Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

We shall never know all the good that a simple smile can do - Néraline

Isaline R. Delatour
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : Deuxième année de médecine magique à Poufsouffle
Célébrité : Holland Roden
Pseudo : Marie / Littlejuice Âge : 22 Parchemins : 1132 Gallions : 2015 Date d'inscription : 03/09/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2346-isaline-talk-to-yourself-like-y http://www.mumblemumps.com/t2358-isaline-talk-to-yourself-like-you-would-to-someone-you-love http://www.mumblemumps.com/t2359-isaline-hibou-ton-hibou-de-ficelle http://www.mumblemumps.com/t2388-journal-d-une-peluche

We shall never know all the good that a simple smile can do
Néraline ♥


Perdue. Elle est perdue dans cette vague incessante d’étudiant ne sachant pas très bien où aller pour la plupart. Et elle, Isaline, elle est au milieu de tout ceci. Elle se tourne et retourne dans ce couloir pour chercher un soutien. Adélaïde, où es-tu ? Adélaïde, pourquoi n’es-tu pas là ? Elle a besoin de Adélaïde, Isaline pour avancer. Elle est son soutien, elle est celle qui l’aide à avoir confiance en elle et à s’ouvrir au monde. C’est pas pour autant qu’elle réussit mais elles essayent, ensemble. Alors oui, dans ce couloir, elle a besoin de son amie la rousse. Elle a besoin de quelqu’un qui la comprenne, qui sache quoi faire pour qu’elle retrouve son calme. Inspire, expire qu’elle lui dirait. Plus facile à penser qu’à mettre en application cette méthode de vie. Mais elle ferme tout de même les yeux, prenant une profonde inspiration au passage. Elle cherche le calme, elle cherche la paix Isaline bien que ses doigts soient crispés sur la lanière de son sac de cours. Elle ne sait plus vraiment où elle est, juste qu’il y a du monde, trop de monde pour elle et ça l’effraie. Ca lui fait peur autant que ça la rassure parce que même si elle ne le dit pas, Isaline, elle déteste être seule. La solitude, elle se l’est imposée, c’est pas vraiment pour ça qu’elle l’aime. C’est un devoir, une obligation qu’elle s’est imposée et parfois elle se demande encore pourquoi elle a fait ça. Le contact humain n’a rien de mal dans le fond. Mais soudainement, elle est prise d’un élan d’audace et elle fait un pas en avant. Un pas suffisant pour qu’elle se retrouve projetée au sol comme si elle n’était qu’une marionnette qu’on aurait subitement lâché. Elle est un jouet dans ce monde Isaline. Elle est la marionnette de la vie qui décide pour elle de ce qu’elle doit faire ou non. Et là au sol, la vie décide qu’elle doit baisser la tête pour remarquer ses affaires son étendu sur le sol. Elle sent le tissu des capes qui la frôle en une brise légère. Elle se décale simplement pour être appuyée dos au mur le plus proche. Elle peut enfin respirer plus librement. Elle a beau être seule au sol, c’est devenu différent. Elle ne pense plus qu’à ranger ses affaires. Sortilège, botanique, elle a tous ses livres. Tous ou presque. Potions. Il lui en manque un et elle réalise que ce livre, ça fait bien longtemps qu’elle ne l’a plus vu. Depuis Néréo en réalité. L’aurait-elle laissé dans la salle de classe où ils avaient l’habitude de se retrouver ? Peut-être est-il resté simplement autour d’un des chaudrons qu’ils utilisaient souvent pour leur cours. C’est vain, elle le sait très bien mais ça ne l’empêche pas de chercher au milieu de ce bazarre étendu sur le sol. Sans succès. Mais alors qu’elle pensait être seule, dans sa bulle comme elle en a l’habitude, elle réalise au contact d’une main contre la sienne que ça n’est pas le cas. Son regard se relève et elle se met à sourire timidement. Il est là, il est devant elle et ça lui fait du bien de le voir après ces deux mois sans contacts. « Néréo... » Un souffle, un simple murmure alors que son regard reste ancré dans celui du jeune Serdaigle. Elle ne s’attendait pas à le recroiser aussi vite. Pas alors qu’ils n’ont désormais plus de cours ensemble. Mais elle est contente, elle est soulagée et en elle, c’est comme si quelque chose se mettait à revivre.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.


Still falling for you ♒︎ It took us a while. With every breath a new day. With love on the line. We've had our share of mistakes. But all your flaws and scars are mine. © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Il déambulait dans les couloirs, son corps y était présent tout du moins. Son esprit, lui, était ailleurs. Néréo il ne pouvait s’empêcher de se poser une multitude de questions, sur tout et n’importe quoi, sur ce qu’il se passait, sur cette rentrée plus qu’étonnante, sur ses futurs engagements, sur cette première année de GISIS. C'étaient ses premières heures de classe, et il ressassait les livres qu’il avait lus cet été sur le sujet, recherchant les phrases lues et relues des heures durant avec l’esprit tout aussi tourmenté qu’en ce moment même, avec les pensées qui vagabondaient, lasses de travail, lasses de problèmes. Alors il ne regarda pas, il suivit la foule. Jusqu’à ce qu’une masse noire anormale se trouvât devant lui, obstacle obligeant le flot d’élèves à se serrer pour pouvoir passer correctement dans le couloir étroit. Cette masse, il ne fallut pas plus de deux secondes au serpentard pour l’identifier. Une robe couleur du soleil, des cheveux teintés du feu, et le teint un peu rose pale d’un ciel au levant : Néréo ralentit, puis s’arrêta entièrement devant Isaline. Elle semblait chercher quelque chose, parmi des livres. Comme si elle avait perdu une feuille importante qui se serait glissée parmi les pages usées d’un vieil ouvrage. Ou comme si dans son décompte de livre, il y en avait un qui manquait à l’appel. Il ne sut pas vraiment si c’était son instinct qui l’avait guidé, ou s’il avait pensé plus vite qu’il ne s’en serait cru capable, mais Néréo descendit instantanément son propre sac de ses épaules, chercha dans sa propre bibliothèque ambulante, et dénicha enfin le livre qu’il cherchait. Un livre de potions. Un livre qui ne lui serait plus d’aucune utilité maintenant qu’il suivait un cursus en politique magique. S’il se trouvait parmi ses affaires, c'était une erreur, ou peut-être pas. Une erreur inconsciente, une ruse, il n’en savait rien.

Néréo n’avait pensé qu’à Perséphone durant l’été, car les fiançailles résonnaient à ses oreilles comme une nouvelle aventure. Il n’avait pas croisé la belle française de toutes les vacances. Pour autant, il ne put dire qu’il l’avait oubliée. Isaline, il y avait quelque chose en lui qui le faisait rougir, rien qu’en entendant son nom. Un cœur qui battait bien trop vite au simple regard. Ce n’était pas de l’amour, Néréo, il ne connaissait pas ce mot, il ne l’aimait pas, l’avait banni de son vocabulaire. L’amour c’était pour les faibles, les ignorants, ceux qui se laissaient aller à leurs penchants, ne se contrôlaient plus, ne songaient plus. Non, Néréo ressentait plutôt pour Isaline un profond respect, celui du jeune homme qui n’avait jamais été si proche d’une jeune demoiselle, n’avait jamais passé des heures privilégiées avec une fille. Lucrezia ne comptait pas. Son cœur s’était emballé d’une nouvelle expérience, une expérience à laquelle il se devait de mettre un terme. Le livre à la main, il s’avança un peu plus près d’Isaline. Inconsciemment, il savait pourquoi il l’avait gardé tout ce temps, plutôt que de lui rendre au mois de juillet, après les examens. Oui, Néréo savait que malgré tout ce qu’il pouvait bien penser, quelque chose le ramenait toujours à elle, à cette chevelure de feu. Alors il s’avança encore un peu, jusqu’à ce qu’elle levât les yeux, le regardât, prononçât son nom. Son être intérieur lui insufflait de rester paralysé, qu’il ne pouvait pas répondre, mais il était un homme, un homme fiancé, et il se devait d’entamer la conversation, ou il se pourrait que la situation devînt des plus gênantes. « Je me suis dit que tu aurais sûrement besoin de ça. » Il tendit le livre, dernier lien qui le ramenait à elle. Sa main pourtant semblait collée à la couverture. Ils lui manquaient, ces cours de potion. « Mes examens se sont passés à merveille, j’ai eu une très bonne note en potions, tes conseils n’y sont pas étrangers. » Un compliment, un seul, il était temps de s’en aller maintenant, de balancer le livre, de prendre ses jambes à son coup.  
Revenir en haut Aller en bas
Isaline R. Delatour
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : Deuxième année de médecine magique à Poufsouffle
Célébrité : Holland Roden
Pseudo : Marie / Littlejuice Âge : 22 Parchemins : 1132 Gallions : 2015 Date d'inscription : 03/09/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2346-isaline-talk-to-yourself-like-y http://www.mumblemumps.com/t2358-isaline-talk-to-yourself-like-you-would-to-someone-you-love http://www.mumblemumps.com/t2359-isaline-hibou-ton-hibou-de-ficelle http://www.mumblemumps.com/t2388-journal-d-une-peluche

We shall never know all the good that a simple smile can do
Néraline ♡


Isaline. Petite Isaline. Douce Isaline. Perdue dans le monde des grands, dans le monde des adultes. Ca lui est bien étranger tout cela et elle voudrait bien redevenir une petite fille. Celle qu’elle était avant que ses pouvoirs ne se manifestent. Mais Isaline elle a grandit et si elle vit encore dans sa bulle, elle sait qu’il y a des choses auxquelles elle ne peut décemment pas échapper. Il lui arrive d’être lucide, très rarement. Son monde est vaste à la Poufsouffle, il lui offre beaucoup trop de possibilité d’évasion qu’elle saisit dès qu’elle en a l’occasion. Mais dans ce monde qu’elle s’est crée, qu’elle a forgé à son image, elle est désespérément seule. Elle l’a choisit, elle l’a voulu. Mais il y a des moments comme ceux-ci où elle regrette. Elle regrette de n’être qu’une peureuse, une craintive et de ne faire confiance à personne. Cette confiance, elle a peur de la donner. Ils sont peu à l’avoir, trop peu, ça ne l’aide pas à s’ouvrir au monde en tout cas. C’est à ça qu’elle pense alors qu’elle est au sol. L’idée même de se relever et de faire comme si rien ne s’était passé ne lui effleure même pas l’esprit, c’est secondaire en fin de compte. Là, elle est juste capable de regarder les livres qui trainent sur le sol et de constater qu’il lui en manque un. C’est pas normal. Isaline, ell est studieuse, Isaline, elle n’oublie jamais ses affaires. Mais quand elle prend le temps d’y réfléchir, elle se rend compte que ça fait longtemps qu’elle ne l’a plus vu ce livre. Depuis la fin de l’année précédente en réalité et son esprit la surprend à divaguer quelques instants vers une personne à qui elle n’a pas pensé depuis quelques temps maintenant. Néréo. Est-ce qu’elle rêve ? Est-ce qu’elle est en train d’halluciner ? Elle voudrait porter sa main à sa joue pour le toucher et vérifier qu’il est bien réel, là avec elle. Mais on ne fait pas ce genre de chose avec un ami. Ca n’est pas correct, ça n’est pas convenable. Et puis Isaline, elle se rend compte qu’elle n’a jamais eu de véritable contact avec le Serdaigle. Jamais rien de plus que des mains qui se frôlent quand ils voulaient le même parchemin. Quelque chose de normal de simple et pourtant, assise sur le sol, elle sent ses joues la brûler légèrement, le signe qu’elle est en train de rougir. Elle a son regard dans le sien quand elle le voit se rapprocher, elle ne fait même pas attention à ce qu’il tient entre ses doigts, elle est obnubilée par ce regard sur elle. « Je me suis dit que tu aurais sûrement besoin de ça. » Cette voix. Elle ne prend conscience que maintenant qu’il lui a manqué pendant cet été. Elle s’était habitué à passer du temps avec lui presque chaque jour et du jour au lendemain, plus rien. C’est seulement maintenant qu’elle se permet de détourner son regard et quand elle le pose sur l’ouvrage qu’il lui tend, elle affiche un large sourire. Elle avait raison, c’était bien lui. « Je… je ne pensais pas que tu l’avais gardé. » Il y a sa timidité qui refait surface bien malgré elle. Elle tend les doigts vers le livres, hésitante pour finalement se rétracter et terminer de rassembler ses affaires pour se relever. Elle époussette rapidement son uniforme. C’est son moyen de ne pas le regarder. Elle ne sait pas pourquoi elle réagit ainsi, pourquoi ce regard qu’elle sent sur elle est si important. « Mes examens se sont passés à merveille, j’ai eu une très bonne note en potions, tes conseils n’y sont pas étrangers. » Elle est fière, elle est contente pour lui et sans doutes s’ils n’étaient pas en plein milieu d’un couloir qu’elle l’aurait pris dans ses bras. Ca serait gênant tout de même, beaucoup. Et puis Néréo ne la laisserait pas faire. Elle connaît les familles de sang-pur, les aprioris sur les gens comme elle. Non, ça ne serait définitivement pas convenable. « Je suis contente que tu ai réussi tes examens. » Elle ne sait pas mentir Isaline, il pourra voir toute la sincérité dont elle fait preuve dans son regard. Mais ça veut dire que maintenant, il est en GISIS. Comme elle et elle se surprend à imaginer qu’il puisse suivre le même cursus qu’elle. Ca lui plairait, ça leur permettrait peut-être de reprendre leur cours qu’elle aimait tant. Alors elle tente le tout pour le tout. « Tu… tu peux le garder le livre. Si tu veux évidement. » Au fond d’elle, elle sait qu’ils se verront moins cet année. Elle a conscience que les choses vont changer, ils seront sans doutes beaucoup trop occupés chacun de leur côté pour penser à l’autre. Pourquoi cela se produirait-il après tout ? Isaline et Néréo, c’est comme le feu et l’eau, ce sont des opposés, ils ne sont pas compatible. L’amitié est étrange entre eux et maintenant qu’elle est face à lui, elle sent la gêne qu’il y a entre eux et elle déteste ce sentiment. Elle voudrait s’enfuir loin de lui et de ce couloir pour se retrouver à la bibliothèque, ou dans son dortoir. Elle voudrait voir Adélaïde et lui parler, lui demander des conseils sur quoi faire pour que son amitié avec Néréo tienne. Naïve petite Isaline. Elle ne comprend pas toujours tout en matiere de relation humaine. Mais elle sait, elle sent qu’il est tendu et qu’il voudrait être n’importe où ailleurs plutôt qu’ici avec elle. « Ne pars pas. Pas tout de suite… s’il te plait. » Elle a sa main qui saisit celle du jeune homme en un geste désespéré. La chaleur lui monte une nouvelle fois aux joues sans qu’elle ne puisse y faire quoique ce soit. Elle ne veut pas qu’il la laisse. Pas tout de suite en tout cas.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.


Still falling for you ♒︎ It took us a while. With every breath a new day. With love on the line. We've had our share of mistakes. But all your flaws and scars are mine. © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Un été. Un été entier il avait entendu. Pour en arriver là. Aujourd’hui leurs chemins se séparaient, indéniablement. Néréo savait que c’était la bonne chose à faire, qu’il n’y aurait jamais rien avec la belle Isaline. Son béguin pour la jolie rousse ne pouvait se prolonger plus longtemps. De son côté, elle ne ressentait sans doute pas les mêmes tensions, les mêmes sentiments. Ce même pincement au cœur. L’amour, on lui avait dit que ça n’existait pas, quand on était sang-pur. Seuls les choix de raison devaient compter : les sangs purs réfléchissaient davantage, comprenaient davantage. On était grand parce qu’on avait fait des sacrifices. Son sacrifice à lui, c’était de se lier à la meilleure amie de sa sœur, à une fille qu’il ne connaissait pas, pour sauver l’honneur de la famille, remettre les Zabini dans le droit chemin, faire comprendre au monde qu’ils n’avaient pas plié le genou après la guerre. Sa mère avait beau être en prison, son père demeurait un homme politique influent, un modèle, une voix à suivre. Et Néréo était un bon fils, il devait suivre les pas de son père, comme son frère Anton le faisait, comme Lucrezia devait le faire.

Un livre, un simple livre, qui représentait davantage qu’une réussite à un examen. Néréo tenait dans sa main l’ouvrage qu’il lui restait de sa vie d’enfant. Le voilà qui devenait adulte, avec le rang, les responsabilités, les choix que cela lui incombait. Il commencerait à petits pas sa carrière, il apprendrait cette année les clés d’un succès dans les rangs d’une ploutocratie avérée dans le monde magique. Il avait sa place au sein de ces rangs, non pas comme un chef de famille l’a, il n’aurait pas la même renommée qu’Anton, mais Néréo était ambitieux et il grimperait les échelons, que ce soit par l’esprit, par népotisme, ou par force. C’était la vie qu’on lui avait choisie et qu’il acceptait à bras ouverts. Pour la gloire. Pour son nom. « Je préfère te le rendre, tu en auras davantage l’utilité. Je suis en politique magique cette année. Alors les potions ne m’importuneront plus, tu vois. » Il sentait encore les doux effluves sortir des chaudrons, la voix d’Isaline lui dictant la recette de la potion. Il avait écouté ses conseils comme on boit les paroles d’un maître et son sourire s’était figé dans son esprit comme on garde en mémoire les instants les plus beaux. Une sang-mêlé avait pénétré son cœur, il avait failli à son devoir. Juste un instant. Même les plus grands se trompent par moment.

Néréo était sur le départ, lorsque la main de la jeune fille attrapa la sienne, lorsqu’elle le supplia de ne pas partir, pas tout de suite. Néréo était pris de court. Il ne s’était pas attendu à une telle réaction et peinait à en comprendre le sens. Peut-être était-ce là le fruit d’une amitié qui s’était construite malgré eux. Peut-être avait-elle vu en Néréo une personne digne de confiance et sentait-elle qu’elle était sur le point de perdre une attache, un repère. Peut-être. Et peut-être était-ce par pur égoïsme qu’il prit sa main, la fit glisser le long de sa paume, de ses doigts, pour l’en détacher. Profitant de chaque instant du geste pour l’observer encore. « Je ne pense pas que ce soit une excellente idée, ton cours va commencer. Tu ferais mieux d’y aller. » Il ne voulait plus penser, il ne voulait plus tenter de savoir si elle comprenait le double-sens de ses phrases. Seulement, il se doutait qu’il ne pouvait rester proche de la jeune fille, ou bien le cœur serait plus fort que la raison. Eteindre l’étincelle avant qu’elle ne devienne flamme. « Merci beaucoup en tout cas, Isa. » Il n’avait pu s’empêcher un instant de douceur, de proximité. Une familiarité qu’il ne s’était jusqu’alors jamais autorisé. Il continuerait à la croiser, mais alors sa chevelure de feu serait devenue étrangère dans la masse d’élèves qui s’amoncellerait chaque jour dans les couloirs de l’immense château. « Je te souhaite le meilleur. »
Revenir en haut Aller en bas
Isaline R. Delatour
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : Deuxième année de médecine magique à Poufsouffle
Célébrité : Holland Roden
Pseudo : Marie / Littlejuice Âge : 22 Parchemins : 1132 Gallions : 2015 Date d'inscription : 03/09/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2346-isaline-talk-to-yourself-like-y http://www.mumblemumps.com/t2358-isaline-talk-to-yourself-like-you-would-to-someone-you-love http://www.mumblemumps.com/t2359-isaline-hibou-ton-hibou-de-ficelle http://www.mumblemumps.com/t2388-journal-d-une-peluche

We shall never know all the good that a simple smile can do
Néraline ♡


Il y a un sourire qui flirte sur ses lèvres. Le sourire de l’étudiante un peu perdue qui s’éprend de l’étudiant inaccessible. Elle est belle l’étudiante, elle est très belle mais elle a un probleme, elle n’a pas le sang pur. Autant dire que des portes lui sont encore fermées malgré la guerre qui a pris fin. L’amour, elle ne connait pas, elle ne sait pas ce que c’est Isaline. L’ignorance est maîtresse, ça ne l’a jamais dérangé jusqu’à aujourd’hui. Mais là, elle veut comprendre ce qu’elle ressent. Elle voudrait savoir la demoiselle, pourquoi elle a le coeur qui menace de sortir de sa poitrine à peine l’a-t-elle vu. Mais cette rencontre, c’est l’histoire d’un livre. Un simple livre de potion qu’elle avait sans doutes oubliés pendant l’un de leur cours, quelques mois plutôt. Des cours qui lui ont fait du bien, qui lui ont permis de s’ouvrir au monde un peu plus. Et ce livre, elle voudrait qu’il le garde en souvenir de cette année qu’ils ont passé l’un aux côtés de l’autre. Ce sont de bons souvenirs, elle a beaucoup appris avec lui. Cette apprentissage, il n’était pas à sens unique. Ce n’était pas elle la professeur de potion qui essayait de lui faire avoir son diplôme. C’était juste deux amis qui apprennent à se connaître, des amis qui travaillent ensembles aussi et pour tout ça, elle lui est reconnaissante. Mais ce livre, aussi utile puisse-t-il être pour la jeune femme, elle ne veut pas le récupérer. Elle est un peu imprévisible Isaline, elle a tendance à beaucoup trop réfléchir avant d’agir mais avec Néréo, c’est différent. Avec lui, elle agit naturellement, elle fait les choses comme elles viennent sans se poser plus de questions qu’il ne le faut. « Je préfère te le rendre, tu en auras davantage l’utilité. Je suis en politique magique cette année. Alors les potions ne m’importuneront plus, tu vois. » Un fardeau. Voilà ce que c’était pour lui les cours qu’elle a pris le temps de lui donner. C’est comme ça qu’elle le perçoit en tout cas. C’est ce qu’elle comprend de ses mots et ça la fait baisser les yeux sur le sol. C’était peut-être pas ça qu’il voulait dire, ça y ressemblait en tout cas et le pessimisme naturel de la rousse prend le dessus. Il s'envole pourtant bien vite quand elle sent qu'il est prêt à partir. Elle attrape sa main elle prononce des mots pour le retenir. Des mots qui la font sourire et espérer. Elle ne sait pas vraiment ce qu’elle cherche avec Néréo la petite française. Elle a juste besoin de compagnie, de la sienne en tout cas. Mais elle déchante bien vite, son regard se pare d’un voile de tristesse alors qu’elle baisse de nouveau le regard. Il détache leur main,il met fin à ce contact qui lui a pourtant provoqué des décharges dans tout le corps. « Je ne pense pas que ce soit une excellente idée, ton cours va commencer. Tu ferais mieux d’y aller. » Tête tournée vers la porte, regard qui se perd sur le bois et les élèves qui afflux, elle sait qu’il a raison. Elle ne le dit pourtant pas, elle ose juste affronter son regard avec un sourire des plus maladroit. « J’ai quelques minutes encore. » Elle en est certaine que ces minutes elle les a. Elle va les prendre en tout cas parce que ça fait trop longtemps qu’ils ne se sont pas vus. Bien trop longtemps qu’elle n’a pas pu profiter de ce contact qui la fait frissonner, de ce parfum qui hante ses souvenirs comme si elle baignait dedans jour et nuit. « Merci beaucoup en tout cas, Isa. » Et c’est la chute. Il n’a pas le droit. Il ne peut pas lui dire ça alors qu’elle ne le mérite pas. Un simple remerciement alors qu’elle estime mériter mieux la jolie française. Elle en est même certaine. « Fais pas ça Néréo... » Non ne fais pas ça. Ne lui brises pas le coeur coeur alors que tout ce qu’elle veut, c’est t’avoir à ses côtés. Parce qu’il est là le problème en réalité. Isaline, elle n’a pas conscience que la barrière qui les sépare soit ce sang qu’elle possède. Elle ne veut pas le regarder, elle ne veut pas voir ce ce regard sur elle alors qu’elle veut juste pleurer. « Je te souhaite le meilleur. » Ce sont les mots de trop. Ce sont les mots qu’elle avait peur d’entendre et les voilà. Il ne veut plus la voir. Il veut qu’ils ne redeviennent que de parfait inconnu l’un pour l’autre. « Tu n’as pas le droit de me faire ça. Ca avait donc si peu d’importance pour toi ? » Elle n’arrive à prononcer que ça avant que les larmes ne se manifestent. Elle a essayé pourtant de les retenir, elle a essayé de les cacher pour ne pas paraître faible et c’est un échec.« Regarde moi… regarde moi dans les yeux et dis moi que ça n’a pas compté. » Ce sont des mots qu’elle voudrait hurler mais ça voix est bien trop étranglé par les larmes qui dévalent ses joues pour hausser le ton. Elle subit Isaline. Comme toujours.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.


Still falling for you ♒︎ It took us a while. With every breath a new day. With love on the line. We've had our share of mistakes. But all your flaws and scars are mine. © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Les yeux d’Isaline trahissaient une panique évidente. Elle ne semblait plus savoir que faire, et Néréo peinait à comprendre. Du moins, il faisait semblant de ne pas comprendre devant son désespoir. Il savait, tout était devenu clair. Il avait douté pendant des mois et voilà qu’elle sortait enfin des mots qui ne pouvaient plus laisser de place pour des tergiversions. Il y avait plus. Il y avait toujours eu plus. Ce n’était pas du simple tutorat. Ce n’était pas une amitié naissante. C’était beaucoup plus profond que ça. Et il ne voulait plus réfléchir à aucune limite, il ne voulait plus savoir. De l’importance, ça en avait eu, ça en avait. Mais ça ne pouvait pas en avoir. Néréo était démuni, il ne savait plus quoi dire, il voulait tourner les talons, mais voilà qu’il s’était perdu dans l’immensité de sa chevelure de feu, dans laquelle il s’imaginait passer doucement sa main. Perdu dans l’immensité de ses yeux qu’il ne voulait pas voir pleurer. Putain, qu’est-ce qu’il était perdu. Il y a même pas une semaine, il fêtait son anniversaire auprès de Perséphone, il s’était résigné. Et voilà qu’on l’avait repris dans un tourbillon mortel. Dans un geste mécanique, sa main vint repousser les cheveux qui cachaient son si beau visage, effleurant sa peau, effaçant une larme, avant de venir de nouveau enlacer ses bouquins qu’il tenait avec son autre bras tout contre son cœur. Il leva les yeux au ciel. Pourquoi fallait-il qu’il soit entouré de tant de filles, tant de filles si compliquées ?

« On ne peut plus se permettre de faire des caprices d’enfant. Il ne se passera jamais rien Isaline. » Ces mots le dévastaient, à peine étaient-ils sortis qu’il les regrettait. Mais il fallait qu’ils sortent. Ses entrailles étaient serrées tandis qu’il comprimait ses poings pour ne pas se mettre à pleurer lui aussi. Il aurait voulu s’arrêter là, son cœur lui disait d’abandonner, de fuir. Ca lui faisait mal, mais sa raison n’avait pas encore fini. Il fallait s’assurer qu’Isaline ne voie pas en Néréo un gentilhomme. Il ne devait pas être ce gentleman qu’il avait été depuis qu’il l’avait rencontrée, depuis qu’il avait succombé. Cet homme-là, il devait le réserver pour une autre, et ça le tuait. « Je pense qu’il y a eu méprise entre nous deux. Tu es quelqu’un de formidable Isaline, et durant nos cours j’ai appris énormément de choses, tu es passionnante. Mais nous étions une équipe, comme deux collègues. Rien de plus. » Qu’il était contradictoire, qu’il était faux, hypocrite. Ses mots l’écœuraient. Une caresse puis un coup de fouet. Il se dégoûtait avec ses foutues simagrées.

Le couloir se vidait petit à petit, laissant les retardataires rejoindre les classes, ils étaient toujours là, au beau milieu du passage. Néréo avait la gorge de plus en plus nouée. Il était dans un rêve, un rêve douloureux. Ces rêves dont on se réveille sans avoir compris comment les éléments se sont enchaînés. Le serdaigle aimait, et il abattait, sortant des armes dont il ne connaissait même pas l’existence. Tout son visage divulguait un mépris, une condescendance qu’il n’avait jamais exprimés de toute sa vie. Et son cœur battait fort de son subterfuge. Il battait fort de voir Isaline descendre d’un nuage sur lequel elle s’était doucement posée. Elle était le mirage d’une liberté qu’il n’avait jamais eue, qu’il n’aurait jamais, à laquelle il n’avait pas le droit de goûter. D’un souffle, il détruisait cette silhouette qui l’entraînerait jusqu’à sa perte. « Pour éviter tout malentendu, je pense que c’est mieux comme ça tu vois… Enfin je ne voudrais pas te donner de faux espoir. Je préfère qu’on évite de se voir pendant un moment, ce sera plus facile… pour toi je veux dire. » Il agrippa ses bouquins si fort pour ne pas montrer que ses mains tremblaient. Il recula un peu. Il voulait qu’elle s’en aille, il voulait la voir s’en aller. La voir le fuir. C’était important.
Revenir en haut Aller en bas
Isaline R. Delatour
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : Deuxième année de médecine magique à Poufsouffle
Célébrité : Holland Roden
Pseudo : Marie / Littlejuice Âge : 22 Parchemins : 1132 Gallions : 2015 Date d'inscription : 03/09/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2346-isaline-talk-to-yourself-like-y http://www.mumblemumps.com/t2358-isaline-talk-to-yourself-like-you-would-to-someone-you-love http://www.mumblemumps.com/t2359-isaline-hibou-ton-hibou-de-ficelle http://www.mumblemumps.com/t2388-journal-d-une-peluche

We shall never know all the good that a simple smile can do
Néraline ♡

Elle perd ses mots, elle perd sa voix. Pleurer, elle veut l’éviter à tout prix. Faible, elle refuse de l’apparaître devant lui, devant cet homme qui a su réchauffer son coeur en quelques mois et qui aujourd’hui, réussi en un tour de main à le détruire. Elle voudrait qu’il la regarde dans les yeux, qu’il lui dise la vérité, elle ne veut que ça Isaline. Comprendre. Où elle a fait erreur, où elle a mal interpréter les mots et les gestes. Il est là son problème, elle est naïve la française. Elle a peur, n’est pas à l’aise. Ce qu’elle a dans le coeur, ce n’est pas quelque chose dont elle a l’habitude. C’est la premiere fois Isaline qu’elle se sent aussi bien et à l’aise avec quelqu’un. C’est ce qu’elle pensait en tout cas. Il ne faut que quelques mots à Néréo pour réduire à néant ses rêves et ses espoirs. Il la brise, la déchire en quelques phrases à peine. Les regards ne sont plus les mêmes, ils se font fuyant et elle déteste ça la jolie rousse. Elle ne supporte pas d’être aussi faible face à Néréo. Elle le croyait son ami. Ami… un terme qui lui semble si improbable aujourd’hui qu’elle réalise Isaline. Elle comprend, avec du mal qu’elle a fait fausse route, elle s’est fait des idées sur ce que sa relation avec le Serdaigle pour être à l’avenir. La larme qui coule le long de sa joue est solitaire. Il y en a pourtant d’autres qui menacent de s’échapper si elle reste ici une seconde de plus. A croire qu’elle aime se faire du mal parce qu’elle est incapable de bouger, juste de le regarder avec attention. Son palpitant bat fort, trop fort pour son propre bien et ça pourrait lui convenir en réalité Ca pourrait juste mais non, il approche sa main de sa joue et son souffle se bloque dans sa poitrine. Il n’a pas le droit de faire ça, il n’a pas le droit de la toucher de cette manière. Il aurait pu l’avoir s’il n’avait pas brisé ses espoirs. Elle a un mouvement de recul dans lequel elle elle éloigne son visage pour ne plus sentir la douceur de sa main sur son visage. Elle fait ça par dépit, elle fait ça à regret parce que la réalité est toute autre. Elle a besoin de l’avoir contre, Isaline, elle est timide et maladroite mais elle sait ce qu’elle veut. Juste le sentir contre elle en une étreinte qu’elle n’a pas le droit d’espérer. Tout les séparent les deux gamins perdus. Poudlard et Beauxbâtons. Serdaigle et Poufsouffle. Sang-pur et Sang-mêlé. Il faut qu’elle se fasse une raison, il est tant qu’elle redescende sur Terre la française, qu’elle réalise qu’il n’est pas pour elle. « On ne peut plus se permettre de faire des caprices d’enfant. Il ne se passera jamais rien Isaline. » Crac.. Le coeur se brise. Encore. Toujours plus. La volonté de ne pas craquer s’envole à son tour et elle sent sa lèvre inférieure trembler sous l’arrivée inévitable des larmes. Elles menacent de couler à tout moment. Ce qui lui fait le plus de mal à la Poufsouffle c’est son regard si sérieux, c’est sa maniere de prononcer ces mots qui vont si mal sans ciller. C’est ça le pire pour elle. Il ne ressent rien. Il n’éprouve aucun remord à lui dire ça. « Tu es... » Elle n’est même pas capable de terminer sa phrase. Elle ne sait pas ce qu’elle voulait lui dire de toute façon. Sa voix n’était qu’un murmure. Si elle parle plus forte, elle pleure, elle ne veut pas, elle se l’interdit. Faible elle l’est, le constat est évident à cet instant mais elle refuse de lui donner cette satisfaction. « Je pense qu’il y a eu méprise entre nous deux. Tu es quelqu’un de formidable Isaline, et durant nos cours j’ai appris énormément de choses, tu es passionnante. Mais nous étions une équipe, comme deux collègues. Rien de plus. » Rien. Tu n’es rien Isaline. Des mots qu’il reviennent dans son esprit. Les mots qui résonnent et sonnent comme étant une vérité trop longtemps voilé. Lionel avait raison. Elle est un monstre, elle ne mérite pas d’exister si même Néréo ne veut pas d’elle. Des amis, ils ne sauront plus l’être, ils ne peuvent pas, plus. Et Isaline pleure. Isaline craque en le regardant, en subissant la violence de ses mots qu’elle ne peut qu’encaisser. Elle a mal, elle souffre. Tout ça à cause de son coeur qui l’a trahis en voulant l’aimer un peu trop. Il n’y a plus rien autour d’eux. Chacun a regagné sa classe, elle devrait faire de même sans doutes mais ses jambes refusent. Il n’a pas finis, elle le sait et la fin se fera en apothéose, elle en est convaincu la rousse. Brisé plus que jamais, elle attend. La souffrance est là, aux portes de son esprit qu’elle pensait inatteignable. « Pour éviter tout malentendu, je pense que c’est mieux comme ça tu vois… Enfin je ne voudrais pas te donner de faux espoir. Je préfère qu’on évite de se voir pendant un moment, ce sera plus facile… pour toi je veux dire. » La voilà cette fin qu’elle redoutait tant. Pour elle, ça sera plus facile parce que lui, il s’en fou. Il n’en a jamais rien eu à faire d’Isaline. Il la voyait pour ses connaissances, pour ses cours et ce qu’elle avait à lui offrir pour son diplôme. C’était ça en fin de compte et elle regrette d’avoir si oui à Sarah pour donner ces cours au Serdaigle. La réponse négative aurait préservé son coeur et son âme en serait encore pure. Elle a eu tout faux, elle s’est trompée et aujourd’hui, elle ne peut plus revenir en arrière. Juste relever la tête, lui montrer que malgré les larmes qui coulent le long de ses joues sans s’arrêter, elle garde la tête haute. « Je te déteste Néréo Zabini. » Elle le pense. Elle le déteste vraiment, de tout son coeur, de tout son être. Elle déteste ses mots et ses gestes. Sa manière de sourire comme de la regarder et surtout, elle déteste avoir appris à l’aimer. Aimer à en faire mal, aimer à en crever. Brisée définitivement, il a gagné, elle se détourne et en courant, elle travers le couloir au milieu des quelques élèves encore présent. Echec et mat Isaline.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.


Still falling for you ♒︎ It took us a while. With every breath a new day. With love on the line. We've had our share of mistakes. But all your flaws and scars are mine. © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
We shall never know all the good that a simple smile can do - Néraline
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Good Morning England - Demande de partenariat
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» Good morning, Ireland ! (23/01/12 à 10h12)
» oh sometimes i get a good feeling[17/05 à 13h46]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: SAISON 2-
Sauter vers: