Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 6
La version six est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'anniversaire du forum et la rentrée, venez fêter avec nous !
Découvre tout ici
Joyeux anniversaire !
Mumblemumps vient de souffler sa première bougie. Venez la célébrer avec nous !
Plusieurs animations ont été mises en place pour festoyer comme il se doit !
Jette un oeil aux animations !
Besoin d'Aurors !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard,
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

We lie here and we lie here | Willa&Flynn

Flynn L. North
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : Gryffondor en seconde année GISIS, cursus sécurité magique
Célébrité : Jonathan Young
Pseudo : Zire Âge : 23 Parchemins : 1227 Gallions : 231 Date d'inscription : 01/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1545-flynn-theres-a-million-things-i http://www.mumblemumps.com/t1549-flynn-id-rather-be-divisive-than-indecisive http://www.mumblemumps.com/t1551-flynn-when-youre-gone-who-remembers-your-name http://www.mumblemumps.com/t2074-journal-de-zire



We lie here and we lie here

Le Gryffondor ne sait pas pourquoi il est là, maintenant. Pourquoi il avance lentement, observant chaque paysage, chaque détail, écoutant docilement chaque mot visant à le rendre dingue, ou tout du moins à lui donner un bon mal de crâne. Il les entend, il comprend bien que sa présence dans le couloir les met tous de bonne humeur, leur donnant une occasion magnifique de s'adonner à leur passe-temps préféré. Il sait qu'il doit avoir un doux côté masochiste en se rendant de lui-même dans la galerie. Peut-être que c'est en lien avec son épaule, qui claque encore par moments depuis qu'il est tombé de son balai en entraînement. Peut-être que son tendon qui le tire un peu, lui arrachant parfois une grimace, joue sur sa logique et sur ses raisonnements. Peut-être que c'est le médicament qu'il se retrouve à prendre pour guérir au mieux, qui contient Merlin-seul-sait-quoi et qui lui fait parfois avoir des idées un peu étranges. Oui, c'est surement ça. En attendant, il avance pas par pas, acquiesçant à chaque fois qu'on lui adresse la parole sans jamais répondre autrement que par un sourire ou un froncement de sourcil.

Plus Flynn avance, plus le tout se fond dans son crâne en un brouhaha qu'il ne comprend plus, parce qu'il n'y prête plus attention. Il se demande, vaguement, si en continuant il peut atteindre le bout du couloir. S'il peut arriver à la fin qu'il ne voit pas. Il doit bien y en avoir une, de fin, non ? Très brièvement, l'idée qu'il n'avance pas, qu'il n'en ait que l'impression, lui traverse l'esprit, mais quand il se retourne, il voit chaque mètre qu'il a fait s'étendre devant son regard, même s'ils sont peu nombreux. Il se dit un court instant que les tableaux jouent avec lui, qu'en se déplaçant, ils lui donnent le sentiment de faire de la distance, mais qu'il se trompe. Et entre sa tête un peu embrumée et ce qu'il voit, ce qu'il pense, il ne sait plus ce qu'il doit croire. Alors, peut-être de manière stupide, il se met en tête d'arriver au bout, de voir où tout ça le mènera.

Il met un instant à réaliser qu'il n'est pas tout seul, que quelqu'un d'autre est assis un peu plus loin. A voix basse, sa bouche se permettant d'exprimer à voix haute ce qu'il pense, il se met à se poser des questions sur l'identité de la personne qui se rapproche de lui, ou plutôt dont il s'approche lui. Oui, plutôt dans ce sens-là. Il se met à imaginer les raisons qui peuvent bien pousser quelqu'un à rester assis ici, entouré de tous ces portraits qui jactent à longueur de journée, surtout dès qu'ils ont de la visite. Peut-être que la personne est sourde. Ou malade. Ou dingue. Ou morte. Peut-être morte. A cette possibilité, il presse le pas qui était toujours très lent. Rapidement, il la reconnaît, de par ses cheveux, de par sa carrure. Quand il n'est qu'à un mètre d'elle, il la voit faire la même chose que la dernière fois quand il est arrivé alors qu'elle n'attendait personne, ses mains dans son dos, son éternel air inquiet sur le visage. Willa ! Un peu trop enjoué, il se laisse tomber sur le sol à côté de la Serpentard, sans lui demander son avis. Qu'est-ce que tu fais là ? Je te dérange ? Il pince les lèvres en attendant sa réponse, ses réponses, ses yeux clairs grand ouverts et fixant la jeune femme sans presque ciller, mais rapidement il se remet à penser à voix haute. C'est quand même marrant qu'on se retrouve, hein ? Si ça se trouve, on est en train de revivre la dernière fois ! L'idée le fait rire, même s'il n'y croit pas un seul instant. Il ne sait pas pourquoi elle le fait rire, d'ailleurs. Il est fatigué, un peu. Il veut penser mais il a un peu de mal. Il y arrive, mais avec un peu de peine.

made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Willa Lundgren
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : première année de GISIS, en sciences occultes.
Célébrité : aurora aksnes.
Pseudo : from the morgue Âge : 19 Parchemins : 954 Gallions : 197 Date d'inscription : 01/12/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t703-it-was-a-lie-when-they-smiled-wi http://www.mumblemumps.com/t748-the-great-beyond-w-l http://www.mumblemumps.com/t746-lundgren-w-tell-me-everything

We will lie here and we lie here
North & Lundgren
Elle s'est planquée. Pour la énième fois cette année, pour faire perpétrer cette habitude qui pourtant, l'isole. Un peu plus encore. Le pire dans tout ça, c'est qu'elle a de moins en moins d'endroits où s'isoler. C'est de pire en pire. Elle ne peut pas rester dans un couloir trop longtemps, elle peut de moins en moins sécher les cours à sa guise, parce que ses notes ont un poil baissé, parce qu'elle se sent constamment épiée, où qu'elle aille. Elle est de nouveau seule, volontairement et involontairement à la fois. Elle n'a plus personne. Elle n'a plus Kamen. Elle est seule au monde. Les mains tendues sont encore de plus en plus rejetées, et encore, ce n'est pas comme si elles étaient tellement là, ces mains. Personne ne se soucie d'elle, visiblement. Pas blessée pour un sou en apparence, Willa fait son possible pour ne pas jouer la victime même si pour une fois, elle en meurt d'envie. Juste pour avoir l'attention sur elle, au moins deux secondes. Alors, en cette fin d'après-midi, elle a décidé de se rendre dans la galerie des portraits. Peut-être que leur brouhaha incessant allait lui permettre de sortir de sa solitude. Installée dans la bibliothèque, elle range ses livres et descend les marches pour se rendre à l'endroit voulu. La jeune femme croise des élèves, ne leur jette pas même un regard. Peut-être qu'elle allait arrêter de fixer tout le monde, peut-être qu'elle allait juste arrêter de se mentir, de se voiler la face. Peut-être qu'il faudrait qu'elle détruise officiellement cette carapace, qu'elle se montre au grand jour ? Mais est-ce vraiment utile ? Est-ce vraiment une bonne chose, pour elle ? Elle en doute, Willa. Elle voit les choses s'empirer. Arrivée dans la galerie, la Serpentard se fait surprendre par les divers portraits qui commentent sa venue ici. Elle soupire, déjà lassée. Plus elle avance, plus elle regrette d'être là tellement le bruit est insupportable. Pourtant, elle ne fait pas demi-tour, bien décidée à rester là malgré tout. Cherchant un endroit où s'asseoir sans finir par se faire engueulée par l'un des portraits, la Suédoise s'impatiente, avant de finir par trouver un endroit libre où caler son dos contre la pierre. Elle se laisse glisser, au grand désarroi d'un portrait d'un vieux sorcier qui lui est complètement inconnu. Puis, la jeune femme fit comme à son habitude. Depuis l'âge de seize ans, elle garde avec elle cette vieille lettre. La seule trace d'un éventuel bonheur, la seule trace d'une famille qu'elle ne connait pas. C'est tout ce qu'elle a de ses parents adoptifs. Est-ce qu'ils sont morts ? Est-ce qu'ils sont vivants ? Elle n'en a foutrement aucune idée. Quand elle s'isole, elle relit cette lettre, la froisse, la déchire, la remet en état. Aujourd'hui, elle ne ressemblait plus à rien, seulement lisible grâce à quelques sorts. Une véritable obsession, synonyme de ce manque d'affection bien présent. Elle se console comme elle peut, mais elle sait très bien que c'est mauvais. Elle continue pourtant, depuis tout ce temps, à relire ce bout de papier qui signifie tant. Un jour, peut-être, elle arrêtera. Mais pas maintenant, non, il est trop tôt. Trop tôt.

Elle entend à peine les bruits de pas et les portraits qui s'agitent autour d'elle. Elle se croit « seule », à sa propre merci. Ce n'est que quand elle aperçoit la silhouette qui s'approche un peu plus qu'elle réagit, paniquée. Comme à chaque fois que cela arrive, elle planque la lettre derrière son dos. Personne ne doit savoir, pas tant qu'elle l'aura décidé. « Willa ! » Elle ne reconnait pas la voix sur le coup, le brouhaha des portraits lui embrume encore le crâne. Quand il se laisse tomber près d'elle, elle recule... enfin tente, se heurtant au mur, surprise. Encore lui ? Enfin, encore... La dernière fois qu'elle l'a vu ainsi, c'était en mars, mais c'est quand même dingue qu'il soit encore une fois à un moment où elle s'isole volontairement. « Qu'est-ce que tu fais là ? Je te dérange ? » Willa se frotte les yeux d'une seule main, son bras toujours derrière son dos, puis soupire, alors qu'elle sent son regard sur elle. Oui, elle le dérange, très clairement. « C'est quand même marrant qu'on se retrouve, hein ? Si ça se trouve, on est en train de revivre la dernière fois ! » Elle le regarde. Il y a quelque chose d'étrange quand même. Est-ce qu'il a fait encore une énième connerie, et est venu se planquer ici ? Elle en doute, c'est quand même la pire des cachettes, même pour elle. Au moins, cette fois-ci, elle ne faisait rien d'interdit. Est-ce qu'il est venu volontairement, faire mumuse avec les portraits ? Elle en sait absolument rien. Tout ce que la jeune femme comprend, c'est qu'il se comporte vraiment bizarrement. « Oui, tu me déranges North. » Ce n'est pas une attaque. Elle parle simplement, sans hausser le ton, d'une voix faible. « Et non, on ne revivra pas la dernière fois. » Elle lance un regard mauvais aux portraits qui ne se gênaient absolument pas pour faire des commentaires. « T'as consommé quelque chose ou quoi ? Puis qu'est-ce que tu fais ici ? Tu te planques, encore ? » Les mains derrière son dos, elle froisse de nouveau la lettre, se maudissant et maudissant tous ces portraits avec leurs regards curieux et déplacés vers elle. Que de regrets, encore. Bon sang, mais pourquoi est-elle venue ici, par Merlin ?
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________

YOU ARE ALL I FEAR

If you could see the wreck I am these days, you'd have new reasons to stay away. Just hold my hand for a little while. Misery never goes out of style.
©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Flynn L. North
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : Gryffondor en seconde année GISIS, cursus sécurité magique
Célébrité : Jonathan Young
Pseudo : Zire Âge : 23 Parchemins : 1227 Gallions : 231 Date d'inscription : 01/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1545-flynn-theres-a-million-things-i http://www.mumblemumps.com/t1549-flynn-id-rather-be-divisive-than-indecisive http://www.mumblemumps.com/t1551-flynn-when-youre-gone-who-remembers-your-name http://www.mumblemumps.com/t2074-journal-de-zire



We lie here and we lie here

Oui, tu me déranges North. Il fait la moue, fait mine d'être blessé, portant une main à sa poitrine. Et non, on ne revivra pas la dernière fois. Trop concentré sur ce qu'elle dit pour pouvoir la comprendre, il n'arrive pas à saisir un traître mot sur ce qu'échangent les portraits. Il se contente de soupirer, presque déçu, son rire totalement éteint, avant de laisser sa tête heurter le mur derrière lui sans grand ménagement, fermant les yeux. T'as consommé quelque chose ou quoi ? Puis qu'est-ce que tu fais ici ? Tu te planques, encore ? Il inspire un grand coup, rouvre les yeux pour les poser sur la blonde à côté de lui, puis penche doucement la tête sans l'en éloigner du mur. Nan, pas de planque pour cette fois. J'en ai pas besoin. Surtout que ce couloir serait une vraie planque de merde, tiens. Suffit de demander à ceux-là, il montre du pouce les tableaux au-dessus d'eux, pour qu'ils balancent en deux minutes qu'on est là. Et encore, c'est si on nous voit pas de touuuuut là bas ! Le bras jeté en direction du début du couloir l'entraîne presque, lui faisant légèrement perdre l'équilibre l'espace de quelques dixièmes de seconde, le temps qu'il récupère. Je limite les conneries sur la fin de l'année, histoire de pas trop trop perturber avec les exams qui se pointent. C'est stressant, cette merde, les gens ont pas besoin qu'en plus de ça, leurs tables se barrent dans une autre salle en se dandinant sur leurs pieds comme elles peuvent alors qu'ils sont en train de réviser. Flynn semble pensif, laissant ses mots lui échapper sans vraiment y réfléchir avec attention. Il pince les lèvres, laisse son regard courir sur le visage de la Serpentard. Je voulais savoir si... Ce qu'il y a tout au bout, tu sais ? Je leur ai demandé, mais ils veulent pas me le dire, ces enfoirés. OUI C'EST DE VOUS QUE JE PARLE ! Sa dernière phrase s'adresse aux tableaux, notamment au Chevalier du Catogan dont il espérait obtenir un peu d'aide en tournant tout ça comme une quête, mais qui l'a laissé se débrouiller seul. Du coup, j'ai commencé à marcher un peu. Ça fait pas de mal, marcher. Et puis je suis tombé sur toi. Du coup je me suis arrêté. Il énonce évidence après évidence, son ton neutre, ses dents agrippant l'intérieur de sa joue.

Ses jambes se replient contre son torse, ses avants bras posés sur ses genoux, ses doigts croisés, sa joue venant s'appuyer sur le tout, sans jamais quitter Willa des yeux, le geste arrachant un début de grimace à l'Anglais, sa douleur étouffée lui rappelant tout de même sa présence. J'ai... Un médoc, un truc qu'on m'a filé à l'infirmerie. Je sais pas ce qu'ils foutent dedans, mais bon sang. Il hausse les sourcils, soupire. Qu'est-ce que tu planques ? Il tente un coup de menton pour désigner ses mains cachées dans son dos, mais la position ne le lui permet pas vraiment. Il commence à énoncer à voix haute les possibilités qui lui viennent, comme le journal du jour -pourquoi est-ce qu'elle irait le planquer ?!-, de la poésie écrite de sa main -et là, d'accord, peut-être qu'il y a des raisons de le cacher-, une lettre d'amour, allant du plus normal au plus ridicule, proposant même une liste de bons de réductions chez Honeydukes qu'elle voudrait garder pour elle.

made by roller coaster
Revenir en haut Aller en bas
Willa Lundgren
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : première année de GISIS, en sciences occultes.
Célébrité : aurora aksnes.
Pseudo : from the morgue Âge : 19 Parchemins : 954 Gallions : 197 Date d'inscription : 01/12/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t703-it-was-a-lie-when-they-smiled-wi http://www.mumblemumps.com/t748-the-great-beyond-w-l http://www.mumblemumps.com/t746-lundgren-w-tell-me-everything

We will lie here and we lie here
North & Lundgren
Willa n'a pas pour habitude de venir dans la galerie des portraits. C'est, de base, un endroit qu'elle évite. Les blablas incessants des portraits agaceraient n'importe qui, et elle n'est pas une exception. Pourtant, la jeune femme est venue ici, et pas autre part. Ce choix, elle le regrette amèrement, mais au moins, elle n'est plus seule pour les supporter. La présence de Flynn l'étonne, encore une fois. Il a visiblement tendance à se ramener dans les situations où elle souhaite rester seule - c'est-à-dire, le trois quart du temps. Elle se demande réellement pourquoi il est là, la trouvant de nouveau dans la même situation que la dernière fois. La lettre froissée dans son dos, son comportement méfiant. Rien a changé. « Nan, pas de planque pour cette fois. J'en ai pas besoin. Surtout que ce couloir serait une vraie planque de merde, tiens. Suffit de demander à ceux-là, pour qu'ils balancent en deux minutes qu'on est là. Et encore, c'est si on nous voit pas de touuuuut là bas ! » Willa acquiesce. C'est vrai que se cacher ici, c'est loin d'être l'idéal. Un fou viendrait, peut-être, mais pas quelqu'un de censé, ou sain d'esprit. Un idiot. Elle lance des regards derrière elle, consciente d'être le centre d'attention, avec Flynn, de ces fameux portraits bavards. Elle les entend marmonner, même en se bouchant les oreilles - elle a essayé -, et c'est une vraie plaie. Elle retient un mouvement de recul face aux gestes brusques du Gryffondor. « Je limite les conneries sur la fin de l'année, histoire de pas trop trop perturber avec les exams qui se pointent. C'est stressant, cette merde, les gens ont pas besoin qu'en plus de ça, leurs tables se barrent dans une autre salle en se dandinant sur leurs pieds comme elles peuvent alors qu'ils sont en train de réviser. » La Serpentard s'empêche de glousser. Loin d'être convaincue qu'il « limite les conneries sur la fin de l'année » comme il dit si bien, elle le voit plutôt entrain d'imaginer comment rendre ces examens plus... festifs. D'ailleurs, elle n'y pensait plus, aux examens. Elle ne peut s'empêcher de lâcher un long soupire. Les examens. Bon sang, elle a à peine travaillé ces derniers jours et le temps passe. Sans s'en rendre compte, il vient de lui rappeler que si elle ne bouge pas ses fesses, elle risque de finir dans la mouise. « Je voulais savoir si... Ce qu'il y a tout au bout, tu sais ? Je leur ai demandé, mais ils veulent pas me le dire, ces enfoirés. OUI C'EST DE VOUS QUE JE PARLE ! » Wow. Le Gryffondor est visiblement déchaîné. La dernière fois, il avait l'air plus calme. Les différents tableaux s'agitent un peu plus encore, et Willa se maudit d'être là à supporter ça. La Suédoise a du mal à comprendre Flynn, là, tout de suite. Elle sent son regard posé sur elle, et ne peut s'empêcher de se sentir inconfortable, un peu plus encore. « Du coup, j'ai commencé à marcher un peu. Ça fait pas de mal, marcher. Et puis je suis tombé sur toi. Du coup je me suis arrêté. » Un peu perdue, la Serpentard fait un simple mouvement de tête, comme si elle l'écoutait. En réalité, elle bouillonne, s'empêchant d'envoyer les portraits se faire foutre tellement ce brouhaha la perturbe. Trop de bruit. Elle a besoin de silence, au moins deux minutes.

Willa se voit déjà finir avec une migraine. Elle regarde Flynn se recroqueviller sur lui-même, la regardant. « J'ai... Un médoc, un truc qu'on m'a filé à l'infirmerie. Je sais pas ce qu'ils foutent dedans, mais bon sang. » La jeune femme fait la grimace. En effet, ce fameux médicament doit être vraiment fort, vu comment il se comporte. Si elle a choisir, elle préfère largement le Flynn calme au Flynn complètement dans les vapes et déchaîné. «  Qu'est-ce que tu planques ? » Il est sûr et certain que la panique se lit dans les yeux de Willa. Le Gryffondor, bien que shooté par les médicaments qu'on lui a donné, a remarqué qu'elle cache quelque chose. La dernière fois, elle avait réussi par elle ne sait quel miracle, à lui cacher cette lettre, alors qu'il était arrivé dans un moment similaire à celui-ci. Il s'amuse à tenter de deviner ce qu'elle peut bien cacher avec un amusement qui ne l'amuse guère. Elle froisse un peu plus le bout de papier derrière son dos. Vite, il faut changer de sujet. « Qu'est-ce que t'as foutu exactement pour en arriver à devoir prendre des médocs qui te rendent... comme ça ? » Elle colle un peu plus son dos au mur, ignorant le brouhaha agacé des portraits derrière elle. « Tu devrais aller dormir un coup, voir si ça passe. » Une pointe de panique se fait remarquer dans sa voix. Willa s'éloigne de lui, tente d'échapper au pire. C'est hors de question qu'elle lui montre, qu'elle lui explique. Pas ici, pas maintenant. Elle ne le connait pas assez... Non. Elle ne sait même pas si elle peut lui faire confiance. Les deux mains désormais derrière le dos, elle regarde les portraits, se demandant s'ils allaient parler. Pourquoi est-elle venue ici déjà ?


Spoiler:
 
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________

YOU ARE ALL I FEAR

If you could see the wreck I am these days, you'd have new reasons to stay away. Just hold my hand for a little while. Misery never goes out of style.
©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
We lie here and we lie here | Willa&Flynn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Willa Holland #002 Avatar 200*320 pixels
» (f) willa holland → soeur (++)
» 1/16 : Willa Holland vs Michelle Keegan
» Laissez passer la marquise ... (en cours de réalisation !)
» Et si nous profitions de ce beau temps... [PV Nina]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Elsewhere :: flashback-
Sauter vers: