Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 5
La version cinq est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'été, faites le plein de festivités !
Découvre tout ici
Sujet commun
Vous avez envie de profiter pleinement des animations de la coupe du monde,
venez découvrir les nombreuses activités mises en place pour l'été !
Fêtes foraines, séances de dédicaces, match, les ingrédients sont réunis pour faire la fête !
Clique pour découvrir le Speed Dating de l'été
Quêtes
Les quêtes ont toutes été mises à jour. Vous trouverez celle du personnel ici,
les poufsouffle juste . Les serdaigle ont aussi le droit à un nouveau
sujet par tout comme les serpentard. Les gryffondor, eux,
continuent leur jeu de piste.
Résumé des quêtes
Radio Quidditch
Pour l'été, la brigade magique ne fait pas les choses à moitié,
de la nouveauté vous attend sur vos ondes !
Ouvre les oreilles
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Un parent riche n'est jamais éloigné. (Moïra & Thomas)

Moïra de La Rivière
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
  • 1
  • 2
Maison/Métier : Septième année à Serdaigle.
Célébrité : Emma Watson.
Pseudo : Champifeuille, Champi. Âge : 26 Parchemins : 159 Gallions : 502 Date d'inscription : 03/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/12  (0/12)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1561-moira-mes-desirs-font-desordre http://www.mumblemumps.com/t1572-moira-moins-sage-que-mon-image http://www.mumblemumps.com/t1603-moira-lettres-de-noblesse http://www.mumblemumps.com/t2069-journal-d-un-champignon

Un parent riche
n'est jamais éloigné.


« Mes chers enfants,

Comme toujours, vous êtes prévenants, et nous demander une tente en sachant que vous deviez rester à Pré-au-Lard était intelligent. Vous remarquerez cependant que nulle tente n’accompagne cette lettre ; c’est parce que votre mère et moi viendrons à Pré-au-Lard pour la Coupe du Monde de Quidditch passer quelques jours avec vous. Pas les deux mois, malheureusement, nos travails personnels ne nous le permettant pas. Nous nous efforcerons de passer le plus possible, et nous serons là lors de la finale, bien entendu.

(…)

Jonathan de La Rivière. »


La calèche tirée par les sombrals cahotait sur le chemin, mais Moïra était trop agacée pour s’en rendre compte. Apprendre qu’elle ne rentrerait pas en France lui avait arraché une grimace de colère. C’était la seule chose qui l’avait aidée à tenir pendant cette année en Ecosse : savoir qu’elle rentrerait chez elle en été. Elle aurait dû s’y attendre, cela étant. Déjà, aux vacances de Noël, et à celles qui avaient suivi, ils avaient dû rester à Poudlard. Pourquoi l’été aurait-il différé ? Il n’empêche qu’elle rageait. La France lui manquait. Bon sang, elle n’aurait jamais dû quitter Beauxbâtons… Mais c’était râpé pour y retourner, cette fois. Elle avait terminé sa septième année, passé ses ASPIC, elle ne pouvait plus retourner dans aucune école de magie conventionnelle, si ce n’était Poudlard, seule école à proposer des cursus GISIS pour continuer d’apprendre.

Revoir ses parents était une maigre consolation. Passer une année entière à Poudlard avait ravivé sa rancœur, et elle leur en voulait toujours d’avoir sacrifié Alexandre sur l’autel de leur ambition. Elle savait qu’ils leur demanderaient s’ils avaient appris quelque chose. Et ils n’avaient rien appris. Rien du tout. Tout ce qu’ils avaient, c’était une liste de gens qui s’étaient battus pour la liberté, et le pire dans l’histoire, c’est que plus le temps passait, et plus elle les respectait pour ça, malgré le fait que l’un d’eux avait probablement tué son frère aîné sans savoir qui il était. Elle commençait à se sentir mal, en sachant que son frère, sa famille, elle, par extension, avait causé des ravages dans le monde magique, pour quelque chose d’aussi impalpable que le sang. L’histoire avait bien fait d’empêcher leur victoire, de les appeler perdants. Ils n’étaient que des meurtriers.

Le bruit du village la tira de ses sombres pensées. Pré-au-Lard avait été envahi en quelques jours à peine, et un océan de tentes bariolées s’étendait à perte de vue. Leurs parents allaient sans doute être très difficiles à trouver… Quand, enfin, la calèche se stoppa, Moïra laissa tout le monde descendre avant d’en faire de même, rejoignant son frère qui ne l’avait pas quittée depuis le début du trajet, restant silencieux pour respecter son propre silence. Il partageait, elle le savait, la même colère. Ne pas rentrer en France. Devoir rester ici. Subir leurs parents et leurs questions à venir. Le pire dans tout ça ? Ni l’un ni l’autre ne s’intéressaient au Quidditch. Moïra trouvait ça brutal et dangereux, et elle ne comprenait ni l’engouement ni la fascination autour de ce sport de sauvages. Et elle allait devoir passer deux mois avec des groupies hystériques venus de tous les pays du monde.

« Jeune maître, jeune maîtresse ? » Moïra baissa les yeux, et esquissa un sourire involontaire. Un elfe de maison portant une livrée frappée des armoiries des de La Rivière s’inclina devant eux. « Par ici, je vous prie. Le maître et la maîtresse sont déjà arrivés, tout est prêt pour vous recevoir. »

Se retournant, le petit elfe trottina dans la foule, s’assurant tout de même que les deux jeunes le suivaient bien. La traversée était rendue difficile par l’agglutinement des touristes autour des différents stands et la masse de monde qui faisait sa vie sans se soucier de la Serdaigle et du Serpentard qui tentaient de se frayer un chemin. Heureusement, Thomas était grand. Il prit les devants, bousculant sans scrupule les gens qui se mettaient en travers de sa route, tenant la main de sa sœur pour s’assurer qu’un mouvement de foule ne les sépare pas. Au bout de quelques minutes à suivre l’elfe de maison, qui s’arrêtait tous les dix pas pour leur permettre de le rejoindre, ils finirent par atteindre l’endroit où leurs parents les attendaient. La tente, d’une taille respectable, pouvait accueillir deux personnes sans qu’elles ne se bousculent. Cependant, Moïra savait qu’elle était ensorcelée. Ce qui ressemblait à une tente confortable était en réalité un vrai palace avec tout le confort seyant à leur rang. Elle tiqua cependant en voyant la deuxième tente. Etaient-ils séparés de leurs parents, Thomas et elle ? La réponse se fit bien vite, puisque de la deuxième tente sortit un homme de leur famille, qui n’était cependant pas leur père.

« Mon oncle ! » La Serdaigle esquissa un sourire, surprise de sa présence mais ravie de le voir. « Vous êtes venus pour la Coupe du Monde, vous aussi ? »

Nathaniel de La Rivière n’eut pas le temps de répondre. De la tente venait de sortir une furie blonde aux cheveux frisés, qui les regarda tour à tour avant d’esquisser un grand sourire et de se jeter sur eux en piaillant.

« Moïraaa ! Thomaaaas ! Je suis si contente ! »

Il n’y avait pas que leurs parents, visiblement. Il y avait aussi leur oncle, leur tante, et la petite Constance de La Rivière, qui, bien entendu, n’allait pas passer à côté de cette occasion de rester avec ses cousins chéries. La brune retint un soupir. Avec Constance en Ecosse, les vacances allaient être mouvementées…

_________________
moïra de la rivière
Ce qui est est, et ce qui n’est pas ici est ailleurs. Ce qui est est, et ce qui est semble ne pas être est là où l'on ne croit pas que ce qui est est. Ce qui est est, et ce qui est et ne se trouve pas est là où ce qui est n’a pas été cherché.

Revenir en haut Aller en bas
Thomas de La Rivière
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
  • 1
  • 2
Maison/Métier : Serpentard
Célébrité : Herman Tømmeraas
Pseudo : Carotte Âge : 23 Parchemins : 168 Gallions : 470 Date d'inscription : 09/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1600-thomas-falling-is-just-like-fly http://www.mumblemumps.com/t1631-thomas-le-coeur-a-maree-basse#40265

Un parent riche
n'est jamais éloigné.


À travers la petite fenêtre de la calèche, Thomas pouvait voir Poudlard s’éloigner petit à petit. Il n’allait pas loin pourtant. Lui qui avait passé l’année à rêver de son retour en France, il passerait l’été en Ecosse. Il avait hurlé et éclaté un verre de cristal contre un mur en apprenant la nouvelle, l’héritier déçu. Pas de plage de sable chaud, pas d’étincelant soleil, pas de retrouvailles avec son cher manoir et pas de promenades à travers ses roseraies. Il l’avait tant espéré. Il savait qu’il n’aurait que deux mois pour se ressourcer avant d’à nouveau retrouver le modeste et sombre Poudlard. Finalement, il n’avait pas même ces deux mois. Et ça l’enrageait. La venue de ses parents n’améliorait en rien la situation. Il avait espéré pouvoir se prendre une tente avec sa sœur, fêter toute les nuits, explorer les attractions et dormir le restant de la journée. Si le Quidditch l’intéressait peu, il fallait admettre que les britanniques avaient sorti le grand jeu pour la Coupe du Monde. La fête foraine et les activités nocturnes promettaient de dépasser tout ce qu’il avait connu jusqu’ici. Sauf que ses parents seraient là. Et il devrait être l’héritier parfait qu’ils attendaient de lui, malgré la rancœur qui grandissait de plus en plus dans son cœur. Pas question de revenir saoul après une soirée avec des amis, pas question de dévier de la stricte ligne de conduite imposée par leur père, pas de possibilité d’éviter les questions sur sa relation avec Oktavia. Pas question de s’afficher avec Belladona.
Thomas se mâchonnait nerveusement la lèvre du bas en fixant d’un regard sombre le profil de Poudlard qui disparaissait et réapparaissait au gré des tournants que prenait la calèche. Le château l’avait changé. Bien plus qu’il ne le croyait possible. Il était arrivé avec un voile rouge lui brouillant la vue, haineux et arrogant, mais surtout cachant le moindre de ses sentiments réels derrière des sourires charmeurs et des mensonges au goût du miel. Il avait toujours été comme ça. Avant c’était par plaisir, à sa rentrée à Poudlard c’était pour le bien de la mission qu’il s’était fixée. Mais Poudlard changeait les gens et il n’était pas si différent des autres. La rage qui l’habitait avait grandit. Avait atteint son maximum. Elle lui avait permis de voir les choses avec une clarté sans pareil. Alors qu’il avait passé sa vie sans se poser de questions sur son comportement, elle lui avait ouvert les yeux. Il avait appris son impuissance et sa lâcheté en se retrouvant fiancé à Oktavia et en étant incapable d’émettre une quelconque protestation sur le sujet. Il avait appris sa faiblesse et sa loyauté en se retrouvant pétrifié pour protéger Moïra lors de l'événement dans la Grande Salle. Il avait appris sa rancœur mais aussi sa capacité d’aimer en se réconciliant avec sa jumelle. Il avait appris qu’il était incapable d’avancer sans elle. Il avait appris son manque d’empathie et son désir de mieux faire grâce à Bella mais, surtout, il avait appris que sa vision du monde était basée sur des préjugés. La Gryffondor avait ouvert une porte et, sans lui demander son avis, l’avait jeté de l’autre côté dans un monde nouveau où son frère était un meurtrier et ses parents des assassins. Il avait appris beaucoup et n’était pas sûr de pouvoir changer la personne qu’il était, n’était pas sûr de vouloir le faire pour certains points. Il se concentrait pour l’instant sur les questions de légitimé de sa famille dans la guerre et les réponses qu’il trouvait ne lui plaisaient pas du tout. La rage qui l’agitait avait diminué d’un coup. C’était désormais un petit point sombre dans son esprit, entièrement focalisé sur ses parents et son frère. Le jeune homme furieux qui était entré à Poudlard était devenu triste et lucide. Mais il mentait toujours et cachait toujours ses sentiments derrière des sourires charmeurs et des mensonges au goût de miel. Il ne parlait à personne de cette peine qui lui brisait le cœur, préférant se réfugier dans les bras de Bella pour noyer sa tristesse dans la bonne humeur de la jeune fille.

Lorsque leur véhicule s’arrêta dans un dernier cahot, le serpent lança un coup d’œil en direction de sa jumelle. Elle avait le même visage fermé que lui, plongée dans ses pensées. Il savait qu’elle était tout aussi déçue et furieuse que lui à la nouvelle des vacances forcées à Pré-au-Lard. Elle réussissait simplement mieux à gérer ses émotions. Descendant de la calèche, il attendit qu’elle le rejoigne en lançant un regard circulaire vers le campement qui semblait être apparu du néant en quelques jours à peine. Les tentes de toutes  les couleurs semblaient minuscules mais il savait que la plus part étaient de véritables petits appartements à l’intérieur. Thomas se demandait comment il allait retrouver ses parents dans cet océan de toiles colorées lorsqu’une voix se fit entendre à ses côtés. « Jeune maître, jeune maîtresse ? » Baissant le regard, il constata la présence d’un des elfes de maison de sa famille. Son unique habit était soigné et repassé, les armoiries de La Rivière fièrement arborées sur la poitrine. L’elfe s’inclina et Thomas fut soulagé à l’idée que ses parents avaient eu la bonne idée de leur envoyer un accompagnateur. « Par ici, je vous prie. Le maître et la maîtresse sont déjà arrivés, tout est prêt pour vous recevoir. » Thomas acquiesça avec sobriété pour signifier à l’elfe qu’il pouvait les guider jusqu’à eux.

La foule était dense et les gens ne semblaient pas vouloir leur faciliter le passage. Grâce à sa petite taille, l’elfe de maison réussissait à se faufiler à travers les jambes et devait souvent s’arrêter pour vérifier que ses jeunes maîtres ne le perdent pas de vue. Soupirant avec exaspération face à la situation, supportant mal de se retrouver ralentit, Thomas agrippa la main de Moïra – histoire de ne pas la perdre – et joua violement des épaules pour se frayer un chemin à travers la foule. À force de bousculade et regards féroces envers ceux qui osaient protester, il réussit à garder le rythme de l’elfe et, après quelques minutes à jouer des coudes, ils s’arrêtèrent enfin devant une tente portant les armoiries de sa famille.  Elle semblait peu impressionnant  vue de l’extérieur et Thomas était impatient de découvrir à quoi elle ressemblait à l’intérieur. S’il devait supporter la présence de ses parents, il espérait au moins qu’il aurait droit à un petit palace. Il jeta cependant un regard surpris à une deuxième tente portant elle aussi les couleurs des de La Rivière. Le serpent eut un instant l’espoir fou que Moïra et lui se voient attribuer une résidence séparée de leurs parents mais il fut vite ramené à la réalité par un mouvement dans les plis du tissu de cette deuxième tente. Un sourire accueillant sur le visage, Nathaniel de la Rivière en sortit. Thomas lui adressa un sourire poli. Il était extrêmement heureux de constater la présence de son oncle qui permettrait probablement de faire tampon entre lui et son père, mais la réserve et la retenue étaient de mise dans la famille. Ce que la tempête blonde qui sortait à l’instant à la suite de Nathaniel n’avait visiblement pas encore tout à fait intégré. « Moïraaa ! Thomaaaas ! Je suis si contente ! » Constance se jeta sur eux et le sourire de Thomas s’élargit. Il s’abaissa pour prendre sa cousine dans ses bras et la serrer avec joie contre son cœur. Il savait que la présence de la petite fille allait vite devenir un poids, collante comme elle était, mais pour l’instant il était heureux de la revoir. Elle lui avait manqué, la petite. Il lui plaqua un baiser sur le front et se redressa en lui ébouriffant les cheveux. Le serpent releva ensuite son regard vers son oncle et reprit son sourire plus réservé.

« Eh bien, c’est une bonne surprise, mon oncle. Nous pensions que nous aurions seulement la chance de profiter de la présence de nos parents. »

Il baissa les yeux vers Constance à qui il adressa un clin d’œil, impassible devant le mensonge qu’il venait de servir. La chance de profiter de la présence de nos parents. Tu parles. Il espérait bien les voir le plus tard possible.
Nathaniel leur offrit un petit sourire avant de venir tirer Constance par l’épaule et de la plaquer fermement contre lui pour lui signifier sans un mot d’apprendre à se contenir et à se tenir comme une dame. Il reporta ensuite son regard sur ses neveux.

« Vous nous avez beaucoup manqué. Il est déjà incroyable qu’ils vous aient empêché de nous rejoindre pour les fêtes de fin d’année, nous n'allions donc pas rater cette occasion de rassembler la famille. » Il baissa les yeux sur sa fille et son sourire s’élargit légèrement. « Et cette demoiselle ici se lassait de votre absence. »

Le sourire de Thomas mourut sur son visage lorsque, de la première tente, sortirent enfin Jonathan et Elisabeth de la Rivière. Thomas se recomposa rapidement une mine enjouée et prit une grande inspiration. Que la grande comédie de l’été commencé !


_________________
❝ I'm hung up on you❞ I can't keep on waiting for you. I know that you're still hesitating. Don't cry for me 'cause I'll find my way, you'll wake up one day but it'll be too late. Every little thing that you say or do, I'm hung up.

Revenir en haut Aller en bas
 
Un parent riche n'est jamais éloigné. (Moïra & Thomas)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pétion –Ville ; mairesse Ludie Parent ap danse kompas !
» Cité Soleil, Evens serait le plus riche des pauvres
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Sanble Erich Riche ta lavalas anba po!!!!
» "Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Elsewhere :: Hogsmeade-
Sauter vers: