Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Esprits malades dans des corps malades - Thomavia

Thomas de La Rivière
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : Serpentard
Célébrité : Herman Tømmeraas
Pseudo : Carotte/Aguarà Âge : 24 Parchemins : 298 Gallions : 469 Date d'inscription : 09/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1600-thomas-falling-is-just-like-fly http://www.mumblemumps.com/t1631-thomas-le-coeur-a-maree-basse#40265

Esprits malades dans des corps malades
  Thomavia

 

Cela faisait un mois et quatre jours. Un mois et quatre jours qu’il avait reçu la lettre, un mois et quatre jours jours qu’il était coincé ici. Un mois et quatre jours jours qu’il ne dormait pratiquement plus et mangeait à peine. Suite aux tests effectués l'année scolaire précédente, un dossier médical a été monté afin d'évaluer votre état de santé. Grâce à ces tests, les médicomages ont pu déceler chez vous des symptômes indiquant que vous êtes possiblement contaminé par l'épidémie. N’importe quoi. Le seul test qu’il avait eu le temps d’accomplir avait été celui du patronus et il l’avait parfaitement matérialisé. Non, non. Sa présence ici n’était pas due aux tests. Ils avaient dû le surveiller d’une autre manière. Ils avaient dû voir que sa baguette ne réagissait plus comme il le voulait. Ils devaient probablement espionner chaque personne vivant dans ce foutu collège. Comme si sentir son pouvoir lui échapper n’était pas encore assez terrifiant, il fallait qu’on l’enferme, qu’on l’étudie. Et les seules lettres qu’il pouvait échanger avec sa famille étaient des mots où il lui fallait faire croire que tout allait au mieux. Jamais Moïra ne lui avait autant manqué. Son seul réconfort étant que, à Beauxbâtons au moins, sa jumelle ne risquait pas de subir de tels traitements.

Comme chaque matin, il entendit ses compagnons de cellule commencer à s’agiter. Thomas essayait de faire bonne figure devant eux, malgré les différences évidentes entre les trois détenus. Zephÿr Rosenberg, le garde de chasse, un colérique. Et pire, Maddox Berkeley, un né-moldu insipide qui avait séduit Oktavia par un quelconque miracle. Dès qu’il le pouvait, durant les repas, Berkeley se collait à la fiancée de Thomas comme pour marquer son territoire. Comme pour essayer de le rendre jaloux. Comme s’il aurait pu le rendre jaloux. Le serpent ne disait rien. Qu’aurait-il pu dire ? Il s’était affiché tout l’été aux côtés de Bella. Il n’avait aucun droit de reprocher quoique ce soit à Oktavia. Si ce n’était ses goûts douteux en matière d’homme. Car avoir l’air dégoûté en apprenant ses fiançailles avec un de La Rivière pour ensuite se coller à un type aussi banal que ce Maddox… c’était incompréhensible. Pas qu’il soit méchant ou particulièrement moche, l’aiglon. Mais il ne semblait pas non plus dôle et ne possédait pas le minimum légal de charisme. Il avait l’air un peu perdu, un peu timide, un peu peureux. Thomas se contentait donc de lui offrir une politesse froide pour éviter d’envenimer inutilement les choses mais il ne comprenait pas beaucoup l’intérêt que son amie pouvait porter à ce garçon. Il ne le lui avait pas demandé. Il ne parlait pratiquement pas avec Oktavia, il ne parlait pratiquement avec personne. C'est qu'il avait l'impression de devenir fou et avait besoin d’être seul pour assimiler ce qui était en train de lui arriver.
La simple privation d’air frais aurait suffi à le rendre fou, lui qui avait vécu sa vie au bord de la mer ou dans l’air sauvage des Pyrénées. Sauf qu’évidemment, c’était le moindre de ses problèmes. Il était en train de devenir un cramcol. Le karma, lui aurait dit Bella, si elle avait été plus vicieuse. Pire, l’épidémie avait des conséquences plus inquiétantes que la simple perte de pouvoir – qui le paralysait pourtant déjà. Les tests physiques et les faiblesses des plus atteints le prouvaient bien ; il y avait une réelle atteinte sur la santé physique des victimes. Sans parler des disparitions inquiétantes qui dataient de l’année passée et qui n’avaient encore aucune explication mais étaient certainement reliée à cette pandémie qui se répandait peu à peu dans le monde sorcier. Si le serpent avait réussi à s’interdire de penser à ces constatations terrifiantes lors qu’il était encore en liberté, il avait tout le temps de ressasser ses pires pensées désormais. Il se plongeait dans ses cours pour s’empêcher de perdre peu à peu la raison mais la vérité est que la folie menaçait à chaque instant d’exploser. Il avait parfois l’impression que les murs voulaient se rapprocher pour l'étouffer, que l’air devenait irrespirable, qu’il allait mourir ici, que la magie et tous ses souvenirs disparaîtraient jusqu’à effacer complètement son identité. Ses cauchemars n’avaient aucun sens, aucune image ne se dessinait derrière ses paupières fermées. Lui qui avait si souvent rêvé de son frère baignant dans son sang, désormais il ne rêvait que de sentiments confus, d’oppression, de terreur. Il se réveillait en sueur avec l’impression de ne pas avoir dormi. Et, lorsqu’il se levait, il faisait semblant que tout allait bien. Car s’il devait admettre aux autres l’étau qui lui enserrait sa poitrine, il deviendrait tellement plus réel qu’il en mourrait probablement.

Cette journée-là avait été semblable à toutes les autres. Mais tout le monde savait. C’était le jour des sorties et des entrées de nouvelles personnes en quarantaine. Tout le monde avait croisé les doigts pour être de ceux qui seraient libérés. Thomas, lui, n’espérait plus. Il savait qu’il était malade, il savait que les Aurors et médicomages savaient. Tout le monde savait. Il ne sortirait pas. D’autres étaient sortis, des places s’étaient libérées. Et le serpent avait fini par recevoir une note de la part des Aurors ; il était bougé de cachot. Fini sa cohabitation avec le mec qui rêvait de se taper sa fiancée et avec le tapé de jardinier ; il partait rejoindre Oktavia. Il l’avait annoncé avec une certaine satisfaction à Maddox, se plaisant à imaginer ce que le Serdaigle pouvait penser de cette nouvelle. Rien de bien, probablement. La vérité, c’est que Thomas n’en était pas beaucoup plus heureux. Il n’avait aucune idée de comment ça allait se passer. La présence d’une amie aurait dû le réjouir, pourtant. Sauf que ce n’était pas le cas. Il s’était comporté comme un con avant d’être lui-même enfermé, ils n’en avaient pas parlé depuis. De son côté, Oktavia restait collée à son petit copain. Ce qui  n’avait plus d’importance. S’ils perdaient tous les deux leurs pouvoirs, le serpent doutait que leurs parents se fatiguent à les marier. Quoiqu’il en soit, il n’avait pas envie de devoir s’expliquer avec elle, il n’en avait pas la force. Avoir une amie, ça demandait de pouvoir se confier à elle. De vouloir se confier à elle. Or, il ne voulait pas parler. Mettre des mots sur ses sentiments ne pourrait servir qu’à rendre les choses réelles, qu’à le pousser vers la folie.

Il n’avait pas le choix, cependant. Il empaqueta ses maigres possessions dans un petit sac et adressa un au revoir poli à ses anciens compagnons de dortoir. Il avait beau ne pas les apprécier, ils avaient vécu ensemble une étape difficile de leur vie. Que Thomas le veuille ou non, ils étaient lié d’une certaine manière. Le serpent quitta son cachot sous la surveillance d’un Auror qui l’escorta jusqu’à sa nouvelle demeure. Un autre cachot, exactement semblable au précédent. L’Auror ouvrit la porte et fit entrer Thomas. Oktavia releva la tête en le voyant entrer et le Serpentard s’efforça de sourire pour la saluer. Ses traits n’étaient plus habitués à ce genre d’exercice, on aurait probablement dit qu’il lui lançait un rictus brisé. L’Auror referma la porte, sans un mot, et laissa les deux fiancés seul à seul. Thomas avisa le lit qui devait être le sien et s’avança en silence vers lui. Il déposa ses affaires dessus avant de s’asseoir sur le matelas. Ou plutôt, de se laisser tomber dessus. Il soupira avant de reporter son attention vers son amie. Il leva les bras dans un geste fataliste. « Je suis ton nouveau compagnon de cellule. » Dans d’autres circonstances, il aurait tenté un trait d’humour. J’espère que tu ne ronfles pas. Ou alors, faut qu’on arrête de faire chambre à part, ça se passe généralement après le mariage ces conneries. Dans ces circonstances, il avait juste envie de se coucher sur le lit et de ne plus jamais bouger. « Désolé pour toi que ce ne soit pas Maddox. » Il se laissa tomber sur son matelas et détailla avec attention le plafond. Il ne savait pas pourquoi il avait lancé cette pique d’un air blasé. Pourquoi était-il si amer alors qu’il n’avait aucune raison d’être jaloux ? Peut-être bien que son statut de fiancé à Oktavia était la dernière chose qui le raccrochait à son statut de sang pur. Peut-être bien que ça lui faisait mal de penser ça et qu’il lui fallait donc adopter une attitude passive-agressive pour garder la face.

©️ BLACK PUMPKIN




† Didn't know how lost I was until I found you. I was beat. Incomplete. I'd been had, I was sad and blue
Revenir en haut Aller en bas
Oktavia Silaïeva
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : serdaigle ϟ deuxième année de gisis en médecine magique
Célébrité : Barbara Palvin
Pseudo : MONAZ•HOPE Âge : 25 Parchemins : 2216 Gallions : 564 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
90/100  (90/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1326-oktavia-ou-la-perfection-du-nom http://www.mumblemumps.com/t1455-oktavia-the-notebook http://www.mumblemumps.com/t1510-brownie-les-petits-parchemins-d-oktavia http://www.mumblemumps.com/t2101-journal-de-monazohope


   
Esprits malades dans des corps malades

   
Parfois tu te disais que cette quarantaine était une épreuve sans aucun sens, a laquelle tu devais simplement attendre la fin. Ignorant quand elle prendrait ou de quelle manière, était-il possible que certains élèves tentent quelque chose pour vous sortir de là ? Tu en avais aucune idée, mais depuis que Maddox était arrivé en quarantaine, tu te sentais beaucoup moins seule. Même si au fond, tu t’en voulais d’être aussi égoïste, il serait tellement mieux à l’extérieur et non enfermé dans les cachots comme toi. Pourtant l’avoir à tes côtés t’apaisait, tu ne comprenais pas cette réaction que tu pouvais avoir lorsqu’il était dans les parages. Tu n’étais pas habituée à la situation, à ce genre de sentiments, aucun jeune homme ne t’avait jamais fait ressentir cela. Alors, tu restais toujours sur tes gardes sait-on jamais ce qu’il pourrait se passer lorsque l’un des membres de ta famille ou bien un autre pourrait en parler à tes parents. Tu avais d’autres soucis à t’inquiéter que la réactions de tes géniteurs lorsqu’ils apprendraient que tu sortais avec un né-moldu. Certes, ils étaient ouverts d’esprit, mais de là à laisser l’un de leurs enfants batifoler avec un sorcier au sang inférieur, tu avais un doute. D’autant plus qu’ils t’avaient tout de même fiancée à l’une des plus importantes familles françaises, ce n’était pas pour que tu salisses leur nom avec un petit sorcier rencontré pendant tes études. Le matin au petit déjeuner, ainsi que pendant les repas, le serdaigle se collait à toi, chose qui vous rassurait tous les deux, mais tu avais des remords pour Thomas. Qui se trouvait là également et que Maddox, par sa grande présence à tes côtés t’éloignait de lui. C’était certainement inconscient de la part de l’anglais d’ailleurs, mais tu aurais appréciée pouvoir approcher ton fiancé tranquillement sans avoir peur de la réaction de ton petit-ami.

Néanmoins, tu soupiras lorsque l’heure des départs et des arrivées arriva, tu savais très bien ce qu’il allait se passer. Les élèves n’étant pas malades seraient relâchés, mais pour toi, cela serait différent, tu devrais rester dans ce cachot aussi longtemps que les médicomages le décideront. Même si parfois tu essayais d’en savoir un peu plus, étant donné que l’on t’avait autorisé à travailler afin de les aider. Ils ne laissaient que très peu d’informations qui pourraient être importantes. Chose qui avait tendance à te rendre un peu plus folle. Mais au moins, tu n’étais pas toujours enfermée dans ce cachot et c’était certainement une bonne chose. Etant donné que tu ne pouvais pas poser des questions de vives à voix à ton professeur, tu le faisais avec certains médicomages qui semblaient étrangement réceptifs. Alors que tu remarquais qu’un auror venait chercher tes deux compagnons de cellule, tu t’asseyais sur le lit qui t’étais assignée en tailleur, le dos posé contre le mur avec l’un des livres que tu avais demandé à ta demi-sœur. Puisqu’elle était dans ton dortoir, tu t’étais dis qu’elle pouvait au moins te ramener ou t’envoyer certains de tes livres. Alors tu tournais les pages machinalement d’un roman russe, préférant travailler ta langue maternelle. Tu fus des plus surprise lorsque la porte s’ouvrit à nouveau en voyant un le rictus que ton fiancé adoptait. Tu cherchas le regard de l’auror afin de comprendre ce que cela voulait, dire, pourquoi échangeaient-ils les élèves de place ? Mais celui-ci ferma bien trop vite la porte pour que tu puisses poser ta question.

Tu regardes Thomas s’installer dans l’un des lit qui restaient libres. Restant silencieuse, laissant ton étonnement se lire sur ton visage fatigué par les différents tests que l’ont vous demandait constamment. « Je suis ton nouveau compagnon de cellule. » Tu penches la tête pour le regarder d’un air tendre, étrangement tous tes doutes sur les dégâts que votre relation avait pu avoir depuis la révélation de vos fiançailles ressortaient. Tu ne savais pas comment répondre, tu restais toujours sans voix, cherchant à comprendre quelque chose qui t’étais à nouveau imposé et qui n’avais aucune explication. « Désolé pour toi que ce ne soit pas Maddox. » Prend-toi ça. Tu soupires en le regardant s’allonger, tu reste encore silencieuse un moment, cherchant à ce que tu pouvais lui répondre. Sans être mauvaise, comme il peut l’être.

Tu avais laissé de nombreuses minutes de silence, parce que tu étais prise de court et que tu n’avais pas su réagir de la bonne manière. Tu te lèves un instant, rapidement, pour aller t’asseoir sur le bord du lit du français. Tu déposes son regard sur lui le scrutant, il était bien trop blasé pour son âge, alors tu souris te voulant réconfortante, même si tu ignorais comment le geste que tu comptais faire serait interprété par le jeune homme. Tu attrapes sa main pour la prendre dans la tienne. « Tu es certainement le meilleur choix qu’ils aient pu faire pour moi... » Tu savais que ce que tu pouvais dire pouvait être compris de deux manières différentes par ton fiancé. Mais passer toutes tes journées avec Maddox, n’aurait certainement pas été bon pour ton mental. Alors, qu’avec Thomas, tu sentais que tu pourrais plus facilement gérer la situation. « Après tout c’est un bon test pour notre couple, de partager aussi tôt la même chambre, pousse toi un peu. » Etrangement tu essaies de le faire sourire, parce que vous en aviez tous les deux, passer trop de temps enfermée. « En plus c’est pas comme si mon idiot de fiancé c’était intéressé à moi avant qu’il soit enfermé ici...  » Un petit rire cristallin sorti entre tes lippes, tu ne voulais pas être méchante, il te connaissait assez pour savoir que c’était ta façon de lui faire comprendre que tu avais été déçue.
   
⇜ code by bat'phanie ⇝


Flare Guns
IN MY HEAD
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

Revenir en haut Aller en bas
Thomas de La Rivière
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : Serpentard
Célébrité : Herman Tømmeraas
Pseudo : Carotte/Aguarà Âge : 24 Parchemins : 298 Gallions : 469 Date d'inscription : 09/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1600-thomas-falling-is-just-like-fly http://www.mumblemumps.com/t1631-thomas-le-coeur-a-maree-basse#40265

Esprits malades dans des corps malades
  Thomavia

 


Les minutes s’écoulaient en silence. L’aiglonne n’avait pas réagit à ses propos et à son entrée. Tant mieux. Thomas ne demandait rien d’autre que du calme. Les yeux rivés sur le plafond, il étudiait attentivement les lézardes qui s’y dessinaient. Il avait fait pareil avec le plafond de son ancien cachot qu’il connaissait désormais par cœur. C’était toujours mieux que de penser à sa situation actuelle. Oktavia ne lui laissa que quelques minutes de répit, cependant. Du coin d’œil, il pouvait voir qu’elle l’observait. Il se demandait si elle était fâchée du comportement qu’il avait eu avant son propre enfermement. Le seul point de soulagement était qu’il savait qu’Oktavia n’était pas du genre à déterrer la hache de guerre et lancer les hostilités. C’était une autruche qui plantait sa tête dans le sol en espérant ne pas être impactée par ce qui pouvait bien se passer autour d’elle.
Il la vit se lever et se diriger vers lui. Il fit en sorte de rester impassible mais il avait envie de se tourner vers le mur, de mettre son oreiller sur sa tête et d’échapper à la discussion. Il n’en fit rien. Malgré les événements des derniers mois, malgré leurs fiançailles et le manque de ses visites, elle restait son amie. Il ne pouvait pas la repousser aussi facilement. Au moins pour continuer de faire croire qu’il était un bon ami. Trouver une excuse pour ne pas être venue le visiter, garder de bons contacts. En somme, rester fidèle à l’image qu’il tentait de se donner : une personne sociable et ouverte.

Elle s’était assise sur le bord de son lit, souriante. Thomas ne lui retourna pas son sourire, c’en était trop pour lui. Il en était incapable. La nausée qui ne le quittait plus depuis qu’il avait constaté la baisse de ses pouvoirs le rendait trop malade. « Tu es certainement le meilleur choix qu’ils aient pu faire pour moi... » Il plissa les yeux. Un instant, il avait cru qu’elle parlait du choix de leurs parents. Un instant, il était redevenu lui-même. Bien sûr que je suis le meilleur choix de fiancé pour une fille dont le père a déshonoré la famille. Puis il avait compris qu’elle faisait probablement allusion à sa remarque précédente à propos de Maddox. Il haussa des épaules, peu enclin à discuter sur le sujet. Il n’était pas sûr que le fait qu’elle se retrouve enfermée avec son fiancé amer et déprimé soit la meilleure chose pour Oktavia.
« Après tout c’est un bon test pour notre couple, de partager aussi tôt la même chambre, pousse toi un peu. » Thomas glissa son regard vers les yeux d’Oktavia pour tenter de discerner ce qu’elle pensait. C’était la première fois qu’elle blaguait au sujet de leurs fiançailles. Et cela reflétait parfaitement le genre de blagues qu’il aurait pu lui dire s’il s’était sentit plus en forme. Il réussit à grimacer un sourire et se dandina un peu pour se pousser et faire de la place à son amie. « En plus c’est pas comme si mon idiot de fiancé c’était intéressé à moi avant qu’il soit enfermé ici...  » Son faible sourire disparu. Elle rigolait. Elle n’était pas une autruche, finalement. Elle s’avançait bien sur les terres du conflit, avec prudence et douceur, mais elle s’y avançait sans nul doute.

Il aurait dû culpabiliser. D’autant plus qu’il était le pire des hypocrites. Alors que quand Dimka venait le visiter et transmettait les bons vœux de Blaise, Thomas demandait qu’il lui transmette ses bons souhaits que Blaise aille se faire foutre, Thomas était bien conscient qu’il avait eu le même comportement envers Oktavia que Blaise envers lui. Pourtant il était furieux envers son frate. Il avait rarement ressentit autant de haine.  Hypocrite. Au fond de lui, il savait qu’il l’était. Mais il réussissait à se trouver des excuses. Il réussissait à se convaincre qu’il avait eu de bonnes raisons de ne pas aller voir son amie. Lorsqu’elle avait été enfermée, il était en train de constater la diminution de ses pouvoirs. Il était paniqué et l’idée de descendre dans les cachots pour visiter quelqu’un le rendait fou. Il avait l’impression de se rendre dans un piège géant, de se livrer lui-même à l’enfer qu’était la quarantaine. C’était la première raison qui l’avait empêché d’aller voir Oktavia. La deuxième étant qu’il n’avait pu s’empêcher de ressentir un peu d’espoir lorsqu’elle s’était fait enfermer. Si elle était malade, si elle perdait ses pouvoirs, leurs fiançailles seraient annulées. Jamais ses parents ne voudraient le faire épouser une sorte de néo-cracmolle. Cette joie malsaine qu’il avait ressentie, il en avait bien évidemment eu honte. Il avait voulu la cacher à son amie. Il se serait sentit encore plus misérable d’aller la voir, de lui exprimer à quel point il était désolé, pour en réalité se sentir libéré d’un poids. Alors il n’était pas descendu la visiter, c’était la deuxième raison. Seule la première était avouable. « Ton fiancé se rendait compte qu’il était atteint de l’épidémie. Il devait être terrifié par la maladie et la quarantaine… si tu y arrives, tu devrais essayer de lui pardonner, c’est pas un mauvais gars tu sais. » Il continuait de fixer le plafond avec intensité. Il sentait le poids d’Oktavia qui creusait un petit peu le matelas. Un instant, il se demanda s’il réussirait à ne rien tenter durant les nuits qu’ils passeraient ensemble. Elle était magnifique, elle lui avait été promise et il n’avait pas baisé depuis une éternité. Il ferma les yeux et s’efforça de visualiser les traits de Bella. C’était sa chaleur à elle dont il rêvait la nuit. Il soupira.
« Je suis pas le meilleur choix. Je suis même pas un bon ami. » Il se positionna sur le côté, se redressa légèrement en posant son coude sur le matelas et sa tête sur sa main. « J’aurais fini par venir te voir, tu sais. Quand j’aurais accepté que je finirais de toute façon par atterrir dans ce trou. Désolé d’avoir eu si peur. » Il mentait. Il mentait bien mais ça n’en restait pas moins un mensonge. Lorsqu’il devait demander pardon de manière sincère, chaque mot était un effort qui lui arrachait la langue. Ici, il l’avait dit avec fluidité, sans y penser. Il voulait juste être un ami sympa. Ça passait par faire croire qu’il était désolé.

©️ BLACK PUMPKIN




† Didn't know how lost I was until I found you. I was beat. Incomplete. I'd been had, I was sad and blue
Revenir en haut Aller en bas
Oktavia Silaïeva
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : serdaigle ϟ deuxième année de gisis en médecine magique
Célébrité : Barbara Palvin
Pseudo : MONAZ•HOPE Âge : 25 Parchemins : 2216 Gallions : 564 Date d'inscription : 28/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
90/100  (90/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1326-oktavia-ou-la-perfection-du-nom http://www.mumblemumps.com/t1455-oktavia-the-notebook http://www.mumblemumps.com/t1510-brownie-les-petits-parchemins-d-oktavia http://www.mumblemumps.com/t2101-journal-de-monazohope


   
Esprits malades dans des corps malades

   
Te retrouver dans le même cachot que Thomas n’était pas très facile à encaissé, parce que tu avais bien trop peur des répercussions qu’il pourrait y avoir. Certaines personnes le verraient d’un mauvais œil, d’autre s’inquiéteraient. Les seuls qui pourraient en être ravis étaient vos parents respectifs, même si au final, vous vous retrouviez dans un endroit qui pouvait vous faire perdre toute votre magie. Chose qui commençait à arriver dans ton cas, tu le savais que trop bien, tu le ressentais, malgré cette peur atroce, tu essayais d’oublier. Pour rassurer les tiens, tes amis, que tout irais bien alors que tu savais que très bien que rien n’allait depuis que tu étais à l’intérieur de se cachot. Cela faisait des mois que tu étais enfermée, tout était contre toi tu le savais, alors il fallait vivre avec. C’était dur, Maddox t’aidait bien souvent, mais tu n’avais as réussi à passer un moment seul avec Thomas et tu étais ravie de pouvoir enfin le faire. Vous aviez beaucoup trop de choses à vous dire. Alors tu t’étais rapprochés de son lit, ne restant pas dans le silence auprès du français. Il fallait en profiter quitte à provoquer une colère, de toute manière s’il se passait quelque chose les aurors étaient-là. Ils n’hésiteraient pas à venir vous séparer si cela était nécessaire.

Doucement mais sûrement grâce à un peu d’humour tu te décidais de lancer la conversation sur le fait qu’il n’avait jamais fait de premier pas vers toi, depuis que tu étais enfermée. Tu le remarques se pousser un peu pour te faire de le place tu souris doucement. Tu n’étais pas habituée à réellement être tactile avec tes amis, encore moins avec les garçons, le seul qui y avait le droit était Maddox, mais c’était différent maintenant que vous étiez ensemble. « Ton fiancé se rendait compte qu’il était atteint de l’épidémie. Il devait être terrifié par la maladie et la quarantaine… si tu y arrives, tu devrais essayer de lui pardonner, c’est pas un mauvais gars tu sais. » Tu te mets à rire un peu, tu préférais cette partie là de Thomas, celle qui arrivait à faire un peu d’humour dans cette situation merdique. Même si tu savais que trop bien que ce n’était pas la seule chose. Néanmoins, tu aurais aimé qu’il utilise au moins un autre système de communication s’il ne souhaitait pas venir te voir. « Les hiboux arrivent ici, il me semble... » Ta voix était douce, sans aucune amertume ou même rancoeur. Tu voulais juste lui faire comprendre que tu avais été déçue, tu n’étais pas en colère, c’était compréhensible, tu ignorais ce que tu aurais fait à sa place, si tu pouvais être capable de descendre. Tu lui aurais au moins envoyé un hibou si tu n’y arrivais pas. « Je suis pas le meilleur choix. Je suis même pas un bon ami. » Tu le regardes se tourner et se mettre sur le côté pour te regarder enfin. Tu souris faiblement. Ne le contredisant pas pour le coup. Comme si tu acquiesçais avec ce silence. « J’aurais fini par venir te voir, tu sais. Quand j’aurais accepté que je finirais de toute façon par atterrir dans ce trou. Désolé d’avoir eu si peur. » Tu réfléchis un instant à cette phrase, tu connaissais suffisamment le sujet pour comprendre. Sur ce point il semblait être comme Maddox, même si leur idées n’étaient pas réellement communes. Après tout, le né-moldu avait juste eu peur d’être enfermé comme à Azkaban, alors ton fiancé lui était terrifié de perdre ses pouvoirs. C’était le sang pur qui parlait.

« Il y a qu’une seule chose que je voulais de toi, c’est juste que tu t’inquiètes un peu de mon sort…. Un lettre aurait suffit tu sais, juste pour t’assurer comment j’allais… comment je vivais ça… tu comprends ? » Tu le regardes un instant, remarquant le ton bien trop sensible, tu sentais que tu arriverais à craquer d’un moment à l’autre si tu ne te reprenais pas. « Même mon frère ne vient pas me voir, alors tu sais que tu sois venu ou non, c’est pas ça qui me dérange... » Tu n’arrivais pas à te faire à l’idée que même Dimitri évite de venir te voir, pour une fois que tu avais besoin de réconfort de la part de ton aîné il était incapable d’être là. Rares étaient les moments où tu avais besoin de lui, mais ils arrivaient parfois. « Même si c’était pour en profiter pour faire annuler les fiançailles, après tout c’est certainement une opportunité que l’on ne peut pas laisser passer tu ne crois pas ? » Tu y avais pensé des tonnes de fois, que cela vous aiderait certainement bien à faire comprendre à vos parent que vous ne vouliez pas de ses fiançailles. Au moins cela donnerait une excuse des plus convenable, surtout si vous vous retrouviez réellement vidés de magie.    
⇜ code by bat'phanie ⇝


Flare Guns
IN MY HEAD
TELL ME NOT TO CALL YOU THIS LATE

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
Esprits malades dans des corps malades - Thomavia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "L’amitié, c’est un seul esprit dans deux corps." [Pv. Calypso]
» Quelque part dans le Val d'Anduin [Flashback PV Sefir]
» Corps de verre et coeur de pierre
» Open your wings and flies towards the light. Butterfly. | Eden & Marissa
» SSS's Time ( Solo )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Hogwarts :: dungeons and basements :: Quarantaine-
Sauter vers: