Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

It's okay now ~ Jamarah [+18]

James Martell
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Professeur de Zoomagie, directeur des Serdaigle et s'occupe aussi des retenues
Célébrité : Daniel Gillies
Pseudo : Emi. Âge : 27 Parchemins : 2935 Gallions : 863 Date d'inscription : 21/09/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t234-james-martell-revele-tous http://www.mumblemumps.com/t241-james-martell-la-lecture-une-felicite-qui-se-merite http://www.mumblemumps.com/t623-james-martell-you-ve-got-mail http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


It's okay now
"The best feeling ever is seeing someone again and still having a connection"
Janvier 2000
~ Jamarah ~


L
ibre... Il était libre... James avait du mal à y croire, il en avait presque oublié le sens de ce mot. Il était comme abasourdi, il était sous le choc. Il pensait réellement ne plus pouvoir voir la lumière du jour, elle lui faisait d'ailleurs mal aux yeux tandis qu'il avançait dans les couloirs accompagné de Johanness... Ce dernier avait été là lorsque James était sorti, pas un mot en dehors d'un ça va aller n'avait franchis ses lèvres, tout était passé par le regard et cela allait au Zoomage. Il n'avait pas besoin de plus, il appréciait qu'il soit là et même s'il ne le dirait pas il en avait beaucoup plus besoin que ce qu'il pourrait lui-même croire... Il avait alors exprimé le besoin d'aller se laver et se changer... C'était tout ce qu'il souhaitait, pouvoir laver toute la saleté dont il se sentait ensevelis... Bien sûr qu'ils se lavaient dans les cachots, mais c'était autre chose, comme si prendre une VRAI douche pourrait lui faire oublier une partie de tout ce qu'il avait pu subir... Ridicule n'est-ce pas ? Comme s'il pourrait oublier... Il avait eu peur que Sarah soit là elle aussi et même s'il désirait la voir, il était soulagé. Car il désirait réellement se débarrasser de toute cette merde avant d'aller la voir. Il avait commencé par serrer sa fille dans ses bras bien entendu et avait accepté de partir qu'une fois qu'il était certain qu'on ne la remettrait pas en cage. Il avait cru à une mauvaise blague lorsqu'ils étaient venus leur ouvrir leur cellule... Et pourtant ils étaient bien là, dehors... Son premier instinct lui hurlait de fuir, mais il n'était pas bête James... On le laisserait pas partir ainsi, de plus il ne partirait pas sans elle, pas sans celle qui l'avait attendu tous ses mois, pas sans Sarah...

James remerciait son ami une fois arrivé à ses appartements, Johaness voulait s'assurer que ça allait aller, malheureusement, le professeur était incapable de lui répondre... Il fallait que ça aille n'est-ce pas ? Il le faudrait en attendant il savait de quoi il avait besoin là dans l'immédiat. Il se rendait donc dans cette chambre qui était la sienne tout en se sentant tout de même un étranger... Il pensait à son père qui était venu lui aussi lui rendre visite régulièrement, il pensait à leur maison à Londres, c'était là-bas qu'il avait envie d'aller... Il emmènerait Sarah et sa fille et ils y resteraient cachés jusqu'à la fin de leur vie... Cette perspective, même si ce n'était qu'un doux rêve, lui faisait du bien. Rêver, rien que cela le faisait revivre en cet instant. Marchant dans ses appartements, il avait cette sensation de reconnaître l'endroit sans y être à sa place, comme s'il était un autre... Et dans un sens c’était bien vrai... Même les draps de son lit sont défaits et James fronce les sourcils sans comprendre... Mais qu'est-ce qui avait bien pu se passer en quatre mois ? Au final il se dirigeait enfin vers sa salle de bain. Il défaisait ses affaires et laissait tout tomber au sol, un sacrilège pour la personne soignée qu'il était. Il évitait volontairement le miroir, il n'était pas prêt à se faire volontairement face... Il se retrouvait alors sous la douche.... Lorsque les premières gouttes effleurèrent sa peau, cette dernière tressaillit un instant. L'eau chaude l'envahit alors et bientôt il ne pouvait plus faire la différence entre l'eau et ses larmes... Il craquait complètement, soulagé d'être sorti, soulagé que le cauchemar se soit arrêté, même s'il n'était pas certain que ce soit fini... Combien de temps restait-il sous l'eau ? Il ne pouvait pas le dire, mais il ne sortit qu'une fois calmé, qu'une fois qu'il put prendre sur lui pour se contrôler... Il attrapait alors ses affaires qu'on leur avait données dans les cachots et il les mit au feu dans sa cheminée. Il allait ensuite s'habiller, rien que se retrouver dans un costume lui faisait du bien retrouver le réconfort de ses chemises...

La seule chose dont il n'avait pas encore eu le courage de faire était de se raser. Parce que c'était comme tirer un trait sur ce qui s'était passé et il n'en était pas encore prêt. Une fois habillé, il tournait en rond dans ses propres appartements... Il savait ce qu'il voulait faire, mais cela le terrifiait autant qu'il en avait besoin...  Et s'il ne la trouvait pas ? Et si elle avait changé d'avis ? Si elle ne voulait plus de lui... Un coup d'œil dans le miroir de sa chambre... Qui voudrait de ça ? Il ne s'attarde pas sur son portrait, il avait raison, il n'était pas prêt pour cela... En revanche son besoin dépassait sa peur et il se dirigeait vers sa porte... La main tremblante dessus, il inspirait un instant pour se donner un semblant de courage. Il avait BESOIN d'elle, besoin de la retrouver. Ce qu'il n'avait pas prévu ? De se retrouver face à elle une fois la porte ouverte. Ses prunelles tombent alors dans les siennes, son cœur loupe un battement, pas un mot est prononcé, la surprise est à son comble, pourtant il n'a pas besoin d'une seule parole de sa part pour comprendre combien elle a autant de besoin de lui qu'il a besoin d'elle. Il fait un pas, puis deux afin de se rapprocher d'elle puis tombe à genoux... Il vient alors enserrer la taille de la jeune femme. Il la serre contre lui à en crever, sa tête contre sa cuisse, il hume son odeur, la respire comme si elle était la source de son oxygène et la serre encore plus fort si c'est possible... Dire qu'elle lui avait manqué était un euphémisme... C'était bien au-delà de tout ça...

"Je t'aime..."
Lâchait-il alors, il s'était retenu tous ces mois... Il n'avait pas voulu lui dire à travers une vitre, ni dans une simple lettre, il s'était toujours promis que s'il devait sortir un jour, si un tel miracle se produisait, alors se serait les premiers morts qui sortiraient de sa bouche... "Je t'aime" répétait-il comme s'il voulait que ses mots s'ancrent dans la peau de la jeune femme, qu'elle s'imprègne de lui comme il s'imprégnait d'elle... Peut-être était-il mort finalement ? Car à coup sûr, elle était son paradis...

(c) Emi.



Revenir en haut Aller en bas
Sarah O. Taylor
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Professeure de potions, anciennement Poufsouffle
Célébrité : Emilia Clarke
Âge : 28 Parchemins : 195 Gallions : 481 Date d'inscription : 08/09/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur

Sarah s’était réveillée aux petites heures du matin. C’était-elle seulement couchée en fait? Il avait eu de nombreuses nuits comme celles-ci durant lesquelles elle ne faisait que tourner dans son lit, ne trouvant aucune position confortable, aucune façon d’arriver à fermer les yeux plus de cinq minutes en ayant l’impression que ses draps étaient glacés. Elle avait encore une fois dormi dans l’appartement de James. C’était arrivé quelques fois, juste pour pouvoir se coucher avec son odeur qui l’enveloppait, mais avec tout ce temps, l’odeur commençait à se dissiper. Une bien triste conclusion elle qui y trouvait un léger réconfort à défaut de pouvoir le serrer dans ses bras. Le soleil pointait à peine le bout de son nez quand elle quitta le lit de James pour regagner ses propres appartements afin de prendre une douche bouillante. Pour se réchauffer un peu, on dirait que l’hiver l’avait transpercé. Elle se sentait vide un peu. L’attente était lourde et elle voulait tellement être positive devant tout le monde que son désespoir quand elle était seule n’en était que plus profond. La Potioniste n’allait pas bien. Physiquement ça pouvait aller, mais le manque de sommeil commençait à paraître dans ses traits. Du moins ce n’était que ses cernes et ses traits tirés qu’elle voyait quand elle se regardait dans le miroir après sa douche. Encore une fois, ce matin, elle n’avait pas faim, elle prit cependant un thé pendant qu’elle se préparait pour sa journée. Elle n’avait pas grand-chose à son horaire. Mais elle devait aller à Pré-Au-Lard pour quelques petites choses qu’elle a besoin pour ses cours et elle-même, il fallait dire qu’elle n’était pas beaucoup sorti dernièrement, mais le soleil qui perçait au travers de sa fenêtre était invitant et peut-être que ça ne lui ferait pas de mal justement de marcher à l’air froid en sentant les rayons frapper sa peau.

Elle ne croisa que quelques matinaux qui allaient vers la Grande Salle pour un petit déjeuner tranquille, mais elle ne prit pas la peine de manger tout de suite, elle n’avait pas d’appétit vraiment. Serrant un peu plus son foulard et son manteau contre elle, elle sortira finalement à l’extérieur en plissant les yeux devant le reflet du soleil sur la neige. Elle sentit déjà le froid s’infiltrer dans sa gorge à sa première respiration, c’était une sensation quand même agréable, ça la réveillait un peu. Sarah marcha jusqu’au petit village en silence, n’écoutant que le bruit rythmé de ses pas qui faisaient crisser la neige. C’était une belle journée. Une magnifique journée même! Il faisait beau, le froid était supportable surtout quand le soleil qui réchauffait un peu. Elle était tôt encore pour les boutiques, elle en profita alors pour continuer un peu sa promenade solitaire en se disant qu’elle aurait tout donné pour que James soit avec elle en ce moment. Qu’elle puisse être à son bras à profiter réellement de cette journée hivernale. Son cœur semblait vouloir exploser à cette pensée, cela lui faisait toujours mal ce genre de penser. ‘’Si James était avec elle’’. Il aurait dû être avec elle, pour de vrai et pas seulement dans son imagination. L’enseignante s’arrêta pour un autre thé, un petit encas qu’elle ne mangea que du bout des dents tant que son estomac était à l’envers.

Sarah fut la première à entrer dans la boutique qu’elle voulait visiter. Elle n’entendit qu’à peine les paroles de l’employée qui lui souhaitait la bienvenue. Prenant ce dont elle avait besoin rapidement, elle ne voulait pas s’attarder, déjà la pénombre de ses appartements l’appelait. C’était comme ça. Elle avait ses petits moments que ça allait un peu mieux, quand elle marchait comme ce matin, quand elle voyait Tamara ou bien Alexis, mais sinon… sinon elle aimait mieux la solitude. C’était se blesser toute seule, elle en avait bien conscience, mais se permettre de craquer seule lui permettait d’être plus forte quand elle allait voir James. Parce que tout ce qu’elle lui disait, elle le croyait, mais elle ne pouvait pas toujours être cette fille forte, sinon elle serait tombée d’encore plus haut quand elle aurait craquée.

Ses pas furent plus rapides quand elle regagna le château. Comme pressée. Elle sentait cette panique silencieuse l’envahir. Ça arrivait ça aussi. Elle fut heureuse de regagner la chaleur du Hall en dénouant un peu son foulard et retirant ses gants. Les couloirs étaient un peu plus animés quand elle se rendit dans ses appartements. Mais…il avait quelques choses… oui, dans l’atmosphère, dans l’ambiance… Elle fronçait les sourcils en s’arrêtant en voyant deux élèves se serrer dans les bras l’un de l’autre. Il n’était pas… Elle pivota les yeux de l’autre côté pour voir une autre jeune élève en larmes… Elle connaissait ses visages pas seulement pour les avoir vu en cours…mais pour les avoir vu là. Là. C’était des élèves de la quarantaine. Était-ce possible…? Sarah ne prit pas la peine de se poser deux fois la question, son sac avec ses nouveaux achats s’écrasèrent au sol alors que c’est à la course qu’elle s’élança vers les appartements de James. Peu importe ses achats ou bien les regards curieux qui se dessinaient sur les visages de ceux qu’elle croisait, rien n’allait l’arrêter.

Était-ce possible qu’il soit là? Qu’il soit revenu? Son cœur tambourinait si fort dans sa poitrine qu’elle avait l’impression qu’il allait exploser. Sarah n’eut pas une once d’hésitation une fois devant la porte, enfin, elle n’eut pas le loisir de l’ouvrir, elle s’ouvra d’elle-même, la figea littéralement sur place. James. James en costume. James devant elle, directement, sans de verre entre eux. Son regard se perdit dans le sien, la respiration un peu ardue de par sa petite course. Son regard devient déjà brillant. Il bouge avant elle, un peu, avant de tomber à genoux devant elle. Elle le suit des yeux, stupéfiée de le voir là, au moment même où elle allait le voir. Ses bras l’enserrent et le cœur de Sarah semble flancher. Même si elle porte un manteau, elle sent très bien la pression et, c’est peut-être son imagination, mais même sa chaleur. Elle ira pour lever les bras, pour le toucher à son tour, mais ses mots sonnent à ses oreilles. Une douce mélodie de trois mots. Elle sent sa gorge se nouer, se serrer à lui en faire mal. Les larmes qui coulent sur ses joues sont incontrôlables. Elle rêvait peut-être, ce ne pouvait pas… non, tout était trop réel. Avec une tendresse qu’il n’avait pas eu le temps de lui connaître, elle vint doucement cueillir son visage entre ses mains. Il pouvait sentir ses doigts trembler un peu quand ils se posent contre sa peau. Elle lui relève la tête, doucement pour le regarder, pour le voir et surtout, pour lui répondre. Son sourire était sincère et tendre malgré les larmes qui glissaient doucement sur ses joues.

‘’Je t’aime aussi…’’

Et comme si c’était plus fort qu’elle, que c’était un besoin vitale, plus que respirer, elle vint prendre ses lèvres des siennes. Elle n’avait pas envie d’attendre qu’ils parlent, ils avaient beaucoup parlé quand il était en quarantaine, mais l’embrasser lui manquait depuis les secondes qui avaient suivis leur dernier baiser. La potioniste avait besoin de sentir que c’était bien réel, de le goûter, tendrement, doucement. Il lui avait manqué à un point qu’elle ne connaissait pas et maintenant qu’il était près d’elle, elle ne voulait plus le lâcher, plus jamais si cela était possible…
Revenir en haut Aller en bas
James Martell
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Professeur de Zoomagie, directeur des Serdaigle et s'occupe aussi des retenues
Célébrité : Daniel Gillies
Pseudo : Emi. Âge : 27 Parchemins : 2935 Gallions : 863 Date d'inscription : 21/09/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t234-james-martell-revele-tous http://www.mumblemumps.com/t241-james-martell-la-lecture-une-felicite-qui-se-merite http://www.mumblemumps.com/t623-james-martell-you-ve-got-mail http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


It's okay now
"The best feeling ever is seeing someone again and still having a connection"
Janvier 2001
~ Jamarah ~


L
e ciel pouvait lui tomber sur la tête, le diable lui-même pouvait venir le chercher, dans ses bras, il était enfin là où il devait être. La sentir, la toucher une dernière fois c'était tout ce qu'il avait désiré pendant quatre longs mois. Il osait à peine y croire et si ce n'était pas la réalité ? Et si lorsqu'il se réveillerait il se retrouverait encore une fois dans cette cage ? Les mots traversent ses lèvres, la percute, il avait besoin de lui dire, il avait besoin qu'elle sache, là, tout de suite ! Maintenant avant qu'il soit trop tard, avant qu'on vienne encore l'arracher à elle... Il la serre si fort qu'il se demande s'il ne va pas l'empêcher de respirer à un moment ou à un autre mais, il est totalement incapable de desserrer son étreinte. Du moins jusqu'à ce qu'il sente ses mains sur son visage, c'était tellement doux que l'on aurait dit du velours... Depuis combien de temps ne l'avait-ont pas toucher ainsi ? Quatre moi qu'on ne le touchait pas tout court en dehors de lui faire des tests et encore des tests... Sa caresse est celle d'un ange, son ange à lui. Elle lui relève la tête et lui suit simplement le mouvement, il tombe dans son regard... Oui un ange, c’était véritablement bien le bon mot. Ses mots le heurtèrent, tandis qu'il osait à peine y croire, le gonflant alors de cet amour naissant et qui n'avait fait que grandir et se languir pendant tous ses mois. Il voulait se lever et venir sécher ses larmes, mais il n'eut pas le temps. Les lèvres de la jeune femme se plaquèrent contre les siennes. Et cela finissait d'achever le peu de barrière qui avait pu subsister en lui. Cette urgence, ce besoin vital émanant d'elle qu'il ressentait, il lui renvoyait ces émotions en pleine puissance. Elle n'imaginait pas combien il avait besoin d'elle. Ce simple contact c'était comme si elle avait ouvert une vanne sur une chose qui la dépassait, qui les dépassaient tous les deux... Le zoomagiste répondait à son baiser qui malgré l'urgence restait doux et tendre, sauf que James avait besoin d'autre chose, il avait besoin de plus.

Quittant ses lèvres temps de quelques secondes, il se redresse. Il la regarde un instant et va poser ses lèvres sur chaque larme qui a pu couler sur ses joues afin de les sécher, il se maintient, se contrôle, mais pour combien de temps ? Ils avaient perdu quatre mois, il n'avait plus envie d'attendre une seule seconde. Son regard plongé dans le sien, il l'embrasse de nouveau et l'attire à l'intérieur de ses appartements. Il s'aidait du dos de la potionniste pour la refermer, la collant intégralement contre la porte. Sa bouche ne quittait plus la sienne, sa langue s'infiltrait, fouillait, allait chercher sa jumelle afin de danser l'un des ballets des plus sensuels. La passion le dévorait, le baiser était plus suave, plus sauvage aussi même si James n'était en rien brutale. Son souhait lorsqu'il avait avoué ce qu'il ressentait à Sarah quatre mois auparavant avait été de vouloir y aller en douceur... S'il avait bien compris une chose à croupir au fin fond des cachots, c'était que la vie était courte et il ne voulait plus passer une seule seconde à la gâcher. Ses mains se faisaient visiteuse, sans pour autant dépasser la barrière de ses vêtements, même dans la sauvagerie, le professeur Martell restait un gentleman... Ses doigts dessinaient ses courbes, la rapprochait de lui, tentait d'imprimer son corps contre le sien... Il était en train de devenir totalement fou et lorsque ses lèvres quittèrent celles de Sarah, il était totalement hors d'haleine, son air impassible devait avoir laisser place à tout l'effet qu'elle lui faisait. Il la désirait ! Et ce désir qui brûlait en lui se voyait dans son regard...

"Je ne veux pas attendre plus longtemps..." Susurrait-il d'une voix devenue rauque par le désir. "Mais, un mot de toi suffira à me faire garder mes distances." Jamais il ne l'obligerait à quoique ce soit si ce n'était pas ce dont elle avait envie... A quoi ressemblait-il ? Il ne s'était même pas rasé, était-il ne serait-ce qu'un peu encore attirant malgré tout ? Il l'espérait. Parce qu'il ne savait pas ce qu'il ferait si elle disait non... Il ne la toucherait pas bien entendu, mais deviendrait totalement fou à s'imaginer en train de la toucher... Suspendu à ses lèvres il attend qu'elle parle ou se taise à jamais, scellant alors leur destin quoiqu'il arrive...


(c) Emi.



Revenir en haut Aller en bas
Sarah O. Taylor
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Professeure de potions, anciennement Poufsouffle
Célébrité : Emilia Clarke
Âge : 28 Parchemins : 195 Gallions : 481 Date d'inscription : 08/09/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur

Sarah avait fait tous les efforts possibles pour le voir le plus souvent qu’elle le pouvait durant sa quarantaine, mais ce n’était même pas l’ombre de la relation qu’ils auraient méritée après l’aveu de leur sentiment. Pourtant, elle s’était sentie remplie de son amour pour lui plus les mois avançaient, comme si son absence lui faisait aussi mal qu’elle augmentait ce qu’elle ressentait pour lui, comme une certitude qui s’installait en elle. Cet homme, elle l’aimait plus que tout, plus qu’elle n’aurait cru l’aimer un jour, plus qu’elle n’aurait cru aimé un homme d’ailleurs… Cependant, là, en sa présence. Sa vraie présence, avec la possibilité de le toucher, de le sentir, elle n’avait pas envie de parler. Ils se connaissaient presque par cœur en termes de personnalité, mais il manquait des éléments pour ce qu’ils ressentaient l’un envers l’autre maintenant… James avait été comme un grand frère, un ami fidèle, un conseiller, un confident… mais jamais il n’avait été l’amant encore.

C’est pourquoi elle avait pris ses lèvres aussi rapidement. Pour retrouver cette sensation qu’elle n’avait pas eue assez… Tant pis qu’ils se trouvent à moitié dans le corridor, elle n’y pensait presque pas d’ailleurs, il n’avait que lui qui importait de toute façon. Ses baisers contre ses larmes brisaient sa peau de frissons, des frissons agréables, qui lui arrachent un mince sourire, léger, un bonheur pur au creux des yeux. Sans aucune résistance, elle le suit dans ses appartements, sans lâcher ses lèvres,  sans même y penser, sa bouche se fait un peu plus appuyée contre la sienne, fermant la porte sans vraiment s’en rendre compte. Coincée entre lui et cette dernière, ses mains se glissent à sa nuque. Son souffle lui manque quand sa langue se mêle à la sienne, elle se sentait enivrée par le moment, enivrée par son corps contre le sien, ses lèvres et le ballet sensuel de leurs langues… Ce baiser était plus fiévreux, plus assoiffée d’une certaine façon, mais c’était tellement bon, elle en avait tellement envie, elle en avait tellement eu envie depuis déjà trop longtemps déjà. Ses mains se promenaient un peu, allant contre ses épaules, sous son veston, serrant son corps contre le sien, le tirant pour le presser davantage contre elle si c’était possible. Lorsqu’il quitta ses lèvres, son regard revint chercher le sien, son regard brillait d’une lumière nouvelle, d’une envie palpable, sans gêne, sans retenue. Elle ne tremblait plus, elle savait ce qu’elle voulait, elle avait envie de lui. Une envie brûlante et urgente.

Même ses mots la firent frissonner, un long frisson qui montait dans sa colonne vertébrale, son ventre se contractait, sa respiration était haletante par le baiser et son cœur battait à un rythme effréné. Tout. Tout en elle le réclamait. Son corps était dans un état de manque… d’un manque qu’il ne connaissait pas, c’était vibrant, brûlant même. Ses mots… il était adorable. Il était un homme comme on en faisait rarement. Elle ne voulait pas attendre, mais elle voulait prendre son temps à la fois. Elle ne lâcha pas son regard quand elle fit un léger pas pour pouvoir retirer son manteau, le laissant tomber au sol sans importance. Elle quitta ses yeux pour regarder ses propres mains contre son torse qui déviaient lentement pour venir lui retirer le veston des épaules, un autre vêtement allant choir contre le sol. Ses doigts retrouvant un léger tremblement alors qu’ils frôlaient les boutons de sa chemise, ses lèvres allant frôler les siennes dans un bref baiser des plus sensuel, bouillant d’envie, mais elle n’y resta pas longtemps, déviant sa bouche vers son oreille, la voix vibrante d’une chaleur qui trahissait son désir pour lui, chaude d’une envie qu’elle avait du mal à contrôler.

‘’Fais-moi l’amour James…’’

C’était une demande et une réponse à la fois. Parce qu’il avait été si doux à lui demander, à lui dire qu’elle avait le droit de dire non qu’elle ne voulait que lui faire ressentir par une simple phrase comment elle se sentait avec lui. Ses mains qui déjà voulaient retirer cette chemise, cette bouche qui déposait un baiser joueur contre son lobe avant de revenir vers ses lèvres et se regard qu’il put croiser l’espace d’une petite seconde n’était qu’un accord silencieux, énorme, mais silencieux de sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
James Martell
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Professeur de Zoomagie, directeur des Serdaigle et s'occupe aussi des retenues
Célébrité : Daniel Gillies
Pseudo : Emi. Âge : 27 Parchemins : 2935 Gallions : 863 Date d'inscription : 21/09/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t234-james-martell-revele-tous http://www.mumblemumps.com/t241-james-martell-la-lecture-une-felicite-qui-se-merite http://www.mumblemumps.com/t623-james-martell-you-ve-got-mail http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


It's okay now
"The best feeling ever is seeing someone again and still having a connection"
Janvier 2001
~ Jamarah ~


L
e zoomage n'en pouvait plus. Elle le rendait fou, fou d'un désir trop longtemps contenu, fou d'un désir auquel ils avaient rêvé pendant quatre long mois sans jamais pouvoir se toucher. Pouvoir la serrer dans ses bras, pouvoir l'embrasser, c'était comme se sentir revivre en un seul instant. Comme s'il pouvait enfin dire merde à cette putain d'épidémie et qu'il avait enfin trouvé son antidote. ELLE. Ce n'était qu'une impression bien entendu. Il n'était pas guéri, il le savait. Mais quelle douce impression, il avait envie de s'abreuver d'elle, de plonger en elle et ne d'y noyer pour l'éternité... Que ce passait-il si elle lui disait non ? Si le feu qui semblait habiter son regard autant que le sien n'était qu'un simple mirage et qu'elle n'en a pas envie ? Bien sûr qu'il se contrôlerait, mais il craignait tellement cette frustration. En cet instant Sarah avait les pleins pouvoirs sur lui et elle ne semblait même pas en prendre conscience. À Bout de souffle il attend. Il se retient alors que des voix lui murmure simplement de prendre ce dont il a envie. De céder à ses pulsions et de simplement se laisser aller avec elle... Mais son autorisation était plus importante que tout le reste. James avait besoin de savoir qu'elle le voulait, qu'elle le désirait aussi ardemment qu'il la désirait. Pouvoir le lire dans son regard ne lui suffisait pas, il avait besoin de l'entendre... Le manteau de la jeune femme fini au sol et cela arrache un tremblement au professeur de Zoomagie tandis que son regard suit le chemin du vêtement tout en s'égarant sur les courbes gracieuses de la jeune femme qu'il avait en face de lui. Lorsqu'elle se rapproche et lui enlève son veston, il tremble presque mais, il ne bouge pas, la laisse faire tandis qu'il se demande combien de temps il va tenir si elle ne s'arrête pas. Lorsqu'elle s'attarde sur les boutons de sa chemise la température augmente d'un cran... Lorsqu'elle murmure alors cette phrase à son oreille, elle les perd alors tous les deux. Si James voulait y aller doucement afin de la découvrir comme il se doit, le Loup en lui l'entendait d'une autre manière, il grondait presque contre les lèvres de Sarah, tandis qu'elle se retrouvait de nouveau plaquée contre la porte, le corps de James imprimé contre le sien ne laissant plus aucune imagination au désir qu'il avait pour elle gonflé au milieu de son entre-jambe. Le baiser qu'il lui donne alors est l'un des plus endiablée. Il pourrait simplement lui faire l'amour contre cette porte, même pas certains qu'elle lui dise non... Pourtant James voulait faire les choses mieux que cela, malgré l'envie qu'il contrôlait à peine, la bête qui réclamait son dû, il imposait sa propre volonté et finalement se détachait d'elle presque à regret. Il prend alors sa main et murmure un simple.

"Viens." Parce que Sarah, elle n'était pas de ses filles que l'on prenait juste contre une porte le temps de quelques minutes. Et parce que lui n'avait jamais été ainsi, il n'avait jamais traité une seule femme de cette façon et ne comptait pas commencer. Il comptait l'honorer, lui prouver qu'elle avait raison de lui faire confiance. Que même s'ils avaient dû attendre, ils pouvaient se sauter dessus tout en faisant les choses bien. Il l’entraîne alors dans sa chambre. Son regard se fait complice, chaud comme la braise, lorsqu'il pose son regard sur elle, c'est comme si elle était déjà nue, comme s'il pouvait voir à travers... Lui qui est passé maître dans le fait de camoufler les émotions il lui laisse pouvoir lire tout le désir qu'il peut éprouver pour elle. Une fois dans la chambre, il ferme la porte, pas qu'il y est du monde dans ses appartements, mais cela créait un peu plus d'intimité. Lorsqu'il revient vers elle, une main s'enroule autour de sa taille et il vient déposer un baiser sur sa joue. Sa tempe. Juste à côté de son oreille. Sa mâchoire descendant jusqu'à son menton avant de pouvoir remonter jusqu'à ses lèvres. Il mélange encore une fois leur langue, leur salive, la déguste comme si elle était la meilleure friandise qu'il avait eu le droit de goûter... Doucement, ses mains passent sous le pull de la jeune femme découvrant pour la première fois la douceur de sa peau. Il prend son temps, découvre à l'aveugle des endroits qu'il ne connait pas. Ses doigts glissent sur son ventre dessinant des arabesques sur sa peau, monte doucement sur ses hanches pour finir par frôler le dessous de sa poitrine prisonnière encore de son écrin... Finalement il redescend attrape avec douceur les revers de son pull et lui enlève prudemment... Son regard se pose évidemment sur ses parties d'elle qu’il n’a jamais vue, avide d'en découvrir davantage... Il s'attaque alors à sa propre chemise l'invitant à l'aider avec ses boutons, lorsque cette dernière file sur le sol rejoindre l'autre vêtement, James pousse la jeune femme doucement sur le lit tout en l'accompagnant, doucement, la vision de la voir dans ses draps d'effet lui fait prendre conscience de quelque chose...

"Tu as dormi ici..." chuchotait-il en comprenant que si son lit était défait lorsqu'il avait remis les pieds dans ses appartements c'était parce qu'elle y avait passé une nuit, peut-être même plus ? Un simple sourire s'installe sur les lèvres de James. C'était son odeur à elle qui se trouvait dans ses propres draps et quelque part cela lui plaisait... Doucement il se laissait aller peu à peu ne cherchant plus autant à se contrôler, il laissait simplement ses instincts reprendre le dessus, à sa bouche de retrouver la sienne. Ses bras de part et d'autres d'elle afin de ne pas peser sur son corps fin et délicat. Ses mains elles se font visiteuses, cherchent à découvrir les endroits qui la feront frémir, il touche, il caresse, il frôle, s'invite dans des coins et des recoins tandis que sa bouche, elle, elle découvre son goût partant sur sa gorge... Si le Loup en lui est impatient, James lui aime prendre son temps afin de la découvrir petit à petit. Il voulait que ça compte, que cela veuille dire quelque chose... Après tous, des premières fois, il n'y en avait qu'une seule fois... Et celle-ci était la leur...

(c) Emi.



Revenir en haut Aller en bas
Sarah O. Taylor
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Professeure de potions, anciennement Poufsouffle
Célébrité : Emilia Clarke
Âge : 28 Parchemins : 195 Gallions : 481 Date d'inscription : 08/09/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur

Non, Sarah ne savait pas le pouvoir qu’elle avait sur James en ce moment. Lui non plus ne savait pas le pouvoir qu’il avait sur elle en ce moment. Elle l’aimait. Elle l’aimait d’un amour puissant et en ce moment, elle ne voulait plus le voir loin d’elle, cela l’effrayait même, mais en ce moment, sa peur était bien loin, ce n’était que le désir et la passion qui l’habitait. Qui expliqua sa réponse, sa façon aussi de lui répondre. Elle se rendait compte qu’elle mettait un temps à lui dire, à lui demander ce qu’elle voulait, mais bon sang que dans sa hâte, elle voulait prendre le temps de bien sentir toutes ses nouvelles sensations, ressentir sa présence. La réaction qu’il eut à ses mots sembla la briser de frissons, c’était enivrant et elle se laissa emporter dans son élan. De nouveau coincée entre le mur et James, elle répond au baiser avec la même fièvre, ses mains revenant à sa nuque pour le maintenir contre elle, son regard caché sous ses paupières ne s’ouvrirt que lorsqu’il stoppa le baiser, sa main tremblait un peu quand il prit la sienne. À son unique mot, à sa demande, elle ne fait que le suivre. Serrant ses doigts dans sa main. Elle ressent sans doute la même chose que lui. La hâte, mais il fallait bien faire les choses, il fallait bien les vivre.

Elle avait cette étrange sensation que son corps ne lui appartenait plus, qu’il n’était que désir qui ne demandait que satisfaction avec son cœur qui battait d’un amour certain, d’ailleurs, le rythme de son cœur ne se calmait pas du tout, il manquait même des battements en sentant le regard de James sur elle. Elle réagissait tellement à James, juste sa façon de la regarder lui donnait des frissons comme un courant électrique tout le long de ses os. Sa respiration était ardue, longue, lente… l’important étant seulement qu’elle ait un peu d’air pour suvivre parce que c’était James qui la faisait vivre en ce moment. Il fallait dire que le propre regard de la Belle était aussi évocateur que le sien et elle se surprit à ne ressentir aucune gêne à lui montrer. Elle lui faisait confiance, une confiance aveugle, elle voulait se donner à lui et elle savait qu’il ne ferait rien pour briser cette confiance, jamais encore elle n’avait ressenti cette envie que l’on la connaisse par cœur, sans barrière, sans secret et sans crainte. L’enseignante l’observa fermer la porte de la chambre, leur laissant que cette chambre comme lieu, comme un indice d’où ils se trouvaient, même si en ce moment lieu et temps ne semblaient que superficiel à ses yeux, sans importance. Quand il revient contre elle, ses mains se glissent déjà sur sa chemise. Elle ferme les yeux durant ses baisers contre sa peau. Elle allait prendre goût à ses lèvres, à reconnaître leur chaleur et leur goût. Dans un nouvel échange brûlant d’un baiser avide, un gémissement s’échappera de ses lèvres quand il viendra poser ses mains sur son corps. Sarah n’avait pas pu le retenir, c’était comme une brûlure des plus excitantes, des plus agréables. Elle a bien conscience que ce n’est pas qu’un besoin corporel, qu’un besoin de chair, mais un besoin de lui, de lui tout entier. Leurs bouches se séparent que lorsqu’il retire son vêtement, il n’eut pas besoin de lui demander que ses propres doigts se glissent contre ses boutons pour lui défaire et retirer sa chemise qui l’empêche de le toucher, de sentir le grain de sa peau. Lançant le vêtement au sol sans même le regarder, elle prit le temps de l’observer à son tour, elle apprendra à connaître aussi de ses doigts les lignes qui définissaient son torse et son corps. Un moment qui ne dura pas longtemps comme elle se retrouve sur le lit à la demande silencieuse de James, mais une fois qu’il fut contre lui, ses mains se font de nouveau aventureuses sur sa peau, glissant de son torse à son dos. À ses mots, un doux sourire s’installe sur ses lèvres. Elle murmure tout bas, pas besoin de crier, ils étaient si près l’un de l’autre après tout…

‘’Plusieurs fois… tu me manquais trop… ’’

C’était sincère, criant de vérité. Il lui avait tellement manqué et ça se sentait aussi dans les baisers qu’elle lui retournait, dans ses mains qui montaient à sa nuque, qui caressait son torse et son dos, glissant ensuite le long de son corps en des caresses qui se veulent sensuelles et douces en allant frôler le rebord de son pantalon, comme si ça la dérangeait qu’il se trouve encore là, comme son propre bas d’ailleurs. Elle se laisse cependant découvrir avec plaisir et patience, elle est bien en ce moment et si ce moment pouvait durer une éternité, elle ne trouverait cela même pas long. Elle quitte ses lèvres pour embrasser son cou, sa clavicule en remontant doucement le long de son cou et son visage en murmurant un autre.

‘’Je t’aime James…’’

Elle voulait lui dire encore une fois, comme si une fois ça n’avait pas été suffisant pour toutes les fois qu’elle avait voulu lui dire depuis les quatre derniers mois. Elle savait que ses quatre mois allaient être douloureux longtemps, comme des mois qu’on leur avait enlevé, qu’ils n’avaient pas pu vivre ensemble. Si cela pesait sur son cœur, elle préféra éloigner cette pensée en se disant que là, tout de suite, il était contre elle et qu’il brûlait du même désir qu’elle. Sa voix est toujours chaude, suppliante peut-être un peu, mais elle ne presse pas l’enseignante, elle savoure chaque seconde, chaque caresse et chaque baiser. Son souffle est difficile, mais contre James, elle se sent bien. Ses quatre derniers mois avaient été longs, mais ce soir leur appartenait totalement.
Revenir en haut Aller en bas
James Martell
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Professeur de Zoomagie, directeur des Serdaigle et s'occupe aussi des retenues
Célébrité : Daniel Gillies
Pseudo : Emi. Âge : 27 Parchemins : 2935 Gallions : 863 Date d'inscription : 21/09/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t234-james-martell-revele-tous http://www.mumblemumps.com/t241-james-martell-la-lecture-une-felicite-qui-se-merite http://www.mumblemumps.com/t623-james-martell-you-ve-got-mail http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


It's okay now
"The best feeling ever is seeing someone again and still having a connection"
Janvier 2001
~ Jamarah ~


S
e laisser aller... Se laisser emporter par ses émotions, par ses envies, par ce qui comptait réellement... Il était rare que le professeur de Zoomagie s'abandonne totalement, c'était à peine s'il savait ce que la perte de contrôle était et pourtant... En cet instant, tout contre la peau de Sarah, c'était ce qu'il voulait. Ce qu'il désirait... Pour une fois il ne voulait rien contrôler, il voulait seulement ressentir... Ses lèvres frôlent sa peau, se posent sur son épaule désormais nue. Il touche, il goûte sa saveur, il n'est plus que tendresse et sensualité contre ce corps qu'il a tant de fois rêver de serrer contre lui ces quatre derniers mois... Sa barbe vient gratter doucement la peau de pêche de la jeune femme, il se perd contre elle, ses mains la découvrent, caressent ses courbes, passent de son ventre à ses hanches avec légèreté, la frôlant, la chatouillant presque si cela n'était pas aussi sensuel... Il pouvait sentir sa peau frémir sous ses doigts son corps était comme un instrument dont il en apprenait seulement les notes... Ses lèvres venaient de nouveau retrouver les siennes, s'entrouvrant pour laisser le passage à sa langue, à celle de la jeune femme pour les laisser se retrouver une nouvelle fois encore. Il ne s'en lasserait probablement jamais à son contact il avait l'impression de revivre, il avait vraiment l'impression d'être libre. Il prenait conscience d'être sorti de ses cachots, il se réveillait, sortait de l'enfer... Grâce à elle... Il aime la sensation de ses doigts contre son torse, il aime sentir ses lèvres contre son cou, il aime ressentir le fait qu'elle ait autant besoin de lui qu'il n'a besoin d'elle... Ce besoin urgent, vital de ne faire plus qu'un, ce besoin de lié l'un à l'autre sans attendre une seule seconde de plus... Ils sont sur d'eux, sur de leur choix et ne reviendront pas en arrière, c'était trop tard pour cela... Les paroles de la jeune femme manquent de le faire chavirer, le ramène à la réalité tandis qu'il lève alors le regard vers elle... Son regard sombre tombe dans la douceur de celui de Sarah... En cet instant, James ne porte plus de masque, ne camouffle plus ses émotions, se montre lui-même devant la femme qu'il aime, laissant cet amour envahir ses prunelles...

"Moi aussi je t'aime Sarah..." Susurre-t-il alors son regard rivé au sien, si d’une manière audible ce n'est qu'un murmure... En réalité cette simple phrase est beaucoup plus... Une déclaration, une promesse... Il se penche vers elle alors et vient déposer un doux baiser juste à côté de son oreille... "Je t'aime." murmure-t-il alors encore une fois... Il descend sur son cou, dépose un autre baiser... "Je t'aime." Répète-t-il comme si cette phrase était devenu son credo, sa prière... Ses lèvres continuent de descendre et à chaque baiser, il prononce ces trois petits mots, encore et encore... Il passe sur sa clavicule, la naissance de sa poitrine et peu à peu de cette façon il parcourt tout le haut de son corps, ses doigts passent dans son dos dégrafant l'écrin de dentelle dans laquelle sa poitrine était enfermée... Chaque geste est naturel, chaque geste semble d'une infini tendresse... Le vêtement fini par rejoindre les autres quelque part sur le sol de la pièce... James continue alors son exploration de sa bouche jusqu'à la pointe de sa langue... Il ne réfléchit plus, laissant simplement ses instincts prendre le dessus, totalement à l'écoute de sa partenaire, la découvrant toujours un peu plus. Combien de fois en a-t-il rêvé ? Il avait du mal à croire que cette fois, cela arrivait pour de vrai et pourtant c'était bien le cas... Sa bouche retrouve finalement celle de Sarah, comme s'il avait besoin de sa dose, comme s'il était en apnée depuis tout à l'heure et qu'elle lui apportait enfin l'oxygène dont il avait besoin pour respirer.  Ses doigts eux, trouvent alors le chemin du bouton de son pantalon, le défaisant alors de ses doigts habiles... Ses derniers s'invitent à l'intérieur, se glissent vers son point le plus chaud de son corps et la caresse à travers le tissu de son sous-vêtement... Un sourire s'échappe de ses lèvres lorsqu'il l'entend alors gémir... Ses lèvres se faufile sur sa gorge, trace un chemin de baiser jusqu'à murmurer à son oreille...

"Sarah..." Son désir est palpable, il s'entend dans son souffle, se ressent dans ses gestes, dans ses caresses... Sa main quitte son intimité et vient chercher sa main, il pose cette dernière alors sur son torse, lui faisant sentir son cœur, lui faisant sentir combien il bat pour elle... Il cogne contre sa cage thoracique, menace de s'en échapper... Il porte ensuite sa main à sa bouche, embrassant chaque phalange de cette dernière... Son regard s'accroche au sien une nouvelle fois... Un accord silencieux se passe entre eux, et alors doucement ses mains accroche son pantalon, ce dernier glisse le long de ses magnifiques jambes... Allant rejoindre le reste de leurs affaires... James attrape alors l'une des chevilles de Sarah, dépose un baiser à l'intérieur, son regard glisse sur le corps de la potionniste presque nue sous ses yeux... Son regard brille de se désire, désire qui le consume, de cette envie contenue dans son propre pantalon et qui se sent réellement à l’étroit... Mais il ne veut pas brûler les étapes, il ne veut pas se montrer trop impatient, il avait rêvé de ce moment bien trop souvent pour ne pas le savourer comme il se doit. Il remonte le long de sa jambe, la couvant de baiser, revenant tout contre elle, lui faisant ressentir à travers son pantalon l'ampleur de son désir pour elle... Ses lèvres la retrouvent une nouvelle fois encore, ses mains attrapent les siennes nouant ses doigts aux siens, ramenant ses dernières tout contre eux avant de la prendre tout simplement dans ses bras...

"Tu es si belle..." Murmure-t-il alors tandis que sa voix se fait plus rauque, cassée à cause de ce désir qui est en train de le consumer... Sa main entraine alors la sienne, l'invitant de façon silencieuse à le libérer de son carcan devenu trop petit pour le contenir... L'invitant à les mettre sur un pied d'égalité..

(c) Emi.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
It's okay now ~ Jamarah [+18]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Hogwarts :: third floor :: Appartements du personnel-
Sauter vers: