Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

(lukasz&viktoria) tough times don't last

Lukasz Wozniak
Consumed by the shadows
avatar
Hogsmeade
Maison/Métier : Couturier à Gaichiffon, Pré-au-Lard
Célébrité : Neels Visser
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 27 Parchemins : 82 Gallions : 274 Date d'inscription : 31/01/2018

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t3091-lukasz-the-world-is-your-runway http://www.mumblemumps.com/t3096-lukasz-liensrp http://www.mumblemumps.com/t3094-lukasz-boite-aux-lettres http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

tough times
don't last


Aujourd’hui était une date particulière pour Lukasz. C’était un 22 mars que sa petite fille Agatha était née, le 22 mars 1998 plus exactement. Aujourd’hui, elle fêtait ses 3 ans et il n’était pas à ses côtés parce qu’elle ignorait son existence. Sa petite Agatha était élevée par Arkadia, sa mère biologique, et celui qui se faisait passer pour son vrai père, Novak Benovsky. Seul le couple et Lukasz, et quelques rares personnes, savaient que le père biologique était en réalité Lukasz. Aujourd’hui, le blond avait passé une journée difficile. En ce jeudi, il travaillait à la boutique. Il n’y avait pas beaucoup de monde et le temps ne passait pas. Pendant la semaine, la dynamique du village était très différente des week-ends où les étudiants du château s’y promenaient. Alors il s’était occupé des commandes de clients. Il avait passé toute la journée à coudre et il n’y avait eu que deux ou trois interruptions lorsqu’une cliente passait le seuil de la porte. Il n’y avait eu que des femmes en ce jeudi. L’une d’elle était accompagnée par son fils, un enfant à peine plus âgé qu’Agatha. Le Polonais avait eu un gros pincement au cœur, mais il ne l’avait pas montré. Le couturier avait été professionnel comme il l’était toujours. Après le travail, Lukasz aurait pu rentrer chez lui directement, mais il aurait déprimé seul dans son minuscule appartement situé derrière la boutique. Il avait envie de rencontrer des gens. Il n’avait pas envie de rester seul ce soir-là. Le couturier s’était donc rendu dans l’établissement le plus accueillant qu’il connaissait à Pré-au-Lard : Les Trois Balais. Quand il poussa la porte de l’auberge, le bruit ambiant lui fit du bien. Lukasz n’avait pas réalisé à quel point le silence avait été pesant aujourd’hui. Quand il vit une tête familière derrière le bar, il s’approcha. Il avait reconnu Viktoria Xanielov. Il l’avait rencontré pour la première fois presque 3 ans plus tôt. C’était quand même un peu ironique de se dire que le sorcier la connaissait depuis presque aussi longtemps qu’il aurait dû connaitre sa fille et que finalement, il avait vu Viktoria bien plus de fois qu’Agatha. Lukasz s’était installé sur un des tabourets hauts au bar, face à la jeune femme. Elle était occupée avec un autre client, alors il patienta. Il jeta un coup d’œil rapide dans la salle et vit quelques autres visages qu’il connaissait et d’autres qui lui étaient encore inconnus. Travailler dans un village comme Pré-au-Lard permettait de connaître assez bien ses voisins. C’était à la fois un avantage et un inconvénient. Quand Viktoria eut fini, elle s’approcha. « Salut la belle, jolie coiffure. » Dit Lukasz avec son léger accent polonais. Viktoria avait remonté ses cheveux. Il ne savait pas si elle l’avait fait en se préparant ce matin ou en vitesse parce qu’elle avait chaud quelques instants plus tôt, mais il la trouvait jolie. Lukasz ne tentait pas de séduire Viktoria avec ce compliment, d’ailleurs le blond n’avait jamais tenté quoique ce soit. L’ancienne joueuse de Quidditch avait avant tout été une cliente dans la boutique où il travaillait à Londres, une cliente particulière puisqu’elle était aussi l’amie d’Olivia, la femme du propriétaire. Le blond était plus intéressé par Olivia que n’importe quelle femme à cette période de sa vie, avec qui il avait fini par avoir une liaison d’ailleurs. Lukasz commanda un verre de vodka. « Tu vas bien ? Maggie est absente ? Comment s’est passé ta journée ? Comment vont tes grands-parents ? » Il fallait à tout prix qu’il pense à autre chose qu’à sa fille, pour l’instant, alors il posait peut-être un peu trop de questions à la fois. Lukasz avait besoin de décompresser, il y avait pensé toute la journée et c’était mauvais parce qu’il ne serait jamais son père. Il s’empoisonnait l’esprit tout seul au lieu de tourner la page et d’accepter qu’elle mène une belle vie chez les Benovsky, une vie qu’il ne pourrait pas lui offrir. Si Lukasz avait demandé à Viktoria comment allaient ses grands-parents, c’était parce qu’ils l’avaient hébergé pendant deux ans dans leur hôtel. Du coup, il les connaissait bien. Ils avaient toujours été très gentils avec lui, il les aimait beaucoup. « Tu comptes passer me voir quand, à la boutique ? Ça fait longtemps. Tu vois, je suis obligé de venir moi-même te voir. » Il souriait. Bien sûr, il plaisantait. Il ne forçait personne à venir à la boutique. D’ailleurs, une fois dans la boutique, il ne forçait pas non plus les gens à acheter quoique ce soit. Mais Lukasz était bon vendeur et il donnait des conseils en or. Viktoria n’avait pas dû les oublier. De plus, il préférait généralement rester seul. Aujourd’hui, ce n’était pas le cas. Il avait besoin de quelqu’un pour lui tenir compagnie.

-- Lukasz & Viktoria --
made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Viktoria Xanielov
Consumed by the shadows
avatar
Hogsmeade
Maison/Métier : Propriétaire des Trois Balais
Célébrité : Emma Stone
Âge : 27 Parchemins : 75 Gallions : 165 Date d'inscription : 14/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Pourquoi sa mère lui envoyait toujours des lettres pour se moquer? Sa mère était gentille à Viktoria, mais imaginer sa fille gérer l’auberge, ça l’amusait et l’inquiétait en même temps… Fallait dire que sa mère était le genre à la voir encore comme une jeune adolescente qui a besoin d’être guidé alors que Viktoria était déjà indépendante lors de son temps à Poudlard…. Bref, tout ça pour dire que la journée avait commencé avec une de ses fameuses lettres infantiles. Qui finissait toujours de la même façon, que si elle avait besoin d’aide, maman était là. Non, mais elle allait avoir 28 ans, pas 10 quand même… N’empêche qu’elle ne le dirait pas, mais elle trouvait cela mignon. Vraiment.

L’ambiance était bonne ce soir. Il avait beaucoup de clients, pas trop de clients désagréables. Sören travaillait encore une fois très bien et Viktoria était derrière le bar à préparer les boissons et discuter un peu avec les habitués. Elle tournait son regard vers la porte dès qu’elle l’entendait, par pure habitude, pour être sûre qu’aucun client n’allait être oublié dans cette soirée occupée.  Un mince sourire vint sur ses lèvres en reconnaissant le couturier. Elle termina de servir le client, échangeant quelques banalités classiques avant d’aller vers Lukasz.

« Salut la belle, jolie coiffure. »
‘’Oh, merci c’est gentil, et toi toujours aussi élégant.’’

Instinctivement, elle porta une main à sa nuque en y taporant sa crinière. Elle s’était fait ce chignon approximatif quelques minutes plus tôt justement à cause de la chaleur de l’endroit. Elle était bien plus habituée d’avoir les cheveux remontés avec son passé de joueuse de Quidditch, c’était une habitude qui lui servait maintenant à avoir l’air présentable malgré la vitesse avec laquelle elle avait fait sa coiffure. Pour son retour de compliment, c’était avec un peu d’amusement dans le sourire qu’elle l’avait dit. Il était couturier et à ses yeux, il avait toujours fière allure, pas pour rien qu’elle lui faisait confiance pour sa propre garde robe.

« Tu vas bien ? Maggie est absente ? Comment s’est passé ta journée ? Comment vont tes grands-parents ? »

‘’Alors… (Elle sortit deux verres afin de lui servir sa Vodka en se servant également un verre à elle) Je vais assez bien. C’est la journée de congé de Maggie et malgré tout ce qu’on peut dire, je ne suis quand même pas une dictatrice envers mes employés. Ma journée se passe environ comme toutes les autres, je rencontre un crétin environ au 15 à 20 clients (bon, ça, elle le dit avec un petit sourire amusé en levant les yeux au ciel) Et par un heureux hasard, je viens d’avoir une lettre de ma mère et mes grands-parents se portent bien, enfin, dans la mesure du possible, mon grand-père est malade un peu, mais dernièrement il va bien qu’elle m’a dit.’’

Elle avait répondu tout d’un coup et c’est à la toute fin de ses mots qu’elle leva son verre comme pour dire à sa santé et elle le bu d’un coup. Une grimace vint un peu déformer sa bouche, mais la chaleur qui se rependait dans sa gorge lui fit du bien.

« Tu comptes passer me voir quand, à la boutique ? Ça fait longtemps. Tu vois, je suis obligé de venir moi-même te voir. »

‘’ Je ne savais pas que j’allais te manquer autant! (C’était dit avec un air un peu surpris et amusé à la fois) Je vais tenter de passer bientôt. J’ai compris le message maintenant. Chacun son tour hein. Tu viens boire et moi je vais essayer des vêtements. Ça me va. (Elle lança un regard au reste de la salle, tout se passait bien, elle reposa ensuite son regard clair sur Lukasz) Alors, maintenant à ton tour, comment tu vas? Tout se passe bien avec ta boutique? J’entends beaucoup de clients parler de tes bons conseils et de ton bon goût.’’

Ce n’était pas faux. Surtout que les Trois Balais était un lieu de prédilection pour prendre une consommation après avoir fait les boutiques, souvent elle voyait les sacs de la boutique de son ami. Elle était contente pour lui si cela fonctionnait comme il le souhaitait, c’était ce que voulait tout bon propriétaire après tout. Elle se servit un autre verre de vodka et aussi à Lukasz si entre temps le couturier avait terminé son verre en attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Lukasz Wozniak
Consumed by the shadows
avatar
Hogsmeade
Maison/Métier : Couturier à Gaichiffon, Pré-au-Lard
Célébrité : Neels Visser
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 27 Parchemins : 82 Gallions : 274 Date d'inscription : 31/01/2018

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t3091-lukasz-the-world-is-your-runway http://www.mumblemumps.com/t3096-lukasz-liensrp http://www.mumblemumps.com/t3094-lukasz-boite-aux-lettres http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

tough times
don't last


Une bonne soirée aux Trois Balais, c’était exactement ce qu’il fallait au sorcier pour se changer les idées. En observant la salle, il se dit qu’il y avait plus de clients qu’un soir normal de semaine, mais cela ne le dérangeait pas, au contraire. Il aimait la bonne ambiance qui régnait en permanence sur cette auberge. Le personnel de l’établissement accueillait toujours chaleureusement les habitués tout comme les nouvelles têtes. Ce soir, Viktoria était derrière le bar. Lukasz avait aperçu Sören en salle. Mais c’est vers la barman du soir qu’il se dirigea car c’était elle qu’il connaissait le mieux. Il la complimenta sur sa coiffure après les salutations. « Oh, merci, c’est gentil, et toi toujours aussi élégant. » Un sourire se dessina sur les lèvres du blond. Il appréciait le compliment en retour. En effet, il faisait toujours très attention à son apparence et il aimait les vêtements. Quand il travaillait en particulier, il s’habillait avec beaucoup de soin. Les Benovsky, surtout Novak, le designer de la boutique parisienne, lui avaient tout appris en matière d’élégance. Il fallait qu’on le prenne au sérieux malgré son jeune âge. Un peu comme la jeune femme qui tenait un bar avant même d’avoir la trentaine. Il était bien placé pour lui donner des conseils en image. « Alors… je vais assez bien. » Répondit Viktoria à sa première question en sortant deux verres pour les servir. Elle poursuivit : « C’est la journée de congé de Maggie et, malgré tout ce qu’on peut dire, je ne suis quand même pas une dictatrice envers mes employés. Ma journée se passe environ comme toutes les autres, je rencontre un crétin environ au quinze à vingt clients. » Le sorcier était presque certain qu’elle était déjà beaucoup trop gentille dans ses estimations. En général dans les bars où l’on servait de l’alcool, il n’était pas rare d’en croiser, des ivrognes, des hommes aux gestes, paroles ou regards un peu trop déplacés. Viktoria avait beaucoup de courage, comme les serveuses, elles devaient se coltiner de beaux spécimens. « Et par un heureux hasard, je viens d’avoir une lettre de ma mère et mes grands-parents se portent bien, enfin, dans la mesure du possible, mon grand-père est malade un peu, mais dernièrement il va bien qu’elle m’a dit. » Le jeune homme était triste d’apprendre que le grand-père de Viktoria était malade, il espérait que ce ne soit rien de grave. Il trinqua avec la belle rousse avant de boire cul sec en même temps qu’elle. Il ne répondit rien, mais il compatissait. Lui aussi, il avait un grand-père qui n’était plus tout jeune, il comprenait. Lukasz changea de sujet pour quelque chose d’un peu plus joyeux : la prochaine visite de Viktoria à la boutique. « Je ne savais pas que j’allais te manquer autant ! Je vais tenter de passer bientôt. J’ai compris le message maintenant. Chacun son tour hein. Tu viens boire et moi je vais essayer des vêtements. Ça me va. » Lukasz fit un signe de tête pour indiquer à Viktoria que cela lui allait aussi. Après tout, lui aussi pouvait passer un peu plus souvent. Il aimait tellement cette auberge qu’il serait dommage de s’en passer. Et puis, ils pouvaient peut-être s’organiser quelque chose en dehors de ces deux endroits. Ils étaient amis, ils n’étaient donc pas forcés de se voir uniquement sur leurs lieux de travail, ce serait un peu triste.

« Alors, maintenant à ton tour, comment tu vas ? Tout se passe bien avec ta boutique ? J’entends beaucoup de clients parler de tes bons conseils et de ton bon goût. » Ajouta-t-elle en lui posant à son tour des questions sur sa vie, ce qui était tout à fait naturel. Lukasz ne pouvait pas tout raconter à Viktoria, elle n’était pas au courant de tout, il ne savait pas comment elle réagirait si elle savait par exemple qu’il avait une fille. Elle savait qu’il était capable de beaucoup de choses, mais là, c’était un niveau au-dessus. « C’est vrai ? » S’exclama le sorcier, à la fois surpris et heureux qu’on parle de lui après avoir fait du shopping à la boutique. Lukasz était un garçon assez humble, il savait qu’il faisait du bon travail, mais il ne s’en vantait généralement pas. Il n’avait pas atteint le meilleur de lui-même, alors comment pourrait-il s’en vanter ? Son côté perfectionniste l’en empêchait. Il restait encore du chemin à parcourir pour qu’il se sente vraiment fier de ce qu’il accomplissait chaque jour. Il laissa Viktoria lui servir un nouveau verre. « Je suis heureux d’entendre que mon travail plait. J’ai encore du boulot pour qu’il soit parfait… mais sinon, oui, tout se passe bien à la boutique… Le propriétaire a l’air content de mon travail. Pour l’instant, tout va bien. » Lukasz ne pouvait pas se permettre de changer une quatrième fois de boutique, des gens commenceraient à se poser des questions sur sa carrière. Ce n’était pas rare de changer d’endroit quand on évoluait, mais la prochaine fois qu’il s’en allait, il espérait que ce soit pour ouvrir sa propre boutique, que ce soit une branche de Gaichiffon ou non. Il voulait devenir designer. « Je ne te remercierai jamais assez de m’avoir recommandé, si je suis où je suis, c’est en grande partie grâce à toi. » Dit-il en levant son verre pour trinquer avec la propriétaire des Trois Balais. Sans elle, Lukasz ne savait pas si le propriétaire lui aurait fait confiance à ce point. Il avançait bien dans sa carrière grâce à elle, après avoir fait l’erreur de mêler son travail à sa vie privée à Londres. Il but à nouveau cul sec en même temps qu’elle. « Je peux en avoir un autre, s’il te plait ? » Demanda le couturier à la jeune femme, en parlant de son verre d’alcool. Il en avait bien besoin et puis, le lendemain, il ne travaillait pas, alors il pouvait se permettre de boire ce soir. D’autant plus qu’il n’habitait pas très loin et qu’il savait quand même rester raisonnable. « Je vais t’avouer que ça va pas très fort pour moi aujourd’hui… Mais te voir, ça me remonte tout de suite le moral. » Il afficha un sourire triste, qu’il essayait de cacher.

-- Lukasz & Viktoria --
made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Viktoria Xanielov
Consumed by the shadows
avatar
Hogsmeade
Maison/Métier : Propriétaire des Trois Balais
Célébrité : Emma Stone
Âge : 27 Parchemins : 75 Gallions : 165 Date d'inscription : 14/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Viktoria aimait les soirées bien remplies. Pas d’un point de vu monétaire, mais bien parce que cela l’occupait, qu’elle arrivait à sentir que les gens étaient bien et heureux…enfin, sauf quelques cas quand même. Entre des crises de jalousie, des batailles de coq…il avait quand même plus de gens heureux aux Trois-Balais. Elle réalisait parfois qu’il y avait des clients qui avaient peut-être mal digérés le changement de propriétaire, mais Viktoria avait fait beaucoup d’effort pour que ça se fasse en douceur et qu’au final, cela reste le même établissement malgré la tête de Viktoria comme propriétaire. Voir une tête familière pour elle, ça lui faisait du bien aussi. Plus qu’elle ne savait le dire et l’exprimer. Donc voir Lukasz, c’était une belle visite à ses yeux. D’ailleurs, ça lui permettait de parler un peu, pas qu’elle ne parlait pas avec ses clients, mais pas de sujets personnels. Elle se gardait toujours une petite gêne, de toute façon, c’était toujours plus courant de voir des gens se vider le cœur à la serveuse que l’inverse, non? Donc autant qu’elle prenait le temps de bien répondre à ses questions la rouquine, elle lui retournait. Et ça l’intéressait vraiment, sinon elle ne demanderait pas. D’ailleurs l’expression de surprise qu’elle vit sur les traits du sorcier ainsi que le ton de sa voix lui arracha un sourire sincère.

« C’est vrai ? »

Elle hocha la tête positivement, bien heureuse de lui apprendre, après tout, elle aimait beaucoup le travail du blond elle aussi et n’allait pas s’empêcher de vanter ses talents à des clients potentiels ou des gens qui avaient passé à la boutique. Gardant se sourire fier de lui aux lèvres, elle lui resservit un verre en l’écoutant attentivement.

« Je suis heureux d’entendre que mon travail plait. J’ai encore du boulot pour qu’il soit parfait… mais sinon, oui, tout se passe bien à la boutique… Le propriétaire a l’air content de mon travail. Pour l’instant, tout va bien. »
‘’Tu es un perfectionniste, mais les gens aiment ça aussi. Tu ne fais pas semblant de t’intéresser à eux. On s’entend, je suis encore une de tes clients malgré mon caractère. Dis-toi que je n’accepterais pas de critiques et des conseils de n’importe qui.’’

Et bon sang que c’était vrai! Lukasz avait sans doute déjà vu se dit vilain caractère par le passé, même qu’il devait en avoir été victime du temps qu’il draguait la femme du propriétaire qui était une amie. Bon, elle n’avait pas été assez dure pour briser leur amitié, mais disons qu’elle n’avait sans doute jamais ménagé certains commentaires la rouquine.

« Je ne te remercierai jamais assez de m’avoir recommandé, si je suis où je suis, c’est en grande partie grâce à toi. »

Là, ce fut au tour de Viktoria d’avoir l’air surprise. Ah bon? Grâce à elle? Elle bu son verre en même temps que lui en secouant un peu la tête.

‘’Oh, tu sais. J’ai mentionné ton nom parce que je sais que tu as ton talent et disons que j’ai réussi à le faire comprendre au propriétaire. Et puis je me disais que celui-là n’était pas marié alors…’’

Elle lui fit un clin d’œil joueur, bon peut-être que ce n’était pas les premiers verres que la rouquine prenait aujourd’hui, ce qui rendait son regard un peu plus lumineux et son air plus léger. Viktoria se permettait de le taquiner un peu, mais c’était loin d’être méchant.

« Je peux en avoir un autre, s’il te plait ? »

Il n’eut pas besoin de lui demander deux fois. Elle lui prépara son verre et par le fait même reçu une commande de Sören qu’elle prépara en même temps. Viktoria, avant de travailler aux Trois-Balais n’avait aucune expérience en tant que serveuse, encore moins pour tenir un bar. Mais la jeune femme s’était accommodée très rapidement. L’orgueil la guidant le plus souvent en plus du désir de réussir et prouver qu’elle pouvait arriver à tenir l’établissement dont la réputation n’était plus à faire. Viktoria lui donna son verre et les consommations à Sören puis elle revint vers le blond, perdant de son sourire à ses mots.

« Je vais t’avouer que ça va pas très fort pour moi aujourd’hui… Mais te voir, ça me remonte tout de suite le moral. »

Bon, c’était gentil ce qu’il lui disait à la toute fin, mais elle avait noté son sourire triste. Elle resta debout devant lui à l’observer un petit moment. Elle lui fit un mince sourire.

‘’Est-ce que tu veux me parler de qu’est-ce qui se passe? Ou tu préfères que je m’occupe surtout que ton verre ne soit jamais bien longtemps vide? C’est moi qui offre.’’

Oui, Viktoria avait un bon fond. Très bon même. Quand elle n’était pas en train d’exploser à propos d’idioties, elle savait être compatissante et gentille. Avec ses amis, c’était encore plus flagrant. Parlant de verre vide, elle se pencha afin d’attraper une coupe et une bouteille de vin pour se servir un demi verre. Ses iris balayèrent de nouveau la salle. Les gens avaient tous un verre et étaient pris dans des conversations qui semblaient toutes plus rocambolesques les unes que les autres. Cependant, ce n’était pas vers les clients aux tables que son attention se portait ce soir, c’était sur Lukasz assis devant elle. Elle n’avait pas aimé se sourire triste sur ses lèvres et dans ses mots, son but restait de l’aider un minimum. Viktoria n’allait pas le forcer à lui parler, mais c’était important pour elle qu’il sache qu’il pouvait se confier s’il en avait envie. Si jamais son intention était seulement de se changer les idées, elle pouvait l’aider en lui offrant des consommations et sa compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Lukasz Wozniak
Consumed by the shadows
avatar
Hogsmeade
Maison/Métier : Couturier à Gaichiffon, Pré-au-Lard
Célébrité : Neels Visser
Pseudo : Estelle / .sparkle Âge : 27 Parchemins : 82 Gallions : 274 Date d'inscription : 31/01/2018

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t3091-lukasz-the-world-is-your-runway http://www.mumblemumps.com/t3096-lukasz-liensrp http://www.mumblemumps.com/t3094-lukasz-boite-aux-lettres http://www.mumblemumps.com/t2674-journal-de-sparkle-estelle

tough times
don't last


Les compliments des clients de la boutique rapportés par Viktoria à Lukasz lui faisaient réellement plaisir. Il sourit en se demandant s’il devait une partie de sa clientèle à la propriétaire des Trois Balais. Le bouche à oreilles était très important pour ce genre de boutique et il l’était encore plus dans un petit village comme Pré-au-Lard, même si le propriétaire de Gaichiffon n’avait probablement pas de soucis à se faire. Lukasz rassura Viktoria sur son travail à la boutique, tout allait bien. « Tu es un perfectionniste, mais les gens aiment ça aussi. Tu ne fais pas semblant de t’intéresser à eux. On s’entend, je suis encore une de tes clients malgré mon caractère. Dis-toi que je n’accepterais pas de critiques et des conseils de n’importe qui. » Le caractère de la jeune femme n’était certes pas des plus faciles, mais Lukasz voyait rarement le mauvais côté. Au contraire, il la trouvait forte et cela faisait partie de son charme. Viktoria avait fait beaucoup de progrès depuis qu’ils se connaissaient, mais elle était déjà très jolie avant et elle l’était encore plus à présent. Il la remercia à nouveau de l’avoir recommandé. « Oh, tu sais. J’ai mentionné ton nom parce que je sais que tu as ton talent et disons que j’ai réussi à le faire comprendre au propriétaire. Et puis je me disais que celui-là n’était pas marié alors… » Elle le taquinait sur son passé. Il en sourit. Il avait été idiot de flirter avec la femme du propriétaire de la boutique où il travaillait à Londres. Il aurait pu perdre plus que son emploi, sa carrière aurait pu être terminée. Heureusement, il commençait à se faire un nom dans son métier, il avait une réputation d’être doué et apprécié de la clientèle. « Ça aurait pu très mal se terminer, j’ai été con. » Dit-il avec un sourire, sans trop de sérieux. Il n’y pouvait rien si la femme du propriétaire était tombée sous son charme et que l’inverse était aussi réciproque. Ce n’était pas la première fois que Lukasz avait une aventure avec une femme mariée, mais Viktoria ne le savait pas. Elle ne savait pas tout de son passé. Et puis, l’autre aventure qu’il avait eue, avec Arkadia, avait été autorisée par son mari. C’était juste une affaire de business à leurs yeux. Viktoria le prendrait pour un fou si elle apprenait ce qu’il avait accepté de faire, alors il veillerait à ce qu’elle ne l’apprenne pas s’il voulait conserver son amitié avec elle. Lukasz lui demanda un autre verre, il la regarda faire. Elle semblait douée elle aussi dans ce qu’elle faisait, même s’il savait qu’elle n’avait pas d’expérience avant de devenir propriétaire des Trois Balais. Il était admiratif de l’aisance qu’elle semblait avoir aujourd’hui. Il se confia à elle en lui disant que cela n’allait pas très fort pour lui aujourd’hui et qu’il était heureux de la voir. « Est-ce que tu veux me parler de qu’est-ce qui se passe ? Ou tu préfères que je m’occupe surtout que ton verre ne soit jamais bien longtemps vide ? C’est moi qui offre. » Viktoria était adorable de proposer de lui remplir son verre. C’était pile ce qu’il lui fallait. Sauf qu’il deviendrait peut-être un peu plus bavard qu’il ne le souhaitait s’il buvait trop. D’un autre côté, il avait déjà mentionné sa fille à des inconnus lors de soirées un peu trop alcoolisées et s’il n’en parlait pas à Viktoria maintenant, elle finirait peut-être par l’apprendre d’une autre façon.

« Si c’est toi qui offre, pourquoi s’en priver ? » Répondit-il avec un sourire un peu plus joyeux à son amie tout en poussant doucement son verre vers elle. Adieu la raison, aujourd’hui, il en avait besoin plus que n’importe quel autre jour. « Merci. » Ajouta le couturier en remerciant une nouvelle fois la jeune femme. Combien de fois l’avait-il remercié déjà en l’espace de quelques minutes ? Il n’avait pas compté, mais elle le méritait, et bien plus encore. Il se leva, s’appuya sur le comptoir et déposa un baiser sur la joue de la propriétaire. « Je ne saurais pas par où commencer… » Son histoire était à la fois longue et atypique. Ils étaient amis depuis assez longtemps maintenant, mais il ne lui avait jamais tout raconté de sa vie. Viktoria savait probablement déjà qu’il venait de Pologne et qu’il avait ensuite été travailler en France avant de débarquer à Londres, mais elle ne savait rien de plus parce qu’il était finalement assez secret et qu’au travail, il aimait parler de la vie des autres, pas forcément de la sienne. « Tu es loin de savoir encore tout sur moi, Viktoria Xanielov. » Et réciproquement, il ne connaissait pas tout d’elle. Lukasz réfléchit encore un peu tout en observant les gens autour de lui. Chaque personne dans cette auberge avait des secrets, chacun avait différentes expériences dans la vie. Il se tourna vers le bar et planta son regard dans celui de la jeune femme. « Par exemple… j’ai une fille. » La bombe était lâchée. Viktoria serait peut-être surprise de ne pas l’avoir appris avant alors qu’ils étaient amis, mais il en parlait très peu. « Elle s’appelle Agatha. Aujourd’hui, c’est son anniversaire, elle a trois ans. » Un sourire nostalgique, puis triste, s’installa sur ses lèvres. Viktoria se posait sans doute beaucoup de questions, elle en avait le droit. Où était sa fille ? Qui était la mère ? Elle savait déjà que ce n’était pas Olivia parce qu’il ne connaissait pas son amie il y a trois ans. Mais cela signifiait aussi qu’il avait déjà une fille lorsqu’il était arrivé à Londres. Or, puisqu’il vivait dans l’hôtel familial des Xanielov, Viktoria savait parfaitement qu’il ne vivait pas avec un bébé.

-- Lukasz & Viktoria --
made by guerlain for bazzart
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
(lukasz&viktoria) tough times don't last
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Elsewhere :: Hogsmeade :: Three Broomsticks-
Sauter vers: