Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

one more light (flashback - cassiopée)

Levy T. Scamander
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : Poufsouffle & 1ère année en GISIS de sécurité magique
Célébrité : Grant Gustin
Pseudo : Pezzavril Âge : 26 Parchemins : 494 Gallions : 65 Date d'inscription : 15/03/2018

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t3286-je-vais-me-battre-pour-reconstr http://www.mumblemumps.com/t3359-titre-uc-levy http://www.mumblemumps.com/t3357-fizwizbiz-go-levy

one more light (fb)
Cassiopée Macmillan & Levy Scamander
« Oh I’m in pieces, it’s tearing me up. But I know a heart that’s broke is a heart that’s been loved. I hope that I see the world as you did, ‘cause I know a life with love is a life that’s been lived. »

Je ne peux plus faire marche arrière. J’ai passé des semaines enfermé chez moi, à éviter tout contact avec l’extérieur. Des semaines à ruminer mon malheur, à me maudire au point de presque vouloir en mourir. J’ai essayé de faire mon deuil, d’accepter les choses telles qu’elles sont. Cela relève de l’impossible. Et aujourd’hui, voilà que je dois retourner dans cet endroit lugubre. J’ai promis à Cassiopée de l’y accompagner, et je suis une personne qui tient ses promesses. Pourtant, j’aimerais tant pouvoir rester chez moi et m'enfermer dans mes pensées obscures sans que personne ne vienne y interférer. Je passe tout de même le pas de ma porte, le cœur déchiré, laminé. Je dois puiser dans le peu de forces physiques et mentales qu’il me reste pour me comporter comme un moldu et emprunter le métro. Car, là où je dois me rendre, les sorciers n’ont pas leur place. Du moins, pas les sang-purs comme moi. Pénélope était une sang-mêlée et sa mère moldue a insisté pour qu’elle soit enterrée dans le cimetière où reposent les ancêtres de sa famille maternelle.
Alors que le métro ronronne, berçant certains passagers, je repasse en boucle les mots employés par Cassiopée. Elle m’a envoyé un hibou en me demandant pardon. Pardon de ne pas avoir été là le jour de l’enterrement. Elle ressentait à présent le besoin d’aller la voir, d’aller lui faire ses adieux, mais ne se sentait pas capable de s’y rendre seule. Elle m’a demandé si je pouvais trouver le courage de retourner voir sa sépulture. J’ai répondu par l’affirmative. Maintenant, j’en arrive à regretter ma décision. Je ne suis pas prêt à y retourner. Pas maintenant. C’est trop tôt, beaucoup trop tôt. Elle me manque encore beaucoup trop. Son souvenir est encore trop ardent dans ma mémoire et la douleur encore bien trop dévastatrice. Mais je ne peux plus faire marche arrière. J’ai promis, alors j’irai.
Les transports moldus me permettent de m’éloigner du centre de la capitale. Pénélope vivait avec sa famille à Ilford, dans la banlieue est de Londres. Elle est aujourd’hui enterrée au City of London Cemetery & Crematorium. Pour la seconde fois en l’espace de quelques semaines seulement, je me rends dans ce cimetière. Je n’arrive pas à savoir si mon cœur est plus ou moins lourd que la dernière fois. À chaque pas que je fais pour me rapproche de l’entrée, je sens une masse s’abattre sur mes épaules. Si bien qu’au moment de passer l’arche principale du lieu funéraire, je manque de m’écrouler au sol. Je ne crois pas avoir la force d’avancer. Je ne peux pas y retourner. J’ai mal au ventre, la tête qui tourne, je meurs de chaud. Et par-dessus tout, mon myocarde est en lambeaux.
Je ne sais par quel miracle mes jambes parviennent à me porter durant les mètres qui me restent jusqu’à atteindre l’allée où repose ma défunte petite amie. Cependant, je me fige soudainement au moment de reconnaître une silhouette un peu plus loin, surplombée par des cheveux blonds tirés en une queue de cheval irréprochable. Cassiopée est déjà près de la tombe. Elle semble plus frêle que d’habitude et ses épaules sont affaissées. Je vois son corps trembler, je devine qu’elle pleure. Les larmes que je refoule depuis que j’ai quitté ma maison me brûlent soudainement la vue. Je glisse mes mains au fond de mes poches et enfonce mes ongles dans la chair de mes paumes. Mes pieds frottent alors le sol pour me rapprocher d’elle, pour me faire flirter avec le gouffre qui m’attend à bras ouverts. Je suis au bord de la rupture. Mais j’avance, jusqu’à arriver près d’elle. Je ne lui adresse pas un mot, pas un regard. Je me contente de poser mes yeux sur la pierre tombale. Sublimée de fleurs, une photo y repose, présentant une Pénélope souriante, ravissante... vivante. Je détourne mon regard subitement et baisse la tête pour fermer mes yeux et ravaler mes larmes. Pourquoi ai-je accepté ? Pourquoi suis-je venu ? Comment ai-je pu penser que je serais assez fort pour m'infliger cela une seconde fois ?
(c) DΛNDELION


Revenir en haut Aller en bas
Cassiopée E. Macmillan
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : 2ème année en GISIS Politique Magique [Poufsouffle, préfète]
Célébrité : Lili Reinhart
Pseudo : Amelyna Âge : 23 Parchemins : 106 Gallions : 326 Date d'inscription : 04/04/2018

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t3416-i-close-my-eyes-and-i-believe-w http://www.mumblemumps.com/t3473-cassiopee-fate-is-just-a-word-we-can-build-a-brand-knew-world#96461 http://www.mumblemumps.com/t3472-cassiopee-sweet-feather http://www.mumblemumps.com/t3643-journal-d-amelyna-cassiopee#100468


One more light
Sortie il y a peu de St-Mangouste, je n’en reste pas moins guérie pour autant. Mes peines sont encore ancrées en moi, comme un boulet enchaîné à mes chevilles que je traîne en essayant d’avancer. J’ai mal. La culpabilité me ronge de l’intérieur un peu plus tous les jours, à me demander “Pourquoi n’ont-ils pas eu le droit de vivre ?” à me dire que j’aurais dû mourir ce jour-là. Je sais que Miles n’avait pas regretté son geste pour me protéger, je le sais bien mais...Il me manque affreusement. Lui et tout mes proches qui sont tombés ce soir-là. Je me suis lamentée, j’ai essayé de m’oublietter pour apaiser ma souffrance mais on m’en a empêché. Que je ne devais pas fuir, et tourner la page. Que je n’étais pas seule. C’est vrai. J’avais la chance d’avoir des personnes formidables autour de moi. Ma famille pour commencer, mes amis. J’ai compris tardivement qu’il fallait s'entraider pour aller de l’avant. Faire face à nos peurs, nos craintes. Tout ce qui faisait de moi une Poufsouffle. Ce n’était pas par hasard que le choixpeau m’avait placé là-bas. Il avait foi en mes qualités, en mes capacités. Alors j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai envoyé un hibou à Levy pour lui demander s’il était d’accord de m’accompagner sur la tombe de Pénélope. J’ai précisé qu’il n’était pas obligé d'accepter si c’était encore trop difficile pour lui.  Elle était sa petite-amie, son premier amour. “Je comprendrais…” ai-je précisé à la fin. Mais il m’a répondu oui. Je me rappelle eu avoir un petit sourire attristé sur le coin de mes lèvres en terminant de lire la lettre, à la fois ravie de pouvoir compter sur un soutien et profondément désolée de lui faire traverser cette terrible épreuve...

On s’est donné rendez-vous le samedi à venir en fin d’après-midi, directement au cimetière moldu où ma meilleure amie avait été enterrée. A ce moment-là, je séjournais provisoirement chez une amie pendant quelques temps. Le jour-J, je suis partie vêtue d’une robe blanche m’arrivant jusqu’aux genoux, les cheveux attachés en queue de cheval. Je voulais venir le plus sobrement possible et même en essayant d’être présentable, j’avais une mine affreuse. Mes insomnies me retombaient dessus comme si on m’avait asséné un violent coup de massue derrière le crâne. On aurait dit un fantôme avec un bouquet de lys violets à la main qui traversait Londres. A mi-chemin, j’avais même hésité à faire marche arrière. Mais étant donné que j’avais donné ma parole à Levy, je ne pouvais plus reculer.

Une vague d’émotions m’a transpercé lorsque je suis arrivée à destination. C’était froid, triste. Un paysage de pierres tombales s’étalait devant moi. Je marchais pour trouver celle de mon amie, scrutant les noms des défunts gravés en lettre d’or. Mon coeur se serrait à chacun de mes pas qui me donnaient l’impression de m’enfoncer dans le sol et je finis par me stopper net quand mes yeux ont reconnu le nom de Pénélope. Sa tombe était décorée de fleurs de différentes couleurs, où je suis allée déposer les miennes. Mon regard n’arrivait pas à quitter la photo encadrée placée au milieu alors que je me relevais lentement de ma position accroupie. Ma gorge se nouait. J’avais beau me mordre la lèvre inférieure pour me contenir, je n’y arrivais pas. C’était dur. Beaucoup trop dur. Le chagrin faisait trembler mon corps et je me suis mise à pleurer à chaudes larmes, incapables de prononcer ne serait-ce qu’un mot de ce que je voulais dire à ma meilleure amie.

C’est là que j’ai senti une présence à mes côtés. Pas celle de Miles, que j’imaginais régulièrement m'envelopper pour me rassurer. C’était Levy. Il était venu. Pour moi. Pour Pénélope, mais était aussi silencieux que je l’étais. Sa souffrance me parvenait même dans son mutisme le plus complet. Mon ami portait le masque de la morosité, à voir ses cernes imposants sous ses magnifiques yeux verts qui avaient perdu de leur éclat. “Je n’arrive toujours pas à croire qu’elle ne soit plus là...J-Je…” J’ai tenté d’ouvrir la bouche pour briser le silence entre nous, prise par un sanglot qui brouillait à moitié mes mots malgré moi. “J-Je ne sais pas si j’y arriverais L-Levy...C’est trop dur…” Je portais ma main à ma bouche et secouais la tête, totalement dans le déni.
AVENGEDINCHAINS


Be the light
We can't forget the lives that were lost along the way and then you realize that wherever you go, there you are time won't stop so we keep moving on.

Revenir en haut Aller en bas
Levy T. Scamander
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : Poufsouffle & 1ère année en GISIS de sécurité magique
Célébrité : Grant Gustin
Pseudo : Pezzavril Âge : 26 Parchemins : 494 Gallions : 65 Date d'inscription : 15/03/2018

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t3286-je-vais-me-battre-pour-reconstr http://www.mumblemumps.com/t3359-titre-uc-levy http://www.mumblemumps.com/t3357-fizwizbiz-go-levy

Le silence s’imposant entre nous est étouffant. J’aimerais pouvoir prononcer un mot, un son, mais rien ne parvient à remonter ma gorge. Elle est serrée comme un étau, laissant à peine un filet d’air viable longer ma trachée. Je reste immobile, mes mains dans les poches et le regard figé en direction de la pierre tombale. Je détaille la photo de ma défunte petite amie. Les boucles brunes qui encerclent son visage sont ornementées par un serre-tête jaune et noir, aux couleurs de la maison qu’elle partageait avec nous à Poudlard. Ses yeux verts contrastent avec sa peau claier et fait ressortir le rosé de ses lèvres. Elle est magnifique. Aussi magnifique que dans mes souvenirs. Une photo et des souvenirs. C’est tout ce qu’il me reste de son image, de son sourire angélique, de la beauté de ses traits.
Abattu, je baisse la tête. Mes mains tremblent et ma respiration est de plus en plus difficile. Je déglutis, dans l’espoir de ravaler mes larmes. Dans un élan de courage, je dégaine ma baguette sans même me soucier des Moldus qui pourraient nous entourer. Je m’agenouille face à la pierre froide qui se dresse devant nous, mes yeux débordant de larmes relisant encore et encore les lettres du nom de la disparue.
– « Orchideus. » murmuré-je finalement en décrivant un cercle avec ma baguette.
Une couronne de roses blanches se dessine progressivement au milieu des autres fleurs. Je la regarde qui se forme, délicate et fragile. Mon cœur est si lourd que je le sens rebondir dans ma cage thoracique. Chaque battement se montre plus déchirant que le précédent. Le simple fait de vivre est devenu trop douloureux. Sans un mot et sans un regard pour Cassiopée, je me relève finalement, mes yeux fatigués ne lâchant toujours pas l’assemblage de roses que je viens de créer.
– « Je n’arrive toujours pas à croire qu’elle ne soit plus là... »
Tous les muscles de mon corps se tendent. Mes paupières se ferment et je retiens ma respiration. L’entendre sangloter me rend la tâche d’autant plus compliquée. Ma gorge est sèche, agressée par les pleurs qui tentent vainement de se frayer un chemin jusqu’à l’extérieur.
– « J-Je ne sais pas si j’y arriverai L-Levy… C’est trop dur… »
Je la sens perdre tout contrôle et, par réflexe, ma main attrape la sienne et la serre dans un mélange de délicatesse et de fermeté. Elle ne peut pas lâcher prise. On ne peut pas lâcher prise. Nous devons continuer à avancer, pour nous, mais aussi pour Penny. Elle ne voudrait pas nous voir baisser les bras.
Pourtant, l’envie me démange depuis des semaines maintenant. Tout laisser tomber. Partir d’ici, d’une manière ou d’une autre, et ne jamais regarder en arrière.
Cassiopée étouffe un nouveau sanglot. Mes lèvres commencent à trembler, tout comme ma main dans la sienne. Mon cœur tambourine toujours plus violemment, si fort que j’en ai presque la nausée. Je replonge dans mes souvenirs. Ces bribes de mémoire qui me reviennent chaque nuit en cauchemars. Je revois l’obscurité, je ressens la froideur macabre, j’entends les cris. Tue-la. Cette voix glaciale, dénuée de toute empathie. Levy… Sa supplication, les larmes roulant sur son visage blanchâtre sali par la bataille. N… Non… Ma lutte vaine contre le sortilège qui guide ma main jusqu’à ce que ma baguette se pointe vers elle. Avada kedavra. La mort, le néant.
– « Je l’ai tuée. »
Ma voix rompt le silence. Brisée, elle fend l’air comme une flèche empoisonnée et brise toutes les défenses que j’ai tenté de dresser autour de moi depuis cette funeste nuit. Une première larme glisse contre ma peau, puis une seconde. C’est bientôt un torrent qui inonde mes yeux et tremble à la frontière de mes cils. Je sanglote, incapable de retrouver mon calme. Pour la première fois depuis la mort de Pénélope, je suis impuissant face à ma propre détresse.
– « T… Tout est de ma faute. »
Mes jambes tremblent. Je lâche la main de mon amie et m’éloigne de quelques pas, jusqu’à pouvoir m’appuyer contre l’arbre le plus proche. Je ne tiens plus debout. Ma vue est floue, ma tête tourne et mon cœur est en pièces.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
one more light (flashback - cassiopée)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Editeur light libre
» the light of aerendil
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Elsewhere :: flashback-
Sauter vers: