Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 6
La version six est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'anniversaire du forum et la rentrée, venez fêter avec nous !
Découvre tout ici
Joyeux anniversaire !
Mumblemumps vient de souffler sa première bougie. Venez la célébrer avec nous !
Plusieurs animations ont été mises en place pour festoyer comme il se doit !
Jette un oeil aux animations !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Comment tu peux te connaître si tu t'es jamais battu ? (Kata & Tom)

Katarina Azarova
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : Septième année à Gryffondor.
Célébrité : Ebba Zingmark.
Pseudo : Champifeuille, Champi. Âge : 26 Parchemins : 1301 Gallions : 839 Date d'inscription : 25/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
3/22  (3/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1286-katarina-you-re-filled-with-det http://www.mumblemumps.com/t1307-katarina-you-ve-met-with-a-terrible-fate-haven-t-you http://www.mumblemumps.com/t1308-katarina-attention-le-hibou-pince http://www.mumblemumps.com/t2069-journal-d-un-champignon

Comment tu peux te connaître
si tu t'es jamais battu ?


Apprendre qu’elle ne rentrait pas en Russie pour les vacances avait été la meilleure nouvelle de la semaine. Elle avait presque été dégoûtée d’avoir laissé ses cheveux redevenir blonds d’eux-mêmes, du coup, mais par flemme, elle n’y avait pas touché. Entre les examens, et les nombreuses soirées dans la tour de Gryffondor pour décompresser, en plus de la grosse fête qu’ils avaient faites en apprenant qu’ils avaient gagné la coupe… Elle n’avait pas trouvé deux heures et demie pour se poser et refaire sa splendide rousseur. Tant pis, elle resterait blonde. Ça ferait du bien à ses cheveux de se reposer un petit peu. Le reste de la semaine était passée très vite, entre fêtes au dortoir, et journées à buller au bord de l’eau avec ses amis, jusqu’à ce qu’il soit temps de plier bagage pour se rendre à Pré-au-Lard. Parce que c’était là qu’ils se rendaient. Pré-au-Lard ! Main dans la main avec Skye, elle avait descendu le chemin, laissant ses valises au château puisqu’on leur avait assuré que ces dernières les suivraient plus vite qu’ils ne le pensaient. Où allaient-ils loger ? Dans des tentes, à l’ancienne, pour la Coupe du Monde de Quidditch, puisque la finale se déroulerait à Pré-au-Lard ! Un instant, elle s’était demandée pourquoi on les obligeait à rester là, et pourquoi leurs parents avaient accepté. Puis elle avait haussé les épaules. En toute honnêteté, elle s’en fichait. Elle ne rentrait pas en Russie, et elle avait réussi à avoir des places pour la finale. Franchement, qu’est-ce qui pourrait gâcher son bonheur ?

Elle avait accompagné Skye à sa tente, s’inquiétant de le voir se rembrunir à mesure qu’ils approchaient. Elle avait fini par comprendre ce qu’il ne lui avait pas dit quand une brune sortit de la petite tente. Elle ressemblait à Ariel, avec les yeux de Skye. Leur mère. Petite, menue, avec beaucoup de charme, et un sourire réjoui qui illumina son visage en creusant ses fossettes quand elle vit approcher son fils. Ledit sourire s’étira un peu plus quand Skye la tira doucement par la main pour l’inciter à avancer, Katarina s’étant figée de surprise. Elle n’aurait jamais pensé rencontrer la mère de son petit ami aussi tôt. Mais finalement, ça s’était bien passé, mieux qu’elle n’aurait pu l’espérer. Alice, la mère de Skye, était une femme gentille, prévenante et attentionnée, mais ses efforts n’arrivaient pas à dérider le Gryffondor, qui se forçait quand même à la conversation pour ne pas mettre sa petite amie mal à l’aise. En bref, tout se passait bien. Jusqu’à ce que Teodor, son frère aîné, débarque entre deux tentes et converge vers elle. La blonde comprit très vite que c’était après elle qu’il en avait, aussi s’était-elle rapprochée en voyant qu’il semblait soucieux. Et elle avait déchanté. Elle avait oublié un petit détail, en fait. Oui, elle ne rentrait pas en Russie. Mais qu’est-ce qui empêchait la Russie de venir à elle ?

« Ils sont là, Katarina. »
« Qui ça ? »
« Nos parents. Surprise ! »

Teo avait grimacé. Sa petite sœur avait brusquement pâli. Puis elle s’était rapidement excusée auprès de Skye et des siens, avant de les quitter en hâte. Ses parents étaient là. Ses parents… Quelle cruche. Pourquoi n’y avait-elle pas pensé ? C’était la Coupe du Monde de Quidditch. Ses parents étaient de grands fans. Rater une Coupe du Monde ? Passer à côté de l’opportunité de voir leurs enfants et d’avoir un aperçu de leur école, de leurs fréquentations ? Et puis quoi encore ? En silence, elle s’était félicitée de ne pas avoir touché à ses cheveux. Sa mère n’aurait rien dit, mais son père n’aurait pas compris. Et elle ne voulait pas avoir affaire à son père. Suivant son frère, elle avait donc rejoint sa tente, où ses parents l’attendaient. Elle avait peine à croire que Nikolaï Azarov ait mis son travail en pause pendant deux mois pour le simple plaisir de venir. Pour sa mère, Helena, c’était plus facile à croire. Elle avait toujours été proche de ses enfants, même si elle avait une étrange manière de veiller sur eux. Mais ils étaient là. Son père assis sur une chaise devant la tente, sa mère de dos, donnant des ordres aux elfes de maison qui étaient venus avec eux.

« Ah, Katarina, te voici. »
« Père, mère… C’est un plaisir de vous voir ici. »

Elle n’en pensait pas un mot. Enfin, presque. Ça lui faisait effectivement plaisir de revoir ses parents, mais elle allait passer un été sous tension, à faire attention à qui elle approchait pour ne pas provoquer de scandales. Son père n’hésiterait pas une seule seconde à précipiter ce foutu mariage avec Kamen pour lui rappeler que c’était toujours lui qui décidait. Cependant, elle avait sauvé les meubles. Elle arrivait blonde, avec son frère, et ses parents étaient vraisemblablement heureux de la voir. La suite n’avait été qu’un vaste échange de banalités usuelles, teintées de vouvoiement et de respect guindé que les enfants doivent avoir pour leurs parents, du moins dans les grandes familles de sangs-purs. C’est ainsi que le reste de la journée avait filé, jusqu’à ce qu’enfin, elle trouve une occasion pour fausser compagnie à ses parents. Elle avait erré sans but dans cette immense fête foraine installée pour faire cracher des gallions aux touristes, et avait fini par échouer dans un vieux parc pour enfants quelque peu effrayant, surtout avec la musique de la fête foraine en fond sonore. La vieille balançoire sur laquelle elle s’était laissé tomber grinçait quand elle bougeait, mais ce n’était pas bien grave.

« Bordel mais c’est pas vrai… »

Un grognement vulpin s’échappa d’entre ses dents. Savoir ses parents si proches la rendait extrêmement nerveuse. Etaient-ils venus les surveiller, ou passer du temps avec eux ? Elle l’ignorait, et quelque part, ça lui faisait peur. Elle allait devoir jouer de prudence. S’ils se rendaient compte qu’elle sortait avec Skye, ou que quelques-uns de ses amis étaient des nés-moldus, elle s’attirerait d’énormes ennuis. Il allait falloir qu’elle fasse profil bas pendant quelques temps. Génial. Elle n’avait que ça à faire…

Il y eut un bruit. Un juron. Comme si quelqu’un avait violemment shooté dans quelque chose en insultant quelqu’un d’autre. Méfiante, la Gryffondor leva la tête. Elle qui pensait être tranquille dans ce coin paumé, c’était râpé. En plus, c’était un Serpentard qui s’approchait. Thomas quelque chose, qui tournait autour de Belladona et qui rendait Lionel complètement fou de rage. Qu’est-ce qu’il fichait là ? Peut-être que lui aussi cherchait un coin tranquille pour extérioriser sa colère, d’autant plus qu’il avait la gueule bien refaite, comme s’il s’était fait cogner. Rectification, il s’était fait cogner, et ce n’était pas beau à voir. Et il se dirigeait vers elle, maintenant. Doucement, elle se redressa, ne quittant cependant pas sa position assise.

Qu’est-ce qu’il lui voulait, le frenchie ?

_________________

like a catchy song
We're far apart in every way, but you're the best part of my day, and sure as I breathe the air , I know we are the perfect pair, on a prickly path that goes on for miles, but it's worth it just to see you smile, and I cannot be pulled apart, from the hold you have on my heart, and even if the world tells us it's wrong, you're in my head like a catchy song.
Revenir en haut Aller en bas
Thomas de La Rivière
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : Serpentard
Célébrité : Herman Tømmeraas
Pseudo : Carotte Âge : 23 Parchemins : 233 Gallions : 144 Date d'inscription : 09/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1600-thomas-falling-is-just-like-fly http://www.mumblemumps.com/t1631-thomas-le-coeur-a-maree-basse#40265


COMMENT TU PEUX TE CONNAÎTRE
SI TU T'ES JAMAIS BATTU ?
Katarina & Thomas



Thomas fendait la foule avec facilité, ignorant les protestations des gens qu’il bousculait de temps en temps. À vrai dire, plongé dans ses pensées, il ne les entendait même pas. L’année était terminée et, comme prévu, il avait brillement réussi ses ASPICs. Pas aussi brillement que sa sœur, bien sûr, comme le lui avait obligeamment fait remarquer son père. Mais assez pour ne pas se prendre de réprimande plus sévère. L’année était terminée mais il était toujours bloqué en Ecosse. Il avait explosé en apprenant la nouvelle et n’était pas sûr d’être tout à fait calmé depuis. La venue de ses parents n’avait rien arrangé. Il leur en voulait de plus en plus pour Alexandre et ses fiançailles avec Oktavia rendaient les choses pires encore. Bien sûr, il se montrait poli et complaisant. Comme d’habitude avec eux. Mais à l’intérieur, il bouillonnait. Heureusement, son oncle, sa tante et Constance étaient venu aussi. Ça pouvait peut-être aider à apaiser les tensions.
Le serpent s’éloignait de plus en plus de la foule qui peuplait le camping. Il avait besoin de respirer un peu, d'être seul. Il savait que la présence de sa famille ne lui donnerait pas beaucoup cette occasion, certainement pas à partir du moment où Constance était là, et il avait donc profité de la première opportunité pour s’éclipser discrètement. C’est perdu dans ses pensées qu’il bouscula une nouvelle fois quelqu’un. Un peu plus fort que les fois précédentes, assez pour qu’il s’énerve.

« Eh du calme, fais attention où tu marches espèce de…»

Thomas ne termina pas sa phrase devant le regard furieux du Gryffondor qui lui faisait face. Skye Krushnic. Ils avaient été dans la même écurie et s’étaient déjà plusieurs fois pris la tête. Les disputes étaient souvent orientées vers le fils de cracmols : l’albinos de service. Le nouveau griffon était du genre à user des poings et Thomas avait appris à se faire gentil en sa présence. Et vu le regard qu’il lui portait actuellement, il n’était pas temps de changer ses bonnes vieilles habitudes. Haussant les épaules dans un vague signe d’excuse, le serpent recula donc sans rien ajouter. Skye ne semblait pas vouloir s’en contenter. Sans prévenir, il s’approcha du vert et argent et le poussa violement en arrière.

« Espèce de quoi ? Hein ? Espèce de quoi ? »


Il était passé à la langue française et s’approchait beaucoup trop près de lui. Thomas leva les mains en signe de paix. Il avait envie de frapper ce connard au visage mais Skye avait une carrure deux fois plus importante que la sienne, était habitué à user de ses poings et était un sportif aguerrit. Pas le genre de gars avec qui on engage un combat physique. Les muscles de Thomas provenaient de séances de musculation destinées à les gonfler, pas d’entrainements avec des battes de Quidditch, des lancés de souafles et d'acrobaties aériennes ridicules qui les faisaient réellement travailler. Autant de raisons de réussir à garder son sang froid. Si cet imbécile persistait à l’agresser inutilement, il trouverait un moyen de lui faire payer l’histoire plus tard mais il n’était pas stupide au point de vouloir s’en prendre physiquement au Krushnic. Skye le poussa à nouveau et Thomas, grimaçant de rage, fit quelques pas maladroits en arrière.

« Putain calme-toi ! »
« Toi, calme-toi, tu te prends pour qui à marcher comme le maître du monde puis à insulter les gens !? »

Thomas ne se rappelait pas avoir insulté qui que ce soit et était pratiquement sûr que s’il avait bousculé le griffon c’est que lui aussi marchait sans faire attention à ce qui se passait devant lui. Il n’eut cependant pas le temps de le lui faire remarquer que, une nouvelle fois, Skye le poussa en arrière. Cette fois-ci, le serpent tenta d’opposer une certaine résistance et se retrouva à quelques centimètres à peine du griffon. Il allait l’étrangler, ce petit prétentieux de merde.

« T’es un sang-pur alors tu vaux mieux que tout le monde, c’est ça ? » Le griffon s’approcha encore de lui et Thomas dû reculer pour ne pas se faire renverser. « C’est ça, nan ? Vous restez entre vous et vous méprisez le reste du monde ? »
« Mais putain, Krushnic, c’est quoi ton problème ? Tu m’as bousculé, ça m’a énervé pourquoi tu ramènes ça au sang ? Faut vraiment que tu respires un grand coup et que tu te calme ! » Skye le poussa une nouvelle fois et Thomas répondit en tentant de le pousser à son tour mais le griffon ne bougea pas d’un pouce. Merde, il était fort le con.
« J’ai pas envie de me calmer quand je vois comment vous vous comportez avec les gens ! Tu humilies tout le monde sur ton chemin et puis tu te mets soudainement à traîner avec des gens bien ? C’est quoi ton plan avec Bella, hein ? Tu vas la mettre dans ton lit et puis quand tes parents te demanderont de te marier, tu la jetteras comme une pouffe pour une sang-pure nan ? »

Quel que soit le problème de cet imbécile, il avait été trop loin. Thomas lui donna un coup de poing au ventre. Skye bougea à peine et poussa une nouvelle fois le serpent qui se retrouva bloqué contre un arbre. Le griffon le plaqua contre le tronc et Thomas lui envoya un nouveau poing, dans la tête cette fois-ci. Skye eut l’air d’avoir plus de mal à encaisser, cette fois-ci, et son nez se mit à saigner, mais il ne lâcha pas son emprise. Au contraire. Le serpent ne vit pas le coup venir. Il sentit son nez se briser et se jeta en avant pour tenter de déstabiliser son adversaire. Mais Skye était plus large, plus fort. Le rouge et or réussit à lui donner un deuxième coup et Thomas chancela. Un troisième, puis un quatrième. Le serpent répliquait du mieux qu’il pouvait mais il était incapable de voir si le griffon semblait souffrir de ses quelques coups. Le sang coulait devant ses yeux. Il tenta d’atteindre sa baguette mais Skye le désarma d’un expelliarmus informulé. Thomas essaya de reculer. Le rouge et or le saisit par le t-shirt. Thomas lui cracha son sang au visage, il allait le tuer. Il se le promit, il allait ruiner la vie de cet imbécile. Il trouverait bien un moyen de lui faire payer. Skye le fixa un instant en silence. Il avait un regard sombre et fou. Il le lâcha sans un mot et s’éloigna. Le serpent vacilla un instant sur place, cherchant à comprendre ce qui venait de se passer. Il n’avait même pas eu le temps de réfléchir à se défendre correctement, au moins sur le plan verbal. Reprenant son souffle, il se jura de se venger.

Après quelques minutes à rassembler ses esprits, le serpent se mit enfin à examiner ses blessures. Il avait le nez qui saignait abondement et, au vu du sang qui lui coulait devant les yeux, une arcade sourcilière bien endommagée. Ramassant sa baguette, Thomas se murmura quelques sortilèges de guérison afin de remettre son nez en place et d’arrêter les saignements. Il n'était pas assez calé en médicomagie pour mieux faire. Il jura. Il ne pouvait pas rentrer comme ça à sa tente, Constance allait hurler et ses parents iraient assassiner Skye avant même qu’il n’ait pu s’occuper des choses lui-même. Il comptait bien organiser les représailles lui-même. Et, bordel, où étaient les Aurors quand on en avait besoin ? Ils fourmillaient sur tout le campement mais dès qu’on s’éloignait un peu, ils disparaissaient ?
Thomas décida de trouver le petit hôpital installé à l’occasion de la Coupe du Monde pour s’y faire effacer toute trace du combat avant qu’un membre de sa famille ne voie quoique ce soit. Il réfléchirait ensuite à un moyen de faire payer cet affront. D’autant plus que ce griffon avait jugé bon de commenter sa relation avec Bella ce qui méritait déjà une vengeance en soit. C’était d’autant plus irritant que Skye n’avait pas tout à fait faux sur la question … Thomas jura et donna un coup de pied dans une branche qui trainait au sol pour évacuer sa colère. Lorsqu’il releva les yeux, il remarqua une présence. Blonde, un an de moins que lui, Gryffondor provenant de Durmstrang. Par Merlin, un miracle tombé du ciel. Changeant de plan, Thomas décida qu’un bon début de vengeance pouvait consister à informer l’Azarova de la folie furieuse de son petit copain. Ne prenant pas la peine de la saluer, c’est pas comme si c’était une visite de courtoisie, il se planta devant la ruskov.

« T’es au courant que ton copain agresse les gens pour aucune raison ? Je serais toi, je ferais gaffe, je suis sûr que ce genre de personnes se laisse rapidement aller à la violence conjugale et ce serait con qu’il t’abime ta gueule d’ange. »

Thomas grimaça en se passant une main sur sa lèvre gonflée et recula d’un pas. Il n’avait pas grand-chose de plus à lui dire. Simplement amorcer la destruction du couple de Skye était déjà un bon début.


© BLACK PUMPKIN

_________________
❝ Like a prayer❞ I hear you call my name and it feels like home. When you call my name it's like a little prayer. I'm down on my knees, I wanna take you there. In the midnight hour I can feel your power. Feels like flying I close my eyes, Oh God I think I'm falling out of the sky, I close my eyes Heaven help me.

BELLADONA EST LA MEILLEURE ET LA PLUS BELLE
Revenir en haut Aller en bas
Katarina Azarova
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : Septième année à Gryffondor.
Célébrité : Ebba Zingmark.
Pseudo : Champifeuille, Champi. Âge : 26 Parchemins : 1301 Gallions : 839 Date d'inscription : 25/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
3/22  (3/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1286-katarina-you-re-filled-with-det http://www.mumblemumps.com/t1307-katarina-you-ve-met-with-a-terrible-fate-haven-t-you http://www.mumblemumps.com/t1308-katarina-attention-le-hibou-pince http://www.mumblemumps.com/t2069-journal-d-un-champignon

Comment tu peux te connaître
si tu t'es jamais battu ?


Elle n’avait aucune idée de qui pouvait bien être le type qui se rapprochait d’elle, mais il avait l’air en colère, et ça la mit immédiatement sur la défensive. Généralement, quand on s’approche de quelqu’un en étant en colère, ce n’est pas pour lui offrir des fleurs… Finalement, il se planta devant elle, lui permettant de l’observer plus attentivement. Mis à part la gueule refaite, il était plutôt mignon, bien fait de sa personne. Il puait le sang-pur à des kilomètres à la ronde, par contre. Au bout d’un moment à fréquenter la haute société sorcière, on apprenait à les reconnaître de très loin. Mais ceci n’expliquait en rien sa gueule décomposée, et pourquoi c’était elle qui allait prendre sa vague de colère alors qu’elle n’en était en rien responsable. « T’es au courant que ton copain agresse les gens pour aucune raison ? Je serais toi, je ferais gaffe, je suis sûr que ce genre de personnes se laisse rapidement aller à la violence conjugale et ce serait con qu’il t’abime ta gueule d’ange. » La russe ne répondit pas, mais ses yeux se plissèrent. Skye, violent ? Elle savait qu’il avait parfois des moments d’asociabilité, où il préférait rester tout seul, mais de là à devenir violent ? Il ne fallait pas pousser non plus, tiens. D’un geste souple, elle laissa glisser sa baguette pour la saisir entre les doigts, et la tendit vers le français.

« Epiksey. »

Le nez du français se remit en place avec un claquement sec. Répétant le même sortilège d’une voix impassible, elle répara comme elle le pouvait les quelques blessures de son camarade, les refermant d’un mouvement de baguette. Elle n’était pas une experte cependant, mais elle estimait que laisser de fines lignes là où il y avait auparavant de grosses marques était un net progrès, tout de même. Puis, d’un Tergeo informulé, elle volatilisa le sang qui maculait le visage de la victime involontaire de Skye. Il avait meilleure allure comme ça, mine de rien. Baissant le bras, elle raccrocha sa baguette à son poignet et leva la tête vers lui.

« Ça devrait aller mieux comme ça. Ça te laisse le temps de m’expliquer ce qu’il a bien pu se passer pour que Skye te refasse à ce point le portrait. »

Qu’il avait très joli, au demeurant, mais ça, inutile qu’elle le lui dise. Vu la manière qu’il avait de se tenir, il devait bien le savoir, qu’il faisait de l’effet aux demoiselles. La blonde, cependant, n’était pas d’humeur à plaisanter. Savoir qu’elle se coltinait ses parents pendant deux mois, qu’ils allaient surveiller ses faits et gestes et sans doute la questionner sur le mariage, ça la stressait, ça l’agaçait, bref, elle était clairement lassée d’avance. Alors ce sang-pur qui venait lui râler que Skye l’avait cogné ? Bonne blague. Il n’était même pas au sommet de sa liste de priorités. Elle faisait confiance à Skye, et savait bien qu’elle ne risquait pas de prendre un coup de poing de sa part. En tant que batteuse, de toute manière, ses propres coups de poings ne respiraient clairement pas la tendresse ; quiconque s’en prenait physiquement à elle comprenait assez vite son erreur, en règle générale.

La russe ne quitta pas son perchoir. Elle n’était pas bien installée, sur cette balançoire grinçante, mais elle n’avait aucune envie de se lever. Libre à son comparse de rester debout ou de prendre la balançoire d’à côté pour s’y asseoir, s’il le désirait. L’ambiance était vraiment glauque. Ce terrain de jeux pour enfants faisait vraiment flipper, et la musique lointaine de la fête foraine n’arrangeait en rien les choses. Et leur conversation, alors ? Il était vraiment remonté contre Skye, et elle se faisait violence pour ne pas l’envoyer balader en lui disant qu’elle avait ses propres problèmes. Mais d’un côté, elle restait tout de même curieuse. Qu’est-ce qui avait pu pousser Skye à lever la main sur lui ? Il n’était pas si violent, d’ordinaire. Mais c’était vrai que depuis quelques temps, le Gryffondor était bizarre. Il était plus sombre, plus cassant, mangeait de moins en moins, et quand il mangeait, c’était en se forçant. Elle avait mis ça sur le compte des examens de passage en deuxième année. Mais si ce n’était pas ça ?

« Tu en profiteras pour me dire comment tu t’appelles, aussi. Si tu sembles me connaître, je dois avouer que la réciproque n’est pas vraie. »

Elle esquissa un léger sourire poli. Son langage était soutenu, signe assez évident qu’elle avait passé trop de temps avec ses parents. Et ce n’était que le premier jour de l’été ! Les deux mois risquaient d’être difficiles à vivre…

_________________

like a catchy song
We're far apart in every way, but you're the best part of my day, and sure as I breathe the air , I know we are the perfect pair, on a prickly path that goes on for miles, but it's worth it just to see you smile, and I cannot be pulled apart, from the hold you have on my heart, and even if the world tells us it's wrong, you're in my head like a catchy song.
Revenir en haut Aller en bas
Thomas de La Rivière
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : Serpentard
Célébrité : Herman Tømmeraas
Pseudo : Carotte Âge : 23 Parchemins : 233 Gallions : 144 Date d'inscription : 09/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1600-thomas-falling-is-just-like-fly http://www.mumblemumps.com/t1631-thomas-le-coeur-a-maree-basse#40265


COMMENT TU PEUX TE CONNAÎTRE
SI TU T'ES JAMAIS BATTU ?
Katarina & Thomas



La russe était sceptique. Les yeux plissés, elle continuait de se laisser aller sur cette minable balançoire. Les chaînes grinçaient affreusement. L’atmosphère elle-même était étrangement grinçante. Le terrain de jeu était vide si ce n’était pour eux deux. Un tourniquet, à quelques mètres de là, tournait sous le vent en sifflant une mélodie métallique. De la poussière venait brouiller leur vue. Au milieu de cette plaine de jeu, la petite blondinette ressemblait à une poupée oubliée par l’un des enfants partis depuis longtemps. Grands yeux bleus, cheveux blonds bien coiffés. Pauvre petite poupée bien naïve, bien aveugle. Incapable de voir qu’elle sortait avec une bombe sous forme humaine. Skye n’avait sans doute pas encore explosé en sa présence. Il devait se contenir comme il pouvait. Il était difficile d’imaginer, cependant, qu’il n’y avait eu aucun signe avant-coureur. Thomas l’avait déjà vu se battre. Avec ceux qui violentaient le Vaher, par exemple. Le Gryffondor n’avait jamais reculé devant une bataille. Comment sa propre copine pouvait-elle l’ignorer ? Le serpent regarda la rouquine lever sa baguette vers lui. Il avait le regard dur et défiant. Il ne bougea pas d’un pouce tandis qu’elle lui lançait quelques episkey, le soignant mieux que ce qu’il avait lui-même pu faire sans miroir. La douleur ne disparaissait pas, cependant. Thomas leva la main à son nez remis en place. Il continuait de le faire souffrir furieusement. « Ça devrait aller mieux comme ça. Ça te laisse le temps de m’expliquer ce qu’il a bien pu se passer pour que Skye te refasse à ce point le portrait. » Thomas laissa un sourire glacial se dessiner sur ses lèvres. Petit conne. Ce qui s'était passé c’est que son bien aimé Gryffondor avait pété les plombs. Elle aurait dû le comprendre sans difficulté. Incapable de voir la vérité car ses yeux de poupée fixaient stupidement le vide. « Tu en profiteras pour me dire comment tu t’appelles, aussi. Si tu sembles me connaître, je dois avouer que la réciproque n’est pas vraie. » Sourcil haussé avec dédain. Yassen avait raison, elle n’avait bien que son physique à son avantage. Thomas jeta un regard blasé vers la fête foraine, au loin. Putains de ruskovs. Ils étaient la lie des sangs-purs. Des consanguins qui ne se reproduisaient qu'entre slaves, qui interdisaient aux sangs-impurs de fréquenter leur école. Fermés au monde, ils n’avaient même pas l’obligeance d’apprendre l’histoire des sangs-purs étrangers.
Thomas reporta son regard sur la russe. Il ne savait pas ce qui le dégoûtait le plus, qu’une Azarov ne se donne même pas la peine de connaître une famille aussi influente que la sienne ou qu’elle sorte avec un dégénéré tel que Krushnic. Au moins, ça collait ; elle était tout aussi dégénérée que lui.

« Je m’appelle Thomas. » Il doutait que lui dire son nom de famille l'impressionnerait, vu qu'elle ne le connaissait pas de base, aussi ne jugea-t-il pas opportun de le lui faire savoir. Elle croirait qu'il voudrait faire son important. Or, ce n'était pas lui qui était important dans cette histoire, c'était Skye Krushnic. Il s’efforça de sourire légèrement mais il n’essayait pas de se faire une amie ici. Il ne cachait pas son irritation. « Merci pour... ma tête. »

Le serpent fit un petit signe vers son visage dont elle avait amélioré l'état. Il jeta un rapide coup d’œil à ses vêtements débarrassés du sang, comme pour faire un rapide état des lieux. Il se donnait du temps, installait un petit silence. Afin de reprendre un peu le contrôle d'une situation qui lui avait bien trop vite échappée avec le Krushnic. Il lissa un peu sa chemise avant de relever le regard vers la petite poupée pas très futée.

« Bien qu’effacer les traces de ce que ton copain a commis ne change rien aux faits. »


Sa voix était neutre mais ses yeux perçants. Il essayait de voir si elle l’avait aidé par altruisme réel ou simplement pour couvrir les méfaits du Krushnic. Elle n’avait pas l’air assez vil pour ça. Les griffons attaquent toutes griffes dehors, sans se cacher. Ils ne sont pas très subtils. Le serpent, lui, se cache et attend le moment opportun. Il ne semble pas très impressionant à première vue mais il sait distiller son venin.
Thomas se passa une main sur l’arcade sourcilière qui l’élançait toujours terriblement. Il grimaça. Peut-être aurait-il dû avoir honte de ne pas avoir réussi à se défendre. En vérité, il méprisait cette force brute qui semblait fasciner le reste du monde. Il avait été éduqué pour se battre avec d’autres armes. L’argent et l’influence. C’est ce qui dirige le monde, c’est ce qui importe à long terme. Son arcade sourcilière sera guérie en quelques minutes avec la bonne potion. Elle avait d'ailleurs déjà été refermée par l’être aimé de son agresseur. Mais trouvez les bonnes ficelles à tirer et c’est une vie entière que vous pouvez détruire. Dévisageant la russe, Thomas ne savait pas encore comment procéder. Il n’était même pas sûr qu’elle soit l’une des ficelles à tirer pour ruiner le Krushnic. Mais il pouvait au moins la chatouiller un peu. Instiller le doute dans leur relation.

« Quant à ce qui est d’expliquer ce qui a bien pu se passer, sache que je n’ai pas trop compris moi-même. On s’est bousculé, étant visiblement chacun plongé dans nos pensées, et il a commencé à s’énerver contre moi. » Le serpent se passa une main paresseuse dans les cheveux et s’humecta les lèvres, réfléchissant à la bonne manière de formuler les choses. « J’aimerais te dire que je ne l’ai pas du tout provoqué mais je suppose que c’est faux. »

Thomas se plaqua une mine ennuyée sur le visage. Il savait qu’il pouvait avoir un air insupportable et il en jouait avec joie. Lorsque les gens perdent leur sang-froid, ils sont beaucoup plus prévisibles et beaucoup plus amusants.

« C’est faux parce que j’avoue lui avoir demandé de se calmer quand il m’a bousculé. Sans doute pas très poli de ma part, mais je n’imaginais pas que ces paroles déclencheraient un flot d’insultes concernant l’attitude supposée hautaine des sangs-purs. Tu savais, toi, qu’il méprisait les sangs-purs ?» Thomas lança une petite grimace faussement incrédule à la russe. « Sans que je comprenne pourquoi, il s'est mis à parler de mariages entre sang-purs ; apparemment on sort avec des sangs-mêlés pour s’amuser mais finalement, on est tous les même, on obéit sagement à nos parents.» Thomas haussa des épaules et secoua doucement la tête, comme s’il ne comprenait pas la situation. Il posa un regard interrogateur sur la russe. « Je ne vois pas d’où peut lui venir une telle frustration... Mais quand il a parlé de mon comportement envers Bella j’avoue avoir vu rouge... Mais je suis un pacifiste, pas habitué à me battre. Donc finalement, c’est ça qui en a suivi ».

Petit grimace désolée sur les lèvres, il accompagna sa parole d’un geste vers sa tête qui, bien que légèrement réparée par la russe, était toujours fortement abîmée. Sa grimace se transformait peu à peu en un rictus froid et méprisant. Il ne savait pas si la russe le croirait à propos de ce que le Krushnic avait dit au sujet des mariages. Mais il avait un gros point fort de son côté : cette fois-ci, il ne mentait pas.


© BLACK PUMPKIN

_________________
❝ Like a prayer❞ I hear you call my name and it feels like home. When you call my name it's like a little prayer. I'm down on my knees, I wanna take you there. In the midnight hour I can feel your power. Feels like flying I close my eyes, Oh God I think I'm falling out of the sky, I close my eyes Heaven help me.

BELLADONA EST LA MEILLEURE ET LA PLUS BELLE
Revenir en haut Aller en bas
Katarina Azarova
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : Septième année à Gryffondor.
Célébrité : Ebba Zingmark.
Pseudo : Champifeuille, Champi. Âge : 26 Parchemins : 1301 Gallions : 839 Date d'inscription : 25/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
3/22  (3/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1286-katarina-you-re-filled-with-det http://www.mumblemumps.com/t1307-katarina-you-ve-met-with-a-terrible-fate-haven-t-you http://www.mumblemumps.com/t1308-katarina-attention-le-hibou-pince http://www.mumblemumps.com/t2069-journal-d-un-champignon

Comment tu peux te connaître
si tu t'es jamais battu ?


Il la prenait pour une abrutie. Pour une poupée naïve, trop profondément amoureuse pour voir la partie la plus sombre de l’élu de son cœur. Pour une princesse de conte de fées, qui s’attend à vivre heureuse et à avoir beaucoup d’enfants. Ça se voyait. Il avait tout faux, malheureusement. Le souci, c’était que pour l’instant, elle ne voyait aucune raison de lui montrer le contraire de ce qu’il pensait être vrai. Ce type, la renarde en elle ne le sentait pas du tout. Et si la renarde s’en méfiait, alors elle s’en méfiait aussi. « Je m’appelle Thomas. » Elle hocha simplement la tête. Thomas. Elle le reconnaissait maintenant. Les Azarov avaient rencontré les de La Rivière plusieurs fois parce qu’ils travaillaient pour le ministère français. Ses parents n’aimaient pas ces gens. Trop arrogants, trop prétentieux, trop imbus d’eux-mêmes, trop lâches et trop lisses. Des français, en somme. Katarina s’était toujours débrouillée pour ne pas être là. Elle restait avec Lou ou Lena, elles allaient dans les jardins, elles fuyaient ces réceptions ennuyeuses pour rester entre amies. Ce Thomas semblait être comme ses parents, aussi lisse qu’égocentrique. « J’aimerais te dire que je ne l’ai pas du tout provoqué mais je suppose que c’est faux. » Elle ne broncha pas. Elle connaissait Skye, et elle savait que ce genre de type était une provocation sur pattes pour lui.

Il lui aurait donc poliment demandé de se calmer, et Skye aurait brusquement pété un plomb, avant de le pourrir sur l’attitude hautaine des sangs-purs. Elle le comprenait. Elle mise à part, les autres sangs-purs ne donnaient pas l’envie de les apprécier. Zoya était une grande amatrice de magie noire, Yassen et Kamen la menaçaient, Helge s’amusait à voler les gens en les toisant de haut… C’était l’image des russes qui en prenait un coup. « Tu savais, toi, qu’il méprisait les sangs-purs ? » Elle leva à peine un sourcil. Bien sûr, qu’elle savait. Elle aussi les méprisait, malgré le fait qu’elle en fasse partie. Elle avait d’autant plus hâte de détruire son mariage pour épouser qui elle voulait, et s’assurer que ses futurs gosses ne connaissent jamais une vie aussi merdique. « Sans que je comprenne pourquoi, il s'est mis à parler de mariages entre sang-purs ; apparemment on sort avec des sangs-mêlés pour s’amuser mais finalement, on est tous les même, on obéit sagement à nos parents. » Elle ne lui fit même pas le plaisir de réagir, sinon lever les sourcils d’un air sceptique. Elle doutait clairement de lui. Bien sûr, qu’il savait. Il savait qu’elle était fiancée à Kamen. Yassen avait dû lui dire. Lui-même était fiancé à Oktavia. Et quant à sortir avec des sangs-mêlés pour s’amuser… « Je ne vois pas d’où peut lui venir une telle frustration... Mais quand il a parlé de mon comportement envers Bella j’avoue avoir vu rouge... Mais je suis un pacifiste, pas habitué à me battre. Donc finalement, c’est ça qui en a suivi. »

« Ah, ouais… C’est toi, le Serpentard qui tourne autour de Belladona. » Elle leva légèrement un sourcil, et cessa enfin de se balancer. Ce grincement commençait à l’agacer, de toute manière. « Tu m’excuseras, mais on me parle de toi en trop mauvais termes pour que je prenne tes paroles comme argent comptant. »

Elle se leva souplement, abandonnant la balançoire grinçante derrière elle. Il était plus grand qu’elle. Sans doute plus costaud, aussi. Elle s’en fichait complètement. Il était clair qu’il n’essayait pas de se faire une amie, et ça tombait bien, elle n’était pas d’assez bonne humeur pour jeter ses préceptes aux orties et se faire un pote parmi les sangs-purs prétentieux. Elle le savait ami avec Yassen. Ça lui suffisait. Lou mise à part, aucun de ses amis ne frayait avec les Yordanov. Lionel n’arrivait pas à les encadrer, et s’agaçait de voir Lou se rapprocher de Kamen. Elle aussi, cela étant. Elle avait beau savoir que Thomas avait raison, elle ne lui ferait pas le plaisir de douter de son petit ami devant lui. C’était ce qu’il cherchait. Semer le doute. Il n’y arriverait pas. Elle savait que Skye avait un problème, mais elle avait mis ça sur le compte des examens. Son intervention déplacée ne faisait qu’ajouter une raison pour qu’elle aille lui parler.

« On m’a raconté ce que tu faisais, à Beauxbâtons. C’est difficile, de croire un type assez hypocrite pour se dire le meilleur ami de quelqu’un histoire de balancer ses petits secrets à toute l’école. » Elle haussa négligemment les épaules, ne voyant aucune raison de jouer à l’hypocrite avec lui. Il était sans doute meilleur qu’elle à ce petit jeu-là, et elle préférait la franchise, pour mettre tout de suite les choses au clair. « Je sais avec qui tu traînes. Yassen, par exemple. Ça ferait tellement plaisir à ce petit con que mon couple explose. Chacun choisit ses amis comme il l’entend, mais vu ceux que tu as choisi, permets-moi de rester sceptique. »

Elle se tut. Non, elle n’était pas dupe de sa manipulation de bas étage. Elle avait eu assez d’échos de lui. Skye ne l’aimait pas, Lionel ne l’aimait pas, et on lui avait bien expliqué pourquoi. Thomas s’était comporté comme un petit con à Beauxbâtons, et les gens ne changent pas si facilement. Ils s’inquiétaient de le voir rôder autour de Belladona, et vu ce qu’il avait fait par le passé, ils avaient sans doute raison. Katarina, qui ne le connaissait pas, préférait ne pas s’en mêler. Elle avait ses propres problèmes, avec les Yordanov notamment. Ceci n’empêchait pas qu’elle ne laissait pas se laisser retourner l’esprit par le français. Elle n’aimait ni ses mimiques, ni sa manière de faire. Et elle était aidée par le fait qu’on lui avait parlé de lui en mal. Cela faisait plus d’une raison de se méfier de lui, et de tout ce qu’il pourrait lui dire.

« Bien sûr, ça n’excuse pas ce que Skye t’a fait. Pour ça, tu es en assez mauvais état pour que je te croie. » Dommage que ses poings n’aient pas réussi à effacer son petit air insupportable, cela dit. « Et crois-le ou non, j’ai fait ça par pure sympathie, pas pour couvrir ses traces. Il est assez grand pour assumer ses conneries tout seul. » A nouveau, elle haussa les épaules avec négligence, se demandant si être traité avec tant d’indifférence agaçait le Serpentard. Tant mieux. Il ne lui inspirait rien de bon, de toute façon. « Il y a un petit hôpital, installé pour la Coupe du Monde. Ils pourront réparer les dégâts avec un sortilège ou une potion mieux que nous deux réunis. »

_________________

like a catchy song
We're far apart in every way, but you're the best part of my day, and sure as I breathe the air , I know we are the perfect pair, on a prickly path that goes on for miles, but it's worth it just to see you smile, and I cannot be pulled apart, from the hold you have on my heart, and even if the world tells us it's wrong, you're in my head like a catchy song.
Revenir en haut Aller en bas
Thomas de La Rivière
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : Serpentard
Célébrité : Herman Tømmeraas
Pseudo : Carotte Âge : 23 Parchemins : 233 Gallions : 144 Date d'inscription : 09/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1600-thomas-falling-is-just-like-fly http://www.mumblemumps.com/t1631-thomas-le-coeur-a-maree-basse#40265


COMMENT TU PEUX TE CONNAÎTRE
SI TU T'ES JAMAIS BATTU ?
Katarina & Thomas



Elle se la jouait blasée. Se balançant lentement et lui lançant des regards indifférents. Comme si aucune des paroles du serpent ne l’intéressait vraiment. Rien de ce que Thomas pouvait lui dire ne pourrait l’ébranler parce qu’elle était ce genre de personne qui était persuadé de déjà tout savoir. Il ne lui parlait que depuis quelques secondes mais il l’avait déjà cernée. Petite poupée idiote persuadée de connaître le monde qui l’entoure mieux que personne. Ce genre d’arrogance vous rend stupide car elle vous aveugle. La blonde levait des sourcils sceptiques, seul signe qu’elle écoutait ce qu’il lui disait et Thomas pouvait pourtant voir qu’elle buvait ses paroles. Elle retenait tout, elle ne voulait pas se permettre de manquer une information qu’elle pourrait retourner contre lui plus tard.
Thomas ne fut pas déçu. Elle était bien du genre à tout écouter, à tout gober et ensuite à exposer son savoir d'un air négligeant. Comme si c'était normal de connaître autant sur inconnu.

« Ah, ouais… C’est toi, le Serpentard qui tourne autour de Belladona. Tu m’excuseras, mais on me parle de toi en trop mauvais termes pour que je prenne tes paroles comme argent comptant. » Le serpent lui répondit par un petit rire. On parlait de lui ? Quelqu’un comme l’Azarova qui n’était même foutu de mettre un nom sur son visage était au courant qu’il s’intéressait à Bella et avait entendu des rumeurs à son sujet. C’était consternant. Ils n’avaient rien de mieux à foutre que de parler de la mauvaise influence qu’il pouvait être pour Bella, même à des gens qui ne le connaissaient pas. « Navré que tes amis aient avec toi des conversation à propos d’un mec que tu ne connais pas, ils sont pas cool. Mais c’est pas cool de ta part non plus de prêter attention aux rumeurs. »

Elle s’était levée de la balançoire. Elle n’était pas bien grande mais, il fallait l’avouer, elle avait fière allure. C'était dommage qu'elle s'entoure aussi mal. Quoique ça ne la définissait pas. Bella avait les mêmes amis que l'Azarova et n'était pas aussi agressive et hargneuse qu'eux. Thomas aurait aimé que ce soit aussi le cas pour Katarina. C'aurait été plus facile de la monter contre Krushinc.
« On m’a raconté ce que tu faisais, à Beauxbâtons. C’est difficile, de croire un type assez hypocrite pour se dire le meilleur ami de quelqu’un histoire de balancer ses petits secrets à toute l’école. » Thomas acquiesça légèrement à cette assertion, prenant un air pensif. S’ils avaient racontés ce genre d’histoire à Katarina, il fallait même pas imaginer à quel point ils avaient dû le pourrir auprès de Bella. Et pourtant, la griffonne avait continué de le fréquenter. Il avait particulièrement bien réussi son coup. « Je sais avec qui tu traînes. Yassen, par exemple. Ça ferait tellement plaisir à ce petit con que mon couple explose. Chacun choisit ses amis comme il l’entend, mais vu ceux que tu as choisi, permets-moi de rester sceptique. » Thomas se plaqua un air d’ennui profond sur le visage et soupira. Elle savait qu’il traînait avec Yassen. Dixit la meuf qui lui avait demandé son prénom deux minutes plus tôt. Soit elle avait mentit sur ce sujet et savait très bien qui il était. Auquel cas, elle jouait plutôt bien son petit jeu. Soit tout ce qu’elle connaissait sur lui n’était que des ouï-dire. Et là c’était plutôt inquiétant sur le manque d’intérêt que devait avoir la vie de ces personnes. Surtout qu'il avait arrêté de manipuler les gens pour l'amusement il y a pratiquement cinq ans. Ils devaient avoir une grosse rancœur pour continuer à parler de ça.

L’Azarova nuança tout de même ses propos : ce n’est pas parce que les rumeurs le décrivaient comme un gros con que Skye aurait dû le tabasser. Thomas lui offrit un sourire faussement reconnaissant devant cette ouverture d’esprit. Elle était bien magnanime. « Il y a un petit hôpital, installé pour la Coupe du Monde. Ils pourront réparer les dégâts avec un sortilège ou une potion mieux que nous deux réunis. » Il acquiesça doucement.

« Je comptais aller les voir, oui. Tu es bien gentille. »

Le serpent porta une nouvelle fois ses doigts à l’arcade sourcilière. La douleur se faisait moins lancinante. L’envie de pourrir le Krushnic, elle, restait bien présente. Le caratère odieux et madmoiselle-je-sais-tout de sa copine ne faisait rien pour arranger les choses.

« Je n’ai pas bien compris ta petite digression à propos de Yassen. Tu crois que je mens pour l’aider à briser ton couple ? » Thomas la regarda d’un air perplexe et secoua la tête, incrédule. « En ce qui me concerne, je ne passe pas mon temps à discuter de gens que je ne connais pas avec mes potes. Et certainement pas à comploter pour leur pourrir la vie... ton couple n'est pas le centre de nos discussions, tu sais. »

À vrai dire, Thomas ne savait pas à quel point Yassen s’intéressait ou pestait à propos de Katarina. Lui et le Yordanov n’étaient pas assez proches pour ça. Ils buvaient ensemble, s’éclataient lors de fêtes dans la salle commune mais ils étaient loin d’être les meilleurs amis du monde. Si Yassen lui avait déjà confié d’un ton crasseux que l’Azarova était beaucoup trop sexy pour son propre bien mais qu’elle était une petite conne prétentieuse, ils n’avaient pas prolongé la discussion. Thomas avait d’autre chose à foutre.

« En ce qui concerne ma mauvaise réputation, je ne pense pas avoir besoin de justifier mes actions auprès de toi. Je te ferais simplement remarquer que dans mes amis il y a aussi Belladonna qui ne s'est pas arrêté à ce qu'on raconte sur moi. Peut-être que tu devrais toi aussi arrêter de croire les rumeurs.» Il avait un ton glacial. Il n'aimait pas l'idée que les gens s'amusent à détruire sa réputation et encore moins que d'autres soient assez crédules pour tout écouter alors qu'ils ne le connaissaient même pas. « Après tout, si tu ne pouvais même pas associer mon visage à mon prénom y a deux secondes, c’est que tu ne me connais pas aussi bien que tu sembles le croire. »

Le serpent inspira. Son regard était froid sans être menaçant. Il était plus ennuyé qu'autre chose. Il se demandait si elle croyait vraiment tout ce qu’on lui avait raconté ou si elle essayait juste de l’énerver. C’était plutôt un échec dans le deuxième cas. Même s'il n'appréciait pas de savoir qu'on parlait dans son dos, Thomas ressentait plus une victoire qu’autre chose. Lionel, Skye, Jude, Makhosini, ils avaient tous été raconter à Bella des horreurs à son sujet. Et la griffonne continuait de le plaquer dans des recoins de couloir pour l’embrasser dès que l’occasion se présentait. Jusque là, il était le gagnant de l'histoire.
Katarina pouvait bien croire qu’il n’avait pas changé, le serpent savait bien que si. Il ne s’amusait plus de ses manipulations. Il s’y perdait, ne savait plus qui il était. Il était loin de culpabiliser de ce qu’il avait pu faire subir à certains enfants mais il ne trouvait pas cette époque glorieuse non plus. De toute façon, rien de ce qu’il n’avait fait ne devait être justifié auprès de l’Azarova. Et certainement pas si elle se permettait de le juger sans essayer de le connaître.

« Quoiqu’il en soit, tu n’as pas besoin de croire un hypocrite comme moi. T’auras cas demander à ton copain s’il ne m’a pas parlé des mariages forcés de sangs-purs ou du fait qu'on obéit toujours à nos parents. Je crois qu’il est un peu frustré sur le sujet. »



© BLACK PUMPKIN

_________________
❝ Like a prayer❞ I hear you call my name and it feels like home. When you call my name it's like a little prayer. I'm down on my knees, I wanna take you there. In the midnight hour I can feel your power. Feels like flying I close my eyes, Oh God I think I'm falling out of the sky, I close my eyes Heaven help me.

BELLADONA EST LA MEILLEURE ET LA PLUS BELLE
Revenir en haut Aller en bas
Katarina Azarova
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : Septième année à Gryffondor.
Célébrité : Ebba Zingmark.
Pseudo : Champifeuille, Champi. Âge : 26 Parchemins : 1301 Gallions : 839 Date d'inscription : 25/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
3/22  (3/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1286-katarina-you-re-filled-with-det http://www.mumblemumps.com/t1307-katarina-you-ve-met-with-a-terrible-fate-haven-t-you http://www.mumblemumps.com/t1308-katarina-attention-le-hibou-pince http://www.mumblemumps.com/t2069-journal-d-un-champignon

Comment tu peux te connaître
si tu t'es jamais battu ?


Le Serpentard continuait à parler. La vache, qu’il était prétentieux et suffisant ! Il l’ennuyait beaucoup. Elle s’était retranchée ici pour avoir la paix, et elle se retrouvait à devoir discuter avec un Serpentard qui maniait les mots comme du miel. « Navré que tes amis aient avec toi des conversation à propos d’un mec que tu ne connais pas, ils sont pas cool. Mais c’est pas cool de ta part non plus de prêter attention aux rumeurs. » Il fallait avouer qu’il n’avait pas faux. Les rumeurs, en général, elle ne les écoutait pas, et ce français, elle ne le connaissait pas. Tout ce qu’elle savait, c’était qu’il traînait avec Yassen, et Yassen, elle ne l’aimait pas. C’était une simple répercussion, mais si elle n’avait pas eu la désagréable impression que Thomas essayait de la monter contre son petit ami, elle se serait excusée. Ce qu’elle ne fit pas. C’était rude et impoli, mais elle s’en fichait complètement.

« En ce qui concerne ma mauvaise réputation, je ne pense pas avoir besoin de justifier mes actions auprès de toi. Je te ferais simplement remarquer que dans mes amis il y a aussi Belladonna qui ne s'est pas arrêté à ce qu'on raconte sur moi. Peut-être que tu devrais toi aussi arrêter de croire les rumeurs. » Il insistait, le bougre. Mais elle l’ignora. Elle faisait plus confiance à Lionel qu’à Thomas, et si Lionel lui disait qu’il fallait s’en méfier, elle l’écouterait. D’autant que depuis sa transformation réussie en renarde, son instinct de conservation fonctionnait bien mieux qu’avant. Et ce Thomas dégageait des ondes qui ne lui plaisaient pas trop. « Après tout, si tu ne pouvais même pas associer mon visage à mon prénom y a deux secondes, c’est que tu ne me connais pas aussi bien que tu sembles le croire. » Elle leva les yeux au ciel. La vache, c’était une idée fixe. Il s’entendrait bien avec Kamen, lui, dans le genre.

« Allez viens, je t’emmène à l’infirmerie. A trop monologuer pour te justifier, tu vas finir par te vider de ton sang sur place. »

Non pas que ça la dérangerait, cela étant. Elle ne l’aimait pas, c’était viscéral. Cela étant, elle n’allait pas l’abandonner là alors qu’il était en si mauvais état. D’un pas tranquille, elle prit la direction de l’infirmerie, et il la suivit en silence. Elle espérait avoir la paix, mais apparemment, elle s’était trompée. Le serpent avait encore envie de déverser son venin. « Quoiqu’il en soit, tu n’as pas besoin de croire un hypocrite comme moi. T’auras qu’à demander à ton copain s’il ne m’a pas parlé des mariages forcés de sangs-purs ou du fait qu'on obéit toujours à nos parents. Je crois qu’il est un peu frustré sur le sujet. » La lionne ne changea pas d’allure, mais une flamme dangereuse brûla quelques secondes dans son regard. Il était allé trop loin maintenant. Il tapait pile dans ce qu’elle détestait entendre. Son manque de choix concernant son futur. Elle ravala à grand peine la remarque acide qu’elle allait lui servir comme réponse. Ils approchaient de la tente infirmerie, de toute manière, elle n’aurait plus à le supporter bien longtemps.

« On est arrivés. Bon rafistolage. »

Elle esquissa un léger sourire de politesse mais dénué de sympathie. Elle ne l’aimait pas. Sans un mot, le Serpentard souleva un rabat de la tente et disparut à l’intérieur. La russe fit demi-tour pour chercher un coin tranquille avant qu’un infirmier ne lui demande s’il le connaissait et comment il s’était fait ça. Il devait déjà se faire bien plaisir, à dire qu’un psychopathe l’avait agressé. Levant les yeux au ciel en repensant à la conversation, la blonde se perdit dans la foule, jetant çà et là un œil aux étals. L’été ne faisait que commencer… Elle avait le temps de voir venir, après tout.

_________________

like a catchy song
We're far apart in every way, but you're the best part of my day, and sure as I breathe the air , I know we are the perfect pair, on a prickly path that goes on for miles, but it's worth it just to see you smile, and I cannot be pulled apart, from the hold you have on my heart, and even if the world tells us it's wrong, you're in my head like a catchy song.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
Comment tu peux te connaître si tu t'es jamais battu ? (Kata & Tom)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment peux-tu te connaître si tu ne t'es jamais battu ? | shane
» Et comment Evan se fit connaître
» Fusibles D3005
» Lynalee
» Comment tu peux être surveillant et aveugle ? [ft Chris]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: SAISON 1-
Sauter vers: