Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

We're gonna be fine (maybe not tonight) ϟ Dimka

Mila V. Silaïeva
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle, deuxième année de GISIS en Zoomagie, préfète & membre des clubs d'astronomie et du 2ACM
Célébrité : Lily Collins
Pseudo : Barling Âge : 25 Parchemins : 2270 Gallions : 1954 Date d'inscription : 11/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/100  (0/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t400-mila-it-s-always-darkest- http://www.mumblemumps.com/t1385-mila-you-know-what-they-say-about-hope http://www.mumblemumps.com/t1390-mila-hibouxbox http://www.mumblemumps.com/t2088-journal-de-mila

We're gonna be fine
Dimka
feat.
Mila


 

 



 

 

Δ (Maybe not tonight)


Même si son bol d'amortentia avait disparu depuis longtemps de la table, Mila pouvait toujours en sentir la saveur sucrée et entêtante sur son palais. Elle aurait voulu se débarrasser de cet arrière-goût qui menaçait de la rendre malade mais elle n'arrivait pas à se résoudre à avaler quoi que ce soit de plus. Ce qu'il venait de se dérouler sous ses yeux l’écœurait tellement qu'elle doutait que son estomac supporte la moindre nourriture et elle s'était bien assez donné en spectacle comme ça. Lentement, elle détourna le regard de son assiette vide pour jeter un coup d’œil autour d'elle, les sorciers désignés comme infectés avaient finalement été emmenés par des aurors en dehors de la salle et un calme relatif était retombé sur le repas. Si s'en était fini des coups d'éclats et des cris, Mila pouvait lire le mécontentement sur le visage de ses camarades. Quelques élèves, surtout des premières années, avaient entamé leur repas sans enthousiasme, mais la plupart d'entre eux avait refusé de toucher à la nourriture qu'on leur avait servie en signe de protestation et de dégoût. Nul doute que la révolte grondait déjà. Un soupir s'échappa des lèvres de Mila, cette situation était effrayante pour tout le monde, mais elle aurait pu être gérée d'une manière bien différente. Avec plus d'ouverture et de dialogue. Mais non, il n'en avait pas été ainsi. Ils avaient été dupés par leur directeur, trahis par cette autorité sensé les protéger, manipulés de la pire des façon et aucun élève n'allait l'oublier. Le directeur avait brisé leur confiance et tôt ou tard il allait devoir faire face aux conséquences. Ses yeux tombèrent sur la place vide de Hope et la bleue sentit son estomac se tordre. Elle avait vaguement conscience que le directeur s'était levé pour leur annoncer la fin du banquet mais elle ne l'écouta que d'une oreille distraite. Les révélations que l'auror avait dévoilées plus tôt sur l'épidémie et la magie tournoyaient trop dans sa tête pour qu'elle se concentre sur autre chose. Elle revint finalement sur terre en réalisant que les élèves avaient commencé à se lever pour rejoindre leurs salles communes. Pour la première fois depuis qu'elle avait été nommée préfète Mila aurait volontiers tout fait pour échapper à ses responsabilités. Mais comme elle n'avait pas le choix, elle poussa un ultime soupir et s'efforça de plaquer un sourire sur son visage. Le résultat sonnait faux mais pour le moment elle ne pouvait pas faire mieux, vu les expressions des élèves autour d'elle, elle savait que personne ne lui en tiendrait rigueur. Repoussant le banc sur lequel elle était assise, elle se leva pour être bien visible. « Okay, il est temps de rejoindre notre salle commune. Les premières années suivez moi ! » Lança-t-elle d'une voix forte en frappant dans ses mains pour attirer l'attention des plus jeunes. Elle se leva et se dirigea vers le hall, vérifiant par la même occasion que les premières années lui avaient emboité le pas et qu'elle n'en perdait pas parmi la foule.

Dans le bourdonnement constant des élèves qui évoluaient au sein des couloirs, Mila pris la direction de la tour des Serdaigle installée au sixième étage du château. Tout en s'appliquant à ignorer les aurors postés dans les couloirs de l'école, la bleue entreprit de rentrer dans son rôle de préfète. Elle indiqua aux nouveaux élèves la direction des salles de classes principales, leur révéla l'emplacement des passages secrets les plus pratiques et s'efforça de répondre aux questions qu'ils pouvaient lui poser. Elle tentait d'être la plus naturelle possible pour ne pas inquiéter les apprentis sorciers qui la suivaient mais elle pouvait lire sur leurs expression que ce qu'il s'était passé ce soir n'était pas normal. Elle adressa un sourire à une petite blonde qui avait l'air anxieuse. Elle aurait aimé pouvoir leur chanter les louanges de l'école et leur promettre qu'ils allaient passer des années merveilleuses au sein de Poudlard mais vu la manière dont ils avaient été traités ce soir, ses mots n'auraient été que pure hypocrisie. Elle ignorait dans quoi ils venaient de s'engager et ne voulait pas leur faire de fausses promesses. Arrivée devant la statue de l'aigle qui gardait l'entrée de leur maison elle leur expliqua le principe de l'énigme qu'ils devaient résoudre pour pouvoir entrer. Elle laissa quelques premières années proposer des réponses à la devinette posée par l'aigle de pierre et félicita celui qui fini par trouver la réponse. « Bienvenue chez vous ! » Leur lança-t-elle tout en les invitant à entrer dans la salle. Elle jeta un coup d’œil circulaire à la salle commune des aigles, rassurée de retrouver les fauteuils moelleux à leur place. Au moins la salle était toujours aussi accueillante, même si ce n'était qu'une illusion. Elle laissa quelques minutes aux nouveaux arrivants pour découvrir leur nouvel univers. Avec un léger sourire elle fit un signe à son camarade préfet. « Les garçons vous pouvez suivre votre préfet, les filles venez avec moi je vais vous montrer votre dortoir. » Suivie par une dizaine de fillettes aux grands yeux, Mila s'engouffra dans l'escalier en colimaçon qui menait à leur dortoir.

Mila en redescendit une demi-heure plus tard. Même si rien ne l'y obligeait elle avait pris le temps de s'assurer que ses nouvelles camarades étaient bien installées et qu'elles avaient bien récupérées toutes leurs affaires. Elle avait également tenté de répondre à leurs questions mais avait dû vite faire face à la réalité, elle était tout aussi choquée qu'elles par la scène à laquelle elles avaient assisté ce soir et n'avait aucune information en plus à leur donner. Elle espérait quand même avoir réussi à les rassurer un peu. De retour dans la salle commune, la Serdaigle chercha Maddox des yeux. Elle n'avait pas eu le droit de s'asseoir à ses côtés pendant le banquet et s'inquiétait un peu pour lui. Même s'il était actuellement en froid avec Hope, ça n'avait pas du être simple pour lui de la voir désignée comme malade et emmenée par des aurors. Surtout, elle redoutait que les évènements de la soirée n'aient réveiller ses craintes liées à son séjour à Azkaban. Elle voulait être là pour lui, lui montrer qu'elle était son soutient si le besoin s'en faisait sentir. Mais malheureusement Maddox était introuvable. Se doutant qu'il avait certainement rejoint son dortoir, elle décida d'en faire de même et monta les escaliers lentement. A la vision des lits vides de Hope et de Lyra, Mila sentit sa gorge se serrer. Même si c'était le choix de Lyra de quitter Poudlard, sa meilleure amie lui manquait, elle aurait bien eu besoin de sa présence avec tout ce qu'il se passait. Tout en s'efforçant de repousser ses idées noires, Mila se joignit à la conversation de ses camarades de dortoir et entreprit de ranger ses affaires. Mais au moment de rejoindre les bras de Morphée, la Serdaigle fut incapable de trouver le sommeil. Elle n'était certainement pas la seule, de son lit elle pouvait entendre ses camarades bouger. Elle fut cependant la première à craquer. Emportant une couverture aux couleurs bleu et bronze avec elle, elle redescendit dans la salle commune désertée. Elle ignorait l'heure qu'il était, c'était peut être mieux ainsi, le réveil serait assez difficile dans tous les cas. En silence elle alla s'installer dans son canapé favoris en face d'une cheminée -éteinte pour le moment- et replia ses jambes sous elle. Elle était sur le point de regretter de ne pas avoir emporter un livre avec elle quand une présence se fit sentir dans la salle. Elle se redressa et s'aperçut que Dimka se trouvait à quelques pas d'elle. Elle le fixa un instant dans la demi-pénombre et laissa un petit sourire flotter sur ses lèvres avant de rejoindre sa position initiale sur le canapé. « Première insomnie ou première virée nocturne ? » Lança-t-elle à la cantonade, parfaitement consciente que le bleu s'approchait. Elle fut soulagée qu'ils soient seuls, parce qu'en cet instant elle n'avait aucune envie de faire semblant.
Gasmask






Revenir en haut Aller en bas
Dimka Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : 9ème année en sécurité magique
Célébrité : nicholas galitzine
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 1661 Gallions : 1059 Date d'inscription : 09/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1181-dimka-dimitrov-nos-choix-ne-nou http://www.mumblemumps.com/t1198-dimka-dimitrov-a-chacun-son-destin#26688 http://www.mumblemumps.com/t1756-dimka-dimitrov-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


We're gonna be fine (maybe not tonight)  
"Si quelqu'un vous témoigne assez de confiance pour déposer son secret dans votre sein, vous devez en être flatté ; et il faut le garder plus scrupuleusement que ce qui vous concernerait et ce qu'il vous importerait le plus de cacher."
Septembre 2000
~ Milka ~


I
l en fallait beaucoup pour bousculer à ce point Dimka Dimitrov que jamais rien ne touchait, ou tout du moins c'était e qu'il s'efforçait à faire croire. Mais là, ce soir, même lui se retrouvait bien plus chamboulé qu'il ne voudrait l'admettre... Ce qui s'était passé ce soir, il n'avait rien vu venir, personne... Lui qui se sentait toujours si sûr de lui, d'Andreï, il n'était plus certains de rien... Pourquoi est-ce que son cousin, celui qu'il considérait comme un frère avait été enfermé dans les cachots ? Dimka refusait de croire qu'il pouvait être infecté... Un Dimitrov ne pouvait pas perdre ses pouvoirs n'est-ce pas ? Ça ne pouvait pas réellement arriver ? Surtout pas Andreï... Et ce regard qu'il lui avait lancé à la fin pour cette gryffondor qui s'était mise à hurler pour lui... La réaction de son cousin en lui avait pas échappé et le slave ne comprenait rien... Voilà des mois qu'il était perdu, qu'Andreï agissait de façon totalement différente, en dehors de cette jolie blonde il n'avait vue personne d'autre de l'été dans son lit... Rien ne lui ressemblait et maintenant ça ? Dimka ne s'était pas inquiéter pour elle, il avait vue qu'elle était soutenue par ses amis, il était donc resté en retrait et au final il s'était retrouvé avec Mila sur les bras. C'était tellement le chaos, que personne n'avait remarqué quoique ce soit, personne ne s'était demandé pourquoi lui s'était occupé d'elle. Dimka Dimitrov qui ne s'occupait du cas de personne en dehors de sa petite cadette... Autre chose le chiffonnait, Hope... Il n'aimait pas la savoir enfermée, autant il savait que son cousin tiendrait le coup, alors que pour elle, il n'en était plus aussi sur... Voilà quelques temps qu'ils avaient retrouvés leurs dortoirs respectifs et Dimka tournait et virait dans son propre lit, il n'était sans doute pas le seul... Une part de lui avait envie d'aller voir Maddox, mais il savait que c'était une mauvaise idée, Dimka était ébranlé et il risquait de vouloir un peu plus qu'une consolation de la part de son ami et depuis la dernière fois, Dimka avait bien compris qu'il ne se passerait jamais rien...

Une part de lui se rappelait alors ce fameux jour où Maddox l'avait totalement repoussé avant de l'avoir chauffé comme il en avait toujours rêvé... Dimka chercha le lit de son camarade du regard et soupirant, avant de faire une bêtise il se leva et sortait du dortoir se dirigeant alors vers la salle commune des serdaigles. Il en fallait beaucoup pour couper l'envie de dormir au jeune garçon. En général ces derniers temps cela venait chaque fois qu'il s'était disputé avec Alcyone et que du coup elle ne venait plus réchauffer les draps de son lit... En ce moment, elle ne venait pus d'ailleurs, mais c'était pour une tout autre raison...  La vérité avait éclaté, ils n'étaient pas que des amis, ils avaient envie de plus, de beaucoup plus, cependant Dimka n'avait été incapable de lui faire la moindre promesse et même si elle n'était pas fâchée contre lui, une gêne subsistait à présent... Ils ne pouvaient plus être aussi proche, car chaque geste sous-entendait autre chose et Dimka n'avait aucune idée de comment réparer les choses... Une part de lui savait, plus rien ne pourrait être comme avant... En arrivant dans la salle commune, sur le moment il se crut seul et puis... Dans l'ombre il apercevait alors une silhouette sur le canapé, il était près alors à faire demi-tour lorsqu'il reconnut la jeune fille qui prit par la suite la parole. S'il y avait bien une personne dont il pouvait supporter la présence en ce moment c'était bien Mila. Tous les deux se connaissaient si bien et pourtant, personne ne connaissait le lien qui les unissaient, personne ne soupçonnait à quel point il pouvait être proche, parce qu'ils avaient toujours gardé leur amitié secrète... Quelque chose que Dimka ne voulait pas changer, il aimait cette sensation d'avoir un jardin secret dont seule Mila avait la clé et inversement... Sans répondre, il s'approchait d'elle et venait s'asseoir à côté d'elle sur le canapé, souriant légèrement à son tour.

"Première insomnie... Cela m'a même coupé toute envie de virée nocturne tiens..."
Et qui serait-il allé voir ? La seule dont il avait envie d'aller chercher le réconfort, il ne pourrait pas rentrer dans son dortoir... Et avec un peu de chance, peut-être qu'Alcyone elle dormait comme un bébé, même s'il n'y croyait pas beaucoup... "Et toi alors ? Ton lit n'était pas assez confortable ?" Demandait-il en venant jouer avec l'un des coins de la couverture qu'elle avait pris soin d'emmener avec elle, comptait-elle réellement dormir ici ? Son regard tombait dans celui de la brune... Dimka n'avait aucun masque avec elle, elle pouvait lire en lui comme dans un livre ouvert, il lui laissait voir cette tendresse particulière qu'il n'avait que pour elle. "Tu veux parler ?" Demandait-il, en réalité, ils en avaient certainement besoin tous les deux... Leurs lettres lui manquaient d'une certaine manière, cette façon de tous lui dire alors qu'ils ne se voyaient jamais... Depuis qu'ils étaient à poudlard, il ne le faisait plus, mais ils n'avaient pas non plus beaucoup d'occasion de parler... Dimka se rendait compte alors à quel point son sac était plein et il avait besoin de le vider, mais elle d'abord, instinctivement, naturellement, sa main allait chercher la sienne et il l'attirait contre lui, l'entourant de son bras. Il se fichait du fait que n'importe qui pourrait les voir, après ce soir, ils en avaient probablement besoin tous les deux... "As-tu perdu quelqu'un que tu aimais ce soir ?" Demandait-il doucement, il voulait savoir si elle vivait la même chose que lui, si les siens lui avaient été arrachés comme on lui avait arraché Andreï...

(c) Emi.





Balyrinthe:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mila V. Silaïeva
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle, deuxième année de GISIS en Zoomagie, préfète & membre des clubs d'astronomie et du 2ACM
Célébrité : Lily Collins
Pseudo : Barling Âge : 25 Parchemins : 2270 Gallions : 1954 Date d'inscription : 11/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/100  (0/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t400-mila-it-s-always-darkest- http://www.mumblemumps.com/t1385-mila-you-know-what-they-say-about-hope http://www.mumblemumps.com/t1390-mila-hibouxbox http://www.mumblemumps.com/t2088-journal-de-mila

We're gonna be fine
Dimka
feat.
Mila


 

 



 

 

Δ (Maybe not tonight)


Malgré l’heure plus que tardive, Mila aurait pu s’étonner de trouver la Salle commune vide après la soirée que le directeur venait de leur infliger, elle imaginait sans mal les Gryffondors encore réunis dans leur propre salle pour débattre de ce qu’ils venaient de vivre. À n’en pas douter, le vent de la révolte devait déjà souffler chez les rouges, ils avaient été les plus vifs à réagir une fois que les effets de l’amortentia s’étaient estompés et Mila savait que sans cette maudite potion les choses se seraient passées bien différemment. Mais le directeur avait pris les devants, en choisissant de droguer les élèves, il s’était assuré de ne voir aucune rébellion se former dans la Grande Salle, il les avait muselés, histoire de pouvoir agir comme un lâche sans devoir en subir les conséquences. Si certains devaient déjà crier au scandale et à l’insurrection, les Serdaigles eux s’étaient rapidement réfugiés dans les hauteurs de leurs dortoirs. Au fonds, ça n’avait rien d’illogique, la maison bleue et bronze regroupait les élèves les plus cérébraux, ceux qui privilégiaient la réflexion à l’impulsivité. Les voir appeler à la révolte quelques heures à peine après la fin du banquet aurait été bien étonnant, ils avaient besoin de réfléchir à ce qu’ils venaient de vivre, de se détacher de leurs émotions pour pouvoir y porter un regard objectif, soupeser leurs options, mettre des mots sur leurs sentiments afin d’agir de manière rationnelle. Et ça, c’étaient des réflexions qui se faisaient en solitaire. Même si ce n’était pas l’envie qui manquait aux aigles, ils savaient que la précipitation ne ferait que les mener à l’échec. Et ce qu’il s’était déroulé pendant le banquet était trop important pour être traité sans considération. Ils avaient besoin de temps, tout simplement, et ça, Mila le comprenait à la perfection. Néanmoins, elle était surprise de ne voir personne descendre partager son insomnie, elle connaissait ses camarades et elle savait qu’elle ne pouvait pas être la seule incapable de trouver le sommeil. La présence de Dimka vint confirmer son intuition. Avant même qu’il n’ait pu répondre à sa question, Mila se doutait de sa réponse, son regard semblait parler pour lui et ses prunelles auraient sans doute brillé d’un éclat bien différent s’il revenait d’une promenade nocturne. En le voyant s’approcher, la préfète se redressa pour lui faire un peu de place, elle n’ajouta rien, mais l’invitation était claire et elle fut soulagée qu’il vienne s’installer à ses côtés. Elle était contente de pouvoir partager sa solitude. « Première insomnie... Cela m'a même coupé toute envie de virée nocturne tiens... » Comme la plupart de ses camarades, une ombre hantait le regard du slave, Mila savait qu’elle dansait également au fond de ses propres prunelles ambrées, mais ça ne l’empêcha pas de pincer légèrement ses lèvres. Même si elle se doutait que personne n’était ressorti indemne du banquet, elle n’aimait pas voir son ami affecté. Le voir touché par cette affaire était étrange, dérangeant, lui qui se montrait habituellement si détaché de tout. Cette fois-ci, elle était cruellement consciente qu’elle ne pourrait rien faire d’utile pour l’aider et elle détestait ça. L’impuissance était un sentiment que la Serdaigle redoutait le plus. « Qui êtes-vous et qu’avez-vous fait de Dimka ? » Lança-t-elle à mi-voix dans une piètre tentative d’arracher un sourire à son ami. Bien sûr sa plaisanterie maladroite ne manquerait pas de tomber à l’eau alors elle lança un regard d’excuse au Russe, elle aurait voulu pouvoir faire plus. Trouver d’instinct les bons mots avant même qu’ils n’aient besoin de verbaliser leur mal-être. Mais ce soir ça lui semblait insurmontable. Une piètre blague était ce qu’elle pouvait faire mieux pour ce soir. « Et toi alors ? Ton lit n'était pas assez confortable ? » Mila soupira. Plutôt que de continuer à se voiler la face, elle déposa un pan de sa couverture sur les genoux de Dimka. Avec la cheminée éteinte, le froid se faisait rapidement ressentir, été ou pas le château ne manquait pas de courants d’air. Ils avaient l’air tous les deux assez secoués par le banquet qu’ils venaient de vivre, pas la peine qu’ils ne passent la nuit à grelotter en plus. La Serdaigle vint se frotter les yeux d’une main. Son lit n’était certainement pas le problème. Et pour une fois, son insomnie n’était pas due à ses souvenirs et cauchemars liés à la guerre. « Mon cerveau refuse de se taire. » Répondit-elle dans un souffle en ôtant la main de ses yeux pour que ses prunelles rencontrent celles de Dimka. C’était un euphémisme en réalité, ses pensées tourbillonnaient dans sa tête, s’enchaînaient à une vitesse folle. Une alarme s’était déclenché dans son esprit dès que l’amortentia s’était assez estompé pour qu’elle comprenne ce qu’il se tramait, et elle refusait de s’arrêter. Il suffit qu’elle plonge son regard dans celui de son ami pour comprendre qu’il saisissait parfaitement le sens de ses paroles, pour comprendre que le sommeil le fuyait pour la même raison. Non, même si les insomnies étaient certainement légion en ce moment même, la literie de Poudlard n’était vraiment pas en cause.

« Tu veux parler ? » Mila ferma les yeux un instant. Oui. Et non. Elle voulait en parler. Elle voulait oublier. C’était une sensation étrange. Elle avait besoin de parler de ce qu’ils venaient de vivre et en même temps elle pouvait presque déjà sentir les mots se bloquer dans sa gorge. Ils avaient l’habitude de tout se dire par lettres, mais elle ignorait si les mots allaient sortir. Rouvrant les paupières, elle haussa les épaules. Dimka semblait comprendre son indécision et elle en fut soulagée, elle avait besoin de se retrouver avec quelqu’un qui était capable de lire en elle. Et Dimka était parfait dans ce rôle. Leur amitié durait depuis plus de six ans maintenant, ils avaient eu tout le temps d’apprendre à se connaître et à s’accepter. Mais ça nul ne le savait. Loin d’être du genre secrète, Mila avait pourtant accepté de cacher leur lien, qu’ils ne se voient que lorsqu’ils se retrouvaient seuls, qu’ils jouent la comédie quand ils étaient entourés. Parce que Dimka en valait la peine. Depuis le temps, elle s’étonnait que personne n’ait découvert le pot aux roses. Mais il était vrai que quand ils se croisaient dans les couloirs Dimka n’était jamais tendre avec elle. Et que la Serdaigle n’hésitait pas à lui rendre la pareille sans sourciller. Alors qui aurait pu deviner à quel point ils étaient proches en réalité ? Cette amitié, c’était leur secret et Mila le chérissait comme si c’était l’un de ses biens les plus précieux. Et c’était le cas. Dimka était son secret, et ça ne rendait leur relation que plus sincère. Elle n’était ni polluée par la présence des autres, ni influencée par les qu’en dira-t-on. Ce qu’il se disait sur le russe, Mila le savait déjà et elle s’en fichait bien. Elle pouvait s’enorgueillir d’être une des rares à véritablement connaître Dimka Dimitrov. Son passé, ses secrets, ses doutes, elle avait déjà tout entendu et elle avait tout accepté. Le sorcier ne l’avait jamais jugé, même quand il avait appris ses origines discutables, et elle avait promis d’en faire de même. Aujourd’hui, il était son atout secret, son refuge. Et même lorsqu’elle gardait le silence, il semblait la comprendre. « As-tu perdu quelqu'un que tu aimais ce soir ? » La gorge serrée, la préfète laissa Dimka lui prendre la main et l’attirer contre lui. Il avait toujours été son soutien, même discret, et ce soir, c’était plus vrai que jamais. Brièvement, elle se demanda ce qu’il se passerait si un élève décidait de descendre des dortoirs et les trouvait ainsi, mais elle repoussa cette pensée, elle avait déjà bien assez de soucis comme ça. « Hope. » Souffla-t-elle doucement après un instant de silence. Elle ne cessait de revoir la chevelure rousse de son amie s’éloigner entourée d’aurors. Personne n’avait rien pu faire. Trop assommée par l’amortentia qu’elle avait ingéré, Mila avait mis un certain temps avant de comprendre ce qu’il se passait et elle s’en voulait. Elle avait été manipulée et elle s’en voulait d’être tombée dans un piège aussi grossier. « Je sais qu’elle et moi on se connaît que depuis quelques mois, mais elle m’a beaucoup aidé cette année et c’est grâce à elle que j’ai pu échapper à un nouvel été avec les Silaïev. » Reprit-elle doucement en se demandant si Dimka avait remarqué l’amitié qui avait fleuri pendant l’année entre Hope et elle. Certes, elle n’avait pas vu l’amour de sa vie lui être arraché, mais ça ne l’empêchait pas de ressentir de la peine. Maintenant elle était rongée par les questions et l’angoisse. L’épidémie était-elle réelle ? Hope était-elle vraiment malade ? « C’est le genre de personne à qui on s’attache rapidement. » Conclut-elle avec un nouveau haussement d’épaules. Elle savait que Dimka serait d’accord avec elle, lui-même s’entendait bien avec l’Anglaise et peut-être avait-il aussi ressentit un pincement au cœur en la voyant partir en quarantaine.

Mila releva le regard vers le sorcier. Soudainement, elle se sentit égoïste de se plaindre alors qu’il venait de voir un membre de sa famille être emmené de force. Elle posa sa main sur la sienne, celle qu’il avait laissé poser sur son épaule, et la serra doucement. « Je suis désolée pour ton cousin. » Si ça avait été compliqué pour elle de voir Hope se faire emmener, elle n’imaginait pas ce que ça avait pu être pour Dimka de voir Andreï partir. Elle voulait montrer au Serdaigle qu’elle était là pour lui. Pas seulement quand ils étaient sûrs d’être seuls, pas seulement par lettres. Elle était là quand il avait besoin d’elle. Que ce soit pour trouver une épaule sur laquelle s’appuyer, des paroles réconfortantes, des conseils avisés ou des sourires rassurants. Tout comme il avait été son rempart pendant les étés passés chez les Silaïev, elle voulait qu’il sache qu’elle était le sien, peu importe le lieu ou le moment. Elle secoua la tête, tout ça était écœurant. Ils avaient été traités sans aucune décence ou considération et le directeur semblait croire qu’ils allaient accepter d’avoir été drogués et enfermés de force sans rien dire. « Je ne comprends pas comment ils ont pu nous faire ça. » Lâcha-t-elle dans un soupir, mettant enfin des mots sur les pensées qui la torturaient depuis qu’ils avaient rejoint la salle commune. Des pensées qui gonflaient son cœur de colère et la paralysaient d’angoisse dans le même temps. « Comment ils ont pu croire que nous faire avaler cette foutue potion était le meilleur moyen pour nous annoncer que la magie est en danger. » Elle laissa sa tête reposer contre l’épaule de Dimka et s’efforça d’oublier la manière dont la potion l’avait poussé à agir. Ce n’était qu’un embarras mineur face à la montagne de problèmes que le banquet avait révélé. Que pouvaient-ils faire si la menace de l’épidémie était réelle ? Si leurs amis en quarantaine étaient véritablement porteurs d’un virus ? Ils pouvaient se rebeller face à la manière avec laquelle ils avaient été traités, mais que pouvaient-ils faire contre la maladie ? Mila sentit le découragement s’infiltrer dans ses veines, elle ne savait pas ce qui était le plus terrifiant.
Gasmask






Revenir en haut Aller en bas
Dimka Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : 9ème année en sécurité magique
Célébrité : nicholas galitzine
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 1661 Gallions : 1059 Date d'inscription : 09/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1181-dimka-dimitrov-nos-choix-ne-nou http://www.mumblemumps.com/t1198-dimka-dimitrov-a-chacun-son-destin#26688 http://www.mumblemumps.com/t1756-dimka-dimitrov-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


We're gonna be fine (maybe not tonight)  
"Si quelqu'un vous témoigne assez de confiance pour déposer son secret dans votre sein, vous devez en être flatté ; et il faut le garder plus scrupuleusement que ce qui vous concernerait et ce qu'il vous importerait le plus de cacher."
Septembre 2000
~ Milka ~


M
ila réussissait à voler un demi sourire du slave lorsqu'elle reprenait la parole, ce qui n'était pas peu dire en cet instant ou peu de choses auraient réussi à le faire. "Tiens, pourtant je pensais que tu me connaissais mieux que quiconque ici..." Laissait-il entendre. Depuis le temps qu'ils s'envoyaient des lettres tous les deux... Mila avait toujours été celle avec qui il n'avait pas de masque, il lui avait toujours laisser tout entrevoir à travers ses lettres, il était vrai que c'était toujours plus facile à faire par l'écrit qu'en vrai, mais ce soir, il n'avait pas le courage de lui mentir, pas à elle, alors qu'elle connaissait la moindre parcelle de lui, du moins psychologiquement évidemment. La jolie brune était l'une des rares femmes qu'il n'avait jamais osées touché... Pas qu'elle n'était pas jolie loin de là, s'ils ne partageaient pas cette relation spéciale il aurait même sûrement tenté son coup... Mais Mila le connaissait beaucoup trop bien, passer ce cap, voulait dire la laisser voir encore plus loin en lui, ça voulait dire le faire sans plus aucune barrière parce qu'elle était la seule à qui il ne pouvait pas mentir... Cela lui faisait peur, il n'était pas prêt et de toute façon il n'était pas du tout certains que la jeune femme en avait envie, loin de là même... Etait-elle d'ailleurs attirée par un garçon ? Elle devait être l'une des jeunes filles qu'il voyait le moins flirter, peut-être pour cela qu'elle avait son respect depuis autant de temps...

Puis finalement il détournait la discussion sur elle, cherchant à savoir ce qui n'allait pas même s'il s'en doutait beaucoup, mais surtout il voulait savoir qui elle avait perdu dans l'histoire, à quel point cela pouvait la toucher, ou non... Lorsqu'elle mit un bout de sa couverture sur Dimka, autre sourire étira ses lèvres... Ce geste était tellement innocent et pourtant la moindre personne qui rentrait dans cette pièce sauterait vite aux conclusions... Après tout il était Dimka Dimitrov, il s'était envoyé la moitié de l'école si ce n'était pas plus, pourquoi Mila y échapperait hein ? Pourtant même s'il aurait dû, il n'enlevait pas la couverture. Pas parce qu'il faisait frais, dans son pays les basses températures c'était monnaie courante. Mais parce que pour une fois qu'ils pouvaient passer un moment ensemble sans être vue par qui que ce soit il comptait bien en profiter un peu. Lorsqu'elle répondait, le slave hochait la tête, il connaissait bien ce sentiment, c'était exactement la même chose pour lui... Son cousin, celui qu'il considérait comme un frère était enfermé, Andreï Dimitrov était en cage... Comment l'en sortir et si son père apprenait la vérité ? Il était quasiment persuadé que son frère connaissant ce lien qui existait entre les deux cousins serait prêt à dénoncer Andreï pour atteindre Dimka... Et puis il pensait à Hope, une partie de lui n'aimait pas la voir là-bas, elle si petite, si fragile qu'il considérait plus ou moins comme sa petite sœur.

Il était alors prêt à faire ce dont il avait toujours fait pour Mila, être une oreille pour elle et peut-être même pour une fois lui prêter son épaule pour de vrai et pas uniquement sur un bout de papier, il voulait être là pour elle comme c'était toujours le cas. Dimka n'en donnait jamais l'air comme ça, mais il avait une grande capacité d'écoute, il ne l'offrait seulement pas à n'importe qui.  Se rapprochant d'elle, l'attirant vers elle, cette proximité ils l'avaient toujours eu à travers leur lettre, c'était cependant la première fois qu'ils pouvaient réellement l'être physiquement, mais pour Dimka cela lui semblait tout à fait naturel. Elle gardait le silence, le slave n'allait pas la forcer, il était le premier à avoir du mal à se confier, il n'y arrivait qu'avec elle et encore il ne l'avait jamais fait face à la serdaigle. Il lui demandait tout de même si elle avait perdu quelqu'un dans cette histoire, il voulait être là pour elle. Lorsqu'un nom souffla entre ses lèvres, Dimka sentis ses propres entrailles se tordre... De tous ceux qui avaient été enfermés, il ne savait pas qu'ils s'inquiéteraient pour la même personne et d'un autre côté, c'était évident, elles étaient de la même maison et Hope savait tellement se faire apprécier. Son visage se dessinait dans les pensées du slave tandis que Mila continuait de parler, à sa dernière phrase il souriait doucement.

"Ça c'est bien vrai..." Chuchotait-il, même lui c'était attaché à elle, ce n'était pas peu dire, il ne s'attachait à personne sauf si c'était pour que cette personne finisse dans son lit évidemment... "Elle ne mérite pas d'être enfermée là-bas..." Personne ne le méritait..." Lâchait-il finalement tandis que ses pensées se tournaient vers son cousin... Ça lui faisait étrange, il avait l'habitude de ne pas toujours être avec lui, parce que même s'ils étaient proches ils avaient été élevés dans des maisons différentes. Parce qu'à Dumstrang ils n'étaient pas de la même fratrie et même si ici encore une fois ils n'étaient pas ensemble... Mais là ? Le savoir enfermé ? C'était comme s'il perdait l'un de ses repères. Il ne s'était jamais rendu compte à quel point il pouvait avoir besoin de son cousin... Comme si Mila lisait dans ses pensées, il l'entendait s'excusée alors qu'elle n'y était pour rien. Il serrait sa main en retour. "Merci." Chuchotait-il, c'était sûrement l'une des seules qui le seraient... Andreï avait bien trop d'ennemis et Dimka savait très bien que son enfermement ferait sûrement plaisir à plein de personnes...

"Andreï est le frère que je n’ai pas eu..." Lâchait-il à mi- mot, mais elle le savait déjà, elle savait très bien le lien qui unissait les deux cousins, elle savait aussi comment il s'entendait avec ses propres frères... A croire que le destin avait le sens de l'humour... Le silence s'installait doucement, mais il comprenait l'essentiel, elle serait là, comme il était toujours là pour elle et dans un sens cela le rassurait. Les secondes filaient doucement, plus aucun bruit ne se faisait réellement entendre à croire qu'ils étaient les seuls à ne pas pouvoir dormir cette nuit... Puis finalement la voix de Mila se fit de nouveau entendre, arrachant un Dimka un rire légèrement amer... "A Durmstrang, sans doute qu'on leur aurait fait bien pire comme les jeter dans le monde moldus... Mais au moins ils auraient été libre..." Dimka parlait, mais il ne savait pas réellement ce qui était le mieux et puis la situation n'allait pas durer n'est-ce pas ? Ils allaient bien finir par ressortir ? Concernant la potion, Dimka n’en avait pas bu, il n'en avait pas eu le temps... Une simple soupe comme repas ? Il lui fallait bien plus pour le contenter et en voyant les effets secondaires, le jeune garçon avait très vite compris ce qui se passait, il s'était d'ailleurs occupé de Mila par la suite. Ils étaient tous tellement préoccuper, que personne ne leur avait porté la moindre attention.

"D'ailleurs en parlant de cette potion..."
Commençait-il avec ce petit air moqueur aux coins des lèvres, il ne voulait pas se moquer, mais lui apporter un peu de sourire, lui faire penser à autre chose si c'était possible. "Ça avait l'air de bien fonctionner sur toi." Il lui lançait alors un regard plein de sous-entendu, s'attendra à se prendre une baffe quelque part, mais il ne put s'empêcher de pouffer légèrement. "Je te rassure ça restera notre petit secret." Il lui faisait un clin d'œil. Dimka avait toujours gardé le moindre de ses secrets, ce n'était pas aujourd'hui qu'il allait rompre cette promesse. Se servir de ce passage pour lui remonter le moral n'était peut-être pas la meilleure idée, mais c'était la seule qu'il avait eu à disposition et puis il devait bien l'avouer, il n'avait pas pu résister à l'idée de l'embêter un peu... Il ne serait pas un Dimitrov dans ses cas là...
(c) Emi.





Balyrinthe:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mila V. Silaïeva
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle, deuxième année de GISIS en Zoomagie, préfète & membre des clubs d'astronomie et du 2ACM
Célébrité : Lily Collins
Pseudo : Barling Âge : 25 Parchemins : 2270 Gallions : 1954 Date d'inscription : 11/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/100  (0/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t400-mila-it-s-always-darkest- http://www.mumblemumps.com/t1385-mila-you-know-what-they-say-about-hope http://www.mumblemumps.com/t1390-mila-hibouxbox http://www.mumblemumps.com/t2088-journal-de-mila

We're gonna be fine
Dimka
feat.
Mila


 

 



 

 

Δ (Maybe not tonight)


Parfois Mila se demandait comment les autres élèves réagiraient en apprenant la relation qui liait Dimka et elle. Elle avait toujours entretenue une amitié secrète avec le russe et pour le moment ça lui convenait très bien, mais elle ne pouvait s’empêcher de se demander ce que les autres diraient s’ils savaient, quels genres de bruit ne manqueraient pas d’envahir les couloirs de l’école. Parce qu’elle ne se faisait aucune illusion, elle savait que leur amitié serait une surprise complète pour la plupart des habitants de l’école et qu’elle finirait immanquablement par provoquer des rumeurs en chaîne. Quelque part, elle comprenait pourquoi, Dimka et elle gardaient leur relation secrète depuis si longtemps qu’il était presque naturel de se demander si ça ne cachait pas quelque chose. Et puis, ils étaient si différents. Rares étaient ceux qui devaient les imaginer capables d’être amis et quelque part elle s’étonnait encore parfois de s’entendre si bien avec le russe. Là où elle était discrète et calme il pouvait se montrer arrogant et passionné. Elle multipliait les attentions pour ses amis alors que lui semblait avoir du mal à admettre son attachement aux autres. Ils ne fréquentaient pas les mêmes cercles, leur éducation n’avait rien à voir et même leurs comportements étaient parfois en totale opposition. Au fonds, Mila en était consciente, rien ne les prédestinait à être amis. Et pourtant. Dimka avait été là quand personne d’autre ne l’était. Il lui avait tendu la main quand elle s’était retrouvée loin des siens, à Moscou au milieu des Silaïev. Et à partir de cet instant ça avait été comme une évidence. Leur amitié s’était construite avec un naturel désarmant et Mila était heureuse d’avoir pu voir au-delà de l’image que le russe voulait bien montrer aux autres. Elle savait que derrière ses airs intouchables se cachait un cœur en or et plus rien d’autre ne comptait. Elle n’avait jamais demandé au slave plus qu’il ne pouvait lui offrir, elle n’avait pas cillé un instant quand il lui avait demandé de taire leur relation, ils vivaient si loin l’un de l’autre que ça n’avait pas eu d’importance à ses yeux. Au contraire, rencontrer Dimka dans le plus grand des secrets pendant ses vacances à Moscou était son moyen de s’échapper de sa vie avec les Silaïev, de leur faire un pied de nez magistral. Ils la considéraient avec tant de mépris que d’apprendre qu’elle était amie avec l’un des fils Dimitrov seraient le moyen parfait de leur clouer le bec. Maintenant qu’ils vivaient dans le même château les choses étaient différentes, même si elle avait tenté de prendre ça comme un jeu, ça avait été un peu plus compliqué pour Mila de faire comme si elle ne connaissait pas Dimka. Mais elle s’y était faite, et elle ne regrettait pas. Allant jusqu’à répondre à ses provocations quand ils se croisaient dans les couloirs occupés de l’école. Pourtant, ce soir elle n’avait pas envie de faire semblant, pas alors que la simple pensée de ce qu’ils venaient de vivre pendant le banquet la rendait malade. Et elle était bien heureuse que pour une fois, Dimka accepte de mettre leur petit secret en danger. Il avait plus à perdre qu’elle. Mais elle avait besoin de lui et quelque chose lui disait que l’inverse était également vrai. C’était ce qu’elle avait pu lire dans son regard quand elle lui avait dit être désolée pour l’enfermement de son cousin. Elle accueilli ses remerciements avec un léger sourire. « Andreï est le frère que je n’ai pas eu... » Elle hocha lentement la tête pour lui montrer qu’elle le comprenait. La bleue ne connaissait pas vraiment Andreï, du moins pas plus que ce que les rumeurs qui courraient sur lui disaient, et elle mentirait si elle disait vouloir apprendre à le connaître. Le Serpentard semblait bien loin du genre de personnes qu’elle aimait fréquenter et, pour être tout à fait honnête, elle devait bien avouer qu’il lui faisait un peu peur. Mais ça ne l’empêchait pas de ressentir de la peine pour Dimka, elle savait à quel point il était proche de son cousin. Le voir emmené par les aurors avait dû être une épreuve pour lui et ce n’était que le début. Ils ne savaient rien sur la quarantaine et les conditions de vie de leurs camarades, mais personne n’était assez naïf pour croire que cette situation prendrait vite fin.

Dimka n’avait jamais fait partie des crédule et le rire rauque qui s’échappa brièvement de ses lèvres en fut la preuve. « A Durmstrang, sans doute qu'on leur aurait fait bien pire comme les jeter dans le monde moldus... Mais au moins ils auraient été libre... » Mila releva le regard vers le russe. Elle n’avait jamais mis les pieds à Durmstrang, mais elle savait que les conditions de vie y étaient bien plus rudes qu’à Poudlard. Néanmoins, se dire que des malades auraient été chassés du monde sorcier sans que personne ne lève le petit doigt pour les défendre ou les soigner lui paraissait particulièrement violent. L’école du froid écrasait les faibles, la préfète en était consciente, mais là elle ne leur aurait laissé aucune chance. Et pourtant… Une fois passé le choc de cette déclaration, la préfète se surpris à se demander qu’est-ce qui était le plus inhumain : l’exclusion ou l’enfermement. Ils ignoraient tout des conditions de détention des sorciers touchés par l’épidémie, de la manière dont ils allaient vivre aux tests auxquels ils allaient devoir se soumettre, jusqu’à la durée de la quarantaine, ce qu’ils savaient en revanche c’était que nul n’avait été emmené de son plein gré. Et ça, ça changeait totalement la donne. Fidèle à ses habitudes de Serdaigles, Mila prit le temps de réfléchir avant de répondre. L’impulsivité lui avait dicté une réponse, mais la raison la poussait à étudier tous les facteurs existants et à nuancer ses propos. « Je ne sais pas ce que cette… quarantaine va donner, mais je préfère être jetée chez les moldus que d’être enfermée dans les cachots. »  Elle prit la parole lentement, pour être sûre que ce qu’elle allait dire reflétait réellement le fond de sa pensée. Perdre ses pouvoirs était une pensée terrifiante mais Dimka avait raison, au moins dans le monde moldu ils auraient été libres, et ça, ça n’avait pas de prix. Un sentiment de malaise profond s’emparait d’elle à chaque fois qu’elle devait descendre dans les couloirs sombres et humides des sous-sols, alors être obligée d’y vivre ? C’était inconcevable à ses yeux. La guerre avait touché tout le château mais les cachots étaient à ses yeux le symbole du règne des Carrow. C’était là qu’ils appliquaient leurs terribles punitions. Ces lieux sombres, Mila les avait bien connus pendant cette année-là, son statut de bâtarde en avait fait une cible privilégiée des Carrow. Les cachots raisonnaient encore de ses cris de douleurs et des rires de ses bourreaux. Le sol se souvenait encore de la couleur de son sang et l’air ambiant de ses suppliques silencieuses. La guerre était finie mais ses souvenirs étaient toujours là et le traumatisme de ses longues punitions avait changé à jamais l’image qu’elle avait des cachots. Mais de tout ça elle n’en dit rien, Dimka savait déjà tout. Elle avait choisi de ne rien lui cacher, tout comme lui n’avait pas de secret pour elle. Même si elle n’en portait plus de cicatrices, il savait ce qu’elle avait enduré quand les Carrow étaient à Poudlard et il ne manquerait certainement pas de faire le lien avec ses paroles. C’était dans ces moment-là qu’elle était soulagé d’avoir tout partagé avec le russe, elle n’avait pas besoin de faire face à ses souvenirs pour lui fournir des explications. Il comprendrait. Il comprenait toujours.

« D'ailleurs en parlant de cette potion... » Les paroles du slave mirent un certain temps à se faire entendre à traverser les réflexions qui tourbillonnaient dans l’esprit de la Serdaigle. Elle cligna des paupières plusieurs fois et braqua son regard vers lui, peu sûre de savoir où il voulait en venir. L’air moqueur qu’arborait fièrement Dimka la renseigna rapidement. Même s’ils s’étaient, au final, peu côtoyés sur le long terme, l’anglaise avait appris à interpréter les expressions de son ami. Et là, il n’y avait aucun soute à avoir, elle n’allait certainement pas apprécier la suite. Elle planta ses prunelles ambrées dans les siennes, le défiant de continuer sur sa lancée. Bien sûr, il en fallait bien plus pour contrer le Dimitrov, c’était une bataille perdue d’avance et elle le savait. « Ça avait l'air de bien fonctionner sur toi. » Le regard plein de sous-entendus du Serdaigle poussa Mila à lever les yeux au plafond dans un geste volontairement grandiloquent. Ça c’était un coup bas. Cette fichue soupe lui avait fait perdre la raison mais elle n’avait malheureusement pas effacé sa mémoire. Les souvenirs de ses déclarations enflammées à un auror lui firent monter le rouge aux joues, de gêne et de honte. Jamais elle ne se serait comportée ainsi en temps normal et ça la laissait mortifiée. Elle se redressa, quittant la chaleur de ses bras pour le fusiller du regard. « Oh par Merlin tais-toi. » S’exclama-t-elle tout en le poussant des deux mains afin qu’il arrête de rire. Même si elle était bien incapable de faire tomber le russe avec la seule force de ses bras, elle réussit au moins à mettre un terme à ses gloussements. Le silence retombé, elle croisa les bras sous sa poitrine pour le toiser d’un air profondément vexé digne des plus grands tragédiens. « Je te rassure ça restera notre petit secret. » Devant son clin d’œil, Mila roula des yeux. Le slave pouvait se moquer autant qu’il voulait, mais il n’était pas le seul à pouvoir jouer ce petit jeu. La Serdaigle pencha la tête sur le côté et fit semblant de réfléchir un instant. Comme si sa décision avait été prise, elle se réinstalla confortablement contre Dimka. « J’espère bien, sinon je peux te jurer que je ne trouverais pas le repos tant que je ne me serais pas vengée. » Lança-t-elle d’une voix innocente tout en papillonnant des cils. Elle n’avait rien de menaçant, surtout en cet instant, emmitouflée dans sa couverture avec ses cheveux emmêlés qui retombaient pêle-mêle sur ses épaules et son pyjama aux couleurs de sa maison. En fait, même habillée de pied en cape, Mila n’avait rien de menaçant. Elle n’avait ni la carrure, ni le caractère pour que ses menaces soient prises au sérieux. Mais, comme le disait le dicton moldu, il faut se méfier de l’eau qui dort. Enfin, encore fallait-il qu’elle ait réellement envie de se venger de Dimka. Ce qui était beaucoup moins certains que ses paroles ne le laissaient entendre. Peut-être exagérait-elle un tout petit peu. Et puis, au fonds, elle lui faisait confiance pour ne rien dire. Il avait beau se moquer, elle savait qu’il tiendrait sa langue. « Oh la honte… » Marmonna-t-elle finalement en cachant son visage dans ses mains. Elle, habituellement si discrète et mesurée s’était jetée aux pieds d’un sorciers qui lui était totalement inconnu. Elle s’était couverte de ridicule et n’osait pas penser à l’image qu’elle avait pu donner. Sa seule consolation était que la plupart des élèves avaient été dans le même cas qu’elle. Au moins, elle n’était pas la seule à avoir agi stupidement. « Tu imagines si j’en avais pris plus ? Non, en fait je ne veux même pas y penser.  » Elle secoua la tête pour empêcher le Serdaigle de continuer sur cette lancée à sa place. En réalité, elle pouvait imaginer sans peine ce qu’il se serait passé. Elle n’avait pris qu’une cuillérée de sa soupe, mais certains élèves n’avaient pas été aussi prudents et en avaient avalé bien plus. Leurs déclarations et effusions d’amour en avaient été décuplées. Au final, Mila avait une assez bonne image de ce qu’elle aurait pu être poussée à faire. Et elle était bien contente de n’avoir pris qu’une seule et unique cuillère de sa soupe. Elle secoua doucement la tête, il était inutile de se morfondre sur son comportement, ça aurait pu être pire au final. Elle n’allait quand même pas se torturer avec ça jusqu’à la fin de l’année. Même si elle savait qu’elle essuierait certainement les moqueries de Dimka jusqu’à la fin de sa vie, il était plus simple de prendre le parti d’en rire. Ou du moins d’essayer. « Mais dans tout ça j’ai eu de la chance quand même, j’aurais pu tomber sur pire, tu peux pas dire le contraire. » Elle adressa un regard entendu à Dimka, il savait apprécier le charme des autres et l’auror sur lequel Mila avait jeté son dévolu n’était certainement pas le plus désagréable à regarder. Elle espérait ne plus jamais avoir à le recroiser de sa vie sous peine de mourir de honte, mais elle voulait bien avouer, sous le couvert de la confidence, que la potion l’avait poussé vers un sorcier particulièrement séduisant. Ce qui en soit avait été une bénédiction, après tout pendant le banquet elle avait été assise en face d’Oktavia et elle aurait pu tout aussi bien croiser le regard de sa demi-sœur plutôt que celui de l’auror. La situation aurait pu être bien plus cauchemardesque. L’anglaise observa son ami du coin de l’œil. C’était facile pour lui de se moquer, il n’avait pas fait partie des victimes de l’amortentia. Nul doute que son discours aurait été bien différent dans le cas contraire. « Tu ne rigolerais pas autant si tu avais aussi bu cette fichue soupe. Le grand Dimka Dimitrov se consumant d’amour pour une seule et unique personne, ça aurait été drôle à voir tiens. » Un peu moqueuse à son tour, elle haussa un sourcil provocateur. Dimka n’était pas connu pour être un grand partisan de la monogamie aussi cette idée apporta un sourire sur ses lèvres. Non, ce n’était pas bien de se moquer, mais au moins ça leur changeait les idées.
Gasmask






Revenir en haut Aller en bas
Dimka Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : 9ème année en sécurité magique
Célébrité : nicholas galitzine
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 1661 Gallions : 1059 Date d'inscription : 09/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1181-dimka-dimitrov-nos-choix-ne-nou http://www.mumblemumps.com/t1198-dimka-dimitrov-a-chacun-son-destin#26688 http://www.mumblemumps.com/t1756-dimka-dimitrov-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


We're gonna be fine (maybe not tonight)  
"Si quelqu'un vous témoigne assez de confiance pour déposer son secret dans votre sein, vous devez en être flatté ; et il faut le garder plus scrupuleusement que ce qui vous concernerait et ce qu'il vous importerait le plus de cacher."
Septembre 2000
~ Milka ~


D
ans le fond, Dimka était content d'être tombé sur Mila, étrangement elle était toujours là quand il en avait besoin et ce soir ne faisait pas exception à la règle. Il savait qu'ils pourraient être vue, mais entre ceux qui dormaient, ceux qui complotaient etc... Ils avaient peu de chance d'être déranger et à vrai dire... Que leur amitié demeure secrète ne lui tenait plus autant à cœur que ça... Pourquoi ? Parce que Poulard l'avait changé depuis qu'il était dans cette école, des amis il avait sur s'en faire et celle qui était l'une des plus précieuse qu'il avait se trouvait juste à ses côtés en ce moment. Etait-ce juste qu'il arrive à se montrer aux côtés de Mérope ou même encore Maddox et qu'il refusait cela à Mila ? A vrai dire, même lui éprouvait parfois l'envie d'exposer la vérité au grand jour, mais quelque chose le retenait... La peur, la peur que ce soit différent ensuite, que les choses changent qu'ils ne soient plus autant amis... Qu'on s'en prenne à elle parce qu'elle est celle qui le connait le mieux ? Que leur relation reste un secret c'était aussi une façon de la protéger en quelques sortes... Se confier à elle était comme une évidence, Dimka n'hésitait même pas lorsqu'il était près d'elle et qu'ils étaient seuls, parlant alors de ce cousin qu'il considérait comme son frère, le vrai, beaucoup plus que ses propres frères...

A ses paroles, il voit la jolie brune se mettre à réfléchir, il voit cette petite fossette qui se creuse sur son menton et il sourit sachant qu'elle va lui répondre très rapidement. Dimka finit par hocher la tête, lui aussi préférait être jeté chez les moldus plutôt que d'être enfermé et subir je ne sais quoi... Rien que d'imaginer ce qu'on pourrait faire à Andreï cela commençait à le rendre dingue... Cependant le silence c'était installé et un seul regard envers Mila suffisait pour comprendre à quoi il pensait, il la serrait alors un peu plus fort contre lui...  Il savait ce qu'elle avait enduré dans ses cachots où les infectés étaient emprisonnés maintenant... Et si on leur faisait subir la même chose ? Il éloignait ses pensées de sa tête et décidait de rendre l'atmosphère plus légère, tenter de changer les idées de Mila par la même occasion et puis il fallait dire que ce soir elle lui avait vraiment donné de quoi la taquiner pendant un long moment et elle n'allait certainement pas y couper ! Il voyait l'air de défis dans son regard, défis qu'il relevait évidemment et n'hésitait à dire le fond de sa pensée avant d'en rire sans cesser de la taquiner. Il ne tentait pas de la retenir lorsqu'elle se redresse, amusé évidemment il ne pouvait pas se taire, lui assurant que cela resterait leur petit secret et qu'il n'ajouterait rien d'autre même s'il n'en penserait pas moins ! A sa promesse le slave haussa un sourcil, pas le moins du monde effrayé.

"Je crois bien que même un elfe de maison n'aurait pas peur, mais c'était bien tenté Silaïeva !" claironnait-il avant de reprendre cet air arrogant qui agaçait tout le monde et il le savait, c'était pour cela qu'il en jouait bien évidemment. Lorsqu'elle cachait son visage, Dimka riait de nouveau, mais il venait de sa main défaire l'une des siennes de son visage et l'attirait de nouveau vers lui. "Ne t'inquiète pas va, avec ce qui s’est passé ce soir, personne n'a dû réellement te remarquer, de plus j'en connais d'autres qui ont encore plus de raison d'avoir honte que toi, rappelle -toi que tu n'étais pas seule dans cet état." La rassurait-il ou en tout cas, tentait-il de le faire... Lorsqu'elle lui demanda d'imaginer si elle en avait pris plus, Dimka se mit alors à grimacer, mais la perche était trop bien tendue pour qu'il ne la prenne pas. "Mes fantasmes auraient sans doute été réalisé sous mes yeux." Lâchait-il en riant de plus belle, cette fois, il resserrait son emprise pour ne pas qu'elle s'échappe, il ne faisait que plaisanter, assurément il n'y avait rien de méchant dans ses propos. En tout cas cela le faisait bien rire et il en avait bien besoin après ce qu'ils avaient vécus ce soir. Lorsqu'elle décidait d'en plaisanter elle aussi, un sourire étirait alors les lippes du slave, ils étaient enfin sur la même longueur d'onde, comme souvent.

"Ça, non je ne peux pas le nier. " Même si l'auror ne faisait pas parti des personnes que Dimka avait mis dans son lit, il devait bien reconnaître qu'il n'aurait rien eu contre cette idée ! Lorsque la jeune femme repris la parole, il ne put s'empêcher de rire, mais son rire était un peu forcé... Elle avait raison, cela aurait été drôle, mais étrangement en même temps que ses paroles, c'était le visage d'Alcyone qui s'était dessiner, Dimka revoyait cette dernière lors du repas, les regards envers Mérope ou encore le baiser qu'elle avait donné à Moïra... Il ne pouvait pas s'empêcher de se demander sur qui ça aurait pu tomber et est-ce que ça aurait été différent de ce qu'il ressentait pour la Shafiq ? Alors il aurait enfin pu être certain qu'il ne ressentait rien pour elle... Mila se rendait-elle compte de son trouble ? Il continuait de rire et de sourire pour donner le change mais son corps c'était légèrement tendu. "Heureusement pour moi, tu ne verras jamais cela !" Répondait-il tout en reprenant tout son aplomb et son sourire arrogant habituel, elle n'aurait rien pour se moquer et lui pourrait lui rappeler ce moment honteux de sa vie jusqu'à la fin de ses jours...

(c) Emi.





Balyrinthe:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mila V. Silaïeva
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle, deuxième année de GISIS en Zoomagie, préfète & membre des clubs d'astronomie et du 2ACM
Célébrité : Lily Collins
Pseudo : Barling Âge : 25 Parchemins : 2270 Gallions : 1954 Date d'inscription : 11/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/100  (0/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t400-mila-it-s-always-darkest- http://www.mumblemumps.com/t1385-mila-you-know-what-they-say-about-hope http://www.mumblemumps.com/t1390-mila-hibouxbox http://www.mumblemumps.com/t2088-journal-de-mila

We're gonna be fine
Dimka
feat.
Mila


 

 



 

 

Δ (Maybe not tonight)



Mila n’aurait pas cru être capable de se détendre et de plaisanter après la soirée qu’ils venaient de passer. Si elle avait été seule, elle ne doutait pas un instant qu’elle aurait passé la nuit les yeux grands ouverts et l’esprit rongé par l’angoisse et les dizaines de questions sans réponses que les révélations des aurors avaient provoqué. Elle était capable de se rendre malade au moindre doute, de se tourmenter suite à une parole malheureuse, alors les mots du Ministère ne lui seraient certainement pas sortis de la tête aussi facilement. Pourtant Dimka avait réussi la lourde tâche de faire apparaitre un sourire sur ses lèvres, un sourire encore un peu hésitant et maladroit, mais un sourire sincère. Toutes ses inquiétudes étaient encore bien présentes, et elle doutait même de pouvoir s’en défaire tant que l’épidémie était une réalité, mais les paroles du russe avaient réussi à les réduire à un bruit de fond désagréable au fin fond de son esprit. Il était parvenu à détourner son attention, à lui faire penser un instant à autre chose, et ce n’était pas rien vu la propension impressionnante de l’anglaise à se tracasser pour tout et pour rien. Pour dire vrai, Mila elle-même n’aurait pas cru être capable de rire et de porter un regard ironique sur le repas qu’ils venaient de vivre. Elle était bien trop ancrée dans la réalité, elle laissait bien trop les évènements l’atteindre pour ça. Mais Dimka y était arrivé. Rares étaient les personnes capables de la faire sourire après un tel banquet. Et Dimka en faisait partie. Elle acceptait qu’il se moque, parce qu’elle savait que c’était affectueux. Elle acceptait qu’il tente de détourner son attention, parce qu’elle savait que c’était pour son bien qu’il le faisait. Alors même si l’idée d’avoir été sous l’emprise d’une potion la mettait encore particulièrement mal à l’aise, elle était prête à rire du ridicule de la situation avec le Serdaigle. Parce que si elle n’en riait pas, elle savait qu’elle se torturerait sans relâche à la simple pensée de ce qu’elle avait été poussée à faire. Ça Dimka semblait l’avoir bien comprit, et elle lui en était reconnaissant. Mais ce n’était pas pour autant qu’elle allait le laisser se moquer librement d’elle. Malgré les apparences liées à cette soirée, elle avait encore un peu d’amour propre. Malheureusement pour elle, ses menaces ne mirent pas longtemps à tomber à l’eau. « Je crois bien que même un elfe de maison n'aurait pas peur, mais c'était bien tenté Silaïeva ! » Devant l’air arrogant qu’affichait le russe, Mila ne put s’empêcher d’ouvrir grand la bouche dans une expression d’outrage mi-réel mi-exagéré. Elle ne pouvait pas faire grand-chose pour empêcher Dimka de se moquer mais elle s’appliqua tout de même à froncer les sourcils avant de le pousser d’un coup d’épaule. Elle savait que sa carrure fine et son poids plume ne lui étaient d’aucune aide face au slave, mais elle ne pouvait pas laisser passer tel affront en silence. Sa fierté avait été bien assez malmenée comme ça pour une seule soirée. « Méfie-toi Dimitrov, tu pourrais être surpris. » Rétorqua-t-elle en haussant un sourcil un brin provocateur. N’était-ce pas elle qui avait intégré un groupe clandestin de sortilèges lors de sa cinquième année ? N’était-ce pas elle qui avait défié l’autorité des Carrow en transportant des informations pour le compte de l’Ordre du Phénix et de l’Armée de Dumbledore derrière leur dos ? N’était-ce pas elle qui s’était battu lors de la bataille de Poudlard, quitte à y laisser la vie ? Elle ne faisait pas forte impression, Mila, elle en était consciente, mais ça ne la rendait que plus fière de savoir ce dont elle était capable. Elle cachait bien son jeu au final. Le petit sourire suffisant qu’elle laissa flotter sur ses lèvres un instant était destiné à le rappeler à Dimka. Il n’avait pas été là pour être témoin de ses agissements mais il était tout de même au courant. Il savait de quoi la préfète était capable, quelle force de caractère pouvait se camoufler derrière sa douceur, même si c’était peut être difficile à imaginer pour lui. Elle pouvait être le calme et la tempête.

« Ne t'inquiète pas va, avec ce qui s’est passé ce soir, personne n'a dû réellement te remarquer, de plus j'en connais d'autres qui ont encore plus de raison d'avoir honte que toi, rappelle-toi que tu n'étais pas seule dans cet état. » Un soupir s’échappa des lèvres de la bleue. Elle comptait sur la panique qui avait suivi les premiers effets de la potion pour que son comportement soit passé inaperçu. Franchement, à quoi le directeur avait pensé ? Stupefixier la Grande Salle aurait été largement suffisant s’il craignait tant que ça être incapable de maitriser une bande d’adolescents. Mais non, il avait fallu qu’il choisisse de droguer ses élèves et l’ensemble de son corps enseignants, qu’il les pousse à se ridiculiser devant toute l’école et des représentants du Ministère. Clairement, il avait de grosses lacunes quand il s’agissait de relationnel. « Crois-moi c’est bien la seule chose qui m’empêche de mourir de honte sous tes yeux. » Lâcha-t-elle en laissant l’arrière de son crâne reposer sur le bras que Dimka avait passé autour de ses épaules. Même pendant sa relation avec Qentrys elle n’avait jamais osé se comporter ainsi. Mila n’avait rien contre les marques d’affection, prendre un ami dans ses bras ou déposer ses lèvres sur celles d’un petit ami ne la gênaient pas, mais quand elle était en public elle agissait toujours avec retenue. Elle détestait être le centre de l’attention ou se couvrir de ridicule, elle n’était jamais aussi mal à l’aise que quand tous les regards étaient braqués sur elle. Alors savoir qu’elle n’avait pas été la seule à avoir agi de manière risible ce soir était bien la seule chose qui lui permettrait de se présenter en classe le lendemain sans vouloir mourir de honte. « Mes fantasmes auraient sans doute été réalisé sous mes yeux. » Mila tourna la tête vers le russe en roulant ostensiblement des yeux. Bien sûr, il avait fallu que le slave ne l’écoute pas et fabule sur ce qu’il aurait pu se passer si elle avait ingurgité un peu plus de potion. La préfète s’apprêta à protester quand elle sentit l’étreinte du sorcier se resserrer autour d’elle, l’empêchant de bouger. Malgré la gêne qui rosissait ses joues, l'anglaise soutint le regard de Dimka, ignorant s'il plaisantait ou s'il était sérieux. Il ne lui avait jamais caché qu'il considérait le sexe avec bien plus de légèreté qu'elle, mais elle n'avait jamais vraiment imaginé être concernée par ses fantasmes. Dimka était très séduisant, la Serdaigle ne dirait certainement pas le contraire, mais elle n'avait jamais joué avec l'idée qu'il puisse être plus qu'un simple ami. La distance qui avait caractérisée leur amitié y était peut être pour quelque chose, mais aucun des deux n'avait jamais tenté de faire évoluer leur relation vers une direction plus qu'amicale et Mila avait toujours pensée que c'était très bien ainsi. Dimka et elle ne partageaient pas la même vision des relations, ils n'en attendaient pas les mêmes choses, l'un d'eux aurait fini par être blessé et leur lien altéré. Leur amitié était trop précieuse aux yeux de Mila pour la mettre en danger. Pour masquer son trouble la sorcière et ne pas laisser l'esprit de Dimka vagabonder trop librement elle souffla « Je veux même pas en savoir plus. » Se contentant de lui adresser un long regard mi-amusé mi-désabusé, elle attendit que le slave change de sujet.

Heureusement sa remarque sur l'auror qu'elle avait abordé ce soir était assez tentante pour détourner le slave de leur conversation. Un air de conspiratrice peint sur ses traits, Mila hocha lentement la tête en entendant la réponse de son ami. Il était d'accord avec elle, de toute manière elle aurait été étonnée du contraire. Dimka savait apprécier la beauté et le sorcier dont elle était tombée faussement amoureuse ne manquait pas de charme. Même si cette histoire de potion lui était insupportable, elle devait bien le reconnaître. Elle aurait pu croiser le regard de bien pire comme sorcier et, merci Merlin, le peu de potion qu'elle avait bu l'avait empêché d'aller trop loin. Par rapport à certains élèves, qui allaient certainement se réveiller avec de nombreux remords, la préfète s'en sortait plutôt bien. Mais bien sûr, c'était Dimka qui s'en tirait le mieux. La potion n'avait pas touché ses lèvres et Mila était frustrée de ne pas pouvoir lui retourner ses railleries. « Heureusement pour moi, tu ne verras jamais cela ! » Le rire du bleu envahi le silence de la salle commune, Mila l'accompagna doucement avant de s'arrêter avec perplexité. Soudainement plus attentive, elle posa son regard ambré sur le visage de son ami, cherchant son regard sans le trouver. Peut-être se faisait-elle des idées mais elle avait l'impression que quelque chose clochait. Avec toutes les émotions par lesquelles elle était passée ce soir il était possible qu'elle soit en train de surinterpréter mais quelque chose dans le rire de Dimka sonnait faux. Les sourcils légèrement froncés, la bleue observa un instant le russe avant de venir poser délicatement un doigt à la base de son cou, à la naissance de son épaule, là où les muscles tendus étaient facilement devinables sous sa peau. « C’est l’idée que j’ai enfin de quoi me moquer de toi qui te stresse comme ça ? » Lança-t-elle en plaisantant. Elle avait du mal à imaginer Dimka craignant la moindre moquerie de sa part. Il n'avait pas vraiment de quoi craindre Mila en fait. Le connaissant, il serait plutôt du genre à attendre sagement le moment propice pour lui rappeler que lui aussi avait de quoi rire d'elle. Ils avaient tous les deux du répondant, mais la préfète devait bien avouer qu'à ce petit jeu là c'était le slave qui sortait le plus souvent vainqueur. Pourtant la tension était là, palpable sous le doigt de la Serdaigle et le rire un peu forcé du russe emplissait toujours l'espace. « Ce ne serait que justice pourtant. » Ajouta-t-elle avec un petit rire. Dimka n'était pas le seul à avoir le droit la tourner en ridicule. Après ce banquet il avait entre les mains de quoi se moquer d'elle pendant des années, et Mila le connaissait, elle savait qu'il n'allait pas se gêner pour s'amuser d'elle à ses dépends. Alors elle n'aurait pas été contre apprendre quelques informations un peu compromettantes pour pouvoir elle aussi rire de son camarade. Mais malgré ses paroles destinées là le taquiner, Dimka ne semblait pas se détendre. Le rire de Mila s'évanouit sur ses lèvres. « A moins que... » Souffla-t-elle lentement un posant sur Dimka un regard nouveau. Elle s'était faite attentive. Là où elle était sincèrement en train de jouer avec lui, le russe paraissait porter un masque. Et Mila était douée pour voir à travers les masques. Décidément, quelque chose ne tournait pas rond et elle décida qu'il était inutile de prendre des chemins détournés. Au banquet, Dimka l'avait vu tomber follement amoureuse d'un auror qu'elle ne connaissait même pas, elle pouvait risquer de se tromper en posant une question complètement hors-sujet. Elle n'était plus à ça près. Mais quelque chose lui disait qu'elle voyait bien plus clair que lors du banquet. « M’aurais-tu caché des choses, Dimka ? » Son ton était léger, un peu taquin, ses prunelles invitaient son ami à se confier, à lui accorder sa confiance, une nouvelle fois. C'était ce qui caractérisait leur amitié après tout.
Gasmask






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
We're gonna be fine (maybe not tonight) ϟ Dimka
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tonight gonna be a good night [Nicho]
» Tarte fine abricots/frangipane
» How do you rate President Obama's speech tonight?
» Caaat powaaaaaaaa! /ZBAF/ Prèz' de Fine Patte :
» It's gonna be legen... wait for it [qui veut :3] dary.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Hogwarts :: sixth floor :: Salle commune de Serdaigle-
Sauter vers: