Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

[-18] When was the last time you did something for the first time • HopLu

Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1330 Gallions : 651 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Lucrezia & Hope
When was the last time you did something for the first time
Cet été était différent de tous les autres auparavant. Sans l'ombre d'une hésitation, je pouvais affirmer que je ne me sentais plus la même. Je me sentais un peu dépassée par tous ces bouleversements, dans ma vie, en moi, dans mes certitudes. Je ne savais plus qui croire, en quoi croire. Je savais pas ce que demain me réserverait et je paniquais totalement. Une rencontre inattendue dans une salle de classe alors que je subissais la honte d'une première retenue. Jamais, je n'aurais pu prédire qu'en deux heures, tout changerait entre North et moi. Une vieille querelle avait pu prendre fin alors qu'enfin, j'avouais les raisons de ma haine. Je me rendais compte que je m'étais acharnée bien trop longtemps à le détester, dépenser une énergie fille à cela alors qu'il s'agissait d'un simple malentendu. Mais plus qu'une forme de paix, j'avais découvert les désirs que mon corps cachaient en son sein. Je n'étais plus une enfant. Je devenais lentement une femme qui éprouvaient l'envie de satisfaire certaines pulsions, certaines envies. Je m'étais perdue pendant l'espace d'un moment, oubliant tout simplement de réfléchir pour juste ressentir combien la sensation d'être désirée peut rassurer. J'avais si peu confiance en moi que ça avait su apaiser mes peurs, mes hésitations. Je m'étais pourtant rendue compte que si l'adrénaline, l'enfermement, la proximité m'avaient jetée dans ses bras, je ne désirais rien de plus qu'une sorte de copinage avec North. Je n'étais pas sous son charme. Je n'avais pas envie que cela se reproduise car je voulais être aimée, construire quelque chose. Jamais je ne m'étais sentie digne de l'amour de qui que ce soit mais j'avais réalisé combien je devais changer cette vision de moi. Alors j'avais pris mon courage à deux mains pour ouvrir les yeux et faire face à ces mensonges que je me racontais à moi-même depuis l'été précédent. J'étais tombée sous le charme de Maddox après notre journée au parc d'attractions. C'était même plus fort alors que je l'aimais mais j'avais peur de le perdre si je devais lui avouer mes sentiments. Je craignais que tout ne change mais j'avais eu un élan de hardiesse et osé l'inviter. L'espoir que lui et moi ne formions prochainement un couple avait fait battre mon cœur Cela m'avait permis de tenir le choc quand mon père m'avait annoncé son mariage prochain. J'avais su ne penser qu'à mon propre bonheur qui semblait pouvoir devenir réalité pour oublier la douleur que cette nouvelle me bouleversait. Il était cet être unique qui pouvait éclairer mon monde tout entier d'un seul sourire. Avoir sa main dans la mienne me rendait plus fort et me permettait de faire face à ce monde qui me terrorise. Il avait su calmer mes démons et donner une raison de battre à mon cœur Mais c'était avant qu'il ne me dise ne plus jamais vouloir me voir. J'avais déçu celui que j'aimais et il voulait tout simplement plus jamais avoir à croiser mon chemin. Mon univers tout entier venait de s'effondrer.

Je détestais cette année de malheur. J'avais aimé et eu le cœur brisé en l'espace de quelques semaines. J'avais cru mourir quand Rowan m'avait étranglée et je l'avais presque souhaité. J'avais espéré et perdu confiance en l'avenir. J'avais trouvé ma voie mais perdu l'envie de poursuivre dans cette dernière. J'avais cru qu'enfin, je prenais les rennes de ma vie en mains et j'avais réalisé combien je me voilais la face. J'avais gagné une amie mais perdu un de mes amis les plus précieux, dont j'avais besoin. J'avais perdu toute confiance en demain. Je n'arrivais pas à me sentir sereine à la perspective d'être encore et toujours une étudiante au sein de la célèbre école de sorcellerie à la rentrée prochaine. Non, rien n'allait en ce moment. J'essayais de me distraire et de me tenir l'esprit occupé pour ne pas ressasser mes sombres pensées. J'avais passé un peu de temps avec Pandore, Mila, Xander. Je faisais de nouvelles rencontres, m'ouvrais au monde. J'avais besoin de découvrir ce qu'il pourrait m'offrir. Quelques jours plus tôt, je buvais un verre avec Xander et Lucrezia, Je ne connaissais pas la jolie métisse. Elle dégageait une telle confiance en elle qui me faisait envie. J'aurais aimé pouvoir avoir ne serait-ce que le quart de sa prestance. Elle jouait dans mes cheveux et j'aimais cette sensation d'apaisement comme si j'avais eu droit au massage le plus relaxant du monde. J'avais à peine réalisé le sens de ses mots mais ils s'étaient pourtant imprimés dans mon esprit avec une clarté déconcertante. « Au pire, on peut toujours faire quelque chose toute les deux. Et si tu as besoin, je te ramène quelque chose pour te détendre. » Le rouge aux joues, j'avais vivement décliné son offre. Mais en me couchant le cœur lourd, serré ce soir là, j'avais regretté d'avoir refusé. J'aurais eu besoin de cette distraction. Je voulais fuir mes pensées trop déprimantes. Je voulais faire taire la tristesse. J'avais eu besoin de temps pour trouver le courage de simplement lui écrire un petit mot pour dire qu'à la réflexion, je serais fortement tentée par son offre. J'étais assise près d'une tente, à même le sol, attendant avec anxiété qu'elle me rejoigne. J'avais chaud et je me relevais pour la troisième fois pour arpenter le petit espace devant la tente qu'un ami nous prêtait pour l'occasion. Je me sentais étrangement vivante. J'entendis du bruit derrière moi et je me retourne rapidement avant d'adresser un sourire timide à Lucrezia. J'ai le rouge aux joues mais je me détends en croisant son regard comme si cela me calmait instantanément. « Hey. J'ai eu peur que tu ne sois plus intéressée. Je suis contente que tu sois venue. Tu es jolie. » Je ne sais pas pourquoi mais je parle très spontanément avec elle. Sans doute que la nervosité me fait parler avec trop de spontanéité mais il n'y a rien de mal à complimenter une personne dont on admire l'allure et la beauté.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.


Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia Zabini
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : septième année ϟ serpentard
Célébrité : ashley moore
Pseudo : MONAZ•HOPE Âge : 25 Parchemins : 1145 Gallions : 292 Date d'inscription : 08/06/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1907-lucrezia-mefie-toi-des-apparenc http://www.mumblemumps.com/t1947-lucrezia-the-notebook http://www.mumblemumps.com/t2015-brutus-les-petits-parchemins-de-lucrezia#52057 http://www.mumblemumps.com/t2101-journal-de-monazohope


   
When was the last time you did something for the first time
⚜ Hope Scott & Lucrezia Zabini ⚜

   
Ce qu’elle pouvait les détester parfois, tous autant qu’ils sont. Son père pour les choix plus étranges qu’ils puissent faire pour ses enfants. Anton pour être incapable de se défaire des volontés de leur père. Néréo pour cette idée stupide de fiançailles, comme s’il ne pouvait pas attendre, le temps pouvait lui permettre tellement de chose. Qentrys pour son besoin constant de s’occuper de ce qu’il ne le regarder. Goyle, âme perdue se refermant dès que celle de la jeune femme s’approche. Une violence voulue, recherchée, poussée, part les deux camps, pourtant ils ne peuvent s’éviter. Tout fait qu’ils se rapprochent même s’il fuit, fuyant un désir bien trop puissant, incontrôlable. Ils ne peuvent pas, n’ont pas le droit, baliverne, bien plus acceptable que d’autres relations, pourtant il la repousse, coûte que coûte. Ne craque pas à des avances prononcés, n’accepte pas les caprices de la belle métisse ce qui l’énerve. Cet affront de toujours s’occuper de ce qu’il ne doit pas, la rend folle, furieuse. Une colère bien plus profonde, il résiste, ne cède pas a ce qu’elle veut, n’accepter pas d’être sienne. Alors qu’il l’évite, elle ait tout pour lui rappeler sa place dans sa vie, toute aussi importante que ce frère qu’il prétend avoir. La belle sait s’en débarrasser, mais n’en a que très peu envie au fond d’elle, elle a besoin de cette violence jouissive entre eux, pour se sentir vivante.

Elle se défait de son emprise mentale, l’oublie, le laisse s’enfuir au fin fond de ses fantasmes. Lucrezia se rapproche donc doucement de la tente où elle doit retrouver la jolie rouquine, amie de son cher Xander. Elle n’y pense pas un seul instant, de la réaction qu’il pourrait y avoir. Sa présence la rendait sereine, prompte à toute idée saugrenue qui pouvait passer dans sa tête et l’embarquer avec elle, pour passer un moment étrangement enfantin. Douceur dans le monde de brutes dans lequel la jeune métisse se trouve. A cet instant, elle ne pense pas aux conséquences de ses actes. Quand y pense-t-elle ? Jamais, alors pourquoi aurait-elle des remords à toucher la jolie Hope, de la faire sienne l’espace d’une soirée. Alors, elle regarde devant elle, cherchant la tente qui lui serait prêté pour le soir, parce qu’elle avait réussi à l’avoir. Emmener la jeune femme chez elle, pour faire ce qu’elle avait prévu était impossible. Père intransigeant sur des relations avec des impurs, alors elle n’essaie pas. Lucrezia reste immobile un instant, regardant la serdaigle, de loin envisageant comme l’approcher sans l’effrayer, elle doit être inquiète de son retard. Idéee compréhensible, elle se décide à avancer.

Hope se retourne, regarde la jeune femme la retrouvant, rougit, adorable, petite poupée, douceur de l’inconnu. La métisse sourit se voulant étrangement rassurante, comprenant la peur dans les yeux de la belle. « Hey. J'ai eu peur que tu ne sois plus intéressée. Je suis contente que tu sois venue. Tu es jolie. » La jeune femme fait mine d’être déçue par l’idée, comment l’aurait-elle oublié sérieusement… elle ne peux se passer d’une soirée comme celle-ci surtout en ce moment. Lucrezia attrape par la main la jolie rouquine en silence, l’emmenant avec elle à l’intérieur. Une fois sous le charme de la tente, la vipère s’approche doucement de l’aiglonne, lâchant sa main, elle replace doucement un mèche rousse derrière l’oreille. « Je suis désolée du retard, j’ai du faire avec un emmerdeur de première. » Et encore, elle était gentille ne voulant pas froisser la sorcière, il l’avait frustré, lui avait donné ce besoin de contrôle, qu’elle aurait sans aucune doute avec la jeune femme. La prédatrice, entrait en scène, elle tourne autour de sa proie, la fixant, cherchant à savoir quoi en faire, de nombreuse idées entrant et sortant de sa tête à vive allure. Une fois dans son dos, lui susurrant « Dis moi ce que tu veux ma beauté, je céderais à tous tes désirs. » Lucrezia possède un sourire joueur sur ses lippes.
   
⇜ code by bat'phanie ⇝


Flare Guns
IN MY HEAD
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

   

Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1330 Gallions : 651 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Lucrezia & Hope
When was the last time you did something for the first time
Je lis de la déception dans son regard. Je sais reconnaître cette émotion mais elle ne semble pas enracinée, gravée dans le roc. Je ne l'ai déçue qu'en formulant l'hypothèse qu'elle aie pu m'oublier mais le sentiment s'envole aussi vite. Je peux percevoir dans son regard qu'elle ne m'en veut pas d'avoir pu avoir une telle idée. Je ne doute pas d'elle. Mon manque de confiance n'est pas tourné vers elle mais contre moi-même. Je ne peux pas croire que je sois assez intéressante pour qu'un moment avec moi ne puisse pas s’oublier avec une facilité déconcertante, en un claquement de doigt. Elle pourrait passer du temps avec nombre de personnes plus passionnantes que moi. Je songe pendant un instant que je vais lui faire gâcher son précieux temps avec une personne aussi fade que ma petite personne. Je pourrais lui dire que je suis désolée et qu'elle est libre d'aller retrouver d'autres qui mériteront vraiment sa compagnie. Pourtant, je me sermonne mentalement me promettant au contraire de ne pas lui faire regretter d'avoir accepté de me retrouver. Je donnerai ce que j'ai pour être à la hauteur de ses attentes. Je ne sais pas comment encore mais je rendrai sa soirée inoubliable. Je repense à la leçon de séduction que Dimka m'a donnée et je range au placard mes incertitudes pour feindre l'assurance. Elle est une tigresse, une prédatrice alors que la séduction semble innée chez elle. Je l'admire. Je suis fascinée. Non pas pour son art comme c'était le cas avec Dimka mais pour ce qu'elle dégage qui me donne envie de succomber à toutes les tentations en sa compagnie. Je ne la connais pas depuis longtemps contrairement à Dimka qui a su gagner ma confiance au fil des mois. Au contraire, je n'avais jamais eu la chance de parler avec la Zabini avant cet été. Pourtant, elle m'inspire une forme de confiance ou plutôt l'envie de m'abandonner avec elle. Je veux un endroit neutre où pouvoir juste être moi, être jeune et profiter pleinement de la vie. Je ne veux plus réfléchir. Je veux qu'elle me montre la voie pour un bonheur éphémère qui chassera toutes les douleurs. Je serre sa main doucement en la suivant silencieuse. Je la regarde en totale admiration. Je ne fais pas attention à la décoration de la chambre. Je n'y prête pas le moindre intérêt alors que je laisse à regret la métisse reprendre possession de sa propre main. J'aimais son contact. Je voudrais qu'elle me reprenne la main ou plutôt non, je préférerais qu'elle la pose ailleurs mais juste pouvoir immortaliser la sensation de chaleur quand elle est si proche de moi. Car je ne saurais dire si l'air de la tente était déjà lourd et chaud à notre entrée ou si au contraire, c'est elle qui le réchauffe de sa simple présence me donnant la sensation d'être dans un cocon.

Mais si mon cerveau fonctionne plus lentement, j'arrive à suivre le sens de ses mots. Je souris sous son geste d'une infinie douceur à mes yeux. « Un emmerdeur? Qui a bien pu te chercher des problèmes? Ce ne peut qu'être un idiot pour ne pas être sous ton charme disposé à donne vie à tes moindres désirs. » Je le pense sincèrement. Cela devrait m'inquiéter. Je suis comme une possession prête à s'ajouter au tableau de chasses de la sorcière sans même une ombre d'hésitations. Je suis la proie et elle est la prédatrice. Elle me tient sous son pouvoir et elle n'aurait qu'un simple mot à dire pour que je lui confie toutes mes souffrances pour qu'elle les chasse de mon esprit. Je recherche l'oubli. Je recherche le plaisir. Je la laisse me tourner autour comme si elle cherchait quoi faire de moi. Je suis entrée dans la gueule du loup de ma propre initiative. Je ne le regrette pas. Je ne songe pas à fuir. Je suis bien là. Je ne la voix plus mais ses mots sont comme de voluptueuses caresses sur ma peau. Je souris timidement avant de dire dans un souffle, le rouge aux joues. « Je veux me sentir vivante. Je veux tout oublier. Je veux du plaisir comme jamais je n'ai pu en ressentir avant. Je veux rire. Je veux me sentir légère. Je veux que tu te souviennes de moi, te donner ce que tu peux désirer pour ne pas m'oublier dès que je ne serai plus devant tes yeux. » Je reconnais facilement que me requête est assez prétentieuse. Je veux être une personne inoubliable à ses yeux qui suis-je pour pouvoir formuler une telle exigence. Je ne fais pas que demander, je veux réellement l'être. Je veux prouver à la vipère que je ne suis pas n'importe qui. Je veux que pour une fois dans ma vie, je ne sois pas effacée ou une victime. Je veux que l'on me remarque ou plutôt qu'elle me remarque. Je ne suis pas certaine d'avoir assez de courage pour oser prendre les devants. « Rends-moi audacieuse. Fais tomber mes inhibitions. Je veux cesser de penser et planer pour pouvoir céder à ce qui me fait envie. » Je me tourne lentement vers elle venant prendre une de ses boucles entre mes doigts. Je la détaille. Elle incarne la sensualité. La nature lui a donné un corps de rêve et l'audace qui va avec pour pouvoir en faire tout ce qu'elle désire. Je ne me sens pas gênée de la détailler alors que je me demande si elle a porté ce qu'elle avait proposé de partager ensemble. Ce sera ma toute première fois, je sais que si une personne peut la rendre totalement unique c'est elle, Lucrezia Zabini. Je n'ose pas la touche. Je n'ose pas faire preuve d'initiative mais je murmure. « Montre moi comment faire. Guide moi. Dis moi ce qui peut faire envie à une personne aussi sexy que toi. » J'ose ce que je n'aurais jamais cru possible. J'ose dire à voix haute ce que la tigresse m'inspire.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.


Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia Zabini
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : septième année ϟ serpentard
Célébrité : ashley moore
Pseudo : MONAZ•HOPE Âge : 25 Parchemins : 1145 Gallions : 292 Date d'inscription : 08/06/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1907-lucrezia-mefie-toi-des-apparenc http://www.mumblemumps.com/t1947-lucrezia-the-notebook http://www.mumblemumps.com/t2015-brutus-les-petits-parchemins-de-lucrezia#52057 http://www.mumblemumps.com/t2101-journal-de-monazohope


   
When was the last time you did something for the first time
⚜️ Hope Scott & Lucrezia Zabini ⚜️

   
Goyle était toujours une source de problème à fourrer son nez partout, trop près d’elle à lui briser les ailes, ses envie. Elle n’en pouvait plus, elle ne supportait plus qu’il s’occupe de ce qui ne le regardait pas, pourtant il l’avait laissé s’en aller, l’avait laissée tranquille. Retrouver la belle serdaigle, loin des méandres de la famille Zabini et des conflits qui étaient en train décimer la famille. Ravissante, magnifique, la jeune Hope attendait sagement que la métisse fasse son entrée, la retrouve, cela ne tarda pas, même si elle aurait préféré arriver plus tôt, bien moins énervée qu’elle ne l’était. Frustrée, mais cela servirait au final à la belle rouquine, une Lucrezia frustrée était beaucoup plus inventive. Surtout que lorsque l’aigle apprendrait ce qu’elle comptait faire de sa camarade de maison, il serait furieux. Elle jubilerait, elle jubilait déjà à cette idée. « Un emmerdeur? Qui a bien pu te chercher des problèmes? Ce ne peut qu'être un idiot pour ne pas être sous ton charme disposé à donne vie à tes moindres désirs. » Lucrezia se mets à rire un instant lorsqu’elle dit cela, certes le charme qu’elle possédait était indéniable, mais de là à ce que tout le monde suivre le moindre de ses désirs ? Elle pensait peut-être bien faire, la jolie Hope, mais pour le coup elle amusait la vipère, la rendant étrangement curieuse, bien plus qu’elle ne le serait en général. Même si elle n’appréciait pas ignorer certaines choses, elle ne voyait pas comment elle ne pourrait pas s’attirer les foudres de quelqu’un. Ne serait-ce qu’avec son comportement, elle s’attirait celles de presque toute sa famille. Si son père apprenait qu’elle jouait avec le plaisir des jeunes femmes, elle serait dans de beaux draps par exemple. « Oh mais tu sais, le problème est que je ne me fais pas que des amis. » Sans aucun doute, elle en avait suffisamment d’ailleurs, elle n’en avait pas besoin de plus, son stock et sa capacité étant limité. Lucrezia était rarement capable de penser aux autres, si elle n’en profitait pas, certains y avaient le droit, comme Perséphone, Alcyone ou même Dimka.

Mais la belle lui fait vite oublier cette idée, en répondant à cette question que la prédatrice avait déposé. Chose qui la fit sourire. « Je veux me sentir vivante. Je veux tout oublier. Je veux du plaisir comme jamais je n'ai pu en ressentir avant. Je veux rire. Je veux me sentir légère. Je veux que tu te souviennes de moi, te donner ce que tu peux désirer pour ne pas m'oublier dès que je ne serai plus devant tes yeux. » Un sourire carnassier se dépose sur ses lèvres, qu’elle ne l’oublie pas rien que cela, les choix de Lucrezia étaient éphémères, ses envies également. Rare étaient les personnes pouvant se dire qu’ils étaient passés plusieurs fois dans ses bras, voire dans ses draps. Mais ça l’amuse, elle apprécie ce genre de petite détails, de volontés, c’est une chose qui l’intrigue, bien plus qu’elle ne le devrait. « Rends-moi audacieuse. Fais tomber mes inhibitions. Je veux cesser de penser et planer pour pouvoir céder à ce qui me fait envie. » Son sourire s’agrandit un peu plus, mais la vipère se fige lorsque l’aigle joue avec l’une de ses boucles. Elle reste droite, attendant un quelconque signal de la jeune sorcière, pour qu’elle puisse jouer, lancer la soirée. Lui faire oublier tout ce qu’elle souhaitait. Ne la faire penser plus qu’à elle, au moins pour ce soir. Lucrezia était toute entière à Hope, ne serait-ce le temps de la soirée. « Montre moi comment faire. Guide moi. Dis moi ce qui peut faire envie à une personne aussi sexy que toi. » Au moins une chose était certaine, Hope savait comment se mettre la métisse dans la poche, lui faire autant de compliments était une bonne chose, sans aucun doute, elle ne pouvait pas se passer d’en entendre. Tant mieux d’ailleurs.

Néanmoins, Lucrezia n’est pas patiente, loin de là, incapable d’attendre ne serait-ce qu’un instant, préférant prendre le pouvoir quitte à se brûler les ailes. Doucement elle se rapproche de l’aiglonne, souriant doucement, se voulant étrangement plus douce qu’à son habitude, sait-on jamais, elle ne voulait pas l’effrayer. Il ne le fallait pas, cela serait trop compliqué sinon et elle serait encore plus frustrée par la situation. Passant l’une de ses mains sur la nuque de la rouquine, glissant ses doigts à travers ses cheveux, douceur rare. Bien plus habituée à tenir fermement sa proie, pourtant, ce soir elle fait attention à ses gestes, ne voulant pas être brusque. Elle rapproche son visage près du siens, le souffle chaud de la serdaigle se mélangeant avec le sien, la belle remarque les joues rosies, de sa sucrerie du soir. Elle dépose son autre main dans le dos de Hope afin de la rapprocher encore un peu plus d’elle, brisant la distance. Ne lui laissant pas le temps de se raviser, elle dépose ses lèvres sur celles de la rousse. Lance une danse doucereuse, passionnée, langoureuse. Se retire rapidement, laissant cette impression de frustration l’emporter. Pas maintenant, elle ne devait pas être trop rapide, trop passionnée, pas pour l’instant. « Tu veux beaucoup de choses de moi, es-tu au moins sûre que je puisse te le donner ? » Lucrezia ne doutait pas d’elle même, elle voulait être certaine que sa proie ne s’enfuirait pas, ne la laisserait pas en ayant peur de quoi que ce soit, de ce qu’il se passerait plus tard. Elle ne voulait pas l’effrayer. Doucement, la vipère dépose le sachet sur la table basse et va s’asseoir sur le canapé, tournant le dos à Hope la laissant là, attendant qu’elle fasse la prochaine approche. Ouvrant le sachet, saisissant plusieurs des petites pastilles se trouvant à l’intérieur,  un sourire sur les lèvres.  Qentrys allait en parler à Blaise, elle en était certaine, il allait être furieux, mais il fallait qu’elle inhibe les petites pensées noires de la rouquine. S’agenouillant sur le canapé se retournant vers la serdaigle, lui tendant sa paume ouverte les pastilles à l’intérieur. « Et si c’était toi qui me la faisait prendre ?  Surprend moi bébé. » Lucrezia laissait ses envies reprendre le dessus, lui montrant la voie, lui laissant le choix, bon nombre de possibilités s’offrait à l’aiglonne, serait-elle assez sûre d’elle ? La vipère l’espérait.
   
⇜ code by bat'phanie ⇝


Flare Guns
IN MY HEAD
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

   

Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1330 Gallions : 651 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Lucrezia & Hope
When was the last time you did something for the first time
L'innocence, l'insouciance, la rêverie, la foi, etc. De nombreux sentiments étaient supposés m'habiter à cet âge où ma vie commence à peine. Mais j'avais été déçue et blessée. J'avais besoin de temps pour me remettre de ce qui m'apparaissait comme une épreuve sur mon chemin. Je voulais profiter de la vie pour graver dans mon esprit des souvenirs mémorables qui me donneraient la force d'affronter les mois à venir avec une confiance inébranlable dans les bonnes choses qui ne manqueraient pas de m'arriver. Je voulais oublier ce qui m'avait fait du mal et mis le moral à zéro. Ce n'était qu'un bref passage à vide après tout ? Je ne pouvais imaginer combien les choses pourraient devenir pires ensuite. Je ne pouvais l'envisager. Je n'avais pas la moindre idée combien les choses allaient devenir pires alors avec ces fragments d'innocence, je profitais de ce que la vie avait su mettre sur mon chemin. Je m'offrais totalement à ce plaisir éphémère. Je m'y adonnais avec une satisfaction à peine voilée. Je ne cherchais pas à penser, à réfléchir où tout cela me mènerait. Je fonçais sans prendre la peine de raisonner. Je vivais ma vie tout simplement. Je savourais l'essence même des choses. Je n'avais pas confiance en moi. Je n'avais pas confiance dans la vie. Je n'avais pas confiance dans mes capacités. Je n'avais pas confiance dans mon talent à plaire. Mais j'avais confiance en Lucrezia pour une raison sans doute folle et totalement injustifiée. Je ne la connaissais pas vraiment. J'avais entendu des choses la concernant et certaines pouvaient effrayer. Elle avait raison de dire qu'elle ne se faisait pas que des amis. Mais si tout était offert à mes yeux innocents, pourtant je croyais en elle assez pour me confier à ses bons soins. Je voulais croire qu'elle ne profiterait pas de la situation. « Ceux qui ne veulent pas de ton amitié sont des idiots. Ceux qui veulent te détester ne savent pas ce qu'ils ratent. » J'ai conscience que dans son regard, il y a un petit éclat amusé. J'espérais simplement qu'elle ne se moque pas de moi. Il y avait un certain défi en moi qui me poussait à vouloir savoir captiver son attention. Je voulais l'intéresser et non lui donner envie de rire à mes dépens. Je n'avais jamais été orgueilleuse. Je n'avais jamais eu cette sensation d'avoir à faire mes preuves non plus avant ce jour. Mais cette lueur dans son regard, cette aisance toute prédatrice me poussait à vouloir la surprendre. Je voulais que pendant une soirée, elle ne veuille pas me quitter. Je savais que je rêvais toute éveillée mais j'avais besoin de me sentir intéressante. La voir se figée me donne un sentiment de peur. Ai-je fait quelque chose de mal ? Le semblant de confiance que j'ai affiché par ce geste anodin qu'en apparence semble prêt à s'évaporer. Je suis en train de me dégonfler. J'ai peur d'avoir dit quelque chose de mal. Mon regard se fait interrogatif, un peu déçu aussi. Je ne le suis pas de la belle métisse mais de moi, de ma maladresse.

Mon cerveau me dit de fuir. Il me dit de m'éloigner du danger. Il me dit de ne pas me ridiculiser plus que je ne le suis déjà. Mais pourtant, je suis comme figée essayant de faire le tri dans mes pensées. Je suis prête à prendre mes jambes à mon cou sous la honte et la peur. Je n'ai rien d'une courageuse lionne. Mais ce plan tombe à l'eau à la seconde où elle fait un pas dans ma direction. Les lèvres entrouvertes, j'attends patiemment. Je suis suspendue à ses gestes. Mon souffle se fait plus lent. Je souris timidement sous son geste doux. Elle me surprend car je ne l'aurais jamais imaginée faire preuve d'autant de délicatesse. Elle semble prendre ses précautions comme si elle avait peur de me casser. Je frissonne lorsque son souffle semble frôler ma peau pour l'embraser. Son visage est si proche et je réalise quels désirs, quels instincts dictent les gestes de la vipère. Avais-je conscience de ce dans quoi je m'embarquais en lançant mon invitation ? Pas le moins du monde croyant que c'était une blague et que les plaisirs saphiques n'étaient pas réellement dans les cordes de le tigresse. Je me retiens de respirer quand elle me rapproche lentement d'elle. Je ne sais pas quoi faire de mes mains. Je ne sais pas comment réagir et je suis bien trop sobre pour me sentir à l'aise. J'ai la sensation d'être une gourde. Mais quand ses lèvres se posent sur les miennes, mon corps réagit. Je lui rends son baiser sans me demander si je suis nulle ou si je me débrouille. Je succombe au pêché de luxure alors que ses lèvres prennent possession des miennes avec volupté. La sensualité semble être une partie d'elle et je dois retenir un grognement de frustration que notre baiser prenne fin trop rapidement. J'en veux plus, bien plus. Je reste un moment sous le choc de la surprise alors que je reprends le contrôle de mon esprit très lentement. Sa question me prend de cours et je hoche vigoureusement la tête de haut en bas alors que je n'ai pas la moindre hésitation. Je sais que si elle elle ne peut pas, personne ne le pourra. Je suis sans voix et je suis ses gestes. Mon regard se pose sur le sachet alors que la peur, l'excitation, l'hésitation, les doutes, l'envie semblent se mener un combat sur ce qui finira par l'emporter. Je suis ses gestes avec fascination avant de fixer sa paume et les petites pilules avec une gourmandise vicieuse. Je tourne une seconde la tête vers la sortie, ma seule sortie que je pouvais prendre maintenant ou rester et succomber. Un sourire timide aux lèvres, je finis par lentement m'approcher. « Je suis certaine que tu peux m'apporter ce à quoi j'aspire. Il me suffit de m'abandonner. Je te laisse profiter de moi comme tu le désires sans te poser de questions. » J'ai la cœur qui bat la chamade alors que sa demande ma laisse tellement perplexe. Je pourrais encore fuir. Mais ce petit surnom me donne des frissons et le courage qui pouvait me manquer. Je suis désormais proche d'elle et je sais ce qu'elle attend de moi. La surprendre ! Je m'installe sur le canapé dans la même position qu'elle, lui faisant face. Mon regard exprime de la fébrilité. Je prends les comprimés doucement avant de les glisser dans mon autre main. Je laisse courir mes doigts de sa paume vers son poignet, le long de son bras avant de glisser dans son cou. « Bébé ? Ce surnom me donne du courage. J'espère que ça pourra être assez surprenant pour toi chaton. » Je suis nulle en surnom que voulez-vous surtout que le chaton a plus des allures de tigresse. Je prends une profonde inspiration avant de glisser un comprimé sur le bout de ma langue. Je pose l'autre sur le bout de mon doigt que je viens doucement offrir à ses lèvres l'incitant à m'imiter. Une fois pris, je ne réfléchis plus alors que je viens l'embrasser, maladroitement passionnée. Je laisse le comprimé se dissoudre sur ma langue que je viens mêler à la sienne en une valse langoureusement et sensuelle. Mon bras vient se passer autour de son corps la reprochant de moi dans un besoin désespéré de me laisser aller mais aussi de ne pas laisser la peur dominer. Cette proximité me réconforte mais mon inexpérience me laisse assez désarmée pour prendre d'autres initiatives. J'ai besoin qu'elle laisse son don à la domination prendre le dessus.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.


Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia Zabini
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : septième année ϟ serpentard
Célébrité : ashley moore
Pseudo : MONAZ•HOPE Âge : 25 Parchemins : 1145 Gallions : 292 Date d'inscription : 08/06/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1907-lucrezia-mefie-toi-des-apparenc http://www.mumblemumps.com/t1947-lucrezia-the-notebook http://www.mumblemumps.com/t2015-brutus-les-petits-parchemins-de-lucrezia#52057 http://www.mumblemumps.com/t2101-journal-de-monazohope


   
When was the last time you did something for the first time
⚜️ Hope Scott & Lucrezia Zabini ⚜️

   
« Ceux qui ne veulent pas de ton amitié sont des idiots. Ceux qui veulent te détester ne savent pas ce qu'ils ratent. » Avec la Zabini rare était la demi-mesure, loin de là, tout était noir ou blanc, pas de petit dégradé de gris, oui ou non, même si la négation était souvent mal prise. Incapable d’accepter ce genre de situation, où elle n’est pas maître d’elle même, chose que son père tente de faire depuis son plus jeune âge. La dresser, sauvage qu’elle était personne n’avait réellement su la dompter suffisamment longtemps, hormis Blaise peut-être. Et encore, elle lui filait souvent entre les doigts comme de la fumée, s’écartant de lui dès qu’elle le pouvait. Ne lui laissant pas autant de poids qu’il le voudrait bien au contraire, lui demandant de plus en plus d’espace, au fur et à mesure que le temps passait. Sinon, elle n’aurait jamais pu faire ce qu’elle était en train de faire, se rapprocher de la jolie serdaigle, jouer avec la beauté de la rouquine. Alors, elle ne comptait pas rester sur sa faim, profiter d’un petit moment seules toutes les deux était parfait, loin des regards indiscrets qui plus est. Offrant un petit avant goût à l’aiglonne, la vipère dépose son venin sur ses lippes, lui donnant envie de plus, un petit aperçu de ce qui lui arriverait.

Une fois installée, sur le canapé, la métisse se retourne vers son divertissement de la soirée, lui proposant l’une des petites pilules qu’elle venait d’acheter juste pour elle. Souriant, lui laissant le choix, elle pouvait tout à fait s’enfuir, revenir sur son idée, chose que Lucrezia comprendrait, risquant tout de même de mal le prendre. Elle avait tout fait pour que cette soirée soit spéciale, bon loin d’être parfaite pour une première soirée à deux, mais c’était bien connu qu’elle ne jouait que très rarement deux fois avec le même jouet. « Je suis certaine que tu peux m'apporter ce à quoi j'aspire. Il me suffit de m'abandonner. Je te laisse profiter de moi comme tu le désires sans te poser de questions. » Comme elle le désirait ? La jolie Hope était-elle sûre de ce qu’elle laissait comme champs libre à la vipère ? Se rendait-elle compte qu’elle entrait dans un terrain dangereux. Certainement, d’où le temps de réaction qu’elle mettait avant de répondre ou bien d’oser ne serait-ce qu’un petit mouvement près de la métisse. Chose qui amusait la sorcière, elle comptait bien en profiter, de cette belle princesse qui lui donnait le feu vert, laissant libre cour à ses envie et ses désirs.

La vipère attendait, silencieuse regardant sa belle, le temps de s’assurer qu’elle s’approchait bien d’elle, un léger rictus ravi se dessinant doucement en la voyant se rapprocher d’elle. La douce proie se rapproche et la prédatrice en elle est en pleine effervescence, pourtant elle ne bouge pas, reste calme, le temps que l’aiglonne soit à ses côtés. La voyant faire du même, elle ne perd pas son sourire, se faisant carnassier à chaque mouvement de la belle. Face à face la métisse attend sagement, repoussant ses envies de prendre le dessus, laissant encore un peu de temps à la princesse. Sentant les doigts parcourir sa peau d’une douceur exquise, Lucrezia profite, rêvant de lui emprisonner les mains pour que ce contact ne cesse jamais. Les comprimés disparurent dans la main de la rouquine. « Bébé ? Ce surnom me donne du courage. J'espère que ça pourra être assez surprenant pour toi chaton. » Chaton, elle fit une moue intérieure, ne voulait pas gêner la serdaigle sait-on jamais, elle pourrait prendre peur à ce genre de réaction. Par conséquent, elle se laisse faire la laisse déposer l’un des comprimés dans sa bouche, attendant de savoir ce qui arriverait au deuxième. Voyant son doigt approcher, elle ouvre naturellement la bouche afin de lui permettre d’offrir ce présent, mais reste toujours aussi discrète que possible. Pour l’instant cela semblait intéressant, attendant de voir la suite. L’aiglonne s’approche doucement, essayant de prendre le statut de prédatrice le temps d’un instant, le naturel de la vipère reprends le dessus dès lors que les lèvres de la rouquine se posent sur les siennes. Profitant de cette valse langoureuse entre elles, Lucrezia sens le bras de la serdaigle essayer de la rapprocher d’elle, elle prolonge ce baiser autant qu’elle le peu, en rajoutant une petite touche passionnée pour la belle. Elle l’attire vers elle en la rapprochant un peu plus. Posant l’une de ses mains, dans le cou de la rouquine, laissant l’autre courir dans le dos d’Hope, descendant sur ses courbes afin de se poser sur le creux de ses reins. Un instant, sentant la substance dissoute, la vipère se recule tout en laissant l’un de ses mains se poser sur le doux visage de sa proie.

Un sourire carnassier sur les lippes. « Intéressant, je suis certaine que tu en ferais tourner des têtes si tu sortais d’ici dans cet état. » Elle se mordille la lèvre inférieure en posant son regard sur la jolie Hope, laissant son pouce courir sur les lèvres de sa belle. Se rapprochant doucement de son cou, elle respire dans l’oreille de la rouquine. « Mais ce soir tu es à moi. » Elle en profite pour l’embrasser dans le cou, puis s’écarte d’elle afin de se rapprocher de l’endroit où son ami disposait ses bouteilles. Pour en ramener une de whisky pur feu et deux verres, souriant de manière enjouée en  se rapprochant de nouveau de Hope. Venant derrière elle pour jouer  avec sa crinière de feu, laissant glisser ses magnifiques cheveux dans ses doigts, se perdant dans la lisseur de ceux-ci. Déposant ses mains dans le cou de la jeune femme, puis sur ses épaules pour se placer derrière sa tête et lui murmurer. « N’oublie pas que c’est toi qui décide, si tu ne veux pas, tu as le droit de dire non, tu commandes. » Au final, c’était tout à fait vrai elle choisirait si Lucrezia avait le droit de la toucher ou non, même si elle tenterait bien de faire ce qu’elle voudrait d’elle. « Ici tu n’as qu’a envoyer tes problèmes chier, rien de plus, tu as le droit de faire tout ce que tu veux princesse. »
   
⇜ code by bat'phanie ⇝


Flare Guns
IN MY HEAD
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

   

Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1330 Gallions : 651 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Lucrezia & Hope
When was the last time you did something for the first time
Je me sentais comme une actrice à une audition. Je voulais donner la sensation d’avoir une totale confiance en moi même si ce devait être la plus totale et parfaite illusion. Je voulais que la vipère pense que j’avais suffisamment d’expérience pour l’amener à suivre le cours de ses pensées lubriques, répondre à cette audace provocatrice qui collait à la peau de la sensuelle métisse. Je ne voulais pas décevoir les attentes qu’elle pourrait avoir. Je me refusais à bouleverser le cours de ses envies en lui parlant de mon inexpérience. Pour ce soir, je n’étais pas la pure et innocente Hope dont le premier contact avec le monde du désir avait pris naissance sur un banc de classe pendant une heure de colle. Flynn avait su allumer un feu dans une zone secrète de mon corps jamais touché si intimement avant ce jour. Il n’avait fait qu’effleurer ma peau du bout des doigts mais ça avait suffi à me faire prendre conscience que je pouvais éprouver certains désirs inavouables. Je ne m’étais jamais sentie aussi prête à passer à une vitesse supérieure dans mes relations intimes. J’étais plus mature. J’avais envie de me laisser initier au monde de la volupté. J’aurais probablement pu choisir une personne dont j’étais plus proche, avec qui j’avais pu tisser un lien pour succomber à la tentation. J’aurais pu mais c’est en ce moment que j’avais besoin de me laisser aller complètement, de m’abandonner. J’avais besoin de me sentir libérée du poids de la vie. J’avais besoin d’oublier tout ce qui me tirait vers le bas pour pouvoir m’élever et ressentir un plaisir jamais même imaginé. Je voulais atteindre le septième ciel ou en tout cas m’en approcher. Je voulais planer et la drogue qui lentement se dissipe dans mon organisme m’aide à me sentir plus légère. Ça explose en moi comme un feu d’artifices colorés. Je n’ai jamais touché aucune substance illicite avant ce jour mais l’ivresse qui s’empare de moi me donne envie de rire toute seule. La peine qui m’a serré le cœur depuis des jours et des jours me semble soudain bien ridicule. Le baiser que l’on échange est renversant. Il me bouleverse toute entière alors que la passion l’emporte sur ma réserve habituelle. Je succombe à l’ivresse des sensations avec un plaisir qui me laisse à bout de souffle. La métisse m’ensorcèle et m’envoûte alors que je suis totalement sous son emprise bien décidée à la laisser avoir de mon être tout ce qu’elle peut désirer. Je ne veux pas lui opposer la moindre résistance quand tout cela est si jouissif et plaisant. Je n’avais jamais imaginé que cela pouvait faire autant de bien. Je ne savais pas que succomber pouvait être une chose aussi libératrice moi dont les principes semblaient si bien enracinés. J’étais une petite fille sage qui avait payé un prix trop lourd pour un simple moment d’abandon, d’inadvertance. J’avais manqué de discernement mais avais-je mérité un tel jugement pour autant ? Je me refusais d’y croire.

J’envoie valser tous mes principes et toutes mes réserves. Je m’en fous du monde autour. Je veux simplement m’abandonner pour éprouver ce plaisir plus puissant que toute la douleur de mon cœur brisé. Je veux envoyer Maddox se faire foutre alors que la manière dont on s’est quittés me laisse un goût amer en bouche. J’en veux au jeune Serdaigle de m’avoir blessée. Je veux que je sois la seule à compter en cet instant précis et que tout le reste se dissipe. Je ne veux plus penser au monde qui tourne autour de nous car il n’a plus la moindre importance. Je me sens enfin mieux, mieux que je ne l’aurais cru possible. J’avais pensé ne pas pouvoir dépasser tout ce que j’avais enfoui au plus profond de moi. J’avais sous-estimé ma capacité à rebondir. Quand elle dit que je pourrais faire tourner des têtes, une interrogation silencieuse passe dans mes yeux avant que je n’arrive à balbutier avec une certaine hésitation empreinte de timidité. « Moi ? Moi je ferais cela ? » Je n’arrive pas à m’imaginer faire succomber quiconque. Je n’arrive pas à imaginer que je puisse être attirante et encore moins, quand je regarde la demoiselle pour qui la sensualité semble innée. Je ne sais pas naturellement comment agir pour susciter l’envie de plus avec moi. J’ai besoin que l’on me guide. Son pouce sur ma lèvre me donne envie de le mordiller. Je l’admire se mordiller la lèvre avant de glousser quand son souffle me chatouille. Je suis à elle ? Est-ce que je le veux ? Oui ! C’est plus qu’une évidence. Son baiser me donne chaud. Je tends la main dans le vide pour la retenir mais je la laisse aller. Je regarde les bouteilles, une interrogation muette quand je songe au mélange pilules et alcool. Puis je me rappelle que ce soir j’envoie tout chier. Je ferme les yeux la laissant faire. Je souris doucement à ses mots avant de dire la voix assez rauque. « Je commande ? Tout envoyer chier ? Ça me plait. Je ne veux rien de plus que m’amuser. Je veux que le plaisir domine et me fasse oublier tout ce qui a pu me miner. » Je tourne lentement la tête vers elle cherchant dans son regard de quoi me rassurer. Je me demande si je peux réellement lui faire confiance ? Je ne doute pas qu’elle s’arrêtera si je le lui demande. Il ne m’en faut pas plus pour venir lentement glisser ma main dans son cou et le fixer avant de murmurer. « Je ne crois pas que je veux de verre. » Je prends la bouteille avant de me reculer légèrement pour prendre une première gorgée d’alcool. Je tousse quand je ressens la brûlure du whisky dans ma gorge. J’en ai les larmes aux yeux mais j’en reprends une seconde, plus généreuse. Elle passe déjà bien mieux. Je sens la chaleur me monter au visage et je rigole un peu. « J’ai chaud. Je trouve qu’il fait soudainement plus chaud ici. » Je lui rends la bouteille avant de me mordiller la lèvre timidement. J’ai plus de courage grâce à ce que j’ai pris. Lentement, j’attrape les bords de mon propre haut pour le faire remonter et finalement le laisser tomber au sol. Je souris en coin me surprenant à faire preuve d’un courage inattendu. « Montre-moi la voie chaton. Je sais exactement ce que je veux ? Toi tout simplement. » Je me tourne un peu vers elle puis je glisse à nouveau ma main dans son cou avant de venir l’embrasser plus sensuellement, plus passionnée. Je laisse lentement ma main glisser dans son dos avant de se poser sur sa hanche, à même la peau, en toute innocence… ou pas…
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.


Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia Zabini
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : septième année ϟ serpentard
Célébrité : ashley moore
Pseudo : MONAZ•HOPE Âge : 25 Parchemins : 1145 Gallions : 292 Date d'inscription : 08/06/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1907-lucrezia-mefie-toi-des-apparenc http://www.mumblemumps.com/t1947-lucrezia-the-notebook http://www.mumblemumps.com/t2015-brutus-les-petits-parchemins-de-lucrezia#52057 http://www.mumblemumps.com/t2101-journal-de-monazohope


   
When was the last time you did something for the first time
⚜️ Hope Scott & Lucrezia Zabini ⚜️

   
La douceur de la jolie serdaigle changeait des différentes habitudes de la vipère, elle n’est que rarement aussi attentive à ce qu’il se passe autour d’elle. Essayant de comprendre l’autre, sans la brusquer, afin que la belle rouquine ne s’enfuit pas au moindre faux pas de la vipère. Rare étaient les personnes pouvant prétendre à ce traitement de faveur de sa part, néanmoins, il n’était pas certain que la belle le remarque. Bien trop douce et innocente pour cela, était-ce sale de jouer ainsi avec Hope ? Lucrezia préférait éviter d’y penser sait-on jamais. Espérant que Xander ne le prendrait pas mal, mais depuis quand avait-elle des doutes sur ce genre de choses ? Sérieusement, ce n’était pas une bonne chose de laisser Qentrys rentrer dans sa tête parfois, elle n’aurait jamais du le laisser s’approcher. Elle n’était pas dupe le Goyle n’avait pas dû la croire, loin de là, c’était impossible, il la connaissait que trop bien, depuis une éternité. Il avait toujours été là, auprès de Blaise, alors comment ne pouvait-il pas se rendre compte lorsqu’elle lui mentait. La vipère était douée pour avoir ce qu’elle voulait, mais pas avec l’aiglon, il lui filait bien souvent entre les doigts à cause de petites choses qu’elle ne comprenait pas. Une pseudo loyauté pour un type qui baise sa cousine, sérieusement.

La métisse reporte son attention sur sa belle du soir, oubliant l’aigle le temps d’une soirée, elle pouvait bien faire cela pour les beaux yeux de sa douce. Une fois qu’elle regardait avec un regard pénétrant la rouquine elle ne pu s’empêche de faire une remarque sur le fait qu’elle puisse faire tourner bon nombres de tête dans cet état. Si jamais elle la laissait s’en aller sans continuer, Hope en ferait fondre plus d’un à l’extérieur. Comme si elle venait de manger une partie de la prédatrice qui jouait avec elle. « Moi ? Moi je ferais cela ? » « Oui sans aucun doute.Tu es ravissante et dans cet état on a simplement envie de te croquer. » Elle comprendrait ce qu’elle voulait dans cette phrase, mais l’aiglonne devait en profiter, les compliments de Lucrezia étaient bien souvent rare. Les mots gentils comme ça, pour le plaisir ce n’était pas son truc, il lui fallait une bonne raison pour le faire, elle en avait une ce soir-là. Profiter de la serdaigle, il fallait bien qu’elle passe un peu de pommade si elle voulait jouer. « Je commande ? Tout envoyer chier ? Ça me plait. Je ne veux rien de plus que m’amuser. Je veux que le plaisir domine et me fasse oublier tout ce qui a pu me miner. » Cela amusait la serpentard que sa camarade reprenne une partie de ses mots, un petit sourire amusé se dessinait alors qu’elle penchait la tête pour la regarder attendrie par la situation. Peut-être un peu trop d’ailleurs.

Doucement, elle sent la douceur de la main de l’aiglonne se poser sur son cou. L’effervessance commence à faire effet et tant mieux. Un rictus se dessine sur le coin de ses lippes, elle commence à se sentir assez à l’aise afin d’oser de faire le premier pas, une bonne chose d’ailleurs. « Je ne crois pas que je veux de verre. » Surprise qu’elle ne peux s’empêcher de montrer alors que la rouquine lui prend la bouteille des mains. Impressionnant à quel point certaines substances pouvaient permettre à de doux agneaux de sortir des rangs comme ça. Sans être réellement poussé par une louve incapable de laisser sa proie tranquille. En entendant son rire, la métisse la suit dans cette idée, déposant les verres à terre tant pis pour ça. « J’ai chaud. Je trouve qu’il fait soudainement plus chaud ici. » Hope lui redonne la bouteille, la surprise se lisant sur son visage. Elle est incapable de ne pas le montrer alors qu’elle regarde la douce aiglonne enlever son haut. Regardant la bouteille puis la rouquine pour être certaine qu’elle avait bien fait ce qu’elle avait vu. Un petit sourire en coin. « Montre-moi la voie chaton. Je sais exactement ce que je veux ? Toi tout simplement. » La vipère reste figée alors que l’aiglonne s’approche doucement d’elle, étrangement, la prédatrice change de corps le temps d’un instant. Chose qui déplaît à la métisse, elle n’apprécie pas la façon dont ça tourne mais elle sourit tout de même en laissant la jeune femme l’embrasser. Laissant la jeune femme faire, restant encore un peu figée tout en sentant sa main se déposer doucement dans son dos. Lucrezia approfondit le baiser, en laissant tomber la bouteille sur le canapé, attirant un peu plus l’aiglonne vers elle. Déposant ses mains sur les épaules, tout en descendant lentement sur sa peau porcelaine qu’elle pouvait à présent voir comme elle le souhaitait. Passant doucement au dessus du canapé pour se rapprocher de la belle, la vipère reprend le dessus, laissant son caractère s’afficher doucement. Incapable de laisser la situation lui filer entre les doigts. Elle allonge tendrement l’aiglonne avec un petit rictus tout en la regardant dans les yeux, sentant doucement le désir monter. « Si tu sais ce que tu veux. » Elle dépose un baiser dans le cou de la rousse, mordille doucement la peau, réfléchissant un instant à lui laisser une marque ou non. Tout en posant l’une de ses mains sur la hanche de la belle, elle la laisse aller ou elle le souhaitait, en ne faisant que de très légères pressions. Puis au bout de quelques minutes de baisers dans le cou de la belle Hope elle se relève pour rester à califourchon sur la serdaigle. Elle la regarde un instant, réfléchissant à ce qu’elle pouvait faire de cette ravissante créature. « Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de toi ? » C’était une question sans l’être, n’ayant pas vraiment utilisé de ton interrogateur. Laissant courir ses doigts sur la peau de Hope.    
⇜ code by bat'phanie ⇝


Flare Guns
IN MY HEAD
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

   

Revenir en haut Aller en bas
Hope E. Scott
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle
Célébrité : Katherine McNamara
Pseudo : Aurore Âge : 29 Parchemins : 1330 Gallions : 651 Date d'inscription : 13/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
22/22  (22/22)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1435-hope-e-scott-o-il-faut-apprendr http://www.mumblemumps.com/t1477-hope-e-scott-o-fall-down-seven-times-stand-up-eight

Lucrezia & Hope
When was the last time you did something for the first time
Je ne me reconnais pas vraiment alors qu’une forme d’audace semble me pousser vers la vipère. J’ai envie de la surprendre et de lui laisser un souvenir impérissable après ce moment. Mais plus que tout, je ne veux pas que mes hésitations puissent trahir mon inexpérience. Je ne crois pas que la métisse soit dupe que je n’ai jamais succombé au charme féminin avant ce soir mais de là à avoir deviné à quel point je suis vierge de toute caresse. Jamais personne n’a vu ce qu’elle peut voir. Jamais personne n’a eu l’opportunité de m’avoir toute offerte à ses désirs les plus voluptueux. Je veux m’offrir à elle en toute sensualité. Je veux sentir ses doigts en des endroits que je n’ose caresse que timidement. Même ma propre main ne me connait pas tant que cela alors que les plaisirs solitaires ne sont que de rares moments de perdition hésitants. Je ne veux pas lui avouer mon secret car je ne veux pas que ça puisse changer quoi que ce soit entre nous. Je ne veux pas qu’elle éprouve de la culpabilité à cueillir ma fleur offerte pour la première fois alors que j’ai le cœur en miettes. Je veux être la maîtresse de mon propre destin. Je ne veux pas continuer de passer mon temps à rêver de celui qui viendra bouleverser toute mon existence tel un héros de roman. J’avais ouvert les yeux. Les princes charmants n’existent pas. On croit aux promesses et aux toujours mais ce n’est que du vent. Je pensais que Maddox était la perfection et que je n’avais pas à craindre qu’il ne me brise le cœur mais ce n’était qu’illusion. Alors je ne voulais plus perdre mon temps dans l’expectative de trouver le « bon ». Je voulais profiter de la vie pleinement et me distraire. Je voulais que le plaisir l’emporte sur la morosité qui avait gagné mon cœur depuis quelques semaines, en fait, depuis que Maddox m’avait rejeté.

Rien n’était plus pareil. Dans mon monde, il y avait des larmes et des cauchemars. Il y avait surtout un sentiment de solitude énorme qui me rappelait combien j’avais besoin d’une distraction qui me rende le goût de la vie. Je pense que la métisse était une porte ouverte sur le monde de la volupté et de l’amusement. Quand elle m’assure qu’on a simplement envie de me croquer dans cet état, je ne peux que rougir charmée par l’idée. Je me demande bien ce qu’elle croquerait mais je n’ose pas demander de crainte de passer pour une fille inexpérimentée. J’apprécie ses mots avec un plaisir non feint. J’aime que l’on me flatte et je peux pressentir que je n’aurai pas droit à énormément d’autres petites attentions du même genre et que donc je suis mieux d’apprécier ce qu’elle me donne. Je la regarde comme un bonbon que l’on veut glisser sous la langue afin de le savourer. Je veux jouer avec pour prolonger le plaisir de le savourer le plus longuement possible. Je veux le faire rouler sous ma langue, m’en amuser jusqu’à ce que le parfum se répande tout entier dans ma bouche avide et gourmande. Mais alors que je pourrais prendre plus d’initiatives, je suis incapable de savoir prendre les devants. J’ai osé un peu mais je ne peux pas me montrer plus inventive. Je la laisse reprendre les rênes volontiers. Elle est sans doute bien plus inventive que je ne pourrais l’être. Je pourrais prendre froid. Mais au contact, son regard et ses mains sur ma peau me rendent brûlante. J’ai l’impression qu’un feu brûle en moi dont je n’avais pas la moindre idée qu’il sommeillait là quelque part. Sans doute que les petites pilules sont les grandes responsables. Je retiens mon souffle alors qu’elle passe au-dessus du canapé pour me rejoindre. Je la regarde soudain plus fébrile alors que je sens que la distance se réduit de plus en plus, la sentant tellement proche désirant qu’elle le soit encore plus.

Je la laisse me guider et m’allonger accrochant mes iris aux siens. Je suis dépendante. Je suis pendue à ses lèvres alors que je hoche lentement la tête de haut en bas lui donnant raison alors que je pourrais accepter tout ce qu’elle me demandera sans restriction. « Oui je sais ce que je veux. » Je frémis de tout mon long. J’adore sentir ses lèvres sur ma peau. Je me demande si je vais garder une trace de morsure et l’idée semble me charmer étonnamment. Je n’ai jamais eu de suçon avant. Mais je ne crois pas en avoir une. Ma peau est couverte de frissonnes là où ses mains se posent alors que je me sens hyper sensible. C’est comme si une décharge de chaleur m’irradiait partout où elle exerce une douce pression. J’adore cela mais j’en veux bien plus que ces petits effleurements. Je retiens mon souffle avant de dire la voix rauque, chargée de désir. « Tu peux faire de moi tout ce que tu désires, te laisser porter par ton inspiration. Je te suis offerte. » Je la regarde et timidement je viens glisser mes doigts sur le bord de son haut. J’hésite un peu mais j’ose les laisser se faufiler dessous le tissu pour venir lentement caresser sa peau. Elle est douce et soyeuse. Je guette sa réaction mais encouragée j’ose remonter un peu sur ses flancs dévoilant un bout de bout. Je ne peux résister à la tentation d’y faire courir mes doigts avec légèreté. Je la regarde avec une certaine fascination mais je ne prends pas plus d’initiative la défiant légèrement du regard lui offrant une vue sur le désir qui gronde en moi. « Dis-moi quelle envie te vient en premier ? » Je sais que pour ma part j’ai très envie de découvrir la vue de sa peau. J’ai envie de pouvoir apprécier la superbe vue. Je veux pouvoir me sentir entrer dans le monde privilégié de celles qui ont pu admirer la grâce d’un corps dans sa plus parfaite nudité.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.


Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia Zabini
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : septième année ϟ serpentard
Célébrité : ashley moore
Pseudo : MONAZ•HOPE Âge : 25 Parchemins : 1145 Gallions : 292 Date d'inscription : 08/06/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1907-lucrezia-mefie-toi-des-apparenc http://www.mumblemumps.com/t1947-lucrezia-the-notebook http://www.mumblemumps.com/t2015-brutus-les-petits-parchemins-de-lucrezia#52057 http://www.mumblemumps.com/t2101-journal-de-monazohope


   
When was the last time you did something for the first time
⚜️ Hope Scott & Lucrezia Zabini ⚜️

   
Si certaines personnes apprenaient ce qui se passait sous cette tente, Lucrezia serait foutue. Non pas seulement avec la partie de sa famille qui n’accepterait pas ce genre d’attitude de sa part, mais aussi, le fait qu’elle puisse jouer avec ce genre de substances illicites. Néanmoins, elle oubliait vite certaines choses qui pourraient la déranger sur ce point, elle n’avait pas besoin d’y penser, elle ne devait rêver que de la jolie Hope ce soir-là. Elle lui ferait certainement découvrir des choses auxquelles elle ne se penserait jamais capable. Ce qui démangeait la sorcière, elle avait besoin d’en savoir un peu plus sur la belle rouquine, quoi de mieux que de passer une soirée de débauche seule avec elle pour cela. Elle en avait conscience Lucrezia, cela pouvait être dangereux. Elle jouait sur une pente raide, l’aiglonne pouvait fuir à tout moment et elle devrait faire que trop attention à ne pas trop apeurer sa biche.

Après quelques instants de tranquillité, Lucrezia s’était approchée de la rouquine, afin de lui faire comprendre que la partie douce était terminée. Il était temps qu’elle s’avance un peu plus dans leur relation, surtout si elles étaient sur la même longueur d’ondes pour cette soirée. Pour la Zabini, cela n’irait as plus loin que ce soir-là, elle n’était pas prête à se poser avec quelqu’un, encore moins avec une fille. Certes, elle adorait s’amuser avec les corps féminin, mais de là à se promener main dans la main avec une élève il y avait un monde. Déjà qu’elle avait du mal à faire confiance à un mec, à vrai dire, elle n’était pas aidée avec Blaise, ce n’était pas comme s’ils pouvaient se montrer au grand jour. Mais pour l’instant, elle était incapable d’aller plus loin que quelques soirées avec une personne, histoire de s’amuser. Maintenant, qu’elle était certaine que Hope ne lui en demanderait pas plus, Lucrezia devient de plus en plus tactile, laissant son côté prédateur s’imposer de lui-même sur l’aiglonne. Néanmoins, elle laisse la possibilité à celle-ci de faire ce qu’elle veut, elle ne veut pas brider son imagination, si elle veut tenter quelque chose la serdaigle le pouvait. Après tout, Lucrezia était là pour ça.

« Oui je sais ce que je veux.  » Hope étonnait au fur et à mesure de la soirée la vipère, chose qui lui faisait plaisir, elle ne pouvait pas toujours contrôler, malheureusement, mais profiter de la vue que trop agréable du corps de la rouquine faisait sourire la métisse. Lucrezia dépose des baisers partout dans le cou de sa belle, le temps d’un instant avant de se relever pour la regarder un instant. Se perdant dans les yeux magnifiques de la serdaigle. « Tu peux faire de moi tout ce que tu désires, te laisser porter par ton inspiration. Je te suis offerte.  » Un sourire ravi se dépose sur ses lèvres, c’était certainement la chose que la belle rouquine pouvait qui lui faisait le plus plaisir. Même si elle avait déjà compris ce qu’elle pouvait faire d’elle, elle s’inquiétait un peu d’aller trop loin avec elle. Sait-on jamais, ce n’était pas dans son habitude. Elle stoppe les mains de sa compagne du soir, juste pour jouer, le temps d’un instant, avant d’en remonter une vers le haut de ses flancs et l’autre au creux de ses reins. Afin de l’inciter à oser un peu plus. « Dis-moi quelle envie te vient en premier ?  » « Oh...  » Lucrezia n’arrive pas à s’empêcher d’être étonnée par la rouquine sur ce coup-là, elle ne s’y attendait pas à ce genre de questions. Pourtant elle aurait dû, Hope semblait si inquiète au début de leur petite soirée. Néanmoins, la métisse dépose ses mains sur les côtés de la belle, le temps de réfléchir à ce qu’elle pouvait répondre.

Lucrezia attrape à nouveau les mains de Hope pour cette fois-ci qu’elle lui enlève le débardeur qu’elle porte. Elle pourrait le faire elle même, mais c’était tellement plus intéressant que ce soit elle qui lui enlève. « Je vais peut être commencer par jouer avec ça.  » La métisse dépose un baiser sur les lèvres de la rouquine, le temps de quelques secondes, puis descend dans son cou, pour arriver à la naissance de sa poitrine et de ses merveilleuses rondeurs. « … passer à ça...  » Elle continue de descendre le long du corps de la rouquin sans lâcher le regard de l’aigle. Lucrezia sait ce qu’elle fait, elle sait comment faire pour rendre folle une fille. Elle dépose de nombreux baisers sur le ventre de Hope, continuant à descendre, elle attrape les genoux de la rousse, pour écarter d’un coup sec les jambes de celle-ci. Tout en déposant des baiser dans l’intérieur des cuisses de la belle, elle se retrouve à déposer un dernier sur le jean, au niveau de son entrejambe. « En finissant ici... » Elle laisse aller un petit rire, sans rien dire de plus, Lucrezia s’amuse en remontant à nouveau sur le corps de la jolie Hope. Elle avance à nouveau vers ses lèvres pour l’embrasser passionnément, cherchant désespérément la langue de celle-ci.
⇜ code by bat'phanie ⇝


Flare Guns
IN MY HEAD
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

   

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
[-18] When was the last time you did something for the first time • HopLu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Elsewhere :: Quidditch World Cup-
Sauter vers: