Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

when the wheel breaks the butterfly ♆ (atolombe)

Colombe A. Devereaux
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : officiellement élève à Poudlard, en GISIS de pédagogie magique, mais en vérité, elle est cracmolle et s'est portée volontaire pour subir des tests au laboratoire du château.
Célébrité : josefine pettersen
Pseudo : elly Âge : 22 Parchemins : 2352 Gallions : 473 Date d'inscription : 27/12/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t874-don-t-give-up-i-won-t-give-up-co http://www.mumblemumps.com/t885-colombe-vois-comme-le-monde-le-monde-est-beau#18537 http://www.mumblemumps.com/t2112-colombe-one-little-owl#53641 http://www.mumblemumps.com/t2489-journal-d-elly#63955


when the wheel breaks the butterfly

“Emmène-moi revoir une dernière fois ces endroits qui faisaient taire le vacarme de mes idées noires. Les sommets qui jouent les mâchoires et ta cage thoracique se resserre quand tu les regardes de haut en bas. Emmène-moi revoir juste pour un soir le vert fluo des rizières qui triomphèrent de ma colère et consolèrent mon désespoir. − Atos & Colombe


Roulée en boule au fond de sa minuscule cellule, Colombe se balançait d'avant en arrière en essayant de se raccrocher à une fine lueur d'espoir. Plus les jours passaient et plus elle se sentait défaillir ; elle n'était plus très loin de la fin, elle le sentait. Combien de temps était-elle ici ? Des jours ? Des semaines ? Des mois ? Peut-être plus. Elle avait finit par perdre la notion du temps. Tout ce dont elle se souvenait clairement, c'était la folie qui s'était emparée d'elle quand elle avait osé défier le destin en se disputant publiquement avec un Auror. Intrépide et sans penser aux conséquences de ce trait de caractère, elle n'avait pas été méfiante. Pas cette fois. Car elle avait déjà eu à faire avec ce rejeton d’Auror et elle le savait enclin à vite s'enfuir lorsqu'il était humilié. Mais pas cette fois. Cette fois, il était resté. Et tel le lâche qu'il était, il l'avait attaqué par derrière avec un sortilège bien placé. Autour d’elle ça puait l’humidité, le métal, et surtout, la mort.

Au début, elle avait tenu bon. Elle était restée forte et courageuse comme cette colombe qu'elle était. Rien ne l'effrayait, rien ne la touchait. Ils avaient beau la frapper, la torturer avec de la magie noire, l'insulter et la traiter comme une pauvre chose, elle n'avait pas montré une once de peur. Jusqu'à ce qu'ils ramènent un détraqueur. Là, petit à petit, elle s'était confrontée aux noirceurs de la vie et cédait de plus en plus à la folie et à la dépression. Ils agissaient avec elle différemment d’avec les autres. Le détraqueur, ses compagnons de cachots n’y avaient pas eu droit. Ils faisaient cela, parce qu’elle était cracmolle.  Elle était forte, pourtant. Incassable. Donc une infime partie d'elle-même continuait à se battre en essayant de se raccrocher à des souvenirs heureux. Mais plus ça allait et plus ils étaient rares. Comme oubliés par les multiples baisers du détraqueur qu'elle avait reçu. Pourtant, elle s'accrochait à la vie. Elle essayait du mieux qu'elle pouvait de se souvenir du visage de Atos, de se rappeler de la sensation de ses bras autour d'elle et des mots qu'il lui susurrait lorsqu'elle faisait des cauchemars et qu'elle était inconsolable. Elle s'accrochait à la vie, pour lui. Seulement pour lui. Car elle savait que sans elle dans la vie du jeune homme, il perdrait pied. Si jamais elle périssait dans ce cachot sans lumière, jamais il ne s'en remettrait et jamais il n'avancerait. Jamais sans elle. Tout comme la réciproque était vraie. Alors malgré toutes les souffrances, malgré toutes ses blessures et toute cette peur, elle tenait bon. Elle s'accrocherait jusqu'au bout. Même si pour ça, elle devait affronter le diable en personne.

Ce qu'elle fit.

Puis vint le jour fatadique où son bourreau était las des sévices qu'il lui infligeant physiquement. Le médicomage s’ennuyait. Non seulement elle mettait trop de temps à cicatriser, mais de plus, cela n'était pas assez rapide pour lui. Il semblait vouloir l'anéantir, autant à l'extérieur qu'à l'intérieur. Elle mélangeait tout. Ses compagnons infectés ne cessaient de lui dire qu’elle inventait, elle ne pouvait pas subir tant de souffrances, ils n’étaient pas des monstres. Mais elle ne pouvait pas leur expliquer sa condition. Et elle finissait par y croire. Elle divaguait, elle mélangeait tout, et elle se trompait. Et pourtant, la nuit, quand elle se réveillant en sursaut, étouffant un cri, elle était certaine que ses rêves étaient bien réels. Les cauchemars la hantaient. Les piqures l’épuisaient. Il ne lui restait rien.

La douce Colombe avait disparu pour laisser place à un cadavre. Elle était si pâle et si frêle qu’elle avait parfois du mal à tenir debout. Elle savait que si on s’acharnait autant sur elle, c’était sans doute à la demande de son père. Il voulait trouver un remède pour Adélaïde, elle, elle ne comptait pas. Elle, elle avait été une déception. Le petit ange n’a plus d’ailes, on les lui a brûlés. Personne ne s’inquiétait pour elle. Elle avait reçu un hibou de Lionel, mais elle n’avait pas eu de nouvelles. Pandore passait parfois lui glisser un mot, mais rien de plus. Elle ne manquait à personne là-haut. Elle était coupée du monde, et si elle disparaissait, elle ne serait pas une perte.

Parfois, la nuit, Colombe rêvait qu’elle s’enfuyait. Qu’elle se glissait dans des trous, comme une petite souris, et qu’elle réussissait à rejoindre le parc de Poudlard et la Forêt Interdite. Elle était prête à tout quitter, à s’éloigner le plus possible de ces médecins cruels et de ce monde qui ne veut pas d’elle. Et puis, elle voit l’image d’un garçon, un garçon brun qui s’est battu pour elle. Atos lui a fait des promesses.

Mais il n’est jamais venu.

Il passait tout près pourtant, chaque jour, chaque matin et chaque soir, quand il sortait de sa salle commune. Il était tout près, mais il ne voulait pas la voir. Il n’y avait pas d’autres explications à son absence. Il ne lui avait même pas envoyé de hiboux.

Et puis un jour, elle le vit. Il était là, tout proche de sa cellule. Seule la barrière de verre les séparait. Ils n’avaient aucune intimité, mais en le voyant, Colombe explosa de joie. Elle se leva, usant le peu de force qu’elle avait. Mais Atos saurait lui redonner toute l’énergie dont elle aurait besoin. Elle appuya ses mains sur la vitre, ses mains abimées. Elle voulait être dans ses bras, le toucher, l’aimer. C’est ce qu’elle savait faire de mieux, aimer. Mais Atos ne lui parla pas. Il n’attrapa pas le combiné pour la saluer. Il ne s’approcha pas pour mieux la regarder. Leurs regards se croisèrent et il fit demi-tour. Il venait de la briser en mille morceaux. Elle était détruite. Respirer devenait difficile et lorsqu’elle voulut crier, aucun son ne sortit. C’était pire que le détraqueur.








DOVE

and here is old Picasso and the dove and dreams as fragile as pottery with dove in white on clay dark brown as earth is brown from our old battle ground


Revenir en haut Aller en bas
 
when the wheel breaks the butterfly ♆ (atolombe)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (willow) ♆ when the wheel breaks the butterfly.
» loot wheel event
» Jesus take the wheel
» scorpiana ▷ cause when a heart breaks no it don't break even.
» 07. The Butterfly Ball and the Grasshopper's Feast // stupid car !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Elsewhere :: one shot-
Sauter vers: