Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

blaise&lucrezia + you're already in hell

Lucrezia Zabini
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : septième année ϟ serpentard
Célébrité : ashley moore
Pseudo : MONAZ•HOPE Âge : 26 Parchemins : 1145 Gallions : 292 Date d'inscription : 08/06/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1907-lucrezia-mefie-toi-des-apparenc http://www.mumblemumps.com/t1947-lucrezia-the-notebook http://www.mumblemumps.com/t2015-brutus-les-petits-parchemins-de-lucrezia#52057 http://www.mumblemumps.com/t2101-journal-de-monazohope


   
you're already in hell
⚜ Blaise & Lucrezia Zabini. ⚜

   
La violence de ses mots, de ses choix entraient d’une manière étrange en la jeune femme, ils résonnaient d’une manière qu’elle ne veut pas entendre. Fiancé, ce mot était certainement l’une des plus grande peur qu’elle possédait, perdre Néréo était inacceptable, le partager ? Encore moins. Pourtant tout au tard cela risquait d’arriver, elle ne le savait que trop bien. Inquiétante solitude approchant, obéissance stupide. La volonté d’un père bien plus forte que l’amour de la sœur, elle lui en veux, elle ne peux pas admettre qu’elle doit le laisser partir un jour ou l’autre, qu’il sera a une autre. C’était toujours lui, cela avait toujours été Néréo en premier, bien avant les autres membres de leur famille, leurs parents, leur cousin, les garçons qu’elle pouvait fréquenter. Rien n’était plus intéressant que de passer du temps avec lui, que de faire passer ses besoins avant les siens, elle pouvait être égoïste mais jamais lorsqu’il s’agissait de son double. Amour bien trop puissant, lien inexplicable entre deux jumeaux, deux entités d’une seule âme. La folie la consume l’entraîne dans un douleur irréversible, un vide, un besoin de le retrouver, mais cette incapacité d’y aller, de l’affronter. Ayant bien trop peur de le perdre à jamais, Lucrezia se sent faible, seule abandonnée, perdue par ce choix de son frère. Elle lui en veut, mais étrangement en veut tout autant à la pauvre fille qui se retrouve fiancée au dernier fils Zabini. Elle n’y est pour rien, mais elle n’arrive pas à comprendre que cela soit possible, que cela leur arrive, maintenant. Ils étaient bien trop jeunes pour ces histoires de famille, de sang, surtout après un procès aussi chaotique que celui de sa génitrice. Après toute cette histoire, une preuve que leur famille avait plongé dans les prémices des hommes du Seigneur des Ténèbres, ils se permettaient de retrouver des familles du même calibre. N’était-ce pas une grande erreur ? L’une des plus grandes que leur paternel avait pu fait ? Sauf qu’elle ne pouvait le dire, la rage d’un père sortirait, sans aucun doute, sur sa fille voulant simplement ouvrir les yeux. Elle ne souillerait pas son sang, mais valait-il la peine de créer une nouvelle enquête sur leur famille à cause de ce genre d’idée ? De principes archaïques, empêchant les jeunes gens de profiter de ce qu’ils souhaitent.

Ses pas la guide ici et là, elle ignore ce qu’il va se passer par la suite, dans la nuit, elle cherche un endroit où se cacher, ou s’enfermer loin de cette future effervescence. Lucrezia serait la suivante, il voudrait la recadrer, lui trouver un soit disant fiancé capable de la contenir, comme si c’était possible. Comme si un homme pouvait forcer la jeune femme à faire ce qu’il veut. Elle ne l’accepterait jamais, ils pouvaient tous en être sur, elle s’en irait, elle quitterait probablement les siens pour éviter cette situation. Alors elle avant à travers les tentes, jusqu’à ce qu’elle en remarque une acceptable. Il n’y avait personne, le silence régnait dans la tente de Neela Zabini, chose qui la perturbe, personne n’était là, ni sa tante, ni son cousin, ni même Qentrys. Qu’est-ce qu’elle aurait souhaité qu’il se retrouve là, qu’il y soit au moins lui, qu’elle ne soit pas seule avec cette saleté d’elfe de maison s’approchant dangereusement. Regard assassin, elle le repousse, elle marche dans a tente, se demandant ce qu’elle comptait faire, elle n’allait pas attendre longtemps, mais qu’avait-elle d’autre à faire. Cet endroit était un refuge lorsque Amadi abusait de son autorité, de sa volonté sur sa fille. Lucrezia avance jusqu’à arriver à sa chambre, elle regarde les meubles que sa Neela avait choisi pour son fils, elle sourit, elle sait parfaitement que le choix de sa tante est idéal. Blaise ne le remarque pas, il ne peut pas, il n’est pas élevé pour ça, elle comprends certaines choses, rarement, lorsqu’il le faut. S’approche du lit, se pose, s’allonge sur le dos, ferme les yeux un instant, bien trop court. Les ténèbres s’approchant elle ne peut se permettre de les laisser entrer, la faiblesse n’est pas un sentiment qu’elle peut avoir. La douleur que cette trahison lui procure, n’est pas convenable, elle ne peux pas l’admettre, l’accepter. Alors, elle ne peut se laisser envahir par cette peine qu’elle ressent, pourtant c’est bien plus fort que ce qu’elle peut contrôler.
   
⇜ code by bat'phanie ⇝


Flare Guns
IN MY HEAD
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

   

Revenir en haut Aller en bas
Blaise Zabini
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : serpentard
Célébrité : reece sexy king
Pseudo : brioche Âge : 25 Parchemins : 244 Gallions : 689 Date d'inscription : 31/08/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur


 
you're already in hell
⚜ Blaise & Lucrezia Zabini. ⚜

 
elle avait été mignonne. la jolie Serdaigle. un peu trop tendre – peut-être. trop douce. Il avait noyé ses démons entre ses cuisses. avait remonter sa langue le long de ses reins. puis il était redescendu. dans des contrées interdites, spirales infernales. pêchés exquis. les va-et-vients consécutifs avaient fait le reste. celui de ses impardonnables fougues aux saveurs exotiques. diverses. différentes. changeantes telles sont humeur. c’était sa manière de voyager. de voir le monde. à travers les draps. emprisonnant les âmes. courroux cinglant d’un jeune coureur de jupons. et pourtant… et pourtant à chaque fois il ne pensait qu’à elle. Lucrezia. ne l’oubliant que de rares fois, toujours grâce à l’irrésistible Perséphone. et elle avait pourtant essayé de lui faire entendre raison, sa mère. toujours trop peu précautionneux. batifolant. n’ayant que faire des maux de son ère. des dangers d’une vie vécue à trois cents à l’heure. des mots trop faibles pour décrire ses maux. noyade improvisée d’un gamin en perdition. dans des actes. Immature. insolites. futiles. sauvages. et sa démarche triomphante contrastait avec les nuages noirs qui approchaient. l’Angleterre n’était pas réputée pour son beau temps. le soleil italien lui manquait parfois – à Blaise. il avait encore sa marque sur le corps. la chaleur de ses caresses sur sa peau métissé. son regard dévoilant des parfums d’un ailleurs. lointain. bien trop aujourd’hui.
le sourire carnassier – rictus infâme – il entre dans cette tente. cette tente qu’il partage avec la perle de sa vie : sa mère, Neela. malgré les coucheries. les ignominies. les amants audacieux et l’odeur de l’éthanol. celle d’une mère qui coule son incertitude dans des bras souillées par les femmes, par la graisse dégueulasse qui suinte encore des pores des imposteurs. à la place d’un père qui n’a jamais été là. il y a Qentrys aussi ; sa mire, son double. l’unique ami pour lequel il était préférable de mourir plutôt que de s’en voir séparer. sûrement le seul qu’un jour il se permis d’appeler frère. nulle trace pourtant de ces colocataires de fortune. mais une odeur. et quelle odeur ! effluves doucereuses teintées d’amertume qu’il aurait pu reconnaître entre mille. elle était là…sa cousine ! la perfection incarnée dans une femme. fragile et si forte à la fois. belle. ô combien ! passionnée et tentatrice. magnifique. sa perfection à lui. la flamme qui brillait si sauvagement le soir au centre ses iris fondus de noir.
- p’tit lu qu’est-ce que tu fous là ?
incapable de se montrer tendre. brusque. maladroit. brute aussi, souvent. non pas que sa présence en ce lieu ne l ‘ait déranger. bien au contraire. mais sauvage. Indomptable. tel était la tare de Blaise Zabini. il enlève ses chaussures – sa veste par la même occasion, qu’il lance sans aucun soin dans un coin de l’entrée. si l’heure était relativement tardive, il fût bien plus surpris de la trouver ici que de n’y trouver ni Neela, ni Qentrys. L’elfe de maison s’approche – la vipère l’éloigne d’un geste de pieds impoli – oh pas maintenant, va plutôt t’occuper de faire la vaisselle. et non, ce n’est pas discutable, mère va bientôt rentrer. et même si Lucrezia avait toujours été du genre à se pointer de manière spontanée ; Blaise sentait son désarroi à distance. il puait la tristesse qu’elle se forçait pourtant toujours à taire. brisait son cœur pourtant froid avant même qu’il ne l’aperçoive. il n’avait jamais supporté de voir souffrir sa cousine. longtemps, elle avait été pour lui la petite sœur qu’il n’avait jamais eu. depuis quelques années néanmoins, le regard qu’il portait sur elle avait changé. transcendent. interdit. brisant les codes. transgressant les mœurs. balayant les règles familiales pourtant longtemps soupçonnées inviolables. ils étaient deux hors la loi. mais au moins, ils l’étaient ensemble. son pas pour la rejoindre était plus décidé que celui qu’il avait emprunté pour rejoindre sa tente. non étonné, il la retrouva dans sa chambre. chambre dans laquelle elle l’avait si souvent rejoint… et il ne savait ôter de sa bouche la douceur salée de sa peau sous ses caresses quand ses ongles meurtriers venaient se planter dans sa chair. un peu brusquement, il se laisse tomber sur le lit double – en biais. perpendiculaire à celle qui partage son sang. qui partage sa vie – son lit aussi. pose sa tête sur son ventre – qu’est-ce qui ne va pas, joli cœur ? sa capacité à jouer du violon n’était plus à prouver. mais avec elle, tout était différent. l’écho de ses paroles ne grinçait pas entre ses dents – il y avait une part de sincérité. il aimait sincèrement Lucrezia. depuis toujours. depuis qu’ensemble ils jouaient à qui serait le meilleur en farces et attrapes. et pourtant…il était incapable de définir la nature de son amour pour elle. – faut que j’aille casser du connard ? un soupir, qu’il ne savait interpréter.

 
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia Zabini
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : septième année ϟ serpentard
Célébrité : ashley moore
Pseudo : MONAZ•HOPE Âge : 26 Parchemins : 1145 Gallions : 292 Date d'inscription : 08/06/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1907-lucrezia-mefie-toi-des-apparenc http://www.mumblemumps.com/t1947-lucrezia-the-notebook http://www.mumblemumps.com/t2015-brutus-les-petits-parchemins-de-lucrezia#52057 http://www.mumblemumps.com/t2101-journal-de-monazohope


   
you're already in hell
⚜ Blaise & Lucrezia Zabini. ⚜

   
Personne, il n’y avait personne dans la tente de la sœur de son père, elle soupire, elle attend dans son lit seule. Lucrezia ignore depuis quand elle attend que quelqu’un rentre et la rejoigne ici, à vrai dire elle ne voudrait qu’une seule personne. Elle connaît que trop la réaction de sa tante si elle la voit ainsi, dans cet état, loin d’être capable de gérer ses émotions comme elle le souhaiterait. Pourtant, Lucrezia attendait seule dans la cambre de Blaise, sur ce lit qu’elle connaissait que trop bien. Ce sentiment de désespoir restait de plus en plus profond en la jeune femme. « p’tit lu qu’est-ce que tu fous là ? » Un doux sourire, léger, éphémère, bien trop rapide pour que cela puisse se remarquer. Il sait qu’elle est là, bien avant de la voir, chose qui n’est pas très étonnant, il n’est pas rare qu’elle y soit et cette sensation de mal-être qui se ressent dans toute la tente. Même si la délicatesse habituelle de Blaise est présente, aussi capable de gérer la situation qu’elle, il ignore certainement cette histoire de fiançailles. La belle ignore si son paternel en parlé avec sa sœur, possible, mais Amadi cache bien souvent son jeu jusqu’au dernier moment, même aux siens. Afin de ne pas être contré et la guerre entre les deux frères et sœurs afin de démontrer que son fils est l’héritier idéal de la famille. Une chance pour elle d’être la seule jeune femme, elle a beau ne pas agir comme on lui demande, on ne la compare pas à une perfection. Enfin, si à son jumeau son double, qui lui demander à être fiancé, qui lui est prêt à suivre les traces d’un père perdu.

La sorcière reste silencieuse en entendant Blaise s’approcher, elle se doute de ce qu’il fait, mais ne regarde pas, elle continue à regarder le plafond. Se concentre sur un point sans réellement peser, elle ne veut pas, elle ne veux pas en parler, pourtant sa présence lui donne envie de craquer, de pleurer. Mais elle ne peux pas, elle ne peut pas être faible, surtout pas devant Blaise, lui montrer que cela l’atteint à ce point. Lucrezia ferme les yeux à nouveau le temps d’un instant, lorsqu’il pose sa tête sur son ventre, elle sent une larme, tourne la tête pour se calmer. « qu’est-ce qui ne va pas, joli cœur ? » Elle écoute sans vraiment entendre ce qu’il demande, elle est là devant lui à ses côtés sur le lit de son cousin, qu’elle aime bien plus qu’elle ne le devrait. De cette manière qui la rend folle à chaque fois qu’elle le voit avec une autre fille, une jalousie constante, même si elle sait qu’elle n’a pas le droit de ressentir ce genre de chose. Elle fait avec, elle doit tenir, alors elle ne peut pas se montrer faible devant lui, c’est inadmissible. « faut que j’aille casser du connard ? » La sorcière pose enfin son regard sur celui à qui elle appartient, à qui elle s’est donnée corps et âme avec un petit rire sorti de sa bouche, comme si elle ne pouvait pas se débrouiller seule sur ce point. Si seulement il savait, si seulement il comprenait ce qu’elle ressentait, il ne comprendrait pas, il n’entendait pas le lien spécial qui la reliait à son frère, à son double. « Non, tu ne le toucherais de pas de toute manière, les conséquence seraient terribles... » Elle n’accepterait pas qu’il touche Néréo, jamais peut importe ce qu’il pouvait se passer entre eux si Blaise osait donner un coup à son jumeau, il la perdrait, elle le quitterait. Il y avait une seule personne qui passerait toujours avant les autres, peu importe les sentiments qu’elle pouvait avoir, peu importe la rancoeur qu’elle avait contre lui. Son double était intouchable, elle n’accepterait. « Il l’a fiancé… » Une voix brisée, tout comme son coeur, il comprendra sans aucun doute, elle le sait. Il saura de qui elle parle. Elle la fille incontrôlable, incapable d’accepter que sa moitié si malléable ait demandé de lui même à l’être. Elle ne le dit pas elle l’omet jttant la faute sur son père, comme d’habitude, tout est de sa faute, il lance ses fils sur des terrains qu’elle déteste, sur des volontés absurdes et archaïques. « Je vais le perdre... »Un sanglot ravalé, mais elle sait qu’il l’a entendu, elle sait qu’il l’a remarqué, elle n’a été assez silencieuse et ses yeux brillent, loin de ce regard coquin auquel Blaise est habitué.
   
⇜ code by bat'phanie ⇝


Flare Guns
IN MY HEAD
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

   

Revenir en haut Aller en bas
Blaise Zabini
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : serpentard
Célébrité : reece sexy king
Pseudo : brioche Âge : 25 Parchemins : 244 Gallions : 689 Date d'inscription : 31/08/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur


 
you're already in hell
⚜️ Blaise & Lucrezia Zabini. ⚜️

 
de si nombreuses fois, il l’avait retrouvée là. mutine. prédatrice. parfois simplement épuisée. Lucrezia avait la fâcheuse habitude de se cacher sous ses draps. non pas que la vipère ait quelque chose à reprocher à cette attitude. tentatrice. sournoise. diabolique. merveilleuse. néanmoins aujourd’hui, c’était différent. elle lui semblait… fragile. rarement il avait vu sa cousine le visage aussi fermé – le regard aussi noir. ou alors fût-ce des regards qu’elle ne lui adressait pas. de ceux qu’elles réservaient aux autres. à tous les autres. pas franchement doué avec les formalités sociales. moins empathique encore. mais la vulnérabilité de sa cadette lui brisait le cœur. Blaise n’avait jamais supporté de voir les larmes couler sur les joues de sa cousine – faute peut-être à l’évidence qu’elle peinait à montrer ses faiblesses. que Lucrezia ne pleurait pas. ils étaient comme ça, les Zabini. masque d’invisibilité sentimentale journalier.
il sentait son souffle, lent. plus que le sien. celui que l’on peine à effectuer. coupé par la douleur. et quelle douleur ! il sentait sa gorge nouée et l’odeur salée des larmes qu’elle avait sûrement déversées avant de venir se réfugier qui avait tâché son oreiller. elle ne répondit pas, du moins – pas tout de suite. inquiétude grandissante. insupportable. si à de moultes reprises, Blaise s’était délecté de ce silence, il avait plus de peine à le gérer aujourd’hui. la simple idée que quelqu’un ait pu faire du mal à sa cousine faisait naître en lui des envies carnassières. prédatrices. meurtrières. il tâcha bien, pourtant, de se montrer compatissant. äpproche maladroite d’un jeune homme qui ne savait pas s’y prendre. bien plus habitué à faire couler les larmes qu’à les sécher.
il y a des douleurs silencieuses comme il y en a d’autres difficiles à dissimuler. celle de la perte d’un frère en faisait partie. Blaise était tiraillé entre une colère certaine – dirigée contre x, et un déboussolement étrange. il perdait le nord. perdait pied. mais pourquoi venait-elle se réfugier chez lui ? brebis égarée plutôt du genre à se réjouir du malheur des autres que de s’en soucier. malgré les tentatives vaines de la vipère, l’atmosphère était loin de se détendre. l’ambiance demeurait lourde. sévère. sérieuse. il soupira. jamais cette chambre ne lui avait semblée si petite. étriquée - claustrophobe. ce même lit qu’ils avaient pourtant si souvent partagé lui semblait à présent trop circonscrit pour son mètre quatre-vingt. et voilà qu’elle riait – du moins qu’elle tentait. subtilement. succinctement. Blaise leva les yeux au ciel. grand bien lui en fasse, qu’elle ne lui parle pas des misères des hommes. qu’elle joue à la grande fille – après tout, elle l’avait toujours fait. il se contenta d’esquisser un mouvement de tête désapprobateur. la négation de ce qu’il avait réellement en tête.  les yeux mouillés de Lucrezia eurent l’effet d’une douche glaciale. incapable à présent de dire s’il brillait de tristesse ou de colère. les larmes s’étaient effacées pour laisser place à deux magnifiques opales noirs. un clair-obscur travaillé. radieux.  « Non, tu ne le toucherais de pas de toute manière, les conséquence seraient terribles... » un sourire. carnassier. l’embrasure de ses lèvres qui se déformait. elle le connaissait pourtant par cœur. savait-elle seulement ô combien cette technique de dissuasion n’aurait aucun effet ? la vipère n’en avait que faire des conséquences de ses actes. charismatique, il avait souvent réussi à les éviter par quelques beaux discours acrobatiques. le reste du temps, il a avait choisi de ne pas les assumer. – terribles pour les autres ouais, moi je m’en fiche. monotone. monocorde. monchalant. du grand Blaise. « Il l’a fiancé… » un silence. encore. Blaise qui comprend que jamais la course à l’héritage n’a été si rapide. pensant bien que Lucrezia n’aurait su se mettre dans cet état pour Anton, il comprit. Néréo avait promis allégeance à son père ; promis sa main. une esquisse. un brouillon. avant de trouver une famille encore plus digne de ce nom à Anton. avant le grand mariage. et un souvenir frappa violemment son être. il revoyait sa mère lui parler de fiançailles. fiançailles qu’il s’était bien empressé de remettre à plus tard. et pourtant il n’y échapperait pas, lui non plus. après tout, c’est ainsi que fonctionnait toute grande famille de renom depuis des siècles. « Je vais le perdre... » il ne répond pas. pas tout de suite. Blaise ne savait pas vraiment quoi dire – son éloquence habituelle était loin à présent. – oh petit Lu reprend toi. son regard qui était fixé au plafond se fixa sur sa cousine. il passa un bras derrière sa tête, visiblement très mal à l’aise. Blaise ne savait pas quoi faire. – on le savait bien, non, que ça se passerait comme ça ? il soupira. – ce sera certainement comme ça pour nous tous. ses mots n’étaient pas consolateurs. pas le moins du monde. et pourtant il était convaincu d’y avoir mis du sien. Blaise n’avait pas la fibre paternel – il était trop brut, taillé dans la pierre, non dans le marbre. l’euphémisme même de la non-délicatesse. et pourtant Dieu seul sait comme il aurait aimé calmer les peurs de Lucrezia. mais ce rôle ne lui convenait pas. ce rôle n’était pas le sien. il était bien plus doué pour détruire que pour réparer. à bon entendeur !


 
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia Zabini
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : septième année ϟ serpentard
Célébrité : ashley moore
Pseudo : MONAZ•HOPE Âge : 26 Parchemins : 1145 Gallions : 292 Date d'inscription : 08/06/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1907-lucrezia-mefie-toi-des-apparenc http://www.mumblemumps.com/t1947-lucrezia-the-notebook http://www.mumblemumps.com/t2015-brutus-les-petits-parchemins-de-lucrezia#52057 http://www.mumblemumps.com/t2101-journal-de-monazohope


   
you're already in hell
⚜️ Blaise & Lucrezia Zabini. ⚜️

   
« terribles pour les autres ouais, moi je m’en fiche. » Elle soupire cette réponse ne lui plaît pas, il le sait pourtant, s’il touche à un seul cheveux de Néréo la couleur de la jeune femme se déverserait sur lui. Il connaissait les intouchables que Lucrezia chérissait plus que tout, plus que lui. Il n’y en avait qu’un qui pouvait se permettre de surplombe l’estime que la sorcière avait pour Blaise, son double, celui qui partageait tout avec sa sœur. La seule et unique personne capable de lui donner une pleine satisfaction sans pour autant la briser. Mais cette annonce avait tout changé, allait tout changer plus exactement. Entre eux plus rien ne serait comme avant, elle se devrait de le partager. Les jumeaux enfin séparés leur père avait réussi un coup de maître éloigner, comme il le fallait son fils de cette brebis galeuse qu’était sa fille. La seule et unique personne l’éloignant de son destin d’enfant idéal, la jeune Zabini n’avait toujours pas croisé son paternel depuis qu’elle l’avait appris et ne souhaitait pas le faire. Les réactions des deux parties risquaient d’être trop violentes, avec le mépris que Lucrezia possédait pour les volontés paternelles. Blaise comprends ce qu’elle sous-entend, sans même avoir prononcé de non, elle remarque qu’il a compris. Qu’elle n’a pas besoin d’en dire plus pour qu’il sache. Elle restait bloquée sur le lit, lasse de cette histoire, aucune envie de quitter ce cocon, proche de Blaise. Prête à lâcher cette douleur qui la caractérise un peu trop, cette trahison qu’elle ne comprend pas.

Le silence semble long pesant, parce qu’elle n’arrive pas à s’y faire, elle n’arrive pas à parler de cette sensation qu’elle possède. Elle ne sait pas quoi dire pour qu’il comprenne ce qu’elle pouvait penser. Il ne la comprendrait jamais, sa bataille avec Anton pour être l’héritier de la famille est trop forte pour qu’il entende ce qu’elle pensait. Il connaissait les sentiments de la princesse sur ce conflit avec son frère, elle ne s’en mêle pas, ne veut pas à avoir à choisir entre son cousin qu’elle aime et son frère.  « oh petit Lu reprend toi. » Il passe son bras autour des épaules de la sorcière elle sourit faiblement, elle a besoin de ce contact, même si elle ignore s’il le fait instinctivement ou parce qu’il attend quelque chose. Ce qui ne l’étonnerait pas. Blaise acceptait que sa cousine fasse des vas et viens dans sa chambre, tant qu’il pouvait en profiter. Avec cette ambiance des plus pesantes, Lucrezia ne pensait à rien d’autre qu’à Néréo et ce sentiment qui la trahissait. Elle se sentait faible et vulnérable. Chose qu’elle déteste, incapable de montrer une quelconque faiblesse en général. Fragilité impossible au sein de leur famille. « on le savait bien, non, que ça se passerait comme ça ? » Cette sensation de ne rien contrôler lui déplaisait. Elle ne pouvait permettre à personne de choisir à sa place, encore moins à son père qui ne la connaît pas. Hormis les moment qu’il passait en sa compagnie pour rager sur l’une des fautes commises par sa fille, il ignorait ce qui faisait d’elle la jeune femme qu’elle devenait. « ce sera certainement comme ça pour nous tous. »

Le silence s’installe. Elle ne bouge pas ne dit rien, ne réagit pas un instant, le temps de comprendre qu’il n’arrivait à penser de la même manière. Elle soupire, croise le regard de son cousin, lui offrant ses iris noirs de colère. Elle lu en veut. Lucrezia déteste lorsqu’il n’est pas de son côté, qu’il ne cherchait pas à la réconforter, sur ce point son aîné était bien plus doué. Elle n’était certainement pas aussi proche d’Anton que de Blaise, mais l’aîné de la fratrie avait ce petit sentiment capable de remonter le moral de sa cadette. « Parce que tu accepterais comme ça sans rien dire, si c’était moi qu’il avait fiancé ? » Il comprendrait mieux que personne ce qu’elle sous-entendait. Elle ne voulait pas avoir à choisir d’appartenir à qui que ce soit hormis Blaise peut-être. Et encore, il était bien trop possessif la plupart du temps. La colère montait, elle la ressentait au fond d’elle, dans son ventre. Elle repousse le serpent, s’écarte de son emprise. « De toute manière tant que cela ne te touche pas tu en as rien à foutre ! » Elle crache son venin, sent son sentiment s’agrandir, elle ne s’en prend pas  à la bonne personne, elle le sait, mais s’en fiche, il faut que cela sorte. Qu’elle s’énerve un bon coup. « Va plutôt baiser une de tes putes que d’essayer de me remonter le moral avec ce genre d’idée archaïques…. »
   
⇜ code by bat'phanie ⇝


Flare Guns
IN MY HEAD
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

   

Revenir en haut Aller en bas
Blaise Zabini
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : serpentard
Célébrité : reece sexy king
Pseudo : brioche Âge : 25 Parchemins : 244 Gallions : 689 Date d'inscription : 31/08/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur


you're already in hell
⚜️ Blaise & Lucrezia Zabini. ⚜️

jamais il n’avait été très adroit pour calmer les larmes des filles. et combien en avait-il seulement causées ? l’habitude de ne point se sentir concerné. de laisser couler. sauf qu’il n’avait plus vu Lucrezia si vulnérable depuis des années, sûrement depuis les caprices qu’elle faisait autrefois. des larmes futiles. de crocodile. des larmes qui ne valaient rien. mais celles-ci semblaient plus profondes, plus sincères. et Blaise ne savait que faire. de plus, il trouvait la réaction de sa cousine démesurée. ils l’avaient toujours su, au fond. le choix n’était pas vraiment le leur. il ne l’avait d’ailleurs jamais été. coutumes anciennes. traditions qui blessent – qui tuent, parfois. pourtant, Blaise avait connu ce déchirement. bien des années plus tôt. il n’était alors qu’un tout jeune sorcier. deux maisons pour une même âme. un frère qu’il aurait souhaité gardé proche de lui - toujours. un frère qui n’avait pas eu le choix, lui non plus, quand on lui avait imposé les érudits.

maladroit, il essaie. il passe une main délicate dans les cheveux de sa cousine. mais c’était trop difficile que de se montrer tendre devant sa faiblesse. il devrait lui dire que ça va aller, au lieu de ça il lui demande de se reprendre. égoïste. à l’apogée du manque d’empathie. ses gestes sont hésitants et pourtant tâchent amèrement d’être réconfortant. pour la première fois depuis longtemps, il pose les mains sur sa cousine sans rien attendre en retour. leurs ébats n’auraient pas leur place aujourd’hui. pas à travers les larmes de Lucrezia. et les baisers salés de sa cousine ne l’auraient pas apaisée. il se devait d’être là. d’être vraiment là. et c’est là qu’il essaie vraiment. qu’il tente de la ramener sur Terre. de balayer ses rêves de petite fille. de libre arbitre. de sauvageonne au cœur tendre. Zabini – il suffisait d’un nom pour comprendre. les utopies amoureuses n’avaient pas leur place dans les choix de mariage. les bons partis ne couraient plus les rues et les unions avaient lieu de plus en plus tôt. peut-être devraient-ils tous être reconnaissants d’y avoir échappé aussi longtemps. résolu. un Blaise qui acquiesce aux décisions familiales, comme toujours. un agneau docile qui ne s’éloigne pas du troupeau. aah ! la course à l’héritage…

Lucrezia le toisa Blaise du regard d’une manière dont elle seule avait le secret. il comprit bien assez vite ; il ne lui avait pas dit ce qu’elle désirait entendre. et comment aurait-il pu ? ne savait-elle pourtant pas qu’il se rangeait toujours du côté des aînés ? qu’il avait déjà abandonné depuis longtemps ses idées de mariage heureux accordé à ses amours. et à quels amours aurait-il pu prétendre? à celui d’une Deirdre un peu trop chaste qu’il avait laissé filer ? à celui d’une cousine dont l’inceste a souillé le nom ? il avait abandonné l’idée. d’autres sauraient choisir à sa place.

et voilà qu’elle le pique, le remet à sa place. Blaise qui réplique – Blaise qui a un mouvement de recul. qui réalise qu’elle n’est pas sienne. qui réalise que même s’il pensait s’en être convaincu, la théorie et la pratique demeuraient bien différentes. – mais ça va pas non ? t’es trop jeune pour tout ça encore. et tu sais bien que je laisserai jamais personne te fiancer à n’importe qui. il se redresse un peu sur le lit, soupire, presque attristé par la situation. – je laisserai personne te fiancer tout court, jamais. mais mes raisons ne sont pas les mêmes que celles qui te chicanent pour Néréo, p’tit Lu. il est conscient de ce que ça implique et je pense qu’il a assez de sagesse pour prendre la bonne décision. tu ne crois pas ?

être compréhensif, partager les points de vue. au moins aura-t-il essayé. mais il reconnaît bien sa cousine quand elle s’attaque à lui. la colère de la vipère. l’impulsivité terrible des Zabini, la sienne. leurs querelles carnassières – le charme d’une relation. et au Diable ces inepties – tant bien est qu’il ait essayé, il n’avait jamais vraiment su calmer ses chagrin – il était plus doué à calmer ses ardeurs. il fit brusquement rouler Lucrezia sur le côtée, monta sur elle en plaquant ses deux mains contre le lit. – oh, ça va, t’as fini ? parce qu’à ce que je sache je suis pas avec une autre, la maintenant. que je suis là, avec toi, parce que tu vas pas bien. et j’ai pas l’intention de partir. mais commence pas à être insolente avec moi Lucrezia. je te préviens. il ne savait pas être trop doux, compatissant, même avec sa cousine… surtout qu’elle avait le don de lui faire perdre son sang froid. elle devait bien savoir que les menaces qu’il taisait ne lui étaient pas adressées. jamais il n’avait levé la main sur sa cousine. encore aurait-il été capable de s’en prendre pour elle à Amadi… mais Blaise avait toujours été très vindicatif dans ses mots et il ne voulait pas qu’elle ait encore à en faire les frais. – maintenant tu redescends, d’accord ? sinon je te lâche pas… un sourire en coins, une poigne qui se raffermit, et le naturel qui revient au galop. Blaise n’était pas encore un homme et parfois il arborait fièrement certains comportements puérils. mais ô combien sa cousine était jolie coincée entre ses deux mains… il n’avait pas franchement envie de la lâcher.



⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia Zabini
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : septième année ϟ serpentard
Célébrité : ashley moore
Pseudo : MONAZ•HOPE Âge : 26 Parchemins : 1145 Gallions : 292 Date d'inscription : 08/06/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1907-lucrezia-mefie-toi-des-apparenc http://www.mumblemumps.com/t1947-lucrezia-the-notebook http://www.mumblemumps.com/t2015-brutus-les-petits-parchemins-de-lucrezia#52057 http://www.mumblemumps.com/t2101-journal-de-monazohope


   
you're already in hell
⚜️ Blaise & Lucrezia Zabini. ⚜️

   
Lucrezia en veut à la terre entière, que ce soir Néréo, son père, Anton, même Blaise, ils ne peuvent pas comprendre, comme si ce besoin d’héritage était plus fort que tout. Elle n’a pas leurs ambitions de rendre leur famille plus forte, plus élevée, plus reconnue, elle n’a pas à le faire, tôt ou tard elle ne sera plus une Zabini. Même si ses veines prouveront le contraire tout comme la couleur de sa peau hâlée. Mais elle n’avait pas ce besoin de reconnaissance qu’avaient les jeunes hommes de sa famille, elle avait encore l’espoir de pouvoir choisir, te ne pas être ce pion pour leur père. Elle ne voulait pas l’être, l’avait bien fait remarquer pendant des années. Lucrezia ne serait pas l’instrument d’Amadi, pour reprendre sa place dans le monde des sorciers, il était celui qui avait fauté à lui de se reprendre. Ce n’était pas à eux de faire attention à ce qu’ils faisaient pour les erreurs de leurs parents, c’était injuste. Mais qu’est-ce qui pouvait être juste lorsque l’on était un Zabini. « mais ça va pas non ? t’es trop jeune pour tout ça encore. et tu sais bien que je laisserai jamais personne te fiancer à n’importe qui. » Elle le regarde soupirant, comme s’il pouvait faire quelque chose ? Ils avaient tous les mains liées par leurs parents. Elle secoue la tête, il l’énerve en disant qu’elle est trop jeune, Néréo était comme elles, ils étaient nés le même jours, devait-elle lui rappeler ? « je laisserai personne te fiancer tout court, jamais. mais mes raisons ne sont pas les mêmes que celles qui te chicanent pour Néréo, p’tit Lu. il est conscient de ce que ça implique et je pense qu’il a assez de sagesse pour prendre la bonne décision. tu ne crois pas ? » « Ouais je te rappelle qu’on est jumeaux ? Donc je ne vois pas en quoi lui n’est pas trop jeune ? Putain Blaise tes arguments sont merdiques. » Elle ne pouvait pas s’empêcher de lui répondre, ne pas lui laisser d’avantage, même si Néréo avait demandé à être fiancé, chose qu’elle ne comprendrait jamais, Lucrezia était bien trop sauvage pour permettre à un homme de l’avoir rien que pour lui, pour leur vie, elle ne serait capable de donner cette pseudo liberté qu’à Blaise et Néréo.

Elle vocifère, s’emporte, s’énerve, parle bien trop vite. Jalousie. Elle est sienne tout entière, elle rêverait d’être à lui pour toujours, lui dire oui un jour. Ils n’auront pas le droit, cousins bien trop proches, liens du sang, n’allez pas dire que les sang-purs ne forniquent pas dans leurs familles ? Maintenant, il fallait au moins l’être au énième degré pour se le permettre, alors que dirait les autorités si deux cousins germains fondaient une famille ? Blaise s’approche dangereusement, lui attrapant les poignet, elle se retrouve allongée en dessous de lui. Il la bloque prend le pouvoir, à cause de son insolence. « oh, ça va, t’as fini ? parce qu’à ce que je sache je suis pas avec une autre, la maintenant. que je suis là, avec toi, parce que tu vas pas bien. et j’ai pas l’intention de partir. mais commence pas à être insolente avec moi Lucrezia. je te préviens. » Elle se tortille la vipère, espère se défaire de sa poigne, elle sait qu’elle peut y arriver, parfois elle gagne, mais là, elle sait qu’elle n’a aucune chance, il a raison, c’est avec elle qu’il se trouve. Pas avec l’un des pétasses qu’il baise, il n’avait pas le droit de la laisser, mais elle ne se calmerait pas, il connaît la princesse. Bien trop fière, pour le laisser gagner sans se battre « maintenant tu redescends, d’accord ? sinon je te lâche pas… » Si ses yeux pouvaient tuer, le Zabini serait à terre depuis bien longtemps, pourtant il se trouve au dessus d’elle, triomphant, resserrant sa prise. Elle le sent, tout en continuant, remarquant l’éclat amusé dans les yeux de son cousin, elle soupire, mais continue à se débattre. « Je suis presque certaine que t’étais avec l’une de tes poufs avant, tu sens le parfum et ce n’est pas le mien... » Elle est jalouse, elle lui en veut, tout fout le camp, sa mère envoyée à Azkaban parce que son père n’avait pas voulu y finir, son jumeau bien trop décidé à se marier, Blaise et ses drôles de dames, Qentrys jouant au chat et à la souris, elle n’en pouvait plus. Elle avait besoin de craquer de s’énerver, d’évacuer cette frustration en elle. Mais il la maintenant que trop bien, elle n’arrivait pas à bouger son corps assez pour pouvoir le renverser. Néanmoins, elle ne veut pas perdre la bataille loin de là. « Et qui te dit que je veux que tu me lâches ? » Tout son corps, sa façon réagir, d’essayer de le repousser, elle n’arrivait pas à se retenir pourtant son corps montrait bien qu’elle souhaitait qu’il s’enlève. Petite menteuse.
   
⇜ code by bat'phanie ⇝


Flare Guns
IN MY HEAD
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

   

Revenir en haut Aller en bas
Blaise Zabini
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : serpentard
Célébrité : reece sexy king
Pseudo : brioche Âge : 25 Parchemins : 244 Gallions : 689 Date d'inscription : 31/08/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur


you're already in hell
⚜️ Blaise & Lucrezia Zabini. ⚜️

Blaise n’avait jamais été doué pour consoler les femmes. Souvent, il avait fui devant les pleurs de sa mère. Préférant être jugé d’égoïste que de maladroit. Lucrezia se plaignait de choses qu’il ne comprenait pas. Après tout, il aurait certainement suivi les plans tracés pour lui par sa famille, tout comme Anton et Néréo, si plans il y avait eu. Néanmoins, Neela jouait toujours du coude pour ne pas qu’on promette son fils à un mariage sans amour ; mariage que jamais il n’aurait choisi de son plein gré. Elle s’était souvent attiré les foudres de son frère pour tant protéger son fils – elle répliquait qu’il ne pouvait pas comprendre, qu’il avait fait trois enfants et ne prenait pas de « risque » en s’en mettant un à dos. Perdre Blaise aurait été pour cette mère la plus grande des tortures. Il avait donc toujours été serein, jusqu’à maintenant, et les oppositions de sa mère lui avait permis de bénéficier d’un sursis. Pourtant il savait bien que tôt ou tard, le reste des Zabini le forceraient certainement à choisir une épouse – mais il espérait être encore tranquille quelques années.
Loin de lui l’idée de ses propres fiançailles, celle de perdre sous peu sa cousine pour un mariage qu’il n’aurait jamais jugé assez bien pour elle le dévorait néanmoins. Elle était ce qu’il possédait de plus cher. Lucrezia était sa muse. Tant bien est que le contraste entre ses propres idées sur le devoir des sangs purs et la peur de perdre sa cousine se mêlaient en un cocktail explosif dont il n’appréciait guère les saveurs. Il tâcha alors de la rassurer et y mettant les formes, en tâchant de mots ses pensées incestueuses qui la voulaient sienne. Rebondir sur la sagesse de Néréo était d’un calcul méthodique. Les deux cousins n’avaient jamais été liés et pourtant ne s’étaient jamais vraiment querellés non plus. Mais si une chose était certaine, c’était bien que Néréo était le plus sage des quatre cousins Zabini, encore plus de sa fratrie car Blaise se pensait presque son égal en termes de sagesse (LOL). Mais Lucrezia avait toujours su faire preuve de répartie. Elle le montrait une fois encore. Merdiques. Blaise tiqua. Elle avait raison mais il détestait que sa cousine détruise ainsi son argumentaire – chose qu’elle ne s’était jamais défendue ni même retenue de faire.
Mais elle s’emporte, la tigresse si bien que pour garder l’avantage, il doit se saisir de son corps. La soumettre au sien, d’une manière un peu brutale cette fois. Elle avait beau se débattre, il avait toujours été plus fort qu’elle à ce jeu là. Encore plus quand le désir ardent de leurs corps se mêlaient à la hargne de leurs âmes. Insolente. Audacieuse. Magnifique. Lucrezia était superbe. Et le sourire mutin qui naissait alors à la commissure des lèvres du métisse ne parvenait pas à cacher son désir naissant. Il n’avait pas envie de profiter de sa cousine alors que celle-ci se montrait en ce jour si vulnérable. Pourtant, il se devait d’admettre que l’idée était charmante. Il chasse ses idées malsaines. Il faut qu’il soit là. Vraiment . Son faciès reprend un air sérieux, presque paternel. Il la protégerait toujours des autres, mais la protéger d’elle-même était une tâche corsée. Plus corsée encore que les breuvages qu’ils avaient jusque là concocté avec Qentrys.
Blaise soupira dans un sourire à la remarque jalouse de sa cousine. Il hocha la tête à de nombreuses reprises en levant les yeux au ciel. Il avait toujours porté la jalousie en horreur. Souvent, il avait cessé de voir certaines femmes à causes de leurs remarques incessantes au sujet de son grand appétit, de son amour pour les courbes féminines. Mais avec Lucrezia… il ne savait que répondre. Lui promettre qu’elle serait toujours la seule qu’il verrait aurait sonné trop faux, les promesses futiles d’un avenir commun également. Ils savaient pertinemment tous les deux qu’un jour, leur petit jeu devrait prendre fin. Pourtant, ils n’étaient pas encore décidé à y mettre un terme. Il s’approche de l’oreille de Lucrezia et, tout en lui frôlant le lobe avec sa lèvre inférieur, il ajouta : « Si ce n’est pas le tien, c’est que c’est celui de ma mère. » Il sourit à travers sa provocation et dépose un baiser dans le cou de Lucrezia. Il l’aimait sauvage. Protecteur cependant, il revint à sa place avant de venir déposer un baiser sur son front en souriant satisfait à sa remarque : « Tant mieux, c’est pas au programme. » Il aurait souhaité lui dire que ça ne le serait jamais mais il refusait d’avoir à lui mentir autrement que sur ses coucheries avec des autres. Il attendit un moment où la vipère se débattait un peu moins pour la relâcher. Ils ne feraient rien aujourd’hui, bien décidé à ne pas profiter d’elle alors que quelques secondes auparavant elle avait laissé couler une larme sur son torse. Il s’assit sur le coin du lit, lui tournait le dos. « Perso, je veux bien t’écouter ma belle et tenter de te faire oublier que ça te fait royalement chier que ton frère va se marier, mais je pense tout de même que Néréo fait le bon choix en acceptant un avenir auquel nous sommes tous – sauf toi vu que je ne le permettrai pas – destinés. » Il soupira convaincu, en serrant les poings. Les traditions de leurs ancêtres avaient tout de même plus de valeur que les caprices de sa cousine.



⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Lucrezia Zabini
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : septième année ϟ serpentard
Célébrité : ashley moore
Pseudo : MONAZ•HOPE Âge : 26 Parchemins : 1145 Gallions : 292 Date d'inscription : 08/06/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1907-lucrezia-mefie-toi-des-apparenc http://www.mumblemumps.com/t1947-lucrezia-the-notebook http://www.mumblemumps.com/t2015-brutus-les-petits-parchemins-de-lucrezia#52057 http://www.mumblemumps.com/t2101-journal-de-monazohope


   
you're already in hell
⚜️ Blaise & Lucrezia Zabini. ⚜️

   
Elle lui en voulait énormément, à Blaise d’être aussi incapable de comprendre ce qu’elle voulait de lui. Il la rendait folle, réellement, cette incapacité à se rendre compte du mal être qui la possédait. Néréo était le sorcier le plus important de sa vie et elle avait l’impression de le perdre qu’il allait au fur et à mesure s’éloigner d’elle. Incapable d’accepter cette situation Lucrezia rageait, pleurer et en plus elle allait perdre Perséphone par la même occasion. Son cousin devait l’ignorer aussi longtemps qu’elle le pouvait, il réagirait certainement plus mal qu’elle. Même si Néréo essayait de faire comprendre à sa jumelle que le fait qu’ils soient fiancés tous les deux lui permettrait de les voir aussi souvent. Pas comme si une fille sortie de nulle part se retrouver dans les bras de son double. Néanmoins, la vipère était déçue de ce frère, de ce cousin et de ce père ne comprenant décidément rien à l’unique jeune sorcière de leur vie. Le poids d’être l’unique jeune femme de la famille se ressentait de plus en plus, surtout lorsqu’elle remarquait qu’ils s’éloignaient un à un.

Lucrezia devient mauvaise parlant de ce parfum qu’elle s’entourait embaumant son cousin, chose qu’elle détestait. Capable de remarque l’odeur d’une autre femme, jalousie, il déteste cela, elle aussi, mais ne peux s’en empêcher. « Si ce n’est pas le tien, c’est que c’est celui de ma mère. » Elle soupire, roulant des yeux, elle le regarde comme s’il se moquait d’elle, ne supportant pas cette idée venant de son cousin. Comme s’il lui racontait quelque chose de banal, ce n’était pas l’odeur du parfum de Neela, la métisse connaissait que trop bien son odeur, pour lui avoir emprunté bon nombre de fois. « Te fous pas de ma gueule ! » Ce genre de mensonges ne lui plaisait pas, elle préférait un Blaise honnête quitte à être blessée dans sa fierté. Mais l’entendre se moquer d’elle de cette manière n’était pas une chose qui plaisait à la belle, il le savait pourtant depuis le temps. Fermant les yeux le temps du baiser qu’il dépose dans son cou, ce contact l’apaise un temps, rapidement elle se retrouve encore tenue par ce cousin qu’elle aime trop. Loin de l’amour fraternel qu’elle possède pour Néréo, non c’est bien plus violent, plus passionné pour Blaise. Alors, elle soupire elle sourit lorsqu’il se veut tendre en déposant un baiser sur son front. Il en est capable parfois, rarement. « Tant mieux, c’est pas au programme. » Ce contact même forcé ne la dérange pas le moins du monde, même si elle a envie de fuir la tante de le sœur de son père. Parce son cousin ne la comprend pas, pas vraiment, il ne la suit pas dans son idée, il la déçoit.

Doucement elle s’apaise arrête de se débattre, comprenant que trop bien que cela n’avait aucun effet sur son cousin. Au bout de quelques instants il la relâche afin de s’asseoir dos à elle, elle soupire, comprenant que trop bien qu’ils ne feraient rien. Que ce désir ardent pour ce métisse ne serait pas assouvit ce soir-là. « Perso, je veux bien t’écouter ma belle et tenter de te faire oublier que ça te fait royalement chier que ton frère va se marier, mais je pense tout de même que Néréo fait le bon choix en acceptant un avenir auquel nous sommes tous – sauf toi vu que je ne le permettrai pas – destinés. » Lucrezia lève les yeux au ciel, elle ne comprend pas réellement ne voit pas pour quelle raison, on pourrait permettre à Néréo de le faire et non à elle. Ce besoin de la protéger elle n’était pas une bonne chose, elle en avait conscience, pourtant elle avait ce sentiment qu’il fallait au moins que l’un d’eux le fasse. Sachant parfaitement que ses frères ne prendraient pas le risque de se heurter à leur paternel, Blaise n’hésiterait  pas. La vipère se lève attrape ses affaires, elle attendait plus de Blaise, mais il l’avait vexé pour le coup. « Je sais pas qui le pathétique de nous deux, moi qui m’attache comme je peux à ma relation avec Néréo ou toi qui croit encore que tu puisses faire changer ses plans à mon père. » Mettant sa cape, Lucrezia s’approche de la sortie de la chambre de son cousin. « Je me casse t’es aussi inutile qu’Anton ! » Cette insulte et provocation serait sans aucun doute réprimandée plus tard, mais la sorcière ne lui laissait pas le temps de réagir en partant.
   
⇜ code by bat'phanie ⇝


Flare Guns
IN MY HEAD
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

   

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
blaise&lucrezia + you're already in hell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell
» Drag Me To Hell
» Gates Of hell " La porte des Enfers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: SAISON 1-
Sauter vers: