Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

I hate the way that you hate me ¤ ft. Yassen

Ilia T. Yordanova
Consumed by the shadows
avatar
Aurors
Maison/Métier : Auror à Poudlard
Célébrité : Troain Bellisario
Pseudo : Pandore Malone Âge : 29 Parchemins : 1060 Gallions : 1272 Date d'inscription : 06/06/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1893-ilia-yordanova-the-sun-will-shi http://www.mumblemumps.com/t1918-ilia-yordanova-success-nothing-else-matters#48749 http://www.mumblemumps.com/t1919-ilia-yordanova-don-t-count-your-owls-before-they-are-delivered http://www.mumblemumps.com/t2079-journal-d-ilia#52927

I hate the way you hate meIl est temps d'y aller, Ilia le sait et redoute ce moment. Dans les couloirs elle croise des élèves, des amis, mais elle ne parvient pas à penser à autre chose qu'à ce qui l'attend. Depuis quelques jours, semaines même, l'épidémie dont personne ne soupçonnait l'existence avait été dévoilée et beaucoup de choses se bousculaient. La sorcière avait été réquisitionné avec son coéquipier pour assurer le transfert vers les cachots où on avait aménagé des cellules pour les infectés. Les appeler ainsi était une honte, c'était des personnes qu'on enfermait, pas des animaux. La brune ne saurait dire ce qui était le plus difficile dans ce travail entre les tâches ingrates et l'obligation de supporter les regards de ses frères quand elle entrait dans le cachot. Et ça n'allait pas aller en s'arrangeant puisque la belle était là pour une visite aujourd'hui.

Se présentant devant l'auror, elle déclina son identité afin de rendre les choses officielles. Son collègue la laissa passer et le stress monta en elle. Comment ne pas avoir une certaine appréhension quand elle se rappelle parfaitement les mots de con frère le soir du banquet : « Traîtresse. » Les mots de Yassen résonnaient encore dans sa tête et il était plus que temps d'avoir une conversation avec lui. La Bulgare tente de prouver qu'elle ne leur a pas tourné le dos, elle ne veut pas les perdre et cette épidémie lui donne encore plus envie d'être présente. Zahari était le point central de sa vie et elle a blessé ses cadets en les délaissant complètement, involontairement ou non. Protéger Zahari était sa mission et la pression n'était retombée qu'à Noël avec la dure réalité de sa mort... Mais ça n'avait pas apaisé les tensions entre les Yordanov, bien au contraire.

La porte de la pièce s'ouvre et un jeune homme apparaît à contre cœur. La situation est difficile. Ilia a toujours pensé que ce serait à Azkaban qu'elle aurait pu rendre visite à son frère, lui si intimement convaincu que la voie du mal est la meilleure. « Bonjour Yassen. Comment vas-tu ? » demande-t-elle en se préparant au courroux de son vis-à-vis. Mais ils doivent avoir cette conversation trop longtemps retardée. Dans la même pièce que lui, Ilia se sent mal. Elle a toujours été mal à l'aise face à lui, cet être qui dégage quelque chose de malsain, d'étrange même pour un sorcier Yordanov. Peut-être aurait-elle dû rendre visite à Kamen en premier !

©️ 2981 12289 0


Mon frère, tu étais ma fierté, ma vie. Aujourd'hui, j'apprends à vivre sans toi, sans tes sourires.
Je me relève grâce à ton souvenir. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort.


Revenir en haut Aller en bas
Yassen Yordanov
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : l'ancien dragon a trouvé le chemin des serpents, il est maintenant en septième année.
Célébrité : ash stymest.
Pseudo : Prim Âge : 22 Parchemins : 942 Gallions : 626 Date d'inscription : 04/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

I hate you
Ilia & Yassen
After three, after four times, why did I bother ? Tell me how many more times does it take to get smarter ? Don't need to deny the hurt and the lies, and all of the things you did to me, I swear, I know you did. I'm not your number one. Ciao adios, I'm done.

La quarantaine ne lui réussit pas vraiment. Il est beaucoup trop habitué à boire et à fumer pour se couper du jour au lendemain de toutes ses dépendances. Pourtant, doucement, il se fait à la prison. Habituellement, sous l’influence des substances, il n’a ni le temps, ni l’état d’esprit pour penser à ce qui le perturbe, mais maintenant, il voit plus clair que jamais. S’habituant à la solitude, à l’isolement, il en profite pour nourrir son esprit, pour se rappeler les pensées familiales qu’il avait reniées pendant trop de temps. Ce qui ne tue pas ne rend plus fort : il le sait, il est sorti vivant, de nombreuses confrontations, il a préparé des guerres et livré des combats, il est sans conteste le plus puissant de tout.

Assis sur son lit, le dos droit, il se rappelle la confrontation avec le voleur, durant les vacances. Il se souvient l’avoir vu au banquet, mais il est incapable de replacer un nom. Selon l’ordre alphabétique qui était en vigueur aux tables, cela devait se situer dans les R ; c’était étrange, cette étrange impression de l’avoir connu toute sa vie.

Au fil des jours, Yassen se rendait compte aussi que des passages de ses souvenirs étaient moins clairs. Supposément, c’était des syndromes dus à la maladie ; il n’en était pas si certain. Tout un pan de sa scolarité à Durmstrang manquait à l’ordre, dans sa tête ; il ne se souvenait pas de ce qu’il faisait de ses loisirs, à l’extérieur de ses heures de cours, à l’exception des sessions de baise quotidienne avec la belle Lituanienne de son cours de potions. Intérieurement, il donnerait tout pour reconstituer les pièces du casse-tête que formaient sa mémoire. Il avait acheté une Pensine, pour s’aider à se rappeler de l’important, mais il n’avait pas prévu se faire enfermer ; la seule chose qu’il retenait de cet internement, c’était que ses inquiétudes étaient bien réelles, quelque chose clochait avec lui, et ce n’était pas cette épidémie dont tout le monde parlait.

Il tremble, en raison du manque, mais aussi de la colère. Il partage sa cellule avec Andreï et Yassen sait que celui-ci recevra de la visite, en dépit de son passé de violeur et de sa réputation de pervers. Une partie de lui ne peut s’empêcher d’être un peu jalouse en dépit de tout; il aurait bien aimé recevoir un visiteur aussi, ou à la limite, une femme dans les cachots pour se distraire dans les moments d’ennui. Pas que le fait qu’Andreï soit un homme ne l’empêche, il avait toujours gardé grandes ouvertes les portes de sa sexualité, mais apparemment, celui-ci tentait la fidélité. Yassen ne comprenait pas comment on pouvait se restreindre de la sorte ; il préférait avoir un peu de tout que de se contenter de façon exclusive d’une seule chose.

Il baisse les yeux, relit la lettre qu’Oxana lui avait envoyé ; apparemment, elle comptait venir le voir, mais elle ne lui pardonnait toujours pas le coup de la dernière fois. Rancunière, elle n’avait pas pris la peine de détailler ; dans sa tête, il fallait dire, c’était clair ce qu’elle lui reprochait, ce qui n’était pas le cas de son jeune frère. Ordinairement, Yassen en aurait ri. Là, il ferme le poing, froisse le parchemin, le jette dans un coin de la pièce. Putain, en ce moment, il aurait tout donné pour le corps de Zoya.

Quelqu’un se trouve aux portes. Avec la souplesse qui l’a toujours caractérisé, il se lève, il prend le téléphone. Il entend la voix de sa sœur. Ilia le regarde avec une peur non cachée dans les yeux ; une partie de lui trouve cela jouissif, la jeune femme arrive pile au moment où il avait besoin d’une distraction.

Sa voix se veut posée, mais il en recèle le tremblement. Il sait qu’elle n’aurait pas voulu être ici, qu’elle n’était venue que par principe se conforter d’avoir fait la bonne chose avant d’aller voir son petit frère adoré. Ilia et lui avaient toujours été opposés, elle se contentant de ses études et de jouer à la petite fille parfaite tandis que lui se complaisait dans l’immaturité et la déchéance. Mais maintenant, il n’avait rien pour combler le manque et il n’avait pas son frère pour l’empêcher de s’acharner sur la jeune femme.

Ilia lui demande comment il va. Yassen sourit avant d’éclater de rire, un rire sans joie, un rire dérangé, comme si on venait de lui raconter une histoire particulièrement amusante. Aussi vite qu’il n’avait commencé, il arrête soudainement de s’esclaffer. Sur son visage se lit la haine et la rancœur. Sans rien dire, le combattant lève doucement la main droite en direction de la jeune femme, et lui tend son majeur. Ce qu’il répond à sa question, c’est un simple doigt d’honneur, et honnêtement, il n’a rien d’autre à lui dire. Ils sont trop distants, trop séparés, lui avait voulu se battre pour le Seigneur des Ténèbres, elle était devenue Auror. Elle était la honte de la famille, la honte des Yordanov, et l’espace d’un instant, Yassen regrettait d’avoir cru en elle en mars, dans le dortoir des Serpentard ; ils étaient trop différents pour enterrer la hache de guerre.

Il aurait dû écouter Oxana quand il en avait eu l’occasion.


Made by Neon Demon



( So show me some remorse, show me a little guilt. Don't tell me we're just animals awaiting our next kill. )



Revenir en haut Aller en bas
Ilia T. Yordanova
Consumed by the shadows
avatar
Aurors
Maison/Métier : Auror à Poudlard
Célébrité : Troain Bellisario
Pseudo : Pandore Malone Âge : 29 Parchemins : 1060 Gallions : 1272 Date d'inscription : 06/06/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1893-ilia-yordanova-the-sun-will-shi http://www.mumblemumps.com/t1918-ilia-yordanova-success-nothing-else-matters#48749 http://www.mumblemumps.com/t1919-ilia-yordanova-don-t-count-your-owls-before-they-are-delivered http://www.mumblemumps.com/t2079-journal-d-ilia#52927

I hate the way you hate meSe retrouver dans cette pièce était particulièrement dérangeant. Il n'y avait pas de bonne manière de commencer une conversation avec Yassen, aucun moyen que celle-ci se passe bien et se termine sans nausée. L'aînée de la famille avait un différent plus que prononcé avec son frère, ce n'était plus un secret dans ce cachot au vu de leur dernière entrevue en public où le brun avait clairement attaqué sa sœur. Malgré tout ce qu'elle savait, Ilia avait besoin de le voir, de lui parler et d'obtenir de Yassen une explication. En mars, il s'était pourtant rangé de son côté pour sauver les affaires de leur défunt frère, sans être de son côté personnellement il s'était mis Oxana à dos sur ce coup-là et c'était un premier pas.

Ou du moins, ce que la jeune femme aurait aimé être un pas vers du mieux. C'était sans compter sur son nouveau statut d'auror et la mission qui lui avait été confié cette année. Être affectée à la surveillance de Poudlard était ce qu'Ilia souhaitait, afin de pouvoir veiller sur tous ces gens avec qui elle avait noué des liens durant son année de stage. Elle avait un nouveau statut mais elle ne s'éloignait pas de ses proches et tâchait de rester aussi proche de personnes comme Nastia ou Mérope tout en se rapprochant un peu plus de certains.

Mais le jumeau numéro 2 restait hermétique à tout ce qui venait d'elle et la haïssait encore plus de la voir de l'autre côté de la barrière, ou en l’occurrence de la vitre de séparation. Pour toute réponse à son interrogation, le jeune homme se contenta de brandir le poing pour lui faire un doigt d'honneur en bonne et due forme. Ilia ne put retenir un soupir de consternation qu'il entendit dans le combiné du téléphone. « Yassen... Ne fais pas l'enfant veux-tu. Je suis là pour qu'on parle. » dit-elle en s'attendant déjà à le voir lever l'autre main en signe de protestation/ ce comportement puérile ne l'étonnait qu'à moitié, il avait prouvé qu'il était un monstre d'immaturité la dernière fois, dans la salle du petit déjeuner commune. Yassen ne voulait pas aider, il se fichait de tout et de tous, à part peut-être de son jumeau et encore ce n'était pas dit !

Ne sachant pas par quoi commencer, la Yordanova toisa son cadet un instant. Il était maigrichon et pale, dans un état de manque inquiétant. Elle n'avait jamais vu quelqu'un en sevrage et ça ne lui donnait pas envie. « Est-ce que ça va ? Regarde-toi, tu fais peine à voir. Est-ce que je peux t'aider ? Je ne suis pas ton ennemie tu sais. » tente d'expliquer la demoiselle, sachant que c'était peine perdue et qu'il allait demander quelque chose qu'elle ne pouvait pas lui donner.

©️ 2981 12289 0


Mon frère, tu étais ma fierté, ma vie. Aujourd'hui, j'apprends à vivre sans toi, sans tes sourires.
Je me relève grâce à ton souvenir. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort.


Revenir en haut Aller en bas
Yassen Yordanov
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : l'ancien dragon a trouvé le chemin des serpents, il est maintenant en septième année.
Célébrité : ash stymest.
Pseudo : Prim Âge : 22 Parchemins : 942 Gallions : 626 Date d'inscription : 04/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

I hate you
Ilia & Yassen
After three, after four times, why did I bother ? Tell me how many more times does it take to get smarter ? Don't need to deny the hurt and the lies, and all of the things you did to me, I swear, I know you did. I'm not your number one. Ciao adios, I'm done.

Rire sardonique, inhumain quand il lève son majeur, le jeune homme, il est amusé par son indécence, par son impertinence, son impolitesse qui lui rappelle qu’il est au-dessus de tout, des conventions, des sacrifices, de la folie des hommes ; à l’intérieur, il brûle comme un volcan, il a une colère qui le consume, qui menace de le manger vivant. Il n’a qu’une envie, celle de foncer sur la vitre et passer ses mains autour du cou de sa sœur pour l’étrangler jusqu’à ce qu’elle ne le supplie de la laisser vivre, pour sentir les os craquer et pour la détruire, remodeler la traîtresse selon ses désirs. Yassen a envie de faire à Ilia ce qu’aurait voulu lui faire sa propre mère ; depuis sa naissance, Katia rêvait de le tuer, il s’en était persuadé, Yassen, c’était la seule façon par laquelle il pouvait s’expliquer le fait que sa mère ait refusé de le voir, ait préféré le laisser aux soins de son père.  

Jamais il n’y pensait, mais la quarantaine ramenait tous les souvenirs à la surface, il n’avait que cela à faire, le dernier héritier, penser, à sa famille, à défaut d’un manque de solides amitiés ; il avait toujours été du genre à avoir un millier de connaissances, peu de personnes sur lesquelles il comptait véritablement, mieux valait avoir des gens pour boire que des personnes à qui raconter ses déboires. Yassen, il avait avoir son verre haut, pour ne pas connaître les défaites, il aimait la fête, et de sa sœur, un fossé le séparait, creusé par des années, des méthodes d’éducation différentes, un petit prince qui avait été élevé avec la pensée qu’il était supérieur aux autres, aux femmes, surtout, et que tout lui était dû. Non, entre Ilia et lui, il n’y avait aucune bonne manière pour eux de communiquer proprement ; ils étaient perdus dans deux visions du monde totalement différentes.

Sa sœur lui dit de ne pas faire l’enfant, et il le sait, il sait qu’elle a raison. Dans ses agissements, il y a quelque chose de terriblement puéril, mais il n’en peut plus. Avant, son immaturité était une façon de renier ses responsabilités, de ne jamais grandir, mais son enfermement lui fait prendre conscience qu’il est un homme, qu’il n’y a aucune échappatoire. La fumée de ses drogues n’est plus là pour dissimuler la vérité, pour embrouiller le fait qu’il était malade et que bientôt, il n’aurait plus le moindre pouvoir. Les boissons ne sont plus là pour le réchauffer, les femmes ne sont plus là pour combler sa solitude, dit poliment, encore une fois pour le réchauffer, dit autrement.

Le tatouage sur ses côtes, pourtant, c’est ce qui le brûle en ce moment, lui rappelle que le destin a toujours été scellé ; Yassen, il avait pris tant de temps à accepter le tatouage familial, à accepter le fait qu’il ne soit pas unique, de par sa naissance et de par sa famille, mais maintenant, il est un dragon en cage, en proie à ses pulsions autodestructrices et l’armure s’effrite, et les écailles se carbonisent. Des insultes contre les femmes lui courent sous la langue et pour ne pas craquer devant l’ennemie, il apprécie la peur, la menace qu’il représente ; il avait un amour pour le pouvoir, ça devait lui venir de son père.  

Quand sa sœur lui dit qu’il fait peine à voir en rajoutant qu’elle n’était pas son ennemie, tout ce que Yassen avait à lui adresser était un regard apathique. Haussant les sourcils, totalement indifférent, il hausse les épaules, avant de lui répondre : « C’est tout comme si tu étais mon ennemie. » Il conserve son regard de glace dans celui de sa sœur ; leurs prunelles ne sont pas de la même couleur, seulement leurs traits fins pouvaient rappeler qu’ils avaient la même ascendance. Trop différents, incapables de se voir sans se rabaisser, aux deux extrémités, et Yassen, pourtant, il aurait rêvé d’être comme elle, mais maintenant, ce n’était plus pareil, ce ne le serait plus jamais.

« C’est trop tard pour parler. J’en ai marre de parler. C’est tout ce que tu sais faire parler, discuter, mais tu es incapable d’agir, tu as toujours le même foutu balai dans le cul. » Yassen parle en bulgare, encore ; la langue maternelle rappellerait sa sœur à ses origines, et il la connaît, Ilia, il connaît chacune de ses faiblesses, chacun des endroits où l’armure est moins épaisse, où il peut l’atteindre, où il pourrait lui faire mal, s’il le voulait. Mais il ne le voulait pas, et elle ne le comprenait pas, elle était toujours aussi résolue à le voir comme une sorte de monstre, comme l'autre jumeau, et ça lui faisait mal, de demeurer l'autre. Yassen se rapproche de la vitre, son visage est pratiquement collé contre cette dernière. Son poing est tellement serré sur le téléphone que ses jointures en deviennent blanches. L’agitation le reprend, les sautes d’humeur, le sevrage faisait des ravages ; détruirait-il le faible lien qui lui restait avec sa sœur ? Il reprend.

« Tu arrives ici pour reconstruire l’école, l’école que nous aurions dû détruire, Ox et moi. Par la suite, quand tout est fini, tu te joins aux gens qui nous enferment. Tu deviens Auror ! Tu conduis tes deux frères en quarantaine, et tu penses que ces enfoirés vont t’accepter parce que tu trahis ta famille, mais ils ne t’accepteront jamais, ils ne nous aiment pas ! Ils nous voient comme des barbares ! Ils nous enferment ! Ils nous enferment ! Merde ! » Violemment, il frappe la porte de son poing, avec fureur. Le choc lui fait mal, indéniablement, la porte tremble, le jeune homme n’a pas perdu de sa force. Pourtant, tout de suite après, il perd sa vigueur, sa flamme, sa violence. Comme une fleur qui se flétrit, son front contre la porte, le jeune homme ferme les yeux, mais il ne pleure pas ; il ne sait pas pleurer, Yassen, il n’a jamais appris, c’était à coup de gifles qu’il avait grandi. Son expression est triste, ses yeux sont vides. « Je ne peux plus rester ici. Libère-moi. Tue-moi. Je m’en branle. » Sa voix devient un murmure. « Je n’en ai plus rien à foutre. »

Made by Neon Demon



( So show me some remorse, show me a little guilt. Don't tell me we're just animals awaiting our next kill. )



Revenir en haut Aller en bas
Ilia T. Yordanova
Consumed by the shadows
avatar
Aurors
Maison/Métier : Auror à Poudlard
Célébrité : Troain Bellisario
Pseudo : Pandore Malone Âge : 29 Parchemins : 1060 Gallions : 1272 Date d'inscription : 06/06/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1893-ilia-yordanova-the-sun-will-shi http://www.mumblemumps.com/t1918-ilia-yordanova-success-nothing-else-matters#48749 http://www.mumblemumps.com/t1919-ilia-yordanova-don-t-count-your-owls-before-they-are-delivered http://www.mumblemumps.com/t2079-journal-d-ilia#52927

I hate the way you hate meSeuls face à eux-mêmes, c'est un mélange de colère et de crainte qui submerge Ilia lorsque son frère ouvre la bouche, toujours pour dire des atrocités. Il la considère réellement comme une ennemie. Parce qu'il est là et elle de l'autre côté. Parce qu'il aurait préféré ne pas admettre le problème et continuer comme si de rien était dans cette école qu'il méprise tellement. Durmstrang n'était plus et il avait du mal à le concevoir. Mais s'il s'enfermait dans son silence, Yassen allait devenir fou. Encore plus qu'il ne l'était déjà ! Enfermer un dragon est une insulte, chacun des Yordanov le sait depuis l'enfance et quand le feu se répandra, il ne vaut mieux pas se trouver sur son passage. Mais pour l'heure, ce n'est qu'un pauvre gamin en révolte que la Bulgare a sous les yeux, un monstre de colère qui croit qu'insulter les siens est une façon de passer le temps. Yassen pense faire réagir sa sœur en l'insultant mais celle-ci reste étonnamment calme bien qu'à l'intérieur, elle ne veuille qu'une chose, lui coller sa baguette sous le nez. Il a cette capacité à provoquer des réactions violentes chez Ilia, un peu comme leur père lorsqu'elle pense à lui. C'est une sensation que la jeune femme cherche à occulter, comme si elle reniait ses origines et la violence dans laquelle ils avaient grandi. La famille Yordanov n'est pas aussi belle que certains le pensent, leurs enfants sont tous des monstres avec des visages d'anges, même Ilia qui joue bien son rôle d'enfant modèle.

« Si tu ne fais pas un effort, ils vont te garder ici. » tente-t-elle de lui faire comprendre, sa voix sonnant un peu trop comme une menace de l'autre côté du combiné. C'est un fait, sans coopération, il n'y a pas de libération et il faut bien admettre que la brune préférerait savoir son frère en train de se vautrer dans le stupre plutôt que de revoir une scène comme celle du réfectoire où il avait prit goût de dévorer sa camarade de Serpentard sous les yeux de toute l'assistance.
Sans témoin, c'est encore plus facile pour Yassen de critiquer sa sœur, lui énumérant selon lui les erreurs qu'elle a commise. Reconstruire Poudlard était une idiotie. Devenir auror un affront à leur lignée. Posé bout à bout comme il le faisait, ça avait presque des allures de vérité mais jamais l'aînée de la famille n'avait songé à une telle chose. Peut-être avait-il raison, ou peut-être pas après tout ! Sa réflexion fut stoppée nette lorsque le poing du jumeau n°2 entra en collision avec la paroi de verre, provoquant un sursaut chez elle comme chez le garde planté de l'autre côté, à surveiller les infectés. Elle lui fit signe de ne pas bouger.

« Yassen... » dit-elle en se mettant à sa hauteur, cherchant son regard de l'autre côté de la paroi en sentant malgré tout un immense soulagement pour ne pas être de l'autre côté. C'est une mauvaise pensée, elle le sait, mais si Ilia se trouvait avec lui, trop près de lui, elle courrait un grand danger tant la haine de l'autre est forte. Le consoler de loin était la seule chose dont elle était capable, parce qu'il était toujours aussi dangereux, tel un animal blessé. « Arrête de croire que tout ce que je fais c'est pour t'énerver ou déshonorer la famille ! Je suis la seule à vouloir remettre un semblant d'ordre et redonner à notre nom la gloire qu'il avait jadis. Que veux-tu que je fasse !? » La question posée était surtout pour la rhétorique car à choisir, Ilia écouterait sûrement plus volontiers les conseils de Kamen que ceux de son jumeau. Lui était un peu plus sensé, plus calme. « Je ne peux plus rester ici. » résonna la voix de l'adolescent de l'autre côté du verre. Sa voix était en train de se briser, tout comme sa volonté. « Ne dis pas de sottises, veux-tu ! C'est hors de question que qui que ce soit te tue ! Ni toi ni Kamen. » grogne la jeune femme. Pourquoi réveiller l'âme de dragon qui s'éteignait chez le Bulgare alors qu'il était calme ? Parce que le calme vient toujours avant la tempête, parce qu'il n'est pas dans son état normal et que cette quarantaine est en train de le tuer à petit feu. « Tu veux sortir ? Alors commence à t'en foutre justement. Tu sais que ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort, alors agis en adulte ! » déclare Ilia en lui rappelant la doctrine familiale et les valeurs que cela incombe. Il n'est pas le seul à savoir parler de leur famille et à connaître ce qui fait d'elle une puissance craint à travers le monde magique.

©️ 2981 12289 0


Mon frère, tu étais ma fierté, ma vie. Aujourd'hui, j'apprends à vivre sans toi, sans tes sourires.
Je me relève grâce à ton souvenir. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort.


Revenir en haut Aller en bas
Yassen Yordanov
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : l'ancien dragon a trouvé le chemin des serpents, il est maintenant en septième année.
Célébrité : ash stymest.
Pseudo : Prim Âge : 22 Parchemins : 942 Gallions : 626 Date d'inscription : 04/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

I hate you
Ilia & Yassen
After three, after four times, why did I bother ? Tell me how many more times does it take to get smarter ? Don't need to deny the hurt and the lies, and all of the things you did to me, I swear, I know you did. I'm not your number one. Ciao adios, I'm done.

Il la déteste. Il la déteste parce qu’elle ne perd pas sa convenance, parce que ses cheveux bruns sont toujours impeccablement ondulés alors que lui est plus pâle que jamais, se promène avec sa carcasse décharnée en rêvant du joint qui lui permettrait de mieux respirer. Si sa sœur lui en ramenait un, il pourrait lui pardonner, sa trahison, son outrage, à sa famille, à sa lignée. C’était ce que le jeune homme se disait, parce que si le manque le consumait, la tristesse le tuait, parce qu’il ne la comprenait pas. Expliquer le chagrin à Yassen, c’était comme expliquer la faim à un affamé, la vue à un homme qui avait toujours été atteint de cécité. De la peine, Yassen ne connaissait que celles de prison, et maintenant qu’il était en quarantaine, il se disait que le mot avait maintenant toute sa pertinence, que même le vocabulaire se moquait des prisonniers depuis la nuit des temps. Lui, il a perdu ses souvenirs, mais maintenant, s’ajoutent à ce qui a été perdu sa bonne humeur et sa confiance. Son sourire était devenu une moue lasse, exténuée, de ces hommes qui ont trop vécu, de ces cheveux qui deviennent gris avant l’âge. Ses blagues ont laissé place à des paroles de désespoir.

Avant, il aurait incendié le monde entier, mais il n’en avait plus la force maintenant, le dragon, il avait perdu de sa contenance, Yassen, il avait perdu sa flamme. Ilia lui rappelle qu’il devait faire un effort pour pouvoir sortir. Même si elle tentait de conserver son air bienveillant, une menace transparaissait dans ses paroles. Yassen pourrait dire tout ce qu’il voulait, Ilia portait tout aussi bien le nom des Yordanov que lui. Elle avait la même fougue, la même férocité que lui, simplement, elle s’en servait pour faire ce qu’elle appelait le bien.

Elle lui demande d’arrêter de croire qu’elle faisait tout contre leur famille. Elle touchait un bon point, c’était assez ironique de la part de Yassen de lui faire de tels reproches. Autant il avait toujours repoussé les responsabilités familiales pour se concentrer sur ses plaisirs, autant il ne supportait pas que l’on s’écarte de l’idéologie du clan du dragon ; il avait toujours été dans la contradiction. Refusant de se conformer aux étiquettes, le jeune homme avait raillé le clan auprès de son père, mais s’était tout de même tatoué les trois symboles de la famille sur sa peau. Il voulait être tout.

Il voulait être rien à la fois.

Pourtant, quand il lui avait dit qu’il ne pouvait plus rester ici, Ilia lui avait hurlé qu’il était hors de question que qui que ce soit ne les tue. Yassen sourit, dévoilant des dents espacées, certaines noircies, une dorée dans le fond de la bouche, au même endroit que son père. « Ça ne sert à rien que j’agisse comme un adulte. » Il relève la tête vers Ilia. Dans son regard ne se retrouve plus de haine, il n’y a que le bleu transperçant de la vérité.

« Tout le monde me considère comme un enfant. Tout le monde me voit comme le dernier de la famille, comme celui qui ne prend pas ses responsabilités en main. Père pense que je prends tout comme une blague, il m’a fiancé à une Britannique, pour ne pas que je nuise à l’image du clan, Mère me voit encore comme le monstre sorti de son ventre. Ox pense que je ne sais que faire la fête et même pour Kamen, je dois être protégé parce que je suis son petit-frère. Il n’y a pourtant que trois heures de différences. » Il continue. « Mais tu sais quoi. J’en ai marre que l’on me dise toujours non. »

Yassen s’éloigne de la porte et avance en direction de son lit. Il prend la couverture et en déchire un lambeau, dans le sens de la longueur, sans même déglutir devant la gravité de son geste, devant tout ce qu’il impliquait. L’histoire se répétait, inspirée d’un autre mythe.

Dans le monde des gens ordinaires, dans le monde des lettrés, Antigone était l’incarnation de la révolte. Personnification de la révolte, elle était la voix qui doutait et qui avait envie de hurler. Elle était celle qui n’avait pas dit oui, qui se fichait de la politique, des nécessités, qui pouvait dire non à ce qui ne lui plaisait pas.

Yassen ne connaissait pas Antigone, mais tout comme elle, il se reconnaissait le droit de ne pas dire oui. Il refusait de comprendre les sacrifices que devait faire Ilia, déterminé à ne voir les choses que de sa propre perspective plutôt que de se pendre aux lèvres d’une autre personne. Le jeune homme, avec une cérémonie qui ne lui ressemble pas, attache le morceau de couverture autour de son cou et se tourne vers Ilia. « Autant rester un enfant pour toujours. »

La vision est effarante, le lambeau attaché autour du cou à la manière d’un collier, dont dépassait une bonne quantité de tissu conservée dans la main du dernier héritier. « Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. » répète Yassen, comme un automate, ne semblant lui-même pas croire à ses paroles.

Contrairement à l’histoire de l’héroïne, ce n’est pas la pendaison par l’écharpe colorée cette fois, c’est par la blanche, parce que le dragon a perdu ses couleurs, celles de ses terres natales, même celles de vert et d’argent qu’il avait empruntées à ceux qui l’ont accueilli dans leur nation. « Ce qui nous tue nous rend immortel. » Il lève les yeux pour chercher où accrocher la corde improvisée. C’était une manière comme une autre de sortir de quarantaine. Il vivrait éternellement dans les esprits. Son image serait indélébile. Après, peu importait, qu'elle soit positive, négative, il n'en avait rien à cirer.

C'est reposant, la tragédie, a-t-on écrit, parce qu'on sait qu'il n'y a plus d'espoir, le sale espoir.

Le dragon pourrait voler pour toujours.

Made by Neon Demon



( So show me some remorse, show me a little guilt. Don't tell me we're just animals awaiting our next kill. )



Revenir en haut Aller en bas
Ilia T. Yordanova
Consumed by the shadows
avatar
Aurors
Maison/Métier : Auror à Poudlard
Célébrité : Troain Bellisario
Pseudo : Pandore Malone Âge : 29 Parchemins : 1060 Gallions : 1272 Date d'inscription : 06/06/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1893-ilia-yordanova-the-sun-will-shi http://www.mumblemumps.com/t1918-ilia-yordanova-success-nothing-else-matters#48749 http://www.mumblemumps.com/t1919-ilia-yordanova-don-t-count-your-owls-before-they-are-delivered http://www.mumblemumps.com/t2079-journal-d-ilia#52927

I hate the way you hate meLa colère était présente dans le cœur de l'auror en cet instant, incapable de faire entendre raison à son frère. Il ne voulait pas être un homme et tout ce qu'on pouvait lui dire importait peu. Il avait toujours été comme ça, Yassen. Toujours à se ficher de l'opinion publique pour faire sa vie dans son coin, avec son jumeau, sans que rien ne trouble l'harmonie de leur couple. Aujourd'hui, alors qu'ils sont en quarantaine, enfermés dans des chambres séparées, le duo flamboyant n'est plus que l'ombre de lui-même, et chacun semble avoir perdu de sa fougue. Bien que le calme plaise à Ilia qui ne se fait plus insulter que par Oxana dans les couloirs, elle se sent presque triste. Au moins, quand ils étaient en colère, les jumeaux avaient conscience de la présence de leur aînée et cherchait à attirer son attention de quelque manière que ce soit, brûlant tout sur leur passage.

Les dragons ont perdu de leur superbe et ce que la brune a en face d'elle, c'est tout sauf son petit frère... Entendre les paroles de ce dernier lui rappeler combien sa famille le méprise et le considère comme un gamin immature la frustre. Si on pense ça de lui, c'est parce qu'il ne fait justement pas l'effort de leur prouver le contraire. Il pourrait tellement être tout ce qu'il désire, faire comme elle et tenter de rendre à la famille Yordanov la splendeur d'autrefois, imposant le respect par la force. Mais la force, Yassen n'en avait plus... « Si tu en as marre, bouges-toi ! Tu es maître de ton destin, peu importe la marque que tu portes. »

Cette marque le destinait à un avenir dans l'entreprise familiale, moins ambitieuse que ce soleil que porte l’aînée au poignet. Ilia a toujours été la plus intelligente, la plus forte et la plus humble en même temps. Sa destinée, elle l'a forgé à la force de sa volonté, tout d'abord en voulant toujours rendre son père le plus fier possible jusqu'à ce qu'elle apprenne la vérité sur la mort de son oncle et la naissance de ses cadets. Se faire un nom pour elle, protéger Zahari et amener son père à répondre de ses actes en temps voulu, une priorité absolue pour elle et son ambition de gravir les échelons jusqu'à un poste qui lui permettrait de faire tout ça dans la légalité était une chose ardue, mais en adulte responsable, elle ne pouvait se contenter de se venger de la mort de son frère par la prise des armes. Elle n'aurait aucune chance à ce stade et devait se préparer, retourner chaque membre de la famille Yordanov contre Andreï et le détruire de l'intérieur, comme il avait fait en tuant celui qui était pour elle son âme sœur.

Le jumeau numéro 2 pouvait la rejoindre et dire « non » à toutes ces idioties que lui a inculqué le patriarche, mais il préférait abandonner là, sans plus de mot. Il se leva sous les yeux de sa sœur qui ne comprit pas tout de suite ce qu'il s'apprêtait à faire. Elle pensait qu'il allait chercher à lancer une chaise contre la vitre qui les séparait, ou quelque chose de moins stupide que ce qu'il avait en tête et surtout de plus virulent. Mais le dragon avait bel et bien perdu toutes ses couleurs et son cœur se noyait dans trop de sentiments qu'il ne connaissait pas et ne maîtrisait pas...
l'auror ne bougeait pas, analysant la situation presque comme si elle n'était pas dans la réalité. L'atmosphère était chargée d'électricité et la chair de poule la gagnait à mesure que tout prenait un sens. Un frisson la parcourut jusqu'au sommet de son crâne quand elle vit son cadet arracher un bout de son drap pour le passer autour de son cou. « Qu'est-ce que... » balbutia-t-elle en se levant d'un bond, se rapprochant dangereusement de la vitre.

Il lui répéta comme un robot cette doctrine familiale qui avait tellement de sens et l'avait aidé, elle, à tenir le choc face à la mort de Zahari. Mais l'effet avait été tout autre sur le Serpentard qui nouait le drap autour de sa gorge de manière à ce qu'il ne puisse pas se détacher quand... Oh non ! Ilia venait de prendre l'ampleur de la situation en pleine face et les paroles de son cadet la terrorisait. Cette lueur si vide d'espoir dans ses yeux, cette voix si monocorde, Yassen était en train d'abandonner le combat, persuadé qu'il ne valait rien et que le fait d'être un adulte était une chose trop inconcevable pour lui.
Ilia posa une main sur la vitre en le regardant, son corps comme incapable de réagir à ce que faisait le jeune homme de l'autre côté de la vitre. Mais elle devait agir ou elle aurait un autre frère à pleurer. Et ça, c'était hors de question !

« Confringo ! » hurle presque la jeune femme sans se soucier des coséquences que cela pourrait avoir auprès de ses collègues et des autres infectés. Il fallait absolument empêcher Yassen de se pendre. Le sortilège fit exploser la vitre de séparation dans un bruit sourd et la puissance de sa volonté provoqua un souffle qui envoya du verre à travers la pièce, projetant le Bulgare au sol, sonné. Il valait mieux qu'il soit blessé par du verre que d'être sous terre.

Se précipitant au chevet du jumeau numéro 2, Ilia retira le lambeau de drap de son cou et figea son regard sur lui. « Tu n'es qu'un  idiot... Je t'interdis d'abandonner tu entends ! » dit-elle avec plus de colère que de peine dans la voix. Oui, la sorcière était furieuse contre l'infecté, qui était plus fort que ça à ses yeux. La déception se lisait dans son regard, derrière la colère. S'il mourrait, le patriarche serait bouleversé et les répercussions seraient à craindre pour l'école. Ilia imaginait déjà des dizaines de dragons venir brûler Poudlard et ses habitants. « Je refuse de perdre encore un frère... » souffla la Yordanova en étant cette fois bien trop près de son cadet, sans penser au danger qu'il avait représenté jadis. Elle aimait sincèrement ses cadets, malgré les horreurs qu'ils se sont fait et dit. Perdre Zahari lui a fait comprendre que leur géniteur était capable du pire quand on ne va pas dans son sens et Ilia craignait pour leurs vies bien plus qu'elle ne l'admettait. Ce concept stupide de devoir toujours se battre contre sa nature...

Serrant Yassen en lui bloquant les bras pour qu'il ne tente pas de s'échapper pour recommencer un truc stupide, les aurors en poste arrivèrent en trombe et les trois hommes furent surpris du spectacle. « Amener un médicomage d'urgence ! Il faut faire quelque chose ! » leur ordonna-t-elle alors qu'elle n'était pas la mieux placer de l'équipe pour donner ordres... Mais elle s'en fichait royalement de suivre la hiérarchie, c'était bon pour les gamins et bientôt elle savait qu'elle serait au-dessus d'eux. Parce qu'elle voulait les commander tous et que la sécurité soit toute autre. Sa frustration était à son comble. Yassen avait réussi à faire perdre son calme à son aînée, qui ne sentit pas la larme rouler sur sa joue, se mêlant à son sang, elle aussi coupé par un bout de verre qui avait ripé.

©️ 2981 12289 0

[ HRP : @Yassen Yordanov voilà tout l'amour que je te porte pour la St Valentin mon petit frère ♥️ navrée de ce retard ]


Mon frère, tu étais ma fierté, ma vie. Aujourd'hui, j'apprends à vivre sans toi, sans tes sourires.
Je me relève grâce à ton souvenir. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort.


Revenir en haut Aller en bas
Yassen Yordanov
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : l'ancien dragon a trouvé le chemin des serpents, il est maintenant en septième année.
Célébrité : ash stymest.
Pseudo : Prim Âge : 22 Parchemins : 942 Gallions : 626 Date d'inscription : 04/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur

I hate you
Ilia & Yassen
After three, after four times, why did I bother ? Tell me how many more times does it take to get smarter ? Don't need to deny the hurt and the lies, and all of the things you did to me, I swear, I know you did. I'm not your number one. Ciao adios, I'm done.

Il n’aurait jamais cru mourir de cette façon.

Dans ses rêves les plus fous, le jeune homme mourrait au combat. Il aurait perdu la vie avec un couteau dans le cœur sans jamais que son regard ne vacille. Ses prunelles de glace se seraient imprimées dans celles de son ennemi pour lui dire que même s’il perdait la vie, il ne perdait pas pour autant la partie. Il laisserait encore une chance à son camarade de vivre dans la terre des vivants avant de tout lui reprendre dans la mort. Dans d’autres illusions, il disparaissait de la lumière en se battant pour le Seigneur des Ténèbres ; il avait été un bon combattant et un bon serviteur, il avait emporté avec lui suffisamment de vies pour faire le bonheur de son Maître. Certains penseraient que c’était idiot de se dévouer autant à la cause d’un seul sorcier, mais ce n’était pas le cas pour Yassen qui avait appris à servir et à asservir, sans se soucier de ce qui était bien ou de ce qui était mal, petit prince qui savait autant les ordres que de sortir les lames et de les exécuter.  

Son regard se perd sur le haut de la porte de la prison alors que le jeune homme cherche un crochet. Il ne pense même pas à l’impact de son geste. Il sait ce que les gens lui sortiraient. Il ne devrait pas faire cela. Sa mort ne toucherait pas que lui. Sa mort aurait des répercussions sur les autres. Son geste serait totalement égoïste. Sa pauvre mère serait dévastée. Ses sœurs seraient effondrées. Son frère ne serait plus jamais capable de vivre. Son père serait chagriné. Un sourire éclaire son visage. Il n’y croit pas. Personne n’est venu lui rendre visite et que penser de ses parents quand il savait maintenant qu’il était le produit d’un viol ; celle qui le lui avait révélé se trouvait tout juste devant lui, en train de lui dire qu’il était maître de son destin, peu importe la marque qu’il portait. Ilia pouvait parler, c’était si facile pour elle, qui avait le tatouage le plus prestigieux, qui était capable de prendre son avenir en main, de se concentrer sur ses études sans avoir la crainte de perdre la seule chose qui la rattachait encore à sa famille. Yassen n’avait pas peur, il ne connaissait pas cette émotion, mais il ne savait pas comment il ferait pour assumer le poids de ce qui lui arrivait avec la même force dont était capable sa sœur. Il était tout simplement désemparé. C’était comme se trouver devant une montagne sans ne rien avoir pour l’escalader.

Il lance la couverture autour du crochet. Il n’avait pas perdu de ses réflexes ; elle tombe parfaitement à sa place, comme si même la vie venait lui dire qu’elle ne voulait pas de lui. Yassen ne porte même pas attention à sa sœur qui s’approche de la vitrine. Personne ne semble vouloir intervenir. Dans un mouvement de provocation, il secoue la corde avec laquelle il allait se pendre, mais les Aurors ne lui portent même pas la moindre attention. Il se demande en même temps si c’était vraiment ce qu’il voulait.

Il n’a pas le temps de penser plus. Ilia lance un sort et la vitrine explose dans un bruit sourd. L’onde de choc est si forte que Yassen est projeté au loin. Glissant sur quelques mètres, il s’écrase contre le mur, non sans fracas. Une douleur traverse son corps, il passe sa main tremblante sur des coupures pour constater l’ichor sur le bout de ses doigts. Il ne bronche pas. Il est habitué à pire. Il est tout de même choqué. Il n’aurait jamais cru qu’Ilia avait suffisamment d’audace pour briser un règlement. Elle avait beau être Auror, elle était encore jeune, et elle avait moins de chances d’escalader les échelons avec ce geste inconsidéré. Avait-elle vraiment tout voulu sacrifier pour lui ? L’avait-elle fait parce qu’elle le pensait faible ? L’avait-elle fait pour une autre raison ?

(Il espérait que oui.)

Ilia se rapproche de lui. Ses mains tremblent quand elle essaie de lui retirer la couverture autour du cou, non sans lui dire qu’il était un parfait imbécile et qu’il ne devait pas abandonner. Yassen aurait normalement dû la railler, mais il n’a rien à dire cette fois-ci. Absent, il fixe le vide, comme s’il vient de prendre conscience lui aussi de ce qu’il avait tenté de faire ; il avait tenté d’attenter à sa propre vie, il avait tenté de se tuer. Ilia lui dit qu’elle refuse de perdre encore un frère. Yassen relève la tête pour la regarder. Il a perdu ses souvenirs, il ne sait pas de quoi elle parle, mais il ne cherche pas à demander, pas dans cette situation, alors il se tait. Ilia lui bloque les bras, comme un enfant, pour ne pas qu’il fasse quelque chose de stupide, comme se couper les veines avec un des morceaux de verre alentours. Yassen lui aurait normalement demandé de le lâcher, de ne pas le traiter comme un enfant, mais pas cette fois ; il accepte que sa grande sœur prenne soin de lui. « Merci. » se contente-t-il de dire, d’une voix sobre, mais plus sincère que jamais. Il n’avait pas l’habitude de dire ce mot. Il était heureux, Yassen, même s’il ne l’avouait pas, que sa sœur se soucie un minimum de lui, ne l’ait pas laissé se tuer. Il ne pense pas que c’était ce qu’il aurait vraiment voulu.

Même pour lui, la mort était une trop grande finalité.

Ilia ordonne alors à ses camarades de faire quelque chose. Les hommes se mettent en marche. « Merci beaucoup de m’être venu en aide. » Il a l’impression qu’il ne pourrait jamais le dire suffisamment, et il doit admettre qu’il n’aime pas particulièrement la sensation. Il sait qu’il doit la vie à sa sœur. Il se sent un peu mal à l’aise de l’avoir détestée avec autant de force, mais il se rappelle que sa sœur avait tenté de lui voler son frère. En pensant à Kamen, ses pensées retournent vers Andreï. « Père ne m’aurait jamais pardonné. »

Il avait passé toute sa vie à reprocher à Ilia de ne pas correspondre à l’image des Yordanov, mais maintenant, c’était lui qui avait failli. « Ne dis rien à personne. S’il-te-plaît, Ilia. » Il la regarde avec insistance, le plus proche de ce qui pourrait être un regard implorant pour le jeune homme. Ça faisait si longtemps qu’il ne l’avait pas appelée par son nom, sans que ce ne soit pour la dénigrer.

Quand ses paupières se referment, pour la première fois, on voit un petit frère dans les bras de sa sœur.

Made by Neon Demon



( So show me some remorse, show me a little guilt. Don't tell me we're just animals awaiting our next kill. )



Revenir en haut Aller en bas
Ilia T. Yordanova
Consumed by the shadows
avatar
Aurors
Maison/Métier : Auror à Poudlard
Célébrité : Troain Bellisario
Pseudo : Pandore Malone Âge : 29 Parchemins : 1060 Gallions : 1272 Date d'inscription : 06/06/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1893-ilia-yordanova-the-sun-will-shi http://www.mumblemumps.com/t1918-ilia-yordanova-success-nothing-else-matters#48749 http://www.mumblemumps.com/t1919-ilia-yordanova-don-t-count-your-owls-before-they-are-delivered http://www.mumblemumps.com/t2079-journal-d-ilia#52927

I hate the way you hate meTout s'est passé si vite ! Ce qui semblait être une conversation normale entre les deux Yordanov – c'est-à-dire une série de reproches et d'insultes – s'était alors transformé en une plainte nostalgique, poussant le prisonnier à rendre les armes. On n'avait encore jamais vu un Yordanov abandonné un combat, ce n'était pas dans leur nature flamboyante de dragon. Ils se battaient jusqu'à ce que la mort elle-même ait l'audace de venir les emporter. Le geste de Yassen était lourd de conséquences et il le savait.

Le cœur d'Ilia s'était arrêté au moment même où son frère avait accroché le drap au crochet du plafond. Une stupide erreur que d'avoir mis ce truc ici et il est certain que l'auror, une fois remise de ses émotions, irait toucher deux mots à ses supérieurs afin de retirer tout ce qui pouvait être dangereux pour la vie même de infectés. Ce crochet était un appel au suicide en effet et le jumeau numéro 2 l'avait bien compris. Il voulait en finir avec la vie. Une chose que sa sœur n'était pas prête de laisser faire. Ayant déjà perdu celui qui était son meilleur ami, elle ne pouvait supporter l'idée que la vie lui retire un autre frère. C'est d'ailleurs ce que la brune lança fébrilement après avoir fait éclater la vitre de séparation en mille morceaux et rejoint son cadet.
Elle le serrait contre elle, surtout pour l'empêcher de bouger. Yassen serait capable de se saisir de la baguette de sa traître de sœur ou d'un bout de verre pour continuer dans son idée. Le premier remerciement, elle ne le prit pas tout de suite en considération. Elle l'avait entendu mais ça semblait si lointain, si peu ressemblant à Yassen qu'elle n'était pas certaine que ce soit cela qu'il ait dit. Ce n'est que lorsque les autres aurors entrèrent en trombe dans la pièce qu'elle prit le mesure de la situation.

Ses collègues ne se firent pas prier pour décamper et trouver un médicomage, même s'ils étaient plus âgés et plus expérimentés qu'Ilia, aucun ne voulait se frotter à la colère d'un Yordanov, leur réputation allait au-delà des frontières Bulgare. Le brun ouvrit de nouveau la bouche, appréciant l'aide que venait de lui apporter son aînée. C'est à ce moment-là que la prise d'Ilia se radoucit sur lui. Yassen n'était plus dans l'idée de se dégager d'elle, elle le savait au fond d'elle. Ce n'était pas une ruse, parce que jamais il n'aurait prononcé ces mots, pas même pour retourner la situation contre elle. C'était une première et une seconde larme vint rouler sur la joue de l'auror. Autant de reconnaissance dans la bouche du jumeau le plus violent avec elle, ça n'a pas de prix. « Je ne t'aurais jamais pardonné. » souffla-t-elle doucement alors que le Serpentard pensait à leur père. Andreï n'aurait jamais supporté l'idée qu'un de ses héritiers se montre aussi faible et stupide et sur ce point, Ilia était bien la fille de son père. Elle aussi avait pourtant tenté d'attenter à sa vie. À ses souvenirs plus précisément, puisqu'elle avait voulu tout oublier de ce qui s'était lors du Noël précédent. Prendre conscience que l'on doit vivre avec ses chagrins était une chose difficile à faire, mais possible. Elle viendrait en aide à son frère pour cette raison. Parce qu'un Yordanov n'abandonne pas, il se bat.

Serrant Yassen dans ses bras, la sorcière retira un bout de verre des cheveux de ce dernier. Il avait quelques coupures et son sang s'écoulait lentement, tandis qu'elle se fichait bien de sa propre joue qui saignait. L'important était de faire ce qui devait être fait et pour une fois, l'aînée Yordanov oubliait d'être cette peste qui ne pense qu'à sa petite personne, celle qui écrase les autres pour gravir les échelons. Non, à cet instant, elle n'est plus qu'Ilia, la grande sœur qui doit protéger ses cadets. « Ne dis rien à personne. S'il te plaît Ilia. » gémit Yassen en figeant son regard dans celui de son aînée. Cette lueur dans ses yeux semble si étrangère à sa personnalité. Ilia ferme une seconde les yeux, faisant couler une larme qui s'était accroché à ses cils pour ne pas tomber. « Je te le promets. » dit-elle en berçant tendrement l'autre Yordanov, l'incitant au calme. Son cœur pouvait se reposer, personne ne saurait ce qui venait de se passer. Les autres infectés avaient dû entendre l'explosion provenant de la cellule, mais nul n'avait réellement besoin de connaître la vérité.

Yassen ferma les yeux, son corps se détendait entre les bras de sa grande sœur. La Bulgare se permit d'embrasser le front de ce dernier, profitant d'un moment de paix avec lui. Les deux n'avaient jamais été aussi proches de toute leur vie qu'à ce moment où lui avait tenté de s'ôter la sienne. Cette scène semblait effacer toutes les autres. On ne voyait plus l'auror et l'infecté alors que les médecins s'approchaient pour emmener Yassen et le soigner, mais bel et bien un frère et une sœur.



©️ 2981 12289 0


Mon frère, tu étais ma fierté, ma vie. Aujourd'hui, j'apprends à vivre sans toi, sans tes sourires.
Je me relève grâce à ton souvenir. Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
I hate the way that you hate me ¤ ft. Yassen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Love me now or hate me forever!
» Sometimes I hate you so much [pv Lysandre]
» [Terminé] You hate me, I know ... [Nathan]
» i hate shonda rhimes, i hate everything. - sweva
» Love me, hate Me [PV Aarhyel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: SAISON 2-
Sauter vers: