Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

(sakura&johannes) an apple a day keeps anyone away

Sakura Swanson-Okada
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : 7e année
Célébrité : Masaki Sato
Pseudo : Estelle ⊹ .sparkle Âge : 27 Parchemins : 502 Gallions : 641 Date d'inscription : 28/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1519-sakura-i-m-famous-it-s-my-job http://www.mumblemumps.com/t1523-sakura-don-t-mess-with-me http://www.mumblemumps.com/t1635-sakura-laissez-un-message-apres-le-bip http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Sakura & Johannes
an apple a day keeps anyone away
if you throw it hard enough
Après sa première journée de cours de la rentrée, Sakura était épuisée. Elle n’avait qu’une envie : retrouver son lit et dormir pendant des heures. Malheureusement, elle avait déjà quelques devoirs à faire. L’année dernière, Sakura avait été la reine des devoirs non rendus ou bâclés. Elle n’avait pas travaillé de l’année et elle avait bien failli redoubler. Quand elle avait appris qu’elle avait réussi ses examens et qu’elle passait en septième année, elle était extrêmement surprise. Elle avait dû être très convaincante car elle n’avait clairement pas de quoi être fière de ses notes. Cette année, si elle ne voulait pas se retrouver dans le même pétrin, elle allait devoir faire des efforts et travailler aussi souvent qu’elle le pouvait. Seulement, son envie de revoir son pays adoré et de retrouver sa carrière ne l’aidaient pas à mettre du cœur à l’ouvrage. Et elle se souvenait d’une promesse qui n’avait pas été tenue. Le professeur Abberline avait dit qu’elle l’aiderait à quitter Poudlard si elle faisait de son mieux aux examens. Elle avait fait plus que de son mieux, elle était passée à l’année supérieure. Elle avait même réussi à avoir un Acceptable dans sa matière et pourtant, Sakura n’avait pas eu de ses nouvelles de tout l’été. Elle n’avait rien fait pour l’aider à convaincre la direction de la laisser arrêter ses études. C’était une menteuse. Sakura décida sur un coup de tête d’aller lui dire tout ce qu’elle pensait de ses encouragements et de ses promesses dans le vent et quitta le groupe d’élèves qui retournaient au dortoir en prenant la direction opposée dans les escaliers. Sakura ne savait pas si le professeur Abberline avait cours ou non, mais à cette heure-là, c’était peu probable. En plus, elle avait sûrement moins d’élèves que les autres professeurs et devait travailler moins longtemps que les autres. Si elle ne se trouvait pas dans sa salle de classe, elle devait donc se trouver soit dans son bureau, soit dans son appartement, soit dans la salle des professeurs. La salle des professeurs était l’option la plus proche d’elle, elle avait donc moins de chances de se faire attraper. La Japonaise ne se découragerait pas tant qu’elle n’aurait pas eu une discussion avec le professeur. Elle ne pouvait pas attendre de la voir en classe, elle avait son cours beaucoup trop tard dans la semaine et elle ne pouvait pas non plus aller l’interrompre à l’heure du repas. Tout ce qu’elle pouvait faire à l’heure du déjeuner ou du dîner, c’était lui jeter des regards noirs et comme elle ne la regardait pas, ce plan ne pouvait pas fonctionner. Avant même qu’elle ne le réalise, elle était déjà au rez-de-chaussée. Sakura frappa à une porte qu’elle pensait être celle de la salle de professeurs. Elle ne s’y était jamais rendue par le passé et cette porte menait forcément quelque part. Elle patienta en attendant qu’on vienne lui répondre. Elle s’apprêtait à frapper encore une fois quand elle entendit des bruits de pas. Elle vit une ombre sous le pas de la porte et baissa donc la main.

Du haut de son mètre cinquante-six, Sakura fut impressionnée par la taille du professeur qui ouvrit. Il était géant à ses yeux, elle n’avait jamais été aussi près de lui, alors elle ne l’avait pas remarqué. Mais très vite, elle ne s’en formalisa pas. Au Japon, il n’y avait peut-être pas beaucoup de grands, mais elle avait étudié à Durmstrang et Poudlard, et là, elle en avait vu des grands, et même parmi les élèves. Elle n’y faisait plus tellement attention, mais quand elle avait débarqué dans l’école slave la première fois, elle avait presque eu peur de l’endroit dans lequel elle s’était retrouvée. La jeune fille ne savait pas quelle était la matière que ce professeur enseignait. Elle s’amusa un instant à le deviner, mais quand il s’interrogea de la voir, à son expression, Sakura se dit qu’elle ferait mieux de s’expliquer avant qu’il ne la renvoie d’où elle venait. « Bonjour professeur. Je peux entrer un instant ? Merci. » Demanda-t-elle tout se glissant dans l’espace entre le professeur et la porte pour entrer, avant même qu’il ne puisse lui dire si oui ou non elle en avait le droit. La pièce était bien plus petite qu’elle ne l’aurait imaginé, mais très vite, Sakura reporta son attention sur l’homme face à elle. Si elle n’était pas aussi remontée, elle aurait sûrement remarqué qu’il n’y avait dans ce bureau qu’une place et qu’on pouvait difficilement y caser plus d’un professeur. Elle ne se trouvait pas au bon endroit. Et avec la taille du professeur, la pièce n’en avait l’air que plus disproportionnée. « Dites... vous êtes professeur de quoi ? » Demanda Sakura, curieuse et souriante, à celui qui n’était en réalité pas un professeur, mais le concierge du château. Sakura ne le voyait qu’à la table des professeurs, alors elle ne l’avait jamais réalisé. Et en y repensant, il lui semblait l’avoir déjà vu discuter avec le professeur Abberline lors d’un repas. « Je viens voir le professeur Abberline. Elle est là ? » Et enfin, elle se tourna pour observer plus en détails la pièce. Il était seul, dans cette petite pièce qui n’était qu’un bureau. Il n’y avait pas d’autres portes. Il n’y avait rien. C’était un peu pitoyable pour une salle des professeurs. Elle se dit alors qu’elle s’était trompée. « Oups. Je crois que je me suis trompée d’endroit… J’ai pas fait attention. » Alors qu’elle s’excusait avec un sourire gêné, enfin ce qui ressemblait à des excuses pour elle, elle s’installa sur une chaise face au bureau. Maintenant qu’elle était là, Sakura comptait bien emprunter un peu du temps à cet homme qui ne semblait pas si occupé. « Vous pouvez vous asseoir. » Dit-elle comme si c’était elle, le professeur dans cette pièce. Elle croisa les bras et attendit qu’il s’exécute. Elle avait très envie de faire connaissance avec lui. Il ne ressemblait pas tout à fait aux autres, elle était curieuse de savoir quel genre de personne il était. Et les limites élèves/membres du personnel, elle ne les connaissait pas réellement. Après tout, elle était bien amie avec un infirmier. Il fallait qu’elle passe voir Hadès quand elle le pourrait, mais il devait être occupé avec cette histoire d’épidémie.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Johannes L. Rosenberg
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Concierge
Célébrité : Dan Avidan
Pseudo : Zire Âge : 24 Parchemins : 1197 Gallions : 935 Date d'inscription : 22/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1268-what-am-i-willing-to-put-up-wit http://www.mumblemumps.com/t1275-johannes-you-can-t-open-up-the-story-of-my-life-and-just-go-to-page-738-and-think-you-know-me http://www.mumblemumps.com/t1304-johannes-i-am-the-unicorn-wizard http://www.mumblemumps.com/t2074-journal-de-zire



An apple a day keeps anyone away

ft. sakura swanson-okada


La première véritable journée de reprise est pénible. Du boulot, il n'a jamais réellement cessé d'en avoir, même cet été, alors qu'il s'assurait régulièrement que tout était en état, que les élèves restés dans le château faute de profiter du camping et des auberges de Pré-au-Lard ne dérangeaient rien qui n'était pas nécessaire. Mais même avec tout ça, tout était plus calme. Ses journées plus doucement rythmées. Plus de pression liée au fait de les retrouver dans les couloirs à des heures improbables : chacun était libre, tant qu'il y avait un minimum de respect pour le bâtiment et ses habitants. Tout était plus calme, suffisamment pour que la différence avec les premiers jours de Septembre soit parfaitement claire, parfaitement marquée. Plus de bruit. Plus de présences. Pour lui qui a profité du quasi-silence des couloirs pour laisser sa tête tourner à plein régime, ce nouveau son fait naître dans son crâne un début de migraine. Le bruit. Sa tête qui fonctionne trop. Les récents événements. Beaucoup de coupables, dans cette affaire.

Johannes finit par trouver refuge dans son bureau quand la journée de cours se termine, pour profiter d'un moment d’accalmie pour se préparer à attaquer ses tâches du soir, celles qui précèdent l'heure du dîner. A l'instant même où il referme la porte, un soupire passe ses lèvres, un noeud dans son estomac se dénoue. Il n'imaginait pas être stressé, il doit pourtant se rendre à l'évidence. Il ne sait pas à quoi il peut bien être dû. Peut-être est-ce cette nouvelle année qui débute, ces nouveaux étudiants qui arrivent. Si c'est parce que ça fait bientôt un an qu'il est là, et qu'il n'est pas resté au même endroit aussi longtemps depuis des années. Quasiment huit ans, à vrai dire. Il doit y avoir un peu des deux. Il a toujours un peu de mal à se sentir à l'aise ici, dans ce monde qu'il apprend à connaître chaque fois, cet univers qui est si loin de ce avec quoi il a grandi. Au bout d'un an, il a de nouvelles habitudes, de nouveaux réflexes, mais il a toujours cette étrange sensation sous la peau, ce quelque chose qu'il a du mal à décrire et qui pourtant le réveille parfois la nuit. Il porte une main à son torse, pensif, puis vient contourner son bureau pour y mettre un peu d'ordre.

Quelques coups sont frappés contre le bois qui sépare son bureau du couloir et l'Allemand relève la tête, se demandant un instant s'il a bien entendu, ou si c'est la fatigue de la reprise. Il attend quelques secondes mais n'entend rien de nouveau. Pourtant, il se lève pour aller vérifier, curieux. Quand il ouvre la porte, il se retrouve face à Miss Swanson-Okada, qui le regarde avec une pointe de surprise dans les yeux avant de se reprendre immédiatement, plus rapidement que lui, en tout cas. Il ne comprend pas ce qu'elle fait là, et ça doit se voir. Bonjour professeur. Je peux entrer un instant ? Merci. « Professeur » ? Voilà qu'elle le perd un peu plus, mais il n'a pas le temps de réagir qu'elle passe déjà le pas de la porte pour rentrer dans son bureau, sans qu'il puisse dire un mot ou même lui faire signe de s'avancer. Il la laisse faire, soupirant à nouveau, puis referme derrière elle. Dites... vous êtes professeur de quoi ? Le concierge se demande un instant si elle se moque de lui, ou si elle ignore vraiment tout de lui. Il pensait ne pas passer inaperçu, mais il semblerait probable qu'elle ait complètement loupé sa présence lors de la dernière année scolaire. Étrange. Il s'interroge : est-il censé se sentir vexé ? Si oui, alors quelque chose ne doit pas fonctionner normalement dans son esprit en ce moment, parce qu'il ne l'est pas un poil. Il laisse malheureusement le temps de lui répondre s'échapper, à réfléchir. Je viens voir le professeur Abberline. Elle est là ? Il entrouvre la bouche, la referme. Alexis. Elle est venue chercher Alexis. Un court moment, il se demande si elle a une raison pour venir la chercher ici, auprès de lui, mais balaye vite cette probabilité. Le fait qu'elle l'appelle « professeur » tend à clairement indiquer qu'elle se croit du côté de leur salle à eux. Non, elle n'est pas là. Il ignore où elle peut se trouver à cette heure. Il ignore ce qu'elle peut faire. Il se pose la question. Il s'intéresse à la réponse. Mais il ne l'admettra pas, têtu.

Oups. Je crois que je me suis trompée d’endroit… J’ai pas fait attention. Ah. Le voilà, le moment de réalisation. Il acquiesce lentement, les sourcils doucement froncés. Effectivement, je crois que vous n'êtes pas dans la bonne pièce. Et alors qu'il tend la main pour rouvrir la porte, la laisser repartir à la recherche de la professeur d'étude des runes, la jeune femme décide de s'installer dans la chaise face à la sienne, devant son bureau, le laissant dans l'incompréhension la plus totale. Qu'est-ce qu'elle fait, bon sang ? Vous pouvez vous asseoir. Est-ce qu'il doit rire ? C'est ça, n'est-ce pas ? C'est une blague ? Incrédule, il fait un pas vers elle, la regarde croiser les bras. Pardon ? Malgré sa surprise, il finit par passer de l'autre côté du bureau, et s'asseoir après de longues minutes d'hésitation. Il ne sait pas pourquoi il joue le jeu, mais le voilà là, à croiser les doigts sur le bois devant lui. Vous avez besoin de mon aide ? La salle des professeurs est un peu plus loin, vous aurez surement plus de chances de trouver... Son bref silence n'est pas dû à l'hésitation sur l'identité de la personne recherchée, mais à celle sur la manière dont il doit l'appeler. Il parle tellement rarement d'elle avec les autres que ça ne lui vient pas naturellement. ... Miss Abberline là bas. A moins que vous ne souhaitiez aborder un autre sujet ? Là, tout de suite, il ne voit pas. Il ne voit pas ce qu'elle peut bien attendre de lui, surtout alors qu'elle souhaite voir Alexis. Il refuse de se dire que c'est parce que ça se sait. Parce qu'elle sait pour eux. Ce serait trop improbable.





©️ Moutarde

Revenir en haut Aller en bas
Sakura Swanson-Okada
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : 7e année
Célébrité : Masaki Sato
Pseudo : Estelle ⊹ .sparkle Âge : 27 Parchemins : 502 Gallions : 641 Date d'inscription : 28/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1519-sakura-i-m-famous-it-s-my-job http://www.mumblemumps.com/t1523-sakura-don-t-mess-with-me http://www.mumblemumps.com/t1635-sakura-laissez-un-message-apres-le-bip http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Sakura & Johannes
an apple a day keeps anyone away
if you throw it hard enough
Tête-en-l’air était un adjectif qui pouvait parfois qualifier Sakura quand elle pensait à bien trop de choses en même temps. Cette fois, il lui allait parfaitement. En entrant dans le bureau du membre du personnel, elle n’avait pas réalisé qu’il n’était pas professeur, premièrement, et surtout qu’elle n’était pas dans la salle des professeurs, deuxièmement. Le professeur, qui soupirait déjà alors qu’elle venait à peine de passer le pas de sa porte, ne semblait pas très motivé à travailler. Elle le dérangeait peut-être dans un de ses seuls moments de détente. Mais c’était la rentrée, il fallait bien se remettre au travail, surtout si on la forçait elle à reprendre des cours alors qu’elle en avait encore moins envie que l’année précédente. Quand Sakura lui demanda très sérieusement quelle matière il enseignait à Poudlard, elle patienta, mais comme il prenait trop de temps, elle passa à l’objet de sa venue : voir le professeur Abberline. « Non, elle n'est pas là. » Répondit-il à la Japonaise. Elle put enfin entendre sa voix. Mais peut-être qu’elle ne lui avait pas laissé le temps d’en placer une jusqu’à présent. Elle se dit qu’elle ferait mieux de se calmer un peu et d’attendre ses réponses ou elle allait finir par paraître impolie, ce n’était pas son but non plus. Réalisant qu’elle n’était pas dans la salle des professeurs, elle se sentit un peu honteuse pendant quelques secondes, puis elle se rappela qu’on lui avait appris à ne pas avoir honte de ses actions et à assumer. Si c’était son caractère, elle ne pouvait rien y faire, ces petits défauts pouvaient aussi être son charme. « Effectivement, je crois que vous n'êtes pas dans la bonne pièce. » Confirma le professeur à Sakura, même si elle n’en avait pas besoin. Elle soupira discrètement avant d’aller s’asseoir sur la chaise face au bureau. Elle n’était quand même pas venue le déranger pour rien, elle allait faire un effort pour discuter avec lui. Il était tout seul, il devait s’ennuyer. Elle lui indiqua qu’il pouvait s’asseoir à son bureau. « Pardon ? » Sakura se tourna vers lui. Est-ce que ses cheveux l’empêchaient d’entendre parfaitement ce qu’elle venait de dire ? Il ne bougeait pas. « Vous pouvez vous asseoir. » Répéta Sakura pour être certaine qu’il ait bien entendu cette fois-ci. Quand elle le regarda contourner le bureau, elle se dit que cette fois, le message était passé. Si cela n’avait pas été le cas, elle avait deux ou trois suggestions à lui donner. Le professeur s’installa et regarda Sakura en croisant les doigts. Il avait soudain l’air beaucoup plus sérieux en effectuant ce geste et derrière ce bureau. La Japonaise se souvint du jour où elle avait été dans le bureau du directeur, à Durmstrang. C’était le jour où elle avait attaqué Aiko en lui lançant des sortilèges impardonnables. Elle avait passé un très mauvais quart d’heure avant que ses parents arrivent, ainsi que ceux d’Aiko. En fait, elle avait passé une très mauvaise journée. Perdue dans ses pensées, elle resta silencieuse face à cet homme.

« Vous avez besoin de mon aide ? La salle des professeurs est un peu plus loin, vous aurez sûrement plus de chances de trouver... » Le professeur marqua une hésitation. Il ne se souvenait peut-être plus du nom du professeur qu’elle cherchait. Après les problèmes d’audition, il avait maintenant des problèmes de mémoire. C’était peut-être l’âge. Pourtant, il faisait plutôt jeune, pour avoir autant de problèmes. Elle allait ouvrir la bouche pour le lui rappeler, quand il recommença à parler : « ... Miss Abberline là-bas. A moins que vous ne souhaitiez aborder un autre sujet ? » La question du professeur la fit réfléchir un instant. Est-ce qu’elle voulait aborder le sujet avec lui ? La jeune fille ne le connaissait pas et il n’était pas un de ses professeurs, elle ne savait pas s’il pouvait l’aider avec son problème. Mais peut-être qu’elle pourrait l’aider avec d’autres. « Vous devez être un professeur plutôt important pour avoir votre propre bureau au rez-de-chaussée. Sauf si c’est parce que vous ne voulez pas monter les marches… » Sakura se demandait si en plus du problème d’audition et de mémoire, il avait aussi un problème de mobilité. Ce professeur, elle ne savait pas vraiment quoi en penser. « Vous ne m’avez toujours pas dit quelle était votre matière. Vous enseignez l’art ? Vous avez l’air d’enseigner l’art. Je suis une chanteuse, vous savez ? La musique, c’est un art. Mais vous, vous enseignez… la peinture ? » Avec ses longs cheveux en bataille, il avait l’air d’un peintre. Et puis un peintre n’a pas besoin d’entendre ou de beaucoup se déplacer, alors elle trouvait que ce métier lui allait bien. Ainsi, sans attendre sa réponse, elle pouvait discrètement dériver vers son problème à elle. « Dites-moi, professeur. Vous êtes dans le conseil des professeurs, non ? Avec le professeur Abberline ? Ceux qui parlent des élèves après les examens ? Pour ceux qui suivent votre matière en tout cas. Est-ce que le professeur Abberline a parlé de ce que je lui ai demandé de dire pendant qu’on étudiait mon dossier ? Parce qu’elle avait promis. Si je travaillais, elle avait promis que même si je ratais mes examens, elle demanderait aux autres professeurs et au directeur que je puisse arrêter mes études. Elle l’avait promis et elle l’a pas fait. N’est-ce pas ? » Si Sakura demandait au professeur d’études des runes si elle en avait parler, elle pouvait très bien lui dire oui, alors qu’elle ne l’avait pas fait. Elle pouvait très bien lui mentir. Sakura n’en saurait jamais rien. Il fallait que quelqu’un lui dire ce qu’il s’était réellement passé.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Johannes L. Rosenberg
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Concierge
Célébrité : Dan Avidan
Pseudo : Zire Âge : 24 Parchemins : 1197 Gallions : 935 Date d'inscription : 22/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1268-what-am-i-willing-to-put-up-wit http://www.mumblemumps.com/t1275-johannes-you-can-t-open-up-the-story-of-my-life-and-just-go-to-page-738-and-think-you-know-me http://www.mumblemumps.com/t1304-johannes-i-am-the-unicorn-wizard http://www.mumblemumps.com/t2074-journal-de-zire



An apple a day keeps anyone away

ft. sakura swanson-okada


Vous devez être un professeur plutôt important pour avoir votre propre bureau au rez-de-chaussée. Bien, donc cette réalisation quant à la pièce dans laquelle se trouve la jeune femme n'en était pas une, c'est bien noté. Elle semble complètement à côté de la plaque, et il n'est pas au bout de ses surprises. Sauf si c’est parce que vous ne voulez pas monter les marches… Il comprend comment elle peut en arriver à cette pensée, mais pas comment elle a pu le confondre avec un des membres du corps professoral. Peut-être qu'elle n'a jamais fait attention qu'à ses propres professeurs. Il ne voit que ça, comme explication. Vous ne m’avez toujours pas dit quelle était votre matière. Parce qu'il ne pensait pas en avoir besoin, en fin de compte. Clairement, il se trompait. Vous enseignez l’art ? Vous avez l’air d’enseigner l’art. Je suis une chanteuse, vous savez ? La musique, c’est un art. Mais vous, vous enseignez… la peinture ? Il a l'air d'enseigner l'art ? Vraiment ? L'image de Sabal lui vient en tête avec ces quelques mots et quand il se compare à lui, il n'arrive pas à trouver la moindre ressemblance, ni dans le physique, ni dans l'attitude. Alors qu'est-ce qui fait un professeur d'Art, en soi ? Il ne sait pas, il n'en connait pas beaucoup, à l'exception de de Vandekeybus et de Miss Deslunes. Et avec elle non plus, il ne trouve pas de ressemblance. Encore moins, si c'est possible. Dites-moi, professeur. Vous êtes dans le conseil des professeurs, non ? Avec le professeur Abberline ? Il aimerait bien qu'elle lui laisse le temps de répondre, au lieu d'enchaîner et de passer du coq à l'âne, mais il aurait aussi aimé passer un peu de temps seul, et voilà où il en est. Ceux qui parlent des élèves après les examens ? Pour ceux qui suivent votre matière en tout cas. Est-ce que le professeur Abberline a parlé de ce que je lui ai demandé de dire pendant qu’on étudiait mon dossier ? Parce qu’elle avait promis. Là, Johannes ne se rappelle pas qu'elle ait abordé quoi que ce soit de ce genre avec lui. Avec d'autres professeurs, peut-être, mais lui n'a pas la moindre information. Pourquoi en aurait-il, d'ailleurs ? Ils ne se sont pas réellement parlé depuis des mois, et ça ne rentre pas dans ses compétences, alors elle n'avait aucune raison de se déranger pour ça. Si je travaillais, elle avait promis que même si je ratais mes examens, elle demanderait aux autres professeurs et au directeur que je puisse arrêter mes études. Elle l’avait promis et elle l’a pas fait. N’est-ce pas ? Il laisse quelques secondes s'écouler, le temps de comprendre qu'elle a enfin fini de parler, que c'est enfin son tour. Il ne sait pas vraiment par où commencer.

Tout d'abord, il va falloir mettre une chose au clair, pour que cette conversation ait un peu plus de sens pour vous comme pour moi. Je ne suis pas professeur, miss Swanson-Okada. Je suis le concierge. Il ne sait pas pourquoi devoir le rappeler comme ça le dérange à ce point. Peut-être parce que ça marque un peu plus la différence entre lui et eux, une différence qu'il n'aime pas tant que ça même s'il a choisi son poste, qu'il ne s'est pas retrouvé avec par défaut, par obligation. Mais si je devais enseigner une chose, ce serait certainement les Soins aux Créatures Magiques. L'information n'est pas utile, mais il se sent de rectifier le tir, juste parce que. Oui, s'il devait être professeur, il se serait sûrement tourné vers ce domaine-là, de toute évidence. Mais il ne l'est pas, donc ce n'est pas le cas. Pour en revenir à votre problème, je n'ai aucune information concernant votre scolarité ici, mais vous comprendrez que rien ne justifierait qu'on m'en parle avant que la moindre décision ne soit prise, voire même après. Est-ce qu'il serait mis au courant, dans le cas où une élève se retrouvait à quitter l'école avant la fin de ses études ? Il n'en a pas la moindre idée, à vrai dire. Il en doute très fortement. Comme il vient de le dire, rien ne justifie une telle chose. En revanche, je connais miss Abberline depuis quelques temps déjà, et il me semble surprenant qu'elle vous ait promis quelque chose et n'ait pas tenu cette promesse. Si vous me demandez si elle la fait, c'est bien parce que vous n'avez pas la certitude que ce n'est pas le cas, n'est-ce pas ? Peu importe l'état de leur relation actuellement, il la connait, il sait qu'elle n'est pas du genre à revenir sur ses promesses facilement. Il en est absolument certain. Si vous n'avez pas eu de nouvelles de votre dossier, et de cette demande en particulier, c'est peut-être parce personne n'y a accédé. L'Allemand a bien conscience que ça peut ne pas faire plaisir à entendre, mais il n'est pas là pour la ménager, surtout quand elle semble ne pas passer par quatre chemins quand elle a quelque chose à dire. J'imagine que vous n'avez pas encore eu l'occasion d'en discuter avec elle ? Sinon, elle ne serait pas venue la chercher ici. Je vous en prie, avant de vous mettre en tête cette idée qu'elle vous a trompé, essayez de tirer les choses au clair. Je suis certain qu'il y a une explication à tout ça... Si je ne suis pas indiscret, qu'est-ce qui vous pousse à vouloir quitter Poudlard ainsi ?





©️ Moutarde

Revenir en haut Aller en bas
Sakura Swanson-Okada
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : 7e année
Célébrité : Masaki Sato
Pseudo : Estelle ⊹ .sparkle Âge : 27 Parchemins : 502 Gallions : 641 Date d'inscription : 28/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1519-sakura-i-m-famous-it-s-my-job http://www.mumblemumps.com/t1523-sakura-don-t-mess-with-me http://www.mumblemumps.com/t1635-sakura-laissez-un-message-apres-le-bip http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Sakura & Johannes
an apple a day keeps anyone away
if you throw it hard enough
Aujourd’hui, Sakura semblait d’humeur à discuter. L’inverse était de toute façon très rare. Elle était toujours très bavarde et n’avait que peu de filtres, ce qui lui était souvent reproché dans son travail. C’était pour cette raison qu’on ne la laissait pas souvent parler à la télévision et qu’on ne l’envoyait pas toute seule aux interviews. Sakura avait besoin d’être canalisée. Cette fois, c’était le professeur qui subissait son flot de paroles. S’il avait vraiment envie qu’elle s’en aille, l’homme pouvait l’arrêter et la renvoyer d’où elle venait, mais il ne l’avait pas fait. Alors elle s’était dit qu’elle ne devait pas le déranger plus qu’elle ne le devrait. La sorcière lui demanda s’il savait si le professeur Abberline avait oui ou non tenu sa promesse. Elle attendait des réponses, elle espérait qu’il pourrait lui en donner. « Tout d'abord, il va falloir mettre une chose au clair, pour que cette conversation ait un peu plus de sens pour vous comme pour moi. Je ne suis pas professeur, miss Swanson-Okada. Je suis le concierge. » Sakura regarda l’homme avec de grands yeux surpris. Il n’était pas professeur, il était concierge. Elle avait bien entendu, mais elle était choquée. S’il était vraiment concierge, pourquoi ne l’avait-elle pas remarqué plus tôt ? Elle se sentait terriblement bête, elle était juste parfois trop spontanée. Il ne pouvait donc pas l’aider, s’il n’était pas professeur. Mais pourquoi l’avait-il laissé parler ? Il reprit la parole avant qu’elle ne puisse le faire : « Mais si je devais enseigner une chose, ce serait certainement les Soins aux Créatures Magiques. » Est-ce qu’elle l’avait vexée en lui disant qu’il avait l’air d’un professeur d’art à ses yeux ? Elle n’arrivait pas à le savoir. Elle acquiesça pour montrer qu’elle avait compris, cette fois. Le concierge de l’autre côté du bureau devait aimer les créatures magiques, ce n’était pas vraiment le cas de la Japonaise. Mais elle n’était pas là pour se trouver des points communs avec cet homme, après tout. « Pour en revenir à votre problème, je n'ai aucune information concernant votre scolarité ici, mais vous comprendrez que rien ne justifierait qu'on m'en parle avant que la moindre décision ne soit prise, voire même après. » Sakura baissa les yeux. Il avait raison. Puisqu’il était concierge, il n’avait aucune raison d’être au courant de sa situation. Il s’en fichait d’ailleurs très probablement, comme la plupart des autres membres du personnel. Et la seule personne qui semblait s’y intéresser lui avait peut-être menti sur toute la ligne pour qu’elle se mette au travail. Sakura serait terriblement déçue du professeur Abberline si c’était le cas.

« En revanche, je connais miss Abberline depuis quelques temps déjà, et il me semble surprenant qu'elle vous ait promis quelque chose et n'ait pas tenu cette promesse. Si vous me demandez si elle l’a fait, c'est bien parce que vous n'avez pas la certitude que ce n'est pas le cas, n'est-ce pas ? » Dit-il par la suite à la jeune idole. Elle hocha la tête une nouvelle fois. Sakura n’était sûre de rien. Elle ne pouvait pas accuser directement le professeur de lui avoir menti, elle ne savait pas si elle en avait parlé, elle aurait aimé avoir une confirmation extérieure avant de lui en parler elle-même. C’était un sujet essentiel à ses yeux, elle y tenait énormément et son avenir en dépendait. Maintenant qu’elle était de retour à Poudlard, la Japonaise avait peur d’y être enfermée une année, impuissante devant la situation. Il poursuivit : « Si vous n'avez pas eu de nouvelles de votre dossier, et de cette demande en particulier, c'est peut-être parce personne n'y a accédé. » Il n’avait pas tort, le concierge. Sakura savait que c’était une possibilité, que son départ de Poudlard soit refusé et qu’elle soit obligée de terminer ses études comme les autres. « J'imagine que vous n'avez pas encore eu l'occasion d'en discuter avec elle ? » Sakura secoua la tête, toujours bien silencieuse par rapport à avant, elle laissait le concierge s’exprimer. « Je vous en prie, avant de vous mettre en tête cette idée qu'elle vous a trompé, essayez de tirer les choses au clair. Je suis certain qu'il y a une explication à tout ça... Si je ne suis pas indiscret, qu'est-ce qui vous pousse à vouloir quitter Poudlard ainsi ? » C’était peut-être par simple curiosité, mais le concierge était la deuxième personne à prendre de son temps pour lui demander pourquoi elle voulait arrêter ses études après le professeur Abberline. « Je fais partie d’un groupe d’idoles moldu au Japon, c’était gérable quand j’étais à Durmstrang, mais j’ai dû mettre ma carrière en pause en arrivant ici. Et depuis, on ne m’a pas laissé retourner là-bas une seule fois. » Le concierge pouvait voir le problème. Elle était absente depuis plus d’un an, presque deux même. Dans n’importe quel métier, une telle absence n’était pas la bienvenue. « Je sais que vous ne pouvez sans doute pas me comprendre, mais c’est important pour moi, plus que mes études, plus que le monde des sorciers. Je risque de tout perdre si je n’y retourne pas : ma place, mes fans, mes amies, ma carrière et mes perspectives d’avenir. » Car Sakura savait déjà pertinemment qu’elle voulait continuer à travailler dans cet univers, et que le jour où elle ne pourrait plus être idole, il y avait toujours d’autres métiers accessibles comme celui d’actrice par exemple.

« Je croyais être enfin comprise, quand j’ai discuté avec le professeur Abberline… mais vous avez raison, il doit y avoir une explication, il faut que je la trouve pour lui en parler. » Il n’y avait qu’elle qui pouvait avoir la réponse, cela ne servait à rien d’embêter plus longtemps le concierge de l’école. C’était la première fois que Sakura entendait parler d’un concierge à Poudlard, elle devrait être un peu plus attentive à ce qui l’entourait. « Je suis désolée d’avoir débarqué de cette façon dans votre bureau et de vous avoir pris pour un professeur d’art… ce n’était pas une insulte, j’aime beaucoup l’art. Mais, je suis sûre que c’est super d’être concierge aussi… vous faites quoi, exactement ? » La Serpentard s’intéressait sincèrement aux occupations du concierge, et même si elle se doutait bien de quelques-unes de ses tâches quotidiennes, elle avait envie d’en savoir plus. L’homme avait bien sûr l’option de la mettre à la porte, elle ne s’imposerait pas plus longtemps s’il décidait qu’il n’avait plus envie de discuter avec elle. « Au fait… comment vous vous appelez ? »
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Johannes L. Rosenberg
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Concierge
Célébrité : Dan Avidan
Pseudo : Zire Âge : 24 Parchemins : 1197 Gallions : 935 Date d'inscription : 22/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1268-what-am-i-willing-to-put-up-wit http://www.mumblemumps.com/t1275-johannes-you-can-t-open-up-the-story-of-my-life-and-just-go-to-page-738-and-think-you-know-me http://www.mumblemumps.com/t1304-johannes-i-am-the-unicorn-wizard http://www.mumblemumps.com/t2074-journal-de-zire



An apple a day keeps anyone away

ft. sakura swanson-okada


Je fais partie d’un groupe d’idoles moldu au Japon. Johan acquiesce doucement. Il ne s'y connait pas franchement, dans ce domaine-là, mais il voit un peu ce dont il s'agit. On lui a expliqué, lors de son passage là-bas, donc au moins pourra-t-il visualiser un minimum. C’était gérable quand j’étais à Durmstrang, mais j’ai dû mettre ma carrière en pause en arrivant ici. Et depuis, on ne m’a pas laissé retourner là-bas une seule fois. Effectivement, la situation pose problème. Personne, ici, n'a eu la moindre occasion de quitter Poudlard et ce depuis un an -un peu moins pour lui qui est arrivé en fin d'année civile- et si la chose est gênante pour les élèves qui ne peuvent pas voir leur famille, elle l'est d'autant plus pour une étudiante qui se retrouve loin de son travail. Il sait que certains verraient surement ça comme un passe-temps, un hobby pour la demoiselle, et la gravité de la chose leur échapperait. Mais c'est loin d'être un simple hobby : c'est un métier, c'est un engagement. Et comme pour tout engagement, une absence aussi longue est rarement bien vue. Alors il pince un peu les lèvres, fronce un peu les sourcils. Je sais que vous ne pouvez sans doute pas me comprendre, mais c’est important pour moi, plus que mes études, plus que le monde des sorciers. Elle n'a pas besoin de plus pour qu'il comprenne que c'est une passion dévorante, et que ça dépasse tout le reste. C'est rare, des sorciers qui ont tant à cœur quelque chose de moldu. Qui y tiennent plus qu'à tout le reste. Plus qu'à ce qui les sépare de ces non-sorciers, justement. Rare, mais pas inexistant. Et si, effectivement, il ne peut pas vraiment comprendre parce qu'il ne connait pas de passion similaire, ça ne l'empêche pas de mesurer l'importance de tout ça aux yeux de la jeune Serpentard. Je risque de tout perdre si je n’y retourne pas : ma place, mes fans, mes amies, ma carrière et mes perspectives d’avenir. Ce qu'il entend dans sa voix, ce qu'il lit sur son visage, ça ressemble tristement à du désespoir. Je croyais être enfin comprise, quand j’ai discuté avec le professeur Abberline… mais vous avez raison, il doit y avoir une explication, il faut que je la trouve pour lui en parler. Avec ces nouvelles informations, l'Allemand comprend sans la moindre difficulté les raisons qui ont pu pousser Alexis à promettre à la jeune femme qu'elle essayerait de lui permettre de quitter Poudlard. Le monde moldu, ça a toujours été une part importante d'elle, qu'elle embrasse sans la moindre hésitation. Qu'elle lui a appris à apprendre, à comprendre. Face à une telle chose, il était évident qu'elle tenterait de faire de son mieux, qu'elle essayerait de l'aider. Ce qu'il comprend moins, c'est pourquoi la demoiselle n'a eu aucun retour sur tout ça. De ce qu'il se rappelle, ce n'est pas franchement le genre de l'Anglaise de promettre et d'oublier... Le souci doit venir de plus haut. Sûrement, même.

Je suis désolée d’avoir débarqué de cette façon dans votre bureau et de vous avoir pris pour un professeur d’art… ce n’était pas une insulte, j’aime beaucoup l’art. Elle parvient à lui arracher un sourire amusé. Est-ce que sa réaction l'a laissée penser qu'il l'avait mal pris ? C'est assez loin de la vérité, il n'a pas été vexé une seule seconde. S'il n'est pas vraiment artiste dans l'âme, loin de là, même, il est capable d'apprécier ses différentes formes et possède un respect monstre pour ceux qui pratiquent. J'imagine, oui. Sa réponse est discrète, plus comme une pensée prononcée à voix haute qu'autre chose. Elle doit aimer l'art, pour participer à sa création. Mais, je suis sûre que c’est super d’être concierge aussi… Il a l'impression qu'elle tente de se rattraper, parce que c'est bien la première fois qu'un élève ici lui dit penser son travail  « super ». Il est rarement regardé de haut pour ça -bien que ça lui soit déjà arrivé-, mais ça s'arrête généralement là. Vous faites quoi, exactement ? Il hausse un sourcil, une pointe d'humour toujours sur les lèvres. Ça vous intéresse vraiment ? Il en doute sincèrement. Au fait… comment vous vous appelez ? Johannes. Johannes Rosenberg. Il lui laisse quelques secondes, pour voir si elle semble sur le départ, mais elle a l'air décidée à rester, bien installée sur la chaise face à lui. Il nie doucement de la tête, puis reprend. En ce qui concerne mon travail, la liste de choses à faire est assez longue, mais mettons que je m'assure surtout de l'état du château et de ses salles. Je fais aussi pas mal de surveillance, notamment de nuit -mais avec le règlement mis en place l'an dernier, je partage cette tâche avec les Aurors et les professeurs. Je récupère vos camarades quand ils se font de petites balades nocturnes pour rentrer en douce dans la bibliothèque ou quand ils décident de scier des pieds de chaise. Et plus récemment, j'ai empêché la salle de Défense contre les Forces du Mal de finir en flammes pour un feu magique oublié. La plupart du temps, ses nuits sont calmes, mais c'est nettement moins distrayant à raconter. Mettons que c'est loin d'être le travail le plus passionnant du monde, mais ça a l'avantage d'à la fois m'occuper l'esprit et me laisser un peu de temps pour moi. Puis ça l'a rapproché d'ici, ça lui offre un toit bien défini et, si quelques mois plus tôt, il mourrait d'envie de repartir sur les routes; si cet été, il aurait vraiment préféré voyager à travers le monde, quitte à revenir à la rentrée, il réalise après presque un an qu'au final, un peu de stabilité, ça lui fait du bien. Même si les choses sont loin de se dérouler comme il l'aimerait. Ça fait longtemps que vous êtes une idole ? J'avoue ne pas y connaître grand-chose, surtout pas l'âge moyen des membres de tels groupes... Vous êtes toujours en contact avec vos... Collègues ? Vos amies ? J'imagine que toutes ne sont pas nécessairement au courant de vos capacités ? Qu'est-ce que vous leur avez dit, vis à vis de votre... « Année sabbatique » ?





©️ Moutarde

Revenir en haut Aller en bas
Sakura Swanson-Okada
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : 7e année
Célébrité : Masaki Sato
Pseudo : Estelle ⊹ .sparkle Âge : 27 Parchemins : 502 Gallions : 641 Date d'inscription : 28/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1519-sakura-i-m-famous-it-s-my-job http://www.mumblemumps.com/t1523-sakura-don-t-mess-with-me http://www.mumblemumps.com/t1635-sakura-laissez-un-message-apres-le-bip http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Sakura & Johannes
an apple a day keeps anyone away
if you throw it hard enough
Même si le concierge ne pouvait pas comprendre à quel point le métier de Sakura était important à ses yeux, il avait l’air d’essayer. Elle continua donc à lui expliquer en essayant d’y mettre des détails pour l’aider à visualiser ce qu’elle était forcée de vivre. Sakura avait hâte d’aller en discuter avec le professeur Abberline, même si elle ne s’attendait à aucun miracle. La jeune fille s’excusa d’avoir pu déranger le concierge avec ses histoires et de l’avoir pris pour un professeur d’art. « J'imagine, oui. » Avait-il répondu quand elle lui confia beaucoup aimer cette forme d’expression. Sakura lui sourit. Il était gentil cet homme. Elle était curieuse d’en apprendre plus sur lui et sur sa profession. Tout en essayant de se rattraper pour l’avoir dérangé, elle s’intéressa à ses occupations quotidiennes. « Ça vous intéresse vraiment ? » S’étonna-t-il tout en aillant l’air de trouver la situation marrante. Sakura hocha la tête pour lui dire que oui, elle voulait vraiment savoir. Elle pouvait bien prendre un peu de temps pour apprendre à connaître un membre du personnel qui n’était peut-être pas toujours bien traité par tout le monde. Quand elle était dans son groupe, elle faisait souvent connaissance avec les techniciens, ce qui faisait rire ses managers. Sakura demanda ensuite quel était son nom. Elle ne l’appellerait plus professeur car il n’en était plus un, elle n’allait quand même pas l’appeler monsieur de concierge. « Johannes. Johannes Rosenberg. » Ce serait donc monsieur Rosenberg. Sakura ne se présenta pas à son tour puisqu’il savait déjà qui elle était. D’ailleurs, c’était étonnant qu’il connaisse son nom, il devait avoir une sacrée mémoire pour se souvenir du nom de tous les élèves. Finalement, elle s’était peut-être trompée sur lui quand elle avait cru qu’il était vieux car il ne se souvenait pas du nom du professeur Abberline. « En ce qui concerne mon travail, la liste de choses à faire est assez longue, mais mettons que je m'assure surtout de l'état du château et de ses salles. Je fais aussi pas mal de surveillance, notamment de nuit -mais avec le règlement mis en place l'an dernier, je partage cette tâche avec les Aurors et les professeurs. Je récupère vos camarades quand ils se font de petites balades nocturnes pour rentrer en douce dans la bibliothèque ou quand ils décident de scier des pieds de chaise. Et plus récemment, j'ai empêché la salle de Défense contre les Forces du Mal de finir en flammes pour un feu magique oublié. » Sakura écoutait attentivement. Ce qu’il lui disait était ce qu’elle imaginait d’un concierge. Elle n’était que rarement sortie la nuit de son dortoir, elle y était parvenue une fois, avec Lionel. Ils avaient passé une soirée près du lac sans que personne ne vienne les déranger. C’était peut-être à l’époque où Poudlard n’était pas encore si surveillé. Elle n’était pas certaine qu’ils réussissent à nouveau un tel exploit un jour. Ah, si. Vers fin juin, elle avait réussi à célébrer son anniversaire, la veille, avec Lionel à Pré-au-Lard, jusqu’à minuit, et ils étaient rentrés par un passage secret que le Gryffondor connaissait. Lionel était vraiment trop cool, elle n’y serait jamais parvenue seule. D’ailleurs, c’était si elle était seule qu’elle serait sûrement tombée nez à nez avec monsieur le concierge.

« Mettons que c'est loin d'être le travail le plus passionnant du monde, mais ça a l'avantage d'à la fois m'occuper l'esprit et me laisser un peu de temps pour moi. » Sakura était d’accord avec lui. Elle était contente de voir qu’il aimait bien son métier, c’était important. Elle serait triste s’il lui avait dit qu’il le détestait et qu’il n’avait pas d’autre choix que de rester à ce poste, un peu comme elle avec sa scolarité. « Ah ! Ça doit être pour ça qu’on ne s’est jamais vraiment croisé avant, c’est parce que je ne suis jamais sortie la nuit de mon dortoir ! » Avec un sourire taquin, elle faillit faire un clin d’œil, puis après elle se dit que ce n’était peut-être pas très judicieux, mais quel élève n’était jamais sorti la nuit de son dortoir ? Elle était certaine que chaque soir, un élève différent tentait de se balader, même au risque de se faire prendre et punir. Mais d’un autre côté, même si elle ne travaillait pas en cours l’année passée, elle n’avait pas fait de vraies bêtises. « Ça fait longtemps que vous êtes une idole ? J'avoue ne pas y connaître grand-chose, surtout pas l'âge moyen des membres de tels groupes... Vous êtes toujours en contact avec vos... collègues ? Vos amies ? J'imagine que toutes ne sont pas nécessairement au courant de vos capacités ? Qu'est-ce que vous leur avez dit, vis à vis de votre... année sabbatique ? » Monsieur le concierge avait beaucoup de questions pour Sakura et elle en était ravie. Elle adorait qu’on s’intéresse à elle, et puis elle voyait bien qu’au moins, il avait presque aussi envie de discuter qu’elle. Elle se mit à réfléchir. « Quand je suis entrée dans le groupe, j’avais 13 ans. Je viens d’en avoir 17… Techniquement, je suis encore dans le groupe, mais je suis en pause pour officiellement étudier l’anglais à l’étranger. Je l’ai annoncé à mes fans pendant mon dernier concert. Personne ne sait que je suis bilingue grâce à mon père anglais… Ça fait déjà deux ans, j’aurais déjà dû revenir… » Peu avant de devoir partir du Japon, Sakura devenait la fille la plus populaire du groupe. Les tickets pour ses événements et ses photos se vendraient plus vite que les autres. Elle avait choqué beaucoup de monde en s’en allant alors qu’elle apportait beaucoup au groupe. Et elle recevait beaucoup en retour. Elle avait un vide en elle depuis. « Je compte rester dans le groupe encore longtemps. L’âge n’est pas si important, je suis encore jeune. Ma sœur donne de temps en temps des nouvelles à une de mes amies, mais sinon, non… Un ami m’a conseillé de leur envoyer des hiboux… j’avoue que j’hésite toujours un peu. Personne ne sait que je suis une sorcière. » Lionel lui avait dit que ses amies finiraient par accepter et ne pas se poser de questions si elle envoyait des lettres par hiboux et que c’était mieux de donner de ses nouvelles. « Vous feriez quoi, vous, monsieur le concierge, si vous étiez à ma place ? »
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Johannes L. Rosenberg
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Concierge
Célébrité : Dan Avidan
Pseudo : Zire Âge : 24 Parchemins : 1197 Gallions : 935 Date d'inscription : 22/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1268-what-am-i-willing-to-put-up-wit http://www.mumblemumps.com/t1275-johannes-you-can-t-open-up-the-story-of-my-life-and-just-go-to-page-738-and-think-you-know-me http://www.mumblemumps.com/t1304-johannes-i-am-the-unicorn-wizard http://www.mumblemumps.com/t2074-journal-de-zire



An apple a day keeps anyone away

ft. sakura swanson-okada


Ah ! Ça doit être pour ça qu’on ne s’est jamais vraiment croisé avant, c’est parce que je ne suis jamais sortie la nuit de mon dortoir ! S'il avait le moindre doute quant à la véracité de la chose, le sourire de la demoiselle ne laisse place à aucun d'eux et un court instant, il se demande comment réagir. Ne pas relever semble être une réaction totalement acceptable : après tout, il ne va pas aller la punir maintenant pour une sortie nocturne qu'elle aurait pu faire il y a des mois de cela. Peut-être que ça date d'hier soir, mais il n'y croit pas franchement. Dans tous les cas, à moins de les prendre sur le fait, il ne peut pas faire grand chose. Alors, Johan nie doucement de la tête, toujours amusé, sans dire le moindre mot par rapport à sa remarque. Il reprend simplement avec ses propres questions, revenant sur le sujet qui est à l'origine même de sa venue ici, même partiellement. Elle prend le temps de réfléchir, et il sent qu'elle ne reste pas là à papoter avec lui pour lui faire simplement plaisir. Elle échange sur ce qui l'intéresse, la passionne, et parce qu'elle y tient tant, ça l'intéresse aussi lui. Les gens passionnés, ça l'intéresse. Même s'il ne comprend pas nécessairement tout de leur centre d'intérêt. Même s'il ne le partage pas forcément. Quand je suis entrée dans le groupe, j’avais 13 ans. Je viens d’en avoir 17… Treize ans. Elle a, très jeune, trouvé ce qui la faisait vibrer. Pour lui qui, à treize ans, avait la tête dans les bouquins avec cette envie dans les tripes de parvenir à faire mieux que ce qu'on attendait de lui -et malheureusement, pas pour qu'on soit fier de lui mais bien pour pouvoir s'en vanter ouvertement-, c'est impressionnant.  Il comprend d'autant plus qu'elle ne veuille pas laisser tomber. Techniquement, je suis encore dans le groupe, mais je suis en pause pour officiellement étudier l’anglais à l’étranger. Je l’ai annoncé à mes fans pendant mon dernier concert. L'excuse se tient, en tout cas pour un moment, et l'espace d'un instant, il se demande quelle part prend la vérité dans toute cette histoire. Il n'a pas à se poser longtemps la question. Personne ne sait que je suis bilingue grâce à mon père anglais… Il acquiesce, doucement, comprenant la situation. Son anglais est propre, surement plus propre que le sien, même. Il pratique depuis longtemps mais son accent pointe le bout de son nez plus régulièrement qu'il ne l'aimerait, surtout en cas d'émotion forte. Après près de vingt ans à ne parler qu'allemand, ça n'a rien de surprenant. Ça fait déjà deux ans, j’aurais déjà dû revenir… Deux ans, c'est long, même pour un voyage à but linguistique. Il ne sait pas trop quoi lui dire, n'a pas la moindre idée des mots qui peuvent l'aider. Dans sa situation, la seule chose qui pourrait vraiment lui apporter, c'est la possibilité de repartir là-bas, chez elle. Et sur ce point, même s'il le voudrait, il ne peut rien faire pour elle. Il n'a pas la moindre autorité en ce qui concerne tout ça.

Je compte rester dans le groupe encore longtemps. L’âge n’est pas si important, je suis encore jeune. Bien sûr qu'elle est encore jeune, et heureusement qu'elle en a conscience ! Une élève tout juste majeure qui pense ne plus avoir de temps devant elle, c'est bien la dernière chose dont il a besoin. Ma sœur donne de temps en temps des nouvelles à une de mes amies, mais sinon, non… Un ami m’a conseillé de leur envoyer des hiboux… j’avoue que j’hésite toujours un peu. Personne ne sait que je suis une sorcière. Et clairement, un hibou, c'est loin d'être la chose la plus discrète ou la plus normale. Il comprend son hésitation. Leur avouer tout ça, c'est un réel risque. Parce que tout le monde n'accepte pas facilement la chose. Tout le monde n'accueille pas à bras grand ouverts une personne qui se révèle être sorcière, encore moins quand on pense connaître cette personne depuis des années et qu'on découvre, d'un coup d'un seul, quelque chose d'à la fois si simple et si compliqué. Si simple, parce que c'est une part d'eux, tout simplement. C'est ce qu'ils sont. Mais si compliqué, parce que c'est un tout autre monde. Comme si les pays ne souffraient déjà pas d'une différence culturelle, il faut ajouter à cela les différences entre sorciers et moldus et ça... Certains ne sont pas capables de faire avec. Vous feriez quoi, vous, monsieur le concierge, si vous étiez à ma place ? Elle le prend un peu de court, là. L'Allemand pince les lèvres, fronce les sourcils. Décroise les doigts pour ensuite croiser les bras sur son torse.

J'aimerais pouvoir vous dire que la réponse est toute trouvée. Qu'elle est évidente. Qu'elle vous conviendra. Mais je ne connais pas suffisamment vos proches pour pouvoir anticiper leur réaction, euphémisme de l'année, et je m'en voudrais de vous inciter à faire quelque chose qui vous blesserait. Ce dont je peux vous parler, en revanche, c'est de mon propre vécu face à tout ça. Parce qu'annoncer à des moldus -je n'irais pas dire des proches, pas à ce point, mais les rares fois où je l'ai fait, je l'ai fait avec des personnes en qui j'avais confiance... Annoncer, donc, la vérité à propos de qui je suis, de ce que je suis, ça m'est déjà arrivé. Bien que je n'ai jamais eu l'occasion de le faire au Japon, le contexte en sera donc forcément différent. Il ne sait pas si ça va vraiment l'aider, l'avancer, mais il peut tenter. J'étais en Europe de l'Est la première fois que c'est arrivé, en plein milieu du froid hivernal de Russie. Je venais de quitter Londres, avec une vision toute nouvelle du monde Moldu et de ses habitants. Mettons que j'étais un peu plus... Ouvert face à tout ça qu'auparavant. Et cette ouverture-là, j'étais persuadé, à l'époque, qu'elle serait partagée. Après tout, si j'avais pu comprendre et accepter les différences, ça devait être valable dans l'autre sens, n'est-ce pas ? J'étais avec ce que je pensais être un ami -ou peut-être pas tout à fait, mais c'était plus d'une simple connaissance- et au détour d'un verre, j'avais fini par lui dire pourquoi j'étais là, quel était mon but, ce que je cherchais. Pour faire court, parler de créatures magiques avec un Russe presqu'ivre, totalement fermé à tout ça, c'était une très, très mauvaise idée. Pendant très longtemps, j'ai fini par ne partager tout ça qu'avec ceux qui le vivaient aussi, ceux qui étaient...  « Comme moi ». C'est en Afrique du Sud, que j'ai réitéré l'expérience, une boule au ventre. Mais l'homme avec moi avait cherché à me faire découvrir son pays, sa culture. Avait veillé à ce que je vive une réelle expérience qui m'aura marqué à vie, et je voulais lui rendre la pareille. La différence entre ces deux cas, c'est que dans le premier, quelque chose me dérangeait, avant même que j'en parle. Dans le second, malgré la peur, ça me semblait... Évident. Et cette fois là, je n'ai eu aucune raison de regretter avoir parlé. La peur peut vous empêcher de faire bien des choses. La peur des réactions des personnes face à vous. La peur de ce qu'on va bien pouvoir vous dire. De ce qui peut vous être fait. Mais parfois, il faut la dépasser. Je ne parle pas de l'ignorer, de l'oublier, c'est un coup à se laisser aveugler par la témérité. Mais de faire avec, de la comprendre, de l'accepter, et d'agir malgré tout si ça vous semble être la chose à faire, si le contexte vous semble adapté. C'est tout ce qu'il peut lui donner, comme conseil. Maintenant, c'est à vous de voir si c'est le cas. Ne le faites pas si vous vous en sentez obligée. Il faut que ça vienne de vous, que vous écoutiez vos tripes. Et quelle que soit la réponse à tout ça... Faites vous confiance.





©️ Moutarde

Revenir en haut Aller en bas
Sakura Swanson-Okada
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : 7e année
Célébrité : Masaki Sato
Pseudo : Estelle ⊹ .sparkle Âge : 27 Parchemins : 502 Gallions : 641 Date d'inscription : 28/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1519-sakura-i-m-famous-it-s-my-job http://www.mumblemumps.com/t1523-sakura-don-t-mess-with-me http://www.mumblemumps.com/t1635-sakura-laissez-un-message-apres-le-bip http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Sakura & Johannes
an apple a day keeps anyone away
if you throw it hard enough
Envoyer des hiboux à des moldus était plutôt risqué. Ils n’avaient pas l’habitude de communiquer de cette façon. Ses amies se poseraient des questions. Elles se demanderaient forcément pourquoi Sakura utilisait ces oiseaux pour faire passer ses messages. Alors elle pouvait tenter de cacher son secret ou elle pouvait le révéler à quelqu’un. Seulement, c’était probablement interdit. Sakura ne se faisait pas d’illusions. Les sorciers ne devaient pas se révéler aux moldus, que ce soit au Royaume-Uni ou au Japon. Maintenant que Sakura était majeure dans le monde des sorciers, c’était peut-être différent. La Japonaise demanda l’avis du concierge sur ce qu’il ferait s’il était à sa place. « J'aimerais pouvoir vous dire que la réponse est toute trouvée. Qu'elle est évidente. Qu'elle vous conviendra. Mais je ne connais pas suffisamment vos proches pour pouvoir anticiper leur réaction, et je m'en voudrais de vous inciter à faire quelque chose qui vous blesserait. » Répondit monsieur Rosenberg. Sakura voulait simplement un avis, elle se doutait bien qu’il ne lui apporterait pas la solution miracle. Il poursuivit : « Ce dont je peux vous parler, en revanche, c'est de mon propre vécu face à tout ça. Parce qu'annoncer à des moldus -je n'irais pas dire des proches, pas à ce point, mais les rares fois où je l'ai fait, je l'ai fait avec des personnes en qui j'avais confiance... Annoncer, donc, la vérité à propos de qui je suis, de ce que je suis, ça m'est déjà arrivé. Bien que je n’aie jamais eu l'occasion de le faire au Japon, le contexte en sera donc forcément différent. » Sakura acquiesce. S’il l’avait déjà fait, alors c’était qu’on avait le droit. Il fallait sans doute avoir confiance en la personne, et si cela se passait mal, il restait toujours l’option d’effacer la mémoire du moldu. Mais pour cela, il fallait le voir en vrai et donc, ne pas être coincé à Poudlard. Au départ, Sakura ne pensait pas vraiment à révéler qu’elle était une sorcière, mais elle commençait à se demander si elle ne devrait pas en parler à celle dont elle était très proche dans son groupe. « J'étais en Europe de l'Est la première fois que c'est arrivé, en plein milieu du froid hivernal de Russie. Je venais de quitter Londres, avec une vision toute nouvelle du monde Moldu et de ses habitants. » Sakura se cala un peu plus sur son siège, attentive. Elle avait l’impression que le concierge était en train de lui raconter une histoire. C’était le cas, car c’était son histoire à lui. Mais il avait l’éloquence d’un conteur d’histoire. « Mettons que j'étais un peu plus... ouvert face à tout ça qu'auparavant. Et cette ouverture-là, j'étais persuadé, à l'époque, qu'elle serait partagée. Après tout, si j'avais pu comprendre et accepter les différences, ça devait être valable dans l'autre sens, n'est-ce pas ? » Elle hoche la tête. Elle comprenait le raisonnement. Elle aussi était très ouverte sur le monde moldu. Pourquoi pas l’inverse ? C’était plutôt cool d’avoir des pouvoirs magiques. « J'étais avec ce que je pensais être un ami -ou peut-être pas tout à fait, mais c'était plus d'une simple connaissance- et au détour d'un verre, j'avais fini par lui dire pourquoi j'étais là, quel était mon but, ce que je cherchais. Pour faire court, parler de créatures magiques avec un Russe presqu'ivre, totalement fermé à tout ça, c'était une très, très mauvaise idée. Pendant très longtemps, j'ai fini par ne partager tout ça qu'avec ceux qui le vivaient aussi, ceux qui étaient... comme moi. » Le concierge semblait avoir vécu de grandes aventures dans sa vie… pour un concierge. Sakura se demandait si Kaho, son amie, réagirait mal à la nouvelle comme ce Russe. Elle n’était pas fermée d’esprit, Sakura en était persuadée.

« C'est en Afrique du Sud, que j'ai réitéré l'expérience, une boule au ventre. Mais l'homme avec moi avait cherché à me faire découvrir son pays, sa culture. Avait veillé à ce que je vive une réelle expérience qui m'aura marqué à vie, et je voulais lui rendre la pareille. La différence entre ces deux cas, c'est que dans le premier, quelque chose me dérangeait, avant même que j'en parle. Dans le second, malgré la peur, ça me semblait... évident. » Ce dernier mot marqua Sakura. C’était évident pour elle aussi, pour Kaho. Peut-être pas pour les autres, mais pour elle, oui. Elle était sa meilleure amie dans son groupe, elle comprendrait sûrement. Sakura était impatiente d’entendre la suite de l’histoire. « Et cette fois-là, je n'ai eu aucune raison de regretter avoir parlé. » La Japonaise était très soulagée d’entendre qu’un moldu avait accepté ce qu’il était. Elle n’avait pas entendu beaucoup d’histoires similaires, si ce n’était celle de ses parents. « La peur peut vous empêcher de faire bien des choses. La peur des réactions des personnes face à vous. La peur de ce qu'on va bien pouvoir vous dire. De ce qui peut vous être fait. Mais parfois, il faut la dépasser. Je ne parle pas de l'ignorer, de l'oublier, c'est un coup à se laisser aveugler par la témérité. Mais de faire avec, de la comprendre, de l'accepter, et d'agir malgré tout si ça vous semble être la chose à faire, si le contexte vous semble adapté. » Sakura avait peur de ne pas être acceptée. Elle avait beau se répéter qu’elle était forte, il était normal qu’elle ait peur. Elle tenait beaucoup à ses amies, elle ne voulait pas se faire rejeter ou qu’on la prenne pour un monstre. Ce que lui disait le concierge, même s’il parlait beaucoup, faisait sens à ses yeux. « Maintenant, c'est à vous de voir si c'est le cas. Ne le faites pas si vous vous en sentez obligée. Il faut que ça vienne de vous, que vous écoutiez vos tripes. Et quelle que soit la réponse à tout ça... Faites-vous confiance. » Conclut le concierge en lui laissant à présent la parole. La Japonaise était très impressionnée par toutes les paroles de cet homme et par la justesse de ses propos. Elle ne pensait pas avoir une conversation aussi profonde en arrivant dans ce bureau qu’elle croyait être celui des professeurs. « Merci pour vos conseils et pour cette histoire… il y a beaucoup de sagesse dans ce que vous dites… On voit que vous avez eu beaucoup d’expériences dans la vie. Enfin… c’est normal, à votre âge… Vous avez aussi beaucoup voyagé. Je suis impressionnée. » Elle n’avait été qu’au Japon, à Durmstrang, à Londres et Poudlard. C’est bien sûr au Japon qu’elle avait le plus voyagé, avec son groupe, pour les concerts et les évènements promotionnels.

« Pour l’instant, je ne sais pas si le contexte s’y prête… parce que c’est quelque chose que j’aimerais révéler de vive voix, pas à travers une lettre. J’aimerais pouvoir voir la réaction de mon amie, un peu comme vous et cet homme d’Afrique du Sud. Avec elle aussi, je suis sûr que ce serait évident… si je l’avais face à moi à nouveau. D’ailleurs, j’ai déjà failli le lui révéler, il y a quelques années. » A cette époque, Sakura était encore jeune et à Durmstrang, elle aurait probablement été punie si on avait découvert qu’elle avait révélé le secret du monde de la magie. « Je pense qu’elle serait la seule à qui j’en parlerais… J’ai confiance en elle. » Sakura avait confiance envers les autres membres de son groupe aussi, elles étaient ses amies, mais c’était différent. Kaho et elle, elles étaient presque comme deux sœurs. En déviant un tout petit peu du sujet, elle enchaîna : « Vous savez, ma mère est moldue, mon père est sorcier. Alors… il a bien fallu qu’il lui révèle qu’il avait des pouvoirs un jour. Mais mes parents étaient amoureux… elle l’a forcément accepté. Peut-être que si mon amitié avec Kaho est aussi forte que l’amour entre mes parents, ça peut fonctionner. » Sakura balança ses pieds sous la table, ils ne touchaient que brièvement le sol, elle était assez petite. Elle s’arrêta et ne put retenir un léger soupir. Elle n’était pas tellement plus avancée. « Si j’ai bien compris, vous aussi, vous pensez que je ne suis pas prête de la voir face-à-face, n’est-ce pas ? Avec cette histoire d’épidémie, on est pas près d’avoir des vacances. Vous aussi, vous êtes coincé à Poudlard ? » Demanda la jeune fille à monsieur Rosenberg. Sakura se demandait s’il avait dû cesser ses voyages parce qu’il était bloqué au château et à Pré-au-Lard comme eux ou s’il pouvait s’échapper. C’était un adulte, il avait peut-être la possibilité de se rendre ailleurs.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Johannes L. Rosenberg
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Concierge
Célébrité : Dan Avidan
Pseudo : Zire Âge : 24 Parchemins : 1197 Gallions : 935 Date d'inscription : 22/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1268-what-am-i-willing-to-put-up-wit http://www.mumblemumps.com/t1275-johannes-you-can-t-open-up-the-story-of-my-life-and-just-go-to-page-738-and-think-you-know-me http://www.mumblemumps.com/t1304-johannes-i-am-the-unicorn-wizard http://www.mumblemumps.com/t2074-journal-de-zire



An apple a day keeps anyone away

ft. sakura swanson-okada


Merci pour vos conseils et pour cette histoire… « Cette histoire ». Elle n'est pas la première à comparer ce qu'il peut bien raconter à des histoires, et peut-être qu'elle a raison, dans le fond. Son ton, ses mots, ils ont ce quelque chose qui s'apparente à ceux d'un récit. Alexis le lui a dit plus d'une fois, par le passé. Ses anciens collègues aussi. Ça lui arrache un sourire. Il y a beaucoup de sagesse dans ce que vous dites… On voit que vous avez eu beaucoup d’expériences dans la vie. Enfin… c’est normal, à votre âge… Vous avez aussi beaucoup voyagé. Je suis impressionnée. Il est certain que ses voyages lui ont beaucoup apporté, surtout sur le plan humain et sur le plan personnel. Il n'a jamais regretté son départ de chez lui. Pas même après sa confrontation avec Zephÿr. Ça lui a permis de grandir, de se trouver une version de lui qui ne le rend pas malade. Ça lui a permis de rencontrer cette Anglaise dont il peine à se passer. Ça lui a permis de se rapprocher de personnes qu'il n'aurait jamais rencontrées dans d'autres circonstances, ou qu'il n'aurait jamais traitées de la même manière. Pour l’instant, je ne sais pas si le contexte s’y prête… parce que c’est quelque chose que j’aimerais révéler de vive voix, pas à travers une lettre. Il le comprend parfaitement. Il n'aurait jamais révélé quoi que ce soit à qui que ce soit à travers des mots écrits à la plume. Qu'elle ne veuille pas non plus le faire semble plus que normal. J’aimerais pouvoir voir la réaction de mon amie, un peu comme vous et cet homme d’Afrique du Sud. L'angoisse qui lui serrait les tripes, il s'en souvient encore vivement aujourd'hui, sans la moindre difficulté. Cette peur de ce qui allait arriver. Puis cette joie de voir que tout allait bien se passer, que l'information était accueillie comme une bonne nouvelle. C'est une expérience unique, et quelque part, il la lui souhaite. Avec elle aussi, je suis sûr que ce serait évident… si je l’avais face à moi à nouveau. D’ailleurs, j’ai déjà failli le lui révéler, il y a quelques années. Je pense qu’elle serait la seule à qui j’en parlerais… J’ai confiance en elle. L'Allemand acquiesce doucement, pour signifier qu'il comprend. Elle a confiance. Suffisamment pour avoir hésité par le passé à tout lui dire. Il ne sait pas ce qui lie exactement les deux demoiselles, ne connait pas la force de leur amitié, mais si elle lui fait confiance à ce point, alors il se permet d'espérer que tout va bien se passer pour la jeune Japonaise. Elle mérite quelqu'un en qui avoir confiance, même pour ce genre de choses. Il ne la connait pas vraiment non plus, mais il a cette certitude. Idiote, peut-être. Qui sait ? Pas lui, mais ça n'importe pas.

Vous savez, ma mère est moldue, mon père est sorcier. Alors… il a bien fallu qu’il lui révèle qu’il avait des pouvoirs un jour. Mais mes parents étaient amoureux… elle l’a forcément accepté. Peut-être que si mon amitié avec Kaho est aussi forte que l’amour entre mes parents, ça peut fonctionner. Il ne dit rien, pas immédiatement, mais l'information -ou plutôt la remarque qui l'accompagne- le pousse à hausser un sourcil. Il ne sait pas s'il devrait se permettre une remarque à ce sujet, et décide finalement de la garder pour lui, peu enclin à lui ajouter des doutes.  Mais il ne peut s'empêcher de penser que parfois, l'amour ne suffit pas face à ce genre de situation. Si celle de ses parents est belle, elle est loin de ressembler à toutes celles connues par ceux qui ont tenté leur chance. Si j’ai bien compris, vous aussi, vous pensez que je ne suis pas prête de la voir face-à-face, n’est-ce pas ? Avec cette histoire d’épidémie, on est pas près d’avoir des vacances. Vous aussi, vous êtes coincé à Poudlard ? A son tour de soupirer. Il la lâche du regard, ce dernier couvrant rapidement sa salle, ses papiers, ses livres, tout ce qui s'y trouve. Ce bureau, il s'y fait, doucement. Mais il aurait aimé s'en séparer quelques temps cet été. Il aurait aimé avoir la chance de prendre un peu l'air, un peu le large, surtout après tout ce qui s'est passé dans les cuisines du château. Il n'en a pas eu la chance, alors il s'est terré comme il pouvait, évitant presque tout le monde. « Coincé ». Que le terme est juste. On peut dire ça, oui. Ils n'ont laissé personne s'éloigner de Poudlard ou Pré-au-Lard ces derniers mois. Et en un sens, c'est peut-être mieux comme ça. Pas qu'ils bloquent tout le monde ici, non, mais que les adultes ne connaissent pas de traitement de faveur. Est-ce qu'il en aurait profité, si on lui avait dit qu'il pouvait partir pour quelques semaines ? Bien sûr, sans le moindre doute. Est-ce qu'il aurait culpabilisé ? Clairement. J'ai bien peur que nous en ayons pour un moment. J'ignore combien de temps ils comptent maintenir la quarantaine, mais pour peu qu'elle se prolonge, ce que je crains fortement, je doute qu'ils nous laissent prendre du temps loin de l'Angleterre avant un bon bout de temps. Après un an, il lui semble improbable qu'ils décident de les lâcher dans la semaine à venir. Ça vous laissera le temps de vous préparer à l'éventualité d'une révélation. Johan tente de trouver un point positif, mais ils semblent peu nombreux, surtout pour une élève qui n'a qu'un souhait : quitter cette école.

Si vous n'êtes pas pressée, je peux vous servir quelque chose à boire, si vous le souhaitez. Il apprécie sincèrement sa discussion avec elle jusqu'ici, et ne serait pas contre continuer un peu, à échanger sur les différentes cultures, sur les voyages qu'elle a dû faire, sur ce qu'elle ressent. Peut-être qu'il devrait arrêter de se poser comme ça, avec les élèves. Qu'il devrait prendre un peu de distance avec eux, marquer la limite entre le personnel et les étudiants. Mais ils sont plusieurs à avoir ce quelque chose qui attise sa curiosité, qui le pousse à vouloir discuter avec eux, vouloir voir ce qui se passe dans leur tête. Ils sont parfois jeunes, mais bien plus souvent intéressants. Sakura, elle a ce quelque chose. Mais il ne veut la forcer à rien.





©️ Moutarde

Revenir en haut Aller en bas
Sakura Swanson-Okada
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : 7e année
Célébrité : Masaki Sato
Pseudo : Estelle ⊹ .sparkle Âge : 27 Parchemins : 502 Gallions : 641 Date d'inscription : 28/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1519-sakura-i-m-famous-it-s-my-job http://www.mumblemumps.com/t1523-sakura-don-t-mess-with-me http://www.mumblemumps.com/t1635-sakura-laissez-un-message-apres-le-bip http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

an apple a day
keeps anyone away


Kaho manquait beaucoup à Sakura. Elle aurait aimé pouvoir lui révéler qu’elle était une sorcière et ainsi, elle aurait pu lui écrire plus souvent. Kaho ne se serait pas étonnée de voir un hibou apporter une lettre si elle connaissait la vérité. Malheureusement, ce n’était pas le cas. Sakura comptait donc toujours sur sa sœur pour l’aider à communiquer avec ses amies. D’un côté, elle avait la chance que sa sœur fasse ses cours à domicile puisque Durmstrang n’avait toujours pas réouvert, d’un autre, la Japonaise était triste pour sa petite sœur parce qu’elle ratait des expériences intéressantes. Sakura parla au concierge du cas de ses parents, puis du huis-clos dont ils étaient victimes. Le concierge poussa un soupir. Il avait l’air désespéré par la situation lui aussi. « On peut dire ça, oui. Ils n'ont laissé personne s'éloigner de Poudlard ou Pré-au-Lard ces derniers mois. Et en un sens, c'est peut-être mieux comme ça. Pas qu'ils bloquent tout le monde ici, non, mais que les adultes ne connaissent pas de traitement de faveur. » Peut-être qu’il avait raison. Sakura n’avait jamais vu la situation sous cet angle. Elle trouvait quand même cela dommage que les adultes ne puissent pas faire ce qu’ils voulaient. Être adulte, c’était avoir plus de libertés, c’était de cette façon qu’elle voyait les choses. La Japonaise ne pouvait pas cacher sa déception. Si les adultes ne pouvaient même pas s’échapper, alors elle, elle resterait coincée à jamais dans ce château loin du monde qu’elle désirait retrouver. « J'ai bien peur que nous en ayons pour un moment. J'ignore combien de temps ils comptent maintenir la quarantaine, mais pour peu qu'elle se prolonge, ce que je crains fortement, je doute qu'ils nous laissent prendre du temps loin de l'Angleterre avant un bon bout de temps. » Sakura se demandait ce qui était arrivé aux élèves de septième année qui n’avaient pas décidé de poursuivre les cours en GISIS. Est-ce qu’ils avaient été obligés de trouver un emploi dans le village sorcier ? Elle n’avait rien remarqué. Mais en même temps, elle ne s’intéressait pas à tous les élèves. Si cette quarantaine n’était pas levé avant la fin de l’année scolaire, qu’adviendrait-il d’elle ? Elle comptait réussir sa septième année, puis arrêter ses études. Plus personne ne pourrait lui reprocher quoique ce soit, elle aurait fait l’effort d’aller jusqu’au bout. « Ça vous laissera le temps de vous préparer à l'éventualité d'une révélation. » Ajouta le concierge en essayant de trouver du positif dans l’histoire. L’idole croisa les bras et réfléchit. Elle réfléchit tellement qu’elle commençait à avoir mal à la tête. « Oui, vous avez sans doute raison… » Sakura n’était peut-être pas encore tout à fait prête à révéler son secret. Elle avait encore des aventures à vivre à Poudlard. Elle voulait rester encore un peu plus longtemps. L’idéal aurait été de pouvoir concilier ses études et sa carrière, comme elle le faisait avant à Durmstrang. S’ils avaient des vacances, s’ils avaient la permission de quitter Poudlard, avec le transplanage, cette option aurait éventuellement pu être possible. La chance n’était pas de son côté. Sakura ne voulait pas y voir un mauvais présage, mais elle commençait à avoir peur pour son avenir professionnel dans le monde moldu. Au moins, le jour où elle reviendrait, Sakura pourrait les épater avec son anglais bilingue, eux qui ne savaient pas que son père était britannique.

« Si vous n'êtes pas pressée, je peux vous servir quelque chose à boire, si vous le souhaitez. » Les yeux de Sakura se mirent à pétiller d’une si gentille attention. Au départ, elle était arrivée dans le bureau par erreur et avait eu l’impression de s’imposer, mais finalement, il voulait qu’elle reste un peu plus longtemps en lui proposant quelque chose à boire. Sakura était si heureuse qu’elle hocha vivement la tête. « C’est gentil. Je veux bien… de l’eau… s’il vous plait. » Le concierge devait bien avoir de l’eau. Elle ne savait pas ce qu’elle pouvait demander d’autre, mais de l’eau, c’était déjà très bien. Elle aimait l’eau. « Oh… » Marmonna-t-elle tout en se penchant pour récupérer son sac qu’elle avait posé au sol. Elle fouilla un peu dedans et en sortit un petit bocal contenant des bonbons de son pays. Elle en avait toujours sur elle. Ces bonbons, elle les adorait. Ils étaient colorés et mignons à la fois, et sucrés, puisqu’ils étaient faits de sucre. « Vous en voulez ? Ce sont des bonbons au sucre qu’on appelle konpeito. C’est japonais. » Elle ouvrit le bocal en verre et le posa sur le bureau, laissant le concierge se servit s’il le voulait. Elle posa le couvercle à côté. Elle en prit un et le mit dans sa bouche, un grand sourire illumina son visage. Son pays lui manquait, mais parfois, avec de simples choses, elle le retrouvait pendant quelques secondes. Ces bonbons, elle en mangeait depuis qu’elle était toute petite. Dans le pot, il y en avait à plein de goûts comme le citron, la fraise, la cerise, mais aussi la fleur de cerisier. Sa mère en avait acheté exprès pour elle et lui avait apporté le pot pendant les vacances d’été. Elle avait promis de les partager avec ses camarades. Le concierge, il comptait, n’est-ce pas ? « Je suppose que je devrais essayer de profiter de Poudlard alors… jusqu’à ce que la quarantaine soit levée et que je puisse rentrer chez moi. J’espère que ça arrivera avant la fin de l’année scolaire. Je crois que je ne pourrais pas supporter l’idée de m’inscrire en GISIS. De toute façon, j’ai pas le niveau. J’ai vraiment cru que j’allais pas passer en septième année d’ailleurs. Et si je tombais malade… j’aurais vraiment pas de chance. » Elle changeait d’un coup de sujet, au fil de ses pensées, un peu emmêlées. Il y avait tellement de choses dont elle voulait parler au concierge, il lui offrait un verre d’eau, mais elle avait peur de ne pas avoir assez de temps pour tout dire, alors elle en disait le plus possible, inconsciemment. Elle reprit son sujet initial : « Vous savez que j’ai eu piètre dans trois matières ? Et même un désolant. Heureusement, le reste a dû rattraper… et ma lettre de motivation aussi. Vous étiez bon à l’école, vous ? » Voilà, maintenant, on n’arrêtait plus Sakura. Dans quelle matière fallait-il être bon pour devenir concierge ? Elle ne voulait pas devenir concierge, elle voulait continuer à être idole, voire être actrice par la suite, mais c’était utile de savoir ce que le concierge avait fait avant. Est-ce qu’il le lui avait déjà dit ? Mince, elle ne s’en souvenait plus. Il fallait vraiment qu’elle apprenne à écouter un peu mieux et à retenir ce qu’on lui disait. Comme le dit l’expression, avec Sakura, les informations entrent souvent par une oreille et ressortent par l’autre.

-- Sakura & Johannes --
made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Johannes L. Rosenberg
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Concierge
Célébrité : Dan Avidan
Pseudo : Zire Âge : 24 Parchemins : 1197 Gallions : 935 Date d'inscription : 22/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1268-what-am-i-willing-to-put-up-wit http://www.mumblemumps.com/t1275-johannes-you-can-t-open-up-the-story-of-my-life-and-just-go-to-page-738-and-think-you-know-me http://www.mumblemumps.com/t1304-johannes-i-am-the-unicorn-wizard http://www.mumblemumps.com/t2074-journal-de-zire



An apple a day keeps anyone away

ft. sakura swanson-okada


C’est gentil. Je veux bien… de l’eau… s’il vous plait De l’eau. Le choix est simple, très simple, peut-être trop simple, mais si c’est ce qu’elle désire, alors il n’ira pas la forcer à boire autre chose. Il prend son hésitation pour un simple temps de réflexion, et se dit que de toute façon, si elle change d’avis, elle pourra toujours lui demander autre chose. Il n’ira pas le lui refuser juste parce qu’il le peut. Mais ça, il ne le dit pas, parce que ça lui semble évident. Peut-être qu’il devrait le faire. Il ne prend pas assez de temps pour s’attarder là-dessus pour réaliser que ce serait une bonne idée. Qu’importe. Oh… Johan est debout, en train de remplir un verre attrapé dans le placard dans lequel il garde sa « vaisselle » d’un simple coup de baguette, le sort suffisamment simple pour qu’il ne se pose pas la question, quand il l’entend fouiller dans son sac, et il se tourne à peine pour l’observer du coin de l’œil, curieux. Le bocal qui se trouve ensuite entre ses mains achève d’accaparer son attention et il retourne à son bureau sans même fermer les portes du placard, poussant le verre plein dans la direction de la demoiselle. Vous en voulez ? Ce sont des bonbons au sucre qu’on appelle konpeito. C’est japonais. Le nom sonne vaguement familier, mais il n’a aucune certitude. Peut-être qu’il en a déjà entendu parler. Il ne croit pas en avoir déjà goûté. Amateur de sucre, il ne va pas laisser passer l’offre, attendant simplement que la jeune japonaise se serve d’abord, observant sa réaction. Il est des choses simples qui suffisent à apporter un peu de bonheur, même quand les choses semblent au plus bas. Il est des choses simples qui réveillent un sentiment de joie, quand d’autres choses échouent même si elles sont faites avec les meilleures intentions du monde. Ces bonbons, ils semblent allumer en elle une petite étincelle qui suffit à changer son expression du tout au tout. Et quelque part, il pense savoir pourquoi : ça vient de chez elle. C’est un lien avec son pays, évident, d’une simplicité enfantine, mais qui doit être lié à un certain nombre de souvenirs, d’une manière ou d’une autre. Alors, face à ce sourire qui illumine son visage, il se laisse d’autant plus tenter, attrapant l’une de ces sucreries entre son index et son majeur, le glissant entre ses lèvres pour laisser surprendre par la cerise qu’il reconnaît presque immédiatement. Il le laisse rouler sur sa langue, laissant un bruit approbateur remonter son torse.

Je suppose que je devrais essayer de profiter de Poudlard alors… jusqu’à ce que la quarantaine soit levée et que je puisse rentrer chez moi. Le concierge acquiesce doucement, du même avis qu’elle. Puisqu’ils n’ont pas le choix, puisqu’ils vont devoir rester là, autant en profiter un minimum, essayer de trouver quelque chose de bien, d’intéressant, au milieu de tout ce brouillard sombre qu’ils traversent. Ça ne peut leur être que bénéfique. Parce que se contenter de laisser le temps passer, à ruminer, à broyer du noir, ne va pas aider le temps à paraître moins long, ni rendre tout ça plus supportable. J’espère que ça arrivera avant la fin de l’année scolaire. Je crois que je ne pourrais pas supporter l’idée de m’inscrire en GISIS. Pourtant, de ce qu’il en a vu, les filières lui semblent être un minimum intéressantes. Mais il est vrai que si elle n’attend que son départ de l’école, les deux années supplémentaires nécessaires pour ce parcours ne doivent être que torture. Il n’a pas le temps de vraiment y réfléchir. De toute façon, j’ai pas le niveau. J’ai vraiment cru que j’allais pas passer en septième année d’ailleurs. Et si je tombais malade… j’aurais vraiment pas de chance. Il ne l’espère pas. Il ne l’espère pour personne. Il n’a pas la moindre idée de la finalité de cette maladie, de l’état dans lequel elle va laisser ceux qui sont touchés. Personne ne le sait, de ce qu’il a compris. Lui qui n’ose pas aller voir celui à qui il a l’impression de le devoir, il n’arrive pas à s’imaginer tout ça. Peut-être qu’elle est fatale. Il veut croire que non. Il doit croire que non. Il ne supporterait pas cette idée. Pas avec son frère touché. Pas avec tout ces élèves, toutes ces personnes concernées. Quel désastre ce serait. Vous savez que j’ai eu piètre dans trois matières ? Et même un désolant. Heureusement, le reste a dû rattraper… et ma lettre de motivation aussi. Non, il ne le savait pas, mais il se doute que la question est rhétorique. Effectivement, pour qu’elle parvienne à passer en année supérieure, quelque chose a dû jouer en sa faveur. Et c’est une bonne chose, parce que redoubler, c’est prendre une année de plus ici, ce qu’elle ne souhaite pas. Alors peut-être qu’il vaut mieux ne pas se poser la question, accepter la chose telle qu’elle est. Vous étiez bon à l’école, vous ? La question surprend l’Allemand, parce que l’élève semble vraiment s’intéresser à ce qu’il peut avoir à dire, qu’elle n’a pas l’air de le faire uniquement parce qu’elle souhaite meubler la conversation, faire passer le temps. Je… n’y suis pas allé, à vrai dire. J’ai été scolarisé à domicile, tout comme mon frère. Pour le coup, vous devez certainement mieux connaître Durmstrang que moi, puisque tout ce que je sais à son sujet est ce dont j’ai entendu parler au détour d’un repas de famille. Il prend la question au pied de la lettre, et quand il le réalise, il se dit qu’il peut tout de même y répondre. Parce qu’il a quand même eu une scolarité. En revanche, j’ai bien eu des professeurs, même si le contexte était différent. Et, effectivement, j’étais bon. Excellent, même, si j’ose le dire. Il ose le dire. J’avais… ce besoin de faire mieux que tout le monde, de prouver que je pouvais toujours être un niveau au-dessus. Ce qui n’était pas forcément sain, mais m’a beaucoup aidé, j’imagine. Elle n’a pas besoin de tous les détails, aussi se contente-t-il de ça. Et en un sens, ça m’a à la fois beaucoup servi, et pas vraiment. Avoir des connaissances, c’est une bonne chose, mais quand arrive la pratique… C’est une autre histoire. J’ai probablement plus appris durant mes années de voyage que comme ça. Mais il s’agit de deux types d’enseignement très différents, chacun ayant ses avantages. Il pense à voix haute plus qu’autre chose. Pourquoi cette question ? Très certainement par curiosité, mais demander ne lui coûte rien.





©️ Moutarde

Revenir en haut Aller en bas
Sakura Swanson-Okada
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : 7e année
Célébrité : Masaki Sato
Pseudo : Estelle ⊹ .sparkle Âge : 27 Parchemins : 502 Gallions : 641 Date d'inscription : 28/03/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1519-sakura-i-m-famous-it-s-my-job http://www.mumblemumps.com/t1523-sakura-don-t-mess-with-me http://www.mumblemumps.com/t1635-sakura-laissez-un-message-apres-le-bip http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

an apple a day
keeps anyone away


Après avoir partagé des bonbons de son pays natal, Sakura prit le verre d’eau que lui avait servi son interlocuteur et en but une longue gorgée. Elle était heureuse de voir qu’il les appréciait. Elle devrait trouver quelque chose à apprécier à Poudlard qui la motiverait à rester si la quarantaine était levée. Elle pourrait se plonger dans ses études histoire d’en avoir terminé à la fin de sa septième année. Il lui faudrait beaucoup de courage et de travail pour y arriver, mais il lui fallait plus pour la motiver à continuer sur ce chemin. Heureusement, elle avait eu un déclic en fin d’année dernière. Elle pouvait compter sur le soutien de ses amis. Sakura continuait à parler à un débit impressionnant. Elle aurait pu continuer des heures sur le même rythme, mais elle savait aussi parfois s’arrêter et s’intéresser à la personne face à elle. Elle était forte à ce jeu, même si ce n’en était pas un. Elle avait beaucoup à apprendre de la vie des autres et le concierge avait vécu beaucoup d’expériences différentes des siennes. Elle lui demanda s’il était fort à l’école à son époque. Sakura, qui avait une opinion sur tout jusqu’à présent, ne savait pas trop dans quelle catégorie d’élève le classer. « Je… n’y suis pas allé, à vrai dire. J’ai été scolarisé à domicile, tout comme mon frère. » La réponse du concierge choqua la Japonaise. Il n’avait pas été scolarisé ? Personne ne l’y avait obligé ? Enfin, il avait été scolarisé à domicile, c’était différent, mais c’était une option qu’on ne lui avait pas donné à elle. Pourtant, des cours à domicile lui auraient permis de poursuivre sa carrière dans le monde des moldus en même temps. Le sorcier poursuivit : « Pour le coup, vous devez certainement mieux connaître Durmstrang que moi, puisque tout ce que je sais à son sujet est ce dont j’ai entendu parler au détour d’un repas de famille. » Durmstrang avait été une école formatrice, Sakura se demandait ce que cela aurait fait d’être scolarisée à la maison. Si elle n’avait pas été à Durmstrang, il y aurait sûrement certaines formes de magie qu’elle n’aurait pas apprises, certaines personnes qu’elle n’aurait pas rencontrées. « En revanche, j’ai bien eu des professeurs, même si le contexte était différent. Et, effectivement, j’étais bon. Excellent, même, si j’ose le dire. » Sakura sourit devant l’assurance du concierge. Alors il avait été bon élève, et même très bon élève, d’après ses dires. Et pourtant, il était maintenant un simple concierge. Sakura se demandait ce qui l’avait poussé à faire ce métier. « J’avais… ce besoin de faire mieux que tout le monde, de prouver que je pouvais toujours être un niveau au-dessus. Ce qui n’était pas forcément sain, mais m’a beaucoup aidé, j’imagine. » La Japonaise se retrouvait un peu dans les paroles de Rosenberg. Elle aussi, à une époque, essayait de prouver à tout le monde qu’elle pouvait à la fois être une excellente élève et une excellente idole. « Et en un sens, ça m’a à la fois beaucoup servi, et pas vraiment. Avoir des connaissances, c’est une bonne chose, mais quand arrive la pratique… C’est une autre histoire. J’ai probablement plus appris durant mes années de voyage que comme ça. Mais il s’agit de deux types d’enseignement très différents, chacun ayant ses avantages. » Sakura acquiesçait en absorbant les informations. Elle aussi, elle voudrait voyager. Mais en y réfléchissant, c’est grâce à ses études qu’elle connaissait d’autres pays et cultures que la sienne, que ce soit à Durmstrang ou à Poudlard. Elle comptait encore voir d’autres pays. Elle avait très envie d’aller en France avec un certain garçon.

« Pourquoi cette question ? » Demanda le concierge à la jeune fille après avoir répondu. Elle sortit de ses pensées. « Parce que vous êtes concierge. » Répondit-elle du tac au tac. Puis, réalisant qu’elle avait peut-être été un peu trop directe et que sa réponse pouvait être mal interprétée, elle ajouta : « Mais ce n’est pas une critique ! Je me demandais juste ce qui vous avait mené à ce métier… » Elle lui sourit afin qu’il n’ait aucun doute, elle ne le rabaissait pas dans son métier, même si elle avait été surprise d’apprendre qu’il n’était pas professeur au début. Rien qu’à l’entendre parler, elle trouvait le sorcier très intelligent. « J’aurais tellement aimé avoir des cours à domicile comme vous… Ça aurait été plus facile pour ma carrière. Et j’aurais pu voir ma petite sœur plus souvent si elle aussi, elle en avait. Un peu comme votre frère et vous. » Sa sœur lui manquait beaucoup, mais il fallait être forte, l’une comme l’autre. « Je ne sais pas quoi faire plus tard, mais je ne compte pas travailler dans le monde des sorciers. Après ma carrière d’idole, j’aimerais continuer à travailler dans le même monde. J’ai encore le temps pour y penser… elle est loin d’être finie, ma carrière. » Un pincement au cœur lui indiquait qu’une part d’elle pensait qu’elle était terminée. Si elle ne rentrait pas au Japon prochainement, elle risquait de l’être et si elle était virée, quelles seraient les chances pour qu’elle puisse continuer dans l’univers du divertissement ou des médias comme elle le souhaitait ? « Je crois que j’ai assez abusé de votre temps pour aujourd’hui, monsieur le concierge. » Sortit-elle d’un coup en se levant. Elle était résolue à continuer à chercher le professeur Abberline, il fallait qu’elle lui parle. Et si elle ne la trouvait pas aujourd’hui, elle le ferait très prochainement. « Vous pouvez les garder. » Dit-elle en poussant vers Rosenberg le petit bocal de bonbons. Elle en avait d’autres et sa famille pourrait lui en envoyer si elle venait à en manquer. « Discuter avec vous a été un réel plaisir. » Sakura s’inclina devant le concierge. Elle avait vraiment aimé cette conversation, qu’elle soit longue ou courte selon la perspective. Elle, elle ne l’avait pas trouvée si longue. Elle espérait qu’ils puissent à nouveau discuter un jour, au détour d’un couloir. Sakura s’assurerait de ne pas trop enfreindre le règlement pour ne pas lui ajouter du travail en plus. Et puis, cette fois, c’est sûr qu’elle n’oublierait jamais qui il était.

-- Sakura & Johannes --
made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
(sakura&johannes) an apple a day keeps anyone away
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Partenariat avec Green Apple *-*
» Sakura Shinji
» We were not meant to be together – ft. Apple
» { APPLE SPRING } • ressources avatars & codes
» Apple Spring

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: SAISON 2-
Sauter vers: