Le gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 4
La version quatre est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, nouveaux groupes...
Découvre tout ici
Sujet commun
Il y a de l'agitation dans la Grande Salle, vous vous réveillez à peine et voilà que
vous découvrez qu'elle s'est métamorphosée. Que se passe-t-il de si
urgent pour que ça n'attende même pas un bon petit déjeuner ?
Tu le sauras en cliquant ici
Quêtes
Les quêtes ont toutes été mises à jour. Vous trouverez celle du personnel ici,
les poufsouffle juste . Les serdaigle ont aussi le droit à un nouveau
sujet par tout comme les serpentard. Les gryffondor, eux,
continuent leur jeu de piste.
Résumé des quêtes
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Quête du Personnel • Alexis

Alexis M. Abberline
Consumed by the shadows
avatar
Maison/Métier : Professeur d'études des RunesCélébrité : Bridget RegandÂge : 28Parchemins : 507Gallions : 830Date d'inscription : 28/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1700-alexis-m-abberline-the-times-we

QUÊTE DES PROFESSEURS

It is our choices that show what we truly are

Tu te souviens des récits qui flottaient sur nombre de lèvres quand tu faisais tes débuts de professeur en ces lieux. On vantait les exploits de l'Élu qui avait su ouvrir la porte de la Chambre des Secrets, la pièce secrète héritée de l'un des Quatre Fondateurs de Poudlard. Tu en frémis à la mention du basilic, créature d'horreur digne des pires cauchemars. Pourtant, l'entrée avait finalement pu être réouverte. Enfin accessible, elle donnait la possibilité de détruire cet endroit de malheur. Tu hésites devant l'entrée alors que la tentation de faire marche arrière te tenaille. Tu secoues la tête découragée de ta propre lâcheté en cet instant. Tu en as pourtant du courage mais cette épreuve ci te glace le sang plus qu'aucune autre. Tu détestes les reptiles, surtout ceux meurtriers. Tu n'aimes pas la raison d'être du gigantesque meurtrier censé éradiquer tous ceux comme toi, au sang impur à ce qu'il parait. Pourtant, quand tu te blesses, ton sang est aussi rouge que le leur. Tu regrettes d'être venue seule faire face à ce qui t'effraie. Figée, tu restes immobile un long moment mais tu entends des voix à l'extérieur, des bruits de pas et tu trembles à l'idée que ce soit des élèves. Tu refuses que certains ne soient tentés par explorer les sombres profondeurs de l'école alors tu fonces sans réfléchir scellant l'entrée derrière toi. « Collaporta. » Un frisson te parcourt l'échine mais maintenant que tu y es, il n'y a plus de retour en arrière. Tu frissonnes sous la sensation d'humidité comme si de l'eau glacée et poisseuse te coulait dans le dos. « Lumos. » Prudemment, tu progresses dans les tunnels éclairant le sol du bout de ta baguette retenant la nausée qui monte devant tous les os qui jonchent le sol. Tu détestes entendre le craquement et tu ne regardes pas devant toi trop concentrée à fixer la proximité immédiate des tes pieds. Tu butes contre la mue du basilic ne pouvant retenir un cri. Tu poses la main sur ta bouche mais soudain, tu n'en crois pas les yeux. Tu recules de quelques pas alors que seul un pas agile te permet d'éviter que la garce ne se referme autour de ton cou. C'est le signe que ton corps attendait pour fuir en courant. Les os craquent sous tes pieds mais cela ne te dérange étonnement plus tandis que tu veux juste fuir la peau supposément morte mais bien décidée à broyer ton petit cou. « Diffindo. » Inerte, la peau retombe mais tu poursuis ta course avant de finalement t’octroyer une pause. Le souffle court, tu te plie en deux essayant de chasser le point de côté douloureux. La peur suinte par tous les pores de ta peau. Tu remarques que tu t'es coupée le bras dans ta fuite mais ce n'est pas trop profond, ce n'est pas comme si tu étais à une cicatrice près. Poursuivre ta route, tu sais que tu le dois mais une partie de toi veut simplement fuir les lieux. Tu songes faire demi-tour mais tu ne tiens pas vraiment à aller vérifier que la mue est bien réduite à néant. On pourra te reprocher ta lâcheté mais tu ne t'en soucies pas alors que la douleur dans ton bras t'élance. Tu sais que c'est une tentative vaine mais tu t'essaies quand même à transplaner en dehors de ces tunnels de malheur. Piégée, tu l'es alors que tu finis par reprendre lentement ta progression. Tu prends ton temps car si tu veux sortir rapidement, l'endroit semble receler mille et un dangers. Tu avances mais tu dois stopper ta progression comme si tout tournait autour de toi. Tu réalises que tout te semble étrangement familier comme si tu y étais passée avant. Tu fronces les sourcils en réalisant que tout se joue de toi. Tu fais une marque sur le mur avant de te retrouver face à elle une dizaine de minutes plus tard. Tu rages intérieurement échappant un grognement de désapprobation avant de recourir à l'enchantement des Quatre-Points pour t'en sortir. Tu te demandes si ces murs de pierres froides ne sont pas animés de leur propre volonté. Tu frémis d'angoisse à l'idée mais tu en as trop fait pour rebrousser chemin maintenant. Tu te retrouves enfin hors de ces stupides tunnels. Ton regard se porte sur les grands piliers de pierre. Tu t'autorises une courte pause. Tu t'assieds au sol en fixant l'entrée de la pièce principale. Ta main glisse sur la coupure de ton bras puis dans tes cheveux poisseux. Ils sont collants et tu t'interroges avant de remarquer que du sang s'écoule d'une petite blessure. Tu n'as pas la moindre idée d'à quel moment, tu as bien pu te cogner mais tu t'es blessée. Tu iras faire soigner cette blessure quand tu sortiras d'ici. Tu inspires profondément avant de te redresser regonflée à bloc. Ce ne sont plus que des ruines, bientôt réduites à rien. Tu ne vas pas te laisser abattre. Tu t'avances et tu ne réfléchis plus avant de lancer le sort voué à exploser les piliers, enfin plutôt les faire disparaître. « Flipendo. » Tout se met à trembler et tu vois les pierres s'effondrer réduisant de secondes en secondes tes chances d'entrer réellement dans la chambre des Ténèbres. Tu n'as qu'un dixième de secondes pour te demander ce que tu fais et tu fonces tête baissée. Tu essaies d'éviter les débris qui tombent tout autour de toi ton regard focalisé sur la faible ouverture qui se réduit d'instant en instant. « Protego. » et « Flipendo. » sont tes meilleurs alliées mais soudain la douleur se fait atroce. Tu l'ignores même si elle t'élance au point de te brouiller la vue. Tu secoues la tête en l'ignorant. Tu as la tête qui tourne mais tu ne faiblis pas avant de tomber à genoux le souffle court regardant en arrière les pierres toutes plus imposantes qui bloquent maintenant l'entrée mais aussi sortie. Tu l'as échappé belle mais ton poignet gauche te fait souffrir. « Ferula. » Tu immobilises la source de tes souffrances. Tu donnerais énormément pour un verre de whisky pur feu en cet instant précis. Mais soudain, tu les vois ramper vers toi, petit serpent de pierre. Tu n'as pas la force de te lever pour fuir car ton cœur bat encore trop fort après tant d'émotions. Tu pointes la baguette vers les vipères les plus proches. « Expulso. » Repoussées plus loin, elles sont trop nombreuses revenant invariablement. Tu n'as pas le temps d'en voir une approcher mais sa morsure semble étonnement réelle pour de la pierre. Tu tentes de les figer mais elles sont trop et elles semblent ne pas vouloir rester tranquilles. « Immobilus. » Tu commences à désespérer sincèrement et la panique te gagne alors que leur morsure semble porteuse de venin. Tu ne doutes plus que tu devras probablement passer par l'infirmerie. Soudain, un éclair de génie ou le fruit du désespoir te pousse à prononcer la dernière incantation que tu as en réserve. « Vipera Evanesca. » Tu souffles de soulagement quand elles disparaissent. Tu regardes autour de toi mais ton sang se glace quand ton regard se pose sur la statue du fondateur de la chambre. Tu sens la colère monter alors que de loin tu te remémores les insultes que tu as tant de fois entendues. Tu te souviens la manière dont certains sangs purs t'ont bousculée dans les couloirs et parfois même plus. Tu ressens aussi de la tristesse car une fois de plus tu as envie de jurer et injurier tous ceux qui pensent que leurs sang est plus pur. « Tss, on a tous du sang rouge qui nous coule dans les veines. Il y a rien de plus ou moins pur. » Tu parles seule, tu t'adresses à cette relique du passé. Tu veux lui prouver que toi pauvre petite impure tu vas détruire sa petite création, insulte à tous ceux opprimés et tués pour leur sang. « Confringo. » Tu lances plusieurs fois le sort. Tu te tiens droite, fièrement devant la face de pierre qui se craquelle, se morcelle pour finalement exploser. Mais avant qu'elle ne soit réduite en miettes, la tête lance une substance visqueuse. Tu n'as pas le temps de l'esquiver alors qu'elle frôle ta robe de sorcier. Tu comprends que si tu ne te protèges pas, la statue aura ta peau. « Salveo Maleficia. » Tu répètes le sort plusieurs fois jusqu'au moment où la statue n'est plus. Mais la substance semble elle aussi étonnamment vivante alors qu'elle gruge le tissus de ta robe. Tu te sens paniquer. « Aguamenti. » Tu espères éliminer toute trace du poison de tes vêtements mais sans succès alors que tu ressens la brûlure atteindre ta peau alors que le venin a traversé le tissu. « Tergeo. » Enfin, tout disparaît et tu te demandes si enfin tout est fini. Tu l'espères sincèrement. Tu trembles un peu mais froid ou peur, tu ne saurais le dire. Ta robe de sorcier te colle à la peau alors qu'elle est gorgée d'eau. Tu hésites mais tu finis par l'enlever. Tu ne veux pas perdre de temps à la sécher et si le pire est à venir, tu veux être plus à l'aise dans tes mouvements. Tu portes un jeans et un t-shirt à manches courtes. Il fallait que ta peau soit exposée. Il fallait qu'elle soit plus aisée à meurtrir. Tu réalises que c'est une mauvaise idée. « Tergeo. » Tu enlèves l'eau de ta robe de sorcier mais au moment de t'en saisir, ton regard tombe sur le plafond. Tu te demandes ce que c'est encore mais le tourbillon se forme rapidement et tu regardes ta robe s'envoler aspirée par le plafond. Tu cherches comment te mettre à l'abri mais partout des blocs de pierre sont emportés. Tu cherches ce à quoi tu pourrais te retenir mais impossible, la force du vent est bien trop forte. « Colloshoo. » Tes pieds sont vissés au sol et tu fermes les yeux espérant que ce soit assez puissant pour te retenir ici et non te voir engloutie et perdue à jamais dans cette masse sombre. « Protego. » Des tes d'objets s'envolent et tu essaies de t'en protéger mais tu ne peux pas tous les éviter. Tu vas ressortir avec quelques ecchymoses de toute cette aventure. Tu as l'impression que cela dure une éternité mais enfin le calme se refait dans la pièce. Il n'y a plus que le silence pour répondre à ton souffle court. « Finite. » Tes jambes te semblent fragiles comme sous l'emprise d'un sort de Tarentallegra. Tu te laisses tomber au sol sur les fesses. C'est l'enfer mais tu es proche du but. Tu songes aux centaines d'élèves qui foulent le sol au-dessus de ta tête. Cela te donne le courage et de te calmer et de respirer plus sereinement. Tu dois les protéger, c'est ta mission et tu la prends très à cœur. Ton cœur reprend un rythme plus raisonnable et tu te redresses sur tes jambes faibles mais qui te soutiennent cette fois. Tu songes à quitter les lieux mais en te retournant tu l'aperçois. Monstre sombre née du royaume des ombres du passé, il se dresse et fond sur toi à la vitesse de la lumière. Tu ne peux pas l'esquiver mais tu espères dévier sa trajectoire. Tu pointes des débris au sol pour les lancer vers lui. « Waddiwasi. » Les objets passent à travers lui mais pourtant un vieux réflexe semble le pousser à les éviter. Tu frémis un peu alors que tu cours pour te cacher le cœur battant. Tu n'as pas la moindre idée de comment le vaincre. Tu te creuses les méninges mais comment vaincre un ennemi qui n'est fait que de brume. « Evanesco. » À défaut de le vaincre, tu peux toujours tenter de le faire disparaître. Mais rien ne semble fonctionner, tu finis par t'essayer à lancer les sorts que tu emploierais pour vaincre un obscurus. « Lumus Solem. » La masse sombre perd sa forme pour devenir Ténèbres. Elle balaie tout sur son passage. Tu ne lâches pas le sort malgré que tu ressens une douleur vive là où les objets alentours heurtent ta peau à nu. Tu ne peux pas te protéger. Tu es bien trop concentrée sur la forme noire. Tu sens du sang couler mais finalement elle explose réduite à néant. Tu la regardes disséminée. Tu la fixes disparaître et tu tombes à genoux. Cette fois, il est temps d'en finir. Il est tellement clair que rien ici n'est normal, la pièce semble animée de sa propre volonté. Tu ressens la magie noire dans l'air. Elle te pèse. Tout doit définitivement être détruit. En s'effondrant la statue a percé une possibilité de repli pour toi. Tu t'y avances péniblement. Tu regardes une dernière fois derrière toi mais il n'est pas question que la chambre ne puisse jamais piégé aucun autre ou attirer de pauvres enfants en son sein pour les détruire. Tu refuse que quiconque soit à nouveau en danger par sa faute alors elle doit retourner au néant et tu veux détruire toute la magie noire qu'elle accueille encore en son cœur Tu sers les poings mais avant tu essaies de diminuer la profondeur de certaines des coupures qui couvrent maintenant ta peau. « Vulnera Sanentur. » Tu pointes ta baguette et tu trembles pas certaine d'avoir assez de magie. Tu fermes les yeux puis tu regardes tout autour soucieuse de graver à jamais les images de ta mémoire, te souvenir pour toujours du jour où la chambre des secrets a finalement été détruite. Tu fais naître la force en toi pour fuir aussi rapidement que possible. Tu te prépares à la course de ta vie. « Feudeymon. » Le feu naît du bout de ta baguette mais rapidement les flammes partent à la recherche de tout ce qu'elles peuvent dévorer gagnant en puissance. Tu vas finir par haïr les serpents après cette journée alors qu'elles prennent la forme d'un basilic géant. Elles semblent se délecter des relents de magie noire. Tu es fascinée mais simplement quelques secondes avant de fuir. Tu cours dans les couloirs remerciant ta présence d'esprit qui t'a conduit à marquer les murs pour retrouver ton chemin. Tu n'as plus de souffle. Ton corps te fait mal mais tu ne t'arrêtes que lorsque tu es proche de la sortie. Tu trembles mais tu te retournes pour faire face au Feudeymon qui arrive sur toi décidé à te dévorer. Tu ressens la brûlure sur ta peau mais tu prononces avec une force venue du simple instinct de survie. « Finite Incantatem. » Tu ne cherches pas à avoir confirmation que le sort est bien neutralisé mais tu te précipites vers ta porte de sortie. « Alohomora. » Tu vois la lumière et tu ressens la pureté d'un air moins vicié. Tu y vois de l'espoir. C'est tout ce que ça symbolise pour toi. Tu te retrouves dans les toilettes des filles et tu scelles le tout derrière toi. « Collaporta. » Tu te laisses glisser au sol et tu fixes les murs maintenant clos de la défunte chambre des secrets. Tu as mal partout. Ton cœur bat trop vite. Tu as mal à la tête. Mais tu t'en es sortie. Tu prends le temps de souffler dans l'attente de retrouver un peu d'énergie pour traîner ton corps meurtri à l'infirmerie. Tu ris mais d'un rire nerveux et tu te promets de ne plus jamais revivre pareille aventure seule. Tu songes un instant demander de l'aide mais pour l'instant, tu t'octroies le repos des braves après le combat.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________

LA MORT DES AMANTS


Usant à l'envie leurs chaleurs dernières | Nos deux cœurs seront deux vastes flambeaux | Qui réfléchiront leurs doubles lumières | Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux. | © FRIMELDA

Revenir en haut Aller en bas
 
Quête du Personnel • Alexis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» QUI EST JUDE CELESTIN ? POURQUI ET PKWA LUI ET NON PAS ALEXIS ?
» Temoignage Personnel
» APRES LE CHOLERA,LE SIDA , ARISTIDE,PREVAL,ALEXIS YON LOT GWO MIZE POU LE PEP
» M. Eddy-Jackson Alexis proteste contre le partenariat entre l’AJH et la MINUSTAH
» Le premier ministre Alexis improvise un plan contre la vie chère...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Elsewhere :: ONE SHOT-
Sauter vers: