Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 6
La version six est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'anniversaire du forum et la rentrée, venez fêter avec nous !
Découvre tout ici
Joyeux anniversaire !
Mumblemumps vient de souffler sa première bougie. Venez la célébrer avec nous !
Plusieurs animations ont été mises en place pour festoyer comme il se doit !
Jette un oeil aux animations !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

maddox&alexis ⊹ i don't like goodbyes so let's just say see you soon

Maddox Berkeley
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 2e année de GISIS Médecine magique
Célébrité : Matthew Daddario
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 1380 Gallions : 1245 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1334-if-i-don-t-see-it-it-doesn-t-ex http://www.mumblemumps.com/t1340-maddox-liens-rp http://www.mumblemumps.com/t1433-maddox-je-vous-presente-chouette http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Maddox & Alexis
I don't like goodbyes
so let's just say see you soon
Les examens de fin d’année étaient terminés et Maddox espérait qu’il avait le niveau pour passer dans l’année de GISIS supérieure. Il avait beaucoup travaillé cette année pour rattraper son retard sur les autres. En effet, comme il était enfermé à Azkaban, il n’avait pas pu faire sa septième année. Malgré son absence, le ministère avait décidé de lui donner son diplôme et à la rentrée, il avait remarqué que c’était une bien belle erreur. Il lui manquait des connaissances, mais sa magie lui jouait des tours aussi. Finalement, il avait réussi à rattraper et à avoir un niveau assez correct avec beaucoup de travail et de détermination. Il voulait vraiment passer en deuxième année de GISIS même s’il avait peur de ce que cela signifiait : la GISIS était la dernière année, que deviendrait-il ensuite quand il n’y aurait plus Poudlard ? Maddox essaya de ne pas y penser. Il n’avait plus qu’à attendre ses résultats comme les autres. En attendant, il était dans son dortoir, en train de préparer son sac. Il préparait pas sa valise parce qu’il ne rentrait pas chez lui, il n’allait pas chez Flynn non plus, enfin pas tout à fait. La coupe du monde de Quidditch avait lieu cet été et ils étaient autorisés à camper à Pré-au-Lard. Bien sûr, Maddox avait demandé à Flynn s’il pouvait rester avec lui. Maddox ne tenait pas à être un des seuls à rester au château. Flynn avait accepté. Ils allaient passer un bon été, sans se soucier des résultats des examens, sans se soucier de rien. Ou presque. Le brun n’était pas tracassé que par les examens. Il s’était passé tellement de choses ce dernier mois où il avait presque été poussé à bout et il avait failli tenter de mettre fin à ses jours. Aujourd’hui, il allait beaucoup mieux. Il s’était encore passé des tas de choses depuis, mais il voulait vivre. Il ne savait pas ce qui se passerait dans les prochaines semaines, il voulait être là pour le découvrir. Avant de quitter le château pour se rendre à Pré-au-Lard, Maddox quitta le dortoir avec son sac sur le dos et descendit les étages. Il voulait dire au revoir au professeur Abberline avant de partir. Elle avait toujours été son professeur préféré à l’époque où il avait cette option dans son cursus. Elle lui avait beaucoup fait aimer cette matière. Et puis, vers la troisième ou quatrième année, elle avait remarqué ses bleus et ses peurs, elle avait fini par deviner que quelque chose n’allait pas chez lui quand il revenait à Poudlard en n’était que l’ombre de lui-même. Il s’était confié à elle. Elle l’avait beaucoup aidé en étant là pour lui. Bien sûr, il lui avait fait jurer de garder le secret. Elle l’aidait mais sans que personne ne le sache, sans que personne d’autre ne devine ce que son père lui faisait vivre en étant violent avec lui à la maison. Il se dirigeait vers la salle d’études des runes. Il ne savait pas pourquoi, mais il avait l’impression qu’il pouvait toujours trouver les professeurs près de leurs salles. Sauf que cette fois-ci, elle n’y était pas. Il avait frappé à la porte et essayé d’ouvrir, mais elle était verrouillée. Maddox était embêté. Il voulait vraiment la voir avant de s’en aller, même s’il aurait peut-être l’occasion de la voir pendant l’été avec les festivités liées au Quidditch.

Après avoir réfléchi à ce qu’il pouvait faire, il décida d’aller tenter sa chance du côté de son appartement. Il avait déjà mis les pieds dans ce couloir pour aller voir Aldous. Mais jamais il n’avait été chez le professeur Abberline. Il savait qu’il ne dépassait pas les limites en allant voir si elle s’y trouvait, elle lui avait toujours dit qu’elle était là s’il le souhaitait. Il n’avait jamais eu besoin d’aller jusqu’à son appartement à ce jour. Ses pas le menèrent directement jusqu’aux logements des professeurs. Il prit son temps, rien ne pressait, il était en vacances. D’ailleurs, en parlant de vacances, il trouvait étrange que les élèves ne puissent pas rentrer chez eux. Il n’aurait voulu rentrer chez lui pour rien au monde, mais certains le voulaient et ne le pouvaient pas. Peut-être que le professeur pourrait lui en dire plus à ce sujet. Il se demandait si ce n’était qu’à cause du Quidditch ou s’il y avait une autre raison. C’était son côté paranoïaque qui parlait. Arrivé devant l’appartement du professeur, Maddox hésita à frapper. Il ne voulait pas la déranger. Elle avait d’autres choses plus importantes à faire. Il essayerait d’être bref. Pendant un temps, il repensa à ce que le professeur avait fait pour lui. Quand il avait quitté Azkaban, il avait reçu plusieurs de ses lettres mais n’y avait pas répondu. Même si elles étaient restées sans réponses, elles l’avaient beaucoup touché. Il aurait voulu y répondre, mais il ne trouvait plus le courage de faire confiance aux autres à cette époque, sauf à quelques exceptions près comme Hope ou Flynn. A la rentrée, quand il l’avait croisée à nouveau, il avait été un peu méfiant, mais elle avait persisté et il avait fini par lui faire confiance une nouvelle fois. Il avait retrouvé tout ce qu’il avait beaucoup aimé chez elle quand elle était son professeur, elle avait un côté maternel qui lui donnait envie d’être près d’elle. Il n’y avait rien d’ambiguë dans ses pensées, mais il s’était déjà dit qu’il aurait tellement aimé que sa mère soit aussi attentionnée que le professeur Abberline. Elle ferait sans doute une excellente mère un jour, elle était encore un peu jeune, certainement bien trop jeune pour avoir un fils de l’âge de Maddox. Et puis, il espérait qu’elle aurait un enfant bien meilleur que lui. Quand Maddox entendit du bruit, sans savoir d’où venait le bruit en question, il frappa à la porte. Peut-être qu’il avait eu peur, un instant, de se faire surprendre face à la porte d’un professeur et de ne pas savoir expliquer ce qu’il venait faire là. Il frappa une deuxième fois, avant de regretter et de se dire qu’il était peut-être un peu trop insistant. Si elle n’ouvrait pas la porte, c’était soit qu’elle n’était pas là, soit qu’elle ne voulait pas le voir, ou alors elle était occupée. Il était prêt à faire demi-tour quand il entendit la porte être déverrouillée. « Bonjour professeur. Excusez-moi de vous déranger. Je tenais simplement à vous dire au revoir et à vous remercier pour cette année. Merci beaucoup. Vous m’avez beaucoup aidé. Je ne vais pas vous déranger plus longtemps. » Maddox était déjà prêt à repartir. Il aurait voulu rester pour discuter, il y avait encore beaucoup de choses qu’il n’avait pas raconté au professeur, comme le fait qu’il ait récemment appris que sa mère était enceinte.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Alexis M. Abberline
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Professeur d'études des Runes
Célébrité : Bridget Regan
Âge : 29 Parchemins : 638 Gallions : 367 Date d'inscription : 28/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1700-alexis-m-abberline-the-times-we http://www.mumblemumps.com/t1733-alexis-link-s-rp-s#44206

Maddox & Alexis
I don't like goodbyes so let's just say see you soon

Vacances! Le mot résonne dans mon esprit mais je ne le réalise pas, mais alors vraiment pas. Je sais que je devrais me dire que je vais enfin avoir le temps de me reposer et de souffler mais je sais que l'été qui s'annonce ne semble pas du tout aller dans ce sens, que du contraire. J'avais redouté pendant un temps le retour chez moi car je n'avais pas la moindre idée de comment Johannes visualisait cela mais il n'y avait plus aucune raison de douter. Nous allions tous les deux passer l'été à Poudlard à surveiller que tout se passe bien dans le déroulement des festivités. Je n'étais plus vraiment un membre du personnel prié de vérifier les allées et venues des élèves mais je pouvais aider à être certain que rien d'anormal ne se passe au sein des murs de l'école. Cela m'enlevait dès lors le poids de devoir mettre à plat les choses avec mon allemand à la perspective de comment passer le temps. Mais cela contrecarrait aussi certains de mes projets comme le fait de passer du temps avec mes parents. Je savais qu'ils s'inquiétaient. Je l'avais senti dans leurs lettres. Ils se demandaient si tout était aussi sécuritaire que je ne le prétendais au sein de cette école si précieuse à mon corps mais où la guerre avait fait rage. Je savais qu'il s'interrogeait sincèrement. Je ne pouvais que les comprendre. Je n'avais pas su mettre toute ma conviction pour les persuader de ne pas s'en faire. Je n'avais pas toujours le moral au beau fixe et il m'avait vu sombrer pendant cette année sabbatique. Il m'avait aussi vue surmonter mes démons et dépasser mes peurs pour parvenir à revenir au sein de Poudlard. Je savais qu'ils me soutenaient et ce, malgré leurs angoisses. Je devrais donc trouver un moment pour leur rendre visite et leur prouver combien leur petite fille resplendit de santé et qu'ils n'ont pas à se tracasser à mon sujet. Je voulais aussi m'accorder un moment avec Johannes en tête à tête. Nous nous fréquentions en toute discrétion depuis un petit moment maintenant mais justement le secret qui entourait notre relation me pesait un peu par moment. Je voudrais pouvoir lui prendre la main et l'embrasser librement. Je voudrais pouvoir savourer le soleil sur nos peaux que ce soit allongé au bord de l'eau ou dans l'herbe tout simplement. Je désirais profiter de la vie. Je redoutais de devoir faire des choix entre ce que je voulais et ce que le devoir attendait de moi. Cela me désespérait d'avance car je pensais avoir mérité de souffler un peu alors que la fin d'année avait clairement été source d'un certain stress. J'avais éprouvé le besoin de m'octroyer un break dans mes obligations le matin même et je m'étais enfuie loin des murs de l'école. J'avais trasnplané à Londres allant dans une petite boutique de mon goût pour m'acheter quelques tenus plus actuelles pour passer l'été. Je voulais être dans le thème car aussi surprenant que cela puisse paraître, j'étais une fan de Quidditch. Je n'avais jamais été à l'aise sur un balai mais j'adorais regarder les échanges qui savaient m'émerveiller. Je me sentais redevenir une enfant rêveuse qui voit le monde avec des yeux ronds et étincelants en songeant à sa magnificence. Alors je désirais sincèrement pouvoir prouver combien j'étais dans l'esprit festif de cet été de réjouissances. J'allais vraiment me glisser dans l'esprit pour profiter pleinement de ces obligations inattendues et les rendre moins pénibles.

Mais cette journée était pour moi. Je m'étais levée très tôt. J'avais rejoint finalement mes appartements pour déballer mes affaires et les ranger surtout que certains achats étaient plus spécifiques. Quand un professeur avait frappé à ma porte pour me signaler que nous avions une réunion prévue plus tard. J'avais ignoré pour faire croire que je n'étais toujours pas rentrée. Je comptais bien faire la morte pour toute la journée. Heureusement, la présence ne s'était pas attardée et je m'étais assise pour écrire une lettre à mes parents en leur expliquant que je passerais les voir plus tardivement que prévu. Je m'allonge ensuite et je finis par sombrer malgré moi dans une sieste qui vient compenser les heures de sommeil qui me manquent. Je me réveille en sursaut quand on frappe à la porte. Je ne me lève pas directement. Je ne suis pas certaine de vouloir ouvrir craignant que ce soit à nouveau pour signaler que ma présence était attendue. Pourtant, ma conscience me taraude et je ne me sens plus autant le droit de fuir mes obligations que plus tôt. J'ai assez profité pour la journée non? Le second coup à la porte me décide à venir ouvrir la porte. Je déverrouille et reste surprise de voir Maddox face à moi. Ses mots me prennent de court alors qu'il semble à peine me regarder et déjà tout prêt à repartir. Ma main se pose instinctivement sur son épaule alors que je le retiens. Je le guide lentement vers l'intérieur tout en parlant. « Maddox, je suis contente de te voir vraiment. Entre un instant. J'ai l'impression de t'avoir à peine croisé depuis une éternité. » Le Serdaigle avait su toucher mon cœur au fil des années. Je l'avais pris sous mon aile et mon attachement pour lui était sincère. Je me souvenais de la manière dont mon cœur s'était serré en réalisant qu'il était battu par son père. J'aurais voulu dénoncer ce monstre pour que jamais plus il ne touche Maddox mais je m'étais retrouvée prise au piège d'un silence bien trop pesant sur ma conscience. Prisonnière de ma promesse, j'avais donné tout ce que je pouvais pour l'aider et le soutenir. Je voulais être là pour lui. J'avais su le soutenir, enfin je pense. Je ne l'avais pas lâché. J'avais souffert de son emprisonnement à Azkaban mais j'étais totalement impuissante alors que j'avais eu du mal à garder tout simplement ma place. J'avais menti pendant une année complète et j'avais encaissé de mon côté certains coups aussi. Mais dès sa libération, je lui avais écrit sans jamais me décourager malgré l'absence totale de réponse. Puis à la rentrée, j'avais fait preuve de patience pour réussir à regagner sa confiance et lui prouver qu'il pouvait toujours compter sur moi. « Tu sais Maddox, tu ne me déranges jamais. Alors assieds toi et prenons le temps de discuter un peu. Dis-moi, tu veux boire quelque chose? Je suis heureuse de savoir que tu vas partager une tente avec Monsieur North cet été. » Je ne veux pas raviver le souvenir de ce qui se passe chez lui mais je n'aurais jamais accepté cette année de le voir retrouver ce climat familial malsain.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Maddox Berkeley
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 2e année de GISIS Médecine magique
Célébrité : Matthew Daddario
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 1380 Gallions : 1245 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1334-if-i-don-t-see-it-it-doesn-t-ex http://www.mumblemumps.com/t1340-maddox-liens-rp http://www.mumblemumps.com/t1433-maddox-je-vous-presente-chouette http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Maddox & Alexis
I don't like goodbyes
so let's just say see you soon
Après avoir insisté en frappant une deuxième fois à la porte, celle-ci finit par être déverrouillée. Maddox regarde à peine le professeur, aillant un peu peur de sa réaction, quand il la remercia de l’avoir aidé cette année et lui dit pourquoi il était à présent devant elle. Il souhaitait lui dire au revoir. Il allait probablement pouvoir la recroiser en revenant à Poudlard l’année suivante, mais il y tenait quand même, des fois qu’elle l’oublie pendant l’été. Jusqu’à présent, elle ne l’avait jamais oublié et il en était constamment touché. Elle prenait souvent de ses nouvelles, tout comme pouvait le faire Aldous, d’une certaine façon. Il se demandait s’il aurait l’occasion de revoir Aldous aussi. Il ne savait pas s’il serait affecté à Poudlard après les vacances. Pour le professeur Abberline, la question ne se posait pas, à moins qu’elle change de travail ou d’école. Si c’était le cas, il espérait qu’elle lui en aurait parlé. Elle comptait beaucoup à ses yeux et l’enseignement à Poudlard perdrait une grande enseignante si elle n’était plus là. Quand il s’apprêtait à tourner les talons, le professeur posa une main sur son épaule pour le guider vers l’intérieur. Bien sûr, il se laissa faire. Il avait totalement confiance en elle. Si c’était quelqu’un d’autre, il ne serait sans doute jamais entré, mais le professeur Abberline n’avait que des bonnes intentions. « Maddox, je suis contente de te voir vraiment. Entre un instant. J'ai l'impression de t'avoir à peine croisé depuis une éternité. » Dit-elle en fermant la porte derrière eux. Finalement, peut-être qu’il ne la dérangeait pas. Elle disait être heureuse de le voir, elle n’avait aucune raison de lui mentir. Lui aussi était content de la voir, il lui répondit par un sourire. Encore aujourd’hui, elle prouvait qu’il pouvait toujours compter sur elle, qu’elle était là pour lui s’il le souhaitait. « Tu sais Maddox, tu ne me déranges jamais. Alors assieds-toi et prenons le temps de discuter un peu. Dis-moi, tu veux boire quelque chose ? Je suis heureuse de savoir que tu vas partager une tente avec Monsieur North cet été. » Venant de quitter le calme du couloir, habituellement, il aurait préféré qu’on ne lui parle pas autant, comme lorsque Jude venait lui faire la conversation, on ne l’arrêtait plus. Mais Maddox était apaisé par la voir du professeur Abberline et elle ne le dérangeait vraiment pas. Il voulait même en entendre toujours plus sans trop savoir si c’était une réaction qu’il avait le droit d’avoir ou non. Le Serdaigle s’installa sur le canapé, là où le professeur lui demanda de s’asseoir. Il répondit alors à sa question sans trop la faire attendre : « Un verre d’eau, s’il vous plait. » Maddox ne voulait pas la déranger et puis il ne savait pas trop ce qu’elle avait ou non. Un verre d’eau, c’était parfait. Elle était déjà très gentille de lui proposer quelque chose à boire. Il aurait peut-être dû lui apporter quelque chose au lieu de venir chez elle les mains vides. Bien sûr, il ne savait pas comment, mais le professeur d’études de runes savait qu’il allait partager une tente avec Flynn. Elle s’était bien renseignée et il était heureux de savoir qu’elle veillait sur ses élèves. « Oui, je n’ai jamais fait de camping d’ailleurs… ce sera une grande première pour moi. » C’était souvent avec Flynn que Maddox semblait découvrir certains aspects de sa vie au lieu de les avoir découvert avec ses parents : le zoo, apprendre à nager, et beaucoup d’autres choses. Le Gryffondor était vraiment un meilleur ami pour lui, et même plus, il était comme un frère. Il lui devait beaucoup.

Mais bien sûr, si elle lui parlait de cette tente, ce n’était pas parce qu’elle était contente qu’il découvre le camping. Elle ne voulait pas qu’il retourne chez son père. Lui ne voulait pas y retourner non plus d’ailleurs. Il ne l’avait pas reçu depuis presque un an et c’était mieux ainsi. De temps en temps, il recevait des lettres de sa mère. Parfois, elle lui glissait un mot sur son père, mais il n’aimait vraiment pas sa façon de lui rappeler qu’il était toujours dans sa vie malgré tout. « Ne vous inquiétez pas, je ne serais pas retourné chez moi cet été. J’aurais trouvé une solution. Je… je ne veux plus jamais y retourner. » Avoua-t-il avant de boire son verre d’eau d’un trait. Maintenant, il avait plus d’amis qu’avant et la famille de Flynn l’aurait hébergé. S’ils ne le pouvaient pas, il aurait trouvé une solution avec quelqu’un d’autre. En tout cas, il ne voulait plus jamais voir son père. Il avait trop souffert à cause de lui. Sa mère était la seule chose qui le retenait. Maddox était maintenant en colère contre elle aussi. Au fond de lui, il ne voulait pas y retourner, il lui en voulait de ne pas se sortir de cette situation, mais il savait que si elle mettait au monde un bébé, il ne supporterait pas d’être loin de son frère ou de sa sœur pour le ou la protéger du monstre qui régnait sur cette famille. Il reposa doucement son verre sur la table face à lui. « Ma mère… elle attend un autre enfant. Je l’ai appris il y a quelques semaines. » Ce qui avait été gros coup dur pour Maddox à l’approche des examens. Même s’il avait essayé de ne pas y penser, c’était impossible pour lui. Une part de lui se disait que si son père était violent avec elle, peut-être que la grossesse n’irait pas jusqu’au bout et pour cette raison, il était inquiet pour elle. Il était toutefois plus en colère qu’inquiet pour l’instant. « J’ai vraiment espéré qu’elle fasse ses valises et qu’elle s’en aille loin, je lui en ai déjà parlé… Je ne sais pas pourquoi elle reste avec lui… Il est horrible avec elle comme avec moi. » Tout ce qu’il lui venait à l’esprit, c’était que sa mère était faible, comme lui. Son père le lui avait toujours répété à quel point il était bon à rien. Peut-être que sa mère avait eu cette influence sur lui et l’avait élevée dans la peur. Ce n’était pas la première fois que Maddox parlait de ses parents au professeur Abberline. La conversation était récurrente depuis des années. « Un enfant… » Répéta Maddox qui ne s’était toujours ni remis du choc, ni du dégoût que cette nouvelle lui avait inspiré. Il n’en avait parlé qu’à très peu de personnes, en dehors de Flynn à qui il avait fini par le raconter et Alvérize, qui lui avait remis les idées en place lorsqu’il avait voulu mettre fin à ses jours.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Alexis M. Abberline
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Professeur d'études des Runes
Célébrité : Bridget Regan
Âge : 29 Parchemins : 638 Gallions : 367 Date d'inscription : 28/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1700-alexis-m-abberline-the-times-we http://www.mumblemumps.com/t1733-alexis-link-s-rp-s#44206

Maddox & Alexis
I don't like goodbyes so let's just say see you soon
Je regarde le jeune garçon face à moi et je dois me résoudre à l'évidence qu'il est en train de devenir un homme. Je ne peux qu'espérer qu'il aie toutes les armes pour réussir dans la vie. Je regrettais qu'il ne puisse pas vraiment compter sur le soutien de sa famille mais je voulais croire que cela lui avait donné une force que peu avait. Je pouvais encore sentir ses doutes et ses hésitations alors qu'il ne se faisait pas assez confiance. Je croyais en lui et je savais qu'un jour, il aurait le déclic qui lui permettrait de comprendre que le seul obstacle à son bonheur, à son épanouissement n'était que lui. En attendant, j'éprouvais du plaisir à me retrouver face à lui et me rendre compte que je méritais toujours sa confiance. Je le laisse s'asseoir alors que je lui verse un verre d'eau en le regardant doucement. Je m'en prépare un aussi avant de venir m'installer à ses côtés. « Voilà pour toi. » Je ne songe pas que savoir avec qui il va partager sa tente cet été pourrait facilement sembler louche. Cela signifie que je me suis renseignée sur lui. Cela implique que je le surveille d'une certaine manière alors que c'est davantage par soucis de lui que j'ai tenu à me renseigner. Je garde un œil sur lui quoiqu'il arrive pour m'assurer que rien de mal ne lui arrive. J'espère qu'il a conscience qu'il n'y a aucun mal dans ma démarche mais vu la confiance qu'il semble me porter et les mots qu'il prononce, il ne semble en effet pas l'avoir pris comme de la surveillance ou de l'intrusion dans sa vie privée. Je suis amusée de découvrir qu'il va vivre une première expérience et je pressens que celle-ci aura un côté assez unique, il sera en bonne compagnie quoiqu'il en soit. « Le camping est souvent une bonne expérience de vie donc tu devrais vraiment aimer. Je te le souhaite mais je suis certaine que Monsieur North veillera à votre confort à tous les deux et que rien ne te manquera mais si jamais tu as besoin de quelque chose, n'hésite pas à t'adresser à moi. » J'entends un signal d'alarme retentir dans ma tête et je prends conscience que je franchis une certaine limite entre ce qui est professionnel et ce qui est personnel mais je l'ignore sciemment. Je ne veux pas y penser. Je sais que j'ai tort d'employer le tutoiement car il induit une certaine proximité. J'ai aussi conscience que je fais preuve d'un certain attachement au jeune Serdaigle. Je ne tente même plus de le cacher et cela est dangereux mais si je le pouvais, je pressens que j'aurais très bien pu l'accueillir chez moi de manière permanente afin de lui offrir un refuge et le protéger du climat difficile de son foyer. Il me donne l'occasion de le lui affirmer. « Maddox, je voulais juste te dire que si tu avais besoin, ma porte t'était ouverte. Je ne parle pas de celle de mes appartements ici à Poudlard. Je parle de celle de mon appartement. Tu peux venir y vivre. Je tiens à préciser que c'est une invitation totalement honorable mais je préfère te savoir bien chez moi qu'à devoir te démerder et trouver une solution précaire. Tu n'auras ainsi plus jamais à y retourner justement. » Mon sourire est doux et bienveillant quand il se plonge dans le sien.

Je le vois vider son verre d'eau et je me lève pour lui en servir un autre alors que j'ai à peine toucher au mien pour en prendre une gorgée. Je le pose sur la petite table et le regarde avec une certaine douceur. Je me mords la lèvre sous son aveu avouons que j'en suis sous le choc. J'ai vraiment du mal à y croire. Je ne comprends pas comment elle peut faire ce choix quand son fils aîné a tellement souffert auparavant. Je peux lire son incompréhension et je dois avouer que je ne peux que le comprendre pour la simple raison que je ne suis pas plus avancée que lui. Je n'ai pas la moindre idée de ce qui peut expliquer qu'une femme reste avec un homme qui se montre violent avec elle et encore pire ce qui pourrait justifier qu'elle aie un second enfant avec lui. Je devine la colère et le dégoût qui règne en lui. Il est encore jeune pour pouvoir prendre du recul sur ses émotions. Je pose une main rassurante sur son bras. « Je dois avouer que c'est une nouvelle énorme à encaisser. C'est normal que tu aies du mal à assimiler cette idée. Tu as besoin de temps. » Je voudrais savoir le rassurer. Je voudrais lui dire que tout va bien aller mais si son père n'a pas eu le déclic et décidé de se soigner, malheureusement, ce serait lui mentir. Je ne veux pas lui faire de fausses promesses. Je prends une profonde inspiration. « Parfois les gens restent ensemble par habitude. Ou parce qu'ils ont peur de ne pas savoir se débrouiller seuls car ils n'ont jamais rien connu d'autre. Le changement fait terriblement peur car c'est accepter de perdre tout ce que l'on a sans savoir ce que l'on va trouver par la suite. Dans la vie, on sait ce qu'on a mais on ne sait jamais ce qu'on aura. » J'hésite mais doucement je viens le serrer dans mes bras en un geste maternel et protecteur. Je voudrais qu'un simple câlin puisse apaiser tous les tourments qui peuvent assombrir son cœur Je le garde contre moi quelques instants avant de le fixer un moment en silence cherchant mes mots. « Sais-tu si elle avait prévu de tomber enceinte ou si c'est... un accident? Mais dis-moi toi tu ressens quoi à l'idée d'avoir un petit frère ou une petite sœur? En oubliant totalement le climat familial où cet enfant verra le monde. » Je n'aime pas du tout l'idée d'associer les mots enceinte et accident dans une même phrase. Je me sens horrible et maladroite mais je ne sais pas comment je pourrais formuler cela autrement. Je veux savoir si c'est ce qu'elle avait prévu ou au contraire, si ça lui est tombé dessus. Je me demande s'il a peur que cet enfant prenne sa place. Je m'interroge s'il doute de simplement pouvoir l'aimer et avoir envie de le protéger. Je me demande si au contraire, tout au fond de son cœur, une petite partie de lui est même heureuse de devenir le modèle d'un petit être tel que lui. Je me pose des milliers de questions mais surtout j'ai envie de tendre la main à sa mère pour lui donner le courage d'enfin quitter son mari. Je veux vraiment sentir que le cœur de Maddox s'apaise et qu'il n'aie plus à redouter ce qui pourrait arriver car je devine que rapidement, il aurait peur des complications pour sa mère si son père se montre violent avec elle alors qu'elle est dans cet état. « Ouvre moi ton cœur Maddox. Je suis certaine que ça pourra te faire du bien de parler sans devoir retenir tes mots. »
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Maddox Berkeley
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 2e année de GISIS Médecine magique
Célébrité : Matthew Daddario
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 1380 Gallions : 1245 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1334-if-i-don-t-see-it-it-doesn-t-ex http://www.mumblemumps.com/t1340-maddox-liens-rp http://www.mumblemumps.com/t1433-maddox-je-vous-presente-chouette http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Maddox & Alexis
I don't like goodbyes
so let's just say see you soon
« Voilà pour toi. » Dit le professeur avant de donner à Maddox un verre d’eau. Elle s’en était aussi préparé un, puis elle s’installa à ses côtés. Le Serdaigle la remercia immédiatement. Ce dernier s’enthousiasma ensuite sur sa future expérience du camping avec Flynn. Il était certain qu’il allait vivre un été formidable avec Flynn, Mila, Hope, mais aussi Oktavia. Ils n’auraient pas le stress des cours, ils allaient pouvoir se voir aussi souvent qu’ils le voulaient. Il ne savait pas encore comment se passerait cet été, mais il était certain qu’il sera inoubliable. Il allait se faire des tas de nouveaux souvenirs. « Le camping est souvent une bonne expérience de vie, donc tu devrais vraiment aimer. Je te le souhaite, mais je suis certaine que Monsieur North veillera à votre confort à tous les deux et que rien ne te manquera, mais si jamais tu as besoin de quelque chose, n'hésite pas à t'adresser à moi. » Maddox acquiesça. Il était venu dire au revoir au professeur, mais c’est vrai qu’il risquait de toujours la voir cet été car elle allait aussi devoir assister aux évènements et surveiller les élèves comme ils avaient particulièrement été surveillés par les aurors et professeurs cette année. Il espérait aussi aimer le camping. Il avait de grandes attentes. Il avait hâte de discuter autour d’un feu de camp aussi. Il allait devoir en parler à Flynn. C’était une expérience du camping à côté de laquelle il ne voulait absolument pas passer. Puis, Maddox rassura le professeur en lui avouant qu’il ne voulait pas retourner chez lui. Il savait qu’elle s’était déjà inquiétée pour lui de nombreuses fois par le passé, à raison. Elle avait toujours été là pour lui s’il le souhaitait, il lui en était reconnaissant. « Maddox, je voulais juste te dire que si tu avais besoin, ma porte t'était ouverte. Je ne parle pas de celle de mes appartements ici à Poudlard. Je parle de celle de mon appartement. Tu peux venir y vivre. Je tiens à préciser que c'est une invitation totalement honorable, mais je préfère te savoir bien chez moi qu'à devoir te démerder et trouver une solution précaire. Tu n'auras ainsi plus jamais à y retourner justement. » Heureusement que Maddox était assis, sinon il aurait dû s’asseoir. Il était très surpris de ce qu’il venait d’entendre et il n’en revenait pas. Il devait être bouche-bée devant elle à cet instant. Elle venait de lui proposer de venir vivre avec elle, dans son appartement. Elle ne le connaissait pas complètement, elle ne savait pas s’ils s’entendraient s’il venait vivre chez elle et pourtant, elle proposait de l’aider. Il était touché et il ne savait pas quoi répondre. « Je ne sais pas quoi dire… Je… Je ne voudrais pas m’imposer. Merci… » Cet été, il n’aurait pas besoin d’être logé, mais à sa sortie de Poudlard, peut-être qu’il prendrait son invitation au mot. Et puis, il ne serait plus élève de Poudlard à ce moment-là, ce serait peut-être moins étrange aux yeux de la direction s’ils venaient à l’apprendre. Maddox sourit comme s’il commençait doucement à voir la lumière. Pourtant, il était toujours troublé par ce qu’il se passait chez lui en ce moment.

« Je dois avouer que c'est une nouvelle énorme à encaisser. C'est normal que tu aies du mal à assimiler cette idée. Tu as besoin de temps. » Répondit le professeur en posant une main rassurante sur son bras. Maddox avait besoin de bien plus que du temps. Il ne savait pas s’il se ferait un jour à cette idée. Et comme une grossesse durait neuf mois, il ne pourrait rien faire contre le temps. Il ignorait d’ailleurs à combien de semaines ou mois en était sa mère. « Parfois les gens restent ensemble par habitude. Ou parce qu'ils ont peur de ne pas savoir se débrouiller seuls car ils n'ont jamais rien connu d'autre. Le changement fait terriblement peur car c'est accepter de perdre tout ce que l'on a sans savoir ce que l'on va trouver par la suite. Dans la vie, on sait ce qu'on a, mais on ne sait jamais ce qu'on aura. » Le professeur parlait tellement bien que Maddox ne pouvait pas s’empêcher d’admirer avec quelle facilité elle arrivait à le calmer. Tout ce qu’elle disait était vrai. Elle était tellement sage qu’elle devait être Serdaigle dans une autre vie. Il ignorait d’ailleurs dans quelle maison elle avait été lorsqu’elle était elle-même étudiante. Peut-être qu’il le lui demanderait un jour. Maddox fut surpris quand le professeur vint le serrer dans ses bras. Au début, il ne bougea pas, mais il l’enserra aussi de ses bras quelques secondes plus tard. Il n’y avait rien d’ambiguë dans ce geste. Il ressentait toute l’affection que le professeur pouvait avoir pour lui, comme s’il était son fils. C’était en tout cas l’impression qu’il en avait. Maddox n’avait jamais connu les bras chaleureux d’une mère et pendant un bref instant, il avait la sensation de les connaître. Elle se détacha ensuite de lui. « Sais-tu si elle avait prévu de tomber enceinte ou si c'est... un accident ? Mais dis-moi toi tu ressens quoi à l'idée d'avoir un petit frère ou une petite sœur ? En oubliant totalement le climat familial où cet enfant verra le monde. » Maddox était silencieux, il ne savait pas quoi répondre. Il n’avait jamais réfléchi à la question. Bien sûr, il pensait que c’était un accident. Sa mère ne lui avait jamais laissé entendre qu’elle souhaitait un autre enfant. Mais d’un autre côté, il ne savait pas ce qui se passait dans sa tête et peut-être qu’elle se sentait seule sans lui à ses côtés, seule avec son père. Quant au fait d’avoir un petit frère ou une petite sœur, c’était la première fois que Maddox réalisait qu’il ne serait bientôt plus fils unique. « Ouvre-moi ton cœur Maddox. Je suis certaine que ça pourra te faire du bien de parler sans devoir retenir tes mots. » Le jeune homme attrapa son verre d’eau que le professeur avait à nouveau rempli pour en boire une gorgée. Il reposa le verre à sa place. « Je pense… J’espère… que c’était un accident. Je… je n’ai jamais vraiment réfléchi au fait d’avoir un frère ou une sœur. Je ne saurais pas m’occuper d’un bébé. » Maddox était honnête, il ne s’était jamais occupé d’un bébé et s’il retournait chez lui, il avait peur de devoir s’en occuper et de ne pas savoir faire. Et puis, il avait aussi peur de l’aimer. Parce que s’il l’aimait, il voudrait le protéger.

« Si ce bébé est un sorcier aussi… mon père ne l’aimera jamais. Mais… il n’y a pas encore de bébé… peut-être qu’il n’y aura jamais de bébé… je ne veux pas m’attacher à l’idée d’être grand frère… si vous voyez ce que je veux dire. » Un accident pouvait très bien arriver ou bien sa mère pouvait changer d’avis et décider de ne pas l’avoir. Tant de choses pouvaient se passer, Maddox n’était pas là pour le savoir. Il n’avait pas osé écrire à sa mère pour lui en demander plus. En fait, il n’avait pas répondu à sa mère depuis qu’il avait eu la lettre fin mai. Il réalisa alors qu’il devait être trop tard pour mettre fin à cette grossesse et qu’il ne savait toujours pas où elle en était. Sa mère ne lui avait pas écrit non plus. « Vous… vous n’avez pas d’enfants ? » Demanda-t-il pour changer de sujet, mais aussi parce que la réponse l’intéressait et qu’il n’avait jamais pu le lui demander sans que ce soit trop hors sujet ou trop indiscret. Cette fois, il osait.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Alexis M. Abberline
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Professeur d'études des Runes
Célébrité : Bridget Regan
Âge : 29 Parchemins : 638 Gallions : 367 Date d'inscription : 28/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1700-alexis-m-abberline-the-times-we http://www.mumblemumps.com/t1733-alexis-link-s-rp-s#44206

Maddox & Alexis
I don't like goodbyes so let's just say see you soon
La surprise se marque dans son regard. Je peux la deviner tellement on la ressent. Je suis amusée car j'ai l'intime conviction qu'il n'est pas habitué aux marques d'attention spontanée. Je me demande s'il osera un jour ou l'autre venir frapper à la porte de chez moi pour demander refuge. Je n'arrive pas à en être convaincue. Je ne parviens pas à me dire que c'est une éventualité réaliste. Je me demande si cette offre n'est pas motivée par cette absence d'enfant dans ma vie. Je ressentais un manque profond né de ce désir de fonder un jour ma propre famille, de voir mes enfants faire leur premier pas sous mon regard admiratif. Je voudrais qu'un jour eux aussi soient émerveillés par l'insigne de Poudlard sur un parchemin qui aura fait du chemin. Je veux les accompagner au Chemin de Traverse pour choisir une baguette ou plutôt être choisi par cette dernière. J'attendais ce jour avec une certaine fébrilité et pourtant il était encore lointain. Je sais que c'est idiot de tenter d'imaginer ma vie avec un ou deux enfants à moi car rien ne me porte à croire que cela puisse se concrétiser dans un avenir proche, ni même si cela se réalisera un jour. Je m'efforce de chasser ces pensées des moments que je voudrais graver dans mon esprit. Je ne dois plus penser aux premiers mots, premiers sourires, premiers pas, premières panades, etc. Il y a tant de moments privilégiés entre un enfant et sa mère que je ne vivrai peut-être jamais. Je sens une vague de nostalgie m'envahir au souvenir de mes vingt-ans et de ces rêves qui lentement se sont étiolés sous l'effet du temps et de l'absence. Je sais que mon horloge interne s'enflamme dernièrement avec la proximité de Johannes mais ce n'est pas le bon moment pour aborder ce sujet. Mon attention se reporte totalement sur mon élève que je me plais à materner. Je crois qu'il parvient à calmer ce désir de bébé à pouponner mais jamais je ne lui avouerais. Je sais dans mon for intérieur que c'est plus fort que cela d'une certaine manière en plus car je peux affirmer sans redouter de me fourvoyer que même avec un enfant à mon bras, je ne le laisserai pas tomber. Il y a un petit quelque chose de particulier avec lui. Je suis incapable d'expliquer quoi. Je m'efforce de reprendre la parole d'une voix posée qui ne trahira pas l'agitation qui règne en moi. « Maddox, je te l'offre spontanément donc tu ne peux pas prétendre que tu t'imposes. Garde mon offre en mémoire car sincèrement, elle t'est proposée avec bon cœur Je désire sincèrement que tu puisses te sentir comme chez toi quelque part et si c'est chez moi, j'en serais comblée, vraiment. » Je réalise soudainement qu'il doit néanmoins éprouver une inquiétude relativement aux ennuis que ça m'apporterait si la nouvelle venait aux oreilles de la direction ou des élèves. Non seulement, on remettrait en cause mon intégrité mais aussi certainement des rumeurs qui pourraient courir sur le fait que nous entretenions une relation inavouable. Je frissonne rien qu'à l'idée que l'on pense que je suis du genre à détourner des élèves des droits chemins. Je me sens soudainement prise d'un doute et je veux le rassurer. « Tu sais venir trouver refuge chez moi ne t'attirera aucun problème. Personne ne parlera pour te prêter de mauvaises intentions ou laisser entendre certaines choses je te le promets. » Je pose une main délicate sur son bras mais ne souhaitant pas créer de malaise, je l'enlève rapidement.

Le souvenir de la manière dont j'ai serré le jeune homme dans mes bras semble flotter dans l'air avec douceur prodiguant une certaine chaleur dans le cœur Je dois concéder que dans le fond, je me sens moi-même en manque de ces marques d'affection. Elles ne sont pas nombreuses dans la vie d'une professeure. Je me sens souvent isolée ici à Poudlard mais je ne peux blâmer que moi et ma difficulté à tisser des liens forts avec les autres. Je souris tendrement en regardant Maddox. Je suis assez fière du jeune homme qu'il est malgré le modèle masculin qu'il a eu. Je réalise combien je trouve cela assez merveilleux qu'il parvienne à s'épanouir avec toutes les épreuves qu'il a subies dans sa courte vie. Je sens qu'il sera un homme responsable et loyal. Je n'ai pas peur pour lui et je pourrais mettre ma main à couper qu'il sera un grand frère exceptionnel s'il croit un tant soit peu en lui. Il est normal qu'il ne pense pas pouvoir s'en occuper mais cela ne signifie pas qu'il n'en aie nullement les capacités, que du contraire. Je rigole doucement mais sans me moquer de lui. « Tu sais, ce n'est pas si difficile de s'occuper d'un bébé. Il est important de toujours bien maintenir leur tête et de garder son bras sous lui pour ne pas qu'il tombe. Puis sinon il a besoin de manger et dormir très souvent puis de beaucoup d'amour. Il n'y aura qu'une étape difficile à apprendre, la pire de toutes : changer les couches. » Je lui fais un clin d’œil complice. Ce n'est probablement pas aussi simple de s'occuper d'un nouveau né mais disons que c'est la base. Je dois me faire violence pour ne pas lui proposer de le guider avec son petit frère car je doute fortement que ses parents puissent approuver ma démarche sans se poser de sérieuses questions. Je reprends plus sérieusement et le regarde en prenant davantage de précautions. « Je ne sais pas si dans le fond, c'est vraiment mieux pour cet enfant d'être le fruit d'un accident ou de la volonté de ta maman. Il pourrait lui en vouloir d'avoir choisi de le faire grandir dans une famille aussi dysfonctionnant que la tienne. Je ne veux pas te blesser avec ces mots Maddox. Mais savoir qu'il n'a pas été désiré, ça peut faire mal. Je n'imagine pas le dilemme dans lequel il évoluera. » Il aura besoin du soutien de Maddox pour pouvoir faire face à toute cette situation. Mais ses mots me touchent et créent quelque chose de fort en moi. Je peux sentir son désarroi et sa détresse. Je devine sa peur de s'attacher à cet enfant et de finir par en souffrir. S'il l'aime, il voudra rester auprès de lui et ça impliquerait de rester aux côtés de son père qui pourra donc continuer de le battre. « Ce n'est pas dans un proche avenir que l'on découvrira si cet enfant est sorcier ou non donc ne commence pas à stresser pour cela. Puis, ne pense pas à ce que ton père fera à ta maman pendant sa grossesse. Pour l'instant, tu dois penser à toi. » L'inquiétude ne l'aidera pas surtout qu'il est impuissant vu le nombre de fois qu'il a tenté de la convaincre de quitter le domicile conjugal. Je tenterai néanmoins d'en apprendre un peu plus afin de m'assurer que tout se passe au mieux pour elle. Je peux tenter d'apaiser Maddox de cette manière. J'allais le lui dire quand sa question me prendre de court et je dis la voix chargée de regrets. « Non je n'ai malheureusement pas cette chance. » Je me sens soudain le cœur lourd et je reprends doucement, la plus confiante possible pour ne pas me trahir sur la plus grande déception de mon existence. Je ne me sens pas pleinement épanouie dans ma vie à cause de ce manque. « Mais je suis encore jeune. »
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Maddox Berkeley
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 2e année de GISIS Médecine magique
Célébrité : Matthew Daddario
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 1380 Gallions : 1245 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1334-if-i-don-t-see-it-it-doesn-t-ex http://www.mumblemumps.com/t1340-maddox-liens-rp http://www.mumblemumps.com/t1433-maddox-je-vous-presente-chouette http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Maddox & Alexis
I don't like goodbyes
so let's just say see you soon
« Maddox, je te l'offre spontanément, donc tu ne peux pas prétendre que tu t'imposes. Garde mon offre en mémoire car sincèrement, elle t'est proposée avec bon cœur. » Répondit le professeur à son élève pour le rassurer. Il allait falloir qu’elle le rassure encore de nombreuses fois pour que le sorcier se sente assez à l’aise et qu’il n’ait pas l’impression de lui causer des problèmes. « Je désire sincèrement que tu puisses te sentir comme chez toi quelque part et si c'est chez moi, j'en serais comblée, vraiment. » Les paroles prononcées par le professeur Abberline le touchèrent encore plus qu’il ne l’était déjà. Il voulait sincèrement croire qu’elle serait là pour l’aider s’il en avait besoin. Il voulait accepter son aide. Il savait qu’il en aurait besoin. Maddox était juste inquiet de sa réputation si cela venait à se savoir. « Tu sais, venir trouver refuge chez moi ne t'attirera aucun problème. Personne ne parlera pour te prêter de mauvaises intentions ou laisser entendre certaines choses, je te le promets. » Le professeur d’études des runes le rassurait comme si elle lisait dans ses pensées et qu’elle savait parfaitement ce qui l’angoissait. En tant qu’enseignante, elle avait peut-être un don particulier pour détecter ce que ses élèves ressentaient. A moins que ce ne soit simplement qu’un instinct maternel. « J’aimerais être aussi confiant que vous, professeur. » Maddox n’avait plus trop confiance en l’humanité de certaines personnes. Il était persuadé qu’on chercherait toujours à nuire aux autres. Il voulait croire qu’il y avait des gens bien, mais il n’était pas assez naïf pour penser que cet emménagement ne ferait pas parler négativement. Puis, quand la conversation s’orienta vers l’objet de sa visite, la grossesse de sa mère, il s’inquiéta de ne pas savoir s’occuper d’un nourrisson. « Tu sais, ce n'est pas si difficile de s'occuper d'un bébé. Il est important de toujours bien maintenir leur tête et de garder son bras sous lui pour ne pas qu'il tombe. Puis sinon, il a besoin de manger et dormir très souvent, puis de beaucoup d'amour. Il n'y aura qu'une étape difficile à apprendre, la pire de toutes : changer les couches. » Maddox se mit à rire tout en restant inquiet. Il ne savait pas changer des couches, mais c’est vrai qu’il pouvait apprendre. Par contre, si un bébé avait besoin de beaucoup d’amour, Maddox ne savait pas exactement combien il en recevrait. Il en avait sûrement eu de l’amour, quand il était bébé, mais il n’en avait aucun souvenir. Il se souvenait parfois que sa mère était tendre avec lui, par contre son père, c’était comme si on avait effacé ses souvenirs de sa mémoire. Son père avait peut-être été ravi d’être père au début, il s’en était sans doute vite lassé à cause de lui. Au fond, il pensait que si son père le détestait autant, c’était probablement de sa faute.

« Je ne sais pas si dans le fond, c'est vraiment mieux pour cet enfant d'être le fruit d'un accident ou de la volonté de ta maman. Il pourrait lui en vouloir d'avoir choisi de le faire grandir dans une famille aussi dysfonctionnant que la tienne. Je ne veux pas te blesser avec ces mots, Maddox. Mais savoir qu'il n'a pas été désiré, ça peut faire mal. Je n'imagine pas le dilemme dans lequel il évoluera. » Le sorcier ne savait pas réellement quoi répondre. C’était une réponse que seuls ses parents auraient. Maddox lui-même ne savait pas s’il désirait avoir un frère ou une sœur. Il espérait que cet enfant n’appartienne pas au monde de la magie. Il avait une boule au ventre à l’idée que cet enfant soit aimé, contrairement à lui. Mais c’était aussi tout ce qu’il pouvait lui souhaiter. « Ce n'est pas dans un proche avenir que l'on découvrira si cet enfant est sorcier ou non donc ne commence pas à stresser pour cela. Puis, ne pense pas à ce que ton père fera à ta maman pendant sa grossesse. Pour l'instant, tu dois penser à toi. » Devait-il cesser de s’inquiéter et penser à lui pendant ces vacances ? Il ne pourrait de toute façon pas retourner chez lui, il devait rester sur le campement et ses parents ne lui rendraient pas visite. C’est alors que le Serdaigle décida de se renseigner sur son professeur en lui posant une question indiscrète qu’il n’avait jamais encore osé formuler, mais qui l’intéressait. Il voulait savoir si elle avait des enfants. « Non, je n'ai malheureusement pas cette chance. » Maddox sentit qu’il touchait une corde sensible. Il espérait ne pas l’avoir blessée. Il allait lui dire qu’il n’était jamais trop tard, qu’elle avait encore le temps, mais elle le devança. « Mais je suis encore jeune. » Il acquiesça à cette affirmation, même s’il ne savait pas exactement quel âge elle avait et il ne le lui demanderait pas. Il avait posé assez de questions indiscrètes pour un bon moment déjà. « Vous l’êtes. Je suis sûr que vous en aurez un jour. Vous ferez une mère formidable. Je suis désolé si ma question vous a mise mal à l’aise, ce n’était pas mon intention. » Le sorcier avait envie de s’excuser encore mille fois pour avoir été aussi indiscret. Il pensait juste qu’elle avait tout d’une bonne mère et que c’était peut-être parce qu’elle l’était. Pour Maddox, il était encore trop tôt pour penser à avoir des enfants, il n’avait même jamais eu de petite-amie. Et vu la façon dont il avait été élevé, il n’avait pas franchement envie de s’imaginer père pour le moment.

« Il y a autre chose dont j’aimerais vous parler… » Il était peut-être judicieux de s’éloigner de ce sujet un peu sensible, pour en aborder un autre qui l’était sans doute tout autant. Du moins pour le sorcier. C’était quelque chose qui l’inquiétait beaucoup depuis sa sortie d’Azkaban et la rentrée à Poudlard. Il avait constaté que sa magie avait changé. Au début, il s’était dit que c’était parce qu’on avait détruit sa baguette originelle lors de son procès et que la nouvelle ne l’acceptait pas, mais il ne savait pas exactement si c’était le cas ou pas. « Je ne sais pas si je dois m’en inquiéter, mais cette année, j’ai eu beaucoup de mal avec ma magie. Je sais, c’est le cas pour beaucoup de monde… seulement, j’ai peur de ne pas pouvoir continuer mes études à ce rythme… Je vais sans doute avoir une sale note en sortilèges… et peut-être dans d’autres matières. J’espère ne pas avoir complètement raté mes examens… » Plus Maddox parlait de ses examens, plus il perdait confiance en lui. Il avait beaucoup stressé pendant cette période et ne savait pas s’il avait réussi certains d’entre eux. Il avait bien révisé, il devrait avoir quelques notes passables, mais plus il y repensait et plus il commençait à douter de lui-même. Maddox sortit sa baguette de sa poche et la posa sur la table face à lui. « Ce n’est pas la baguette qui m’a choisie quand j’avais onze ans. Cette baguette a été détruite sous mes yeux avant qu’on ne me jette en prison. J’ai pu en acheter une nouvelle, mais j’ai l’impression qu’elle ne m’obéit pas. Vous croyez que c’est de ma faute ? » Maddox n’avait plus tellement confiance en lui et sa baguette le ressentait peut-être. Il s’en voulait d’être un mauvais sorcier. Comme l’avait souvent dit son père, il était bon à rien. « Pardon, vous n’êtes pas experte ni en baguettes, ni en sortilèges, je vous fais encore perdre votre temps…Vous avez probablement hâte d’être en vacances. »
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Alexis M. Abberline
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Professeur d'études des Runes
Célébrité : Bridget Regan
Âge : 29 Parchemins : 638 Gallions : 367 Date d'inscription : 28/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1700-alexis-m-abberline-the-times-we http://www.mumblemumps.com/t1733-alexis-link-s-rp-s#44206

Maddox & Alexis
I don't like goodbyes so let's just say see you soon
Je peux comprendre ses doutes et ses hésitations. Je partage ses peurs mais je les dissimule et ne les avoue pas. Je peux imaginer le scandale que cela serait, surtout si je devais cohabiter avec lui. Je m'arrangerais pour aller chez mes parents, lui laisser l'appartement pour lui si par chance il devait un jour oser franchir le pas et venir frapper à ma porte. Je me sentirais honorée d'avoir su mériter sa confiance. Je sais néanmoins qu'il est temps de changer de sujet car il ne semble pas pouvoir faire confiance à ce stade en l'avenir. Je murmure simplement sans réellement chercher à me faire entendre. « J'ai assez confiance pour deux. » Je n'ai pas beaucoup de confiance en mon propre avenir mais j'en ai suffisamment pour ces enfants qui sont devenus un peu les miens. Mais quand je regarde Maddox et que je pense à ce qu'il a vécu, je comprends totalement qu'il ne puisse pas réellement faire confiance. Je comprends ses peurs et ses angoisses, son incapacité de faire confiance en la nature humaine. Elle l'a déçu et abandonné. Elle l'a laissé dans la noirceur et le désespoir alors il ne peut que douter. J'ai pourtant l'impression que doucement, il s'ouvre un peu plus, qu'il n'est plus si fermé au monde extérieur, qu'il laisse les autres entrer dans sa vie tout doucement. S'il avait eu la chance d'être mon fils, j'aurais été fière de lui et du chemin que lentement il parcourait pour s'ouvrir aux autres. J'étais soulagée de le sentir finalement prêt à entrer dans le monde adulte et d'y faire face. Mais je ne m'attarde pas sur ce sujet car je sais que l'inquiétude actuelle de Maddox réside dans la venue prochaine d'un enfant. Je voudrais pouvoir lui assurer qu'il n'aurait jamais aucune crainte à avoir pour cet enfant mais je ne voulais pas lui faire de fausses promesses. J'étais moi aussi inquiète surtout avec les éléments que je détenais des confidences faites par le Serdaigle. Je redoutais qu'il se sente responsable pour cet enfant et qu'il ne doive finalement retourner chez lui et subir les violences de son père. Cela ne pourrait durer. Il n'a pas à endurer toute cette cruauté alors qu'il est un garçon si doux et sensible. Je déteste l'idée qu'il encaisse pour protéger ce petit être à venir, cet être sans défense. Je ne savais pas comment le rassurer en cet instant précis car les mois à venir l'éloignaient heureusement de ce climat familial malsain mais après il faudrait savoir comment agir. J'aurai tout le temps de réfléchir, me renseigner et trouver comment aider celui dont j'avais acquis la certitude que je garderais un attachement tout significatif même après son départ de Poudlard. Je ne voulais pas le voir partir, pas encore car je savais que normalement, ce serait le moment où je perdrais le contact avec lui. Je voulais continuer à veiller sur lui comme une louve sur ses petits. Je secoue la tête songeant que je devais mettre mon attachement sur lui faute de pouvoir avoir un enfant à moi. Ce jour viendrait. La confiance de Maddox me fit du bien. « Ne sois pas désolé Maddox, je comprends ta curiosité. J'espère un jour pouvoir être une mère aussi formidable que tu penses que je le serai. Je me dis simplement que je suis au bon stade de ma vie pour y penser, d'où cette sensibilité que tu as pu ressentir. Je vais t'avouer un secret : j'aurais aimé avoir un enfant comme toi, avoir la chance d'être ta mère. » J'avais confiance en Maddox. Je savais qu'il n'utiliserait pas mes mots pour les retourner contre moi et m'attirer des ennuis ou encore obtenir des faveurs. Un sourire tendre étire mes lèvres alors que je lui fais un clin d’œil espérant lui prouver que je lui faisais confiance. J'aurais pu le serrer dans mes bras si je n'avais pas redouté que cela soit trop et qu'il ne finisse par imaginer certaines choses. Je ne voulais pas l'inquiéter plus qu'il ne l'était déjà.

Je reprends lentement mon sérieux pour le fixer. Je lui accorde toute mon attention l'invitant à poursuivre sans crainte. Mon sourire se fane pourtant sur mes lèvres dès les premiers mots qu'il prononce. Mes sourcils se froncent alors que je le fixe soudainement plus inquiète et soucieuse. Il ne me faut que quelques secondes pour faire le lien entre ce qu'il m'explique et l'éventualité que Maddox ne soit malade, infecté. Je dois me faire violence pour garder le silence et simplement le laisser poursuivre. Je voudrais hurler que non c'est totalement impossible. Je ne peux me résigner à l'idée qu'il soit touché par ce fléau qui nous laisse tous démunis. Mon premier réflexe est de lui avouer toute la vérité, de tout lui expliquer mais je dois me faire violence. Je ne peux pas me compromettre. Je ne peux pas laisser l'information s'échapper même si je le désire de tout mon être. Il suffirait qu'il perçoive mon hésitation et insiste un peu et je sais pertinemment bien que je finirais par lui donner cette réponse qu'il recherche sur les raisons de ces perturbations. Je m'accroche à l'éventualité que ce soit en effet dû à cette baguette étrangère qu'il n'arrive pas à maîtriser sa magie. Je m'y accroche fermement car je peux ressentir que je suis réellement ébranlée par cette éventualité. Cela vient me toucher personnellement alors que je devrais pouvoir rester professionnelle. Je dois faire passer son intérêt à lui avant le reste mais lui faire part des secrets entourant cette épidémie est-il réellement à son avantage ? J'ai besoin de plus de temps pour y songer. « Maddox ne te remets pas en question. Je peux t'assurer sur tout ce que j'ai de plus précieux qu'en aucun cas, ce n'est de ta faute. Enlève toi cette idée de la tête. Je peux te garantir à 100% que c'est uniquement dû à des facteurs extérieurs. » Je viens lentement prendre sa main pour la serrer dans la mienne et je m'efforce de rester souriante et prévenante. Je ne veux pas qu'il ressente mon angoisse. Je prends quelques instants pour calmer la déferlante d'émotions en moi. Je dois pas laisser mes peurs l'emporter alors que je m'inquiète sincèrement pour lui. « Tu n'es pas le seul à avoir eu du mal. Je crois que ça peut être une forme de répercussions de tout ce qui s'est passé. Je vais en parler à tes professeurs, je crois qu'ils seront indulgents. C'est normal après tout cela d'éprouver des difficultés. Ne t'en fais donc pas trop. Je suis certaine que tu n'auras pas raté tes examens. Et ta place est ici, je te l'assure. Je n'ai pas envie de te voir partir, comment je vais veiller sur toi alors ? » Je lui souris rassurante. Il n'est pas seul dans ce cas, il n'est pas seul pour y faire face. Il y a toute une équipe à ses côtés. Et il m'a moi même si je n'ai rien d'une experte pour aider à gérer les choses car je ne suis personne de très importante. Je n'ai pas de talent particulier. « Si ce n'est pas ta baguette, c'est plus difficile de la maîtriser. Mais ce n'est pas en lien avec toi, juste les baguettes qui sont capricieuses. Je peux t'aider pour compenser, travailler sur certaines choses si tu as besoin ? Je sais que tu vas y arriver, j'ai confiance en toi. » Je fais sans doute l'autruche mais je me refuse à croire que le pire scénario possible soit réel. Il ne peut pas être malade. C'est totalement impossible. Je refuse de me résoudre à l'abandonner à son sort. Je m'accroche au maigre espoir que cela ne soit pas signification. Mais je ne peux me retenir de réagir plus intensément alors que cela me touche encore plus qu'il pense une telle chose. « Maddox tu ne me fais nullement perdre mon temps. J'éprouve un réel plaisir à t'aider. Et je suis heureuse de pouvoir te tendre la main. Je suis touchée d'avoir su mériter au moins un peu ta confiance. Je suis désolée moi de ne sans doute pas te donner toutes les réponses que tu attendais de moi. » Je ne peux pas résister cette fois à venir doucement le serrer quelques secondes ne m'attardant pas trop pour ne pas le mettre mal à l'aise. Je lui rends rapidement sa liberté avec un sourire aux lèvres.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Maddox Berkeley
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : 2e année de GISIS Médecine magique
Célébrité : Matthew Daddario
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 1380 Gallions : 1245 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1334-if-i-don-t-see-it-it-doesn-t-ex http://www.mumblemumps.com/t1340-maddox-liens-rp http://www.mumblemumps.com/t1433-maddox-je-vous-presente-chouette http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Maddox & Alexis
I don't like goodbyes
so let's just say see you soon
« J'ai assez confiance pour deux. » Le professeur d’étude des runes était d’une précieuse aide. Elle ne le savait peut-être pas, mais elle faisait déjà beaucoup pour lui en l’écoutant. De plus, elle donnait de bons conseils et allait vraiment au-delà de la relation élève-professeur. Il en était reconnaissant. Il n’avait pas confiance en lui, ni en la plupart des humains, mais elle, il savait qu’il pouvait la croire. Cette année, Maddox avait changé. Il commençait à nouveau à s’ouvrir aux autres. Il avait confiance en de nouvelles personnes. Puis, la conversation changea avec de nouvelles confidences. Maddox en vint à dire que le professeur Abberline ferait une mère formidable, mais il s’en voulait de l’avoir troublée avec sa question. « Ne sois pas désolé Maddox, je comprends ta curiosité. J'espère un jour pouvoir être une mère aussi formidable que tu penses que je le serai. Je me dis simplement que je suis au bon stade de ma vie pour y penser, d'où cette sensibilité que tu as pu ressentir. Je vais t'avouer un secret : j'aurais aimé avoir un enfant comme toi, avoir la chance d'être ta mère. » Avoua la jeune femme avant de lui faire un clin d’œil. Les yeux de Maddox furent soudain embués. Il était très touché par ses mots. Il ne voulait pas totalement y croire, mais il était ému qu’elle puisse dire une telle chose à son sujet. Jamais sa mère à lui ne lui avait dit des mots aussi touchants. « C’est gentil…Si j’avais eu une mère comme vous, j’aurais eu beaucoup moins de problèmes dans ma vie. » Il l’avouait sans peine, elle était déjà presque au courant de tout ce qui avait pu lui arriver au fil des années. Et puis, il parlait aussi de ses problèmes psychologiques, comme les crises d’angoisse et les autres soucis qui l’empêchaient de vivre pleinement sa vie. En parlant de problèmes, il évoqua par la suite ses difficultés avec la magie. Il était inquiet et cherchait à être rassuré. Il avait peur pour sa scolarité et les résultats de ses examens. Maddox lui parla de sa seconde baguette, du fait qu’elle ne lui obéissait pas comme la première depuis sa sortie de prison. « Maddox, ne te remet pas en question. Je peux t'assurer sur tout ce que j'ai de plus précieux qu'en aucun cas, ce n'est de ta faute. Enlève-toi cette idée de la tête. Je peux te garantir à 100% que c'est uniquement dû à des facteurs extérieurs. » Le premier réflexe de Maddox était toujours de penser que c’était de sa faute, parce qu’à la maison, quand il se passait quelque chose, c’était souvent de sa faute, même quand il n’avait réellement rien fait. Quand ce n’était pas de la sienne, c’était de celle de sa mère, alors qu’elle non plus n’avait rien fait. Alors il était à des années lumières de penser que la disparition progressive de sa magie était due à des facteurs extérieurs. Il se demanda un instant si le professeur d’étude des runes en savait plus sur le sujet pour être aussi sûre d’elle, mais c’était probablement parce qu’elle cherchait à le rassurer, à lui enlever un poids des épaules. Le professeur le rassurait, non seulement par ses mots, mais aussi par ses gestes. Elle lui tenait la main comme pouvait le faire Mila.

« Tu n'es pas le seul à avoir eu du mal. Je crois que ça peut être une forme de répercussions de tout ce qui s'est passé. Je vais en parler à tes professeurs, je crois qu'ils seront indulgents. C'est normal après tout cela d'éprouver des difficultés. Ne t'en fais donc pas trop. Je suis certaine que tu n'auras pas raté tes examens. Et ta place est ici, je te l'assure. Je n'ai pas envie de te voir partir, comment je vais veiller sur toi alors ? » Dit-elle avec un sourire rassurant. Il répondit lui aussi par un sourire, du mieux qu’il put. Il n’avait pas envie de partir non plus, Poudlard était sa maison. Il ne se sentait pas toujours bien au château, mais ces derniers temps, ses angoisses étaient moins présentes. Et il n’y avait qu’à Poudlard ou chez Flynn qu’il arrivait à réellement se détendre. D’un côté, il hésitait à lui dire qu’il ne voulait pas de traitement de faveur quand elle disait qu’elle en parlerait aux professeurs pour qu’ils soient indulgents, mais il se dit qu’elle n’était pas comme ça, qu’elle ne parlerait pas en son nom, mais au nom de tous les élèves. Comme elle le disait, Maddox n’était pas le seul à avoir du mal avec la magie. Ils avaient tous besoin d’un peu d’indulgence. Il fallait faire la différence entre ceux qui n’avaient rien révisé et pas essayé et ceux qui avaient fait de leur mieux, mais à qui la magie avait fait défaut. Maddox était persuadé que c’était difficile à cerner. En attendant, il tenterait de ne pas trop s’inquiéter pour les résultats de ses examens qui n’arriveraient qu’à la fin des vacances. « Si ce n'est pas ta baguette, c'est plus difficile de la maîtriser. Mais ce n'est pas en lien avec toi, juste les baguettes qui sont capricieuses. Je peux t'aider pour compenser, travailler sur certaines choses si tu as besoin ? Je sais que tu vas y arriver, j'ai confiance en toi. » Même si ce n’était pas sa baguette d’origine, c’était quand même sa baguette. Il eut un petit pincement au cœur quand elle insinua le contraire, probablement par erreur. Quand on avait détruit sa première baguette, on lui avait dit qu’il l’avait volé à un sorcier, qu’il n’en était pas un réellement. S’il commençait à douter du fait d’être un sorcier, alors il n’était plus rien. L’aide du professeur Abberline était la bienvenue. Il ne voulait pas la déranger, elle n’était pas experte sur le sujet et peut-être qu’elle souhaitait enfin être en vacances. « Maddox, tu ne me fais nullement perdre mon temps. J'éprouve un réel plaisir à t'aider. Et je suis heureuse de pouvoir te tendre la main. Je suis touchée d'avoir su mériter au moins un peu ta confiance. Je suis désolée moi de ne sans doute pas te donner toutes les réponses que tu attendais de moi. » Le Serdaigle n’avait pas l’habitude qu’un adulte veuille lui tendre la main, à part les parents de Flynn et Aldous, qui avait été affecté ailleurs qu’à Poudlard et dont il avait à présent rarement des nouvelles. Comme Aldous avait une sorte d’aura paternelle, Maddox ressentait tout l’aura maternelle que le professeur Abberline pouvait dégager.

« Ne vous inquiétez pas, vous m’apportez plus que je n’aurais pu l’espérer en venant vous voir, que ce soit aujourd’hui ou toutes les fois précédentes. Est-ce déplacé si je vous dis que vous êtes un peu comme la mère que je n’ai jamais eue… ? Oui, probablement… Mais c’est vrai. » Dans le cœur du sorcier, il y avait aussi la mère de Flynn, Lady North. Elle avait toujours été là pour lui et il l’estimait beaucoup. Mais comme ils ne venaient pas du même monde, Maddox ne se sentait pas toujours très à l’aise. Il ne connaissait pas plus le professeur d’études des runes, mais il avait l’impression de se sentir à sa place quand il lui parlait, sans trop pouvoir expliquer pourquoi. Il se sentait bien. « Je vous tiendrai au courant, s’il y a la moindre amélioration de mes pouvoirs… je crois que je devrais essayer d’avoir un peu plus confiance en moi. Peut-être que je pourrais y travailler, cet été… sur cette confiance. » C’était un bon point de départ et ensuite, à la rentrée, s’il pouvait revenir à l’école en deuxième année de GISIS, peut-être qu’il pourrait travailler avec le professeur Abberline pour apprendre à contrôler un peu mieux sa magie. « Je sens que cet été va être très intéressant. » Il le pensait réellement. Il sentait qu’il allait se passer beaucoup de choses, et pas seulement la coupe du monde de Quidditch ou les soirées avec Flynn. Maddox avait hâte de découvrir ce que cet été lui réserverait. « Est-ce que… je pourrais vous écrire ? Je vous croiserai peut-être là-bas et… je vous verrai à la rentrée, si j’ai réussi mes examens, mais… je crois que j’aimerais vous écrire, de temps en temps. » Par le passé, ils s’étaient déjà échangé des lettres et c’était par les lettres que Maddox arrivait le mieux à faire ressortir ce qu’il ressentait. Après Azkaban, ce furent les lettres échangées avec différentes personnes qui l’avaient aidé à avancer et motivé à sortir de son lit. Le Serdaigle s’était ensuite levé. Il était temps qu’il y aille. Il était temps de se dire vraiment au revoir. « Je vous remercie pour le temps que vous m’avez accordé aujourd’hui. J’ai quelques bagages à terminer avant d’aller m’installer avec Flynn au campement… » Quand le professeur se leva, il fit un geste qu’il n’aurait jamais pensé faire avant envers elle, il s’avança et il la serra dans ses bras tendrement comme si le professeur était sa mère, une mère aimante et attentionnée, la mère qu’il aurait aimé avoir. « Je vous souhaite de passer de très bonnes vacances et de bien vous reposer. Vous l’avez mérité. Merci encore. A bientôt. » Après les derniers au revoir et sur ces mots, Maddox s’en alla. Il avait passé un très bon moment avec le professeur d’étude des runes, elle avait su lui apporter du soutien et de la confiance. Il savait maintenant qu’au moindre problème, il pouvait toujours revenir la voir, elle serait là pour lui. Il espérait qu’elle ne fasse pas comme Aldous et qu’un jour, si elle était mutée ailleurs, elle continue à lui donner des nouvelles. En tout cas, Maddox continuerait à lui écrire même s’il n’était pas accepté pour une année supplémentaire au château.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________
...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
maddox&alexis ⊹ i don't like goodbyes so let's just say see you soon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» QUI EST JUDE CELESTIN ? POURQUI ET PKWA LUI ET NON PAS ALEXIS ?
» APRES LE CHOLERA,LE SIDA , ARISTIDE,PREVAL,ALEXIS YON LOT GWO MIZE POU LE PEP
» M. Eddy-Jackson Alexis proteste contre le partenariat entre l’AJH et la MINUSTAH
» Le premier ministre Alexis improvise un plan contre la vie chère...
» DISCOURS DU PREMIER MINISTRE JACQUES-EDOUARD ALEXIS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Elsewhere :: flashback-
Sauter vers: