Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 6
La version six est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'anniversaire du forum et la rentrée, venez fêter avec nous !
Découvre tout ici
Joyeux anniversaire !
Mumblemumps vient de souffler sa première bougie. Venez la célébrer avec nous !
Plusieurs animations ont été mises en place pour festoyer comme il se doit !
Jette un oeil aux animations !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

sakura&andreï ⊹ i'm not afraid... i'm not... (flashback)

Sakura Swanson-Okada
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : 7e année
Célébrité : Masaki Sato
Pseudo : Estelle ⊹ .sparkle Âge : 26 Parchemins : 302 Gallions : 185 Date d'inscription : 28/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1519-sakura-i-m-famous-it-s-my-job http://www.mumblemumps.com/t1523-sakura-don-t-mess-with-me http://www.mumblemumps.com/t1635-sakura-laissez-un-message-apres-le-bip http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Sakura & Andreï
flashback
i'm not afraid...
i'm not...

- Mars 2000 -

Dans la salle commune de Serpentard, Sakura était penchée au-dessus d’une table. Elle regardait avec attention ce qui était en train de se passer sous ses yeux. A côté d’elle, Alcyone était en train de créer un magnifique collier. Sakura n’avait jamais fait de bijoux elle-même et le jour où elle avait vu Alcyone en plein ouvrage dans la salle commune, elle lui avait demandé si elle pouvait regarder. Depuis, quand elle le pouvait, elle venait voir comment Alcy travaillait et elles pouvaient discuter en même temps. La jeune fille était en train de jouer avec une perle quand elle la fit tomber par terre. Elle se baissa pour la récupérer quand son regard tomba sur Thomas. En se relevant, elle se cogna la tête sous la table, poussant un petit cri de douleur, et porta sa main à son crâne en le massant. « Putain, Sakura ! » Lui dit Alcyone sur un ton de reproche. Quand Sakura se releva, elle vit qu’elle avait fait bouger toutes les perles sur la table avec son coup. « Désolée !!! » Elle essaya de trier un peu les perles qui s’étaient mélangées pour se faire pardonner. Sakura aimait beaucoup Alcy et elle ne voulait pas qu’elle l’empêche de l’observer la prochaine fois, alors elle se dépêcha de tout remettre en ordre. Elle était contente quand elle pouvait passer du temps avec la jeune femme de GISIS, elle n’avait pas beaucoup d’amis dans sa maison. Elle était un peu trop chiante pour les élèves de Serpentard. Mais quand on lui donnait une chance, elle se montrait gentille et attachante. Il fallait juste apprendre à la connaître un peu. Alcyone lui avait laissé cette chance et elle ne pourrait jamais assez la remercier. En plus, elle était vraiment trop cool avec ses bijoux et ses longs cheveux que Sakura rêvait un jour de coiffer. Mais elles n’étaient pas encore assez proches. Quand elle eut presque terminé de tout remettre à sa place, elle reprit leur discussion où elle s’était arrêtée la dernière fois. « Je suis sûre que tu vas devenir célèbre avec tes bijoux. T’es toujours d’accord pour m’aider à créer des bijoux pour porter sur scène ? » C’était ce qu’Alcyone lui avait proposé la dernière fois qu’elle lui avait parlé de ses tenues de scène. Mais bien sûr, il fallait retirer aux bijoux leurs charmes magiques puisqu’il s’agissait de tenues moldues. Alcyone avait accepté, elle avait même l’air contente que Sakura veuille porter ses bijoux. En réalité, Sakura n’avait pas osé lui dire qu’elle aimerait aussi les porter dans la vie de tous les jours et que si Alcyone lui offrait un bijou, elle le porterait même dès maintenant. D’ailleurs, Sakura adorait les bijoux. Elle avait toujours à l’index de la main droite une bague offerte par son ancien meilleur ami Daisuke des années plus tôt et même s’il refusait toujours de lui parler aujourd’hui, elle ne s’en était jamais séparée. Alcyone répondit qu’elle n’avait pas changé d’avis entretemps et que son offre tenait toujours. Mais pour aujourd’hui, elles avaient assez travaillé. Sakura aimait bien se sentir utile, même si elle n’avait pas fait grand-chose pour aider Alcy dans sa création, mais elle avait passé un bon moment avec elle.

Après ce moment de détente, Sakura décida d’aller faire un tour dehors pour prendre un peu l'air. Mais en sortant de la salle commune, elle ne tarda pas à croiser un autre élève de sa maison. Ses yeux s’ouvrirent en grand quand elle réalisa qu’il s’agissait d’Andreï. Il l’avait toujours un peu impressionné, et pas dans le bon sens du terme, avec ses tatouages et ses muscles, mais aussi ses sautes d’humeur et les rumeurs qui courraient à son sujet. Sakura avait une furieuse envie de faire demi-tour et de retourner auprès d’Alcyone, mais elle n’était pas une faible, elle ne voulait pas paraître fragile devant lui s’il la voyait tourner les talons. Elle savait très bien comment les brutes s’en prenaient aux faibles. Elle ne se ferait pas avoir. La tête haute, elle s’apprêta à passer devant Andreï sans qu’il ne lui fasse la moindre remarque. Ce qu’elle ignorait, c’était que tout n’allait pas se passer comme prévu. Malgré elle, elle croisa le regard du russe. Elle n’aurait pas dû. Elle avait l’impression que quelque chose avait changé. D’habitude, il ne faisait pas attention à elle. Elle se demandait même s’il savait qui elle était alors qu’ils avaient été ensemble à Durmstrang, qu’ils avaient été aux mêmes fêtes, qu’ils avaient quelques amis en commun, mais ils ne s’étaient jamais adressés la parole. Cette fois, quand il l’avait regardé, elle avait eu l’impression qu’il la voyait enfin, qu’il savait quelque chose sur elle qu’il ne savait pas avant. Sakura en eut des frissons. Elle qui aimait qu’on la remarque, cette fois-ci, elle s’en serait bien passé. Daisuke lui avait dit un jour qu’Andreï était vraiment mauvais et qu’elle ne devait pas l’approcher. Elle tenta quand même de poursuivre son chemin, après tout, il ne s’était jamais intéressé à elle, alors pourquoi aujourd’hui serait différent ? Elle serra les poings dans ses manches.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Andreï Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Serpentard, 9ème année en Politique Magique
Célébrité : Stephen James
Pseudo : Loupiotre Âge : 30 Parchemins : 604 Gallions : 256 Date d'inscription : 17/11/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
80/100  (80/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t632-like-a-russian-party-andrei#1147 http://www.mumblemumps.com/t2363-andrei-you-are-on-your-own-lost-in-the-wild-so-come-to-me-now http://www.mumblemumps.com/t1752-les-courriers-d-andrei

Sakura & Andreï
flashback
i'm not afraid...
i'm not...

- Mars 2000 -

Ton regard glissait sur la feuille que Dimka t’avait tendue quelques minutes auparavant. Tu avais toujours admiré le talent des gens capable de dessiner ainsi. Tu avais toujours des envies, des idées pour tes tatouages mais tu comptais souvent sur lui ou Gabriel pour les mettre sur papier. Tes iris acérées observèrent la courbe de la mine affutée de ton cousin. Depuis que ta magie partait en couille, tu avais eu la soudaine envie de te faire tatouer les reliques de la mort ; riche symbole des bases de votre essence. Si tu cachais tes craintes derrière un masque d’illusions, tu t’inquiétais toujours davantage. Jusqu’où cela irait ? Les rumeurs étaient loin de te rassurer. Alors graver dans ta chair ce que tu étais avait volé dans ton esprit entêté et ne te lâchait plus. C’était devenu une habitude pour toi. Chaque morceaux de ta peau était marquée des évènements qui avaient marqué ta vie. Dix-huit années déjà insufflées d’horreurs selon certains. Des faits comme d’autres qui te construisaient à tes yeux. « Tu pourrais nervurer davantage la baguette que je me rende mieux compte ? » Installé à l’ombre d’un arbre dans le parc, tu rendais le dessin à Dimka. Tu sortais une cigarette te contentant de l’observer en silence. Le cylindre aux lèvres tu repensais à ces dernières semaines. Ta magie partait en couille mais y avait-il que ça ? Depuis que ton regard s’était posé sur Pandore, tu avais l’impression de changer sans rien contrôler. Tes yeux se posèrent sur l’Aiglon hésitant quelques secondes à lui parler de tes pensées diffuses. Il était concentré et avait certainement oublié ta présence. Chose qui lui arrivait régulièrement lorsqu’il était pris dans ses dessins. Tu tirais sur la clope aspirant les volutes de fumées. Comment réagirait-il si tu lui parlais de tes doutes ? Dimka était comme toi. Les femmes n’étaient que des distractions. Des choses jetables une fois que vous les aviez usé. Dans ton crâne complètement ravagé, tu te disais qu’une fois glissé entre ses cuisses, tu ne penserais plus à elle. Pourtant une voix pernicieuse te soufflait que tu te voilais la face. Voix que tu rejetais au loin. Il était temps que tu te bouges un peu. Réveiller un peu tes anciens démons. Tu commençais à te faire chier toi même avec tes hésitations. Le parchemin glissa à nouveau sur tes jambes. Tu observais les traits incrustés et hochais la tête satisfait. « C’est parfait Dimka ! » Tu pliais le parchemin pour le ranger dans tes poches. Pendant plusieurs minutes, tu discutais avec lui de tout et de rien, continuant de fumer tranquillement. Tu appréciais réellement Dimka. C’était ce frère que tu n’avais pas. Le sang vous unissait bien plus que ce que la généalogie avait décidé. Il n’y avait que lui qui pouvait comprendre comment tu avais grandi, dans quel univers tu avais été éduqué. Parce qu’il avait vécu la même chose. Vous aviez grandi ensemble sous la houlette tranchante de ton géniteur. Si cela n’avait pas été évident, vous aviez été d’autant plus unis par cela.

Vous preniez alors la route vers la château pour regagner vos salles communes respectives. Echangeant en Russe, vos chemins finirent par se séparer lui retournant chez les Aiglons, toi filant chez les Serpents. Si te retrouver dans ce château avait été compliqué à ton arrivée, il n’avait à présent plus aucun secret. Tu savais comment parcourir les cachots sans jamais te perdre. Connaissais les salles vides à user en cas de soirées clandestines, celle isolée où tu pouvais t’envoyer en l’air sans te soucier de te faire surprendre. Tout en marchant, tu avais chassé tes tracas de ton esprit. Tes pas résonnaient sur les murs humides des sous-sols. Déserts jusqu’à présent, une silhouette se dessina au loin. Ton regard se posa sur l’étudiante qui arrivait en face de toi. Sakura. Tu la fixais avec attention. Toi qui voulait renouer avec tes anciens passe-temps.. N’était-elle pas parfaite pour cela ? Tu ne la lâchais plus du regard. Tu sentais déjà la gêne qui l’envahissait ; cette hésitation qu’elle avait eu quant à avancer vers toi.

Les mains dans les poches, tu avançais avec nonchalance. Jusqu’à arriver à son niveau, glissant d’un pas devant elle, faisant mine de l’éviter pourtant, jouant un peu avec elle. Un pas à droite, puis à gauche. Bloquant volontairement son avancée à couvert de te détourner de son chemin. Tu finis par te planter devant elle. T’imposant de toute ta carrure, t’immiscent naturellement dans son sillage. Tu cherchais ses yeux qui semblaient éviter les tiens. Tu l’obligeais légèrement à reculer même. « Tu m’évites ? » Un sourire en coin étirait tes lippes. Tu avais volontairement parlé en Russe. Parce que tu savais qu’elle était à Durmstrang avec toi à l’époque. Tu connaissais les rumeurs qui courraient sur elle. Ces sorts lancés, ses fréquentations… C’était le moment de voir si tu étais encore capable de jouer avec une proie. Vérifier si tu n’avais pas perdu la main. Tu avançais encore un peu t’amusant à la voir reculer. « Allons, entre compatriotes, tu devrais pas me craindre comme ça, Sakura. Puis il parait que tu sais parfaitement te défendre… » Remarque piquante, pleines de sous-entendus. Tu ne la connaissais absolument pas mais il était temps de découvrir cette nouvelle proie. D’appréhender ses réactions, ses limites. Provoquer. Provoquer jusqu’à l’achever.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
Comme Une Ombre
Je serai l'accident sur le bord de ta route. La larme du poison cachée entre les gouttes. Le joueur de pipeau qui fait danser les serpents. Je serai comme une ombre à chacun de tes pas. Comme une maladie qui frappe et qui s'en va.


Mum Awards   :
 
Revenir en haut Aller en bas
Sakura Swanson-Okada
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : 7e année
Célébrité : Masaki Sato
Pseudo : Estelle ⊹ .sparkle Âge : 26 Parchemins : 302 Gallions : 185 Date d'inscription : 28/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1519-sakura-i-m-famous-it-s-my-job http://www.mumblemumps.com/t1523-sakura-don-t-mess-with-me http://www.mumblemumps.com/t1635-sakura-laissez-un-message-apres-le-bip http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Sakura & Andreï
flashback
i'm not afraid...
i'm not...

- Mars 2000 -

Un échange de regards peut être lourd de sens. Ce jour-là, Sakura ne s’attendait pas à croiser le regard d’Andreï. Ce n’était pas le même genre de regard qu’une idole peut échanger avec un fan, elle sur scène, lui dans le public. Ce n’était pas un de ces regards qui fait sourire quand on y repense, non. C’était un regard à glacer le sang. Et une fois que les yeux d’Andreï s’étaient posés sur Sakura, ils ne l’avaient plus quittée. Sakura essaya de ne pas réagir, mais déjà elle détournait le regard et tenta de poursuivre son chemin en espérant qu’il ne lui adresse pas la parole. Elle ne baissa pas les yeux, non. Elle regarda droit devant elle. Jusqu’à la dernière seconde, elle pensait pouvoir lui échapper. Elle pensait pouvoir continuer son chemin tranquillement. Jusqu’au moment où il glissa d’un pas devant elle. Elle fit un pas à gauche, il fit un pas à gauche. Elle fit la même à droite, même résultat. Il le faisait exprès. Avec n’importe quel autre élève, elle l’aurait simplement poussé et aurait continué son chemin. Le Serpentard était un peu trop intimidant pour qu’elle ose une telle tactique. Quand il se planta face à elle, Sakura leva les yeux. Elle n’avait jamais remarqué à quel point il était grand, mais avec son petit mètre cinquante-six, elle ne faisait pas trop la maline face à la carrure d’Andreï. Elle détourna le regard quelques instants en se demandant ce qu’il lui voulait et si elle devait fuir. Il était trop près déjà et elle recula d’un pas. « Tu m’évites ? » Sakura leva immédiatement les yeux pour les planter dans ceux d’Andreï avec défi. Elle vit son sourire et eut froid dans le dos. Il avait quelque chose en tête, elle ignorait encore quoi. Mais si elle commençait à se laisser intimider, il ferait ce qu’il voulait d’elle. Le garçon avait parlé en russe. Il y avait bien longtemps qu’elle n’en avait plus entendu, mais elle comprit tout de même très bien ce qu’il voulait dire. Le russe n’avait jamais été le point fort de Sakura, mais elle s’en était sortie, contrairement à l’anglais qu’elle parlait parfaitement grâce à son père anglais. Au moins, Andreï se souvenait qu’elle avait elle aussi été à Durmstrang. « Non. » Répondit-elle avec un zeste d’effronterie en anglais. Mais juste après, il continua à avancer et elle à reculer. Elle n’allait quand même pas le laisser lui marcher dessus. Elle se contenta de faire quelques pas en arrière tant qu’elle le pouvait encore. « Allons, entre compatriotes, tu devrais pas me craindre comme ça, Sakura. Puis il parait que tu sais parfaitement te défendre… » Andreï avait probablement entendu qu’elle avait lancé le sortilège doloris à plusieurs reprises, provoquant son renvoi de l’école où ils étaient tous les deux scolarisés. Elle ne savait pas ce qu’il avait entendu d’autre à ce sujet, mais elle savait que quelques personnes se plaisaient à répandre toutes sortes de rumeurs plus ou moins réelles sur elle. Et d’ailleurs, c’était sur lui, qu’il y avait les pires rumeurs.

Sakura sursauta quand son dos heurta le mur. Elle ne pouvait plus reculer, elle était piégée entre le mur et Andreï. Alors soit elle n’était pas très loin d’un mur, soit il l’avait beaucoup fait reculer sans qu’elle s’en rende compte. Quoiqu’elle dise pour se défendre, elle ne serait plus crédible. Elle pensa un instant à sortir sa baguette, mais il était si près d’elle qu’elle avait peur de le toucher en voulant mettre sa main dans sa poche et elle ne voulait pas le toucher, sachant qu’il retournerait ce geste contre elle. La Japonaise replongea son regard dans celui du Russe. « Parfaitement. Alors laisse-moi passer. » Voyant qu’il ne bougeait pas, elle posa sa main sur le torse d’Andreï pour le pousser, cette fois, mais sans succès. Il était plus fort qu’elle et sans la magie, elle ne valait rien face à lui. Sakura se répété qu’elle était forte, qu’elle n’avait besoin de personne pour se défendre. Finalement elle plongea sa main dans la poche, frôlant au passage la cuisse d’Andreï, mais elle réussit à atteindre sa poche avant de rougir. Sa baguette n’était pas là. Elle avait dû l’oublier sur la table où Alcyone faisait ses bijoux. Il ne lui restait plus que l’option des sortilèges informulés. Elle n’était même pas certaine qu’ils fonctionnent sans baguette magique. Sakura n’était pas attentive en cours et c’était cette année qu’ils avaient commencé à en parler. Elle avait eu très peu de pratique. Sans baguette, elle était sans défense. « Pousse-toi de là ou je crie. » Dit-elle au Serpentard tout en gardant la main sur son torse pour garder une certaine distance entre eux. Elle ne savait pas ce qu’il cherchait exactement, mais elle ne comptait pas se laisser faire. Et s’il fallait qu’elle se mettre à crier, ici et maintenant, elle le ferait. Quelqu’un finirait bien par l’entendre. Et Andreï aurait des ennuis si on le trouvait dans cette position et qu’elle le dénonçait. Ce n’était pas parce qu’ils avaient quelques amis en commun qu’elle allait se taire. Il lui faudrait une bonne raison pour ne rien dire. « Je te laisse jusqu’à trois. Un… deux... » C’était la technique qu’avait toujours utilisé sa mère pour la faire céder et elle savait que les punitions ne valaient pas le coup de ne pas obtempérer avant trois. Elle allait vraiment se mettre à crier. Trois.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Andreï Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Serpentard, 9ème année en Politique Magique
Célébrité : Stephen James
Pseudo : Loupiotre Âge : 30 Parchemins : 604 Gallions : 256 Date d'inscription : 17/11/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
80/100  (80/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t632-like-a-russian-party-andrei#1147 http://www.mumblemumps.com/t2363-andrei-you-are-on-your-own-lost-in-the-wild-so-come-to-me-now http://www.mumblemumps.com/t1752-les-courriers-d-andrei

Sakura & Andreï
flashback
i'm not afraid...
i'm not...

- Mars 2000 -

Elle fuyait. Elle se dérobait. Petite chose toute frêle qui pourrait alors te changer les idées. Tu étais bien trop occupé à charmer une blonde, bien trop perturbé que tu en avais perdu l’essence même de tes petits jeux favoris. Ton regard glissait sur la silhouette de la Serpentard qui se dressait devant toi. Des idées malsaines venaient de errer dans ton esprit. Tu voulais jouer. Comme un félin s’amuse de sa proie. Qu’il la titille un peu, la torture. Avant de l’abandonner dans un piteux état. Oui, c’était exactement le dessin étrange et lugubre qui prenait forme dans ta cervelle de ravagé. Un retour aux sources après tout. Peut-être que cette immersion t’aiderait à y voir plus clair. Et puis… Depuis le temps que tu entendais des rumeurs sur cette Sakura. Depuis le temps qu’il te serait si facile de t’amuser d’elle. Tout comme Zoya que tu tiens au creux de la paume de ta main connaissant son terrible secret ; Sakura pourrait être ce nouvel instrument que tu te plairais de manipuler.

Alors tu cherches à la piéger. Un pas de côté. Un autre. Une danse savamment orchestrée comme toute la machination qui s’égraine dans ton esprit. Tu l’empêches d’avancer, de se faufiler. Et puis tu t’imposes. Tu ne saurais dire pourquoi elle réveille en toi tes vieux démons. Est-ce elle tout simplement ? Ou juste le fait qu’elle soit tombée au mauvais endroit, au mauvais moment. Sur ta route. Dans cet état d’esprit qu’était le tien. Tu brûles. Incandescente, l’envie de lui faire peur te transcende. Son regard sombre t’observe. Et lorsque tu la titilles en Russe  son « Non. » t’arrache un sourire sournois. Après tout, elle est loin d’être sans défense derrière ses petits airs fragiles. Tu penches la tête sur le côté et l’observe comme une personne en train de mirer une toile artistique. Comme une personne cherchant à comprendre le message que l’artiste a cherché à faire passer. Tu l’acculais alors contre un mur, terrain de chasse que tu adorais. Voir tes proies s’enliser sans pouvoir s’échapper.

« Parfaitement. Alors laisse-moi passer. » Ton regard brillait d’une lueur malsaine et alors qu’elle te disait de te pousser, tu t’avançais davantage. Tes mains se posèrent de part et d’autre de sa taille. Tu relevais le visage avec arrogance. Sourire hautain aux lèvres. Sa main sur ton torse, tu décidais tout de même de lui laisser cet écart. Qu’elle puisse souffler. Ne pas l’étouffer trop rapidement. Tu sentis alors sa main glisser dans une de ses poches, frôlant ta cuisse. Regard pervers trouvant le sien. « On m’avait dit que tu cachais bien ton jeu, mais si tu veux me l’astiquer ici, fais-toi plaisir ma belle. » Tu savais pertinemment ce qu’elle cherchait bien sûr mais tu préférais bien mieux l’entrainer sur un tout autre chemin. « Pousse-toi de là ou je crie. » Tu arquais un sourcil. C’était bien la première fois qu’on te la faisait celle là. « On est au beau milieu des cachots. » Murmure froid que lui glissais à l’oreille sans t’écarter sous le poids de sa menace. « Même si quelqu’un t’entendait, il ne bougerait pas le moindre petit doigt. » Ton regard froid glissa dans le sien cherchant à voir la moindre trace de résignation. Et pourtant les paroles qui suivirent montrèrent qu’elle était loin d’avoir changer d’avis. « Je te laisse jusqu’à trois. Un… deux... » Ton doigts tatoué s’appuya contre ses lippes. Vrillant tes prunelles aux siennes. « Je peux te faire crier de bien des façons si tu le souhaites. » Un sourire sarcastique étira tes lippes alors que ta main glissa sur son menton pour le saisir de ton index et de ton pouce. Tu approchas dangereusement ton visage du sien. Enlisant tes yeux dans les siens. Ton souffle s’écrasant sur ses lippes. Ta carrure s’imposant toute entière à elle. Sans demander d’autorisation. Sans lui laisser aucun choix. Tu la défiais presque de crier comme une pauvre gamine. « Je pensais que tu avais un peu plus de mordant vu ta réputation. » Tu t’amusais à tourner légèrement son visage comme pour mieux l’observer, mieux le détailler. Quelles étaient ses limites ? Avait-elle peur ? Allait-elle te tenir tête ? Allait-elle réellement crier comme une petite fille pourrie gâtée ? « D’après ce que j’ai vu, tu es pourtant loin d’être aussi sage que tu voudrais le faire croire. » Un rire glissa entre tes lippes. Tu libérais son visage de ta poigne. Retirais ton bras qui l’emprisonnait. Reculais, légèrement. Respirer. Lui laisser le temps de retrouver ses esprits.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
Comme Une Ombre
Je serai l'accident sur le bord de ta route. La larme du poison cachée entre les gouttes. Le joueur de pipeau qui fait danser les serpents. Je serai comme une ombre à chacun de tes pas. Comme une maladie qui frappe et qui s'en va.


Mum Awards   :
 
Revenir en haut Aller en bas
Sakura Swanson-Okada
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : 7e année
Célébrité : Masaki Sato
Pseudo : Estelle ⊹ .sparkle Âge : 26 Parchemins : 302 Gallions : 185 Date d'inscription : 28/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1519-sakura-i-m-famous-it-s-my-job http://www.mumblemumps.com/t1523-sakura-don-t-mess-with-me http://www.mumblemumps.com/t1635-sakura-laissez-un-message-apres-le-bip http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Sakura & Andreï
flashback
i'm not afraid...
i'm not...

- Mars 2000 -

A force de reculer, Sakura se retrouva coincée entre le mur et Andreï. Et entre les deux, elle préférait largement le mur. Le mur lui permettait de s’y adosser et de ne pas s’écrouler au sol. Andreï semblait savoir parfaitement ce qu’il faisait. Le mur était-il son outil d’intimidation ? Alors si c’était le cas, le mur ne valait pas mieux que le Serpentard. Imaginant l’espace de quelques secondes pouvoir atteindre sa baguette, Sakura pensait déjà au moment où elle pourrait écraser Andreï contre ce mur à l’aide d’un sortilège puissant et bien placé. Pour le punir de l’avoir coincé entre ce mur et lui dans le but de l’intimider. Pour respirer, elle avait posé sa main sur le torse du garçon. Encore quelques secondes et elle serait délivrée. Sa main glissa jusqu’à sa poche, quand elle comprit immédiatement son erreur. En cherchant sa baguette, elle avait frôlé la cuisse d’Andreï. Elle croisa alors un regarda pervers, qui lui fit froid dans le dos. « On m’avait dit que tu cachais bien ton jeu, mais si tu veux me l’astiquer ici, fais-toi plaisir ma belle. » Sakura décolla sa main du torse d’Andreï l’espace d’un instant et le frappa, tout en baissant la tête pour qu’il ne voit pas que ses joues avaient viré au rouge de honte. Est-ce qu’il y avait des rumeurs de ce genre sur elle ? Ses cheveux encadraient son visage et la cachaient partiellement. Mais elle remit vite la main où elle était pour éviter qu’il se rapproche encore plus. Les garçons étaient dégoûtants. C’était la première fois qu’on osait le lui dire à elle, mais ce n’était pas la première fois qu’elle l’entendait. Sakura le menaça de crier s’il ne la laissait pas partir. « On est au beau milieu des cachots. Même si quelqu’un t’entendait, il ne bougerait pas le moindre petit doigt. » La jeune fille commençait peu à peu à se dire qu’elle n’allait pas s’en sortir si facilement. Andreï avait-il raison ? Si elle criait, personne ne viendrait l’aider ? « Tu mens… » Elle détestait sentir son souffle chaud sur elle. Elle voulait qu’il recule. Elle poussa un peu plus avec ses mains, mais il était trop fort. Elle ne comptait tout de même pas abandonner et lui lança un regard noir. Ce dernier rencontra un regard froid, ils se défièrent un instant, quand elle reprit le fil de ses esprits et commença à compter. Avant qu’elle n’arrive à trois, il posa son doigt sur ses lèvres. Sakura eut un mouvement de recul et se cogna légèrement contre la pierre. « Je peux te faire crier de bien des façons si tu le souhaites. » Il ne reculait devant rien. Quand Andreï captura son menton entre son index et son pouce, et approcha son visage, elle se pétrifia et son souffle s’accéléra. Elle priait pour qu’il recule. Même sa main contre son torse devint fébrile. Ce n’était qu’une illusion. Si elle l’avait maintenue à distance jusque-là, c’était parce qu’il l’avait laissée faire. C’était le moment de crier, mais la pauvre Japonaise ne bougeait plus. Le souffle d’Andreï sur ses lèvres la faisait paniquer. Et s’il l’embrassait ? Et si elle le repoussait mais qu’elle n’y arrivait pas ? Et s’il continuait ? Elle avait entendu de nombreuses rumeurs à son sujet, certaines filles se vantaient d’avoir passé un moment avec lui, mais d’autres beaucoup moins.

« Je pensais que tu avais un peu plus de mordant vu ta réputation. » Sa réputation, c’était la deuxième fois qu’il y faisait allusion. Que voulait-il dire par là ? Elle eut un pincement au cœur en se demandant qui faisait courir des rumeurs à son sujet ou s’il ne faisait que parler de son renvoi dont tout le monde était au courant ? Sakura continua à soutenir son regard en silence. Elle se dit que si elle ne le provoquait pas, il se laisserait et finirait par retourner à ses occupations ou à trouver une autre victime. La brunette décida d’appliquer cette stratégie. « D’après ce que j’ai vu, tu es pourtant loin d’être aussi sage que tu voudrais le faire croire. » Son rire lui glaça le sang, mais sa stratégie sembla fonctionner car il finit par libérer son visage sans l’avoir privée de son premier baiser et la relâcha, reculant un peu. Elle respira tout en se demandant si elle ne pouvait pas s’échapper. Il ne semblait malheureusement pas assez loin d’elle pour ne pas pouvoir la rattraper au passage. Méfiante, elle se demandait ce qu’il avait derrière la tête. Pourquoi la coller à un mur, puis la libérer avec une petite frayeur ? Voulait-il simplement montrer qu’il était le roi de ce nouveau château ? Sakura le dévisagea. « Je ne sais pas ce que tu as entendu, mais c’est faux. » Sakura ne comptait pas le laisser l’intimider, surtout maintenant qu’il n’était plus à quelques centimètres de son visage et de son corps. Elle retrouva un peu d’assurance. Mais sans sa magie, elle était démunie. « Je ne vois pas ce que tu sous-entends non plus. » C’était facile de dire qu’elle était moins sage que ce qu’elle voulait faire croire, elle savait que c’était faux. Tout dépendant de ce qu’il voulait dire, bien sûr. En classe, elle était loin d’être sage, elle pouvait être la terreur de ses professeurs. Connaissant le pervers qui sommeillait en Andreï, ce n’était probablement pas ce qu’il voulait dire. Sakura aurait aimé qu’à ce moment-là, une de ses connaissances passe dans les cachots et lui vienne en aide. Par contre, si cette personne se trouvait être Katarina ou Aiko, elle était dans de mauvais draps. Surtout si elles étaient arrivées quelques secondes plus tôt, quand il était si près et qu’une photo n’aurait pas montré sa détresse. Mal à l’aise, la jeune fille observa le garçon à la recherche d’une faiblesse, d’une arme à exploiter si cela devenait nécessaire. Mais tout ce qu’elle voyait, c’était un garçon beaucoup plus grand qu’elle, et bien plus fort et menaçant. Faire pression, elle devait faire pression pour qu’il abandonne ce qu’il avait en tête. Elle n’avait pas de petit-ami, la menace du petit-ami venait lui casser la gueule ne pouvait pas fonctionner. Avait-elle un ami qui oserait s’attaquer à Andreï ? En y réfléchissant, elle ne voulait pas qu’Andreï fasse du mal à ses amis.

En l’éloignant de la gent masculine, on ne l’avait pas aidée à se créer des barrières contre les garçons un peu trop brusques. Elle mentirait si elle disait ne jamais avoir croisé la route de jeunes hommes ou hommes avec le même regard qu’Andreï, rien que lors des rencontres avec certains fans, mais ces derniers étaient en général vite repérés et éloignés. A Durmstrang, Sakura n’avait été proche que de Daisuke, son meilleur ami jusqu’au jour où Aiko avait pris une photo d’elle dans ses bras et l’avait menacée de l’envoyer à la presse. La Japonaise avait lancé le sortilège Doloris à trois reprises, puis s’était faite renvoyée. Face à Andreï, Sakura releva la tête. Son regard avait changé. Elle n’avait pas à avoir peur. Il n’avait pu entendre qu’une rumeur, celle où elle avait lancé des sortilèges impardonnables. S’il continuait à l’embêter, elle pourrait le menacer de recommencer, elle le mettrait à ses pieds, tordu de douleur pour avoir osé s’en prendre à elle.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Andreï Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Serpentard, 9ème année en Politique Magique
Célébrité : Stephen James
Pseudo : Loupiotre Âge : 30 Parchemins : 604 Gallions : 256 Date d'inscription : 17/11/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
80/100  (80/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t632-like-a-russian-party-andrei#1147 http://www.mumblemumps.com/t2363-andrei-you-are-on-your-own-lost-in-the-wild-so-come-to-me-now http://www.mumblemumps.com/t1752-les-courriers-d-andrei

Sakura & Andreï
flashback
i'm not afraid...
i'm not...

- Mars 2000 -

Alors que des mots crus s’échappaient de tes lippes, tu ne pus t’empêcher de ricaner alors que sa main venait te frapper au torse. Tu lui laissais à peine l’espace de respirer juste assez pour qu’elle pense encore maitriser la situation du plat de sa main qui te repoussait comme elle le pouvait. Sakura était juste tombée au mauvais endroit au moment. Cela aurait été n’importe qui d’autre, tu aurais jeté ton dévolu dessus. Tu avais besoin d’exploser. De renouer avec tes vieux démons. C’était viscéral, vital. Et étrangement, l’envie de culbuter une fille ou deux étaient différente. Depuis… depuis que Pandore avait touché quelque chose dans les ténèbres qui t’étouffaient. Etrangement, tu n’avais ramené que des blondes à la silhouette. Et leur goût te semblait bien fade. « La violence ne me dérange pas non plus… » Murmure acide que lui imposait sans gêne sourire provocateur aux lèvres. Tu la laissais croire qu’elle contrôlait la distance imposée par sa main. Tu n’avançais pas plus. Une douce feinte pour la mettre sur un chemin de confiance légère.

Elle t’avait alors menacé de crier. Ce qui t’avait bien amusé. Et même si quelqu’un l’entendait ? Viendrait-on réellement te défier ? « Tu mens… » Tu redressas légèrement le visage. D’une main vicieuse, tu glissas sa chevelure brune derrière son oreille pour découvrir son visage dont les joues s’étaient teintées de roses. D’un côté, puis de l’autre. Sourire carnassier aux lippes. Tu observais son visage poupon avec une intensité volontaire pour la mettre mal à l’aise. Et si d’une menace tu lui laissas croire que tes lèvres allaient s’imposer aux siennes tu t’écartais légèrement. « Je ne sais pas ce que tu as entendu, mais c’est faux. » La petite poupée semblait alors s’animait de nouveau. Lentement, sûrement. La distance que tu lui avais offert te laissais découvrir un nouvel aspect de sa personne. C’est ce que tu voulais après tout. Manipuler ton monde. Ton jeu de prédilection. « Je ne vois pas ce que tu sous-entends non plus. » Ce maudit sourire ne quittait plus tes lèvres.

« Pourtant c’était assez équivoque comme image. » Tu croisais les bras devant elle. Tout autant que les rumeurs sur l’impardonnable qu’elle avait lancé. Mais ce n’était pas ce qui t’intéressait le plus. Dans ta famille, ce genre de sorts, c’était la routine. Non, ce que tu voulais c’était détruire son image. Et vu la carrière qu’elle emprunte, d’après ce qu’on t’avait expliqué, ce n’était pas ce sort qui allait la ruiner. Mais plutôt bien d’autres pratiques dont l’essence de la chair pouvait rentrer en jeu. « Alors tu ne cries pas ? » Tu fis un pas vers elle qui n’avait pas bougé. « Tu doutes ? » Sourire railleur aux lèvres. Tu fis un pas de plus vers elle, sans pourtant t’imposer dans son espace. « Tu crois que quelqu’un viendrait te défendre contre moi ? » Tu penchais la tête sur le côté faisant lentement craquer ta nuque en l’observant. Elle semblait avoir repris du poil de la bête. Tu glissais lentement une main dans tes poches, la faisant douter sur ce que tu allais en sortir. Un sourire innocent, un regard hautain la narguant. Paquet de cigarette provocateur alors que tu en tirais une cigarette du bout des lèvres. L’allumant d’un briquet caché à l’intérieur. Tu tiras fortement sur ta clope profitant de la fumée se glissant dans tes poumons. Tu la dévisageais en silence. Comment avait-elle atterrie chez les Serpentard ? Tout au mieux une maudite Poufsouffle aux idéaux niais lui aurait mieux collé. Tu libérais la fumée de ta bouche avant de t’approcher d’elle un peu plus. Gardant pourtant beaucoup plus de distance que quelques minutes auparavant. Sans même l’emprisonner de tes bras. « Tu as peur ? » Tu aspirais à nouveau de la fumée, coinçant le cylindre entre ton index et ton majeur, tu t’approchais brusquement d’elle, tapant violemment du plat des mains autour de son visage. T’imposant à elle l’espace d’un court instant. Libérant ta fumée sur son visage. « Tu devrais. » C’était un avertissement. Tu avais presque aussitôt reculé, retrouvant un écart presque décent entre vous. Tu l’observais avec arrogance. Tu hésitais à la planter là au milieu de ce couloir. Le silence s’instaura alors que de toute ta carcasse tu transpirais la suffisance et l’arrogance. Tu restais. Juste quelques secondes pour voir ce qu’elle allait faire ou dire. Juste pour voir sa réaction pour mieux l’étouffer de ta carrure. L’abandonner avec ses pensées troubles serait la deuxième étape.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
Comme Une Ombre
Je serai l'accident sur le bord de ta route. La larme du poison cachée entre les gouttes. Le joueur de pipeau qui fait danser les serpents. Je serai comme une ombre à chacun de tes pas. Comme une maladie qui frappe et qui s'en va.


Mum Awards   :
 
Revenir en haut Aller en bas
Sakura Swanson-Okada
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : 7e année
Célébrité : Masaki Sato
Pseudo : Estelle ⊹ .sparkle Âge : 26 Parchemins : 302 Gallions : 185 Date d'inscription : 28/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1519-sakura-i-m-famous-it-s-my-job http://www.mumblemumps.com/t1523-sakura-don-t-mess-with-me http://www.mumblemumps.com/t1635-sakura-laissez-un-message-apres-le-bip http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Sakura & Andreï
flashback
i'm not afraid...
i'm not...

- Mars 2000 -

« La violence ne me dérange pas non plus… » Dit-il quand elle l’avait frappée parce qu’il avait osé lui dire des mots qu’elle ne répèterait à personne. Sakura n’en était pas très étonnée. Andreï était le stéréotype du type violent et imprévisible avec ses tatouages et sa carrure. Elle l’avait déjà vu s’emporter, elle l’avait déjà vu à l’action. Sakura ne savait pas si elle faisait le poids face à Andreï s’il s’en prenait à elle, probablement pas, mais elle pouvait toujours essayer de se défendre. En menaçant de crier, c’était ce qu’elle faisait. Sa voix était sa meilleure arme, après tout. Quand il passa une main derrière son oreille pour replacer une de ses mèches de cheveux, elle se figea malgré elle car elle n’aimait pas qu’il la touche, elle n’aimait pas le peu de distance qu’il y avait entre eux. Elle ne se sentait pas à l’aise. C’était ce qu’il recherchait et cela fonctionnait à merveilles. Elle avait envie de se claquer mentalement. Elle avait envie d’avoir ses mèches devant elle pour se cacher. Il ne comptait pas lui faciliter la tâche. Il la fixait et insistait pour qu’elle détourne le regard. Elle n’aimait pas du tout être dans cette position. Avant qu’il ne s’écarte d’elle, elle avait cru qu’il pousserait la provocation jusqu’à l’embrasser, mais heureusement, ce ne devait pas être dans ses plans. Peut-être qu’il s’ennuyait tout simplement. Quand Andreï la laissa enfin respirer, Sakura retrouva le courage de se défendre un peu plus vigoureusement. « Pourtant c’était assez équivoque comme image. » Elle continua de faire comme si elle n’avait rien compris et qu’elle n’était qu’une jeune fille sage et sans histoire. Car elle était sage, mais elle n’était pas sans histoire. Elle ne dit rien, il finirait par se lasser et par partir. Technique de l’ignorance. Difficile à appliquer quand on ne tient pas en place, que ce soit physiquement ou verbalement, comme Sakura. « Alors tu ne cries pas ? » Demanda-t-il en faisant un pas vers elle. Elle n’aimait pas qu’il s’approche encore. Elle ne savait pas quoi faire. Dans le doute, elle garda le silence et ne baissa pas les yeux. Elle le regardait, elle le surveillait. Elle était prête à esquiver s’il bougeait le moindre petit doigt en sa direction. « Tu doutes ? » Quand il fit un nouveau pas vers elle, elle ne bougea pas d’un centimètre alors qu’elle était prête à partir. Quelque chose la retenait au fond d’elle. Il pouvait toujours la rattraper s’il en avait envie et puis il savait très bien où elle était à n’importe quel moment de la journée. Pour l’instant, il n’était pas trop près, pas autant qu’avant. Il allait peut-être s’arrêter là. Elle était peut-être naïve, mais elle voulait croire qu’il ne voulait que l’intimider et qu’il se lasserait vite d’elle. « Tu crois que quelqu’un viendrait te défendre contre moi ? » C’était clairement pour cette raison qu’elle était prête à crier. Elle regardait Andreï et se demandait s’il y avait beaucoup d’élèves qui seraient prêts à lui tenir tête, surtout si c’était elle qui appelait à l’aide. Elle avait une sérieuse tendance à agacer les autres sans le vouloir.

Andreï chercha quelque chose dans sa poche. Sakura espérait que ce ne soit rien de dangereux. Il en sortit au final un paquet de cigarettes. Il prit une cigarette du paquet entre ses lèvres et l’alluma. Imprévisible, ou prévisible, il se fichait du règlement et des conséquences que pourraient avoir ses gestes. Au moins, si un professeur arrivait, attiré par la fumée, elle pourrait en profiter pour s’échapper. Elle regarda la fumée s’échapper. Elle n’avait jamais aimé l’odeur du tabac. Andreï fit un nouveau pas vers elle et elle commença à se dire qu’il était trop près. Il jouait. Il testait ses limites. Il essayait de savoir à quelle distance il devait se tenir pour qu’elle réagisse. « Tu as peur ? » Il lui posa une question piège. Si elle disait non, il allait redoubler d’efforts et si elle lui disait oui, il avait gagné. Elle considérait les deux options quand il s’approcha brusquement d’elle en tapant violemment ses mains autour de sa tête. Elle sursauta. Elle ne s’y était pas du tout attendue. Il recracha sa fumée sur elle et elle se mit à tousser. « Tu devrais. » Il se recula alors, visiblement fier de lui et de l’effet qu’il avait sur elle et sur toutes les personnes qu’il avait pu victimiser. Elle avait peur, oui. Mais on lui avait toujours appris à dépasser ses peurs. C’était de cette façon qu’elle arrivait à monter sur scène devant des milliers de spectateurs ou qu’elle lisait les commentaires de son blog en lisant autant les positifs que les négatifs. Elle se mordit un instant la joue, puis après avoir réfléchi une ou deux secondes à ce qu’elle allait dire, elle décida de lui tenir tête : « Tu sais que la cigarette, ça donne mauvaise haleine ? Tu devrais pas parler d’aussi près. » Un sourire assuré s’installa sur ses lèvres. Elle ne faisait que dire la vérité, elle n’aimait pas l’odeur de la cigarette, surtout quand on lui soufflait à la figure. Elle était persuadée que le Serpentard n’était pas du genre à se vexer pour une simple remarque et qu’il n’allait pas grandement l’apprécier, mais c’était soit réagir, soit s’écraser. Sakura se décolla du mur et fit un pas sur le côté pour ne plus y être adossée et dans une position de faiblesse. Elle lui dit : « Je n’ai pas besoin que quelqu’un vienne me défendre. Je sais très bien me défendre toute seule. Et si je crie, c’est pour te casser les oreilles. » Sakura croisa les bras et leva la tête. Il fallait qu’elle soit crédible. Il fallait qu’il se dise qu’il ne pouvait rien lui faire et qu’il s’en aille. « Je n’ai pas peur. » La Serpentard n’était plus contre le mur, mais elle ne s’éloigna pas d’Andreï pour autant car si elle faisait un pas en arrière, il verrait tout ce suite qu’elle mentait. Sakura était assez bonne actrice, mais pas au point de ne pas se trahir avec des gestes. Après un regard de provocation, la jeune fille se mit à crier. Il ne la pensait pas capable de lui casser les oreilles, elle allait lui prouver le contraire. Et au moins, elle aurait la satisfaction de lui faire perdre un peu de son arrogance.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Andreï Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Serpentard, 9ème année en Politique Magique
Célébrité : Stephen James
Pseudo : Loupiotre Âge : 30 Parchemins : 604 Gallions : 256 Date d'inscription : 17/11/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
80/100  (80/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t632-like-a-russian-party-andrei#1147 http://www.mumblemumps.com/t2363-andrei-you-are-on-your-own-lost-in-the-wild-so-come-to-me-now http://www.mumblemumps.com/t1752-les-courriers-d-andrei

Sakura & Andreï
flashback
i'm not afraid...
i'm not...

- Mars 2000 -

Le jeu commençait légèrement à tourner en rond.  Bien sûr, tu te lassais vite. Tel un félin qui s’amuse de voir sa proie chercher la survie. Jouer avec, la regarder s’enliser, souffrir. Pour l’abandonner sans même prendre la peine de l’achever dignement. Oui, c’était ainsi que tu agissais. Et cette période où tu te délectais de voir ta victime se débattre était certainement ta préférée… Mais Sakura était-elle finalement un bon choix ? Elle semblait presque fade. Peu de répondant. Une gamine. Elle était tombée sur ton chemin au mauvais moment. Un instant où ton humeur était exécrable. Tu avais envie de te défouler. Une façon comme une autre pour ta cervelle de fêlé de passer le temps. D’avoir l’impression de garder le contrôle sur ta vie, sur ton univers alors que tout n’était qu’un chaos infernal. Au final, Sakura ne t’avait jamais rien fait. Ca lui était tombé dessus comme la pluie en plein été. Le destin était une farouche garce qui aimait semer la vie des uns et des autres d’embuches. Tu en étais une de plus sur celui de Sakura. Et c’était tant pis pour elle… Tu n’avais même pas envie de la ménager. Tu ne connaissais rien de  sa vie, de sa famille. Seules les rumeurs qui avaient couru jusqu’à tes oreilles. Mélodieuses et catastrophiques… A ne jamais laisser tomber entre de mauvaises mains. Entre les tiennes ?

Petite sourie apeurée alors que tu faisais mine de la violenter contre ce mur fatal lui lâchant volontairement de la fumée au visage. Tu avais aimé voir son corps gracile sursauter. Tu aimais ce sentiments de puissance. Tu t’imposais de ta carrure et de ton aura merdique. « Tu sais que la cigarette, ça donne mauvaise haleine ? Tu devrais pas parler d’aussi près. » Tu ricanais de cette réplique immature. Une gamine. Ce n’était qu’une gamine capricieuse qui avait à peine du répondant. Au final, tu allais t’emmerder plus qu’autre chose. Pourtant elle semblait soudainement s’éveiller. « Je n’ai pas besoin que quelqu’un vienne me défendre. Je sais très bien me défendre toute seule. Et si je crie, c’est pour te casser les oreilles. » Un sourire cynique continuait d’étirer tes lippes. Tu l’imitais, croisant les bras, la dévisageant d’un regard hautain. Tu avais tiré plusieurs fois sur ta clope alors que tu l’observais, l’écoutais en silence, avant de la jeter à terre tandis que les mots suivant résonnèrent : « Je n’ai pas peur. » Lorsqu’elle se mit alors à hurler, tu ne pus retenir un vague sursaut et une grimace. Putain de chieuse. Voila ce qui traversa d’abord tes pensées.

D’un mouvement brusque, tu l’attrapais par le coude, calant son dos contre ton torse. Ta main libre se posa sur ses lèvres. « Si tu me mords, je te promets que tu vas t’en souvenir pétasse. » Tu la forces à avancer sans réellement réussir à étouffer ses cris. D’une main, tu fouillas dans ta veste pour trouver ta baguette. Putain que ta magie ne déconne pas. Putain de Merlin que ça déconne pas. Tu enfonçais ton catalyseur dans ses côtes et pour couvrir sa voix, tu articulais fortement : « SILENCIO ! » La lumière jaillit de ta baguette pour la percuter alors que tu la trainais avec force à travers le couloir. Tu ouvris une porte à la dérobée avant d’y pénétrer. Tu la balançais à l’intérieur sans ménagement faisant claquer la porte dans ton dos. Tu te mis à parler en Slave comme bien souvent lorsque la colère prenait le dessus sur la raison et qu’elle s’invitait dans ta carcasse vidée de toute morale. « Alors petit oiseau, tu ne chantes plus maintenant ? » Tu t’approchais bien plus menaçant que tu ne l’avais été jusqu’à présent. Ton assassine se saisit avec véhémence de son menton. Tu lui laisserais certainement des marques mais sérieusement… t’en avais strictement rien à foutre. Tu relevais son visage pour la forcer à te regarder. Tu la repoussais brusquement cherchant à la faire tomber au sol. Tu poursuivais en Russe. « Tu veux jouer petit oiseau ? » Tu l’attrapais brusquement par un coude, l’attirant vers toi. Tu glissais ton visage au creux de son cou, murmurant alors : « Je vais te briser les ailes.  » Tu inspiras bruyamment son odeur sans la libérer. T’imposant volontairement à elle, sachant pertinemment que cela était l’une des limites insupportable.  « Et tu sais quoi ? » Ton assassine glissa sur sa gorge, se resserrant légèrement autour de sa nuque. « Je vais adorer arracher chacunes de tes plumes. Et ta voix ne va retentir que pour faire entendre tes sanglots quand j’en aurais terminé avec toi. » A mesure que tu avais parlé, ta poigne s’était resserrée autour de sa frêle gorge. Tu la jetais alors brusquement du plat de tes mains avant de t’éloigner vers la porte. « Et maintenant tu as peur Petit Oiseau ? » Tu ouvrais la porte avant de t’éclipser dans la pénombre des couloirs.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
Comme Une Ombre
Je serai l'accident sur le bord de ta route. La larme du poison cachée entre les gouttes. Le joueur de pipeau qui fait danser les serpents. Je serai comme une ombre à chacun de tes pas. Comme une maladie qui frappe et qui s'en va.


Mum Awards   :
 
Revenir en haut Aller en bas
Sakura Swanson-Okada
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : 7e année
Célébrité : Masaki Sato
Pseudo : Estelle ⊹ .sparkle Âge : 26 Parchemins : 302 Gallions : 185 Date d'inscription : 28/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1519-sakura-i-m-famous-it-s-my-job http://www.mumblemumps.com/t1523-sakura-don-t-mess-with-me http://www.mumblemumps.com/t1635-sakura-laissez-un-message-apres-le-bip http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Sakura & Andreï
flashback
i'm not afraid...
i'm not...

- Mars 2000 -

Pour prouver qu’elle n’avait pas peur d’Andreï, Sakura se mit à crier. Elle venait de faire l’ultime provocation. Elle savait qu’il n’allait pas apprécier et pourtant, elle ne s’était pas retenue. Son cri retentit dans tout le couloir. Quitte à être embêtée, autant embêter en retour. Sakura espérait qu’elle allait casser les oreilles d’Andreï et, naïvement, qu’il allait s’en aller le plus vite possible de cet endroit. La grimace sur son visage ne faisait qu’encourager la jeune fille. D’un geste brusque, Andreï attrapa Sakura. Elle ne put retenir un hoquet de surprise quand son dos heurta le torse du Russe, mais reprit de plus belle ses vocalises. Il posa sa main sur sa bouche pour la faire taire. Les cris de Sakura étaient étouffés. « Si tu me mords, je te promets que tu vas t’en souvenir pétasse. » Ces mots la choquèrent un instant, mais elle se concentra bien vite sur ce qu’il était en train de faire plutôt qu’en train de dire. Il l’emmenait quelque part de force. Elle essaya de se dégager de l’emprise d’Andreï, mais il était trop fort pour qu’elle y arrive. Elle avait peur maintenant, très peur, bien plus peur qu’elle n’avait déjà peur et qu’elle essayait de dissimuler. Elle regrettait tellement d’avoir voulu le provoquer. « SILENCIO ! » Articula-t-il en plantant sa baguette dans ses côtes. Sakura n’avait plus de voix. Elle s’arrêta de crier. Elle n’avait plus de voix, qu’allait-elle faire ? Andreï entraîna la Japonaise dans une salle vide des cachots. Sakura essaya de lui donner des coups, mais elle s’épuisait pour rien. Quand enfin, il la lâcha pour la pousser à l’intérieur. Elle faillit tomber par terre avant de se rattraper au dernier moment. Andreï avait claqué la porte derrière lui et c’était la seule issue. Elle lança un regard noir à son agresseur. « Alors petit oiseau, tu ne chantes plus maintenant ? » Avait-il dit en russe. Sakura n’avait plus de voix, elle n’avait plus non plus de magie pour annuler le sort car elle n’avait pas sa baguette sur elle. Elle était coincée. Il s’approcha d’elle et elle recula d’un pas, sauf qu’il fut plus rapide et sa main attrapa son menton avec force. Elle avait mal. Il allait lui laisser des marques. C’était probablement ce qu’il souhaitait. Ils se regardèrent quelques secondes avant qu’il ne la lâche et la pousse à nouveau en arrière, provoquant un nouveau déséquilibre. A nouveau, elle évita la chute de justesse. « Tu veux jouer petit oiseau ? » Elle eut à peine le temps de jeter un regard désespéré vers la porte fermée qu’il l’attrapa par le coude et l’attira vers lui. Elle ne pouvait pas se dégager et quand elle sentit son souffle dans son cou, elle paniqua. Les larmes lui montèrent aux yeux. « Je vais te briser les ailes. » En silence, la demoiselle tenta de garder son calme, mais elle ne put s’empêcher de verser quelques larmes. Elle voulait appeler ses amis. Elle voulait qu’on vienne l’aider. Elle ne voulait pas rester avec Andreï. Elle voulait s’enfuir. Elle voulait sa baguette. Elle voulait se venger, le faire taire, le faire pleurer lui aussi. Il n’avait aucun droit de la traiter de cette façon.

« Et tu sais quoi ? » La main d’Andreï se glissa autour de son cou et serra doucement. Sakura savait que s’il abimait sa gorge, elle ne pourrait plus jamais chanter comme elle le faisait jusque-là et cette torture était insupportable. Elle priait pour qu’il s’arrête, pour qu’il lui rende sa voix. « Je vais adorer arracher chacune de tes plumes. Et ta voix ne va retentir que pour faire entendre tes sanglots quand j’en aurais terminé avec toi. » Sakura n’avait même pas besoin d’avoir sa voix pour sangloter. C’était déjà trop tard. Plus il parlait, plus il serrait sa main autour de sa gorge. Elle n’arrivait plus à se défendre. Elle ne pouvait rien faire. Quelques instants plus tard, elle fut à nouveau jetée. La force d’Andreï la propulsa au sol cette fois. Elle enfouie son visage dans ses mains et se mit à pleurer. Elle tournait le dos au Serpentard. « Et maintenant tu as peur Petit Oiseau ? » Sakura était tétanisée. Elle n’avait jamais eu aussi peur de sa vie et elle pleurait. Il avait réussi son coup. Andreï avait traumatisé la pauvre enfant. Quand elle entendit la porte s’ouvrir, elle ne bougea pas. Elle ne bougeait plus, elle n’osait plus. Au bout d’un moment, elle réalisa qu’il était parti et fondit en sanglots. Cette rencontre avec Andreï, elle s’en souviendrait longtemps. Il pouvait être sûr qu’elle ne chercherait plus à le provoquer à l’avenir et qu’il aurait même du mal à la recroiser sur son chemin. Elle ferait tout pour l’éviter. Sakura avait cru qu’il allait pousser le vice jusqu’à la toucher sans qu’elle ne le veuille. Elle avait cru qu’il allait serrer sa gorge jusqu’à la blesser. Instinctivement, elle porta la main à son cou et tenta d’apaiser sa douleur en frottant doucement sa peau. Andreï était fou. Jamais personne ne s’en était pris de cette façon à Sakura et maintenant, elle serait plus méfiante. Elle serait aussi plus réservée car si elle ne l’avait pas autant provoqué, peut-être qu’il n’aurait pas été jusque-là. Elle s’en voulait. Elle lui en voulait. Elle voyait noir et elle avait envie de le tuer pour ce qu’il avait osé faire. Il aurait pu faire pire, elle le savait, mais c’était déjà très traumatisant pour elle, qui avait plus ou moins grandi dans une bulle de protection. Elle ne voulait plus le voir, elle ne voulait plus entendre sa voix. Une fois qu’elle fut calmée, elle sortit prudemment de la salle en vérifiant qu’il n’y avait personne. Elle retourna à la salle commune et attendit que quelqu’un ouvre la porte pour entrer. Elle récupéra sa baguette. Heureusement, Alcyone n’était plus là pour la voir dans cet état. Elle se libéra de ce sort d’un sortilège informulé. Elle y parvint au bout de deux essais. Enfin, elle retrouva sa voix, mais elle n’avait plus envie de parler. Sakura alla se terrer dans sa chambre pour le reste de la soirée, cachée sous sa couverture. Andreï avait gagné.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
sakura&andreï ⊹ i'm not afraid... i'm not... (flashback)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I'm not afraid || Pv Ohanzee /!\ Gore /!\[Flashback]
» Sakura Shinji
» and he said “listen, listen, i’m not afraid to go if it’s with you, i was born to live for you”, 04.03 - 03:11
» a hero is a man who's too afraid to run away.
» Sakura [ en cours]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: SAISON 1-
Sauter vers: