Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 6
La version six est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'anniversaire du forum et la rentrée, venez fêter avec nous !
Découvre tout ici
Joyeux anniversaire !
Mumblemumps vient de souffler sa première bougie. Venez la célébrer avec nous !
Plusieurs animations ont été mises en place pour festoyer comme il se doit !
Jette un oeil aux animations !
Besoin d'Aurors !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard,
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Freaking out • Hori

Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1293 Gallions : 401 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Keir & Hope

Freaking out ~ I’m in the clouds, no coming down
Besoin de simplement fuir. Fuir le côté oppressant du château. Ne plus devoir faire face à tout ce qui est pénible. Je voudrais quitter Poudlard tout simplement mais je ne veux pas rentrer chez moi. Je ne serais pas mieux à la maison avec mon père. Je ne me sentirai pas plus apaisée de sentir son regard posé sur moi se demandant pourquoi j'aurais abandonné l'école qui m'est si précieuse du jour au lendemain. Je pourrai lire les questions dans son regard puis L'indifférence car il ne verra qu'un seul avantage à mon retour : la maison sera mieux entretenue. Je ne voulais pas subir ce rappel constant que je n,étais pas la fille qu'il désirait de même que lui n'était pas le père que je rêvais d'avoir. Nous n'étions pas une famille. Nous étions un putain de jeu d’apparences, de ceux qui commençaient à de plus en plus me gruger mon énergie jusqu'à la moelle. Je rêvais de dépaysement mais j'aimerais aussi pouvoir trouver un objectif dans ma vie qui me permette de quitter la demeure familiale. J'étais complètement larguée et ça me fait mal. Je n'avais aucun objectif dans la vie et il ne me restait que quelques mois pour faire un choix. Je devais choisir si j'entrais dans la vie active ou si je continuerais mes études. Clairement, je voulais poursuivre mon apprentissage, ma curiosité était loin d'être satisfaite. Mais je voudrais trouver un foyer pour ne plus étouffer à la maison. Je redoutais que là-bas, mes cauchemars ne reviennent me hanter. J'avais peur de sombrer alors que j'étais fragile. Je pourrais demander à passer une partie des vacances chez Pandore. Oui c'était la meilleure solution alors que sa famille m’accueillerait sans doute à bras ouverts. Mais savoir comment traverser l'été n'apaisant pas toutes les tensions, je me sentais opprimée entre les murs du château. Le ciel semblait hésitant, méfiant mais je voulais me balader. Je finis par m'essayer laissant mon esprit se vider totalement. Je marchais dans le parc sans but. Je ne pensais enfin plus à rien sauf à juste ressentir le souffle du vent, humer les odeurs de la nature. Je renouais avec la source de toutes choses. J'étais trop lointaine pour ne pas me faire surprendre par une averse. Je finis par trouver refuge dans les serres. Je laissais les couleurs m'émerveiller assise au sol dans un coin. J'admirais simplement les fleurs aux tons chatoyants. Le mélange de la beauté qui me faisait face et des parfums me permit de me détendre et me fit perdre toute notion du temps. Il y avait des voix un peu partout autour de moi. J'avais d'abord prêté un peu attention comprenant rapidement que dans le cadre des cours de zoomagie, un devoir leur avait été demandé. Puis, tout semble se dissiper alors que mon esprit s'envolait vers des souvenirs joyeux.

Le silence régnait désormais en maître autour de moi. Je sentis mon esprit se rattacher à mon corps alors que je réalisais que le soleil était revenue donnant une impression qu'il était bien plus tôt qu'il ne l'était réellement. Les plantes fragiles allaient avoir droit à leur repos loin des nuisances des élèves qui fourmillaient. Je devais sortir de la serre avant que le professeur ne vienne en fermer l'accès sinon je risquais fort de me retrouver prisonnière de ce lieu. Je me redresse en grimaçant les muscles endoloris d'avoir gardé fixement cette position. Je m'étire me dirigeant vers l'entrée de la serre. Je veux sortir mais... c'est fermé. Je regarde ma montre jurant un peu. « Merde. » J'ai vraiment pas vu le temps filé dans une course bien trop rapide. Je suppose que la serre sera remise en ordre après le repas. Il me restait donc du temps à tuer. J'étais coincée, enfermée dans un endroit quand même assez vaste pour ne pas ressembler à une prison. Je ne panique pas. Je ne mourrai pas quand bien même, je devrais passer la nuit ici. Mes vêtements sont toujours humides et j'éternue. Je laisse mes pas me guider zigzaguant entre les plantes. Je m'émerveille un peu mais je crois qu'aujourd'hui, un rien pourrait me faire m'extasier. Je sursaute en me rendant compte que je ne suis pas la seule à m'être perdue ici. Je fronce les sourcils et je m'approche. Je m'arrête en le reconnaissant. Je garde une distance pour ne pas envahir l'espace personnel de celui qui aujourd'hui semble fuir le contact avec les autres. Je le fixe un instant. Je souris rassurante avant de murmurer. « Keir...? Tu s... Que fais-tu ici? » Sait-il que nous sommes désormais enfermés? Je l'observe un moment un peu surprise mais pas malheureuse que le destin m'aie enfermée avec lui (non pas dans un placard) dans une serre qui diffuse une certaine magie par sa profusion de plantes colorées.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________

❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you - you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.

Revenir en haut Aller en bas
Keir D. Lowe
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : 1e année GISIS zoomagie
Célébrité : PJ Liguori
Pseudo : Zire Âge : 23 Parchemins : 212 Gallions : 304 Date d'inscription : 01/05/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1712-keir-your-body-is-no-more-than- http://www.mumblemumps.com/t1713-keir-there-s-not-much-to-do-when-your-friends-are-all-fish http://www.mumblemumps.com/t1894-keir-everyone-has-a-chapter-they-don-t-read-out-loud http://www.mumblemumps.com/t2074-journal-de-zire


Freaking Out
hope scott & keir lowe
Il n'est qu'un énième élève dans la serre, un énième étudiant qui observe les différentes plantes, livre plein de terre ou parchemin dans une main, plume dans l'autre, à tenter de compléter au mieux le devoir que le professeur Martell attend d'eux. Enfin, au mieux. Il y a à peine deux ans, il aurait été dans ce petit groupe, un peu plus loin, qui pose des questions à voix haute et tente de résoudre, à plusieurs, les problèmes qu'ils rencontrent. Il serait de ceux qui cherchent autant que possible, afin de fournir un rendu avec un minimum de qualité, même si c'est loin d'être parfait. Il échangerait, il s'intéresserait, il tenterait. Aujourd'hui, les choses sont différentes. Il passe à côté des plantes sans vraiment s'arrêter, presque à faire les cent pas sans vraiment s'éloigner de là où il pourra trouver les réponses nécessaires. Il observe, en silence, les gens avec lui, respectant toujours une certaine distance qu'il s'impose. Il jette de temps à autre un oeil sur l'énoncé du devoir, soupirant. Bon sang, qu'il est mal parti. Certes, il a plus de facilités en Botanique qu'en Histoire des créatures, parce qu'il ne débute pas cette année et que dès qu'il y a un peu de pratique, le cours est toujours un peu plus évident pour lui, mais il a cette année l'impression d'être totalement largué. Il blâme tout ça sur cette septième année qu'il a manquée, plus que sur ces peines qu'il avait déjà. Mais là où il aurait tendance à passer son temps à la bibliothèque à combler ses lacunes, il se contente maintenant d'errer dans les serres. Il ne sait pas ce qu'il attend : une illumination ? De ne plus avoir le temps pour terminer son devoir ? Quelques lignes sont gribouillées sur son parchemin. Les mots font sens, mais ils ne suffiront pas.

Keir finit par s'échouer dans un coin avec son livre de cours sur les genoux, tournant les pages avec une lenteur qui est caractéristique des moments où il se perd tant dans les paragraphes que dans sa tête, chaque passage visualisé avec vivacité dans sa cervelle qui fonctionne à plein régime. Il ne révise pas, il imagine. Il ne lit pas, il créé. Il créé des scénarios, des scènes qu'il voudrait pouvoir coucher sur papier même si ses talents en dessin sont loin d'être extraordinaires. Il voudrait pouvoir avoir son ukulélé, là, maintenant, pour pouvoir improviser une chanson sur les fleurs géantes qui pendent non loin de sa tête, comme un toit multicolore qui ferait écho à ces taches qui dansent devant ses yeux quand sa voix accompagne les notes qui s'échappent des cordes de l'instrument. Mais il ne peut rien faire, ni dessiner, ni jouer, alors il se contente de laisser vaguer son esprit à mesure de sa lecture, laissant le temps poursuivre sa course sans qu'il puisse l'observer. Il ne réalise pas que le temps dehors change. Il ne réalise pas que les autres élèves finissent par partir alors qu'il reste là, par terre, les jambes étendues, replaçant de temps à autre la mèche qui retombe devant ses yeux. Il ne réalise pas que quelqu'un passe pour fermer la porte de la serre alors que tout le monde se rejoint dans la Grande Salle pour le dîner.

Keir...? Tu s... Que fais-tu ici? Le murmure le pousse à relever la tête, lentement, ayant peine à arracher ses yeux des pages. Quand son regard se pose sur la personne qui se tient à quelques pas de lui, il cille un peu, la tête penchée. Hope ? C'est seulement à cet instant qu'il commence à regarder autour de lui, remarquant le silence qui semble régner en maître sur l'endroit, le soleil baignant toujours le lieu. Je suis venu pour... Terminer mon devoir. Il observe avec un peu de peine le parchemin abandonné, presque vierge, sur le sol à côté de lui, avant de revenir à la Serdaigle. Qu'est-ce que toi tu fais là ? Ses doigts agrippent un peu plus à la couverture du livre alors que sa tête commence à imaginer de nouveaux scénarios, bien loin des plantes. Il ne risque rien, pas avec elle. Il est censé le savoir. Il le sait. Alors pourquoi est-ce que son cœur s'emballe comme ça alors qu'il est à peu près certain qu'ils sont seuls ? Il ne panique pas, pas encore, mais il est loin d'être à l'aise, sorti de sa bulle.
Mai 2000
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1293 Gallions : 401 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Keir & Hope

Freaking out ~ I’m in the clouds, no coming down
Je suis hésitante, intimidée pas très certaine de ce que je dois faire ou non. Je suis prise entre deux feux. Je sais que je devrais le laisser tranquille mais je n'ai pas envie d'être seule. Je vois le doute dans son regard comme s'il devait faire un effort pour mettre un nom sur mon visage. Je ne devrais pas être touchée mais Keir semble tellement distant depuis la rentrée. J'ai l'impression d'avoir perdu un ami même si nous parlions si peu de nous. Je ne me sens pas seule dans la vie, je suis plutôt solitaire de base et j'ai limite trop de personnes autour de moi. Mais... ici c'est différent. Je ne perds pas simplement un ami, il semble avoir peur de moi. La crainte apparaît dans son regard. Il s'accroche à son livre comme si c'était un bouclier protecteur. Il semble imaginer mille et un scénarios pires les uns que les autres. Je n'ai jamais représenté la moindre menace pour lui mais la méfiance semble être le sentiment dominant chez lui. Je regrette de lire ce sentiment prédominer. Je regrette qu'il ne reste aujourd’hui que ce dernier. Je voudrais trouver les bons mots pour l'apaiser mais ils ne viennent pas. Je ne les ai pas trouvé pourtant je les ai cherché plus d'une fois. Je pourrais m'approcher mais je reste à distance pour ne pas risquer de faire grandir cette angoisse. Je m'assieds au sol en position du lotus face à lui. Je soupire un peu mais je ne vais pas sortir d'ici tout de suite et je ne veux pas continuer à le regarder de haut. Je soupire un peu avant de me résigner à répondre quelque chose. Je n'en dis pas trop car j'ai toujours tendance à garder mes soucis pour moi. « J'étais venue trouver refuge ici quand il a commencé à pleuvoir. »

Je souris timidement avant de fixer du regard le parchemin vide. Il est sans doute venu ici pour travailler mais il semble assez certain qu'il s'est éloigné de son but initial en cours de chemin. Je me demande s'il a seulement pris le temps d'essayer. Je suis saisie d'un doute. Je repense aux nombres de fois où je l'ai aidé mais cela ne semble plus être dans le ton, plus dans ses attentes. J'ai fini par me résigner et comprendre que son intérêt pour les cours s'est totalement envolé. J'ai passé des heures ici cette après-midi. J'ai entendu sans les entendre les autres parler. Je ne prêtais pas attention à ce qu'ils disaient mais mon cerveau a enregistré certaines informations. Je n'ose pas. Je ne sais pas comment sera perçue ma proposition. Je soupire un peu. « J'ai suivi un peu l'objet du devoir. Si tu veux, je peux te dire quoi mettre sur ton parchemin. Ce sera sans doute pas très détaillé mais tu auras suffisamment. » Je hausse les épaules. Je devine que son l'apparence, il rêve de pouvoir tout simplement partir ou mieux encore que je parte. Je relève la tête vers les plantes et un sourire paisible se dessine sur mes lèvres. Je n'ai jamais eu la main verte mais le décor a un quelque chose d'apaisant qui fait du bien. Je me sens à l'abri ici. Je ne crains rien du tout. Je soupire un peu avant de finalement laisser échapper ma phrase en tentant de paraître bien plus décontractée que je ne le suis en réalité. « On est coincés ici pendant quelques heures. Les portes sont fermées donc faut attendre qu'on vienne pour remettre la serre en ordre. » Je n'ose pas le regarder me disant que si je ne le fixe pas, il sera moins propice à paniquer. Je ne suis pas naïve et c'est évident qu'il n'est pas à l'aise et je redoute qu'en sachant qu'il n'a pas de porte de sortie les choses n'empirent. Je ne suis moi-même pas forcément très bien de savoir que je suis coincée ici. Je ne suis pas claustrophobe mais l'idée d'être piégée ne me sied guère. J'inspire profondément en repensant aux raisons qui m'ont amenées dehors aujourd'hui. Je sens un voile de tristesse traverser mon regard mais je ne dis rien de plus. Je le laisse assimiler l'information bien décidée à prendre le temps de l'amadouer. Je veux y aller en douceur pour avoir la chance de sentir que je lui suis peut-être encore un peu utile. Je ne crois pas que je le sois vraiment mais si je ne suis plus utile, ma présence dans son entourage devient probablement obsolète. Je soupire un peu abattue.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________

❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you - you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.

Revenir en haut Aller en bas
Keir D. Lowe
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : 1e année GISIS zoomagie
Célébrité : PJ Liguori
Pseudo : Zire Âge : 23 Parchemins : 212 Gallions : 304 Date d'inscription : 01/05/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1712-keir-your-body-is-no-more-than- http://www.mumblemumps.com/t1713-keir-there-s-not-much-to-do-when-your-friends-are-all-fish http://www.mumblemumps.com/t1894-keir-everyone-has-a-chapter-they-don-t-read-out-loud http://www.mumblemumps.com/t2074-journal-de-zire


Freaking Out
hope scott & keir lowe
Elle s’assoit à bonne distance de lui et Keir la suit du regard, rangeant ses jambes sous lui, mimant sa position. Elle soupire, plusieurs fois, et il penche de nouveau la tête, l'observant. Il se demande ce qui peut bien la pousser à soupirer comme ça. J'étais venue trouver refuge ici quand il a commencé à pleuvoir. La pluie. Il a manqué la pluie. Il a manqué l'odeur du bois mouillé, la sensation de l'eau sur sa nuque, l'eau ruisselant de ses cheveux trempés. Il a manqué la fraîcheur sur sa peau, la sensation de la terre qui se ramollit sous chacun de ses pas. Il a toujours préféré la pluie au soleil, qu'il soit en intérieur ou en extérieur. Le soleil ne le dérange pas, bien au contraire, il l'apprécie, vraiment. Mais il est facile de le trouver sous les trombes d'eau même si l'idée est idiote, et tout aussi facile de le voir collé à la fenêtre, à écouter le bruit des gouttes qui s'écrasent contre le verre, lorsque le ciel est rempli de gros nuages gris. Et là, perdu qu'il était dans son devoir, dans les serres, dans sa lecture et dans sa tête, il a complètement manqué le fait qu'il pleuvait, alors même qu'il aurait dû s'en rendre compte avec le bruit qu'il y avait certainement. Les commissures de ses lèvres tombent un peu, signes extérieurs de sa déception. Il espère que quand il sortira pour rejoindre le château, l'herbe aura toujours cette odeur si caractéristique.

J'ai suivi un peu l'objet du devoir. Si tu veux, je peux te dire quoi mettre sur ton parchemin. Ce sera sans doute pas très détaillé mais tu auras suffisamment. Elle lui sourit et il tente de lui rendre, timide, hésitant, deux choses qu'il n'était pas auparavant. Elle lui propose encore son aide, comme elle avait l'habitude de le faire et il est touché, vraiment, mais il nie doucement de la tête, refusant la proposition au moment même où elle tourne la tête. C'est gentil, mais ça ira. Tu dois avoir plus intéressant qu'un devoir de Botanique à faire. Il n'a pas envie qu'elle perde son temps sur un devoir pour lequel il a vraiment du mal à travailler, faute de connaissances, de motivation. Malgré l'année qui les sépare toujours, elle est encore là, à vouloir l'aider, et le fait qu'elle en sait bien plus que lui à ce sujet lui serre étrangement le cœur. Il n'a jamais eu de problème avec le fait qu'elle pouvait l'aider même si elle n'était pas de la même année, même si elle était plus jeune. Il n'a jamais eu de problème avec le fait qu'elle était plus intelligente que lui. Au contraire, elle pouvait beaucoup lui apporter, et il a toujours apprécié le fait qu'elle ne rechigne pas à lui apporter son aide. Mais aujourd'hui cette aide ne fait que creuser l'écart entre eux, ne fait que lui montrer qu'il lui manque clairement un an. Il ne lui en veut pas, elle n'y est pour rien. Il se sent juste idiot. Et il se sent idiot pour quelque chose qu'il n'est même pas certain de toujours vouloir, ce qui le fait se sentir encore plus idiot.

On est coincés ici pendant quelques heures. Les portes sont fermées donc faut attendre qu'on vienne pour remettre la serre en ordre. Les mots le prennent par surprise et ses yeux s'écarquillent. Fermées ? Ils sont... coincés ici ? Son cœur s'emballe et ses bras viennent entourer son livre comme si celui-ci était sa bouée de sauvetage, son corps se tassant sur lui-même. Non. Non, il n'a pas pu se laisser enfermer. Ce n'est pas possible. Il n'a pas pu être stupide à ce point. Son premier réflexe serait de se lever pour vérifier, mais ses jambes sont coupées, il est incapable de se lever. Et une part de lui sait que remettre une telle chose en question n'aurait aucun sens, parce qu'elle n'aurait aucun intérêt à lui mentir à ce sujet. N'est-ce pas ? Quelques heures. Il a peur de ne pas tenir jusque là. Il a peur que sa tête l'inonde d'idées et de peurs absurdes, qui le rongent et contre lesquelles il a beau se débattre, il semble perdre à chaque fois. Ça va aller. Ça va aller. Ça va aller. Il répète cette phrase en boucle, comme un murmure, pour lui-même, chaque fois l'aidant à calmer un peu plus sa respiration. Il peut le faire. Il n'est pas seul. Oui mais justement, il n'est pas seul. Là est le risque, non ? Non. Non, pas de risque. Pas avec Hope. Pas elle. Tu... T'es retrouvée bloquée comment ? Qu'elle soit venue se réfugier de la pluie ici est une chose, mais qu'elle se soit retrouvée enfermée là en est une autre.
Mai 2000
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1293 Gallions : 401 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Keir & Hope

Freaking out ~ I’m in the clouds, no coming down
Il n'a pas besoin de mon aide. Je voudrais dire que je suis surprise mais je ne sais pas à quoi je m'attendais en fait. Cette sorte de relation que nous entretenions a tout simplement disparu. Je ne peux plus vraiment rien lui apporter. Il dit que j'ai plus intéressant à faire mais son regard laisse voir quelque chose de plus profond. Je me rends compte qu'aujourd'hui, je n'ai plus de réelle place dans sa vie. Je songe que je suis un facteur de stress supplémentaire alors qu'il n'en a visiblement pas besoin. Je devrais savoir que c'est simplement un effet secondaire de la guerre et que ce n'est nullement moi qui suis mise en question. Mais... je ressens cette peine qui s'imprime en moi. Je crois avoir perdu quelqu'un mais puis-je affirmer que nous étions amis? Je ne le sais même pas. Je doute qu'il m'aie un jour considérée comme telle. Je ne devrais pas douter si facilement mais disons que je le regarde et rien ne me rassure. Je déteste ce que cette guerre nous a infligé. Elle a fait régné dans nos vies un sentiment de peur et de chaos. Elle nous a imposé une vision d'horreur donc il est tellement difficile de se défaire. Je me demande si un jour nous dépasserons nos traumatismes qui encore bien trop souvent reviennent à la surface pour nous imposer une peur latente. Je me sens triste de me rendre compte que le temps ne semble pas réellement changer les choses, apaiser ses tourments et en quelque sorte cela me serre le cœur. Je me résigne consciente que je ne peux pas faire grand chose sauf essayer d'éviter d'empirer les choses.

La peur, tel est le sentiment qui se reflète dans son regard à l'instant où il réalise que nous sommes coincés ici tous les deux. Il semble tétanisé comme si... comme si moi je pourrais lui faire du mal. Cette éventualité me bouleverse le cœur Il croit que je pourrais représenter un danger pour lui. Il semble le penser sérieusement. Je grimace un peu mais je ne fais aucune remarque. Je le vois serrer son livre contre lui comme si c'était un bouclier protecteur. J'écoute sa Lituanie vouée à le rassurer. Je voudrais trouver des mots pour la rassurer mais je trouve ma voix faible et peu convaincante. Je peine à la reconnaître. « Oui ça va aller Keir. Il ne peut rien se passer ici. » Mais ce n'est pas tant ce qui pourrait arriver, il aurait préféré être seul. Son regard parle pour lui et je sais que je me plante en pensant le rassurer avec ces mots là. Je me force à reprendre, à prononcer ces mots. « Je ne représente aucun danger pour toi. » Mon sourire est faible. Je ne lui en veux pas, je peux tellement comprendre. Je serre mes bras autour de moi cherchant un certain réconfort. Je m'attends à ce que le silence s'installe. Je ne sais pas si j'aurai l'énergie de le briser.

Sa question me prend de court et je le regarde un moment surprise. Je ne sais pas très bien quoi lui dire. Je rêvassais et j'ai pas vu le temps passer. Je me sentais bien au milieu des fleurs. C'est exactement cela. « J'étais perdue dans mes pensées et je prêtais plus attention à ce qui m'entourait. Je me suis laissée prendre au piège bêtement. Mais disons que cet endroit a un petit truc relaxant. Je m'y sentais... à l'abri autant de la pluie que du reste. » Je lui souris timidement mais j'ai peur de le faire fuir. Je me tasse sur moi-même tentant de me faire toute petite comme si le fait de prendre le moins de place possible aiderait. Je me dis que je ferais mieux de tout simplement partir à l'opposé et me planquer dans un coin pour faire oublier ma présence. Il pourrait ainsi faire comme si je n'existait pas tout simplement. Je me désespère d'avoir une telle idée mais que pourrais-je faire d'autre. Je lève le regard vers les plantes et je tente de retrouver le sentiment d'apaisement que leur vue a su susciter en moi. Je me sens oppressée par des peurs qui ne devraient pas exister. Je ferme les yeux respirant calmement pour calmer tout ce qui peut me faire trembler en cet instant précis. Je vais réussir à rester calme et je vais réussir à aider Keir à rester calme. J'ouvre les yeux et un sourire aux lèvres, je me concentre sur lui. « Tu pensais à quoi pour ne pas t'être rendu compte que tout le monde était parti? » Je suis curieuse de nature, c'est plus fort que moi et je suis intriguée. Je me demande si c'était des pensées qui ont su faire du bien ou le contraire.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________

❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you - you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.

Revenir en haut Aller en bas
Keir D. Lowe
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : 1e année GISIS zoomagie
Célébrité : PJ Liguori
Pseudo : Zire Âge : 23 Parchemins : 212 Gallions : 304 Date d'inscription : 01/05/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1712-keir-your-body-is-no-more-than- http://www.mumblemumps.com/t1713-keir-there-s-not-much-to-do-when-your-friends-are-all-fish http://www.mumblemumps.com/t1894-keir-everyone-has-a-chapter-they-don-t-read-out-loud http://www.mumblemumps.com/t2074-journal-de-zire


Freaking Out
hope scott & keir lowe
J'étais perdue dans mes pensées et je prêtais plus attention à ce qui m'entourait. Keir acquiesce doucement. Il peut totalement comprendre ce genre d’événement, tellement ça lui arrive. La distraction est une telle part de lui qu'il lui arrive plus d'une fois d'aller trop loin, de manquer un escalier, d'en suivre un autre sans vraiment se poser de question alors que ça ne fait que l'éloigner de là où il doit aller. Sa tête se met à fonctionner, ses rêves à s'imposer de jour, et il est parti pour quelques minutes de retard le temps de rebrousser chemin, ce qui peut parfois être compliqué si le château en décide autrement. Alors qu'elle ait pu se perdre dans ses pensées, ça lui parait totalement raisonnable. Je me suis laissée prendre au piège bêtement. « Prendre au piège ». Il n'aime pas le terme, pas du tout. Les serres sont en temps normal un endroit qu'il apprécie particulièrement, pour ses couleurs, ses odeurs, ses textures. Pour le soleil qui vient caresser les plantes, la pluie qui vient s'écraser contre le toit, le bruit envahissant l'endroit parfois davantage que les discussions qui s'y déroulent -et comment a t-il pu la louper cette fois, bon sang ?!-... Il ne veut pas voir cet endroit comme un piège, pourtant ces mots déclenchent en lui comme un mécanisme, sa créativité se mettant au travail pour de mauvaises raisons, des raisons qui l'étouffent. Mais disons que cet endroit a un petit truc relaxant. Je m'y sentais... à l'abri autant de la pluie que du reste. Il continue de fixer Hope de ses yeux clairs grand ouverts, se concentrant sur ses mots qui lui permettent de se focaliser sur autre chose que sur les battements oppressants de son coeur qui semblent quémander son attention. Relaxant. Oui, l'endroit est relaxant. Son regard glisse sur ce qui les entoure, sur ces fleurs suspendues au dessus de lui, d'eux, sur la terre qui jonche le sol. C'est ce qu'il faut qu'il fasse. Qu'il pense à ces choses-là, et non aux portes verrouillées.

Peu à peu, ses muscles de détendent, ses bras plus lâches, la reliure de son livre cessant d'appuyer contre son muscle, laissant sans aucun doute sous sa chemise une marque rouge qui ne restera pas là bien longtemps. Elle ne bouge pas. Elle reste à une certaine distance de lui, une distance qu'il sait être de sa faute, qu'il regrette, mais qu'il apprécie en même temps. Elle inspire, expire, et il voit ses épaules se soulever un peu, son torse se gonfler avant de se compresser. Il observe la manière dont ses cils semblent battre discrètement, presque imperceptiblement, alors que ses paupières sont fermées. Et alors qu'il la détaille, elle rouvre les yeux, lui sourit de nouveau et il répond automatiquement, pris de court. Son sourire à lui est bref, son visage retombant dans une expression neutre aussi subitement que le coin de ses lèvres s'est soulevé, mais une légère chaleur se répand dans son torse. Ce sourire, c'est un reste de ses habitudes avec elle, de ses habitudes tout court. Un geste si anodin qu'il a tendance à trop forcer ces temps-ci, pour faire comme si tout allait bien. Un geste qui, même lorsqu'il est sincère, n'arrive que rarement à faire oublier tout le tumulte dans sa tête. Tu pensais à quoi pour ne pas t'être rendu compte que tout le monde était parti? Le Poufsouffle lève un moment les yeux vers le plafond, réfléchissant à sa réponse. Il repose son livre sur ses jambes, laissant ses doigts s'étendre sur la couverture. J'étais... Dans ma tête ? Ce qu'il dit n'apporte rien à la conversation, la question indiquant très clairement que la Serdaigle savait où il s'était égaré. Et en même temps, comme souvent avec lui, tout un tas de mots se dissimulent derrière ceux qu'il prononce à voix haute : il était ailleurs, dans d'autres pays, d'autres mondes, d'autres temps. Avec des couleurs, des formes, des sons différents de ceux qui l'entourent. Il pose ses yeux sur le titre en lettres noires qui se laissent remarquer près de chacune de ses phalanges. A force de lire, j'ai visualisé. A force de visualiser, j'ai imaginé. Et à force d'imaginer, je me suis perdu. Il acquiesce pour lui-même, satisfait.

Il ne sait pas s'ils étaient tous deux si discrets que personne ne les a remarqués, ou si personne n'a jugé bon de les prévenir. Toujours est-il que, distraits, ils se retrouvent ensemble dans cette situation. Et si, avec lui, on peut se rapprocher de la constante, c'est tout de même plus rare pour la Bleue et Argent, de ce qu'il sait, de ce dont il se rappelle. Tu pensais à quoi ? Son tour de laisser sa curiosité parler en reprenant une partie de la question de la jeune femme, pour occuper son esprit autant qu'il le peut. Il se demande à quoi ressemblent ses mondes, ses paysages, ses créatures. Si, comme pour lui, ils sont suffisamment clair pour qu'elle puisse les dessiner si elle en a la possibilité. Ou même si elle en a, tout simplement. Il se demande si elle est plus terre à terre, quand elle pense. Si elle pense à Poudlard, à leurs camarades, à leurs cours. A ses proches. A ce qu'elle peut découvrir dans le monde. De quoi... Est-ce que tu voulais te mettre à l'abri ? Il se mord la lèvre, ayant parlé sans y penser avant, le regrettant un peu, mais incapable de ne pas attendre la réponse avec une pointe d'impatience.
Mai 2000
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1293 Gallions : 401 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Keir & Hope

Freaking out ~ I’m in the clouds, no coming down
Je me sens prise au piège coincée ici. Je me sens prise au piège car je peux deviner que Keir préférerait mille fois être seul. Je voudrais pouvoir retrouver un peu de cette paix que je ressentais perdue dans mes pensées, dans ce monde imaginaire. Je voudrais être baignée dans cette quiétude alors que mes souvenirs étaient doux. Je regrette le retour à la réalité, sur terre quand tout mon être aspire à pouvoir garder l'esprit paisible. L'imaginaire a tellement plus de charme et d'attrait que la réalité. Je me dis que dans ce monde qui n'appartient qu'à moi, je contrôle un tant soit peu les choses. Je laisse les couleurs vives et les lumières d'un parc d'attraction, les impressions d'un baiser inattendu, le réconfort de bras doux autour de moi créer un monde de sensations. Je me sens vivante quand je revis les plus beaux moments et qu'ils constituent mon monde imaginaire. Il m'est déjà arrivé de regretter de m'être réveillée de mes rêvasseries quand la réalité est plus difficile à supporter. Je rêve de vivre ailleurs, d'avoir une existence toute autre mais chaque matin, la réalité est la même. Serais-je plus heureuse si je vivais ailleurs? Différemment Je me suis déjà posée cette question un million de fois mais je n'ai jamais trouvé de réponse digne de ce nom. Je ne crois pas qu'il suffise de changer tout pour que le bonheur devienne une évidence. Il faut se battre pour les choses qui sont importantes, qui sont belles et douces. Mais parfois je me rends compte que lutter en permanence est un chemin épuisant. Suis-je la seule à désirer parfois une courte pause sur le bas côté de la route de la vie? À vouloir reprendre son souffle avant de se lancer plus forte et plus convaincue dans la poursuite du bonheur? Tant de pensées profondes sur le sens de l'existence m'animent mais je me prends en permanence la tête et j'en oublie de juste apprécier les petits détails. Je suis dans un combat quasi permanent entre raison et rêve, entre sens du devoir et suivre mon cœur

Mais le sourire spontané, surprenant et inattendu de Keir me ramène droit au moment présent. Je ne le croyais pas possible. Je crois que cela doit même le surprendre lui-même. Il semble sincère, en réponse au mien et je me sens touchée. Il me rassure sur la beauté de certains moments vrais que nous vivons. Je ressens un étrange sentiment d'apaisement sur mes inquiétudes. Si le garçon le plus méfiant que je connais peut sourire, il y a de l'espoir pour tout. Je sais que je donne sans doute trop d'importance à un geste si simple mais je crois qu'il me fait croire que peut-être finalement je progresse. Même si le sourire disparaît presque instantanément me faisant doute qu'il aie seulement existé, je me rappelle qu'avant, c'était différent. Je voudrais que ça ne me touche pas. Je voudrais savoir apprécier ce que j'ai au moment où je l'ai mais je regrette ce temps où il acceptait davantage ma présence. Je l'écoute sans le quitter du regard, sans me défaire de mon sourire. Il semble avoir du mal à expliquer mais je voudrais lui dire que je comprends parfaitement ce qu'il veut dire. Je sais que les mots les plus simples semblent cacher des milliers d'autres choses. Il est attendrissant et je ne peux me retenir de sourire plus tendrement lui enviant cette faculté de pouvoir imaginer, de pouvoir se perdre dans d'autres mondes qui existent dans sa tête. « J'envie ta capacité à te perdre dans ta propre imagination. » Trop terre à terre, je me désespère parfois moi-même. Je soupire découragée de ma propre incapacité à imaginer.

Cette curiosité qu'il me retourne m'amuse un peu. Il est rare que j'éprouve le sentiment de pouvoir l'intéresser un tant soit peu depuis la rentrée. Je hausse les épaules. « Je pensais à des souvenirs heureux. Ils ne sont pas tous précis dans mon esprit mais ils m'inspirent du bonheur. Ils font naître des couleurs, des sensations... la chaleur du soleil, le rouge d'une pomme... des odeurs et des goûts aussi... j'ai l'impression que mes pensées se peuplent d'émotions même si tout est flou et je flotte dedans comme si j'étais dans une piscine mais c'est pas de l'eau... c'est autre chose... ça se ressent, ça se vit et surtout ça apaise. » Je réalise le non sens de mes paroles et je reviens un peu sur terre. Je ne suis pas capable de faire preuve de beaucoup d'imagination. « Ça n'a pas grand sens. Tu dois t'y perdre, c'est pas très intéressant. » Je sens une douce chaleur gagner mes joues alors que je me sens gênée de m'être laissée aller. J'aurais du essayer de paraître plus cohérente mais les mots sont venus si facilement. Je me mords la lèvre et je reviens à ce moment précis oubliant mes douces errances. Je ne suis plus très assurée, plus très confiante quand je songe à sa question et à son sens. Je veux lui offrir des mots sincères. « Je voulais me mettre à l'abri de ce qui me rappelle que la vie est parfois difficile. Je voulais fuir le climat oppressant des murs du château. Je voulais fuir ce qui me fait peur dans mes propres pensées. Je voulais me sentir libre de juste être. Parfois le château me semble hanter par les images du passé et pourtant, je ne veux pas avoir à le quitter. J'avais simplement besoin d'une pause. » Une pause, c'est exactement cela. Je voulais un moment de répit pour être une jeune fille tout simplement. Je ne me sens toujours pas cohérente mais comment exprimer tout ce qui se passe dans ma tête en une fraction de seconde.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________

❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you - you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.

Revenir en haut Aller en bas
Keir D. Lowe
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : 1e année GISIS zoomagie
Célébrité : PJ Liguori
Pseudo : Zire Âge : 23 Parchemins : 212 Gallions : 304 Date d'inscription : 01/05/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1712-keir-your-body-is-no-more-than- http://www.mumblemumps.com/t1713-keir-there-s-not-much-to-do-when-your-friends-are-all-fish http://www.mumblemumps.com/t1894-keir-everyone-has-a-chapter-they-don-t-read-out-loud http://www.mumblemumps.com/t2074-journal-de-zire


Freaking Out
hope scott & keir lowe
Les mots de la Serdaigle trouvent écho dans la tête du Poufsouffle. Cette sensation d’apaisement, ces sensations, ces couleurs, ces odeurs qui accompagnent les souvenirs qui peuvent revenir en mémoire, tout ça, il sait ce que c'est. Ça le fascine, cette capacité qu'ils ont à se plonger dans quelque chose de si ancien, d'à la fois si près et si loin, pour en tirer du réconfort, une sensation de chaleur qui gagne la cage thoracique pour se répandre dans le corps et détendre tous les muscles. Ces moments où tout semble si réel alors qu'aucun doute n'est permis quant au fait qu'il ne s'agit que d'images du passé. Ces souvenirs heureux, c'est parfois une bouée de sauvetage, un moyen de s'évader quand tout semble si lourd dans la réalité, une échappatoire quand le poids sur leurs épaules devient insupportable. Ça lui a été reproché, parfois, de se perdre dans tout ça alors que la situation exigeait de lui une présence totale. Mais c'est son grand défaut, cette manie qu'a son cerveau de le prendre par la main pour l'emmener loin, très loin, là où ses seules limites sont son imagination. Et bon sang, de l'imagination, il en a à revendre. Ça n'a pas grand sens. Tu dois t'y perdre, c'est pas très intéressant. Sa réaction est immédiate et il tombe presque sur le côté que son torse penche subitement vers avant, son livre chutant sur le sol sans ménagement alors que ses mains heurtent la terre, tentant de lui redonner un peu d'équilibre malgré ses jambes croisées qui ne touchent que partiellement le sol. Non, ça fait sens ! Ça... fait sens. La position est absurde et, quand il réalise qu'il a agit avant de penser, son visage gagne une teinte qui tire sur le rouge alors qu'il déplie ses jambes comme il peut, s'agenouillant, les fesses reposées sur les talons. Il trouve ça intéressant, lui. Il veut savoir si le ciel qui accueillait ce soleil auquel elle pensait était rempli de nuages ou non. Il veut savoir quelle teinte de rouge avait cette pomme. Quelles couleurs elle voyait, quelles odeurs elle sentait. Mais il n'ose pas demander, pas après ce qu'il vient de faire. Il continue de l'écouter, gêné.

Je voulais me mettre à l'abri de ce qui me rappelle que la vie est parfois difficile. Je voulais fuir le climat oppressant des murs du château. Ces quatre murs qui arrivent tant à le rassurer qu'à lui donner la sensation d'étouffer, il les a déjà fuis aussi. Souvent, il va se perdre près du lac, de la forêt, des serres comme aujourd'hui, même si aujourd'hui, la raison de sa présence est toute autre. Prendre l'air, être dehors, être loin de la pierre, c'est parfois plus qu'une envie, c'est un besoin. Alors il comprend, vraiment. Je voulais fuir ce qui me fait peur dans mes propres pensées. Ce qui lui fait peur, dans sa propre tête ? Keir fronce doucement les sourcils, la peine se dessinant sur son visage. Avoir peur de ses propres pensées, c'est une chose qu'il subit au quotidien et qu'il ne souhaite à personne. L'idée que quelqu'un comme Hope, qu'une fille aussi gentille et douce qu'elle, se retrouve touchée par ça, ça le rend triste. Il sait bien que tout être humain est un jour ou l'autre concerné par ce genre de peur, que le cerveau est parfois le pire ennemi qu'on puisse avoir, mais il voudrait pouvoir changer ça, il voudrait pouvoir lui permettre de ne plus avoir peur. Au moins les serres semblent-elle avoir cet effet sur elle. C'est une bonne chose. Je voulais me sentir libre de juste être. Parfois le château me semble hanter par les images du passé et pourtant, je ne veux pas avoir à le quitter. Les images du passé... Son cœur se serre à la mention du passé de Poudlard, des choses terribles qui ont pu s'y produire. Les plus récentes, il ne les a pas vues, et il ne saurait pas dire s'il se trouve chanceux ou non. Parce que s'il avait été là, il aurait très certainement très mal géré la chose. Et en même temps, la raison pour laquelle il n'y était pas le hante encore jour et nuit, même deux ans après. Quitter Poudlard... L'idée est terriblement tentante pour lui. Il y pensait avant de revenir, il y pense encore aujourd'hui. Pourtant, tant de mois après la rentrée, il n'est toujours pas décidé. Il ne sait pas. Il ne sait pas ce qu'il doit faire, ce qu'il faut faire, ce qu'il a besoin de faire. Il n'en sait rien. J'avais simplement besoin d'une pause. Un moment sans rien, un moment de coupure dans sa vie. Oui, il peut parfaitement comprendre. Je suis content si tu as réussi à trouver un peu de calme, un endroit où te réfugier et te donner un moment rien qu'à toi. Il passe une main sur son cou, sur sa nuque, dans ses cheveux, ses yeux évitant un instant ceux de Hope, avant de finalement reposer son regard sur la jeune femme. C'est intéressant, tu sais. Quand tu parles de tes pensées, de tes émotions. De cette piscine qui n'est pas remplie d'eau. L'image lui plait, elle l'inspire. Il croise les doigts sur ses cuisses, ses pouces jouant entre eux de manière inconsciente. Il faut pas... te brider, comme ça. Ça fait du bien, parfois, de laisser ta tête s'exprimer sans t'imposer de filtre. De juste laisser les mots te venir. Comme tu l'as fait là. Je trouve que ça rend tout... plus vif ?
Mai 2000
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1293 Gallions : 401 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Keir & Hope

Freaking out ~ I’m in the clouds, no coming down
Je n'ai pas réellement pris conscience de la fascination de mon spectateur devant mes errances. Je ne me suis pas rendue compte qu'il trouvait mes propos emplis de sens. J'ai le sensation de ne pas être totalement inintéressante quand son regard me fixe. Je ne peux retenir un petit sourire amusé mais aussi comblé quand Keir semble proche de tomber au sol. Était-il accroché à mes lèvres à ce point? Il semblerait que oui. Je suis attendrie tandis qu'il change de position les fesses désormais posées sur ses talons et ses mains semblant vouloir le retenir. Mon regard se pose pendant une seconde sur le livre un sourire aux lèvres triste pour la manière brutale dont il vient de heurter le sol. Ce n'est qu'un bouquin mais il semble précieux vu comment le Poufsouffle s'y accrochait un peu plus tôt comme si sa vie en dépendait. Je suis surprise par la rougeur de ses joues soudainement comme s'il réalisait qu'il vient de me laisser le surprendre dans une certaine position. Il est tellement expressif que c'est facile de lire en lui. Je peux découvrir les émotions se succéder sur ses traits alors qu'il suit attentivement ce que je lui dis. Il y a de la tristesse dans son regard à mes mots et l'idée que mes mots aient pu même involontairement provoquer cette peine en lui me brise un peu le cœur. Je lui souris plus sincèrement essayant de le rassurer, de lui dire de ne pas 'en faire pour moi. Keir ne mérite pas d'avoir le regard troublé, il est si pur d'une certaine manière qu'il donne envie de le protéger de la folie du monde. Il est de ces êtres qui savent vous toucher au fond du cœur d'un seul regard et que l'on veut prendre sous son aile même s'ils sont plus âgés que soit. Je n'aime pas ce que je perçois en mentionnant cette guerre qui malgré nous fait partie de notre histoire. Présent ou absent, nous avons tous eu à en pâtir. Mais je ne veux pas y repenser. Je ne veux plus entendre les cris, sentir l'odeur du fer dans l'air. Je veux simplement oublier. J'aimerais pouvoir me réveiller demain prise d'une amnésie en lien avec tous les souvenirs douloureux pour ne garder que les meilleurs.

Keir est adorable quand il exprime être contente que j'ai su trouver un refuge. Il est sincère, ses mots sont emplis de sens et de sincérité. Il ne joue pas à dire ce que l'on attend de lui qu'il le pense ou non. Parfois, j'ai la sensation que nous ne nous intéressons pas sincèrement aux autres mais avec lui, tout est naturel. Je suis le moindre de ses gestes mais surtout cette tendance à ne pas me regarder dans les yeux. Je ne m'en vexe pas, je laisse le silence qui nous entoure me porter comme s'il s'agissait du son le plus doux au monde. Je me sens rougir un peu par ses mots. « Je n'ai pas l'habitude de laisser le monde entrer dans mes pensées, de les partager... Je me dis que ça ne doit plaire qu'à moi. Mais avec toi, c'est sorti facilement. » Il ressemble un peu à un poète ou à un musicien mais venu d'un autre temps. Il crée un climat intimiste qui donne envie de l'écouter en petit comité captivé par sa mignonnitude. Il a tellement raison. Je penche un peu la tête de côté et je souris plus rêveuse, plus doucement. « Plus vif oui. Tout semble plus vivant et spontané. Je réfléchis trop. Un aveu surprenant venant d'une fille comme moi. J'aime pouvoir rendre ces sensations réelles en les partageant avec toi. » Je voudrais retourner dans ce monde dans ma tête et pouvoir y emmener le jaune et noir. J’aimerais qu'il puisse voir et ressentir comme tout y est plus beau. Je voudrais lui montrer les couleurs plus vives que nul part ailleurs mais aussi la pluie plus chaude et plus rafraîchissante en même temps. « J'ai l'impression que quand je m'enfuis dans ma tête, tout est plus fort, que tout est plus intense. Je pourrais m'y perdre car je m'y sens bien. Il y a des choses qui ne semblent vouloir n'exister que là. » Je voudrais connaître ses propres mondes. Je suis curieuse mais je ne veux pas le forcer à partager avec moi. Je ne veux pas absolument assouvir ma curiosité étonnamment. Je l'y invite mais j'accepterai son refus car c'est Keir et il est différent. « Tu partages avec moi ce que toi tu imagines? » Je me sens proche de lui en cet instant précis et j'en oublie que ce moment n'existe que parce que nous sommes piégés ici par un heureux hasard. J'entends le bruit de la pluie très léger et je crois que j,en suis heureuse. J'aurais presque envie de virevolter sous la pluie pour me sentir plus vivante. Je voudrais tellement que tout soit d'une intense réalité. Je souris mais je garde toujours cette distance. Je viens jouer avec une de mes mèches de cheveux en le regardant. « Je suis certaine que ce que tu vois dans ta tête doit être tellement magnifique. Mais je comprendrais que tu veuilles le garder juste pour toi. » Je me sens apaisée plus qu'à n'importe quel autre moment de la journée.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________

❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you - you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.

Revenir en haut Aller en bas
Keir D. Lowe
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : 1e année GISIS zoomagie
Célébrité : PJ Liguori
Pseudo : Zire Âge : 23 Parchemins : 212 Gallions : 304 Date d'inscription : 01/05/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1712-keir-your-body-is-no-more-than- http://www.mumblemumps.com/t1713-keir-there-s-not-much-to-do-when-your-friends-are-all-fish http://www.mumblemumps.com/t1894-keir-everyone-has-a-chapter-they-don-t-read-out-loud http://www.mumblemumps.com/t2074-journal-de-zire


Freaking Out
hope scott & keir lowe
Keir est touché de voir qu'avec lui, elle a plus de facilités à laisser l'autre entrevoir ce qui se passe dans sa tête. Elle arrive davantage à s'exprimer, à dire à voix haute ce qui se passe derrière ses yeux, ce qui se passe dans son esprit. Ce que ses sens ravivent, revivent alors qu'elle se laisse guider par ce qu'il y a dans sa boîte crânienne. C'est une forme de confiance, en soi. Il se sent un peu coupable, d'avoir peur, de douter d'elle comme il le fait par moments, comme il le fait avec tout le monde, alors qu'elle trouve en elle le courage de partager ça avec lui. D'après elle, c'est venu facilement, et c'est une bonne chose. Elle ne s'est pas forcée. Mais malgré tout, il a bien conscience que c'est une chance qu'il a là. De la chance qu'il a de pouvoir la voir lâcher prise et simplement ressentir, tant les sensations qui lui reviennent que les émotions qui y sont liées. J'ai l'impression que quand je m'enfuis dans ma tête, tout est plus fort, que tout est plus intense. Je pourrais m'y perdre car je m'y sens bien. Il y a des choses qui ne semblent vouloir n'exister que là. Il a exactement la même impression, à chaque fois. Des souvenirs qui ne sont plus que présents dans l'esprit de celui qui les a vécus. Des situations imaginées qui ne se dérouleront peut-être jamais ailleurs que dans la tête de celui qui en rêve. Ces instants où tout est multiplié, où tout les entoure comme une douce couverture dans le froid de l'hiver, donnant l'envie de ne jamais la quitter pour retrouver la réalité parfois glaciale. Il sait que le monde offre des instants chaleureux, mais sa tête, c'est bien souvent son refuge. Tu partages avec moi ce que toi tu imagines? La question le prend de court et ça se voit directement sur son visage, ses sourcils haussés par la surprise, ses yeux écarquillés, ses lèvres légèrement entrouvertes. Partager ce qu'il a dans sa tête ? Cela lui prendrait certainement des heures !

Je suis certaine que ce que tu vois dans ta tête doit être tellement magnifique. Elle est gentille, Hope, à lui dire que ce qui occupe son esprit doit être magnifique. Il pourrait penser aux choses les plus sombres, aux couleurs les plus ternes, aux odeurs les plus âcres, et pourtant, elle est certaine que ce à quoi il pense est magnifique. Mais je comprendrais que tu veuilles le garder juste pour toi. Il nie rapidement de la tête, attrapant de nouveau son livre pour le poser sur ses genoux, puis le parchemin sur lequel il avait commencé à écrire son devoir, pour le retourner sur l'autre face et le poser sur son nouveau support, son crayon déjà dans sa main, quelques traits commençant à se dessiner alors qu'il prend distraitement la parole. Si elle a confiance en lui, à lui dire ce qu'elle a en tête, il peut bien le faire aussi, n'est-ce pas ? Il avait confiance en elle, avant. Toujours maintenant, un peu. Ce n'est pas d'elle dont il doute. C'est du monde entier. Alors il peut bien trouver en lui le courage de lui dire, de lui montrer. Il ne sait pas exactement ce qu'il est censé aborder, alors il se pose sur la première chose que son esprit lui tend. Il y a... ce soleil, rouge, toujours rouge, énorme, comme s'il était en permanence en train de se coucher. Tout est rouge, bleu, différents mélanges des deux. Et puis dans le ciel, on voit un homme, dans une barque, au milieu des nuages qu'il traverse dans un voyage interminable. Ses coups de crayons sont rapides et peu précis, et il sait que ça ressemble pour l'instant davantage au croquis qu'au dessin, mais il continue sans se poser de questions, ses mots coulant à flot alors qu'il dépeint la scène sans même savoir où il va arriver. Des créatures, comme celles dont on entend parfois les cris quand on passe près des cours de zoomagie. De la pluie, comme celle qu'on entend s'écraser discrètement dehors. Beaucoup de choses qui n'ont de sens que pour lui, mais qui forment un monde dont il veut connaître les secrets. Le Poufsouffle a bien conscience qu'il pourrait avoir l'air dingue, dans ce genre de moments, à rarement ciller, à relever régulièrement le regard vers la Serdaigle pour voir si elle écoute toujours, si elle semble lassée ou non. Puis à lui tendre le parchemin tout en teintes de gris, les ombres réalisées en hachures, les contours sur lesquels il est repassé plusieurs fois pour les mettre en avant. C'est ce genre de choses qu'il y a dans ma tête. Ailleurs. C'est loin d'être tout ce qu'il y a dans sa tête, mais c'est un bon début.
Mai 2000
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1293 Gallions : 401 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Keir & Hope

Freaking out ~ I’m in the clouds, no coming down
Je me suis ouverte à lui spontanément. J'ai pris plaisir à le faire même. Il me donne envie de rêver les yeux grands ouverts. Je n'ai pas besoin de sombrer dans le sommeil et laisser mon esprit s'évader, il me suffit de laisser libre cours à mon imagination. Me rappeler mes rêveries me fait du bien. Je ne cherche pas à réfléchir, à préméditer mes mots. Je m'abandonne au moment tout simplement et je savoure les choses. Je voudrais qu'il puisse se sentir apaisé et cesse de réfléchir. J'aimerais pouvoir l'amener à lâcher prise et délaisser ses inquiétudes. Je sais qu'il reste ce petit doute, cette petite angoisse qui ne vient pas directement de moi mais dont il semble ne pas pouvoir se défaire. Je regrette instantanément d'avoir formulé une telle demande car je peux lire la surprise dans son regard, la voir déformer ses traits alors qu'il me fixe la bouche un peu entrouverte. Je songe un instant recourir à l'humour et lui dire qu'il doit faire attention de ne pas avaler une mouche. Pourtant, je me contente de sourire amusé un éclat amusé dans le regard essayent de le détendre un peu. Il n'y a aucune raison qu'il se sente pris au piège et j'éprouve ce besoin de lui offrir une porte de sortie. Il peut très bien choisir de ne pas répondre et je ne vais nullement m'en vexer. Je lui laisse du temps pour me fournir une réponse. Je m'attends à le voir saisir l'opportunité et je reste surprise à mon tour quand il décline mon offre. Il secoue la tête et je souris doucement. Je suis captivée par ses gestes. Je le fixe mais en essayant de ne pas être trop insistante. Il m'intéresse tout simplement. Je l'accepte comme il est. Je suis pendue à ses lèvres mais aussi attentive au moindre de ses gestes. Il reprend le livre et je le regarde prendre son crayon tout comme son parchemin. Je suis impatiente de voir ce qu'il va dessiner. Je ne peux pas me décider si je veux me concentrer sur ses lèvres qui prononcent ces mots emplis d'une magie différente ou sur ses doigts qui tracent des formes sur la parchemin. Je le regarde mais mon esprit s'envole tandis que je vois ce soleil rouge. Je me laisse guider par sa voix, comme bercée et je visualise chaque élément. Je suis pendue à ses lèvres mais je rêve les yeux grands ouverts.

Keir a ce petit quelque chose qui donne une saveur différente au monde. Tout me semble plus doux, plus apaisant. J'ai l'impression qu'il inspire une certaine pureté alors je n'arrive pas à me dire que parfois dans sa tête, les images sont plus sombres. Je ne peux l'imaginer car ce serait dire que celui qui m'inspire cet élan de douceur souffre. Je ne veux pas penser qu'il puisse avoir mal même si je sais que sa méfiance ne vient pas de rien. Je sais qu'il y a des blessures quelque part et je me sens terriblement démunie pour pouvoir l'en protéger. Je m'évade grâce à lui et j'espère qu'il a ce genre de personne qui peut lui donner ce petit plus. Il a un don pour conter des histoires et pour les illustrer. Il devrait écrire des livres. Il devrait les agrémenter de ses créations. Il pourrait avoir un succès fou. Il me fait penser à un artiste des temps modernes. Je suis surprise qu'il m'offre ce dessin. Enfin peut-être qu'il veut simplement me le montrer. Je m'approche un peu pour pouvoir me saisir du parchemin, je ne m'avance pas plus que nécessaire. Je reste toujours à distance car je sais combien il a besoin de cet espace de sécurité. J'ai appris à le comprendre. « C'est pour moi? Je peux le garder? » Il y a cette note d'espoir au fond de mon regard tandis que je le fixe. Je viens serrer le parchemin contre moi en un geste qui prouve combien je suis touchée mais surtout que j'y tiens. J'accorde une réelle importance à ce qui vient de lui, ce que je vois comme un cadeau inestimable. Je sens l'émotion m'envahir comme si j'étais soudain hyper émotive. Je crois que c'est ce qu'il inspire. Je prends le temps de détaille ses traits de crayon avant de murmurer. « Je trouve ça superbe Keir vraiment. Tu devrais écrire des récits, les illustrer ou les raconter. Je ne pouvais pas m'empêcher de t'écouter. Tu m'as fait rêver quand tu me racontais ce que tu as dans la tête. Merci de me laisser imaginer. » Je le regarde un petit moment. Je lui fais un clin d’œil avant de sourire doucement presque timidement. Je me sens plus jeune mais aussi plus moi, plus vraie. Je ne regrette pas d'être coincée ici avec lui, il est le compagnon inattendu mais qui sait égayer cet ''emprisonnement'' dont nous sommes les victimes. « J'aime te parler, c'est apaisant. Ça me manquait de t'écouter, ta voix a ce petit truc qui donne chaud au cœur » Je ne veux pas sembler trop sentimentale. Je ne veux pas me laisser aller à trop de mièvrerie mais je voulais lui dire que d'une certaine façon, il est une personne qui compte pour moi.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________

❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you - you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.

Revenir en haut Aller en bas
Keir D. Lowe
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : 1e année GISIS zoomagie
Célébrité : PJ Liguori
Pseudo : Zire Âge : 23 Parchemins : 212 Gallions : 304 Date d'inscription : 01/05/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1712-keir-your-body-is-no-more-than- http://www.mumblemumps.com/t1713-keir-there-s-not-much-to-do-when-your-friends-are-all-fish http://www.mumblemumps.com/t1894-keir-everyone-has-a-chapter-they-don-t-read-out-loud http://www.mumblemumps.com/t2074-journal-de-zire


Freaking Out
hope scott & keir lowe
C'est pour moi? Je peux le garder? Keir acquiesce rapidement. Il n'en a pas particulièrement besoin, de ce parchemin. Il pourra parfaitement ré-écrire le peu qu'il a couché sur papier sur un autre, ça ne lui prendrait certainement que quelques minutes. Si Hope veut garder son dessin, son croquis, peu importe ce que c'est, qu'elle fasse donc. Qu'elle ait envie de le garder, ça lui fait plaisir. Qu'elle y trouve quelque chose qui lui donne un peu de valeur à ses yeux, c'est inestimable. Il voit comme elle le serre contre elle, il voit comme elle le regarde, comme son regard couvre chacun des traits qu'il a pu tracer, et il sourit, pour de vrai, sans se demander s'il se rend vulnérable. Il sourit honnêtement, touché. Elle n'a besoin de rien dire pour qu'il le prenne comme le plus beau des compliments. Pourtant, elle reprend la parole. Je trouve ça superbe Keir vraiment. Il baisse la tête, gêné mais heureux. Il n'a jamais considéré le moindre de ses dessins comme superbe. Il n'a pas le coup de crayon que peut avoir Joanie. Il se contente de griffonner comme ça lui vient, de retranscrire autant qu'il le peut ce qu'il visualise et c'est souvent brouillon. Mais elle trouve ça superbe. Tu devrais écrire des récits, les illustrer ou les raconter. Je ne pouvais pas m'empêcher de t'écouter. Oh non, je -- Tu m'as fait rêver quand tu me racontais ce que tu as dans la tête. Il est à peu près certain qu'il ne serait pas particulièrement doué pour écrire tout ce qui lui vient, mais il cesse de l'interrompre. Merci de me laisser imaginer. Il penche doucement la tête sur le côté, laissant le silence s'installer alors qu'il répond à son sourire avec une honnêteté toute particulière. J'aime te parler, c'est apaisant. Ça me manquait de t'écouter, ta voix a ce petit truc qui donne chaud au cœur. Sa peau gagne de nouveau cette teinte rougie alors qu'il ne sait pas où se mettre. C'est gentil. Sa voix est timide et il repasse une main dans ses cheveux alors qu'il tente de retrouver un peu de contenance. Ce qui fait chaud au cœur, ce sont ses mots à elle, c'est sa gentillesse. C'est sa délicatesse, dans ses gestes, dans l'attention qu'elle porte à la distance qu'il y a entre eux parce qu'elle sait ce avec quoi il est à l'aise ou non désormais. Il voit bien qu'elle mesure constamment l'espace entre eux, s'assurant de ne jamais aller trop loin. Il voit bien que sans rien dire, elle fait tous les efforts du monde pour que cet instant où ils sont tous les deux bloqués ne devienne pas étouffant. Je suis désolé d'être... Comme ça. Il aimerait être capable de simplement se rasseoir avec elle sans se demander si la porte de la pièce où ils sont est facilement accessible ou non. Il aimerait être capable de ne pas surveiller constamment les mouvements de la personne avec lui. Il aimerait laisser tomber sa garde plus souvent, comme il le fait là. Parce que si elle n'a pas souvent pu l'écouter cette année, c'est sa faute. Il hésite un long moment, puis sans changer de position, son pantalon frottant sur le sol, il avance un peu dans sa direction. Ses poils se hérissent un peu sur ses bras mais il les ignore comme il ignore son cœur qui s'emballe de nouveau. Il ne risque rien. Encore moins s'il est face à elle. Il doit s'en convaincre. Je pense pas... Être bon auteur, ni même bon dessinateur. Je saurais pas par où commencer, à quoi me limiter. Tout est tellement... Il peine à trouver ses mots alors, à l'aide de ses deux mains, il mime comme une explosion qui provient de sa tête, ses idées et son imagination s'étendant même quand il essaye de les contenir. Mais je pourrais peut-être raconter des choses, oui. C'est ce que je faisais avec Lachlan quand il était petit. Il est grand, maintenant. A quasiment seize ans, son cadet n'a plus besoin de lui pour s'imaginer ses propres mondes, bercé lui aussi dans les mêmes éléments que le Poufsouffle depuis sa plus tendre enfance. Ensemble, ils s’assoient parfois sur le toit de leur maison, en passant par la fenêtre de sa chambre, et restent des heures à regarder les étoiles et à imaginer ce qui peut s'étendre au delà de ce qu'ils peuvent voir. Mais il ne lui raconte quasiment plus toutes ces choses qui lui passent par la tête pour l'endormir, parce qu'il n'en a plus besoin.
Mai 2000
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1293 Gallions : 401 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Keir & Hope

Freaking out ~ I’m in the clouds, no coming down
Je regarde le jeune homme sourire et je sens mon cœur se réchauffer instantanément. Il porte sur ses lèvre plus de sincérité que je n'ai pu voir en de longs mois. Il semble sincèrement touché et ému par mes mots ou mon geste je ne sais pas très bien. Je ne saurais dire ce qui le touche le plus alors que ce dessin, ce cadeau me semble plus précieux que nombreux autres bien plus coûteux. Je n'ai pas besoin de présents pour lesquels on doit débourser une petite fortune, juste quelque chose qui vient du cœur peut faire briller des étoiles dans mon regard. Je chéris ce petit bout de papier même si je sais qu'en soit il a été griffonné rapidement et au dos du parchemin destinée à son devoir. Je songe un instant le lui rendre car il contient le début de son travail mais égoïstement, je m'y accroche. Il porte en lui l'espoir et la conviction que j'ai raison de m'accrocher à cette amitié. Je pourrais simplement respecter le besoin de distance et d'espace du Poufsouffle mais pourtant, je m'accroche car je veux croire que le temps passé ensemble compte plus que les horreurs du monde. Je veux me focaliser sur le positif et non sur les aspects les plus terribles de l'existence. Ce sourire me prouve que j'ai raison d'y croire. Je ne peux m'empêcher de me sentir émue quand il rougit. J'aurais envie de le serrer dans mes bras mais je sais que je n'en ai pas le droit. Je voudrais lui faire des câlins pour lui montrer toute la douceur que peut receler le monde mais aussi l'amitié. Je voudrais l'envelopper dans une bulle de bien être. J'aime sentir que je suis capable de le toucher et je ne peux retenir ce sourire heureux de naître et s'épanouir librement sur mes lèvres. J'aime sa manière de s'exprimer tout en retenue et je le fixe soudain intimidée.

Je secoue la tête, il n'a pas besoin de s'excuser. Je ne sais pas très bien comment exprimer ce qui anime le fond de ma pensée. Je cherche mes mots avec une certaine maladresse. « Tu sais les amis s'acceptent tels qu'ils sont. Tu n'as pas à être désolé Keir, pas avec moi. Je t'aime bien pour celui que tu es et je ne veux pas te forcer à changer. » Je suis tellement sincère. Je ne cherche pas à l'amener à venir vers moi à tout prix. J'ai besoin d'être rassurée c'est vrai. J'ai besoin de savoir qu'il m'apprécie toujours d'une certaine façon mais je ne veux pas le bousculer pour autant. Je reste surprise de le voir diminuer quelque peu la distance qui nous sépare. Je suis émue par l'initiative qui prouve qu'il veut me rassurer d'une certaine manière. Je reste silencieuse et immobile retenant même mon souffle. Mon regard et mon sourire se veulent caressants et rassurants. Je veux lui prouver qu'il n'a pas à me craindre, je veux juste qu'il soit heureux. Je voudrais pouvoir chasser ses peurs aussi sûrement que les souvenirs douloureux. Je voudrais avoir ce pouvoir mais je suis impuissante. Je suis toujours captivée quand il parle et cette façon de mimer ce qu'il n'arrive pas vraiment à expliquer. Je ris un peu amusée avant de hocher la tête. « Cette façon que tu as de penser, décrire un millier de choses. C'est un peu fou oui mais ça donne envie de te suivre dans ce pays que tu imagines. Tu devrais demander une assistante pour mettre des mots, recentrer mais qui raconterait tes histoires. Tu sais comme les célébrités qui demandent à des auteurs d'écrire leur biographie à partir des notes qu'ils prennent? J'achèterai un livre que tu as inspiré moi. » Je rigole un peu et mes pensées s'enflamment un peu. Je suis hésitante pas très certaine d'oser formuler cette demande et je rougis en le fixant. Je joue nerveusement avec mes doigts puis je finis par murmurer. « Moi j'aimerais les écouter tes histoires. Même si je suis grande, je pourrais apprécier t'entendre et suivre tes récits. » Je hausse les épaules un peu timide essayant de chasser la gêne que j'éprouve. Je ne sais pas ce qui m'a pris de lui avouer mon envie de pouvoir boire ses paroles à même ses lèvres. Je voudrais avoir l'esprit peuplé de visions nées de ce qu'il a la capacité de créer avec son imagination folle. Je l'envie vraiment car il a ce don et qu'au moins, il a cet endroit à lui où se réfugier. Dans sa tête, il peut être libéré de tout ce qui l'effraie. Je lui souris un peu plus consciente de ma chance de connaître une personne unique comme lui. Il inspire une sorte de pureté qu'on veut préserver à tout prix. J'ai un élan protecteur envers lui alors pourtant qu'il est mon aîné.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________

❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you - you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.

Revenir en haut Aller en bas
Keir D. Lowe
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : 1e année GISIS zoomagie
Célébrité : PJ Liguori
Pseudo : Zire Âge : 23 Parchemins : 212 Gallions : 304 Date d'inscription : 01/05/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1712-keir-your-body-is-no-more-than- http://www.mumblemumps.com/t1713-keir-there-s-not-much-to-do-when-your-friends-are-all-fish http://www.mumblemumps.com/t1894-keir-everyone-has-a-chapter-they-don-t-read-out-loud http://www.mumblemumps.com/t2074-journal-de-zire


Freaking Out
hope scott & keir lowe
Cette façon que tu as de penser, décrire un millier de choses. C'est un peu fou oui mais ça donne envie de te suivre dans ce pays que tu imagines. Tu devrais demander une assistante pour mettre des mots, recentrer mais qui raconterait tes histoires. Tu sais comme les célébrités qui demandent à des auteurs d'écrire leur biographie à partir des notes qu'ils prennent? L'idée a quelque chose de farfelu, et Keir est pourtant à peu près certain que la Serdaigle est sincère quand elle lui propose cette alternative. Qu'elle voit vraiment ça comme une possibilité. Lui, demander de l'aide à quelqu'un. Raconter à cette personne tout ce qui lui passe par la tête. Lui faire confiance pour tout retranscrire, et en faire un livre. Un livre qui serait vendu, ensuite. C'est à la fois tentant, et un peu effrayant. Et s'il ne trouve personne ? Et s'il trouve quelqu'un mais, qu'en l'entendant, la personne le prend pour un fou ? Ou qu'elle se moque de lui et de ce qui se passe dans sa tête ? Et si cette personne le trouve intéressant mais ne parvient pas à expliquer les choses comme lui les voit, n'arrive pas à tourner les phrases de telle manière que tout semble évident ? Que personne n'arrive à visualiser ce que lui peut observer quand ses paupières sont fermées ? Et si la personne y parvient, mais que le livre n'intéresse personne ? Que le monde entier le voit comme l'oeuvre d'un idiot qui délire ? J'achèterai un livre que tu as inspiré moi. Le Poufsouffle ne sait pas tout de suite si elle dit ça pour le rassurer ou non, ses doutes se lisant surement sur son visage, mais son rire et la couleur qui gagne sa peau trahissent son honnêteté et le rassurent. Moi j'aimerais les écouter tes histoires. Même si je suis grande, je pourrais apprécier t'entendre et suivre tes récits. L’écossais la fixe un moment sans rien dire, cillant doucement. Avec le silence qui s'installe, il arrive à entendre sa propre respiration, étonnamment calme alors qu'il est dans une pièce fermée à clé, accompagné. Il arrive à entendre les bruits qui viennent de dehors. Il arrive à entendre tout ce qu'il y a dans sa cervelle avec une netteté presque déconcertante. Puis, avec un sourire qui atteint son regard, il penche la tête, doucement. Tu finirais par t'en lasser. Son rire est discret, mais sincère. Lentement, il parvient à oublier un moment le fait qu'il soit bloqué ici, ou tout du moins à le mettre de côté, dans un tout petit coin de sa tête.

Toi, tu réussirais à tout recentrer ? Il ne lui propose pas vraiment de le faire, parce qu'il doute de toute façon que ce soit vraiment intéressant, mais il se demande sincèrement si ce serait chose possible. Surement. Des gens y arrivent bien, dans le monde, preuve en est dans toutes les bibliothèques existantes. Pourtant, quand il s'agit de lui, il en doute. Peut-être que je pourrais voir avoir toi quelles idées sont bonnes, et lesquelles sont mauvaises... Pour en faire quelque chose par la suite... Même si j'ignore quoi... L'Ecossais s'exprime avec une pointe d'hésitation, incertain de ce qu'il propose, du fait que ce soit une bonne idée ou non. Là, il essaye de lui expliquer sans non plus vraiment le lui dire que si elle le souhaite, il peut recommencer à lui raconter ce genre de choses quand elle le veut. Il n'a aucune idée de ce que ça peut donner, mais ça ne doit pas être très différent de quand Lachlan lui demandait de lui raconter des histoires. C'est sûr, Hope ne sera pas au lit, à le fixer avec des grands yeux en attendant qu'il trouve une idée, un fil conducteur. Mais c'est assez similaire, tout de même, non ? Sauf qu'en plus, elle lui fera un retour sur tout ça. Elle lui dira si c'est viable ou non. Pour qu'il en fasse... Quelque chose. Un dessin ? Une chanson ? Il ne sait pas trop, à vrai dire. Il lâche des mots, comme ça, sans vraiment y penser, sans même être sûr qu'il leur donnera suite... Et puis comme ça, pas besoin de gâcher tes sous ! Tu aurais tout avant tout le monde !
Mai 2000
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1293 Gallions : 401 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Keir & Hope

Freaking out ~ I’m in the clouds, no coming down
Il y a quelque chose de touchant, d'émouvant dans la timidité, la peur qui anime Keir. Il a un petit côté qui donne envie de le couver sous son aile tel un poussin chétif. Je ne saurais dire d'où me vient cette envie de rendre sa vie plus douce mais elle est bien tenace au plus profond de mon cœur Je voudrais le voir sourire, profiter des petits bonheurs de l'existence. Oh oui comme je le voudrais et je crois que je pourrais donner tout ce que j'ai en terme de gratitude, de générosité et de reconnaissance à la personne qui saura se faire une place au côté du jeune homme. Je n'aime pas sentir qu'il n'a que peu d'estime pour lui-même. Je ne me lasserais pas de l'écouter, je ne le pourrais jamais. Il est le seul à m'avoir fait rêver éveillée, à avoir mis des images dans ma tête qui me font miroiter des merveilles à n'en plus finir. Je voudrais pouvoir lui montrer un aperçu de mon esprit, de son embrasement rien que par ce qu'il a bien voulu partager avec moi qui semble pourtant n'être qu'un aperçu. Je ne trouve pas vraiment les mots pour exprimer ce que j'éprouve à son contact car j'ai la sensation que la seule manière de pouvoir lui faire comprendre serait d'inventer un langage nouveau et plus exotique. « Je ne me lasserais pas. Tu peux me faire confiance. » Mon sourire est timide, mon regard est doux. Il est impossible de douter que je crois en mes mots. Il peut me faire tout oublier. Il a su le faire. Je voudrais le remercier mais comment? Je n'en ai pas la moindre idée. Il m'apaise comme nulle autre. Je n'éprouve aucune ambiguïté dans mes sentiments pour lui. Je suis son amie. Il est le mien. Je ne veux rien de plus que pouvoir savourer la béatitude de se retrouver enfin. J'ai attendu ce moment où nous pourrions discuter sans que cette ombre ne gagne son regard. J'ai espéré pouvoir enfin sentir qu'il ne craint pas que je lui fasse de mal. J'ai l'impression d'avoir réussi l’ascension de la plus haute montagne du monde en percevant son air détendu. Je ressens un profond et sincère sentiment d'accomplissement. Je me sens plus légère alors que mon cœur semble flotter sur un nuage de plénitude. Il sent que les choses peuvent évoluer vers du positif en fin de compte donc il ne faut jamais perdre espoir. Je soupire un peu et étends mes jambes devant moi pour délier mes muscles alors que je suis plus sereine, je me sens plus libre de mes mouvements en craignant moins de lui faire peur à chaque geste porté à envahir son espace personnel.

Je laisse mon regard s'échapper sur le lieu un instant. Je fixe les couleurs avec un bonheur non dissimulé. Je reviens rapidement vers Keir surprise par sa question. Je lui souris doucement hochant la tête de haut en bas. « Je ne suis pas sûre que je serais à la hauteur mais je pourrais essayer. Puis si tu détestes, tu auras pas à craindre de me vexer en me le disant. » Je perçois son hésitation, ses doutes quand il poursuit sur sa lancée. Je les ressens comme s'ils flottaient dans l'air qui nous entoure. Je voudrais pouvoir venir saisir sa main et la serrer pour le rassurer. Je voudrais même lui faire un câlin mais la peur tapie au fond de moi stoppe mon geste dans son élan tandis que ma main retombe sur ma jambe. Je lui souris, j'essaie d'avoir un regard porté à le rassurer. Je tente de le réconforter avant de sourire surexcitée que mon idée pourrait vraiment le tenter. « Je serais tellement honorée et heureuse de pouvoir être celle qui recueille tes récits et t'aide à en faire le tri. Puis j'écrirai tout pour que tu aies plus facile le jour où tu sauras précisément quoi en faire. Keir, je veux te soutenir parce qu'à mes yeux, tu es... mon ami. Je donnerais tout pour mes amis proches et je trouve que c'est une bonne idée. Je ne veux pas te l'imposer. Je ne veux pas non plus que tu te sentes forcé. Je sais que moi je serais prête à payer pour t'écouter. Je le ferais. Oui je le ferais parce que je veux pas que tu perdes inutilement ton temps avec moi. » Mon regard exprime une certaine incertitude. Je doute non pas de lui mais de moi. Je n'ai rien à lui apporter au fond. Je me dis que même s'il n'avait pas subi si lourdement le poids de la guerre, il aurait eu toutes les bonnes raisons du monde de fuir le rat de bibliothèque que j'ai toujours donné l'image d'être. Je réalise qu'il doit se sentir pris au piège par mon enthousiasme et me dire que c'est une idée alors que sans doute il ne songe pas réellement lui donner vie. « J'achèterais quand même ce peu importe quoi car ce serait un investissement qui en vaut la peine à mes yeux. Mais avant tout, c'est à toi de le vouloir. Je veux pas que tu te sentes obligé de me dire que c'est une idée. Tu peux me dire que je suis chiante. » Je souris et ris même un peu. Je ne veux pas devenir lourde. Je veux juste lui changer les idées et au moins je crois que j'y arrive donc même si ça ne mène nul part, je suis fière de moi.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________

❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you - you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.

Revenir en haut Aller en bas
Keir D. Lowe
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : 1e année GISIS zoomagie
Célébrité : PJ Liguori
Pseudo : Zire Âge : 23 Parchemins : 212 Gallions : 304 Date d'inscription : 01/05/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1712-keir-your-body-is-no-more-than- http://www.mumblemumps.com/t1713-keir-there-s-not-much-to-do-when-your-friends-are-all-fish http://www.mumblemumps.com/t1894-keir-everyone-has-a-chapter-they-don-t-read-out-loud http://www.mumblemumps.com/t2074-journal-de-zire


Freaking Out
hope scott & keir lowe
Keir voit cette main qui commence à se tendre dans sa direction et ses yeux s'écarquillent légèrement alors que son regard ne lâche pas un instant ces doigts qui finissent par retomber contre la jambe de la Serdaigle. Il a senti, même brièvement, cette coupure dans sa respiration, ce battement de cœur manqué, cette boule dans sa gorge qui disparaît aussi rapidement qu'elle est apparue. Même en se faisant à la situation dans laquelle il est, même en se laissant se détendre un peu, il ne peut s'empêcher d'analyser le moindre mouvement. Il déglutit, essayant de se concentrer davantage sur ce sourire que la jeune femme lui offre. Ça va aller. Je serais tellement honorée et heureuse de pouvoir être celle qui recueille tes récits et t'aide à en faire le tri. Puis j'écrirai tout pour que tu aies plus facile le jour où tu sauras précisément quoi en faire. Elle semble réellement, honnêtement enthousiaste à l'idée qu'il puisse lui conter tout ça. Qu'il se lâche, qu'il s'exprime sur ce qui lui occupe l'esprit, sur ce qu'il imagine, et qu'elle lui en fasse un retour. Keir, je veux te soutenir parce qu'à mes yeux, tu es... mon ami. Le terme lui arrache un sourire touché, et il baisse la tête, doucement. Je donnerais tout pour mes amis proches et je trouve que c'est une bonne idée. Je ne veux pas te l'imposer. Je ne veux pas non plus que tu te sentes forcé. La bouche entrouverte, il est à deux doigts de l'interrompre, d'intervenir pour lui dire que s'il a proposé l'idée, c'est que ça va, qu'il ne se sent pas forcé. Mais avec son comportement de ces derniers mois, avec le fait qu'aujourd'hui soit le premier jour où ils se reparlent réellement, pour de vrai, il comprend d'où peut venir son doute. Alors il se tait, il la laisse continuer. Je sais que moi je serais prête à payer pour t'écouter. Je le ferais. Oui je le ferais parce que je veux pas que tu perdes inutilement ton temps avec moi. Non, c'est pas... inutile ! Ses mots s'échappent brusquement de sa bouche, son visage honnête, ses mèches dansant sur son visage alors qu'il nie de la tête. Il n'a pas l'impression de perdre son temps. Quand il s'acharne, encore et encore, sur une potion qu'il n'arrive de toute façon pas à finir correctement, il a l'impression de perdre son temps. Quand il planchait sur l'un de ses cours d'histoire de la magie alors qu'aucune date ne voulait rentrer dans sa tête, il avait l'impression de perdre son temps. Là, échanger avec Hope sur ce qu'ils ont tous les deux en tête quand ils cherchent à s'échapper, ça n'a à ses yeux rien d'une perte de temps. C'est une découverte, une redécouverte.

J'achèterais quand même ce peu importe quoi car ce serait un investissement qui en vaut la peine à mes yeux. L’Écossais doute réellement d'une telle chose, son expression exprimant clairement que s'il apprécie la remarque, il n'est pas convaincu de la véracité de la chose, mais il ne dit rien. Mais avant tout, c'est à toi de le vouloir. Je veux pas que tu te sentes obligé de me dire que c'est une idée. Tu peux me dire que je suis chiante. Tu n'est pas... Pas chiante, rassure toi. C'est gentil, ce que tu dis. Merci. Il replace ses quelques mèches décalées, se libère un peu la vue, en profite pour frotter distraitement cet endroit qui le gratte sur sa pommette. Son autre main sur le sol, il change de position, reposant ses fesses sur le sol pour venir replier ses jambes contre son torse et appuyer son menton sur ses genoux. Ça n'a, cette fois, rien de défensif. Il se contente d'entourer ses mollets de ses bras, ses doigts attrapant ses coudes pour bloquer le tout et le stabiliser, un soupir s'échappant de sa poitrine, son livre abandonné à côté de lui. Ça me fait plaisir de discuter avec toi. Il retient à peine un « ça faisait longtemps », parce qu'il sait que ça, ça vient de lui. Et qu'il ne veut pas voir son regard face à de pareils mots. Il faudrait qu'on.. Décide d'un rendez-vous, toutes les... Je sais pas, deux semaines ? Toutes les semaines ? Pour discuter, voir ce qui ressort. On pourrait aussi voir ce qui t'inspire, ça peut être sympa. Enfin, je crois. Il a envie de pousser la créativité, chez lui, chez les autres.
Mai 2000
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1293 Gallions : 401 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Keir & Hope

Freaking out ~ I’m in the clouds, no coming down
La vie ressemble parfois à une prison dont on ne peut pas réellement se libérer. Notre esprit lui même est parfois comme une prison nous gardant captif de nos démons sans nous permettre de nous en libérer et juste renaître. Je doute que Keir soit heureux d'avoir autant de mal à envisager la présence des autres comme autre chose qu'une menace. Je pourrais presque lire les regrets dans son regard de réaliser que même si je respecte les distances depuis le tout début, le moindre geste est perçu comme une menace, une intrusion dans son univers. Je voudrais prétendre que ça ne me fait pas de peine du tout mais ce serait un mensonge. Mais je ne lui en veux pas car il n'y peut tout simplement rien. Je réalise que d'une certaine manière, je peux m'estimer heureuse que mon sang n'aie pas été « impur » aux yeux du Mage Noir. Je n'ai pas eu à craindre pour ma vie ou celle de mes proches à chaque instant. Mais j'ai eu peur pour celle de ceux que je côtoyais depuis cinq ans. Je me sens demandée plus d'une fois combien y resteraient, seraient compter au rang des victimes. À chaque fois que je pensais à ceux qui avaient perdu la vie pendant cette guerre, je ne pouvais lutter contre la peine surtout quand le souvenir de Zoella remontait à la surface. Je me souvenais des doutes quant à son destin et la confirmation tragique que non jamais elle ne reviendrait avec les milliers de questions. Certains avaient été torturés, certains avaient connu le désespoir et je ne pouvais même pas me dire que les morts avaient péri sans souffrance extrême. Je pouvais tellement comprendre la peur qui devait animer le Poufsouffle et je la respectais même si au final, avoir la vie sauve ne signifiait pas que nous n'avions pas payé un prix bien amère pour cela.

Mais je dois avouer que la manière dont il semble fuir les contacts humains a fait naître un doute en moi sur ce que je pourrais bien lui apporter alors j'essaie simplement de me faire la plus petite possible, de ne pas trop lui imposer ma présence ou mes idées ou ma conversation. Je n'imagine pas que je puisse lui apporter quoique ce soit et ses mots qui semblent sortis de sa bouche trop vite, trop brusquement pour ne pas être simplement sincères me font sourire. Alors il n'a pas l'impression de perdre son temps avec moi? Un peu d'espoir vient éclairer mon regard. La manière dont il dénie me rassure. Je me détends légèrement avant de murmurer comme si un simple mot pouvait réellement exprimer l'apaisement qu'il me procure. « Merci. » Il y a bien plus dans ces deux syllabes mais je ne veux pas m'enflammer non plus. Je le sens lentement s'ouvrir à moi et je ne le sens plus prêt à s'échapper. Je ne tente plus de pénétrer dans sa bulle alors que nous sommes assez éloignés loin de l'autre pour que je ne viole pas son espace mais aussi assez proches pour que ça aie quelque chose de naturel dans notre échange. Je ne me sens plus comme une intruse dans son univers qui ferait mieux de reculer et je m'apaise complètement n'analysant plus autant chacun de mes gestes, de mes mots. Je rougis gênée alors qu'il me rassure à nouveau. « Ça m'enchante de pouvoir parler avec toi aussi librement sans passer pour une folle. » Je craignais que nous n'ayons plus jamais la chance d’échanger lui et moi. J'en éprouvais de la peine mais jamais je ne lui avouerai pour la simple raison que je ne suis pas d'un tempérament à faire des reproches. Je suis toujours aussi surprise qu'il envisage sérieusement mon idée et craignant qu'il ne se rétracte, je hoche rapidement la tête de haut en bas. « Je suis certaine que oui ce sera sympa. Je serai pas trop envahissante comme fille promis. Puis on suivra ton rythme. Alors je suis certaine que ce serait un bon moment et on peut dire toutes les deux semaines mais si on se rend compte qu'il y a trop à en dire, on pourra toujours rapprocher les rencontres. » Je voudrais le serrer dans mes bras ou lui faire un bisou sur la joue mais je reste sagement à ma place le regard brillant. Je me sens surexcitée par cette perspective. Je ne lutte pas contre l'élan de joie qui me gagne. « Tu as une telle créativité, une âme d'artiste et je t'admire pour cela. Tu es une personne intéressante aux nombreuses ressources et je suis certaine que ça finira par bien aller pour toi. » Je sais que des mots ne peuvent pas vraiment rendre confiance en la vie mais au moins il sait que certaines personnes croient en lui.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________

❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you - you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
Freaking out • Hori
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I'm just freaking out {Logan}
» Hori-san to Miyamura-kun
» If you die I will literally go out of my freaking mind. {Kélia&Thomas}
» 02. It's freaking 4 am
» ♦ First Meeting [Rikku & Gengo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Elsewhere :: flashback-
Sauter vers: