Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 6
La version six est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'anniversaire du forum et la rentrée, venez fêter avec nous !
Découvre tout ici
Joyeux anniversaire !
Mumblemumps vient de souffler sa première bougie. Venez la célébrer avec nous !
Plusieurs animations ont été mises en place pour festoyer comme il se doit !
Jette un oeil aux animations !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Hey there, Juliet (Liura II)

Lionel Lemaire
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : première année en politique magique, rugit son appartenance à la maison des lions.
Célébrité : robbie wadge, le magnifique
Pseudo : Prim Âge : 21 Parchemins : 1294 Gallions : 421 Date d'inscription : 03/01/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

hey there, juliet
lionel & sakura
I swear that every word you sing, you wrote them for me like it was a private show, but I know you never saw me when the lights come on and I'm on my own, will you be there to sing it again, could I be the one you talk about in all your stories ?

Deux semaines auparavant
Il est dans la boutique en train de grimacer devant les vitrines. « Ils appellent ces conneries des macarons. » répétait-il pour la centième fois en regardant ces horreurs. Il tentait de chercher de l’aide en regardant de manière insistante les autres clients, mais ceux-ci se contentent de prendre leurs distances de ce jeune homme un peu étrange. Il fallait dire que les pâtisseries ne ressemblaient en rien à celles qu’il connaissait. Loin de leurs couleurs claires habituelles, elles arboraient des teintes monstrueuses, avec de la fourrure, des pois de toutes les couleurs, des poils de toutes les couleurs et des écailles. La grimace de Lionel semble manifeste ; le pâtissier le regarde en éclatant de rire. S’approchant de lui, il essuie ses mains sur son tablier. Dans la cuisine, les cuillères continuent de mélanger le contenu des bols sans qu’il n’ait à faire quoi que ce soit. « Beauxbâtons, n’est-ce pas ? » Le brun secoue la tête. Il montre sa cravate en faisant un grand sourire. Il n’était pas fier de sa maison, mais cela ne l’empêche pas de déclarer avec assurance : « Gryffondor maintenant. » Il fallait cesser de se catégoriser. Maintenant, les écoles n’avaient plus leur importance, tous et chacun d’entre eux venaient du château.  

« Je viens commander un gâteau pour l’anniversaire de mon amie. Il faut qu’il soit rose parce qu’elle aime beaucoup le rose, mais aussi, qu’il puisse jouer de la musique, peu importe comment, cela n’importe pas. Il doit aussi y avoir des macarons, et qu’il goûte un peu le thé macho, mais pas trop le thé macho. » Le boulanger semble se retenir pour ne pas éclater de rire. « Le thé matcha ? » le corrige-t-il. Lionel se sent rougir jusqu’à la racine des cheveux. « C’est ce que je voulais dire. » s’empresse-t-il de dire. « Évidemment. » de dire le boulanger, sans approfondir la discussion. Il prend les notes avant d’avoir un petit sourire. « Elle est chanceuse, ton amie. » Lionel hoche la tête. Il espérait quand même qu’elle accepte de venir avec lui ; sinon, son gâteau au thé matcha, il allait devoir le manger seul.

Aujourd’hui (11 juin 2000)
Assis sur une souche, le jeune homme attend que tout le monde ne quitte le village. La boîte de gâteau est sur ses genoux. Il l’ouvre doucement pour le regarder. Juste assez grand pour deux personnes, sur le dessus se trouvait des fraises et des macarons. La génoise était au thé. « Un mélange parfait de deux cultures » comme l’aurait si bien dit le boulanger sans même se douter à quel point il avait raison. Lionel espérait vraiment que cela plairait à Sakura. Il tenait à ce que cette soirée ne fasse partie de ses plus mémorables. Comme il le lui avait dit, on ne fêtait sa majorité qu’une seule fois dans le monde sorcier et il ne savait pas s’il serait encore là pour fêter sa majorité dans le monde moldu. Il tenait peut-être aussi à fêter l’anniversaire de la jeune femme pour oublier qu’il n’avait pas pu fêter le sien cette année ; il trouvait cela étrange que cela le rendait aussi heureux de la voir aussi heureuse, mais en même temps, la sensation n’était pas si désagréable.

Une fois que tout le monde est parti, le lion se lève, sort de sa cachette. Il range sa cravate dans son sac. Il porte un pantalon ordinaire, une chemise, des bottes recouvertes de terre, beaucoup mieux habillé qu’il ne l’était habituellement. La température était assez chaude pour qu’il ne puisse pas porter de cape ; rien dans sa tenue ne laissait présager qu’il était un étudiant. C’était ce qu’il fallait pour ne pas se faire prendre, ainsi pourrait-on le prendre pour un habitant du village.

Lionel se dirige vers la Tête de Sanglier. Il entre dans le bar miteux sans porter attention aux regards qui se posent vers lui. Un peu plus loin, il voit l’Asiatique, en compagnie de sa couleuvre. Celle-ci ne cesse de susurrer à l’oreille de la jeune femme en lui demandant des nouvelles de son dernier spectacle. Se retenant pour ne pas éclater de rire, le jeune homme regarde ce spectacle en souriant. Il secoue la tête, se faufile un chemin entre les gens et attrape la main de Sakura : « J’espère que tu ne m’as pas trop attendu. » La fête allait pouvoir commencer. Tenant toujours la main de la demoiselle, il la fait sortir du bar. Une fois devant celui-ci, il lui fait un sourire en lui tendant la boîte. « Joyeux anniversaire. » Passant sa main sur son épaule, il la dirige vers un endroit où il y aurait une meilleure ambiance.

Il passe la porte des Trois Balais et les voix animées se font entendre autour d’eux ; il y avait beaucoup plus de vie en soirée que durant les après-midis. Il y avait aussi des boissons différentes, mais le lion ne voulait pas commencer par cela tout de suite. Il demande une table pour deux. Un peu à l’écart des autres, sans l’être tout à fait, le jeune homme commande deux rhum-groseille. « Ça va aller avec le gâteau. » sourit-il en montrant la boîte blanche. « Fraise et thé macho… matcha. » corrige-t-il aussitôt, tentant d’éclaircir la dernière voyelle. Piteux, il se gratte le derrière de la tête, souriant pour garder la face. Franchement, il était ridicule.


Made by Neon Demon

_________________
darkness is your candle.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sakura Swanson-Okada
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : 7e année
Célébrité : Masaki Sato
Pseudo : Estelle ⊹ .sparkle Âge : 26 Parchemins : 302 Gallions : 185 Date d'inscription : 28/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1519-sakura-i-m-famous-it-s-my-job http://www.mumblemumps.com/t1523-sakura-don-t-mess-with-me http://www.mumblemumps.com/t1635-sakura-laissez-un-message-apres-le-bip http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Sakura & Lionel
Hey there, Juliet
Quelques jours plus tôt, Sakura avait reçu une lettre de Lionel. Son cœur avait fait un bon quand elle comprit qui était celui qui lui avait écrit, elle aurait presque sautillé dans tout le dortoir si Lou n’était pas en train de lire et qu’elle n’avait pas peur de se faire à nouveau crier dessus à cause de ses gamineries. Sakura avait dû attendre de se calmer pour continuer à lire les mots de son prince français. Lionel lui parlait de son anniversaire, et rien que le fait qu’il s’en soit souvenu, lui faisait énormément plaisir. Comment aurait-il pu ne pas s’en souvenir ? Elle n’arrêtait pas de le mentionner parce qu’elle espérait qu’il le lui souhaite. Elle voulait passer du temps avec lui ce jour-là. Peu importe ce qu’elle avait prévu, elle répondit à Lionel qu’elle s’arrangerait pour lui. Elle lui avait d’ailleurs répondu sans attendre. Sakura relut la lettre des dizaines de fois ce jour-là. C’était un poète, Lionel. Il devrait écrire les paroles de ses chansons. Elle attendait avec impatience la réponse. Et quand elle arriva, elle fut encore plus ravie d’avoir une lettre plus longue. Écrire des lettres, ce n’était pas le fort de Sakura, mais en recevoir lui faisait terriblement plaisir. Elle eut le sourire jusqu’aux oreilles en lisant ses mots. Et elle ne pouvait pas être plus impatiente de passer une soirée en compagnie de son Lionel. La veille de son anniversaire, jour de sortie à Pré-au-Lard, Sakura s’était réveillée toute excitée. Elle fut la première levée, la première à aller se préparer, la première à frapper à la porte du dortoir de GISIS et à entrer quand elle n’eut aucune réponse. Sakura se dirigea vers le lit de sa meilleure amie, qui dormait toujours. Elle patienta, attendant qu’elle se réveille. Mais attendre sans rien faire, ce n’était pas son fort. Alors elle grimpa sur le lit pour s’allonger derrière Brooke et lui faire un câlin. Cette dernière finit par se réveiller, elle serra Sakura dans ses bras à son tour. Brooke était toujours d’une douceur incroyable avec elle, Sakura ne pouvait pas rêver d’une meilleure amie meilleure. Quand elle fut bien réveillée, Sakura lui demanda des conseils sur sa tenue. Brooke savait déjà depuis quelques jours le plan de Lionel, sa meilleure amie lui en avait tout de suite fait part. Elle lui dit que c’était parfait. Sakura portait une robe printanière, le haut était blanc, simple, le bas était imprimé de fleurs rouges, roses et dorées. Une ceinture séparait harmonieusement les deux parties de la robe et marquait sa taille. Elle avait prévu un cardigan au cas où il faisait froid en soirée. Autour du cou, elle portait toujours le collier offert par Kaho. Elle était prête, il ne lui restait plus qu’à passer la journée en compagnie de Brooke à Pré-au-Lard et à attendre.

Un peu plus tard dans la soirée, Brooke abandonna Sakura devant la Tête de Sanglier. La Japonaise était à peine entrée dans le bar que les regards se tournèrent vers elle. Elle ne portait plus son uniforme de Poudlard, mais avec sa jolie robe fleurie et son air innocent, elle n’avait pas du tout la tête du client de base. Elle les défia du regard avec audace. Personne n’osa rien lui dire, surtout quand elle fût bientôt rejointe par une couleuvre, peu après s’être installée à une table. « Bretka ! » S’exclama-t-elle en regardant le serpent de Lionel, droit dans les yeux et en lui souriant. Le Gryffondor l’avait prévenue, Bretka serait là pour lui tenir compagnie. Sakura espérait quand même que son ami arrive très vite. « Comment tu trouves ma robe, Bretka ? Elle va plaire à Lionel ? » Dit-elle à la couleuvre, avec un clin d’œil. Le serpent se mit à siffler et bien sûr, Sakura ne comprit rien de sa réponse. Mais elle était sûre qu’elle l’aimait elle aussi. Avec Bretka, Sakura se sentait plus rassurée. Quand on lui demanda si elle voulait commander quelque chose, elle dit qu’elle attendait un ami. Elle espérait que ce n’était pas dans ce bar que Lionel voulait passer la soirée. « Lionel m’a dit que tu lui parlais des Midnight Motion. Je croyais t’avoir dit que c’était un secret entre nous, nos petites conversations. » Rouspéta gentiment Sakura avant de se mettre à sourire. Un jour, la brunette était tombée sur Bretka et lui avait longuement parlé de ce qui lui manquait, comme son groupe. Elle avait été heureuse d’apprendre que Bretka s’y était vraiment intéressée. Sakura avança sa main vers la couleuvre pour qu’elle s’enroule entre ses doigts et puisse glisser où elle avait envie de se glisser. Elle rigola quand Bretka lui chatouilla le cou en venant lui siffler à l’oreille. Elle était si amusée par sa nouvelle amie rampante qu’elle n’avait pas vu Lionel arriver. « J’espère que tu ne m’as pas trop attendu. » Dit-il à Sakura en lui prenant la main. Le cœur de Sakura se mit à battre quand elle l’aperçut. Il était encore plus beau et plus cool que d’habitude, si c’était encore possible. Elle semblait avoir ce genre de pensées à chaque fois qu’elle le croisait dans les couloirs du château. « J’étais bien accompagnée. » Répondit-elle en faisant référence à Bretka, toujours logée dans son cou. Lionel l’entraîna à l’extérieur du bar. Elle fut toute émue quand il lui donna une boite. « Joyeux anniversaire. » Sakura lui dit merci, puis il passa son bras autour de ses épaules. Bretka en profita pour passer de Sakura à son ami et alla siffler à ses oreilles cette fois. La Japonaise regarda la boite en se demandant ce qu’il y avait dedans. Lionel les emmena aux Trois Balais.

Une fois dans le bar qu’elle connaissait mieux, elle se sentit plus à l’aise. Il y avait du monde, elle se demandait si on n’allait pas les reconnaître et les dénoncer. Lionel demanda une table pour deux. Ils s’installèrent à la table et Sakura déposa la boite face à elle. Lionel leur commanda deux rhum-groseille, elle sourit. Elle n’aurait 17 ans que le lendemain, mais si personne ne vérifiait son âge, car elle n’était plus censée être à Poudlard si elle était encore là, elle pourrait goûter pour la première fois à de l’alcool. « Ça va aller avec le gâteau. Fraise et thé macho… matcha. » Elle ne releva pas l’erreur de prononciation, elle était fascinée par cette attention. Elle avait très envie de découvrir à quoi ressemblait le gâteau, alors elle se permit d’ouvrir la boite pour y jeter un coup d’œil. Elle avait eu raison de faire attention à ne pas secouer la boite. Quand elle ouvrit la boite en carton, une petite musique d’anniversaire s’en échappa. Elle n’était pas très forte, assez pour qu’ils l’entendent, mais elle ne dérangerait personne. Décoré de fraises et de macarons, le gâteau était dans les tons roses. « Il est parfait. » Dit-elle les yeux brillants. Elle releva la tête vers Lionel pour lui sourire. Lui aussi, il était parfait à ses yeux. Si Sakura fêtait à 17 ans, sa majorité dans le monde des sorciers, elle était encore loin de l’atteindre au Japon, où dans le monde moldu, l’âge de la majorité était fixé à 20 ans. Au contraire, en Angleterre, il ne lui resterait qu’un an à attendre avant d’être majeure aussi chez les moldus. « Je n’ai jamais bu d’alcool... si on ne compte pas la bièraubeurre. » Dit-elle à moitié fièrement, à moitié honteusement parce qu’à son âge, la plupart des élèves avaient déjà bu. Elle, à Durmstrang ou au Japon, n’en avait jamais fait l’expérience. Et à Poudlard, même si on lui avait proposé une ou deux fois, elle s’était dit qu’elle voulait encore attendre un peu. Au Japon, à la majorité, il était de tradition de boire son premier verre d’alcool lors de la cérémonie de passage à l’âge adulte. Elle comptait bien faire pareil à sa majorité sorcière. « Tu savais qu’au Japon, les moldus ne sont majeurs qu’à 20 ans ? » Sakura était heureuse d’être majeure avec toutes ses amies de son groupe, même si à leurs yeux elle ne l’était pas.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Lionel Lemaire
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : première année en politique magique, rugit son appartenance à la maison des lions.
Célébrité : robbie wadge, le magnifique
Pseudo : Prim Âge : 21 Parchemins : 1294 Gallions : 421 Date d'inscription : 03/01/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

hey there, juliet
lionel & sakura
I swear that every word you sing, you wrote them for me like it was a private show, but I know you never saw me when the lights come on and I'm on my own, will you be there to sing it again, could I be the one you talk about in all your stories ?

Il est véritablement un imbécile. Il tente de cacher sa honte en détournant le regard alors qu’il sait que ses joues parleront pour lui, lui murmureront des taquineries même s’il tente de rester silencieux ou de prétendre que tout va bien. Le visage rouge n’a pas besoin du moindre mot. Avec éloquence, il témoigne de l’embarras de son propriétaire. Le lion, assis sur sa chaise, regarde la demoiselle en face de lui contempler le gâteau, comme si elle venait de voir la plus belle chose au monde, et pendant un moment, il la trouve belle avec ce bonheur. S’il avait coûté cher, il en aurait au moins valu la peine. De toute façon, il aurait été impossible pour lui de prétendre qu’il l’avait oublié ; la jeune femme s’était fait un devoir de s’assurer de lui rappeler son anniversaire, à toutes les heures de la journée, à chaque fois qu’ils avaient du temps libre ou que leurs chemins se séparaient, lors de l’heure du repas.

Elle lui dit que le gâteau est parfait. Sa voix sonne douce, pas japonaise, pas complètement anglaise non plus, un peu comme la sienne peut-être, la voix du lion qui n’était ni complètement française, ni complètement de ses autres origines, quelles qu’elles soient. Lionel sourit. Peu importe d’où il lui vient, son passé parisien venait de lui servir à quelque chose d’autre que de se faire frapper par des brutes épaisses venant de l’autre bout de la planète. Les yeux de la demoiselle brillent. C’est un beau sentiment que celui de savoir que l’on est responsable du bonheur de quelqu’un ; c’est quelque chose qu’il n’avait pas ressenti depuis un bon moment. Il pourrait s’habituer.

Alors, Sakura lui avoue ne jamais avoir bu d’alcool. Lionel hoche la tête, mais intérieurement, il est un peu surpris, par la suite, il se rabroue un peu pour avoir commandé des verres sans avoir pris la peine de réfléchir à deux fois. Dans sa tête, c’était totalement normal, mais ce ne l’était pas, ce ne l’était pas de boire ou de fumer avant la majorité, de contourner toutes les règles qui séparaient encore le peu d’adolescence qu’il leur restait de l’âge adulte. Trop de gens le faisaient ; il pensait notamment aux Yordanov qui devaient faire tourner à eux deux l’industrie de la nicotine et des autres herbes, sans parler de celui de la boisson. Même lui, qui n’était pourtant, pas quelqu’un de méchant ou de mauvais avait bu bien avant la majorité ; il avait probablement bu sa première bière à treize ans. Probablement, il ne se souvenait pratiquement plus de rien, mais il savait que le jour de sa première cuite, il avait été trop jeune, bien trop jeune et que c’était complètement soûl, qu’il avait couché avec une fille pour la première fois. Il emporterait ce secret dans sa tombe.

Tentant de ne pas songer à la déchéance, Lionel arrange le col de sa chemise. Sakura portait une belle robe fleurie ; il devait lui faire honneur. Elle lui demande s’il savait que la majorité japonaise était à la vingtaine. Lionel secoue la tête. Il ne connaissait pas vraiment les coutumes étrangères. Il avait passé sa vie à vanter Clermont sans chercher à voir plus loin que le bout de son propre nez : « Je sais que celle américaine est à 21 ans. Cela aurait pu être pire ! » Il dit cela d’un ton encourageant, comme pour rassurer la jeune femme en lui disant que ce n’était pas si pire que cela. Cette information, il la tenait de Fortune qui lui avait raconté, dans un anglais de rue, un peu difficile à comprendre, tout ce qu’il y avait à savoir sur l’Amérique. Heureusement, il n’avait pas besoin de lui répondre grand-chose ; il suffisait de laisser la demoiselle discourir sur sa nation. Lionel tend la main vers les verres. Il les place au centre de la table, un à côté de l’autre. Leur couleur rouge ondule sous les lumières vespérales.

« Nous ne sommes pas obligés de boire maintenant. Attendons minuit. Comme cela, ce sera vraiment le jour de ton anniversaire. Ce n’est pas la majorité japonaise, mais c’est la majorité sorcière. Tu peux bien te permettre de la célébrer. » Il aurait attendu le bon jour, normalement, mais malheureusement, la fête de la jeune femme tombait un lundi. C’était soit aujourd’hui, soit dans deux semaines. Le jeune homme avait préféré la faire à l’avance. Au moins, il ne risquait pas d’oublier.

Il regarde sa montre. « Il nous reste… encore un bon moment. » Il rit. Il continue alors, toujours plein d'entrain, évaluant les possibilités. « Nous pouvons couper le gâteau si tu veux. Ou nous pouvons faire la conversation. C’est toi qui décides. Tu es la fille d’anniversaire. » lui dit-il, en français. C’est beaucoup moins éloquent que le traditionnel birthday girl.

Dans la poche du jeune homme, se cachent deux bougies.

Made by Neon Demon

_________________
darkness is your candle.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sakura Swanson-Okada
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : 7e année
Célébrité : Masaki Sato
Pseudo : Estelle ⊹ .sparkle Âge : 26 Parchemins : 302 Gallions : 185 Date d'inscription : 28/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1519-sakura-i-m-famous-it-s-my-job http://www.mumblemumps.com/t1523-sakura-don-t-mess-with-me http://www.mumblemumps.com/t1635-sakura-laissez-un-message-apres-le-bip http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Sakura & Lionel
Hey there, Juliet
« Je sais que celle américaine est à 21 ans. Cela aurait pu être pire ! » Répondit Lionel à Sakura quand elle lui parla de la majorité japonaise à l’âge de 20 ans. Sakura se mit à rire. C’est vrai, cela aurait pu être pire. Pour elle, être majeure ou non n’avait pas tellement d’importance. En réalité, la jeune fille n’aimait pas beaucoup grandir et plus elle prenait de l’âge, plus elle s’inquiétait pour son avenir. Mais ce soir, elle n’était pas là pour s’inquiéter. Leurs verres arrivèrent et Lionel les plaça au centre de la table. Ils étaient bien rouges, ces verres. Elle aimait la couleur. Elle avait envie d’y goûter, même si elle n’était pas certaine d’aimer. Elle était curieuse. Elle patienta sagement. Il dit alors : « Nous ne sommes pas obligés de boire maintenant. Attendons minuit. Comme cela, ce sera vraiment le jour de ton anniversaire. Ce n’est pas la majorité japonaise, mais c’est la majorité sorcière. Tu peux bien te permettre de la célébrer. » Lionel était adorable de bien vouloir attendre qu’elle n’atteigne réellement sa majorité. Elle lâcha alors les verres du regard pour reporter son attention sur le Gryffondor. Ils attendraient minuit. Elle avait très hâte de célébrer son anniversaire avec lui. Elle se demandait s’ils arriveraient réellement à rester jusqu’à cette heure-là sans qu’on ne vienne les chercher ou sans qu’on ne se rende compte qu’ils étaient des élèves du château. Lionel regarda sa montre. Sans voir l’heure, Sakura savait déjà qu’il restait encore du temps avant minuit. « Il nous reste… encore un bon moment. » La jeune fille acquiesça. Ils ne toucheraient donc pas à ces verres pour l’instant. Mais peut-être qu’ils pouvaient commander autre chose en attendant ? Sinon, ils allaient avoir soif. « Nous pouvons couper le gâteau si tu veux. Ou nous pouvons faire la conversation. C’est toi qui décides. Tu es la fille d’anniversaire. » En effet, même si ce n’était pas encore tout à fait son anniversaire. Sakura pouvait décider de ce qu’ils allaient faire par la suite. Tout d’abord, elle décida de regarder une nouvelle fois le gâteau avant qu’ils ne le coupent. « J’aurais tellement voulu faire une photo de ce joli gâteau. Je l’aurais mis sur mon blog pour que tout le monde l’admire. Mais en ce moment, je n’ai ni appareil photo, ni blog. Je vais graver cette image dans ma tête. » Sakura mit ses deux mains devant elle, formant une sorte d’appareil photo avec ses doigts avant de mimer un clic. Puis, elle se tourna vers Lionel et prit une fausse photo de lui aussi. L’avantage de ne pas réellement avoir de quoi prendre des photos était qu’il n’y avait aucune preuve qu’elle passait beaucoup de trop de temps avec un garçon. « Celle-là, je l’aurais pas mis dans mon blog, mais je l’aurais gardée près de moi. » Dit-elle en parlant de la photo de Lionel qu’elle aurait prise. Il était beau Lionel. Toutes les filles seraient jalouses de la voir passer du temps avec ce français. Quant à ses fans masculins, elle préférait ne pas y penser. « Maintenant, on peut le couper. J’ai très envie de voir à quoi il ressemble à l’intérieur. Je suis sûre qu’il est super bon ! » Comme c’était l’heure du repas, elle avait aussi faim et avait hâte d’en manger une part. Sakura laissa Lionel s’occuper du découpage du gâteau. Pendant ce temps-là, elle appela un serveur pour qu’ils apportent deux boissons sans alcool. Pour elle, elle avait pris un jus de pomme. Quand elle se tourna à nouveau vers Lionel, il y avait deux bougies sur le gâteau. Sakura eut un gros sourire jusqu’aux oreilles. Il avait pensé à tout.

« Tu voudrais bien me chanter joyeux anniversaire ? » Demanda-t-elle avec un petit sourire coquin et des yeux suppliants. Elle avait hâte d’entendre sa voix lui chanter cette chanson, même si c’était à voix basse pour ne pas attirer l’attention de tout le pub. Des anniversaires avec Lionel, elle en voulait tous les jours. Malheureusement, son anniversaire ne tombait qu’une fois par an et il faudrait attendre pour qu’ils puissent recommencer. De plus, l’année suivante, ils risquaient de ne plus vivre dans le même pays. « Est-ce que Bretka voudrait me chanter joyeux anniversaire aussi ? » Ajouta la Japonaise en regardant le serpent sur l’épaule de Lionel. Sakura ignorait si les serpents chantaient et si c’était différent des sifflements habituels. Elle était curieuse. La jeune femme ne pouvait pas être plus heureuse. Elle aimait tellement son anniversaire. C’était sa journée à elle, la journée où tout le monde était aux petits soins pour elle. Et cette année, elle avait le droit à un gâteau de son ami. Ce n’était pas la première fois qu’un garçon lui offrait un gâteau, Daisuke l’avait déjà fait à Durmstrang, mais c’était la première fois qu’elle était si heureuse sans savoir l’expliquer. Elle applaudit quand Lionel termina de chanter la chanson et quand des regards se tournèrent vers eux, elle n’y fit pas attention. Quand le Gryffondor coupa le gâteau, elle entendit une petite musique. Elle fut très surprise de constater qu’elle venait du gâteau en lui-même. Elle s’approcha, c’était la chanson d’anniversaire. « Il fait même de la musique ? C’est incroyable. » C’était bien la première fois que son gâteau faisait de la musique. Sakura observa le gâteau, à l’intérieur, il semblait y avoir plusieurs couches et de la confiture ou de la crème. Elle aurait tellement aimé savoir faire des gâteaux, mais elle n’avait jamais appris à cuisiner. Elle avait vu sa mère en faire quand elle était petite, mais elle ne lui avait pas fait de gâteaux depuis très longtemps. Sakura se demandait si elle en faisait à Kirara de temps en temps. Sa sœur lui manquait beaucoup. « Dans mon travail, quand c’est mon anniversaire, il y a un birthday event. » L’expression japonaise pour désigner l’évènement d’anniversaire était la même qu’en anglais. Sakura raconta un peu plus en détails ce que c’était pour qu’il puisse comprendre : « Des fans viennent voir mon mini-concert solo. Je peux choisir ma tenue, mes chansons, et aussi, je reçois des messages des autres membres du groupe. A la fin, ils me serrent la main un à un et ils me souhaitent bon anniversaire ou ils me disent ce qu’ils ont sur le cœur. Ce genre de rencontres avec mes fans me manque un peu parfois… » Mais ce qu’elle vivait avec ses amis, que ce soit avec Lionel ou Brooke, lui plaisait aussi beaucoup. Elle ne pouvait pas tout avoir. Elle ne savait pas ce qui lui manquerait le plus. Tout ce qu’elle savait, c’était qu’elle était née pour être idole et qu’elle ne se sentait pas elle-même loin de la scène. Sakura glissa alors sa main dans celle de Lionel. « Heureusement que tu es là. » Dit-elle avec un sourire et les joues rosies avant de lâcher sa main pour prendre une part de gâteau.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Lionel Lemaire
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : première année en politique magique, rugit son appartenance à la maison des lions.
Célébrité : robbie wadge, le magnifique
Pseudo : Prim Âge : 21 Parchemins : 1294 Gallions : 421 Date d'inscription : 03/01/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

hey there, juliet
lionel & sakura
I swear that every word you sing, you wrote them for me like it was a private show, but I know you never saw me when the lights come on and I'm on my own, will you be there to sing it again, could I be the one you talk about in all your stories ?

Il y a de ces moments qui devraient durer pour toujours, il y a de ces moments qui devraient faire cesse la course des minutes et de la trotteuse tout comme il y a de ces personnes qui se faufilent une place dans notre cœur que l’on ne le désire. Son visage respire la joie, le naturel ; il a peine à croire que cette fille ait jeté des sorts sur ses camarades, mais il comprend que les rumeurs n’ont aucune importance. Ce qui compte est ce que nous pensons être ; ce que nous voulons être et ce que nous faisons pour être.

Pour être avec elle, il pourrait faire n’importe quoi, et sur le chemin se cachent deux chandelles dans sa poche, pour illuminer le regard de la demoiselle comme elle illuminait son cœur. Le feu serait modeste, mais il suffisait de rien pour allumer une étincelle avant de célébrer la venue du coup de minuit. Sakura contemple le gâteau. C’est beau de la voir émerveillée, autour d’elle se trouve un halo plus lumineux que tout. Lionel comprend alors qu’il est en train de vivre un de ces moments que l’on souhaiterait pouvoir graver dans notre cœur, pour ne jamais les oublier, pour se rappeler de ce que c’était le bonheur, parce que si le bonheur devait avoir une date, ce serait probablement celle de ce jour.

Comme si elle lisait dans ses pensées, belles, florissantes, à la manière des sentiments qu’elle faisait éclore, la demoiselle lui confie qu’elle aurait aimé pouvoir prendre une photo de ce moment, mais elle a la même pensée que lui, celle de simplement conserver la mémoire de ce moment dans sa tête. Imitant le bruit d’un appareil, le jeune homme ne peut s’empêcher d’avoir une pensée pour le contrat. Il ne connaissait rien au droit – encore moins au droit japonais – mais il trouvait cela cruel de limiter autant la liberté d’une jeune femme, pour les rêves et fantasmes d’une société. Probablement ne comprenait-il pas ; il était un Français encore teinté de nombreuses idées libérales. Sakura imite le bruit d’un appareil.

Lionel fait son plus beau sourire, dévoilant des dents blanches, pas tout à fait droites se perçoivent, lui donnant l’air attachant des garçons de campagne, rappelant à quel point Sakura et lui étaient différents. Sakura était une idole. Sakura était une célébrité, même dans le monde des reptiles ; il était l’orphelin au cœur romantique et à la crinière de lion, le rebelle et le combattant, en même temps. Après avoir posé, Lionel tend le bras pour que la demoiselle baisse ses mains. Sa paume se referme les mains de la jeune femme. Ses yeux verts sont clairs, sa voix est plus douce que jamais. « C’est mieux qu’il n’y ait pas d’appareil. » Il ne le dit pas, mais il le pense : ce moment serait le leur et personne ne pourrait le voler. Dans les prochaines semaines, ils pourraient le conserver pour eux, sans crainte qu’on ne le leur vole. Les photographies détruisaient bien trop de vies et faisaient souvent regretter une vie que l’on ne pouvait plus ; il fallait apprécier le moment présent, le considérer comme un cadeau.

Ce sont des idées modestes, digne d’un campagnard qui ne savait pas s’il pouvait être à la hauteur de la demoiselle. Quand elle lui dit qu’elle aurait gardé le moment pour elle, il commence à rougir jusqu’à la racine de ses cheveux. Habituellement, c’était lui qui faisait du charme, pas le contraire. Il ne savait pas comment réagir à une telle spontanéité, à une telle aisance ; sa mère lui avait dit d’être naturel sans se douter que son naturel l’avait conduit à amener la demoiselle au bord du lac, à moitié mouillée, et la nourrir de barres au caroube avant de s’endormir sur la rive.

Enfin, ce n’était qu’une question de temps ; un jour, il saurait reconnaître qu’il était à la hauteur de ceux qu’il aimait. La jeune femme parle de couper le gâteau. Lionel lève la main, lui demande d’attendre. Il se lance dans des explications passionnées sur la pâtisserie aux macarons pleins de fourrures avant de conclure. « C’est la meilleure pâtisserie du village. Leurs croissants goûtent presque ceux de France. Il faudrait que nous y allions ensemble un jour. » On ne sait pas s’il parle du magasin ou de la France, mais quand on savait de quoi il était capable pour les gens qui lui étaient chers, c’était probablement les deux. Une fois son laïus terminé, le jeune homme poursuit.

« On ne coupera pas le gâteau avant d’avoir célébré comme il se doit. » Lionel se lève. Il passe derrière Sakura, enfonce les deux bougies dans le gâteau avant de les allume d’un coup de baguette, avec des flammes qui changent de couleur. Ça faisait des semaines qu’il se pratiquait sur ce sort, et il n’était pas peu fier de lui. Un sourire triomphant se glisse sur son visage alors qu’il saisit la demoiselle par les épaules. À la hauteur de cette dernière, debout derrière elle, sa joue est collée contre la sienne ; il se retourne vers elle. « Je chante Metallica. Je peux bien te chanter bon anniversaire. » Sa prestation à l’infirmerie avait été exécrable, mais elle avait eu le mérite de le faire sortir de sa coquille. Bretka se faufile un chemin sur les épaules de la demoiselle. S’y installant, de l’autre oreille, elle commence à siffloter les paroles. Lionel les murmure aussi ; le concert est amusant, insolite, le maître et le serpent, une représentation unique, c’était le moins que l’on ne puisse dire. Bretka finit la prestation avec un bisou sur la joue de Sakura, et Lionel ne peut plus chanter, il pouffe, il éclate de rire. Bretka continue d’onduler, apparemment flattée d’avoir chanté pour une de ses idoles. La situation était des plus extravagantes.

Sakura applaudit devant le spectacle. Des regards se retournent vers eux. Lionel fait mine de faire une révérence, un petit sourire aux lèvres. « Lionel Loup Lemaire, mesdames et messieurs. »  Des gens se retournent vers eux. Peu importe.

Ce moment était le leur.

Lionel, maintenant debout, rapproche sa chaise de celle de Sakura, pour être à ses côtés. Il prend le couteau, comme un expert, il coupe le gâteau avec précision. Un air concentré sur le visage, il prend une part de la pâtisserie et la dépose dans l’assiette de la demoiselle. La pâte est d’un vert foncé, rappelant un peu l’amour des forêts, de la nature du jeune homme, le glaçage est d’un rose, éclatant, avec de gros morceaux de fraise, comme la jeune femme, en fait. C’était un drôle de duo, le garçon si amer, la fille si douce, si sucrée, mais plus forte que quiconque ne pourrait l’imaginer. Et il y avait la chanson qui les réunissait, comme en cet instant.

Lionel prend sa fourchette et la plante dans le gâteau. Il n’en prend pas tout de suite une bouchée, écoutant Sakura parler de son évènement d’anniversaire. C’était plutôt intrigant ; il aimait bien le concept. « Ce ne sera jamais la même chose qu’au Japon. » reconnaît-il. Il baisse le regard. « Ce ne sera jamais la même chose qu’en France non plus. Par contre, nous avons la chance de rencontrer beaucoup de gens ici. Je sais que les choses sont plus tendues avec Katarina, mais tu es extraordinaire. » Il serre la main de Sakura dans la sienne. Pendant un moment, il y a un silence. Lionel apprécie le contact. Sakura retourne par la suite au gâteau, et le jeune homme l’imite, prenant une bouchée du sien. Le mélange était doux, divin ; il avait rarement mangé quelque chose d’aussi bon. « Si tu me disais toi aussi ce que tu avais sur le cœur, pour changer un peu ? » lui demande-t-il. « Les fans t’ont confié toutes ces années ce que tu avais sur le cœur, mais si on n’inversait pas pour une fois ? » C’était sa journée. Sakura avait tant donné à ses admirateurs, ses fans, il le comprenait, mais il espérait que pour une fois, elle puisse recevoir aussi, pas seulement un gâteau, le cadeau qu’il lui avait préparé, mais aussi le contact, la confiance, le droit de se confier aussi, de se reposer sur quelqu’un.

Made by Neon Demon

_________________
darkness is your candle.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sakura Swanson-Okada
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : 7e année
Célébrité : Masaki Sato
Pseudo : Estelle ⊹ .sparkle Âge : 26 Parchemins : 302 Gallions : 185 Date d'inscription : 28/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1519-sakura-i-m-famous-it-s-my-job http://www.mumblemumps.com/t1523-sakura-don-t-mess-with-me http://www.mumblemumps.com/t1635-sakura-laissez-un-message-apres-le-bip http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Sakura & Lionel
Hey there, Juliet
Voulant immortaliser ce moment aux côtés de Lionel, Sakura aurait aimé avoir un appareil photo et prendre un véritable cliché du jeune homme. Le Gryffondor venait de lui faire son plus beau sourire et Sakura était en train de fondre. Elle devait avoir les joues rouges au moment où il avança sa main vers son bras pour qu’elle cesse d’imiter l’appareil. Le Français referma ses doigts autour des siens. « C’est mieux qu’il n’y ait pas d’appareil. » En général, la Serpentard était plutôt d’accord avec cette affirmation. Elle trouvait aussi qu’il valait mieux vivre le moment en direct plutôt qu’à travers l’écran d’un appareil, mais elle aurait tellement avoir une photo de lui à cet instant. Elle finit par sourire en se disant qu’il y aurait d’autres occasions. Un jour, elle prendrait une photo à ses côtés, une photo qu’elle garderait rien que pour elle, une photo d’elle avec un garçon qu’elle aurait choisi de prendre. Personne ne devrait voler la vie privée d’une jeune fille. Sakura dit à Lionel qu’elle aurait gardé sa photo près d’elle, ce qui sembla lui faire plaisir, il devint à son tour tout rouge, voilà une nouvelle photo qu’elle aurait encore aimé prendre. Il était adorable par moment. Comment pouvait-il être à la fois si cool et si adorable ? Si elle l’emmenait au Japon un jour, toutes les filles seraient folles de Lionel, c’est sûr. Sakura serait très jalouse. Ils n’étaient qu’amis, mais quand une fille passait trop de temps avec lui, elle était déjà jalouse. Elle ne pouvait pas s’en empêcher car elle ne le voulait que pour elle. Il était à présent temps de couper le gâteau, mais avant, Lionel avait tenu à lui donner des explications sur ce qui se trouvait sous ses yeux. Elle écouta presque attentivement, elle avait très hâte de le goûter. « C’est la meilleure pâtisserie du village. Leurs croissants goûtent presque ceux de France. Il faudrait que nous y allions ensemble un jour. » Est-ce qu’il parlait de la boutique où il avait acheté le gâteau ou de la France ? Que ce soit l’un ou l’autre, la réponse de la sorcière restait la même : « Oui ! » Elle rêvait déjà d’aller en France et elle ne se voyait pas y aller sans Lionel. Il était une des raisons pour lesquelles elle voulait tant y aller. Et puis s’il s’agissait de la boutique de Pré-au-Lard, Sakura était gourmande, elle ne dirait pas non à une nouvelle pâtisserie, surtout qu’elle n’y avait jamais mis les pieds avant. « On ne coupera pas le gâteau avant d’avoir célébré comme il se doit. » Dit le Gryffondor avant de se lever et de se placer derrière elle. Sakura était surprise, elle ne savait pas ce qu’il était en train de faire et au moment où il sortit deux bougies, puis les alluma, elle ne pouvait plus dissimuler son bonheur. Les lumières des flammes changeaient, c’était beau et elle était impressionnée. Lionel vint coller sa joue à la sienne, ils étaient si proches que son cœur battait à toute allure. Elle devait avoir les joues en feu, comme les bougies devant elle.

« Je chante Metallica. Je peux bien te chanter bon anniversaire. » Répondit-il quand Sakura le lui demanda. Elle tenait aussi à ce que Bretka lui chante la chanson, même si elle ne pouvait pas tout à fait la comprendre. Le serpent vint se glisser sur son épaule, c’était toujours une drôle de sensation, mais elle n’avait pas peur. Elle avait confiance. Elle écouta ce drôle de duo avec son oreille musicale. C’était amusant, c’était touchant, elle était très émue et heureuse, tout simplement heureuse. Elle applaudit quand ils terminèrent leur chanson. « Lionel Loup Lemaire, mesdames et messieurs. » Il salua son public et Sakura continua d’applaudir sous le regard surpris des gens autour d’eux. Mais ils se fichaient du regard des autres. Ils étaient seuls au monde. C’était la plus belle chanson qu’on lui avait chantée, en tout cas ce serait une chanson qu’elle n’oublierait jamais. Elle les remercia tous les deux. Il se concentra pour couper le gâteau après avoir pris place à ses côtés. Il était beau aussi, le Lionel sérieux. Elle avait l’impression d’aimer toutes les facettes qu’il le laissait apercevoir. Un an plus tôt, elle n’aurait jamais pensé pouvoir tomber amoureuse. Aujourd’hui, en le regardant couper le gâteau avec tant de sérieux, elle se dit que peut-être, elle commençait à ressentir des sentiments qui lui étaient interdits. Peu importe, n’est-ce pas ? Elle avait toujours eu le cœur d’une rebelle. Elle ne faisait rien de mal. Elle ne faisait que ressentir quelque chose. Nostalgique des moments passés au Japon lors de son anniversaire, elle partagea un bout de son histoire à Lionel, en espérant ne pas l’ennuyer. Il était là pour elle et elle lui en était reconnaissante. Ce n’était pas encore tout à fait son anniversaire, il restait encore quelques heures, mais elle ne pouvait pas rêver mieux. « Ce ne sera jamais la même chose qu’au Japon. Ce ne sera jamais la même chose qu’en France non plus. Par contre, nous avons la chance de rencontrer beaucoup de gens ici. Je sais que les choses sont plus tendues avec Katarina, mais tu es extraordinaire. » Des gens, Sakura en avait en effet rencontré des tas. Elle n’était pas toujours appréciée par ses camarades, mais certains savaient qu’elle n’était pas qu’une fille agaçante, elle était beaucoup plus. Des amis, elle s’en était fait plus qu’elle n’aurait pu l’imaginer. Elle était reconnaissante envers cet échange scolaire pour cette raison uniquement. Elle n’aurait pas pu tenir sans eux. Quand Lionel parla de Katarina, Sakura baissa les yeux. Il ne savait pas à quel point les choses pouvaient être tendues avec certaines personnes, et Katarina était loin d’être celle qui lui posait le plus de problèmes, tant que Sakura restait loin d’Aiko et Daisuke. Main dans la main avec Lionel, plus rien d’autre ne comptait. Plus rien, sauf le gâteau. Parce qu’il était si beau qu’il serait dommage de ne pas le goûter. « C’est délicieux ! » S’exclama la sorcière après sa première bouchée de gâteau. Il était aussi beau que bon. Le mélange était surprenant, mais dans le bon sens du terme.

« Si tu me disais toi aussi ce que tu avais sur le cœur, pour changer un peu ? » Sakura était intéressée par la demande de Lionel. Est-ce qu’il lui demandait ce qu’elle ressentait quand elle voyait les fans défiler devant elle ? Quand ils lui disaient ce qu’ils pensaient d’elle et du groupe ? Elle remerciait à chaque fois ses fans pour leurs mots et leurs attentions, mais elle n’avait jamais vraiment le temps d’en discuter avec eux. « Les fans t’ont confié toutes ces années ce qu’ils avaient sur le cœur, mais si on n’inversait pas pour une fois ? » Ses pensées, elle les confiait dans son blog, en général. C’est là que les fans pouvaient connaître ce qu’elle ressentait. Elle ne pouvait pas parler à une personne en particulier, mais elle donnait son avis général et répondait à ce qui revenait le plus. Elle lisait aussi les commentaires. Elle était touchée quand on s’intéressait à elle. Lionel s’intéressait à elle, elle ne pouvait pas être plus heureuse. « J’étais reconnaissante, bien sûr. Je suis toujours reconnaissante. J’aime mes fans ou ceux du groupe. C’est grâce à eux que le groupe existe depuis si longtemps. Ils font vivre le groupe. » Le groupe existait depuis bien avant l’arrivée de Sakura et continuerait quand elle n’en ferait plus partie. Sakura espérait que les fans se souviendraient d’elle. « Si je ne peux pas réintégrer Midnight Motion, je serais terriblement déçue de ne pas avoir pu dire au revoir aux fans. Je leur ai dit que j’allais étudier l’anglais à l’étranger… mais ce n’était pas un au revoir définitif. Je comptais revenir, vraiment. » Le concert de départ était une des étapes les plus importantes dans une carrière, marquant la fin d’un chapitre et le début d’un nouveau. Elle ne pouvait pas disparaître du jour au lendemain. Sakura cessa d’avoir ces pensées négatives et sourit à Lionel. S’il s’intéressait à ce qu’elle avait sur le cœur, c’était pour lui faire plaisir, pas pour la faire déprimer. « Et puis, il y a les autres filles du groupe, mes amies. Elles sont moldues, on ne peut pas vraiment communiquer… Imagine si elles recevaient un hibou. Elles me manquent beaucoup. » Sakura avait chargé sa petite sœur de donner de temps en temps de ses nouvelles par e-mail, surtout à Kaho à qui elle manquait beaucoup. Elle espérait qu’elle ne se sentait pas trop seule sans elle, elle l’avait abandonnée du jour au lendemain à cause de son père. Lionel et Sakura discutèrent pendant un long moment du Japon et de sa carrière, de ce qu’elle avait sur le cœur. Elle ne voulait pas l’ennuyer, mais au fond, en parler lui faisait du bien. Elle ne pouvait pas tout garder pour elle, elle souffrirait trop. Brooke n’aimait pas quand elle parlait de ses autres amies, alors elle en profitait. Elle demanda aussi à Lionel s’il y avait des choses dont il voulait lui parler, une discussion qui les rapprocha encore un peu plus. Ils parlaient vraiment beaucoup, pendant des heures, et quand minuit approcha, ils faillirent rater le moment tant attendu, celui de son anniversaire et de son tout premier verre d’alcool. Sakura avait laissé le Gryffondor choisir pour elle. « Plus que quelques minutes… » Bientôt, il serait minuit, elle aurait ses dix-sept ans. Elle serait majeure dans le monde des sorciers, et tout cela aux côtés de Lionel. Autour d’eux, il ne restait plus beaucoup de clients. Le pub allait probablement bientôt fermer, mais ils en profiteraient jusqu’au bout. Même si Sakura commençait à fatiguer, la perspective de son premier verre d’alcool l’avait bien réveillée.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Lionel Lemaire
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : première année en politique magique, rugit son appartenance à la maison des lions.
Célébrité : robbie wadge, le magnifique
Pseudo : Prim Âge : 21 Parchemins : 1294 Gallions : 421 Date d'inscription : 03/01/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

hey there, juliet
lionel & sakura
I swear that every word you sing, you wrote them for me like it was a private show, but I know you never saw me when the lights come on and I'm on my own, will you be there to sing it again, could I be the one you talk about in all your stories ?

Il y a une limite à la confiance. Il y a une barrière que les gens dressent pour ne pas que les autres écrasent les fleurs encore fragiles poussant dans le jardin secret. Lionel le savait ; pendant toute l’année, il avait entouré son cœur de barbelés pour que personne ne puisse se faufiler une place, inondant sa colère d’essence pour que jamais elle ne diminue, pour que jamais elle ne tarisse, parce que sa fureur lui avait permis de se créer une carapace. L’incendie pouvait tout détruire, bien protégé de son armure, il ne craignait plus rien ; mais maintenant, il voulait enlever la cotte de mailles pour voir où il pouvait commencer enfin à toucher sa peau, à être vulnérable.

Il ne savait pas si Sakura allait se confier à lui, mais elle le faisait, elle lui disait ce qu’elle avait sur le cœur. Tout d’abord, elle lui parlait de sa reconnaissance envers ses admirateurs en lui disant que c’était eux qui faisaient vivre le groupe. Lionel n’avait jamais eu de fans, mais en transposant la situation à ses connaissances, il pouvait nettement comprendre l’idée, surtout quand Sakura lui disait qu’elle aimerait au moins pouvoir leur dire au revoir, si elle ne pouvait plus rejoindre le groupe. Lionel sent son cœur se serrer ; il n’imaginait pas à quel point cela devait être difficile de voir le monde avancer en restant en arrière, de voir le groupe continuer sans en être membre, mais il y avait quelque chose d’optimiste dans la voix de la Japonaise, comme si c’était une belle chose, comme si ce n’était pas si terrible. Au fond, elle était bien plus grave que lui. À sa place, il aurait été terrorisé, inquiet, plus on est célèbre, plus on a de responsabilités et plus on tombe de haut.

Alors, il continue, il l’écoute parler de ses amies, de l’impossibilité de communiquer, une partie de lui se reconnaît dans ses discours. Ses parents ne faisaient pas partie du monde magique. Bien évidemment, ils travaillaient dans le domaine animalier, mais ils avaient toujours accueilli Pistache avec le sourire, même quand il revenait malade à cause de Zackery et sa propension à recouvrir le volatile de friandises. Les parents du lion, à chaque missive, ils répondaient avec un crayon de plomb, avec un stylo, pas à la plume et à l’encre comme leur garçon, mais ça faisait partie du charme de leur correspondance.

« Je pense qu’elles accepteraient. » se contente de dire Lionel. « Je parle encore avec des amis en Auvergne. Quand ils reçoivent un hibou, ils savent que c’est moi. Je sais que nous ne venons pas du même endroit, et peut-être que cela va contre le Code du secret magique, mais nous ne pouvons pas vivre seuls tout le temps. » Il joue avec les doigts de la jeune femme, alors qu’il prononce ces mots. En même temps, il fallait dire que Lionel n’était pas non plus le genre à utiliser un ordinateur. C’était à peine s’il savait comment fonctionnait un clavier. Il aimait la rouille, il aimait la boue, il aimait ce que les gens rejetaient ; il était un gamin de campagne, bien loin du citadin ordinaire.

Il l’écoutait parler de sa carrière en se disant que s’il était une célébrité dans le monde des sorciers avec sa capacité de parler aux serpents, en vérité, il n’était absolument rien. Il ne pouvait pas imaginer ce que cela devait faire de vivre sous les projecteurs. Mais il écoutait et apprenait, et lui aussi se dévoilait, parlait de ses amis, de Belladona qui passait son temps à lui voler des vêtements, de Jude avec qui il se prenait souvent la tête, mais qui était son plus fidèle compagnon, et Zackery, son plus bel exemple ; les trois étaient ses meilleurs amis, et en parlant d’eux, les yeux du lion commençaient à briller. Le temps passe vite et bien.

Finalement, ils s’arrêtent de parler. Les joues sont roses et le gâteau a été bien entamé. Lionel lève la tête vers l’horloge. « J’ai encore le temps de te donner mon cadeau ! » s’exclame-t-il. Il sort de son sac un petit paquet emballé dans du papier journal. À la place du ruban, il y avait de la corde ; c’était un style différent des cadeaux habituels, mais c’était le sien, le lion avait mis sa patte et on ne pouvait pas faire plus personnalisé. Il attend que la demoiselle ouvre la boîte. Dans celle-ci se trouvait une longue plume d'aigle, rose, avec une petite bouteille d’encre. « Comme cela, tu pourras écrire des lettres à tout le monde pendant les vacances. » Il sourit. Alors, avec un dernier regard à l’horloge, il prend le verre de rhum-groseille avant de faire le décompte. « Trois… deux… un ! » Une fois celui-ci terminé, se retenant à grand-peine pour ne pas faire un cul-sec, il prend une gorgée de la boisson. Le goût était doux, même si la trace d’alcool se faisait sentir. Ça le changeait des mauvaises bières bon marché qu’il avait pris tant de plaisir à boire, l’été dernier. « Comment tu trouves ? » Il sourit en entendant la jeune femme. « C’est vrai que n’importe quel alcool n’égalera jamais la barre de caroube, mais...  » Lionel fait un clin d'oeil à Sakura. Plus loin, le barman leur fit un signe de tête, le message était clair. Lionel se lève. Rangeant le gâteau dans la boîte, il la donne à son amie avant de lui tendre le bras. L’escortant dehors, ils se baladent à la lueur des étoiles, en direction d’un des passages secrets sur la Carte du Maraudeur de Lionel, pour regagner le château. Quoi qu’il en soit, cet anniversaire avait été extraordinaire.

Made by Neon Demon

_________________
darkness is your candle.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sakura Swanson-Okada
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : 7e année
Célébrité : Masaki Sato
Pseudo : Estelle ⊹ .sparkle Âge : 26 Parchemins : 302 Gallions : 185 Date d'inscription : 28/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1519-sakura-i-m-famous-it-s-my-job http://www.mumblemumps.com/t1523-sakura-don-t-mess-with-me http://www.mumblemumps.com/t1635-sakura-laissez-un-message-apres-le-bip http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Sakura & Lionel
Hey there, Juliet
« Je pense qu’elles accepteraient. » Répondit le sorcier à Sakura quand elle évoqua l’impossibilité de communiquer avec ses amies moldues par hiboux. La Japonaise leva un sourcil, surprise, ne s’attendant pas à cette réponse. Le Gryffondor était le premier à lui dire qu’elles ne paniqueraient pas totalement en recevant la visite d’une chouette avec une lettre de Sakura. Sa famille le lui avait déconseillé. Sa mère, moldue, lui avait dit qu’elle aurait eu très peur si elle avait reçu la visite d’une chouette sans s’y attendre. Mais comme son mari était sorcier, elle s’y était habituée. Lionel reprit : « Je parle encore avec des amis en Auvergne. Quand ils reçoivent un hibou, ils savent que c’est moi. Je sais que nous ne venons pas du même endroit, et peut-être que cela va contre le Code du secret magique, mais nous ne pouvons pas vivre seuls tout le temps. » Sakura reconnait bien Lionel, à ne pas se soucier du Code du secret magique, à ne pas se soucier des règles préétablies. Le Gryffondor avait toute son admiration pour son esprit rebelle, ce qui le rendait d’autant plus cool à ses yeux. La Japonaise enviait Lionel d’être en contact avec ses amis moldus. Elle n’était pas certaine que les filles de son groupe se plient à cette méthode de communication. Mais l’idée n’était pas mauvaise. Il y avait une fille plus courageuse que les autres, dans ce groupe, une fille à qui un hibou ne ferait pas peur, une fille avec qui elle souhaitait absolument retrouver le contact. Cette fille, c’était Kaho. Peut-être que Sakura pourrait envoyer sa petite sœur en mission, pour expliquer à Kaho qu’elle ne devait pas se poser de questions sur la méthode utilisée, qu’elles pourraient à nouveau directement se parler. Si Kaho acceptait, Sakura aurait un peu moins le mal du pays, elle en était certaine. Lionel était un génie. Elle lui aurait bien fait un bisou sur la joue si elle n’était soudainement pas intimidée par le lion. Par la suite, ils continuèrent de discuter de tout et de rien. Sakura l’écouta aussi parler de lui et de ses meilleurs amis. La Japonaise n’était pas encore tout à fait familiarisée avec le groupe, mais ce serait peut-être grâce à Zackery et sa gentillesse légendaire qu’elle arriverait à se faire une petite place à leurs côtés, de temps en temps, pour pouvoir passer encore plus de temps aux côtés du beau Lionel. Le temps passait bien trop vite aux côtés d’un garçon aussi intéressant et captivant. Quelques minutes avant que minuit ne sonne, il s’exclama : « J’ai encore le temps de te donner mon cadeau ! » Un grand sourire s’étira sur les lèvres de la Japonaise. Bien sûr, elle recevait un cadeau de Lionel, elle était certaine qu’il n’aurait pas oublié. Et même s’il ne lui en avait pas fait, sa présence était déjà beaucoup pour elle. Elle prit le paquet que lui tendait le Gryffondor. Il était emballé dans du papier journal, c’était adorable. Sakura ne tarda pas à découvrir à l’intérieur une boite. Son cœur s’affolait tant elle était impatiente de découvrir ce que cette boite renfermait. Elle y trouva une jolie plume d’aigle rose et de l’encre. Elle la trouvait très belle et elle était de sa couleur préférée, comme il le savait. « Comme cela, tu pourras écrire des lettres à tout le monde pendant les vacances. » Dit le Français avec un beau sourire. Quand elle écrirait ses lettres, elle aurait toujours une pensée pour celui qui la lui avait offerte. « Elle est très, très belle, merci. J’ai hâte de l’essayer. » Habituellement, Sakura écrivait plutôt au stylo, c’était son côté sang-mêlé, mais elle ferait de son mieux pour écrire à la plume et avoir une plus jolie écriture.

Plus que quelques secondes et Sakura fêterait son anniversaire. Plus que quelques secondes et elle serait enfin majeure dans le monde des sorciers. Tout comme le Gryffondor, elle prit le verre d’alcool dans les mains. Elle était curieuse et excitée, comme si elle avait attendu cet instant toute sa vie. « Trois… deux… un ! » Après le décompte, Sakura porta le verre à ses lèvres. La belle ne put retenir une légère grimace quand l’alcool lui traversa la gorge. C’était différent de tout ce qu’elle avait pu boire dans sa vie. C’était fruité, mais elle sentait bien l’alcool. Elle se demandait si tous les alcools avaient le même goût, se doutant bien que ce n’était pas le cas, elle était curieuse. Elle se demandait aussi s’ils lui feraient tous faire la grimace. « Comment tu trouves ? » Demanda le jeune homme à la jeune fille tout juste majeure. Sakura reposa le verre devant elle, il n’était pas tout à fait vide, mais elle allait le terminer. « C’est… c’est bon !? Mais c’est assez particulier… » Un peu comme tout ce que semblait lui faire goûter Lionel, elle rigola toute seule. Sakura termina le verre. Elle aimait beaucoup le goût de la groseille et l’alcool lui chatouillait et lui réchauffait la gorge, mais ce n’était pas désagréable. Elle avait l’impression d’avoir un peu chaud aux joues. « C’est vrai que n’importe quel alcool n’égalera jamais la barre de caroube, mais... » Le clin d’œil de Lionel lui fit un instant détourner le regard. L’un comme l’autre, c’était une très bonne expérience, elle n’oublierait jamais. Et elle associerait toujours ces goûts à Lionel, au fond d’elle. Il était déjà temps de s’en aller, le bar allait fermer. Elle n’avait pas envie que la soirée se termine, elle n’avait pas envie de se séparer de son ami. Sakura récupéra le reste du gâteau, puis elle attrapa le bras de Lionel. Ils prirent tous les deux la direction d’un des passages secrets pour pouvoir rejoindre le château discrètement. « Je voudrais vraiment te remercier d’avoir organisé une si belle fête d’anniversaire pour moi. Jamais je ne l’oublierai. » Sakura se blottit un instant contre le sorcier. Ce moment sembla durer une éternité, elle crut même qu’elle n’allait jamais le lâcher, mais il fallait bien se séparer un jour. « T’es vraiment le meilleur, Lionel. » Elle se mit sur la pointe des pieds pour déposer un baiser sur la joue du garçon, avant de le prendre à nouveau par le bras pour qu’ils fassent les derniers mètres qui les séparaient du château ensemble.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
Hey there, Juliet (Liura II)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Roxy Juliet Montgomery ☆ Si vous avez des larmes, préparez-vous à les verser.
» Haiti Tops Agenda at North American Foreign Ministers' Meeting
» A disturbing girl | PV.Juliet
» ❝ Les hommes rêvent du retour plus que du départ. ❞ JULIET&DONOVAN
» DON&JULIET Il suffit parfois d'une seule personne pour se sentir heureux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: SAISON 1-
Sauter vers: