Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 5
La version cinq est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'été, faites le plein de festivités !
Découvre tout ici
Sujet commun
Vous avez envie de profiter pleinement des animations de la coupe du monde,
venez découvrir les nombreuses activités mises en place pour l'été !
Fêtes foraines, séances de dédicaces, match, les ingrédients sont réunis pour faire la fête !
Clique pour découvrir le Speed Dating de l'été
Quêtes
Les quêtes ont toutes été mises à jour. Vous trouverez celle du personnel ici,
les poufsouffle juste . Les serdaigle ont aussi le droit à un nouveau
sujet par tout comme les serpentard. Les gryffondor, eux,
continuent leur jeu de piste.
Résumé des quêtes
Radio Quidditch
Pour l'été, la brigade magique ne fait pas les choses à moitié,
de la nouveauté vous attend sur vos ondes !
Ouvre les oreilles
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

I wanna be sedated (Helssen)

Helge Petterson
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
  • 1
  • 2
Maison/Métier : slytherin
Célébrité : Erika Linder
Pseudo : ELLY Âge : 21 Parchemins : 1135 Gallions : 201 Date d'inscription : 17/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1469-helge-the-heart-thief http://www.mumblemumps.com/t1505-helge-fight-back#36419 http://www.mumblemumps.com/t1504-right-move-helge http://www.mumblemumps.com/t2065-journal-d-elly

I wanna be sedated
Helge & Yassen
Prison gates won't open up for me. On these hands and knees I'm crawling, I reach for you. Well, I'm terrified of these four walls. These iron bars can't hold my soul in. All I need is you. Come please I'm calling and all I scream for you, hurry I'm falling, I'm falling.


La foule se pressait dans les allées regorgeant de boutiques. Un mélange hétéroclite de créatures -telles que des vampires, des sorciers, ou des elfes venaient faire les boutiques, voire simplement flâner. Helge pestait contre cette masse humaine venue entraver sa marche et par conséquent gêner sa journée de vol, par ailleurs fructueuse. Les touristes surtout l’agaçaient : patauds, maladroits, ils ne parvenaient pas à l’esquiver assez vite pour qu’elle puisse s’abstenir de sentir les effluves de leur odeur corporelle. Répugnant. Du coup, plus d’un étaient retournés chez eux le corps endolori, n’ayant pas compris d’où leur venaient ses nombreuses ecchymoses qui parsemaient leur corps : en effet, Helge se mouvait si vite qu’ils ne parvenaient pas à l’apercevoir et ne ressentaient qu’un grand choc lorsqu’il les repoussait sans ménagement. Mais dans l’ensemble, Helge était plutôt content.

L’idée lui vint soudain de se poser quelques temps dans une taverne de l’allée centrale, avant de repartir à l’assaut des boutiques et des passants. Il pourrait ainsi se divertir en observant les filles qui se jetaient sur les premières capes soldées et pourquoi pas, espérer trouver là-bas un jouet séduisant qui lui tiendrait compagnie au cours d’une nuit. Depuis quelques mois, Helge enchaînait la débauche. Réjouie par cette idée des plus alléchantes, il entra dans le premier bar qui se trouvait sur sa route. Grave erreur. Si l’endroit paraissait au premier abord correct, il était en fait envahi par des bandes d’alcooliques tétant misérablement leurs bouteilles. Des supporters un peu trop enthousiastes.

Helge venait de se poser sur une chaise et de commander un whisky pur feu, lorsque la porte s’ouvrit. Un groupe d’hommes apparemment déjà ivres -et ayant manifestement des liens de parenté avec l’espèce troll à en juger par l’odeur et la corpulence- fit une entrée remarquée dans le pub, dans le sens ou tout ce petit monde agressait les oreilles des pauvres autres clients. Ils ne parlaient pas, ils hurlaient. La dizaine de gorilles s’installa au comptoir. Helge tentait vainement de ne pas écouter leur conversation inintéressante, mais son ouïe l’en empêchait, d’autant plus que ces abrutis beuglait de plus en plus. Et malheureusement, l’un deux avisa le voleur.

« HÉ, VISEZ UN PEU CE QU’ON A LA-BAS LES MECS !! HÉ,  PETIT ! VIENS-LA, SOIS PAS TIMIDE !! » Helge constata avec horreur que toute une partie de la bande se dirigeait maintenant vers lui. « Oh non ! » pensa-t-il « ils vont venir me polluer mon air ! » L’autre partie de la bande se dirigeait maintenant vers une autre fille qu’il apercevait à l’autre bout de la salle. Helge s’inquiéta brièvement pour elle mais il avait d’autres chats à fouetter : comment se débarrasser de ces soudards sans trop utiliser ses poings ? Les abrutis étaient maintenant à sa hauteur, et s’assirent en cercle autour de lui pour l’empêcher de fuir, ne se doutant pas que c’était eux qui étaient à plaindre : en effet, sous l’effet de la colère les yeux de Helge s’étaient assombris.  « ALORS LA BELLE ? ÇA TE DIT UNE PETITE DÉTENTE AVEC NOUS ? ON N’EST PAS DIFFICILES TU SAIS ? » En disant ça, l’un des hommes emprisonna la main de Helge sous sa grosse paluche. « Ne me touche pas. » « REGARDE, ON EST NOMBREUX, Y’EN AURA SUFFISAMMENT POUR TE SATISFAIRE !! » « Ne-me-touche-pas ! » Helge retira sa main, aussi vive que l’éclair et se saisit des doigts de son adversaire, les brisant d’un coup sec. Elle se rendit compte que l’homme l’avait identifié comme étant une fille. Il était vrai que depuis quelques mois, ses cheveux avaient poussés, elle n’avait pas pensé à les tailler, et sa couleur s’estompait, mais elle n’aurait jamais imaginé qu’on puisse de nouveau la confondre.

Les autres hommes se jetèrent sur elle. Helge en étala un d’un coup de poing, se retournant aussitôt pour faucher le suivant d’un revers de la jambe. Le quatrième le ceintura, elle lui balança sa jambe en arrière, atteignit la partie la plus sensible de son anatomie, puis lui mit une droite à l’aide son poing qu’elle redressa, l’atteignant en pleine tête. La violence du choc le projeta contre un mur, et il s’affaissa, inanimé. Elle contra les coups de poings maladroit du cinquième type, lui immobilisa les bras, et lui flanqua un grand coup de pied au visage, le propulsant hors du bar. De la bande d’abrutis alcoolisés il n’en restait plus qu’un. Elle pirouetta en arrière, enchaînant une série de rondades arrière de manière à trouver un endroit plus dégagé. Elle fit un signe provocateur –mais néanmoins gracieux- de la main au dernier homme, l’invitant à l’attaquer, s’il osait. Il se rua sur elle sans réfléchir –même si le contraire l’eut étonnée-. Elle n’eut qu’à se décaler légèrement et à lui mettre une bonne droite, l’envoyant au tapis. Elle n’avait pas tapé suffisamment fort pour les tuer, mais assez pour les envoyer à l’hôpital pour cause de multiples fractures ou nez cassés. Ils passeraient une excellente coupe du monde.

Le silence dura quelques secondes, puis les discussions reprirent. Helge ramassa son sac, plein de bijoux et de pièces volées, et s’éloigna vers la sortie. Se battre lui faisait énormément de bien. Finalement, depuis avril, Helge n’avait pas réussi à convaincre Yassen de rouvrir le club de combat. Il s’entraînait alors seul, dans les cachots, mais c’était beaucoup moins amusant. Yassen lui manquait. Helge sentait encore le baiser qu’ils avaient échangés, la morsure sur ses lèvres. Parfois le soir, elle prenait une gommémoire, pour s’endormir avec cette image. Mais en journée, elle s’interdisait d’y penser.

Les Petterson ne tarderaient pas à arriver, la famille serait réunie au grand complet, pour un casse sans aucun doute des plus exceptionnels. En attendant, Helge tâtait le terrain. Il était heureux de constater que les touristes et les sorciers ne faisaient pas attention à lui, ni à leurs affaires. La coupe du monde avait le don de rendre le monde insouciant. Helge traversait les rues, observant quelques stands sans trop s’y intéresser. Puis, il arriva près d’un couple de sorciers, la femme possédait de grands bijoux brillants, dont un collier de perle. Helge savait qu’il pourrait en tirer un gros parti. Le jeune homme commença à s’élancer, fit quelques bonds agiles entre le sol et les murs, et alors qu’il allait attraper le collier de la femme, il se sentit projeté à terre.


HARLEY-

_________________
never forgive, never forget
φ Sometimes I feel like throwing my hands up in the air I know I can count on you ▬ Sometimes it seems that the going is just too rough and things go wrong no matter what I do.

drapeau bulgarie

Revenir en haut Aller en bas
Yassen Yordanov
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
  • 1
  • 2
Maison/Métier : les serpents, comme la plupart des membres de sa famille.
Célébrité : ash stymest.
Pseudo : Prim Âge : 21 Parchemins : 496 Gallions : 878 Date d'inscription : 04/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

I wanna be sedated
Helge & Yassen
How could you know, how could you know that those were my eyes peeping through the floor, it's like they know I'm looking from the outside and creeping to the door. Now they're coming out from the shadows to take me to the court because they know that I'll shut this down. I bet you didn't know that I was dangerous. It must be fate, I found a place for us. I bet you didn't know someone could love you this much.

Yassen était un combattant. Il n’avait plus besoin de montrer son talent. Les étrangers pouvaient bien en douter, mais tous ses camarades savaient que personne ne serait capable de le battre. Il avait toujours rêvé de trouver un adversaire à sa hauteur. Ce serait une personne qui serait capable de le brutaliser et qui le comprendrait comme son double, comme son reflet dans le miroir. Il sait bien qu’il ne pourra pas trouver cette personne. Dans ses rêves les plus fous, il lui arrive de penser l’avoir rencontrée, l’avoir croisée dans les rues, mais quand il se réveille, il ne parvient pas à se reconstituer les traits de cet étranger qui n’en était pas vraiment un.  

Il se laisse avoir par la masse humaine. Il se faufile au travers des formes sans perdre sa bonne humeur. Il n’avait jamais vraiment détesté les autres. Il demeurait sociable et il avait toujours le mot pour rire, surtout quand il avait une boisson entre les mains ou un joint au bord des lèvres. Rigolant avec des Ougandais, il parlait fort tout en se dirigeant vers la taverne de l’allée centrale. Il y en avait plusieurs le long de cet allée, à la grande joie des propriétaires qui pouvaient tous espérer plein de profits.

Yassen s’assoit sur un banc et tend son verre, trinquant à la future victoire de toutes les équipes dont faisaient partie ses camarades de buverie, défendant l’honneur de sa Bulgarie en se laissant servir tous les alcools internationaux. Il cumulait la débauche depuis la fin de l’année scolaire, mais il préférait se dire que ce n’était qu’une façon de se féliciter pour une année éprouvante. Si tout se passait bien, l’an prochain, il entrerait en septième année à l’école de sorcellerie. Il savait déjà qu’il ne comptait pas suivre ce GISIS en zoomagie que sa famille attendait de lui ; il laissait les animaux aux princesses comme Lionel Lemaire, qui n’avaient rien d’autre à faire de leur temps que de s’asseoir en pleine nature pour prendre soin de ces sales bêtes. Il ne savait pas ce qu’il voulait, cependant. Ou plutôt, il le savait ; pour le moment, il voulait une bonne bouteille de vodka aromatisée comme celle qu’affectionnait tant la fiancée de son frère. Toutes ses pensées allaient à la rouquine. Le matin, elle était la première image qui s’imprimait dans son esprit et le soir, elle était aussi la dernière, peu importe qu’il dorme ou se livre à d’autres activités.

Il boit. L’alcool lui fait du bien, le réchauffe de l’intérieur. Il boit sans compter le nombre de verres. Il est dans un état entre la conscience et l’ivresse, où il pourrait se laisser aller à plusieurs mauvaises décisions, mais où il est toujours assez présent pour répondre de ses actes. Ses nouveaux amis lui demandent s’il veut les suivre dans un autre bar afin de trouver une fille avec qui il pourrait passer le reste de la journée avant de la mettre dans son lit. Yassen a un sourire qui éclaire son visage à la peau si claire. « Qui a dit que j’avais besoin d’un lit ? » Il aimait faire l’amour ailleurs que dans une chambre. Il aimait le faire quand il était dans un lieu public. Il aimait le faire. Tout simplement. Mais aujourd’hui, il n’avait pas spécialement envie de se laisser aller avec une nana ; il avait des problèmes familiaux à régler et une petite féministe à domestiquer. Katarina se mettait un doigt dans l’œil si elle pensait s’en sortir aussi facilement. Yassen savait comment l’atteindre ; si ses lettres la laissaient aussi indifférente, alors il n’aurait d’autre choix que de s’en prendre à ce qu’elle affectionnait le plus, à son seul espoir dans le monde magique, à son petit-ami qui jouait les poules mouillées, mais que Yassen savait aussi dangereux que lui, si ce n’était pas plus.

En attendant, il sort de la taverne, faisant sonner la clochette accrochée à la porte d’entrée. Il devait empester l’alcool. Il marche un peu en se demandant si un combat ne l’aiderait pas à se défouler. Il avait beaucoup à extérioriser. Il se rappelle qu’il n’a pas combattu depuis un bon moment. Il ne sait pas pourquoi. Il avait probablement trop bu. Il voit plus loin un couple de sorciers. Une vieille dame est habillée en blancs et est recouverte de perles. Elle est accompagnée d’un homme avec un grand chapeau. À voir leur prestance, il devait s’agir d’importantes figures politiques de leur nation. Yassen se laisse déconcentrer par des bruissements. Il sort sa baguette par réflexe et tourne la tête. Il a des réflexes de guerrier en raison des rudes entraînements passés avec son père ; il voit une forme sauter entre le sol et les murs, avec une rare agilité, une célérité à en faire jalouser tous les membres de sa famille.

Yassen voit la forme avancer dangereusement en direction de la forme. Sans même y penser, il court à toute vitesse en direction du cambrioleur. Il le prend par les pans de sa veste et le jette au sol. « Qu’est-ce que tu fous ?! » hurle-t-il. Il se retourne de nombreuses fois sur le sol avant qu’il ne parvienne à reprendre les perles de sa main. « La prochaine fois, prends-toi en à quelqu’un de ta taille. » Il est dégoûté. Il a beau ne pas avoir des pensées toujours favorables à l’égard des femmes, il n’en attaquerait jamais une. Il l’avait fait une fois, il s’était promis de ne jamais recommencer. Il préférait avoir un adversaire à sa hauteur, même si doucement, il se faisait à l’idée qu’il n’en trouverait jamais un. Il baisse son regard. « Pauvre con. » Il retient de peine et de misère un sourire sur ses lèvres. Il avait cherché un bouleversement toute sa vie, lui, ni le parfait élève, ni le parfait héritier, il avait peut-être trouvé ce qu’il attendait depuis si longtemps.

Made by Neon Demon

_________________

❝ wild beasts wearing human skins❞ you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you.
Revenir en haut Aller en bas
 
I wanna be sedated (Helssen)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» aubree « twenty-twenty-four hours to go, i wanna be sedated »
» 01. Girls just wanna have fun !
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» [libre] I wanna be, the very best !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Welcome to Hogwarts. :: Quidditch World Cup-
Sauter vers: