Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 6
La version six est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'anniversaire du forum et la rentrée, venez fêter avec nous !
Découvre tout ici
Joyeux anniversaire !
Mumblemumps vient de souffler sa première bougie. Venez la célébrer avec nous !
Plusieurs animations ont été mises en place pour festoyer comme il se doit !
Jette un oeil aux animations !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Got a little Drunk + Thomavia

Oktavia Silaïeva
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : serdaigle ϟ deuxième année de gisis en médecine magique
Célébrité : Barbara Palvin
Pseudo : MONAZ•HOPE Âge : 25 Parchemins : 1363 Gallions : 806 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
90/100  (90/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1326-oktavia-ou-la-perfection-du-nom http://www.mumblemumps.com/t1455-oktavia-the-notebook http://www.mumblemumps.com/t1510-brownie-les-petits-parchemins-d-oktavia http://www.mumblemumps.com/t2101-journal-de-monazohope



GOT A LITTLE DRUNK
thomas de la rivière & oktavia silaïeva
La semaine que tu avais passée était des plus étranges, depuis que tu évitais Thomas et qu'il avait pris ses dispositions pour t'empêcher de le fuir, tu te sentais gênée. Ce que tu avais fait était tout simplement stupide, surtout que mis à part sa réaction légèrement disproportionnée, tu ne risquais rien auprès du français. Tu le savais bien, oui vos parents avaient décidé de lier vos vies l'une à l'autre, mais vous pouviez vous débrouiller s'il le souhaitait, faire en sorte que cela ne se fasse pas. Chose qui t'arrangerait bien, tu ne comptais pas passer ta vie avec un homme que tu n'aimais pas, tu l'appréciais néanmoins, mais de là à tomber amoureuse de Thomas ? Il y avait un monde, surtout que tu ne le verrais certainement pas autrement que l'ami que tu retrouvais certains jours alors qu'il était avec sa sœur. Sa réaction au fait que tu devais être fiancée à son aîné avait été légèrement trop violente, pourtant tu ne lui en voulais pas. Tu comprenais, tu n'étais pas rancunière, cela semblait logique, même si tu n'étais pas le genre de personne à t'emporter pour ce genre de choses, tu l'entendais et ne lui en tenait pas rigueur. Surtout qu'il s'était excusé et c'était tout ce que tu attendais de lui, tu n'y étais pour rien dans cette histoire, tu subissais tout autant que lui la volonté de vos parents, il pouvait bien le comprendre non ? Et apprendre qu'il n'était pas le choix initial devait certainement avoir blessé son égo, alors tu te sentais mal de lui avoir annoncé cette petite chose. Tu aurais certainement mieux fait de te taire, mais le jour où il aurait appris que tu étais au courant serait pire. Alors, même si cela avait été un mauvais moment à passer, tu n'avais pas si mal agis.

Le fait de retrouver Alcyone à Pré-au-lard tu fis le plus grand bien, cela serait une journée plus reposante. Loin des cours, de l'attente de vos parents, de cette super nouvelle qu'était les fiançailles. Faire du shopping avec ta meilleure amie ne pouvait qu'être agréable, surtout quand ta mère te donnait plus d'argent de poche pour faire passer la pilule plus facilement. Svetlana tentait de t'acheter, de te faire accepter son choix à sa manière, tu comprenais que trop bien malheureusement que cela serait compliqué de contrecarrer ses plans pour toi. Donc après que vous ayez fait vos petites emplettes, avec le fait que tu aies accepté qu'Alcyone choisisse elle même ta tenue. Tu t'étais changée, n'étant pas très à l'aise, pourtant ta meilleure amie semblait bien trop heureuse de te voir dans une tenue moins sage que celles auxquelles tu étais habituée. Cependant, tu n'avais pas trop rechigné de la porter et c'était un bon début, surtout que la jeune femme ne comptait certainement pas en rester là. Surtout depuis qu'elle était au courant pour les fiançailles, tu avais craché le morceau. Tes frères ne voulant pas réellement en parler, ne comprenant certainement pas ton point de vue dans cette histoire. Ce n'étaient pas eux qui étaient confrontés à un changement de situation suite à un mariage, mais leur future épouse, donc non ils ne comprendraient certainement pas. Alors que Alcyone elle comprendrait tout à fait tes problèmes, surtout avec ton incapacité sentimentale. Comme si tu n'arrivais pas à gérer ce genre de choses, c'était assez compliqué pour toi de te retrouver dans ce genre de situation. Fort heureusement pour toi, l'anglaise était au courant et pourrait te conseiller sur certains points, même si tu voulais pas vraiment être proche de cette manière de Thomas.

Vous aviez donc fini par terminer aux Trois Balais avec ta meilleure amie, afin de fêter cette histoire. Ou pour oublier, tout dépendait le point de vue, surtout pour essayer d'oublier un petit peu, mais là n'était pas le problème. Passer du temps avec elle était revigorant, elle était tout à fait capable de te rendre moins guindée. Chose pas très évidente cependant, mais c'était assez intéressant à quel point vous pouviez vous compléter, comme si votre rencontre avait été programmée. C'était ce genre de relation à laquelle tu ne t'attends pas et qui viens à toi comme ça par surprise. Alors que vous rentriez vers l'école dans un état d'ébriété avancé, enfin surtout toi, tu avais beau être russe, boire n'était pas dans tes habitudes. Bien au contraire, tu connaissais la réaction de ta mère si jamais elle entendait que tu t'étais mise dans cet état. Sauf qu'après tout elle t'avait donné un peu plus d'argent de poche que prévu alors autant s'en servir non ? Elle voulait que tu lui pardonnes après tout ? Tu ne lui en voulais plus de cette manière, donc tu suivais Alcyone, qui tentait tant bien que mal de te guider dans le parc afin de rentrer dans l'école. Aucune de vous deux ne souhaitait laisser l'autre dans cet état, mais le seul soucis était que vous n'étiez pas dans la même maison. Cela serait des plus compliqués de vous retrouver toutes les deux au même endroit, surtout rentrer dans la salle commune des serdaigles dans ton état te serait certainement impossible. Donc vous vous rapprochiez de la salle commune des serpentards, Alcyone comptait aller chercher ton frère afin qu'il te ramène saine et sauve dans ton dortoir.

Une fois que l'anglaise te laissa seule, non loin de l'entrée des serpents, tu te retrouvais contre le mur à regarder au loin. Sans fixer quoi que ce soit, purée vous aviez abusés sur le whisky pur feu, ce n'était pas une bonne idée de boire plusieurs verres. Ce truc-là était bien plus violent que tu le pensais. Néanmoins, en entendant des bruits de pas, tu te tends un instant, te demandant s'il s'agissait de professeur ou d'un élève. Mais en voyant le visage de ton récent fiancé, tu souris, amusée de le voir, bien trop alcoolisée pour être gênée. Tant mieux d'ailleurs, si tu te souvenais un jour de ce moment tu risquais de rougir pour l'éternité. Sauf que pour le coup, cela ne te dérangeait pas de le voir là, tu restais bien plus souriante que tu ne l'aurais imaginé en te rapprochant de lui. Tentant de ne pas montrer dans quel état tu te trouvais, mais cela serait bien trop compliqué pour toi, tu en avais conscience. « Tiens je te cherchais... » Tu t'étais rapprochée de lui, prenant appuis sur son bras, pour ne pas perdre l'équilibre, tout en continuant de sourire bêtement. « Je crois qu'il faut qu'on parle de trois petites choses importantes si tu dois être mon fiancé. » Tu espérais qu'il se rende bien compte que tu ne lui en voulais pas pour l'incident de la bibliothèque. Même s'il devait le savoir après tout, tu avais répondu à ses excuses. Tu te mis à rire un instant, réfléchissant rapidement à ce que tu comptais ajouter. « Premièrement je ne t'appartiens pas, je ne suis pas une chose avec laquelle tu peux jouer, je suis gentille, mais je suis pas bonne poire. Alors, je comprends que tu n'apprécies pas certaines nouvelles des choix de nos parents… » Tu respires un peu, avant de reprendre. « Tu crois que je suis ravie d'être fiancée ? Non, mais je ne me venge pas sur toi, cette erreur que tu as fait l'autre jour, je t'en excuse, je ne t'en veux pas, ne t'avise juste pas de recommencer à me parler comme ça... »
   
⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
On dit que lorsque l'on rencontre l'amour de sa vie, le temps s'arrête. Et bien c'est vrai. Ce que l'on ne vous dit pas, c'est que quand le temps reprend son cours, il fils à une vitesse folle pour rattrapper son retard — .
MADDVIA

Revenir en haut Aller en bas
Thomas de La Rivière
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : Serpentard
Célébrité : Herman Tømmeraas
Pseudo : Carotte Âge : 23 Parchemins : 233 Gallions : 144 Date d'inscription : 09/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1600-thomas-falling-is-just-like-fly http://www.mumblemumps.com/t1631-thomas-le-coeur-a-maree-basse#40265

Got a little drunk
  Thomavia

 

« Le jeune maître ne devrait-il pas être accompagné ? » Thomas baissa un regard glacial vers l’elfe qui venait de lui faire la critique. Alors que, au beau milieu des cuisines de Poudlard, il venait de demander à être servit en chocolats, voilà que cette idiote créature jugeait opportun de lui faire remarquer que le règlement imposait la présence d’un adulte. Le serpent avait la voix coupante. « Tu es ici pour faire ce que je te dis, pas pour me dire ce que je devrais faire. » L’elfe s’inclina si profondément que son nez toucha le sol et il détala rapidement dans la réserve de nourriture. Thomas soupira. Il savait que s’il se faisait prendre à trainer seul, il aurait des ennuis. Il entendait d’ici les reproches que Moïra lui feraient si elle savait qu’il ne respectait pas les règles. Mais il s’en moquait. Il se moquait de tout et, à vrai dire, s’il se prenait une retenue, il se ferait un malin plaisir à imaginer la réaction outrée de ses parents.
L’elfe revint avec une dizaine de barres chocolatées qu’il tendit au sorcier. Thomas les fourra dans sa poche en silence avant de franchir la porte de la cuisine sans un mot pour l’elfe. Sur le trajet de retour vers la Salle Commune, le serpent triturait nerveusement le chocolat, attendant de revenir dans le dortoir pour le consommer. Cela faisait maintenant trois jours qu’il s’était avoué à mi-voix qu’Alexandre était le premier responsable de sa propre mort, qu’il était un meurtrier. Trois jour qu’il étudiait jusqu’au bout de la nuit pour espérer tomber de fatigue et éviter aux larmes de couler, trois jours qu’il se réveillait pourtant chaque nuit et pleurait en silence sur la perte de son héros d’enfance. Il allait mal, très mal. Il évitait tout le monde et avait constamment la nausée. Il savait qu’il aurait dû aller à l’infirmerie pour demander des calmants ou des somnifères. Il en avait eu besoin lors de la mort d’Alexandre. Mais il ne pouvait se résoudre à aller trouver les infirmiers. Avec un peu de malchance, il tomberait sur cet imbécile de de Saint Hendré. L’infirmier était glacial avec lui et ne se privait jamais de lui lancer un regard sombre, pour une raison que le serpent ignorait. Pas question d’aller lui avouer qu’il se sentait mal et avait besoin de médication… Si un jour il croisait Izlechen, il irait lui en parler. Peut-être.

Arrivant à quelques mètres de la Salle Commune, le serpent se pétrifia en voyant une silhouette postée devant l’entrée. Il se détendit légèrement en constatant que ce n’était pas un Auror mais poussa un juron mental en reconnaissant Oktavia. Manquait plus que sa nouvelle fiancée pour le mettre de bonne humeur, tiens. Vous parlez d’une semaine de merde. Se retrouver fiancer, se disputer avec elle et, enfin, accepter que son propre frère est un assassin. Thomas avait connu des moments plus joyeux. Mais il avait déjà poussé le bouchon trop loin avec la Serdaigle, il n’était pas question de recommencer. Prenant une grande inspiration pour se donner du courage, il se composa un sourire avenant sur le visage et chassa la douleur qu’on pouvait lire dans son regard. Il s’approcha ensuite de l’aiglonne.
L’entendant approcher, Oktavia se tourna vers lui et lui sourit avec joie. Thomas ne laissa pas sa surprise se montrer sur son visage. Malgré les lettres qu’ils s’étaient échangés, le serpent ne s’attendait pas une telle chaleur sur le visage de l’aiglonne étant donné leur dernière entre vue. « Tiens je te cherchais... » Le Serpentard ne put s’empêcher de lever un sourcil circonspect, cette fois-ci. Il comprit cependant vite la raison du comportement étrange d’Oktavia puisque, tentant de se rapprocher de lui, elle vacilla légèrement et dû se soutenir sur le mur. Elle était saoule et, visiblement, pas qu’un peu. Thomas sentit le premier sourire sincère depuis trois jours se former sur ses lèvres. Un sourire minuscule, un sourire moqueur. « Je crois qu'il faut qu'on parle de trois petites choses importantes si tu dois être mon fiancé. » Son sourire disparu, remplacé par un rictus ennuyé. Il n’était pas certain qu’une discussion avec une aiglonne bourrée était la meilleure des idées. Il n’avait cependant pas beaucoup le choix ; s’il voulait réparer sa gaffe de l’autre fois, il faudrait se montrer complaisant. Et puis, il ne pouvait pas l’abandonner comme ça, il faudrait peut-être l’aider à rejoindre la Salle Commune des Serdaigles. À tous les coups, c’était Alcyone qui avait poussé Oktavia à boire trop. Il jura mentalement mais acquiesça aux paroles de l’aiglonne pour lui signifier qu'il l'écoutait. « Premièrement je ne t'appartiens pas, je ne suis pas une chose avec laquelle tu peux jouer, je suis gentille, mais je suis pas bonne poire. Alors, je comprends que tu n'apprécies pas certaines nouvelles des choix de nos parents… » Thomas se mordit la lèvre du bas, nerveux. Il croyait avoir été clair avec elle en lui expliquant qu’il ne considérait pas qu’une femme appartienne à son mari. L’esprit brouillé de la bleu et argent ne devait pas voir percuté. De toute façon, les conversations avec les gens saouls n’avaient souvent aucun sens, ça risquait d’être fastidieux. « Tu crois que je suis ravie d'être fiancée ? » Thomas s’efforça de ne pas lui jeter le regard sombre qu’il aurait voulu. Putain, personne n’était ravi d’être fiancé de force, pas besoin de le rappeler sans cesse. Certainement pas au fiancé en question. « Non, mais je ne me venge pas sur toi, cette erreur que tu as fait l'autre jour, je t'en excuse, je ne t'en veux pas, ne t'avise juste pas de recommencer à me parler comme ça... » Le serpent acquiesça avec un sourire qui se voulait tendre. Se faire pardonner. C’était tout ce qui comptait pour l’instant, quitte à mettre sa fierté de côté.

« Je sais bien, Okta, je te l’ai dit ; je n’avais aucun droit de te parler sur ce ton et rien de ce que tu pourras jamais faire ne m’en donnerait le droit d’ailleurs. Jamais je ne recommencerai, je te le promets. »


C’était une promesse vaine, à laquelle il ne croyait pas lui-même mais il l’accompagna d’un sourire doux et s’approcha de l’aiglonne pour poser une main affectueuse sur son épaule. Il était violent et cassant quand il s’énervait. C’était rare qu’il perde ainsi son sang froid mais s’il devait passer une vie aux côtés d’Oktavia, bien sûr qu’ils se disputeraient à nouveau, bien sûr qu’il se montrerait à nouveaux injuste envers elle.  Sauf que ce n’était pas exactement ce qu’elle voulait entendre.

« Et ne t’en fais pas, je ne considérerai jamais que tu m’appartiens. Je n’accepterai pas que le choix de nos parents brise ma liberté ou la tienne. »

Il sourit une nouvelle fois. Quand il parlait de liberté, il parlait de pouvoir avoir un amant, de pouvoir choisir une carrière ou des amis. Mais il savait très bien que sa liberté était de toute façon brisée puisqu’il avait décidé de ne pas s’opposer à ce mariage, puisqu’il était enfermé dans cette prison qu’étaient ces fiançailles.
Il n’arrivait pas à savoir exactement à quel point Oktavia était saoule. Il lui jeta un regard soucieux mais fit mine de ne pas trop avoir remarqué cet état d'ébriété avancé.

«  Ça va, tu te sens bien ? Tu as l’air… d’avoir un peu de mal à tenir debout. Tu as besoin que je te raccompagne à ta Salle Commune ? »

© BLACK PUMPKIN



_________________
❝ Like a prayer❞ I hear you call my name and it feels like home. When you call my name it's like a little prayer. I'm down on my knees, I wanna take you there. In the midnight hour I can feel your power. Feels like flying I close my eyes, Oh God I think I'm falling out of the sky, I close my eyes Heaven help me.

BELLADONA EST LA MEILLEURE ET LA PLUS BELLE
Revenir en haut Aller en bas
Oktavia Silaïeva
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : serdaigle ϟ deuxième année de gisis en médecine magique
Célébrité : Barbara Palvin
Pseudo : MONAZ•HOPE Âge : 25 Parchemins : 1363 Gallions : 806 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
90/100  (90/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1326-oktavia-ou-la-perfection-du-nom http://www.mumblemumps.com/t1455-oktavia-the-notebook http://www.mumblemumps.com/t1510-brownie-les-petits-parchemins-d-oktavia http://www.mumblemumps.com/t2101-journal-de-monazohope



GOT A LITTLE DRUNK
thomas de la rivière & oktavia silaïeva
Avoir passé la journée avec Alcyona avait été l'une des meilleures choses qui t'était arrivée récemment. Donc alors, que tu vous étiez rentrées dans l'enceinte du château, mais qu'aucune de vous deux n'était capable de répondre à l'énigme à l'entrée de la salle commune des serdaigles. D'un commun accord, ta meilleure amie était partie cherchée ton frère dans la sienne, de cette manière, elle serait certaine que tu rentrerais sans encombre jusqu'à ton dortoir, non pas que tu ne sois pas capable d'y aller seule. Dans ton état d'ébriété, cela s'avérait des plus compliqués, donc tu attendais que ton amie te retrouve avec ton frère devant sa salle commune, espérant qu'elle ne mette pas longtemps. Tant bien même qu'en entendant des bruits de pas, tu te figes, priant pour que ce ne soit pas un professeur ou bien un auror, ce n'était que Thomas de La Rivière, donc tu ne risquais pas vraiment quelque chose. Hormis peut-être un moment honteux au petit matin, tu ne t'inquiétais pas trop de le voir, bien au contraire, tu te sentais légèrement plus libérée que lors de votre dernière rencontre. Alors qu'il s'en était pris à toi, suite à cette révélation que tu lui avais dites vis-à-vis de son frère, tu comprenais qu'il puisse le prendre mal, mais pas le fait qu'il t'en veuille à toi. Ce n'était pas une bonne chose, pourtant tu n'avais rien pu y faire, mais il s'était excusé, alors tu ne pouvais plus lui en vouloir. Tu te surprenais à lui annoncer la couleur, vis-à-vis de votre relation, espérant qu'il ne remarquerait pas vraiment l'état dans lequel tu étais. Cet espoir était vain, surtout avec ta démarche et ton incapacité à tenir debout, tant bien même que tu préférais t'accrocher à ce que tu pouvais.

Le jeune français t'étonna à t'écouter de cette manière, sans réagir alors que tu t'exprimais bien plus que tu ne l'avais fait lors de votre première rencontre suite à l'annonce des fiançailles. Toi qui avait fait l'autruche, étrangement, poussée par quelques verres de whisky pur feu, tu arrivais à lui dire ce que tu pensais. « Je sais bien, Okta, je te l'ai dit ; je n'avais aucun droit de te parler sur ce ton et rien de ce que tu pourras jamais faire ne m'en donnerait le droit d'ailleurs. Jamais je ne recommencerai, je te le promets. » Tu le regardais, alors qu'il s'excusait encore, promettant quelque chose qu'il ne tiendrait pas. Pas avec son caractère bien trop impulsif. Tu souris alors qu'il pose une main sur ton épaule, te faisant garder l'équilibre, tu le remerciais mentalement, sans rien dire, avec un simple sourire. Sachant parfaitement qu'il comprendrait, enfin pensant qu'il l'entendrait de la façon dont tu le voulais. « Et ne t'en fais pas, je ne considérerai jamais que tu m'appartiens. Je n'accepterai pas que le choix de nos parents brise ma liberté ou la tienne. » Tu le regardes un instant, t'assurant que tu avais bien compris ce qu'il sous-entendait. Il te laissait une liberté que vos parents ne comptaient pas vous laisser ? Mais au moins, une chose était certaine, tu ne lui appartenais pas, tu ne lui appartiendrais jamais, même mariée avec elle. C'était bien une chose que tu comptais lui faire comprendre. Il n'avait pas le brider ce que tu faisais, certes vous étiez liés l'un à l'autre à partir de maintenant, mais tu souhaitais le faire changer d'avis. Qu'il n'accepte pas ce mariage serait beaucoup plus simple pour garder votre liberté, mais cela serait bien compliqué de lui faire accepter cette idée.

« Ça va, tu te sens bien ? Tu as l'air… d'avoir un peu de mal à tenir debout. Tu as besoin que je te raccompagne à ta Salle Commune ? » Tu le regardes un instant, te demandant s'il avait remarqué ton état, sans aucun doute. Tu n'étais pas habituée à boire beaucoup, ni même longtemps et vous avez légèrement abusé sur la bouteille avec Alcyone. Donc ce n'était pas étonnant qu'il remarque que tu avais du mal à tenir debout, mentir et faire comme si tu n'étais pas alcoolisée, ne servirait à rien. « Je vais bien ne t'en fais pas. » Tu souris amusée par cette situation, tu ne voulais pas qu'il s'inquiète pour toi, pourtant après tout c'était en partie son rôle à présent. Première parce qu'il était ton ami, mais aussi parce qu'il est ton fiancé, mais ce n'est pas ce que tu attends de lui, enfin pas vraiment. « Cela se voit tant que ça ? Je crois qu'on en a peut-être un peu trop profité des gallions que ma mère m'a envoyé pour faire passer l'histoire de nos fiançailles avec Alcy. » Tu souris, bien trop bavarde pour ton bien, pourtant tu ne disais rien de mal, il comprendrait facilement, il n'était pas rare que les parents de sang-purs jouent avec quelques petites pièces pour se mettre leurs enfants dans leurs bonnes grâces. Ils en avaient autant en faire profiter leurs enfants de temps en temps. « J'en reviens pas qu'elle ait réussi à me faire porter ça... » Tu souris en lui montrant la tenue que ta meilleure amie avait choisi pour toi plutôt dans la journée. Cette robe était loin d'être dans tes habitudes, même si tu avais été gênée au début, à ce moment précis tu restais ébahie par ce que l'anglaise était capable de te faire faire. Tu passes la main dans tes cheveux les ébouriffants légèrement, tout en regardant Thomas tendrement. « Mais je veux bien que tu me raccompagnes, je suis pas certaine d'arriver à trouver l'énigme seule... »
   
⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
On dit que lorsque l'on rencontre l'amour de sa vie, le temps s'arrête. Et bien c'est vrai. Ce que l'on ne vous dit pas, c'est que quand le temps reprend son cours, il fils à une vitesse folle pour rattrapper son retard — .
MADDVIA

Revenir en haut Aller en bas
Thomas de La Rivière
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : Serpentard
Célébrité : Herman Tømmeraas
Pseudo : Carotte Âge : 23 Parchemins : 233 Gallions : 144 Date d'inscription : 09/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1600-thomas-falling-is-just-like-fly http://www.mumblemumps.com/t1631-thomas-le-coeur-a-maree-basse#40265

Got a little drunk
  Thomavia

 

Ce qu’elle était belle. Dans cette robe trop sexy pour avoir été choisie par elle. Ses grands yeux bleus qui brillaient un peu trop et ses joues rosies par l’alcool. Elle était ce genre de personne que l’état d’ébriété rendait plus mignon, plus attachant, plus beau alors que pour le reste du monde l’alcool vous rougis les yeux, fait couler votre mascara et ébouriffe vos cheveux. Oktavia, elle, était belle. Elle était parfaite. Pourtant, Thomas ne la voulait pas comme fiancée. Alors qu’il la dévisageait en silence, il se demandait quel était son problème. Pourquoi n’était-il pas plus heureux du parti qui lui avait été choisi ? Pourquoi ne pouvait-il pas s’en contenter ? N’importe quel homme aurait dû être ravi de se voir promis une vie aux côtés d’une femme si douce, si belle, si sérieuse. Plus il y pensait, plus ça lui donnait envie de hurler. Cette perfection d’Oktavia, il n’en voulait pas. Il n’y avait aucune passion, aucune flamme entre eux. Juste cette amitié de plus en plus fragile. Or Thomas n’était pas un bon ami. Il n’était pas assez compatissant, pas assez intéressé. Il était loyal. Il serait loyal envers Oktavia. Mais c’était bien là sa seule qualité. À part ça, seule la peur de condamner son futur mariage à l'échec le poussait à se faire pardonner par l’aiglonne.
Il essaya de rassurer Oktavia sur ses intentions. Il s’approcha d’elle et lui posa une main affectueuse sur l’épaule pour souligner ses propos. L’aiglonne vacillait et le serpent dû assurer une certaine prise sur le bras de la jeune fille pour la garder droite. Elle le dévisageait de ses yeux un peu floutés par l’alcool. Thomas y lisait une certaine détermination qu’il n’y avait pas vue avant. Comme si les promesses du serpent comme quoi Oktavia serait toujours libre ne lui suffisaient pas. Comme si elle en voulait plus.

« Je vais bien ne t'en fais pas. » Thomas leva un sourcil sceptique accompagné d’un petit sourire moqueur. Elle n’avait pas l’air malade, en effet, mais il doutait qu’elle puisse se débrouiller seule. Il aurait bien voulu ne pas s’en faire. La laisser seule dans ce couloir et aller s’installer confortablement dans son propre dortoir. Sauf qu’à la vérité, il s’en faisait quand même un peu. Il n’était pas un aussi mauvais ami que ça. Et il comptait bien prouver qu’il était un bon fiancé. Il la raccompagnerait jusqu’à son dortoir de force s’il le fallait. « Cela se voit tant que ça ? Je crois qu'on en a peut-être un peu trop profité des gallions que ma mère m'a envoyé pour faire passer l'histoire de nos fiançailles avec Alcy. » Thomas grimaça et la dévisagea un instant avant de détourner le regard pour se donner le temps de laisser glisser ces mots sur lui et ne pas sortir une remarque désobligeante. Imaginer la mère d’Oktavia payer sa fille pour qu’elle accepter d’être fiancée à lui l’irritait passablement. Parce qu'il y avait besoin de payer les gens pour qu'ils acceptent de se retrouver fiancée à lui ? C’était à la fois vexant et affligeant. Oktavia était-elle achetable ? Sa mère était-elle si pitoyable qu’elle pensait pouvoir régler tous ses problèmes par l’argent ? Leur mariage ne tiendrait-il qu’à ça ? Thomas inspira un grand coup et reporta son regard sur l’aiglonne. À vrai dire, les sangs-purs achetaient constamment l’obéissance de leurs enfants en les couvrants de cadeaux. Ça n’était pas différent. Sauf que là ça le concernait lui et qu’il n’appréciait pas l’idée d’être vendu à Oktavia de cette manière.
Irrité, lorsque l’aiglonne gloussa à propos de la tenue qu’elle portait, le serpent baissa à peine les yeux pour la dévisager et esquissa un léger sourire. Elle était belle, elle était sexy. Il n’était pas d’humeur. Lorsqu’elle passa une main dans ses cheveux tout en le couvant d’un regard doux, il détourna le regard. Elle accepta sa proposition de la raccompagner et le serpent espéra que cela ne prendrait pas trop de temps d’atteindre la Salle Commune des Serdaigles.

« Bien mais soyons discrets, nous ne sommes pas censé nous promener seuls dans les couloirs et je n’ai aucune envie de me faire punir. »


Thomas avait lâché des meilleurs amis qu’Oktavia lorsqu’il s’était agi d’éviter des punitions. Son statut de fiancée la sauverait peut-être s’ils croisaient une patrouille d’Aurors. Peut-être.
Le serpent passa une main dans le dos de l’aiglonne pour la pousser doucement en direction de la Salle Commune des Serdaigles. Après quelques pas son irritation concernant l’argent qu’Oktavia avait reçu de sa mère retomba. La démarche vacillante de son amie était bien trop amusante pour qu’il reste fâché plus longtemps sur un sujet qu’elle ne pouvait maîtriser. Il lui sourit.

« Pour tout te dire, je n’en reviens pas non plus qu’elle ait réussi à te faire porter ça. Mais ça te va très bien. »

De toute façon, c’était le genre de fille qui pouvait s’habiller n’importe comment elle aurait toujours de l’allure. Il fallait pourtant avouer qu’Alcyone avait du goût en matière d’habilement. En tout cas un goût qui plaisait particulièrement à Thomas et qui expliquait pourquoi le serpent avait toujours été plus intéressé par la vipère que par l’aiglonne.
Il soupira doucement. Il se demandait ce qu’Alcy pensait de ces fiancailles. Il aurait sans doute dû lui en parler mais il n’avait pas eu le courage. Il n’avait eu le courage de rien affronter ces derniers jours. Est-ce que par respect pour Oktavia, Alcy refuserait désormais de rajouter le « plus si affinité » à leur amitié ? Il aurait bien demandé à l’aiglonne si elle savait ce que son amie pensait de la situation mais il n’était pas sûr de vouloir engager la conversation sur ce terrain-là. Parler avec sa fiancée de sa relation avec son plan cul c’était moyen.
Oktavia ne tenait définitivement pas droite et le serpent ricana.

« Et moi qui croyait que les slaves tenaient mieux l’alcool que les autres. Alcyone t’a noyée sous l’alcool ou quoi ? »


© BLACK PUMPKIN



_________________
❝ Like a prayer❞ I hear you call my name and it feels like home. When you call my name it's like a little prayer. I'm down on my knees, I wanna take you there. In the midnight hour I can feel your power. Feels like flying I close my eyes, Oh God I think I'm falling out of the sky, I close my eyes Heaven help me.

BELLADONA EST LA MEILLEURE ET LA PLUS BELLE
Revenir en haut Aller en bas
Oktavia Silaïeva
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : serdaigle ϟ deuxième année de gisis en médecine magique
Célébrité : Barbara Palvin
Pseudo : MONAZ•HOPE Âge : 25 Parchemins : 1363 Gallions : 806 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
90/100  (90/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1326-oktavia-ou-la-perfection-du-nom http://www.mumblemumps.com/t1455-oktavia-the-notebook http://www.mumblemumps.com/t1510-brownie-les-petits-parchemins-d-oktavia http://www.mumblemumps.com/t2101-journal-de-monazohope



GOT A LITTLE DRUNK
thomas de la rivière & oktavia silaïeva
Tu ne remarquais pas, toutes les conneries que tu pouvais dire, mais cela te faisait un bien fou de parler de cette manière avec ton nouveau fiancé. Enfin, tu te sentais plus à l’aise étrangement, merci Alcy, sans aucun doute, au moins elle t’avait permis d’oublier un petit peu ses histoires le temps de quelques heures. Et cela faisait du bien, le plus grand bien d’ailleurs, mais le destin jouait autrement. Des retrouvailles que tu ne pouvais gérer, mais après tout ce n’était pas une si mauvaise chose. De cette manière tu pourrais te rapprocher de lui comme ta mère l’avait demandé, jouer à la fiancée parfaite, alors que tu n’en avais pas envie. Tout étais contradiction au final, tu devais faire avec pourtant, même si c’était trop compliqué. Tu parles trop, pourtant tu ne peux pas t’en empêcher, le contrôler était impossible pour l’instant, peut-être que cela apprendra à Thomas quelques petites choses sur tes états d’âmes. « Bien mais soyons discrets, nous ne sommes pas censé nous promener seuls dans les couloirs et je n’ai aucune envie de me faire punir. » Il n’avait pas tord, tu souris gênée par la situation, tu avais besoin de son aide, sans aucun doute, surtout à ce moment là. Si l’un des aurors ou professeurs vous trouvait, votre situation ne serait pas idéale, alors il fallait bien que tu arrives à gérer cela. « Je dois avouer que ça ne serait pas bon pour ton cv plus tard… ni sur le mien et j’imagine pas la réaction de mes parents...tu crois pas ? » Tout était compliqué au final, rien de simple, cependant tu devais faire avec, apprendre à vivre avec ce genre de choses. Enfin, il était certainement le mieux placé pour comprendre ce que tu disais, vu ce que vos parents avaient décidé, tu ne t’étonnerais pas d’entendre dire que tes choix de carrière ne lui convenait pas d’ailleurs. Mais là n’était pas tes petits soucis.  

Tu parlais trop, tu venais même d’insinuer que tu ne comprenais pas de quelle manière ta meilleure amie avait réussi à te faire porter une tenue dont tu n’avais pas l’habitude. Même si la gêne n’était pas présente, tu semblais toujours aussi peu sûre de toi sur ce genre de choix vestimentaire. « Pour tout te dire, je n’en reviens pas non plus qu’elle ait réussi à te faire porter ça. Mais ça te va très bien. » Tu souriais bêtement en le regardant, cherchant à savoir s’il le disait simplement pour te faire plaisir ou s’il le pensait réellement. Même si Thomas était franc la plupart du temps, il savait être aussi hypocrite que toi, donc ce n’était pas une réaction que tu arrivais à trouver sincère. Tu voulais juste être certaine qu’il ne se moque pas de toi, c’était tout, manquerait plus que ce genre de chose. « Mais je suis pas Alcy... » C’était un fait plus qu’une reproche à proprement parler, Alcyone et toi étiez bien trop différentes pour parler du même charme. Vous aviez toutes les deux vos propres atouts, même si tu ne mettais que très rarement en valeurs ceux qu’elle montrait. Tu savais très bien ce qu’il se passait entre eux, la serpentard ne te cachait rien, d’ailleurs elle t’avait même proposé d’arrêter. Mais à quoi bon ? Tu ne voulais pas de ce mariage, tu ne voulais pas de lui, ce n’était pas une bonne chose que vous vous enfermiez déjà dans une routine. « Et moi qui croyait que les slaves tenaient mieux l’alcool que les autres. Alcyone t’a noyée sous l’alcool ou quoi ? » Tu te mets à rire également, cette rumeur était fondée en général, sauf avec toi. « Je te rappelle que je suis censée être la fille parfaite... » C’était une chose qui te faisait plus de mal qu’autre chose certains jours, pourtant tu avais appris à faire avec. Quitte à te rendre malade de temps en temps. « J’imagine même pas la réaction de mes parents s’ils apprenaient ça… » Tu te mordillais la lèvre inférieure en souriant, tu te rapproches de lui, un instant posant ta main sur son torse, principalement pour te maintenir. « On peut quand même leur faire plaisir... » Tu restes devant Thomas en le regardant, te demandant si tu oserais vraiment faire ce que tu imaginais. Il y avait quand même très peu de chance, même dans cet état que tu finisses ton idée.
   
⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
On dit que lorsque l'on rencontre l'amour de sa vie, le temps s'arrête. Et bien c'est vrai. Ce que l'on ne vous dit pas, c'est que quand le temps reprend son cours, il fils à une vitesse folle pour rattrapper son retard — .
MADDVIA

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
Got a little Drunk + Thomavia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cause everybody's drunk, loud and pissed off {Feat. June
» Drunk on love (2)
» Let's get drunk and tell eachother everything we're too afraid to say sober [Feat. Alejandro] ~Le Marais~
» Got me feeling drunk and high. So high. (Mag)
» You're young, you're drunk, you have knives; shit happens...” [Lou&Sin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Elsewhere :: flashback-
Sauter vers: