Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 5
La version cinq est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'été, faites le plein de festivités !
Découvre tout ici
Sujet commun
Vous avez envie de profiter pleinement des animations de la coupe du monde,
venez découvrir les nombreuses activités mises en place pour l'été !
Fêtes foraines, séances de dédicaces, match, les ingrédients sont réunis pour faire la fête !
Clique pour découvrir le Speed Dating de l'été
Quêtes
Les quêtes ont toutes été mises à jour. Vous trouverez celle du personnel ici,
les poufsouffle juste . Les serdaigle ont aussi le droit à un nouveau
sujet par tout comme les serpentard. Les gryffondor, eux,
continuent leur jeu de piste.
Résumé des quêtes
Radio Quidditch
Pour l'été, la brigade magique ne fait pas les choses à moitié,
de la nouveauté vous attend sur vos ondes !
Ouvre les oreilles
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Fleur d'acier (flashback - James)

Emérence P. Valdon
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
  • 1
  • 2
Maison/Métier : Sixième année
Célébrité : Teresa Oman
Pseudo : Blake Âge : 17 Parchemins : 558 Gallions : 51 Date d'inscription : 23/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1276-emerence-blossom-on-the-tree-yo http://www.mumblemumps.com/t1314-emerence-take-back-the-words-you-said http://www.mumblemumps.com/t1316-emerence-send-it-my-way http://www.mumblemumps.com/t2114-journal-de-blake


Fleur d'acier

Oublions d'espérer. Discrète et contenue, que l'âme de chacun de nous deux continue ce calme et cette mort sereine du soleil. − Emérence & James


Sept ans. Sept ans de peine et de douleur. Sept ans de mensonge et de prise de conscience. Sept ans de doute. Sept ans d’une famille maudite, embourbée par la haine et les apparences. Neuf ans ce n’est pas un âge pour perdre ses parents et sa famille, il n’y a pas vraiment d’âge, mais le plus long vous vivez avec eux, le plus long vous garderez leurs images en mémoire, quelques souvenirs. Emérence avait oublié la plupart, se souvenait difficilement des traits de son paternel. Elle avait gardé une unique photo, cachée dans ses affaires. Et sans elle, elle oublierait probablement tout de lui. Emérence était restée sans réponse durant tant d’années. A se demander pourquoi il était parti.

Léandre Valdon avait été bien étrange le jour de son départ. Pas un mot, pas un sourire envers sa fille. C’était comme s’il ne l’avait jamais connue, comme si elle était invisible, un fantôme venu d’un autre monde. Emérence avait essayé de le rechercher. Elle avait trouvé des adresses, avait envoyé des hiboux qui étaient resté sans réponse depuis toujours. Elle s’était rendue à la bataille de Poudlard, d’abord pour sauver des vies, pour se battre, mais aussi et elle devait bien se l’avouer, dans l’espoir de revoir un visage familier. Mais rien. Etait-il mort ? Se cachait-il ? Avait-il des ennuis ? Ou ne voulait-il simplement pas la revoir ? Parfois c’était juste une pensée vague et rapide, d’autres fois cette pensée restait pendant des heures, mais Léandre restait dans la tête d’Emérence chaque jour, il ne la quittait jamais vraiment, malgré la distance, malgré l’absence.

Son arrivée à Poudlard avait été comme un second souffle, une nouvelle vie. Loin des querelles de famille et de tout ce qui la dérangeait, recommencer ailleurs et tout oublier. Mais son passé l’avait rattrapée avant même qu’elle n’ait eu le temps de profiter ne serait-ce que d’un peu de tranquillité. Ca avait commencé avant le long voyage qui la séparait de la Corse à Poudlard, lorsqu’elle avait appris que ses demi-frangins se rendaient aussi en Angleterre. Et ça avait continué quand elle avait mis les pieds dans cette étrange école. Son premier repas avait été perturbé par la vision de cet homme, assis à la table des professeurs. Son nom ne lui était pas revenu tout de suite, elle ignorait aussi d’où elle le connaissait. C’était il y a si longtemps, elle aurait pu ne jamais se souvenir. Mais c’est quand elle avait entendu son nom que les liens s’étaient faits dans son esprit. James Martell. Le fameux James Martell. Un ami proche de son père. L’envie de le confronter et de lui parler avait été intense, elle n’en pouvait plus d’attendre. Car si Léandre avait coupé tout contact avec sa famille, qu’en était-il de ses amis ? Il n’avait tout de même abandonné sa vie entière, il avait forcément gardé des liens avec quelque chose, un appui, une main de confiance vers qui se tourner. Emérence savait qu’il n’avait pas eu de nombreux amis proches, et si le professeur comptait parmi l’un d’entre eux, il lui fallait lui poser la question.

Durant une semaine, il lui avait fallu s’adapter à ce nouvel environnement, découvrir les classes, les professeurs… Elle ignorait ce qu’il enseignait, aussi, elle attendait chaque classe avec impatience, pour voir si elle ne l’avait pas par hasard comme professeur, ça aurait été tellement plus simple. Ses espoirs s’étaient déjà éteints lorsqu’elle avait entendu son nom et qu’elle avait vérifié plusieurs fois s’il n’apparaissait pas sur son emploi du temps, mais elle rêvait d’une erreur, d’une exception, n’importe quoi. Il était même d’ailleurs rare qu’elle le croise dans les couloirs, aussi Emérence devenait complètement paranoïaque, regardant dans chaque salle ayant la porte ouverte si elle n’apercevait pas Martell. Finalement, lasse de ses recherches peu productives, Emérence avait fini par interroger des élèves qui connaissaient bien l’établissement et qui avaient tout de suite su la renseigner. Elle avait désormais des horaires et une salle dans laquelle elle pourrait le trouver. Si elle n’y parvenait pas, elle savait également désormais où se trouvait la salle des professeurs. Elle n’attendait maintenant plus qu’un temps libre en commun avec lui pour aller questionner l’homme. Lorsque ce fut le cas, elle ne tarda pas. Elle monta quatre à quatre les étages, se retrouva devant la porte de sa classe, et attendit que les élèves en sortent pour se faufiler dans le flot, s’en dégager, et atteindre James Martell, une bonne fois pour toute. Elle se planta alors devant lui, comme une fleur, attendant une réaction de sa part, quelque chose, qu’il la reconnaisse peut-être. Mais elle devait être extrêmement jeune la dernière fois qu’il l’avait vue. Ne sachant trop que dire, étant pour une fois un peu anxieuse de parler après tant d’années d’un sujet aussi délicat, Emérence ne sortit qu’un faible « vous ne me reconnaissez sans doute pas » sans même prendre la peine de se présenter.  


_________________

( One more Stay with me tonight. We can count the street lights. Stay with me alright. Let's bring it all back to life. Don't fade away )

Revenir en haut Aller en bas
James Martell
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
  • 1
  • 2
Maison/Métier : Professeur de Zoomagie, directeur des Serdaigle et s'occupe aussi des retenues
Célébrité : Daniel Gillies
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 2199 Gallions : 885 Date d'inscription : 21/09/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t234-james-martell-revele-tous http://www.mumblemumps.com/t241-james-martell-la-lecture-une-felicite-qui-se-merite http://www.mumblemumps.com/t623-james-martell-you-ve-got-mail http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


Fleur d'acier
"On ne choisit pas son père, et encore moins le fait qu'il décide un jour de vous quitter"
Septembre 1999
~ Emérence & James ~


D
ebout dans sa salle de classe, James regardait ses élèves ranger leurs affaires tandis qu'il leur donnait les dernières instructions avant leur prochain cours. Il ne tardait pas à aller s'asseoir à son bureau, il avait deux heures devant lui avant son prochain cours et il avait certaines choses à finir également. Il avait aussi rendez-vous avec Emeline Wolf, une étudiante de première année en GISIS pour une thèse à laquelle elle avait demandé son aide mais, en jetant un coup d'œil à sa montre il savait qu'il avait encore un peu de temps avant son arrivée. L'année venait à peine de commencer et le professeur prenait rapidement ses marques avec les nouvelles matières qu'il enseignait. Il faisait connaissance avec tous ses élèves, il avait aussi des anciens qui suivaient encore ses cours et même s'il ne le montrait pas, cela lui faisait toujours chaud au cœur de voir ses anciens élèves revenir, surtout après la tragédie qu'ils ont tous subit... Certains élèves ne reviendraient jamais... Mais ce n'était pas à eux qu'il fallait pensée en ce moment loin de là, certains étaient encore en vie et c'était eux qu'il fallait préparer du mieux possible pour affronter la vie...

James était pris dans son travail tandis que les élèves commençaient alors à sortir, un attroupement c'était créée au niveau de la sortie si bien que James ne s'était pas aperçu qu'une jeune personne était entrée au lieu de sortir... Il se pensait seul et il eut du mal à cacher sa surprise de voir la jeune fille ici... Pendant quelques secondes qui lui paraissait être une éternité, le silence se faisait. James savait exactement à qui il faisait face... Pas qu'il se souvenait d'elle pour ses traits, elle avait tellement grandi depuis la dernière fois où il avait pu la voir... Mais elle avait dû passer par l'épreuve du choixpeau et forcément lorsque son nom avait été prononcé dans la grande salle tout de suite cela avait éveillé quelque chose chez James... Bien sûr qu'il savait qu'avec ce partenariat entre les écoles il allait venir des élèves de beauxbatons et Durmstrang mais pourtant non... Non jamais il n'aurait pensée retrouver la fille de son ami ici... Lors de la répartition, il avait alors eu du mal à détacher son regard pendant tout le long jusqu'à ce qu'elle ait rejoint la table des gryffondors... Alors ce n'était pas tellement une surprise au final de la voir ici, il s'étonnait même que cela ait mis si longtemps... Finalement, Emérence lui prouvait qu'elle avait bel et bien une langue et encore mieux, elle savait s'en servir, cependant... Ses suppositions étaient donc totalement fausses... James plongeait alors son regard dans celui de la jeune gryffonne face à lui, plissant les yeux un moment. Oui elle avait bien changé depuis la dernière fois, heureusement pour elle d'ailleurs car elle était bien fort jeune à cette époque-là.

"Tu es différentes Emérence." Lâchait-il pour lui faire comprendre qu'il savait exactement qui elle était. "Tu as grandis, tu as beaucoup changé." Concédait-il avant de reprendre encore une fois la parole. "Mais il y a des noms qu'on oublie pas." Finissait-il par lâcher. A quoi bon faire semblant ? Il connaissait son père, il savait qu'Emérence savait alors pourquoi jouer au chat et à la souris ? Cependant, il ne savait pas s'il pourrait réellement répondre à toutes les questions qu'elle devait se poser... Avant cette année, James n'avait jamais jugé son ami... Mais à présent, voilà que lui-même cherchait une façon d'approcher sa propre fille qu'il n'avait jamais connu... On lui avait caché l'existence de Mathilde pendant dix-sept ans pour au final lui donner la tutelle de cette dernière du jour au lendemain... La colère le rongeait rien qu'en y pensant, alors finalement, comment pouvait-on de son propre chef abandonner son enfant ? James levait un sourcil attendant un instant que la jeune fille se décide à prendre de nouveau la parole, puis finalement après un instant de réflexion, il décidait à l'aider doucement pour qu'elle soit un peu plus à l'aise, il lui montrait même l'une des chaises de la salle si elle désirait s'asseoir.

"Alors ? Comment trouves-tu Poudlard ? Arrives-tu doucement à te faire une petite place ?" Le bien être des élèves avait toujours été une priorité chez James, il ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter pour les nouveaux venus de savoir si la transition de passait bien. Le professeur Martell savait bien ce qu'ils vivaient tous en ce moment, lui-même avait été transféré de beauxbâtons à poudlard alors qu'il était âgé de treize ans, juste après le décès de sa mère... Ramenant ses deux mains jointes devant lui sur son bureau, il scrutait la jeune fille et attendait de savoir ce qu'elle désirait sûrement savoir...
(c) Emi.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Emérence P. Valdon
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
  • 1
  • 2
Maison/Métier : Sixième année
Célébrité : Teresa Oman
Pseudo : Blake Âge : 17 Parchemins : 558 Gallions : 51 Date d'inscription : 23/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1276-emerence-blossom-on-the-tree-yo http://www.mumblemumps.com/t1314-emerence-take-back-the-words-you-said http://www.mumblemumps.com/t1316-emerence-send-it-my-way http://www.mumblemumps.com/t2114-journal-de-blake


Fleur d'acier

Oublions d'espérer. Discrète et contenue, que l'âme de chacun de nous deux continue ce calme et cette mort sereine du soleil. − Emérence & James


Elle aurait aimé savoir ce que ça faisait, d’avoir des parents qui l’aimaient, qui prenaient soin d’elle. Savoir ce que ça faisait que de connaître la présence d’un père. La reconnaissance d’une mère. Emérence avait grandi seule avec l’espoir d’un changement, un jour. Beauxbâtons avait été une bénédiction. Elle avait attendu la lettre comme le Messie, pour qu’on la sorte de son enfer et qu’on lui donne enfin la chance d’être écoutée, appréciée. Elle était loin de pouvoir se targuer d’avoir une vie parfaite, mais elle pouvait le prétendre, pour que tout soit plus facile pour elle. Pour que dans son esprit, elle soit ce modèle de la fille de bonne famille, chérie, privilégiée.

Si les professeurs écoutaient les bruits de couloir, alors James connaissait le jeu auquel jouait Emérence depuis le premier jour, depuis le début de ses années à Beauxbâtons, d’ailleurs. Un jeu auquel elle perdait peu à peu parce qu’il n’était tout simplement pas crédible. Comment faire croire qu’elle était fille unique quand ses demi-frangins se trouvaient si près d’elle, dans la même école ? Elle était naïve, insouciante, imprudente. Mythomane. Elle était cette douce colombe cachée en chaque enfant avec cette innocence qui est censée s’envoler vers l’âge de 10 ans. Elle n’avait jamais quitté Emérence. La jeune fille n’avait jamais mûri, jamais grandi, et elle se berçait dans sa propre utopie. Tout ce dont elle avait besoin, c’était que quelque chose la réveille, la raccroche à cette réalité qu’elle fuyait avec tant d’ardeur. Un père. Il était sans doute la clé de ce jardin secret. La clé de tout. Elle voulait comprendre. Le savoir était l’unique moyen d’avancer. L’ignorance, a contrario, vous plongeait dans une brume opaque, impénétrable.

Et il était là, devant lui, l’homme qui pouvait dissiper cette brouillasse, qui pouvait tracer un chemin clair et distinct vers quelque chose qui s’apparentait à un début d’assentiment. Elle en avait marre de perdre son temps. Elle avait besoin de réponses. Sept ans. C’était tout le temps qu’elle avait attendu. Elle voulait avoir le sentiment que ça se terminerait aujourd’hui. « Je ne suis pas vraiment venue ici pour bavasser, professeur. » L’appeler ainsi lui semblait impropre. Elle avait encore ces souvenirs, la voix de son père qui le nommait James, lui proposait une tasse de café. Elle pouvait encore entendre ces rires provenir du salon, les ragots que racontait son père. Seulement alors, elle se demanda s’il n’y avait pas eu des moqueries, à son égard. Elle imaginait le patriarche raconter à son vieil ami combien il était barbant d’avoir un enfant, combien il regrettait, ce qu’un enfant pouvait être stupide. Il la bernait. Se fichait bien d’elle avant de lui lire ses histoires du soir, de la border, de l’embrasser, et puis partir. Alors au diable l’école, au diable Poudlard. Elle se fichait pas mal du lieu où elle était, si seulement ça pouvait l’éloigner un peu plus de la Corse, des souvenirs. Des Lemoyne et des Doranger. Au diable trouver une place dans cette école anglaise, elle n’en avait aucune. Pas en France, pas à Beauxbâtons, pourquoi ici serait-il différent ? Tout ce qu’elle voulait c’était être vue, qu’on sache qu’elle était là. C’était tout ce qu’elle attendait de cette école. Ce qu’elle désirait plus que tout au monde, ce pourquoi elle était là, dans ce bureau, c’était revenir en arrière, replonger dans cette tendre enfance qu’on lui avait volée.

« Je veux juste savoir pourquoi il est parti, comprendre. Le retrouver. Vous savez où il est n’est-ce pas ? J’ai cru comprendre qu’il préférait finalement ses amis à sa famille. » Emérence ne prenait pas le soin d’expliquer ce dont elle parlait. Elle savait qu’il comprenait, qu’il connaissait exactement la raison de sa visite. Il n’était pas dupe. Aucun adulte ne l’était. Tout était pensé, réfléchi. Tout avait une raison et une explication. Et ils semblaient toujours avoir une longueur d’avance sur tous les sujets. « Il me manque, vous savez. Chaque jour et chaque seconde. » Ce vide, cette absence. Elle ne s’y était jamais habituée. Ses jambes flageolaient un peu mais elle ne ressentait toujours aucune envie de s’asseoir. Pour les autres, ça semblait si simple. Il était parti depuis si longtemps, pourquoi tu n’oublies pas Emérence ? Pourquoi tu ne passes pas à autre chose ? Beaucoup auraient fini par laisser tomber, par abandonner tout espoir qu’il revienne un jour. Pas elle. Elle gardait cette flamme au fond d’elle-même. Pourquoi ne pouvait-elle pas lui manquer ?


_________________

( One more Stay with me tonight. We can count the street lights. Stay with me alright. Let's bring it all back to life. Don't fade away )

Revenir en haut Aller en bas
James Martell
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
  • 1
  • 2
Maison/Métier : Professeur de Zoomagie, directeur des Serdaigle et s'occupe aussi des retenues
Célébrité : Daniel Gillies
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 2199 Gallions : 885 Date d'inscription : 21/09/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t234-james-martell-revele-tous http://www.mumblemumps.com/t241-james-martell-la-lecture-une-felicite-qui-se-merite http://www.mumblemumps.com/t623-james-martell-you-ve-got-mail http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


Fleur d'acier
"On ne choisit pas son père, et encore moins le fait qu'il décide un jour de vous quitter"
Septembre 1999
~ Emérence & James ~


E
videmment, il aurait dû se douter qu'elle ne s'installerait pas simplement en face de lui, ne se mettrait pas à parler de tout et de rien, n'accepterait probablement pas une tasse de thé avec des petits gâteaux... James savait pourquoi la jeune fille était là... Mais la question restait, serait-il capable de lui apporter des réponses ? Que devait-il faire ? Répondre à ce qu'elle lui demandait ? Ou rester fidèle à son ami et caché les raisons qui l'avait poussé à quitter son propre enfant tout en la laissant dans l'ignorance ? James détestait la mère de Mathilde pour lui avoir fait subir le même sort... Et pourtant il se retrouvait malgré lui complice de ce qui arrivait à la jeune fille devant lui... Il la regardait et il retrouvait un peu de son ami dans ses traits elle lui ressemblait beaucoup tout de même... Le professeur Martell réfléchissait alors aussi vite qu'il le pouvait pour ne pas laisser le silence s'installer trop longtemps. Il se demandait tout de même qu'avait été la vie de la jeune fille. Si elle avait souffert du manque de son père... Le fait qu'elle soit aujourd'hui devant lui à vouloir des réponses lui donnait tout de même une idée de la réponse... Il aurait pu être comme elle, ne plus avoir de nouvelle, pourtant ce n'était pas le cas, Léandre était l'un de ses meilleurs amis et même s'ils se voyaient très rarement, ils avaient gardé contact toutes ces années, ils se voyaient qu'à des occasions spéciales et si James avait au début été le lien entre son ami et Emerence afin de lui donner des nouvelles de sa fille, il avait très vite cessé à la demande de ce dernier... Finalement James indiquait d'un geste à la jeune fille ou s'asseoir tout en réfléchissant aux mots qu'il pourrait choisir.

"Je ne peux pas te promettre de répondre à toutes tes questions Emerence."
Lâchait-il en pesant chacun de ses mots afin d'être certain qu'elle les comprenne bien. "Soit parce que je ne sais pas, soit parce que ce n'est tout simplement pas mon rôle." Expliquait-il simplement, restant toujours aussi impassible qu'il savait le faire. "Ce que je peux te dire, c'est que le choix de te quitter a sans doute été l'une des plus difficiles décisions qu'il a pu prendre dans sa vie." Il ne savait pas si ça consolerait la jeune fille, si ces mots arrivaient trop tard à ses oreilles ou pas. "Il t'aimait, il t'aimait vraiment, c'est d'ailleurs la raison de cet amour qui l'a aidé à faire ce qu'il fallait." Oui James parlait par énigme, mais il ne se voyait vraiment pas lui annoncer de but en blanc que son père croyait en des cartes qui lui avait conseillé de se tenir à distance... Serait-elle seulement en âge de comprendre un tel choix ? Verrait-elle que son père avait seulement cherché à la protéger ? James se questionnait, serait-il capable de la même chose pour Mathilde ? Il était encore bien trop tôt pour le dire, il ne connaissait pas encore bien la jeune fille qui se trouvait être sa chair et son sang...

"Sache que s'il avait pu, sa famille aurait été son premier choix."
Ses prunelles se plantaient dans ceux de la jeune fille, qu'elle comprenne à quel point James était sincère qu'elle n'avait pas à douter de l'amour que son père avait pu lui porter et celui qu'il lui portait encore aujourd'hui. "Quelle a été ta vie ?" Demandait-il à son tour, lui aussi avait des questions, il ignorait s'il aurait des réponses... Mais elle était la fille de son ami, c'était dans son devoir de veiller sur elle entre ses murs et il avait besoin de savoir qu'elle avait eu une belle vie et qu'elle allait bien. "Tu n'as manqué de rien ?" Il hésitait un instant et puis il se lançait. "Tu veux bien me parler de toi ?" Demandait-il tout en se disant qu'elle serait sans doute en droit de refuser, lui ne voulait pas répondre à ses questions... Il décidait de lui donner alors un petit détail qu'il espérait, lui suffirait pour l'instant... "Tu as ses yeux..." Lâchait-il dans un murmure audible, lui parler de son père sans dévoiler les raisons qui l'avait poussé à abandonner sa fille, cela lui paraissait tout de même un assez bon... Compromis ?
(c) Emi.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows
  • 1
  • 2

Revenir en haut Aller en bas
 
Fleur d'acier (flashback - James)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Reflexion sur la saga Michelet Casimir - Jean Saint-Fleur
» Morrell James ( Haiti Democracy Project) 202-588-8700
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Davy James' Fiche technique
» 2 éme entraînement de Nuage de la mort et de fleur enflammée finished

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Elsewhere :: flashback-
Sauter vers: