Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 6
La version six est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'anniversaire du forum et la rentrée, venez fêter avec nous !
Découvre tout ici
Joyeux anniversaire !
Mumblemumps vient de souffler sa première bougie. Venez la célébrer avec nous !
Plusieurs animations ont été mises en place pour festoyer comme il se doit !
Jette un oeil aux animations !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Speed Dating (Moïra de La Rivière & Ophélia Deslunes)

Mumblemumps
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Parchemins : 1122 Gallions : 3360 Date d'inscription : 13/02/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com http://www.mumblemumps.com http://www.mumblemumps.com http://www.mumblemumps.com

Mission toilettes !
SPEED DATING VERSION SORCIER.
Foutu château ! Ophélia est chargée de ramener deux-trois élèves de septième année ayant travaillé dans la bibliothèque, dans leurs dortoirs avant le dîner. Depuis que les nouvelles règles ont été instaurées, les professeurs et les membres du personnel travaillent dur afin de garantir une sécurité optimale au sein de l’école. Moïra, cependant, a une envie pressante et Ophélia est chargée de l’emmener aux toilettes, pour sa sécurité. Celles du quatrième étage sont étrangement inutilisables. Elles décident d’aller voir si d’autres toilettes sont état mais le château a décidé de ne pas les laisser faire. Entre les escaliers qui n’en font qu’à leur tête, la magie qui, de nouveau, refuse d’obéir, élève et professeur risquent d’avoir quelques soucis, pour trouver de simples toilettes.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

Revenir en haut Aller en bas
Moïra de La Rivière
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 1ère année de Politique Magique, à Serdaigle.
Célébrité : Emma Watson.
Pseudo : Champifeuille, Champi. Âge : 26 Parchemins : 296 Gallions : 248 Date d'inscription : 03/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/22  (0/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1561-moira-mes-desirs-font-desordre http://www.mumblemumps.com/t1572-moira-moins-sage-que-mon-image http://www.mumblemumps.com/t1603-moira-lettres-de-noblesse http://www.mumblemumps.com/t2069-journal-d-un-champignon


Une envie pressante, ça ne se contrôle pas. Et malheureusement pour elle, Moïra ne le comprenait que maintenant.

Elle avait eu envie d’aller aux toilettes en sortant de la bibliothèque, où elle s’était posée pour travailler. Malheureusement, elle s’était résignée à devoir attendre, puisque les nouvelles règles en vigueur l’obligeaient à rester en présence d’un professeur pour sa propre sécurité, selon le directeur. Elle s’était retrouvée avec un Serpentard et un Poufsouffle, et la professeure de musique qui les raccompagnait à leurs salles communes avait décidé de commencer par eux, qui logeaient dans les cachots. La Serdaigle, qui logeait au sixième étage, aurait trouvé plus logique d’aller d’abord à sa salle commune, puisqu’il n’y avait que deux étages à monter, de la bibliothèque au logement des Serdaigle. Mais elle n’avait rien dit, s’était résigné, et avait suivi le petit groupe en restant dans l’angle de vue de la professeure Deslunes pour ne pas s’attirer d’ennuis. Ils étaient descendus jusqu’aux cachots, passant d’abord déposer le Serpentard, puis le Poufsouffle, avant de remonter, Moïra suivant sa professeure sans un mot. Mais plus elle avançait, plus elle se sentait mal. A ce rythme, elle ne tiendrait pas jusqu’à la salle commune des Serdaigle… Heureusement, elles finirent par passer devant une porte indiquant des toilettes, et la Serdaigle prit enfin la parole

« Professeure ? J’ai besoin d’aller aux toilettes… »

Elles étaient juste à côté des toilettes féminins, aussi la professeure Deslunes la laissa y aller. Avec un certain soulagement, la Serdaigle entra seule pour se diriger vers une cabine. La première ferait l’affaire. Elle posa la main sur la poignée, se sentant presque victorieuse… Mais la porte ne s’ouvrit pas. Sans se poser de questions, Moïra passa à la porte suivante. Puis l’autre. Et encore l’autre. Son petit manège dura un moment, et toutes les portes y passèrent. Finalement, la française, les sourcils froncés, comprit qu’elle devrait attendre encore un peu. Pour une raison qu’elle ignorait, les portes ne semblaient pas coopératives, et elle avait même l’impression qu’elles se moquaient d’elle et de son envie pressante. Sa main se resserra autour de sa baguette. Un Alohomora règlerait bien le problème, non ? Elle allait mettre son plan à exécution, avant de se rappeler, juste à temps, qu’elle n’avait pas le droit de faire de la magie sans en avoir reçu l’autorisation d’un professeur. Et elle n’avait pas reçu l’autorisation de la professeure de musique, qui l’attendait à l’extérieur. Deslunes ne le saurait sans doute pas, mais elle ne voulait pas tenter le diable en essayant. Autant ravaler sa fierté et lui demander de l’aide.

En étouffant un juron grossier, elle fit demi-tour pour se diriger vers la sortie des toilettes. Elle détestait vraiment cette école. La magie y était fluctuante, des gens disparaissaient, ils n’avaient plus le droit d’utiliser leur magie, le couvre-feu était strict et ils étaient suivis partout comme des gamins… L’ambiance était pesante, et la France lui manquait beaucoup. Retenant un soupir de frustration, elle ouvrit la porte, rejoignant sa prof qui l’attendait juste à côté. Son envie pressante n’arrangeait rien à son humeur et à son agacement passager, mais elle se força à ne rien laisser paraître pour ne pas se faire inutilement rabrouer pour une saute d’humeur incontrôlée. Ses parents n’apprécieraient pas de voir une remarque désobligeante d’un professeur apparaître sur son carnet scolaire, vierge de toute anicroche après six ans passés à Beauxbâtons. Se résignant à demander de l’aide, elle leva les yeux vers sa professeure.

« Je n’ai pas pu y aller, les portes sont bloquées. Vous voulez bien m’aider ? »

Demander de l’aide à un prof pour aller aux toilettes… Quelle déchéance. Et dire que d’un sort, elle aurait pu régler tout ça. Mais avec ces nouvelles règles, elle pouvait oublier ça…

_________________

we are one
We are one, you and I, we are like the earth and sky, one family under the sun, all the wisdom to lead, all the courage that you need, you will find when you see, we are one.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar



Mission Toilettes
Moïra De La Rivière & Ophélia Deslunes


Le cours de musique n'était pas obligatoire ni le plus populaire, Ophélia se retrouvait avec beaucoup de temps libre, ce qui faisait autrefois son affaire. Cela lui permettait de se concentrer sur ses propres pratiques musicales ou sur ses autres emplois. Depuis la marche blanches, les choses avaient bien changées. Les règles étant plus strictes, tout le personnel enseignant avait dans ses tâches de faire de la surveillance. Ophélia en avait hérité beaucoup, étant l'une des enseigantes avec le moins d'heures de cours. La Française n'était pas du genre à être irritable, et faisait donc ce nouveau travail avec un calme et une diplomatie remarquable, bien qu'elle sentait le manque de temps la rattrapper, entre ses représentations, ses pratiques, ses cours et ses corrections. Le moment où elle devait surveiller les élèves à la bibliothèque devait être l'un de ses favoris, car elle pouvait elle-même prendre ce temps pour faire quelques correction et répondre à ses lettres. Dans cette situation, l'enseignante se faisait moins stricte ou froide, en autant que les élèves respectaient le silence.

Lorsque l'heure d'étude fut terminée, la musicienne escorta un groupe de troix élèves à leur dortoirs. Au plus grand malheur de ceux-ci, ils étaient tous d'une maison différente, ce qui les oubligeait à parcourir le château pour aller les porter un à un. Emmenant les deux premiers dans les sous-sols, elle ne pénalisait que la Serdaigle qui allait devoir faire le plus grand détour. Ophélia ne pouvait pas plaire à tous et n'avait pas le choix d'y aller avec ce qui touchait le moins de personnes possibles. De retour un à un avec la bleue et argent, cette dernière demanda d'arrêter aux toilettes.
« Bien-sûr, je vais vous attendre ici.»
Ophélia savait que l'élève était Française, et se ne gêna donc pas de s'adresser à elle dans sa langue natale. Elle savait que plusieurs des élèves en échange avaient besoin d'un répit de la langue de Shakespeare de temps à autres. D'un mouvement gracieux, l'enseignante ouvrit la porte à la demoiselle, qui se hâta d'y entrer. Celle-ci mit peu de temps à revenir... pour lui demander de l'aide. Le château faisait encore des siennes ? Les derniers mois avaient étés marqués de nombreux incidents du genre, où les portes ne répondaient pas, où le ciel de la grande salle s'agitait, et d'autres histoires encore plus loufoques courraient les corridors.
« Ô mes magnifiques dames, ne vous acharnez-pas, ne laissez pas ces lieux vous déposséder votre précieux temps, vous méritez mieux ! Mesdames, les toilettes sont hors d'usage, nous ont annoncés les petites créatures qui servent le château ! »
Un tableau s'était mêlé à la conversation, avec un français cassé d'un accent irlandais ; combinaison plutôt particulière. Ce dernier était une représentation du dieu celte Oengus, ce qui expliquait son ton très - voire trop - avenant. Ophélia le remercia avec politesse avant de se retourner vers son élève. Hors d'usage ? Toutes les toilettes de cette salle ? Ophélia soupira légèrement. Elle pouvait sans mal voir l'inconfort de demoiselle De La Rivière, qui semblait attendre le moment d'aller au toilettes depuis longtemps.
« Semblerait-il qu'il nous faudra prendre un autre détour. Les toilettes les plus proches sont au deuxième étage. Suivez-moi. »
Les escaliers venaient tout juste de changer de position, ce qui laissait amplement le temps aux dames de se rendre à destination. Ce fut donc avec grande surprise que ces dernières se retrouvèrent coincer au milieu d'un escalier qui n'en fit qu'à sa tête, entâmant une rotation qu'elle stoppa net à mi-chemin. Ophélia jeta un coup d'oeil à l'arrière. Étrangement, l'escalier n'était plus rattaché à une plateforme, laissant les deux femmes dans le vide, ayant les escalier comme seul soutient. Deux choix s'offraient à elles. Sauter, ou attendre la suite. De La Rivière portait le bleu, et devait être assez intelligente pour ne pas tenter quelque chose de ridicule. L'enseignante lui jeta un coup d'oeil pour s'en assurer. Sortant sa baguette de sa poche, la belle pointa sa baguette vers les escalier pour y lancer un sortilèges imprononcé afin de faire bouger les escaliers. Rien ne se produit, pas même une petite étincelle. Elle essaya de nouveau, en vain. Tout en restant calme, Ophélia s'adressa à l'élève.
« Ma baguette ne semble pas vouloir répondre, pouvez-vous tenter quelque chose ?  »
Avec toutes ces histoires d'épidémie, de perte de magie, il y avait de quoi s'inquiéter. Si l'usage "abusif" de la magie était proscrit chez les élèves, Ophélia venait, de ses paroles, de lui offrir le droit à son utilisation.
Revenir en haut Aller en bas
Moïra de La Rivière
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 1ère année de Politique Magique, à Serdaigle.
Célébrité : Emma Watson.
Pseudo : Champifeuille, Champi. Âge : 26 Parchemins : 296 Gallions : 248 Date d'inscription : 03/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/22  (0/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1561-moira-mes-desirs-font-desordre http://www.mumblemumps.com/t1572-moira-moins-sage-que-mon-image http://www.mumblemumps.com/t1603-moira-lettres-de-noblesse http://www.mumblemumps.com/t2069-journal-d-un-champignon

Speed dating
Mission toilettes !


« Ô mes magnifiques dames, ne vous acharnez-pas, ne laissez pas ces lieux vous déposséder votre précieux temps, vous méritez mieux ! Mesdames, les toilettes sont hors d'usage, nous ont annoncés les petites créatures qui servent le château ! » La Serdaigle retint un soupir de consternation. Les toilettes étaient donc hors d’usage. Elle pouvait encore tenir, mais elle commençait à en avoir assez de ce château étrange. Les escaliers qui bougent, la magie qui fluctuent, les esprits frappeurs, et maintenant les toilettes bouchées ? Quelle plaie. La professeure remercia gracieusement le tableau, tandis que Moïra se fendait d’un sourire de politesse, hochant la tête pour le remercier à son tour. Apparemment, il allait leur falloir chercher ailleurs. Mais où ? « Semblerait-il qu'il nous faudra prendre un autre détour. Les toilettes les plus proches sont au deuxième étage. Suivez-moi. » Hmm. Ça pouvait faire l’affaire. Ne s’embarrassant pas de protestations (avec un prof, et puis quoi encore) elle lui emboîta sagement le pas. Elle aurait préféré qu’elles remontent quelques étages de plus pour aller à la tour de Serdaigle… Mais tant pis. La première, l’adulte s’engagea sur les escaliers, Moïra la suivant de près. Elle avait un mauvais pressentiment. Si les toilettes s’étaient bouchées, qu’est-ce qui empêchait le château de n’en faire encore qu’à sa tête ?

Et bien entendu, ça ne rata pas. Les escaliers se figèrent à mi-parcours, les laissant suspendues dans le vide entre deux étages. Rapidement, la prof tourna la tête vers elle, comme pour s’assurer qu’elle ne ferait rien d’insensé. Elle, faire quelque chose d’insensé ? Elle avait le vertige ! Elle n’osait même pas regarder en bas, consciente que si elle s’y essayait, elle risquait d’ouvrir les vannes et de se faire pipi dessus de trouille. Ce serait honteux et ridicule. Aussi garda-t-elle le regard fixé sur un tableau vide en face d’elle, se concentrant intensément sur le paysage pour ne pas regarder par-dessus la rambarde de l’escalier. « Ma baguette ne semble pas vouloir répondre, pouvez-vous tenter quelque chose ? » La Serdaigle lâcha à regret son tableau des yeux pour se tourner vers la prof. Elle n’avait même pas remarqué que cette dernière avait tenté de lancer un sort, mais elle avait bien noté le fait qu’elle lui avait donné l’autorisation d’utiliser sa baguette. Ses doigts se resserrèrent autour de cette dernière, qu’elle sortit de sa poche en réfléchissant à quel sort lancer. Cependant… Si ça se passait mal, ce serait sa faute, et elle n’était même pas sûre de pouvoir convenablement lancer un sort sur le château lui-même. Il devait être blindé de contre-sorts pour empêcher toute dissidence étudiante, surtout après la grande guerre.

« Peut-être un Amplificatum, pour grossir les escaliers et nous permettre de changer d’étage, puis un Reducto pour lui donner sa forme d’origine ? »

Elle avait levé la tête vers sa prof pour lui demander son avis, se refusant à lancer le moindre sortilège sur des escaliers ensorcelés sans avoir eu son feu vert. Les conséquences pouvaient être dramatiques. Disparition de l’escalier, ou il les jette par-dessus bord, ou une alarme se déclenche et ils se font attaquer par tous les fantômes, tableaux, statues et autres gargouilles… Non, elle ne prendrait pas inutilement le risque. Transplaner aurait pu être bien, mais en tant qu’élève, elle savait qu’elle ne pouvait pas transplaner dans l’enceinte de Poudlard. Ce privilège était la prérogative du directeur, et de quelques professeurs. Mais, justement, n’était-elle pas avec un professeur ?

« Vous avez le droit de transplaner ? Ça pourrait être une bonne solution. »

_________________

we are one
We are one, you and I, we are like the earth and sky, one family under the sun, all the wisdom to lead, all the courage that you need, you will find when you see, we are one.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar



Mission Toilettes
Moïra De La Rivière & Ophélia Deslunes


En France, ce genre de choses ne seraient jamais arrivées. Des escaliers qui bougent aléatoirement, quelle idée ? Ces Anglais avaient un étrange sens de la répartie qu'Ophélia trouvait intriguant. Sauf qu'à cet instant, la "créativité" des fondateurs de cette école avait mis les deux Françaises dans une situation plutôt embarassante. Et après, les professeurs osaient réprimander les élèves qui arrivaient en retard en cours. À croire que même aujourd'hui, les sorciers britanniques ne comprennaient pas à quel point les escaliers mouvants n'étaient qu'un obstacle de plus au bon fonctionnement de leur système...La dame pouvait bien voir l'inconfort de la demoiselle qui ne souhaitait que faire un tour aux toilettes. La baguette de la femme avait choisi un bien mauvait moment pour ne par répondre. Ou était-ce tout lié ? Peut-être qu'un dérèglement magique se produisait qu'à cet endroit. « Peut-être un Amplificatum, pour grossir les escaliers et nous permettre de changer d’étage, puis un Reducto pour lui donner sa forme d’origine ? » Solution non pas ridicule, mais certainement très risquée. Aucune des deux ne savait comment réagirait le château face à ce genre d'intervention.

« Je ne crois pas que ce soit une bonne idée de perturber le château encore plus, la prudence est de mise. Sans quoi, je vous aurais conseillé de tenter un Descendo. »
Bien sûr, la jeune Serdaigle semblait déjà avoir compris, mais Ophélia avait préféré ajouter son grain de sel. Avec les nouvelles règles - qu'elle trouvait elle-même bien exagérée - les élèves n'avait pratiquement aucun droit, c'était comme s'ils ne devait être que des mannequins dans le décors. Interdiction de pratiquer de magie, interdiction de se promener seul dans le château, interdiction de penser. « Vous avez le droit de transplaner ? Ça pourrait être une bonne solution. » De la Rivière ne portait pas le bleu sans raison. Elle était persepicace, ce qui désolait encore plus la musicienne à devoir surveiller ses moindres mouvements. Si le transplanage avait été possible dans le château, cela aurait été la meilleur solution. Après tout, nul besoin de transplaner bien loin. Là encore ça restait risqué. Comment les dérèglements agiraient sur le voyage ? Allait-il provoquer la désartibulation ? Allait-il les envoyer n'importe où. À vrai dire, toutes ces questions étaient plutôt inutiles.
« Malheureusement, je ne peux pas transplaner ici, et même si je le pouvais, ce serait également trop risqué... En fait, je me demandes si tout est déréglé, ce serait peut-être une bonne idée de tester votre baguette avant de faire quoi que ce soit... »
Ophélia avait une petite idée de ce qu'elle souhaitait faire pour les sortir de cette situation, mais elle ne faisait pas confiance au château. Si la demoiselle utilisait un sortilèges sur elle, les choses pourraient devenir catastrophoque, ce qu'elle souhaitait éviter. Si la baguette de miss De La Rivière fonctionnait correctement, elle pourrait s'en servir pour se rendre au troisième étage et aller chercher l'aide de Veerly. Cette dernière, en tant qu'elfe, avait la possibilité de transplaner, et pourrait donc escorter la demoiselle jusqu'aux toilettes, puis rapidement jusqu'à son dortoir. Tout ceci serait réglé bien rapidement, en autant que l'une des baguettes fonctionnent. Sinon, il faudrait réfléchir à une autre solution...
Revenir en haut Aller en bas
Moïra de La Rivière
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 1ère année de Politique Magique, à Serdaigle.
Célébrité : Emma Watson.
Pseudo : Champifeuille, Champi. Âge : 26 Parchemins : 296 Gallions : 248 Date d'inscription : 03/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/22  (0/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1561-moira-mes-desirs-font-desordre http://www.mumblemumps.com/t1572-moira-moins-sage-que-mon-image http://www.mumblemumps.com/t1603-moira-lettres-de-noblesse http://www.mumblemumps.com/t2069-journal-d-un-champignon

Speed dating
Mission toilettes !


Voyons voir. Un Amplificatum pourrait faire grossir les escaliers, leur permettant alors de passer d’un étage à l’autre. Puis, à l’aide d’un Reducto, les escaliers reprendraient leur taille normale. Elles seraient coincées un étage plus bas, mais ce n’était pas trop grave, ça, encore. Cependant, son plan lui semblait bien risqué. Elle ne savait pas comment les protections de l’école marchaient, et elle ne doutait pas que les escaliers étaient probablement enchantés pour résister à ce genre de sortilèges, mesure d’urgence ou non. Elles pourraient être jetées dans le vide, ou l’escalier pourrait disparaître, ou quelque chose pourrait les attaquer. Lancer des sorts sans en connaître les conséquences, surtout après la bataille de Poudlard, et avec la magie qui avait tendance à vite se dérégler, c’était irrationnel et dangereux. Aussi opta-t-elle pour la prudence, en se tournant vers sa professeure pour lui exposer son plan. La réponse de cette dernière vint très vite, en une moue peu convaincue, si bien exécutée qu’elle avait dû faire fondre bien des hommes et des femmes. « Je ne crois pas que ce soit une bonne idée de perturber le château encore plus, la prudence est de mise. Sans quoi, je vous aurais conseillé de tenter un Descendo. » Forcément. Quelle idiote. Plutôt que de se compliquer la vie à faire grossir et rapetisser les escaliers, les faire monter ou descendre était tout de même bien plus intelligent. Elle se retint de grogner et de s’excuser, et considéra les options qu’il leur restait. Un sortilège pour monter ou pour descendre, au pire. Mais comment le château réagirait-il ? Ah, si seulement elles pouvaient transplaner…

Mais oui, le transplanage ! Moïra, élève, ne le pouvait malheureusement pas, mais la professeure Deslunes pouvait, normalement. Après tout, elle était prof, non ? A Beauxbâtons non plus, les élèves ne pouvaient pas transplaner, mais tous les professeurs et membres du personnel en avaient l’autorisation. Aussi, pleine de confiance, et se voyant déjà de l’autre côté, sur le sol et non pas (gloups) suspendue dans le vide, elle se tourna vers l’adulte pour lui proposer de transplaner. La réponse la perturba profondément. « Malheureusement, je ne peux pas transplaner ici, et même si je le pouvais, ce serait également trop risqué… » Elle… Elle ne pouvait pas transplaner ? Moïra cilla. Les professeurs de Poudlard ne pouvaient pas transplaner dans l’enceinte de l’établissement ? Mais qu’est-ce que c’était que cette école ? Française et habituée aux mœurs de Beauxbâtons, elle ne parvint pas à cacher son incompréhension, laissant sa prof reprendre la parole sur le même ton. « En fait, je me demandes si tout est déréglé, ce serait peut-être une bonne idée de tester votre baguette avant de faire quoi que ce soit... » Tester… Tester sa baguette ? Ça pouvait être une bonne idée. Elle tendit sa baguette devant elle pour tenter un sortilège simple.

« Avis ! »

Sa baguette crachota quelques étincelles bleues, mais libéra tout de même une volée de petits rossignols  illusoires, qui volèrent autour d’elles en pépiant joyeusement, faisant râler quelques tableaux réveillés par ce qu’ils appelaient un « tapage ». Murmurant quelques excuses polies, la française fit rapidement disparaître ses rossignols, qui s’effacèrent docilement sans répandre des plumes de partout. Un poids s’ôta de ses épaules. Sa baguette, au moins, fonctionnait, tandis que celle de sa prof ne fonctionnait pas. C’était assez problématique, puisqu’elle ne connaissait aucun sortilège capable de les sortir du pétrin, et que si elle voulait bien obéir aux instructions de sa professeure, elle savait qu’elle finirait paralysée par la peur de l’inconnu, et surtout par sa peur du vide. Parce que pour lancer le sortilège de descente, il fallait regarder en bas… Et très clairement, la vessie et les nerfs de la pauvre Serdaigle ne le supporteraient pas. Par contre, la professeure de musique pouvait le faire. Regarder en bas et lancer le sortilège. Ce fut avec une certaine résignation que la Serdaigle comprit où sa prof voulait en venir, et qu’elle comprit aussi que si elle voyait un certain inconvénient à se séparer de sa précieuse baguette, elle n’avait pas le choix. Elles n’allaient pas rester là toute la nuit, et elles ne savaient pas combien de temps l’escalier prendrait à se remettre en mouvement.

« Ma baguette a l’air de fonctionner, c’est déjà ça. Tenez. »

La faisant adroitement tourner entre ses doigts, elle la tendit sans regret à la professeure de musique pour la laisser libre de faire ce qu’elle voulait pour les sortir de là. De toute manière, elle serait toujours plus efficace qu’elle, à l’heure actuelle.

_________________

we are one
We are one, you and I, we are like the earth and sky, one family under the sun, all the wisdom to lead, all the courage that you need, you will find when you see, we are one.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar



Mission Toilettes
Moïra De La Rivière & Ophélia Deslunes


L'enseignante sourit face au choix de sortilège de la demoiselle. Après tout, elle avait une certaine classe. Elle aurait pu faire n'importe quel sortilège anondin, mais elle avait choisi de donner vie à de petits oiseaux. Les tableaux, eux n'avaient pas tous appréciés, ce qu'Ophélia trouvait de mauvaise foi. Ils avaient cette vilaine tendance à être rabats joie, en plus d'eux-même ne jamais se taire. Comme si tout leur était permi et que les sorciers leur devaient tout le respect du monde. Parfois, ils semblaient oublier qu'ils n'étaient que de la peinture sur une toile, en vie grâce aux talents des sorciers. Outre cela, les deux sorcières faisaient face à une bonne nouvelle ; la baguette de la Serdaigle fonctionnait sans mal. « Ma baguette a l’air de fonctionner, c’est déjà ça. Tenez. » La bleu et bronze lui avait tendu sa baguette. La musicienne regarda la demoiselle un instant. Avait-elle peur d'utiliser un sort en situation réelle ?
« Je peux bien essayer d'utiliser votre baguette, mais croyez-vous réellement qu'elle va bien m'écouter ? A-t-elle tendance à être trop loyale ? »
Ces questions pouvaient sembler un peu excessive, après tout ça ne pouvait pas faire de mal d'utiliser une baguette d'une autre personne. Dans le pire des as, la baguette ne refuserait de répondre. Ophélia avait pourtant cette impression que quelque chose pouvait mal tourner. Mais n'était-ce pas déjà le cas ? Avec toutes les horreurs que les sorciers avaient vécus, avec tout ce que la Française avait connu, ceci n'était qu'une petite situation, rien de bien grave. Même en tant que Née-moldue, Ophélia se sentait prise au dépourvu face à l'absence de magie, elle s'en trouvait même relativement offusquée. Et si, même avec la baguette de l'élève, elle n'arrivait à rien ? Et si, elle aussi, était en train de perdre ses pouvoirs, et qu'en fait, le château n'avait rien à voir avec l'absence de réponse de sa propre baguette ? L'orgueil de la musicienne en prendrait un coup, qu'elle prendrait toutefois avec classe. Cela ne ferait pas de mal d'essayer, au pire, elle redonnerait la baguette à l'élève pour qu'elle tente le coup. D'un mouvement délicat, la femme prit la baguette, sachant qu'il valait mieux essayer que de rester là à rien faire. Et puis, De La Rivière semblait s'impatienter pour aller aux toilette, ce qui était tout à fait justifiable.
« Bon, je vais tenter quelque chose. Si tout va bien, je te ferai envoler un peu et te déposerai sur le 3e étage. De là, tu pourras te rendre jusqu'aux appartements de professeurs. Normalement, l'accès vous est interdit, mais je te donne la permission de t'y rendre. Tu pourras cogner à la porte et Veerly viendra t'ouvrir. Tu pourras utiliser les toilettes qui y sont.»
L'enseignante porta sa main à sa poche pour y sortir un bout de papier, sur laquelle elle décrit brièvement qu'elle donnait la permission, pour raison d'urgence. Une signature, puis elle glissa le papier dans la main de la Serdaigle. De sa main, elle cogna sur la rampe de l'escalier dans un rythme précis. Elle le répéta une seconde fois pour que l'élève s'en souvienne.
« Souviens-toi en, c'est comme ça que tu devras frapper à la porte pour que mon elfe vienne t'ouvrir. Prête ?»
Ophélia mit une petite seconde pour attendre l'approbation de la demoiselle, puis, d'un mouvement élégant, elle jeta un sort sur cette dernière. C'est avec satisfaction qu'elle vit De La Rivière s'élever légèrement du sol. La dame sourit, laissant le temps à l'élève de s'habituer à cette lévitation. Lentement, elle la fit se déplacer, jusqu'à la déposer de l'autre côté du vide. D'un signe de main, elle lui fit signe de prendre son chemin. Nul besoin d'utiliser la baguette de nouveau, il faudrait peu de temps pour que l'elfe ne vienne à elle, ce qui serait bien moins risqué que de tenter d'autres sorts sur elle-même.


Revenir en haut Aller en bas
Moïra de La Rivière
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 1ère année de Politique Magique, à Serdaigle.
Célébrité : Emma Watson.
Pseudo : Champifeuille, Champi. Âge : 26 Parchemins : 296 Gallions : 248 Date d'inscription : 03/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/22  (0/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1561-moira-mes-desirs-font-desordre http://www.mumblemumps.com/t1572-moira-moins-sage-que-mon-image http://www.mumblemumps.com/t1603-moira-lettres-de-noblesse http://www.mumblemumps.com/t2069-journal-d-un-champignon

Speed dating
Mission toilettes !


La professeure Deslunes semblait réticente à se saisir de sa baguette. Moïra ne comprenait pas pourquoi. Sa propre baguette ne fonctionnait pas, ce serait quand même plus pratique avec celle de son élève, non ? Moïra ne pouvait pas lancer de sorts. Elle ne savait pas lequel choisir, et avec son vertige, il était exclu qu’elle se penche pour tenter un Descendio. Il fallait donc que ce soit la prof qui s’en charge, déjà parce qu’elle avait plus de connaissances que l’élèves, et aussi parce qu’elle n’était pas paralysée par une monstrueuse envie d’uriner, accessoirement. « Je peux bien essayer d'utiliser votre baguette, mais croyez-vous réellement qu'elle va bien m'écouter ? A-t-elle tendance à être trop loyale ? » Loyale ? En toute honnêteté, elle n’en avait aucune idée. Personne d’autre qu’elle n’avait utilisé cette baguette, mais sur le coup, loyauté ou pas loyauté, elle priait pour que le bout de bois ensorcelé comprenne qu’il y avait urgence.

« Je pense que ça devrait bien se passer. Elle est en bois de noisetier et contient une épine de monstre du fleuve blanc, ce qui en fait une compagne loyale, mais assez réfléchie. Elle ne devrait pas poser trop de problèmes. »

La baguette changea de main, et Moïra le regretta aussitôt. Elle était une sorcière, de surcroît une sang-pure talentueuse. Etre traitée comme une enfant à Poudlard était déjà suffisamment humiliant, mais maintenant, voilà qu’elle devait admettre qu’elle était incapable de résoudre une situation d’urgence, paralysée par son vertige. « Bon, je vais tenter quelque chose. Si tout va bien, je te ferai envoler un peu et te déposerai sur le 3e étage. » La française pâlit. Elle allait s’envoler. Par Merlin. Elle crevait de trouille à cause de son vertige, devait lutter pour contenir sa vessie, et elle apprenait maintenant qu’elle allait s’envoler. Sa vessie ne résisterait pas à cette épreuve. « De là, tu pourras te rendre jusqu'aux appartements de professeurs. Normalement, l'accès vous est interdit, mais je te donne la permission de t'y rendre. » Elle hocha faiblement la tête. Après avoir appris qu’elle allait s’envoler, elle se fichait bien de savoir où elle allait être déposée. Même pour quelques centimètres, ne plus avoir les pieds au sol était une véritable horreur. « Tu pourras cogner à la porte et Veerly viendra t'ouvrir. Tu pourras utiliser les toilettes qui y sont. » Bizarrement, cela ne la consola pas. Elle maudissait ce château et ces escaliers rebelles. Cependant, le bruit du poing de sa prof sur la rambarde la tira de sa torpeur. C’était un rythme. « Souviens-toi en, c'est comme ça que tu devras frapper à la porte pour que mon elfe vienne t'ouvrir. Prête ? » Non. Pas du tout prête. Pas du tout.

« Oui, je suis prête. Vous pouvez y aller. »

D’un mouvement élégant, la professeure lança le sort, et la Serdaigle retint un couinement effrayé en se sentant quitter les marches. Pensant bien faire, la professeure de musique attendit un peu pour lui laisser le temps de s’habituer à la lévitation, ne parvenant qu’à la stresser un peu plus. Bon sang ! Elle détestait voler ! Ce fut pire quand elle quitta l’escalier, et elle ferma les yeux pour ne pas baisser la tête. Entre le troisième étage et le sol, il y avait beaucoup trop d’écart. Heureusement, elle parvint au troisième étage sans peine, la vessie toujours aussi pleine à craquer. Tremblante, elle s’engagea dans le couloir sans se retourner pour chercher les appartements de la professeure Deslunes. C’était facile ; les noms des profs étaient inscrits sur les portes. Il n’y avait absolument personne pour la stopper, et elle parvint sans encombres jusqu’à la porte ornée du nom de sa prof, où elle toqua en suivant le rythme indiqué quelques minutes plus tôt. La porte s’ouvrit presque dans la seconde, laissant apparaître un elfe de maison, qui plissa les yeux en voyant une élève un peu pâle devant lui.

« C’est la professeure Deslunes qui m’envoie. Elle est bloquée dans les escaliers. » A tout hasard, elle lui tendit le papier qu’elle avait toujours dans la main. « Tenez. »

Le petit elfe attrapa le papier, le déplia, le parcourut du regard, et finalement, reporta son attention sur elle. Il avait l’air bien moins méfiant. Grâce à la signature, sans doute.

« Merci, mademoiselle. Je m’en occupe tout de suite. Les toilettes sont au fond du couloir, sur votre gauche. »
« Merci beaucoup. »

Le petit elfe s’inclina, et transplana auprès de sa maîtresse, laissant la Serdaigle entrer dans les appartements. Elle ne s’attarda pas une seule seconde sur la décoration, pourtant extrêmement raffinée, du salon, se dirigeant d’un bon pas vers les toilettes. Après toutes ces émotions, c’était un miracle qu’elle soit encore en état de le faire dignement !

_________________

we are one
We are one, you and I, we are like the earth and sky, one family under the sun, all the wisdom to lead, all the courage that you need, you will find when you see, we are one.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar



Mission Toilettes
Moïra De La Rivière & Ophélia Deslunes


L'élève était hésitante. La dame comprit rapidement qu'elle avait peur de voler, ce qui était tout à fait compréhensible. Elle-même n'avait jamais été fan du vol, mais les techniques de voyage impliquant les vol étaient souvent les moins extrèmes. La Serdaigle n'avait-elle pas fait mention de transplanage, plus tôt ? S'il s'agissait du mode de voyage favori de la chanteuse, il n'en restait pas moins l'un des plus dangereux. Mais bon, les deux sorcières n'étaient pas là pour discuter de quel moyen de transport était le plus sécuritaire. À ce instant, ce qui importait était de trouver le plus rapide - et faisaible - en ces circonstances. Si ls Française pouvait lire sur le regard de la jeune qu'elle n'était pas prête, ses paroles laissairent entendre le contraire. Après tout, qu'elle soit à l'aise avec la lévitation ou non, il s'agissait de la seule solution.

Le transfert des escaliers jusqu'à l'étage se fit sans mal, au plus grand soulagement d'Ophélia. Elle ne se serait jamais pardonné si quelque chose aurait pu arriver à l'élève. Déjà, il falait les accompagner partout, ce serait plutôt bête que quelque chose arrive à la demoiselle par sa faute. La professeur sourit à miss De La Rivière lorsque ses pieds touchèrent le sol, mais cette dernière ne s'attarda pas trop longtemps avant de prendre ses jambes à son cou. Patiente, la dame s'appuya sur la rampe d'escalier en attendant l'arrivée de Veerly. Il ne rester qu'à espérer que la demoiselle se souvienne du rythme - qu'Ophélia changera suite à cette mésaventure - et qu'elle envoie l'elfe jusqu'à elle. Alors qu'elle attendait, quelques tableaux murmuraient autourd d'elle. Ophélia les ignora assez longtemps pour que ceux-ci finissent par se taire, ou du moins passer à autre chose. Un craquement se fit entendre, ce qui fit réagir quelques-uns des tableaux attentifs. Non, l'escalier n'était pas en train de s'effondrer. Devant elle, Veerly lui décrocha un large sourire.

« Alors je vois que Miss De La Rivière a trouvé son chemin. Merci beaucoup de l'avoir fait entrer. Serait-ce possible de m'emmener jusqu'à nos appartements, je vous prie ?»
« Bien-sûr madame ! L'élève a étée très polie d'ailleurs, très admirable ! »
« Ne sous-estime jamais les Françaises, ma chère !»

L'elfe attrapa la Française pas la main et transplana jusqu'à l'appartement. La jeune serdaigle y était encore. Sans attendre, Ophélia commença à préparer du thé, chauffant l'eau du bout de sa baguette, puis en y ajoutant quelques délicates feuilles séchées, ainsi que quelques pétales de rose, mélange qu'elle s'offrait lorsqu'elle voulait se détendre. Les arôme avaient déjà englobé toute la salle lorsque De La Rivière sortit de la toilette. La femme déposa sa théière et regarda vers l'elfe. Elle n'avait plus envie de sortir pour l'instant, suurtout si le château était pour faire des siennes encore. Autant savourer ce thé avant de reprendre d'autres activités.
« Veerly, est-ce que vous voudriez aller porter la demoiselle à sa salle commune ? Ça me ferait grandement plaisir et ça éviterait d'autres problèmes.»
« Avec plaisir madame ! »
« Reviens-vite, par contre, nous prendrons le thé.»
De La Rivière était d'une famille pure et ne devait certainement pas traiter les elfes de la même manière qu'elle. Sauf que l'avis de la demoiselle sur ce sujet importait peu. Après tout, Veerly était une elfe libre, ses beaux vêtements le laissent voir. Très serviable, il lui arrivait parfois de refuser d'aider Ophélia, mais ces instances étaient rare, car elles étaient de bonnes amies.
Revenir en haut Aller en bas
Moïra de La Rivière
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 1ère année de Politique Magique, à Serdaigle.
Célébrité : Emma Watson.
Pseudo : Champifeuille, Champi. Âge : 26 Parchemins : 296 Gallions : 248 Date d'inscription : 03/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/22  (0/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1561-moira-mes-desirs-font-desordre http://www.mumblemumps.com/t1572-moira-moins-sage-que-mon-image http://www.mumblemumps.com/t1603-moira-lettres-de-noblesse http://www.mumblemumps.com/t2069-journal-d-un-champignon

Speed dating
Mission toilettes !


La française sortit des toilettes avec soulagement. Maintenant qu’elle n’était plus coincée dans les escaliers, suspendue dans les airs, et que sa vessie était vide, elle se sentait beaucoup mieux. Ce fut d’un pas léger qu’elle retourna au salon, se demandant si sa prof était déjà arrivée. Apparemment, oui. Elle avait eu le temps de faire du thé, dont l’arôme délicat embaumait la jolie pièce. C’était le signe qu’elle devait s’en aller, ce que sa professeure indiqua en se tournant vers son elfe. « Veerly, est-ce que vous voudriez aller porter la demoiselle à sa salle commune ? Ça me ferait grandement plaisir et ça éviterait d'autres problèmes. » Pourquoi lui demandait-elle la permission ? C’était étrange. Peut-être étaitce-un elfe libre, qui était resté avec elle par affection. Encore plus étrange. Cependant, l’elfe ne sembla y voir aucun problème, et accepta d’un ton joyeux, rassurant quelque peu la Serdaigle. Elle ne serait pas obligée de retraverser tout le château toute seule.

« Merci beaucoup, professeur. Passez une bonne soirée. »

En souriant, elle se tourna vers le petit elfe de maison. Elle trouvait toujours étrange l’idée d’être raccompagnée par un elfe libre, mais, après tout, ce n’était pas son elfe. La professeure Deslunes était libre de faire ce qu’elle souhaitait avec ses serviteurs, même leur donner des vêtements, si elle en avait envie. En souriant avec politesse, elle tendit sa main à l’elfe, qui la saisit avant de transplaner. Elle transplanait dans l’enceinte de Poudlard ! Quelle chose étrange… Veerly la déposa directement dans sa salle commune, surprenant un peu plus la Serdaigle. Elle qui s’attendait à être déposée devant le heurtoir de bronze ! Ça lui épargnait la réflexion sur la question, cela étant. Et ça expliquait aussi comment les elfes de maison allaient et venaient dans l’école sans être vus. Quelle praticité !

« Voilà mademoiselle, vous êtes arrivée ! »
« Merci de m’avoir ramenée dans ma salle commune. Profitez bien de votre thé. »

L’elfe s’inclina, faisant sourire la française. Remercier et vouvoyer un elfe de maison lui était chose étrange, mais il s’agissait d’un elfe libre, et sa professeure semblait tenir à ce qu’on le respecte. Elle pouvait bien faire un petit effort. Après tout, elle était aussi polie avec les elfes de maison de sa famille, elle pouvait bien vouvoyer un elfe libre. Silencieusement, Veerly disparut, retournant auprès de la professeure de musique, abandonnant la Serdaigle dans sa salle commune déserte. Il commençait à se faire tard. Avait-elle raté le dîner avec toutes ces perturbations magiques ? Sans doute. Tant pis. Avec son petit voyage dans les airs, elle n’avait plus faim, de toute manière. Autant aller se coucher tout de suite pour être fraîche et dispose le lendemain matin !

_________________

we are one
We are one, you and I, we are like the earth and sky, one family under the sun, all the wisdom to lead, all the courage that you need, you will find when you see, we are one.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
Speed Dating (Moïra de La Rivière & Ophélia Deslunes)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Speed-Dating Lou ♣
» Speed-dating d'Alexis
» ∆ speed dating (event #1)
» Speed Dating
» Speed-dating de Noko

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: SAISON 1-
Sauter vers: