Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 6
La version six est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'anniversaire du forum et la rentrée, venez fêter avec nous !
Découvre tout ici
Joyeux anniversaire !
Mumblemumps vient de souffler sa première bougie. Venez la célébrer avec nous !
Plusieurs animations ont été mises en place pour festoyer comme il se doit !
Jette un oeil aux animations !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Lost Innocence ~ Andore [+18]

Pandore L. Heather
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Gryffondor, 1ère année GISIS médecine magique
Célébrité : Gabriella Wilde
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 2348 Gallions : 438 Date d'inscription : 23/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/0  (100/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t460-pandore-heather-deux-ames http://www.mumblemumps.com/t461-pandore-heather-la-musique-seul-miroir-de-l-ame#7460 http://www.mumblemumps.com/t624-pandore-heather-owls-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


Lost Innocence
" Toi t'as eu plein de filles, plein d'aventures. Moi je n’en ai jamais voulu jusqu'à toi. C'est toi. C'est comme une évidence."
Juillet 2000
~ Andore ~


L
’été était enfin là ! Les examens étaient finis, derrière eux. Pandore avait retrouvés sa mère et ses grands-parents qui étaient venus s’installer au campement pour l’été. Pour la première fois depuis longtemps elle était heureuse de les retrouver et de pouvoir passer l’été à Pré-au-Lard… Bien entendu le fait qu’elle soit heureuse ne venait pas que de là. Le fait qu’un certains slave reste également tous l’été dans les environs, l’idée de pouvoir le voir tous les jours de pouvoir passer ces vacances avec lui, tout ça rendait son bonheur possible. La seule petite ombre au tableau était sans doute qu’ils continuaient de se voir en cachette… Pandore n’avait pas honte de celui dont elle était tombée amoureuse, oui parce qu’elle l’était, elle n’avait plus aucun doute là-dessus... Cependant lui tenait à garder leur relation cachée... Et même si elle en comprenait plus ou moins les raisons, c'était plutôt lourd à porter quelques fois... Mais la sensation qu'elle ressentait à ses côtés valait bien ce petit sacrifice n'est-ce pas ? Une part d'elle ne pouvait s'empêcher tout de même de pensée que c'était à cause d'elle, peut-être que lui en revanche avait honte de ce qu'il éprouvait ? Parce qu'elle était une gryffondor ? Parce qu'elle n'était pas comme lui ? La seule chose qu'elle ne remettait pas en compte c'était son sang... Puis une autre part de cessait de lui rappeler que c'était ridicule après tout ce qu'ils avaient traversés pour être ensemble, ce qu'ils s'étaient dit, avoués... Il n'y avait quasiment plus de secret l'un pour l'autre et Pandore tenait parole, jamais elle en le jugeait pour les actes qu'il avait commis... Il la trouvait folle et peut-être l'était-elle un peu ? Cependant elle avait confiance en lui et plus les mois avaient passés et plus elle se confortait dans cette idée qu'elle avait eu raison. Ce qu'il avait fait était terrible, elle le savait, elle ne cautionnerait pas... Mais elle n'avait pas envie de sacrifier son bonheur pour des actes qui appartenaient au passés...

Serrant sa peluche fraîchement gagné par son slave préféré, ils sortaient tous juste du stand de jeux de tir, ils avaient passés l'après-midi à la fête foraine et Pandore avait encore les joues un peu rouges et les cheveux un peu en bataille après ces petits tours de montagne russe qu'ils s'étaient offert. Pandore s'était montrée digne de sa maison et son jumeau même malgré la présence d'Andreï avait savouré chaque instant, il était friand des sensations fortes, c'était toujours lui qui avait toujours poussé Pandore à se surpasser, il était fier de sa jumelle aujourd'hui. Le sourire aux lèvres, elle s'approchait d'Andreï et venait doucement taper son bras dans le sien. "Merci pour cette journée." Prononçait-elle, un sourire jusqu'aux oreilles sur les lèvres tandis que son regard était remplis d'émotions. Tout n'était pas toujours simple entre eux, ils ne voyaient pas forcément les choses de la même façon mais, l'anglaise redoublait alors de patience lorsqu'il s'agissait d'Andreï... Mais cette journée... Parfaite, oui c'était le mot qui lui venait à l'esprit. "Est-ce que tu veux en faire un dernier ? Ou est-ce qu'on rentre ?"Demandait-elle, même si l'idée de le quitter ne l'enchantait pas vraiment, elle savait qu'elle passerait très certainement beaucoup plus de temps avec lui cet été plutôt que tous le temps qu'ils avaient pu passer ensemble à Poudlard, il fallait dire qu'entre les cours, le fait que leur relation devait restée cachée... Il ne leur était pas toujours évident de se trouver du temps pour eux deux. Mais cela leur permettait aussi d'appréhender les choses en douceur et avec le passé d'Andreï, Pandore en avait sans doute besoin... Il avait sans l'ombre d'un doute toujours eu toutes les filles qu'il désirait et elle, elle ne s'était jamais donnée à personne... L'idée ne lui était jamais venue à l'esprit, pourtant avec Andreï, la question lui avait déjà effleuré se dernier, son jumeau d'ailleurs en était sans doute encore écœuré... Le russe était encore assez souvent un sujet de dispute entre eux, mais aujourd'hui il lui avait foutu la paix, d'ailleurs Pandore arrivait de mieux en mieux à gérer le fait de pouvoir lui fermer son esprit ou non à l'aide d'un des membres du personnel de poudlard... Le regard brillant et bienveillant, elle attendait de savoir ce dont le vert et argent préférait faire à présent...
(c) Emi.

_________________
Unforgettable in every way
Unforgettable, both near or far. Like a song of love that clings to me. How the thought of you does things to me, never before, has someone been more.

Andore:
 
Revenir en haut Aller en bas
Andreï Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Serpentard, 9ème année en Politique Magique
Célébrité : Stephen James
Pseudo : Loupiotre Âge : 30 Parchemins : 605 Gallions : 266 Date d'inscription : 17/11/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
80/100  (80/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t632-like-a-russian-party-andrei#1147 http://www.mumblemumps.com/t2363-andrei-you-are-on-your-own-lost-in-the-wild-so-come-to-me-now http://www.mumblemumps.com/t1752-les-courriers-d-andrei
En ligne

Lost Innocence
Ne pas rentrer chez toi cet été t’arrangeais bien et ton père était bien trop occupé pour venir trainer dans un camping. Oui, c’était bien mieux ainsi. Avec tes pouvoirs qui se faisaient la malle, tu étais bien mieux loin de lui. Cela te laissait un sursis. Presque une année si tu restais tranquillement à Poudlard après ces vacances… Oui être ici, c’était bien mieux qu’être chez toi. Tu partageais ta tente avec Dimka. Tu retrouvais presque votre insouciance de gamins. Il n’était pas rare de vous voir boire ensemble. Plus d’un soir vous aviez terminé complètement déchirés. Et si tout était presque comme d’habitude, une chose semblait troubler Dimka : qu’il ne voit personne fréquenter ton lit.  Et loin d’être idiot, aucune de tes excuses ne parvenaient à le convaincre. Il te regardait amusé comme s’il savait quelque chose que tu ignorais toi même. Il devait croire que tu avais perdu tes couilles. Et si l’image n’était pas si loin de la vérité ? Elles n’étaient pas perdues, mais bien enfermées. Et trop pleines mais ça c’était une autre histoire… Toi même tu étais troublé par cette situation. C’était d’ailleurs la première fois que tu étais en couple. Et rien que le mot te semblait… dingue. Tu sentais que Pandore était troublé que votre relation reste dans l’ombre. Tu avais peur qu’elle se méprenne sur ce besoin de vous cacher. Il y avait bien trop de risques pour elle si on l’a savait… être ta petite amie. Ca aussi, cela était un mot étrange. C’était pourtant bien cela. Tu avais trop d’ennemis pour qu’on te sache en couple. Tes pensées courraient souvent sur le Yordanov… Tu n’avais aucune envie qu’un de ses poisons ne glissent dans un verre de Pandore. Et si tu lui avais avoué tes plus terribles secrets, il y en avait qu’elle ne connaissait pas. Loin d’être un chevalier servant, tu avais un passé et un vécu sombre. Etre avec Pandore n’avait pas fait de toi un homme propre sur lui du jour au lendemain. Tu avais martyrisé bien des gens, couchés avec bien des personnes. Tu faisais chanter des camarades encore aujourd’hui. Tu maltraitais ta propre soeur… Elle avait déjà assimilé des tas d’informations et pour l’instant, tu préférais qu’elle reste à ce stade concernant tes petites magouilles.

Dimka serait certainement en train de s’étouffer s’il te voyait en cet instant. Si une partie de toi avait encore du mal à assumer, tu devais reconnaitre que tu avais apprécié cette journée. Plus que tu ne l’aurais jamais cru. Tu n’avais jamais pris le temps de faire des choses comme cela pour les filles avec qui tu couchais. Parce que tu n’en avais pas besoin. Parce qu’elles ne comptaient pas. La seule pour qui tu te serais donné cette peine était Lou, ta meilleure amie. Toutefois, alors que vous sortiez d’un stand et que ton regard glissa sur silhouette, la peluche qu’elle tenait presque fièrement entre les bras, tu ne pouvais t’empêcher d’être attendri par cette image. Son sourire. Son regard. Bordel. Cette fille était une véritable sorcière. Dans tous les sens du terme. Tu devenais presque niais à ses côtés. Non en fait, comme elle le disait si souvent, tu devenais quelqu’un de bien. Ce qui te faisait rire. Car tu avais beau chercher, à part avec elle, tu ne faisais que rarement les choses gratuitement. Oui tu changeais à son contact. Uniquement à son contact. Tu restais un bel enfoiré aux yeux du reste du monde. Et tu ne cherchais pas à te délivrer de ce spectre qui te collait à la peau. « Merci à toi » Murmure alors qu’il se penche vers elle et se risque à déposer un baiser sur ses tendres lippes. Les gens sont bien trop occupés à flâner pour vous observer de toute façon. Ta main se pose au creux de ses reins alors que vous avancez tranquillement.

« Je t’offre une glace et on va se poser dans ma tente ? Dimka est à un concert ce soir. » Ton regard acier plongeait dans celui de la blonde. Les moments d’intimité étaient rares. Car à Poudlard il n’était pas évident d’être seuls. Et la jeune femme n’était pas vraiment du genre à se bécoter en publique. Tu apprenais de plus en plus à son contact. Et si tu continuais de penser qu’une majorité des femmes n’étaient que des trainées, tu laissais penser que certaines pouvaient être davantage comme Pandore. Alors qu’elle acceptait ta proposition, vous vous arrêtiez à un stand et preniez le chemin du camping. Pour une chambre de mecs, votre tente était plutôt propre. Dimka et son côté Aiglon n’étaient pas du genre à vivre dans un merdier et toi non plus. Tu t’installais sur le canapé l’invitant à en faire de même. « Tu veux goûter ? » Demandais-tu alors innocemment alors qu’elle n’avait pas encore touché à son pot de glace. Elle s’attendait certainement à ce que tu lui tendes ta cuillère mais c’est ta bouche qui fondit sur ses lippes. Ta langue était fraiche de la vanille qui venait de la toucher. Un jeu des sens alors que t’amusais à frôler sa langue encore chaude. Tu t’éloignais un peu, légèrement taquin. « Je peux gouter ? » Sourire au coin de tes lippes, tu attendais et observais sa réaction.
black pumpkin

_________________
Comme Une Ombre
Je serai l'accident sur le bord de ta route. La larme du poison cachée entre les gouttes. Le joueur de pipeau qui fait danser les serpents. Je serai comme une ombre à chacun de tes pas. Comme une maladie qui frappe et qui s'en va.


Mum Awards   :
 
Revenir en haut Aller en bas
Pandore L. Heather
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Gryffondor, 1ère année GISIS médecine magique
Célébrité : Gabriella Wilde
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 2348 Gallions : 438 Date d'inscription : 23/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/0  (100/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t460-pandore-heather-deux-ames http://www.mumblemumps.com/t461-pandore-heather-la-musique-seul-miroir-de-l-ame#7460 http://www.mumblemumps.com/t624-pandore-heather-owls-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


Lost Innocence
" Toi t'as eu plein de filles, plein d'aventures. Moi je n’en ai jamais voulu jusqu'à toi. C'est toi. C'est comme une évidence."
Juillet 2000
~ Andore ~


P
andore ne se posait pas plus de question que cela, une glace et un moment rien qu'à eux, c'était parfait. Cela retardait le moment de le quitter et elle se disait qu'au moins même si leur relation restait cachée, il avait autant envie qu'elle de sa présence. Pas qu'elle en doute réellement, mais elle avait si peu confiance en elle, le fait qu'il ne voulait pas dévoiler ce qu'ils se passaient entre eux la rendait parfois légèrement paranoïaque. Mais chaque fois qu'elle le regardait, malgré le fait que le déchiffrer n'était pas une chose des plus facile, elle pouvait voir tout de même combien il semblait attaché à elle et tout ce qu'ils avaient pu traverser le lui prouvait. Les moments où ils pouvaient réellement être seuls étaient rares, bien trop rare, Pandore en chérissait alors chaque moment. La jeune rouge et or savait que le slave partageait sa tente avec son cousin qui n'avait pas forcément une meilleure réputation que la sienne, surtout avec les filles... Pourtant cela n'inquiétait pas l'Anglaise, sans expliquer réellement pourquoi, elle se découvrait une réelle confiance envers Andreï. Peut-être que le fait qu'ils passent le plus clair de leur temps ensemble devait y aider ? Et puis Pandore n'avait jamais été une fille jalouse intensive, quand elle l'était en règle générale c'était qu'il y avait au moins une petite raison derrière cela... Elle suivait Andreï, s'ils n'étaient pas collés l'un à l'autre, cela n'empêchait pas que chaque parcelle de son corps semblait connecté au sien, comme si elle était relié à lui par un fil, l'un semblait bouger au même rythme que l'autre sans que ce soit réellement volontaire, leur peau se frôlait parfois lu arrachant des frissons... Les mois avaient beau passer, elle n'avait jamais cessé de ressentir cette tension électrique chaque fois qu'il lui arrivait de poser ses doigts sur elle... Le choix des glaces se fit rapidement, Vanille pour le slave, barbapapa pour l'anglaise et ensuite ils filaient déjà à travers les campements.

Pandore n'avait pas eu beaucoup d'occasion d'aller dans sa tente, elle n'était pas si surprise que cela de retrouver une chambre de garçon bien rangée, même si pourtant elle n'était jamais allé dans son dortoir... Lorsque Andreï lui faisait signe de le rejoindre sur le canapé, la jeune femme ne se fit pas prier. Même s'ils avaient passés une excellente journée, le fait de ne pas pouvoir se toucher réellement à chaque fois qu'ils en avaient envie lui avait tout de même manqué. Le reste se passa un peu trop rapidement pour qu'elle puisse vraiment comprendre et suivre, il lui demandait si elle voulait goûter et alors qu'elle allait ouvrir la bouche s'attendant à ce qu'il lui dépose la cuillère, c'était finalement sa bouche qui s'abattait sur la sienne. Une fois la surprise passée, un sourire étirait ses lèvres tout contre les siennes tandis que sa langue jouait avec celle du slave ne perdant pas une seule miette de vanille alors que ses lèvres quittaient les siennes, un petit rire cristallin s'échappait de Pandore, le regard brillant de malice répondant à sa taquinerie. Lorsqu'il lui demanda de goûter à son tour, Pandore était elle aussi d'humeur joueuse... Elle aussi savait jouer de son petit regard innocent, elle prenait alors son pot de glace ainsi que sa cuillère, elle savait ce qu'il voulait, mais il n'allait pas être le seul à jouer. Elle prenait un morceau de glace qui avait commencé doucement à fondre, son geste se fit aussi rapide que l'instant où il s'était emparé de sa bouche, feignant de viser sa bouche en réalité la cuillère arrivait sur sa joue, la glace y coula légèrement et avant qu'il ne tente un seul geste pour l'essuyer, elle s'avançait posant ses lèvres sur cette dernière. Déposant d'abord un baiser, sa langue s'immisça venant lécher doucement la glace, l'amusement dans son regard était à son comble et une fois sa joue propre elle déviait alors sur ses lèvres, lui faisant goûter à son tour le parfum de la sienne... Au final les deux goûts se mélangeaient pour donner quelque chose d'encore plus délicieux... Lorsque leur lèvres se quittèrent, se fut elle qui prit la parole cette fois...

"Je crois que je préfère la tienne finalement... Mais je n'en suis pas certaine..." Disait-elle le sourire aux lèvres, joueuse, taquine, ses sens en éveils, elle aimait ce petit jeu elle devait bien l'avouer... "Je crois que j'ai besoin d'y goûter encore une fois..." Quémandait-elle avec ce petit regard en coin, on lui donnerait certainement le bon dieu sans confession... Ils n'avaient pas encore été très loin tous les deux, ils leur arrivaient d'avoir des gestes, des caresses, mais Pandore ne s'était pas donné encore à qui que ce soit, chose qu'elle ne lui avait pas vraiment dite et qui pourtant il semblait avoir compris, mais pourtant il semblait être celui en qui elle avait le plus confiance. Le regard complice, elle attendait, suspendu à ses lèvres ou presque, elle était restée si proche que leurs souffle se confondaient, elle se concentrait un instant, fermant ses pensées à son jumeau, c'était une chose qu'elle avait appris récemment, elle n'aimait pas forcément le faire, les seules fois où elle se le permettait, c'était lorsqu'elle se trouvait en présence d'Andreï, cela les soulageaient d'ailleurs l'un comme l'autre, Keith n'étant pas un grand fan du slave et encore moins de savoir ce qu'il pouvait faire avec sa jumelle... Son regard plongé dans celui du slave, elle prenait conscience pour la première fois d'une simple chose qu'il avait pourtant dites quelques instants plus tôt, son cousin ne serait pas là de la soirée... Malgré elle, un frisson se fit le long de sa colonne vertébrale qui n'avait rien à voir avec le froid de la glace, sa malice innocente changea doucement dans son regard, elle restait cependant silencieuse attendant qu'il lui fasse de nouveau goûter sa glace, enfin évidemment cette dernière n'était qu'un jolie petit prétexte...
(c) Emi.


_________________
Unforgettable in every way
Unforgettable, both near or far. Like a song of love that clings to me. How the thought of you does things to me, never before, has someone been more.

Andore:
 
Revenir en haut Aller en bas
Andreï Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Serpentard, 9ème année en Politique Magique
Célébrité : Stephen James
Pseudo : Loupiotre Âge : 30 Parchemins : 605 Gallions : 266 Date d'inscription : 17/11/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
80/100  (80/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t632-like-a-russian-party-andrei#1147 http://www.mumblemumps.com/t2363-andrei-you-are-on-your-own-lost-in-the-wild-so-come-to-me-now http://www.mumblemumps.com/t1752-les-courriers-d-andrei
En ligne

Lost Innocence
Dire que Pandore était rentrée dans ta vie sans prévenir, serait un mensonge. C’est toi qui avait brusquement ouvert la porte. Attisé tel un papillon de nuit par son aura lumineuse. Tout en elle dégageait cette apparence douce et délicate. Tu avais entendu les murmures à son sujet. Folle, disaient-ils. Tu voulais la briser. La séduire et surtout prouver qu’une femme, n’était rien de plus qu’une traitresse insolente. Manipulateur, tu avais voulu lui tendre un piège. L’emmener dans les rouages des méandres de ton esprit. L’apprivoiser. Car ta réputation l’effrayait bien sûr. Pourtant tu n’étais qu’un vil connard manipulateur. Tu avais tout fait pour l’attiser. Pour l’attirer. Et le jeu s’était refermé autour de toi. Car de ton caprice, elle s’était déjouée avec sa spontanéité, sa fraicheur. Et plus tu tentais de la corrompre, plus elle effritait le mur de pierres que tu avais érigé. Toutes ces barrières, ses falaises qui t’encerclaient, elle s’y était faufilée. Son étendard était sa vérité. Son bouclier sa gentillesse. Son armure sa douceur.  Elle t’avait retourné le cerveau sans même que tu ne parviennes à y voir quelque chose. En d’autres termes… elle t’avait coupé les couilles. Ouais. C’est comme ça que tu résumais le fait de t’être attaché à elle. Les sentiments, tu n’étais foutu de les exprimer. Pourtant tu savais qu’ils étaient là. Qu’elle avait éveillé un truc en toi qui n’avait jamais vraiment exister. C’est pour ça que tu étais là. Depuis des semaines, sans avoir touché une autre fille. A n’avoir d’yeux que pour elle. Bordel. Il fallait admettre que tu avais changé. A son contact. Avec le temps. Tu n’étais plus le même. Une part de toi s’était tellement attaché à Pandore qu’elle en devenait meilleure. Alors que pourtant tout ton être n’était qu’une sombre misère. Pourtant, tu étais là. A vouloir cacher cette relation pour la protéger. Tu étais là dans une fête foraine à jouer au couple parfait alors que la déchéance roulait sous vos pieds. Vous étiez là, à manger une glace tout simplement.

Tu l’avais alors invité dans votre tente, à Dimka et toi. Tu savais qu’il ne serait pas là de la soirée et le connaissant, une bonne partie de la nuit. Vous seriez au moins tranquille et surtout à l’abris des regards. Chose peu évidente. Surtout lorsque vous étiez à Poudlard. Cet été vous avait facilité les choses. Qu’en serait-il une fois enfermé entre les murs du château  ? Il valait mieux chasser ces pensées alors que tes lèvres se posaient sur les siennes avec gourmandise. Tu avais envie d’être plus proche d’elle. Un sourire étira tes lippes alors que la surprise passée, elle répondait à ton baiser. Lorsque tu lui demandas de goûter la sienne, tu t’attendais à ce qu’elle joue comme toi. Toutefois, lorsque tu vis la cuillère s’approcher, tu n’eues pas la temps de réagir qu’elle se trouvait déjà sur ta joue. Et la pointe de sa langue venait de la rejoindre. Se rendait-elle compte des dérives que ton cerveau pouvait imaginer. Tes mains se posèrent sur ses hanches pour l’attirer un peu plus vers alors que ses lèvres rejoignaient les tiennes et que vos langues se mêlaient dans un nouveau duel tout en douceur. "Je crois que je préfère la tienne finalement... Mais je n'en suis pas certaine…" Tes prunelles plongeaient dans les siennes avec amusement. "Je crois que j'ai besoin d'y goûter encore une fois..." Un rire franc traversa ta gorge. Alors que tes mains étaient autour de ses hanches, tu l’as fit basculer en arrière déposant ta propre glace au sol. Tu te glisses entre ses cuisses avant de lui voler sa coupelle. « Vu comme tu en mets partout, je ne suis pas sûr que ce soit très sage de te laisser goûter de nouveau… » Volontairement, tu fis glisser sa cuillère fraiche le long de sa nuque, courant lentement jusqu’au creux de sa poitrine. Plusieurs fois vos mains s’étaient empressées sur le corps de l’autre. Elles avaient fureté, caressé sans jamais aller plus loin que la convenance. Si jamais elle n’avait osé te le dire, tu avais rapidement compris qu’elle était encore vierge. Est-ce que cela t’étonnait réellement ? Au fond de toi, tu te disais que non. Parce que c’était elle, tout simplement. C’était comme un bien précieux et elle l’avait gardé. Et tu ne voulais pas lui prendre. Du moins, pas tant qu’elle n’aurait pas laissé entendre qu’elle en avait envie. Tu avais déjà commis une terrible erreur par le passé. Et mettre ce mot sur le geste que tu avais commis était une insulte. Jamais tu ne recommencerais un tel acte...

Tes lippes glissèrent sur sa poitrine, récoltant avec légèreté la trace infime qui sillonnait son renflement remontant doucement au creux de son cou, jusqu’à son oreille. Un murmure. « Charmant comme cornet de glace… » Tu te redressais légèrement pour l’observer de tes prunelles d’acier. Le rythme de ton palpitant s’était mis à battre plus fort comme bien souvent lorsqu’elle était dans les parages. La proximité de vos corps étendus éveillait des envies que tu retenais depuis longtemps. Tu aimais sentir la courbe gracile de ses formes. Une te des assassines se glissa sur son ventre dessinant des cercles invisibles, jouant avec le revers de son t-shirt. Combien de fois avais-tu relevé ces tissus sans hésiter ? Et en cet instant, tu osais à peine la frôler… Ton regard glissa sur elle, sur son être, comme pour voir son âme. « Tu es belle… »
black pumpkin

_________________
Comme Une Ombre
Je serai l'accident sur le bord de ta route. La larme du poison cachée entre les gouttes. Le joueur de pipeau qui fait danser les serpents. Je serai comme une ombre à chacun de tes pas. Comme une maladie qui frappe et qui s'en va.


Mum Awards   :
 
Revenir en haut Aller en bas
Pandore L. Heather
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Gryffondor, 1ère année GISIS médecine magique
Célébrité : Gabriella Wilde
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 2348 Gallions : 438 Date d'inscription : 23/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/0  (100/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t460-pandore-heather-deux-ames http://www.mumblemumps.com/t461-pandore-heather-la-musique-seul-miroir-de-l-ame#7460 http://www.mumblemumps.com/t624-pandore-heather-owls-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


Lost Innocence
" Toi t'as eu plein de filles, plein d'aventures. Moi je n’en ai jamais voulu jusqu'à toi. C'est toi. C'est comme une évidence."
Juillet 2000
~ Andore ~


C
'était quand ? La dernière fois qu'elle s'était sentie heureuse ? Quand la dernière qu'elle souriait autant qu'elle allait presque en avoir mal à la mâchoire ? Andreï, avant elle représentait peut-être les ténèbres, mais elle s'éveillait telle une rose au lever du soleil à son contact... C'était comme ouvrir les yeux après des mois et des mois à être plongé dans le sommeil. C'était comme le premier battement d'aile d'un papillon qui sortait enfin de son cocon. Il était sa lumière, il l'éveillait, l'éclairait et elle rayonnait grâce à lui. Leur relation restait cachée, pourtant il fallait sans doute être aveugle pour ne pas remarquer que quelque chose avait changé... Elle illuminait, elle s'ouvrait de nouveau aux autres, elle redevenait presque la jeune fille qu'elle était autrefois. Presque, car la mort de son jumeau ne pourrait jamais être changée, Pandore n'avançait pas en oubliant ce qui avait pu se passer, au contraire elle avançait malgré son passé. Andreï lui donnait la force de se reconstruire, de tourner une nouvelle page de son histoire. C'était encore fragile elle le sentait tout de même, c'était comme apprendre à marcher, elle avait encore besoin quelques fois de sa main pour ne pas tomber... Pandore se faisait alors joueuse, peut-être un petit peu plus audacieuse également par rapport au tout début de leur relation, ça aussi c'était étrange, elle était en couple avec Andreï Dimitrov, parfois même elle avait du mal à le croire, comment d'autres pourraient alors y parvenir ? A peine eu-t-elle le temps de quémander une nouvelle fois de goûter à sa glace et d'entendre son rire que peu de personne avait la chance d'entendre qu'elle se retrouvait basculée en arrière, allongée sur le canapé, prise délicieusement au piège entre ce dernier et le corps du slave. Ce fut ensuite à son tour de rire avant de tenter de prendre un air légèrement sérieux afin de prendre la parole.

"Vraiment ?" Demandait-elle avec une mine presque boudeuse... "Es-tu en train de me dire que tu n'aimes pas ma façon d'en mettre partout ?" Claironnait-elle le regard emplie de malice, un frisson lui échappait lorsque la cuillère encore fraiche de la glace qui avait été mise dessus glissa le long de sa nuque jusqu'à la naissance de sa poitrine... Mais cela n'était rien en comparaison de la sensation électrisante de ses lèvres sur sa peau lui arrachant un léger soupire... Les mois étaient passés et Pandore au début aurait pensée qu'au bout d'un moment le slave se serait lassé et aurait tenté quelque chose... Il avait connu tant de fille et elle était encore une vraie novice sur le sujet... Pourtant non, jamais un geste n'avait été déplacé, jamais il n'avait été pressant et ce n'était pourtant pas de son désir pour elle dont elle doutait. Il fallait dire qu'au château de Poudlard les lieux pour être seuls n'étaient pas courant, mais la jeune femme n'était pas naïve, elle savait bien que certains trouvaient tout de même le moyen de s'abandonner à leurs envies... Au fur et à mesure que les lèvres d'Andreï remontaient sur sa peau, Pandore sentait son cœur gagné en rapidité et en intensité, à croire qu'il voulait sa mort, à peine la touchait-il que sa respiration se faisait déjà plus difficile et son murmure ne faisait rien pour l'aider à rester maitre d'elle-même... Si c'était par lui, alors elle voulait bien être dévorée... Cette pensée lui fit monter le rouge aux joues et elle souriait en tentant de cacher sa gène, évidemment, c'était ce moment-là qu'il avait choisi pour plonger son regard dans le sien, l'intensité qu'elle y trouvait, comme souvent, et ces doigts sur sa peau... Absorbée, enivrée, Pandore n'était plus qu'une poupée dans les mains de son marionnettiste, il n'avait plus qu'à tirer les ficelles. Son compliment la fit sourire de nouveau, elle le regardait et oui en ce moment elle se sentait belle, elle aimait se voir à travers son regard...

"Je suis faite pour toi..." Répondait-elle dans un souffle comme si c'était qu'une évidence, que son corps, son être avait été façonné de façon à n'appartenir qu'à lui. Son regard marin dans celui acier du jeune homme, elle ponctuait sa phrase d'un nouveau baiser sur sa gorge... Doucement, prenant son temps, elle traçait un chemin de baiser remontant peu à peu sur sa mâchoire... Son menton... La commissure de ses lèvres... Elle frôlait ses dernières, les testant tous les deux quelques secondes avant d'aller chercher les siennes dans une sensualité qui lui était nouvelle. Habituellement celui qui prenait l'initiative de rendre un baiser moins chaste, plus approfondis, plus passionné, ce n'était pas elle. Aujourd'hui elle osait un peu plus. Ses mains venaient timidement tirer sur son t-shirt afin de l'attirer plus près d'elle, avant de venir se glisser par la suite sur sa nuque, ses doigts remontant à la naissance de ses cheveux. Elle laissant sa langue danser avec la sienne, s'enrouler, virevolter pour ensuite mieux se retrouver... Le moment idéal ? Et si c'était celui-ci... ?
(c) Emi.

_________________
Unforgettable in every way
Unforgettable, both near or far. Like a song of love that clings to me. How the thought of you does things to me, never before, has someone been more.

Andore:
 
Revenir en haut Aller en bas
Andreï Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Serpentard, 9ème année en Politique Magique
Célébrité : Stephen James
Pseudo : Loupiotre Âge : 30 Parchemins : 605 Gallions : 266 Date d'inscription : 17/11/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
80/100  (80/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t632-like-a-russian-party-andrei#1147 http://www.mumblemumps.com/t2363-andrei-you-are-on-your-own-lost-in-the-wild-so-come-to-me-now http://www.mumblemumps.com/t1752-les-courriers-d-andrei
En ligne

Lost Innocence
Avec elle, c’est presque trop simple. Tout te semble naturel. Enfin… C’est un peu à double tranchant. C’est naturel d’être en sa présence. Tu ne joues à aucun jeu. Tu ne portes aucun masque si ce n’est celui du petit ami qui se veut idéal. Ce que tu n’es pas. Pourtant tu le cherches au plus profond de toi. Tu lui montres le meilleur et tu n’as pas à forcé. Lorsque Pandore est avec moi, cette facette de ta personne ressort presque spontanément. Tu ne forces, tu ne fais pas semblant. Tu pensais être heureux avec la vie que tu menais. Tu pensais tout maitriser. Buvant, te droguant tout en couchant à droite et à gauche. Etrangement, cet aspect de ta vie n’est pas ce qui te manque. Tu continues à t’amuser, à boire, à fumer en soirée. Tu sens bien que Dimka te regarde du coin de l’oeil. L’aiglon n’est pas idiot. Tu repousses avec agilité les hommes et les femmes qui pourraient te tourner autant alors qu’avant tu les invitais directement dans ton lit. Tu n’as pas expié tous tes pêchés. Tu ne deviendras certainement jamais le gendre idéal. Mais tu t’améliores à mesure que tu la fréquentes. Sa présence allège tes tourments. Tu te sens plus… heureux. C’est le mot. Il a un écho étrange au creux de ton esprit lorsque tu le penses, mais pourtant, il s’agit bien de lui. Heureux d’une façon bien différente, tu le concèdes. Tu as même parfois du mal à le réaliser. Mais il y a une part de fierté à posséder Pandore. Elle te tuerait d’entendre ces propos. Mais elle est à toi. Précieuse princesse que tu enserres jalousement et avec possessivité de tes ailes acérées. Fier d’avoir à tes côtés une femme belle et intelligente. Fier qu’elle soit vertueuse. Fier car c’est toi qu’elle a choisi malgré tous tes défauts. Fier tu lui suffis et qu’elle plus besoin de regarder ailleurs. Et c’est exactement ce que tu ressens à présent à son égard.

Ton regard se perds sur elle, s’accroche à ses traits délicats. Tu te perds dans tes pensées désuètes. Un rire alors qu’elle te demande si tu n’aimes pas sa façon d’en mettre partout. Tu hoches la tête négativement avant de répondre la crème sur peau, avant de récolter le précieux liquide de tes lippes. Tu as bien trop conscience de son corps sous le tien. Tu t’appuies sur tes avant-bras pour ne pas l’étouffer de ta carcasse. C’est peut-être la première que vous êtes si intimes. Elle a eu l’occasion de te voir torse nu, tu as déjà laissé courir tes mains sur ses courbes, mais rien d’aussi électrique qu’en cette soirée. "Je suis faite pour toi…" Tu te perds dans ta contemplation. Ses lippes courent sur ta gorge, sillonnent lentement jusqu’à ta bouche. Elle ne fait que les frôler mais tu dois avouer que ces simples caresse font lentement monter le désir en toi. Il descends le long de ton échine pour mieux se concentrer sur ton entrejambe. Surtout lorsqu’elle entreprit de rendre votre baiser plus sensuel, s’agrippant à ton t-shirt pour vous rapprocher davantage. Tu réponds fiévreusement à son appel, ta langue jouant avec la sienne avec un besoin devenu vital. Prenant un appui sur tes genoux, tes mains se libèrent pour courir sur le haut de ses cuisses, remontant en douceur jusqu’à ses hanches. Du bout des doigts tu frôles la chair délicate de son ventre. Si tes tentatrices remontent le long de ses côtes, c’est toujours au-dessus de son vêtement. Tu quittes ses lèvres pour embrasser sa nuque, profitant de son odeur retrouvant le chemin emprunter quelques minutes auparavant. Tu te   redresses légèrement pour l’observer. Ses joues rosies par le plaisir, son regard troublé par le désir. Elle est magnifique. Sans artifice, sans faux semblant. Tu caresses sa joue du revers de la main dans un geste tendre replaçant une mèche de ses cheveux à l’arrière de son oreille.

Doucement tu l’invites à se redresser pour mieux l’installer sur tes cuisses, face à toi. De nouveau, tes mains se nichent sur ses hanches et agrippent en douceur son t-shirt, cherchant l’accord dans ses yeux, tu le relèves afin de lui ôter avec son aide. Tes yeux se perdent sur son ventre plat, sur la courbe de ses seins galbés d’une dentelle blanche. Tes assassines attrapent les siennes pour l’inviter à retirer ton polo. A pied d’égalité. Tu la rapproches de ton torse, vos peaux se frolant et de nouveau tes lèvres percutent les siennes, une de tes mains au creux de ses reins, l’autre se nichant dans sa chevelure au dessus sa nuque. Ton regard cherche ensuite le sien. « J’ai envie de toi » Un murmure qui brise le silence. Ta voix est rauque, éraillée par le désir. « Arrête moi si tu n’en as pas envie Pandore… »Parce que tu ne veux plus faire la même erreur... Parce que tu veux qu'elle vive pleinement cet instant.
Avec tout autant de plaisir que toi.
black pumpkin

_________________
Comme Une Ombre
Je serai l'accident sur le bord de ta route. La larme du poison cachée entre les gouttes. Le joueur de pipeau qui fait danser les serpents. Je serai comme une ombre à chacun de tes pas. Comme une maladie qui frappe et qui s'en va.


Mum Awards   :
 
Revenir en haut Aller en bas
Pandore L. Heather
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Gryffondor, 1ère année GISIS médecine magique
Célébrité : Gabriella Wilde
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 2348 Gallions : 438 Date d'inscription : 23/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/0  (100/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t460-pandore-heather-deux-ames http://www.mumblemumps.com/t461-pandore-heather-la-musique-seul-miroir-de-l-ame#7460 http://www.mumblemumps.com/t624-pandore-heather-owls-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


Lost Innocence
" Toi t'as eu plein de filles, plein d'aventures. Moi je n’en ai jamais voulu jusqu'à toi. C'est toi. C'est comme une évidence."
Juillet 2000
~ Andore ~


D
oucement, la petite gryffondor se retrouvait complètement avide de ces sensations qu'elle découvrait sous les doigts et les lèvres expertes du slave. Son cœur battant dans un rythme de plus en plus effréné, cognant même parfois contre les parois de sa cage thoracique. Ce besoin de ressentir sa peau contre la sienne, ce désir nouveau qui lentement commençait déjà à la consumer. Elle aurait pu très vite se sentir perdue. Se retrouvée ainsi en zone inexplorée, goûtée à des saveurs dont elle ignorait encore tout... Pourtant elle se sentait mieux que bien, elle se sentait en confiance et se surprenait même à en vouloir davantage. Elle qui pourtant avant Andreï ne s'était jamais sentie rongée par le désir, n'avait jamais été tentée par le plaisir... Elle frissonne sous les caresses électrisantes du slave, voulant qu'il appose son emprunte partout sur sa peau. Lorsqu'il se redresse leurs regards se croisent, elle pouvait alors l'observer elle aussi, elle aimait ce qu'elle lisait dans son regard, elle aimait se sentir autant désirée elle ne pouvait le nier. Lorsque de sa main il vint lui caresser la joue avant de remettre une mèche de ses cheveux derrière son oreille, instinctivement elle attirait cette dernière vers sa bouche déposant un baiser à l'intérieur...  Attentive, bien plus que réceptive, elle se laissait guider par les gestes d'Andreï, se redressant lorsqu'il l'attira à lui sur ses cuisses, elle s'installait alors à califourchon, ses jambes de part et d'autres des siennes.

Son cœur ne cesse d'accélérer la cadence au fur et à mesure qu'ils devenaient encore plus intime l'un avec l'autre. Les gestes de la blonde se faisaient plus timides tandis que les doigts d'Andreï eux viennent flirter avec son t-shirt, il ne lui suffit alors que d'un seul regard pour lui donner son accord. Sur la même longueur d'onde, elle rougit légèrement, n'osant croiser son regard qui venait alors la sonder, jamais encore un homme n'avait posé son regard sur son corps dénudé, même en partie comme en cet instant. Guidée par les mains du slave, son polo rejoignit le t-shirt de l'anglaise sur le sol. Son regard se posait de nouveau sur les tatouages qu'elle avait déjà pu observer. Leur peau l'une contre l'autre la faisait vibrer, c'était comme si plus leur peau était en contact l'une avec l'autre et plus le flux d'électricité entre eux affluait au point de lui couper le souffle. Ses mains venaient doucement suivre les lignes des dessins, caressant sa peau ancrée tandis que leurs bouches se retrouvaient dans une nouvelle danse toujours aussi sensuelle arrachant un minuscule gémissement entre les lèvres de la jeune femme. Son murmure finissait ensuite par l'achever. Elle sentait la chaleur qu'il lui procurait irradier de tout son corps. Comment ne pas avoir envie de lui en retour ? Elle était brûlante, brûlante d'envie, brûlante de désir... Elle en tremblait tout contre son corps, sa bouche venait alors chercher celle du slave tandis qu'elle capturait sa lèvre inférieure entre ses dents tirant avec douceur dessus, haletante son regard cherchait celui qui faisait battre son cœur. Elle savait que ce moment serait décisif, pour lui comme pour elle, s'ils allaient plus loin, leur relation prendrait une autre tournure. Mais elle le sentait, elle le savait, elle en était certaine, elle était prête. Alors non seulement elle ne l'arrêtait pas, mais en plus elle le confirmait, ne voulant pas qu'il puisse avoir le moindre doute.

"J'en ai envie aussi." Murmure-t-elle le regard accroché au sien, ne montrant aucune hésitation. Légèrement fébrile, elle vérifiait une dernière fois que son esprit était bien verrouillé, cela allait déjà être assez gênant lorsque son jumeau aurait accès à ses pensées, cela le serait encore plus s'il se trouvait dans sa tête en ce moment-même... Quittant le regard d'Andreï, Pandore posait ses lèvres à la base de son cou sur la clavicule déposant un premier baiser. "Je" murmure-t-elle la voix emplie de désir avant de déposer un nouveau baiser un peu plus haut. "te" un nouveau mot, un nouveau baiser encore plus haut remontant l'échine de son cou. "veux" elle arrivait enfin dessous de son lobe caressant cet endroit si doux de sa bouche, "TOI" chuchotait-elle une fois arrivée au creux de son oreille. Un sourire étirait alors ses lèvres tandis que son regard se remplissait de malice, elle aimait jouer avec lui, elle aimait découvrir et ressentir toutes ces émotions qui s'emparait d'elle en cet instant. Elle était avide d'en découvrir plus, d'en ressentir plus, elle voulait qu'il lui montre, qu'il lui ouvre son monde. Elle voulait devenir une femme entre ses bras. Se serait faux de dire qu'elle ne ressentait pas une petite pointe d'appréhension, elle avait également peur de mal faire, de ne pas être à la hauteur et si jamais elle n'était finalement pas assez bien pour lui ? Des craintes qui finalement suffisait d'un simple échange de regard pour être dissipées...
(c) Emi.

_________________
Unforgettable in every way
Unforgettable, both near or far. Like a song of love that clings to me. How the thought of you does things to me, never before, has someone been more.

Andore:
 
Revenir en haut Aller en bas
Andreï Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Serpentard, 9ème année en Politique Magique
Célébrité : Stephen James
Pseudo : Loupiotre Âge : 30 Parchemins : 605 Gallions : 266 Date d'inscription : 17/11/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
80/100  (80/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t632-like-a-russian-party-andrei#1147 http://www.mumblemumps.com/t2363-andrei-you-are-on-your-own-lost-in-the-wild-so-come-to-me-now http://www.mumblemumps.com/t1752-les-courriers-d-andrei
En ligne

Lost Innocence
Tes mains courraient doucement sur elle, lentement comme pour retenir dans ton esprit toutes ses courbes. Son grain de peau était doux sous tes doigts. Son odeur t’enivrait. Tu savais que tu chavirais. Vous n’aviez jamais été aussi intimes. Et si plus d’une fois, tu avais su contenir ce désir, aujourd’hui vous étiez en train de passer une limite. Tu brulais d’envie de la posséder toujours plus. Savoir que tu serais le premier était pour toi une satisfaction presque étrange. Elle serait tienne. A jamais. Car jamais on oubliait sa première fois. Toute sa vie, qu’importe ce qui pourrait vous arriver, tu resterais dans ses souvenirs. Tu marquais sa chair à jamais, son esprit.  Et ce souvenir tu voulais qu’il lui reste comment étant parfait. Ce n’était pas prévu. Tu n’avais pas pensé qu’après cette journée à la fête foraine vous vous retrouveriez ainsi, sur ce canapé. Il n’y avait pas de bougies, pas de pétales de fleurs. Mais vous étiez bien. C’était peut-être pour cette raison que cet échange de glace avait si rapidement dérivé. Que tes doigts avaient couru sur sa peau. Que vos lèvres s’étaient rencontrés sans hésitation, sans peur.

Quand tu t’étais redressé, l’attirant sur tes jambes, tu avais fait attention à la moindre de ses réactions voulant être certain qu’elle était à l’aise. Tes yeux glissaient avec envie sur la rondeur de ses seins, sur son ventre plat. Tu avais encore plus envie d’elle, avec ses joues rosies de gêne. Rosies de désir. La chaleur montait doucement entre vous et ainsi installé tu ne pouvais cacher l’envie qui se dressait entre tes jambes. Lorsqu’elle te répondit qu’elle en avait envie, elle aussi, ton regard dû s’assombrir légèrement. Tes pupilles se dilatant sous l’envie de plus. Un frisson marqua ta chair à mesure que ses lippes glissaient sur toi, hérissant ta peau comme si le froid t’avait envahi. Tes mains s'installèrent sur ses épaules, les massant doucement alors qu’elle articulait chaque mot. A mesure qu’elle parlait, tu fermais les yeux pour mieux profiter de chaque baiser tandis que tes mains glissaient le long de sa colonne vertébrale, frôlant sa peau d’albâtre jusqu’à se poser avec possessivité sur ses reins.  « TOI » Tes yeux s’ouvrirent, plongeant dans les siens. Se rendait-elle compte qu’elle te rendait dingue ? Dingue d’elle ? Tu te sentais obsédé. Par moment tu aurais voulu qu’elle ne voit plus personne, qu’elle ne vive que pour toi, ne voulait la prêter à personne d’autre.

Tes mains glissèrent le long de ses cuisses, se faufilèrent sous ses fesses et d’un mouvement tu te relevais, l’incitant à resserrer ses jambes autour de tes hanches. Sans la quitter des yeux, tu l’emmenais dans ta chambre. Ton lit avait le mérite d’être plus agréable qu’un vulgaire canapé et vous seriez à l’abris d’une quelconque intrusion. Dimka avait la fâcheuse tendance de rentrer quand cela lui chantait. Alcoolisé ou non. Seul ou accompagné…

Lorsque vous rentriez dans ton antre, tu repoussais la porte du pied avant de reposer Pandore délicatement sur ton lit. Lentement tu te glissais vers elle, la faisant reculer au centre de ce dernier au milieu des oreillers. Tu t’installais entre ses cuisses, la dominant de toute ta taille. Ton regard glissait dans le sien. La pénombre vous enveloppait mais malgré l’obscurité vous pouviez discerner vos traits, l’éclat dans vos prunelles. Tes lèvres retrouvèrent rapidement les siennes. Ta peau contre la sienne alors que tu réduisais la moindre distance, était un appel à la luxure. Tu appuyais un coude à côté de son visage pour ne pas l’écraser tandis que ton autre inquisitrice libre glissait de sa nuque au renflement de sa poitrine. Se faufilant sur ses côtes, au creux de ses hanches, rencontrant alors le tissu de cette jupe maudite qui dévoilait bien trop ses jambes. Trop pour les autres, pas assez pour toi. « Je déteste cette jupe. » Voix du mensonge, sourire étirant tes lippes. Tu avais arrêté de l’embrasser le temps de glisser cette remarque. Si ta main avait continué sa route, elle remontait doucement à présent le long de sa cuisse, se glissant sous le tissu. Tes yeux, eux, ne quittaient plus les siens. Tu voulais voir son visage. Chacune de ses réactions. Le moindre de ses souffles. Ressentir le plus petit gémissement. Du bout des doigts tu frôlais son entrejambe, retrouvant la délicate dentelle assortie à son soutien-gorge.  La caresse se fit plus insistante, un peu plus intrusive. Pour lui laisser le temps. De se sentir à l’aise. D’éprouver la montée du désir. De le sentir venir. Ton visage s’enfouit alors dans sa nuque, murmure au creux de son oreille. « Je t’aime. » alors qu’au même moment tes doigts glissèrent sous le dernier tissu te séparait de son intimité et que l’un d’entre d’eux s’aventurait alors en elle.
black pumpkin

_________________
Comme Une Ombre
Je serai l'accident sur le bord de ta route. La larme du poison cachée entre les gouttes. Le joueur de pipeau qui fait danser les serpents. Je serai comme une ombre à chacun de tes pas. Comme une maladie qui frappe et qui s'en va.


Mum Awards   :
 
Revenir en haut Aller en bas
Pandore L. Heather
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Gryffondor, 1ère année GISIS médecine magique
Célébrité : Gabriella Wilde
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 2348 Gallions : 438 Date d'inscription : 23/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/0  (100/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t460-pandore-heather-deux-ames http://www.mumblemumps.com/t461-pandore-heather-la-musique-seul-miroir-de-l-ame#7460 http://www.mumblemumps.com/t624-pandore-heather-owls-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


Lost Innocence
" Toi t'as eu plein de filles, plein d'aventures. Moi je n’en ai jamais voulu jusqu'à toi. C'est toi. C'est comme une évidence."
Juillet 2000
~ Andore ~


A
ucun des eux n'avaient imaginés comment tournerait cette fin de journée, sans doute était-ce pour cela qu'ils se sentaient si bien ?Que c'était si naturel pour Pandore de se laisser aller dans les bras    du Dimitrov ? Elle n'aurait pas pu imaginer plus attentionner ou encore plus doux que lui en cet instant et pourtant il y a encore un tout petit peu moins d'un an, ce n'était pas les adjectifs qui lui serait venue en tête en posant son regard sur lui. Andreï avait changé sa façon de voir les choses, il lui avait prouvé qu'on pouvait parfois obtenir le meilleur d'une personne, même si cela semble impossible... Attentive, réceptive, chaque instant se gravait dans sa mémoire, dans sa peau également, à chaque geste, à chaque caresse elle se sentait marquée, elle sentait qu'elle lui appartenait encore un peu plus à chaque fois si cela était possible. Elle baissait ses barrières le laissait aller sur ces zones qui avaient été inconnus de tout le monde jusqu'ici, elle le laissait goûter à sa saveur tandis qu'elle n'en perdait pas une miette non plus. Elle n'avait aucun doute, elle voulait qu'il n'en ait aucun non plus. Installée à califourchon sur lui, sa jupe n'offrait alors aucune barrière au désir qu'elle pouvait ressentir venant de lui, l'embrasant alors encore d'avantage, tombant alors dans son regard assombris par l'envie, comment aurait-elle pu lui dire non ? Comment pourrait-elle ne pas en avoir envie au moins autant que lui ? Le cœur battant, elle qui était de nature si timide et réservée sur ce terrain-là avait donc pris sur elle afin de lui faire comprendre réellement ce qu'elle désirait. La réaction du slave ne se faisait alors pas attendre tandis qu'il la soulevait, Pandore nouait ses jambes autour de sa taille et tandis qu'il entreprenait de les emmener dans sa chambre. Son regard n'avait pas quitté le sien, restant connectés à chaque instant...

Lorsque le corps de Pandore se posa sur le lit du slave, lorsqu'elle se retrouva au milieu des oreillers elle se sentait comme dans un cocoon... Protégée, désirée... Aimée... Oui même si aucun des deux ne s'était pas encore lancé, elle se sentait aimée, elle ne se posait même pas la moindre question là-dessus. Elle le laissait totalement dominer la situation, évidemment, comment aurait-il put en être autrement ? Elle qui n'avait aucune expérience dans ce domaine, elle ne saurait pas quoi faire, elle ne saurait pas comment s'y prendre. Répondre à ses caresses, à ses baiser lui semblait instinctif. Elle ne se lassait pas de laisser ses doigts parcourir sa peau ancrée, de jouer avec ses tatouages, de suivre les courbes de ses muscles d'apposer sa marque, comme il apposait la sienne sur elle... Sa bouche sur la sienne, ses mains délicates remontaient le long de son dos, l'attirant encore plus près d'elle. Elle aimait sentir le contact de sa peau contre la sienne, cette caresse était encore plus douce qu'elle n'aurait pu l'imaginer... Tous deux avides de se découvrir aucunes de leurs mains ne restaient immobiles tandis que le silence bercé entre leurs respirations devenues saccadées et les battements affolés de son cœur venait doucement d'être interrompus par la douce voix du slave... Si Pandore avait toujours trouvé son accent irrésistiblement sexy, ce n'était rien à côté de cette voix empli de désir...

"Menteur..."
Ne put-t-elle s'empêcher de répondre tout de même dans un murmure accompagné d'un sourire. Il l'aimait cette jupe, elle le savait... Combien de fois son regard c'était perdu sur ses jambes ? Combien de fois Pandore en avait-elle rougi ? Pourtant elle n'avait pas pu s'empêcher de la mettre, parce qu'elle aimait voir son regard posé sur elle, elle aimait cette pointe de possessivité qu'elle devinait alors dans son regard. Elle aimait être à lui et aujourd'hui elle se donnait, corps et âme à celui qu'elle aimait. Une part d'elle suivait chaque caresse qu'il lui donnait, son corps bougeait, ondulait sous ses mains devenues expertes avec le temps... Son cœur se mit à battre plus fort lorsque ces derniers se faufilèrent sous sa jupe, à la fois légèrement anxieuse, mais surtout elle ne contrôlait pas toutes ses émotions qui explosaient en elle, se désir qui ne faisait que s'intensifier, cette envie qui la dévorait, sa respiration haletante en devenait assourdissante tandis que son regard ne quittait pas le sien, il était son point d'ancrage pour ne pas totalement se perdre... Son murmure au creux de son oreille finissait de l'achever. Elle ne s'y attendait pas, prise de court alors que les doigts du slave dépassait la barrière de son sous-vêtement, elle avalait sa salive avec difficulté.

"Je..." Elle ne pouvait pas finir sa phrase, c'était impossible, un gémissement s'échappait de ses lèvres tandis qu'elle le sentait s'insinuer en elle... Oh bon sang, qu'elle aurait aimée lui dire qu'elle l'aimait en retour, on pouvait dire qu'il avait su choisir son moment pour une telle déclaration, cela lui en avait coupé le souffle. Se sentant happé par un plaisir si immense, elle n'était plus réellement capable de réfléchir correctement. Elle faisait seulement tombée les seules barrières qui lui restait et elle savait alors qu'il lui suffirait de regarder dans ses yeux pour savoir à quel point elle l'aimait elle aussi et pas uniquement à cause de ce qu'il était en train de lui faire... Elle débordait d'amour pour lui, elle n'avait juste jamais osé franchir le pas de le lui dire à voix haute. Elle ondulait encore plus sous ses doigts, elle en quémandait silencieusement d'avantage, entre ouvrant les lèvres à la recherche d'air, l'une de ses mains accrochait le drap, l'autre griffait légèrement la peau du slave sous ce flot de plaisir qui s'emparait d'elle sans prévenir. Comme une avalanche de sensations forte qui lui tombait dessus tout à coup... Elle avait toujours été à des kilomètres de pensée que cela pourrait ressembler à ça et pourtant ce n'était que le début...  Une petite part de Pandore se demandait si son coeur allait pouvoir suivre le rythme... Tandis que le reste s'en fichait bien, s'abandonner, s'aimer, c'était devenu tout ce qui comptait en cet instant...
(c) Emi.

_________________
Unforgettable in every way
Unforgettable, both near or far. Like a song of love that clings to me. How the thought of you does things to me, never before, has someone been more.

Andore:
 
Revenir en haut Aller en bas
Andreï Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Serpentard, 9ème année en Politique Magique
Célébrité : Stephen James
Pseudo : Loupiotre Âge : 30 Parchemins : 605 Gallions : 266 Date d'inscription : 17/11/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
80/100  (80/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t632-like-a-russian-party-andrei#1147 http://www.mumblemumps.com/t2363-andrei-you-are-on-your-own-lost-in-the-wild-so-come-to-me-now http://www.mumblemumps.com/t1752-les-courriers-d-andrei
En ligne

Lost Innocence
Tu te sentais dans un entre deux. Le désir embrasait tes entrailles. Il te dévorait de l’intérieur. Tu ne voulais qu’elle au creux de tes bras. Tu voulais ne faire qu’un deux vos deux corps, de vos deux âmes. Oui, le désir te consumait. C’était ardent, violent. Et pourtant, tu prenais tout ton temps. Explorant avec minutie ses courbes. Imprimant dans ta propre chair le grain de sa peau d’une douceur incomparable. A dire vrai, tu n’avais jamais pris la peine de faire attention à ce genre de détails. Tu avais touché plusieurs femmes avant elle, mais cela n’avait été que superficiel. Tu redécouvrais un instant les plaisirs charnels. En fait, pour une fois, tu comprenais ce que certains appelaient : faire l’amour. Cette fois, tu ne voulais pas juste t’envoyer en l’air et passer à autre chose. Cette fois, tu voulais qu’elle aussi profite de cet instant. Tu voulais, qu’au creux de tes bras, elle découvre le plaisir. Tu voulais qu’elle sente le désir monter à mesure que tes mains, tes lèvres s’égaraient sur son corps. Oui, cette fois, tu avais mis le connard, le rustre, l’égoïste à la porte. Tu voulais qu’elle se souvienne de cette première fois à jamais. Qu’elle se souvienne à jamais de toi.

Tu sens ses mains courir sur tes tatouages. Ses yeux parcourir ton corps. Tu observes ses joues rosies de plaisir. Sa chevelure qui s’emmêle un peu plus. Tes lèvres se font impétueuses sur sa bouche, tu veux qu’elle ressente toute la passion qui te traverse. Puis tu murmures. Trois mots que tu n’as jamais prononcé à personne et tes doigts qui se glissent là où personne n’a jamais été. Un d’abord, puis un autre. Tu souris contre sa bouche alors qu’elle n’a pas pu te répondre. Tu sais qu’elle le voulait. Son regards te transperce. Elle n’a même pas besoin de prononcer la moindre parole. Le gémissement qui file ne fait que raviver le brasier vivant qui t’habite. Ton pouce glisse alors sur son bouton de chair, mont du plaisir. Joue avec le temps que tes lèvres glissent le long de son cou, ta main libre s’arrange pour libérer sa poitrine du carcan de dentelle qui l’emprisonne. Tes lippes, ta langue, avides, glissent sur le renflement de ses seins, en taquinent la pointe avec un plaisir non dissimulé. Avant de continuer leur route, sur son ventre, son nombril. Jusqu’à rencontré le tissu de sa jupe. Sa main intruse quitte son intimité et avec son aide, tu la libères des tissus qui l’emprisonnaient encore. Devant sa nudité, ton regard se fait brulant. Tu as l’impression de voir. De voir une femme pour la première fois.

Tu te redresses, debout au pied du lit et défait la ceinture tu retiens encore ton jean avant de le faire glisser le long de tes cuisses. Tu la laisses t’observer dans la pénombre de ta chambre. Elle découvre pour la première fois les pièces qui couvrent tes jambes. Puis lentement tu ôtes ton caleçon. Tu te penches vers une table attrapant une protection que tu enfiles.Tu attends un peu avant de la rejoindre sur le lit, comme pour la laisser appréhender. Lentement, tu glisses sur le lit. Tes lippes rencontrent sa cheville, remontent en une pluie de baisser le long de son mollet, au creux de son genoux. Ta bouche continue sa route, frôle sa cuisse jusqu’à son intimité et d’un léger coup de langue, tu viens titiller son bouton de chair. Doucement, sans insister, poursuivant toujours ta remontée, t’installant alors entre ses cuisses, ton sexe à l’entrée du sien. Ton regard se perds alors dans le sien. Une de tes mains caresse ses boucles dorées. Enfin ta bouche retrouve la sienne. Doucement, tu commences à rentrer en elle. Juste un peu. Ressors pour revenir légèrement. Juste pour la titiller. Juste pour lui faire monter l’envie. Pour qu’elle oublie la crainte de la douleur d’une première. Tu la laisses s’habituer et surtout, tu lui donnes envie de plus. Tu t’enfonces toujours un peu plus guettant ses réactions, ses gestes. Jusqu’au point de non retour où tes lippes percutent les siennes, une main glisse sur son corps, ses flancs, ses cuisses. Tu t’arrêtes dans le mouvement de tes reins. Attendant de lire dans son regard le bon moment avant de reprendre ton exploration à un rythme plus régulier.

C’est comme si tu faisais l’amour pour la première fois. Parce qu’en fait, c’est la première fois.
black pumpkin

_________________
Comme Une Ombre
Je serai l'accident sur le bord de ta route. La larme du poison cachée entre les gouttes. Le joueur de pipeau qui fait danser les serpents. Je serai comme une ombre à chacun de tes pas. Comme une maladie qui frappe et qui s'en va.


Mum Awards   :
 
Revenir en haut Aller en bas
Pandore L. Heather
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Gryffondor, 1ère année GISIS médecine magique
Célébrité : Gabriella Wilde
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 2348 Gallions : 438 Date d'inscription : 23/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/0  (100/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t460-pandore-heather-deux-ames http://www.mumblemumps.com/t461-pandore-heather-la-musique-seul-miroir-de-l-ame#7460 http://www.mumblemumps.com/t624-pandore-heather-owls-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


Lost Innocence
" Toi t'as eu plein de filles, plein d'aventures. Moi je n’en ai jamais voulu jusqu'à toi. C'est toi. C'est comme une évidence."
Juillet 2000
~ Andore ~


P
andore n'était même plus maitre de son propre corps, le slave aurait pu faire ce qu'il voulait d'elle. Elle se donnait entièrement, en cet instant elle ne s'appartenait plus, elle était à lui, telle une poupée qu'il pouvait manipuler à volonté et cela ne lui faisait pas peur, non loin de là. Elle avait confiance en lui, une confiance qui en cet instant était totalement aveugle. Elle n'ait plus que plaisir, désir entre ses doigts experts qui découvre alors son intimité, la jeune gryffonne sent alors la chaleur l'envelopper tandis qu'elle ne contrôlait aucun gémissement qui pouvait sortir de sa bouche. C'était comme si elle était devenue elle-même un instrument dont il semblait savoir jouer par cœur... Son propre corps réagissait au moindre effleurement du slave, comme s'ils étaient connectés, comme s'ils étaient faits pour être ensemble et non éloigner loin de l'autre. Elle bouge, elle ondule en fonction de ses caresses de sa peau, de ses doigts... Elle suit le rythme comme s'il s'agissait d'un morceau de musique. Elle se mord la lèvre lorsqu'elle ressent sa langue sur sa poitrine, douce caresse, comme une promesse du prémices d'un plaisir qui ne saurait tarder... Elle évite de penser qu'elle allait bientôt être nue devant lui, elle ne se concentre uniquement sur ce qu'elle ressentait ne voulant pas que sa timidité vienne gâcher ce moment... Elle se retrouve cependant bientôt sans jupe, sans rien, dans sa tenue d’Eve au milieu de ses draps et elle ne peut s'empêcher de tomber dans son regard d'aller chercher au fond un signe... Celui qu'il aimait ce qu'il voyait... L'éclat dans son regard métallisé assombris par le désir la rassurait instantanément tandis qu'alors se fut à son tour de le découvrir entièrement...

Son regard brûle lorsqu'elle découvre les autres tatouages qu'elle ne connaissait pas, elle avait presque envie d'aller les regarder de plus près... Presque parce que le désir la rongeait bien plus encore... Elle ne put s'empêcher de rougir lorsque son caleçon toucha le sol et pourtant elle ne détournait pas les yeux... Elle en était tout simplement incapable. Il était si beau et paraissait si puissant en cet instant, un homme qui pouvait paraitre si sauvage, mais qui était tellement attentionné envers elle. Elle aurait pu le regarder ainsi des heures si le désir ne l'aurait pas consumée avant... Pendant un instant elle eut peur qu'il hésite et puis finalement elle comprit qu'il lui laissait seulement du temps, ce dont elle lui en était silencieusement reconnaissante. Il approchait prudemment tandis qu'un doux sourire naissait sur le visage de la gryffondor afin de l'encourager, elle ne comptait pas faire marche arrière maintenant, cela serait autant cruel pour elle que pour lui et surtout elle n'en avait pas la moindre envie... Un nouveau gémissement s'échappait d'entre ses lèvres en sentant les lippes du slave remonter sur sa peau de plus en plus, elle aurait pu fondre en sentant sa langue sur son intimité et elle n'était pas certaine que son cœur y aurait résisté s'il y était resté... Lorsqu'il remonte à sa hauteur, ses bras entour la nuque d'Andreï l'approchant encore plus près d'elle tandis que leur bouche se retrouvaient de nouveau... Une de ses mains remontent dans ses cheveux tandis que l'autre ne cesse de parcourir sa peau ancrée... Son cœur chavire tandis qu'elle sent la virilité du slave tout près. Il cogne si fort, qu'elle se demande pourquoi est-ce qu'il ne s'est pas encore échappé de sa poitrine, sa respiration n'est plus qu'un halètement et c'est avec douceur qu'elle ressent cette petite intrusion dans son corps...

Elle explose alors tandis que toutes ses sensations, ses émotions sont décuplées, ses gémissements se perdent contre les lèvres du slave tandis qu'elle le sent s'enfoncer toujours plus loin... Elle se perd dans ses baisers, dans ses caresses, dans ses sensations qu'elle ressent et qui la font vibrer contre celui qu'elle aime. Son bassin bouge contre le sien, mais une partie d'elle ne peut s'empêcher d'appréhender cet instant, ce tout petit instant que chaque femme sait qu'il peut être douloureux... C'est comme une petite piqûre, cela fait mal quelques secondes, le corps de Pandore se raidit quelques instants, son souffle se bloque tandis que tout ce qu'elle ressent au final c'est cet amour qu'il éprouve pour elle, se désir qu'il n'a cessé de faire grandir en elle. Ses prunelles sont plongées dans les siennes et c'est comme si le temps c'était arrêté pendant quelques secondes... Lorsque ses mouvements reprennent il n'y a plus que le désir, le plaisir, plus aucune douleur... Son corps commence alors à se mouvoir en rythme avec le sien, répondant à chacun de ses baiser, ne restant pas en reste de ses caresses, découvrant ces parties de son corps qu'elle ne connaissait pas encore...

Si tout à l'heure elle avait déjà eu cette impression qu'il ne pouvait rien n'exister de meilleur que la sensation de ses doigts coulissant en elle, elle se trompait, elle était encore à des années lumières de ce qu'elle pouvait ressentir en cet instant. De ce plaisir qui montait en flèche en rythme des mouvements de reins du slave... De cette sensation de ne faire plus qu'un, comme s'ils étaient enfin complet. De cette brûlure au creux de son ventre qui menaçait d'exploser comme un volcan en éruption à n'importe quel moment... Elle lui appartenait autant qu'il lui appartenait, une promesse de plus, celle que leurs destins resteraient à jamais liés. Une marque de plus gravé sur la peau de chacun, indélébile et pourtant transparente, il n'y a qu'eux pour la reconnaître...
(c) Emi.

_________________
Unforgettable in every way
Unforgettable, both near or far. Like a song of love that clings to me. How the thought of you does things to me, never before, has someone been more.

Andore:
 
Revenir en haut Aller en bas
Andreï Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Serpentard, 9ème année en Politique Magique
Célébrité : Stephen James
Pseudo : Loupiotre Âge : 30 Parchemins : 605 Gallions : 266 Date d'inscription : 17/11/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
80/100  (80/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t632-like-a-russian-party-andrei#1147 http://www.mumblemumps.com/t2363-andrei-you-are-on-your-own-lost-in-the-wild-so-come-to-me-now http://www.mumblemumps.com/t1752-les-courriers-d-andrei
En ligne

Lost Innocence
Tes yeux glissent lentement sur ses courbes graciles ; ils effleurent son grain de peau velouté. Sa peau si douce sous la pulpe de tes doigts curieux et fascinés. Tu la découvres, le redécouvres. Avec envie. Etouffe ton impatience de peur de l’effrayer, de la brusquer. C’est nouveau. C’est un autre qui se dévoile en cette soirée où rien n’était calculé, où rien n’était prévu. C’est la première fois que tu prends ainsi ton temps. Par peur de la briser, de l’affoler. Et pourtant tu le sens, elle s’affole. S’embrase alors que tes mains s’emparent de son être, s’approprient chaque parcelle de son corps. Tu te complais à être le seul, le premier à l’avoir ainsi au creux de tes bras. Tu te délectes de l’idée, celle qui fait que tu resteras à jamais dans sa vie. Et si elle y repense plus tard, tu veux qu’elle trouve cela parfait. Tu expies tes pêchés du passé grâce à la Lionne. Pourtant ta peau ancrée semble parfois salir la pureté de sa chair. Une marque indélébile que tu laisses sur elle, et pourtant si invisible pour le moment. Chaque frisson que tu lui procures se répercutent en toi plus violemment encore. Si tes amantes n’étaient pas en reste, tu te souciais rarement de leur plaisir. Pas comme en cet instant où tu cherches toutes les caresses, tous les baisers qui peuvent la faire gémir. Tu aimes voir sa poitrine s’élever en rythme plus soutenu. Tu aimes ses joues rosies entre le désir, le plaisir et une pincée de gêne. Tu aimes son souffle qui s’étiole par moment entre ses lippes. Tu redécouvres le corps d’une femme. Celui d’une femme qui s’offre et s’adonne. Tu n’avais jamais prêté attention à tous ces détails. Ils n’en sont pourtant pas alors qu’il s’agit de Pandore.

Tu sens son regard qui coule sur toi alors que tu tiens encore debout devant elle. C’est la première fois que tu te dénudes entièrement devant elle. Elle connait pourtant une majorité de tes tatouages qui parsèment ta peau. Tu en es à présent presque couvert de partout. Elle en sait déjà la signification. Pour la plupart en tout cas. L’histoire de ta vie qui s’ouvre à nouveau devant ses prunelles azurées. Un sourire en coin étirait tes lippes tandis que son regard observait ton sexe pleinement dressé devant le désir qu’elle éveillait en toi. Et si tu lui laisses le temps, elle t’encourage. Sans parole, sans mot. Un simple sourire, un regard. Qui t’amènent à te hisser jusqu’à elle sans pour autant rester sage. Tes lèvres courant sur sa peau, de sa cheville au creux de son intimé. Les gémissement timides qui s’échappent de sa bouche sont une véritable mélodie à tes oreilles. Ta langue qui se glisse avec malice. Sa réaction, elle ne fait que tendre ton membre toujours davantage. Tu prends ton temps, pourtant tu ressens de plus en plus le besoin de la faire tienne, l’envie de t’unir à elle, de ne faire plus qu’un. Tu te promets intérieurement de lui faire découvrir ces préliminaires rapidement. Enfin, lorsque tu te glisses entre ses cuisses, ses bras s’enroulent autour de ta nuque. Sa peau contre la tienne te rends complètement dingue. Tu sens ton sexe pulser toujours plus fort tandis qu’il s’impatiente. Tu sens sa main dans tes cheveux; Ton regard se perds dans le sien. Lentement tu prends possession de celle qui hante tes pensées. De celle que tu aimes. Tu ne sais pas réellement si c’est le bon choix, mais vu ses réactions, cela te conforte. A mesure que tu t’enfonces, tu as envie d’aller encore plus loin. Une frustration grandissante, jusqu’au point de non retour. Elle gémit contre tes lippes, et me te rends presque dingue. Tes mains prennent possession de son corps tout entier. Caressent ses seins, ses hanches, ses cuisses. Tes lippes courent au creux de son cou.

Et alors qu’elle semble totalement en harmonie avec toi, ondulant de ses hanches contre les tiennes, tes coups de reins s’intensifient davantage, montant crescendo le rythme, intensifiant le plaisir. Tu ne t’étais jamais senti autant entier qu’en cet instant. Tu cherches toujours son regard, étouffe ses gémissements de tes lèvres sur les siennes. Ta langue se montre intrusive, possessive. Se mêle à la sienne avec une passion dévorante. Et puis quelques instant tu t’amuses. Arrêtant le mouvement brusquement de tes hanches. Pour mieux reprendre. Une fois seulement. Douce torture agonisant sous la frustration du désir, du plaisir. Tu entres pour mieux t’enfoncer en elle, pour toujours mieux la posséder. Chaque coup de rein de plus puissant, plus obsédant. Tu gardes le contrôle de cette douce torture jusqu’à reprendre un rythme abrasif, jusqu’à ce tu sentes son plaisir l’emporter alors qu’elle se contracte tout autour de toi. Cette image t’emporte avec elle aux portes de cette jouissance absolue. Le visage au creux de son cou, ton souffle est irrégulier. Un râle s’échappe du fond de ta gorge. Tu te redresses légèrement, glissant sur le bras, ton bras s’enroulant autour de son ventre, ton regard ne pouvant quitter tout son être. Glissant de son corps à son visage avec intensité, comme pour se souvenir du moindre détails.
black pumpkin

_________________
Comme Une Ombre
Je serai l'accident sur le bord de ta route. La larme du poison cachée entre les gouttes. Le joueur de pipeau qui fait danser les serpents. Je serai comme une ombre à chacun de tes pas. Comme une maladie qui frappe et qui s'en va.


Mum Awards   :
 
Revenir en haut Aller en bas
Pandore L. Heather
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Gryffondor, 1ère année GISIS médecine magique
Célébrité : Gabriella Wilde
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 2348 Gallions : 438 Date d'inscription : 23/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/0  (100/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t460-pandore-heather-deux-ames http://www.mumblemumps.com/t461-pandore-heather-la-musique-seul-miroir-de-l-ame#7460 http://www.mumblemumps.com/t624-pandore-heather-owls-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


Lost Innocence
" Toi t'as eu plein de filles, plein d'aventures. Moi je n’en ai jamais voulu jusqu'à toi. C'est toi. C'est comme une évidence."
Juillet 2000
~ Andore ~


P
andore perdait totalement pied et elle ne tentait même pas de se raccrocher à quoique ce soit en dehors d'Andreï... Alors c'était cela ? Se sentir en parfaite symbiose avec l'être qu'on aime ? C'était comme si le monde s'était arrêté de tourner et qu'il n'existait plus qu'eux. Le ciel pouvait leur tomber sur la tête ils ne s'en seraient probablement même pas rendu compte. Leur deux corps ne faisaient plus qu'un s'emboitant parfaitement liant leur deux âmes comme elles ne l'avaient jamais été. Alors une question se faisait entendre dans la tête de Pandore, pourquoi avoir attendu autant de temps pour connaître toutes ces sensations ? La réponse se créait d'elle-même... Cela ne pouvait être qu'aussi parfait qu'avec Andreï, elle avait l'infime conviction d'avoir attendu le bon moment, c'était lui et personne d'autre, tout son être le lui hurlait... Son plaisir ne faisait que monter au fur et à mesure des va et vient du slave, elle suit le rythme qu'il lui impose sans mal, encore une fois comme s'ils étaient liés l'un à l'autre et fait pour bouger ensemble... Il joue avec leur patience, les frustres pour encore mieux replonger en elle, lui arrachant tellement de gémissements qu’elle avait arrêté de les compter. Jamais, non jamais elle n'avait connu de pareilles sensations, elle avait une douce chaleur dans le creux de son ventre qui menaçait d'exploser à chaque instant tandis que son plaisir de cessait de s'accroitre, elle avait cette sensation qu’elle ne pourrait en contenir d’avantage et chaque fois, elle se surprenait à découvrir le contraire... Jusqu'à ce que vienne finalement le point de non-retour, lorsque les mouvements du slave n'étaient plus tellement contrôlé, qu'ils se laissaient tous les deux totalement aller à leurs impulsions, lorsqu'ils ne réfléchissaient plus et laissaient seulement leur corps s'aimer... Elle se sentait alors se contracter tout autour de lui, sa respiration fût coupée et son regard voilé par l'explosion de plaisir qui découlaient en elle pendant de longues secondes, tandis qu'Andreï la suivait de très près...

Elle avait cette sensation d'être dans un nuage tandis qu'elle le sentait bouger, glissant sur le côté, le corps de la jeune gryffondor réagissait alors instinctivement tandis qu'elle venait se coller d'avantage, elle n'était pas prête à sentir le froid l'envelopper. Elle sentait son cœur qui battait à tout rompre dans une course folle commencer alors à perdre en vitesse. Doucement, elle reprend conscience de la réalité, son regard cherche celui du slave qui semblait être en pleine contemplation, ils étaient encore dans leur bulle reliés l'un à l'autre. Un sourire étirait les lèvres de la jeune femme. Tandis que ses yeux transpiraient de tout l'amour qu'elle éprouvait pour lui. Jamais elle n'avait autant aimé... Il y avait eu des garçons oui, elle avait cru pouvoir être amoureuse d'eux, pourtant il y avait toujours eu une gêne, quelque chose qui l'empêchait de se donner à fond... Avec Andreï, elle découvrait finalement ce que c'était vraiment et elle ne découvrait pas que cela d'ailleurs... Sentant la main du serpentard sur son ventre elle venait se lover encore plus près de lui, si c'était possible, son visage trouvant le chemin du creux de son cou, elle aurait fait n'importe quoi pour pouvoir appuyer sur pause et pouvoir vivre cet instant à jamais, elle se sentait heureuse, elle se sentait comblée comme jamais elle ne l'avait été, même lorsque son jumeau faisait encore partit de ce monde... Redressant doucement son visage, parsemant quelques baisers sur sa peau jusqu'à trouver son oreille... Il y avait des déclarations qu'on ne pouvait pas oublier... Ce moment où il avait alors prononcé ces trois petits mots se rejouaient dans sa tête avec tout le reste... Elle voulait alors qu'il ressente tous ce qu'elle avait pu ressentir en cet instant et venait alors murmurer à son tour... "Moi aussi je t'aime." Murmure au creux de son oreille, avant de doucement recoller sa tête contre le cou du slave... Cet instant n'appartenait qu'à eux et personne ne pourrait le leur enlever.
(c) Emi.

_________________
Unforgettable in every way
Unforgettable, both near or far. Like a song of love that clings to me. How the thought of you does things to me, never before, has someone been more.

Andore:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
Lost Innocence ~ Andore [+18]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LOST LE RPG
» Alice always lost... [Validée]
» Why the U.N. Lost credibility in Haiti
» Lost in blue
» « I've lost myself in all these fights, I've lost my sense of wrong and right » Ҩ CAT&KATH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: SAISON 1-
Sauter vers: