Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

God forgives ☆ Skye, Belladona, Lionel, Zackery

Invité
Consumed by the shadows
avatar




God forgives


         

And mark this. Let either of you breathe a word, or the edge of a word, about the other things, and I will come to you in the black of some terrible night and I will bring a pointy reckoning that will shudder you. And you know that I can do it.

Elle frotte l’herbe de ses mains douces, elle contemple le ciel. Il y a peut-être un orage qui se prépare, c’est menaçant. Elle reste tout de même allongée là, parce que la pluie, c’est reposant. Elle l’attend. Une goutte tombe enfin sur le bout de son nez. Une deuxième. Soudain c’est un rideau qui vient s’abattre sur la jeune fille. De nombreux groupes commencent à courir autour d’elle, l’évitant. Elle, elle reste là, posée dans l’herbe désormais mouillée. La terre finira par se transformer en boue, ses beaux vêtements clairs se teinteront en un vert foncé.

Elle finit par se relever. Il n’y a plus un chat. Tout le monde est rentré se mettre à l’abri. Emérence prend un petit sentier et retourne rapidement au campement. Elle ne sait jamais par où rejoindre sa tente à elle. Elle se perd toujours. Elle emprunte de nombreuses allées. Elle croise quelques sorciers qui bravent la tempête. Certains se sont munis d’un enchantement leur permettant d’être abrité, d’autres finissent simplement de rentrer certains objets ou de les protéger. Emérence a les pieds marron, ses sandalettes ne lui permettent pas d’éviter le sol meuble. Elle s’amuse à regarder à l’intérieur des tentes pour apercevoir des gens. Les intérieurs sont tous décorés différemment, elle trouve ça impressionnant. Certains ont même allumé une faible lumière, car le soleil ne perce plus, on n’y voit plus grand chose pour un début de soirée. Curieuse, elle continue son jeu de voyeur. Au bout d’un certain temps, elle finit par s’attarder sur l’un des abris, elle y observe une tête familière. Elle reste plantée devant, pas inquiète du tout qu’on puisse la voir. Quelqu’un l’a peut-être aperçue, d’ailleurs. Elle commence à se sentir toute bizarre la française, quelque chose ne va pas. Elle se sent parcourue de frisson. Elle a un peu peur.

Emérence se met à courir du plus vite qu’elle peut. Elle est lourde, ses vêtements sont trempés, ses pieds s’enfoncent davantage encore dans le sol. Elle parvient tout de même à retrouver sa tente, et cette fois, elle a retenu le chemin qu’elle venait juste d’emprunter. Elle cherche sa boite, sa précieuse boite. Celle qui renferme mille et une babioles et autres objets mystiques. Elle attache ses cheveux, les gouttes qui lui tombent dans le dos commencent à devenir désagréables. Elle reprend son chemin, sa boite sous le coude. Un tournant. Une ligne droite. Un virage à gauche. Emérence arrive devant la tente de toute à l’heure. Celle où elle a vu Skye. Il y est toujours.

Voilà déjà quelques temps qu’Emérence l'évite comme on évite la peste. Au départ, il représentait un espoir, un miracle inespéré. Elle lui avait prédit quelque chose, et c’était arrivé. Simple coïncidence, bien évidemment, mais pour Emérence, c’était devenu la preuve irréfutable qu’elle possédait certainement un réel don. Ses élucubrations n’avaient peut-être été qu’un présage : et si elle avait commencé à prétendre avoir le don, inconsciemment, parce qu’elle savait qu’elle le possédait réellement. Tout s’était très vite enchainé dans la tête de la jeune fille, elle avait continué à prédire, à tenir des séances. Skye y était souvent présent, il ne pouvait pas douter de son talent après une telle prémonition. Mais à mesure de leurs conversations, Skye avait fini par se livrer, par en dire beaucoup trop. Il lui avait appris que sa famille portait en elle une affreuse malédiction. Un démon, voilà ce qu’il était, et il s’était approché d’elle, elle s’était laissée faire. D’abord, elle avait voulu le maintenir à distance, puis elle avait commencé à vouloir l’exorciser. Crucifix et bougies ne semblaient pas avoir le moindre effet sur Skye, pourtant. Elle avait fini par être terrorisée en sa présence. Elle tournait les yeux quand elle le voyait, désormais, elle faisait tout pour ne pas croiser le regard du Diable. Mais il était indéniable qu’aujourd’hui, on l’avait ramenée sur les pas du jeune homme pour une certaine raison. C’était le moment opportun, le moment qu’on lui avait choisi pour continuer ses incantations.

Emérence ouvre sa boite, elle en sort un gros bâton. Elle s'en sert pour tracer des formes étranges autour de la tente de Skye, dans la terre, une sorte d’étoile. Après la pluie, le sol se laisse faire. On lui a ouvert la voie. La pluie s'est désormais calmée, seule des petites gouttes subsistent. Elle place une bougie à chaque branche de l’étoile, les allume à l’aide de sa baguette. Puis elle marche sur les lignes de sa figure, tout en chantant haut et fort des mots bizarres, des mots inventés. Pour elle, ils semblent faire sens.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

God forgives. Emérence, Skye, Lionel & Zeke;
La pluie dégouline sur la peau comme un enfant dévalerait un toboggan particulièrement attrayant : rapidement, sans aucune trace d’hésitation quelconque. Son passage a beau être éphémère, il laisse sa marque glacée sur l’épiderme, faisant se lever les poils invisibles lorsqu’il se trace. C’est poétique, c’est détestable. Chacun à son avis sur la question. Belladona, elle, n’a pas d’avis précis. Elle aime la pluie qui forme des cercles sur la surface du lac et elle déteste la pluie d’automne qui ne sert qu’à donner froid. Mais aujourd’hui, c’st encore différent, aujourd’hui le camp a subit les affres d’une nuit violentes et impitoyable, aussi brève que foudroyante. Une pluie d’été, une pluie d’orage.

Il avait fait beau toute la journée, d’une de ces chaleurs écrasantes qui vous laissait moite et haletant, qui s’infiltrait dans vos poumons pour vous alourdir. Même Bella s’était sentie lestée par ces températures bien trop hautes pour son petit corps d’anglaise. Elle avait eu l’impression de fonctionner au ralenti toute la journée, trainant son cerveau en surchauffe. Et enfin, elle s’était abattue : la pluie.

La gryffondor s’amusait à l’autre bout du camp, prenant un goûter avec un groupe d’italiens qu’elle avait croisé, un soir, alors qu’elle errait dans le camps en compagnie de Cassandre. Ils avaient sympathisé et quand ils les avaient invitées à manger, Bell avait bien été obligée d’accepter. Quand même.
La première goûte de pluie était tombée dans une tasse de café qu’un dénommée Lorenzo lui tendait, essayant de lui démontrer par A plus B qu’on ne pouvait qu’aimer ce breuvage foncé aux effluves si particulières. La deuxième s’était échouée sur sa joue. Puis, ça avait été la débandade. Ils avaient ranger la nourriture et les breuvages le plus rapidement possible alors qu’un vrai déluge s’abattait sur le campement et que les campeurs se rentraient en toute hâte. Belladona avait fini trempée avant même qu’ils n’aient fini de ranger les petits gâteaux.

Mouillée pour mouillée, elle avait souhaité la bonne après midi à ses camarades et avait décidé de se rentrer, profitant de la douce chaleur amenée par l’averse. Cela faisait tellement de bien. Ses cheveux dégoulinaient dans son dos et son tee-shirt lui collait à la peau d’une façon fort désagréable. Très vite, elle retira ses chaussures qui s’enfonçaient dans la terre en emmettant des couinement humides si caractéristiques. Souliers à la main, elle commençait à sécher lorsqu’elle arriva devant la tente qu’elle partageait avec les garçons. Un très étrange spectacle s’offrit alors à elle.

Au travers des tentures entrebâillées, Bella pouvait entendre quelques rires, des discussions. Les garçons étaient très certainement présents, la gryffonne n’était pas au fait des activités de chacun. Et puis, il y avait Émerence, cette française si détestée de la meilleure amie de Belladona. Elle-même, Bella avait pendant longtemps observé sa camarade de maison avec circonspection et méfiance. Elle pouvait être si agaçante avec ses grands airs et ce besoin maladif de se faire voir. Bell n’était certes pas des plus discrètes, mais son but n’était absolument pas qu’on la remarque.

Et puis, il y avait eut cette soirée un peu bizarre, cette bulle qui les avait réunit et les avait amenée à un peu mieux se connaître, un peu mieux se comprendre. Depuis, Bella tentait sans cesse d’adoucir au moins un peu l’avis de Cassandre à son égard. Sans grand succès. Pour l’heure, Bella ne comprenait rien à ce qu’Emérence pouvait bien fabriquer… Elle semblait comme possédée, droguée, alcoolisée, à côté de ses pompes. Soudain, elle se mit à chanter et Belladona écarquilla les yeux en grand, encore plus déconcertée.

« Mais tu fous quoi, Emérence ?! »

Bella avait certes de la peine pour la française, mais il ne fallait peut-être pas déconner, non plus. Si Emérence avait pris une drôle de substance qui la faisait délirer à ce point, Bella en voulait aussi.
code by lizzou × gifs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Skye M. Krushnic
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : Gryffondor
Célébrité : Josh Hutcherson
Pseudo : Carotte, Aguarà Âge : 24 Parchemins : 599 Gallions : 130 Date d'inscription : 11/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1403-skye-m-krushnic-when-the-sun-ri http://www.mumblemumps.com/t1482-skye-m-krushnic-i-of-the-storm


God forgives
Skye & Emérence,
Belladona, Lionel, Zackery




Ce n’était qu’une journée comme les autres. Au final, le monde n’a pas beaucoup de saveur ni de surprises. Même lors d’un événement aussi unique que cette Coupe du Monde la routine se mettait en place. Se réveiller, se disputer avec sa mère, traîner au milieu de la forêt de tentes. Arriver devant celle de Zeke mais hésiter sur le seuil. N’en avaient-ils pas marre de lui ? S’ils avaient pris cette tente à quatre n’était-ce pas pour rester de temps en temps entre eux ? Puis, finalement, se faire repérer par un membre de la bande et se faire accueillir avec de grands sourires.
Aujourd’hui n’avait pas été différent. Skye avait passé la journée aux pieds de la tente avec Lionel et Zeke. Parfois la nausée qui l’habitait depuis plusieurs semaines devenait plus forte. Il hésitait à laisser ses amis entre eux. Mais il aurait dû expliquer qu’il allait trop mal. C’était encore plus difficile à faire que de supporter la présence des autres. Alors il attendait que son sentiment d’oppression diminue. Il souriait devant les évocations des fêtes qu’ils allaient faire, participait activement aux débats à propos de la Coupe du Monde et demandait à Lionel de leur apprendre des jeux de cartes moldus.

Ils avaient passés la journée à l’extérieur mais lorsque les nuages s’étaient amoncelés, prometteurs d’un orage, Zackery et Lionel étaient rentrés en parlant d’un sujet que Skye avait déjà oublié. Il ne les avait pas écoutés. Il avait levé la tête vers le ciel. Finalement peut-être que cette journée ne serait pas comme toutes les autres puisqu’elle lui offrait un orage. Il aimait l’orage. Il en avait affronté des dizaines avant d’enfin réussir sa première métamorphose. Combien de fois avait-il parcouru la campagne sous la pluie pour rejoindre l’endroit où il avait caché sa potion ? Combien de fois avait-il frémit sous les éclairs et sursauté au son du tonnerre ? Jusqu’au jour où la panthère était née. Il avait enfin pu sentir l’odeur électrique de l’orage, de la boue, de la pluie. Ces sensations, il ne les échangerait pour rien au monde.
Lorsque les premières gouttes s’écrasèrent sur son visage, il sourit un instant. Elles glissaient sur ses joues comme les larmes qu’il ne laissait pas couler. Il aurait voulu être capable de raconter sa peur, sa rage et sa tristesse à ses amis. Au lieu de quoi, il s’isolait. Pourtant il ne doutait pas qu’on puisse lire en lui comme en un livre ouvert.

Le griffon laissa la pluie le tremper jusqu’à l’os. Il laissa les éclairs l’aveugler et le tonnerre l’assourdir. Puis il jeta un regard vers la tente où Lionel et Zeke devaient l’attendre. S’inquiétaient-ils pour lui ? Où étaient-ils simplement heureux de n’être qu’à deux ? Skye sentit sa gorge se nouer à cette pensée sans qu’il sache pourquoi. Il finit par entrer à l’abri et se plaqua un sourire sur le visage pour faire face à ses amis. Il écarta les bras, ses vêtements dégoulinant d’eau.

« Quelqu’un pour un câlin ? »

Sans attendre de réponse, il se jeta sur le griffon et l’aiglon pour les serrer dans ses bras et les tremper un peu. Il n’y avait pas de raison qu’ils restent secs alors que le reste du monde se faisait noyer autour d’eux.
Skye finit par se sécher à l’aide de quelques sortilèges. Ils s’assirent tous confortablement devant de larges verres remplis de boissons –de l’hydromel aux épices pour Skye – et des beignets préparés par Zeke durant la journée. Skye avait tenté d’aider à leur conception mais il n’avait réussi qu’à asperger tout le monde de farine.
Sa boisson avait le goût poisseux du sang mais il commençait à avoir l’habitude. La nausée ne le gagna pas cette fois-ci. Le griffon laissa l’hydromel brouiller doucement son esprit et le remplir d’une chaleur douce. Il était vrai que la routine était capable de s’installer n’importe où. Mais en cet instant, il en était heureux de cette routine chaleureuse installée par ses amis.

Au chaud dans la tente, pris par leurs conversations, Skye écoutait de temps en temps le bruit de l'orage qui faisait trembler leur abri. La pluie finit par se calmer et un chant se mit à résonner. C’était comme un bruit de fond. Le griffon ne réagit pas tout de suite. Après quelques instants, cependant, il jeta un regard vers l’extérieur. Le chant semblait proche. À travers les plis du tissus, il vit une ombre danser. Il rigola doucement en imaginant la personne bourrée devant leur tente. Puis s’arrêta net de rire en voyant la crinière de cheveux passer une nouvelle fois devant l’ouverture. Ça c’était passé en un éclair, il n’était même pas certain de l’avoir reconnu. Il se leva pourtant rapidement et sortit en trombe de la tente. « Mais tu fous quoi, Emérence ?! » Skye reconnu la voix de Bella mais son regard était fixé sur l’autre griffonne. Au centre d’une étoile tracée dans la boue, Emérence tourbillonnait en chantant des paroles incompréhensibles. À chaque pointe de l’étoile, des bougies brillaient avec force. Bordel. Elle était là pour lui. Skye le savait. Cette folle furieuse ne cessait de le regarder de travers dans la salle commune, de lui jeter de la fumée d’encens dans les yeux ou de murmurer des mots insensés sur son passage. Elle était voyante. Et elle avait peur de lui. Skye avait déjà assez peur de lui-même, honte de lui-même. Pas besoin d’en rajouter une couche. Pas maintenant, pas alors qu’il avait perdu Mak à cause de sa malédiction. Pas maintenant alors qu’il en devenait fou, que tout avait le goût du sang, que le monde était plus terne que jamais. Pas maintenant.
Skye s’empara d’une des bougies et la jeta violement sur Emérence.

« C’est quoi ton putain de problème ? Tu vas me lâcher à un moment, espèce de tarée ? »


© BLACK PUMPKIN


— You taught me the courage before you left. I'd give anything to hear you say it one more time that the universe was made just to be seen by my eyes. How rare and beautiful it is to even exist.  

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lionel Lemaire
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : première année en politique magique, rugit son appartenance à la maison des lions.
Célébrité : cole mohr, bb
Pseudo : Prim Âge : 22 Parchemins : 1629 Gallions : 943 Date d'inscription : 03/01/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
75/100  (75/100)
Voir le profil de l'utilisateur

god forgives
skye, bell,
lio & zeke
It won't be in vain to swallow all your pain and learn to love what burns, and gather courage to return to. Faces in the crowd, faces in the crowd will smile again and the devil may cry, the devil may cry at the end of the night.

Le temps est nuageux. Le lion est resté à l’intérieur de sa tente toute la journée, bien déterminé à être le plus loin possible de cet élément qu’il détestait. Comme le disait l’expression populaire, il n’y avait plus un chat dehors. C’était normal, les félins comme lui étaient suffisamment intelligents pour apprécier la chaleur de leur tente dans des instants comme ceux-ci. Rien au monde, il ne détestait rien au monde davantage que l’eau si on exceptait les étudiants de Durmstrang et la perspective du jeu de piste qui reprendrait, dans les mois à venir ; il se serait bien passé de ces conneries, mais il fallait bien faire, avec puisqu’elles faisaient partie du cadre de l’échange.

Assis sur une chaise, une bouteille de bière à la main, Lionel fait la conversation à Zackery. Plusieurs sujets ont été abordés, rien de bien important, maintenant, il lui parle de ses examens, assurant à son ami – pour ce qui semblait être la centième fois – qu’il avait pris le temps de réviser sa copie, que le test d’orientation s’était bien passé, mais qu’il ne comprenait toujours pas la pertinence de sa couleur préférée. « Imagine si je fais le mauvais choix de carrière parce que je me suis trompé de couleur préférée. » On en parle de questions idiotes. En plus, ses couleurs préférées étaient le rouge et le vert, et ni l’une, ni l’autre ne figurait sur le formulaire. « Est-ce que tu sais si Skye vient ? » Lionel reste silencieux un moment. Soudainement, le silence est maladroit dans la tente.

Avant qu’il ne change de sujet, le concerné surgit dans la tente. Lionel a soudainement une grimace en voyant toute cette eau, il se retient pour ne pas sauter au plafond, loin de la cascade qui dégoulinait du linge de son camarade. Il ne peut cependant se soustraire du câlin. Toute cette eau le répugne, mais il cache bien son aversion ; il sait que l’étreinte fait du bien à son camarade, et c’est ce qui compte avant toute chose. Il préférait plonger dans le lac plutôt que de voir Skye s’isoler.

Les jeunes hommes se retrouvent alors devant des boissons et des beignets. Lionel en avale une bonne dizaine. Habituellement dédaigneux au moindre truc que l’on lui servait, il adorait cependant tout ce que cachait le Vaher, et ne s’en cachait pas. S’il était un gros matou, il n’y avait que la loutre qui était capable de l’apprivoiser. Se léchant les doigts, il allait continuer la seconde phase de sa réforme sur l’éducation jusqu’à ce que des chants ne se fassent entendre dehors. Pendant un moment, il se demande si c’est Sakura, mais il comprend que ce n’est pas du japonais, et il se doute bien que la demoiselle est une fille d’intérieur ; elle ne resterait pas dehors sous l’orage. Se levant, il suit ses amis en dehors de la tente. Une étoile est tracée dans la boue.

Lionel arque un sourcil alors qu’il observe sa camarade de Beauxbâtons ; il n’était plus trop du genre à croire en la voyance depuis qu’il connaissait Cassandre, qui avait totalement décrédibilisé le don à ses yeux. La voir prendre ses risques idiots lui avait fait passer l’envie d’accorder son attention à la divination. Il la trouvait idiote et suicidaire.

Par contre, quand Skye lance une bougie sur Emérence, Lionel ne tarde pas à s’interposer. Habituellement timide, il pousse son camarade, plus pour l’inciter à se ressaisir que par véritable haine. « Calme-toi ! » lui hurle-t-il. Lionel ne comprend pas ce qu’il se passe, mais il n’a jamais aimé la violence gratuite. Dans les moments de crise de son ami, il avait toujours pris la peine de s’effacer, parce qu’il le craignait un peu avant, mais ce n’était plus le cas maintenant. Le Lemaire espérait ramener son camarade sur Terre, avant qu’il n’y ait davantage de blessés. « Et toi ça ne va pas ? » fait-il furieusement à Emérence. « Tu vas brûler notre tente, merde ! » Même pour lui, c’est trop. Dire qu’on lui reprochait de passer du temps avec Sakura, en raison de la magie noire, alors que ces délires de clairvoyance étaient loin d'être mieux.

Made by Neon Demon




Et qu'on se noie dans les nuits fauves.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

« Time to meet the Devil. »
Été 2000 - Skye & Emérence & Belladonna & Lionel

God ForgivesLes oiseaux volent bas depuis ce matin. À peine le pieds posé dehors, l'on pouvait sentir l'odeur lourde de l'averse d'été ; ça n'a pas loupé. La pluie s'est abattue comme une malédiction divine sur les têtes de tous ceux qui osaient braver le ciel tourmenté. Un mauvais augure, des nuages qui ne disent rien qui vaillent. Un temps rare, durant l'été, et pourtant nécessaire si l'on ne veut pas mourir de chaud. Le No man's land de la chaleur ardente et des corps qui n'en peuvent plus. Une trêve méritée qui fait chuter les températures sans pour autant inverser les rôles ; les êtres-vivants continuent de subir, bien qu'ils puissent au moins se protéger d'un temps pareil.

Cette colère sourde qui gronde, elle ne devient que l'arrière-plan, le décor d'un film, ou celui d'un tableau. Sonore mais peu présent, au fond, tant la conversation a bien plus d'importance que le reste. Comme d'habitude, une conversation avec Lionel vaut tout l'or du monde. Mais t'imagines, faire le mauvais choix de carrière parce que tu t'es trompé de couleur préférée ? Même ça, c'est incroyable comme sujet de discussion. Il est grand et ouvert, abouti à tout et à rien. Autour de beignets, autour d'un réchaud qui fait bouillir de l'eau, ils entendent la pluie s'abattre, se débattre dehors, colérique et triste. Une moue un peu dérangée ; ils attendent Skye qui n'est pas rentré avec eux. Depuis quelques mois il semble perdu. Depuis quelques mois il a l'air à la fois absent et trop présent sur terre ; une présence qui le pèse, qui alourdit tous ses membres. Le plus agaçant c'est de ne pas savoir ce qu'il a, et de ne pas réussir à lui faire cracher le morceau. Alors quand vient le griffon, trempé jusqu'à l'os, qui serre ses amis dans ses bras, Zackery le laisse faire avec le plus grand plaisir du monde, l'enlaçant à son tour d'un bras ferme et affectueux. L'étreinte l'a trempé, et il songe un instant qu'un comportement pareil chez Skye n'a rien d'ordinaire, ni d'anodin. Bien qu'il ne veuille pas honnêtement dire les choses, les éléments coïncident beaucoup trop pour ignorer un problème sous-jacent.

Au moins, quand il est ici, avec eux, Zackery peut s'assurer qu'il ne sombre pas ou ne s'isole pas.

Malheureusement, les problèmes ne tardent pas. À peine le ciel a-t-il cessé ses caprices qu'un autre phénomène se produit autour d'eux. D'abord une ombre, étrange ombre. Du coin de l’œil, Zackery l'a remarquée, un peu en même temps que les autres. Ils n'ont eu le temps que de croquer quelques beignets - sauf Lionel qui se goinfre, pour le plus grand plaisir de l'Estonien - et de verser l'eau chaude dans les tasses que la voix de la femme de sa vie retentit. "Tu fous quoi" et "Emérence" ne sonne pas bien aux oreilles de l'aigles qui se lève avec méfiance. Il sursaute en voyant son ami bondir hors de sa chaise et se ruer dehors, Lionel à sa suite. L'espace d'un instant, la scène lui semble trop surréaliste, et la voix de Skye lui fend le cœur : une déferlante de haine et de peur gerbe en même temps que ses mots passent ses lèvres. Zeke ne tarde pas à rejoindre l'assemblée dehors, et le lion a déjà pris la peine de faire office de juge. Les éléments ne sont pas compliqués à relier, aussi il rejoint en quelques pas Skye, après avoir jeté un rapide coup d’œil à Belladonna et la demoiselle qu'ils appellent Emérence.

- Eh, ne vous énervez pas ! Un appel au calme alors qu'il ramasse une bougie pour la souffler. Il vaut mieux d'abord éteindre les bougies avant que la tente ne prenne feu.

Le soucis de la situation, c'est que si Skye s'énerve, Lionel va monter dans les tours aussi vite. D'habitude calme et timide face au conflit, les événements ont drastiquement changer le lion sur sa façon de gérer les situations ; même s'il garde un certain sang froid et détachement des choses, installer un climat de tension trop prononcé risque de faire bien plus de mal qu'il n'y paraît.

- Qu'est-ce qu'il se passe ? Pourquoi tu l'as attaquée ? S'adresse-t-il directement à Skye. Son ton est dénué d'autorité, il parle avec douceur, cherche à comprendre. Pourquoi tu réagis si violemment ? De quoi tu as peur ? Il a poussé son ami à s'écarter un peu du groupe, à sortir du cercle tracé au sol, à le suivre. Evidement que le pauvre Krushnic a peur. Il n'est plus que l'ombre de lui-même depuis des mois. S'il a toujours réagit violemment face à des choses considérées futiles, son état a empiré depuis sa dispute avec Makhoshini ; si ce n'est pas lié, Zackery se teindra les cheveux de la couleur de ce fichu ciel de mauvais augure. L'important n'est pas ce que tu es mais ce que tu choisis d'être, tu te souviens ? Un sourire. Bienveillant et chaleureux.

Puis un regard en arrière, surveiller la situation de loin. Son calme est olympien, il est en confiance : Belladonna et Lionel sauront parfaitement gérer ce qu'il se passe autour de la tente. Pour l'heure, lui doit calmer ce pauvre Skye avant qu'il ne fasse une crise de nerfs et ne s'attaque à quelqu'un.
©️ 2981 12289 0

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar




God forgives


         

And mark this. Let either of you breathe a word, or the edge of a word, about the other things, and I will come to you in the black of some terrible night and I will bring a pointy reckoning that will shudder you. And you know that I can do it.

Emérence jouissait d’une accalmie, elle était trempée de la tête aux pieds, et ses affaires étaient pleines de boue. La flamme des bougies chancelait et menaçait de s’éteindre au moment où les possesseurs de la tente sortirent. C’est Belladona qu’elle vit en premier. Emérence appréciait bien Bella, elle l’appréciait bien plus que Cassandre, mais il n’y avait là rien de bien compliqué, la vraie voyante et elle se détestaient. En revanche, la blondinette lui demanda quand même, sur un ton plus que surpris, ce qu’elle fabriquait. Elle n’était pas étonnée qu’on lui posât la question, peu connaissaient les pratiques d’exorcisme ancestrales, et tout le monde d’ailleurs ne savait peut-être pas de quel mal souffrait Skye. La gryffondor, bien que mystificatrice dans l’art de la voyance, s’y connaissait probablement plus que n’importe qui en divination et autres mancies. Elle avait appris sur le bout des doigts les vieux grimoires trouvés çà et là sur des marchés aux puces corses et avait une foi sûrement plus grande que tous ceux qui s’étaient prêtés jusqu’à présent aux arts divinatoires. Elle n’en était pas à son premier essai.

Si Bella avait déjà été assez directe avec la française, Skye, lui, lui rentra carrément dedans. On ne pouvait pas lui en vouloir, sans doute était-ce le démon qui parlait à sa place. Le pauvre Skye, à l’intérieur, devait probablement hurler pour qu’Emérence le délivrât de ses maux : elle était sur le point de le faire, tout n’était plus qu’une question de temps. En revanche, si ces incantations là ne fonctionnaient pas, la rouge et or ignorait quelles pratiques elle pouvait encore tester sur lui, l’esprit moqueur semblait coriace, elle tentait ce soir sa carte de la dernière chance. Elle savait bien qu’elle ne pourrait pas aller jusqu’à brûler le corps du possédé, on ne la laisserait jamais entreprendre ce rite.

Emérence restait muette et impassible, entendant Lionel et Zackery à leur tour, percevait encore les hurlements de Skye. Ce ne fut qu’au moment où le serdaigle voulut éteindre l’une des bougies qu’elle s’autorisa à bouger. « NON ! Ne fais pas ça. Laisse-les allumer veux-tu, sinon rien de tout cela ne va fonctionner ! » La flamme, pour éclairer l’esprit, pour appeler l’âme vers la lumière, pour qu’elle domine sur la noirceur de son être. L’étoile, pour invoquer les forces surnaturelles qui, seules, pouvaient lui venir en aide, et qui écouteraient les paroles de la jeune fille. Il ne manquait plus que l’incantation finale. « Vous ne voyez pas qu’il a besoin d’aide ! C’est pour lui que je fais ça. » Emérence désigna Skye du doigt. Par ses précédentes formules, elle avait déjà commencé à invoquer les esprits libérateurs. Il lui fallait finir avant qu’ils ne repartissent ou tout serait à recommencer. Une vague de froid semblait l’envahir en ce plein été. Simple effet placebo ou avait-elle réellement agité les cieux ? Emérence, de ses mains, fit signe de ne plus bouger, elle ferma les yeux, concentra toute son énergie jusqu’au bout de ses doigts, sous ses ongles, la dirigeant toute entière vers celui qui en avait le plus besoin pour faire sortir ses mauvaises ondes. « NOJ CRATEV LUMIS! » Elle répéta ainsi la phrase trois ou quatre fois. Elle avait seulement oublié un détail, la bougie, celle que Zackery avait éteinte, elle ne l’avait pas rallumée. Quand elle ouvrit les yeux de nouveau, elle s’aperçut de son erreur. Tout était à refaire.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
God forgives ☆ Skye, Belladona, Lionel, Zackery
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lionel Messi
» Lionel Messi [Barcelone]
» Skye Lewis - Attention à la bombe !
» Skye présentation
» CRISTIANO RONALDO 13 vs. 05 LIONEL MESSI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: SAISON 2-
Sauter vers: