Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

[Roulette RP] Sorciers des Caraïbes - ft Ailsa

Arès A. Avery
Consumed by the shadows
avatar
Hogsmeade
Maison/Métier : Ancien Serpentard, ancien Batteur dans l'équipe des Frelons de Wimbourne. En cavale et contrebandier d'objets magiques.
Célébrité : Chris Evans
Pseudo : Shiro Âge : 25 Parchemins : 150 Gallions : 72 Date d'inscription : 07/02/2018

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t3119-ares-a-avery-comment-prouver-so http://www.mumblemumps.com/t3142-aaa-meilleures-initiales-au-monde http://www.mumblemumps.com/t3153-ares-please-leave-a-message
En ligne

❝ Le Roi et ses pairs Ont enfermé la Reine, A bord d'un bateau de plomb. Nous naviguerons, et par ses pouvoirs Moi et mes frères vogueront.  ❞Sorciers des CaraïbesLe bruit des vagues sur la coque de ma petite barque, la voile qui claque contre le mat, j’étais légèrement ballotté par l’océan, et bien évidemment, en plein soleil. J’aimais bien entendre le bois craquer et bouger, surtout avec comme bruit de fond l’eau, mais quand ça fait des jours et des jours que ça dure, c’est juste insupportable. Je n’en pouvais plus d’être au fond de cette coquille de noix qui prenait l’eau quand le vent soufflait trop fort, je ne supportais plus de ne voir que de cette vaste étendue bleue à perte de vue depuis des jours… A moins que ce ne soit depuis des semaines. Je perdais complètement le fil. Et la chaleur… c’était plus possible. Je plongeais régulièrement la tête dans l’océan, parfois je me jeter tout simplement à l’eau pour quelques minutes, me tenant toujours à la barque pour ne pas la perdre ou me laisser emporter par le courant… Ce n’était que des solutions de secours. Il fallait vite que je trouve une île où mouiller, que je puisse faire le plein de provision et… surtout rester sur la terre ferme. C’était mon principal objectif, en plus de survivre, mais c’était plus complexe que ce que j’avais pu imaginer, surtout sans un compas. J’avais bien une carte, mais ce n’était pas d’une très grande utilité quand on ne savait pas où est-ce qu’on se trouvait. Enfin, au moins je n’avais pas été stupide en la subtilisant au capitaine du rafiot, si je me retrouvais dans la merde, lui aussi. Une dernière petite emmerde pour la route. Un pied en dehors de mon embarcation, les orteils parfois trempant dans l’eau, je fixais les nuages d’un air maussade. Peut-être que j’avais commis une erreur en ouvrant un peu trop ma gueule sur le bateau. Peut-être que cette connerie allait me coûter la vie. Et ce serait plutôt… con.

Comment est-ce que je m’étais retrouvé dans cette situation ? Assez simplement. Matelot sur un navire de forbans et de pilleurs de navires, autrement appelés Pirates, depuis plusieurs semaines, je rongeais mon frein face aux ordres du capitaine, un minable soulârd qui ne pensait qu’au rhum et aux femmes, jusqu’à ne plus en pouvoir. J’étais une nouvelle recrue, je n’avais jamais tellement approuvé la vie de bon citoyen anglais, j’avais soif de voyage, d’aventures, de quelque chose d’exotique et d’excitant. Quoi de plus excitant que la vie de pirate ? Rien, et surtout pas celle de la vie d’un Lord de bonne famille. Parce qu’aussi difficile que ça pouvait l’être, je venais d’une bonne famille. Que j’avais quitté sans regret, à part pour mes frères et ma petite sœur. Et encore, mon cadet, Nathaniel, je n’en faisais pas tellement cas. L’amour entre nous, il s’exprimait d’une bien autre façon que celle qu’on peut attendre des frères de deux ans de différence. La faute à nos parents qui m’avaient toujours préféré parait-il. Bref, j’avais embarqué sur ce rafiot après plusieurs tentatives de recrutement dans les tavernes pour faire mon propre équipage sans navire. Cinq semaines. Je n’avais pas tenu plus de cinq semaines avant de brandir bien haut mon sabre et de crier à mes camarades aussi bourrés que le capitaine à la mutinerie. Sans la moindre surprise… aucun ne me suivit, et la mutinerie se retourna contre moi. Je fus éjecté du bateau dans une chaloupe défraîchie et avec quelques vivres, sans rien de plus, si ce n’était ce que j’avais réussi à subtiliser avant de me voir pousser dans la barque. Une carte des mers et océans, même pas le monde au complet, une bourse pleine d’or, un sabre et deux pistolets. Même pas de la poudre et des balles. Juste ça. Maudits pirates.

Même si jusque là, j’avais rationné mes repas, le peu que j’avais reçu de mes anciens camarades ne suffisait pas. J’étais en train de mourir de faim. Mon estomac ne cessait de gronder, réclamer de plus en plus de la ripaille. J’avais bien réussi à faire une hâlte sur une petite île pour fabriquer une voile de fortune, sur les restes d’un navire qui s’était de toute évidence échoué là, mais l’arrêt n’avait pas été très productif au niveau de la nourriture sur place. Et comme je ne m’étais pas révélé excessivement doué pour la pêche à mains nues… voilà dans quelle situation je me retrouvais. Mes espoirs étaient assez minces de voir la terre ferme d’ici peu, mais ils furent réduit à néant quand l’orage éclata. Mon embarcation n’était pas faite pour surmonter ça, je savais pertinemment que ce serait les derniers instants de ma vie. Et pourtant, j’essayais tant bien que mal de résister et de passer à travers. Trempé jusqu’aux os, de l’eau jusqu’aux chevilles, je me débattais avec la voile, avec les rames. Je voyais ma dernière heure arrivée sans avoir vécu la moindre aventure palpitante et excitante. Est-ce que je regrettais pour autant d’avoir quitté mon foyer ? Oh que non.

Quand je me réveillais, j’avais du sable plein la bouche, et le visage en général, je sentais que j’avais perdu mes bottes grâce à l’eau qui venait arroser mes pieds régulièrement et surtout, je sentais le soleil qui tapait sur ma nuque. Il me fallut quelques instants pour comprendre que j’étais vivant, mais surtout, que j’avais fais naufrage sur une île. Comment est-ce que j’avais survécu ? Un véritable miracle. Roulant sur le dos, j’ouvrais les yeux pour voir quelques palmiers au-dessus de ma tête, mais surtout, un ciel magnifiquement bleu. Et un grondement bien sourd et douloureux. Mon estomac. La mort que j’avais salué de la main n’était rien comparé à la faim qui me torturait. Vite, quelque chose. J’aurais pût avaler n’importe quoi. Me relevant difficilement, et après avoir constater que je n’avais rien de casser, je fis un tour sur moi-même. Ma barque était quelques mètres plus loin. Le mât de fortune était complètement fracassé, la voila avait disparu, et un gros morceau manquait dans la coque. Avec un peu d’espoir, c’était réparable. N’ayant aucunement la patience de pêcher, je reposais toutes mes espérances de nourriture sur les palmiers. Il devait bien y avoir des fruits dans le coin. J’avais seulement fait quelques pas en direction des dits arbres que je distinguais une silhouette au loin. Je m’arrêtais aussitôt en fronçant les sourcils.

« Oi… Y a quelqu’un ? Vous avez quelque chose à bouffer avec vous ? »
© 2981 12289 0




Guilty for what I believe in.Sometimes, we wish we can erase the past, live in the present and dream the future. But the others days, we just survive and hope that tomorrow'll be better.


Revenir en haut Aller en bas
Ailsa MacLean
Consumed by the shadows
avatar
Élève de Poufsouffle
Maison/Métier : Poufsouffle, et certainement pas grâce à sa patience légendaire … Elle n'en a pas ! / Première année de Sécurité Magique
Célébrité : Rose McIver
Âge : 25 Parchemins : 212 Gallions : 838 Date d'inscription : 20/03/2018

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t3307-confidence-pour-confidence-ails http://www.mumblemumps.com/t3308-i-don-t-know-what-you-re-expecting-of-me-ailsa-maclean http://www.mumblemumps.com/t3477-ailsa-you-are-a-message http://www.mumblemumps.com/t3310-carnet-d-ailsa-maclean

❝ Trinquons mes jolis Yo ho !  ❞
Ailsa & Arès
Sorciers des CaraïbesAssise sur le sable, le regard perdu dans l'horizon d'une mer trop agitée, tu te demandes encore quelle connerie t'as bien pu faire pour en arriver là. T'étais pourtant investie, dans la vie de l'équipage, toujours à vouloir rendre service, et à être aux petits soins pour ton capitaine. Plus d'une fois d'ailleurs, il t'a demandé si tu pouvais lui rendre service dans la cabine, pour « assouvir ses désirs », qu'il disait. Quelle connerie. Toute façon, dès le début il ne t'avait pas prise au sérieux, t'appelant sans cesse « la fille de joie ». Et toi, trop naïve, trop rêveuse aussi, peut-être, tu n'y avais pas accordé tant d'importance, t'étais dis que ça passerait avec le temps, qu'il verrait du potentiel en toi, que tu étais un bon matelot, comme ton connard de père, certes, mais bon quand même. C'est peut-être ça, l'erreur que t'as commise, d'avoir refusé à chaque fois, mais bordel, c'est pas pour ça que t'es montée sur ce foutu bateau, pas pour servir de vide-couilles à cette bandes d'ivrognes en manque. Ta sœur t'avait pourtant prévenu, que c'était pas un truc de filles, et encore moins pour une nana comme toi. T'as pas compris sur le coup, mais en y repensant, t'es certaine qu'elle parlait de ton caractère un peu trop serviable, et un brun à l'ouest. Faut être solide, lucide, et avoir une sacrée paire de couilles, qu'elle disait. Bon, les couilles, tu les as, quand tu veux, mais le soucis avec toi, c'est que tu ne sais pas les utiliser quand il faut. Ouais, t'es trop gentille, tu dis Amen à tout, toi. Fallait bien que ça joue contre toi un jour ou l'autre. Puis faut bien l'avouer, tu sais les briser aussi, celles des autres. L'emmerdeuse. C'est comme ça que certains matelots t'appelaient, aussi. Ouais, en fait, c'est peut-être pour ça qu'on t'a jeté par dessus bord, la nuit dernière.

Tu peux pas t'empêcher d'y penser, de repasser la scène dans ta tête. On t'a confié une tache simple, tu devais laver la cale avant de dormir, mais toi, t'en as fait qu'à ta tête, comme d'habitude. C'est pas que tu voulais pas, non, loin de là, mais depuis ton premier jour à bord, tu rêvais que d'une chose, tenir la barre, juste un peu, à peine quelques secondes, histoire de savoir ce que ça fait. Forcément, le capitaine a toujours refusé sans ménagement, il t'a littéralement ri au nez. T'as donc profité de ce moment où plus personne n'était sur le pont pour essayer de t'en approcher, mais voilà, quelle connerie t'as pas faite, là … T'es tombée dans un tel vacarme que tout le monde s'est précipité pour voir ce qui se passait. Forcément que la barre était trop lourde pour toi, qu'elle t'ait envoyé valser au moment même où tu essayais de la tourner d'un geste brusque, comme tu le faisais quand tu étais petite, mais sur les faux navires des aires de jeux. Là, tu es dans la vraie vie, et dans la vraie vie, ça marche pas comme ça, mais comment tu pouvais le savoir, toi. Forcément, quand le capitaine est sorti de sa cabine à son tour, fou de rage, parce qu'un crétin t'a balancé, tu t'es empressée de retourner à la tache qu'on t'avait refourgué, l'air de rien, mais voilà, manque de chance pour toi, il a fallu que tu glisses au moment de sauter dans la cale, tombant comme une merde sur les tonneaux qui se sont renversés sous ton poids, déversant leur contenu partout sur le sol. C'était le comble pour toi qui ne boit pas une goutte d'alcool, voilà que tu pataugeais dans des litres et des litres de rhum. Faut croire que c'était la goutte d'eau, pour le capitaine. Enfin, la goutte d'eau ... A ton sens, ça ne mérite pas une telle punition. Mais bon, faut croire que t'as pas la même vision des choses que ton équipage. Enfin, de ton ancien équipage, étant donné les menaces que le capitaine t'a craché à la gueule avant de te faire sauter du pont.

C'est une voix qui te sort de tes pensées. Une voix lointaine, mais que tu distingues tout de même très bien, malgré les bruits de vagues qui s'abattent sur le sable dur, à quelques mètres de tes pieds. Instinctivement, tu tournes la tête pour chercher d'où elle vient, quand tu la vois, cette silhouette d'homme, un peu plus loin. Pendant quelques secondes, tu crois être victime d’hallucinations, et tu reportes ton attention sur les vagues. T'es sur une île déserte là, et puis, t'as pas quitté l'horizon depuis que t'es arrivée, t'aurais forcément vu, si un bateau avait fait naufrage sur ta plage. C'est certain, c'est pas réel, comment il serait arrivé, ce type là ? Pourtant, tu peux pas t'empêcher de jeter un deuxième coup d’œil dans la direction de ta vision, juste comme ça, pour voir. Pour voir qu'il est toujours là. Putain. Soit le soleil tape trop sur ta tête et tu deviens folle, soit t'es vraiment pas toute seule. A vrai dire, t'as du mal à déterminer laquelle des deux solutions est la plus inquiétante. T'aimerais bien être folle, là, tout de suite, parce que putain, ce mec tu le connais pas, c'est peut-être un malade mentale, un égorgeur de femme, ou un truc du genre. Mais d'un autre côté, il est peut-être perdu, comme toi, et dans ce cas là, il pourrait peut-être bien t'aider à te sortir de cette merde. Tu soupires. Puis tu te lèves, finalement, sans la moindre élégance. Ouais, toute façon, dans les deux cas, tu risques de crever, alors bon, on va dire que t'as rien à perdre … Surtout que ce que t'as à lui répondre ne va certainement pas lui plaire … « Euh … Nan … J'ai rien … désolée ... » Pas sûr que ce soit fort nécessaire de t'excuser pour ça, en revanche. « Mais j'ai une gourde de rhum, elle m'est pas très utile, j'en bois pas, tenez ! » Tout en continuant d'avancer vers le type, tu cherches la gourde que tu as piqué à un des pirates, la nuit dernière, pour te rendre compte qu'elle n'est plus là. Un p'tit sourire désolé sur le coin des lèvres, tu relèves la tête vers l'inconnu en haussant les épaules « Oups … J'ai du la perdre en nageant jusque ici … » De toute façon, si ce type crève vraiment de faim, comme toi, c'est certainement pas ça qui l'aurait soulagé.
© 2981 12289 0


    I suggest you stop wining like a little bitch
    ©️ made by Ilyria
Revenir en haut Aller en bas
 
[Roulette RP] Sorciers des Caraïbes - ft Ailsa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Elsewhere :: fun is infinite-
Sauter vers: