Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 6
La version six est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'anniversaire du forum et la rentrée, venez fêter avec nous !
Découvre tout ici
Joyeux anniversaire !
Mumblemumps vient de souffler sa première bougie. Venez la célébrer avec nous !
Plusieurs animations ont été mises en place pour festoyer comme il se doit !
Jette un oeil aux animations !
Besoin d'Aurors !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard,
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Famille de sang, famille de coeur... [Lionel]

Lysandre E. Delenikas
Consumed by the shadows
avatar
Hogsmeade
Maison/Métier : Propriétaire de La tête du Sanglier
Célébrité : Tom Hiddleston
Âge : 27 Parchemins : 34 Gallions : 205 Date d'inscription : 22/05/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur

Quand les liens prévalent
Lionel et Lysandre


Dans la vie, les choses ne sont simplement pas simples. Il n’y a pas que le noir et le blanc. Malheureusement d’ailleurs, parce que sans doute que les choses seraient tout simplement moins compliqué. Oui, je sais, beaucoup de mot pour dire la même chose. Mais pensez-y une seconde. Si nous n’avions que deux choix qui s’offraient à nous chaque fois que nous devons en faire un, il serait moins difficile de décider ce que nous  voulons faire, plutôt qu’avoir trop de choix et toujours hésiter. Parce que l’hésitation est souvent ce qui créer la fraction de seconde qui nous empêche de faire réellement ce que l’on voudrait. L’incertitude, la non décision, tout ça, créer en nous des doutes qui font seulement rater des occasions. On peut même y perdre la vie, si pendant un cours moment on hésite à agir de telle ou telle façon. Parfois, nous nous faisons maltraiter, parfois on se fait manipuler, et ça nous oblige à faire des choses que nous ne désirons pas… Quoi qu’il en soit, il serait plus simple pour tous le monde si nous pouvions non seulement être toujours notre propre dictateur, mais également n’avoir qu’un choix limité d’action à faire, nous pourrions ainsi être d’avantage sur de qui se tiens en face de nous.
Les gens portent des masques. Je connais que trop peu de personne qui sont littéralement transparent, qu’ils sont précisément la personne qu’ils montrent être et ce, à chaque seconde de leur vie. J’en connais peu. Je n’en fais même pas partie. Chaque jour est une perpétuelle pièce de théâtre, alors que je tente de cacher à tous le monde à quel point je peux avoir mal dans ma peau, à quel point je regrette ma vie d’avant. Oui, je me relève lentement, et parfois je me surprends même de prendre plaisir à être propriétaire d’un bar… mais j’aimais être Auror.J’avais l’impression d’avoir ma place, de bien pouvoir avoir un impact sur la vie, sur le monde… mais c’est plutôt rare qu’un aubergiste barman paumé peu ce vanter de ça. Sauf… dans certain cas. Sauf, dans certaines vies des gens…

Il y a des gens qui s’ouvrent après avoir un peu bu, enfin pour certain c’est un peu, pour d’autres c’est beaucoup. Ils parlent de leur vie, ont besoin de quelqu’un à qui parler, à qui s’exprimer, sur tout et rien, sur ce qu’ils ressentent, sur leurs besoins, leurs émotions, leurs envies même les plus profondes. Parfois, j’ai l’impression de leur faire du bien. De leur permettre de se sentir mieux, se sentir plus léger. J’aime bien, créer ce genre de sensation. Je n’avais jamais réellement prit le temps d’écouter les émotions des autres… cette fois, je n’ai que ça à faire. Mais au moins, j’apporte parfois un peu de réconfort à certaines personnes. Essuyant un verre lentement, je repense à certaines rencontres que j’ai faits depuis que je suis ici. Depuis que je vis à Pré-au-lard, depuis que je ne suis plus ce pour quoi j’ai passé ma vie à travailler, j’ai eu tout de même de belles rencontres. Trop peu de gens de mon âge, malheureusement, je dois l’admettre, mais sinon, de belles rencontres tout de même. Certains élèves plus vieux de Poudlard sont plutôt attachants, je ne peux m’en plaindre. Il y a ceux qui croient que l’endroit est encore le pub noir de la place, et d’autres qui tentent de voir au delà des apparences. Je suis comme eux, je vois plus loin que ce qu’ils tentent de montrer, parce que je le répète, personne n’est réellement vrai à cent pour cent… nous avons tous, notre petit jardin secret.

Je relève d’ailleurs le regard lorsque la cloche de l’entrée ce fait entendre, et je souris un peu en voyant le jeune homme entrer. Lionel… Il y a tant de chose que j’aimerais lui dire, mais j’ai du mal à trouver mes mots. J’ai du mal à savoir comment aborder les choses. Depuis un moment, il me permet de ressentir un besoin différent en moi, un bien être que je ne saurais expliquer. C’est l’un de ceux qui se cache sans doute le plus, mais au final, c’est un jeune homme plein de potentiel… Que j’apprécie énormément.

Posant mon verre sur le comptoir, ainsi que le torchon, je prends deux verres et les remplis d’un liquide ambré avant de me permettre de m’approcher et venir m’asseoir avec lui, prenant place sur le banc devant lui et pousse lentement l’un des verres devant le jeune homme avant de lui sourire.

-Un revenant... Cela faisais longtemps que tu n’avais plus mis les pieds ici, je me demandais même si je n’avais pas fais quelque chose de mal…

Je pose ma main sur mon verre, que je fais légèrement tourner pour que le liquide s’amuse dans le verre un peu, puis je souris un peu plus à Lionel. Je lève lentement mon verre, attendant de voir s’il veut bien trinquer avec moi, tout en disant.

-Je suis content de te voir… Je commençais à me faire du soucis pour toi, comme je n’avais plus aucune nouvelle…


made by black arrow

_________________
You raise me up
Each restless heart beats so imperfectly,But when you come and I am filled with wonder,
You raise me up to more than I can be
Revenir en haut Aller en bas
Lionel Lemaire
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : première année en politique magique, rugit son appartenance à la maison des lions.
Célébrité : robbie wadge, le magnifique
Pseudo : Prim Âge : 21 Parchemins : 1219 Gallions : 319 Date d'inscription : 03/01/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

famille de sang,
famille de coeur
lionel & lysandre
Je te demande si tu es une bête féroce ou bien un saint, mais tu es l’un et l’autre et tellement de choses encore. Tu es infiniment nombreux, celui qui méprise, celui qui blesse, celui qui aime, celui qui cherche et tous les autres ensembles. Trompe-toi, sois imprudent, tout n’est pas fragile. N’attends rien que de toi, parce que tu es sacré, parce que tu es en vie, parce que le plus important n’est pas ce que tu es, mais ce que tu as choisi d’être.

La vie n’est pas simplement noire ou blanche, la vie offre des alternatives, des gammes de couleurs qui ne peuvent pas se percevoir à l’œil nu, mais qui continuent d’exister, tout comme l’astre lunaire existe quand le ciel est bleu et comme l’astre solaire continue de vivre quand la toile s’assombrit. Ces gammes ont plusieurs teintes, viennent avoisiner les teintes de gris en venant danser furtivement avec celles de la lumière, pour rappeler que tout n’est pas bon et que tout n’est pas forcément mauvais.

On ne pouvait pas limiter la peinture à un nombre restreint de couleurs. La peinture ne serait pas aussi belle ; elle perdrait de son éclat, de ce qui la rend si réaliste, de ces tons qui la rendaient unique. En limitant le nombre de choix, il devenait impossible de tenir compte de toutes les possibilités et il était tellement plus facile de passer à côté du bonheur. Pour rien au monde, on ne pouvait fermer la porte aux futurs possibles pour une simple facilité d’esprit. L’hésitation était une grande ennemie, elle nous empêchait de nous lancer dans les meilleures aventures de notre vie, mais il arrivait qu’elle aide à la prudence et à empêcher de prendre des décisions déraisonnées. Lionel marche dans le village en jurant dans sa barbe, pour ne pas changer ; il se dit qu’il aurait bien aimé avoir eu quelques secondes d’incertitude avant de lâcher tous les serpents de la forêt sur son camarade de classe.

C’est avec tous les efforts du monde qu’il tente un sourire en direction d’une fillette polonaise. Cette dernière ne tarde pas à aller se cacher derrière sa mère en pleurnichant ; il avait beau ne pas comprendre le langage, le lion, le regard assassin de la mère ourse ne nécessitait pas la moindre traduction. S’excusant du regard, le lion continue sa marche en pestant dans sa langue natale sous les regards attendris de tous ceux qui ne comprenaient pas ce qu’il disait et pensaient que le français était une belle langue ; le français était surtout coloré, quand il sortait de la bouche de Lionel Lemaire.

Il songe que le seul endroit où il n’aimait pas avoir de l’hésitation, c’était bien durant les examens. Il se retrouvait devant sa copie en se demandant laquelle des deux réponses pouvaient bien attendre le professeur. À certaines occasions, cela relevait plus de la chance qu’autre chose. Une chance que le tout était derrière lui. La seule chance, la seule fortune dont il pouvait se préoccuper maintenant, c’était les paris qui se faisaient un peu partout. Le lion ne misait pas son argent ; il avait besoin de ses économies pour la prochaine rentrée scolaire et pour son propre balai qui lui permettrait de se déplacer à sa guise durant les prochaines vacances. Passer l’hiver et l’été à l’école était trop, même pour lui. Il avait hâte de retourner à Clermont, et errer près des fleurs de la Place de Jaude.

Lionel entre dans le bar. Il voit que la clientèle habituelle n’est pas là ; au contraire, ce sont des gens qui discutent avec entrain et bonheur sur les évènements des dernières semaines, qui attendent avec impatience que les équipes victorieuses ne viennent jouer à Pré-au-Lard. Il se faufile un chemin entre les tables pour se rendre au comptoir. Il voit le Delenikas en train de discuter avec les clients; il semble heureux, à l’aise, et il se demande le Lemaire, comment il fait pour être aussi bien, pour savoir trouver les bons moments. Il ne le dirait à personne, mais il l’admirait.  

Lionel croise son regard. Il tente un sourire, même s’il avait toujours de la difficulté à faire face à l’homme en raison de la bagarre qu’il avait déclenchée quelques semaines auparavant. Il s’excuserait. Il essayerait. Il ne pouvait pas ne pas essayer.

Le lion s’approche du comptoir et prend un tabouret. De l’autre côté, l’homme se saisit d’un torchon et remplit deux verres d’un liquide ambré. Lionel prend le petit verre et fait tourner le liquide. Il le porte à ses narines, tentant de se laisser porter par les fragrances de la boisson. Devant lui, le tenancier prend son propre verre. Il semble taquin quand il lui confie que ça fait un bon moment qu’il n’avait pas posé les pieds ici, mais qu’il était content de le revoir. « Il fallait que je révise pour les examens. Je ne compte pas rester en septième année toute ma vie. » plaisante le brun. Il a toujours cet accent qui le rend si charmant, mais son anglais est bien meilleur qu’au début de l’année ; difficile de croire qu’il était le même garçon qui prenait tant de plaisir à écorcher ses syllabes. « J’ai même rempli le test d’orientation du Ministère. Je suis ravi de vous dire que mon avenir sera basé sur le fait que dans une situation périlleuse, ma première réaction est de réagir, et que la plus grande des qualités est la tendresse. » Lionel ironise un peu. Tentant de se rattraper, il tousse avant de lever son verre. Il a un air serein sur le visage, mêlé de fierté et d’un brin d’orgueil. « À nos futurs succès. »

Il trinque avant de boire. Il repose son verre sur la table, appréciant la chaleur dans le fond de sa gorge ; la boisson semblait toujours lui donner ce courage dont il manquait. « Comment se passent les choses pour vous ? Vous devez avoir beaucoup de clients avec la Coupe ? » Le bar était bondé, c’était le cas de le dire. Le lion remarque que tout le monde semble aller bien. Peut-être que c’était aussi un nouveau départ pour la Tête de Sanglier.

Made by Neon Demon

_________________
not a hero




BELLADONA EST LA MEILLEURE ET LA PLUS BELLE.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lysandre E. Delenikas
Consumed by the shadows
avatar
Hogsmeade
Maison/Métier : Propriétaire de La tête du Sanglier
Célébrité : Tom Hiddleston
Âge : 27 Parchemins : 34 Gallions : 205 Date d'inscription : 22/05/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur

Quand les liens prévalent
Lionel et Lysandre


Je sais qu’avec la fin d’année d’étude, ce n’est pas évident de se libérer pour ainsi dire… jamais. Je me remémore mon temps à Poudlard, lorsque j’ai moi-même bossé comme un malade pour réussir haut la main mes ASPIC. J’étais un élève talentueux, comme j’avais toujours su ce que je voulais faire dans la vie, je savais que je voulais devenir Auror, suivre les traces de mon père, et pour ce faire, je ne pouvais pas me contenter d’efforts exceptionnels. J’ai bossé sept ans pour être dans les meilleurs, même si je n’étais pas de ceux qui pouvaient ne pas se permettre de réviser pour être au top. Au contraire, si j’avais le malheur d’avoir la tête ailleurs ou d’oublier une révision, j’avais tendance à me planter, comment dirais-je, presque royalement. Mais la chance m’a tout de même sourit, la chance et beaucoup d’heures à la bibliothèque. Alors… lorsque Lionel m’expliqua qu’il eu disparu ces derniers temps pour réviser pour son diplôme, je ne pouvais que le comprendre. Déjà, avec tout ce qui s’est passé de pertubateur dans les études des étudiants actuels de Poudlard, il est déjà suffisamment difficile ainsi de se relever, pas besoin de se sentir complètement décourager en ratant ses examens de passage au moment de pouvoir enfin quitter l’école. Je souris légèrement à ses mots, la septième est pourtant la plus belle année de ces sept années d’études… Enfin, l’une des plus belle, parce que la première n’est qu’émerveillement devant tout ce que le monde magique peut nous offrir, surtout lorsque nous ne connaissions rien de ce monde. Mais pour Lionel, c’était encore là différent, puisque le jeune homme n’avait pas passé toute sa scolarité ici. Rien de plus normal alors pour lui de vouloir changer d’air, vouloir enfin passer l’étape de l’école obligatoire.

Le jeune français reprend la parole d’un anglais que je dois dire bien meilleur qu’avant. Même la première fois que je l’ai rencontré, s’il arrivait généralement à se faire comprendre, ce n’était pas toujours le cas. Heureusement, je pu m’exprimer avec lui à quelques reprises en français, langue apprit lors de ma jeunesse qui s’avère parfois utile, comme avec lui. Je crois que j’ai su gagner des points sur sa confiance grâce à cette faculté. Bon, je m’embrouille peut-être les pinceaux, mais j’aime me le dire. J’aime croire que parfois, ce ne sont que les petites attentions ici et là qui peuvent nous permettre de gagner le cœur des gens, et non pas par des efforts surhumains. La nature humaine est parfois étrange et difficile à comprendre, mais offrez une fleur par jour pendant un an à quelqu’un, versus un énorme bouquet un seul jour de cette même année, et demandez ce qui reste le plus à notre mémoire par la suite. Je l’écoute parler de son test d’orientation et je ne peux m’empêcher de sourire un peu amusé.

- Ce n’est qu’un stupide test … ce dernier ce base sur les réponses que l’on offre au présent, mais nous sommes en constante évolution, il ne dirait sans doute même pas la même chose demain… la personne qui te connaît le mieux et qui peut le mieux tracer ton avenir, c’est toi, personne d’autres.

Je suis conscient qu’il doit ce sentir mal pour ce qu’il a créé comme scène la dernière fois que je l’ai appercu. Mais je ne suis pas du type rancunier. De plus, nous avons tous nos raisons d’agir de la façon dont nous réagissons ici et là, et il passait peut-être un mauvais coton à ce moment là donc… qui suis-je pour le juger? Tout ce que je peux réellement en dire, c’est que s’il passe par une zone de turbulence dans sa vie, il peut me parler, il n’a pas à ce gêner de le faire. Mais je ne remettrai pas de moi-même le dit incident sur le tapis, s’il souhaite en parler alors soit, je l’écouterai et le rassurerai, sinon, à quoi bon gâcher le moment? Je lève mon verre avec lui à l’unisson avec un sourire franc aux lèvres.

-À ton avenir qui n’appartient qu’à toi ,

C’est un peu surprenant que je tienne moi, ce genre de discours. Après tout, ce n’est pas ce que j’avais souhaité, me retrouver ici, me retrouver à gérer la Tête du Sanglier… mais il n’en tenait qu’à moi de me laisser abattre ou à me relever. La vie peut nous mettre des embûches, mais nous sommes les seuls maîtres de notre vie. Il suffit simplement d’être meilleur que cette garce à son propre jeu. Je calle une gorgée du liquide en fermant les yeux, je ne me permets pas souvent de petite escapade hors de mon sentier battus, mais pour l’occasion cela en vaut la peine. Je repose mon verre sur la table et hoche la tête pour acquiescer, faisant un signe de main à l’assemblée qui se trouve au bar.

-Il n’y a en effet aucun doute, je suis réellement occupé, je ne vois souvent pas mes journées passer. Cependant, j’entends le mot souaffle ou batteur encore une fois et je crois que je m’enferme pour le reste de l’été.

Je rigole franchement. Je n’ai jamais été un réel fan de Quidditch, ou de sport en général. Je ne comprends pas ce qu’il y a d’intéressant à regarder le monde courir comme des chiens après une balle, et d’autres s’amuser à en faire tomber de leur balais. Cela n’a simplement pas d’intérêt à mes yeux, mais je sais que pour d’autres cela a beaucoup plus d’importance, la preuve, je n’ai qu’à regarder l’achalandage de l’endroit dernièrement. Mais j’ose les épaules.

–Tu as profité un peu des festivités? Je sais qu’autres les matchs il y a pleins de chose à faire au village… Tu as pu décrocher de l’école depuis les examens au moins? C’est important de penser un peu à toi…


made by black arrow

_________________
You raise me up
Each restless heart beats so imperfectly,But when you come and I am filled with wonder,
You raise me up to more than I can be
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
Famille de sang, famille de coeur... [Lionel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» → familles de sang-pur et de sang-mêlé
» Famille, Amitié, Sang, bataille, réunion ... [PV mon Canard ( Titigre)]
» CREER VOTRE FAMILLE DE SANG PUR
» ARBRE GENEALOGIQUE ✧ la grande famille des sang-purs
» (m ) AU CHOIX- Famille/ la seule famille qui compte c'est toi(libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Elsewhere :: flashback-
Sauter vers: