Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Ses purs ongles très hauts dédiant leur onyx .*.* Hortense

Alice Thears P.
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Première année à Serdaigle
Célébrité : Maisie de Krassel
Pseudo : Manu Âge : 92 Parchemins : 2611 Gallions : 1310 Date d'inscription : 30/07/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2205-alice-thears-presa-petite-ameri http://www.mumblemumps.com/t2216-alice-thears-presa-princesse-avec-de-minuscules-ailes#56072 http://www.mumblemumps.com/t2256-alma-chouette-qui-aime-sa-rapace-de-maitresse#57203

Ses purs ongles très hauts dédiant leur onyx



Il fallait croire que je commençais clairement à devenir de plus en plus adepte de petites virées à travers l’école et ce malgré toutes les restrictions. Jsais pas trop si je partais du principe que comme j’étais petite et mignonne je passerais bien inaperçue partout, ou que si j’utilisais la carte du ‘jsuis première année, jsavais pas, déso’ ça marcherait… Ou bien encore j’étais totalement inconsciente. En fait, jme posais pas trop la question parce que pour l’instant j’avais pas trop eu de soucis à me faire, et je voyais plus ce début d’année comme une suite de découvertes, désillusions et aventures : des trucs qui éblouissaient mes petits yeux, et d’autres qui voilaient un peu les fantasmes de gamine que j’avais pu mettre sur cette école. En fait, j’étais encore dans c’moment où on se laisse portée sans trop se poser de questions. Enfiiiin, ça dépendait pourquoi parce que bon, y’avait bien deux trois trucs que j’avais du mal à digérer, comme une série d’interrogations au sujet de l’épidémie, du pourquoi de notre venue en Angleterre, avec le danger que ça supposait, et Merlin pourquoi, oui : ô grand pourquoi n’y avait-il pas de glace ni parfum melon ni parfum framboise dans tous les desserts possibles et imaginables depuis le début de l’année ? Non parce que bon le reste… Jpouvais bien trouver quelques réponses possibles hein, mais pour la glace, c’était vraiment incompréhensible… Et on était bientôt mi-octobre, et bientôt les vents froids de l’hiver écossais empêcheraient toute douceur de ce type, ça c’était rien sur ! U.U

Bref ! Cette fois-ci, j’avais pas fait la pire des folies après les cours, parce que j’avais passé un bon moment à la bibliothèque, à flâner et lire tout ce qui me passait par les mains. Mais comme d’hab quand je me perdais dans les bouquins, quelques heures étaient passées sous mon nez sans que je les voie, et celle du dîner approchait à grands pas, autant que celle de la fermeture du lieu de culture par excellence. Et, du coup, jme retrouvais devant une impasse, parce que d’un côté ma faim de nourriture n’avait d’égale que ma faim de bouquins, et de l’autre, parce que j’avais remarqué un détail un peu relou avant de quitter les lieux : mes ongles avaient clairement beaucoup trop poussés entre le moment où je les avais limés ce midi et maintenant. Et comme une bonne bille, j’avais oublié toute chose qui m’aurait permis de remédier à ça, et jsavais pas trop si y’avait un sortilège pour régler ça rapidement. De toute façon, j’étais pas hyper douée niveau magie alors j’allais me cantonner aux sorts de première année et pas tenter des trucs un peu au ptit bonheur la chance, hein, clairement…

Bon, il était temps de prendre une décision… Est-ce qu’ils étaient si longs que ça… ? Oo Ça ressemblait quand même vachement à des griffes là… Valait mieux que jpasse par le dortoir. En plus, j’avais emprunté quatre bouquins et vu ma petite taille, jvous laisse imaginer la pile que ça représentait. Bref, voilà le plan, les filles (Ouiiiii Charliiiiiie !) : La biblio est au quatrième, on court jusqu’aux escaliers en espérant qu’ils ne nous jouent pas des tours, on file jusqu’au sixième, on passe par la salle commune des Serdaigle, en espérant qu’elle ne nous joue pas des tours, puis on court à nouveau jusque la Très Grande Salle au rez-de-chaussée, en espérant que… Ah bah non a priori la Très Grande Salle n’a aucune raison de nous jouer des tours hein… Bon après, on peut rencontrer un auror ou pire : le directeur !!! O.O Quel programme ! Bref, allez on fonce dans les couloirs histoire de rejoindre au plus vite le sixième ! … Evidemment c’était sans compter l’idée de foncer DANS QUELQU’UN au passage hein, sinon c’est trop simple. C’est pas comme si j’avais déjà pas beaucoup de temps hein. >.> En plus jsais pas pour elle (parce qu’a priori c’était une fille avec tous ces cheveux là), mais moi j’avais été balancé sur les fesses (en répartissant un peu partout baguette, livres et parchemins au passage) et ça faisait pas un bien fou hein. Hey mais si ça se trouve, c’était ma faute vu que je courais, non ? U.U Ohlala quel gobelin jpouvais être parfois ! (C’était pas un peu intolérant envers les gobelins c’que jdisais là, moi ?) Euh… Désolée… J’crois… ‘Fin j’espère que j’t’ai pas fait mal, non ? En vrai, j’avais pas encore regardé son visage, mais son odeur me frappa d’un coup : c’était un loup. Comme celui que j’avais rencontré à Salem. Rien de plus sur. Et c’étaient pas les meilleurs souvenirs, ça aussi c’était rien sur. Du coup, en relevant la tête : mouvement de recul incontrôlé et tentative de cacher ses mains et donc ses ongles. Ce qui était pas mal bête également vu que bon, rien que l’odeur, entre bêtes monstrueuses, ça suffisait…

Revenir en haut Aller en bas
Hortense Delacroix
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : 6ème année
Célébrité : Christina Nadin
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 297 Gallions : 135 Date d'inscription : 28/08/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2322-hortense-moonlight-night http://www.mumblemumps.com/t2330-hortense-liensrp http://www.mumblemumps.com/t2329-cerise-chouette-d-hortense http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Hortense & Alice
ses purs ongles très hauts dédiant leur onyx
C’était bientôt la pleine lune, celle du mois d’octobre. Chaque mois, c’était la même chose. Hortense était lycanthrope et subissait à chaque pleine lune une transformation qui la faisait affreusement souffrir avant, pendant et après. Avant la pleine lune, son corps était tendu, et elle était à fleur de peau. Dans son dortoir, Hortense se trouvait sur son lit, elle tentait de faire ses devoirs. Il lui fallait redoubler d’efforts pour réussir à se concentrer. Les cours l’avaient fatiguée et elle n’avait qu’une envie, dormir. Seulement, si elle dormait maintenant, elle peinerait à dormir le soir venu. Elle tentait de trouver dans ses livres des pistes pour répondre à son devoir, mais elle avait l’impression qu’il lui manquait des informations capitales. Ce devoir n’était que pour le lundi suivant, mais Hortense était obligée de s’avancer si elle voulait le rendre à temps. En effet, entretemps, il y aurait la pleine lune et elle serait trop fatiguée pour le terminer. Quand elle leva les yeux de son livre, elle se rendit compte que la nuit commençait à tomber. Frustrée, elle réalisa que les réponses n’étaient pas dans les livres qu’elle avait devant elle et qu’il fallait qu’elle fasse un tour à la bibliothèque. L’heure de la fermeture s’approchait, il ne fallait pas qu’elle traîne. Hortense demanda au préfet s’il voulait bien l’accompagner jusqu’au quatrième étage pour qu’on ne lui dise pas de retourner dans son dortoir dès qu’elle franchissait les portes de sa salle commune. Parfois, les aurors et professeurs n’étaient pas les plus compréhensifs. Xander avait accepté, Hortense et lui discutèrent un peu sur le chemin. Depuis son arrivée à Poudlard, Xander avait su gagner la confiance d’Hortense. C’était un bon préfet et un garçon sur qui on pouvait compter. Il n’avait jamais rien fait pour la rendre mal à l’aise. Comme prévu, il la laissa quand ils arrivèrent à l’étage de la bibliothèque. Elle le remercia, elle se sentait un peu moins tendue qu’en sortant de son dortoir grâce à lui, mais bien vite, elle se rappela qu’il fallait qu’elle se dépêche si elle voulait emprunter un ou deux livres avant que la bibliothèque ne ferme ses portes. En se dépêchant pour qu’on ne lui ferme pas les portes au nez, la Poufsouffle ne vit pas la jeune fille arriver, celle qui la percuta de plein fouet. Alors que cette dernière se retrouva projetée en arrière, Hortense réussit plus ou moins à rester sur ses deux jambes. En dehors du choc initial et du souffle coupé, elle n’avait pas eu mal. La jeune fille, qui avait l’air d’être en première ou deuxième année, était tombée sur les fesses et faisait la grimace. Elle fut la première à s’exprimer : « Euh… Désolée… J’crois… ‘Fin j’espère que j’t’ai pas fait mal, non ? » Elle était celle qui était les fesses à terre et pourtant, elle s’excusait. Hortense se demandait pourquoi elle était si pressée. La louve lui proposa sa main pour l’aider à se relever quand la jeune fille face à elle eut un mouvement de recul et se cacha les mains, comme si elle ne voulait pas saisir la sienne. Hortense fut surprise et légèrement blessée, c’était la première fois qu’on réagissait de cette façon face à elle et elle ne comprenait pas. Peut-être que la fatigue la rendait affreuse et qu’elle avait fait peur à cette Serdaigle, d’après son écusson sur son uniforme.

« Je ne vais pas te manger, tu sais. » S’exclama finalement Hortense, laissant entendre son léger accent français et baissant doucement sa main en comprenant que la jeune fille ne la saisirait pas. Elle se demanda alors si cette fille avait deviné qu’elle était lycanthrope. Il ne pouvait y avoir qu’une explication. Comment l’avait-elle su ? Y avait-il des rumeurs ? Est-ce qu’elle l’avait reconnue ? En se penchant sur la question, elle réalisa qu’il y avait quelque chose de différent chez cette fille aussi, mais elle ne savait pas exactement quoi. Hortense ne reconnaissait pas son odeur, ce n’était pas celle d’une sorcière ordinaire. Seulement, elle ne savait pas si elle devait se méfier ou non. La louve s’accroupit près de la jeune sorcière pour l’aider à ramasser ses affaires éparpillées. « Comment tu l’as su ? Tu es… voyante ? » Hortense n’avait jamais rencontré de fille comme cette demoiselle, elle ne savait donc pas à quel genre de sorcière elle avait affaire. En ramassant un livre et en regardant sa couverture, elle se dit que c’était un livre bien avancé pour une jeune fille de son âge. Peut-être qu’elle pourrait gagner sa confiance sur ce terrain-là, puisqu’elles semblaient toutes les deux aimer les livres. « Tu comptes lire tous ces livres ? C’est rare pour une fille de ton âge… tu es en première année ? » Malgré ses courbatures et le mal de tête qui la guettait, Hortense tentait d’être agréable et avenante. Elle savait à présent faire des efforts pour se sociabiliser, et même si ce n’était pas la période idéale du mois, il ne fallait pas qu’elle effraie les plus jeunes. Elle était peut-être lycanthrope et la pleine lune approchait, mais avec la potion tue-loup qu’elle n’oubliait jamais, elle n’était pas un danger.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.



-- werewolf --
no cure for this illness
Revenir en haut Aller en bas
Alice Thears P.
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Première année à Serdaigle
Célébrité : Maisie de Krassel
Pseudo : Manu Âge : 92 Parchemins : 2611 Gallions : 1310 Date d'inscription : 30/07/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2205-alice-thears-presa-petite-ameri http://www.mumblemumps.com/t2216-alice-thears-presa-princesse-avec-de-minuscules-ailes#56072 http://www.mumblemumps.com/t2256-alma-chouette-qui-aime-sa-rapace-de-maitresse#57203

Ses purs ongles très hauts dédiant leur onyx



La question de savoir si j’avais le temps ou pas d’arriver à ma salle commune à temps histoire de pas louper le repas s’était évanouie aussi vite que des profiteroles devant moi. Et jparle des vraies profiteroles bon marché, celles avec de l’espèce de crème à l’intérieur et pas celles des réceptions avec une boule de glace vanille à peine mangeable qui dégoulinait de partout. En plus, il était clair que tout ça c’était rien qu’un complot pour nous empêcher de savourer et le chou et le chocolat à leur juste valeur. Sale affaire ces lobbys de la glace vanille mon cher John… Sale affaire… (Regard dans le vide, ‘je suis un homme mais j’ai des fêlures’ et piano jazz en fond sonore sur rond de fumée d’une cigarette qui se termine seule dans un cendrier déjà froid) Bref, on reviendra sur cette histoire maudite mais en attendant j’étais rentrée dans une fille, en sortant de la bibliothèque. La bonne nouvelle c’est qu’elle, elle était debout, contrairement à moi. La mauvaise c’est qu’elle s’était avérée être une lupa, ae, féminin, 1ère déclinaison. (Au sens propre, hein, pas au figuré, jla connaissais pas encore assez pour juger de ça… Et puis jme permettrais pas oh !) Donc autant dire que comme le seul loup que j’avais croisé pour le moment, à Salem, n’était pas le mec le plus sympa du monde, qu’il m’avait même clairement fait peur, j’étais pas des plus rassurées. Au pire on pouvait ptet se faire un ptit constat à l’amiable, pif pouf, et on repart chacun de notre côté, non ? … Non… ? Parce que j’avais bien vu qu’elle m’avait proposé sa main et tout, ça paraissait sympa, mais bon. En plus elle avait dû croire que j’avais enlevé la mienne, de façon si brusque, à cause de ça, vu son expression. Ouais ptet… Bon c’était pas la première personne que je heurtais à peine connue hein… Je ne vais pas te manger, tu sais. Alors ça c’était pas sur du tout, du tout. Déjà ça d’vait bien arriver aux loups de choper des oiseaux qui traînaient trop sur le sol, pour sur ! Et deuxièmement on m’la f’sait pas à moi, hein, jla connaissais la technique de dire l’inverse pour mettre en confiance et BIM on te tombe sur le haricot au moment où tu te crois en sécurité, j’en avais vu des films d’horreurs moi ! Avec des raisonnements comme ça tu répondais à la question ‘quel est ton film d’horreur préféré ?’ en pensant à une blague et tu finissais dans un sac, une craie blanche balisant le contour de ton corps sur le sol hein. Comment ça, ça n’avait aucun rapport ? Ouais ptet ouais…

Et voilà qu’elle se mettait à m’aider à ramasser mes trucs sur le sol. Le diable et ses visages aimables et familiers ! Je te reconnais Mephistopheles, toi et ton grand M jaune, venu me tenter !! … Hm… Fallait vraiment que j’arrête d’être aussi mélodramatique, après tout on était dans une école, y’avait du monde, j’aurais le temps d’appeler à l’aide après lui avoir savamment refait le visage façon Verdun à coup de griffes, que j’avais longues d’ailleurs. En parlant de Verdun, son accent me rappelait un peu celui de mon prof particulier de français à Salem… Comment tu l’as su ? Tu es… voyante ? Donc là ou elle a un accès direct à mes pensées, type Charles Xavier sur le retour en version plus bonasse, cheveux longs et regard de feu, soit… Bah oui, vu que c’est aussi une bête elle a deviné que j’ai deviné, et tente de deviner comment j’ai pu deviner. C’est tellement logique ! Euh… Pas exactement… Pas exactement ? Pas exactement ? Pas du tout même Lili. Ohlala comment ça se faisait que parfois jpouvais être si prolifique, voire même prolixe dans mes pensées et si lapidaire, voire contradictoire, parfois dès que j’ouvrais la bouche, surtout quand j’avais peur, que j’étais émue, troublée, toussah toussah. Ouais parce que le reste du temps, clairement, je parlais rien trop. Bref on l’aide à ranger MES affaires quand même parce que c’est pas poli tout ça hein.

Tu comptes lire tous ces livres ? C’est rare pour une fille de ton âge… tu es en première année ? *.* Ca par contre, j’aimais vraiment beaucoup. Technique ou pas technique pour amadouer (Mariam *loin*), cette fois je plongeais tête la première. Oui jsuis en première année c’est ça, mais j’ai bientôt douze ans hein, c’est juste que jsuis née après Septembre donc bon… Précision mon amour. Détail mon loulou. Après pour les livres disons que j’aime bien m’avancer. Tu viens de France, toi, non ? Comment passer de l’hippogriffe au sombral sans autre forme de procès ? Bienvenue chez Alice Faustine Thears Presa, ouverte tous les jours sauf heures de repas et de sieste pour le weekend, photo non contractuelle, dans la limite des stocks disponibles. Bref, j’avais tout ramassé alors fini d’être à quatre pattes et retour sur les gambettes pour faire face à la louve…

Revenir en haut Aller en bas
Hortense Delacroix
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : 6ème année
Célébrité : Christina Nadin
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 297 Gallions : 135 Date d'inscription : 28/08/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2322-hortense-moonlight-night http://www.mumblemumps.com/t2330-hortense-liensrp http://www.mumblemumps.com/t2329-cerise-chouette-d-hortense http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Hortense & Alice
ses purs ongles très hauts dédiant leur onyx
Devant le geste de recul de la jeune fille, Hortense s’était demandé si elle avait fait quelque chose de mal. Il lui fallut quelques secondes pour réaliser qu’il y avait quelque chose de différent chez elle et qu’elle avait très probablement déjà compris qu’elle n’était plus tout à fait humaine. Cette jeune fille de Serdaigle, qui était-elle ? Comment avait-elle compris ? Elle se le demandait en ramassant les affaires éparpillées au sol. Hortense demanda à la demoiselle comment elle l’avait su. Elle sentait qu’elle était différente des autres petites filles, qu’elle n’était pas tout à fait humaine, elle non plus. A moins qu’elle ait simplement un don, comme celui de la voyance. La Française ne cherchait pas à lui faire avouer ses secrets, si elle ne voulait pas en parler, mais elle satisferait sa curiosité si elle lui en disait un peu plus que ce qu’elle laissait paraître. « Euh… Pas exactement… » Répondit la toute jeune élève. Pas exactement ? C’était une réponse mystérieuse qui n’aidait pas beaucoup Hortense à comprendre. Il semblait qu’elle n’en apprendrait pas plus pour le moment. Elle n’insista pas. Elle aida la louve à ramasser les livres et papiers tout en gardant une certaine distance. Elle avait l’air de trouver Hortense effrayante, cette dernière ne savait pas comment réagir. Par le passé, quand elle avait révélé à certains sa lycanthropie, elle avait eu toutes sortes de réactions, dont la peur, mais là, comme la jeune fille l’avait deviné toute seule et ne connaissait pas Hortense en dehors de cette découverte, elle pouvait comprendre son appréhension. La Poufsouffle ne voulait pas la laisser s’en aller sans discuter un peu avec elle. Elle ne voulait pas que la jeune fille se mette à crier sur tous les toits qu’il y avait une lycanthrope au château, car même si elle n’avait pas trop de problèmes quant à la révélation de son secret, elle ne supporterait pas de devenir la cible des élèves moins tolérants. Elle avait besoin de savoir qu’elle pouvait avoir confiance en cette demoiselle. Hortense tenta alors une approche par les livres, qu’elle aussi adorait. Cette élève était si jeune et pourtant, rien qu’au choix de ses livres, Hortense devinait qu’elle était très cultivée. « Oui, j’suis en première année c’est ça, mais j’ai bientôt douze ans hein, c’est juste que j’suis née après septembre, donc bon… » Ainsi la jeune Serdaigle était bien en première année, comme elle le pensait. C’était très impressionnant de la voir avec ces livres. Hortense, qui aimait bien lire, ne lisait pas des livres aussi gros quand elle était en première année. Cette élève devait être très intelligente. La Française trouvait adorable le fait qu’elle se sente obligée de préciser qu’elle avait bientôt douze ans, en première année. C’était quelque chose qu’Hortense, elle aussi née après septembre, pouvait comprendre. Elle allait avoir dix-sept ans avant la fin du mois, justement. Mais avec la fermeture de Poudlard après la guerre, la subtile différence n’avait plus aucune signification. La plupart des élèves britanniques de son niveau avaient une année de retard.

« Après pour les livres, disons que j’aime bien m’avancer. Tu viens de France, toi, non ? » Hortense fut surprise par le changement de sujet. Elle admirait la jeune fille pour sa maturité. Elle s’avançait dans ses livres, à peine arrivée à Poudlard, elle avait probablement un brillant avenir devant elle. Il ne restait plus rien au sol, alors elles se levèrent toutes les deux. Hortense semblait bien plus grande que la première année, mais c’était normal. « Oui, je suppose que c’est mon accent qui m’a trahi ? » La Poufsouffle espérait ne pas avoir un accent insupportable, elle faisait de son mieux pour le faire disparaître. Certaines personnes disaient que l’accent français était plutôt charmant, mais Hortense n’était pas tout à fait de cet avis. Elle trouvait l’accent britannique beaucoup plus joli. « Tu devines beaucoup de choses, dis-moi… Comment tu t’appelles ? » La demoiselle ferait une bonne détective. Hortense supposait, peut-être à tort, que la jeune fille était une britannique comme les autres, ou presque comme les autres. Elle était loin de s’imaginer qu’elle venait d’un tout autre pays. Mais elle était très curieuse de savoir comment elle s’appelait. « Moi, c’est Hortense. Hortense Delacroix. » Si elle n’avait pas encore deviné qu’elle était Française, quand elle lui aurait dit son nom, elle n’aurait plus aucun doute possible sur ses origines. Hortense hésita un instant à laisser Alice pour se rendre à la bibliothèque avant qu’elle ne ferme, ce qui arriverait d’un moment à l’autre, mais elle décida de reporter sa visite à une autre fois. Repensant à la réaction de la jeune fille quelques minutes plus tôt, après qu’elle ait réalisé qu’elle était lycanthrope, Hortense reprit la parole : « Je t’assure que tu n’as rien à craindre de moi… est-ce que… je peux te demander… de garder cette information pour toi ? » La Serdaigle ne lui devait rien, elles ne se connaissaient pas encore. Hortense espérait pouvoir compter sur elle. A voix basse, elle ajouta : « Si je ne me trompe pas, toi non plus, tu n’es pas tout à fait… humaine ? » Pitié, qu’elle ne le prenne pas comme une insulte. Hortense tenait à s’excuser si c’était une erreur ou si c’était un secret que la jeune première année n’était pas prête à révéler.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.



-- werewolf --
no cure for this illness
Revenir en haut Aller en bas
Alice Thears P.
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Première année à Serdaigle
Célébrité : Maisie de Krassel
Pseudo : Manu Âge : 92 Parchemins : 2611 Gallions : 1310 Date d'inscription : 30/07/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2205-alice-thears-presa-petite-ameri http://www.mumblemumps.com/t2216-alice-thears-presa-princesse-avec-de-minuscules-ailes#56072 http://www.mumblemumps.com/t2256-alma-chouette-qui-aime-sa-rapace-de-maitresse#57203

Ses purs ongles très hauts dédiant leur onyx



Bon maintenant que Lucifer le Maudit avait tenté mon âme en m’aidant à ramasser mes affaires et en me parlant de bouquins, il fallait que je trouve un bon moyen de m’esquiver rapidement. Pas que j’étais pas jouasse à l’idée de tailler le bout de gras avec une autre amatrice de sang et chair fraîche… Attend, non carrément, c’était clairement ça : j’étais pas du tout ok avec le fait de reparler à un loup, ça suffisait amplement. Alors maintenant que j’avais fait mon boulot de petite salemite bien élevée (ouais ouais ok on repassera sur le geste de la main qui s’enlève d’un coup, pas hyper sociable en soi), jpouvais m’en retourner à mes activités hypra importantes, non ? D’ailleurs c’était pas mon ventre qui venait de crier famine, là ? Ca faisait quoi si jlui donnais pas à manger à temps ? J’avais pas envie de m’auto-digérer moi, hein… Sinon on pouvait se faire une petite bouffe entre carnassiers hein ? On se chope un des animaux de compagnie qui traîne et on le coupe en deux, car ce qui est à toi est aussi à moi. … Ohlala mais même dans ma tête j’étais pas drôle c’était pas possible. Bon allez, c’était sympa mais il faut vraiment que- Oui, je suppose que c’est mon accent qui m’a trahi ? Ah oui tiens, c’est vrai, jlui avais posé une question. Tu pouvais pas te taire toi aussi, Lili ? Genre faire comme tout le monde, juste quelques paroles et pouf on passe à autre chose. Ou mieux faire comme Ni-nigel : Pas parler du tout et puis c’est tout. En fait c’était grave un avantage d’être rabat-joie comme lui ! O.O Bon on acquiesce gentiment avec un ptit sourire, parce que justement malgré toutes ces envies, j’étais beaucoup plus sociable (et gravement plus mignonne) que le frère Shaw.  

Tu devines beaucoup de choses, dis-moi… Comment tu t’appelles ? Bon là, si c’était pas encore sur, avant, ça devenait clair : elle essayait grave de me flatter. Jsavais pas trop encore pourquoi, mais devait bien y avoir une raison. Non parce que jcommençais à laisser de côté la possibilité qu’elle puisse vouloir me bouffer, ok, de toute façon y’avait bien de quoi se nourrir, même en viande, dans la Très Grande Salle, si au moins on se donnait la peine d’y aller (non mais vraiment hein), mais elle me faisait des compliments sur mes lectures, sur mon esprit déductif, elle m’aidait à ramasser mes affaires, bref un peu trop gentille pour une fille dans laquelle j’étais rentrée, que j’avais ensuite certainement heurtée avec un geste pas très amical, qui était clairement un loup, hein aussi… Hm… A moins que… Hm… Cerveau en éruption ! O.O Elle avait par je-ne-sais-quel moyen entendu parler des cookies que j’avais un jour réussi à me procurer en flattant les elfes de maison, et elle essayait de faire de même avec moi pour que j’aille lui en chercher des nouveaux. C’était ptet même un coup de Flynn ! O.O M’aura tout fait cui-là ! U.U Ca expliquait tellement tout ! C’était même sur. Tout bon flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute, c’est La Fontaine qui dit ça hein pas moi. (Encore un français tiens ! O.O Tout est lié ! Encore un coup des francs-maçons ça !) Elle voulait donc bien quelque chose et ma théorie était rien cohérente. Bon, jouons-la fine, faisons semblant d’entrer dans son jeu… Histoire qu’elle mette cartes sur table et montre son vrai visage d’addict aux cookies ! Alice Thears Presa, les deux noms c’est important, surtout pour ma mère. Eternelle litanie. A croire que jme répétais beaucoup, hein. Et toi ? Regarde comment je suis aimable, bien élevée. Je souris même, alors bas les masques et laisse-moi voir ton vrai visage, Valak, pote des serpents, mangeur de cookies ! Moi, c’est Hortense. Hortense Delacroix. Bizarre nom pour un démon-loup dévoreur de gâteaux inventés à la Nouvelle-Angleterre. Oo Aaaah, c’est de toi la Liberté guidant le peuple alors ? Joli tableau ! Jpeux pas empêcher un ptit rire. Ahlala j’étais vraiment impayable ! Quel humour ! Jdevrais penser à faire un ptit stand up, tiens, y’avait des scènes ouvertes à Poudlard ? Hm… Désolée, on a déjà dû te la faire… Hortense c’est un très joli prénom. Ouais ouais, Lili, pactise pas trop avec l’ennemi non plus.

Bref, maintenant on connaît nos noms, on sait toutes les deux qu’on fait partie des monstruosités de la nature (aux visages magnifiques pour contrebalancer quand même hein !), jsavais aussi ce qu’elle voulait au fond, c’est bon, jpouvais partir ? Je t’assure que tu n’as rien à craindre de moi… est-ce que… je peux te demander… de garder cette information pour toi ? Oh. … Hm oui ça paraissait tout de suite plus logique comme demande. Pourquoi j’avais pensé aux cookies moi ? oO Ptet à cause de Flynn… Bon oui ça expliquait bien pourquoi elle avait été si sympa depuis le début. En même temps, c’était bien un service que jpouvais comprendre. Et jla trouvais beaucoup plus agréable tout d’un coup même ! Un secret. Oui. Pas besoin de dessin : je saisissais toute l’ampleur que pouvait prendre une révélation brutale, j’y avais songé tellement de fois, de mon côté. On y avait même beaucoup pensé pour moi. >.> Bien avant que je puisse comprendre tout ce que ça incluait. Si je ne me trompe pas, toi non plus, tu n’es pas tout à fait… humaine ? Pourquoi elle se sentait obligée de rajouter ça ? oO C’était une menace avec le sourire ? Genre : dis rien, sinon tout le monde saura pour toi aussi. … Hm ouais ou bien c’était juste une forme de solidarité demandée entre bêtes… Possible. Après tout, depuis le début, je la voyais du mauvais côté, mais Niall par exemple, il était clairement hybride aussi et il s’était avéré être la mignonnerie incarnée. Ptet qu’Hortense était juste gentille après tout. Ptet même que du coup c’était moi la méchante parce que jme comportais mal avec une fille gentille. O.O Ah non, pas de ça chez nous, Alice Faustine Thears Presa ! Personne n’en saura rien de ma part. Jfais le signe cabalistique de la clef fermant la bouche en tournant le poing sur mes lèvres. Et on attend que la personne passe à côté de nous dans le couloir pour rajouter avec un sourire. Jsais ce que c’est que tenir un secret t’en fais pas. Tiens mon ventre acquiesçait. Euh… Jsais pas c’que tu comptais faire mais jpense que jvais descendre manger, si tu veux, on peut continuer à parler sur le chemin… ? Bah ouais parce qu’à rester plantées-là, l’autodigestion commençait finalement à devenir une éventualité plutôt attirante pour mon estomac…
Revenir en haut Aller en bas
Hortense Delacroix
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : 6ème année
Célébrité : Christina Nadin
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 297 Gallions : 135 Date d'inscription : 28/08/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2322-hortense-moonlight-night http://www.mumblemumps.com/t2330-hortense-liensrp http://www.mumblemumps.com/t2329-cerise-chouette-d-hortense http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Hortense & Alice
ses purs ongles très hauts dédiant leur onyx
Puisqu’elles allaient toutes les deux bien après s’être rentrées dedans, Hortense et la demoiselle prirent le temps de faire connaissance. En tout cas, la sorcière était curieuse de faire la connaissance de la jeune Serdaigle, elle ne savait pas si c’était réciproque. Si au départ, la jeune fille avait eu un mouvement de recul et semblait choquée, elle avait vite retrouvé l’usage de la parole et elle avait l’air plutôt bavarde, en plus d’être adorable. Hortense lui avait demandé son nom. « Alice Thears Presa, les deux noms c’est important, surtout pour ma mère. Et toi ? » Bien sûr, à ce nom, elle pensa à Alice au pays des merveilles. Toutefois, elle ne dit rien parce que la demoiselle, malgré son jeune âge, devait souvent en avoir entendu parler et en avait peut-être marre de l’entendre. Elle sourit en comprenant que ses deux noms étaient importants, comme la précision de son âge un peu plus tôt. Elle avait l’air très éveillée pour son âge, mais à onze ans, presque douze, les détails comptaient. Hortense s’était alors présentée à Alice. « Aaaah, c’est de toi la Liberté guidant le peuple alors ? Joli tableau ! » La sorcière avait les yeux brillants d’un coup, c’était la première fois qu’on lui parlait de ce tableau en entendant son nom, même si celui qui l’avait peint était un homme. Hortense était amatrice d’art et elle connaissait ce tableau pour l’avoir vu au musée du Louvres, un musée moldu des plus captivants. Elle aimait beaucoup et était surprise qu’une si jeune élève s’y connaisse en art moldu. « Hm… Désolée, on a déjà dû te la faire… Hortense c’est un très joli prénom. » Hortense sourit au compliment sur son prénom, elle aussi l’aimait beaucoup. Elle lui répondit : « Non, c’est bien la première fois qu’on me la fait ! Mais qui sait ? Eugène Delacroix était peut-être l’un de mes ancêtres. » La Poufsouffle était de sang-mêlé et avait donc des moldus dans sa généalogie. Ce serait une drôle de coïncidence, mais ce n’était peut-être pas complétement impossible. Elle voudrait bien y croire l’espace de quelques secondes avant de se dire que finalement, il y avait très peu de chance que ce soit bien le cas. « J’aurais aimé être aussi douée que lui. J’aime aussi la peinture, mais je n’ai clairement pas son niveau. » Si Hortense avait touché un point sensible d’Alice avec les livres, Alice avait touché un de siens avec l’art. La Française suivait d’ailleurs l’option art, mais elle manquait de confiance en elle. Quand elle était plus jeune, Ambroise, le meilleur ami de son frère à l’époque, se plaisait à la critiquer. Aujourd’hui, elle se disait que cet homme était un monstre et que son avis ne devait plus compter, mais quelque part au fond d’elle, cette confiance n’était jamais revenue. Elle en disait peut-être trop, peut-être que la Serdaigle n’avait qu’une envie, qu’elle la laisse tranquille. Mais elle semblait bien trop polie et bien élevée pour dire quoique ce soit.

Avant de libérer Alice, Hortense avait encore une petite demande à formuler. Elle espérait qu’elle ne divulgue pas son secret facilement, elle voulait choisir à qui elle le révélait, même s’ils étaient de déjà plusieurs à le savoir. La Poufsouffle ajouta qu’Alice n’était pas tout à fait humaine, elle non plus et se dit qu’elles pourraient devenir amies avec cette particularité qu’elles partageaient. « Personne n’en saura rien de ma part. » Répondit la petite demoiselle. Hortense se sentait rassurée. Alice allait garder le secret. D’ailleurs, quand quelqu’un passa à côté d’elles, elle ne dit plus rien. Et quand cette personne s’éloigna, elle reprit : « J’sais ce que c’est que tenir un secret, t’en fais pas. » Hortense ne s’en faisait pas, Alice avait l’air très mature pour son âge et elle était impressionnée. Elle ne doutait pas de la parole de la jeune fille, même si elles venaient de se rencontrer. « Merci. » Contrairement à ce qu’elle attendait, Alice ne lui en dit pas plus sur la nature de ce qu’Hortense ressentait. Elle allait devoir en demander un petit peu plus pour comprendre ce qu’elle était, mais elle ne voulait pas forcer Alice à révéler ce qu’elle souhaitait garder pour elle. Peut-être qu’elle devrait attendre et la laisser lui en parler que si elle le désirait. Avec cette solution, le risque était qu’elle ne le découvrirait peut-être jamais. « Euh… J’sais pas c’que tu comptais faire, mais j’pense que j’vais descendre manger, si tu veux, on peut continuer à parler sur le chemin… ? » Hortense jeta un coup d’œil vers la bibliothèque. Elle avait des livres à prendre pour finir son devoir, mais en même temps, il lui restait encore un peu de temps, que ce soit aujourd’hui ou avant la date limite. Elle préférait continuer à discuter avec sa nouvelle connaissance. « Je comptais aller à la bibliothèque… mais je pourrai y aller plus tard, c’est pas urgent. Et puis, pour tout avouer, je n’ai pas très envie de me remettre à travailler. » Alice avait eu pour effet de la faire sourire et de la détendre, peut-être sans le vouloir, elle l’apaisait. Elle en avait besoin en ce moment, à l’approche de la pleine lune.

« J’allais aller manger après, mais maintenant que tu le dis, j’ai faim. Alors je viens avec toi. » Alice et Hortense prirent donc ensemble la direction de la grande salle. Si elles tombaient sur un auror, on allait sûrement leur dire qu’elles devraient être accompagnées, mais elles ne faisaient de mal ou de suspect alors peut-être qu’on ne les gronderait pas. D’ailleurs, avec une bouille si mignonne, la jeune Alice Thears Presa ne devait pas beaucoup se faire gronder. « Hm… arrête-moi si tu n’as pas envie d’en parler, mais… t’es quoi au juste ? A part être une jeune fille adorable. » Demanda-t-elle un peu timidement. Et voilà, Hortense se montrait un peu trop curieuse. Elle s’en voulait un peu de ne pas pouvoir attendre qu’Alice se confie d’elle-même.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.



-- werewolf --
no cure for this illness
Revenir en haut Aller en bas
Alice Thears P.
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Première année à Serdaigle
Célébrité : Maisie de Krassel
Pseudo : Manu Âge : 92 Parchemins : 2611 Gallions : 1310 Date d'inscription : 30/07/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2205-alice-thears-presa-petite-ameri http://www.mumblemumps.com/t2216-alice-thears-presa-princesse-avec-de-minuscules-ailes#56072 http://www.mumblemumps.com/t2256-alma-chouette-qui-aime-sa-rapace-de-maitresse#57203

Ses purs ongles très hauts dédiant leur onyx



Une fin d’après-midi, deux bestioles tentent de s’apprivoiser, c’qui est déjà pas facile entre deux sorciers lambda, donc imagine, toi, comment ça peut être chaud quand y’a une louve et une rapace, hein ? Bref, la question des prénoms, ok. Blague sur son nom de famille associé à un peintre célèbre, ok. Ressembler de plus en plus à la Tour de Pise avec quatre bouquins posés savamment sur ses bras, ok. Non, c’est bien la première fois qu’on me la fait ! Mais qui sait ? Eugène Delacroix était peut-être l’un de mes ancêtres. Oh *.* Ce s’rait tellement bien en vrai d’avoir un ancêtre aussi brillant ! Un artiste qui avait peint des tableaux gigantesques comme ça. Mais du coup… Oo Soit Delacroix était un sorcier (ptet même un lycan, ce qui expliquerait la violence de certains tableaux, tiens !) et ça, jlavais manqué dans mes cours sur l’histoire des arts, soit elle était de sang-mêlé… Oui oui beaucoup plus probable. D’ailleurs, en parlant de ça, les probabilités pour que le peintre moldu soit de ces ancêtres devaient être hyper basses, non ? oO Non parce que bon, devait y’en avoir rien beaucoup des personnes portant ce nom en France : j’avais lu quelque chose sur le fait que quand le nom de famille était devenu obligatoire et héréditaire bla-bla-bla, il désignait encore la plupart du temps des choses comme le métier ou le lieu de résidence. Du coup, Delacroix ça voulait certainement dire un truc genre ‘habitant à côté de la croix Machin-Chose’ et ‘devait y en avoir une tripotée de croix en France vers le Moyen-Age hein ! Ouais ouais, pas confondre possibilité et probabilité Lili, attention, c’est comme corrélation et causalité ça, ça tue des hypothèses dans l’œuf, hein ! Après bon pourquoi pas hein, elle savait dessiner, ptet ? Y’avait un gène artistique ? J’aurais aimé être aussi douée que lui. J’aime aussi la peinture, mais je n’ai clairement pas son niveau. Ah bah tiens ! On tenait ptet une enquête de généalogiste à mener. *.* Tu me montreras, dis ? Pas pour l’enquête, hein, juste pour le plaisir des yeux. Bah oui parce que bon, même si j’étais partie dans mes délires mentaux, j’avais bien remarqué que ça avait allumé quelque chose chez elle toute cette histoire d’arts. Et ça, c’était rien cool !

Bref, après cette petite conversation arts en tout genre, elle me d’mande de garder le secret. Moment confession, on se crache dans la main, on se la serre, on mélange nos sangs et on fait des signes cabalistiques compliqués avant d’écrire un contrat qu’on signe toutes les deux, encore avec une goutte de sang, et qu’on jette dans un feu pour finir par danser autour. (Bon normalement c’était à la pleine lune mais là circonstances rien atténuantes quand même, on a fait sans) … … Bon c’était pas exactement comme ça que ça s’était passé hein, mais m’voyez l’idée quoi ! Je comptais aller à la bibliothèque… mais je pourrai y aller plus tard, c’est pas urgent. Et puis, pour tout avouer, je n’ai pas très envie de me remettre à travailler. oO Plus tard ? Quand elle disait ça, elle voulait parler d’un autre jour j’espère, parce que bon elle va fermer la biblio là hein. Bon après, ptet qu’elle avait des entrées spéciales, un peu comme les cookies des elfes de maison et moi, hein. Ah c’était ptet ça, tiens ! Un business culturel : genre elle file des esquisses et roughs de son illustre aïeul et en échange elle reçoit des bouquins hyper rares. N’empêche que si jdevais un jour rentrer dans la mafia, c’est cette branche que jchoisirais, pour sûre ! *.* J’allais aller manger après, mais maintenant que tu le dis, j’ai faim. Alors je viens avec toi. Ptet que finalement elle avait des problèmes avec les horaires simplement. Ou c’était ptet moi qui me gourait, après tout j’étais assez nouvelle encore hein. Super !! Euh… Un peu trop d’enthousiasme alors qu’y’avait pas si longtemps tu pensais que c’était toi qu’elle allait ‘manger après’ ? Ouais ptet ouais.

Bon, c’pas grave, hein, allons-y, let’s go, c’est parti-Euh, ça f’sait pas un peu chansonnette pour enfants ça? oO Oui non on se reprend Alice, on marche le plus fièrement possible, ‘fin le plus fièrement qu’on peut avec des bras chargés de bouquins, dont un, Hiéroglyphes et logogrammes magiques, commençait clairement à me rentrer dans les côtes. Hm… arrête-moi si tu n’as pas envie d’en parler, mais… t’es quoi au juste ? A part être une jeune fille adorable. Une jeune adorable ? *.* Elle venait de dire que j’étais une jeune fille adorable ?! *.* Ok, ok, on se reprend… J’étais quoi en plus ? Intelligente, mignonne, avec des cheveux magnifiques, un sens de la répartie impressionnant, un talent certain pour la musique et la danse ? Oui oui j’avais compris de quoi elle voulait parler hein, mais jme gargarisais un peu de son ‘petite fille adorable’ avant d’aborder des trucs rien moins cools. Euh… Comment dire… déjà, jvais être obligée de t’arrêter. … Hm… Euh… Ah oui ! Au premier degré jveux dire hein ! On doit s’arrêter de marcher : j’ai un livre qui me rentre dans la cage thoracique depuis t’à l’heure, c’est une tannée ! Du coup, stop, remise en place, et reprise du jeu en marchant. Pendant deux secondes, jcherche un moyen d’esquiver la question, mais j’ai bien remarqué que la jeune et belle gosse n’est pas idiote pour deux sous, difficile de l’embobiner. En plus, on va toutes les deux au même endroit. En plus, elle a clairement senti ma nature, en plus j’ai pas réagi négativement quand elle a dit que j’étais pas tout à fait humaine, et en plus jlui ai même dit que jsavais ce que c’était qu’un secret. Bref, elle me mettait rien dans l’embarras avec sa question, là ! J’allais devoir lui faire la réponse habituelle. L’éternelle réponse. Celle qui me cloître quelque part, ou en tout cas une grosse part de moi ouais. Encore plus depuis qu’un homme mystérieux a découvert mon secret. Chose que je m’étais encore bien gardée de dire à qui que ce soit, d’ailleurs. Comme si c’était déjà facile de garder ça au quotidien, fallait en plus rajouter la pression d’un inconnu. Ca y est, j’étais mal… U.U Espérons que ça se voit pas trop sur mon visage non plus. Non. Désolée. Pourquoi j’avais dit ça tout doucement, moi ? Allez reprend-toi Lili, non ? Non.

Revenir en haut Aller en bas
Hortense Delacroix
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : 6ème année
Célébrité : Christina Nadin
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 297 Gallions : 135 Date d'inscription : 28/08/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2322-hortense-moonlight-night http://www.mumblemumps.com/t2330-hortense-liensrp http://www.mumblemumps.com/t2329-cerise-chouette-d-hortense http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Hortense & Alice
ses purs ongles très hauts dédiant leur onyx
Après avoir discuté de son nom de famille et du peintre Eugène Delacroix, Hortense avoua à Alice qu’elle aussi aimait beaucoup l’art. Elle dessinait et elle peignait, mais c’était une simple passion, il n’y avait pas de quoi en faire un métier. La Poufsouffle n’avait jamais vraiment eu confiance en ses dessins et en général, elle ne les montrait qu’à peu de personnes. Parfois, elle était bien obligée, il fallait bien qu’elle montre des choses en cours d’art, mais la plupart de ses dessins ou peintures ne méritaient pas d’être montrés et finissaient à la poubelle ou dans la cheminée. « Tu me montreras, dis ? » Demanda Alice avec beaucoup d’enthousiasme. Hortense la trouvait de plus en plus adorable et ne pouvait pas lui dire non. Elle espérait juste qu’elle n’allait pas comparer son travail à celui de son ancêtre, qui n’était probablement même pas son ancêtre. « Si tu veux. Je te préviens, c’est pas du grand art non plus. Je ne veux pas que tu sois déçue… » Alice avait l’air tellement intelligente et tellement instruite qu’Hortense ne serait pas surprise si elle avait déjà des milliers de comparaisons auxquelles se rattacher pour juger ses dessins. Elle était un peu nerveuse à l’idée de les lui montrer, mais elle ferait de son mieux pour vaincre ses craintes. Alice était encore jeune, elle avait l’air aussi très franche et directe, c’était ce qu’Hortense craignait d’un côté. Elle se souvenait encore des mots d’Ambroise sur ses dessins quand elle était petite. Elle en avait beaucoup souffert. Hortense avait été blessée. Elle ne voulait plus l’être. Son cœur se serra en pensant à ce monstre. Elle tenta de se calmer en respirant et en se rappelant qu’il ne faisait plus partie de sa vie et qu’il ne pouvait plus lui faire du mal. Alice, qui était tellement chou, ne pourrait pas lui faire du mal non plus. Même si elles ne se connaissaient pas, Hortense sentait qu’elle pouvait lui faire confiance. Elle faisait confiance à plus de monde que l’année passée et c’était une bonne chose. Elle progressait. Elle revivait. Elle lui demanda de garder son secret et Alice lui proposa d’aller manger avec elle. Hortense accepta. Elle travaillerait plus tard, dans la salle commune. Elle passerait à la bibliothèque quand elle le pourrait. Il n’y avait rien d’urgent, sinon elle ne se serait pas arrêtée pour discuter. « Super !! » Réagit la jeune fille après un petit temps de réaction qu’Hortense associa à de la surprise. Alice avait l’air contente qu’Hortense se joigne à elle, au moins pour le chemin parce qu’une fois dans la salle commune, elles iraient chacune à leurs tables respectives. La Française s’intéressa ensuite à la nature d’Alice, celle qui faisait d’elle une petite fille différente des autres, celle qui la rapprochait d’Hortense. Bien sûr, elle ne la forcerait pas à parler, mais elle espérait fortement qu’elle puisse l’éclairer sur la question. « Euh… Comment dire… déjà, j’vais être obligée de t’arrêter. » Hortense ne s’attendait pas à cette réponse de la part d’Alice. Certes, elles se connaissaient depuis quelques minutes seulement et elle ne pouvait pas prévoir ses réactions, mais elle pensait quand même avoir une petite piste. « Au premier degré j’veux dire hein ! On doit s’arrêter de marcher : j’ai un livre qui me rentre dans la cage thoracique depuis t’à l’heure, c’est une tannée ! » Oh ! Hortense comprenait mieux. Elle tenta de voir si Alice avait besoin d’un peu d’aide pour remettre ses livres en place, mais elle semblait s’en sortir toute seule. Elle avait bien du courage.

Hortense patientait en attendant une réponse, elle commençait à douter d’en avoir une. Elle avait décidé de ne pas insister si Alice changeait de sujet ou faisait exprès d’oublier de répondre. Un petit silence légèrement gênant s’installa, pendant quelques instants, avant que la sentence ne tombe : « Non. Désolée. » Alice avait parlé d’une voix bien plus basse que ce qu’elle avait laissé entendre jusqu’à présent. Hortense en fut surprise. Elle resta temporairement sous le choc par ce non auquel elle ne s’attendait pas. « Oh… euh… c’est pas grave. » Répondit-elle, une fois la surprise passée. La lycanthrope comprenait, elle savait par exemple que Zoya ne parlait pas de son secret, chacun était différent. Alice était encore jeune, Hortense comprenait. « Je t’en veux pas, je comprends. Je ne te le demanderai plus, c’est pas le plus important de toute façon. Tu es Alice avant tout. Je suis déjà très contente de te connaître, Alice. » C’était important pour elle de préciser qu’elle savait que sa nature ne définissait pas qui elle était, qu’elle était une personne avant tout. Hortense, avant d’être une louve, était humaine. Certains semblaient l’oublier. Parfois, elle l’avait aussi oublié. Elle tenait à se le rappeler aussi souvent que possible. Même si Alice était ce qu’elle était depuis sa naissance, si elle n’avait pas été transformée comme Hortense, elle était avant tout un être humain. « Tu veux peut-être de l’aide pour porter tes livres ? » Finit par dire la jeune fille pour briser le petit silence. La Serdaigle avait toujours l’air d’avoir du mal, ils semblaient glisser et elle aurait peut-être dû faire un tour dans sa salle commune avant d’aller manger, histoire de poser tous ses livres. Après le repas, elle allait devoir remonter tous les étages avec sa pile de livres. Hortense prit quelques livres sur le dessus de la pile pour qu’Alice ait un plus grand champ de vision et qu’elle puisse avoir moins mal aux bras. « Tu vas lire ces livres en combien de temps ? C’est souvent que t’en prends autant ? Tu devrais peut-être investir dans un sac extensible… » A moins qu’elle puisse réussir un sortilège d’extension elle-même, mais avec la magie détraquée, un tel sort pouvait s’avérer difficile. Au moins, Alice pourrait transporter ses livres plus facilement et ce serait aussi bien plus léger. Si elle continuait ainsi, elle n’aurait plus de dos d’ici sa troisième année. Hortense et Alice arrivèrent au niveau des escaliers. La Poufsouffle espérait qu’elles puissent arriver jusqu’à bas sans qu’ils ne leur jouent des tours.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.



-- werewolf --
no cure for this illness
Revenir en haut Aller en bas
Alice Thears P.
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Première année à Serdaigle
Célébrité : Maisie de Krassel
Pseudo : Manu Âge : 92 Parchemins : 2611 Gallions : 1310 Date d'inscription : 30/07/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2205-alice-thears-presa-petite-ameri http://www.mumblemumps.com/t2216-alice-thears-presa-princesse-avec-de-minuscules-ailes#56072 http://www.mumblemumps.com/t2256-alma-chouette-qui-aime-sa-rapace-de-maitresse#57203

Ses purs ongles très hauts dédiant leur onyx



Si tu veux. Je te préviens, c’est pas du grand art non plus. Je ne veux pas que tu sois déçue… Ca y est, avec ses histoires de dessins à me montrer, jme voyais déjà m’improviser critique d’art, un chapeau des années cinquante avec une carte à jouer coincée entre deux bandes de tissu, la plume à la lèvre et les yeux plissés. Verdict : Mademoiselle, je crois voir en vous l’esquisse inédite d’une nouvelle Vermeer, avec une touche de douceur d’un Monet moderne et quelque chose de l’âme tourmentée d’un Turner. Ca parlait comme ça un critique d’art, non ? oO En mettant des ‘de’ et ‘d’un’ devant les noms de famille pour faire prétentieux et tout. C’était rien kitsch en fait ! Bon, en même temps, ça m’étonnerait que ça fasse autant de compliments, hein ! Ils avaient plutôt l’air de la jouer blasés pour paraître plus pros. Ouais, en fait, jpréférais rester Alice, c’était rien plus drôle ! Oh et en parlant de possible déception. Oh tu sais, j’ai déjà écrit un poème sur les carottes, donc disons qu’mon sens de l’art est très… alternatif ? En marge ? Bref, jvais pas te lancer des tomates parce que t’as pas refait Le Radeau de la Méduse à l’identique, hein. Lancer de tomates, poème sur une carotte (ptite référence au CCI *out*), jdevais ptet arrêter les trucs qui tournent autour des légumes, moi… oO En même temps, hein, j’avais faim, c’tait pas d’ma faute ! U.U Même si bon, jdevais avouer que jparlais quand même pas mal de bouffe. Jsais pas si c’était pas un problème obsessionnel quelconque en fait… O.O Ohlala jvenais ptet de découvrir un truc fondamental de ma vie au détour d’un couloir et d’une conversation banaux (un banal des banaux…). A quoi ça tenait le fatum quand même… En tout cas, quelque chose semblait avoir changé pendant quelques millièmes de secondes dans la respiration et le regard d’Hortense… Zarb… Elle était ptet allergique aux tomates. Ou aux critiques négatives. Ouais… Plus plausibles les critiques quand même, hein !

Bref, ensuite, le non fatidique : on connaît le tralalère habituel avec les autres créatures, hein, type ‘salut t’es quoi toi ? – oh un loup, et toi ? – ah ouais jt’avais senti, et moi jsuis rien, oublie’. Parce que bon, avec les humains, rien besoin de cacher quand tu les rencontrais. Oui bon ma verve particulière en bonne société, ok. Mais sinon ça allait, hein. Oui, bon oui, c’est un gros secret, mais jvois pas pourquoi tu t’mets dans de tels états Lili, hein, t’as l’habitude, donc continue et pis c’tout… Oh… euh… c’est pas grave. Et voilà. Bravo. Elle était gênée. J’étais gênée. On était gênée. On était parti sur de la bonne gêne qui allait durer. Et en plus maintenant, on était coincées ensemble jusque la Très Grande Salle, parce qu’avant d’être aussi gênée, tu lui as proposée le plus naturellement du monde de faire le chemin toutes les deux. Vraiment, bravo hein, Lili, grande maîtrise de la situation, comme d’hab ! Je t’en veux pas, je comprends. Non t’en fais pas, jmen charge bien moi-même de m’en vouloir, hein ! U.U Je ne te le demanderai plus, c’est pas le plus important de toute façon. Ah ouais ? Pourtant ça en avait de l’importance dans ma vie ce truc… Tu es Alice avant tout. Je… … Euh… Quoi ? oO Je suis déjà très contente de te connaître, Alice. Bah oui jsuis Alice oui, je le sais hein, c’est mon prénom… … oO … O.O… Alors pourquoi cette phrase me faisait cet effet-là ? oO Alice avant tout… Je suis Alice avant tout. Avant tout quoi ? Tout le reste ? Tout le monde ? Tout ça ? Tous les jours ? Toujours ? C’était quoi son tout ? C’était rien son tout ! Fallait définir là, on laissait pas une phrase aussi importante en suspens ! Et pourquoi elle aurait de l’importance cette merlin de phrase ! Jsavais bien moi qu’j’étais Alice avant… Avant d’être une demi-harpie… J’étais d’abord Alice…. ? Ouais j’étais d’abord Alice ouais. Mais jle savais, ça, non ? On m’l’avait bien déjà dit au moins une fois, ça, non ? … Mes parents me rappelaient tellement souvent à mon secret que jsavais pas trop, à vrai dire… Ptet qu’après mon obsession pour les légumes, cette conversation n’avait pas fini de me révéler des choses existentielles finalement. D’ailleurs, j’avais rien répondu, non ? Euh… merci ? Moi aussi jsuis très contente de te connaître. Ouais ça reflétait en rien tout ce qui se passait à l’intérieur, mais comment décrire ? Et puis c’était toujours dans ces moment-là qu’on savait pas trop quoi dire : Quand, de fait, on avait ptet trop de choses qu’on voudrait pouvoir sortir… Ouais. Valait ptet mieux pas qu’ça sorte de toute façon… >.>

Vite. Vite. Vite. Un autre sujet, la pluie ? L’Ecosse ? Les gâteaux au chocolat ? Tu veux peut-être de l’aide pour porter tes livres ? Ouf, par Sarah Good, cette Hortense était vraiment rien cool quand elle le voulait ! Bon on lui en file histoire de survivre encore un peu. Tiens, c’est beau Poudlard quand on y voit un peu plus clair ! (Non Lili évite cette blague à voix haute, personne ne rira, ce sera encore gênant, on va passer encore à un long silence bla-bla-bla, non non non !) Merci beaucoup. Voilà, beaucoup mieux, type petite fille bien élevée et tout, là c’est ok. Tu vas lire ces livres en combien de temps ? C’est souvent que t’en prends autant ? Tu devrais peut-être investir dans un sac extensible… *.* Tiens, elle voulait revenir à mon sujet préféré ? Elle était vraiment sûre ? Bon d’abord, on tente de voir si les esca- évidemment ils décident de prendre une autre direction une fois qu’on est dessus ! U.U Au passage, heureusement qu’elle m’avait enlevée du poids juste avant parce que, clairement, y’avait des chances pour que deux-trois livres finissent par-dessus la rambarde à trois minutes près, vu que j’m’y attendais pas des masses à cette mouvance soudaine et j’avais tangué sérieusement. Bon en attendant que l’escalier se décide : Ouais j’ai l’habitude de lire beaucoup, jme faisais même disputer le soir chez moi parce que je rallumais la bougie pour continuer à lire une fois mes parents couchés ! Alors imagine quand j’ai vu la bibliothèque d’ici ! Non parce qu’on a une grande biblio chez nous aussi, hein, mais celle-ci, c’est quelque chose ! Enfin jdis chez nous… Dans notre ancien chez nous quoi ! Ptit pincement au cœur. Bizarre comme penser à Salem et à mes parents pouvait me rendre triste d’un coup, parfois… Jsuis surtout fan de poésie en fait, mais jlis vraiment de tout, surtout quand ça m’apprend des trucs, et toi ? T’aimes bien lire aussi en plus de dessiner ? Non parce que les gens qui aiment bien les arts, ils aiment tous les types d’art, non ? Par contre, j’avais jamais pensé à acheter un sac extensible, non ! C’est une très bonne idée, en fait ! Merci beaucoup ! Je la remerciais pas mal en vrai depuis t’à l’heure quand même ! En même temps, c’est vrai que c’était vraiment une très très bonne idée. Non parce que jme baladais toujours avec tout un tas de choses alors avoir un sac à la Mary Poppins (En plus elle était britannique, ça ferait ton sur ton, non ?) c’était pas mal. T’en as un toi ? ‘Tu lis, toi ?’ ‘T’en as un de sac comme ça, toi ?’ Tu veux l’épouser tant que t’y es ou quoi Lili ? C’est pas ta grande sœur modèle, hein, calme-toi, oh ! Au fait, ces escaliers ? Ils nous avaient emmenées où du coup… ? oO



Coffre-fort de princesse:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hortense Delacroix
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : 6ème année
Célébrité : Christina Nadin
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 297 Gallions : 135 Date d'inscription : 28/08/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2322-hortense-moonlight-night http://www.mumblemumps.com/t2330-hortense-liensrp http://www.mumblemumps.com/t2329-cerise-chouette-d-hortense http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Hortense & Alice
ses purs ongles très hauts dédiant leur onyx
« Oh tu sais, j’ai déjà écrit un poème sur les carottes, donc disons qu’mon sens de l’art est très… alternatif ? En marge ? » Cette révélation fit sourire Hortense. Un poème sur les carottes ? La jeune Française se demandait ce qu’un tel poème pouvait donner. Peut-être que si Hortense lui montrait ses dessins, Alice lui lirait son poème ? Peut-être même qu’elle en avait écrit d’autres. En tout cas, il n’en fallait pas plus pour la rassurer. « Bref, j’vais pas te lancer des tomates parce que t’as pas refait Le Radeau de la Méduse à l’identique, hein. » La Poufsouffle continuait d’être émerveillée par les connaissances de la Serdaigle. Elle hocha la tête. Elle était encore loin d’avoir un tel niveau, de toute façon. Mais peut-être qu’un jour, elle trouverait son style et qu’elle peindrait des œuvres dignes de musées. Hortense commençait à s’imaginer une carrière, mais elle était réaliste, elle n’en rêvait que de loin. La peinture, le dessin, elle adorait, mais il y avait beaucoup plus talentueux qu’elle ici ou ailleurs. Alice ne voulait pas révéler ce qui ne faisait pas d’elle un être humain à part entière, Hortense pouvait le comprendre. Ce n’était pas grave, elle ne lui en voulait pas. Alice était encore très jeune, si la Poufsouffle avait été lycanthrope à son âge, elle l’aurait probablement caché aussi. Hortense tenta de rassurer la jeune Serdaigle sur le fait qu’elle ne l’embêterait pas plus longtemps avec sa curiosité, qu’elle était une personne avant tout, qu’elle était elle-même. La jeune fille resta silencieuse un long moment. « Euh… merci ? Moi aussi j’suis très contente de te connaître. » Finit-elle par répondre. Hortense était heureuse qu’elle pense la même chose qu’elle. Si elle recroisait le chemin d’Alice dans les couloirs à l’avenir, elle s’arrêterait pour discuter un peu. Elle avait déjà hâte de la revoir alors qu’elles n’étaient pas encore arrivées à destination et qu’elles continuaient à faire un bout de chemin ensemble. « Merci beaucoup. » Répondit poliment Alice quand elle lui proposa son aide pour porter quelques-uns de ses livres. Hortense enchaîna la conversation sur ces fameux livres qui étaient déjà un peu lourds pour elle, alors elle n’imaginait même pas pour Alice et son dos, surtout si elle faisait souvent des aller-retours entre sa salle commune et la bibliothèque. Hortense et Alice descendaient les marches quand les escaliers décidèrent de bouger, les déséquilibrant une nouvelle fois. Deux fois dans la journée, cela commençait à faire beaucoup de déséquilibre. Alice ne finit pas les fesses par terre, cette fois. Hortense non plus d’ailleurs, elle s’était accrochée à temps à la rambarde. Ces escaliers la surprendraient toujours. « Bon en attendant que l’escalier se décide : Ouais j’ai l’habitude de lire beaucoup, j’me faisais même disputer le soir chez moi parce que je rallumais la bougie pour continuer à lire une fois mes parents couchés ! Alors imagine quand j’ai vu la bibliothèque d’ici ! Non parce qu’on a une grande biblio chez nous aussi, hein, mais celle-ci, c’est quelque chose ! Enfin j’dis chez nous… Dans notre ancien chez nous quoi ! » Hortense comprenait encore ce qu’Alice ressentait. Il y avait aussi une grande bibliothèque à Beauxbâtons et la première fois qu’elle l’avait vue, elle avait été très impressionnée. Elle n’aimait probablement pas la lecture autant que cette jeune fille très cultivée, mais voir tant d’ouvrages l’avait émerveillée.

« J’suis surtout fan de poésie en fait, mais j’lis vraiment de tout, surtout quand ça m’apprend des trucs, et toi ? T’aimes bien lire aussi en plus de dessiner ? » Tout s’expliquait alors. Alice était fan de poésie, elle devait donc écrire de jolis poèmes, parfois sur les carottes, parfois sur d’autres sujets peut-être. Hortense, quant à elle, n’était pas vraiment fan de poésie. Elle aimait parfois en lire, mais surtout en entendre. C’était tellement joli quand c’était récité par d’autres. Elle n’avait pas eu trop d’occasions d’en entendre, mais elle se souvenait que sa mère lui en avait parfois lu. « J’aime bien lire, de temps en temps, oui. » Rétorqua Hortense avec un sourire doux et amusé, mais aussi un peu nostalgique. Aujourd’hui, il lui arrivait souvent de lire pour passer le temps, pour penser à d’autres choses qu’à ses transformations, ses émotions en vrac. Elle lisait parfois pour le plaisir, mais elle ne trouvait plus assez de temps pour réellement apprécier lire. Sa concentration lui faisait aussi défaut à certaines périodes. Hortense ne fut pas plus bavarde sur le sujet parce qu’elle n’était pas en amour de la lecture comme Alice. « Par contre, j’avais jamais pensé à acheter un sac extensible, non ! C’est une très bonne idée, en fait ! Merci beaucoup ! » Elle fit un sourire à la jeune fille, pour dire qu’elle était heureuse de lui avoir donné cette idée. Si sa vie pouvait en être facilitée, elle en serait encore plus satisfaite. Ils devaient en vendre à Pré-au-Lard, si Alice pouvait s’en acheter un. Il devait y en avoir à tous les prix. « T’en as un toi ? » Lui demanda-t-elle en se tournant vers elle. Hortense secoua la tête, répondant négativement à sa question. Une de ses amies en avait un, mais pas elle. « Non, j’en ai pas. Peut-être que je devrais en acheter un moi aussi. On ne sait jamais… je suis certaine que ce serait forcément utile un jour. » Il y avait toujours un jour où on avait trop d’affaires à transporter et où on voudrait un sac plus grand. Pour le moment, son sac lui suffisait. « Bon… l’inconvénient, c’est qu’on met parfois un peu trop de temps à trouver ce qu’on cherche dans ces sacs. » Il ne fallait donc pas être pressé, surtout si on y avait mis toute sa maison. Hortense imaginait qu’avec un sac extensible, on aurait tendance à y entasser tout un tas d’affaires pas forcément utiles, comme dans un sac de fille, mais avec de l’espace illimité ou presque. La Poufsouffle descendit quelques marches quand l’escalier se stabilisa. Elles n’étaient probablement plus sur le bon chemin, d’ailleurs elle apercevait en bas de ces marches l’accès à au deuxième étage, qui n’était donc pas le rez-de-chaussée et qui n’y menait pas non plus. « On ne descend pas là… mais il ne va pas tarder à reprendre le chemin habituel… » Commenta la Française en observant les escaliers et en se disant qu’elles n’arriveraient pas à destination par ce chemin. Heureusement, comme elle s’y attendant, l’escalier se remit à bouger. Elle aurait presque pu être voyante si la suite n’était pas si évidente. Ces escaliers ne restaient jamais très longtemps à un endroit précis. Elle le savait bien maintenant.

« En tout cas… si t’as besoin de quoique ce soit… n’hésite pas à venir me voir. Je sais que tu dois déjà avoir beaucoup d’amis, mais si t’as une petite place pour moi, je serais très contente. » Alice était si adorable que l’inverse lui paraissait improbable. Ils devaient tous se bousculer pour l’aider, pour jouer les grands frères et les grandes sœurs. Hortense ne cherchait pas à jouer la grande sœur, mais si Alice voulait passer du temps avec elle, elle ne serait absolument pas contre. La Poufsouffle continua à descendre les marches aux côtés de la Serdaigle en espérant que les escaliers se tiennent sages. « J’avoue que je ne compte pas encore de poètes parmi mes amis. » Ajouta-t-elle avec un clin d’œil à la jeune fille. Et encore moins de fans de carottes. Hortense ne savait pas ce qu’elle pouvait raconter d’autres à Alice. Elle était simplement contente d’avoir fait une si jolie rencontre, par le plus grand des hasards. Des rencontres comme celles-là, elle aimerait en faire plus souvent.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.



-- werewolf --
no cure for this illness
Revenir en haut Aller en bas
Alice Thears P.
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Première année à Serdaigle
Célébrité : Maisie de Krassel
Pseudo : Manu Âge : 92 Parchemins : 2611 Gallions : 1310 Date d'inscription : 30/07/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2205-alice-thears-presa-petite-ameri http://www.mumblemumps.com/t2216-alice-thears-presa-princesse-avec-de-minuscules-ailes#56072 http://www.mumblemumps.com/t2256-alma-chouette-qui-aime-sa-rapace-de-maitresse#57203

Ses purs ongles très hauts dédiant leur onyx



Jvoyais bien que jcommençais clairement à raconter ma vie à Hortense alors que jvenais à peine de la rencontrer, avec des anecdotes à base de ‘ohlala je suis une rebelle, je rallumais la bougie une fois couchée pour continuer à lire’, comme si ça pouvait l’intéresser. … Mais bon, en même temps, elle ne se plaignait pas trop pour le moment, donc soit elle était très polie, soit elle faisait une micro-sieste sans fermer les yeux (Bah oui jpouvais être tellement ennuyante avec mes histoires hein !), soit vraiment ça l’intéressait un peu ce que jdisais, et là, on avait quand même à faire à une espèce rien rare de lupa patiens. Du coup, fallait clairement la jouer fine, parce que jvenais à bout de la patience de nombreuses personnes, alors bon, fallait pas que j’abuse trop non plus, surtout pour une première rencontre. J’aime bien lire, de temps en temps, oui. Et voilà, Lili, t’es contente ? T’as vu cette réponse en mode : ‘oui oui parfois oui, allez tais-toi’ ? Ça y est, tu commençais à ne plus l’intéresser. En même temps, tu poses de ces questions, toi aussi ! Rohlala ! Heureusement qu’elle abordait un autre sujet avec les sacs extensibles hein ! Elle, au moins, elle relançait la conversation, pas comme toi ! Mais évidemment, j’avais aussi demandé si elle en avait un… Mon modèle c’était Shelley hein, pas Hortense ! En plus, jvenais de la rencontrer et je l’assaillais déjà de questions. Heureusement, qu’elle était endurante et super chou, hein. *.* Non, j’en ai pas. Peut-être que je devrais en acheter un moi aussi. On ne sait jamais… je suis certaine que ce serait forcément utile un jour. Pas faux. Après tout, pouvoir transporter un tas de choses à l’abri des regards et sans se soucier de la place que ça prendra, c’était carrément un atout pour n’importe qui ! Bon… l’inconvénient, c’est qu’on met parfois un peu trop de temps à trouver ce qu’on cherche dans ces sacs. Ouais elle visait juste là aussi. Mais du coup, imaginons que tu puisses mettre n’importe quoi dans ce sac : Ce serait un vol hypra rentable si tu t’y prends bien, non ? Parce que si c’est pour faire un braquage, autant voler le maximum de choses, et du coup un sac extensible, c’était juste l’accessoire parfait ! *.* Jpeux même pas imaginer tous les bonbons que tu pourrais prendre en une fois. Ouais, c’était décidé, si jdevais me reconvertir un jour dans le crime, j’achèterais ce sac et je dévaliserais Honeydukes avant de disparaître à jamais dans un océan de sucreries. Le rêve. Un rêve rien inavouable, parce qu’illégal, mais franchement, c’était une option à envisager, rien worth quand même ! Et puis sait-on jamais que mon secret soit dévoilé et que tout Poudlard me jette l’opprobre, autant partir en beauté plutôt que se morfondre, non ? oO Idée à développer. Tu crois que des enfants sont déjà tombés dans un sac extensible et se sont perdus à jamais à l’intérieur ? oO Non parce que c’était ça aussi le truc. Si tu pouvais mettre une tonne de choses, imagine un gosse y entre et pouf il ne retrouve plus la sortie, à jamais perdu dans un labyrinthe de livres, plumes, vêtements et autres sucreries volées chez Honeydukes. C’était un risque à ne pas sous-évaluer, clairement. Je sais pas si le rapport bénéfice/risque est vraiment ok avec ce genre de choses, en fait. Ce serait à étudier avant d’acheter. Bah oui, hein, j’avais pas trop envie d’être à jamais perdue dans un sac, moi. U.U

Oh tiens, l’escalier s’est arrêté. Jvois Hortense descendre quelques marches alors jme mets en route aussi et j’allais clairement aller jusqu’au bout quand jla vois s’arrêter et dire : On ne descend pas là… mais il ne va pas tarder à reprendre le chemin habituel… Teach me sensei *.* Oh et justement l’escalier se remet en route, mais bon, vu qu’elle m’a prévenu, cette fois-ci, jm’y attendais un peu plus. En tout cas… si t’as besoin de quoique ce soit… n’hésite pas à venir me voir. Je sais que tu dois déjà avoir beaucoup d’amis, mais si t’as une petite place pour moi, je serais très contente. Beaucoup d’amis ? oO Est-ce que j’avais beaucoup d’amis, moi ? Non parce que j’avais pas mal de monde qui gravitait dans mon entourage. Essentiellement parce que je parlais un peu à tout le monde sans problème. Mais finalement, des amis, j’en avais pas tant que ça non plus hein ! Hattie et Fraser évidemment ! Et c’était déjà beaucoup, surtout parce que ma BFF était la plus parfaite des plus formidables et parce que Fraser était toujours intrigant, donc on pouvait pas s’ennuyer avec les deux, mais sinon… Oui il y avait Niall aussi, ce petit chat trop mignon qu’on pourrait regarder faire pousser des fleurs pendant des heures. Ouais c’est ça, il y avait des tas de plus grands qui gravitaient autour de moi, ou plutôt autour desquels j’allais graviter (en les embêtant sûrement beaucoup … Sauf quand c’est eux qui m’embêtaient comme Maddox, le gentil relou), mais jsais pas si j’avais tant de vrais amis que ça ! J’avoue que je ne compte pas encore de poètes parmi mes amis. Oh, je pouvais pas refuser après ça ! *.* Même si bon c’était bizarre comme demande une amitié, elle me flattait, donc j’allais pas dire, non, hein ! Ce serait un véritable plaisir de te compter parmi mes amis. Un peu trop guindé ? Oui je sais, parfois la petite fille de bonne famille prenait les devants. Surtout devant une demande si solennelle d’amitié, je savais pas trop quoi répondre de plus. Oui mais non, c’était pas possible de répondre aussi carré, alors que j’étais pas du tout carré comme fille, moi, hein ! Il faudra un truc rien sympa pour sceller notre nouvelle amitié dans le marbre. En plus d’un secret partagé, bien sûr ! Je te propose que la prochaine fois qu’on se voit, on s’offre un truc ! Mais ça va pas de demander des cadeaux comme ça, Lili ? O.O Si Maman nous voyait, elle dirait que ce n’est clairement pas digne d’une jeune fille de notre situation, hein ! Bon, en même temps, comme je lui disais que je lui offrais quelque chose en retour, ça allait, non ? Et puis j’avais bien ma petite idée sur le cadeau. Disons, par exemple, un dessin contre un poème. Un peu comme Cézanne et Zola quoi ! Même si bon, pour le coup, Zola était plus romancier quand même ! Alors : deal ? *.*



Coffre-fort de princesse:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hortense Delacroix
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : 6ème année
Célébrité : Christina Nadin
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 26 Parchemins : 297 Gallions : 135 Date d'inscription : 28/08/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2322-hortense-moonlight-night http://www.mumblemumps.com/t2330-hortense-liensrp http://www.mumblemumps.com/t2329-cerise-chouette-d-hortense http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

Hortense & Alice
ses purs ongles très hauts dédiant leur onyx
Avoir une conversation sur les sacs extensibles avec une élève de première année pour une première rencontre paraissait invraisemblable, et pourtant, c’était ce qu’Hortense et Alice étaient en train de faire. La Poufsouffle n’en avait pas, mais elle irait sans aucun doute se renseigner sur ces sacs dès qu’elle le pourrait. Elle n’était pas de ceux qui souhaitaient tout avoir, mais là, elle voulait vraiment un sac où elle pourrait ranger absolument tout ce qu’elle veut. Ainsi, elle n’oublierait plus jamais rien, elle aurait tout à portée de main ou presque, le temps de trouver ce qu’elle recherchait au fond du sac. « Tu crois que des enfants sont déjà tombés dans un sac extensible et se sont perdus à jamais à l’intérieur ? » Cette question fit rigoler Hortense. Elle ne s’y attendait pas. C’était à la fois tellement innocent et tellement légitime comme question. Elle n’en avait absolument aucune idée. Elle se demandait comment était l’intérieur d’un sac et comment on en trouvait la sortie. Un adulte ne pourrait définitivement pas y entrer, elle en était presque certaine. Il devait y avoir une taille ou un poids maximum. Mais un enfant ? Ou un animal ? C’était un sujet à étudier. Derrière la question la plus adorable du monde, il y avait de grands mystères. « Je sais pas si le rapport bénéfice/risque est vraiment ok avec ce genre de choses, en fait. Ce serait à étudier avant d’acheter. » Hortense se retint de rire à nouveau, mais elle se contenta de sourire avec tendresse. Alice était vraiment trop adorable. Elle était heureuse d’avoir fait sa rencontre, elle était sûrement ce qui lui était arrivé de plus beau dans la semaine, sans exagération. En même temps, son plus beau moment de ces jours derniers, c’était le soir où il y avait eu de la tarte au citron meringuée en dessert. « Je crois que tu as raison, faire quelques recherches ne coûte rien. Mais si tu te perds dans ton sac, je viendrai te chercher. » Hortense, la sauveuse. Elle était presque persuadée qu’il était impossible pour un enfant d’entrer dans un sac extensible, sinon imaginez les cas de kidnappings qu’il pourrait y avoir dans le monde des sorciers. C’était effrayant d’y penser. Elle était bien placée pour savoir que même chez les sorciers, il y avait de grands malades. Ambroise en était un, il n’était sûrement pas le seul. Ses réflexions étaient nettement moins joyeuses que quelques instants plus tôt. Vite, il fallait reprendre des pensées plus positives et arrêter de penser à ce pervers narcissique et dérangé. Alice était là et c’était tout ce qui devait compter pour l’instant. Une présence aussi innocente et sympathique dans son entourage lui suffirait à être heureuse. Elle serait honorée d’avoir une amie comme Alice, même si elles n’avaient pas le même âge. « Ce serait un véritable plaisir de te compter parmi mes amis. » Répondit Alice à Hortense, ce qui lui fit énormément plaisir aussi. Hortense fit un grand sourire à sa nouvelle amie. Désormais, elle irait souvent prendre de ses nouvelles et passer du temps avec elle si elle le pouvait. Elle avait aussi très envie de l’inviter quelque part, à Pré-au-Lard, par exemple dans le salon de thé où elle n’avait encore jamais mis les pieds, mais elle avait entendu qu’il était pas trop mal. Elle lui ferait part de cette idée plus tard, si elles continuaient à s’entendre aussi bien. Hortense ne devait pas trop s’emballer non plus, peut-être qu’Alice allait très vite l’oublier.

« Il faudra un truc rien sympa pour sceller notre nouvelle amitié dans le marbre. En plus d’un secret partagé, bien sûr ! Je te propose que la prochaine fois qu’on se voit, on s’offre un truc ! » Proposa Alice quelques instants plus tard. Hortense était surprise, elle ne s’attendait pas à une telle proposition. Est-ce que les nouvelles amitiés se scellaient par un cadeau chez Alice ? C’était curieux. « Disons, par exemple, un dessin contre un poème. » Oh, tout s’éclairait à présent. Hortense hocha la tête. Elle était tout à fait d’accord. Elle ne savait pas encore ce qu’elle allait dessiner pour Alice, mais elle aimait beaucoup le défi. « C’est d’accord ! » Elle illustrerait peut-être un des livres qu’Alice aime bien, elle ne savait pas encore. Elle y réfléchirait. Et puis, peut-être qu’elles pourraient s’échanger leurs cadeaux à Pré-au-Lard. Hortense pensa alors soudain au fait qu’Alice était encore jeune et qu’elle n’avait peut-être pas encore l’autorisation d’aller au village sorcier. Elle avait entendu dire qu’il fallait être en troisième année pour y aller, elle ne s’en rappelait plus parce que jusqu’à présent, elle n’était pas concernée. Sans s’en rendre compte, l’escalier avait finalement déposé les filles au rez-de-chaussée. « C’est là que nos chemins se séparent. » Annonça la brune devant la grande salle. Hortense allait rejoindre la table de Poufsouffle et Alice celle de Serdaigle. Mais elles se reverraient bien vite. La Poufsouffle tendit la main vers Alice pour lui dire au revoir de façon un peu cérémonieuse, parce que c’était plus marrant et qu’elle espérait, cette fois, qu’elle n’ait plus peur de lui saisir la main. Elle garderait cette rencontre longtemps en mémoire.
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.



-- werewolf --
no cure for this illness
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
Ses purs ongles très hauts dédiant leur onyx .*.* Hortense
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour une occasion très spéciale !
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Slaanesh : talon hauts et bouton sur la fesse droite!
» Des animaux très curieux .
» Une blague très raffinée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: SAISON 2-
Sauter vers: