Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Speed dating (Cynthia & Azénor)

Mumblemumps
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Parchemins : 1670 Gallions : 5094 Date d'inscription : 13/02/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com http://www.mumblemumps.com http://www.mumblemumps.com http://www.mumblemumps.com

BE CAREFUL
Speed dating version sorcier.
ϟ On vous observe Pré-au-Lard était cet havre de paix illusoir où on aimait se promener. Enfants, étudiants ou bien encore adulte, il était courant de voir les gens se faufiler dans la foule jusqu'au Trois Balais ou chercher une petite table chez Madame Piedodu. Le temps d'une pause. D'un souffle entre deux courses. Ce soir, vous êtes tranquillement attablée pour prendre un verre.

Ce que vous ne pouviez pas prévoir, c'était cette rafle soudaine orchestrée par les aurors. Ils transplanent de toutes parts. Un contrôle. Encore un. Azenor et Cynthia se retrouvent alors l'une à côté de l'autre. Dans le coin de ceux restant à contrôler. Lorsqu'un auror libidineux s'arrêtent devant vous après avoir maltraité une pauvre vieille femme. "Ca sera plus agréable à contrôler par ici. Vos baguettes mesdames." Son regard dérive sans gène. La foule s'agite. Les manières de certains laissent à désirer. Le bar est clos jusqu'à la fin du contrôle. Ca gronde, ça colère. Et soudain une silhouette se jette sur l'homme qui vous contrôle. Commence alors une rébellion civile sauf que tout se mélange. Personne ne sait qui est qui. En sortirez-vous sans égratignure ?

Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

S
ans originalité aucune, je m’étais décidée à faire comme les deux tiers des sorciers pendant un jour de repos ; aller à Pré-au-Lard, un carnet débordant de parchemins à la main et boire un verre aux Trois Balais. Le lieu était débordant de visiteurs, comme souvent mais j’avais pu trouver une table où m’installer. Enfermée dans ma bulle, j’entendais à peine le brouhaha ambiant et me contentais de relire mes notes. J’aurais pu faire cela à Poudlard, mais, l’ambiance y était devenue si étouffante ces derniers temps que toutes occasions étaient bonnes pour échapper à cette lourdeur accablante. Une main posée sur le col duveteux de mon pull, je laissais l’autre aller et venir sur le parchemin vieilli. Encore, et encore, ne m’arrêtant que quelques secondes pour déguster mon léger breuvage. J’aurais été incapable de dire combien de temps je restais ainsi, presque immobile à ma table.

Le temps s’écoula, et soudain, un craquement. Je ne mis que très peu de temps à réagir, à actionner ma baguette d’un coup rapide du poignet pour ranger mes affaires. Miniaturisées, elles se glissèrent rapidement dans la poche de mon manteau alors que je me levai d’un mouvement vif. Il ne fallut une longue réflexion à personne pour comprendre ce qu’il se passait là. Un craquement. Puis un autre. Et encore un autre. Les Aurors arrivaient par deux, trois ou quatre pour un contrôle. Ce n’était pas mon premier, et certainement pas mon dernier. Toutefois, chaque contrôle avait le don de m’exaspérer. J’en comprenais bien le sens, mais, déplorais souvent la manière… Je ne doutais pas que même quelques Mangemorts savaient faire preuve de plus de tact que certains malotrus envoyés par le Ministère.
Ma baguette à la main, le regard sombre mais le visage impassible je suivis le mouvement sans dire un mot. Tous alignés, nous attendions notre tour. Les doigts crispés autour du bois doux de ma partenaire, j’observais la scène en retenant un énième soupir. Je n’avais évidemment rien à me reprocher ; même si je ne doutais pas qu’une vérification de mon identité me vaudrait quelques commentaires sur mon nom de famille. Cela avait déjà été le cas auparavant, je ne doutais pas qu’aujourd’hui s’ajoute à la liste.

« Ça sera plus agréable à contrôler par ici. Vos baguettes mesdames. » Je jetai un rapide coup d’œil à la femme se trouvant à mes côtés dont l’identité m’était parfaitement inconnue. Je n’avais pas envie d’être défiante, mais n’avais pas non plus envie de donner mon bien rapidement à cet Auror-ci. Non, il méritait plutôt un sort discret mais efficace qui lui remettrait le regard en place. Alors que je pensais à cela, esquissant un sourire exquis à son égard, des voix s’élevèrent dans l’établissement. Que se passait-il ? Je fronçai les sourcils, incertaine. L’Auror finit poussé contre une table, et j’esquivais les deux corps entremêlés de justesse. Rapidement, de ma main libre, je saisis le bras de la femme aux cheveux dorés présentes à mes côtés pour l’attirer vers le sol avec moi. D’un même mouvement, je détournais un sort perdu qui finit sa course dans le mur derrière nous. Je la regardai furtivement, esquissant un léger sourire puis m’attelais à analyser la scène qui se déroulait sous mes yeux. Transplaner était impossible. La porte était à l’opposé du lieu où je me trouvais, et, elle était verrouillée. Aller jusque là-bas et sortir sans égratignure semblait impossible. Il me faudrait trouver une autre solution, et vite. Baguette en main, je me redressais légèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Aujourd'hui était une journée affreuse pour Azenor, elle avait commencé d'une façon un peu maladroite. Elle avait renversé sa tasse de thé sur sa robe, son chat avait renversé ses gamelles et elle avait glissé sur la neige en sortant pour aller s'acheter quelque chose à grignoter avant d'aller travailler. A croire qu'il ne fallait pas qu'elle sorte aujourd'hui, mais pourtant, elle avait dû le faire pour aller travailler. Elle devait aussi aller boire un verre avec une amie aux trois balais à la fin de son service et elle n'avait pas vraiment envie mais voir un visage familier lui ferait certainement le plus grand bien. Parce qu'elle l'âme torturée encore et elle ne sait pas comment faire pour que tout s'en aille. Elle aurait aimé ne pas le revoir, ne pas lui tomber dessus et surtout ne pas discuter avec lui, parce que tout cela avait éveillé en elle, une nouvelle envie de repasser du temps avec lui, de le connaître une fois de plus et ce n'était pas l'idée qu'il fallait avoir. Mais elle l'avait eu et elle verrait bien de quoi le futur sera fait. Quoiqu'il en soit, elle était installée dans un coin des trois balais, sa bieraubeurre devant  elle, et un exemplaire du Daily Prophet posé sur la table, ce qu'elle lit lui glace un peu le sang, encore plus de contrôles et cette épidémie qui n'en finit pas. Elle sert un peu les poings pour calmer la gêne qui grossit dans son corps avant de faire craquer sa nuque et de replier le journal pour le remettre dans son sac à main. Elle sursautait quand elle entendait un craquement, elle comprenait que trop rapidement et elle avait envie de hurler, elle qui avait tout fait pour les éviter voilà qu'elle en subissait un nouveau. Elle se levait avec une lenteur qui aurait pu en exaspérer plus d'un, tentant de trouver un échappatoire et elle se résignait à se mettre en ligne, fusillant du regard les aurors un peu trop sûrs d'eux.

« Ça sera plus agréable à contrôler par ici. Vos baguettes mesdames. » Azenor suivait ce type en levant les yeux au ciel, accompagné d'une sorcière qu'elle ne connaissait pas. Elle lui adressait un sourire léger quand elle la regardait. Elle voulait prétexter avoir oublier sa baguette pour ne pas subir ce contrôle, mais elle se demandait si en faisant cela, elle ne s'autorisait pas un aller simple à Azkaban. Elle imaginait déjà la réaction de sa famille si jamais, ils recevaient un hibou pour leur dire qu'elle était dans une certaine cellule dans cette prison perdue en plein milieu de la mer. Elle se sentait mal à l'aise aussi la blonde de voir son regard qui se baladait sur son corps et elle avait envie de lui jeter un sort pour qu'il s'arrête mais elle n'avait pas ce courage. Tandis qu'elle sortait sa baguette, la Prewett entendait le capharnaüm qui s'élevait derrière elle et elle n'avait pas le temps de tendre sa baguette à l'auror qu'elle se sentait happée vers le sol par la demoiselle qui était à ses côtés. Elle ne disait rien et se contentait de lui rendre son sourire avant de détourner un nouveau sort qui se dirigeait droit sur elle. Elle ne pouvait pas parler, mais elle regardait autour d'elle, c'était une vendetta ou une conspiration, elle ne savait pas bien. Alors qu'elle détournait encore un sort, elle se rabaissait aux côtés de la brunette « Est-ce que tu, vous, avez une idée pour sortir d'ici ? » demandait-elle finalement à la hâte, en se relevant pour lancer des sorts à ceux qu'elles prenaient pour des aurors. Elle couvrait la brune en lui adressant un sourire franc et sincère, avant de se reculer vers la porte de sortie, la baguette toujours levée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar


P
lus les secondes s’écoulaient, et plus l’atmosphère se faisait bruyante. J’avouais sans peine avoir bien du mal à distinguer chacun, entre les coups physiques donnés et les éclats de sorts jetés. Plus vite j’agirais, plus vite je sortirais de là. Sauf que je me heurtais à un soucis, et pas des moindres, je n’avais aucune idée de comment sortir d’ici. Je ne me trouvais même pas vers la réserve, qui devait sans doute donner vers une sortie en arrière du bâtiment… Et, comme observé plus tôt, j’étais à l’opposé de la porte d’entrée. Pourrais-je essayer une fenêtre ? J’en voyais une ou deux. Elles étaient sans doute atteignables. Rapidement, mon esprit calculait la situation et je fus sortie de mes pensées par la voix de l’inconnue aux cheveux d’or qui se trouvait toujours à mes côtés. « Est-ce que tu, vous, avez une idée pour sortir d’ici ? » J’étais plutôt partie du principe que je m’en irais seule, mais, à bien y réfléchir, ce n’était pas une si mauvaise idée de filer à deux. Nous aurions plus de chance de ne pas nous faire happer par un ou deux sortilèges au passage.

« Nous pourrions essayer la porte, mais, je ne sais pas quel sort ils ont utilisés pour la bloquer. »

Dis-je en m’approchant d’elle suffisamment pour qu’elle m’entende avec le capharnaüm ambiant sans pour autant hurler haut et fort où nous pourrions nous rendre. Je ne savais pas qui étaient la moitié des personnes présentes ici. Mais, je ne voulais avoir affaire à aucun d’entre eux ; Auror ou non. Détournant un énième sort, je me décidais à me diriger en direction de ladite porte. Sur le qui-vive, je marchais dos à la jeune femme pour protéger ses arrières autant qu’elle protégeait sans doute les miennes. L’avancée était lente. Non seulement il fallait éviter les sortilèges lancés à tout va, mais également les corps et l’immobilier qui semblait être l’instrument parfait selon certains pour se défendre. J’envoyais valser la baguette d’un parfait inconnu quand un tabouret nous frôla, pour finir son vol en morceaux contre le mur à quelques mètres de nous. Mon attention ailleurs, je ne vis pas la gerbe violacée qui filait tout droit en ma direction pour toucher mon épaule. Je poussais un cri de douleur, fermant par reflexe mes paupières pour contenir la chaleur vive qui s’insinuait sous ma chair. Une main posée sur mon épaule, comme pour contenir la blessure que je n’avais encore pu nommer, je levais ma baguette en direction du sorcier. Duro ? Non, quoi que c’était un bon choix. Je pourrais ensuite le propulser contre le mur et il ne serait plus. Confrigo ? Trop violent. Je devais me rappeler que j’étais ici entourée d’Auror, et que je ne devais aucunement faire preuve de trop de barbarie sans quoi, une fois les charmants renforts du Ministère arrivés, je finirai avec un procès.

« Incarcerem ! »

Oui, c’était bien. L’individu se retrouva enveloppé par un cordage, que je pris soin de serrer un peu trop. Sa baguette lui échappa, et d’un mouvement du poignet je le projetai contre une table où il perdit connaissance. Bien. Il n’était pas mort. Je ne m’étais pas emportée. Tout allait bien. Je regardai la porte qui était si près, et pourtant si loin. La douleur me lançait, et je crispais mon visage. Je ne ressentais pour le moment aucun effet secondaire… Une aubaine, mais, il ne valait mieux pas crier victoire trop tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Elle avait l'impression que sa journée allait de plus en plus mal. Evidemment, il fallait qu'elle soit allée au trois balais, et qu'elle ait eu à faire à un contrôle d'aurors. Elle les détestait les aurors, elle n'aimait pas cela, et encore moins quand elle se souvient de ce qu'elle avait ressenti quand ils avaient embarqué Piros, elle ne s'en souvenait pas vraiment mais la sensation était toujours là, en veille, endormie. Elle était endormie la sensation malaisante qui la prenait quand elle pensait à Piros et elle aurait aimé ne plus la ressentir. Ne plus attendre qu'elle se réveille, ne plus être sous l'emprise de cette sensation qui pourrait se réveiller du jour au lendemain, mais elle avait peur. Peur que ses souvenirs lui reviennent. Azenor avait envie de s'en sortir, de ne pas passer ce contrôle d'aurors. Et il y avait cette demoiselle qui allait sûrement l'aider à s'échapper « Nous pourrions essayer la porte, mais, je ne sais pas quel sort ils ont utilisés pour la bloquer. » Azenor fixait la porte, elle se demandait quel sort il pouvait bien avoir utilisé, mais aucun ne venait en tête. Et elle savait que le Alohomora n'allait certainment pas marché. Trop simple. Bien trop simple. « On ne peut pas vraiment savoir... » Et elle se mettait en marche, un pas par un pas, sa baguette dressait à la défensive. Elle ripostait face aux sorts qu'elle recevait et elle protégeait l'inconnue derrière elle. Quand elle entendait son cri, elle se retournait rapidement et elle écarquillait les yeux. Elle ne pouvait rien faire maintenant, pas alors qu'elles étaient toutes les deux en danger. Elle se mordait l'intérieur de la joue. Et elle continuait de riposter. Azenor ne comprenait pas, les secondes défilaient trop vite. Et elle ne pouvait rien faire pour l'épaule de la demoiselle. Quand le sort venait d'être jeté, elle regardait le type qui venait de recevoir le sort et elle soupirait de soulagement. Elle avait envie que la porte s'ouvre comme par magie, mais ce n'était pas le cas, elle serrait les dents et elle s'abaissait, abaissant au passage la petite demoiselle pour éviter un nouveau sort. Elle aurait pu ramper mais elle n'en avait pas envie. Quand quelqu'un tentait encore de les attaquer, elle pointait sa baguette vers une espèce de statuette « Wingardium Leviosa ! » Et elle pointait vivement la baguette vers la personne ce qui l'assommait et elle s'approchait un peu plus de la sortie, attrapant la main de la brunette pour l'attirer un peu plus près de la porte, elle pointait alors sa baguette près de la serrure, mais malgré les flammes qui jaillissent, rien n'y fait, la porte ne s'ouvre pas. Bon sang. Azenor avait envie d'hurler, mais elle n'y parvenait pas, la boule qui venait de se loger dans sa gorge augmentait au fur et à mesure le temps passait. « Il faut qu'on arrive à sortir ! Il faut que je regarde votre épaule... » Parce que la blonde avait l'impression que l'épaule de la brunette devenait de pire en pire. Elle regardait alors la scène qui se déroulait devant ses yeux et tout revenait en mémoire, des bribes, la guerre, les mangemorts, elle qui tient sa baguette et un Avada Kedavra qui sort de sa bouche, elle sursaute parce qu'elle reprend ses esprits, et elle regarde la brunette, la fait se reculer et elle prononce « Confrigo ! » avant de voir la porte qui explose. Elle est sonnée, la blonde, son oreille siffle et elle est un peu assommée, mais elle parvient à s'échapper en attirant la demoiselle avec elle, elle n'a pas la force de courir et pourtant, il va falloir, elle sent qu'elle est blessée, mais elle ne prend pas la peine de regarder, elle touche alors son front et ses mains se couvrent de carmin. Merde. Quand elles finissent dans une petite ruelle à côté, elle regarde la demoiselle « Laisse moi m'occuper de ton épaule ! » qu'elle prononce, d'une voix paniquée. Azenor déteste ça, la panique, les aurors, la sensation qui lui prend le coeur quand les souvenirs veulent venir mais qu'ils ne font rien.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar


L
a douleur se fit soudainement plus vive. J’avais bien du mal à retenir une grimace, et essayais tant bien que mal de garder mon esprit aux aguets. La bataille à l’intérieur de l’espace plutôt étriqué des trois balais battait toujours son plein. Toutefois, cela ne durerait plus longtemps. Une nouvelle vague envoyée tout droit du Département de la Justice Magique viendrait frapper, et je doutai qu’ils fussent tout aussi adepte de discussions et autres pourparlers que les précédents individus. Nous devions filer. Nous. Oui. Plus les minutes s’écoulaient, et plus je devais me rendre à l’évidence : la parfaite inconnue aux cheveux d’or m’était d’une grande aide, et j’étais loin d’être dans l’idée de la laisser de côté.

Tout défilait rapidement, et les bruits violents des sortilèges mêlés aux coups des corps contre les meubles paraissaient lointains. Je ripostai, tant bien que mal, ne voulant pas trop m’avouer que ma blessure m’empêchait de viser correctement. « Il faut qu’on arrive à sortir ! Il faut que je regarde votre épaule… » Sa voix résonnait, et par reflexe je portai le regard sur ladite épaule. Une rigole de sang filait au travers de mon vêtement, et goutait le long de ma baguette. Je me contentais d’acquiescer d’un signe de tête, alors que nous nous rapprochions de plus en plus de la porte d’entrée. Je laissais la jeune femme s’afférer à quelques sortilèges pour essayer d’en délivrer l’ouverture, alors que je bloquais tant bien que mal quelques sorts volant en notre direction. Puis soudain, un grand bruit. Un sifflement vif dans mes oreilles qui me froncer les sourcils. Et enfin, un courant d’air frais qui s’engouffrait avec plaisir dans l’antre dans laquelle nous étions enfermées depuis bien trop longtemps déjà. Je n’ai pas le temps de reprendre mes esprits qu’une main me saisit, et que je me retrouve enveloppé du froid de l’hiver, à courir sans trop savoir comment dans une direction qui m’est inconnue. Je ne pose pas de questions, cela viendra plus tard. Nous n’avons de toute façon pas le temps de parler, plus vite nous serions loin des Trois Balais, mieux il serait !

« Laisse-moi m’occuper de ton épaule ! » Je reprenais mon souffle à l’entente de ses mots, adossée contre le mur d’une petite ruelle de laquelle nous pouvions à peine décerner les fortes paroles s’échappant du bâtiment tout juste quitté.

« Tu devrais plutôt soigner ça. »

Dis-je, à bout de souffle, en désignant de ma main écarlate la blessure qu’elle avait au front. Puis, en une énième grimace, je me décide à retirer mon manteau imbibé et tâché de poussière. Mon pull ne ressemblait plus vraiment à un vêtement. La maille avait filé là où le sort était tombé, et j’en décollai du bout des doigts les fils collés à ma peau vive. Je n’avais pas connu pareille douleur depuis un bon moment, et surestimais totalement mon contrôle de soi. Une sueur froide m’immergea, et je dus fermer les yeux un instant pour ne pas m’écrouler lamentablement sur le sol. Quelle image ne devais-je pas donner !

« A bien y penser, je conçois qu’un peu d’aide serait bienvenue. »

J’esquissai un sourire léger entre les spasmes de douleurs qui parcouraient mon bras. Je ne connaissais strictement rien de la charmante blonde, mais, étant donné ce que nous venions de vivre, cela me paraissait parfaitement raisonnable de lui faire un minimum confiance. Poudlard n’était pas loin, certes, mais je n’atteindrais certainement pas ses murs dans un état pareil.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
Speed dating (Cynthia & Azénor)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Speed-Dating Lou ♣
» Speed-dating d'Alexis
» ∆ speed dating (event #1)
» Speed Dating
» Speed-dating de Noko

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: SAISON 2-
Sauter vers: