Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Battle cry ☆ Eliya

Zirwya Izlechen
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Médicomage envoyée à Poudlard pour travailler sur l'épidémie
Célébrité : z. kravitz ♥
Pseudo : Blake Âge : 18 Parchemins : 1881 Gallions : 221 Date d'inscription : 19/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t439-zirwya-chaos-is-raining-down-aro http://www.mumblemumps.com/t448-zirwya-held-hands-like-we-were-17-again http://www.mumblemumps.com/t1313-zirwya-mailbox http://www.mumblemumps.com/t2114-journal-de-blake

♛ Battle cry
Just one more time before I go. I'll let you know. That all this time I've been afraid. Wouldn't let it show. Nobody can save me now, no. Nobody can save me now - @Eliael Xanielov

▼▲▼

Il était rare qu'elle s'y rendît en pleine semaine. Ça lui arrivait parfois, quand elle avait juste envie de sortir un peu. Finalement Eliael n'avait rien d'un monstre, au contraire, il était même plutôt sympathique et agréable. Elle avait appris à ne pas trop se fier aux apparences, elle continuait d'être méfiante tout en ayant légèrement baissé sa garde. Ils s'entendaient bien à vrai dire, et si Zirwya n'avait jamais su qu'il venait tout droit de prison, elle n'aurait jamais pu s'en douter tant il avait de valeurs, de courtoisie et de principes. Elle savait pourtant qu'à chaque fois qu'elle allait chez lui, elle s'exposait à de nouveaux flashs. Ça lui était déjà arrivé, très peu, mais assez pour qu'elle ait cette horrible sensation, tiraillée entre l'envie d'en savoir plus, et celui de se préserver de la terrible vérité. Ce soir, c'était un peu différent, il lui avait proposé de venir prendre le dîner avec lui, en plein milieu de la semaine, ça lui ferait une sorte de coupure avait-il dit ; elle le pensait aussi. Elle tentait de ne pas voir ça comme un rendez-vous galant, c'était souvent ce à quoi on pensait quand un homme invitait une femme pour une soirée. Elle savait bien - elle espérait - qu'il n'y avait rien de ce type entre eux. Elle ne pouvait pas cacher qu'il avait un physique attirant, qu'il était même tout à fait son genre, mais le passé qui les liait empêchait que la ligne fût franchie. Ce n'était pas pour ça qu'elle avait fait en sorte qu'il fût ici, elle avait un but à garder en tête, et il fallait qu'elle empêchât Eliael de la détourner de ses desseins. Elle se méfiait des Hommes, avec un grand H : elle avait perdu foi en ceux en qui, pourtant, elle avait autrefois nourri de grands espoirs. Zirwya prit donc le chemin pour Pré-au-lard. En arrivant devant chez lui, elle aperçut de la lumière de la fenêtre. Le froid la prenait toujours à la gorge, mais elle était couverte cette fois-ci. Elle n'avait de cesse de se rappeler le jour où elle était venue ici pour la première fois, il y avait environ un mois, dévêtue de ces grosses couches de vêtements qui l'entouraient aujourd'hui, paniquée, cassée de l'intérieur. Les choses allaient mieux, mais elle espérait tout de même obtenir cette autorisation. Elle ignorait si elle se sentait prête à voir Eliael davantage, et par davantage elle entendait tous les jours et toutes les heures de la journée. Rien pourtant ne semblait être pire que Poudlard, et elle ferait tout ce qu'elle pouvait pour s'habituer à lui, si tel était le prix à payer pour un peu de répit. D'ailleurs, l'habitude se prendrait rapidement, elle en était persuadée.

Eliael lui ouvrit et elle pénétra dans sa petite maison. La chaleur la revigora. Tandis qu'elle enlevait son écharpe, ses gants, son manteau, elle observa la table. Il ne semblait pas y avoir de décoration notoire, pas de fleurs, pas de bougie si ce n'étaient les chandelles habituelles qui éclairaient l'habitacle. Pas de rendez-vous galant en perspective, la voilà qui était rassurée. Elle commençait à se faire au lieux, à y avoir ses habitudes. Elle lança un large sourire à Eliael, preuve qu'elle était devenue radicalement moins hostile à son égard. Autrement, elle n'aurait jamais accepté de venir manger ici ce soir. La plupart du temps, il arrivait toujours à lui changer les idées, à parler de tout et de rien mais pas d'actualité, pas de ce qu'il se passait à Poudlard, Pré-au-lard ou dans le monde. Il évitait les sujets sensibles et elle lui en était gré. Alors Zirwya, comme si elle faisait presque partie de la maison, se dirigea automatiquement vers la cuisine. « Je peux t'aider à quoi que ce soit ou tout est prêt ? » Son ventre était sur le point de gargouiller, elle avait extrêmement faim. Elle se pencha au-dessus du gros chaudron qui était en train de chauffer, l'odeur lui chatouillait agréablement les narines. Au même moment, Eliael sembla vouloir attraper un objet à côté, la frôlant à peine au passage. Un tressaillement se fit ressentir dans le haut de son corps. Elle n'était toujours pas habituée à ça, la proximité. La vie à deux. Les limites étaient minces, trop minces. Et dans sa tête tout était confus, trop confus. Elle remua légèrement le potage et s'éloigna des marmites. « En tout cas c'est gentil d'avoir proposé de faire quelque chose ce soir. C'était la folie aujourd'hui, tout le monde était agité, je ne sais pas pourquoi. Et le nombre d'élèves qu'on a dû soigner parce qu'ils avaient avalé de l'amortentia, tu n'imagines pas ! Je me demande si un élève n'a pas essayé d'en concocter à l'insu des professeurs et n'a pas tenté de faire boire ça à ses camarades. » Ils en voyaient des vertes et des pas mûres parfois. La joie des accès d'absurdité des adolescents.

CODAGE PAR AMATIS




- a magic world in my baby's arms -
Revenir en haut Aller en bas
Eliael Xanielov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Chasseur de Prime
Célébrité : Danila Kozlovsky
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 826 Gallions : 722 Date d'inscription : 14/11/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2701-eliael-xanielov-be-the-best-ver http://www.mumblemumps.com/t2706-eliael-xanielov-je-suis-l-ombre-qui-te-suit-dans-la-nuit#72499 http://www.mumblemumps.com/t2707-letter-s-eliael#72509 http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


Battle cry
"JUST ONE MORE TIME BEFORE I GO. I'LL LET YOU KNOW. THAT ALL THIS TIME I'VE BEEN AFRAID. WOULDN'T LET IT SHOW. NOBODY CAN SAVE ME NOW, NO. NOBODY CAN SAVE ME NOW "
Février 2001
~ Eliya ~


C
e soir Eliael s'était proposé pour cuisiner. Pourquoi ? Il ne le savait pas vraiment, il avait juste eu envie de diner avec la médicomage et avait suivi cette envie. Ce qui l'avait le plus surpris ? C'était le fait qu'elle acceptait plutôt facilement à ce qui pouvait ressembler à un rendez-vous galant qui n'en était pas un du tout. Cependant il en avait été ravis et cela faisait un moment qu'il était derrière les fourneaux, il avait préparé une spécialité hongroise de son pays. Sa tante avait eu bon nombre de défaut, mais elle était une bonne cuisinière et Eliael avait beaucoup appris rien qu'en la regardant. En vivant seul il avait très vite appris à se débrouiller, il n'était pas forcément un excellent cuisinier, mais il se débrouillait et il espérait qu'elle aimerait. La hongrie n'était pas si éloignée de la Russie, il espérait que cela lui rappelle aussi un peu son chez elle. Pourquoi autant d'attention pour une jeune femme ? Eliael lui-même ne saurait répondre à cette question, alors il faisait plus simple. Il ne s'en posait pas. Agissant uniquement par instinct, il avait eu envie de diner avec elle, il l'avait alors invité. Simple et cela n'allait pas l'empêcher de dormir pendant des heures. Se torturé l'esprit n'était vraiment pas pour lui. C'était lui qui infligeait les tortures et non l'inverse, même si aujourd'hui il ne faisait plus rien de ce genre. Lorsqu'elle frappa, il ne lui suffisait que de quelques secondes pour venir lui ouvrir, un torchon sur l'épaule. Un léger sourire s'affichait sur son visage en signe de bienvenue et il refermait vite la porte afin de garder la chaleur. Il n'y croyait presque pas lui-même, mais dans le fond il s'habituait à l'avoir ici. Elle s'installait et le sourire qu'elle lui rendait était beaucoup moins froid que sa façon d'agir avec lui il y avait encore un mois. Lorsqu'elle se dirigeait vers la cuisine, il la suivait de près remontant les manches de sa chemise légèrement entre ouverte.

"Oh non, tu ne touches à rien." Trop tard elle était déjà en train de remuer le plat. Pas qu'il avait peu confiance en ses capacités culinaire, mais tout était déjà quasiment fini, le goulasch avait juste besoin de rester à mijoter encore un peu. D'un sourire complice il attrapait une cuillère. "Viens-là." Lui intimait-il tandis qu'il ouvrait le couvercle pour tremper la cuillère dans le chaudron qui contenait cette soupe hongroise. Il portait ensuite la cuillère à la bouche de la jeune femme afin de lui faire goûter. La viande, les poivrons, les oignons, des pommes de terres et du paprika tout était là afin de donné ce goût particulier au potage qu'il venait de lui faire goûter. Le regard presque brillant tel un enfant il lui demanda... "Alors ?" Demandait-il presque plein d'espoir. Sans s'en rendre compte Eliael venait de faire tomber son masque qu'il aborde quasiment tous le temps, surtout lorsqu'il n'était pas seul. Il s'en rend compte doucement et redevint un peu plus sérieux, tout en attendant tout de même le verdict de la jeune femme. Lorsqu'elle reprend la parole, il fronce un instant les sourcils tout en l'écoutant attentivement, il finissait par simplement hausser les épaules.

"Cette petite coupure venait au bon moment alors. De l'amortentia ?" Demandait-il en haussant un sourcil, lâchant un léger rire par la suite. "Fort heureusement à Durmtrang c'était à d’autre genre de jeux que l'on jouait. Je crois qu'au final tu aurais donné n'importe quoi pour ne t'occuper que d'élève drogué à l'amortentia." Lâchait-il avec un petit sourire presque arrogant. A cette époque, il n'avait peur de rien et après la perte de celle qu'il avait aimé c'était pire... Il y avait été plein de fois à l'infirmerie, mais surtout il y avait envoyé un nombre incalculable d'élève également. "Mais peut-être était-ce tout simplement une mauvaise blague ?" Disait-il en réfléchissant un instant avant d'éteindre le feu sous le chaudron à l'aide de sa baguette, la table était déjà mise. "J'espère que tu as faim." Lançait-il presque avec enthousiasme, mais il cachait se dernier derrière son masque habituel. En deux trois coup de baguette, le repas était déjà sur la table. Table qu'il n'avait pas décorer ou quoique ce soit. Il aurait sûrement été aussi mal à l'aise qu'elle et puis ce n'était qu'un repas comme les autres entre amis n'est-ce pas ? Enfin est-ce réellement ce qu'ils étaient ? Il était parfois assez difficile de pouvoir lire à travers la jeune femme et savoir ce qu'elle pensait, il ne savait donc pas comment elle le percevait, il s'était juste rendu compte qu'elle était moins agressive et moins sur la défensive. D'un geste il l'invitait à s'asseoir et fit de même en face d'elle.

"Je ne sais pas si tu connais, c’est de la soupe goulasch, c'est très connu en Hongrie." Expliquait-il avant d'ajouter... "Ma tante m'en faisait quand j'étais plus jeune..." Il fronçait les sourcils en disant cette phrase, il ne comprenait pas pourquoi il avait eu besoin de se confier. Il ne le faisait jamais, à personne... En dehors d'Iverna à qui il avait tout dit lorsqu'elle l'avait interrogé, mais c'était différent... Là il avait juste eu besoin de lui dire, qu'elle connaisse quelque chose de lui, quelque chose de différent que ce qu'il est aujourd'hui, d'une autre époque, lui montré qu'il n'avait pas été toujours l'être froid et sans cœur qu'il avait été jusqu'à la rencontrer... Il finit par se taire alors, se trouvant légèrement perturbé et se contente de remplir leurs deux assiettes... Il n'ajoute plus rien et attend son verdict final..

(c) Emi.


Revenir en haut Aller en bas
Zirwya Izlechen
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Médicomage envoyée à Poudlard pour travailler sur l'épidémie
Célébrité : z. kravitz ♥
Pseudo : Blake Âge : 18 Parchemins : 1881 Gallions : 221 Date d'inscription : 19/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t439-zirwya-chaos-is-raining-down-aro http://www.mumblemumps.com/t448-zirwya-held-hands-like-we-were-17-again http://www.mumblemumps.com/t1313-zirwya-mailbox http://www.mumblemumps.com/t2114-journal-de-blake

♛ Battle cry
Just one more time before I go. I'll let you know. That all this time I've been afraid. Wouldn't let it show. Nobody can save me now, no. Nobody can save me now - @Eliael Xanielov

▼▲▼

Ça la surprenait toujours autant d'observer Eliael s'afférer autant pour préparer quelque chose. Ce qui l'étonnait plus encore, c'était de voir un homme aux fourneaux. Elle se rappelait encore le visage de son père, affalé dans un fauteuil, un cigare à la main, un verre de vodka dans l'autre. Il avait toujours cet air las de celui qui avait trop travaillé et il ne se privait pas de soupirer longuement quand il y avait trop de bruit. Aleksandr n'était pas de ceux qui se bougeaient le petit doigt pour aider à la maison. Il se prélassait. Et il ne trouvait pas d'excuse, il avait la plus belle qui soit : il était un homme, et ça devait suffire à l'exempter de tâches ménagères. Il y avait, depuis, bien des choses que la russe n'acceptait pas, et les hommes fainéants faisaient partie du top de sa liste. Elle ne pouvait pas s'empêcher de penser qu'Eliael remontait toujours un peu plus dans son estime. Elle le savait cuisinier, mais c'était plus que ça, il semblait au petit soin. Depuis qu'elle était sortie de quarantaine, Zirwya avait l'impression qu'il avait pansé, même sans le vouloir, plus de maux qu'elle ne l'en aurait jamais cru capable. Sa présence, son aura chaleureuse, elle avait l'impression de lâcher prise, de se laisser aller. Elle savait que si elle venait à vivre ici, sa convalescence serait on ne pouvait plus rapide. C'était le château et ses occupants qui l'empêchaient de guérir.

Zirwya crut se faire taper sur les doigts pour avoir touché à la préparation presque mystique du hongrois. Elle le laissa alors porter une cuillère à sa bouche pour lui faire goûter le plat. Un délicieux mélange de viande, d'épices et de légumes lui parvint alors. C'était délicieux. Si elle n'avait pas eu peur d'être malpolie, la russe aurait plongé de nouveau la cuillère rien que pour sentir encore ce goût savoureux. « Monsieur Xanielov, vous êtes un fin gourmet. » Et elle voyait à sa réaction que ces mots lui faisaient plaisir, peut-être même qu'ils étaient tout ce qu'il avait attendu. Elle ne pouvait en tout cas pas le nier, ni faire semblant, ça semblait succulent. Elle n'avait pas pu s'empêcher pourtant de changer de sujet, d'évoquer les bizarreries de l'école. Jamais elle n'aurait une journée normale à Poudlard, jamais.

Il évoqua Durmstrang et Zirwya se rappela de vagues souvenirs. Elle n'était pas du genre à rester en place non plus, à l'époque, plutôt de ces élèves turbulents, à profiter de ses années de jeunesse, jeunesse qu'elle n'avait pas eu à la maison, qu'elle prenait auprès de ses amis. Durmstrang était sa libération, le seul endroit où elle se sentait devenir elle-même, où elle pouvait s'exprimer librement, où elle s'était découvert des talents. Là-bas, tout lui était permis. Elle laissa s'échapper un rire en entendant les propres souvenirs d'Eliael. Certes, le métier de médicomage devait être d'une toute autre nature, là-bas. Du moins il l'avait été. L'école n'était plus. Fermée. Oubliée. Les choses avaient bien changé. Une fois que tout ça serait fini, peut-être qu'elle pourrait entamer un métier plus simple, moins contraignant. Peut-être aussi plus marrant. Infirmière à Durmstrang, ça ne devait pas être de tout repos, mais ça pouvait avoir le mérite de lui faire passer une journée trépidante, sans pour autant qu'elle ne soit catastrophique. Elle reviendrait alors aux sources et à ce qu'elle connaissait le mieux. « Ça met au moins un peu de piment dans nos journées. » Elle préférait l'amortentia à l'épidémie. Plus facile à gérer. Celui qui avait eu cette idée était un génie tombé du ciel. En tout cas, ça ressemblait bel et bien à une blague, même si étonnamment, toute l'école semblait adhérer à cette fameuse boutade. Poudlard avait aujourd'hui été empli d'amour. Ça faisait un bien fou au moral, aussi surprenant que tout cela pût être. « Crois-moi, j'aimerais savoir d'où venait tout ce cirque, mais c'était tellement jouissif de voir un peu d'amour se balader dans les couloirs. » Comme elle disait ces mots, Eliael l'invita à prendre place à table, entraînant le contenu du chaudron sur les deux assiettes placées sur la table, en un coup de baguette. Zirwya ne se fit pas prier et prit place, le regard fixé sur ce qu'elle avait déjà pu goûter quelques minutes avant et qui lui faisait gentiment de l'oeil. Une soupe goulasch, elle pouvait désormais poser un nom sur ce délice. « Je t'envie d'avoir une tante aussi parfaite. » Phrase à double sens qui évoquait à la fois les talents de cuisinière de cette fameuse tante, tout autant que la chance d'Eliael d'avoir eu une famille qui lui ait transmis des traditions. Zirwya s'empressa de prendre une première bouchée et laissa son palais se délecter.

Elle ponctua les quelques bouchées qui suivirent d'un large sourire. Elle ne parlait presque plus, sa tête était rivée sur son assiette. Se rendant enfin compte de l'impolitesse de son silence, elle leva son regard vers son hôte, des tâches de sauce ornaient la commissure de ses lèvres de manière assez risible. « Au fait, je n'ai toujours pas reçu de réponse de la part du Ministère... J'avais envoyé le courrier le 22 janvier et je ne sais pas quel date nous sommes aujourd'hui, mais ça va déjà faire plusieurs semaines je crois. » L'idée que le ministère lui refuse sa demande la terrifiait. Elle voulait rester ici, elle s'y sentait protégée, appréciée, elle s'y sentait la bienvenue. Dans sa tête, elle se voyait déjà habiter ici pour les semaines à venir, elle aurait été furieuse qu'on lui mette encore des bâtons dans les roues, mais elle n'en aurait pas été étonnée, elle commençait à avoir l'habitude de l'hypocrisie ministérielle. Elle aimait faire des balades autour du pâté de maison le weekend, sortir. Elle portait moins d'attention à ses recherches, non pas qu'elle les délaissait, mais elle prenait le recul dont elle avait besoin pour avoir les pensées plus claires. Le nez trop proche d'un papier, les écritures se floutaient, on n'y voyait plus rien, c'était un peu ça qu'elle avait ressenti avant son enfermement. En quarantaine, elle s'acharnait, s'escrimait à trouver quelque chose, obsession qui l'avait sans doute rendue encore plus malade qu'elle ne l'était. « Tu sais, je me sens bien ici. Je sais que ça ne doit pas être l'idéal pour toi, de m'avoir dans les pattes tous les weekends, et si je viens à rester ici la semaine... Disons que c'est provisoire. S'ils acceptent je pourrais prendre une chambre dans une auberge si je le peux. Juste, je voulais que tu saches que je suis énormément reconnaissante de tout ce que tu fais pour moi. » Et elle pensait réellement chacun de ses mots. Il faudrait qu'elle trouve un moyen de le remercier, il méritait toute sa gratitude.

CODAGE PAR AMATIS




- a magic world in my baby's arms -
Revenir en haut Aller en bas
Eliael Xanielov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Chasseur de Prime
Célébrité : Danila Kozlovsky
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 826 Gallions : 722 Date d'inscription : 14/11/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2701-eliael-xanielov-be-the-best-ver http://www.mumblemumps.com/t2706-eliael-xanielov-je-suis-l-ombre-qui-te-suit-dans-la-nuit#72499 http://www.mumblemumps.com/t2707-letter-s-eliael#72509 http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


Battle cry
"JUST ONE MORE TIME BEFORE I GO. I'LL LET YOU KNOW. THAT ALL THIS TIME I'VE BEEN AFRAID. WOULDN'T LET IT SHOW. NOBODY CAN SAVE ME NOW, NO. NOBODY CAN SAVE ME NOW "
Février 2001
~ Eliya ~


S
es yeux pétillent à son compliment. Eliael n'avait pas eu à cuisiner pour beaucoup de monde dans sa vie, peut-être avec une ou deux et encore. Mais avec Zirwya c'était différent, son avis comptait, il éprouvait le besoin de s'occuper d'elle. Pour racheter ses pêchés ? Pour se faire pardonner ? Elle avait pourtant été clair, elle ne voulait pas être la brebis égarée dont il fallait s'occuper... Ce n'était d'ailleurs pas ainsi qu'il la considérait, il avait juste besoin de... De prendre soin d'elle voilà tout. Et encore une fois Eliael ne cherchait pas à voir plus loin que le bout de son nez, car cela le forcerait à se poser des questions et il n'était pas ainsi. Eliael avait l'esprit calme, vif, il ne se prenait pas la tête avec des futilités, il faisait les choses simplement et allait droit au but, toujours. C'était bien pour cela qu'il avait toujours été excellent dans son domaine. Un franc sourire s'était donc installé sur ses lèvres sans en montrer de trop non plus. Cela lui plaisait, il était satisfait voilà tout. Le sujet dérivait par la suite sur les bizarreries de Poudlard. Eliael n'avait jamais mis les pieds dans cette école, d’une certaine façon il était curieux, mais en ce moment ce n'était vraiment l'endroit où il fallait mettre les pieds. L'épidémie n'était apparemment contagieuse, mais il n'irait pas se jeter dans la gueule du loup pour autant. Oui il hébergeait de temps en temps une infecté, mais ce n'était pas pareil, du moins pas pour lui. Lorsqu'il parlait de Durmstrang, il la sentait partir dans ses pensées et un fin sourire s'affichait sur ses lèvres. Il savait qu'elle y avait été elle aussi, ils avaient juste une trop grande différence d'âge pour s'être connu à cette époque-là. Il était déjà parti lorsqu'elle était arrivée... Et si cela n'avait pas été le cas ? Est-ce qu'à cette époque-là, elle aurait déjà été capable de sauver son âme ? Son rire, Eliael avait cesser de parler à ce moment-là rien que pour l'entendre, ces moments où elle se lâchait réellement était bien trop rare pour ne pas être appréciés à leurs juste valeur.  Lorsqu'elle lui répond, Eliael ne peut empêcher un petit sourire en coin se dessiner sur ses lèvres, petit détail qui pouvait en dire long sur ce qu'il avait en tête en ce moment.

"Je connais bien d'autre moyen de mettre du piment dans une journée..."
Lâchait-il tout à coup. Le regard taquin, il ne précisait rien. Laissant volontairement cette phrase à sens multiples en suspens. Sans pouvoir s'empêcher de sourire de plus belle. Il ne lui faisait pas là des avances, mais Eliael était un homme avant tout et un homme qui pouvait se montrer très séducteur parfois, tout dépendait de la personne avec qui il se trouvait. Cette fois-là ça avait été plus fort que lui et il devait avouer qu'il le faisait aussi pour tester la réaction de la jeune femme qu'il ne quittait pas un seul instant du regard. Lorsqu'elle reprend la parole, il rit légèrement avant de hausser un sourcil. "Serais-tu une grande romantique dans l'âme Zirwya ?" Demandait-il avec un petit air moqueur dans la voix, mais aussi dans le regard. Romantique lui ? Non autant dire qu'il était aux antipodes de ce concept-là. Peut-être que cela venait du fait qu'il avait dû rompre avec la seule femme pour laquelle il a pu ressentir quoique ce soit ? Ou parce qu'il était tout bonnement incapable de ressentir quoique ce soit depuis ? Il n'avait plus jamais été en couple, il s'était juste donné du plaisir dans les bras d'une femme de temps en temps. Puis il se confie étrangement alors qu'ils passent à table. Il a besoin de lui dire quelque chose sur lui, quelque chose qui n'a rien à voir avec son passé de mangemort. Il a besoin qu'elle sache que ce n'est pas tout ce qui le défini, même si à un moment il a cru que c'était le cas. Aux paroles de la sorcière, Eliael se fige. L'ambiance qui était chaleureuse jusqu'ici devenait alors en une seule seconde aussi glaciale que le froid qu'il faisait dehors... Sa mâchoire se crispe faisant ressortir l'os de cette dernière.

"Elle n'était pas parfaite." Lâchait-il alors en ayant du mal à desserrer les dents. Non elle était loin d'être parfaite. Folle oui. Après tout c'était en partie à cause d'elle qu'il était devenu ce qu'il était... Elle avait voulu un enfant digne du grand mage noir. Elle l'avait façonné avec l'aide de son oncle... Elle n'avait jamais été tendre avec lui, elle lui avait seulement appris à survivre. La cuisine était un moment particulier, mais c'était bien le seul. L'Hongrois n'oubliait pas tout ce qu'elle lui avait fait subir... Il se rappelait encore de ses doigts perfides qu'elle avait posés sur lui le jour où il avait dû mettre fin aux jours de son propre lapin... C'est ce jour-là que tout avait commencé et ce fut le premier sacrifice qu'il avait dû faire... Il revoyait un instant les yeux de sa tante lorsqu'il l'avait tué alors que c'était son oncle qu'il avait visé... Il n'avait jamais été capable d'éprouver le moindre remords pour elle... Il n'ajoutait rien de plus, il n'en était pas capable. Il n'était pas prêt à parler d'elle tout de suite, pas maintenant alors qu’ils étaient simplement en train de diner, il ne voulait pas plomber l'ambiance et puis il profitait grandement du fait qu'elle changeait de sujet, c'était bien mieux. Il la regardait manger et doucement il se détendait, son corps lui avait fait mal tellement il s'était tendu sans s'en rendre compte. Pendant qu'elle parle, son visage à lui se fait plus doux et tente de se dérider à l'aide d'un petit sourire, il réfléchit un instant à la date qu'on pouvait être, avant de répondre.

"Ils ont peut-être beaucoup de demande à traiter en même temps ? Nous sommes que le quatorze février, tu devrais peut-être attendre quelques jours encore ?" Il savait que ce n'était pas facile pour elle de vivre à l'endroit même où elle avait été séquestrée... Eliael faisait de son mieux en lui offrant l'hospitalité toutes les semaines et ce soir il l'avait invité à diner... Ce soir... Un quatorze février ? Avait-il réellement fait ça ? Il cesse de réfléchir et son regard se pose sur la médicomage, venait-elle de faire le même calcule que lui ? C'était rare, mais une légère gêne venait s'emparer de lui, il lâchait alors : "Je crois que tu n'as plus besoin de te demander d'où viennent tous ses filtres d'amortentia..." Il posait une main sur sa nuque, c'était bien la première fois que ça arrivait...Mais, elle se doutait bien qu'il l'avait invitée sans faire attention à la date n'est-ce pas ? "Promis, je n'en ai pas mis dans ton assiette." Autant en rire non ? Pourtant il ne cessait pas de se demander à quoi est-ce qu'elle pensait en cet instant. Il aurait aimé pouvoir être dans sa tête. Prenant une nouvelle bouchée, un silence gêné s'installait doucement, du moins jusqu'à ce qu'il entende de nouveau le son de sa voix. L'ancien mangemort l'écoutait alors attentivement. Il finit par prendre sa serviette et s'essuyait la bouche avant de prendre une gorgée et de lever la main vers elle.

"Je t'arrêtes tout de suite. Je te l'ai déjà dit cela ne me dérange absolument pas. Sinon je ne te l'aurais pas proposé." Elle le connaissait assez à présent pour savoir qu'il était direct et disait les choses qu'ils pensaient sans faire de détour n'est-ce pas ? "Tu resteras le temps que tu voudras, si tu veux prendre une chambre à l'auberge, je veux que ce soit pour toi, parce que tu en as a besoin et pas pour moi d'accord ?" Demandait-il tout en la regardant droit dans les yeux, finalement il n'attendait pas de réponse et n'y allait pas par quatre chemin comme à son habitude. "Tu es ici chez toi." C'était clair, net, précis. Il ne pouvait pas faire mieux n'est-ce pas ? Pourtant il laisse glisser une autre phrase, c'est presque un murmure, mais pourtant bien audible. "Tu te sens bien ici et moi... Je me sens bien quand tu es ici..." Malgré le fait que c'était sorti tout seul, Eliael ne montrait rien, comme si c'était tout à fait normal, reprenant encore une gorgée avant de revenir à son assiette. Il ne faisait pas tout cela pour qu'elle soit reconnaissante, il le faisait parce qu'il en avait envie et rien d'autre. Peut-être était-ce égoïste ? D'une certaine manière sans comprendre pourquoi, il la voulait pour lui et à personne d'autre...

(c) Emi.


Revenir en haut Aller en bas
Zirwya Izlechen
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Médicomage envoyée à Poudlard pour travailler sur l'épidémie
Célébrité : z. kravitz ♥
Pseudo : Blake Âge : 18 Parchemins : 1881 Gallions : 221 Date d'inscription : 19/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t439-zirwya-chaos-is-raining-down-aro http://www.mumblemumps.com/t448-zirwya-held-hands-like-we-were-17-again http://www.mumblemumps.com/t1313-zirwya-mailbox http://www.mumblemumps.com/t2114-journal-de-blake

♛ Battle cry
Just one more time before I go. I'll let you know. That all this time I've been afraid. Wouldn't let it show. Nobody can save me now, no. Nobody can save me now - @Eliael Xanielov

▼▲▼

Elle sentait qu'il y avait quelque chose de changé dans l'attitude de son hôte. Leurs échanges étaient beaucoup plus légers, plus sympathiques. Zirwya éprouvait beaucoup moins d'appréhension à son égard, elle commençait sans doute déjà à relativiser. Certes, elle n'était pas beaucoup plus avancée sur son statut qu'auparavant, mais elle pouvait aisément le voir là, en contexte, elle le voyait lui sans la guerre autour pour parasiter sa vision de l'homme, et elle l'appréciait sincèrement. Il était de ces hommes qui peuvent vous tenir la conversation pendant des heures, avec qui elle aurait pu passer la nuit entière à discuter de tout et de rien. Il avait toujours une bonne répartie et un sens de l'humour agréable ce qui permettait à la russe de ne jamais s'ennuyer et de retrouver ce sourire effacé qu'elle n'avait plus désormais à aller chercher au fin fond d'elle. Elle le fixait en arrivant dans cette petite maison et ne le quittait bien souvent plus. Plus encore, il y avait certaines des réflexions du hongrois qui lui restaient à l'esprit et ne voulaient pas s'en aller. Certaines de ces phrases ambiguës qu'elle ne savait jamais comment prendre. Confuse, aux dires de l'ancien mangemort, elle préféra ne rien répondre. Sûrement trouvait-elle des connotations plus qu'amicales là où il n'avait pas pour intention d'en mettre. La faute sans doute à leur récente proximité, à cette amitié naissante. Elle, qui n'avait pas vraiment connu de rapprochements tels depuis une ou deux années déjà, finissait en ce moment par chercher les signes d'une possible attirance. Il était vrai qu'elle approchait de la trentaine, et la slave se demandait alors si elle arrivait à un âge où plaire n'avait plus le même sens que dans sa jeunesse, et où chaque relation n'avait plus rien de frivole mais, plutôt, avait tout de sérieux.

Mais avant tout, Zirwya était, en effet, plutôt de ces femmes romantiques, qui cherchaient l'amour d'un homme avant leurs exploits voluptueux. Elle préférait nettement la poésie à la force et condamnait d'ailleurs ostensiblement la violence et lui substituait la douceur et la légèreté. Elle n'avait jamais goûté la sensation de ne convoiter un homme que pour une nuit. Elle optait pour le long terme plutôt que pour les choses éphémères. « Peut-être. Ce n'est pas un vice à ce que je sache. » Et au contraire, elle aimait à croire que c'était une qualité qui se perdait, la fidélité, l'amour avec un grand A. Elle aurait pu simplement rétorquer à Eliael que par les temps qui couraient, elle préférait observer un élan de joie et d'adoration à l'allure déprimée d'élèves qui sortaient tout juste d'une époque complètement alambiquée. L'air n'en paraissait que plus agréable et plus supportable. Mais Eliael ne pouvait pas comprendre l'ambiance oppressante qui se jouait actuellement dans l'enceinte de Poudlard, il n'y avait jamais mis les pieds, et l'épidémie à Pré-au-lard ne semblait être qu'un mythe qui s'arrêtait aux frontières de l'immense château qui les dominait. Bien vite, la conversation prit un autre tournant pour parler de la tante d'Eliael, et Zirwya sentit qu'elle n'avait pas mis les bons mots sur ce qu'elle était réellement. L'homme lui répondit de façon catégorique qu'elle n'était pas parfaite, et, penaude, la médicomage sentit que des choses avaient dû se passer avec elle. Un traumatisme d'enfant ? Des souvenirs qu'il ne parvenait pas à effacer ? Elle l'ignorait, mais le visage d'Eliael qui venait de se fermer semblait prouver que ce n'était pas un sujet à aborder. Pas tout de suite tout du moins. Au rythme auquel ils commençaient à s'ouvrir, peut-être un jour lui ferait-il part de ce chapitre là de sa vie. En attendant, Zirwya se contenta de faire glisser sa main sur la sienne en guise de compassion. Tous avaient un passé. Tous avaient des souffrances. Et tous avaient de ces choses qui ne se disent que difficilement.

Elle maudissait un peu le ministère de la magie qui la bloquait et l'empêchait de venir prendre sa retraite temporaire et bien méritée dans le havre de paix que lui offrait le hongrois. Quelque part, elle devait avouer qu'il avait raison, ils devaient avoir des choses bien plus importantes à régler, avec toutes les étrangetés qui se déroulaient sous leurs yeux et face auxquelles ils ne pouvaient rien. Eux, là-bas, dans leur bureau, n'y pouvaient sûrement rien non plus, mais devaient s'efforcer à trouver une solution. Chacun son travail. Il lui rappela la date, et elle se rendit alors compte qu'en effet, cela faisait déjà presque trois semaines qu'elle attendait une réponse, la bonne nouvelle était qu'elle n'était pas encore devenue folle, elle ne pouvait que s'en féliciter. En revanche, elle ne comprit pas tout de suite le lien qu'Eliael avait pu faire avec l'histoire de l'amortentia à Poudlard. Ce ne fut que lorsqu'il lui assura qu'il n'en avait pas versé dans son assiette qu'elle comprit. La St Valentin. Voilà bien une fête dont elle se fichait bien et qu'elle ne pensait même pas avoir déjà fêté un jour. Soit ses relations n'avaient jamais duré jusqu'en février, soit elles commençaient bien après. En tout cas, Zirwya l'avait toujours fait passer à la trappe arbitrairement, car c'était celle qui représentait le moins de choses pour elle. Après tout, elle n'avait rien de sacré comme pouvait l'être Noël ou Pâques. Curieusement, il était étrange tout de même qu'Eliael l'invite en ce jour précis. Parmi tous les jours de la semaine qu'il avait pu choisir, elle trouvait ça un peu gros qu'il ait choisi, au hasard, le 14. Au coin de sa bouche, elle trahit alors un sourire. Se pouvait-il que ce repas en tête à tête soit en réalité un rendez-vous amoureux déguisé ? Ou était-ce encore son intuition paranoïaque qui refaisait surface ? « Etait-ce un choix d'omettre les chandelles, ou est-ce que tout ceci n'était vraiment pas prévu ? » Elle se posait de sérieuses questions, mais gardait son ton léger. Après tout, ça ne la dérangeait pas plus que ça, que ce soit un repas de courtoisie, ou un repas romantique. Ça n'avait pourtant pas l'air d'être le genre de la maison, les dîners aux chandelles, mais elle ne doutait pas qu'Eliael puisse être un homme plein de rebondissements et de surprises. Quelque part au fond d'elle, elle espérait peut-être avoir raison. Quelque part au fond d'elle, l'idée d'être invitée chez lui le soir de la St Valentin donnait une toute autre tournure à l'événement et l'obligeait à voir son hôte, non plus comme cet homme étrange dont elle ne savait rien, de qui elle se doutait, mais qui malgré tout se dessinait à terme davantage comme un ami pour elle, mais comme un amant potentiel qui se serait glissé toutes ces semaines sous son nez sans même qu'elle ne le remarquât. Elle préféra laisser couler et attendre de voir comment se déroulerait le reste de la soirée, avant de se faire des plans sur la comète.

Pourtant, bien vite, ces étranges pensées refirent surface lorsqu'il insista une nouvelle fois pour qu'elle restât habiter chez lui. Il aimait sa présence et plus encore, elle avait l'impression que sa présence à elle permettait à Eliael de se sentir mieux dans ce village si étranger à ses yeux. Après tout, ils étaient deux slaves, deux compatriotes presque, propulsés tous deux dans un environnement qui n'étaient pas le leur. Et qui plus est, un environnement qui leur était hostile : Zirwya de par sa maladie, et Eliael de par son passé. Elle regrettait amèrement toutes les viles pensées qu'elle avait pu avoir envers lui toutes ces fois où elle se rendait dans la maison avec encore cette peur constante d'aller vers l'inconnu. Aujourd'hui, ils ressemblaient davantage à deux amis de longue date. Le contraste était troublant. L'air de rien, il replongea son nez dans son assiette, laissant une Zirwya confuse qui ne savait plus, encore une fois, ce qu'elle devait comprendre de ses phrases. Il avait le don pour ne jamais aller droit au but. Elle comprenait la diplomatie mieux que personne, elle l'utilisait constamment, mais cette diplomatie qu'il possédait, poussée à l'extrême lui semblait-il, provoquait chez elle tout un tas de questionnements. Et si... Et si elle ne se trompait pas ? L'ignorance qu'elle avait sur son passé l'empêchait de faire elle aussi de ces pas ambigus vers lui. Elle n'était plus une barrière à leur tolérance, et à une pseudo amitié, mais elle se refusait d'aller plus loin, de tomber dans un piège, si piège il y avait. Mais la tentation était terrible. D'un côté, elle ignorait ses réelles intentions, et il y avait toujours un danger qui la surplombait à chaque nouveau pas qu'elle faisait vers lui. De l'autre, il y avait cette envie irrésistible de laisser tomber cette pudeur et cette retenue qu'elle gardait depuis si longtemps, de se laisser aller à des jeux dangereux qu'elle aurait déconseillés à quiconque lui aurait demandé un avis. Mais il n'y avait qu'elle dans cette maison, et que son esprit pour prendre une décision. Se pouvait-il qu'elle se posât toutes ces questions en vain ? Se pouvait-il qu'elle se trompât sur toute la ligne ? Toujours en train de manger, Eliael ne remarquait sans doute pas son embarras, mais elle, elle avait arrêté de picorer dans son assiette, trop confuse pour avaler quelque chose. « Tu crois que je pourrais rester ce soir ? » Maintenant qu'elle était dans la tanière, autant se jeter dans la gueule du loup.

CODAGE PAR AMATIS




- a magic world in my baby's arms -
Revenir en haut Aller en bas
Eliael Xanielov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Chasseur de Prime
Célébrité : Danila Kozlovsky
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 826 Gallions : 722 Date d'inscription : 14/11/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2701-eliael-xanielov-be-the-best-ver http://www.mumblemumps.com/t2706-eliael-xanielov-je-suis-l-ombre-qui-te-suit-dans-la-nuit#72499 http://www.mumblemumps.com/t2707-letter-s-eliael#72509 http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


Battle cry
"JUST ONE MORE TIME BEFORE I GO. I'LL LET YOU KNOW. THAT ALL THIS TIME I'VE BEEN AFRAID. WOULDN'T LET IT SHOW. NOBODY CAN SAVE ME NOW, NO. NOBODY CAN SAVE ME NOW "
Février 2001
~ Eliya ~


L
es choses changeaient entre eux et plutôt rapidement. Eliael se souvenait encore de sa méfiance de cette fois où elle s'était réfugiée chez lui. De ses menaces qu'elle était venue lui cracher au visage sous son propre toit. Qui aurait cru que quelque temps plus tard, il aurait eu le droit à de vrai sourire ? Mais Eliael n'est pas totalement dupe... Si elle connaissait la véritable vérité sur lui, agirait-elle de cette façon ? Serait-elle aussi aimable, souriante et bienveillante envers lui ? Il est rare que le sorcier soit mal à l'aise à propos de quelque chose...  Il est rare qu'omettre un détail le dérange... Pourtant avec elle s'était le cas, alors en générale il cache cela au fond d'un placard dans son esprit, il compartimente et n'y pense plus tout simplement. Ce diner c'était pour elle, pour lui, pour lui changer les idées loin de cette école où elle avait été enfermée. Enfin loin... L'école se trouvait juste à côté de Pré-au-Lard, mais c'était déjà ça n'est-ce pas ? Il n'avait pas fait attention à la date, Eliael se fichait bien du jour puisque de toute façon il n'y avait aucune arrière-pensée et même s'il en avait... Il était loin de savoir si c'était partagé ou non... Bien sûr qu'il restait un homme... Un homme avec des yeux et il ne pouvait pas nier qu'il trouvait la jeune femme à son goût, peut-être même un peu trop... Mais... Il y avait quelque chose avec Zirwya qu'il y avait eu avec aucune autre... Du moins sauf une, mais cela remonte à tellement longtemps... Qu'il n'est pas certain de savoir ce que c'est, de savoir mettre des mots là-dessus, pire il ne veut pas le savoir... Parce qu'il n'est pas sûr d'en être capable, mais une chose était sûre, elle le changeait, un peu chaque jour... Elle était celle qui l'avait éveillée, elle était la seule avec qui il pouvait rester autant de temps, la seule à mettre un pied chez lui aussi... C'était d'ailleurs naturel de l’avoir ici et de la voir faire simplement comme si elle était chez elle... Comme si cela avait toujours été le cas, comme si elle était faite pour être... Il suspend ses pensées ici tandis qu'il l'entend parler et se concentre de nouveau sur la médicomage. Il ne peut s'empêcher alors de la taquiner, il lance une question au hasard, juste de quoi se moquer un peu, gentiment, il ne s'attend pas alors à une telle réponse de sa part. Surpris Eliael hausse un sourcil et répond sur le même ton qu'elle...

"Non, mais cela m'en apprend davantage  de chose sur toi... Tandis que je reste un véritable mystère pour toi." Lâchait-il avec l'ombre d'un sourire sur ses lèvres. Lui romantique ? Certainement pas. Du moins il ne l’a jamais été et n'était pas certain de pouvoir l'être... Il ne savait pas réellement ce que c'était... Un diner, du chocolat et des fleurs ? Peut-être quelques bougies... Ouais non vraiment pas pour lui... Malheureusement cette conversation douce, légère, pleine de rebondissement et de sous-entendus plus ou moins innocent s'arrêtait pour laisser place au douloureux souvenir de sa tante... Eliael fait alors vite savoir à Zirwya qu'elle se trompe à son sujet... Changeant directement d'humeur, pourtant Eliael est loin d'être quelqu'un de lunatique, mais il y a certaines choses qu'il faut éviter... Mais c'est sa faute n'est-ce pas ? C'était lui qui avait commencé par lui confier quelque chose sur sa tante... Elle ne rebondit pas dessus en revanche sa main se pose sur la sienne et alors le regard d'Eliael se fait plus doux et plonge dans le sien comme s'il lui suffisait d'un simple geste pour l'apaiser... Naturellement, il referme sa main sur la sienne afin de garder plus longtemps le contact, il me sentir alors combien sa peau est douce, mais il ne l'empêche pas de l'enlever si elle le désire. Un jour peut-être se confierait-il ? La seule à savoir pour le moment c’était Iverna bien entendu et pas par choix, même s'il avait bien voulu tout dire... Mais il avait été interroger pour cela... Jamais il n'avait raconté quoique ce soit de cette époque-là à quelqu'un d'autre de son propre chef. Et puis... Au fil de la discussion il comprenait quel jour il était et ce que cela représentait... Finalement, peut-être aurait-il dû y faire attention ? L'aurait-il invité tout de même ? Probablement... Eliael se fichait bien de cette fameuse St-Valentin, mais est-ce que Zirwya allait croire qu'il l'aurait invité pour cela ? Il tourne alors cela en dérision et tente de la rassurer rapidement afin qu’elle ne se sente pas mal à l’aise. Mais c'est à son tour de se jouer de lui et évidemment elle ne perd pas cette occasion de le mettre mal à l'aise lui, à sa question, il remonte le visage vers elle et la sonde... Que voulait-elle comme réponse ? Il plisse alors les yeux.

"Les chandelles c'est dépassé de toute façon non ?" Disait-il en haussant les épaules avant de sourire d'avantage. "Mais si j'avais décidé de t'inviter dans ce but, j'y aurais mis les formes." Assurait-il, oui clairement il lui aurait laissé entendre que ce ne serait pas qu'un repas amical et ses sous-entendus auraient probablement été plus que limpide, même s'ils seraient restés tout en subtilité. "A vrai dire je n'avais aucune idée de la date je... J'étais sincère, je voulais te changer les idées..." Ajoutait-il au cas où sa première réponse laissait encore place au doute, cependant il se rendait compte alors qu'il y avait bien des façons de changer les idées d'une personne et que ce genre de chose en faisait bien évidemment partie... L'avait-elle perçu ainsi ? En aurait eut-elle envie ? Il ne peut s'empêcher d'ajouter, un petit sourire en coin aux bords des lèvres. "Alors ? Déçue ou rassurée ?" Lâchait-il tandis que son regard se posait dans le sien afin de percé ce dernier et de pouvoir lire en elle chaque émotion qui passe sur son visage. Quelle réponse désirait-il au fond ? Lui qui l'avait invité sans pensée à mal ? Sans se dire une seule fois qu'elle pourrait finir au creux de ses draps... Quel effet aurait sa peau contre la sienne ? Mais il laisse ce genre de pensée de côté lorsqu'elle parle de ne pas vouloir s'imposer... N'avait-il pas été suffisamment clair sur le sujet ? Il lui répétait alors qu'elle était ici chez elle, il n'avait pas besoin qu’elle aille ailleurs au contraire il avait... Il avait presque besoin de sa présence ici... Il laisse alors échapper une phrase, celle de trop, celle qui aurait dû rester muette, celle qui remettait toutes ses intentions en cause n'est-ce pas ? Au fond de lui n'avait-il pas espéré un petit plus qu'un simple diner ? Pourtant il savait que non, il ne l'emmènerait pas simplement dans son lit comme il a pu en emmener bien d'autres avant elle... Elle avait l'air perdue et en réalité il l'était tout autant qu'elle sachant à peine ce qu'il désirait vraiment...Et puis après un moment de silence qui lui paraissait interminable, elle pose une question... Une simple question et sur le moment Eliael se demandait à quel moment il n'avait pas été clair sur le fait qu'elle pouvait rester quand elle le voulait ? Il redresse le visage de son assiette et tombe dans son regard et comprend alors le double sens de cette phrase... Lui qui était doué pour les sous-entendus, elle venait de lui couper l'herbe sous le pied. Il restait un moment interdit sans rien montrer sur son visage, elle semblait gênée de poser cette question que s'en était totalement attendrissant... Une minute... On rembobine et depuis quand le grand monsieur X était attendri par quoique ce soit ? Ce rendait-elle compte de ce qu'elle venait de dire ? De ce qu'elle venait de lui proposer ? C'était comme si elle venait d'inviter le diable dans sa maison... Et Eliael en restait... Sans voix, tellement longtemps qu'il commençait à se dire que cela devenait embarrassant pour elle, mais ça... On ne le lui avait jamais fait. L'étonnement se lit finalement sur son visage, et après une inspiration, il parle enfin.

"Et toi ? Tu en aurais envie ?" Demandait-il avec son habitude de répondre à une question par une autre question. Plus aucun ton moqueur, plus de sourire, il est sérieux et cherche à comprendre ce qu'elle veut vraiment. Finalement il prend son verre, fait tourner l'alcool un moment dans ce dernier et en boit une gorgée. "Ce que tu me demande est cruel Zirwya... Parce que si je te dis oui, on sait tous les deux où ça va nous mener... Et crois-moi, même si rien n'était prémédité, te dire non est l'une des choses les plus difficiles que je n’ai jamais eu à faire dans ma vie..." Alors seulement il laisse le désir qu'il peut ressentir pour elle en cet instant se lire dans son regard, qu'elle ne pense pas qu'il lui était totalement indifférent, c'était bien tout le contraire. "Je ne suis pas... Romantique." Lâchait-il pour finir tentant de lui expliquer pourquoi il voulait dire non. "Les seules femmes que j'ai connues intimement ça n'a jamais été pour rien d'autre que du plaisir." Non il ne comptait lui faire de liste, ni lui donner de détail se serait vraiment, très mal venue surtout pour ce qu'il avait en tête. "Je ne veux pas que tu sois simplement un numéro au bout d'une liste Zirwya..." Pas que la liste soit excessivement longue, mais il y en avait eus quelques-unes. Qu'est-ce qu'il voulait vraiment d'ailleurs ? Personne ne le savait... Pas même lui... Ces mots n'étaient pas calculés, il les cherchait et c'était très rare que cela lui arrive... "Tu es différentes, tu mérites mieux. Tu es l'une de ces femmes à qui l'ont fait la cour avant de l'inviter dans son lit." lâchait-il finalement tout en se disant qu'il n'avait pas autant parlé d'un coup depuis bien longtemps. Est-ce qu'il venait de lui dire qu'il voulait la courtiser ? Lui-même se surprenait d'une idée pareille... Finalement il n'attendait pas de réponse avant de s'enfiler le reste de son verre avant de se dire que ça allait peut-être pire, c'était sans doute déjà à cause de cela qu'il se faisait autant bavard ? En tout cas dans toute sa vie, c'est sans doute la première fois qu'il laissait voir à une femme l'embarras dans lequel il se trouvait... Comment allait-elle finalement réagir ?

(c) Emi.


Revenir en haut Aller en bas
Zirwya Izlechen
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Médicomage envoyée à Poudlard pour travailler sur l'épidémie
Célébrité : z. kravitz ♥
Pseudo : Blake Âge : 18 Parchemins : 1881 Gallions : 221 Date d'inscription : 19/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t439-zirwya-chaos-is-raining-down-aro http://www.mumblemumps.com/t448-zirwya-held-hands-like-we-were-17-again http://www.mumblemumps.com/t1313-zirwya-mailbox http://www.mumblemumps.com/t2114-journal-de-blake

♛ Battle cry
Just one more time before I go. I'll let you know. That all this time I've been afraid. Wouldn't let it show. Nobody can save me now, no. Nobody can save me now - @Eliael Xanielov

▼▲▼

Zirwya écoutait et elle savait que son hôte n'avait pas tort, il continuait de demeurer un mystère pour la demoiselle, un mystère qu'elle aurait voulu percer complètement. Elle en savait des choses, mais elle savait ce que tout le monde connaissait à son sujet. Certes, il n'avait que des bribes d'informations de son côté, mais c'était déjà bien plus que ce que Zirwya pouvait détenir. Pourtant, tout venait à point à qui savait attendre, alors elle n'était pas pressée la demoiselle, elle savait que viendrait un jour où les vérités éclateraient, où elle connaîtrait Eliael par coeur, comme on lit un livre ouvert. Après tout, si elle était amenée à vivre ici, ils finiraient bien par apprendre tout l'un de l'autre : les petites habitudes, les anecdotes de leur passé. Inutile de faire preuve d'impatience, la roue tournerait bien assez tôt. En attendant, elle trouvait qu'il avait la langue bien déliée ce soir, tellement qu'il semblait par moment se méprendre dans ses propos, s'emmêler les pinceaux, et dévoiler des choses qui étaient censées rester cachées. Sans le vouloir, il venait de livrer une partie de lui beaucoup plus sentimentale et romantique qu'il ne l'aurait voulu, et ça la faisait doucement rire Zirwya, en se souvenant que quelques minutes auparavant, il en aurait presque été à se moquer d'elle pour sa sensibilité. « T'y aurais mis les formes, vraiment ? Je crois Eliael que tu as bien plus de savoir vivre auprès des femmes que tu ne veux bien en laisser paraître. » Et son large sourire s'étira encore. Moqueuse la médicomage ce soir, elle taquinait, gentiment, s'amusait des boutades qu'ils se renvoyaient l'un à l'autre sans y trouver aucune forme de lassitude.

Elle finissait par le croire, il avait pu en effet l'inviter entièrement sur une coïncidence. Si la russe avait été beaucoup plus superstitieuse et si elle avait cru aux signes, elle aurait pu prédire l'issue du repas, en se disant que puisque le destin le voulait, pourquoi résister ? Malgré tout, elle ne voulait rien forcer, et elle était loin de croire en sa bonne étoile, alors elle n'osa rien imaginer, se disant qu'elle aurait bien le temps de faire des conjectures une fois que la soirée serait davantage avancée. Elle ne savait trop dire si elle aurait préféré que tout soit fait exprès. L'idée qu'un homme la surprît, eût des petites attentions pour elle, était des plus agréables, mais elle n'en était pas déçue pour autant, l'important était d'être là, dans cette maison, non ? Qu'Eliael eût eu une intention supplémentaire pour ce repas ne changeait rien. Leurs relations étaient entièrement amicales, rien d'autre, inutile de chercher plus loin. Il fallait qu'elle s'enlevât ces pensées de la tête, il y avait tant de choses qui les séparaient l'un de l'autre qu'elle ne savait pas par où commencer pour les énumérer. Entretenir des rapports plus proches encore avec lui aurait été de la pure folie. Il fallait qu'elle en parlât à quelqu'un, qu'elle se changeât les idées, qu'elle pensât à un autre, pour empêcher tout mal de se produire. « Ni l'un ni l'autre, j'étais juste curieuse. » L'art d'éviter les questions délicates. Elle pouvait sentir sa peau devenir érubescente rien qu'à la chaleur qu'elle sentit tout d'un coup sur ses joues. Elle s'empressa d'attraper une serviette et de s'essuyer la bouche pour couvrir quelque peu sa gêne.

Mais elle avait envie de plus la jolie slave. Une attirance, c'était tout ce qu'il y avait, rien d'étonnant à cela quand on savait qu'elle passait tout son temps chez Eliael quand elle ne travaillait pas. Rentrer dans le quotidien de quelqu'un d'autre pouvait vous faire voir les choses différemment. Elle ne voulait pas que l'attention qu'il portait sur elle - qu'elle fût simplement par courtoisie ou qu'elle cachât des envies plus grandes - s'arrêtât tout de suite. Il devait bien se douter qu'elle en crevait d'envie. Zirwya ne souhaitait pas se donner ce soir, mais elle n'aurait pas reculer devant quelques caresses. Se retrouver là, au creux de l'un des derniers feux de cheminée de l'hiver, dans la pénombre, retrouver un peu de cette sensualité qui l'avait quittée durant la guerre, durant son installation en Ecosse, durant la quarantaine. Retrouver le contrôle d'un corps qu'elle avait abandonné à d'autres. Si elle avait été, il y a trois ans, à la merci totale des mangemorts, comment diable pouvait-elle être certaine que seules leurs pulsations sanguines avaient été assouvies sur le corps de la demoiselle ? Elle n'était pas dupe, la russe, et elle voulait retrouver la parfaite maîtrise de ses choix que sa liberté retrouvée lui permettait.

Elle se sentait fébrile d'entendre tous ces mots provenant d'Eliael, elle ne s'était pas attendue à tant d'honnêteté de sa part, tant de transparence. Elle ne pensait pas être de ces femmes différentes des autres, elle ne pensait pas être à part. Surtout, elle ne se croyait pas capable de changer la vision d'un homme à ce point. « Peut-être que tu ne veux tout simplement pas t'avouer romantique. Si tu ne l'étais pas du tout, tu ne dirais pas tout ça. » Elle n'avait aucune envie en effet de n'être qu'un vulgaire numéro, elle l'avait bien assez vécu dans d'autres circonstances. Mais le simple fait qu'Eliael voulût éviter ça prouvait qu'elle ne pouvait pas l'être, il posait des yeux nouveaux sur la Femme, se révélant capable de bienveillance. Elle aurait voulu demander ce qu'il y avait de si spécial chez elle qu'il osât dire tous ces mots, mais elle ne posa pas la question qui lui brûlait les lèvres, Zirwya, parce qu'elle avait bien peur d'être déçue par la réponse. Elle se doutait que, tout comme elle, c'était simplement ce rapprochement imprévu qui les propulsait dans les bras l'un de l'autre. « Je ne pensais pas avoir besoin d'invitation. »

Elle se voulait avenante, ne voulait pas lui laisser le plaisir de contrôler ses émotions ou ses sentiments. Elle se sentait quelque peu revivre d'avoir ainsi tant de pouvoirs et tant de cartes entre les mains. C'était elle qui menait la danse et elle aurait tout donné pour qu'Eliael la suivît sans broncher, mais il y avait aussi quelque chose d'incroyablement charmeur à le voir ainsi se refuser, se laisser désirer. « Fais moi la cour dans ce cas. » Elle n'était pas sans savoir que sa phrase aurait pu être mal comprise si elle avait eu le malheur de mal articuler, car elle se rapprochait étrangement d'une phrase qui aurait été beaucoup moins subtile si elle avait osé la laisser traverser la barrière de ses lèvres. Qu'il était frustrant de se savoir désirée et de rien pouvoir entreprendre.

Zirwya avait l'impression d'être propulsée dans un autre monde rien qu'à penser à ce qui pourrait se passer si elle osait se lever, si elle osait donner de bonnes raisons à Eliael de briser les serments qu'il venait de se faire. Et pourtant, elle restait assise là, les yeux rêveurs, l'air si innocent qu'il aurait été bien difficile pour le hongrois d'imaginer toutes les idées qui lui passaient en ce moment même par la tête. Elle comprenait les raisons qui poussaient le jeune homme à abandonner toute idée pour ce soir. Elle, elle se serait bien fichu que ce ne fût que pour un soir. Pour plusieurs. Que ça ne durât pas. Elle n'avait, en soi, pas le droit moral d'être ici, pas le droit moral d'espérer ne pas rentrer à Poudlard, de ne pas vouloir passer la nuit seule. Que ce fût pour un soir, ça rendait la chose bien moins sérieuse, peut-être même acceptable. Zirwya préféra s'arrêter là dans ses envies sordides plutôt que d'engendrer des gestes ou des paroles qu'elle aurait pu regretter, plutôt que de commencer une relation sérieuse contre son gré, et elle savait bien que c'était là le plus grand des risques qu'ils encouraient car c'était ce à quoi la russe se refusait et c'était pourtant la condition sine qua non du hongrois. « Il y a du dessert ? » Changement de conversation peu subtil, mais elle doutait de savoir comment se sortir autrement du bourbier dans lequel elle s'était fourré.

CODAGE PAR AMATIS




- a magic world in my baby's arms -
Revenir en haut Aller en bas
Eliael Xanielov
Consumed by the shadows
avatar
Modo
Maison/Métier : Chasseur de Prime
Célébrité : Danila Kozlovsky
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 826 Gallions : 722 Date d'inscription : 14/11/2017

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2701-eliael-xanielov-be-the-best-ver http://www.mumblemumps.com/t2706-eliael-xanielov-je-suis-l-ombre-qui-te-suit-dans-la-nuit#72499 http://www.mumblemumps.com/t2707-letter-s-eliael#72509 http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary


Battle cry
"JUST ONE MORE TIME BEFORE I GO. I'LL LET YOU KNOW. THAT ALL THIS TIME I'VE BEEN AFRAID. WOULDN'T LET IT SHOW. NOBODY CAN SAVE ME NOW, NO. NOBODY CAN SAVE ME NOW "
Février 2001
~ Eliya ~


E
liael préférait se montrer honnête, de toute façon il ne savait même pas ce que la jolie médicomage aurait préférée... Ce repas le jour même de la saint Valentin était juste une énorme coïncidence... Certes cela arrivait peu, mais parfois cela arrivait réellement... Et puis ils n'en étaient pas là n'est-ce pas ? Rien dans la façon d'être de la jeune femme avant ce soir ne lui avait laissé croire qu'il avait une quelconque chance... De son côté, il ne savait pas très bien ce qu'il voulait... C'était bien la première fois qu'une telle situation se présentait... En générale quand une femme lui plaisait, il savait quoi faire, il laissait son côté séducteur agir et il était rare qu'il n'obtienne pas ce qu'il veut et si jamais c'était le cas, alors il s'effaçait de bonne grâce car le sorcier n'était pas du genre à forcer qui que ce soit pour une chose qui ne devrait être que du plaisir et rien d'autres... Eliael laisse entendre alors que si ce soir avait été un genre de rendez-vous galant il le lui aurait fait comprendre d'une manière ou d'une autre au moment de lui proposer ce diner, il n'était franchement pas du genre à y aller par quatre chemin et puis... Il ne tendait pas ce genre de piège non plus... Invité une femme sans qu'elle ne sache pas ses réelles intentions... Il n'était pas bête, cela lui arrivait de jouer avec le feu, mais pas de cette façon. L'Hongrois lâche un léger rire en entendant la jeune femme parler, il prend une nouvelle bouchée de son assiette et relève le regard vers elle.

"Pourquoi ? Parce que je maitrise simplement l'art de la séduction ? " Demandait-il alors tandis que son regard se faisait plus intrusif dans le sien. "Parce que je ne considère pas les femmes comme des objets ?" Il finissait par hausser les épaules. "Je sais juste quoi faire pour obtenir ce que je souhaite." Mais en effet il était loin de se comporter comme un goujat auprès de la gente féminine, il n'était juste pas du genre à faire de fausse promesse tout simplement. Il laisse un sourire étirer ses lippes avant de prendre une gorgée de son verre... Il venait alors lui demander si elle était déçue ou soulagée en apprenant le fait qu'il n'avait pas fait tout cela avec des arrières pensées... Il voulait gratter sous la surface, il voulait découvrir ce qu'elle pensait vraiment, lui aussi voulait savoir dans quoi est-ce qu'ils mettaient les pieds dans le fond avec ce dîner qui changeait d'ambiance au fur et à mesure que le temps passait... Se faisait-il des idées ? Y avait-il réellement un double sens dans certaines de ses phrases ? Ce n’était pas sa réponse qui répondait réellement à sa question, mais plutôt à teinte rosée que ses joues ont prise par-là suite... Eliael ne relevait pas, mais un petit sourire satisfait venait de nouveau naître sur ses lèvres. Il gardait le silence ne voulant pas la mettre plus dans l'embarras, après tout ne savait-il pas ce qu'il avait voulu savoir dans le fond ? Puis la suite de la conversation prend une tournure totalement inattendue de la part du sorcier, il ne s'était pas attendu à ce qu'elle se montre aussi direct que lui dans le fond, c'était ce qui devait le plus surprendre dans tout ça... Il cherchait alors à savoir, à comprendre ce qu'elle désirait vraiment, faisant alors une chose qu'il n'avait jamais faite... Repousser ses avances tout en se montrant aussi respectueux... Ce n'était pas lui, ça ne lui ressemblait pas, il ne se jetait pas la première venue, mais il ne disait jamais non à une femme qui lui plaisait autant que Zirwya lui plaisait... Mais il y avait autre chose avec elle... Autre chose qui faisait qu'il ne pouvait pas juste prendre ce qu'il désirait sans rien donner en échange... Quelque chose qui faisait que pour elle, il avait envie d'être un autre, pour elle, il avait envie d'y mettre les formes... Pour elle, il voulait prendre son temps, la découvrir, la séduire... Allait-elle le prendre mal ? Allait-elle se vexé ? Les femmes parfois étaient tellement indéchiffrable... Mais rien, pas même dans sa façon de répondre laisse entendre qu'elle prend mal ses paroles... Il secoue alors la tête, avant de sourire de plus belle.

"Tu n'abandonnes jamais hein ? Je ne suis pas romantique... C'est seulement toi qui... Tu me rends différent..."
Lâchait-il finalement. Après tout, c'était grâce à elle qu'il avait changé, elle lui avait ouvert les yeux, elle ne se rendait pas compte de ce qu'elle représentait pour lui... Même lui n'en était pas encore vraiment certain, du moins il n'en mesurait pas encore l'ampleur. Son regard, son sourire se faisait bienveillant entourant la jeune femme d'une chaleur nouvelle. Il n'y avait plus de doute entre eux, ils savaient ce qu'ils voulaient les choses étaient claires... Cela changeait clairement la donne, mais cela ne faisait pas peur au sorcier, il en fallait plus, beaucoup plus pour effrayer Eliael Xanielov. Sa nouvelle phrase arrachât un nouveau sourire à l'hongrois qui hochait alors la tête. "Effectivement, tu n'en as pas besoin." Assurait-il, elle n'en avait sans doute jamais eu besoin, mais elle avait compris ce qu'il avait voulu dire n'est-ce pas ? "J'aimerais juste... Qu'on prenne notre temps ?" Demandait-il en haussant un sourcil, serait-elle d'accord ? Le comble dans cette histoire, c'était que c'était elle qu'il protégeait ainsi, il n'oubliait pas qu'elle ignorait encore des choses à son sujet... Des choses qui lui feront peut-être regretter ses choix ? Quant à lui il ne savait même pas ce qu'il cherchait réellement, du moins il était incapable de mettre de mot dessus...  Lorsqu'elle reprit la parole, elle e surprenait encore une fois... Un accord silencieux semblait passé entre eux, de cette phrase, elle ne pourrait plus revenir en arrière, le regard d'Eliael se lie au sien, lui laissant lire qu'une partie de ce qu'il peut éprouver en cet instant... Qu'une partie oui parce que c'est si profond qu'elle pourrait probablement s'y perdre... Dans quel galère s'était-il fourré ? Lui qui n'avait jamais fait la cour à qui que ce soit... Il se perd un instant dans ses pensées, profitant de ce silence lourd de sens qui est en train de s'installer... Ce fut elle qui le brisait finalement, le ramenant dans la réalité. Ses prunelles cherchaient les siennes encore gênées de ce qui venait d'être dit, Eliael se lève alors, d'un coup de baguette la table se retrouve déjà débarrassée, prête pour le dessert, mais il n'allait pas chercher ce dernier. En prêtant attention, en tendant l'oreille on pouvait alors entendre une douce musique se mettre en route, il venait doucement de l'autre côté de la table et venait tendre sa main à la jeune médicomage...

"Et si on laissait le dessert pour plus tard ?" Murmurait-il alors avant de l'attirer afin de se lever... Il n’était pas le plus doué, il était en train de se demander s'il avait déjà invité une fille à danser avant... Mais cela le fait remonter à de trop douloureux souvenir alors il bloque ces derniers pour se concentrer uniquement sur Zirwya, cachant sa gène, ne montrant que son assurance qui pour le coup n'était que du cinéma... Il avait de la chance, c'était qu'il n'était pas si mauvais danseur que ça... Doucement sa main venait de poser sur la hanche de la jeune femme, la frôlant un instant, son autre main dans la sienne et ils les entraînaient dans la danse la plus simple au monde mais qui fonctionnait bien, le slow... Il jouait le jeu, faisant ce qu’elle venait de lui demander, ce qu’il avait dit qu’il ferait… Tout en commençant en douceur, afin d’apprendre à se connaître, découvrir le contact de l'autre, la danse était parfaite pour ça... La trouverait-il vieux jeu ? Peut-être n'aimait pas-t-elle ça ? Il aurait peut-être dû demander ? La question était plutôt... Qu'était-elle en train de faire de lui...

(c) Emi.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
Battle cry ☆ Eliya
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Elsewhere :: Hogsmeade :: Wizard's houses-
Sauter vers: