Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
Willa Lundgren
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : Première année de GISIS, en Sciences Occultes. Anciennement en Médecine Magique.
Célébrité : Aurora Aksnes
Pseudo : from the morgue Âge : 20 Parchemins : 1250 Gallions : 1029 Date d'inscription : 01/12/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t703-it-was-a-lie-when-they-smiled-wi http://www.mumblemumps.com/t748-the-great-beyond-w-l http://www.mumblemumps.com/t746-lundgren-w-tell-me-everything

WAKE THE DEAD
andreï dimitrov & willa lundgren

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La fin de la quarantaine. Quelques jours plus tôt, ceux enfermés depuis des mois avaient été libérés et Willa ignorait si elle devait s’en réjouir ou non. Elle est un peu perdue, en réalité. Quand la nouvelle a été annoncée, elle s’est sentie plutôt bien, heureuse. Elle a tout de suite senti la tension qui régnait depuis des semaines dans les couloirs s’apaiser un peu. Après tout, certains avaient leurs amis enfermés, des proches. Par chance, il n’y avait personne de son cercle très fermé qui avait été enfermé dans les cachots. Bien sûr, des gens qu’elle connaissait, il y en avait, mais elle n’a pas vraiment eu de difficultés à gérer, car ils n’étaient pas forcément proches ou l’avaient été seulement dans le passé. La Suédoise est à la bibliothèque, tentant de travailler comme elle le peut, alors que cette grande nouvelle est encore sur toutes les lèvres. Les murmures commencent réellement à l’agacer et le bibliothécaire semble être d’accord avec elle quand il vient demander aux élèves à la droite de la jeune femme de parler moins fort et de se concentrer sur leurs devoirs respectifs. La blonde leur lance un regard noir, puis termine par ramasser ses affaires pour partir. Déjà que sa concentration est moindre ces derniers jours, si c’est pour qu’elle y arrive encore moins, même à la bibliothèque, ça ne sert à rien de s’acharner à réviser. Willa salue la bibliothécaire d’un signe de la tête, et sort de la pièce. Parfois, elle déteste vraiment les élèves. Pas étonnant qu’elle ne soit pas beaucoup entourée, même si ça va un peu mieux à ce niveau-là, il faut l’avouer. Bon, elle a autre chose en tête que ses devoirs, vraisemblablement. Non pas que la nouvelle filière qu’elle suit cette année ne lui plaise pas – c’est tout le contraire, même, elle s’y sent parfaitement bien – mais depuis la fin de la quarantaine, elle a un peu de mal. Elle ignore pourquoi, mais elle trouve cela frustrant de ne pas réussir à se concentrer, elle qui a toujours très bien géré ses cours. Elle lâche un soupire, puis fonce vers la salle commune de Serpentard, prudente. Prudente parce qu’elle ne fait plus du tout confiance aux escaliers depuis qu’elle s’est salement rétamée quelques mois plus tôt. La Serpentard est soulagée quand elle voit qu’ils ne l’emmèneront pas valser aujourd’hui. Tout est calme, heureusement. Elle se dépêche un peu et une fois qu’elle a atteint la salle commune, elle se dirige vers les dortoirs. Lançant quelques regards pour scruter la pièce, elle aperçoit Andreï.

Cela fait des mois qu’elle ne l’a pas vu. Elle l’a à peine aperçu en quarantaine, le peu de fois où elle y est allée lorsqu'elle était de vigueur. Elle ne dit rien, et entre dans ses dortoirs pour poser ses affaires. Il est assez tard dans la journée, et la plupart des élèves sont déjà installés dans la Très Grande Salle pour dîner. Il allait falloir qu’elle se dépêche un peu. Pourtant, alors qu’elle allait redescendre les escaliers qui mènent dans la salle commune, elle hésite. Willa et Andreï, c’est loin, très loin d’être une histoire d’amitié et « très loin », c'est encore gentil. C’est plus une histoire de haine, à ce stade, même si les choses semblaient s’être calmées avant qu’il ne rentre en quarantaine. Ils avaient réussi à parler, à s’échanger quelques mots, sans qu’il termine par se montrer violent, comme il faisait habituellement. Du coup, là, elle hésite un peu à lui parler. De toute façon, elle lui dirait quoi ? « Salut, ça s’est bien passé en quarantaine ? » ? Non, clairement pas. Vu l’attitude de certains qui sont revenus, elle doute que les choses aient été simples dans les cachots. Est-ce qu’il a changé ? Elle en doute, mais ça ne date pas de maintenant. Elle aussi a changé, après tout. Willa s’approche du feu qui crépite dans la cheminée, frileuse, et lui lance un regard discret. Après tout, elle a quand même approuvé quand Sakura a dit qu’il avait sa place en quarantaine. Elle espère bien qu’Andreï ne saura jamais qu’elle a été d’accord avec la japonaise. « Ça doit faire du bien, la liberté. » Super approche, Willa, félicitations. Elle fixe la cheminée, lui faisant dos. Elle a un peu de mal à le regarder dans les yeux. La liberté, c'est un peu vite dit. Vu les choses mises en place par le Ministère, elle doute que les choses s'arrangent. « En espérant que vous arriverez tous à vous remettre de tout ça. » Elle pense à tous ceux enfermés, même s’il est le seul présent ce soir-là. Willa ne sait pas comment il vit la chose, elle n’a pas cherché à savoir. Elle n’ose pas forcément lui dire les choses personnellement, alors elle généralise le tout. Tant qu’au final, elle ne se prend pas un coup dans la figure, tout lui va.
made by black arrow


A little piece of heaven.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Andreï Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : Serpentard, 9ème année en Politique Magique
Célébrité : Stephen James
Pseudo : Loupiotre Âge : 31 Parchemins : 768 Gallions : 125 Date d'inscription : 17/11/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
80/100  (80/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t632-like-a-russian-party-andrei#1147 http://www.mumblemumps.com/t2363-andrei-you-are-on-your-own-lost-in-the-wild-so-come-to-me-now http://www.mumblemumps.com/t1752-les-courriers-d-andrei

WAKE THE DEAD
andreï dimitrov & willa lundgren

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Tu étais dehors. Tu passais ton temps à l’extérieur du château dès que tu le pouvais. La pluie, le vent, la température. Rien n’y faisait. Tu pouvais y rester des heures. Sentir l’air te fouetter le visage, c’était un trésor précieux que tu n’avais jamais su apprécier. Jusqu’à présent. Jusqu’à ce qu’on t’enferme dans cette putain de prison où vous avez subi tous les tests possibles. Examens qui n’avaient servi à rien. Pas même l’ébauche d’un comprimé pour calmer vos nausées, vertiges ou migraines. Rien. Seulement la terrible certitude que vous n’étiez pas contagieux puisque la maladie continuait en dehors des murs de vos cachots. Que vous étiez toujours un peu plus nombreux à vous retrouver enfermés. A des stades différents mais un seul constat : votre magie partait en couille. Tes cours s’étaient terminés tôt aujourd’hui. Comme depuis plusieurs, tu avais observé Pandore dans l’ombre jusqu’à ce qu’elle s’enferme dans sa salle commune. Dès lors, tu parties dans le parc. Il pleuvait. Des trombes d’eau avaient coulées sur tes vêtements, sur tes cheveux, ta nuque. Une voix avait hurlé mais tellement perdu dans tes pensées que tu n’y avais même pas prêté attention. Une main t’avait brusquement saisie le bras pour attirer ton attention. Un mouvement de recule, de défense jusqu’à ce que tu aperçoives le visage d’un adulte, d’un auror semblait-il être. Il te congédiait. T’ordonnait de rentrer avant d’avoir une pneumonie. Qu’est-ce que tu en avais à branler. Une pneumonie alors que tu perdais tes pouvoirs magiques, ça te passe à mille lieux au-dessus de la tête.

Trempé jusqu’à l’os t’avait même pas moyen de te sécher avec ta baguette. T’étais même plus fichu de lancer ce type de sortilège… Tu avais un peu gardé la main en potions, mais quand il s’agissait d’utiliser ton catalyseur magique, c’était terminé. Un frisson parcourut ton échine. Le dégout de toi ou le froid ? Tu ne préférais même pas répondre à cette interrogation qui venait s’installer dans ton esprit. Tu regagnais ta salle commune sous le regard intrigué de certains de tes camarades. La plupart te prenait déjà pour un fou à éviter. Un fou qui plus est malade à présent, c’était encore pire. Aigri, tu t’amusais pourtant à leur lancer des regards noirs rien que pour les emmerder. Pour voir la crainte s’éveiller au fond de leurs yeux. Tu avais toujours cette forme de pouvoir, et quelque part, ça te rassurait.

Dans les dortoirs tu prenais le temps de passer par la salle de bain pour tenter de te réchauffer sous la douche. L’eau brûlaient ta chair mais tu restais une coquille vide. Froide au plus profond de ton âme. Tu passais des vêtements propres. La majorité des élèves étaient à présent en train de manger. Mais tu n’avais pas faim. Comme bien souvent ces derniers temps. Alors tu prenais place dans un fauteuil vide près de la cheminée. Car tu étais toujours aussi gelé qu’avant ta douche. Cela n’y avait rien changé. Tu ne prêtais pas attention aux personnes qui allaient et venaient. Fixant les flammes, le regard, les pensées, le coeur ailleurs. Perdu dans un univers lointain dont tu avais perdu le chemin. Quand une silhouette s’approche de la cheminée, tu relèves les yeux. Avec cette couleur de cheveux, tu reconnais rapidement la Serpentard que tu n’as pas vu depuis des mois maintenant. Ton regard se rive à sa nuque alors qu’elle commence à te parler. « Ça doit faire du bien, la liberté. » Un rire s’échappe d’entre lippes. Liberté. Un bien grand mot. Tu ne t’es jamais senti aussi prisonnier qu’à présent. Tu étais épris de liberté. On t’avait offert une liberté factice en sortant des cachots. Plus de magie. Dénoncé à la vue de tous.« En espérant que vous arriverez tous à vous remettre de tout ça. » Ton regard ne la lâchait plus. Parce que c’était la première à te parler en dehors de tes proches habituels. Parce que tu aurais pu t’attendre à tout le monde, mais à Lundgren ? Tu avais passé ta jeunesse à l’emmerder par principe. Juste pour défendre Lou. Sans aller plus loin que ce simple constat. Sans chercher à la connaitre. Pourtant peu de temps avant d’être séquestré, vous aviez échangé un peu. De façon presque normal. Une parenthèse dans cette hargne que tu lui avais toujours offert.

Et maintenant ? Que voulais-tu lui donner à cette main tendue ? Le monde partait en couille. Parfois tu te disais que tu serais mieux mort. Mieux valait être mort que de devenir un déchet de la société. Que d’attiser la pitié comme Lundgren semblait la ressentir à ton égard en cet instant. « Ce n’est rien de plus qu’une prison plus grande. Maintenant on est juste tous enfermés ensemble. » Amer constat alors que tu étudies un instant le profil de son visage délicat. Des images te reviennent. Combien de fois l’avais-tu rejetée contre un mur ? Combien d’autres fois tu avais encerclé sa gorge de ton assassine ? « Dis moi, Lundgren, ton mec, il est fidèle ? » Tu la fixes, toujours. Le crépitement du feu ponctuant ta question soudaine. Complètement inattendue. Pourtant toi, elle a fait son chemin. Après tout, n’est-ce pas l’un de ceux qui a trainé Pandore un soir avec un autre Gryffon ?
made by black arrow


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Comme Une Ombre
Je serai l'accident sur le bord de ta route. La larme du poison cachée entre les gouttes. Le joueur de pipeau qui fait danser les serpents. Je serai comme une ombre à chacun de tes pas. Comme une maladie qui frappe et qui s'en va.


Mum Awards #1:
 

Mum Awards #2:
 
Revenir en haut Aller en bas
Willa Lundgren
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : Première année de GISIS, en Sciences Occultes. Anciennement en Médecine Magique.
Célébrité : Aurora Aksnes
Pseudo : from the morgue Âge : 20 Parchemins : 1250 Gallions : 1029 Date d'inscription : 01/12/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t703-it-was-a-lie-when-they-smiled-wi http://www.mumblemumps.com/t748-the-great-beyond-w-l http://www.mumblemumps.com/t746-lundgren-w-tell-me-everything

WAKE THE DEAD
andreï dimitrov & willa lundgren

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Willa n’a jamais été du genre à parler pour ne rien dire. Quand elle se lance dans une conversation, c’est pour des raisons bien précises ou à la limite, parce qu’elle apprécie la personne en face d’elle. Pourtant, là, il n’y a aucune raison pour qu’elle parle avec Andreï. C’est sans arrières pensées qu’elle lui a parlé. Elle sait bien que les choses ne vont pas être simples, que ce soit pour lui ou pour les autres qui sont sortis de quarantaine. Elle n’aime pas Dimitrov. Elle n’a jamais pu le voir. Après tout, il a été violent avec elle uniquement parce qu’il est proche de Alexandra et que celle-ci et la Suédoise étaient en conflit pour Kamen, et pas qu’un peu. C’était gratuit, tout bonnement gratuit, cette violence. Elle a eu mal, elle a eu des traces, des bleus, mais elle n’a jamais rien dit. Elle est loin d’avoir envie de se le mettre de nouveau à dos en parlant de cela à quelqu’un et qu’il l’apprenne pas la suite. Elle devrait, pourtant. Elle ose à peine s’imaginer le jour où il apprendra qu’elle a parlé, si elle le fait. Si la Serpentard sait se défendre avec les mots, quand il s’agit des poings, c’est une autre histoire. La violence, c’est pas du tout son truc, d’où le fait qu’elle ait un peu de mal à se défendre. Elle espère réellement qu’Andreï ne va pas lui hurler dessus ou être violent. Elle ne voit pas trop pour quelle raison il en viendrait à ce stade, mais c’est une éventualité qu’elle ne peut pas nier. C’est arrivé beaucoup trop de fois dans le passé pour qu’elle ignore cette possibilité. Willa sent son regard sur elle, et elle est mal à l’aise. Sa peau rougit à une vitesse dingue. Elle respire un bon coup. « Ce n’est rien de plus qu’une prison plus grande. Maintenant on est juste tous enfermés ensemble. » La blonde soupire, en lui lançant un regard. Quand elle rencontre le sien, elle ne peut s’empêcher de frissonner, bien qu’elle soit pourtant proche de la cheminée. Elle a un peu de mal avec cette vision des choses, mais elle ne peut tenter que de comprendre. Elle n’a pas été enfermée en quarantaine, elle. Elle n’a pas vraiment son mot à dire, rien ne doit être plus pareil pour lui. Enfin, c’est ce qu’elle imagine. Elle ne peut que faire ça, la Suédoise. Imaginer. C’est compliqué, certes, mais elle n’a pas vraiment de meilleure solution. Elle se retourne vers Andreï. « Dis moi, Lundgren, ton mec, il est fidèle ? » Willa écarquille les yeux. C’est quoi cette question, exactement ? Puis, comment est-il au courant ? Elle s’en fiche bien qu’il le sache, ça fait un moment qu’ils sont ensemble et que ça se sait. Elle fait un pas en arrière, le fixant comme il la fixe.

Il a changé de sujet beaucoup trop vite à son goût. La Serpentard tente de comprendre le pourquoi du comment, de faire un lien entre y et x dans sa tête, mais rien ne vient. Où veut-il en venir, par Merlin ? « Qu’est-ce que tu racontes, Andreï ? » Sa voix est calme, bien qu’un peu tremblante. C’est demandé avec douceur, sans provocation. Elle sait comment il fonctionne. Elle tente au mieux de se contenir, alors qu’au fond, elle bouillonne. La blonde tente de se reprendre et s’avance vers le canapé, pour s’y installer, se rapprochant à peine de lui. Elle ne tentera pas le diable aujourd’hui. Elle continue de regarder Andreï, se refusant de baisser le regard face à lui, tout de même. « Je ne vois pas en quoi il ne serait pas fidèle. » Willa ne bluffe pas. Elle a une totale confiance en Flynn, et jamais elle n’avait pensé pouvoir accorder sa confiance complète à quelqu’un. Elle le connait assez pour savoir que l’infidélité, ce n’est pas son truc. Cela ne lui avait jamais effleuré l’esprit. Pourtant, là, Andreï réveille une peur chez la jeune femme qui n’existait pas auparavant. Et si… Non. Non, rien de tout ça. Il n’a pas le droit de la faire douter ainsi. Pas quand il ne sait rien de leur relation. Elle non plus n’a pas le droit de se laisser prendre au jeu. Andreï sait comment la déstabiliser et il vient de trouver un de ses points faibles. La peur. Cette putain de peur qui fait qu’elle ne s’attache jamais aux gens. Mais Flynn… Tout est différent. Tout. Non, elle ne peut pas laisser Dimitrov faire ça. « J’ai loupé quelque chose pour que tu me balances ça ? Comment tu l’as appris, exactement ? Je m’en fous hein, que tu le saches. Ce n’est pas comme si on se cachait, Flynn et moi. Dis-moi juste où tu veux ne venir, Andreï… s’il-te-plait. Je ne comprends pas. » Sans faire attention, elle a un peu haussé le ton. Frustrée, Willa a tenté de se rattraper à la dernière minute pour être polie mais elle doute que ça fonctionne avec lui. Elle veut juste comprendre pourquoi il est entrain de la faire douter, involontairement ou pas, pourquoi il lui parle de sa relation avec Flynn, comme ça, d’un coup. La Suédoise croise les bras, et parce qu’elle sait qu’elle a un peu perdu dans le fond, elle baisse les yeux, se mordant la lèvre inférieure. Mais merde, Willa, c’est pas possible ; Relève la tête. Elle soupire, et lève de nouveau les yeux vers lui. Elle ne sait pas ce qu’il veut. Ça l'angoisse.
made by black arrow


A little piece of heaven.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Andreï Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : Serpentard, 9ème année en Politique Magique
Célébrité : Stephen James
Pseudo : Loupiotre Âge : 31 Parchemins : 768 Gallions : 125 Date d'inscription : 17/11/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
80/100  (80/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t632-like-a-russian-party-andrei#1147 http://www.mumblemumps.com/t2363-andrei-you-are-on-your-own-lost-in-the-wild-so-come-to-me-now http://www.mumblemumps.com/t1752-les-courriers-d-andrei

WAKE THE DEAD
andreï dimitrov & willa lundgren

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Est-ce la pitié qui l’a attiré à toi ? C’est un sentiment que certains élèves semblent éprouver à ton égard. A votre égard à tous, vous les malades, les pauvres sorciers privés de pouvoir. La maladie avait frappé de façon aléatoire. Les Sang-Pur comme les plus souillés. Tu n’avais aucune explication à cela mais la pitié, tu n’en voulais pas. Voir la Serpentard à tes côtés te parait presque étrange après tout ce que tu lui as fait subir. Venait-elle se satisfaire de ta situation sans le montrer ? Elle pourrait. Les places seraient inversées que tu ne te gênerais pas. D’ailleurs certains tentent déjà d’en profiter. Tu n’as jamais semer la paix et l’harmonie sur ton chemin. Tu as plus d’un ennemi dans ce maudit château pour avoir répandu les querelles. T’as toujours aussi froid, le feu à beau ne pas être loin, c’est comme si tu étais mort. Lorsque tu réponds, elle soupire. Tu vois ses lippes laisser le souffle s’échapper d’entre elles. Tu observes, son profil. Jusqu’à ce que ton regard rencontre le sien. Elle n’est pas à l’aise. Tu te demandes un instant si elle te craint encore. Si c’est simplement la peur d’être contaminé en étant non loin de toi. Un mélange peut-être ?

Sans détour, ta question a fusé dans les airs. Un plaisir malsain qui semblait endormi s’éveille en toi alors que tu vois les trait de son visage laisser toutes les émotions possible. Elle te fixe, les yeux perdus devant cette demande qui sort de nul part. « Qu’est-ce que tu racontes, Andreï ? » Tu doutes. T’as l’impression de la déstabiliser. T’es encore capable de ça dans ton état pitoyable ? Elle ne doit même pas se rendre compte de ce qu’elle éveille. Cette confiance étouffée. Ce besoin de dominer, de terroriser. Tu la regardes se déplacer. Tu éveiller chez elle une curiosité ? Une crainte ? « Je ne vois pas en quoi il ne serait pas fidèle. » Tes yeux ne la lâchent pas. « J’ai loupé quelque chose pour que tu me balances ça ? Comment tu l’as appris, exactement ? Je m’en fous hein, que tu le saches. Ce n’est pas comme si on se cachait, Flynn et moi. Dis-moi juste où tu veux ne venir, Andreï… s’il-te-plait. Je ne comprends pas. » Ta carcasse semble lentement reprendre vie alors que tu te redresses alors qu’elle s’installe à distance. « On m’a raconté qu’il avait passé une nuit sur le terrain de Quidditch avec… » Tu butes sur le mot. Tu allais dire ‘ma’ copine. Mais elle ne l’était plus. Elle t’ignorait farouchement. « On m’a dit qu’il était avec Pandore et un autre Gryffondor. Qu’ils avaient l’air de bien s’amuser… » Tu sais que Pandore n’a rien fait. Tu doutes surtout des intentions des deux connards qui étaient avec elle… Ton regard ne lâche plus le sien. Le doute est-il en train de s’installer. Une torture différente s’invite dans ton esprit. Tu as envie de la faire souffrir. Un besoin grandissant qui semble s’éprendre de toi, qui réchauffe la coquille vide que tu es. Tu te penches juste assez pour effleurer une mèche de ses cheveux. « Vu qu’il semble avoir une certaine… appétence pour les blondes aux yeux clairs… » Ton bras retombe rapidement. Il s’est si souvent levé pour la brusquer que tu te doutes qu’elle doit encore le craindre. Tu entres sur un nouveau terrain de jeu. Plus complexe, plus psychologique. Un peu comme celui que tu entretenais avec Ielena. Ce lien si malsain qui vous unit à présent.  

Tu t’enfonces à nouveau dans le tissu du canapé sans pour autant détourner le visage. « Je me demande juste pourquoi il lui tourne autour. Surtout en lui faisant boire de l’alcool. » On sent ta colère quand tu parles. Ton inquiétude aussi. Parce qu’elles sont vraies. Tu n’as pas besoin de les simuler. « Pandore est facilement influençable surtout en ce moment. » C’est ta faute en même temps. Mais ça tu te gardes bien de le dire. Tu ne libères que les mots qui te permettent de mettre en tête à Willa le doute. « J’imagine qu’il n’aimerait pas que ce soit moi qui t’offre de l’alcool au beau milieu de la nuit, non ? » Tes yeux retrouvent les siens qui ont du mal à tenir la distance. « C’est comme si je venais me frotter à toi… » Un murmure. Une menace presque silencieuse. Loin d’être idiote, la blonde comprendrait certainement ton allusion.
made by black arrow


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Comme Une Ombre
Je serai l'accident sur le bord de ta route. La larme du poison cachée entre les gouttes. Le joueur de pipeau qui fait danser les serpents. Je serai comme une ombre à chacun de tes pas. Comme une maladie qui frappe et qui s'en va.


Mum Awards #1:
 

Mum Awards #2:
 
Revenir en haut Aller en bas
Willa Lundgren
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : Première année de GISIS, en Sciences Occultes. Anciennement en Médecine Magique.
Célébrité : Aurora Aksnes
Pseudo : from the morgue Âge : 20 Parchemins : 1250 Gallions : 1029 Date d'inscription : 01/12/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t703-it-was-a-lie-when-they-smiled-wi http://www.mumblemumps.com/t748-the-great-beyond-w-l http://www.mumblemumps.com/t746-lundgren-w-tell-me-everything

WAKE THE DEAD
andreï dimitrov & willa lundgren

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Andreï la déstabilise, c’est un fait. Il sait toucher là où ça fait mal et elle l’a bien compris, depuis le temps. Willa l’avoue, au fond d’elle-même, elle le redoute. Le jeune homme en face d’elle lui faisait tant peur, autrefois, quand les choses étaient différentes. Quand elle aimait encore Kamen. Il lui faisait peur, mais elle trouvait encore la force de lui répondre, de temps à autres. Pas souvent, vu la violence des réponses du brun. Les yeux dans les yeux, c’est comme une bataille muette. La Suédoise veut comprendre où il veut en venir. Est-ce qu’il a une idée de l’angoisse qu’il a réveillé chez elle ? Sûrement, vu la façon dont elle a réagi. Willa le regarde se redresser, non loin d’elle. « On m’a raconté qu’il avait passé une nuit sur le terrain de Quidditch avec… » La blonde fronce les sourcils. Avec qui ? Putain, qu’est-ce qu’il raconte ? La panique se lit dans les yeux de Willa. En dehors de cela, rien ne montre cette panique. Calme-toi. Il raconte n’importe quoi. Elle décide de le laisser finir, au lieu de couper court à la conversation. « On m’a dit qu’il était avec Pandore et un autre Gryffondor. Qu’ils avaient l’air de bien s’amuser… » Pandore ? Un autre Gryffondor ? Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Willa s’enfonce un peu dans le canapé, gênée, mal à l’aise. Andreï a vraiment le chic pour la mettre dans tout ses états. Son regard se fait plus insistant, et quand il s’approche, la blonde lutte pour ne pas s’éloigner un peu plus encore – bien qu’assise, ça ne soit pas possible. Elle frissonne quand il se penche vers elle, effleurant ses cheveux avec ses doigts, étant bien trop près de son visage. Bon sang. Sa seule pensée à ce moment-là, c’est qu’elle le déteste, et pas qu’un peu. Elle aimerait pouvoir dire qu’elle arriverait à lui tenir tête, mais épidémie ou pas, elle sait qu’elle n’a aucune chance.

Être un bouc émissaire, c’est loin de lui plaire. « Vu qu’il semble avoir une certaine… appétence pour les blondes aux yeux clairs… » Elle retient de justesse un soupire de soulagement quand son bras s’éloigne d’elle. Elle n’arrive pas à parler. Elle n’arrive pas à lui dire de se taire, elle ne l’a jamais fait. La façon dont elle lui a demandé des explications prouve bien qu’elle prend des pincettes avec lui. Willa est prudente. Toujours. Elle observe Andreï s’asseoir dans le canapé, non loin d’elle. Elle ne bouge pas d’un pouce. « Je me demande juste pourquoi il lui tourne autour. Surtout en lui faisant boire de l’alcool. » La Suédoise serre les poings, tout en lui lançant un regard noir. Il est entrain de lui retourner le cerveau, il ne faut pas qu’elle se fasse avoir. « Pandore est facilement influençable surtout en ce moment. » Qu’elle s’en fiche. Mon dieu, qu’elle en a rien à foutre. La seule chose qu’elle veut, c’est qu’il se taise une bonne fois pour toutes. Elle connaît Pandore que de vue, et encore. Elle sait juste qu’elle est chez les Gryffondor… tout comme Flynn. Mais ça ne veut rien dire, rien. « J’imagine qu’il n’aimerait pas que ce soit moi qui t’offre de l’alcool au beau milieu de la nuit, non ? » Willa est entrain de bouillir. Elle ignore si c’est la panique, ou si c’est juste parce qu’elle sait qu’Andreï joue avec elle, comme il l’a toujours fait. Il arrive à venir lui mettre des doutes en tête, des doutes qui n’ont pas lieu d’être, alors que tout allait bien. Elle ne le regarde plus, elle n’y arrive pas. Les larmes de rage menacent de couler. Elle pensait réussir à gérer tout ça, hé bien, elle a eu tort. Quand ses yeux rencontrent finalement ceux du Dimitrov, la blonde serre les poings un peu plus fort encore. « C’est comme si je venais me frotter à toi… » Il a murmuré. Willa se lève, s’éloigne de lui, les joues rosies, non pas par la gêne mais par la colère. Elle le fixe. « T'es complètement malade. Le jour où t’arriveras à te frotter à moi n’existe pas, Dimitrov. » Sa voix tremble légèrement. Elle a les larmes aux yeux. « Tu me dégoûtes. T’es vraiment qu’un connard, Andreï. » Elle ne parle pas de la quarantaine ou de l’épidémie. Elle parle de son comportement. Willa regarde autour d’elle, priant pour que quelqu’un arrive. « J'ai plus d’histoires avec Alexandra, alors pourquoi est-ce que t’es encore là à venir m’emmerder ? Laisse-moi, et occupe toi de tes histoires au lieu de tenter de gâcher les miennes avec tes conneries. » Sa première pensée, là, c’est qu’il était mieux enfermé. Elle a eu de la peine, mais elle maintient ce qu’elle a dit à Sakura au début de la quarantaine : Andreï avait sa place en quarantaine. Lançant un regard noir au brun, la blonde commence à se frayer un chemin pour retourner vers ses dortoirs. Il faut qu’elle s’éloigne, et vite.
made by black arrow


A little piece of heaven.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Andreï Dimitrov
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serpentard
Maison/Métier : Serpentard, 9ème année en Politique Magique
Célébrité : Stephen James
Pseudo : Loupiotre Âge : 31 Parchemins : 768 Gallions : 125 Date d'inscription : 17/11/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
80/100  (80/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t632-like-a-russian-party-andrei#1147 http://www.mumblemumps.com/t2363-andrei-you-are-on-your-own-lost-in-the-wild-so-come-to-me-now http://www.mumblemumps.com/t1752-les-courriers-d-andrei

WAKE THE DEAD
andreï dimitrov & willa lundgren

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Tu l’observes. C’est comme une danse. Un pas à droite. Un autre à gauche. Elle recule, tu avances. Elle avance ? Tu esquives. Elle est venue délibérément à toi. Elle s’est immiscée seule au fond de tes filets. Tu les as tissé autour d’elle lentement. Et à mesure que ton jeu avance, tu resserres ton emprise. Tu dévoiles petit à petit ce que tu as en tête. Le seul atout dans ce monologue ? La vérité. Car tout ce que tu lui dis est vrai. Tu n’inventes rien. Tu omets de dire qu’il ne s’est rien passé entre son mec et Pandore. Tu laisses planer le doute, c’est bien mieux ainsi après tout. Tu distilles ton histoires. Marque des pauses volontairement. Le but est de la faire douter. De semer le trouble, la crainte. A mesure que tu parles, tu vois ses émotions. Elles traversent son visage. C’est un livre ouvert. Elle s’étonne d’abord. Tu éveilles une forme de curiosité. Le doute est latent. Il dort la dessous mais tu le fais vite venir. Tu peux presque sentir son dégout, sa haine quand tu te penches vers elle pour jouer avec une mèche de ses cheveux. Elle se mure dans un silence à mesure que tu parles. Et lorsque tu t’éloignes, elle est soulagée. Tu as beau ne plus avoir de magie, Willa continue de te craindre.

Plus tu parles, plus la colère s’éveille chez la Vipère. Ta dernière phrase l’achève et elle se lève à l’affut du moindre de tes gestes. « T'es complètement malade. Le jour où t’arriveras à te frotter à moi n’existe pas, Dimitrov. » Un sourire malsain étire tes lippes. Elle ne sait pas de quoi tu es capable après tout. Les rumeurs courent mais comment savoir laquelle est vraie ? Tu vois les larmes perler au coin de ses yeux et la satisfaction que tu ressens te fait vibrer de tout ton être. « Tu me dégoûtes. T’es vraiment qu’un connard, Andreï. » Cette fois tu ne retiens ton rire. Il est froid, dénué de toute trace chaleureuse. Ton regard se pose autour de vous. La salle semble s’être vidée et comme souvent à Serpentard, personne ne viendra à l’aide de quelqu’un d’autre. « J'ai plus d’histoires avec Alexandra, alors pourquoi est-ce que t’es encore là à venir m’emmerder ? Laisse-moi, et occupe toi de tes histoires au lieu de tenter de gâcher les miennes avec tes conneries. » Elle commence alors à vouloir partir mais tu n’en as pas fini. Presque. Mais tu n’as pas achevé ta construction. L’attrape brusquement par le poignet pour l’attirer à toi, la glissant dans un des couloirs sombre menant aux dortoirs. « Qu’est-ce qui te fait si peur Lundgren ? Que je puisse dire la vérité ou que tu vas me servir de messager ? » Ta poigne ne se relâche pas sur son poignet. « Le problème, c’est que même si Lou ne rentre plus dans notre équation, ton mec vient de s’incruster. » Tu penches doucement ton visage vers le sien, tes prunelles grises dénuées de sentiments s’imposant dans les siennes. « Et je veux qu’il comprenne qu’on ne touche pas ce qui m’appartient. » Tes lippes frôlent alors sa joue pour venir murmurer à son oreille sournoisement. « Alors tu vas lui dire tout ce qu’on s’est raconté. » Tu la forces lentement à reculer contre un mur, t’imposant de toute ta carcasse. « Tu vas aussi lui dire que contrairement à lui, je suis dans ta salle commune et que je n’hésiterai pas à me servir de toi pour lui faire mal s’il s’approche encore une fois de Pandore. » Tu poses un baiser malsain sur sa joue et recule tout en la libérant. « Et pense à lui montrer les bleus que tu auras au poignet. » Tu lui adresses un clin d’oeil complice empli de perversité. Tu jubiles. Tu ne t’es jamais senti aussi bien que lorsque tu te montres cruel.
made by black arrow


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Comme Une Ombre
Je serai l'accident sur le bord de ta route. La larme du poison cachée entre les gouttes. Le joueur de pipeau qui fait danser les serpents. Je serai comme une ombre à chacun de tes pas. Comme une maladie qui frappe et qui s'en va.


Mum Awards #1:
 

Mum Awards #2:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
wake the dead (andreï)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Wake Up Dead Man] Présentation
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!
» Version N°15 : Bang bang you're dead !
» Segment Triple H , Undertaker , Dead Game !
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Hogwarts :: dungeons and basements :: Salle Commune de Serpentard-
Sauter vers: