Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Dissolved Girl ☾ Zephyr & Zoya

Zoya M. Krushnic
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : Serpentard, Septième année
Célébrité : Kaya Scodelario
Pseudo : Hessnellia Âge : 23 Parchemins : 900 Gallions : 350 Date d'inscription : 12/12/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t782-zoya-casual-curses-are-the-most- http://www.mumblemumps.com/t787-zoya-where-is-my-mind http://www.mumblemumps.com/t940-zoya-write-if-you-will-i-won-t-answer-anyway http://www.mumblemumps.com/t2070-hessnellia-s-journal-zoya-ophelia-niall

Dissolved Girl
Zephyr Rosenberg & Zoya Krushnic




Mercredi 19 Avril 2000
Lendemain de pleine Lune
Cabane du garde-chasse, Poudlard, Écosse
Je haletais, mon corps était faible et ensanglanté. La panthère était partie et j'avais fuis. J'avais fuis comme si ma vie en dépendait, ce qui n'était pas loin d'être le cas. Je refusais de me rendre à l'infirmerie, je refusais que tous soient au courant de ma condition. Je n'avais pas besoin de ça. Mais que faire ? Retourner au château pour trouver Lovecraft était trop risqué. Chercher refuge dans la forêt était le meilleur moyen pour moi de mourir. J'étais bien trop blessée pour rester sans soins. Je couru un moment sans trop savoir où aller, jusqu'à ce que mon regard se pose sur la cabane du Garde-chasse. Était-ce réellement la meilleure solution ? Probablement pas une bonne solution, mais la seule que j'avais. Je ralentis le pas pour ne pas faire de bruit. Je préférais m'endormir et qu'il me trouve au matin plutôt qu'il me voit ainsi et me chasse. J'osais espérer qu'il accepte de m'aider, ou du moins, qu'ils s'y sente forcé. À ce moment, mon coeur battait. Je ne voulais pas mourrir. Pour une fois, je ressentais le besoin intense de vivre, de survivre. J'osais espérer. Mon pelage sombre ne laissait pas le sang être trop visible, mais j'étais imbibée de ce dernier, de grandes traces de griffes avaient arrachées ma peau, laissant des bouts de chairs à l'air, douloureux, brûlants. Le pire était les morsures au cou. Bien claire, elles étaient sans contredit celle d'un énorme félin. Le problème était que les félins n'étaient pas habituels dans cette forêt. Qu'allais-je raconter ? Et si je croisais la panthère dans les couloirs du château, et si elle voyait les morsures ? L'homme derrière le pelage blanc saurait. Et moi, je ne saurais point, car ses blessures étaient bien plus facile à dissimuler que les miennes. Voilà pourquoi, lorsque j'arrivai tout près de la cabane, je m'immobilisai. Je n'allais pas m'étendre immédiatement, je n'allais pas m'endormir ainsi. J'avais sur moi des griffures qui appellaient à l'attaque d'un animagus, probablement une confrontation. Faciles à soigner, mais difficiles à cacher. Non. Les seules traces allaient être celles d'un loup. D'un mouvement lent, hésitant, je laçérai mon propre cou, dissimulant les morsures sous des griffures canines. Je retins un hurlement, le loup m'en voulait, la bête était en colère. Mais elle était faible. Plus la nuit avançait, moins elle avait de force. J'allais dormir, cette fois, j'allais dormir et la bête ferait de même. Je tournai en rond quelques fois jusqu'à ce que je m'installe finalement au sol. Museau posé sur mes pattes, je laissai le sommeil m'envahir.

☾  ☾  ☾

J'eus du mal à ouvrir mes yeux malgré le soleil qui avait décidé de s'y réfugier. Ma gorge était sèche, extrèmement douloureuse. Je n'osais pas avaler ma salive, de peur d'empirer ma blessure. L'odeur poisseuse du sang me montait au nez. Pour la seconde fois de ma vie, cette odeur me dégoûtait. Le sang était sale, contenant des efflufes non seulement de terre, mais également de salive féline. Heureusement, les humains n'avaient pas le nez aussi fin, jamais le garde-chasse ne noterait cette subtilité. Mon coeur battait lentement, mon corps était lourd. Mes griffures ne se refermaient pas. Après tout, seul un mélange de poudre d'argent et de dictame pouvait refermer les plaies. En tant que Garde-Chasse, Rosenberg devait bien en avoir un peu sous la main...Je ne voulais pas bouger, je ne voulais pas me blesser. Étalée de toute ma nudité sur l'herbe taché de sang, j'étais immobile. Quelques mouvements du bout de mes doigts et de mes orteils me permirent de vérifier que tout était encore fonctionnel ; ce fut un premier soulagement. Il était tôt, mais difficile de dire à quel point. Combien de temps avant qu'il ne se lève, qu'il me retrouve ? Combien de temps avant qu'il m'aide. Je soupirai. Je pouvais sentir que mes poumons étaient épuisés. La nuit avait été courte, mais avait semblée si longue. Yeux fermés, je pouvais me remémorer le combat contre la panthère. Qu'était-il advenu de l'autre loup ? Avait-il quitté ? Qui était-ce ? Qui était cette sirène ? Et surtout, qui était le monstre au pelage blanc ? Au bout d'un moment, je relevai la tête et ouvrit enfin mes paupières. Mi aveuglée par les rayons de soleil, je pu croiser le regard du Garde-chasse.





I became insane, with long intervals of horrible sanity — How can any of us breathe, beneath this sky of subliminal madness


Revenir en haut Aller en bas
Zephÿr Rosenberg
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Garde-chasse.
Célébrité : Gerard Way.
Pseudo : from the morgue Âge : 19 Parchemins : 1192 Gallions : 1649 Date d'inscription : 06/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
60/100  (60/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1167-the-outsider-rosenberg http://www.mumblemumps.com/t1187-like-a-ghost-z-r http://www.mumblemumps.com/t1448-rosenberg-z-mailbox http://www.mumblemumps.com/t2066-fromthemorgue-s-journal

Dissolved Girl
Krushnic & Rosenberg
Il s'est couché tard. Beaucoup trop tard pour être en forme le lendemain, pour se lever aux aurores dans un état potable. Il a un poil bu. Un « poil », seulement, qu'il dit. Tout seul. Comme un con. Chez lui. Il s'est enfilé une bouteille d'un vieux vin qu'il a conservé pendant un bout de temps, datant de sa vie de moldu. Il l'avait gardée pour une occasion spéciale - bien qu'il n'aie jamais rien à fêter - mais tant pis. Ces derniers temps, il se sent totalement seul. Perdu. Fatigué. Moralement et physiquement. Les choses changent sans cesse et tout devient très vite compliqué. Il soupire. Une fois. Puis deux. Affalé dans son lit, dans une position des plus inconfortables, le métamorphomage tente de s'endormir, malgré l'heure qui avance et le travail qui l'attend. Il doit aller faire quelques achats à Pré-Au-Lard, et ça ne l'enchante guère, surtout à cette heure là. Pourtant, après avoir tenté, en vain, il décide finalement de se lever. Il est six heures pétantes. Il est bien trop tôt à son goût, et sa vilaine gueule de bois a complètement engourdi son corps. Une vraie loque. Baguette à la main, il tente de se préparer un café. La magie ne répond pas. Il insiste, et finalement, la machine se met en marche, avec lenteur cependant. Zephÿr passe une main sur son visage, dépité. Il se dirige vers la salle de bain, histoire de sortir sans ressembler à une vieille chaussette. Comme maintenant. Après une bonne douche et après s'être habillé, il retourne dans la cuisine. Et soupire très fort en voyant le café coulant sur le sol. La journée commence visiblement très bien. Le garde-chasse nettoie le carnage et rempli une tasse avec le peu de café qui a survécu dans la machine. Il s'assoit, sa tasse devant lui, et lutte contre le sommeil qui tente de le ramener dans les bras de Morphée. Il somnole. Un peu plus et il finira la tête la première dans son café. Il boit ce dernier avec une envie proche de zéro, mais se force un peu. Il ne tiendra jamais toute la journée, café ou pas, mais autant tenter le tout pour le tout. Il n'a pas vraiment le choix, de toute manière. Il doit assumer ses responsabilités, et il le fera. L'homme a beau se comporter comme une merde le 3/4 du temps, il fait ce qu'on lui demande. Au moins ça. Aller travailler avec une telle migraine et un esprit complètement bousillé par l'alcool, ça ne l'amuse pas vraiment.

Zephÿr met bien trop longtemps à boire son café. Il est bon à rien. Sa maison - enfin cabane, mais il n'aime pas trop le terme - est dans un état qui laisse à désirer. Il ne range pas vraiment : il n'a plus le temps, ni l'envie d'ailleurs. Il enfile un simple gilet sur son pull fin et ouvre la porte. Il fait trois pas, peut-être quatre, tout en allumant une cigarette. Puis, il se rend vite compte de ce qu'il a devant les yeux. Une jeune femme. Dénudée. Est-ce qu'il a fait des conneries hier soir et qu'il ne s'en souvient pas ? Pourtant, il a dormi seul, et jamais il n'irait faire n'importe quoi avec des élèves. Donc non, il n'est pas coupable dans cette histoire. Celle qui est devant lui est une Serpentard. Krushnic, si il se souvient bien. En y regardant de plus près, elle semble affreusement blessée. Quand il la voit relever la tête, ouvrir les yeux vers lui, il l'arrête immédiatement. « Tu ne bouges pas, Krushnic. » Sa voix est dure et ferme. Non, il ne va pas la laisser là. Il n'est pas si bête. Il veut juste éviter qu'elle n'ouvre un peu plus la blessure sur son cou. Vu l'heure, il n'y a personne dans le parc. Tout le monde dort. Autant dire qu'elle a de la chance qu'il se soit levé aussi tôt, même si cela le fait royalement chier. Il écrase sa cigarette au sol, bien qu'à peine entamée puis, il soulève la jeune femme, la portant dans ses bras. Il fait donc demi-tour chez lui. Il la pose délicatement sur son lit, maudissant déjà le nettoyage qu'il aura à faire après ça. Il la couvre avec la couverture. Zephÿr regarde un peu plus attentivement les griffures qui parsemaient le coup de la verte et argent. « Bon sang, mais qu'est-que t'as foutu ? Merde, j'ignore si j'ai encore de la poudre d'argent quelque part... » Le garde-chasse cherche dans ses placards, ajoutant un peu plus au bordel déjà présent chez lui. Il trouve finalement de la poudre d'argent, et le dictame. Il mélange le tout assez vite dans un récipient et retourne vers la jeune femme, appliquant la préparation avec autant de délicatesse que possible. Il soupire. Vraisemblablement, cette journée va être longue.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.




DEMOLITION LOVERS
I'm trying, i'm trying, to let you know just how much you mean to me. And after all the things we put each other through and i would drive on to the end with you. A liquor store or two keeps the gas tank full and i feel like there's nothing left to do but prove myself to you and we'll keep it running until the end of everything. (by endlesslove)
Revenir en haut Aller en bas
Zoya M. Krushnic
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : Serpentard, Septième année
Célébrité : Kaya Scodelario
Pseudo : Hessnellia Âge : 23 Parchemins : 900 Gallions : 350 Date d'inscription : 12/12/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t782-zoya-casual-curses-are-the-most- http://www.mumblemumps.com/t787-zoya-where-is-my-mind http://www.mumblemumps.com/t940-zoya-write-if-you-will-i-won-t-answer-anyway http://www.mumblemumps.com/t2070-hessnellia-s-journal-zoya-ophelia-niall



Dissolved Girl
Zephyr Rosenberg & Zoya Krushnic


L'alcool. La douce odeur de l'haleine alcoolisée du lendemain de veille envahi mes narine aussitôt que le garde-chasse prend la parole. Merci à mes sens canins encore éveillés, cette odeur a sût faire son chemin au travers de celle du café. Génial. Non seulement j'allais devoir trouver une explication rapidement, mais en plus, celui qui me soignerait n'était pas dans le meilleur des états. Mais qui étais-je pour le juger ? Moi qui faisait toutes sortes de drogues, qui se saoulait au point de révéler mes sentiments cachés pour mon amie, qui testait des potions expérimentales tout aussi louches que mes drogues, et surtout, moi qui avait eu la magnifique idée de me battre contre une panthère. Je décidai donc de ne pas le juger et d'espérer qu'il saurait au moins me soigner juste assez pour que je puisse entrer au château sans attirer l'attention. Sans répondre, je posai ma tête au sol à nouveau. Il avait raison, je n'allais qu'empirer mes blessures si je bougais trop. Autant je détestais l'idée d'être portée comme une faiblârde, je n'y pouvais rien. Il me transporta jusqu'à sa maison pour me déposer sur le lit, qui serait tâché de sang après mon départ. « Bon sang, mais qu'est-que t'as foutu ? Merde, j'ignore si j'ai encore de la poudre d'argent quelque part... »
« Je... Je me suis faite attaquer.»
Ma voix était rauque et faible, encore endormie sous ma gorge affreusement douloureuse. Je ne pouvais pas trop parler pour l'instant, mais j'osais espérer qu'il avait de la poudre d'argent, sinon, j'étais foutue. Sinon, il n'aurait pas d'autre choix que de m'amener à l'infirmerie, où je croiserai certainement cet idiot d'animagus. Bien-sûr, ces marques ne ressemblaient en rien à une attaque de félin, mais plutôt à un carnage lupin. Que je sois lycan avant ou après cette attaque n'avait aucune importance. Rosenberg allait très certainement croire que j'étais désormais sous la malédiction. Merde. Et un autre de plus qui savait. Quoi que, aucune morsure de lycanthrope n'était visible, car il ne s'agissait que de coups de griffes. Je pouvais toujours feindre ne pas être infectée s'il ne regardait pas mes autres cicatrices de trop près.

Du coin de l'oeil, je le voyais chercher, et chercher encore, sans résultat. Normal qu'il ait du mal, vu l'état pitoresque de sa demeure. Je soupirai légèrement, avant que mon torse ne me rappelle que j'avais des plaies ouvertes. Un grognement s'échappa d'entre mes dents. Au bout d'un moment, le Garde-chasse trouve les ingrédients nécessaires et commence à appliquer le mélange sur mes blessures. Peu à peu, je me sentis un peu mieux, du moins, en état de parler.
« D'ailleurs, ce n'est pas toi qui est sensé surveiller le parc, nous protéger des monstres qui pourraient s'y aventurer ?»
Il croirait lycanthrope, je pensais panthère des neiges. Et puis, s'il s'était interposé, il aurait probablement été en très mauvais état, pire que le mien, car cette fois, il n'aurait pas eu affaire à de simple créatures magiques. Il aurait eu affaire à des monstres pire que tous : des humains enragés, aux sens félins et à la force canine. Je me plaignais pour me plaindre, pour me donner une sorte d'alibi, qui je savais trop bien n'allait pas durer. Je regardai par la fenêtre pour estimer l'heure qu'il était.
« Dis, les Aurors ils passent souvent par chez toi ?»

Question louche, Zoya, quelle bonne idée de poser ce genre de question. Sauf que j'avais peur qu'ils passent pas là. Personne ne devait me voir, surtout pas les Aurors. Mon secouriste avait toutefois ces allures assez louches qui me laissaient croire qu'il n'allait pas les alerter, ni même me juger pour avoir posé une telle question. Sauf que je pouvais très bien me tromper. Je tournai la tête, et ma gorge s'empli de sang, ce qui me fit tousser et manquer d'air. Le carmin s'écoula sur le coin de ma bouche. Pour une fois, je ne sentis aucun effet, ni positif, ni négatif, face à l'odeur de ce liquide rouge.




I became insane, with long intervals of horrible sanity — How can any of us breathe, beneath this sky of subliminal madness


Revenir en haut Aller en bas
Zephÿr Rosenberg
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Garde-chasse.
Célébrité : Gerard Way.
Pseudo : from the morgue Âge : 19 Parchemins : 1192 Gallions : 1649 Date d'inscription : 06/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
60/100  (60/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1167-the-outsider-rosenberg http://www.mumblemumps.com/t1187-like-a-ghost-z-r http://www.mumblemumps.com/t1448-rosenberg-z-mailbox http://www.mumblemumps.com/t2066-fromthemorgue-s-journal

Dissolved Girl
Krushnic & Rosenberg
« Je... Je me suis faite attaquer. » Zephÿr soupire, agacé. A croire que tout semble être contre lui aujourd'hui. Il a à peine commencé la journée, et le voilà avec une élève blessée dans son lit, avec des blessures qui l'inquiètent, d'ailleurs. Ça pue la griffure de lycanthrope. C'est mauvais. Très mauvais. Il est loin de tout connaître sur ces créatures, mais il en sait assez pour que les traits de son visage se durcissent. Il ose à peine imaginer s'il finissait avec une lycanthrope sous son toit, complètement incontrôlable. Les dégâts pour sa demeure seraient considérables et il ne veut pas penser à son état à lui si cela arrivait. En appliquant le mélange sur les plaies de la jeune femme, il tente d'être délicat, doux, loin de son comportement habituel. Il a une élève dans un sale état sous les bras, donc il fait de son mieux pour éviter d'être brusque. Généralement, cela ne pose pas vraiment de problèmes. Il prend ses responsabilités comme il doit le faire, et là, c'est pire que nécessaire. Le garde-chasse, malgré l'alcool ingurgité la veille, analyse ce qu'il a devant lui. Ça le ferait presque vomir, ces conneries. Il est beaucoup trop tôt pour qu'il aie le coeur à soigner de telles choses, mais a-t-il vraiment le choix ? Non. Pas vraiment. « D'ailleurs, ce n'est pas toi qui est sensé surveiller le parc, nous protéger des monstres qui pourraient s'y aventurer ? » Zephÿr arrête son geste, et recule, étonné. Bon, la prochaine fois, il laissera Krushnic crever. Il n'en revient pas. Le garde-chasse fronce les sourcils, et continue d'appliquer minutieusement le mélange tout juste préparé. Plus le temps passe, plus les élèves se permettent des choses qu'ils ne devraient pas se permettre. S'il n'était pas si préoccupé par le fait de garder son boulot, il en bafferait deux, trois et partirait. Évidemment, il n'a pas le droit, et doit, de se fait, garder sa patience, quand il le peut. Il faut juste éviter d'être là au mauvais moment. Concrètement, c'est le cas de la Serpentard. Vu son état, il va tout simplement éviter de l'empirer, d'une manière ou d'une autre. Il n'en reste qu'il n'apprécie guère sa provocation. « Dis, les Aurors ils passent souvent par chez toi ? » En terminant d'appliquer le mélange de poudre d'argent et de dictame sur la blessure la plus ouverte de l'élève, Zephÿr s'étonne de cette question. Heureusement pour lui, non, ils ne passent pas souvent par ici, tout simplement parce qu'il évite de trop s'inviter dans leur champ de vision désormais. Mauvaises expériences, qu'il dit.

Le métamorphomage grimace, alors que Krushnic tousse et laisse perler le sang au coin de sa bouche. « Économise ta salive, Krushnic, au lieu de balancer n'importe quoi. » Il se redresse, puis se dirige vers l'évier de la cuisine afin de se laver les mains, retirant ainsi le mélange qu'il venait d'appliquer. Il récupère un torchon propre dans un des placards, et le balance sur le lit, histoire qu'elle se nettoie un minimum. Enfin, il attrape un verre, le rempli d'eau, et vient le poser sur la table de chevet près du lit. « Pour te répondre, non, ils ne passent pas souvent par ici. Mais, si tu veux, je peux aller les chercher, vu que tu sembles avoir si envie de les voir. » La provocation, c'est son truc de base. Il n'attend pas cela de la part d'une élève, d'autant plus dans l'état de Zoya. La chose que cela réussi à faire, c'est l'agacer et le rendre de mauvaise humeur. Il fait glisser une chaise dans un bruit strident, et s'asseye dessus, non loin du lit. « Tu devrais boire. Après, tu me raconteras ce que tu foutais dans la Forêt Interdite cette nuit et comment tu as fini devant ma porte, dans cet état. Et ne pense pas que je n'irai pas voir le Directeur ou quelqu'un d'autre si je vois que tu bluffes, Krushnic. » Zephÿr est sur ses gardes, même avec une élève. Mentir est si simple - il en sait quelque chose. Mais là, ça ne passera pas. Si elle pense qu'il est en état de supporter un ramassis de conneries, elle se trompe. Il espère qu'elle ne fera pas cette erreur.

Spoiler:
 
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.




DEMOLITION LOVERS
I'm trying, i'm trying, to let you know just how much you mean to me. And after all the things we put each other through and i would drive on to the end with you. A liquor store or two keeps the gas tank full and i feel like there's nothing left to do but prove myself to you and we'll keep it running until the end of everything. (by endlesslove)
Revenir en haut Aller en bas
Zoya M. Krushnic
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : Serpentard, Septième année
Célébrité : Kaya Scodelario
Pseudo : Hessnellia Âge : 23 Parchemins : 900 Gallions : 350 Date d'inscription : 12/12/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t782-zoya-casual-curses-are-the-most- http://www.mumblemumps.com/t787-zoya-where-is-my-mind http://www.mumblemumps.com/t940-zoya-write-if-you-will-i-won-t-answer-anyway http://www.mumblemumps.com/t2070-hessnellia-s-journal-zoya-ophelia-niall



Dissolved Girl
Zephyr Rosenberg & Zoya Krushnic


Finalement, ce n'était peut-être pas une si bonne idée d'aller chez le garde-chasse, vraiment. Je n'aurais pas pu aller m'écrouler dans la forêt, plutôt ? J'y serais probablement morte, et alors ? Ou bien, un centaure m'aurait trouvé et m'aurait sauvé. Mais tel n'était pas le cas. J'étais là, à dépendre de cet alcoolique qui avait une gueule pas trop joyeuse. Moi non plus, certains, mais je n'arrivais plus à trouver une raison à lui faire confiance plus à lui qu'à un autre. En fait, c'était probablement ça : il était assez singulier pour être le genre de personne à garder précieusement ses secrets - et le miens, espérais-je. J'attrapai le torchon qu'il m'envoya sans répondre à sa réplique. Ma gorge était déjà assez douloureuse, je devais lui laisse le temps de s'apaiser avant de reprendre la parole. Tant mieux pour lui, j'aurai eu quelques trucs à lui rétorquer. J'essuyai le sang sur ma bouche, puis crachai délibérément dans le bout de tissu le sang qui était collé au fond de ma gorge. Une douleur aigüe un instant, mais je me sentis rapidement mieux. Être jolie et distinguée était le dernier de mes soucis à ce moment.

«  Pour te répondre, non, ils ne passent pas souvent par ici. Mais, si tu veux, je peux aller les chercher, vu que tu sembles avoir si envie de les voir. ». Être dans un autre état, j'aurais grogné. Autant j'aurais grogné contre les aurors, autant j'aurais grogné contre lui. Il comprennait très bien que je ne voulais pas les voir, et il m'en faisait la menace. Je lui lance un regard noir en attrapant le verre d'eau. J'aurais bien joué avec lui, à son petit jeu, mais je n'étais pas d'humeur et surtout, je savais qu'il avait le dernier mot, dans tous les cas. Je détestais ça. Je détestais me retrouver dans une situation comme ça, où je ne pouvais qu'être docile à ce qu'on me demandait. Ce n'était pas moi, d'être docile. Non, j'étais une bête libre. Aussi libre que cette panthère, oui. Non, aussi libre que ce cher Rosenberg le décidait. Saloperie. «Tu devrais boire. Après, tu me raconteras ce que tu foutais dans la Forêt Interdite cette nuit et comment tu as fini devant ma porte, dans cet état. Et ne pense pas que je n'irai pas voir le Directeur ou quelqu'un d'autre si je vois que tu bluffes, Krushnic.» Je fronçai les sourcils. Je n'aimais vraiment pas le ton qu'il prennait. Okay, je l'avais provoqué, et alors ? Sa situation n'était pas aussi précaire que la mienne. J'avale ma salive dans un rictus affichant un mélange de douleur et de dégoût.

« Ça te fait plaisir, hein, de jouer l'autorité comme ça ? Tu t'amuses souvent à menacer les élèves comme ça ?»
Je soupirai contre moi-même. Non, je ne pouvais pas fermer ma gueule et faire comme on me disait. Je respirai lentement pour recouver mon calme et tenter d'ignorer la douleur. Si j'étais pour être ici encore longtemps, il fallait bien que je me fasse à l'idée de devoir coopérer, mais surotut, d'endurer la douleur. La poudre d'argent, c'était bien, mais ce n'était pas un anti-douleur. Je serrai les dents.
« Tu sais déjà que je ne veux pas voir les Aurors, alors tu sais pourquoi j'étais devant ta porte. J'ai pris une chance, j'espère que tu ne me le feras pas regretter.» J'évitai son regard et pris une autre gorgée. « Et tu n'es pas con, tu as mis de la poudre d'argent, tu sais que ce sont des griffures de lycan. Mais ce ne sont que des griffures...»
Éviter les détails, ce n'était pas mentir. S'il pouvait en venir à la conclusion que je n'étais pas louve, que je m'étais faite attaquer par une autre bête, ça m'arrangerait. S'il pouvait croire que je n'étais pas infectée, j'en serais bien contente. Il n'avait pas besoin d'en savoir plus, trop de gens le savaient déjà.





I became insane, with long intervals of horrible sanity — How can any of us breathe, beneath this sky of subliminal madness


Revenir en haut Aller en bas
Zephÿr Rosenberg
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Garde-chasse.
Célébrité : Gerard Way.
Pseudo : from the morgue Âge : 19 Parchemins : 1192 Gallions : 1649 Date d'inscription : 06/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
60/100  (60/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1167-the-outsider-rosenberg http://www.mumblemumps.com/t1187-like-a-ghost-z-r http://www.mumblemumps.com/t1448-rosenberg-z-mailbox http://www.mumblemumps.com/t2066-fromthemorgue-s-journal

Dissolved Girl
Krushnic & Rosenberg
La provocation. La provocation, c'est utile, toujours. Ça l'a toujours été, surtout avec les élèves. Là, avec Krushnic, il sait très bien que ça va fonctionner. Il l'a vu agir, parfois, discrètement. Le garde-chasse est vraiment loin de connaître tous les élèves. Il en connait certains, pour avoir eu l'occasion de parler avec pour des raisons parfois positives - c'était rare - mais il ne peut pas se vanter de connaître la jeune femme blessée dans son lit. Tout ce qu'il sait, c'est qu'elle est dans un super état. Putain, est-ce qu'il aurait survécu en venant faire ses études à Poudlard plutôt que chez lui ? Non parce que vu toutes les histoires de Poudlard, il est légitime qu'il se pose la question, à force. Zephÿr voit bien que ce qu'il a dit plus tôt ne plait pas du tout à la verte et argent. Il a tapé dans le mille. Il espère pour elle qu'elle fermera sa bouche, maintenant, parce qu'il n'a vraiment pas la tête de supporter les remarques d'une élève qu'il doit s'occuper. Il n'a pas le temps de jouer à la baby-sitter, et n'en a pas l'envie - puis il est pas franchement très doué pour ce genre de trucs. Il la regarde boire, tentant d'être patient, ce qui est loin d'être une qualité chez lui. « Ça te fait plaisir, hein, de jouer l'autorité comme ça ? Tu t'amuses souvent à menacer les élèves comme ça ? » Assis sur sa chaise, Zephÿr sourit, amusé par cette remarque. Ce n'est pas forcément une question de plaisir. C'est sûr, il en profite un maximum. Ici, il peut gérer les choses comme bon lui semble - ou presque. Parfois, il abuse, c'est clair. M'enfin là, elle l'a un peu cherché. Juste un peu, qu'il dit. Il se fout en rogne bien trop facilement. Puis très franchement, il n'est pas habitué à se faire tutoyer par une simple élève, même pas foutue d'air ou de parler avec un minimum de respect. Ah, les gosses. « Tu sais déjà que je ne veux pas voir les Aurors, alors tu sais pourquoi j'étais devant ta porte. J'ai pris une chance, j'espère que tu ne me le feras pas regretter. » Zephÿr lève les yeux au ciel. Non mais franchement, il arrivera jamais à se faire à certains élèves. Elle est là, gravement blessée, à le provoquer sans aucune gêne. La prochaine fois, il appellera quelqu'un, hein, si c'est pour se taper une élève comme ça. Il souffle, énervé. Ses cheveux s'éclaircissent un peu, d'un auburn assez clair pour montré qu'elle a, elle aussi, touché dans le mille. « Et tu n'es pas con, tu as mis de la poudre d'argent, tu sais que ce sont des griffures de lycan. Mais ce ne sont que des griffures... » Zephÿr se lève, passant ses deux mains sur son visage aux traits tirés par la fatigue. Merde, putain. Il aurait dû rester couché aujourd'hui, feindre la maladie, quelque chose. Elle l'agace, elle le sait et elle continue. Foutu jeu auquel il refuse de jouer.

Le métamorphomage fixe la jeune femme. Calme-toi. Tout de suite. Ce n'est pas vraiment le moment. D'un geste de la main, il lui fait signe d'arrêter de parler. « Arrête un peu, Krushnic, de te la jouer dure à cuire. Vu ta posture, ce n'est pas du tout raisonnable, t'es au courant ? Non parce que sinon je peux t'emmener à l'infirmerie, c'est une autre solution aussi. » Non parce qu'elle semble oublier qu'elle est loin, LOIN d'être en état de faire quoi que ce soit. Et que là, autorité ou pas, c'est lui qui décide. Zephÿr s'approche de Zoya avec lenteur, et se baisse pour examiner ses griffures. « Ce ne sont pas que des griffures... Tu risques d'être infectée, Krushnic. Il va falloir que tu restes un moment là, histoire de voir comment les choses évoluent. » Ça le fait royalement chier, mais il n'a pas le choix. C'est hors de question qu'il prenne la responsabilité de laisser une élève blessée s'en aller. Il n'a pas le droit. Il retourne vers ses placards, histoire de voir s'il n'a pas les ingrédients pour une potion Tue-Loup. Cela ne servira strictement à rien mais au cas où. « Va falloir que tu vires ta fierté deux secondes et que tu me laisses faire. De toute façon, tu n'as pas vraiment le choix, Zoya. » Il ignore comment les choses vont finir pour lui, et pour la jeune femme, mais il va bien falloir qu'il fasse quelque chose, bien ou pas bien, envie ou pas envie.

Spoiler:
 
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.




DEMOLITION LOVERS
I'm trying, i'm trying, to let you know just how much you mean to me. And after all the things we put each other through and i would drive on to the end with you. A liquor store or two keeps the gas tank full and i feel like there's nothing left to do but prove myself to you and we'll keep it running until the end of everything. (by endlesslove)
Revenir en haut Aller en bas
Zoya M. Krushnic
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : Serpentard, Septième année
Célébrité : Kaya Scodelario
Pseudo : Hessnellia Âge : 23 Parchemins : 900 Gallions : 350 Date d'inscription : 12/12/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t782-zoya-casual-curses-are-the-most- http://www.mumblemumps.com/t787-zoya-where-is-my-mind http://www.mumblemumps.com/t940-zoya-write-if-you-will-i-won-t-answer-anyway http://www.mumblemumps.com/t2070-hessnellia-s-journal-zoya-ophelia-niall



Dissolved Girl
Zephyr Rosenberg & Zoya Krushnic


Il semblait exaspéré, mais il n'était pas le seul, croyez-moi. J'avais mal, je souffrais malgré les soins qu'il m'avait donné, mais son caractère, ses menaces et ses airs, j'avais du mal à les apprécier. Il faisait bien de rester enfermé comme ça dans sa cabane, cet ivrogne. Il s'agissait là probablement de ses seules capacités : boire et jouer l'ermite. Le parfait garde-chasse. « Arrête un peu, Krushnic, de te la jouer dure à cuire. Vu ta posture, ce n'est pas du tout raisonnable, t'es au courant ? Non parce que sinon je peux t'emmener à l'infirmerie, c'est une autre solution aussi. » Je retins un grognement qui ne cherchait à rouler dans ma gorge. Je serrai les poings. Les menaces, encore les menaces, allait-il finir par comprendre que je ne plaisantait pas ? Qu'en aucun cas, je ne le laisserais m'emener chez les Aurors, à l'infirmerie ou à n'importe qui d'autre, d'ailleurs ? Ne voyait-il pas qu'après tout, je lui avais donné ma confiance ? Que je lui avais pratiquement donné ma vie ? J'aurais bien pu mourir seule dans cette forêt. La saleté de panthère, la chienne de vie aurait gagné contre moi. Zoya Krushnic, disparue comme tous les autres. Zoya Krushnic, retrouvée morte au abords de la forêt interdite. Elle l'avait bien mérité, la garce. Une lycanthrope, c'était mieux mort que vivant. Tous le pensent, tout bas. Qui ne méprise pas ces loup-garou qui sont déclarés, dévoilés au grand jour ? Surtout après cette guerre, où une meute s'était joint aux côtés du Lord Voldemort. La situation ne pouvait qu'empirer, non ? Alors une de moins, une.

Bien au contraire, lui venait d'empêcher cette mort. Peut-être allait-il croire que j'étais désormais une de plus, nouvellement atteinte de la malédiction. Il avait tort, mais je préférais qu'il en croit ainsi. Tu m'emmènes à l'infirmerie et je te bouffe un bras, sale con. «e ne sont pas que des griffures... Tu risques d'être infectée, Krushnic. Il va falloir que tu restes un moment là, histoire de voir comment les choses évoluent.» Infectée, oui, je le serais. Infectée par cette ignoble odeur d'once, de sa salive dégoûtante et peut-être même de son sang, son sang rempli de saletés. J'ouvre la bouche pour rétorquer, mais je décide de me taire. Un peu de sang coula sur le coin de mes lèvres, que j'essuyai sur les draps.« Va falloir que tu vires ta fierté deux secondes et que tu me laisses faire. De toute façon, tu n'as pas vraiment le choix, Zoya.» Que comptait-il faire, au juste ? S'il me croyait infectée, il n'y avait rien à faire, rien. Mais qui me disait qu'il était un pro du sujet ? Il n'était que garde-chasse, il ne devrait rien connaitre aux soins, ni même aux défenses contre les forces du mal.
« As-tu déjà rencontré un lycan ? En as-tu déjà traité un ? Ou tu as toujours préféré les tuer ? Parce que tu semble ne pas dutout savoir comment ça fonctionne.»
Ma gorge s'asséchait lorsque je disais plus de trois mots. Elle piquait et me faisait déglutir. Je pris une gorgée d'eau avant de reprendre.
« Si je suis infectée, il n'y a rien à faire, et on ne saura qu'à la prochaine pleine lune. Et puis... si tu comptes me faire une potion, je doute qu'un garde-chasse ait ce qu'il faut dans sa cabane. Tu perds ton temps...»
Mais comment en sais-tu autant sur le sujet, Zoya ? Ce n'est après tout pas une genre de potion qu'on apprend à faire à l'école, n'est-ce pas ? Je fronçai les sourcils un instant, regardant autour de moi. Il ne pouvait très certainement pas trouver tous les ingrédients ici. Je fermai les yeux.
«  Et si... je ne faisais que dormir le temps que je guérisse ? Pas besoin de jouer la nounou.»





I became insane, with long intervals of horrible sanity — How can any of us breathe, beneath this sky of subliminal madness


Revenir en haut Aller en bas
Zephÿr Rosenberg
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Garde-chasse.
Célébrité : Gerard Way.
Pseudo : from the morgue Âge : 19 Parchemins : 1192 Gallions : 1649 Date d'inscription : 06/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
60/100  (60/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1167-the-outsider-rosenberg http://www.mumblemumps.com/t1187-like-a-ghost-z-r http://www.mumblemumps.com/t1448-rosenberg-z-mailbox http://www.mumblemumps.com/t2066-fromthemorgue-s-journal

Dissolved Girl
Krushnic & Rosenberg
Il est inquiet, Zephÿr. Il a Zoya sous sa responsabilité et les choses sont loin d’être positives. Clairement, il va finir par croire qu’on se fout de lui, à force. Cette situation là l’emmerde royalement, et il se serait bien passé d’une élève dans cet état chez lui. Et si on l’avait vu ? Et si quelqu’un se ramenait, là, tout de suite, alors qu’il a une élève complètement nue dans son lit ? Il ose à peine imaginer quelles explications il devrait alors donner, quelles excuses il devrait alors trouver. Bon sang, elle n’aurait pas pu finir autre part ? Il sait qu’il pense comme un égoïste, sur le coup, mais très sincèrement, qui serait heureux de finir dans une situation du type, à part une personne des plus tordues ? « As-tu déjà rencontré un lycan ? En as-tu déjà traité un ? Ou tu as toujours préféré les tuer ? Parce que tu semble ne pas dutout savoir comment ça fonctionne. » Zephÿr lève les yeux au ciel, en l’entendant. Il en a déjà rencontré dans le passé oui, sans doute un ou deux. Il sait comment les « traiter » comme elle dit si bien. Franchement, elle le prend pour qui ? Il souffle d’agacement, appréciant très peu les remarques de la jeune femme. Il peut bien comprendre qu’il se tape une réputation pas fut-fut dans l’école, mais quand même. Il est à deux doigts de se sentir blessé par le fait qu’elle le pense capable de tuer, comme ça, gratuitement. Limite, c’est encore plus blessant que d’être pris pour un ignorant. Son jugement est complètement con, et il ne va pas s’empêcher de le lui faire savoir. « Si je suis infectée, il n'y a rien à faire, et on ne saura qu'à la prochaine pleine lune. Et puis... si tu comptes me faire une potion, je doute qu'un garde-chasse ait ce qu'il faut dans sa cabane. Tu perds ton temps... » La Serpentard semble en savoir beaucoup, dis donc. Elle semble s’être assez renseignée sur le sujet, pour en arriver et à juger les capacités de Zephÿr et à montrer qu’elle en sait assez pour en avoir le droit, justement. Le garde-chasse ne pense pas perdre son temps – enfin si, un peu -, il tente de faire de son mieux. Il sait bien que si elle est infectée, il ne pourra rien faire, en dehors de savoir son secret. D’ailleurs, il ne sait même pas ce qu’il fera à ce sujet, par la suite, si c’est le cas. Il ne l’espère pas pour elle, vu ce qu’on dit des transformations, de la douleur, mais tout indique que c’est le cas, malheureusement. Elle a raison, néanmoins, sur un point. On ne pourra pas savoir avant la prochaine pleine lune. Par contre, rien indique qu’il n’a pas ce qu’il faut chez lui, enfin, à portée de mains, pour une éventuelle potion tue-loup. Personne ne lui a jamais dit s’il était autorisé ou pas à en faire, mais il tentera. Il doit bien pouvoir trouver quelques ingrédients entre les serres et les réserves du professeur de potions, auxquelles il a normalement accès, pour s’occuper de la Forêt Interdite et des animaux qui peuvent s’y trouver.

« Et si... je ne faisais que dormir le temps que je guérisse ? Pas besoin de jouer la nounou. » Zephÿr regarde l’élève couchée sur le lit. Elle lui demandait donc de la laisser dormir. Là, dans son lit, complètement tâché de sang. La situation est tout de même improbable. Agacé, il se redresse, croisant les bras sur son torse. Que faire ? La laisser dormir est une éventualité, vu son état, elle en aurait bien besoin. Mais, pourtant, d’un côté, il hésite. Il s’expose quand même au risque que quelqu’un se ramène à tout moment. Il s’expose aussi au risque que son état s’aggrave et qu’il soit tenu pour responsable. Il veut éviter les problèmes. Laissant retomber ses bras le long de son corps, le métamorphomage soupire. « Ok, très bien. Tu peux rester ici pour te reposer. Mais avant toute chose… » Il se dirige vers l’un des placards non loin du lit, en sort un vieux t-shirt et un pantalon de pyjama propres et lance les deux sur le lit, près d’elle. « Enfile donc ça. T’as cinq minutes pour te changer, le temps que je nettoie les traces devant la porte. » Évidement qu’elle a laissé des traces. Lui laissant l’intimité d’enfiler les vêtements, il attrape un balai qu’il trempe dans une bassine d’eau. Parfois, les méthodes qu’il a appris durant sa vie de moldu lui servent, et le temps qu’il termine, elle aura enfilé ses habits, il l’espère. Quand, enfin, il a terminé, il retourne près d’elle. Zoya n’est plus nue, et tant mieux. « Tu vois quand tu veux. Tu peux donc te reposer, à quelques conditions… » Il se racle la gorge. « Premièrement, tu ne touches à rien. Dans ton état, je doute que tu puisses, mais au cas où, c’est dit. Je vais devoir partir, je suis déjà en retard. Deuxièmement, si ton état le permet, tu partiras ce soir. Si les choses ne se sont pas arrangées, j’aviserai, sans te garantir que je n’en parlerai pas aux médicomages, par exemple. » Zephÿr lui lance un regard amusé. « Je pense m’y connaître plus que tu le penses à propos des lycans, mais je suis loin, très loin d’être le plus informé sur le sujet. Donc, tu n’auras pas vraiment le choix. Troisièmement… Il faudrait que tu me parles autrement. J’aurais pu te laisser devant ma porte, tu en es consciente, n’est-ce pas ? J’aurais trouvé une excuse. » Il bluffe un peu. Il n’aurait pas eu la conscience tranquille à la laisser là, entrain de se vider de son sang, avec de telles blessures. Malgré les apparences, il agit avec un minimum de bon sens et de morale. Zephÿr fouille dans ses placards, à la recherche de quelques fioles qu’il doit emmener avec lui. Quel début de journée, vraiment.

Spoiler:
 
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.
[/quote]




DEMOLITION LOVERS
I'm trying, i'm trying, to let you know just how much you mean to me. And after all the things we put each other through and i would drive on to the end with you. A liquor store or two keeps the gas tank full and i feel like there's nothing left to do but prove myself to you and we'll keep it running until the end of everything. (by endlesslove)
Revenir en haut Aller en bas
Zoya M. Krushnic
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : Serpentard, Septième année
Célébrité : Kaya Scodelario
Pseudo : Hessnellia Âge : 23 Parchemins : 900 Gallions : 350 Date d'inscription : 12/12/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t782-zoya-casual-curses-are-the-most- http://www.mumblemumps.com/t787-zoya-where-is-my-mind http://www.mumblemumps.com/t940-zoya-write-if-you-will-i-won-t-answer-anyway http://www.mumblemumps.com/t2070-hessnellia-s-journal-zoya-ophelia-niall



Dissolved Girl
Zephyr Rosenberg & Zoya Krushnic


« Ok, très bien. Tu peux rester ici pour te reposer. Mais avant toute chose… » Le Garde-Chasse m'apporta des vêtements. Heureusement, il n'avait pas l'intention de me jeter dehors et acceptais ma requête. Heureusement, il était d'accord avec moi, pour une fois. Pas de protestation, ou presque. Ce dernier m'indiqua de me changer alors qu'il nettoyait un peu l'endroit. J'osais espérer qu'il me laisserait plus que deux minutes, simplement me redresser me fut difficile. Lentement, sans rien dire de plus, j'attrapai les vêtements pour les revêtir. J'avais mal, chaque petit mouvement me demandait énormément d'énergie. Des blessures fraîches, ce n'était rien face à des blessures qui débutaient leur guérison. C'était comme si les griffures s'étiraient de plus en plus, puis se refermaient. De plus, l'adrénaline était retombée, je pouvais désormais sentir chaque courant d'air qui cherchait à se faufiler sous ma chair blessée. Je serrai les dents pour garder le silence alors que je me vêti.

«Tu vois quand tu veux. Tu peux donc te reposer, à quelques conditions… Premièrement, tu ne touches à rien. Dans ton état, je doute que tu puisses, mais au cas où, c’est dit. Je vais devoir partir, je suis déjà en retard. Deuxièmement, si ton état le permet, tu partiras ce soir. Si les choses ne se sont pas arrangées, j’aviserai, sans te garantir que je n’en parlerai pas aux médicomages, par exemple.» Partir ce soir ? Et me rendre à ma salle commune dans cet état ? Déjà, j'étais en train de manquer les cours, il était certain que des questions allaient se poser. Alors me retrouver devant tous les autres avec le corps aussi mutilé, ce serait le meilleur moyen de semer la panique au château. N'avaient-ils pas justement une personne tout aussi lascérée que moi qui s'était rendue au château ? Un élève avec des morceaux de peau entre les dents et des griffures lupines sur son corps ? Un rictus se forma sur mon visage. Rosenberg n'en avait rien à foutre, qu'on me trouve ainsi. Au contraire, j'avais l'impression qu'il voulait me faire découvrir. Après tout, c'était un poids que je lui mettais sur les épaules, en lui imposant le secret. Merde. J'allais devoir m'arranger seule. « Je pense m’y connaître plus que tu le penses à propos des lycans, mais je suis loin, très loin d’être le plus informé sur le sujet. Donc, tu n’auras pas vraiment le choix. Troisièmement… Il faudrait que tu me parles autrement. J’aurais pu te laisser devant ma porte, tu en es consciente, n’est-ce pas ? J’aurais trouvé une excuse.» Je levai les yeux aux ciel. Non mais cet orgueil, c'était maladif ou quoi ? Sérieusement, non, il ne s'y connaissait pas autant qu'il semblait le croire, ça j'en était certaine. Personne ne connaissait les lycans comme il se doit, je peux vous en donner ma parole. Le rejet, la peur, l'incompréhension, il n'était pas surprenant de voir les lycanthropes vivre loin des humains non-affectés.
« Avec toutes tes menaces, je ne vois pas pourquoi je te parlerais avec respect. Tu n'es sérieusement pas mieux que moi, et tu le sais.»
J'avalai le surplu de salive ferreuse qui s'était accumulé dans ma bouche entre chacun de mes mots. Je reposai ma tête sur le lit, fermai les yeux.
« Tu ne m'aurais pas laissé là. Tu es trop lâche pour laisser quelqu'un mourir sous ta garde.»
Oui, c'était plus fort que moi. Il avait été hostile envers moi dès le début, à un point où il ne pouvait plus blâmer sa gueule de bois. Mais il m'avait aidé. Seule une personne réellement ignoble aurait le courage de laisser quelqu'un mourir lors qu'ils auraient pu l'aider.
« Reste que je suis heureuse que tu sois lâche. Comme ça je pourrai aller tordre le cou à celui qui m'a fait ça. »
Remercier était trop difficile pour moi, surtout vu l'amertûme avec laquelle nous avions discuté depuis le début. Tous deux agissions comme il nous était dicté : lui devait m'aider par principe, et moi je devais le remercier, apparement. Être reconnaissante était beaucoup me demander. Après tout, j'aurais peut-être aimé qu'il me laisse là, sans m'aider.




I became insane, with long intervals of horrible sanity — How can any of us breathe, beneath this sky of subliminal madness


Revenir en haut Aller en bas
Zephÿr Rosenberg
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Garde-chasse.
Célébrité : Gerard Way.
Pseudo : from the morgue Âge : 19 Parchemins : 1192 Gallions : 1649 Date d'inscription : 06/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
60/100  (60/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1167-the-outsider-rosenberg http://www.mumblemumps.com/t1187-like-a-ghost-z-r http://www.mumblemumps.com/t1448-rosenberg-z-mailbox http://www.mumblemumps.com/t2066-fromthemorgue-s-journal

Dissolved Girl
Krushnic & Rosenberg
Zephÿr voudrait vraiment partir, mais il ne veut pas vraiment laisser Zoya au milieu de sa cabane, avec toutes ses affaires. Il est loin de faire confiance à la Serpentard, et rien qu’avec la façon dont elle lui parle, il n’a pas envie. Clairement, la situation l’emmerde et il regrette un peu, même s’il sait au fond qu’il a fait le bon choix en la prenant chez lui, vu son état. Tout de même, il la trouve vraiment désagréable, comme élève – alors que lui-même est loin d’être mieux, certes. D’habitude, le garde-chasse a plus l’habitude d’imposer le respect plutôt qu’on le prenne de haut comme elle fait, du moins, avec les élèves. Avec ses collèges… c’est différent et ça dépend, bien que globalement, ce ne soit pas vraiment la joie non plus. Il ne fait aucun effort, et il le sait. Très franchement, sur le coup, cela lui importe peu. Vaut mieux être seul que mal accompagné, comme on dit si bien. Tout en cherchant ses fioles, il jette un regard à la Serpentard. Bon sang, elle est vraiment dans un sale état. « Avec toutes tes menaces, je ne vois pas pourquoi je te parlerais avec respect. Tu n'es sérieusement pas mieux que moi, et tu le sais. » Zephÿr lui lance un regard noir. Elle ne veut pas se la fermer deux secondes ? Elle lui fout vraiment les nerfs à vifs, là. Ce n’est pas possible d’avoir si peu de modestie ! Il pensait être peu modeste de temps à autre, mais alors là, elle le dépasse largement. Il ferme le placard violemment, dans un lourd bruit. Il est énervé, ça y est. Le métamorphomage a tenté d’être compréhensif, de se contrôler un minimum mais là, elle dépasse les bornes et pas qu’un peu, bon sang. Il s’approche, doucement, lentement, la fixant, alors qu’elle a fermé les yeux. « Tu ne m'aurais pas laissé là. Tu es trop lâche pour laisser quelqu'un mourir sous ta garde. » Au moins, elle réfléchit deux secondes. Bien sûr que Zephÿr ne l’aurait pas laissé là. Par contre, là, son « lâche » a du mal à passer. Pourtant, lui-même n’hésite pas à qualifier son frère ainsi, malgré tout. C’est sûr que maintenant, il ne laisserait personne mourir quand il peut faire quelque chose. Ce n’est pas ce qu’il veut, et il pense avoir trop vu de morts pour une seule vie. Pourtant, dans le passé, il a dû laisser des gens mourir, devant lui, sans pouvoir rien faire. Cette pensée lui rappelle de mauvais souvenir et il tente de la chasser de son esprit. « Reste que je suis heureuse que tu sois lâche. Comme ça je pourrai aller tordre le cou à celui qui m'a fait ça. » Toujours énervé, le garde-chasse a un rictus en l’entendant parler. Bon sang, quand on est jeune, on a l’impression que le monde entier est à notre portée, il en a fait les frais. Elle veut se venger, très bien, qu’elle le fasse.

Il s’assoit de nouveau sur la chaise près du lit, et sort une cigarette du paquet se trouvant sur la table, non loin de lui. Il tire une latte et laisse la fumée se disperser autour de lui. « Je suis fatigué, Krushnic, de tes manières et tes remarques à deux balles. » Il tousse un coup avant de reprendre. Il est vraiment lassé, à force, de cette situation. Il se lève et attrape les fioles qu’il vient tout juste de sortir des placards. « Pionce ici si ça te chante. Passe la nuit ici, même. Ne te lève pas, sauf en cas de besoin, ça risque d’ouvrir les blessures un peu plus encore. » Il s’approche de la porte d’entrée, attrape son manteau et le met. Il va sûrement rentrer tard, de toute façon, et dormir sur le canapé, ça fonctionne aussi. « Oh et si tu touches à quelque chose, je le saurais. Demain matin, que tu ailles mieux ou non, tu partiras. Je veux bien être gentil, deux secondes, mais ton comportement me gonfle. Tu iras voir un médicomage si ça ne va pas mieux. Ce n’est pas mon métier, après tout. » Zephÿr sort dehors, claque la porte, ne lui laissant pas le temps de parler. Il n’a pas envie de perdre encore son temps à recevoir des critiques, des remarques vaseuses d’une élève qui n’a pas la décence de fermer sa bouche quand il le faut. Il a perdu patience, mais il n’est pas cruel. Il ne peut plus risquer la vie des gens comme ça. Il tire une dernière latte de sa cigarette, la jette au sol comme un connard pas du tout écolo et se dirige vers le Chemin de Traverse.

Spoiler:
 
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.




DEMOLITION LOVERS
I'm trying, i'm trying, to let you know just how much you mean to me. And after all the things we put each other through and i would drive on to the end with you. A liquor store or two keeps the gas tank full and i feel like there's nothing left to do but prove myself to you and we'll keep it running until the end of everything. (by endlesslove)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
Dissolved Girl ☾ Zephyr & Zoya
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: SAISON 1-
Sauter vers: