Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

(rowan&maelys) don't you dare play the victim

Rowan Moore
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : 2e année de GISIS Sécurité magique
Célébrité : Diego Barrueco
Pseudo : .sparkle Âge : 27 Parchemins : 630 Gallions : 555 Date d'inscription : 30/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1704-rowan-heartbroken http://www.mumblemumps.com/t1731-rowan-liensrp http://www.mumblemumps.com/t1730-rowan-maella-la-chouette-triste http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

don't you dare
play the victim


grande icone  grande icone
Début novembre, le Gryffondor décida qu’il était temps d’avoir une petite conversation avec Maelys. En quelques jours, il l’avait beaucoup trop souvent croisée avec un certain né-moldu de sa maison. Il était plus ou moins au courant qu’ils se fréquentaient cet été, mais ils le faisaient discrètement et il n’avait rien dit. Il n’avait rien dit, mais ce n’était pas l’envie qui lui avait manqué. Le sorcier avait failli suivre sa sœur plusieurs fois pour l’engueuler une fois prise sur le fait, mais il avait eu d’autres choses à faire, comme avoir ses parents sur le dos tout l’été. Cet été avait été difficile pour Rowan. Ses parents étaient présents sur le campement, à Pré-au-Lard, et ne l’avaient presque pas lâché. Ils voulaient s’assurer qu’il ne faisait pas de bêtises, qu’il faisait des efforts pour s’entendre avec celle qu’ils avaient choisi pour lui : Brooke. Rowan avait pris un malin plaisir à leur monter que non, il ne l’avait pas accepté. Dans d’autres circonstances, peut-être qu’il aurait pu s’entendre avec elle, bien qu’elle prétendît avoir tenté de l’approcher par le passé et qu’il n’y avait vu que du feu. Rowan ne faisait plus tellement attention aux filles depuis la mort de Zoella. Il avait eu quelques relations d’un soir, mais rien de concret. Il n’était plus tombé sous le charme d’une fille jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’il était déjà sous le charme de quelqu’un, sa meilleure amie, Cassandre. Plus il réalisait à quel point elle comptait pour lui, plus il se remettait de la mort de celle qu’il aimait. C’était une pente difficile à remonter. Zoella était morte depuis presque deux ans, après que son secret ait été dévoilé par Maelys sous la pression parentale. Rowan le lui avait pardonné parce qu’elle était sa sœur. Mais au fond, il lui en voulait toujours un peu. Alors quand, à la rentrée, il comprit que la relation entre la brune et son sang-de-bourbe n’était pas qu’une passe, il commençait à voir rouge. Maelys ne savait pas qu’il était au courant, mais rien ne lui échappait. Rowan ne pouvait plus faire semblant d’ignorer ce qu’il se passait plus longtemps. Il fallait qu’il lui parle. Quelques heures plus tôt, il avait envoyé à sa sœur sa chouette, nommée Maella, contraction entre Maelys et Ornella, pour qu’elle lui apporte une lettre. Maelys, arrange-toi pour me rejoindre à la bibliothèque après les cours. Il faut qu’on parle. Rowan. Un message bref et clair, qu’elle ne pouvait pas mal interpréter. Le Gryffondor ne connaissait pas tout l’emploi du temps de sa sœur par cœur, mais il savait que ce jour-là, en général, ils finissaient à peu près en même temps. Après les cours, les aurors raccompagnaient en général les élèves soit dans leurs salles communes, soit à la bibliothèque pour ceux qui le souhaitaient, soit ailleurs s’ils étaient de bonne humeur et pas trop occupés. Rowan n’en doutait pas, elle viendrait et serait à l’heure. Maelys avait trop peur des conséquences si elle posait un lapin à son frère.

A la fin des cours, Rowan s’était rendu avec un groupe d’élèves et l’auror les accompagnant à la bibliothèque. Ce n’était pas un endroit qu’il fréquentait beaucoup, même s’il lui arrivait de venir y chercher des renseignements pour ses devoirs. Il savait que s’il se mettait dans un coin et qu’il ne parlait pas trop fort, il pourrait avoir une discussion tranquille avec Maelys. De plus, comme c’était un endroit public, il ne pourrait pas trop s’énerver et cela lui éviterait de se mettre à crier sur elle. Il trouva donc une table, entourée d’étagères, sans voisins. C’était l’endroit parfait pour discuter. Sauf qu’elle était déjà occupée par un garçon de deuxième ou troisième année, un Poufsouffle en plus. « Bouge de là… » Dit-il au garçon. Il avait dû être très convainquant car le jeune se dépêcha de ranger pour lui laisser la place sans protester. Rowan affichait un sourire victorieux et supérieur. Il faisait vraiment peur aux plus jeunes quand il ne souriait pas et qu’ils ne le connaissaient pas. Ils ne savaient pas qu’en réalité, Rowan était un gars plutôt sympathique, qui aimait déconner, mais pas trop. Parce que le sorcier s’énervait assez vite quand même quand on faisait quelque chose qui lui déplaisait. Le sorcier s’installa, sortit ses affaires pour faire semblant de travailler et attendit sa sœur. Elle avait intérêt d’être seule et d’arriver vite. Il ne patienta pas très longtemps avant de la voir arriver. « Ça va, ça a été les cours ? » Demanda-t-il le temps qu’elle s’installe à son tour. Rowan ne passait pas tout son temps avec ses sœurs, alors de temps en temps, il essayait de discuter avec elles, de prendre de leurs nouvelles. Il était un peu moins proche d’elles depuis la guerre, mais il faisait des efforts pour retrouver le lien qu’ils partageaient. « Quoi de nouveau ? » Le Gryffondor se demandait si Maelys lui parlerait de Zeppelin, si elle oserait lui dire qu’elle fréquentait un né-moldu malgré tout ce qu’il s’était passé entre Rowan et Zoella, malgré son rôle dans cette histoire tragique. Il se mordit l’intérieur de la lèvre. Il avait qu’elle ne lui dirait rien. Elle avait bien trop peur de sa réaction. Elle avait raison. « Tu me déçois, Maelys… » Lança-t-il en croisant les bras face à sa petite sœur. Il pensait qu’au moins, elle aurait l’audace de le lui dire en face, des mois plus tôt. Il aurait dû être la première personne à qui elle en parlerait. Il aurait dû approuver cette relation avant qu’elle ne se lance dans cette histoire, et bien sûr, il ne l’aurait pas fait. « Ornella est au courant ? » Siffla-t-il entre ses dents serrées, tout en sentant la colère monter. Si leur sœur était au courant et qu’elle ne lui avait rien dit non plus, il allait tout casser.

-- Rowan & Maelys --
made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Maelys Moore
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Célébrité : Danielle Campbell
Âge : 36 Parchemins : 72 Gallions : 468 Date d'inscription : 25/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur




   
Don't you dare play the victim

   
It is honorable to be accused by those who deserve to be accused

   
Maelys vivait une histoire simple avec un camarade de Gryffondor. Zeppelin était connu pour être un coureur de jupons et à vrai dire la sorcière n’avait pas imaginé que leur histoire se prolongerait autant. Au départ, quand elle était tombée sur lui lors de la coupe du monde de Quidditch, elle avait simplement voulu s’amuser. Elle étudiait beaucoup mais elle enviait aussi beaucoup sa sœur qui avait cette faculté à attirer les garçons autour d’elle. Ne pouvait-elle en faire autant ? Non. Elle n’avait que réussi à attirer celui qui acceptait n’importe quoi portant une jupe. Elle n’avait pas craint de s’afficher avec lui, estimant que cette histoire n’était pas vouée à durer. Depuis qu’elle n’avait pas su garder le secret de son frère aîné, elle s’attendait à ce que sa sœur ou son frère ne vienne lui faire la morale ou lui reprocher ce choix qui n’avait rien de judicieux. Après tout, Zoella, celle que Rowan avait aimé, était morte parce que son sang n’était pas suffisamment pur selon ses parents. Ornella lui en voulait toujours un peu et Maelys avait seulement voulu combler son sentiment de solitude. Les choses n’étaient plus vraiment les mêmes, quand bien même Rowan lui adressait à nouveau la parole.

Assise dans l’un des fauteuils de la salle commune des Serdaigle, elle discutait avec une amie quand elle vit Maella lui déposer un mot. Cette chouette appartenant à son frère, elle fut intriguée et décrocha délicatement le parchemin de la patte du volatile. Maelys, arrange-toi pour me rejoindre à la bibliothèque après les cours. Il faut qu’on parle. Rowan. La brune haussa un sourcil interrogateur. Bonjour Rowan. Au revoir Rowan. Ce mot était tellement bref qu’elle avait la désagréable impression qu’elle n’y serait pas forcément bien accueillie. Son frère avait changé depuis ce jour terrible et elle ne comprenait pas vraiment comment il avait pu basculer dans des pensées aussi extrêmes. Pour sa part, cet évènement tragique dont elle était responsable lui avait ouvert les yeux. Le sang ne méritait pas la peine de mort. Et le ton du message ne laissait pas vraiment croire à un bon présage. La mine assombrie, une amie lui demanda ce qu’il se passait. « Mon frère me donne rendez-vous après les cours. Je sens que ce ne sera pas pour me parler de choses joyeuses… » Attrapant ses affaires, elle suivit ses camarades, l’esprit clairement concentré sur ce rendez-vous bien mystérieux.

***

Maelys fréquentait bien plus souvent cet endroit que son aîné et quand elle arriva, les lieux étaient loin d’être vides. Pourquoi avoir choisi ce lieu ? Il n’était pas si simple d’avoir une conversation, la bibliothécaire pestant dès qu’une mouche bourdonnait dans le silence des lieux. A présent, il était quasiment impossible de se promener sans chaperon. Une auror la suivait comme son ombre, elle et d’autres élèves de sa promotion qui souhaitaient également emprunter des ouvrages pour leurs devoirs. Une fois sur place, elle jeta un coup d’œil circulaire et vit un élève de seconde année fuir une rangée comme la peste. Inutile de chercher plus longtemps…

S’engageant dans la direction, elle le découvrit assis à une table. Sympathique, déconneur, oui ces qualificatifs avaient pu autrefois le concerner. A présent, il ne restait plus grand-chose. Seule une ombre, un monstre qu’elle avait elle-même engendré. Son cœur se serra et se mit à battre plus fort dans sa poitrine. Egal à lui-même, il ne la salua pas vraiment. Se mordant légèrement la lèvre inférieure, Maelys s’assit en face de lui et attrapa un livre pour donner le change. « Bonjour Rowan. Oui, ça va. Et toi ? » C’était une simple question de politesse. En réalité, elle n’allait pas si bien mais depuis des semaines maintenant elle savait ne plus vraiment pouvoir compter sur lui. Elle allait même en obtenir la preuve d’ici quelques minutes. « Quoi de nouveau ? » La question la déconcerta. Quoi de nouveau… Devait-elle feindre rien du tout ou parler de Zeppelin ? Il ne représentait rien pour elle. Du moins officiellement. « Rien de bien particulier. »

« Tu me déçois, Maelys… » Les mots la frappèrent autant qu’une gifle. L’incompréhension qui se reflétait dans ses yeux n’était pas feinte avant qu’elle ne se rembrunisse et les baisse.  « Ornella est au courant ? » Comment osait-il la juger de la sorte ? Lui qui devrait mieux comprendre que quiconque ? Une chose était certaine, elle avait vraiment bien fait de ne rien lui dire. La réaction qu’il déployait ne faisait que renforcer son sentiment. Inspirant, elle se redressa et le toisa. « Au courant de quoi ? Que je fréquente Zeppelin ? Peut-être. Je ne m’en suis pas cachée. Et je ne vois pas en quoi cela te regarde, je n’ai pas l’intention de me marier avec lui. Tu t’amuses aussi avec les filles, non ? Pourquoi ne pourrais-je pas en faire autant ? » Sa voix sifflait autant que la sienne. « Je t’ai déçu ? Toi aussi. Toi aussi tu me déçois depuis des mois. Oui, j’ai fait une erreur, ils m’ont arraché cette information et je le regrette chaque jour qui passe mais toi, toi tu es devenu un bel hypocrite. Un lâche. Je me demande comment tu fais pour te regarder en face, toi qui a aimé Zoella et qui à présent tient les mêmes discours. Ah tu peux faire le fier, dire que tu sais tout mieux que tout le monde. Zeppelin est un coureur de jupons, j’en suis consciente. Si c’était tout ce que tu avais à me dire, je m’en vais. »

Elle se redressa. Jamais elle n’avait vraiment osé lui cracher tout ça au visage. La colère aidait. Elle lui en voulait de lui reprocher et bien sûr qu’elle comprenait très bien qu’il voulait se venger, il en avait le pouvoir. Depuis le début elle avait réfléchi à comment elle présenterait la chose. Il était hors de question que Zeppelin paie pour son erreur. Son cœur se serra. Il fallait que Rowan achète cette version sans rien lui demander de plus. Un coup de poker, certes mais elle n’avait pas vraiment le choix.

   ☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Rowan Moore
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : 2e année de GISIS Sécurité magique
Célébrité : Diego Barrueco
Pseudo : .sparkle Âge : 27 Parchemins : 630 Gallions : 555 Date d'inscription : 30/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1704-rowan-heartbroken http://www.mumblemumps.com/t1731-rowan-liensrp http://www.mumblemumps.com/t1730-rowan-maella-la-chouette-triste http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

don't you dare
play the victim


grande icone  grande icone
Rowan avait donné rendez-vous à sa sœur dans la bibliothèque. Il attendait qu’elle arrive. Le sorcier avait viré un élève de sa table pour prendre la meilleure place. Personne ne les dérangerait ici. Il se demandait si sa sœur se doutait de l’objet de ce rendez-vous. Maelys devait savoir qu’il finirait par apprendre un jour ou l’autre qu’elle sortait avec un né-moldu. Il restait convaincu qu’elle aurait dû venir lui en parler. Le Gryffondor ne tarda pas à voir la Serdaigle arriver et s’installer. Il demanda à sa petite sœur si ses cours s’étaient bien passés. « Bonjour Rowan. Oui, ça va. Et toi ? » Pour seule réponse, il hocha la tête. Avant de passer sur une nouvelle question. Il voulait qu’elle avoue d’elle-même. « Rien de bien particulier. » Finit-elle par répondre. Rowan commençait à s’énerver encore un peu plus, à l’intérieur. Il baissa un instant les yeux. Comment aborder la chose ? Comment lui dire qu’il savait ? Il avait l’habitude de ne pas passer par quatre chemins. Il lui exprima alors sa déception. Si elle ne comprenait pas tout de suite ce qu’il voulait dire, elle finirait bien vite par le comprendre. Rowan demanda si Ornella, son autre petite sœur, était au courant. Elle avait intérêt à être honnête. Elle était loin, la jeune Maelys qui n’osait pas répondre à son grand-frère. « Au courant de quoi ? Que je fréquente Zeppelin ? Peut-être. Je ne m’en suis pas cachée. » Alors Maelys savait parfaitement de quoi Rowan voulait lui parler. Rowan sentit tous les muscles de son corps se tendre quand elle parla de Zeppelin. Le Gryffondor voyait très bien qui c’était. Il ne l’aimait pas particulièrement. Il n’avait pas confiance en lui. Il ne méritait pas Maelys. Et puis, il était né-moldu. Elle le savait aussi bien que lui. Elle jouait à un jeu qui ne plaisait pas du tout à Rowan. Et si Ornella l’avait su, alors elle aurait dû venir lui parler de ce problème. Il fallait qu’il ait une discussion avec elle aussi. « Et je ne vois pas en quoi cela te regarde, je n’ai pas l’intention de me marier avec lui. Tu t’amuses aussi avec les filles, non ? Pourquoi ne pourrais-je pas en faire autant ? » Rowan avait une mauvaise réputation, à tort. Il ne s’amusait pas avec les filles, pas plus qu’un autre. D’ailleurs, depuis la mort de Zoella, il n’y avait eu qu’une ou deux filles. Pendant des mois, il avait prétendu sortir avec Perséphone pour qu’on le lâche. Comme Maelys ne savait pas que c’était faux, il y avait bien sûr eu Perséphone, mais c’était sérieux et avait duré des mois. Et puis, il avait été fiancé. Il n’en voulait pas de ces fiançailles, et si Maelys ou Ornella se retrouvaient dans la même position que lui, elles n’en voudraient pas plus que lui. Rowan n’aimait vraiment pas imaginer sa sœur s’amuser avec des garçons. Pour lui, elle était toujours un bébé. Elle avait grandi, mais il avait encore l’image d’une petite fille qui le collait et qui cherchait son attention en permanence, avant que Cassandre n’arrive dans sa vie au déménagement.

« Je t’ai déçu ? Toi aussi. Toi aussi tu me déçois depuis des mois. » Rowan serra les dents. Ils avaient déjà eu des disputes similaires sur le sujet, mais elle n’arrivait pas à comprendre qu’il avait changé pour une seule raison, pour qu’on ne blesse plus jamais ceux qu’il aimait et qu’il ne soit plus blessé en retour. C’était une armure plus qu’un masque. « Oui, j’ai fait une erreur, ils m’ont arraché cette information et je le regrette chaque jour qui passe mais toi, toi tu es devenu un bel hypocrite. Un lâche. » Maelys parlait de son aveu aux parents, celui qui avait coûté la vie de Zoella, celui qui avait tout changé. Rowan savait parfaitement qu’elle avait été manipulée et mise sous pression, qu’elle n’aurait jamais trahi son frère si facilement. Elle l’avait quand même trahi, au final. « Je me demande comment tu fais pour te regarder en face, toi qui as aimé Zoella et qui à présent tiens les mêmes discours. Ah tu peux faire le fier, dire que tu sais tout mieux que tout le monde. Zeppelin est un coureur de jupons, j’en suis consciente. Si c’était tout ce que tu avais à me dire, je m’en vais. » Elle se redressa, comme pour appuyer ses deniers mots. « Tu restes à ta place. » Prononça Rowan d’un ton autoritaire, sans crier ou hausser la voix, mais il était à deux doigts de le faire. Ils étaient dans un lieu où cela ne passerait pas, alors il se contrôlait pour le moment. Les mots de Rowan étaient à double-sens. Il voulait que Maelys reste à sa place, littéralement, qu’elle ne s’en aille pas, mais aussi qu’elle arrête de lui parler sur ce ton, qu’elle allait beaucoup trop loin. « Tu peux parler d’hypocrisie, t’es pas mieux, Maelys. T’aurais dû venir m’en parler avant que je ne l’apprenne par moi-même. Tu sais ce qu’il s’est passé quand papa et maman ont appris pour Zoella. Tu crois qu’ils se sont posés des questions ? Tu crois qu’ils vont laisser Zeppelin en paix parce que c’est pas une relation sérieuse ? T’es naïve, ma pauvre. » Rowan voulait que sa petite sœur ouvre les yeux, qu’elle se rende compte qu’il n’était pas le gros connard qu’il laissait voir à tous. Elle était censée le connaître mieux que n’importe qui, elle était censée deviner qu’il s’inquiétait pour elle. Le sorcier secoua lentement la tête, désapprouvant sa façon d’agir. Maelys mettait Zeppelin en danger. Au fond, il en avait rien à foutre de Zeppelin, mais celle qui finirait blessée, c’était sa petite sœur qu’il aimait énormément. « Vous vous cachez même pas, si j’ai fini par l’apprendre, eux aussi le peuvent. Tu crois qu’il y a pas un opportuniste dans cette école qui irait te dénoncer en échange d’une faveur ? Pour l’instant, on est coincés dans le château, mais ça ne sera pas toujours le cas. » Maelys semblait faire confiance aux élèves du château, elle oubliait qu’ils ne voulaient pas tous son bonheur. Et si Rowan voulait la protéger d’une peine de cœur, d’autres s’en fichaient royalement.

« Si tu penses vraiment que je suis un lâche qui a retourné sa veste sans raisons, alors t’as vraiment rien compris. » Le Gryffondor avait tellement souffert qu’il ferait tout pour que Maelys ne vive pas la même histoire que lui. Elle était naïve de penser que parce qu’elle était la petite dernière ou parce qu’elle était plus intelligente, elle s’en sortirait différemment. Et même si Rowan comptait à présent faire tomber ses parents, il n’y arriverait peut-être pas avant que le mal en soit fait. « Tu vas rompre avec Zeppelin. » Finit par ajouter Rowan, c’était bel et bien un ordre.

-- Rowan & Maelys --
made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Maelys Moore
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Célébrité : Danielle Campbell
Âge : 36 Parchemins : 72 Gallions : 468 Date d'inscription : 25/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Don't you dare play the victim

It is honorable to be accused by those who deserve to be accused

Ce rendez-vous avait tout du traquenard, pour autant la sorcière s’y était rendue. Rowan n’était pas vraiment du genre patient et elle faisait profil bas depuis plusieurs mois maintenant. Commençant par le saluer et rester évasive, elle le vit peu à peu s’agiter sur sa chaise. Elle avait donc vu juste, son frère essayait de lui faire dire quelque chose, quelque chose qu’elle n’avait pas mentionné. Il baissait les yeux, cherchant probablement à trouver les mots pour ne pas brusquer la fin de leur conversation. Restant droite, les avant-bras posés sur la table, la jeune femme attendait. Finalement, il annonça être déçu, mot très fort qui affecta l’adolescente plus que prévu. Une vague de colère la submergea également : était-il en train de menacer Zeppelin, Zeppelin qui n’était pour elle qu’une expérience ? Ce n’était pas un garçon difficile et elle s’attendait à chaque instant à être abandonnée pour une autre. D’ici là, elle prenait tout ce qu’il pouvait lui apprendre, pour avoir une vie adolescente comme toutes les autres. Les ambitions de leurs parents, à présent, lui passaient par-dessus la tête. Elle obéissait mais envisageait déjà de partir du foyer pour faire sa propre vie. Elle n’en avait simplement pas encore le courage, ni trouvé la personne qui lui permettrait d’assumer ce choix. Ne voyant que le né moldu pour chagriner son frère, elle devina que le sujet concernait son boyfriend. Bien. Mais qu’il mette leur sœur dans la balance ne lui plut pas. Leur relation était toujours fragile mais jamais la brune ne laisserait son aîné s’en prendre gratuitement à celle qu’elle admirait. Crachant son venin, la sorcière était décidée à ne plus se laisser dicter sa vie. Longtemps elle avait écouté des préceptes qu’elle avait compris idiots depuis la mort de Zoella. Quand bien même elle n’avait pas supporté cette camarade, elle avait compris que les idéaux de ses géniteurs étaient sinistres.

En attendant, Rowan ne se gênait pas pour avoir des histoires, quand bien même on lui parlait de fiançailles. Il y avait eu Perséphone. Mais elle avait entendu des rumeurs, avant même Zoella. Qu’il cherche à se poser présentement, ce n’était pas son problème. Elle en avait plus que sa claque de faire attention à ses mots et lui exprimait clairement qu’elle ne comptait pas se laisser faire. Oui, elle avait commis une erreur, elle n’avait alors pas encore compris que sa mère ou son père puisse oser la manipuler et faire du mal à leurs enfants. Maintenant, tout était plus clair.

Plus personne ne l’utiliserait. Plus personne ne lui dicterait son comportement. Lui crachant le fond de ses pensées à la figure, Maelys se redressa, prête à partir. Leur conversation ne servait plus à rien. « Tu restes à ta place. » Le ton autoritaire qu’il employa l’arrêta dans son élan mais elle ne se rassit pas. Rester à sa place. Ne comprenait-il pas ? C’était terminé, tout ça. Non, elle n’obéirait plus. Ni à lui, ni à personne. Peut-être était-ce une crise d’adolescence, une envie de montrer qu’elle avait du caractère. Certains l’oubliaient parce qu’elle essayait la plupart du temps de contenter tout le monde, en particulier Rowan. Il lui renvoya ses mots à la figure. « Je ne te dois rien, Rowan. Je ne me suis pas cachée. Je n’ai pas à te dire tout ce que je fais. Tu veux savoir où je suis ? Tu n’as qu’à t’intéresser à moi, tu sauras. » Le regard noir, elle avait bien entendu les mots. Mais… « Ils m’ont demandé si cette relation que tu avais était sérieuse ou non. Alors tu vois, comme la mienne ne l’est pas, je pense que le résultat sera différent. » Peut-être pas. Elle l’affirmait mais au fond, si elle avait dit non, est-ce que le sort de Zoella aurait pu être différent ? Cette pimbêche l’agaçait tellement que dans un élan de jalousie elle avait craché le morceau.

Comprenant que dans le fond, il était seulement inquiet, elle revint s’assoir face à lui. Oui, les opportunistes. « Pour le moment, je pense qu’ils attendent le moment où il me larguera et me laissera le cœur brisé. Ecoute, je veux juste vivre un peu. Avoir un petit-ami avec qui je ne vis rien de sérieux mais qui me permet de penser à autre chose que les cours ou bien à cette vie qu’on attend de nous. Pourquoi n’y aurais-je pas droit ? Je ne suis ni comme toi ni comme Ornella. Personne n’est jamais venu me voir… ». Elle dévoilait là une blessure profonde. Son frère et sa sœur avaient des amis à profusion, des relations amoureuses. Ornella recevait beaucoup de propositions. Pas elle. Elle n’était pas assez féminine, du genre à se battre. Il était déjà arrivé qu’elle casse le nez d’un camarade parce qu’il avait rompu avec l’une de ses amies. Un peu peste à ses heures, elle effrayait probablement la gente masculine. Mais pas lui. Zeppelin avait été une véritable bouffée d’oxygène et même si elle prétendait le contraire, elle avait des sentiments pour lui. « Alors explique-moi. Parce que personnellement, le Rowan que je vois aujourd’hui ne me plaît pas du tout. Ce n’est pas mon frère. » Se mordant nerveusement la lèvre, elle détourna les yeux jusqu’à ce qu’il n’osa lui ordonner de rompre. Dardant des yeux noirs sur lui, elle le toisa : « Je ne romprais pas avec lui parce que tu me l’ordonnes. Je le ferai parce que quand bien même je m’amuse avec lui, j’ai bien compris que je ne pouvais plus compter sur toi, ni sur Ornella. Notre relation est morte. Je ne veux plus te voir. »

Les mots, elle ne les pensait même pas. Jamais elle n’en avait prononcé d’aussi durs. Mais elle trouvait Rowan injuste. Elle se rebellait contre un ordre, une famille. Eprise de liberté, Maelys avait toujours eu ce qu’elle voulait. Sous la colère, elle voulait aussi une seule chose : le blesser. Lui faire mal comme ils avaient pu la blesser durant des mois entiers. Ces mois où elle pleurait dans son dortoir, ces mois où elle s’était sentie abandonnée et désœuvrée. Elle avait appris à vivre sans eux. Elle avait trouvé d’autres soutiens. Et surtout, la sorcière avait bien une idée en tête. Zeppelin n’avait jamais connu de rupture et plutôt que d’attendre, elle préférait la provoquer. Elle espérait bien qu’il s’accrocherait et elle pourrait alors reprendre cette relation, dans le plus grand secret cette fois. Elle avait toujours su que ce jour viendrait. Et si Zeppelin partait, au moins elle n’aurait pas été une de plus à pleurer par illusion. Elle serait la première à l’avoir laissé tomber, ce qui lui convenait bien.

☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Rowan Moore
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : 2e année de GISIS Sécurité magique
Célébrité : Diego Barrueco
Pseudo : .sparkle Âge : 27 Parchemins : 630 Gallions : 555 Date d'inscription : 30/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1704-rowan-heartbroken http://www.mumblemumps.com/t1731-rowan-liensrp http://www.mumblemumps.com/t1730-rowan-maella-la-chouette-triste http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

don't you dare
play the victim


grande icone  grande icone
Rowan n’allait pas laisser Maelys s’en tirer aussi facilement. Il lui reprocha de ne pas être venue lui parler de Zeppelin la première. Quand ils étaient plus jeunes, Maelys et Rowan étaient plus proches et elle lui racontait tout. Aujourd’hui, ce n’était plus le cas. Leur relation avait été brisée par la mort de Zoella. Mais au fond de lui, il aurait aimé retrouver une certaine complicité avec sa petite sœur. Il lui ordonna de rester à sa place, mais au lieu de se rasseoir, elle resta debout, pour le défier. « Je ne te dois rien, Rowan. Je ne me suis pas cachée. Je n’ai pas à te dire tout ce que je fais. Tu veux savoir où je suis ? Tu n’as qu’à t’intéresser à moi, tu sauras. » Ces mots le blessaient parce qu’il y avait une part de vérité qu’il ne pouvait pas nier. Il ne s’intéressait pas assez à la vie de ses sœurs. Il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même s’il ne savait pas ce qu’il se passait dans leur vie. « Ils m’ont demandé si cette relation que tu avais était sérieuse ou non. Alors tu vois, comme la mienne ne l’est pas, je pense que le résultat sera différent. » Rowan serra les poings sous la table. A cet instant plus que jamais, il en voulait toujours à Maelys d’avoir craché le morceau à leurs parents. Elle lui osait dire qu’elle avait avoué aux parents qu’il avait une relation sérieuse avec une née-moldue alors qu’elle n’aurait jamais dû lâcher la moindre information. Mais Maelys continuait de se voiler la face si elle croyait qu’ils feraient une différence entre une relation sérieuse et une relation de passage. Rowan desserra un peu ses poings quand elle s’installa à nouveau face à lui. Maelys avait peut-être enfin compris qu’il avait raison de s’inquiéter pour elle. « Pour le moment, je pense qu’ils attendent le moment où il me larguera et me laissera le cœur brisé. » Dit-elle en parlant des opportunistes que Rowan avait évoqué. Qu’est-ce qu’il y gagnerait d’attendre ce moment-là, à part chercher à prendre la place de Zeppelin ? « Écoute, je veux juste vivre un peu. Avoir un petit-ami avec qui je ne vis rien de sérieux, mais qui me permet de penser à autre chose que les cours ou bien à cette vie qu’on attend de nous. » Au fond, Rowan aussi voudrait qu’elle profite de sa vie, qu’elle soit heureuse, mais elle ne se rendait pas compte que le bonheur ne tient qu’à un fil et qu’elle risquait vite de perdre ce qu’elle avait acquis. Ce petit-ami, elle aurait pu le choisir autrement. Le sorcier avait l’impression de sonner comme Ornella et Maelys au moment où elles avaient découvert sa relation avec Zoella. Il y avait comme un écho à son histoire. « Pourquoi n’y aurais-je pas droit ? Je ne suis ni comme toi ni comme Ornella. Personne n’est jamais venu me voir… » Le Gryffondor trouvait ce raisonnement totalement idiot et infondé. Maelys était une très jolie jeune fille, comment pouvait-elle dire que personne ne venait la voir ? Il ne comprenait pas. Il allait lui dire à quel point elle avait tort, mais elle ne lui en laissa pas le temps.

« Alors explique-moi. Parce que personnellement, le Rowan que je vois aujourd’hui ne me plaît pas du tout. Ce n’est pas mon frère. » Rowan était blessé qu’elle ne voit pas qu’il était toujours le même sous son masque, qu’elle ne retrouve plus celui qu’il était. Il pourrait très bien l’être pour elle, mais il avait encore besoin de se protéger et de protéger les autres de ses parents. Pourquoi ne pouvait-elle pas le comprendre elle-même ? Cassandre avait compris. Ses sœurs semblaient le comprendre plus difficilement. Rowan lui ordonna alors de rompre avec Zeppelin. « Je ne romprai pas avec lui parce que tu me l’ordonnes. Je le ferai parce que quand bien même je m’amuse avec lui, j’ai bien compris que je ne pouvais plus compter sur toi, ni sur Ornella. Notre relation est morte. Je ne veux plus te voir. » D’un côté, Rowan était satisfait car elle allait rompre avec Zeppelin, mais d’un autre, il refusait d’entendre qu’elle ne voulait plus le voir. Il prit un nouveau coup au cœur. Maelys ne le ménageait pas aujourd’hui, jamais elle ne lui avait parlé aussi durement et il était blessé, car malgré son apparence de gros dur, il avait un cœur aussi et il aimait profondément sa famille. Il hésita entre deux types de réactions. Le Rowan qu’il était actuellement aurait réagi au quart de tour et se serait énervé, sans aucun doute. Mais ce n’était pas le Rowan que Maelys voulait retrouver. Elle voulait le retrouver, ce n’était pas en hurlant qu’il arriverait à la convaincre qu’il était toujours le frère qu’elle aimait. De plus, ils étaient quand même à la bibliothèque, il ne pouvait pas hurler. Ce qui fit penser à Rowan qu’elle ne pensait pas tout à fait ce qu’elle disait, c’était le fait qu’elle soit toujours assise face à lui à cet instant. « Arrête… ne dis pas ça. Tu ne peux pas dire ça. » Dit Rowan plus calmement à sa petite sœur. Il fallait que la tension retombe, il fallait qu’il arrive à la calmer. Il ignorait comment car il ne changerait pas d’avis sur son petit-ami, mais il pouvait peut-être au moins la rassurer sur un point. « Je suis désolé si je vais trop loin parfois. Tu sais bien que j’ai toujours eu un caractère de merde… Je suis toujours le même. J’ai juste… trop souffert. Je… je veux pas que tu connaisses le même sort que moi. » Il avait déjà eu ce genre de discussion avec Oktavia quand il avait découvert qu’elle était amoureuse de Maddox, un né moldu, mais cette fois, c’était différent, cette fois, c’était personnel, c’était Maelys, sa petite sœur. Alors qu’il n’avait fait qu’avertir à Oktavia, il avait décidé de forcer Maelys à rompre. « Je veux que tu sois heureuse, je veux que tu connaisses l’amour, je veux toutes ces choses pour toi, mais… je veux aussi que tu comprennes que tout peut disparaître du jour au lendemain… surtout si tu choisis de t’attacher à un né moldu. Tu ne peux pas… pas avec notre famille. » Peut-être qu’un jour, tout sera différent. Peut-être que s’il arrive à prouver que ses parents n’y étaient pas pour rien dans l’assassinat de Zoella, ils finiraient à Azkaban et leurs enfants seraient libres de faire ce qu’ils voudraient. En attendant, c’était bien trop dangereux. Maelys finira peut-être par trouver quelqu’un qui lui conviendra mieux que Zeppelin, c’était peut-être un mal pour un bien, au final.

-- Rowan & Maelys --
made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Maelys Moore
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Célébrité : Danielle Campbell
Âge : 36 Parchemins : 72 Gallions : 468 Date d'inscription : 25/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur




 
Don't you dare play the victim

 
It is honorable to be accused by those who deserve to be accused

 
Les liens du sang étaient les plus forts. C’était ce que l’on pouvait lire ou entendre et longtemps la sorcière y avait cru. A présent, depuis le drame qui les frappait, l’adolescente était passée par bien des émois différents. D’abord, cette affreuse tristesse et cette honte qui l’avaient poursuivie bien des semaines. Elle avait déçu sa fratrie et elle avait tellement regretté, tellement cherché leur pardon. Elle n’avait reçu que du mépris, de la colère et l’abandon. Perdue, elle s’était sentie très seule. Elle qui cherchait constamment leur attention avait bientôt cessé. Ah quoi bon insister ? Elle avait fait une erreur et bien sûr qu’elle la regrettait. Personne ne méritait de mourir pour une histoire de sang, quand bien même Zoella n’était pas vraiment une amie ni une camarade qu’elle portait dans son cœur. La jalousie l’avait rongée et par aveuglement, elle avait vu là le meilleur moyen de les séparer. Elle ne voulait pas qu’on lui vole son frère. Elle avait réussi. Et en payait toujours le prix. Alors, peu à peu, elle s’était éloignée. Elle se centrait un peu plus sur son cercle d’amis pendant les cours et pendant les vacances, elle avait lu. Beaucoup. Bien plus qu’à la normale car même si elle aimait apprendre, le savoir était loin d’être toute sa vie. Le Quidditch en revanche et en particulier la coupe de monde fut un évènement à ne pas rater. Voilà comment elle était tombé sur Zeppelin Johnson, le plus grand coureur de jupons de sa promotion. Contente de croiser un camarade, ils avaient discuté. Peu à peu, ils s’étaient mêmes rapprochés. Et voilà que ce frère qui l’avait ignorée lui reprocher de ne pas être venue lui en parler. La blague ! Lui tenant fièrement tête, la sorcière n’obéissait pas à ses ordres. Elle ne le craignait pas. Jamais il ne lèverait la main sur elle et il l’avait déjà blessé en plein cœur. Il ne pouvait plus l’atteindre autant qu’il ne l’avait fait jusqu’alors. Assénant ses vérités sans détour, elle se moqua bien de lui lancer des paroles qui lui causeraient de la peine. Les opportunistes qu’elle évoqua ne l’inquiétèrent pas. Non. Non personne n’avait cherché son attention avant Zeppelin. Contrairement à Ornella, Maelys n’avait pas autant de succès. Et qui voudrait sa place ? L’autre avait tellement brisé des cœurs qu’ils attendaient tous le moment où son tour viendrait. Pourquoi vouloir l’en empêcher ? Elle connaissait les risques et était même en train de réfléchir à faire ce que personne n’avait osé faire avant.

En attendant, elle continua à déverser son flot de paroles jusqu’à renier leur lien fraternel. Ce masque, il le portait trop bien. Peut-être n’avait-elle pas compris qu’il masquait son chagrin, elle ne voyait que la violence causée par la perte d’un être cher. Quant à l’ordre de rompre avec Zeppelin, Maelys ne fit que se fermer davantage. Non, elle n’obéirait pas parce qu’il lui demandait. C’était parce qu’elle l’avait déjà décidé. Elle y avait réfléchi longuement : Rowan avait raison, elle s’était attaché au Gryffondor, comme toutes les autres avant elle. Mais contrairement aux autres, elle avait décidé de le confronter à une chose qu’il n’avait jamais connu : être celui que l’on laisse tomber. Ce scandale ferait les choux gras de l’école et peut-être qu’il pourrait comprendre alors ce qu’il avait pu faire subir aux autres… Et pour appuyer sa nouvelle autonomie, elle précisa qu’elle ne voulait plus le voir, lui aussi.

Elle prenait un risque. Peut-être que la bibliothèque ne suffirait pas à contenir sa colère et qu’elle comptait un peu trop sur la menace d’une potentielle exclusion pour lui cracher tout son venin à la figure. Au fond oui, peut-être le bousculait-elle aussi pour retrouver celui qu’elle avait perdu. Attendre avec des yeux de chien battu n’avait eu aucun effet. Peut-être qu’une approche plus offensive réussirait. « Arrête… ne dis pas ça. Tu ne peux pas dire ça. » Les mots la troublèrent. Elle avait détourné les yeux et la tête, comme pour mettre une distance entre eux. Oh si elle le pouvait et elle venait même de le faire. Butée dans son raisonnement, elle l’entendit lui expliquer qu’il n’avait pas changé, qu’il avait un sale caractère et souhaitait la protéger. La protéger… « Si tu ne cherches pas à te venger, je suppose que je ne risque pas de souffrir… Et pourquoi je souffrirai d’ailleurs ? Je te l’ai dit, Zeppelin, c’est juste une expérience ! » Comme personne n’était venu la voir avant, elle avait simplement saisi l’opportunité. Mais ça, Rowan semblait ne pas vouloir le comprendre. Combien de fois avait-elle envié celles qui trouvait l’amour ou juste un petit-ami ? Cela ne durerait peut-être pas toujours, pour certains, comme eux d’ailleurs, ce serait simplement de belles découvertes avant d’être mariés à des sorciers qu’ils n’aimeraient peut-être jamais. « Rowan. Personne ne s’est jamais intéressé à moi sauf lui. Il n’est pas très difficile. Mais sais-tu ce que cela fait, de voir tes amis ou ta famille trouver une personne sauf toi ? Non. Tu as eu Perséphone, tu as eu Zoella, et d’autres encore. Moi, personne. Je suis en septième année, pas une fois un garçon est venu me voir pour… Etre avec moi. Pas. Une. Seule. Fois. » Elle avait appuyé chaque mot alors que les larmes commençaient à faire briller ses yeux. « Zeppelin est le seul. C’est un Don Juan et je le sais bien. Je n’ai aucun mérite, il drague tout ce qui bouge. Mais au moins, je peux découvrir ce qu’est… Une relation. Ce qu’est un baiser, savoir à qui envoyer une carte de jour de la Saint Valentin… Me sentir égale à mes amies. Tu comprends ça ? » Relevant les yeux vers lui, il pourrait y lire ses doutes et sa sincérité. « Je ne le larguerai pas pour toi. Je le ferai juste parce que je ne veux pas être une de plus. » Fière ? Oui certainement. « Quand je le déciderai. ». Les mots qui sortaient de sa bouche lui donnèrent bien l’impression d’être un monstre. Oui bien sûr qu’elle s’était attachée à lui et ne le souhaitait pas. Pourtant, elle n’avait que ce moyen pour s’assurer de la sincérité du jeune homme quant à ses sentiments et aussi le souhait, poussée par ses camarades, de venger tous les cœurs brisés qu’il avait laissé derrière lui. Voilà quelle était sa mission.

 ☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Rowan Moore
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : 2e année de GISIS Sécurité magique
Célébrité : Diego Barrueco
Pseudo : .sparkle Âge : 27 Parchemins : 630 Gallions : 555 Date d'inscription : 30/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1704-rowan-heartbroken http://www.mumblemumps.com/t1731-rowan-liensrp http://www.mumblemumps.com/t1730-rowan-maella-la-chouette-triste http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

don't you dare
play the victim


grande icone  grande icone
Maelys trouvait que Rowan allait trop loin. Elle avait décidé de le renier, elle ne voulait plus le voir. L’aîné des Moore ne la laisserait pas faire. Il s’excusa car il savait qu’il réagissait parfois trop et qu’il n’avait pas les mêmes réactions qu’avant, malgré la même force de caractère. La souffrance, c’était ce qui l’avait réellement fait changer. Ce qu’il voulait, c’était qu’elle ne connaisse pas le même sort que lui. Elle était trop naïve pour croire qu’elle n’était pas concernée. Il fallait qu’il la protège. « Si tu ne cherches pas à te venger, je suppose que je ne risque pas de souffrir… Et pourquoi je souffrirais d’ailleurs ? Je te l’ai dit, Zeppelin, c’est juste une expérience ! » Répondit Maelys à son frère. Rowan ne cherchait pas à se venger, ou peut-être qu’une part de lui le voulait, mais jamais il ne la dénoncerait à leurs parents. Sa vengeance, c’était de les séparer parce qu’elle ne lui en avait pas parlé avant. Il était malheureux d’être aussi éloigné de sa petite sœur car ils étaient proches, avant. S’il n’avait pas autant souffert, s’il ne portait pas ce masque, il aurait presque pu approuver le couple. Il s’en voulait un peu de ne pas réussir à faire cet effort pour elle. Mais en plus, Zeppelin lui briserait le cœur comme il en avait déjà brisé d’autres. Rowan n’avait pas vraiment confiance en lui. Maelys se croyait forte, mais elle ne savait pas ce qu’elle faisait, elle ne connaissait pas la douleur d’un cœur brisé. Elle pensait s’en protéger en rompant la première, en en ayant eu l’idée avant lui, mais Rowan n’était pas convaincu. « Rowan. Personne ne s’est jamais intéressé à moi sauf lui. Il n’est pas très difficile. Mais sais-tu ce que cela fait, de voir tes amis ou ta famille trouver une personne sauf toi ? Non. Tu as eu Perséphone, tu as eu Zoella, et d’autres encore. Moi, personne. Je suis en septième année, pas une fois un garçon est venu me voir pour… être avec moi. Pas. Une. Seule. Fois. » Avoua Maelys à son grand frère. Le Gryffondor ne comprenait pas pourquoi personne n’allait voir sa sœur. Certes, elle n’était peut-être pas aussi féminine ou confiante qu’Ornella, mais elle avait d’autres qualités, en plus d’être très jolie. Elle avait les gènes des Moore elle aussi. Il était un peu en colère contre les garçons de Poudlard pour ne pas voir à quel point sa sœur était formidable, même s’ils se disputaient souvent ces derniers temps. Avec Perséphone, ce n’était qu’une mascarade. Par contre, avec Zoella, c’était vrai, c’était le véritable amour. Il le regrettait encore aujourd’hui. C’était d’ailleurs le seul amour qu’il avait connu… ou presque. Parce qu’aujourd’hui, il avait l’impression que son cœur commençait à guérir et à battre pour une autre. Mais il n’en dirait rien pour le moment. Pour l’instant, l’histoire dont ils se préoccupaient, c’était celle de Maelys et de l’autre idiot. Quand il leva les yeux vers sa sœur, il constata qu’elle avait les yeux mouillés et il n’aimait vraiment pas la voir souffrir. Voilà, la souffrance, elle connaissait. Mais c’était rien à côté de ce qu’elle ressentirait quand ce connard lui briserait le cœur.

« Zeppelin est le seul. C’est un Don Juan et je le sais bien. Je n’ai aucun mérite, il drague tout ce qui bouge. Mais au moins, je peux découvrir ce qu’est… une relation. Ce qu’est un baiser, savoir à qui envoyer une carte de jour de la Saint-Valentin… Me sentir égale à mes amies. Tu comprends ça ? » Pourquoi voulait-elle savoir à qui envoyer une carte à la Saint-Valentin alors qu’elle ne sera plus avec lui en février ? Bref, en réalité, le sorcier pouvait parfaitement comprendre, même s’il n’aimait pas imaginer ses sœurs avec des garçons. Il pouvait aussi comprendre qu’elle veuille savoir ce qu’était une relation, mais il n’aimait pas qu’elle se sente pressée de le faire parce que ses amies avaient des copains. Elle était jeune, elle pouvait prendre son temps. Il n’y avait aucune honte à ne pas avoir d’expérience. Rowan était partagé. « Je ne le larguerai pas pour toi. Je le ferai juste parce que je ne veux pas être une de plus. » Au moins, elle le larguerait. Rowan espérait juste que sa sœur puisse le faire avant que Zeppelin ait trouvé une autre victime. Qu’est-ce qu’elles lui trouvaient, les filles ? Le brun n’en savait rien. Elles aimaient peut-être se faire jeter. « Quand je le déciderai. » Ajouta Maelys. Elle n’hésita pas à imposer ses termes à son grand frère. Le sorcier regarda sa sœur en se demandant si elle avait vraiment le cran et l’envie de larguer cet imbécile. Est-ce qu’elle allait y arriver ? Il ne savait pas. Après tout, c’était la première fois. « Je te conseille de ne pas trop attendre si tu veux vraiment le larguer avant qu’il ne le fasse, parce que lui, il n’attendra pas le bon moment. Il n’aura aucune pitié pour toi. » Pour Rowan, c’était impossible que Zeppelin soit tombé amoureux de sa sœur, il changeait trop souvent de petite-amie. Il trouvait sa sœur géniale, il ne doutait pas qu’un garçon puisse tomber amoureux d’elle, mais cet idiot était bien trop stupide pour s’en rendre compte. Rowan connaissait bien les types dans son genre, il l’avait été à une période de sa vie. Rowan fit un léger silence, puis il reprit : « Je comprends que tu veuilles te sentir égale à tes amies… mais… est-ce que c’est ce que toi tu veux vraiment ? Est-ce que tu ne fais pas ça juste pour dire que tu as eu un petit-ami ? Tu dis que personne n’est venu vers toi, mais je suis sûr que c’est faux. Il y a forcément des garçons qui sont venus vers toi… tu n’as pas dû t’en rendre compte. » Il connaissait bien aussi, les filles qui ne voyaient rien quand un garçon était intéressé par elles. Maelys ne connaissait pas encore l’amour ou la séduction, elle avait peut-être raté des signes. Rowan n’était pas mécontent si c’était le cas, il préférait qu’elle attendre d’être réellement prête. Et si à présent elle l’était, tant mieux pour elle. Mais franchement, Zeppelin Johnson… Le ton était descendu, ils parlaient un peu plus calmement. Rowan n’avait pas dit à Maelys qu’elle devait rompre aujourd’hui ou demain, non. Il avait compris qu’il fallait qu’il arrête de lui donner des ordres. Il lui avait simplement conseillé de ne pas trop attendre, pour son bien. « Si tu veux… je te présenterai quelqu’un de mieux. » Ajouta-t-il en tentant de faire un effort. Il n’avait aucune idée de qui il pourrait bien présenter à sa sœur, mais il y avait bien quelques garçons qui s’intéresseraient à elles et qui ne lui ferait pas hérisser le poil à lui.

-- Rowan & Maelys --
made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Maelys Moore
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Célébrité : Danielle Campbell
Âge : 36 Parchemins : 72 Gallions : 468 Date d'inscription : 25/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Don't you dare play the victim

It is honorable to be accused by those who deserve to be accused

La colère pouvait laisser sortir bien des mots durs. Pourtant, elle aimait toujours son frère, même si elle le reniait. C’était peut-être une façon de lui faire comprendre qu’elle avait changé. Elle n’était plus celle qui courrait dans l’ombre de ses aînés, qui attendait leur attention. Elle avait appris à vivre sans eux, à se rapprocher de ses camarades de classe. Affranchie, plus libre que jamais, elle affirmait aussi une personnalité plus adulte. Elle n’était plus une petite fille, elle n’était plus le bébé de la famille. Et surtout, elle n’était pas aussi naïve que Rowan semblait le penser. A vrai dire, c’était ce qu’elle voulait qu’il crut pour mieux établir la supercherie. La Serdaigle était loin des stratosphères et si elle se donnait les moyens de réaliser son rêve en étudiant le plus sérieusement du monde, elle n’avait rien d’une « intello » ou de « rat de bibliothèque ». Loin de là. Maelys aimait l’action et si elle n’était pas entrée dans l’équipe de Quidditch, c’était simplement parce qu’elle ne se sentait pas prête à assumer une activité aussi chronophage dans son emploi du temps. Elle n’attirait déjà pas une foule masculine, si en plus elle se mettait à être aussi musclée qu’eux, elle allait finir vieille fille avec un chat pour seul compagnon. Et une chouette. Pour le courrier.

Cette crainte, elle la portait depuis que sa sœur avait ses soupirants. Elle attendait son tour mais non. Ornella semblait remporter bien plus de suffrages. Elle avait bien essayé de changer son style vestimentaire. Rien à faire. Elle se sentait toujours à côté de la plaque. Jusqu’à Zeppelin. Lui, il lui avait donné envie de devenir un peu plus féminine. Ses compliments lui avaient fait prendre conscience de ses atouts et elle avait alors essayé de se mettre en valeur. Mais le point qu’elle abordait était surtout la peur que suscitait encore son aîné. Il se demandait pourquoi personne ne venait la voir ? Mais parce qu’il était alors toujours sur son dos ! Et vu son caractère, très peu de garçons avaient envie de se confronter à lui… Sauf un. Ou deux. Elle ne tarderait pas à le découvrir. Révélant des blessures bien trop profondes, témoins silencieuses de tous ces coups qu’elle avait pris jusque là, elle disait à moitié la vérité. Oui, elle avait saisi l’opportunité pour avoir un aperçu de ce que pouvait être une relation amoureuse et se sentir moins seule. Elle voulait montrer qu’elle était comme toutes les autres, quitte à accepter les avances du Don Juan de l’école. Don Juan qu’elle comptait larguer. Par fierté, elle avait décidé qu’elle le larguerait pour justement se démarquer mais également pour voir s’il était sincère lorsqu’il avait évoqué des sentiments. « Ne t’en fais pas. Je l’ai bien observé, je sais exactement quand je m’en occuperai. » Avant Noël. Pour économiser un cadeau. Et ne pas être gênée de l’annoncer par hibou. L’été s’envolerait avec leurs souvenirs communs. Mais son plan était encore inconnu de tous, elle n’en parlait pas. Du moins, elle essayait d’en garder les détails pour elle et ce jour là, elle savait que Rowan ne la trahirait pas, bien trop heureux de voir sa sœur briser le cœur d’un camarade qu’il n’appréciait pas. « Je pense que ta présence suffit à faire fuir presque tout le monde, en particulier ces derniers temps. J’ai bien observé, personne ne s’intéresse à moi. Alors oui, je le fais juste parce qu’il est passé par là et qu’il a osé. Je te l’ai dit, je ne l’aime pas. Je voulais juste faire ma première expérience, pour ne pas être trop différente des autres. » Et cela était son choix. Rowan n’avait rien à dire sur la manière dont elle disposait de son corps après tout. Un rire désabusé quitta ses lèvres quand il proposa de la caser. Connaissant son frère, il lui choisirait quelqu’un qu’il ne verrait pas comme une menace, donc quelqu’un d’inintéressant. Du genre désespéré parce qu’aucune fille ne s’intéressait à lui. « Toi, me présenter quelqu’un ? Laisse moi deviner. Sang pur, pour plaire aux parents ? Ou bien un moche débile qui n’aura rien à raconter ? Tu ne me présenteras pas tes amis, tu seras trop horrifié de me voir traîner avec l’un d’eux. En toute franchise, Rowan, c’est gentil à toi de proposer mais je gère ma vie sentimentale comme tu gères la tienne : en faisant mes choix. Zeppelin aura peut-être permis de rappeler à mes camarades que je suis une fille. S’ils approchent, évite de leur sauter à la gorge. Je saurai choisir celui qui me conviendra bien. » Et elle ne pensait pas si bien dire… L’idée lui viendrait plus tard, mais elle soulagerait sûrement les inquiétudes de Rowan. « Et toi, tu en es où ? » Ils parlaient en effet beaucoup de son cas personnel et jusque là, elle avait plutôt tenté de ne pas s’engager sur le terrain mais… Il fallait bien briser la glace. Elle lui avait confié des choses encore, se mettant à nue. Elle espérait donc qu’il en fasse un peu de même.

☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
Rowan Moore
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : 2e année de GISIS Sécurité magique
Célébrité : Diego Barrueco
Pseudo : .sparkle Âge : 27 Parchemins : 630 Gallions : 555 Date d'inscription : 30/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1704-rowan-heartbroken http://www.mumblemumps.com/t1731-rowan-liensrp http://www.mumblemumps.com/t1730-rowan-maella-la-chouette-triste http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

don't you dare
play the victim


grande icone  grande icone
« Ne t’en fais pas. Je l’ai bien observé, je sais exactement quand je m’en occuperai. » Répondit-elle à son grand frère quand il lui conseilla de ne pas trop attendre pour rompre avec Zeppelin. Elle avait déjà prévu son coup, bien avant qu’il ne lui en parle. Il était surpris. Il se demandait quand elle allait rompre et il espérait qu’elle n’ait pas un peu trop confiance. En tout cas, si cet idiot de Gryffondor brisait le cœur de sa sœur, Rowan n’hésiterait pas à aller lui dire deux mots. Personne ne brisait le cœur de Maelys. « Je pense que ta présence suffit à faire fuir presque tout le monde, en particulier ces derniers temps. » Commença à dire Maelys à son frère. Rowan pouvait difficilement nier qu’on n’appréciait peu sa présence depuis la mort de Zoella. Il avait changé, il en était conscient, il n’était plus sympa comme avant. En tout cas, sympa n’était pas le premier adjectif auquel on pensait pour qualifier Rowan. Son attitude atteignait sans problème le but recherché, celui de faire fuir les autres et en particulier les nés-moldus auxquels il avait pu s’attacher par le passé ou les filles qui pourraient prétendre remplacer Zoella alors qu’il n’était pas encore prêt à entamer une nouvelle relation. « J’ai bien observé, personne ne s’intéresse à moi. Alors oui, je le fais juste parce qu’il est passé par là et qu’il a osé. Je te l’ai dit, je ne l’aime pas. Je voulais juste faire ma première expérience, pour ne pas être trop différente des autres. » Être différent des autres, c’était pourtant une bonne chose. Elle avait des drôles de goûts, sa sœur. Zeppelin… Rien que l’idée d’imaginer les deux ensemble donnait à Rowan l’envie de vomir. Si elle avait attendu un peu, elle aurait trouvé quelqu’un de mieux. Rowan proposa à Maelys de lui trouver quelqu’un de mieux, une tâche qui serait facile à coup sûr. Un grand éclat de rire résonna dans la bibliothèque. Maelys ne prenait pas la proposition au sérieux. « Toi, me présenter quelqu’un ? Laisse-moi deviner. Sang-pur, pour plaire aux parents ? Ou bien un moche débile qui n’aura rien à raconter ? Tu ne me présenteras pas tes amis, tu seras trop horrifié de me voir traîner avec l’un d’eux. » Sang-pur ou sang-mêlé, aux yeux des parents, c’était toujours mieux que né-moldu comme Zeppelin. Rowan était stupéfait que Maelys puisse croire qu’il lui présenterait un moche débile qui n’aurait rien à raconter. La brune n’avait pas tort quand elle disait qu’il ne lui présenterait pas ses amis, mais il lui présenterait quand même quelqu’un de bien. Elle le méritait. Il ne lui ferait jamais ce coup-là. « En toute franchise, Rowan, c’est gentil à toi de proposer, mais je gère ma vie sentimentale comme tu gères la tienne : en faisant mes choix. » Ajouta Maelys, déclinant sa proposition. Rowan n’était pas tout à fait d’accord avec elle, il ne faisait pas toujours ses propres choix. La preuve, il était à ce jour fiancé avec une fille qu’il n’avait pas choisie et dont il ne voulait pas. « Zeppelin aura peut-être permis de rappeler à mes camarades que je suis une fille. S’ils approchent, évite de leur sauter à la gorge. Je saurai choisir celui qui me conviendra bien. » Rowan recula et s’appuya contre le dossier de sa chaise. Maelys racontait vraiment n’importe quoi. Bien sûr que les garçons la considéraient comme une fille. Rowan voulait bien faire des efforts, mais si elle continuait à choisir des types qui ne lui correspondaient pas comme Zeppelin, il n’aurait d’autres choix que d’intervenir à nouveau. Il voulait le meilleur pour sa petite sœur qu’il surprotégeait peut-être un peu trop selon elle, mais qui d’autre le ferait à sa place ?

« Et toi, tu en es où ? » Demanda-t-elle à la grande surprise de son frère. Il l’avait fait venir à la bibliothèque pour qu’ils parlent d’elle et de sa relation avec le né-moldu, mais il ne s’attendait pas à ce que la conversation dérive sur ce qu’il se passait dans sa vie à lui. « J’en suis où… ? Je suis toujours fiancé, tu le sais. » Répondit-il sans lâcher sa petite sœur des yeux. Il ne savait pas trop ce que pensait Maelys de Brooke à présent. Rowan était fiancé depuis peut-être six mois, Brooke avait-elle tenté d’approcher ses sœurs ? Il pensait qu’elle irait plus facilement vers Ornella que vers Maelys, il avait probablement raison. Après Zoella, Rowan n’avait plus eu envie d’aimer qui que ce soit. La Serdaigle le savait, c’était sans doute pour cette raison qu’ils parlaient très peu de lui. « Mon ex, Perséphone, est maintenant fiancée à un autre… » Perséphone et lui n’étaient que des amis en réalité. Rowan était content pour elle, Néréo semblait être un type bien, contrairement à celle qu’on lui avait collé. « Tant mieux pour elle. » Il n’allait pas prétendre être attristé, il pouvait très bien prétendre n’avoir jamais eu de sentiments pour elle, ce qui était vraiment le cas. Et puis, ils avaient rompu après les examens, donc cela commençait à dater. Il avait compris depuis qu’il avait des sentiments pour une autre. Est-ce qu’il pouvait en parler à sa sœur ? Au fond, elle devait forcément s’en douter. « J’ai pas encore trouvé le moyen de me débarrasser de mes fiançailles avec Brooke, mais… j’y réfléchis. Je vais trouver une faille dans le système… » En commençant avec l’assassinat de Zoella. Rowan ne savait pas si Maelys comprendrait où il voulait en venir. Il ne savait pas ce qu’elle en pensait non plus. Serait-elle contre accuser leurs parents de ce meurtre ? S’ils ne disposaient plus d’aucun moyen de pression sur Rowan, ils laisseraient aussi Ornella et Maelys faire ce qu’elles voulaient. Elle pourrait sortir avec son né-moldu sans danger. Tout dépendrait des résultats de l’enquête menée par l’auror qu’il allait contacter. « Et sinon… il y a quelques jours, j’ai embrassé Cassandre. » Cassandre était sa meilleure amie depuis l’enfance, leur voisine, celle avec qui il avait toujours partagé une complicité inimitable. Elle était aussi celle qui l’avait à nouveau fait tomber amoureux. C’était stupide, l’amour. Il n’avait jamais compris ces sentiments. La dernière fois qu’il avait été amoureux, c’était de Zoella, alors le sorcier avait eu du mal à assumer qu’il en aimait une autre, une qu’il avait toujours apprécié. « Mais t’emballe pas…on en a pas reparlé depuis. » Ces deux idiots faisaient comme s’il ne s’était rien passé. Avaient-ils peur de briser une si belle amitié ? Il n’était même pas sûr qu’elle ressente la même chose pour lui, elle lui avait dit qu’elle le détestait, mais ça, l'Irlandais savait que c’était faux.

-- Rowan & Maelys --
made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Maelys Moore
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Célébrité : Danielle Campbell
Âge : 36 Parchemins : 72 Gallions : 468 Date d'inscription : 25/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Don't you dare play the victim

It is honorable to be accused by those who deserve to be accused

Rowan ne surprotégeait pas sa sœur, il l’empêchait de vivre. Elle avait beau lui tenir tête, lui montrer qu’elle savait ce qu’elle faisait, qu’elle était assez grande pour se débrouiller, d’autant plus depuis que lui et Ornella s’étaient mis à l’ignorer. Finalement, avec le recul, la Serdaigle avait compris que cette absence lui avait été bénéfique : elle avait trouvé une très bonne amie et un petit ami. Qu’il ne plaise pas à sa fratrie lui passait au-dessus de la tête, leur morale bien-pensante était des plus hypocrites.

Cependant, elle les aimait toujours. Et son frère ne semblait pas vraiment aller bien. Tout le monde mentionnait son caractère exécrable. Tout le monde en était venu à le craindre, même elle. Le bravant depuis le début de la discussion, montrant qu’elle n’était ni une enfant ni une incapable, elle se rebellait mais craignait de dépasser les limites. « Oh. Oui. Tes fiançailles. Et alors ? Tu lui parles ou bien vous faites vos vies à part en vous toisant de loin ? ». Le mariage arrangé. Encore une belle connerie. « Dis-moi, pourquoi tu acceptes ce mariage arrangé ? Si tu penses toujours qu’ils ont tort, pourquoi tu obéis ? » Soit il était lâche et cela serait surprenant car il était tout de même parmi les rouge et or, soit il ne disait pas tout. Elle ignorait si elle avait vraiment envie de creuser le sujet. Le fossé qui les séparait à présent était grand, trop grand. Elle n’acceptait plus son autorité. Elle n’acceptait plus ses menaces. En revanche, contrairement à ce qu’il pensait, elle n’était pas idiote. Loin de là. Elle jouait déjà les notes d’une partition en vue d’obtenir ce qu’elle voulait. Son frère et sa sœur avaient voulu la punir. Ils l’avaient faite souffrir bien plus que n’importe qui sur cette Terre et elle avait décidé qu’elle se passerait d’eux. Brooke n’avait pas approché Maelys. En soi, la Serdaigle s’en fichait bien de celle-là. Ce n’était pas Zoella. Ce n’était pas une fille qui dormait dans la même pièce qu’elle. Il mentionna Perséphone. « Tu es jaloux ? » Parce que la petite phrase suivant ne manquait pas de piquant et la sorcière essayait tout de même de comprendre les non-dits.

En revanche, quand il mentionna chercher une faille dans le système, Maelys se redressa sur sa chaise. Oh. « Une faille dans le système ? ». Il suffisait de se débarrasser de leurs parents pour qu’il puisse obtenir la légitimité de ses décisions. « Il suffit que tu deviennes chef de famille… Mais je ne suis pas certaine que tu sois prêt à jouer des mêmes moyens qu’eux. » Penchant sérieusement la tête, elle haussa les épaules. « Tu peux aussi juste partir. Tu seras déshérité mais est-ce que c’est un sujet pour toi ? » Oh ses paroles étaient loin d’être innocentes. Si Rowan partait, cela donnerait toute latitude à Maelys d’en faire autant et elle n’aurait pas à rompre avec Zeppelin. Si. Il fallait tout de même s’assurer de ses sentiments.

Plongée dans ses réflexions, l’aveu de son frère tomba dans le silence. Il fallut bien quelques secondes à Maelys pour intégrer l’information. « Eh bien ce n’est pas trop tôt… Mais du coup, pourquoi tu ne demandes pas à changer de contrat ? Elle pourrait plaire à tout le monde ! » Oui, mais cela gênerait son propre plan. « Et puis c’est arrivé comment ? Vous êtes ensemble maintenant ? Et si Brooke le voit et cherche à se venger ? » Il pouvait bien la mettre en garde, finalement il en faisait tout autant. Crédibilité : zéro. « Comment ça, pas reparlé ? » Il comptait vraiment lui demander un rapport de quinze pages ? Pourquoi en parler ? « Vous vous évitez ou bien ? Allez, raconte ! Tu ne peux pas me balancer ça et ensuite faire ton mystérieux ! J’attends ça depuis des années ! »

Elle n’était pas celle qui l’avait compris. C’était leur sœur qui la première avait mis le doigt dessus. Maelys en avait été surprise mais comme Rowan ne montrait pas d’intérêt particulier elle avait fini par penser qu’Ornella s’était trompée. Mais cette révélation lui plaisait ! Sauf que, connaissant son frère… « Qu’est-ce que tu as fait exactement ? Parce que je ne comprends pas pourquoi vous vous éviteriez… » Plissant les yeux, elle recula de nouveau le dos dans sa chaise. « Je suis contente. Mais tu as effectivement besoin de rompre avec Brooke. Tu peux essayer de la dégoûter… Pour que ce soit elle et sa famille qui casse vos fiançailles. Les parents ne pourraient pas vraiment t’en vouloir quand tu leur annonceras avoir une autre personne en vue, une personne qu’ils connaissent. Elle est peut-être moins intéressante pour eux mais ce sera le meilleur parti. Ils se rattraperont avec Ornella. » Elle ne s’incluait pas dans l’histoire, sachant déjà qu’elle ne ferait jamais de mariage arrangé.

☾ anesidora

Revenir en haut Aller en bas
Rowan Moore
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : 2e année de GISIS Sécurité magique
Célébrité : Diego Barrueco
Pseudo : .sparkle Âge : 27 Parchemins : 630 Gallions : 555 Date d'inscription : 30/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1704-rowan-heartbroken http://www.mumblemumps.com/t1731-rowan-liensrp http://www.mumblemumps.com/t1730-rowan-maella-la-chouette-triste http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

don't you dare
play the victim


grande icone  grande icone
« Oh. Oui. Tes fiançailles. Et alors ? Tu lui parles ou bien vous faites vos vies à part en vous toisant de loin ? » Rétorqua Maelys quand il répondit à sa question sur sa vie. Rowan eut un léger sourire au coin des lèvres. Brooke et Rowan n’étaient pas amoureux l’un de l’autre, ils n’étaient pas amis non plus, alors non, ils ne passaient pas beaucoup de temps ensemble. Ils faisaient bel et bien leurs vies à part. Rowan se fichait bien de ce que pouvait faire Brooke, de qui elle pouvait fréquenter. Elle ne venait pas lui demander de lui rendre des comptes non plus, même s’il était probablement bien plus sage qu’elle. « Dis-moi, pourquoi tu acceptes ce mariage arrangé ? Si tu penses toujours qu’ils ont tort, pourquoi tu obéis ? » C’était une question que Maelys avait dû se poser de nombreuses fois sans jamais oser le lui demander. C’était aussi une question qu’il s’était déjà posée. Il avait bien tenté de tout faire pour éviter d’y passer, comme faire semblant de sortir avec Perséphone, mais il n’y avait pas échappé. « J’ai essayé de m’y opposer. Je ne sais pas pourquoi ils tiennent tellement à Brooke. Ils n’ont rien voulu savoir. Tant qu’aucune date de mariage n’est fixée, j’ai encore du temps pour faire annuler les fiançailles. » Pour l’instant, c’était tout ce qu’elle avait besoin de savoir. Elle savait déjà que Brooke et Rowan n’étaient pas destinés à finir ensemble. Jamais le Gryffondor n’irait jusqu’au mariage. Il parla ensuite du fait que son ex-petite amie était fiancée. « Tu es jaloux ? » Lui demanda alors Maelys. « Non, c’est réellement tant mieux pour elle. Perséphone et moi, on a décidé de rester amis. Je crois qu’elle aurait pu tomber sur pire que Néréo. » La version officielle était qu’ils avaient décidé de rester amis, l’officieuse était bien sûr qu’ils n’avaient jamais cessé de l’être. Jamais ils n’avaient été plus que des amis. « Une faille dans le système ? » Répéta Maelys quand Rowan dit qu’il trouverait un moyen d’annuler ses fiançailles. Il était revenu sur le sujet, mais puisqu’il parlait des fiançailles de Perséphone, ce n’était pas vraiment comme s’ils avaient déjà quitté le sujet. « Il suffit que tu deviennes chef de famille… Mais je ne suis pas certaine que tu sois prêt à jouer des mêmes moyens qu’eux. » C’était en effet plus facile à dire qu’à faire. Mais ils étaient d’accord sur le fait qu’il fallait que les parents arrêtent de vouloir manipuler leurs enfants. « Tu peux aussi juste partir. Tu seras déshérité mais est-ce que c’est un sujet pour toi ? » Rowan secoua la tête. Il y avait déjà pensé, bien sûr, mais c’était impossible. C’était bien trop dangereux. « Je me fiche de l’héritage pour ma part… par contre, tu crois vraiment que les parents me laisseraient partir ? » Rowan était le seul garçon de la famille. Il était donc le seul à pouvoir passer le nom selon les vieilles traditions. Et même s’il partait, ils mettraient toute la pression sur Ornella. Elle s’en sortirait mieux que Rowan, c’était sans doute la préférée de leurs parents à l’heure actuelle, mais il ne voulait pas qu’on finisse par contrôler sa vie autant que la sienne.

Quelques instants plus tard, inspiré par ses confidences à sa petite sœur avec qui il discutait bien trop rarement, il lui avoua avoir embrassé son amie d’enfance, Cassandre. Maelys ne réagit pas tout de suite, un silence qui faillit le tuer. « Eh bien ce n’est pas trop tôt… Mais du coup, pourquoi tu ne demandes pas à changer de contrat ? Elle pourrait plaire à tout le monde ! » Il sourit à sa première réflexion. Rowan pensait aussi que ce n’était pas trop tôt, mais il ne s’était rendu compte de ses sentiments pour elle que récemment. Maelys s’en était-elle rendu compte avant lui ? Elle voulait probablement les voir ensemble depuis très longtemps, elle qui avait toujours détesté Zoella. « Tu ne t’en souviens peut-être pas, tu étais toute petite la première fois que nos parents ont rencontré les siens, mais depuis cette rencontre, ils ont sûrement rayé Cassandre de leur liste. Les parents de Cassandre étaient du côté de l’Ordre du Phénix… » Il avait parlé à voix basse pour la fin de sa phrase. Sachant que les Moore avaient été du côté des mangemorts, on pouvait comprendre pourquoi les voisins ne s’entendaient pas. Ses parents n’avaient jamais approuvé son amitié avec Cassandre, d’autant plus qu’elle n’était pas de sang-pur, mais de sang-mêlé comme eux et qu’ils voudraient améliorer la qualité du sang familial. Ils ne le faisaient peut-être pas devant Maelys, mais ils avaient déjà menacé Rowan à plusieurs reprises pour qu’il mette fin à cette amitié. C’était le seul point sur lequel le sorcier n’avait jamais cédé. « Et puis c’est arrivé comment ? Vous êtes ensemble maintenant ? Et si Brooke le voit et cherche à se venger ? » La curiosité de Maelys était touchante parce qu’enfin ils parlaient normalement. Elle lui posa un peu trop de questions pour qu’il puisse y répondre, et puis, non ils n’étaient pas ensemble. Il lui dit alors de ne pas s’emballer parce qu’ils n’en avaient pas reparlé. « Comment ça, pas reparlé ? Vous vous évitez ou bien ? Allez, raconte ! Tu ne peux pas me balancer ça et ensuite faire ton mystérieux ! J’attends ça depuis des années ! » Elle était très excitée à l’idée qu’il soit avec Cassandre. Il ne savait pas qu’elle les voyait ensemble à ce point. « Qu’est-ce que tu as fait exactement ? Parce que je ne comprends pas pourquoi vous vous éviteriez… » Maelys ne lui laissait pas le temps de répondre qu’elle continuait à parler comme si elle avait déjà oublié que quelques minutes plus tôt, elle voulait s’en aller et ne plus jamais le voir. Il était soulagé qu’elle semble avoir changé d’avis.

« Je suis contente. Mais tu as effectivement besoin de rompre avec Brooke. Tu peux essayer de la dégoûter… Pour que ce soit elle et sa famille qui casse vos fiançailles. Les parents ne pourraient pas vraiment t’en vouloir quand tu leur annonceras avoir une autre personne en vue, une personne qu’ils connaissent. Elle est peut-être moins intéressante pour eux mais ce sera le meilleur parti. Ils se rattraperont avec Ornella. » S’il y avait bien une personne dans la famille susceptible de ne pas les décevoir, c’était bien Ornella. Ils auraient dû mettre tous leurs espoirs sur elle depuis le début, mais elle était une fille et à moins qu’elle finisse par élever ses enfants seule, ils porteraient le nom du père. Ce que les parents voulaient, c’était des petits enfants Moore au sang un peu plus pur que le leur, c’était ce qu’ils avaient toujours souhaité pour Rowan. « Brooke a l’air de penser qu’il y a pire que moi à épouser… elle est un peu tordue. Je peux te dire que j’ai déjà essayé de l’intimider, de jouer la carte « J’ai une petite amie » au moment où j’étais avec Perséphone, « J’ai le cœur brisé » en parlant de Zoella. « J’ai une famille de fous » Rien n’a fonctionné. » Rowan n’avait pas encore dit à Brooke qu’il était amoureux de Cassandre, mais il n’était pas sûr que cela soit bien différent de la situation avec Perséphone à ses yeux. Jamais les Moore ne verraient la belle Cassandre comme un meilleur parti que Brooke. « Pour répondre à tes questions d’avant, je ne suis pas avec Cassandre… pour l’instant. Je lui ai fait comprendre que j’avais des sentiments pour elle, je pense qu’elle en a aussi pour moi, mais je ne veux rien brusquer, elle finirait par me fuir. » Rowan connaissait bien Cassandre, elle était sa meilleure amie. Il savait qu’elle le rejetterait s’il insistait. Il finirait par lui en reparler, bien sûr, mais il attendrait le bon moment. Le Gryffondor hésita, puis il prit une inspiration avant de faire une révélation. « Tu sais, les parents n’ont jamais avoué avoir tué Zoella, mais… ils ne se sont pas privés pour me faire comprendre que si je ne rentrais pas dans les rangs… ce ne serait pas la seule qui disparaitrait de ma vie. » C’était la première fois que Rowan lui parlait des menaces qu’avaient fait leurs parents à son égard. C’était la première fois qu’il révélait pourquoi il avait soudainement changé de caractère à sa petite sœur. « J’ai cessé d’avoir des nés-moldus dans mon entourage après ces menaces. C’est aussi pour cette raison que je surveille vos fréquentations. Et la menace que j’ai le plus entendu, c’est qu’ils n’hésiteraient pas à se débarrasser de Cassandre si je ne leur obéissais pas. Cassandre, c’est le seul point sur lequel ils ont cédé et pas moi. J’ai dit que je n’arrêterai jamais d’être ami avec elle… mais s’ils apprennent que c’est plus que de l’amitié, ils pourraient mettre ces menaces à exécution. Alors, s’il te plait, ne leur en parle pas. » Finit-il par avouer. Il décida de faire confiance à sa petite sœur, cette fois. Elle ne reproduirait pas deux fois la même erreur. Et elle devait bien se douter qu’il cherchait un moyen de mettre fin aux menaces en cherchant justement la faille dans le système. Parce qu’il ne comptait pas abandonner Cassandre.

-- Rowan & Maelys --
made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Maelys Moore
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Célébrité : Danielle Campbell
Âge : 36 Parchemins : 72 Gallions : 468 Date d'inscription : 25/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Don't you dare play the victim

It is honorable to be accused by those who deserve to be accused

Maelys n’avait jamais tenu tête à sa fratrie mais son frère allait certainement découvrir une facette ou deux de sa personnalité. Depuis qu’elle fréquentait Zeppelin, Maelys s’affirmait. L’interpelant sur ses fiançailles, elle voulut savoir s’ils allaient se rapprocher ou non. Le sourire de son frère ne lui échappa pas. Elle ne les avait jamais vu échanger ensemble ou se rendre quelque part ensemble. Elle écoutait les rumeurs également qu’elle pouvait glaner ici et là mais absolument rien ne permettait d’affirmer que ce mariage serait heureux. Depuis l’affaire Zoella et ses sentiments pour un sang de bourbe comme s’amuserait à le rappeler leurs parents, Maelys ne comprenait décidément plus son aîné. Pourquoi ne se rebellait-il pas ? Ce jour là, elle trouva le courage de lui poser directement la question. « Tu as essayé ? Vraiment ? » Elle ne se souvenait pas de l’avoir vu s’opposer fermement aux parents. Ou bien il se donnait du temps. L’incompréhension se dessinait sur son visage. « Tu penses vraiment qu’une approche politique va fonctionner ? Rowan… La dernière fois tu étais seul face à eux mais cette fois nous pourrions nous battre ensemble. Je n’avais pas compris qu’ils étaient… Que nous n’étions que des pions pour eux. J’ai réalisé qu’ils n’avaient rien de bons pour nous. Ils ne pensent qu’à eux et à leurs idées stupides de supériorité en oubliant ce qu’ils sont eux-mêmes. C’est Sainte Mangouste qui se fout de la charité. » Un éclat de colère passa dans ses yeux. « Ils ont failli nous briser une fois Rowan, comptes-tu vraiment les laisser encore faire ? Je ne te comprends pas. Ici, tu effraies tout le monde, mais face à eux, on dirait… Un lionceau dégriffé. Je t’en prie. Je sais que je t’ai déçu une fois et je regrette chaque jour de ne pas avoir compris qui ils étaient vraiment. Mais je le sais maintenant et je ne les laisserai plus me manipuler pour t’atteindre. Nous sommes plus forts maintenant… » Ce discours raisonnait mieux dans son esprit. Elle ne comprenait pas comment ils avaient pu passer d’une dispute à une telle déclaration de loyauté mais elle était sûre d’une chose : l’un contre l’autre, jamais ils ne seraient heureux. Leurs cœurs avaient choisi des personnes qui n’étaient pas suffisamment bien pour leurs parents. Il disait espérer faire annuler les fiançailles alors qu’il avait mentionné plus tôt qu’ils ne voulaient même pas discuter ! Pourquoi espérait-il encore un changement d’avis alors ? Non, vraiment, la Serdaigle ne comprenait pas. Soit il était stupide et s’aveuglait, soit il avait vraiment un plan. Elle comprenait qu’il n’ait plus suffisamment confiance pour lui en parler mais Maelys n’était pas une vert et argent. Elle n’était pas prête à tout pour obtenir ce qu’elle voulait. En revanche, elle était décidée à se battre pour Zeppelin même s’il fallait pour cela passer par une rupture. Elle sentait qu’ils en avaient besoin. Lui, il allait faire ce qu’il savait faire de mieux. Elle, elle serait toujours dans l’incertitude. Il fallait lui ouvrir les yeux et profiter de cet évènement pour endormir la méfiance de son aîné qui lui faisait face. Il assurait ne jamais vouloir se venger, Maelys n’était plus si naïve et préférait patienter. Tant qu’il ne se dresserait pas face à leurs géniteurs, elle cacherait cette relation et fuirait. Sauf si le Gryffondor qui faisait battre son cœur la décevait. En ce cas, elle se battrait pour le bonheur de son frère mais se ficherait bien de son avenir.

Rowan mentionna les fiançailles de Perséphone. Haussant un sourcil, elle lui demanda s’il ressentait une forme de jalousie. « Oh, je vois. » répondit-elle sans creuser plus le sujet. Il était sincère et elle n’avait pas besoin de le cuisiner pour obtenir des détails. Surtout lorsqu’il revenait sur les moyens qu’ils pouvaient déployer pour se libérer du joug parental. Il n’y avait que deux solutions. Soit il les assassinait, soit il fuyait. « Ce serait difficile au début mais ils auraient deux filles pour assouvir leurs ambitions… », commença-t-elle avant de se rendre compte de l’évidence. « Non. Je crois qu’ils te pourchasseraient et te mettraient sous emprise… », avoua –t-elle d’une voix lasse. Ornella ne suffirait pas à les rendre heureux. Et elle ignorait totalement comment sa sœur se positionnait. Bien que Maelys ait été celle qui avait sauvé l’honneur de la famille selon eux, elle n’était pas la préférée. Pas comme leur sœur.

La solution était claire à présent. Maelys avait beaucoup de rancœur envers leur père et leur mère. Rowan ne mesurait peut-être pas bien de quoi elle était capable. La mort de Zoella ne l’avait pas attristée, elle ne l’avait jamais appréciée. Mais dire qu’elle n’avait pas été horrifiée serait mentir. Elle pensait qu’ils auraient simplement ordonné à Rowan de rompre et que tout serait oublié. Ce jour-là, elle avait compris. Il n’y avait pas d’amour. Il n’y avait pas de sympathie, seulement des ambitions dévorantes. Cassandre non plus ne suffirait pas. Pourtant, elle avait longtemps attendu ce moment ! Ces deux-là se plaisaient, elle l’avait vu depuis longtemps mais ils s’obstinaient à se prétendre amis. « Oh, oui je n’y avais pas prêté attention… ». Elle aussi avait fréquenté Ethan et bien sûr que cela ne plaisait pas mais Maelys avait rétorqué naturellement qu’il fallait être près de ses ennemis pour mieux les vaincre. La phrase avait fait rire son père qui n’avait plus jamais fait la moindre réflexion. Maligne, elle avait simplement répété ce qu’elle avait entendu. Elle avait bien surpris une conversation où il disait ces mêmes mots alors que leur mère s’inquiétait de leurs fréquentations avec les Prewett. Ils n’avaient pas vu leur cadette qui les observait. Elle pensait que Rowan en avait fait autant mais manifestement pas. Et puis, elle n’avait pas le sang assez pur pour eux. Bon. Elle préféra s’intéresser sur le comment cette histoire de baiser était arrivée. L’assommant de question et le suppliant de lui confier quelques secrets et de lui trouver une porte de sortie. Rowan lui expliqua ce qu’il avait tenté et Maelys ne put s’empêcher de rire. « Rowan, tu es un idiot ! » répondit-elle avant d’enchaîner : « Ce n’est pas du tout repoussant car tu lui as juste démontré que tu étais fidèle, triste et sain d’esprit ». En quoi cela éloignerait-il une jeune fille ? « Je te parle d’être repoussant. Rote devant elle, pète devant elle, ne lui tient pas la porte et mets la lui dans le nez, prend son verre d’eau pour le boire sans lui demander son avis, embrasse là après avoir mangé de l’ail ou quelque chose du genre… Ne te lave plus… Là, crois-moi, elle fuira et demandera à rompre vos fiançailles. ». Un sourire espiègle aux lèvres, la cadette était certaine de son plan. « Oh et pour le final, n’oublie pas de lui vomir dessus… ». Essayant de retenir ses éclats de rire, Maelys était persuadée que Brooke ne survivrait pas à un tel traitement. Quant à Cassandre, la situation semblait fragile. Maelys l’ignorait mais elle vivrait bientôt une situation similaire avec Zeppelin. « Il y a ne pas brusquer et être clair. Vous êtes amis, il va te falloir être plus direct pour qu’elle entende que tu souhaites plus que cette amitié. Je ne te dis pas de lui sauter dessus mais ne la fuis pas. Autrement vous n’oserez jamais franchir ce pas, vous avez déjà mis plus de dix ans à vous embrasser, s’il vous en faut une autre pour vous mettre en couple, nous ne sommes pas sortis des Trois Balais. » Prendre des gants ? Non. Ce n’était pas son genre.

Elle n’était pas si forte. Quand Rowan confia la menace dont il était victime, son cœur manqua un battement. Il disait qu’ils n’avaient rien avoué. Elle pensait bien que si. La menace était claire. Ils étaient responsables. Autrement Rowan ne l’aurait jamais blâmée, il savait qu’ils avaient assassiné sa petite amie. L’écoutant en silence, son organe cardiaque se serra. Sa supplique lui fit vraiment mal. « Ils m’ont eu une fois, Rowan et je m’en voudrais toujours. Ils ne m’auront pas deux fois. Je comprends maintenant ton comportement… ». Elle baissa les yeux et traça les veines du bois du bout des doigts. « Rowan… Nous voulons tous les deux être libres et nous avons un obstacle commun… Je pense qu’il va falloir que nous songions à… Détruire cet obstacle. Avant qu’ils ne nous détruisent. » Les mots étaient lourds à prononcer et elle ignorait si elle était capable de tenir mais… « Je veux juste que tu saches que je ferai tout ce que tu me demanderas si tu as besoin de moi pour ta faille mais en attendant laisse-moi vivre s’il te plaît. Zeppelin, je vais rompre. Je te l’ai dit, c’était juste une opportunité et je compte bien le prendre de court pour venger tous les cœurs qu’il a pu briser mais laisse-moi le gérer à ma manière et n’interviens pas. »

☾ anesidora

Revenir en haut Aller en bas
Rowan Moore
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : 2e année de GISIS Sécurité magique
Célébrité : Diego Barrueco
Pseudo : .sparkle Âge : 27 Parchemins : 630 Gallions : 555 Date d'inscription : 30/04/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1704-rowan-heartbroken http://www.mumblemumps.com/t1731-rowan-liensrp http://www.mumblemumps.com/t1730-rowan-maella-la-chouette-triste http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

don't you dare
play the victim


grande icone  grande icone
« Tu as essayé ? Vraiment ? » Répondit Maelys comme si elle en doutait. Rowan avait tenté d’annuler ces fiançailles qui ne rimaient à rien. Il ne mentait pas. Il ne l’avait peut-être pas fait devant ses sœurs, mais l’aîné s’était opposé à eux. Pour rien, d’ailleurs. « Tu penses vraiment qu’une approche politique va fonctionner ? Rowan… La dernière fois, tu étais seul face à eux, mais cette fois nous pourrions nous battre ensemble. Je n’avais pas compris qu’ils étaient… que nous n’étions que des pions pour eux. J’ai réalisé qu’ils n’avaient rien de bons pour nous. Ils ne pensent qu’à eux et à leurs idées stupides de supériorité en oubliant ce qu’ils sont eux-mêmes. C’est Sainte Mangouste qui se fout de la charité. » Maelys avait l’air plus en colère que jamais. Rowan commençait à réaliser qu’ils étaient maintenant deux. Il s’était souvent senti seul ces dernières années, contre sa famille. Mais c’était différent aujourd’hui, elle avait raison. « Ils ont failli nous briser une fois Rowan, comptes-tu vraiment les laisser encore faire ? Je ne te comprends pas. Ici, tu effraies tout le monde, mais face à eux, on dirait… un lionceau dégriffé. Je t’en prie. Je sais que je t’ai déçu une fois et je regrette chaque jour de ne pas avoir compris qui ils étaient vraiment. Mais je le sais maintenant et je ne les laisserai plus me manipuler pour t’atteindre. Nous sommes plus forts maintenant… » Un sourire se dessina sur les lèvres du brun. Il était fier de sa petite sœur et de ce qu’elle était devenue. Elle était vraiment plus forte qu’il ne l’avait soupçonné. Quand ils commencèrent à parler de fuite, Rowan ne pouvait que douter de l’efficacité de ce plan. « Ce serait difficile au début, mais ils auraient deux filles pour assouvir leurs ambitions…  Non. Je crois qu’ils te pourchasseraient et te mettraient sous emprise… » Ornella étant la seule à vouloir encore suivre le chemin tracé par leur famille, Maelys avait réalisé que fuir était une option qu’il ne pouvait pas envisager. Et puis, pour combien de temps encore ? Ornella finirait peut-être elle aussi par suivre la voie de son frère et de sa sœur quand elle réaliserait qu’elle était seule contre eux. « Oh, oui je n’y avais pas prêté attention… » Répondit-elle quand Rowan lui rappela que leurs parents et ceux de Cassandre ne s’entendaient pas, et ce depuis leur première rencontre. « Rowan, tu es un idiot ! » Maelys rigolait en entendant ce qu’il avait fait pour repousser Brooke. Rowan ne savait pas s’il devait être content de faire rire sa sœur avec ses malheurs ou pas. « Ce n’est pas du tout repoussant car tu lui as juste démontré que tu étais fidèle, triste et sain d’esprit. » Cette fois, elle n’avait peut-être pas tort. Rowan ne l’avait pas du tout vu de cette façon. « Je te parle d’être repoussant. Rote devant elle, pète devant elle, ne lui tiens pas la porte et mets-la-lui dans le nez, prends son verre d’eau pour le boire sans lui demander son avis, embrasse-la après avoir mangé de l’ail ou quelque chose du genre… Ne te lave plus… Là, crois-moi, elle fuira et demandera à rompre vos fiançailles. » Tout ce que Maelys lui proposait impliquait de passer encore plus de temps avec Brooke. Il garderait tout de même quelques-unes de ces idées en tête si le mariage devenait imminant. « Oh et pour le final, n’oublie pas de lui vomir dessus… » Bien sûr, quelle fille resterait avec un garçon agissant de cette façon. S’il était avec une fille de ce genre-là, il l’aurait quittée il y a bien longtemps. Non, en fait, il n’aurait même pas pu s’y intéresser. Rowan avait toujours aimé le genre de fille sage, intelligente, comme Zoella. Cassandre était loin d’être son genre, elle n’était pas sage, bien qu’intelligente, elle ne l’aurait sûrement pas intéressée s’il ne la connaissait pas depuis si longtemps à cause de son comportement.

« Il y a ne pas brusquer et être clair. » Commença par dire Maelys quand Rowan lui parla de ce qu’il se passait à présent entre Cassandre et lui. Il laissait le temps à Cassandre de venir vers lui. Lui qui était parfois trop direct, il agissait différemment dans cette situation. « Vous êtes amis, il va te falloir être plus direct pour qu’elle entende que tu souhaites plus que cette amitié. Je ne te dis pas de lui sauter dessus, mais ne la fuis pas. Autrement vous n’oserez jamais franchir ce pas, vous avez déjà mis plus de dix ans à vous embrasser, s’il vous en faut une autre pour vous mettre en couple, nous ne sommes pas sortis des Trois Balais. » Rowan prenait des conseils de sa sœur. Jamais il ne l’aurait cru si on le lui avait dit. Il savait qu’il allait devoir confronter Cassandre un jour ou l’autre s’il voulait que la situation évolue. S’il continuait de lui donner du temps, elle continuerait à le prendre parce qu’elle aurait du mal à laisser leur relation évoluer de peur de la perdre. « Je serai franc avec elle… quand ce sera le bon moment. » Ce moment viendrait, il le savait. C’était un peu comme la  rupture entre Maelys et Zeppelin. Elle voulait elle-même choisir le moment, donc elle pouvait comprendre. En attendant, il lui demanda de ne rien dire aux parents pour la sécurité de Cassandre. Par la même occasion, il lui en dit plus qu’il ne lui avait jamais révélé sur la situation dans laquelle il se trouvait à cause des menaces de leurs parents. « Ils m’ont eu une fois, Rowan et je m’en voudrais toujours. Ils ne m’auront pas deux fois. Je comprends maintenant ton comportement… » Il acquiesçait. Il savait qu’elle ne ferait pas deux fois l’erreur. Il avait confiance en elle à cet instant. Il aurait voulu qu’elle arrête de s’en vouloir. Il voulait aussi arrêter de lui en vouloir au fond de lui. Mais une part de lui aurait toujours le cœur brisé. Sa dernière phrase le touchait. Il était souvent incompris. Il ne pouvait pas expliquer la raison de son comportement à tout le monde ou il finirait par être démasqué. Un poids semblait s’être envolé de sa poitrine maintenant que Maelys savait. « Rowan… Nous voulons tous les deux être libres et nous avons un obstacle commun… Je pense qu’il va falloir que nous songions à… détruire cet obstacle. Avant qu’ils ne nous détruisent. » Détruire ? Rowan était intrigué par ses mots. Mais il ne savait pas ce que voulait dire Maelys exactement. Dans le fond, c’était ce qu’il voulait lui aussi, qu’ils arrêtent de diriger leurs vies. « Je veux juste que tu saches que je ferai tout ce que tu me demanderas si tu as besoin de moi pour ta faille, mais en attendant laisse-moi vivre s’il te plaît. Zeppelin, je vais rompre. Je te l’ai dit, c’était juste une opportunité et je compte bien le prendre de court pour venger tous les cœurs qu’il a pu briser, mais laisse-moi le gérer à ma manière et n’interviens pas. » Très bien, Rowan n’interviendrait pas. Il laisserait le temps à Maelys de choisir son moment pour rompre avec l’idiot comme elle n’interviendrait pas pour son histoire avec Cassandre. « D’accord, je ne ferai rien… tant que vous n’avez pas rompu en tout cas. Je ne te promets rien pour la suite… mais si tu as besoin de moi, je suis là. » Connaissant de réputation Zeppelin, il n’allait pas laisser Maelys rompre si facilement avec lui et Rowan protégerait sa sœur quoiqu’elle en dise. Qu’elle ait besoin de lui ou non, il garderait un œil sur la situation et elle avait quand même choisi une cible d’une fierté comparable à celle de son frère, et dans la même maison que ce dernier. « Je te tiendrai au courant s’il y a du nouveau du côté des parents… » Rowan avait peur de se mettre Ornella à dos. C’était sa sœur elle aussi et il l’aimait. Il avait peur qu’elle leur en veuille. Il fallait qu’il trouve un moyen de lui en parler, de savoir ce qu’elle pensait de la situation. Sur ces mots, il était peut-être temps d’y aller. Ils avaient discuté plus longtemps qu’il ne l’aurait cru et il avait d’autres choses à faire. Cette conversation les rapprocherait sans doute, Maelys et lui. Le sorcier se leva, fit le tour de la table et invita sa petite sœur à se lever avant de la serrer dans ses bras. C’était un geste qu’il n’avait pas eu envers elle depuis très longtemps, trop longtemps. « Tu peux toujours compter sur moi, d’accord ? Je sais que je n’ai pas été le frère idéal ces dernières… années, mais je vais me rattraper. » Plus jamais il ne voulait entendre Maelys dire qu’elle ne voulait plus le voir, qu’il n’était plus rien pour elle. La famille, c’était important pour lui, plus que n’importe quelle histoire de sang. Ses sœurs, il les aimait énormément.

-- Rowan & Maelys --
made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Maelys Moore
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Célébrité : Danielle Campbell
Âge : 36 Parchemins : 72 Gallions : 468 Date d'inscription : 25/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur




Don't you dare play the victim

It is honorable to be accused by those who deserve to be accused

La Serdaigle s’était calmée depuis le début de cette conversation. De la confrontation, elle se positionnait désormais comme un soutien pour son frère. Ce dernier affrontait des fiançailles imposées, un destin qu’elle-même connaîtrait sûrement bientôt. Certains pourraient accuser Maelys de soutenir son aîné pour se libérer elle-même de ses chaines et se donner la liberté d’aimer celui que son cœur avait choisi mais dont elle doutait encore affreusement de la sincérité. Ce qui n’était au départ qu’un flirt de vacances avait pris des tournures bien plus sérieuses et elle bénissait chaque jour que Merlin faisait de ne pas se voir poser une ultime question qui la mettrait bien dans l’embarras. Une chose était certaine : la politique était dépassée à présent. Leurs géniteurs avaient commis un acte des plus abjectes et il fallait leur rendre la monnaie de leurs noises. Ou peut-être qu’il était à présent plus facile de transférer sa colère sur leur père et leur mère. Le sourire que lui retourna Rowan lui fit chaud au cœur. Oui, elle aussi désormais se sentait moins seule. Les mois de brouille semblaient enfin s’effacer. Désormais, il leur fallait un plan de bataille pour pouvoir contrer et défaire ces trolls.

Ornella était encore sous influence et pourtant, elle aussi, elle en avait voulu à Maelys d’avoir éventé le secret de Rowan. Tant qu’elle ne se positionnerait pas comme ils le faisaient en ce moment même, à cœur ouvert, jamais Maelys n’irait lui confier la vérité concernant Zeppelin. Elle ne le faisait déjà pas face à son aîné… Un aîné qui lui venait de lui dire qu’il avait enfin embrasser Cassandre et qu’il ne parvenait pas à se débarrasser de Brooke. Dévoilant sa stratégie personnelle pour résoudre le problème, elle lui démontra par la même occasion qu’il n’y avait pas mis les moyens. Quant à Cassandre qui se faisait distante, elle doutait de Rowan. Il pouvait être très maladroit avec sa meilleure amie et elle était à peu près certaine qu’il ferait deux ou trois erreurs… Peut-être aussi que sa fierté risquait d’être piquée au vif et qu’il n’oserait simplement pas assumer ses sentiments. Cassandre était bien tout l’opposé de Zoella et c’était bien ce qui plaisait à Maelys. Cassandre était vive et avait du caractère. Pas comme l’autre. Il lui rétorqua qu’il attendrait le bon moment. Maelys eut un sourire triomphant aux lèvres. Il ne pouvait que comprendre son envie à elle d’attendre le bon moment pour Zeppelin également. « Oui bien sûr, attend le bon moment ! ».

Il y avait plus important. Des liens devaient se reconstruire et elle accepta de lui promettre de protéger sa nouvelle histoire d’amour. Toute sa rancœur s’était envolée et pourtant… Pourtant elle regrettait le temps où il l’ignorait. C’était plus facile pour elle de fréquenter qui elle voulait. Quoique… Il venait de la trouver pour lui reprocher son choix en matière de garçon. Un garçon qu’elle utilisait officiellement pour faire ses expériences. Elle taisait les sentiments de son cœur, craignant que les lui avouer ne provoque la même réaction que tant d’autres avaient connu avant elle : la rupture. Elle réfléchissait déjà à un plan pour s’assurer de ses sentiments mais aussi parce qu’il avait vraiment besoin d’être remis à sa place. Zeppelin se prenait pour un grand seigneur mais il n’en avait que l’esbrouffe. Impulsif, elle peinait à le contenir et savait qu’il ne saurait pas mesurer le danger. Comme Rowan le demandait, elle n’avait jamais évoqué Zoella. Il ne se doutait donc absolument pas des risques qu’il prenait en la fréquentant et tout Gryffondor qu’il était, elle ne souhaitait pas le voir foncer tout droit vers la Mort. Cela lui ferait une belle jambe…

Enfin, Rowan réitéra sa promesse de ne pas intervenir et un poids se libéra des épaules de la Serdaigle. « Zeppelin cherchera sûrement des réponses auprès de toi. Ignore-le. », répondit-elle, devinant bien que son camarade n’accepterait pas une telle défaite. « Merci, grand-frère ». Un doux sourire illumina son visage. « Oui. Oui s’il te plaît. » A vrai dire, rien que de penser aux parents la rendait malade. Plongée dans ses pensées, ce fut le geste de Rowan qui la fit réagir. Se levant à son tour, elle se laissa étreindre. Merlin. Comme il lui avait manqué. Des larmes perlèrent aux coins de ses yeux alors qu’elle lui rendait son étreinte. Il y avait une éternité qu’elle n’avait pas reçu de marque d’affection et retrouver sa force, sa protection, c’était émouvant. Touchée, elle hocha la tête quand il dit qu’elle pouvait de nouveau compter sur lui. « Merci Rowan », lui répondit-elle d’une voix un peu enrouée. Elle regrettait les horreurs qu’elle lui avait balancé à la figure. Il ne méritait pas ça, elle s’en rendait bien compte. « Pardon de t’avoir déçu. » Elle avait besoin de ce pardon. Elle avait besoin d’effacer l’ardoise et pourtant, pourtant une part d’elle-même restait sur ses gardes. Elle avait appris une chose avec cette histoire : la pire des trahisons venait de son propre sang. Elle ne pouvait donc prendre aucun risque car les intérêts des uns et des autres divergeaient et qu’un Rowan pensant bien faire pourrait bien commettre la même erreur qu’elle. Se détachant de lui, elle recula en déposant un baiser sur sa joue. « Je t’aime. » Un dernier sourire et elle put s’évanouir dans les couloirs de l’école.

☾ anesidora

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
(rowan&maelys) don't you dare play the victim
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» 05. The games we play
» Guide pour étoffer votre rôle-play
» Nano. Role Play !
» Maelys Arthrage [Embaumeuse]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: SAISON 2-
Sauter vers: