Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

We all start as strangers ϟ Eliael

Mila V. Silaïeva
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle, deuxième année de GISIS en Zoomagie, préfète & membre des clubs d'astronomie et du 2ACM
Célébrité : Lily Collins
Pseudo : Barling Âge : 26 Parchemins : 3299 Gallions : 3398 Date d'inscription : 12/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t400-mila-it-s-always-darkest- http://www.mumblemumps.com/t1385-mila-you-know-what-they-say-about-hope http://www.mumblemumps.com/t1390-mila-hibouxbox http://www.mumblemumps.com/t2088-journal-de-mila

We all start as strangers
Eliael
feat.
Mila


 

 



 

 

Δ And then what ?

Plus les minutes passaient et plus Mila se demandait si cette sortie à Pré-au-Lard était réellement une bonne idée. La préfète avait hésité à se rendre au village en apprenant qu'aucun de ses amis proches ne souhaitait venir avec elle cette fois-ci. Elle avait été étonnée de voir que ni Maddox ni Hope n'avaient l'intention de profiter du week-end pour sortir du château, elle aurait pensé qu'ils saisiraient chaque opportunité de s'échapper un peu du lieu qui les avait tenus enfermés pendant plusieurs mois. Même si Pré-au-Lard était étroitement surveillé par les aurors, s'éloigner des couloirs de l'école aurait pu leur donner un sentiment de liberté bienvenu après la quarantaine. Malgré sa déception initiale, Mila n'avait pas cherché à les convaincre de la suivre, après des semaines d'isolement ils étaient les mieux placés pour savoir ce dont ils avaient besoin et la dernière chose que la préfète voulait était de les priver de leur libre-arbitre. Elle ne pouvait pas les blâmer, après toutes ces semaines passées en quarantaine, elle ne pouvait imaginer ce que le retour à un semblant de vie normale devait être. La foule de Pré-au-Lard, les regards tantôt curieux, tantôt méfiants, les mouvements de recul des autres sorciers, instinctif malgré que la maladie ait été déclarée non-contagieuse, ce devait être un cauchemar. Mais elle, elle avait eu besoin de s'éloigner un peu de l'école, même si ce n'était que pour quelques heures seulement. Se mêler à la foule anonyme du village pour tenter d’oublier, juste un peu, tout ce qui ne tournait plus rond dans le monde sorcier. La quarantaine avait été levée et après l'euphorie et le soulagement provoqués par cette nouvelle, l'inquiétude était revenue se frayer un chemin dans son esprit. La quarantaine était terminée, mais l'épidémie était toujours là, Mila ne pouvait pas l'oublier, surtout que ses amis -et même Oktavia- étaient touchés. La menace de l'isolement ne planait plus au-dessus de leur tête comme une épée de Damoclès mais désormais, ils devaient tous se plier à des tests à la fois médicaux et magiques. Au souvenir des tests qui avaient été menés dans la Très Grande Salle l'année passée, l'anglaise ne pouvait s'empêcher d'appréhender cette perspective. Si l'on oubliait les fluctuations qu'elle avait connues pendant les épreuves données par le Chevalier du Catogan, sa magie se portait plutôt bien pour le moment, mais au fonds, elle savait que tout pouvait basculer en un instant. Elle n'avait aucune assurance que les tests ne décèlent rien, et elle n'avait jamais aimé vivre dans l'ignorance. La menace d'être emmené en quarantaine sans préavis avait été particulièrement difficile à vivre, et celle des tests n'étaient pas plus aisée. Les seules informations qu'ils possédaient étaient celles que les anciens élèves enfermés dans les cachots avaient bien voulu leur donner, et elles n'avaient rien de rassurantes. Mais Mila savait qu'elle n'avait pas le choix et que bientôt elle allait devoir s'y plier à son tour, qu'elle soit touchée par la maladie ou non. Deux jours plus tôt, un hibou s'était posé devant elle pendant le petit-déjeuner pour lui tendre un parchemin scellé par le cachet officiel du Ministère de la magie. Elle était convoquée pour ses premiers examens le dimanche qui suivait la sortie à Pré-au-Lard. Elle avait tenté de ne rien laisser paraître en lisant son message, mais elle redoutait déjà ce moment. Alors pour éviter de passer son samedi à ressasser ses craintes, elle avait décidé de se rendre au village sorcier, même si la perspective d'y aller seule était loin de la réjouir. Elle avait voulu se changer les idées, profiter de l'air frais de l'hiver et de l'ambiance calme des rues de Pré-au-Lard, à mille lieux de la frénésie qui caractérisait souvent l'école remplie d'adolescents. Elle aurait aimé pouvoir profiter de ces instants avec ses amis, mais elle s'était montrée résolue dans sa décision, l'exemple parfait de son caractère parfois entêté. Mais maintenant, elle n'était plus si sûre d'elle.

Après avoir joué avec l’idée de rendre une visite surprise à Iverna, Mila avait fini par se résigner, sa marraine avait certainement du travail et elle ne pouvait tout de même pas s’imposer une nouvelle fois chez elle pour la deuxième fois en moins d’un mois. A la place, elle avait déambulé seule dans les rues du village, échangeant parfois quelques mots avec les camarades de l’école qu’elle croisait sur son chemin. Elle avait profité de l’après-midi pour renflouer son stock de plumes et se procurer quelques friandises pour Isis, sa chouette. Puis elle avait passé un certain temps chez Honeydukes à sélectionner des confiseries à rapporter à Maddox, Hope, et même Oktavia si celle-ci ne se montrait pas trop désagréable avec elle. La préfète savait qu’elle ne pourrait pas effacer les mois qu’ils venaient de vivre, rien de ce qu’elle pourrait dire ou faire ne le ferait, mais elle pouvait tenter de rendre leur existence un peu plus douce et pour ça il n’y avait rien de mieux que les sucreries. Un instant, elle avait pensé à leur ramener un gros gâteau au chocolat des cuisines de l’école, mais la proximité des cachots de quarantaine l’avait rapidement fait renoncer à cette idée. À la place elle sortie de la boutique avec un assortiment de chocogrenouilles, de patacitrouilles et de plumes en sucre, les confiseries les plus réconfortantes qu’elle avait pu trouver. Pour échapper à la neige qui avait commencé à tomber à gros flocons pendant qu’elle se trouvait dans le magasin, Mila s’engouffra aux Trois balais. Elle espérait pouvoir se réchauffer un peu et pourquoi pas y trouver des camarades de Poudlard avec qui s’asseoir quelques minutes. Malheureusement, elle se rendit rapidement compte que, malgré le monde qui se trouvait dans le bar, elle ne voyait aucun visage amical à rejoindre. Résignée, elle s’était installée au bar dans l’idée de boire une bièraubeurre avant de retourner au château. Mais bien sûr rien ne s’était passé comme prévu et sa tranquillité n’avait pas tardé à voler en éclats.

Le barman venait à peine de poser sa boisson devant elle qu’un Gryffondor avait prise place à ses côtés. Mila le reconnu comme un élève de deuxième année de GISIS d’une autre spécialité, il lui fallut quelques minutes pour se souvenir de son nom : Julian Hastings. En revanche, il ne lui fallut qu’un instant pour se rappeler du caractère du sorcier et des raisons pour lesquelles elle ne l’avait jamais fréquenté. Il était imbuvable. La main crispée sur sa bouteille de bièraubeurre Mila écoutait d’une oreille distraite le flot de paroles ininterrompu -et surtout indésirable- de son camarade, trop occupée à chercher une excuse pour filer, elle ne lui répondait que par quelques hochements de tête et réponses brèves. Elle avait rapidement abandonné l’idée qu’il remarque son manque d’intérêt flagrant pour sa personne, il aimait bien trop s’écouter parler pour porter attentions aux autres. Même si elle était occupée à chercher une échappatoire, Mila ne pouvait passer à côté des allusions absolument pas subtiles du jeune homme. En d’autres circonstances, face à quelqu’un d’autre, elle aurait pu se sentir flattée de l’intérêt qu’il avait pour elle. Mais pas quand il s’agissait de Hastings, ses intentions étaient bien trop claires pour être honnêtes. L’anglaise avait la désagréable impression de n’être qu’un objet à ses yeux et chacun de ses mots lui donnait de plus en plus envie de fuir. Il la mettait mal à l’aise et quand il posa sa main sur la sienne elle n’y tint plus. « Laisse-moi tranquille Julian. » Lança-t-elle en détachant chacun de ses mots pour qu’il sente la colère contenue dans sa voix. Elle retira vivement sa main et recula sur son siège pour s’éloigner de lui. Mais tout comme il avait ignoré tous les signes qui montraient que sa présence n’était pas la bienvenue auprès de la Serdaigle, sa vive réaction ne sembla pas le déstabiliser. Mila fronça les sourcils en voyant un sourire étirer les traits du rouge. Il haussa les épaules, comme s’il n’avait rien fait de gênant. « Allez Mila, tu jouais moins les timides pendant le banquet de rentrée. » La préfète laissa échapper une exclamation mêlant surprise et indignation. Les paroles du lion lui firent l’effet d’une gifle, dire qu’elle avait cru que tout ça avait été oublié. Comment osait-il lui reparler du banquet de rentrée ? Comment osait-il affirmer que ce qu’elle avait fait sous l’emprise de l’amortentia représentait qui elle était réellement ? Elle secoua la tête, dégoûtée par l’image que le sorcier semblait avoir d’elle. Elle se leva brusquement, manquant de renverser sa bouteille dans sa précipitation. « Sérieusement ? » Siffla-t-elle, frémissante de rage. Elle ouvrit la bouche, prête à lui exposer toute l’aversion qu’il lui inspirait en cet instant, mais elle s’arrêta dans son mouvement. Juste derrière le Gryffondor se dressait la silhouette imposante d’un sorcier inconnu. Ses traits étaient inconnus à la Serdaigle, mais l’impression qui se dégageait de lui la réduisit immédiatement au silence.
Gasmask





Revenir en haut Aller en bas
Eliael Xanielov
Consumed by the shadows
avatar
Hogsmeade
Maison/Métier : Chasseur de Prime
Célébrité : Danila Kozlovsky
Pseudo : Emi. Âge : 27 Parchemins : 848 Gallions : 790 Date d'inscription : 14/11/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2701-eliael-xanielov-be-the-best-ver http://www.mumblemumps.com/t2706-eliael-xanielov-je-suis-l-ombre-qui-te-suit-dans-la-nuit#72499 http://www.mumblemumps.com/t2707-letter-s-eliael#72509 http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


We all start as stranger
"L'esprit de méfiance nous fait croire que tout le monde est capable de nous tromper."
Février 2001
~ Mila & Eliael ~


I
l était rare pour Eliael de se trouver au Trois balais, il lui préférait la tête du sanglier beaucoup moins fréquenté. Moins de regard en travers qu'on pouvait lui jeter. S'il se trouvait ici ce n'était pas pour la serveuse tout de même très bien foutue il devait l'avouer. Mais plutôt pour les affaires. Il était en filature, un contrat, une tête qu'on lui avait demandé de retrouver. Cette mission était encore toute fraiche et il n'était pas certains à cent pour cent du tuyau qu'on lui avait donné, mais c'était le seul qu'il avait pour le moment donc il n'avait pas le choix. C'était le moment qu'il préférait de son travail, lorsqu'il ne connait pas encore assez bien sa cible, quand il cherche, fouille... Quand des millions de possibilités s'offrait à lui et qu’il les éliminait jusqu'à n'en avoir plus qu'une seule. La seule règle qu'il s'imposait était qu'il refusait les contrats de meurtre. Les aurors auraient vite fait de lui retomber dessus, même s’il aurait probablement le temps de faire bien des dégâts, mais il tenait à sa liberté toute retrouvée, même s'il devait rendre des comptes tous les mois. Et puis... Quelque chose en lui avait changé depuis qu'il avait rencontré Zirwya... Elle lui avait ouvert les yeux et à présent tuer de sang-froid il ne savait même plus s'il en était capable... C'était comme si sans savoir comment et sans en être consciente elle lui avait rendu une partie de son empathie. Pas tout, non une part de lui devait être véritablement morte, mais elle avait réveillé la plus importante, elle avait fait de lui ce qu'il aurait toujours dû être ou presque. Il commanda une boisson afin de se fondre dans la masse, fit son plus beau regard à la serveuse, mais c'est à peine si elle le remarquait. Atouch. Etait-il rouillé aussi à ce petit jeu-là ? Son esprit vagabondait un instant en attendant que sa cible arrive, se demandant même si elle arrivait un jour et le visage d'une certaine médicomage s'imposait à son esprit. Depuis sa sortie des cachots de Poudlard, elle venait chez lui quasiment tous les week end, cela lui faisait étrange d'avoir quelqu'un aussi souvent chez lui et en même temps, il aime avoir sa présence dans sa maison, quelque part sans savoir pourquoi, il a besoin de la savoir non loin...

Tandis qu'il surveille chaque personne dans cette auberge, la porte s'ouvre de nouveau pour laisser une jeune fille entrée. C'était une élève de Poudlard il la reconnaissait à son uniforme. Mais son regard s'arrêtait sur elle, il la connaissait, mais sur le moment il ne savait pas d'où. Eliael avait une mémoire photographique, alors il ne lui fallait que quelques secondes à son cerveau pour faire le chemin jusqu'à son souvenir... C'était un après-midi avec Iverna, tous les deux au final passaient pas mal de temps ensemble, il appréciait beaucoup la jeune femme et elle lui avait parlé de sa filleul... Lui avait même montré une photo et sur cette photo se trouvait alors le visage de la jeune femme qui était entré au Trois balais. Confondu dans le fond de la salle, elle ne le remarquait pas, lui en revanche avait les yeux fixés sur elle et ne cherchait même pas à le cacher. Il la détaillait, non sans aucune idée déplacée, elle n'était qu'une enfant et Eliael était peut-être un monstre, mais il était un monstre avec des principes ! Il recommanda alors une boisson, se disant que si sa cible ne venait pas, il pourrait avoir d'autres plans même si s'approcher de la filleule d'Iverna n'en faisait pas partie, mais il ne pouvait pas s'empêcher de garder un œil sur elle.  

Elle fût d'ailleurs très vite rejointe par un garçon, si au début il pensait qu'il s'agissait de l'un de ses amis il ne lui fallait que quelques secondes pour remarquer que ce n'était pas le cas. Un sourire sur le visage d'Eliael étirait alors ses traits, se type était idiot s'il ne comprenait pas à quel point elle n'était pas intéressée. Curieux, il attendait de voir comment elle allait se sortir de cette situation, il voulait voir son caractère, si Iverna avait un impact sur elle ou non. Puis le jeune garçon eu le geste de trop, à peine l'avait-il touché qu'il s'était redressé. Il s'approche doucement en restant dans l'ombre sans perdre une seule miette de leur conversation. Eliael avait aucune idée de ce qui avait pu se passer au fameux banquet, la seule chose qu'il savait c'était qu'il ne comptait pas laisser un petit merdeux s'en prendre à une personne importante aux yeux d'Iverna... C'était comme si c'était son rôle, comme il se devait de la protégée, pour elle. Il apparait alors derrière le garçon, réduisant au Silence la jeune Mila d'un simple regard. Il aurait aimé la laisser continuer, elle était sur le point d'exploser et sûrement que le jeune rouge et or en aurait pris plein la gueule et il l'avait bien cherché. Mais il épargna à la jeune fille de se donner en spectacle devant toutes les personnes qui se trouvait dans l'auberge. Il s'approcha encore jusqu'à arriver à hauteur du petit merdeux et se tourna dans sa direction, lui aussi n'avait plus envie de dire le moindre mot étrangement, Eliael se demandait même s'il ne tremblait pas un peu.

"Il me semble qu'elle t’a dit non." Disait-il simplement tout en le transperçant de son regard. "Ah non, au temps pour moi, sa demande exacte, était que tu la laisse tranquille." Reprenait-il avec une lenteur calculée, il ne savait pas si le garçon le reconnaissait ou non et le hongrois s'en fichait pas mal. Eliael imposait la peur même sans cela, un avantage dans ces circonstances, mais parfois aussi un inconvénient. "Je te conseil donc d'adhérer à sa demande et ficher le camp d'ici !" Sa voix était sourde d'une menace à peine voilée. Et le gryffondor n'attendait pas une seule seconde avant de prendre ses jambes à son cou, sans oublier de lancer un regard noir à la jeune femme qui voulait tout dire... Tu verras lorsque nous serions seule. Eliael rattrapait alors l'abruti en posant une main de fer sur sa nuque et lui chuchotait à l'oreille. "Ose la toucher, rien qu'une fois... Et tu ne pourras plus jamais toucher quoique ce soit d'autre. Compris ? Hoche la tête si tu as compris." Ce dernier s'exécutait, tandis qu'Eliael se demandait s'il n'allait pas pisser dans son pantalon. "Très bien, maintenant casse-toi avant que je ne change d'avis." L'élève ne demanda pas son reste et décampait rapidement sous le regard sévère de l'ex taulard. Ce dernier se tournait de nouveau vers la jeune fille avec un regard qu'il voulait plus rassurant pour elle, plus avenant. "Il ne t'embêtera plus." Finissait-il par dire tout simplement. Il tentait un léger sourire, c'était plus facile pour lui de faire le grand dur pour faire fuir quelqu'un plutôt que d'essayer de se montrer sympathique envers une personne... Comment le prendrait-elle Iverna si elle savait qu'il avait intercédé ainsi dans la vie de sa filleule ? Même si cela partait d'une bonne intention, il n'était pas certains qu'elle aurait approuver et doucement il se demandait s'il ne s'était pas foutu dans une nouvelle galère, mais c’était une habitude pour lui n'est-ce pas ?
"Est-ce que ça va ?" Finissait-il par demander tout de même à la jeune fille, même si elle ne devait pas tout comprendre et pour cause, il aurait peut-être dû commencer par se présenter...
(c) Emi.


Revenir en haut Aller en bas
Mila V. Silaïeva
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle, deuxième année de GISIS en Zoomagie, préfète & membre des clubs d'astronomie et du 2ACM
Célébrité : Lily Collins
Pseudo : Barling Âge : 26 Parchemins : 3299 Gallions : 3398 Date d'inscription : 12/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t400-mila-it-s-always-darkest- http://www.mumblemumps.com/t1385-mila-you-know-what-they-say-about-hope http://www.mumblemumps.com/t1390-mila-hibouxbox http://www.mumblemumps.com/t2088-journal-de-mila

We all start as strangers
Eliael
feat.
Mila


 

 



 

 

Δ And then what ?

Elle ne faisait pas peur à grand monde, Mila, elle le savait. Seuls les petits de première année pris la main dans le sac en train d'enfreindre le règlement frémissaient encore quand ils la voyaient arriver avec son insigne de préfète épinglée sur la poitrine. Mais ils étaient bien les seuls. Tous les autres ne voyaient plus que l’image de façade de la Serdaigle ; sa petite taille et sa silhouette fine, agrémentée d’un visage aux traits doux qui s’éclairaient bien souvent d’un sourire. La Serdaigle n’avait rien d’impressionnant, et encore moins de menaçant. Elle paraissait fragile, Mila, trop gentille pour son propre bien, trop apte à chercher la bonté chez les autres pour le monde dans lequel elle vivait. Certains la pensaient facile à manipuler et à impressionner, trop faible pour se défendre, trop effacée pour oser tenir tête. Ceux-là ignoraient tout d’elle. Mila était parfaitement consciente de l’image qu’elle renvoyait, et elle lui convenait à la perfection. Cela faisait bien longtemps qu’elle avait appris à accepter son reflet dans le miroir. Et celui-ci ne mentait pas, elle était douce, elle était gentille, elle était remplie d’empathie et de générosité et de bienveillance. Mais ce n’était pas tout. La plupart des élèves s’arrêtaient là, persuadé d’avoir cerné la Serdaigle en un coup d’œil, convaincus que son apparence frêle était l’écho exact de son tempérament. Comme si elle ne pouvait pas être davantage que cette vision réductrice qu’ils lui apposaient sans son consentement. Ils avaient tort. Julian Hastings faisait partie de ces élèves trop prompts à juger les autres, elle l'avait lu dans son regard plein d'arrogance et ses allusions à peine voilées. Le Gryffondor avait une attitude de conquérant, celui à qui on ne dit jamais non. Il avait cru la partie gagnée, et sa chute allait en être que plus rude. Mila ne s'était pas laissé bernée par ses paroles douceâtres, pire, il avait été trop loin en utilisant le comportement qu'elle avait eu sous l'influence de l'amortentia pour la qualifier de fille facile. L'exaspération de la Serdaigle avait rapidement laissé place à une vive colère. Elle ne le laisserait pas la traîner dans la boue, malgré son caractère agréable, elle ne se laissait pas marcher sur les pieds et Hastings allait l’apprendre à ses dépens. Elle prit une profonde inspiration et ouvrit la bouche, bien décidée à lui exposer tout le mépris qu’elle ressentait pour lui à cet instant. Elle n'avait aucune intention de se laisser traiter ainsi sans rien dire pourtant aucun son ne franchit ses lèvres. Du coin de l’œil, Mila pouvait voir les coins de la bouche du lion se courber en une moue moqueuse, comme s’il se persuadait déjà qu’elle était incapable de se défendre seule. En réalité, ce n’était plus sur lui que son regard était posé mais sur la silhouette imposante qui venait de se poster derrière le sorcier. Elle s’arrêta net, surprise de cette soudaine apparition.

Il fallut quelques secondes au Gryffondor pour réaliser que les prunelles de Mila n’étaient plus posées sur lui mais derrière lui. Sa surprise fut certainement aussi grande que celle de la Serdaigle. « Il me semble qu'elle t’a dit non. » L’anglaise referma lentement la bouche, observant la scène avec une attention nouvelle. La voix du sorcier semblait calme mais elle résonnait étrangement dans le silence qui s’était installé entre eux. La mise en garde était silencieuse mais si claire que même le rouge et or perdit de sa superbe. « Ah non, au temps pour moi, sa demande exacte, était que tu la laisse tranquille. » Mila s’aperçut, non sans surprise, que d’infimes tremblements s’étaient emparés des membres du Gryffondor. Julian paraissait bien plus sûr de lui lorsqu’il se trouvait devant la préfète. Il n’était pas si courageux que ça quand il s’agissait de faire face à un sorcier taillé comme une armoire à glace apparemment « Je te conseille donc d'adhérer à sa demande et ficher le camp d'ici ! » Même la Serdaigle frissonna, l’inconnu n’avait pas besoin de le dire clairement pour que la menace soit évidente. Une seconde, Mila croisa le regard furieux du rouge et or, elle n’eut pas besoin de plus longtemps pour comprendre qu’il la tenait pour responsable de cette intervention et qu’il comptait bien le lui faire payer lorsque leurs chemins se recroiseraient. Elle pinça les lèvres, interdisant mentalement à ses jambes de la trahir en la poussant à reculer. Elle se rendit compte que leur échange silencieux n’avait pas échappé au sorcier quand celui-ci agrippa le Gryffondor par la nuque pour le retenir. Mila le vit se pencher sur l’oreille du lion pour lui chuchoter quelque chose. À cause du brouhaha ambiant qui régnait dans le bar, elle ne parvint pas à discerner les paroles du sorcier, mais elle n’eut pas besoin de faire appel à son imagination pour deviner quels mots se déversaient dans l’oreille du lion. Julian avait violemment pâlit et elle s’aperçut même qu’il devait faire de gros efforts pour ne pas laisser ses genoux céder sous son poids. Nul besoin d’être devin pour comprendre que le sorcier interdisait certainement au Gryffondor toute tentative de vengeance. Toujours silencieuse, Mila vit le lion hocher la tête et le sorcier lui ordonner de déguerpir. Cette fois-ci il ne lui adressa pas un regard avant de partir aussi vite que ses jambes tremblantes le lui permettaient. Un léger soupir s’échappa des lèvres de la Serdaigle, elle bougea doucement la tête de gauche à droite pour détendre ses muscles, elle ne s’était pas rendue compte qu’elle avait passé tout l’échange complètement crispée. Elle ignorait jusqu’où son altercation avec Julian aurait été, mais elle réalisait maintenant qu’elle s’était préparée au pire sans même s’en rendre compte. Elle avait été prête à se défendre bec et ongles, mais le sorcier était intervenu avant qu’elle n’ait pu prononcer le moindre mot.

Maintenant qu’elle se trouvait seule face à l’inconnu, Mila comprenait mieux pourquoi Julian s’était montré si impressionné. Il y avait de quoi, l’anglaise l’admettait bien volontiers. Il faisait plusieurs têtes de plus qu’elle et même sans sa baguette, il avait une carrure qui imposait immédiatement le respect et un regard sombre qui interdisait la moindre provocation. L’échange avec le Gryffondor n’avait duré que quelques minutes mais Mila n’avait pas eu besoin d’en voir plus pour comprendre qu’il ne faisait pas bon être l’ennemi de cet homme. Sa colère n’avait été que superficielle et contenue, et l’anglaise n’avait aucune envie de découvrir ce qu’il se passait quand il la laissait exploser. Si elle avait été la cible de sa fureur, elle aurait certainement voulu prendre ses jambes à son cou elle aussi. Le sorcier n’avait pas besoin de proférer des menaces à haute voix pour faire naître la crainte, c’était comme si tout son corps s’en chargeait à sa place sans qu’il n’ait besoin de prononcer le moindre mot. Il se dégageait quelque chose de lui, comme un avertissement de ne pas chercher à croiser son chemin, de ne pas le chercher lui. Il était intimidant, il aurait peut-être même pu faire peur à Mila s’il ne venait pas de lui venir en aide. Pourtant, plus que la rage contenu dont il venait de faire preuve, ce fut le sourire qu’il lui adressa qui déstabilisa la Serdaigle. « Il ne t'embêtera plus. » Un peu perdue, Mila le fixa en silence, elle cligna plusieurs fois des paupières et mit un certain temps à hocher la tête. Il avait perdu son air menaçant, mais son sourire était étrange. Il sonnait faux, un peu bancal, comme s’il n’était pas habitué à afficher une telle expression sur son visage. Comme s’il avait oublié à quoi un vrai sourire pouvait ressembler. « Est-ce que ça va ? » Réalisant brusquement qu’elle avait été silencieuse bien trop longtemps, Mila s’empressa de hocher la tête avec plus de conviction. Elle était encore un peu secouée par les insinuations du Hastings et la brutalité latente de la scène qui venait de se dérouler sous ses yeux, mais elle allait bien. Le mélange de ressentiment et de surprise qui avaient marqué ses traits s’estompait peu à peu. « Oui... Oui, merci. » Assura-t-elle avec un petit sourire, bien mieux maîtrisé que celui du sorcier. Lentement, elle passa une main dans ses cheveux détachés et jeta un coup d’œil autour d’eux. Si l’altercation lui avait paru étourdissante, il semblait qu’elle n’ait pas attiré l’attention des autres clients du bar, ou qu’ils avaient perdu tout intérêt pour eux après le départ du rouge et or. Rassurée de savoir qu’elle n’était pas observée, la Serdaigle se laissa aller, sans pour autant s’assoir, contre le tabouret qu’elle occupait quelques minutes plus tôt. Elle reposa son regard sur le sorcier. « Vous n’aviez pas besoin de faire ça... Ce n’était pas la peine de vous déranger pour... » Elle fit un geste vague vers la porte de l’établissement pour désigner le Gryffondor qui venait de la franchir. Le rouge ne valait pas grand-chose au final, surtout pas qu’un inconnu sorte de sa tranquillité pour lui apprendre la politesse. Mila ne put s’empêcher de se dire que le sorcier n’aurait pas dû se déranger pour elle non plus. Elle ne voulait pas être une gêne. Au fond, elle était persuadée qu’elle aurait très bien pu s’en sortir toute seule, elle était capable de se défendre et elle doutait que le lion aurait été jusqu’à faire preuve de violence physique. Dans le pire des cas, elle savait parfaitement où frapper pour qu’il la laisse définitivement tranquille. Elle aurait été mortifiée d’attirer l’attention à cause d’un tel comportement, mais elle n’aurait certainement pas hésité.

Elle secoua imperceptiblement la tête, elle se sentait stupide d’avoir de telles pensées alors qu’un inconnu n’avait pas hésité à lui venir en aide. Elle avait besoin de restée concentrée sur l'instant présent, pas de ressasser ce qu'il aurait pu arriver. « Merci. Pour le coup de main. » Ajouta-t-elle avec un nouveau sourire. Elle lui était reconnaissante, vraiment. Mais elle ne pouvait s'empêcher de se poser des questions. Qu'est-ce qui l'avait poussé à l'aider ? Comment s'était-il rendu compte qu'elle s'apprêtait à s'emporter contre le Gryffondor ? Leur discussion avait tourné au vinaigre, mais ils avaient été plutôt discrets. Si la réaction de Mila avait été vive, aucun mot plus haut que l'autre n'avait été prononcé, du moins pas encore. Personne n'avait tourné la tête dans leur direction, pourtant le sorcier avait réagit avec une rapidité impressionnante. Soit il avait posé le regard sur les deux élèves au bon moment, soit il les avait observé depuis le début. Mila trouvait cette idée étrangement dérangeante et s'empressa de la reléguer au fond de son esprit. Si elle se laissait emportée pas une telle logique, elle ne doutait pas de finir par craindre l'inconnu. Et elle n'avait aucune envie de se laisser aller à la paranoïa. Elle releva les prunelles, une toute autre questions sur les lèvres. « Est... Est-ce qu’on se connait ? » Elle se sentait un peu ridicule mais elle se força à croiser le regard du sorcier. Elle ne le connaissait pas, elle aurait pu en jeter sa baguette au feu, mais il y avait quelque chose dans l'attitude de l'homme, dans le regard qu'il portait sur elle, que peut-être, peut-être, elle aurait dû le connaître. Mais elle ne parvenait pas à comprendre quoi exactement, et c'était particulièrement déstabilisant. Soudainement, elle se sentit affreusement petite face à ce géant. Insignifiante par rapport à sa force tranquille. Elle se racla la gorge. « Désolée, j’ai du mal à vous imaginer voler au secours de la première inconnue que vous croisez dans un bar. » Expliqua-t-elle avec un léger haussement d’épaule pour cacher sa gêne soudaine. Il fallait le reconnaitre, l’inconnu ne ressemblait pas vraiment à un chevalier servant.
Gasmask





Revenir en haut Aller en bas
Eliael Xanielov
Consumed by the shadows
avatar
Hogsmeade
Maison/Métier : Chasseur de Prime
Célébrité : Danila Kozlovsky
Pseudo : Emi. Âge : 27 Parchemins : 848 Gallions : 790 Date d'inscription : 14/11/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2701-eliael-xanielov-be-the-best-ver http://www.mumblemumps.com/t2706-eliael-xanielov-je-suis-l-ombre-qui-te-suit-dans-la-nuit#72499 http://www.mumblemumps.com/t2707-letter-s-eliael#72509 http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


We all start as stranger
"L'esprit de méfiance nous fait croire que tout le monde est capable de nous tromper."
Février 2001
~ Mila & Eliael ~


D
evant le silence de la jeune femme, Eliael aurait pu se demander si elle n'était pas muette, ou si elle comprenait l'anglais, s'il ne l'avait pas entendu parler quelques minutes plus tôt à l'énergumène qu'il avait jeté dehors. Eliael avait conscience qu'il n'était pas des plus accueillant, des plus chaleureux et il avait l'habitude de ses visages craintif. Mais il désirait que la jeune fille le voit autrement. Pourquoi ? Parce que sans qu'elle ne le sache, elle était déjà quelqu'un pour lui, une personne sur qui il devait veiller. Car elle était importante aux yeux d'Iverna, alors elle devenait importante à ses yeux à lui. Ce n'était qu'une enfant, mais il désirait la connaître sans aucune arrière-pensée. Son sourire n'était pas des plus naturel, mais il tentait de se dérider un peu, il tentait de la mettre à l'aise, même si ce n'était pas gagné. Était-elle trop secouée parce ce qui c'était passé avec le jeune garçon ? Ou était-ce lui qui l'intimidait de trop ? Quoiqu'il en soit, il se préparait déjà à lui dire au revoir et à lui demander de prendre soin d'elle lorsque la langue de la Serdaigle se délia et finalement un petit bruit finissait par sortir de sa bouche. Une souris ? Oui c'était presque ça et dans le fond cela l'amusait. Il n'y avait pas grand-chose qui procurait une émotion au Hongrois, mais la jeune fille y arrivait sans aucun effort. Son sourire en revanche faisait bien plus vrai que le sien et il en prenait note, ses vrais sourires étaient rares, dans l'intimité des vraies personnes en qui il avait une confiance absolue, autant dire qu'il n'y avait pas grand monde... Mahra y avait le droit et évidemment Iverna aussi. Dire qu'elle connaissait tout de lui, le moindre de ses crimes, qu'elle représentait le camp opposé à celui dans lequel il se trouvait avant, il a trahit les aurors et pourtant aujourd'hui elle était sa plus proche amie. Une amie... Une vraie... Ça aussi c'était nouveau pour l'ancien mangemort qui ne liait jamais de vrai lien avec qui que ce soit, tout simplement parce qu'il fallait toujours qu'il finisse par trahir la personne, parce qu'à l'époque il était programmer pour rien ressentir... Mais une personne avait réussi à briser la glace, une personne avait réussi à réveiller ce qu'il y avait au fond de lui... Zirwya, qu'il n'a pas cité plus haut, parce que malgré tout ça, il ne la connait pas encore assez pour être réellement lui-même à ses côtés... La jeune fille ramenait alors le sorcier à la réalité en reprenant la parole, il sourit alors de nouveau, tentant de faire en sorte que ce sourire soit moins étrange que le premier.

"En fait si, il fallait que je le fasse..." Répondait-il alors d'une voix calme, mesurée cachant à peine son amusement de la situation. "Une certaine personne n'aurait pas aimé qu'il t'arrive quoique ce soit." Ce n'était pas son genre de tutoyer directement une personne mais, elle était si jeune et il avait déjà tellement l'impression de la connaître que cela lui venait naturellement. Lorsqu'elle le remerciait finalement, il hochait simplement la tête. Ce n'était même pas ce qu'il attendait. Il ne faisait pas cela pour la gloire ou pour qu'elle lui soit redevable, cela ne lui avait même pas effleuré l'esprit. Eliael pouvait être quelqu'un de calculateur ou de manipulateur, il l'avait été par le passé mais, tout simplement parce qu'il obéissait aux ordres rien de plus. Il n'avait jamais fait quelque chose, torturer ou tuer simplement parce qu'il en avait envie. Evidemment cela n’excusait en rien le nombre de meurtre qu'il avait commis, c'était pour cela qu'il mettait un point d'honneur à faire les choses bien. A faire ce que lui aurait fait s'il n'avait pas vécu tout cela... Eliael découvrait tout simplement le libre arbitre et faisait de son mieux, du moins il l'espérait. La jeune femme le fixe, elle tente sûrement de lire à travers lui, à travers le mur épais qu'il représentait, mais elle se fatiguait pour rien. S'il avait décidé de ne rien laisser paraitre alors elle ne pourrait rien deviner de lui. Finalement elle posa une question et un nouveau sourire étirait les lippes du slave, il laissait même échapper un léger rire... Elle connaissait la réponse, elle savait que non, ils ne se connaissaient pas, alors pourquoi poser la question ?

"Je crois que tu connais déjà la réponse jeune fille." Finissait-il par répondre aussi simplement que son autre phrase, il s'installait et s’asseyait sur le tabouret à côté de celui sur lequel elle avait été assise quelques instants avant que les choses évoluent avec l'autre garçon. Elle reprenait alors la parole et Eliael soupira discrètement se disant qu'il était temps de lever le voile et de ne pas la faire languir plus longtemps ou elle allait vraiment finir par avoir peur. Cependant il se trouvait d'humeur taquine et ne pouvait s'empêcher de vouloir jouer un peu, ne lui donnant les réponses qu'au compte-goutte. "Très perspicace, ça ne devrait pas trop m'étonner, je ne connais pas trop Poudlard, mais ont dit que les gens de ta maison sont les plus intelligents." Le barman s'approche et il en profite pour commander un verre et demander à la petite si elle désirait quelque chose. D'accord, la petite était majeur, mais face à lui avouons-le ce n'était qu'une enfant et c'était ainsi qu'il la voyait. Une fois son verre servis, il prenait son temps et buvait une gorgée, il savait qu'il avait piqué au vif sa curiosité et il s'amusait à jouer avec sa patience, gentiment évidemment, même si Iverna le sermonnerait sans doute pour jouer ainsi avec les nerfs de sa filleule ? Intérieurement il souriait en pensant à elle. "Effectivement, je ne viens pas forcément en aide à la première inconnue que je croise dans les bars..." Quoique si cette dernière à de forte de chance de finir violée, étrangement Eliael aurait tendance à agir tout de même. Le problème après, c'était que souvent la personne voulait vous remercier, vous dire que vous êtes son sauveur et blablabla et blablabla alors qu'Eliael à juste envie de rentrer chez lui et qu'on lui foute la paix. Il sourit, il regarde la jeune fille du coin de l'œil et fini par se dire qu'il est temps de mettre fin à son supplice.

"Disons que tu as de la chance que ta marraine m'a comme ami." Lui lançait-il alors accompagné d'un clin d'œil. Il se penche et murmure. "Je m'appelle Eliael." Ça c'était au cas où elle aurait envie de vérifier les faits et d'en parler à Ivy. "C'est quelqu'un de bien et je suis certains qu'elle n'aurait pas été ravie de voir quelqu'un s'en prendre à toi." Disait-il afin de se justifier, il ne mettait pas en cause le fait qu'elle aurait pu s'en sortir toute seule non, il parait qu'elle était douée, mais elle ne devrait pas à avoir à gérer ce genre de situation, tout simplement parce que ça ne devrait pas arriver... Ses hommes qui se croient tout permis... Eliael était un homme sûr de lui, lorsqu'il avait une proie en vue, il passait à l'attaque oui, mais il ne s'était jamais comporter comme un crétin de ce genre et il savait ce NON voulait dire... "Alors ? Etonnée ? Déçue que le mystère soit déjà levé ?" Demandait-il amusé, il se doutait que d'autres questions viendraient n'est-ce pas ? Allait-elle se détendre ? S'en aller ? D'un côté sans doute n'était-il pas prudent de croire le premier venu lui disant être ami avec sa marraine ? Que choisirait-elle ? C'était au tour du sorcier de fixer la jeune femme, de tenter de lire à travers elle et bien sur l'exercice était bien plus facile que dans le sens inverse, mais Eliael avait des années de pratique...
(c) Emi.


Revenir en haut Aller en bas
Mila V. Silaïeva
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle, deuxième année de GISIS en Zoomagie, préfète & membre des clubs d'astronomie et du 2ACM
Célébrité : Lily Collins
Pseudo : Barling Âge : 26 Parchemins : 3299 Gallions : 3398 Date d'inscription : 12/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t400-mila-it-s-always-darkest- http://www.mumblemumps.com/t1385-mila-you-know-what-they-say-about-hope http://www.mumblemumps.com/t1390-mila-hibouxbox http://www.mumblemumps.com/t2088-journal-de-mila

We all start as strangers
Eliael
feat.
Mila


 

 



 

 

Δ And then what ?

Appuyée contre son tabouret en bois, Mila affichait un calme qu'elle était loin de ressentir. En réalité, elle faisait de son mieux pour se rappeler si, oui ou non, elle connaissait le sorcier qui lui faisait face. Elle fouillait dans ses souvenirs avec acharnement, mais elle devait bien avouer qu'elle échouait lamentablement. Son esprit lui murmurait qu'il était bel et bien un inconnu, elle ne l'aurait certainement pas oublié si elle avait déjà eu affaire à un sorcier avec une carrure pareille, pourtant l'attitude qu'il adoptait envers elle semblait suggérer le contraire. Quand la situation avait basculée avec le Gryffondor, il n'avait pas hésité à intervenir aussitôt, et si elle n'aurait pas été étonnée de voir d'autres sorciers agir de la même manière, la Serdaigle savait qu'ils seraient retournés à leurs consommations depuis bien longtemps plutôt que de s'attarder comme il le faisait. Les disputes des élèves de Poudlard n'intéressaient personne, pourtant l'inconnu était toujours là, à attendre une réaction là où d'autres auraient abandonné depuis bien longtemps. Et il y avait le regard qu'il portait sur elle, cette bienveillance que l'on réservait uniquement à ceux qui avaient une importance, même infime. Il lui donnait l'impression de ne pas faire face à une simple inconnue. Elle avait le vague sentiment de ne pas être une étrangère parmi d'autres, mais l'inverse n'était pas pour autant vrai et c'était particulièrement déstabilisant pour la Serdaigle. En bonne représentante de sa maison, Mila n'était pas du genre à se résigner devant un échec, elle était parfaitement capable de consulter tous les grimoires de la bibliothèque pour obtenir des réponses à ses questions, mais cette fois-ci les moyens à sa disposition étaient bien limités. Seuls elle et le sorcier pouvaient dissiper ses doutes. Alors, elle ne pouvait pas s'empêcher de chercher désespérément une explication logique à tout ça, tenter de se rappeler si elle avait déjà croisé sa route ou entendu le son de sa voix, mais elle avait beau tourner la situation dans tous les sens, rien ne lui venait. Et ça semblait grandement amuser le sorcier. Il ne tentait même pas de le cacher, Mila pouvait le voir clairement. Abandonnant son sourire curieux, il arborait maintenant une expression un brin narquoise. Mila se demanda si elle devait se sentir curieuse ou vexée. Peut-être un peu des deux. « En fait si, il fallait que je le fasse... » Cette fois-ci un air sceptique se peignit sur les traits de l'anglaise. Elle haussa les sourcils, un peu surprise par la remarque de l'inconnu. Mila savait qu'elle ne devait pas juger les gens sur leurs apparences mais en voyant le sorcier elle n'avait pu s'empêcher de se dire qu'il était certainement le genre de personne à aller droit au but. C'était peut-être à cause de sa stature impressionnante, mais elle l'imaginait mal tourner autour du pot ou s'embarrasser de formules compliquées pour dire ce qu'il avait à dire. Pourtant sa réponse énigmatique venait de lui prouver le contraire. Mila le regarda sans comprendre. Il fallait qu'il l'aide ? Pourquoi cette mention d'obligation ? Ça n'avait aucun sens, ils ne se connaissaient pas, enfin elle ne pensait pas. « Une certaine personne n'aurait pas aimé qu'il t'arrive quoique ce soit. » S'il voulait plonger la Serdaigle dans la confusion alors il agissait à la perfection. Un instant, Mila se demanda sur qui elle pouvait bien être tombée. Si elle se sentait de plus en plus perdu, le sorcier, lui semblait bien s'amuser.

Loin de partager l’amusement de l’inconnu, Mila fronça les sourcils, maintenant qu’elle lui apportait toute son attention, elle pouvait déceler un léger accent dans sa voix. Presque imperceptible, il était néanmoins clair qu’il n’était pas anglais, du moins pas totalement. L’oreille habituée, la Serdaigle ne mit pas longtemps à reconnaître le timbre caractéristique des pays de l’Est, cependant elle n’aurait su dire lequel avec précision. Depuis six ans, elle s’était accoutumée à l’accent Russe et elle n’avait pas l’impression de le reconnaître, mais avec le bruit ambiant du bar et l’anglais parfait de l’inconnu elle pouvait se tromper. Cette idée fit aussitôt naître de nouvelles interrogations dans son esprit. Selon l’homme, ils avaient une connaissance en commun, quelqu’un qui ne souhaitait pas la voir blessée d’une manière ou d’une autre. Vu l’âge du sorcier il ne pouvait pas s’agir d’un de ses amis de Poudlard, alors, l’accent aidant, elle fit le lien avec les Silaïev. Cet homme faisait-il partie des relations de son père ? Avait-elle déjà croisé sa route en Russie sans pour autant le reconnaître maintenant ? Encore une fois, ça n’avait aucun sens, elle osait espérer que son géniteur ne voulait pas qu’il lui arrive du mal mais une simple altercation avec un camarade dans un bar ne rentrait certainement pas dans cette définition. Et puis cela voudrait dire qu’il avait parlé d’elle à quelqu’un d’autre, qu’il avait émis des inquiétudes et l’envie de la voir protégée. Alors qu’Ivan Silaïev n’avait pas levé le petit doigt quand elle se trouvait entre les griffes cruelles des Carrow. Mila voulait bien croire que son père souhaite la tenir à l’œil pour s’assurer qu’elle n’entachait pas encore plus son si précieux patronyme, mais s’assurer de son bien-être était totalement différent. Elle n’y croyait pas. Silaïev père avait bien d’autres préoccupations que le bonheur de sa fille bâtarde. Un léger rire coupa Mila dans ses réflexions. Elle releva le regard, déconcertée de voir que le son provenait du sorcier. Il n’était vraiment pas le genre de personne qu’elle imaginait avoir le rire facile. Tout comme son sourire précédent, son rire sonna étrangement à ses oreilles. Mais c’était peut-être parce qu’il semblait se moquer d’elle. « Je crois que tu connais déjà la réponse jeune fille. » Mila pinça les lèvres, se retenant de justesse de lever les yeux au plafond. Elle connaissait la réponse à sa question, ou du moins le croyait-elle, mais ce n’était pas pour autant que les choses étaient plus claires. Le sorcier paraissait grandement s’amuser de la situation, mais elle ne partageait pas son sens de l’humour. Même si elle percevait de la bienveillance dans son ton, elle avait le vague sentiment qu’il jouait avec elle. Sauf qu’il jouait à ses dépens et qu’elle n’avait pas les armes pour lui répondre. « Très perspicace, ça ne devrait pas trop m'étonner, je ne connais pas trop Poudlard, mais ont dit que les gens de ta maison sont les plus intelligents. » Ainsi il connaissait son appartenance aux Serdaigles. C’était une information qui avait dû lui parvenir de leur fameuse connaissance en commun car en cet instant, Mila n’arborait aucun signe de sa maison, pas d’écharpe rayée bleu et bronze, ni même un badge à sa poitrine. Elle aurait pu être dans n’importe laquelle des quatre maisons mais le sorcier n’avait pas hésité. Un instant elle se demanda si son père savait à quelle maison elle appartenait mais elle repoussa bien vite cette idée. Elle en doutait fortement, tout ce qui la concernait ne l’avait jamais intéressé. Complètement perdue, l’anglaise observa le sorcier s’assoir et commander un verre auprès du barman. Machinalement elle hocha la tête quand il lui demanda si elle voulait aussi une boisson et se retrouva avec une nouvelle bouteille de bièraubeurre sous le nez. Même assis l’inconnu avait une carrure écrasante, pourtant elle s’efforça de ne pas se laisser démonter. « Ce n'est pas pour autant qu'il faut vous sentir obligé de parler en énigmes. » Souffla-t-elle avec une petite moue, priant pour ne pas laisser transparaitre à quel point elle se sentait intimidée. A son tour, elle s’assit correctement sur son tabouret et porta son verre à ses lèvres. Elle fixa le sorcier, attendant après plus ou moins de patience qu’il se lasse de son propre jeu et réponde enfin à sa question. « Effectivement, je ne viens pas forcément en aide à la première inconnue que je croise dans les bars... » Mila haussa lentement les épaules. Elle avait vu juste mais il n’y avait pas vraiment de quoi s’en enorgueillir. Quand il ne tentait pas de sourire, l’inconnu n’avait pas l’air très rassurant. Mila devait bien avouer que si elle avait dû appeler à l’aide, ce n’aurait peut-être pas été vers lui qu’elle aurait naturellement choisi de se tourner.

« Disons que tu as de la chance que ta marraine m'a comme ami. » Avant que son verre ne touche ses lèvres, Mila s’arrêta dans son mouvement. Elle se tourna vers l’inconnu, le fixant sans masquer sa surprise. Sa marraine ? Iverna ? Elle secoua la tête, bien sûr qu’il devait parler d’Iverna, elle n’avait qu’une marraine. Et il s’agissait sûrement de la seule personne adulte qui se préoccupait de son bien-être. Aussitôt, les rouages se remettent en marche dans l’esprit de la bleue. Elle possédait enfin une information, mais pas toutes les réponses. « Je m'appelle Eliael. » Mila hocha doucement la tête, se retenant de justesse de lui demander pourquoi il chuchotait soudainement. Elle avait d’autres questions plus importantes, les futilités pouvaient attendre. Elle était soulagée de pouvoir enfin mettre un nom sur le visage du sorcier, elle savait qu’il pouvait tout à fait lui avoir mentit, mais ça avait quelque chose de rassurant de ne plus avoir à le considérer comme un inconnu. Comme si ça le rendait un peu plus humain à ses yeux. Elle nota son nom dans un coin de son esprit, mais prise d’un doute elle se garda bien de lui donner le sien. De toute façon, s’il connaissait Iverna, il devait déjà savoir le principal la concernant. « C'est quelqu'un de bien et je suis certains qu'elle n'aurait pas été ravie de voir quelqu'un s'en prendre à toi. » L’anglaise acquiesça machinalement. Comme à chaque fois qu’il était question de sa marraine, un léger sourire était apparu sur ses lèvres. Iverna était bien la seule à se préoccuper d’elle malgré la distance et les maigres occasions qu’elles avaient de se voir. Mila savait que si elle avait été là, la sorcière n’aurait pas hésité à intervenir non plus. Et dans ce cas, le Gryffondor ne s’en serait sûrement pas sortit avec une simple menace. Cette pensée agrandit le sourire de la Serdaigle. « Alors ? Étonnée ? Déçue que le mystère soit déjà levé ? » Mila releva le regard vers Eliael. Elle n’était pas déçue de son explication, s’il était ami avec sa marraine alors il s’agissait d’une personne de confiance et quelque chose disait à l’anglaise que, comme pour Iverna et son cynisme, elle devait simplement apprendre à voir au-delà de l’apparence impressionnante du sorcier. Elle se détendit un peu. « En fait je dirais que j'ai encore plus de questions maintenant. » En revanche elle était bien étonnée comme il le suggérait. Sa marraine ne lui avait jamais parlé de lui. Bien sûr, les moments qu’elles pouvaient passer ensemble étaient bien trop rares pour qu’elles passent leur temps à discuter des différents liens de l’auror, mais les noms de ses amis ou collègues revenaient parfois dans la conversation. Et Mila n’avait jamais entendu celui d’Eliael. Et puis, elle savait qu’Iverna n’était pas du genre à partager des informations sur sa vie privée facilement alors elle s’étonnait qu’elle ait parlé d’elle au sorcier. Elle ne doutait pas de l’affection qu’Ivy lui portait, mais elle la voyait mal montrer une photo de sa jeune filleule à n’importe qui. Alors si elle avait réellement parlé d’elle à Eliael, ils devaient partager un lien solide. « Vous dîtes que vous êtes un ami de ma marraine, mais elle ne m'a jamais parlé de vous » Lança-t-elle finalement avec calme. Elle observa le sorcier en silence, détendue malgré ses paroles. Au fond, elle avait du mal à croire les doutes qu’elle était en train d’émettre. Elle avait l’affreux sentiment de passer pour une ingrate mais la prudence avait toujours fait partie de son caractère. Même si elle n’en voyait pas les raisons, le sorcier pouvait parfaitement lui mentir. Beaucoup de jeunes sorcières avaient des marraines, son affirmation n’avait donc rien de risqué. Depuis le début de leur conversation il lui donnait l’impression de jouer avec elle, ne distillant les informations qu’au compte goute. Au final, il savait -ou avait déviné- sa maison et affirmait connaître Iverna, mais à aucun moment il n’avait prononcé son prénom ou celui de sa marraine, ou fourni la moindre preuve irréfutable que ce qu’il disait était bien la vérité. C’était assez pour mettre le doute dans l’esprit du moindre Serdaigle, et Mila faisait honneur à sa maison. « Alors comment je sais que vous me dites la vérité ? » Reprit-elle en penchant la tête sur le côté. Non, décidément elle ne croyait pas à ce qu’elle disait. Avec son air sombre et sa taille de géant, Eliael n’était pas l’image même du sorcier à qui on accordait sa confiance aveuglément, mais elle ne sentait aucune animosité de sa part. Au contraire, il dégageait une impression de bienveillance maladroite, cachée sous toutes les taquineries qu’il lui avait adressées. Au fond, Mila était surtout curieuse de voir sa réaction.
Gasmask





Revenir en haut Aller en bas
Eliael Xanielov
Consumed by the shadows
avatar
Hogsmeade
Maison/Métier : Chasseur de Prime
Célébrité : Danila Kozlovsky
Pseudo : Emi. Âge : 27 Parchemins : 848 Gallions : 790 Date d'inscription : 14/11/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2701-eliael-xanielov-be-the-best-ver http://www.mumblemumps.com/t2706-eliael-xanielov-je-suis-l-ombre-qui-te-suit-dans-la-nuit#72499 http://www.mumblemumps.com/t2707-letter-s-eliael#72509 http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


We all start as stranger
"L'esprit de méfiance nous fait croire que tout le monde est capable de nous tromper."
Février 2001
~ Mila & Eliael ~


E
liael devait bien l'avouer, il s'amusait comme un gosse devant les réactions multiples de la jeune fille. Ce n'était pas forcément son genre de tourner de cette manière autour du pot, quoique lorsqu'il s'agissait de torturer quelqu'un le sorcier pouvait se montrer extrêmement patient et savait prendre son temps pour obtenir les informations désirées. Là où certains auraient abandonnés et tués leur victime, Eliael était plus coriace et n'avait jamais abandonné jusqu'à obtenir les fameux aveux. Il y avait toujours quelque chose qui faisait craquer une personne il fallait seulement être patient. Sauf lui. Parce que jusqu'à sa sortie d'Azkaban il n'avait jamais rien eu à perdre, il n'avait jamais construit de lien solide avec qui que ce soit et de plus il avait un mental d'acier, il en fallait un pour faire tout ce qu'il avait fait et arriver tout de même à dormir la nuit malgré les cauchemars... Alors oui aujourd'hui il s'amusait, au dépend d'une simple jeune fille oui, mais il n'y avait rien de bien méchant et il comptait bien répondre aux questions qu'elle se posait. Il voyait les rouages de son cerveau se mettre en route tandis qu'il lui donnait les informations au compte-goutte. Il avait vue dans ses yeux cette petite étincelle qui voulait dire qu'elle avait trouvé une piste, mais il ignorait si c'était la bonne. Lorsqu'il commande à boire, il est tout de même étonné de la voir accepter et de s'asseoir avec lui. Il ne fallait pas être un fin observateur pour comprendre à quel point il l'impressionnait... Le courage... Ce n'était pas la qualité d'une autre maison de cette école de magie ? Pour ce qu'il en savait. Il sourit à sa phrase, mais n'ajoute rien et garde le mystère.

Il joue et cela ne lui est pas arrivé depuis longtemps surtout de cette manière aussi innocente. Alors il test sa patience, il répond à ses questions sans même se dévoiler complètement. Il sent l'agacement poindre et pourtant elle prend sur elle et garde le contrôle... Cela lui plait, cela lui rappel son propre contrôle qu'il a sur lui-même cette petite avait du potentiel, beaucoup de potentiel et Iverna pouvait en être fière, mais Eliael savait déjà que c'était le cas. Lorsqu'enfin il lâche la bombe et parle de sa marraine, il voit bien que la jeune serdaigle est totalement surprise et que donc ce qu'elle pensait quelques instants plus tôt devait être une fausse piste, le sorcier sourit davantage. Il décidait tout de même de lever le voile sur sa propre identité et lui donna son prénom. Car si elle avait envie d'aller vérifier la vérité, ce dont il ne doutait pas, il se disait que cela serait mieux ainsi. Elle reste silencieuse alors le hongrois la questionne, tente de la faire réagir, il n'était pas habitué à devoir faire la conversation tout seul, d'ailleurs c'était nouveau aussi, avant il ne faisait tout simplement pas la conversation ou alors très rarement, avec seulement certaines personnes... Le visage de Mahra et de ses nuits passées dans ses draps s'imposait à son esprit, il n'y avait pas eu qu'elle, mais même si aucun des deux ne posait jamais aucune question personnelle, ils en avaient passé du temps à discuter... C'était des choses qui resteront gravé en lui... Lorsque la jeune Mila retrouvait enfin sa langue, Eliael sourit de plus belle, il ne s'était pas attendu à moins de sa part. Est-ce qu'il pourrait répondre à tout ? Ça c'était une autre histoire. Il attendait, buvant une gorgée de son verre. Elle ne choisissait pas ses questions au hasard et ça, ça lui plaisait. Il avait horreur des femmes qui parlaient à tort et à travers cela avait tendance à le gonfler sérieusement. Ça manière d'agir éveillait donc totalement son intérêt.

"Je ne suis dans les parages que depuis cet été..." Répondait-il en haussant les épaules, comme si cela suffisait à expliquer pourquoi elle n'avait jamais entendu parler de lui. "Je ne suis pas un ami de très longue date, mais disons qu'Iverna a su être un réel soutient pour moi il y a deux ans." Et c'était tout ce qu'il dirait sur cette histoire, car il y avait des choses qui ne regardaient pas une jeune élève de Poudlard et si elle voulait en savoir plus il ne lui suffirait que de questionner sa marraine n'est-ce pas ? Lorsqu'elle reprend la parole, il sourit d'avantage, oui elle était une petite futée et Eliael ne lui en voulait pas le moins du monde de réagir de cette manière, lui plus que quiconque savait Ô combien il fallait savoir être prudent, surtout lorsqu'on était à peine majeur dans un monde qu'on ne connaissait pas si bien que ça. Il boit une gorgée de son verre tourne la tête vers elle et lui répond tout simplement. "Tu as raison, tu ne sais pas. Mais je pense t'avoir donné assez d'information pour que tu ailles la voir et lui parle de moi, je pense que tu auras très vite des réponses à tes questions." Lançait-il avec un clin d’œil tellement vif qu'il était quasiment invisible à l’œil nu, sauf pour un regard avertit. Il continu alors de boire son verre et ajoute finalement. "Mais ne t'inquiète pas, si j'avais voulu te faire du mal, déjà je n'aurais pas réagi à ce qui vient de se produire et je ne serais pas tranquillement là à te faire la conversation." Parce que oui quand Eliael avait une idée en tête il ne l'avait pas ailleurs et qu'en revanche pour ce genre de chose en générale il allait droit au but.

(c) Emi.


Revenir en haut Aller en bas
Mila V. Silaïeva
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle, deuxième année de GISIS en Zoomagie, préfète & membre des clubs d'astronomie et du 2ACM
Célébrité : Lily Collins
Pseudo : Barling Âge : 26 Parchemins : 3299 Gallions : 3398 Date d'inscription : 12/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t400-mila-it-s-always-darkest- http://www.mumblemumps.com/t1385-mila-you-know-what-they-say-about-hope http://www.mumblemumps.com/t1390-mila-hibouxbox http://www.mumblemumps.com/t2088-journal-de-mila

We all start as strangers
Eliael
feat.
Mila


 

 



 

 

Δ And then what ?

Peut-être qu’elle aurait dû s’inquiéter, Mila. Se méfier de cet inconnu aux allures de géant dont elle ne savait rien et qui semblait bien décidé à s’amuser de la situation. Il avait beau affirmer qu’il connaissait sa marraine, elle ne pouvait s’empêcher de se dire qu’Iverna ne verrait pas leur conversation d’un bon œil. Voir sa filleule s’assoir sans broncher avec un sorcier qu’elle ne connaissait pas ne serait certainement pas à son goût, qu’il fasse parti de ses amis ou non. Elle lui avait appris à se montrer prudente, à tout remettre en question et à ne pas accorder sa confiance à la légère. Et Mila se pliait à ses recommandations sans le moindre mal. L’anglaise se savait gentille et empathique, mais elle n’était pas une idiote facile à rouler, elle savait se montrer sur la réserve et jauger les situations qui se présentaient à elle. Pourtant elle avait accepté la présence d’Eliael à ses côté, parfaitement consciente qu’il pouvait lui raconter tous les mensonges qu’il voulait. Parce que, aux yeux de l’anglaise, il y avait une différence de taille entre entretenir une conversation et accorder sa confiance. Elle voulait bien croire le sorcier, avec tout de même quelques réserves, et discuter avec lui, mais ça ne voulait pas dire qu’elle accepterait de le suivre dans les rues de Pré-au-Lard les yeux fermés. Aux Trois balais, ils se trouvaient dans un environnement neutre et remplit de sorcier où Mila savait que le moindre regard affolé de sa part au barman suffirait à déclencher une alerte. La vérité c’était que malgré l’impressionnante carrure du sorcier et son air peu avenant au premier abord, la Serdaigle n’avait pas ressenti ce sentiment de danger qui pouvait lui plomber l’estomac quand elle se retrouvait face à un inconnu dont elle devait se méfier. Aucune alerte ne s’était déclenchée dans son esprit. Une petit voix lui avait soufflé de ne pas se montrer naïve, mais aucune ne l’avait pressé de fuir. Alors elle restait, curieuse d’en apprendre plus sur cet homme qui disait la connaître.

Alors, oui, Mila se sentait impressionnée, elle avait le vague sentiment qu’un simple regard du sorcier suffirait pour l’écraser, mais elle ne se sentait pas en danger. Elle ne savait pas si ça faisait d’elle quelqu’un de sensée ou de stupide. Ce n’était pas pour autant qu’elle comptait croire chaque parole d’Eliael les yeux fermés. Il avait beau sembler beaucoup s’amuser de la situation, la préfète, elle, avait bien l’intention de se montrer prudente jusqu’à ce qu’elle obtienne assez d’informations pour être convaincue de sa sincérité. Elle voulait des réponses à ses questions, rester dans le doute n’était pas une option envisageable aux yeux de Mila, surtout quand il s’agissait d’un sorcier qu’elle rencontrait pour la première fois. Elle n’était pas une Serdaigle pour rien. Alors elle posait des questions, recoupait les informations et soulignait les points qui lui semblaient étranges. Rowena serait fière, elle agissait en digne représentante de sa maison. S'il était vraiment un ami d'Iverna, et Mila savait à quel point sa marraine pouvait se montrer sélective dans ses relations, elle n'appelait pas n'importe qui un "ami", ce terme n'était jamais utilisé à la légère avec elle, alors pourquoi la Serdaigle n'avait jamais entendu parler de lui ? Ivy ne passait pas non plus des heures à tout lui raconter sur ses amis les plus proches, mais Mila avait appris à reconnaitre les noms qui revenaient souvent dans leurs discussions, or c'était la première fois qu'elle entendait celui d'Eliael. Sa défiance était légitime et elle n’avait aucune intention de s’en excuser. Mais elle ne croyait pas vraiment en ses doutes et le sorcier ne semblait pas outré par ses questions. Au contraire, il paraissait quelque peu satisfait, sûrement s’y était-il attendu depuis le début. Jouer sur le mystère était son choix, mais ça impliquait des questions. « Je ne suis dans les parages que depuis cet été... » Mila hocha lentement la tête. Au moins ça expliquait pourquoi elle ne l'avait jamais vu dans les parages avant. Mais ça ne répondait pas à tout. La Serdaigle attendit en silence, espérant que le sorcier continuerait à parler. « Je ne suis pas un ami de très longue date, mais disons qu'Iverna a su être un réel soutient pour moi il y a deux ans. » Quand les prunelles ambrées de Mila rencontrèrent celles d’Eliael, elle soutint son regard. Elle était à la recherche du moindre indice qui pouvait lui en apprendre plus sur lui et les mots du sorcier ne lui échappèrent pas. Il venait de prononcer le nom de sa marraine, Mila avait fait attention à ne pas le lui donner pour voir s’il la connaissait réellement. Tout comme elle ne lui avait toujours pas donné son nom. Elle ne doutait pas qu’il voyait clair dans son petit jeu mais ça ne la gêna pas, elle ne cherchait pas à le tromper, juste à s'assurer que l'inverse était également vrai. C’était un peu comme s’ils jouaient cartes sur table. Sauf que seul le dos des cartes était visible. Ça aurait pu être un jeu de dupe, mais Eliael semblait prêt à jouer dans les règles. Et le fait qu'il venait de prononcer le prénom d'Iverna était preuve de sa bonne volonté. Mila savait parfaitement qu'il l'avait fait exprès, tout comme lui était certainement conscient qu’elle voyait clair dans ses paroles.

Mila fit un rapide calcul. Deux ans plus tôt correspondaient à quelques mois après la guerre et la Serdaigle n’eut pas beaucoup de mal à s’imaginer que c’était dans le contexte de reconstruction qui avait suivi ces temps sombres qu’Eliael et Iverna avaient fait connaissance. C’était plutôt logique, Iverna était auror et malgré son emprisonnement à Azkaban pendant le règne de la terreur de Voldemort, elle avait certainement joué un rôle dans l’accompagnement de nombreux sorciers entrainés dans cette guerre. Malgré tout ça n’indiquait pas à l’anglaise quel avait été le contexte exact de leur rencontre. Eliael avait-il fait partie de ces sorciers injustement emprisonné, avait-il réclamé vengeance auprès du Ministère après la perte d’un être cher, avait-il dû répondre de ses actes pendant cette période noire ? Les questions ne cessaient d’affluer dans l’esprit de Mila, mais cette fois-ci elle sentait qu’elle ne gagnerait rien à les poser. L’après-guerre était un sujet délicat pour tous les sorciers, peu importe la situation qui avait été la leur pendant cette période. Elle pouvait voir dans le regard d’Eliael que ces questions seraient mal reçues. Il ne tarda pas à confirmer ses doutes. « Tu as raison, tu ne sais pas. Mais je pense t'avoir donné assez d'information pour que tu ailles la voir et lui parle de moi, je pense que tu auras très vite des réponses à tes questions. » Mila leva les yeux au plafond. Ça ce n’était vraiment pas du jeu. Si Eliael connaissait réellement Iverna il saurait qu’elle n’était pas du genre à répondre à toutes les questions. Qu’elles soient posées par sa filleule ou non. Mila comptait bien lui parler de cette rencontre, ne serait-ce que pour effacer ses derniers doutes et s’assurer que le sorcier ne la roulait pas dans la farine depuis le début de leur rencontre, mais elle savait qu’elle n’obtiendrait pas forcément plus de réponses à ses questions. L’anglaise fronça légèrement les sourcils. Eliael venait-il réellement de lui adresser un clin d’œil ou avait-elle rêvé ? C’était comme pour son rire précédent, il semblait tellement impressionnant aux yeux de la Serdaigle qu’elle ne parvenait pas à l’imaginer se détendre. C’était une idée qui ne collait pas avec l’image qu’il renvoyait. Pourtant il s’amusait, encore et toujours. Mila aurait pu en rire, elle aussi, si ça n’avait pas été à ses dépens. « Mais ne t'inquiète pas, si j'avais voulu te faire du mal, déjà je n'aurais pas réagi à ce qui vient de se produire et je ne serais pas tranquillement là à te faire la conversation. » L’anglaise lança un long regard au sorcier. Elle haussa un sourcil quelque peu perplexe et se détourna pour prendre une gorgée de sa bièraubeurre. « Je ne suis pas inquiète. » Lança-t-elle sans attendre d’un ton détaché. D'accord ce n'était peut-être pas l'entière vérité, mais ce n’était pas non plus un mensonge. L’idée que le sorcier n’ait pas que des bonnes intentions à son encontre lui avait traversé l’esprit, mais comme il le soulignait si bien le comportement qu’il avait avec elle depuis le début de leur rencontre lui avait fait repousser cette idée. Il semblait trouver leur rencontre bien trop amusante pour être une réelle menace et la manière dont il la regardait n'avait pas grand chose d'alarmant. Pourtant, Mila le savait, il suffirait d’un rien pour que la peur n’afflue et s’empare de tout son être. Le sorcier faisait facilement plusieurs têtes de plus qu’elle, il était bâtit comme une armoire à glace et rien que son regard sombre imposait le respect. Eliael n’avait pas grand-chose de rassurant, si ce n’était sa manie de la faire tourner en bourrique. Mais ça, la Serdaigle n’allait certainement pas le lui avouer. « Et je n’appellerais pas ça faire la conversation, en fait j'ai plutôt l'impression que vous évitez la conversation. » Ajouta-t-elle de ce même ton tranquille, comme si elle se contentait de lui exposer une théorie qu’elle venait d’étudier en cours. Depuis le début il ne répondait pas vraiment à ses questions et ne prenait pas la peine de balayer ses doutes, elle ne pouvait pas le laisser imaginer que cette situation lui convenait. « Mais je suppose que vous allez me dire que tout ça c'est juste une histoire de point de vue. » Lâcha-t-elle avec une résignation qu’elle était pourtant loin de ressentir. En fait, Eliael semblait aussi douée pour éviter de répondre aux questions, que Mila était capable d’en formuler. Il avait toutes les réponses qu’elle cherchait, mais il ne voulait pas les lui donner, et pour une Serdaigle c’était particulièrement frustrant. Pourtant elle savait qu’elle ne pourrait pas le forcer à lui parler. Ne serait-ce parce qu’il faisait au moins deux têtes de plus qu’elle, justement.

Reposant son verre à moitié vide sur le bar, Mila jeta un coup d’œil à Eliael. L’espace d’un instant elle se demanda quelle image ils pouvaient bien renvoyer aux autres sorciers présents dans le bar. L’élève de Poudlard frêle et pas impressionnante pour un gallion et le sorcier à l’allure de boxeur qui pouvait faire taire n’importe qui d’un simple regard. Ils devaient sûrement former un duo bien étrange, Mila ne dirait pas le contraire. « Vous prenez vraiment cette image de gros dur secret au sérieux hein ? » Demanda-t-elle avec une pointe d’ironie dans la voix. Elle réprima un sourire. Elle se moquait gentiment de sa manie d’éviter les questions et de répondre par énigme. Même s’il ne cherchait pas à se donner de genre particulier c’était raté. En agissant comme il le faisait il semblait au contraire cultiver une image bien particulière de sorcier à ne pas chercher. « Ça ne me paraît pas très juste que vous en sachiez autant sur moi alors que je ne sais rien sur vous. » Lança-t-elle finalement en haussant les épaules. Au fond, elle ne savait pas réellement ce qu’il connaissait d’elle. Peut-être en savait-il moins qu’elle ne le pensait. Elle avait déjà été étonnée d’apprendre qu’Iverna lui avait parlé de sa filleule. Elle savait que l’affection de sa marraine était sincère, mais elle avait du mal à l’imaginer discuter d’elle avec ses amis. Elle se demandait un peu ce que la sorcière avait bien pu raconter à son sujet. Mila doutait qu’Iverna ait raconté les détails de son existence au sorcier, mais c’était perturbant d’ignorer ce que Eliael savait d’elle ou non. Elle aurait voulu le presser de questions, mais elle doutait d’obtenir des réponses satisfaisantes. « Vous devriez pourtant savoir que les membres de ma maison sont plutôt curieux. » Conclut-elle en levant un sourcil dans la direction du sorcier. Elle ne lui donnait toujours aucune réelle information sur elle, elle savait qu’il les possédait déjà de toute manière. Mais maintenant, elle aussi ça l’amusait un peu.
Gasmask





Revenir en haut Aller en bas
Eliael Xanielov
Consumed by the shadows
avatar
Hogsmeade
Maison/Métier : Chasseur de Prime
Célébrité : Danila Kozlovsky
Pseudo : Emi. Âge : 27 Parchemins : 848 Gallions : 790 Date d'inscription : 14/11/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2701-eliael-xanielov-be-the-best-ver http://www.mumblemumps.com/t2706-eliael-xanielov-je-suis-l-ombre-qui-te-suit-dans-la-nuit#72499 http://www.mumblemumps.com/t2707-letter-s-eliael#72509 http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


We all start as stranger
"L'esprit de méfiance nous fait croire que tout le monde est capable de nous tromper."
Février 2001
~ Mila & Eliael ~


L
e sorcier devait bien l'admettre il s'amusait beaucoup plus que ce qu'il n'aurait cru. Même si c'était au dépend de la jeune filleul d'Iverna. Parce qu'il avait déjà la sensation de la connaître, parce qu'elle était une enfant proche d'une personne qui lui était elle-même proche... Il avait l'impression de pouvoir être lui-même, de ne pas avoir à jouer de faux semblant, il se montrait tel qu'il était même s'il gardait volontairement une part de mystère. Mais ses sourires étaient sincères et étrangement il avait cet instinct protecteur envers la jeune femme qui lui venait naturellement. Il aurait pu arriver n'importe quoi à la jeune étudiante devant lui, il sait qu'il serait intervenu qu'importe ce qu'il lui en couterait. Il aimait bien cette gamine, il lui avait toujours fallu peu de temps pour se faire une idée d'une personne et cette Mila gagnait à être connue ! Il savait qu'avec sa carrure il pouvait effrayer pas mal de monde que ce soit des êtres plus jeunes ou plus âgé, mais malgré tout... Ce n'était pas de la peur qu'il pouvait lire dans le regard de la jolie petite serdaigle... Non, il y avait une intelligence folle, de la curiosité, un brin de méfiance, mais pas de peur... Il n'avait tout de même pas pu s'empêcher de la rassurer juste au cas où. Pour la mettre plus ou moins sur la voie de ses intentions même s'il était évident qu'il ne lui dirait pas tout, elle allait devoir aller voir sa marraine si elle voulait des réponses... La réaction de Mila attira l'attention du sorcier qui ne s'attendait vraiment pas à cela et lorsque sa réponse fusa, un léger rire s'échappait des lippes d'Eliael, oui vraiment cette gamine lui plaisait et elle avait du cran. Etait-ce vrai ? N'était-elle pas inquiète ? En tout cas elle le cachait bien et elle venait de lui tenir tête, si cette fille n'était pas prédestinée à de grandes choses il n’y comprenait rien... Lorsqu'elle reprit la parole, les lippes d'Eliael s'étirait encore plus, bon sang, personne ne l'avait amusé et fait sourire à ce point depuis bien longtemps... Pour toute réponse il haussait les épaules, de toute façon elle se répondait déjà elle-même...

"Tu as tout compris jeune fille." Lâchait-il d'un ton léger avant de boire une nouvelle gorgée de son verre. Non il ne comptait pas desserrer les dents et lui dire tout ce qu'elle voulait savoir, il trouvait cela bien plus amusant comme ça. Et puis il devait bien avouer qu'il s'amusait aussi déjà de la réaction d'Iverna en apprenant ce qu'il avait fait. Le silence entre eux s'installe un instant, continuant de boire simplement son verre, il sent le regard de la jeune fille posé sur lui, il sait que les questions défilent dans sa tête, mais chaque chose en son temps. Lorsqu'elle reprend la parole, c'est au tour d'Eliael de lever un sourcil avant de tourner le visage vers elle. Venait-elle d'oser se moquer de lui ? Après tout c'était de bonne guerre n'est-ce pas ? N'était-ce pas ce qu'il faisait déjà depuis plusieurs minutes ? "Cela évites aux personnes trop curieuses de poser des questions." Répondait-il dans un demi sourire qui laissait alors transparaitre le sous-entendu dans sa phrase. Quand elle reprend encore une fois la parole il sourit de nouveau, elle allait finir par le dérider complètement si cela continuait. "La vie n'est pas toujours juste..." Commençait-il avant de marquer une pause et de boire une gorgée, signe qu'il ne comptait pas tomber dans le panneau et lui dire tout ce qu'elle désirait savoir. "Mais je te fais confiance pour chercher les réponses à tes questions n'est-ce pas ? Fais tout de même attention là où tu mettras ton nez." Disait-il dans une mise en garde, car Eliael n'avait pas forcément que des amis. "Et la curiosité est un très vilain défaut miss Silaïeva." Lâchait-il finalement, lui lâchant une dernière petite information, oui il connaissait son nom. Prenant son verre dans sa main, il le finissait d'une traître, le reposant sur le bar, payant ensuite leurs deux verres et laissant quelques gallions comme pourboire. Il se lève et s'approche de la jeune élève venant murmurer à son oreille. "Ceci dit, ce défaut n'est pas si grave s'il est accompagné d'une certaine vertu... La patience." Lâchait-il fier de lui. Il posait un regard doux finalement sur elle. Se demandant s'il ne devrait pas la raccompagner, mais il n'allait pas se transformer en papa poule n'est-ce pas ? Il se contentait alors d'un "Fais attention sur le trajet du retour. A bientôt." Parce qu'il était certain qu'ils allaient bien finir par se recroiser. Un dernier petit sourire pour la route et il la laissait planter là avec ses questions et sa frustration tout en sachant qu'elle finirait bien par avoir des réponses...

(c) Emi.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
We all start as strangers ϟ Eliael
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» start again, le 26/01/2012 à 1h05
» Are you ready boots ? Start walkin' ! [D8]
» Just to start shit [Libre]
» The funny thing about a strong woman is that she doesn't need you... She wants you. And if you start slacking she'll be content without you. ~ Kanon.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: SAISON 2-
Sauter vers: