune récompense si ce n’était la vérité. Elle invita donc Rowan à lui poser toutes les questions qui lui passeraient par la tête, affirmant qu’elle lui répondrai. Elle fixa son regard dans le sien, attendant patiemment qu’il trouve ses interrogations et qu’il organise sa pensée. Finalement, il ouvrit la bouche et posa sa première question. « Tu te souviens de comment tout ça a commencé…? » Blladona ouvrit les yeux en grand en faisant des mouvements de tête, signifiant clairement qu’il n’avait pas commencé par la plus simple des questions. Elle se gratta la joue, les yeux légèrement levés vers le ciel alors qu’elle tentait de retracer leur soirée. « Je crois que c’est moi qui t’ai un peu collé. Mais pas plus de d’habitude…? » Après tout, Bell avait toujours été extrêmement tactile, à la limite du convenable. Alors se coller à Rowan qui était son ami depuis des années, avec en prime un petit coup dans le nez n’était vraiment pas extraordinaire. Tout avait du commencer avec un baiser ou des caresses plus tendres qu’à l’accoutumer. Se mordant la lèvre inférieur en grimaçant un peu, Belladona laissait sa mémoire s’écouler par la parole à mesure qu’elle lui revenait, par bribes. « Je… Je suis tombée sur toi, non ? Tu sais quand je t’imitais et que ça t’a pas plu et qu’on s’est battu ? » Tout restait flou et embrumée pour la jeune lionne pourtant il lui semblait que tout était parti de là. Elle s’était moquée de lui ouvertement et bien sûr cela avait déclenchée une bagarre de chatouilles où tous les coups bas étaient permis. Elle s’était tortillée dans tous les sens, usant du maximum de sa souplesse alors que lui avait usé de sa force sans vergogne pour la maîtriser. Ils s’étaient retrouvés entremêlés de force, en riant comme deux idiots. Belladona se rappelait de regards complices et d’avoir posé sa tête sur son épaule en haletant un peu, demandant grâce. C’était à ce moment là que ça avait dérapé. « On était un peu collés et, heu… On s’est embrassé ? » Elle lui livrait sa version des faits, tels qu’elle s’en souvenait. Dans son esprit, chacun avait fait la moitié du trajet… Elle espérait juste que son besoin d’amour et d’attention n’avait pas pris le dessus ce soir là et ne l’avait pas poussé à déclencher tout cela.

Rowan lui proposa un bonbon à la menthe qu’elle accepta avec grand plaisir. Les relents de whisky du lendemain de cuite n’étaient absolument pas des plus agréables. Faisant tourner la sucreries dans sa bouche, celle-ci se cognait contre ses dents, provoquant quelques bruits. « J’espère que je ne vais pas en faire des cauchemars… » Belladona ouvrit grand les yeux et lâcha un tonitruant « HEEEEEEE ». C’était pas sympa, quand même. Pourtant, il approcha son visage du sien et continua de se moquer d’elle. « Tu veux recommencer ? » Il éclata de rire en s’éloignant à nouveau, visiblement fier de lui. Le sourire aux lèvres, Bell arqua un sourcil. « T’aurais eu l’air con si j’avais dit oui, hein… » Heureusement pour tout les deux, au moins ils semblaient sur la même longueur d’onde : c’était une erreur et personne ne souhaitait remettre le couvert.

Son ami s’allongea et lui ouvrit grand les bras, ce qui lui fit plus plaisir que tout ce qu’il avait pu lui dire auparavant. C’était clairement un signe de paix, d’oublie et de rédemption. Ils restaient Rowan & Belladona et leur relation ne changerait pas. Elle lui adressa un immense sourire et se laissa tomber à moitié sur son torse avant de caler sa tête dans le creux de son épaule. Le tee-shirt de Rowan était légèrement remonté et Belladona eut un sourire mesquin. Elle lui chopa les poils du ventre et les tira, se vengeant clairement de ses paroles précédentes. « Fais gaffe, j’ai découvert de nouveaux points faibles mon gars ! » Elle rit de bon cœur et s’installa sur le dos, la tête toujours bien appuyée sur le gryffondor.

« J’ai l’impression d’avoir trompé Zoella. J’suis trop con. Elle… » Belladona sentit son cœur se serrer. Elle couvhant avec Rowan aurait pourtant du être la dernière chose au monde susceptible d’arriver. Mais, encore une fois, les choses étaient simplement ce qu’elles étaient : Zoella était morte, laissant derrière elle un Rowan surement plus amoché et plus blessé que ce qu’il voulait bien montrer. Belladona posa ses doigts sur le bras de son ami, le caressant doucement. « Faut pas t’en vouloir, Rowan… Elle est plus là et tu fais ce que tu peux pour essayer de continuer à vivre. Et puis… On s’est juste rendu service entre amis. » Belle n’était pas sûre de croire elle-même en sa dernière phrase, mais elle tentait de minimiser leur acte comme elle le pouvait. Cela ne signifiait rien et Rowan ne devait surtout pas s’en vouloir.

« Vas-y, pose-moi tes questions… Si t’en as. » Suçotant toujours sa pastille à la menthe, Belladona chercha dans son esprit quels questions elle pourrait bien lui poser, qu’est-ce qui risquait de lui rester à l’esprit ? Elle resta silencieuse quelques instants, clairement à la recherche des bons questionnements. Finalement, se gardant bien de lever les yeux vers Rowan, elle posa sa première question. Interrogation naïve et sûrement déplacée, mais Rowan était le seul susceptible de lui répondre. « Quand tu dis que tu vas faire des cauchemars, tu le penses vraiment…? Je veux dire—» De sa main libre, l’autre toujours posée sur le bras de Rowan, elle joue avec le bas de son tee-shirt, mal à l’aise. Sa question était débile. « En dehors du contexte et du fait que ce soit moi, c’était si horrible que ça ? » C’était nul comme question, mais Belladona avait toujours du mal à se considérer d’un point de vue amoureux ou sexuel. Elle qui ne faisait pas son âge, qui était petite comme un enfant et aussi sexy qu’une pelle. En général, elle s’en fichait, elle était juste elle et elle n’avait aucun problème avec ça. Mais parfois, dans l’intimité, la jeune élève avait la peur insidieuse de ne pas être à la hauteur. Et il n’y avait qu’à Rowan qu’elle pouvait demander ça, qu’elle pouvait demander conseil. C’était débile, mais c’était l’occasion.

Et d'un seul coup, un flash illumina son esprit. Elle se redressa d'un bond et tourna instinctivement sa tête vers celle du jeune homme contre qui elle était allongée quelques secondes à peine auparavant. Elle ouvrit la bouge, clairement prise d'une panique fulgurante. « Putain Rowan... On s'est protégé ?! » Il n'y avait pas de poubelle et Belladona n'avait rien vu trainer. Alors, ah moins qu'il soit encore... Euh... couvert, il était tout à fait possible qu'ils n'aient pas pris leur précautions.

Bell
Rowan
© BLACK PUMPKIN



_________________
You're so fine & you're mine. Tomadona;
I made it through the wilderness, somehow I made it through. Didn't know how lost I was, until I found you. I was beat, incomplete, I'd been had, I was sad and blue but you made me feel... × lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Rowan Moore
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : 2e année de GISIS Sécurité magique
Célébrité : Diego Barrueco
Pseudo : .sparkle Âge : 26 Parchemins : 496 Gallions : 41 Date d'inscription : 30/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1704-rowan-heartbroken http://www.mumblemumps.com/t1731-rowan-liensrp http://www.mumblemumps.com/t1730-rowan-maella-la-chouette-triste http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Rowan & Belladona
flashback
soirée-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom

- Mars 1998 -

Certaines parties de la soirée de la veille étaient encore floues dans la tête de Rowan. Il ignorait s’il voulait vraiment les réponses à ses questions, mais Belladona lui avait proposé qu’ils se répondent sincèrement pour éviter d’avoir à en parler plus tard. Son mal de tête n’avait pas suffi à le dissuader de satisfaire sa curiosité et d’essayer de remettre en place les pièces du puzzle. Il se demandait si elle s’en souvenait mieux que lui et il voulait entendre sa version de l’histoire. « Je crois que c’est moi qui t’ai un peu collé. Mais pas plus de d’habitude… ? » Rowan ferma un instant les yeux pour tenter de se replonger dans la scène. Bella avait toujours été très tactile. Rowan et elle étaient adeptes des jeux de mains qui finissaient souvent par une petite guerre d’amitié qui ne durait jamais bien longtemps. Jamais cette guerre n’avait débouché sur plus. Belladona étant comme une petite sœur pour Rowan, il n’avait jamais eu d’arrières pensées quand elle venait se coller à lui. Il n’y avait jamais eu d’ambiguïté. Il ouvrit à nouveau les yeux, attendant la suite, s’il devait y en avoir une. Il la regarda, elle cherchait. « Je… Je suis tombée sur toi, non ? Tu sais quand je t’imitais et que ça t’a pas plu et qu’on s’est battu ? » Un léger rire lui échappa en repensant au moment où elle l’avait imité. Il se rappelait très bien de cet instant. Bella le connaissait tellement bien qu’il n’avait pas aimé sa façon de l’imiter et qu’il lui avait demandé d’arrêter, sauf qu’elle ne lui avait pas obéi. Il s’était alors vengé avec des chatouilles, voulant la faire tellement rire qu’elle arrêterait ses bêtises. Il était plus fort qu’elle et il gagnait quand elle lui avait demandé d’arrêter en reconnaissant sa défaite. Elle poursuivit : « On était un peu collés et, heu… On s’est embrassés ? » Rowan s’en souvenait à présent. C’était exactement comme elle l’avait raconté. Ils s’étaient rapprochés et ils s’étaient embrassés. Dès l’instant où ils avaient brisé cette barrière, le reste avait suivi. Il s’en voulait. Il n’aurait jamais dû l’embrasser. Est-ce qu’il s’était senti seul parce que Zoella n’était plus de ce monde ? Avait-il utilisé Belladona pour essayer de tourner la page ? Il n’avait probablement pas réfléchi, il était trop ivre pour s’arrêter quand leurs souffles s’étaient mêlés. Sur le moment, il avait eu besoin d’elle. Il avait eu envie d’elle. Rowan se dégoûta à cette pensée. Comment pouvait-il avoir eu envie de Bell ? Ils étaient presque une famille, avec Cassandre. Il était presque un grand frère pour elle. Ils ne se l’étaient jamais cachés. Alors il tenta de l’embêter comme le ferait un frère, en lui disant qu’il en ferait peut-être des cauchemars. La réaction de Bell ne se fit pas attendre, elle poussa une exclamation. Il n’avait pas été très gentil avec elle. Il poussa encore un peu plus loin la taquinerie en lui demandant si elle voulait recommencer. Elle lâcha au moins un sourire : « T’aurais eu l’air con si j’avais dit oui, hein… » Rowan sourit également, il savait qu’elle n’aurait pas dit oui. Il savait qu’ils pensaient tous les deux la même chose et qu’ils ne recommenceraient jamais. Même s’ils étaient ivres, ils ne se toucheraient plus. Mais au cas où, Rowan éviterait de boire à nouveau seul avec son amie. C’était plus prudent et il n’était pas sûr que leur amitié puisse survivre à une deuxième erreur de ce genre.

Rowan s’était allongé et ouvrait ses bras pour y accueillir Belladona. Ils effaceraient ainsi toute gêne. Elle se permit de lui tirer les poils du ventre. Cherchait-elle à se venger de l’avoir taquinée ? Ses muscles se contractèrent sous la douleur. « Fais gaffe, j’ai découvert de nouveaux points faibles mon gars ! » Le Gryffondor finit par rire avec elle. Bell aura bien du mal à exploiter ces faiblesses-là sans avoir à expliquer comme elle les avait découvertes. Ils retrouvaient leur complicité, qui n’était pas perdue, mais qu’ils avaient eu peur de laisser échapper. Rowan se livra à son amie, il avait l’impression d’avoir trompé Zoella. Ce n’était pas le cas, elle n’était plus là, mais il était encore trop tôt pour tourner la page. Il sentit les doigts de Bell caresser son bras pour le rassurer et ses mots suivirent : « Faut pas t’en vouloir, Rowan… Elle est plus là et tu fais ce que tu peux pour essayer de continuer à vivre. Et puis… On s’est juste rendus service entre amis. » Il continua à y réfléchir. Ils s’étaient rendus service, peut-être bien. C’était une version plus facile à accepter, celle où il essayait de se guérir plutôt que celle où il trahissait sans penser à celle qu’il avait perdu. Mais la vérité, c’était qu’il n’avait pas pensé à Zoella. S’il l’avait fait, il n’aurait pas touché Belladona. Il n'ajouta rien de plus sur le sujet, il savait qu’il s’en voudrait encore très longtemps et il ne voulait pas perturber Bell plus qu’elle ne l’était déjà. Rowan lui demanda à son tour si elle avait des questions. « Quand tu dis que tu vas faire des cauchemars, tu le penses vraiment… ? Je veux dire… » Commença-t-elle avant de chercher ses mots. Rowan baissa les yeux comme il le pouvait vers la tête de la jeune femme. Il était trop con. Avec ses plaisanteries, il avait semé le doute dans son esprit et son estime. Il avait plaisanté trop tôt sur le sujet. « En dehors du contexte et du fait que ce soit moi, c’était si horrible que ça ? » La dernière chose que Rowan voulait, c’était de blesser Bell et de la faire douter d’elle. Il s’insulta mentalement pour ne pas avoir pensé à la rassurer dès le début. Derrière ses apparences de dure quand elle jouait avec lui, c’était une fille très sensible. « Arrête, Bell. T’as aucune raison de douter de toi. Tu devrais comprendre mon humour de merde depuis le temps. Je ne pensais pas ce que j’ai dit. » Jamais il ne ferait des cauchemars de Belladona et si elle avait cru qu’il voulait dire qu’elle n’avait pas été à la hauteur, elle se trompait totalement. Parfois, quand il discutait avec elle, il oubliait qu’elle était juste une fille comme les autres, une fille qui avait besoin de se sentir belle et sexy. « Hier soir… on n’était plus vraiment nous… on était juste deux personnes qui se rendaient service, comme tu l’as dit. Et… je peux t’assurer que tu n’as rien à envier à personne. » Sans vouloir la comparer à ses anciennes conquêtes, il voulait quand même la rassurer sur le fait qu’il l’avait trouvée parfaite, qu’il avait vraiment eu envie d’elle, sinon il ne l’aurait jamais touchée, il ne l’aurait jamais caressée, ils n’auraient pas été plus loin que de simples baisers.

Comme il s’en voulait toujours, il cherchait d’autres façons de lui dire qu’elle lui avait vraiment plu quand ils n’étaient plus eux-mêmes, quand elle se redressa d’un coup, le faisant sursauter malgré lui. Elle tourna la tête vers lui, son expression lui faisait un peu peur. Elle s'exclama : « Putain Rowan... On s'est protégé ?! » Rowan fut soudain pris d’un gros doute. Il se redressa aussi, essayant de faire taire le tambourinage dans son cerveau pour réfléchir. Ils avaient passé la soirée ensemble, Rowan n’avait aucune raison d’avoir la moindre protection sur lui, ce n’était vraiment pas prévu. Et Belladona ne l’avait pas prévu non plus. « Je… ne crois pas. » Dit-il tout en continuant de réfléchir. Mais quelques secondes plus tard, il confirma : « Non… » Il se sentait vraiment con sur le coup, pour ne pas y avoir pensé la veille, alors qu’il se protégeait -presque- toujours d’habitude. Il aurait dû y penser. Et pour ne pas y avoir pensé plus tôt. C’était la première chose qu’ils auraient dû se demander. Il ne manquait plus que cette erreur ait d’autres conséquences plus graves que le secret qu’ils allaient honteusement garder pour eux. Rowan préféra poser la question qui en découlait : « Est-ce que tu utilises un autre moyen de … ? » Belladona avait intérêt à lui répondre que oui, elle utilisait un autre moyen de contraception ou ils risquaient d’avoir une conversation bien étrange avec les infirmiers. Enfin, surtout elle, parce que lui ne risquait pas de tomber enceinte. Et il y avait toujours la question des maladies. Il n’avait pas eu de rapport non protégé depuis longtemps, car il avait fait des conneries quand il était plus jeune, et il faisait confiance à Bell, il ne la voyait pas ne pas se protéger non plus. « Il ne manquerait plus qu’un mini moi ou une mini toi… Le pauvre avec des parents comme nous… Quoiqu’il serait sûrement canon. » A nouveau, il utilisait l’humour pour détendre un peu la situation. Il trouvait qu’ils avaient déjà été assez punis par leurs consciences sans qu’on ne leur rajoute d’autres problèmes. Paniquer ne servait à rien dans ces situations. Il regarda Bella, il n’était pas sûr qu’elle, elle ne panique pas. Au cas où elle le prendrait encore sérieusement, il se rétracta. « Humour de merde encore. Pardon. »
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Belladona Rosebury
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Célébrité : Bea Miller
Pseudo : Blimey! Âge : 24 Parchemins : 843 Gallions : 37 Date d'inscription : 07/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/10  (0/10)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1383-belladona-rosebury-knowledge-is http://www.mumblemumps.com/t1393-bell-we-know-what-we-are-but-know-not-what-we-may-be#33051 http://www.mumblemumps.com/t1395-bell-when-the-owl-sings-the-night-is-silent http://www.mumblemumps.com/t2071-journal-de-laura-blimey#52822

Soirée-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom
  Rowella

 

« Jamais » était un mot vague que l’on utilisait parfois à toutes les sauces. « Je ne mangerai JAMAIS de brocolis ». « Je ne te quitterai JAMAIS. » « Je ne coucherai JAMAIS avec Rowan. » « Je ne serai JAMAIS assez bête pour avoir un rapport sexuel non protégé. » On le pensait, souvent, mais celui-ci avait un sens évolutif qui variait en fonction des situations. Un « jamais » devenait « peut-être » et tout était chamboulé. C’est comme cela que Belladona et Rowan s’était retrouvés à consumer leur amitié et que leur jamais s’était transformé en déjà. Ça avait été bien, mais ce matin tout ceci n’avait plus qu’un goût d’erreur, une senteur d’un jamais qui n’aurait jamais du se transformer. Alors, ils essayaient de se positionner, de vérifier que l’autre était bien sur la même longueur d’onde. Alors que leur tête pulsaient à l’unisson, leurs corps n’avaient jamais souhaité ne faire qu’un. Du moins, avant la veille.

Alors ils plaisantaient, ils se chamaillaient, ils reposaient les briques solides de leur amitié qui avait pourtant si mal commencé. Au début, ils ne s’appréciaient pas vraiment, tout n’était que jalousie et incompréhension, vanne et méchanceté à peine déguisée. Et pourtant, aujourd’hui, tout était tellement différent. « JAMAIS on ne sera amis », avaient-ils très sûrement pensé à l’époque. Et pourtant… Belladona n’imaginait plus sa vie sans Rowan, sans ce relou qui posait ostensiblement son bras sur ta tête pour la rappeler à sa condition de nain de jardin, sans ses croche pattes taquins, sans ses vieilles vannes faîtes pour la mettre dans des situations délicates. « Jamais on ne sera plus amis. » Néanmoins, ils avaient bien failli tout gâché.

Ce qui les sauvait était probablement leur amour platonique l’un pour l’autre. Ils n’étaient jamais d’accord sur rien, et même lorsqu’ils l’étaient ils préféraient se contredire, c’était tellement plus drôle. Mais s’il y avait bien une chose sur laquelle ils étaient d’accord, c’était sur leur façon de s’aimer. Pas d’ambiguité, pas de variation, pas d’inégalité.

Et pourtant, ça ne les avait pas empêché d’être les plus abrutis possibles, de se laisser entrainer par les plaisir de la chaire, par leur peine et leur désespoir. Ils s’étaient abandonnés et avaient envoyé paître le reste, la réalité. Mais ce matin, la tête prise dans un étau, ils ne pouvaient plus échapper à rien, et encore moins à leurs actions. Alors qu’elle se redressait en paniquant, qu’elle posa sa question à Rowan, elle en connaissait déjà la réponse. Le jeune homme venait de la rassurer, lui assurant qu’elle n’avait rien à envier à personne. Cela l’avait apaisée, juste avant que la panique ne revienne en force. Qu’elle était bête de se soucier d’une histoire de performance, d’image de soit, alors qu’ils en avaient oublié l’essentiel : la sécurité.

Rowan se redressa également, alors que Belladona torturait sa lèvre inférieure de ses doigts, dans l’expectative. Elle n’espérait qu’une chose : que Rowan la rassure, qu’il lui dise qu’elle disait vraiment n’importe quoi… Pourtant, il ne pu qu’acquiescer. Pour une fois, elle aurait tout donné pour qu’il la contredise. « Bordel… » Elle se passa la main sur le visage, réfléchissant à toute vitesse. Que devait-elle faire ? Rowan lui demanda immédiatement la question qui venait naturellement après la sienne. Elle la balaya d’un geste de main, déjà plongée dans ses actions futures. « Oui , mais tu connais ma tête en l’air, j’oublie tout le temps… Et c’était pas comme si j’avais particulièrement besoin de faire attention en ce moment. Enfin, avant ce matin. » Elle appuya ses paroles d’un regard lourd de sens. Le sexe était loin d’être une de ses priorités ces derniers temps, avec tout ce qu’il se passait. « Mais normalement, c’est bon… »

Pourtant, elle se leva. Elle ne pouvait se permettre d’un peut-être, il lui fallait un jamais. « Il ne manquerait plus qu’un mini moi ou une mini toi… Le pauvre avec des parents comme nous… Quoi qu’il serait sûrement canon. » Belladona lui jeta un regard désabusé mais clairement amusé. Sa parole fut donc accompagnée d’un sourire. « S’il me ressemble, il sera canon, faut juste espérer qu’il ne chope pas ton cerveau, Rowan Moore, sinon on aura un beau gosse un peu con, ce serait triste. »

Elle lui ébouriffa les cheveux alors qu’il s’excusait de son humour de merde. Comment pourrait-elle lui en vouloir alors qu’elle avait le même ? Elle enfila sa robe de sorcier à la hâte, l’esprit d’ores et déjà tourné vers la suite des évènements. Ceci ne lui plaisaient pas du tout, mais elle n’avait pas vraiment le choix. « Je vais aller voir Hadès… Histoire d’être sûre. Il va me TUER. » Elle savait d’avance qu’elle allait avoir droit à un discours, qu’elle connaissait déjà, mais qu’elle avait momentanément mis de côté, la veille. Sûrement l’avait-elle méritée.

Elle se pencha et fit un gros bisous à Rowan, avant de lui tirer gentiment l’oreille. « Si on doit se marier pour cacher ma grossesse, j’t’enverrai un hibou ! » Elle disparut dans un mouvement de robe sorcier hâtif.

Bell
Rowan
© BLACK PUMPKIN



_________________
You're so fine & you're mine. Tomadona;
I made it through the wilderness, somehow I made it through. Didn't know how lost I was, until I found you. I was beat, incomplete, I'd been had, I was sad and blue but you made me feel... × lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
rowella ⊹ soirée-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: SAISON 1-
Sauter vers: