Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Sweet silver lining ϟ Iverna

Mila V. Silaïeva
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle, deuxième année de GISIS en Zoomagie, préfète & membre des clubs d'astronomie et du 2ACM
Célébrité : Lily Collins
Pseudo : Barling Âge : 26 Parchemins : 3299 Gallions : 3398 Date d'inscription : 12/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t400-mila-it-s-always-darkest- http://www.mumblemumps.com/t1385-mila-you-know-what-they-say-about-hope http://www.mumblemumps.com/t1390-mila-hibouxbox http://www.mumblemumps.com/t2088-journal-de-mila

Sweet silver lining
Iverna
feat.
Mila


 

 



 

 





Elle aurait dû se douter que cette journée allait être pleine de surprises, Mila. Après tout, il en était de même tous les ans et elle ne voyait pas de raison que cela change cette année. Aujourd’hui, elle fêtait son anniversaire. Elle avait 21 ans, et même si selon la loi sorcière elle était majeure depuis quatre ans déjà, elle avait le sentiment que cet anniversaire était une étape charnière pour elle. Elle ne savait pas trop pourquoi, peut-être parce que cet âge marquerait la fin de ses études à Poudlard et le début d'une nouvelle vie dans le monde sorcier, l'âge où elle pourrait enfin espérer se libérer de l'emprise des Silaïev. Ce serait peut-être l'âge du renouveau, une étape différente, plus apaisée. Du moins elle l'espérait, parce que si quelques années plus tôt elle en aurait été farouchement convaincue, désormais la réalité de l'épidémie menaçait d'ébranler tous ses espoirs. La quarantaine avait pris fin mais l'incertitude était toujours là et après les agissements de la direction pendant le banquet, elle savait qu'il fallait s'attendre à tout pour la fin de l'année. Mais aujourd'hui, elle était bien décidée à ne pas y penser. Elle voulait laisser ses inquiétudes de côté, juste le temps d'une journée, pour pouvoir savourer son anniversaire comme il se devait. Cette année, cette date tombait un dimanche ce qui était parfait à ses yeux. En bonne Serdaigle, Mila appréciait de suivre ses cours et surtout d'en apprendre toujours plus sur le monde dans lequel elle évoluait mais pour son anniversaire elle avait envie de relâcher la pression. Elle pourrait se replonger corps et âme dans ses études dès le lendemain, elle savait que ses devoirs et examens ne disparaitraient pas tout seul pendant la nuit. Son travail pouvait bien attendre une journée. Alors cette fois-ci, elle n'avait pas ouvert ses grimoires, ni laissé la perspective des examens approchant la distraire. Les anniversaires n'arrivaient qu'une fois par an et Mila n'aurait plus l'occasion de fêter ses 21 ans, alors elle pouvait bien s'accorder un petit jour pour elle. Pour une fois, elle avait décidé qu'elle avait le droit de se montrer un peu égoïste, si il y avait une journée qui se prêtait à ce choix c'était bien cette de son anniversaire. Avec cette idée en tête, Mila avait simplement profité de sa journée et de ses amis, surtout que le soleil s'était enfin décidé à se montrer en Écosse.

Dès le petit déjeuner, Isis, sa chouette, lui avait apporté quelques cartes et petits présents que ses amis lui avaient adressés. Le cœur de l'anglaise s'était gonflé en voyant les noms de ses amis s'étaler sur les parchemins qu'ils avaient pris le temps de lui adresser. Ces courriers ne l'avaient pas étonné, elle savait qu'elle pouvait compter sur ses amis pour se souvenir de la date de son anniversaire. Ce qui l'avait surprise, en revanche, c'étaient les deux dernières lettres qu'Isis lui avait apporté un peu plus tard dans la journée. Confortablement installée dans un fauteuil de la salle commune des Serdaigle, la préfète ne cessait de les lire et relire, comme si elle cherchait à les apprendre par cœur, ou à en percer tous les secrets. La première venait d'Iverna, recevoir une lettre de sa marraine ne l'avait pas surprise, elle savait que la sorcière penserait à elle en ce jour si spécial. Mais, en plus de lui adresser ses vœux pour son anniversaire, sa marraine l'invitait à la rejoindre au bord de la forêt interdite en fin de journée. Sa demande était en elle-même assez intrigante, habituellement elles attendaient le samedi suivant pour aller fêter l'anniversaire de Mila devant une bièraubeurre à Pré-au-Lard, mais ce qui piquait le plus la curiosité de Mila était qu'Ivy affirmait agir à la demande de sa mère. Le cœur de l'anglaise s'était serré en découvrant ces quelques lignes sur le parchemin qu'Iverna lui avait envoyé. Elle regrettait chaque jour un peu plus que sa mère ne soit plus là pour partager ces moments avec elle, elle lui manquait tellement. Réaliser que malgré la maladie sa mère avait pensé au jour où sa fille aurait 21 ans était à la fois source de peine et de réconfort. Annabeth Pierce avait toujours su montrer qu'elle pensait aux autres même quand elle n'était pas là. Mila n'avait même pas eu à réfléchir avant de répondre à Iverna, le message aussitôt lu elle avait attrapé une plume dans son sac et griffonné un petit mot qu'elle avait confié à Isis. Si le contenue de la lettre d'Ivy l'avait un peu décontenancé, elle accueillait désormais l'idée de voir sa marraine avec bonheur, et même un peu d'impatience. En revanche le deuxième parchemin qu'elle avait reçu en fin de matinée lui paraissait toujours aussi déstabilisant. Non seulement Oktavia lui avait écrit pour lui souhaiter son anniversaire, mais elle avait aussi pris la peine de lui offrir un cadeau. Pensivement, Mila sortit de sa poche le parchemin envoyé par sa demi sœur et en extirpa une bague ornée d'une pierre bleue qu'elle fit tourner entre ses doigts. Elle ne savait pas quoi en penser. Certes, elle avait elle-même prit le temps de souhaiter l'anniversaire de la russe quelques semaines plus tôt mais elle ne pouvait s'empêcher de se dire que, quelques mois auparavant, la simple idée de recevoir un cadeau de la part de la Silaïeva aurait été inimaginable. Elle observa la bague avec attention, Oktavia n'avait pas mentit, Alcyone était véritablement douée. Un léger sourire étira les lèvres de la Serdaigle. Depuis l'été, sa relation avec Oktavia prenait un nouveau tournant, elle était plus apaisée, presque sereine. Sans se concerter elles avaient choisi de faire des efforts pour s'accepter et peut-être enfin apprendre à réellement se connaître. Mila avait envie d'y croire, c'était la première fois depuis des années qu'Oktavia ne la traitait pas avec mépris, mais elle restait prudente, elle ne voulait pas être déçue. Or, c'était quelque chose que les Silaïev savaient faire à la perfection. Ce cadeau, l'anglaise voulait le voir comme une main tendue, un geste de paix. Oktavia avait accepté son propre cadeau -qu'elle trouvait soudainement bien maigre en comparaison de ce que la russe lui avait envoyé- et avait retourné son geste. Mila voulait croire qu'elles étaient prêtes à tourner la page et à construire quelque chose de nouveau. Elle savait que cela n'allait pas être simple, mais elle s'autorisait à y croire.

Voyant que l'heure à laquelle elle devait retrouver Ivy approchait à grands pas, Mila se redressa. Elle contempla un instant de plus la bague entre ses doigts, malgré tout, elle hésitait à la porter. Elle savait que c'était une preuve de bonne volonté, mais elle ne pouvait oublier qu'Oktavia avait été son bourreau pendant des années. Elle avait besoin d'un peu de temps pour remettre ses pensées en ordre. Finalement, elle replaça la bague dans sa poche, elle ne doutait pas qu'elle la porterait bientôt mais il lui semblait déplacé de retrouver sa marraine avec un tel bijou au doigt. Elle savait à quel point Ivy pouvait mépriser les Silaïev et elle voulait d'abord lui parler de l'évolution de sa relation avec Oktavia. Iverna avait le droit de savoir et Mila ne voulait surtout pas la mettre au pied du mur. Un peu à contrecœur, la Serdaigle quitta son fauteuil confortable et monta dans son dortoir pour y chausser une paire de chaussures en toile et attraper sa veste. Elle ne fut pas surprise de découvrir les couloirs de l'école presque vides, c'était souvent le cas les dimanches et le beau temps de la journée accentuait cette tendance. Elle parcourut les corridors en silence, s'efforçant de marcher à un rythme normal pour ne pas attirer l'attention des aurors qui patrouillaient dans le château. Ivy avait beau lui avoir fourni un message pour les agents du Ministère, la préfète n'avait aucune envie de les voir mettre leur nez dans ses activités. Leur présence constante était déjà bien assez difficile à vivre comme ça. Elle atteignit rapidement le hall de l'école et constata avec ravissement qu’elle pouvait enfin sortir du château sans s’emmitoufler dans d’innombrables couches de vêtements. Le soleil avait commencé sa descente mais il réchauffait encore l’atmosphère et il restait encore deux bonnes heures avant que la nuit ne tombe sur le château. Enfin libérée des regards inquisiteurs des aurors, Mila pressa le pas et s’engagea sur le sentier qui menait aux serres du professeur Ackerfeld. De là, elle pouvait contourner les structures qui abritaient les plantes et s’approcher de la forêt interdite sans attirer les prunelles curieuses. Elle marcha quelques instants à l’orée de la forêt, s’approchant des arbres sans jamais en franchir la limite. En silence, la Serdaigle observait les profondeurs des bois, à la recherche de la moindre trace de présence. Enfin, elle aperçue une silhouette qu’elle aurait reconnue entre mille. « Ivy ! » S’exclama-t-elle alors qu’un grand sourire venait étirer ses lèvres. Elle s’avança vers sa marraine, elles ne pouvaient pas se voir autant que Mila l’aurait voulu, mais au moins la joie de retrouver Iverna était toujours la même.
Gasmask





Revenir en haut Aller en bas
Iverna Donnelly
Consumed by the shadows
avatar
Aurors
Maison/Métier : auror + ancienne gryffondor
Célébrité : gal gadot
Pseudo : MONAZ•HOPE Âge : 25 Parchemins : 932 Gallions : 563 Date d'inscription : 25/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2618-iverna-let-s-think-about-us http://www.mumblemumps.com/t2655-iverna-the-notebook http://www.mumblemumps.com/t2654-luciole-les-petits-parchemins http://www.mumblemumps.com/t2101-journal-de-monazohope


 
sweet silver lining
   
Depuis plusieurs jours tu fouillais dans tes affaires afin de retrouver où tu avais mis ce collier qu’Annabeth t’’avait demandé de donner à sa fille, seulement lorsqu’elle aurait vingt ans. L’échéance approchait, donc tu ne pouvais pas te permettre de ne pas retrouver ce satané collier, tu n’avais  pas le droit de lui enlever cela. Même si tu savais parfaitement que ta filleule ignorait le fait que c’était à toi que sa mère avait confié cette pièce si importante pour elle. Néanmoins, tu comptais en dire le moins possible à la jeune sorcière afin de lui garder cette surprises aussi longtemps que tu le pouvais. Tu réfléchissais donc à la meilleure façon de lui ramener, il fallait que tu te trouves à Poudlard, elle ne pourrait pas quitter l’école en semaine malheureusement, Par conséquent il fallait que tu la retrouves au sein de l’école. Tu n’appréciais pas vraiment le fait de te retrouver à nouveau dans l’enceinte de l’école de magie, mais tu y étais obligée cette fois -ci. Tant pis pour toi et tes envies, retrouver Mila ce jour-là était certainement plus important. Alors, tu passais ton temps, lorsque tu étais dans ton appartement à retrouver ce putain de collier que tu ne savais plus trouver.

Tu avais donc envoyé un hibou à Mila afin qu’elle te retrouve au bon moment le soir de son anniversaire au bord de la forêt interdite, tu n’avais pas très envie que beaucoup d’élèves te croisent. Encore moins les Silaïev, néanmoins, tu préférais rester assez silencieuse sur l’idée. Alors, tu te décidais, enfin en début de soirée, de rejoindre l’enceinte de l’école, l’avantage de ton job étant de n’avoir pas de vrai raison pour y pénétrer. Tu n’avais juste qu’à montrer ton insigne à tes collègues et tu serais tout à fait tranquille d’entrer à l’intérieur de cette manière. Tu connaissais le parc de Poudlard toujours aussi bien, même si au final tu ne l’avais pas foulé depuis plus de dix sept ans, pas depuis que tu avais quitté l’école. Certains endroits étaient ton refuge, loin de ces saletés de sorciers au sang-pur et de  ses traditionalistes estimant que ce que était se trouvait être contre nature.  Cela t’avait valu quelques retenues, tu avais beau rester impassible la plupart du temps, tu ne pouvais pas laisser les gens t’ennuyer trop longtemps. Tu avais ce besoin de contrôle ne serait que sur ta vie. Tes amis de l’époque l’avaient bien compris d’ailleurs.

Alors tu étais descendu près de la forêt interdite, là où tu avais décidé de retrouver ta filleule, parce que c’était le plus simple. Tu te retrouvais enfin où tu souhaitais l’attendre te positionnant contre un arbre afin de la retrouver. Les mains dans les poches de ta veste, tu attendais ta filleule en regardant   au loin, étrangement la forêt t’avait toujours apaisée, pour une raison que tu ignorais, tu n’avais jamais compris ce point d’ailleurs. Cela en étonnait plus d’un à l’époque, parce qu’ils savaient bien que tu te cachais là, lorsque tu décidais qu’il fallait que tu sois seule, loin de tes camarades. Même s si tu faisais partie d’une bande, tes besoin de solitude étaient bien présents la plupart du temps. Au moins tes amis avaient toujours eu l’obligeance de te laisser ses moments là lorsque tu le souhaitais, venant te chercher seulement lorsque tu y restais trop longtemps. Alors tu mettais les mains dans tes poches, jouant avec l’écrin dans lequel se trouvait le collier d’Annabeth. Parce que tu ignorais encore comment tu allais lui donner. « Ivy ! » La voix de la jeune sorcière te sors de ta solitude retrouvé à Poudlard. Tu étais tout à fait certaine qu’elle ne serait pas en retard, ce n’était pas son genre. Tout comme pour toi, au moins, elle avait cette qualité, c’était certain. Tu ne t’étonnais pas, ne prenait ni mal sa façon de t’accoster, elle était bien l’une des seules à pouvoir se permettre de t’appeler ainsi. Tu souris doucement. « Alors c’est comme ça que tu débarques le jour de ton anniversaire ? » Tu penche la tête un instant, pour la regarder, rien de précis, au moins elle ne portait pas l’uniforme de Poudlard et tu l’en remerciais au final, sans le vouloir, tu n’avais pas très envie de voir cette horreur. C’était une chose que tu détestais à l’époque réellement. « Je devrais commencer à t’interdire de prendre des années... » Et oui en la remarquant devenir plus âgée, tu prenais un petit coup de vieux, cependant tu ne comptais pas lui offrir immédiatement son cadeau, la patience était une vertue.
⇜ code by bat'phanie ⇝


i don't even know
if I believe
everything you're trying to say to me
Revenir en haut Aller en bas
Mila V. Silaïeva
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle, deuxième année de GISIS en Zoomagie, préfète & membre des clubs d'astronomie et du 2ACM
Célébrité : Lily Collins
Pseudo : Barling Âge : 26 Parchemins : 3299 Gallions : 3398 Date d'inscription : 12/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t400-mila-it-s-always-darkest- http://www.mumblemumps.com/t1385-mila-you-know-what-they-say-about-hope http://www.mumblemumps.com/t1390-mila-hibouxbox http://www.mumblemumps.com/t2088-journal-de-mila

Sweet silver lining
Iverna
feat.
Mila


 

 



 

 





Où étaient passées ces dernières années ? C’était la question qui revenait souvent à l’esprit de Mila alors que l’idée qu’elle fêtait en ce jour ses 21 ans s’imposait doucement à elle. Elle avait l’impression que le temps filait à toute allure et elle ne pouvait rien faire pour ralentir sa course. Elle se rappelait de tout avec parfois une précision étonnante mais elle avait tout de même parfois la sensation d’être une simple spectatrice. Le temps ne ralentissait pour personne et parfois Mila se demandait si c’était une bonne ou une mauvaise chose. Malgré toutes les difficultés qui avaient jalonné son existence depuis sa naissance, elle portait tout de même un regard attendrit sur ses souvenirs les plus chaleureux. Pour les sorciers, avoir 21 ans n’était peut-être pas une étape cruciale, mais elle voyait les choses différemment. Ses nombreuses heures passées à la bibliothèque à satisfaire sa curiosité naturelle lui avaient appris qu’elle était désormais majeure dans le monde entier, sorcier comme moldu et cette idée lui apportait une sensation de liberté qu’elle n’avait pas ressenti depuis bien longtemps. Ses 21 ans marqueraient certainement la fin de la vie telle qu’elle la connaissait à Poudlard, le début d’une nouvelle étape, aussi effrayante qu’excitante. Elle s’apprêtait à entrer dans une nouvelle vie, tout comme elle l’avait fait plus de dix ans plus tôt lorsqu’elle avait posé pour la première fois le pied sur le sol de l’école. Elle se revoyait, dix ans auparavant, en train de parcourir l’Allée de Traverse pour acheter ses fournitures scolaires en compagnie de sa mère. Contrairement à de nombreux élèves, ce n’était pas la première fois qu’elle se rendait dans la célèbre avenue marchande londonienne, mais c’était bien la première fois qu’elle y faisait des achats pour son avenir. Elle se souvenait que pour elle, cette simple idée avait changé toute sa perception de cette journée. Elle avait vécu ce jour intensément aux côtés de sa mère et encore plus quand, les bras chargés de leurs achats, elles avaient été rejoindre Iverna pour célébrer cette occasion autour d’un verre -de soda pour la jeune future étudiante. Aujourd’hui, Mila était triste que sa mère ne soit plus là pour partager avec elle ces étapes si importantes dans sa vie, mais elle était heureuse de pouvoir se remémorer de tels souvenirs. La Serdaigle aurait tout donné pour qu’Annabeth soit toujours à ses côtés, elle aurait aimé lui montrer la jeune femme qu’elle était devenue et pouvoir encore s’appuyer sur ses conseils avisés pour avancer. Mais ce n’était plus possible, et malgré toute la peine que cela lui causait, l’anglaise l’avait accepté. Sa mère était partie, mais grâce à ses souvenirs, elle resterait toujours à ses côtés.

À chaque anniversaire Mila ressentait toujours un petit pincement au cœur, encore un moment important qu’elle ne pouvait plus partager avec sa mère. Les premières années, ça avait été compliquée à gérer pour elle, son anniversaire avait failli devenir à ses yeux un jour aussi douloureux que la date qui marquait la mort de sa mère mais peu à peu elle avait grandi, elle avait accepté et apprit à porter sur ce jour un regard plus affectueux que peiné. Et Iverna n’y était pas pour rien. Sans pour autant combler tout à fait le trou béant laissé par l’absence de sa mère, la présence de sa marraine avait aidé à panser ses plaies et à prendre le recul nécessaire pour ne pas rendre ce jour sinistre. Mila n’oubliait pas sa mère, c’était tout simplement impossible, mais désormais ce n’était plus seulement le souvenir de sa mère qu’elle voulait sentir à ses côtés et rendre fier, c’était aussi Iverna. Sa marraine représentait énormément aux yeux de l’anglaise et elle ne pouvait s’imaginer passer son anniversaire sans la voir, ou ne serait-ce que lire son écriture. Alors quand le hibou qu’elle avait reçu de la sorcière lui demandait de la rejoindre à l’orée de la forêt interdite une fois la journée terminée, la préfète n’avait pas hésité un instant. Comme toujours, son cœur s’était gonflé de joie en apercevant la silhouette familière de l’auror entre les arbres, un grand sourire était né sur ses lèvres alors qu’elle s’était approchée. Mila était heureuse de voir sa marraine, le genre de joie qu’il était impossible de feindre et qui illuminait autant ses traits que son regard ambré. L’anglaise vit le regard de sa marraine se parer de la même étincelle et un sourire étirer doucement ses lèvres. Mila ne s’offusqua pas le moins du monde qu’Ivy ne s’approche pas pour la serrer dans ses bras ou l’embrasser, elle savait quel rapport tendu sa marraine entretenait avec les démonstrations d’affections. Depuis le temps, elle avait appris à faire avec et même à les respecter alors elle ne chercha pas à franchir la mince distance qui les séparait désormais. Savoir sa marraine à ses côtés était déjà suffisant aux yeux de la bleue. « Alors c’est comme ça que tu débarques le jour de ton anniversaire ? » Un éclat de rire franchit presque aussitôt les lèvres de Mila. De telles paroles étaient tellement typiques d’Iverna qu’elle aurait dû s’y attendre. Un grand sourire barra son visage, malgré l’ironie de ses mots, Mila savait discerner le ton affectueux qui s’y cachait. Malgré tout, elle prit un air faussement offensé alors qu’Iverna semblait la détailler du regard. La Serdaigle ouvrit grand la bouche dans une expression de choc absolument exagérée et posa ses poings sur ses hanches. « Quoi ma tenue ne te plait pas ? » Lança-t-elle tout en entamant un tour sur elle-même pour que sa marraine puisse admirer la tenue qu’elle portait ce jour-là. Etant un dimanche, porter l’uniforme n’était pas obligatoire alors Mila avait choisis un simple jean noir et un petit pull bordeaux aux manches trois-quarts. Aux pieds elle portait de légères baskets en toile,  parfaites pour faire un tour en forêt, et elle avait laissé ses cheveux ondulés retomber naturellement sur ses épaules. Sa tenue n’avait rien d’extravagante, mais elle lui allait bien et mettait en valeur ses prunelles ambrées. Au moins elle ne portait pas un jogging informe aux couleurs de sa maison comme certains se contentaient d’enfiler le dimanche. Elle n’avait rien contre l’uniforme de l’école, même si elle commençait à se sentir trop vieille pour ne pas pouvoir choisir ses vêtements librement, mais elle concédait bien volontiers que les vêtements moldus étaient plus pratiques. Qui avait envie de porter des capes et jupes plissées quand les jeans existaient ? « J’avais bien pensé à arriver sur le dos d’un hyppogriffe avec une fanfare et un diadème sur la tête mais j’avais peur de trop en faire. » Reprit-elle finalement avec un petit haussement d’épaule et un air innocent sur le visage. L’image la fit sourire. Ça ne lui ressemblait absolument pas, elle qui n’aimait pas attirer l’attention, mais au moins ça aurait été une entré inoubliable pour elles deux.

Mila laissa son sourire devenir plus taquin. Puisqu’Ivy se posait en figure de calme et de maitrise, elle serait la légèreté, c’était son anniversaire après tout, quel meilleur jour pour ça ? Elle était habituée à jouer les Serdaigles appliquées, Mila, c’était un rôle qui lui correspondait plutôt bien, mais ça ne voulait pas dire qu’elle ne savait pas s’amuser. L’image de la Serdaigle trop sérieuse et incapable de se détendre, très peu pour elle. Peu importe combien elle était fière de sa maison, elle était plus qu’une simple Serdaigle. « Je devrais commencer à t’interdire de prendre des années... » Un léger rire s’échappa des lèvres de la bleue. Au fond, elle était d’accord avec sa marraine. Le temps passait avec une vitesse folle, elle avait l’impression que la rentrée avait été la veille et pourtant le mois d’avril touchait déjà lentement à sa fin. Alors elle aurait bien appuyé sur pause elle aussi pour se laisser le temps de souffler un peu et de réaliser le nombre d’années qui étaient déjà derrière elle. Mila était heureuse de savoir que sa vie allait bientôt prendre un nouveau tournant, mais en même temps c’était une idée qui l’effrayait. Depuis le décès de sa mère, Poudlard était devenu sa maison, c’était entre ses murs qu’elle avait vécu, qu’elle avait grandi, évoluée. Avec son emménagement chez les Silaïev pendant les vacances d’été, elle n’avait pas encore vécue à Londres sans sa mère. En réalité, elle n’était même pas encore retournée dans leur appartement qu’elle lui avait légué. Elle ignorait qu’elle vie pourrait l’attendre une fois son diplôme en poche, et ça c’était une idée qui parfois la paralysait. Mais elle s’efforça d’éloigner de telles pensées de son esprit, c’était un jour de fête, elle pourrait s’inquiéter de l’avenir plus tard. Pour le moment elle voulait simplement profiter. « Il faudra que tu m’expliques comment tu comptes t’y prendre dans ce cas. Tu m’intrigues. » Ajouta-t-elle en haussant un sourcil malicieux. Elle était bien curieuse maintenant de voir Iverna s’engager sur le chemin qu’elle avait elle-même balisée. Peut-être même qu’elle pourrait s’en inspirer. Malgré ses plaisanteries, l'anglaise n'oubliait pas l'objet de la visite de sa marraine, elle espérait juste ne pas avoir à la supplier pour être mise dans la confidence.
Gasmask





Revenir en haut Aller en bas
Iverna Donnelly
Consumed by the shadows
avatar
Aurors
Maison/Métier : auror + ancienne gryffondor
Célébrité : gal gadot
Pseudo : MONAZ•HOPE Âge : 25 Parchemins : 932 Gallions : 563 Date d'inscription : 25/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t2618-iverna-let-s-think-about-us http://www.mumblemumps.com/t2655-iverna-the-notebook http://www.mumblemumps.com/t2654-luciole-les-petits-parchemins http://www.mumblemumps.com/t2101-journal-de-monazohope


 
sweet silver lining
   
Certaines journées étaient faites de ces moments que l’on ne pouvait pas rater ou bien oublier, que l’on ne pouvait pas laisser passer. Le jour de l’anniversaire de ta filleule était certainement l’un de ses jours-là, tu ne pouvais pas te permettre de rester loin d’elle à ce moment-là. Tu connaissais cette peine qui pouvait se trouver en elle certains jours et au moins, lors de la commémoration de son arrivée sur terre, tu devais lui faire le plaisir d’être différente. Un peu plus comme elle avait pu te connaître enfant, lorsque l’insouciance battait encore dans tes veines, mais les années étaient passées. La guerre avait fait son boulot de sabotage, après les années à se remettre de celui de tes parents. Tant pis, tu devrais faire avec au final, alors tu étais ravie de retrouver ta filleule près de la forêt interdite, l’un des coinx que vous préfériez avec tes camarades de Gryffondor à l’époque. Tu étais bien ravie que Mila ne soit pas aussi casse-cou que toi à l’époque, même si tu avais la tendance de ramener tout le monde à la raison quand ça allait trop loin. Tu n’étais pas mauvaise pour enfreindre les règles, tu ne lui en avais jamais parlé d’ailleurs, pour quelle raison ? Tu l’ignorais, peut-être parce qu’une partie de toi avait honte de cette façon d’être à l’époque ? Bien loin de ce que tu as toujours représenté pour Mila. Dès lors qu’Annabeth t’avait introduite auprès de sa fille, tu  avais eu cette tendance à être plus calme, pour la petite. Histoire de ne traumatiser personne au final.

Dans le silence inquiétant de la forêt tu l’attendais, cherchant à savoir ce qui se passerait dans sa tête lorsqu’elle verrait le cadeau de sa mère. Puis elle arrive la serdaigle, cela ne t’a jamais vraiment étonné sa maison, une logique tout à fait normale. Mais bon, tu ne dis rien, parfois elle était bien trop sage, un peu comme toi, tu espérais juste ne pas interférer trop avec sa façon d’être. Alors, tu t’amuse un peu d’elle, gentiment, presque poliment. Elle se met à rire comprenant que trop vite que tu joues, rien n’est très réaliste, lorsque tu parles de son arrivée et de sa tenue en la détaillant. « Quoi ma tenue ne te plait pas ? » Tout allait bien, tu t’en fichais bien de sa tenue au final. « J’avais bien pensé à arriver sur le dos d’un hyppogriffe avec une fanfare et un diadème sur la tête mais j’avais peur de trop en faire. » Tu la regardes un instant septique, c’était un peu trop tout de même, elle pouvait le savoir non ? La sobriété était bien plus intéressante. Tu ne contredis pas, aucune raison de le faire au final, bien au contraire. Alors tu souris tendrement à ta filleule, sans rien dire de précis, même si tu avais un souvenir à une époque où elle appréciait un peu moins de sobriété lors de ses anniversaires. « Il n’y a pas si longtemps, tu nous tannais pour t’acheter des robes de princesses… je pensais qu’en souvenir du bon vieux temps, tu le ferais. » Tu aurais bien aimé pour le coup, cela t’aurait bien fait rire. Mais tu ne pouvais pas lui en demander trop après tout elle était enfermée à Poudlard. Et les robes de cette époques devaient être bien trop petites, néanmoins tu savais que sa mère les avait gardé. « T’étais encore pire que ma sœur à cet âge là... » Tu parles de Siobànn très rarement, parce que tu préfères éviter de penser à ce que tes parents avaient pu lui faire après que tu sois partie. Tu l’avais abandonnée au final, à son sort, elle devait t’en vouloir sans aucun doute. Chose tout à fait logique, c’était certainement pour cette raison que tu ne voulais plus t’approcher de ta sœur, parce que tu avais peur du rejet auquel tu aurais le droit.

Les années étaient passés et les vingt et un ans de ta filleule le démontraient bien. La vie avançait, chose des plus normales au final. Alors, tu souris tu souris en lui rappelant qu’elle devait arrêter de grandir, en la voyant passer les années tu remarquais que tu vieillissais aussi. Sauf qu’à ton âge les enfants, il fallait y songer, tu ne te voyais pas avec un môme pour l’instant, surtout que tu n’avais personne dans ta vie, ou dans ton lit. Il y avait bien une beauté qui commençait de plus en plus à t’intéresser, mais tu préférais éviter d’y penser trop. Elle ne voudrait pas de toi la voyante, pas après les horreurs et la mauvaise attitude que tu avais avec elle. Parce qu’elle ne comprenait pas, qu’au final le passé devait s’oublier, même s’il fallait du temps, tu ne voulais pas lui en laisser, parce qu’elle devait t’en apprendre plus. « Il faudra que tu m’expliques comment tu comptes t’y prendre dans ce cas. Tu m’intrigues. » Mila te sort de tes pensées pour le coup. Tu croises les bras le temps de faire mine de réfléchir, même si l’idée était tout trouvée. Avec une pointe d’humour et de conte moldus. « Je te transforme en génie et t’enfermes dans une lampe... » Tu ignorais si elle comprendrait, tu ne pensais pas, ce genre de contes n’étaient pas connus chez les enfants de sorciers. Toi c’était ton éducation moldue qui te faisait te rappeler d’Aladin. « Non j’ai mieux, je t’endors pour cent ans, comme ça quand tu te réveilles, je serais morte et tu pourras vivre convenablement... » Maintenant, tu passes à la Belle au bois dormant, tu souris rien que de penser à tes idioties qu’elle ne comprendrait certainement pas convenablement, mais tant pis.
⇜ code by bat'phanie ⇝


i don't even know
if I believe
everything you're trying to say to me
Revenir en haut Aller en bas
Mila V. Silaïeva
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Serdaigle
Maison/Métier : Serdaigle, deuxième année de GISIS en Zoomagie, préfète & membre des clubs d'astronomie et du 2ACM
Célébrité : Lily Collins
Pseudo : Barling Âge : 26 Parchemins : 3299 Gallions : 3398 Date d'inscription : 12/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t400-mila-it-s-always-darkest- http://www.mumblemumps.com/t1385-mila-you-know-what-they-say-about-hope http://www.mumblemumps.com/t1390-mila-hibouxbox http://www.mumblemumps.com/t2088-journal-de-mila

Sweet silver lining
Iverna
feat.
Mila


 

 



 

 





S’il y avait un terme qui ne pouvait pas être utilisé pour décrire Mila c’était bien l’exubérance. La sorcière qui attirait tous les regards, qui se complaisait sous le feu des projecteurs, celle dont le rire surpassait toujours ceux des autres, ce n’était pas elle. La popularité ne l’avait jamais attiré, elle savait que ce n’était qu’une notion floue qu’il était aisé de laisser échapper, une flamme aux couleurs vives et à la chaleur réconfortante, mais contre laquelle il était si facile de se brûler. Ça ne l’avait jamais attiré Mila, être la cible des regards, voir chacun de ses gestes analysé, chaque parole rapportée et amplifiée, ce n’était vraiment pas pour elle. Ça lui était pourtant déjà arrivé quand, huit ans plus tôt son lien de filiation avec la famille Silaïev avait été dévoilé au grand jour. Pendant des semaines elle avait sentis les regards se poser sur elle, elle avait entendu les élèves chuchoter sur son passage et comprit que les conversations s’arrêtaient quand elle entrait dans une pièce. Elle s’était sentie épiée, jugée pour des révélations sur lesquelles elle n’avait pas la moindre influence, et elle s’était demandé pourquoi certaines personnes souhaitaient vivre ainsi. Être le point de mire n’était vraiment pas fait pour elle, loin de là. L’attention de ses camarades avait fini par se détourner d’elle, chaque scandale renversait le suivant, mais de cette période elle en avait détesté chaque instant. Alors elle n’avait aucune intention de changer son caractère calme et discret juste pour donner des raisons aux autres élèves de jaser. Pourtant ça ne voulait pas dire qu’elle était ennuyante. Elle savait s’amuser Mila, elle savait plaisanter et rire à gorge déployée, cesser de réfléchir et se rendre à des fêtes organisées à la dernière minute. Elle était parfaitement capable de démontrer aux élèves qui racontaient que les Serdaigles n’étaient que des rats de bibliothèque qu’ils avaient tort. Simplement, elle n’avait pas envie d’avoir un auditoire pour ça. Ses quelques amis lui suffisaient, Iverna lui suffisait.

Alors elle n’avait pu maintenir bien longtemps son air sérieux tandis qu’elle expliquait à sa marraine avoir hésité à venir la rejoindre dans la forêt interdite sur le dos d’un hyppogriffe affublée d’un diadème sur la tête. Pour quelqu’un qui n’aimait pas attirer l’attention, l’effet obtenu aurait été tout autre. Cette idée était si absurde qu’un grand sourire n’avait pas tardé à venir prendre place sur ses traits. Ça ne lui ressemblait pas, vraiment pas, et c’était ce qui rendait l’image si drôle. Mila su qu’elle avait atteint le but qu’elle recherchait quand elle vit Iverna abandonner son air sceptique pour un fin sourire emplit de tendresse. Dans le langage plein de retenu de sa marraine, l’anglaise savait que cette réaction était l’équivalent d’un éclat de rire. « Il n’y a pas si longtemps, tu nous tannais pour t’acheter des robes de princesses… je pensais qu’en souvenir du bon vieux temps, tu le ferais. » Un léger rire s’échappa des lèvres de la Serdaigle. Ces robes elle les avait presque oubliées mais apparemment elles avaient marqué sa marraine, et il y avait de quoi ! Maintenant qu’Ivy les avait mentionnées, les souvenirs remontaient à la surface et ils étaient plein de couleurs vives et de paillettes. Le sourire de l’anglaise s’agrandit un peu plus. Elle se revoyait tirant sur la main de sa mère pour la convaincre de lui acheter une de ces robes à froufrous qu’elle adorait tant. Elle se revoyait l’écrire encore et encore sur sa liste au père Noël et se débrouiller pour glisser sa requête dans chaque conversation qu’elle avait avec sa marraine. Elle n’avait pas perdu la moindre occasion de réclamer des robes de princesse et au fil des ans elle avait fini par en avoir une vraie collection. A l’époque ça avait été son trésor le plus précieux. Désormais, les choses avaient bien évoluées, mais les souvenirs étaient toujours aussi chers à son cœur. « J’aurais pu… Mais je ne sais pas ce qu’il s’est passé, je ne rentre plus dedans. » Répondit-elle avec un sourire complice. Elle en avait passé du temps dans ces robes pleines de strass et de volants multicolores. Des heures à s’inventer des mondes et à essayer d’entrainer sa mère et sa marraines dans ses histoires abracadabrantes. Plus jeune Mila ne faisait pas dans la discrétion, désormais elle préférait les tenues plus sobres et pratiques, mais ça ne l’empêchait pas d’apprécier les images que la suggestion d’Iverna créait. Elle aurait eu l’air maline si elle avait tenté d’enfiler une de ces robes trop petite et bien trop chargée en paillettes. Mais au moins elles auraient beaucoup rigolé. « T’étais encore pire que ma sœur à cet âge-là... » Imperceptiblement, le sourire de la Serdaigle se fit plus hésitant. Il était très rare qu’Iverna ne parle de sa famille, et à chaque fois Mila hésitait sur ce qu’elle devait faire. L’interroger un peu plus ? Continuer la conversation comme si la mention de la sœur d’Ivy y revenait assez souvent pour faire partie des habitudes ? Elle ne savait pas trop mais elle était consciente qu’il s’agissait d’un sujet épineux où les pas de travers étaient presque inévitables. Du passé de sa marraine, Mila ne connaissait que des brides, les grandes lignes, juste ce qu’il fallait pour frémir à chaque fois qu’elle pensait à cette partie de sa famille dont elle ignorait tout. Pour une fois, elle n’avait aucun mal à faire taire sa curiosité de Serdaigle. Elle n’avait pas cherché à en savoir plus, ce qu’elle savait été bien suffisant pour comprendre pourquoi Iverna ne voulait pas en parler et faire remonter des souvenirs douloureux était bien la dernière chose qu’elle voulait. Alors puisque cette journée devait être dédiée à la joie et aux rires, la bleue décida qu’elle avait bien le droit de répondre par une petite pirouette. « Oh je devais être pire que pas mal de gens à cette époque. Je devais même battre des records. » Lâcha-t-elle avec un haussement d’épaules désinvolte. Elle exagérait encore, à l’époque elle avait surement agi comme des milliers de petites filles avant elle. Mais ce n’était pas en disant ça qu’elle allait faire sourire sa marraine.

Mila n’avait pu s’empêcher d’acquiescer intérieurement quand Iverna lui avait interdit de continuer à prendre des années. Sa marraine plaisantait, elle le savait bien, mais ses paroles raisonnaient tout de même en elle. Elle aussi elle aurait bien aimé pouvoir ralentir un peu le temps, voire le stopper ne serait-ce qu’un instant. Ça allait vite, trop vite et parfois elle se sentait complètement perdue et désemparée. La préfète était à l’aube d’un grand changement mais jusqu’à maintenant aucune des transformations qu’avait connue sa vie n’avait été très réjouissante, alors ses craintes, aussi futiles soient-elles, étaient fondées. Mais elle ne voulait pas penser à ça maintenant, peut-être que tout se passerait au mieux, après tout sa relation avec Oktavia était bien en train de s’améliorer. Elle n’avait jamais cru ça possible, pourtant la petite bague à la pierre bleue toujours rangée dans la poche de son jean prouvait le contraire. Elle avait besoin de gagner en confiance et en optimisme. Se miner le moral dès maintenant ne lui serait d’aucune aide et elle ne voulait pas gâcher sa journée d’anniversaire avec ses appréhensions. Alors elle avait décidé d’entrer dans le jeu de sa marraine, Iverna aussi semblait prête à laisser son cynisme habituel de côté, il fallait qu’elles en profitent. Le sourire aux lèvres, Mila observa la sorcière réfléchir à la manière dont elle allait empêcher sa filleule de grandir. L’idée était assez originale et la Serdaigle, avec cette curiosité propre à sa maison, se demandait ce qu’Ivy allait trouver comme explications. « Je te transforme en génie et t’enferme dans une lampe... » Mila ouvrit de grands yeux surpris. Alors là, elle ne s’attendait absolument pas à ça. Un génie dans une lampe, elle n’avait jamais rien entendu de tel. Ça sonnait comme de la magie mais elle savait que ça n’était pas exactement ça. Les génies existaient, bien qu’on les appelle surtout des djinns, mais les enfermer dans une lampe ça, ça défiait l’entendement. D’ailleurs, ce n’était pas vraiment la question du comment qui interpellait le plus Mila. « Dans une lampe ? Pourquoi tu voudrais enfermer un génie dans une lampe ? » Demanda-t-elle en fronçant les sourcils, le rire au bord des lèvres. Non, vraiment, ça n’avait aucun sens. Une bouteille, à la limite, mais une lampe n’était pas un réceptacle. Ce ne serait même pas pratique. Elle n’avait jamais entendu une chose pareille. D’où est-ce que sa marraine sortait ça ? « Non j’ai mieux, je t’endors pour cent ans, comme ça quand tu te réveilles, je serais morte et tu pourras vivre convenablement... » La Serdaigle ouvrit encore un peu plus les yeux. Aujourd’hui Iverna se surpassait niveau imagination, elle devait bien l’avouer, cela faisait longtemps que Mila ne l’avait pas vu ainsi. Et ça lui faisait plaisir, parce que si elle rentrait dans son petit jeu, c’était pour elle, et ça, ça n’avait pas de prix à ses yeux. Mais il n’empêchait que ces idées n’avaient aucune logique aux yeux de la Serdaigle, pourtant elle en avait vu des choses étranges avec la magie, mais jamais de cet ordre-là. Après le génie dans une lampe, un sommeil de cent ans, c’était assez drôle à imaginer au fond, mais aussi plutôt perturbant, surtout quand Mila se rappelait que c’était elle dont il était question. Et qu’Iverna faisait aussi référence à elle-même dans sa seconde proposition. « Ah non, c’est encore pire ! » S’exclama-t-elle une fois qu’elle eut intégré toutes les paroles de sa marraine et leurs implications. Elle savait qu’Ivy exagérait volontairement, mais elle n’allait tout de même pas laisser passer ça sans rien dire. Après tout qui ne dit mot consent, et sur ce coup, Mila était bien loin de consentir. « Me réveiller quand tu ne seras plus là, non merci. Je te rappelle que c’est grâce à toi que je ne vis pas trop convenablement. Alors, tant qu’à choisir je crois que je préfère la lampe. » Déclara-t-elle avec une petit grimace comique. Plaisanterie ou pas Mila ne voulait pas imaginer son existence sans Iverna, elle était tout ce qu’il lui restait depuis le décès de sa mort et elle n’était pas prête à l’imaginer loin d’elle, même pour rigoler. Et puis, si Ivy l’endormait pour cent ans, qui viendrait décorer son appartement pour Noël en son absence, qui enverrait Isis, sa chouette, aller la voir juste pour le plaisir de lui offrir un peu de compagnie et lui montrer que sa filleule pensait à elle ? Non, décidément cette idée ne marchait pas du tout. Mila et Iverna avaient des caractères parfois diamétralement opposés, mais c’était ce qui rendait leur relation si équilibrée, elles avaient toutes les deux une influence bénéfique sur l’autre, dans des domaines totalement différents. Alors l’anglaise préférait être enfermée dans une lampe, même si c’était une idée très étrange. D’ailleurs la singularité des propositions d’Iverna ne tarda pas à la frapper. Mila relava ses prunelles vers elle, une moue d’intense réflexion plaquée sur ses traits. « Et puis, d’où te viennent toutes ces idées ? Je ne savais pas que tu avais autant d’imagination. » Iverna avait toujours semblé avoir les pieds sur terre, mais aujourd’hui elle semblait loin, très loin de la réalité qu’elles côtoyaient au quotidien. Elle avait peut-être déclenché un certain scepticisme chez Mila, mais elle avait surtout réussi à lui faire oublier pour un instant la véritable raison de sa visite.
Gasmask





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
Sweet silver lining ϟ Iverna
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» arabella + she is a silver lining — Délai accordé par le staff.
» The Silver Lining (pv Harry)
» MON AMI ANTI ELECTION SAYO EST -IL DEVENU UN SWEET-MICKISTE OU UN MARTELLISTE ??
» MICHEL OU MIRLANDE ? SWEET MICKY OU GRAND MA ?QUI VEUT,QUI PEUT FAIRE MIEUX ??
» Voici le laeader Sweet Miki

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Hogwarts :: outside the castle :: forbidden forest-
Sauter vers: