Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Braver than you believe, stronger than you seem and smarter than you think (OS de Noël)

Lionel Lemaire
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Gryffondor
Maison/Métier : première année en politique magique, rugit son appartenance à la maison des lions.
Célébrité : cole mohr, bb
Pseudo : Prim Âge : 22 Parchemins : 1629 Gallions : 943 Date d'inscription : 03/01/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
75/100  (75/100)
Voir le profil de l'utilisateur

braver than you believe,
stronger than you seem, and
smarter than you think.
réveillon à poudlard
Dans notre vie, il y a tant de chose qu'on voit sans les comprendre, car le temps va son chemin, quelque soit nos desseins, sans nous attendre et pourtant, tu verras, nous marcherons près de toi, quelque soit les caprices du destin. Comme les lions par millions, par le coeur ne font plus qu'un, tous ensemble avec toi nous sommes qu'un.

Mon amour, mon enfant,

Mon enfant que j’aime, que j’aimerai,

Je n’ai pas eu de nouvelle de toi depuis que tu as décidé de partir en Angleterre. Partir en Angleterre, la formulation peut être injuste, puisque ton père et moi sommes ceux qui t’avons encouragé à partir. Tu avais besoin de voir le monde, de lever les voiles, tu avais besoin de l’oublier, de te rappeler que tu ne pouvais rien faire quand elle a décidé de partir à la guerre.

Jude est dans le coin de la cuisine. Il mange des biscuits, il nous a parlé de tes aventures en grattant les cordes de cette guitare que tu as toujours tant aimée, lors des soirées au coin du feu. Il me semble que cela fait des années maintenant, que je ne t’ai pas senti près de moi, ton parfum de rose, d’orange ; il nous a dit, Jude, que tu étais devenu assuré et confiant. Il y a une amertume dans ses paroles, dans la manière dont il parle de l’école, mais il ne semble décidé à rien dire, probablement préférant médire dans son propre esprit.

Je ne sais pas quand est la prochaine fois que je pourrais te recontacter, mais je ne veux pas simplement te souhaiter de bonnes fêtes, je veux aussi te rappeler que tu as parcouru beaucoup, beaucoup, de chemin. Loin de tes parents, loin de tout ce que tu connaissais, en partant, tu as trouvé une force que tu ne te connaissais pas, mais qui a toujours existé. Tu n’étais pas simplement capable de la voir.

En levant les voiles, tu as levé le voile qui t’empêchait de te voir comme tu étais réellement.

Quand nous nous sommes rencontrés pour la première fois, tu avais trois ans. Tu avais ta couverture autour des épaules parce que tu ne supportais pas le froid, mais je savais en te voyant que tu serais destiné à faire des grandes choses. Ce morceau de tissu, pour moi, il ressemblait déjà à une cape de héros, comme les héros dont tu aimais tant porter les déguisements quand tu étais petit, quand tu faisais la quête aux bonbons, en formulant allègrement que tu préférais les bonbons à n’importe quel sort.

Quand nous sommes venus te chercher, tu avais quatre ans, mais le sourire grand comme le monde, grand pour manger la Lune, grand pour manger le Soleil, grand pour croquer dans la vie, tu portais le prénom de Lionel, mais aussi de Loup, de Loup Hati, de Loup Skoll, Skoll pour lever ton verre de jus d’orange et dire à l’existence, « Je te défie, je te défie de me jeter toutes les épreuves au monde, parce que je m’en tirerai, pas indemne, pas sans larmes, mais je m’en tirerai, toujours, fort et encore plus fort ! »

Alors, tu as grandi et tu as commencé à t’entourer, mais tu n’as jamais eu la force de complètement t’abandonner. Quelque chose semblait te retenir, perpétuellement, tu ne pouvais pas lâcher prise. Probablement que c’est pour cela que tu n’as jamais pu surmonter ta peur de l’eau, ta peur des larmes, mais avant toute chose, ta peur de la tristesse et de ces émotions qui font de toi un être aussi doux et aussi complexe, aussi colérique de temps à autre, quand le mal prend possession de toi. Tu nous as dit que c’était ton héritage, ton code génétique qui remontait à la surface à cause de ce don qui faisait de toi un mauvais sorcier, mais ce n’est pas vrai.

Tu as eu le cœur démoli, cassé, ébréché, mais un garçon qui a autant aimé ne peut qu’avoir le cœur brisé. Un jour, tu trouveras la personne qui saura reconstituer les morceaux pour en faire une mosaïque, une âme qui parviendra à la faire rayonner pour que tu sois éclairé de toutes les couleurs qui soient, de celles qui ne se voient pas à la rétine, mais qui se sentent au contact de l’être, de l’être qui te verra être, qui te fera être, mais surtout, qui te fera renaître.

Tu as pleuré, mais les larmes, tout comme la mer, sont d’eau et de sel, et les larmes, tout comme la mère, tu te dois de les embrasser, de les chérir, car ce sont elles qui font de toi un homme aussi bon, aussi pur. Du haut de tes dix-huit ans, tu as connu la guerre, tu l’as vue partir loin de toi, mais cette jeune femme veille maintenant sur toi, et quand tu sens la pluie couler sur ton front, rassure-toi en disant que ce sont les larmes de bonheur de ton premier amour quand elle voit que tu continues d’avancer, même si sa main n’est plus dans la tienne, même si elle repose maintenant parmi les fleurs, parmi les océans.

Tu as peur de l’abandon, mais personne ne t’a jamais abandonné. Quand tu m’as posé la question, la première fois, « Maman, pourquoi m’a-t-on déposé à l’orphelinat ? », je ne savais pas quoi te répondre autre que c’était simplement pour que tu puisses rencontrer ton amie, ton opale, celle que tu aurais tant aimé que l’on adopte avec toi, mais aujourd’hui, c’est un beau jour, c’est Noël, et je veux simplement te dire que tu as été chanceux parce que tu as eu deux mamans, l’une qui t’a donné la vie, l’autre qui t’a aidé à apprivoiser celle-ci. Il y a deux femmes qui t’ont élevée, qui t’ont aimé, la première qui t’a donné des ailes, la seconde qui t’a appris à voler.

Ton ami nous a dit que tu avais choisi d’étudier en politique, que tu avais fait une sortie de route, toi qui avais toujours voulu reprendre l’animalerie, faire ta place parmi les animaux pour fuir le mal des humains, le monde de sorcellerie que tu as tant et tant détesté. Je ne suis pas surprise, je suis enchantée, je suis fière de voir que tu te sens suffisamment confiant pour choisir une branche où ta voix sera importante, mais où tu pourras faire ta voie, où tu pourras protéger les autres. Le gouvernement, il t’a recommandé trois cursus parce que tu es un grand homme, mon Lionel, un grand homme qui peut faire tout ce qu’il veut, qui peut guérir les animaux, les humains, mais qui peut aussi guider le monde, l’humanité, amener la paix, si seulement il se donne la force de croire.  

C’est ce qui te rend si beau, si puissant, c’est qu’à toi seul, tu es un monde entier, un continent, beaucoup caressent les pages de ta mappemondes en souhaitant te visiter, connaître tous les recoins de ton être, mais tu es un secret, un souffle, un vent. Permets-toi la colère, les ouragans, permets-toi quelque chose d’encore plus fou, permets-toi la confiance. Quand tu trouveras la personne que tu aimes, quand tu trouveras les personnes qui te font sentir au bon endroit au bon moment, dans le bon espace-temps, rappelle-leur à quel point elles sont précieuses pour toi, parce que tu sais maintenant que la vie est courte, mais que les belles choses viennent, simplement si on est patient.

N’oublie jamais, mon chéri, quand tu te sens seul, quand tu te sens triste, quand tu te sens loin de la maison et que tu ne sais plus où te tourner, que tu ne portes pas seulement le prénom des lions, mais que tu peux demander l’aide des autres parce que tu portes aussi le prénom des meutes, des loups. C’est si facile de retomber dans des mauvaises habitudes, mais c’est encore plus facile de retomber sur ses pattes, quand on a l’aide appropriée.

N’oublie pas non plus que tu n’es pas obligé d’être un lion ou de te créer des barrières, comme le ciel, la terre, pour t’isoler du monde, pour faire croire que tu es fort, inatteignable. Les portes, défonce-les, les cages, brise-les ; n’oublie pas que, quoi qu’il arrive, tu peux être toi-même, avant d’être n’importe qui sur Terre.

Comme cadeau, je t’envoie une photo de ton père et moi, devant la nouvelle animalerie. Nous avons agrandi les locaux et tu remarqueras les flocons qui tombent derrière nous. De la neige à Clermont, c’est merveilleux, c’est notre propre forme de magie. C’est Jude qui a pris la photo, étant donné que nous voulions de la pellicule sorcière pour que tu nous vois sourire et te tendre la main, alors pardonne ton ami pour la prise de vue un peu artistique. Toi et moi savons qu’il déteste autant les conventions que tu détestes la sorcellerie, mais sache que la magie peut être belle, si tu lui laisses simplement la chance de l’être.  

Passe un merveilleux Noël, mon garçon,

Nous t’aimons plus que tout

Ta maman, une de tes deux mamans.


Made by Neon Demon

Cadeau reçu:
 




Et qu'on se noie dans les nuits fauves.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Braver than you believe, stronger than you seem and smarter than you think (OS de Noël)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oseras-tu braver les interdits ? [04.12 vers 22h00]
» what didn't kill us made us stronger.
» what doesn't kill you makes you stronger
» hsin • stronger than a ... don't know
» What does not kill me makes me stronger - Hippo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Elsewhere :: one shot-
Sauter vers: