Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 

I hate everything about you, why do i love you ? ✘ Dimone

Alcyone Shafiq
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : 1ère année GISIS en Zoomagie, Serpentard
Célébrité : Emily ❤ Didonato
Pseudo : Loupiotre Âge : 30 Parchemins : 569 Gallions : 780 Date d'inscription : 06/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1169-alcyone-curiousers-and-curiouse http://www.mumblemumps.com/t2362-alcyone-entre-l-aube-et-la-findans-l-antre-de-ta-main http://www.mumblemumps.com/t1751-alcyone-petits-hiboux

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

I hate everything about you, why do i love you ?
Every time we lie awake. After every hit we take. Every feeling that I get but I haven't missed you yet. Only when I stop to think about it.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
L’an 2001. C’est arrivé si vite. Si douloureusement. A perde ses amis précieux. A subir les lubies d’une école complètement détraquée. A endurer les pertes et les silences. Erèbe qui venait de quitter Azkaban. Ses absences depuis qu’elle l’avait retrouvé. Il n’était plus que l’ombre de lui même. Alcyone planta son regard dans le sien. Dans ce reflet que lui renvoyait ce miroir qui se trouvait dans le dortoir. C’était difficile de supporter son propre regard. D’assumer ses propres démons. Les yeux d’Alcyone était un livre ouvert sur ses émotions. Elle les avait légèrement fardé des noirs et de gris pour en faire ressortir leur éclat bleuté. Sa chevelure retombait en cascade chatoyante le long de ses épaules. Sa robe, de dentelle jouait avec délicatesse sur la transparence, ne laissant pourtant rien voir. Laissant l’imagination faire le reste. Comme chaque année, les Serpentard fêtent dignement la nouvelle année. Comme chaque année, ce sera un tourbillon de décadence. Peut-être pire encore pour venger tous les absents. « Alcyone ! Qu’est-ce que tu fous ! Va plus rien y avoir à boire ! » La douce voix de Lucrezia traverse les pensées d’Alcyone, l’attire de nouveau sur Terre, loin de ses pensées.  « Quoi ? Tu as déjà tout bu sans moi c’est ça ? » L’oreiller qu’elle se prends dans le dos est la meilleure réponse que sa meilleure amie pouvait lui faire. « Ca s’appelle le quart d’heure de politesse, qu’est-ce qu’on vous apprends chez les Zabini ? » Alcyone laisse un rire s’échapper alors qu’elle attrape le bras de Lucrezia avant de quitter les lieux en sa compagnie. Il était temps de s’amuser et d’oublier.

Entourée de ses amies, les jeunes Serpentard se retrouvent autour d’une table basse, installées dans des fauteuils. Cigarettes, alcools, drogues. Tout circule dans la salle commune. La musique a envahi les lieux par enchantement. Entre shots et danses, Alcyone sent l’euphorie la gagner. Elle ne pense plus aux merdes de la vie quotidienne. Elle rit. Sans se soucier du lendemain. Va retrouver Atos pour le secouer un peu, partager un verre avec lui. Prends Sakura dans les bras, parce qu’elle est un peu grisée par l’alcool et que dans ces instants là, elle est capable d’enlacer son pire ennemi. Et si l’instant d’après elle cherche Brooke du regard pour aller danser avec elle, c’est sur une tout autre silhouette qu’elle tombe. Bien sûr, les Serpents ouvraient leurs portes à d’autres maisons parfois. Elle avait pensé qu’Il serait ailleurs pourtant. Pas sur son territoire. Pas chez elle.

Soudain l’euphorie s’estompe. Le venin de la vipère s’anime. Il ose ! Parader. Ici. Alors qu’il y a plusieurs semaines il lui promettait de ne pas l’abandonner. Et c’était tout le contraire qu’il avait fait. Il était devenu de plus en plus distant à mesure que le temps passait. Depuis cette altercation avec Sakura. Lentement, sûrement. Il s’était éloigné. Elle avait cherché plusieurs fois à le relancer. A le retrouver dans ses draps comme ils le faisaient avant. Mais il n’y avait personne. Il n’était plus là. Lassé certainement maintenant qu’il avait obtenu ce qu’il avait voulu d’elle… Et il parade dans sa salle commune. Toujours aussi beau. Avec ce sourire arrogant. Et une pétasse à son bras. Ses talons claquent alors sur le sol d’un pas déterminé. Elle se hisse à travers la foule. Elle finit par accrocher le regard du slave quelques mètres avant de s’interposer entre lui et la petite blonde qui l’accompagne. « Marre des brunes ? » Elle parle assez fort pour couvrir la musique, s’immisce sans demander l’avis de l’autre jeune femme qui s’efface sans même faire d’histoire. Elle attrape le bras du Russe pour qu’il lui enlace la taille alors qu’elle se colle dos à lui, ondulant au rythme de la musique, telle la Vipère, digne héritière de sa maison. C’est provoquant, comme toujours, mais cette fois, l’alcool sème un brouillard difforme dans ses pensées. Elle mord. Sa tête se renverse sur l’épaule de Dimka.  « T’es un putain de bon acteur en fait ! » Elle ne discerne plus rien. Pas même les sentiments qu’elle pourrait porter à son égard. En cet instant, il n’y a que la colère de s’être fait avoir. Elle se tourne, glisse ses bras autour du cou du Slave, colle ses hanches aux siennes. « J’y ai vraiment cru quand tu m’as promis de ne jamais m’abandonner. Ca doit être grisant pour toi ? Après avoir attendu si longtemps… La Shafiq a enfin cédé… C’était ça ? Un jeu ? » Le regard de l’Etoile s’installe dans l’ambre de Dimka. « Bravo ! Tu as gagné la dernière manche. » L’assassine d’Alcyone tape alors une fois contre son torse. « Mais merde ! Je t’ai jamais rien demandé Dimka. Je me foutais de tout. Je te demandais jamais de détails, je laissais passer tes conneries. Je voulais juste ne rien perdre de notre amitié parce qu’elle m’était précieuse. Et toi ! Et toi, tu me lâches comme une merde après m’avoir sauté comme l’une de tes vulgaires pétasses ! » Elle a haussé le ton, mais autour d’eux personne ne s’en soucie. La musique, les voix. Rien dans la danse qu’ils offrent laisse penser qu’elle s’en prends à lui. Soudain ça éclate autour d’eux. 2001 vient d’arriver. « Ouais bonne année Dimitrov ! Celle là, elle sera sans moi. » Et elle se barre. Du moins, elle tente, parce qu’elle sent le monde tourner sous ses pieds à cause de l’alcool. Elle cherche à passer la foule. Elle veut retrouver ses amies. Son insouciance d’il y a encore quelques instants. Elle veut oublier sa présence et attrape le verre que Lucrezia lui tend tandis qu’elle revient vers elle. Elle s’apprête à le boire cul sec quand une main s’empare de son bras, renversant à moitié sa boisson. « Hey ! Tu peux pas faire attention ! Ah merde ! Non ! Laisse moi ! » Mais ses protestations restent sourdes aux oreilles du Slave qui l’entraine dans son sillon. Elle râle, elle insulte. Elle cherche même à se libérer de sa prise sans succès. Ils arrivent alors dans le couloir qui mènent aux dortoirs. Plus calme, le bruit s’étouffant légèrement. Alcyone croise les bras, le regard furieux. « Qu’est-ce que tu veux ? Un baiser d’adieu ? » Alcyone s’approche alors de Dimka, pose ses lèvres sur les siennes et lui mords légèrement sa lippe inférieure. Sans fermer les yeux. Le fixant de ses grandes prunelles. Murmure : « Adieu. » Pourtant elle ne bouge pas. Elle le fixe avec détermination. Parce qu’elle veut voir. Elle veut voir le carnage. Elle veut constater le fruit de sa semence. Oui. Elle veut presque sa colère. Pour qu’au moins, il arrête de l’ignorer.

La tenue d'Alcy:
 
black pumpkin



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Fire In My Heart
I betcha didn't know, you started up a chain reaction. I saw no intention on your face, it might have been some kind of chemical attraction. I felt a spark, it left a mark I can't erase. It likes something like a bolt of lightning. It's going on inside
Revenir en haut Aller en bas
Dimka Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : 9ème année en sécurité magique
Célébrité : nicholas galitzine
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 1780 Gallions : 1232 Date d'inscription : 09/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1181-dimka-dimitrov-nos-choix-ne-nou http://www.mumblemumps.com/t1198-dimka-dimitrov-a-chacun-son-destin#26688 http://www.mumblemumps.com/t1756-dimka-dimitrov-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 I hate everything about you, why do i love you ?
"Je t'aime... Apprends-moi simplement à le dire..."
31 Décembre 2000
~ Dimone ~


U
ne nouvelle année allait commencer ! Et évidemment une fête allait avoir lieu, Dimka n'avait jamais passé un nouvel an sans son cousin... Tandis qu'il s'habille de son smooking, celui qu'il avait au bal d'halloween, il repense à toutes ses soirées de dingues auxquelles ils avaient participés chaque fois. Et là il se préparait pour la vivre seul, accompagné certes, mais évidemment cela ne sera pas pareil. Cependant il mettait un point d'honneur à y aller, parce qu'il savait que dans le fond Andreï aurait voulu qu'il aille à cette soirée, qu'il s'amuse et qu'il fasse honneur à leur réputation ! Pour cette dernière chose, il ne savait pas réellement s'il pourrait... Finir la soirée avec des hommes ou des femmes devenait de plus en plus difficile pour lui, tout simplement parce qu'il n'y en avait qu'une seule qui hantait ses pensées nuit et jour et il avait beau essayer de toutes les façons qu'il pouvait, il n'arrivait plus à se la sortir de la tête... Alors il avait pris ses distances malgré sa promesse, tout simplement parce qu'il ne voulait pas lui faire du mal, il ne voulait pas briser cette amitié qui les unissait, mais dans le fond Dimka est paumé. Il ne sait pas ce qu'il ressent, il n'arrive pas à mettre des mots dessus car se serait admettre que ça pourrait lui arriver à lui... Ce serait remettre en question sa nature, ce qu'il est et Dimka n'est pas prêt, il n'est pas prêt pour tout ça... Ce soir la soirée se passe une nouvelle fois chez les verts et argents... Il sait qu'il la verra probablement et les émotions qu'il ressent alors rien qu'à cette idée sont totalement à l'opposé des unes des autres... Il tout autant envie de fuir que de courir pour la rejoindre... Il se déteste presque pour une tel pensée, il arrive à peine à se reconnaitre dans ce putain de miroir qu'il est à deux doigts d'exploser... Dans quel merdier c'était-il foutu ? Il ne pouvait pas ressentir ce genre de chose, la preuve, même pour Andreï cela n'avait pas fonctionné au bout du compte...

Enfin près, quelques boutons de chemise laisser ouvert, il se rendait vers les cachots, il avait rendez-vous avec une blonde assez jolie, mais qui était loin d'arriver à la cheville de son étoile... Cependant elle serait son passe-droit pour entrer dans la salle commune des serpents. Une petite courbette, un baise main, Dimka connaissait ce jeu par cœur, elle était déjà complètement séduite et s'il le désirait il n'aurait eu aucun mal à lui écarter les cuisses. Il soupirait, il était las de ce genre de fille et pourtant il n'aurait pas cru cela possible un jour... Il était maintenant au cœur de la fête depuis un bon moment l'alcool coulait à flot et évidemment Dimka ne s'était pas privé, cela l'aidait autant à oublier celle qui occupait ses pensées et dont il n'avait pas encore perçu la présence et aussi son cousin qui lui fêterait le nouvel an dans un cachot... Les mains autour des hanches de la petite blonde, l'alcool l'aidait aussi à combattre son ennui. Puis, le temps d'un simple battement de cil, le temps d'un regard et Dimka avait déjà changé de partenaire... Se retrouver aussi  proche d'Alcyone d'un coup, c'était comme reboire un verre pour un alcoolique. L'effet était grisant et ses mains sur sa taille la serrait encore plus  fort, il ne cherchait pas à comprendre, à réfléchir, son bassin bougeait en rythme avec celui de la vipère, du coin de l'œil il avait vu la blonde partir en colère, il s'en fichait, au creux de ses bras il tenait finalement ce dont il avait réellement besoin...

Sauf qu'il ne mettait pas longtemps à comprendre l'humeur de la brune, que cette danse ne serait pas une partie de plaisir mais bel et bien le moyen que la Shafiq avait trouvé pour lui en mettre plein la gueule... Elle était en colère et Dimka aurait dû l'être, il aurait la remettre à sa place et lui dire d'arrêter son jeu à la con... La vérité c'était que même en colère, putain il était heureux de l'avoir dans ses bras ! De pouvoir sentir son odeur, son corps bougeait en rythme avec le sien comme si malgré le temps, il n'avait pas oublié la moindre de ses courbes, épousant parfaitement les formes de son corps... Pourtant chacune de ses phrase viennent le heurté, le percuté de plein fouet... Elle était à des années lumières de la vérité et c'était sa faute à lui. Il aimerait lui dire qu'il n'avait fait que tenir sa promesse, depuis le début à chaque instant, était-ce l'alcool qui l'empêchait de répondre aussi vite qu'il l'aurait souhaité ? Ou la jeune femme qui ne lui laissait vraiment pas le temps d'en placer une ? Plus elle parle et plus elle l'agace, parce qu'elle ne comprend rien, elle l'accuse, elle dit ce qu'elle croit sans pensée une seconde qu'il pourrait y avoir autre chose... Ne voyait-elle pas son regard ? Etait-ce celui d'un homme qui avait l'air d'être lassé ? Bon sang il l'aurait mangée sur place s'il avait pu...

"C'est vraiment ce que tu penses ?"
Arrivait-il tout de même à placer entre quelques phrases... Mais la colère l'aveuglait totalement, il n'aimait pas ses mots, il aurait aimé être en colère lui aussi répondre avec autant de hargne qu'elle et pourtant un calme régnait en lui, pourquoi ? Parce que l'avoir près de lui finalement l'apaisait ? "Arrêtes Alcy..." Il cherchait ses mots, mais elle ne voulait pas entendre, elle restait sourde... Et puis 2001 arrive et il ne peut pas en placer une, fronçant des sourcils, la situation commençait réellement en revanche à le foutre en rogne, il allait saisir son poignet l'emmener ailleurs sauf qu'elle s'enfuie, elle s'en va et à ce moment-là c'est le vide qui s'empare de lui, le vide et la peur de la perdre ! Putain non qu'il ne voulait pas vivre cette année sans elle ! Sans réfléchir, il la suivait, mue par son instinct, par son désir de ne pas la perdre. Il la rattrape et ne lui laisse pas le choix de le suivre malgré ses protestations, sa poigne est de fer et il l'entraine à l'écart malgré les insultes qui fusent, avait-elle décidé de ne rien lui épargné ? Lui que rien n'atteignait... Ses mots eux lui faisaient un mal de chien, mais il se contente de serrer les mâchoires et ne s'arrêtent qu'une fois qu'ils sont loin des regards et des oreilles indiscrètes. Il la relâche enfin et face à son attitude, il lève les yeux au ciel.

"Alc..." Sa bouche se trouve contre la sienne, mais ce baiser n'a rien à voir avec aucun qu'ils ont pu partager, pas même le tout premier. Celui-ci est vide, vide de sens, vide d'émotion, vide de sentiment... Il de frémit même pas tandis que ses yeux restent fixés dans les siens. "Adieu." Prononce-t-elle alors sans bouger pour autant. Le silence s'installe, chacun des deux se jauge du regard, Dimka est perdu, entre la colère et le reste... "Ça y est ? Tu as fini ?" Demandait-il sans baisser le regard. "Je peux savoir ce qui te prend à la fin ?" Demandait-il agacé, sachant très bien qu'il savait ce qu'elle lui reprochait, mais il préférait faire comme s'il ne s'était rendu compte de rien, parce qu'il ne pouvait pas lui avouer ce qui se jouait à l'intérieur de lui, revanche, il ne pouvait pas la laisser penser de telle choses. "Comment est-ce que tu peux penser une seule seconde toutes ces phrases que tu as dites ?" Demandait-il légèrement irrité !

"Je t'ai sauté et c'est tout ? VRAIMENT ?" Plus il parlait et plus la colère grandissait finalement, il ne supportait pas qu'elle le voit ainsi, pas elle... "Putain Alcy, mais qu'est-ce que tu attends de moi ?" Lâchait-il finalement, cherchant réellement à comprendre... "Tu sais très bien comment je suis ! A quoi tu t'attendais ?" Rugissait-il. "Tu peux me reprocher pas mal de chose Alcyone, mais je n'ai pas trahi ma promesse !" Au contraire il s'était éloigné justement pour sauvegarder leur amitié, même si ce n'était pas ainsi qu'elle semblait l'entendre... Il s'avance vers elle jusqu'à ce qu'elle se trouve coincée entre lui et le mur. "Je ne t'ai pas abandonné, Alcy, je suis toujours là !" Assurait-il et il ne comptait pas l'abandonner, c'était juste lui qui merdait... Parce qu'il ne savait pas comment gérer ce qui se passait en lui, parce qu'il ne savait comment faire et puis peut-être que c'était elle qui allait l'abandonner s’il lui avouait quoique ce soit ? Elle ne pouvait pas comprendre... Mais il ne pouvait pas la laisser penser une seule seconde qu'il c'était lasser ou qu'il se contentait de la jeter comme une vulgaire salope. Elle était plus que ça, beaucoup plus que ça... Mais les mots restaient coincés dans sa gorge...

(c) Emi.




Inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alcyone Shafiq
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : 1ère année GISIS en Zoomagie, Serpentard
Célébrité : Emily ❤ Didonato
Pseudo : Loupiotre Âge : 30 Parchemins : 569 Gallions : 780 Date d'inscription : 06/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1169-alcyone-curiousers-and-curiouse http://www.mumblemumps.com/t2362-alcyone-entre-l-aube-et-la-findans-l-antre-de-ta-main http://www.mumblemumps.com/t1751-alcyone-petits-hiboux

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

I hate everything about you, why do i love you ?
Every time we lie awake. After every hit we take. Every feeling that I get but I haven't missed you yet. Only when I stop to think about it.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
L’alcool sillonnait les veines de l’Anglaise et si elle avait un instant pensé qu’Il serait là, elle aurait certainement moins bu. Pour se contrôler. Pour avoir une maitrise de ses propos, de ses gestes. Déjà impulsive de nature, elle était encore pire alors que le whisky avait parcouru ses veines. Elle n’avait pas laissé un instant à Aiglon pour répondre. Le souffle court, elle avait libéré sa diatribe acerbe et pleine de rancoeur avant de le planter au milieu de cette piste improvisée. Peut-être que la blonde viendrait récupérer la place encore chaude ? Mais la Shafiq s’était leurrée si elle avait imaginé le Russe en rester là… Bien sûr qu’il allait revenir à la charge après une telle attaque. Qu’avait-elle cru ? A peine un verre avait été glissé entre ses doigts que Dimka l’entraine à l’écart de la salle commune et la brune mords. Attaque. Paroles acides. Geste odieux alors qu’elle pose ses lippes sur les siennes en signe de provocation ultime.

Puis le silence. Leurs prunelles s’agrippent se confrontent. Alcyone croise les bras, se referme. Elle est sur la défensive, prête à passer à l’attaque s’il le faut. La colère. Tension électrique qui les enlise vers un chemin hasardeux. Et puis il prends la parole. La Shafiq, le toise sans jamais ciller. Se tient droite devant lui avec la fierté orgueilleuse que l’alcool lui instille dans tout son être. Depuis cet été, elle avait appris à connaitre la face colérique de Dimka. Elle savait à présent comment le calmer, comment l’apaiser. Comme ce soir là dans la tente, ou encore face à Sakura. Mais si elle savait faire cela, elle savait tout autant comment réaliser l’inverse. Et ce soir, elle ne voulait pas prendre de pincette. Parce que le whisky avait décidé qu’elle n’avait plus de patience. Il s’énerve. Il s’insurge. L’Etoile reste silencieuse ; l’observe avec complaisance, avec une note de suffisance. Elle attends sagement qu’il termine. Presque trop calmement quand on la connait. Bien des fois elle lui aurait déjà coupé la parole. A mesure qu’il avance, Alcyone est obligée de s’acculer contre le mur et cette position la fait fulminer de rage. "Je ne t'ai pas abandonné, Alcy, je suis toujours là !" Les prunelles de la brune se glacent à ses propos et elle le repousse brusquement du plat de ses mains pour se libérer de son emprise. Car déjà son odeur est venue l’enlacer. Déjà sa chaleur lui brûle la chair. Elle marche à reculons pour s’éloigner tout en l’observant. « Menteur ! » Ses assassines se crispent. Elle a envie de lui en coller une. Elle aussi voudrait l’acculer au mur pour le dominer ne serait-ce qu’un instant. « Tu étais où alors ? Toutes ces fois où je t’ai cherché du regard ? Toutes ces fois où je t’ai vu te détourner ? Et ces soirs où je voulais juste te retrouver la nuit comme avant ? Même là tu as réussi à déserter ton propre lit pour ne plus me voir ! » Ses mains tremblent de colère. Ses yeux sont électriques. Elle se sent trahie. « A quoi je m’attendais tu demandes ? A ce que tu tiennes cette putain de promesse Dimka ! Mais tu as disparu un peu plus chaque jour ! Je t’ai jamais demandé rien de plus que de conserver notre amitié. » La terre tourne sous ses pieds, l’alcool l’étourdit un peu plus que de raison. « T’avais raison au final. T’es pas foutu de tenir parole. »

Ce n’est plus de la colère mais presque de la rage qui traverse sa voix tant elle est sur les nerfs. Elle est tendue. Son regard est d’acier, ses mains crispées. Droite comme un i prête à affronter l’Aiglon. Elle voudrait boire un verre, fumer une clope. Avaler une des potions de Lucrezia pour faire descendre cette tension et oublier. « Je me demande comment tu parviens à effacer les gens comme ça de ton existence. Je pensais que je comptais un peu pour toi. » Murmure lourd. Parce que ça faisait mal de se faire rouler ainsi. Parce que lui, il avait une place particulière dans sa vie même si elle ne s’avouait pas à quel point c’était le cas. « Dis moi comment tu fais pour oublier, que j’applique tes règles. » Ses iris s’imposent dans les siennes. Elle veut qu’il lui dise. Elle s’approche rapidement et relève le visage pour le défier. « Assume et dis le moi en face que tu veux plus de moi dans ta vie. »

La tenue d'Alcy:
 
black pumpkin



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Fire In My Heart
I betcha didn't know, you started up a chain reaction. I saw no intention on your face, it might have been some kind of chemical attraction. I felt a spark, it left a mark I can't erase. It likes something like a bolt of lightning. It's going on inside
Revenir en haut Aller en bas
Dimka Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : 9ème année en sécurité magique
Célébrité : nicholas galitzine
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 1780 Gallions : 1232 Date d'inscription : 09/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1181-dimka-dimitrov-nos-choix-ne-nou http://www.mumblemumps.com/t1198-dimka-dimitrov-a-chacun-son-destin#26688 http://www.mumblemumps.com/t1756-dimka-dimitrov-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 I hate everything about you, why do i love you ?
"Je t'aime... Apprends-moi simplement à le dire..."
31 Décembre 2000
~ Dimone ~


D
imka a beau parler, il sait qu'elle n'écoute pas, que ses mots ne l'atteignent pas, qu'elle n'y croit pas une seule seconde... Peut-être parce que lui-même ne croit pas un mot de ce qu'il est en train de raconter ? Il ne voulait pas l'abandonner, mais dans le fond qu'avait-il fait ? Il s'était éloigné par la peur de ce qu'il pouvait ressentir, à cause de ce qu'elle faisait naître en lui... Elle n'avait peut-être pas tort, il était où ... ? Pas loin avait-il alors envie de lui hurler.  Chaque fois qu'elle ne regardait pas, c'était lui qui la regardait, dans l'ombre il veillait sur elle. Son lit en revanche il ne l'avait pas tant de fois que ça déserté, il ne savait même pas qu'elle était venue ces fois-là... Elle l’a repoussé du plat de ses mains, il la laisse fuir, il la laisse cracher son venin, chose qui ne lui ressemblait pas vraiment, en générale il l'aurait déjà fait taire. Sa colère est palpable, il peut la sentir venir l'entourer là d'où il était... Elle ne veut pas l'écouter, elle ne veut pas comprendre, elle croit tout savoir et elle ne sait rien ! "Je t’ai jamais demandé rien de plus que de conserver notre amitié." Et justement, c'était ce qu'il voulait faire, il ne savait juste pas comment s'y prendre ! Il se sentait acculé, ne voyant pas aucune option, il n'explosait pas de colère ce qui était mauvais signe, parce que c'était pire, il contrôlait, il gardait tout en lui... "T’avais raison au final. T’es pas foutu de tenir parole." Elle ne se rendait pas compte à quel point sa phrase pouvait l'atteindre en dehors de son cousin, il n'avait jamais tenu une promesse pour qui que ce soit, elle n'imaginait pas le travail qu'il avait dû faire sur lui-même pour lui accorder cela...

"Bien, la prochaine fois, j'éviterais d'en faire alors !" Si c’était pour ensuite s'en prendre plein la gueule de cette façon-là, il préférait encore ne pas en faire. La colère se réveillait enfin dans ses prunelles, tandis qu'il pouvait lire toute la rage d'Alcyone dans son regard à elle. Justement il n'ait jamais parvenu à pouvoir l'effacer elle, c'était bien le souci ! Ne voyait-elle pas qu'elle comptait ? Ce jour-là avec Sakura il aurait très bien pu s'en prendre à elle pour atteindre son but et pourtant il avait préféré s'effacer, la laisser lui prendre son butin pour ne pas lui faire du mal... Il réfléchit à toute vitesse Dimka, il cherche les réponses, mais elle ne lui laisse pas le temps de répondre. Elle ne cesse d'attaquer telle la vipère qu'elle est ! Elle l'accuse et il devrait très certainement l'envoyer chier s'il pouvait en placer une, s'il était capable de réfléchir correctement, mais elle s'approche, s'impose à lui, le défiant du regard... Cela serait sans doute le plus simple ? Lui dire qu'il ne veut plus d'elle ? Qu'elle n'est rien de plus qu'une autre ? Qu'il a joué, qu'il a obtenu ce qu'il voulait d'elle... Mais il ne pouvait pas s'y résoudre... "Arrêtes Alcy..." Implore-t-il ou presque. "ARRETES" Répète-t-il en hurlant à son tour, heureusement que la musique couvrait le vacarme qu'ils faisaient ou alors tous leurs camarades seraient au courant de la scène qui se jouait entre eux en cet instant. Il se redresse, il bombe le torse à son tour se tenant aussi fier qu'elle, venant envahir son espace, se trouvant tellement proche d'elle que personne ne pourrait venir s'intercaler.

"Que je me suis servis de toi comme d'une vulgaire salope ? C'est ça que tu veux entendre ?" Demandait-il droit dans les yeux. "Que je me suis bien amusé et que maintenant je suis passé à autre chose ?" Ajoutait-il à bout de nerf. "Tu veux entendre à quel point je suis fier de moi de t'avoir fait tomber dans mes bras ? Tu veux que je te jette, comme un simple déchet ?" Demandait-il encore sans faillir. "Ça serait sans doute plus simple n'est-ce pas ? Plus facile à avaler plutôt que le fait que je suis tellement obsédé par toi que je ne pense plus à rien d'autre ?" Lâchait-il sans se rendre compte de l'aveux qui venait de sortir d'entre ses lèvres. "Plus facile que d'entendre que si je me suis éloigné comme tu l'as dit c'est parce que je ne sais pas gérer la situation..." Tout sort d'un coup alors qu'il ne devrait pas, cela n'aidera probablement en rien leur problème, comment est-ce qu'elle allait le regarder ensuite ? Mais il était à bout, il ne savait pas quoi faire, alors à quoi bon ? "Plus facile n'est-ce pas que d'imaginer un seul instant que je pourrais désirer plus que de l'amitié ?" Lâchait-il à bout de souffle face à elle. Puis le silence, coupé par sa respiration, ses prunelles dans les siennes, il ne sait pas combien de temps il reste ainsi, quelques secondes ? Quelques minutes, puis soudain il se met à rire... Un rire fou, un rire qui ferait froid dans le dos. "Ta raison, je crois que même pour moi se serait plus facile..." Il se recule et va finalement s'appuyer contre le mur se laissant glisser jusqu'au sol... Il finit par remonter ses prunelles jusqu'à Alcyone...

"Je t'ai promis qu'on resterait amis... M'éloigner... C'est la seule façon que j'ai trouvé pour tenir cette promesse... Je... Je... Sais pas faire Alcy..." Il savait même pas s'il était capable de plus, il était perdu, il ne savait pas sur quel terrain hasardeux il s'aventurait et quand il voyait ce que ça avait donné pour son cousin... Il se disait que vraiment ce n'était pas pour lui... Le problème était qu'il était incapable de se tenir éloigné de la Shafiq, quoiqu'elle en dise et quoiqu'elle en pense...


(c) Emi.




Inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alcyone Shafiq
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : 1ère année GISIS en Zoomagie, Serpentard
Célébrité : Emily ❤ Didonato
Pseudo : Loupiotre Âge : 30 Parchemins : 569 Gallions : 780 Date d'inscription : 06/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1169-alcyone-curiousers-and-curiouse http://www.mumblemumps.com/t2362-alcyone-entre-l-aube-et-la-findans-l-antre-de-ta-main http://www.mumblemumps.com/t1751-alcyone-petits-hiboux

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

I hate everything about you, why do i love you ?
Every time we lie awake. After every hit we take. Every feeling that I get but I haven't missed you yet. Only when I stop to think about it.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Alcyone ne décolère pas. C’est peut-être même pire chaque minutes qui s’égrainent. L’an deux mille un semble commencer avec un arrière goût d’amertume. Elle pensait boire, elle pensait rire. La Shafiq était loin de s’imaginer en train de hurler sur l’Aiglon qui alimentait sa colère depuis plusieurs semaines à présent. Combien de fois avait-elle tenté de le trouver ? De le chercher ? Jusqu’à ce qu’elle réalise l’inévitable : il s’enfuyait. Alors la fierté l’avait happer insidieusement. Trahie, bafouée, humiliée. Elle pensait connaitre l’Aiglon qui se tenait devant elle et pourtant… Il s’était dérobé. Comme bien souvent. Elle avait longtemps repensé à leur relation étrange. Entêtante. Leurs piques, leurs jeux. Leurs provocations. C’était devenue une ritournelle. Un rituel. Il faisait parti de sa vie. Il y avait si peu de jour passé sans avoir une pensée pour le Russe. Parfois, ils se croisaient au loin. Juste un regard. C’était devenu une habitude. Un vide alors qu’elle cherchait ses yeux et qu’elle ne trouvait que son dos. Une douleur quand ses bras réconfortants avaient disparu. De l’ennui sans son sens de la répartie qui l’amusait tant. Alcyone avait ce sentiment étrange d’avoir perdu une part d’elle même. Alors sa fierté lui avait hurlé de l’ignorer, de se voiler la face. De faire comme si cela ne l’atteignait pas. Mais ce soir… Le voir dans sa salle commune avec une écervelée aux bras, c’était trop. Elle avait ressenti le besoin d’exploser. De lui envoyer sa rancoeur au visage. Un sentiment possessif s’était aussi éveillé. Inhabituel mais elle l’avait ressentie cette pointe de jalousie. Elle avait certainement trop bu d’alcool pour transplaner et si elle mettait ses réactions à fleur de peau sur ce fait, il y avait bien autre chose. Dimka lui manquait. Un peu plus chaque jour. C’était comme s’être fait quitter sans même avoir été en couple. Cette lui resta longtemps dans la tête durant ces nuits sans sommeil. Et elle avait mal, plus encore alors que lui ne semblait rien ressentir.

C’est peut-être pour cette raison qu’elle est aussi hargneuse. Car elle veut lui faire mal. Qu’il ressente lui aussi la peine qui la transperce. Une vengeance doucereuse et puérile mais dont la grisante colère a besoin. "ARRETES" Un sursaut, léger alors qu’il hurle tant lui aussi la vague rageuse l’enlise. Les prunelles de l’Etoile sont électriques et elle ne recule pas lorsqu’à son tour il se dresse devant elle pour parer ses attaques. La brune a le souffle le court tant elle a parlé. Tant elle a mordu agressivement le Serdaigle. Elle espère que son venin s’instille petit à petit dans ses veines.

Mais le résultat escompté n’est pas là. Non. Le flot de paroles qui vient soudainement la percuter n’était pas prévu. Dans son scénario Dimka était une ordure. Un connard qui l’avait trahi. Rien de plus, rien moins. Alors il était facile de lui en vouloir. Aisé de lui crier au visage toute sa faine. Simple de lui tourner le dos pour retourner rire avec ses amies. "Plus facile n'est-ce pas que d'imaginer un seul instant que je pourrais désirer plus que de l'amitié ?" Elle a arrête de respirer la Shafiq. Elle sent ses jambes sur ses talons qui vacillent parce que ça tourne trop vite. Ses pensées. L’alcool. La tornade d’interrogations qui l’assaillent. Et puis il tombe. Là, contre le mur, elle le voit s’échouer et les larmes lui montent aux yeux. Elle ne gère plus du tout la vipère arrogante. Elle se perds devant la vérité dévorante. Elle s’affole. Son souffle est resté coincé dans sa gorge. "Je t'ai promis qu'on resterait amis... M'éloigner... C'est la seule façon que j'ai trouvé pour tenir cette promesse... Je... Je... Sais pas faire Alcy..." Les mots se repassent en boucle dans son esprit. Obsédé. Plus que de l’amitié. Ne pense plus à rien d’autre. Ces mots, elle n’avait jamais escompté les entendre un jour. Entre les lèvres du Slave, ils sont d’une rare violence. Ils transpercent la peur. La crainte. Le trouble. Non Alcyone n’avait rien exigé de la part de Dimka tout simplement parce qu’il n’était pas ce genre d’homme. Elle n’était pas non plus ce genre là… Elle préférait papillonner doucement, éprise de sa douce liberté. Même si rien n’avait la même saveur depuis le ‘départ’ de Keith. Mais ce que Dimka exprimait ? C’était exactement les mêmes tourments qui l’avaient envahie. Elle recule. Elle recule au point de heurter le mur dans son dos. Elle laisse sa tête aller en arrière contre la pierre. Ses paupières se ferment. Elles se ferment pour cacher les larmes qui ont failli couler. Pour prendre juste un instant le temps de faire le point, de réfléchir. Quand elle ouvre de nouveau de ses prunelles, elle se plante dans l’ambre de l’Aiglon. 

« Et t’as rien trouvé de mieux que te planquer ? » Elle fait quelques pas, complètement agacée, la colère toujours aussi présente mais pour bien d’autres raisons à présent. « T’as pas pensé que je pouvais être aussi perdue que toi ? » Elle mords encore la Shafiq. Elle n’a plus que ça pour se protéger. « Mais merde ! Tu croyais que j’allais comprendre toute seule ? Que j’allais me dire : ‘Tiens Dimka il tient vraiment à moi. C’est vrai ça ! La preuve, il me parle plus !’ C’est vrai que j’aurais du tout de suite comprendre ! » D’un geste un peu trop souple, elle retire ses chaussures car les talons ne sont plus assez stables vu son état. « Mais putain ! » Enervée, elle jette ses escarpins de part et d’autre du slave sans pour autant le viser. Juste pour se défouler. Il valait les chaussures que de tenter de l’émasculer… Elle finit par s’approcher pour de bon, restant debout devant lui. « J’ai cru que je t’avais perdu et je pensais qu’à ça. Je voulais te faire croire le contraire mais j’y arrive pas Dimka. Tout à l’heure, j’aurais été capable de lui arracher les yeux à cette pétasse qui t’accompagnait. Je sais que c’est pas normal. Je… Je suis pas comme ça normalement.  » Elle tends les deux mains devant elle, vers lui. Pour l’aider à se relever. Ses yeux se rivaient à ceux du Slave. Quelle place occupait-il réellement ? Elle avait pourtant des amis comme Atos, Blaise. Ils ne s’étaient jamais rien passé entre eux. Il y en avait d’autres comme Thomas, Ethan avec qui elle avait flirté, parfois plus. Mais cet attachement. Ce besoin de l’avoir à elle… C’était nouveau. C’était la première fois qu’elle le ressentait. Et mettre des mots ou bien le concrétiser ? C’était une étape qui semblait infranchissable.
black pumpkin



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Fire In My Heart
I betcha didn't know, you started up a chain reaction. I saw no intention on your face, it might have been some kind of chemical attraction. I felt a spark, it left a mark I can't erase. It likes something like a bolt of lightning. It's going on inside
Revenir en haut Aller en bas
Dimka Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : 9ème année en sécurité magique
Célébrité : nicholas galitzine
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 1780 Gallions : 1232 Date d'inscription : 09/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1181-dimka-dimitrov-nos-choix-ne-nou http://www.mumblemumps.com/t1198-dimka-dimitrov-a-chacun-son-destin#26688 http://www.mumblemumps.com/t1756-dimka-dimitrov-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 I hate everything about you, why do i love you ?
"Je t'aime... Apprends-moi simplement à le dire..."
31 Décembre 2000
~ Dimone ~


L
es mots avaient franchi ses lippes et Dimka se demandait dans quelle merde il s'était foutu... Il était Dimka Dimitrov, il ne pensait pas ce genre de chose, mieux il ne laissait personne voir qu'il pouvait ressentir ce genre de chose... Qu'allait penser Alcyone de lui ? Et si elle le fuyait ? Pire si elle se mettait à attendre quelque chose de lui ? Quelque chose dont il ignorait s'il en était capable ? Il ne cessait pas de réfléchir tandis qu'assis à même le sol il se prend la tête entre les mains... Il ne savait pas à quoi s'attendre et en même temps, elle l'avait poussé à bout, il s'était senti obligé de se justifié. A peine avait-il finit de parler qu'il avait eu l'air d'enfin lui cloué le bec ! Sauf qu'il avait peur que cela ne soit pas le seul effet de ses paroles... Il la voit reculé contre le mur, il aimerait savoir ses pensées, puis non il ne préfère pas... Il en avait bien trop peur. Et puis vint alors les questions, la colère, les cris, les chaussures qui volent... Elle a raison de crier, il ne devrait pas ressentir de telle chose, il n'a pas le droit, il ne sait pas ce que c'est ce n'est pas fait pour lui...

Inconsciemment il se referme sur lui-même, la scène est bien trop semblable à son enfance en voyant la shafiq, il revoit sa mère lui hurler après, il attend presque les coups afin de lui faire ancrer dans son crâne à quel point il était un vilain petit garçon... Il était rare que Dimka se retrouve dans cet état de faiblesse, en générale il répondait par l'attaque, sauf que cette fois c'était un terrain inconnu, quelque chose qu'il ne connaissait pas, il avait besoin qu'on lui apprenne qu'on lui montre à quel point c'était mal... Il ne bouge pas d'un pouce tandis qu'elle s'approche, il ne montre pas sa peur, il lui tendrait presque la joue... Ses poings se tendaient, la colère était sourde, menaçante, sur le point d'exploser... Et puis sa voix est plus calme, ses mots sont différents, il ne comprend pas et relève les yeux vers elle... Ses mains sont tendues vers lui et pendant un instant il cherche ce qu'il doit faire. Lorsqu'il lève ses mains pour prendre les siennes, elles sont tremblantes, pas certains de ce qu'il était en train de faire. Il se redresse, il se déplie, dépasse la shafiq son regard perdu dans le sien... Sa colère à disparue, reste que la peur, l'appréhension, le fait d'être totalement perdu... Il lève sa main et vient doucement caresser la joue de la jeune femme du revers des doigts...

"Je ne sais rien faire de mieux que fuir Shafiq... Tu me connais..." Chuchote-il alors pour lui répondre, assez fort tout de même pour qu'elle l'entende malgré la musique. "Je... Je ne sais pas ce qui m'arrive Alcy... Je ne sais pas ce que je dois faire..." Disait-il simplement afin de se montrer honnête envers elle. Dimka était sans doute l'un des hommes les plus compliqué au monde... Et ce n'était rien de le dire... Même lui ne se comprenait pas en cet instant, alors comment faire pour lui faire comprendre quoique ce soit ? "L'autre pétasse n'était là que pour me faire entrer..." Expliquait-il en hochant la tête vers le fête... Son regard dans le sien, sa main avait glissé sur sa mâchoire, il se sentait terriblement idiot sans savoir ce qu'il devait faire... Il avait envie de l'embrasser de lui dire qu'elle comptait pour lui, mais il avait cette sensation que se baiser voudrait dire quelque chose, bien plus que tous les autres... "Qu'attends-tu de moi Alcy?" Demandait-il alors, il avait besoin d'elle, besoin de son aide, qu'elle lui dise ce qu'il devait faire, même s’il ne se sentait pas capable de quoique ce soit, il se sentait pétrifié par la peur... L'angoisse d'éprouver des choses sur lesquelles il ne savait même pas mettre de noms...

(c) Emi.




Inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alcyone Shafiq
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : 1ère année GISIS en Zoomagie, Serpentard
Célébrité : Emily ❤ Didonato
Pseudo : Loupiotre Âge : 30 Parchemins : 569 Gallions : 780 Date d'inscription : 06/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1169-alcyone-curiousers-and-curiouse http://www.mumblemumps.com/t2362-alcyone-entre-l-aube-et-la-findans-l-antre-de-ta-main http://www.mumblemumps.com/t1751-alcyone-petits-hiboux

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

I hate everything about you, why do i love you ?
Every time we lie awake. After every hit we take. Every feeling that I get but I haven't missed you yet. Only when I stop to think about it.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Ça tourne. Ça bascule. Le sol. Les méandres nébuleuses qui tourmentent son esprit. L’ivresse grisante du début de soirée qui lui engourdit la moindre de ses pensées. Tout n’est que surenchère. La musique étouffée qui vient lentement pulser aux creux de leurs oreilles. L’obscurité dû couleur qui au creux de ses bras garde le secret de leur altercation. De leurs étranges confidences. Deux jeunes adultes qui ne portent pas l’assurance de leurs âges sur leurs épaules. Épris d’une liberté chérie tournée en ridicule. Chacun s’y accrochant par cette absence d’attache sentimentale. Pourtant... Alcyone avait beau se voiler la face. Fermer les yeux devant une évidence qu’elle ne savait interpréter, le doute était la.

Il assaillait sa poitrine. S’installait au creux de son palpitant. Semant un désordre inhabituel. Alcyone avait peut-être plus d’amis masculins mais jamais cela n’avait été comparable à cette amitié avec le slave. Peut-être était-ce pour cela que son absence, cette fuite l’avait autant touchée. Plus qu’elle n’avait voulu l’admettre. Les gouttes d’alcool distillées dans ses veines avaient permis de lâcher les brides entre lesquelles elle s’était emmêlée. Colère. Doute. Manque. Et cette envie de fierté. Ne pas se rabaisser. Ne pas lui courir après. Se montrer faible. Admettre ce flot d’émotions était une douce torture. Mais l’emportement avait eu raison de tout cela. Alors elle avait provoqué. Elle avait joué là tendre vipère. Jusqu’à exploser. Et à travers cette colère, au milieu de ses chaussures qui volaient, elle s’était mise plus à nue qu’elle ne l’aurait cru.

Elle avait heurté l’Aiglon. Pas seulement avec ses mains. Non elle l’avait percuté mentalement le poussant à libérer des mots qui filaient de ses lippes sans qu’elle ne parvienne à comprendre. Cherchant l’ordre dans son esprit embrumé par la boisson. Les larmes aux yeux. Mince filet d’eau qui pourtant ne viendra pas s’échapper. Cherchant malgré elle à rassurer Dimka. A l’approcher de nouveau. Elle se moque oui, mais elle tends la main. Doute le temps de quelques secondes qu’il ne veuille la saisir. Et lorsque toute sa carcasse se déploie, la Shafiq relève le visage pour planter ses prunelles dans les siennes.

Elle se rassure de savoir que l’autre n’est qu’un ticket d’entrée alors qu’elle ne devrait même pas s’en soucier. Il parle de fuir, de ne savoir rien faire d’autre. Mais était-ce vraiment elle qui allait le rassurer la dessus ? Elle n’a pas envie de jouer les filles accrocs. Elle n’a pas envie de résumer leur histoire amicale à une partie de jambes en l’air bien sympathique. Elle n’a pas le désir d’être en couple, pourtant cette pointe de jalousie lui montrait bien qu’elle ne supportait plus cet entre deux dans lequel ils tournent sans but. Fuir ? Combien de temps encore ? Alcyone ferme doucement les yeux sous la caresse de ses doigts sur sa joue jusqu’à ce qu’il lui demande ce qu’elle attendait de lui. Question étrange. Aucune réponse cohérente ne semblait alors vouloir venir.

Que voulait-elle ? « Pourquoi fuir ? Pourquoi ne pas parler Dimka ? C’est ce que font les adultes. » Ses yeux clairs sondent ceux de l’Aiglon. L’alcool délie parfois les langues. Alcyone a toujours été une personne franche. C’est pire encore lorsqu’elle est bercée par l’ivresse. La brune se redresse légèrement et pose doucement ses lèvres sur les siennes. « Je veux que ta bouche soit la seule à m’embrasser. » Ayant toujours une de ses mains dans la sienne, elle pose celle de Dimka sur sa hanche, la glisse doucement sur son ventre. « Je veux que tes mains soient les seules à me toucher. » Elle s’approche doucement. Murmure à son oreille, au creux de son cou.  « Je te veux toi, tout simplement. » Ses lippes frôlent le carré de sa mâchoire avant de se reculer. Elle ne lui demandait rien d’officiel. Pas d’histoire de couple. Pas d’amour. Juste une forme d’exclusivité. Le temps que ça leur passe. Le temps qu’ils remettent de l’ordre dans leurs idées.
black pumpkin



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Fire In My Heart
I betcha didn't know, you started up a chain reaction. I saw no intention on your face, it might have been some kind of chemical attraction. I felt a spark, it left a mark I can't erase. It likes something like a bolt of lightning. It's going on inside
Revenir en haut Aller en bas
Dimka Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : 9ème année en sécurité magique
Célébrité : nicholas galitzine
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 1780 Gallions : 1232 Date d'inscription : 09/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1181-dimka-dimitrov-nos-choix-ne-nou http://www.mumblemumps.com/t1198-dimka-dimitrov-a-chacun-son-destin#26688 http://www.mumblemumps.com/t1756-dimka-dimitrov-box http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
 I hate everything about you, why do i love you ?
"Je t'aime... Apprends-moi simplement à le dire..."
31 Décembre 2000
~ Dimone ~


L
'aiglon ne s'était jamais senti aussi perdu... Son regard s'accroche à la jeune femme, elle est devenue en quelques instants son point d'ancrage. Celle qui l'empêche de perdre totalement le contrôle et de partir en vrille... La main sur sa joue, il attend, il tente de comprendre ce qu'elle veut vraiment de lui, autant qu'elle soit franche elle aussi. Qu'il ne soit pas le seul à se livrer, même si la peur de la réponse le paralyse presque totalement. Il a besoin de savoir, il a besoin de comprendre ce qu'elle ressent elle aussi, il a besoin de savoir l'effet que ça fait... Etait-ce réellement sage de parler aujourd'hui alors qu'elle était totalement ivre ? Pourtant elle lui paraissait si lucide. L'alcool lui déliait la langue et Dimka n'arrivait pas à savoir si cela allait être une bonne ou une mauvaise chose. Parler ? Dimka ne savait pas le faire, il n'y avait qu'à une seule personne à laquelle il se livrait, une seule à qui il disait tout. Une fille dont personne ne soupçonnait leur amitié pas même la shafiq en face de lui. Mila connaissait tout de lui, elle savait pourquoi est-ce qu'il était ainsi, elle savait d'où cela venait... Mais parce qu'ils avaient beaucoup communiqué par lettre et le slave avait découvert qu'il était bien plus facile de se confier par écrit à une personne à des centaines voire des milliers de kilomètres de lui, plutôt que face à face... Adulte ? L'était-il vraiment ? Il avait dix-neuf ans, mais ils sortaient à peine de l'adolescence en réalité... Il avait déjà dû prendre tellement de responsabilité dans sa famille depuis la disparition de son frère... Etre à Durmstrang ou même Poudlard, c'était le seul endroit où il pouvait se permettre d'être encore un peu insouciant... Les yeux de la serpentard se perdent dans les siens et Dimka enlève doucement sa main de sa joue.

"Je ne suis pas pressé d'être adulte..." Disait-il en soupirant. Etre adulte pour lui, voulait dire entrer enfin dans cette vie que ses parents avaient décidée pour lui, succéder à son père, faire un boulot qui ne l'intéressait en rien... Non adulte ne lui donnait pas envie... Mais fuir, n'était pas la solution cette fois, il en était bien conscient, lui non plus ne voulait pas la perdre et il ne supportait pas l'idée qu'elle le voit comme le connard qu'il était... Mais pas envers elle... Il réfléchit, il ne sait pas s'il arriverait à parler et puis soudain il voit la shafiq se redresser, ses lèvres viennent sur les siennes et Dimka est presque perdu par ce changement d'humeur, mais il lui rend son baiser qui vient réveiller doucement un doux brasier... « Je veux que ta bouche soit la seule à m’embrasser. » Il a, à peine le temps de comprendre le sens de sa phrase que sa propre main se trouve par la suite sur sa hanche, si elle amorce une caresse, c'est bien lui qui la fini, ne se faisant pas prier, venant dessiner des arabesques sur son ventre tandis qu'elle s'approche pour finalement lui murmurer à l'oreille... Les mots s'immiscent en lui, le percute, il la regarde sans rien dire, ne laisse rien apparaître sur son visage... Il aime cette idée d'être le seul, il doit bien l'avouer, l'imaginer être touchée par quelqu'un d'autre avait cette tendance à le rendre fou... Mais était-ce capable de lui rendre la pareille ? Il avait bien compris que le voir avec l'autre blonde, elle n'avait pas apprécié... Pour le moment, sa propre queue ne se relevait que pour elle, mais si cela venait à changer ? Son regard plongé dans le sien, il se doutait que le silence devait être pénible pour elle après s'être autant dévoilée devant lui, mais il n'était pas capable de dire quoique ce soit.

Alors il levait une main, venant une nouvelle fois sur sa joue, glissant vers son cou et tandis qu'il la caressait, il avait ce regard posé sur elle, comme s'il semblait la découvrir du regard, il la dévorait littéralement... Ses doigts glissent sur sa nuque son pouce remonte sur sa mâchoire et ses lèvres viennent s'emparer des siennes. Le baiser qu'il lui donne n'a plus rien de chaste par rapport à celui qu'elle lui a donné quelques instants plus tôt. Il brûle de passion, sa langue s'invite, s'infiltre pour aller retrouver la sienne, s'enroule et lorsqu'il finit par se reculer, il attrape sa lèvre inférieure entre ses dents, tirant dessus avec une certaine sauvagerie, une lueur d'envie dans son regard... Il serait sans doute facile de continuer sur cette lancer ? De la prendre ici ? Ou plus loin à l'abris des regards lui dirait-elle non ? Pourtant il ne le fait pas, il relâche sa nuque et vient chercher sa main. "Viens." Murmurait-il d'une voix rauque, tinté par le désir qu'il pouvait ressentir. Cependant s'il l’entraînait à sa suite pour trouver un endroit plus tranquille ce n'était pas pour s'adonner aux plaisirs de la chair... Malgré l'envie qui pouvait se lire dans son regard, il y avait aussi un certain sérieux qui pouvait la mettre sur la voie sur le fait qu'il n'avait pas en tête de s'envoyer en l'air, du moins pas dans l'immédiat. L'idée d'aller dans les cachots lui effleura un instant l'esprit, mais depuis la quarantaine, il n'aimait plus y aller... Il choisissait alors la salle de potion sachant qu'à cette heure-là, elle serait totalement vide. Une fois à l'intérieur il scellait la porte à l’aide d'un sort. Toujours la main de la shafiq dans la sienne, il l'entrainait vers le bureau du professeur Taylor qui se trouvait à l'opposé de la salle et doucement il lui lâchait la main. Il marchait d'une direction différente, se grattant un instant la tête. Il avait eu une idée en tête en arrivant ici, le problème à présent était de se jeter à l'eau... D'en être capable... Finalement il finissait par s'arrêter, restant dos à elle, il inspirait profondément avant de lâcher...

"Ma mère me battait pour que j'apprenne le violon." Bien sûr, ça n'avait rien à voir avec toute leur discussion, mais elle voulait parler n'est-ce pas ? Et c'était une explication qu'il lui devait depuis longtemps, si elle voulait comprendre, elle allait devoir savoir certaines choses d'abord. Il se tournait alors vers elle, son visage était impassible, ne laissant rien montré de ce qu'il ressentait, tout ça c'était loin, aujourd'hui sa mère ne pouvait plus l'atteindre, ni son père d'ailleurs. Son regard posé sur la shafiq il haussait les épaules comme si ce n'était qu'un détail parmi tant d'autres. "Si je faisais une fausse note, j'avais une correction." Et autant dire que lorsqu’on commençait à jouer de cet instrument on ne faisait que des fausses notes... Sans perdre la jeune femme du regard, il revient vers elle, il la sonde, cherche à deviner la moindre de ses pensées, même s'il la devine surement perplexe ? Perdue ? Lorsqu'il arrive à sa hauteur, il reprend la parole. "Le violon que tu as trouvé cet été... Je le garde pour me souvenir... Pour la haïr... C'est drôle tu sais ? Je déteste cet instrument et ce qu'il représente, mais je suis incapable de m'en séparer." Elle allait sans doute le prendre un taré après ses révélations et peut-être que ce serait-elle qui prendrait finalement la fuite ? Et elle aurait bien raison... "Mon père..." Commençait-il en reprenant sa marche, s'éloignant d'elle de l'autre côté. "C’était plus ou moins la même chose, du moins jusqu'à la naissance de ma sœur où il a enfin trouvé son bouc émissaire." Il marche, parce qu'il en a besoin, parce que ça l'aide à mettre en ordre ses pensées, mais chaque fois il revient vers elle, parce qu'il ne peut pas rester éloigné trop longtemps. En revenant, il rive son regard au sien, comme s'il voulait être certain qu'elle comprenne bien ce qu'il allait lui dire.

"J'ai grandis dans un monde ou soit la femme frappe, ou soit elle se fait frapper."Elle le connaissait ce monde plus ou moins puisqu'ils venaient du même, mais elle ne connaissait qu'une partie, pas l'autre... Il ne lui disait pas cela pour qu'elle s'apitoie sur lui ou quoi, c'était d'ailleurs pour cela que de base il reste si renfermé... Mais elle voulait parler, elle voulait savoir et il espérait qu'elle pourrait simplement mieux le comprendre. "J'ignore... Ce que c'est d'être avec une personne... Genre vraiment... D'éprouver des choses qui rend les gens si... Niais." Cette dernière phrase lui arrache un demi sourire lorsqu'il pense à son propre cousin, même si cela ne s'était pas bien terminé. "Ce n'était pas ce genre de choses qui étouffaient les Dimitrov..." Un nouveau sourire, plutôt crispé celui-là, il avait compté sur l'humour pour l'aider à se détendre, c'était un vrai fiasco. Mais après tout elle connaissait ses parents, alors elle devait s'être rendu compte du manque total d'amour qu'ils portaient à leurs enfants. Posant doucement sa main sur sa hanche, comme lorsqu'elle lui avait pris la main lorsqu'ils étaient dans le couloir, il revenait sur son ventre.

"J'aime l'idée de n'être que le seul à te toucher." Murmurait-il. Il s’avançait alors avant de l'embrasser de nouveau d'une façon plus sage que le baiser d'avant. "J'aime également l'idée d'être le seul à t'embrasser. " avouait-il tout bas à son oreille. "Je... Je crois que j'aime l'idée de ne pas te partager..." Il ne pouvait le nier, il se sentait tellement possessif avec elle. Il dépose alors un baiser sous son oreille puis descend sur sa gorge avant de se reculer. "Mais... Si cela ne fonctionne pas ? Si je n'y arrive pas ?" Demandait-il, il savait qu'elle ne lui demandait pas de sentiment, mais il n'était pas idiot, si elle lui offrait l'exclusivité, elle le voulait en retour... Il voulait qu'elle soit sur, qu'elle sache dans quoi elle s'engageait ou presque... Et si les choses qu'il éprouvait venaient à grandir ? Et s'il désirait plus mais n'était pas capable de lui offrir ? Il attrape finalement l'une de ses mains et la pose sur sa propre joue comme s'il avait besoin de son contact pour s'apaiser tandis qu'un murmure en russe s'échappe de ses lèvres. "Я не знал, что руки такие же сладкие, как твои..." Sa langue maternelle lui était revenue sans qu'il ne s'en rende compte. Il ignore où tout cela va les menés, mais il sent que certaines choses vont changer et au fond de lui alors qu'il ne montre rien, il est totalement mort de trouille, une part de lui veut seulement suivre, mais l'autre part est déjà presque incapable de pouvoir se passer de nouveau d'elle...

(c) Emi.


Traduction:
 




Inventaire:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alcyone Shafiq
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : 1ère année GISIS en Zoomagie, Serpentard
Célébrité : Emily ❤ Didonato
Pseudo : Loupiotre Âge : 30 Parchemins : 569 Gallions : 780 Date d'inscription : 06/02/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t1169-alcyone-curiousers-and-curiouse http://www.mumblemumps.com/t2362-alcyone-entre-l-aube-et-la-findans-l-antre-de-ta-main http://www.mumblemumps.com/t1751-alcyone-petits-hiboux

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

I hate everything about you, why do i love you ?
Every time we lie awake. After every hit we take. Every feeling that I get but I haven't missed you yet. Only when I stop to think about it.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Alcyone n’a jamais été douée dans ses relations avec les hommes. Parce qu’elle préfère papillonner, s’amuser. Tout ça parce qu’elle sait qu’un jour elle n’aura plus le choix. Le sujet a beau ne pas faire écho au sein de la famille, elle sait que ça finira bien par lui tomber dessus ces histoires de fiançailles. Cela venait bien d’arriver à Erèbe avec ta meilleure amie… Ils n’avaient pas eu de scrupules au vu de leurs différence d’âge. Si elle finissait par tomber sur un vieux grabataire… Alors cet échange avec Dimka… C’était bien plus facile de lui hurler dessus. De lui en vouloir. L’ivresse envoutante tournoyant dans son esprit, tenir un discours à peu près cohérent en cet instant allait relever du miracle. Ou peut-être que ce serait l’inverse qui lui permettrait de s’exprimer au mieux… Du moins, à la façon de l’Etoile, car lorsqu’elle invite le Dimitrov à glisser ses mains sur elle, il n’y a rien d’innocent. Elle frisonne de sentir les assassines au travers de la dentelle délicate de sa robe. L’innocence. Ce mot ne colle pas à la Shafiq au désespoir de ses géniteurs. Ils seraient certainement outrés de la voir à moitié ivre dans les bras d’un homme. Qu’importe son rang, qu’importe son sang. Mais cette pensée elle l’éloigne, elle ne veut pas s’en inquiéter. Encore moins lorsque Dimka caresse sa joue, sa nuque, son regard ambré rivé dans le sien. Ils sont comme deux fauves prêts à bondir l’un sur l’autre. Depuis combien de temps ne se sont-ils pas approchés ? Le besoin, le manque de l’autre se fait ressentir, bien plus encore à présent qu’ils se retrouvent.

Lorsque les lippes de l’Aiglon s’invitent sur les siennes, Alcyone laisse échapper un léger soupir de satisfaction. Elle réponds avec la même envie, la même passion que le Slave. Ce baiser éveille tout son corps qui semblait jusqu’à lors endormit sans qu’elle ne le réalise. Comme s’il n’y avait qu’à son contact que sa carcasse semblait prendre vie. Elle s’accroche à lui, une main sur son cou, une autre sur son torse, crispée sur le tissu de sa chemise. Son coeur cogne au creux de sa poitrine avec virulence, elle se sent presque essoufflée lorsque leur baiser prend fin. Elle aurait envie de bien plus la Shafiq et elle voit dans le regard de Dimka qu’il en est de même. Pourtant, ils se contiennent. Et lorsqu’il lui prends la main, Alcyone le suit sans réfléchir car elle sait qu’il y a autre chose. Elle le ressent dans ses yeux. Elle le retient juste un instant, le temps de ramasser ses chaussures qu’elle lui a jeté à la figure quelques minutes plus tôt. Un sourire innocent, un brin amusé étire ses lippes alors qu’elle enfile ses escarpins.

La brune vacille sur ses talons derrière l’Aiglon et lorsqu’ils s’enferment la salle des potions, Alcyone est heureuse d’arriver à destination. Les effets de l’alcool semble doucement s’éteindre à mesure du temps, au fil de cette petite marche dans les cachots. La fraicheur des couloirs avec sa robe légère à le mérite d’avoir fait le ménage dans son esprit embrouillé. « Ma mère me battait pour que j'apprenne le violon. » Il lui avait laché la main depuis quelques secondes, s’était éloigné. Et si Alcyone pensait avoir dégrisé, la révélation la fit revenir complètement sur terre. Les grandes familles avaient des principes stupides quant à l’éducation de leurs gosses. La Shafiq planta ses prunelles claires dans celle de Dimka. Elle ne prononçait pas un mot. Non, il ne fallait rien dire du tout. Elle ne comprenait pas vraiment où il voulait en venir. Pourquoi, soudainement il lui parlait de ses failles qui hantaient son chemin. Puis elle comprends lorsqu’il mentionne cet été, lorsqu’elle a posé la main sur cet instrument réminiscence de son passé. Alcyone hoche doucement la tête signe qu’elle. Elle a depuis longtemps pardonné sa réaction virulente. Cet instant sous la tente où elle lui avait tourné le dos car il n’avait pas su lui faire de promesse. « Je comprends… » Léger murmure qu’elle lui donne en glissant son regard dans le sien. Il sait que les Shafiq ne sont pas des tendres. Elle, contrairement à Dimka a eu le chance d’avoir deux frères en guise de bouclier. Elle a souvent subi des remontrances, des sortilèges. Des choses que des gamins ne devraient même pas connaitre. Mais elle avait la chance d’être épargnée à plusieurs reprises.

« Si cela peut te rassurer, je ne suis pas plus douée que toi… » Elle réponds à son sourire, à sa tentative d’humour. Ils avancent sur un terrain inconnu. Cherche une alternative. Ils ne se veulent pas couple. Pourtant, elle n’a plus envie d’aller voir ailleurs. Elle le sait au fond d’elle. Elle ferme un instant les yeux lorsque sa main se pose à nouveau sur sa hanche. Elle réponds doucement à son baiser. Elle se sent frissonner à chacune de ses phrases. A chacun de ses baisers. « Mais... Si cela ne fonctionne pas ? Si je n'y arrive pas ? » Ses yeux clairs s’ouvrent de nouveau et se posent dans ceux du slave. Elle plisse légèrement les yeux lorsqu’il lui parle en Russe. Elle hausse doucement les épaules pour lui indiquer qu’elle ne comprends pas.

« Si tu n’y arrives pas… » Alcyone frôle de ses lippes celles charnues de Dimka. « Un autre touchera mes lèvres. » Sa main libre descends et caresse son torse, frictionne le tissu de sa chemise. « Un autre pourra frôler ma poitrine. » Murmure sans les lâcher des yeux. Ses doigts filent sur son ventre puis survolent du bout des ongles son entrejambe, sans s’y attarder. Elle se rapproche pourtant pour murmurer au creux de son oreille. « Un autre me possèdera… » Elle lui mord doucement le carré de sa mâchoire et recule un sourire amusé, un brin provocateur. La Vipère a jeté les prémices des règles de ce nouveau jeu. « Donnant, donnant. Deal ? » Elle lui tends la main comme on le ferait pour s’enchainer à un serment inviolable. La question est de savoir s’ils sauront respecter les règles de cette nouvelle partie.
black pumpkin



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Fire In My Heart
I betcha didn't know, you started up a chain reaction. I saw no intention on your face, it might have been some kind of chemical attraction. I felt a spark, it left a mark I can't erase. It likes something like a bolt of lightning. It's going on inside
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
I hate everything about you, why do i love you ? ✘ Dimone
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Love me now or hate me forever!
» Sometimes I hate you so much [pv Lysandre]
» [Terminé] You hate me, I know ... [Nathan]
» i hate shonda rhimes, i hate everything. - sweva
» Love me, hate Me [PV Aarhyel]

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Hogwarts :: dungeons and basements :: Salle Commune de Serpentard-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: