Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 7
La version sept est enfin arrivée ! Centrée sur l'épidémie, les problèmes politiques,
de nouveaux clans se forment, venez voir de quoi il en retourne.
Découvre tout ici
L'épidémie dévoilée !
Le Ministre parle de l'épidémie en conférence de presse,
les Médicomages sortent leur premier rapport, les premières conclusions sur l'épidémie !
Jette un oeil au nouvel épisode !
Besoin d'adultes !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard, de Professeurs et d'habitants de Pré-au-Lard
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Rien à offrir mis à part ma confusion - Eolann

Delilah E. Clifford
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Enseignante de soins aux créatures magiques
Célébrité : Keira Knightley
Pseudo : Delilove Âge : 26 Parchemins : 164 Gallions : 795 Date d'inscription : 17/03/2018

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Barre de vie:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t3293-this-is-how-you-remind-me-oo-de http://www.mumblemumps.com/t3329-bestiaire-de-delilah http://www.mumblemumps.com/t3339-delilah-et-pipette-la-chouette


Rien à offrir mis à part ma confusion
Delilah et Eolann

« Je n'avais rien à offrir à personne que ma propre confusion. On ne comprend rien à la vie tant qu'on n'a pas compris que tout y est confusion.  »
J’avais finalement une journée de libre et en plus, c’en était une qui était ensoleillée. Le printemps s’était enfin installé sur nous et je comptais en profiter. Ce matin-là, j’avais été m’occuper de mes créatures, comme tous les jours, mais j’avais fait ça un peu plus rapidement qu’à l’habitude. J’avais envie de sortir du château, sortir de son enceinte pour aller me promener ailleurs. Je ne pouvais pas vraiment aller loin, mais je ferais du mieux que je le pouvais. J’avais quitté mon style de vie nomade et il y avait des journées, comme celle-là, où ça me manquait. J’avais envie de bouger, d’explorer. Je ne pouvais plus partir comme je le pouvais alors j’allais seulement aller me balader dans le village à côté pour faire quelques courses. J’avais besoin d’un peu de papeterie, je voulais réapprovisionner ma réserve d’herbes qui se visait vite vu l’absence de travail de la part de Zephyr, aller me chercher un peu de thé et me gâter un peu. Le soleil m’inspirait. Pourquoi pas une nouvelle robe ou bien des chaussures? La journée allait s’offrir à moi quand j’aurais terminé de nettoyer les enclos. Aux alentours de 10 heures, j’ai pu retourner à mon appartement pour me doucher et me changer avant d’aller me balader. Il était hors de question que j’aille à Pré-au-Lard avec de la boue sur mes vêtements ou en sentant la bouse. J’avais un peu plus coquette que ça quand même.

Pour sortir du château, j’avais envie de laisser tomber les robes sorcières qui avaient pris énormément de place dans ma garde-robe depuis mon arrivée à Poudlard. Je comprenais que, comme les élèves, nous devions respecter un certain uniforme pour travailler. Par contre, là, je n’avais pas besoin de me cacher ou de respecter le protocole scolaire. J’avais enfilé un pantalon gris avec un chandail bleu et une grande veste en tricot pour me couvrir lors de ma balade. Le soleil réchauffait l’air, j’allais être très bien. Mes bottines lacées enfilées, je suis partie à pied vers le village. L’air frais me faisait du bien et, de temps à autre, une petite brise venait caresser mes cheveux lâchés sur mes épaules et me chatouillait le cou. Arrivée à destination, j’ai vu que tout le village s’était animé sous les rayons du soleil. J’aimais le printemps pour ça, après avoir passé des mois figés dans la glace, les gens reprenaient vie et changeaient leur tête d’enterrement pour des sourires simples. C’est donc avec ce même genre de sourire que je suis entrée chez Scrivenshaft pour m’acheter quelques plumes pour remplacer mes vieilles plumes d’oie qui étaient brisées. Quelques gallions en moins dans ma bourse, je suis sortie de la boutique et me suis dirigée vers Gladrags pour voir s’il y avait des vêtements qui pourraient me plaire. J’allais faire du lèche-vitrine comme une adolescente, rien de plus. En marchant vers la boutique, mon regard a été attiré par une tête que je reconnaissais. Par contre, ce qu’il faisait me laisser perplexe.

Bon, je ne l’avais rencontré qu’une fois Solal. Je ne le connaissais pas vraiment et je ne pouvais pas dire qu’en une rencontre j’ai pu tout comprendre du sorcier. Je savais quoi? Il avait un frère, il était auror depuis plusieurs années, ses parents étaient morts, sa mère était plutôt portée sur la religion et était moldue. Pour le reste, c’était de l’inconnu. Je m’étais fait une idée, j’avais plutôt imaginé que le sorcier avait peut-être un léger intérêt envers moi puisqu’il m’avait proposé de peut-être prendre un verre en dehors du château. Mes idées fleur bleue avaient repris le dessus pendant un petit moment alors que j’avais baissé ma garde. J’avais stoppé ma route en voyant l’auror sortir d’une maison et embrasser un homme dans la quarantaine, à vue de nez, avant de partir. J’ai lâché un petit soupir en me disant qu’au moins, ce serait un autre ami, rien de plus, à ajouter à ma liste. Pour ça j’étais excellente, une amie du tonnerre même. C’était ridicule de penser comme ça. J’avais toujours été seule, rien n’allait changer et la Terre allait continuer de tourner. J’ai replacé un sourire sur mes libres avant de partir en direction de Solal qui marchait sans me voir.

    -Tu profites d'un congé aussi aujourd'hui ?


(c) DΛNDELION


PERFECT
PLACES
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar


Eolann avait profité d’une journée pluvieuse, mais douce et d’un peu de courage qui lui venait de Dieu seul savait où pour aller jusqu’à Pré-au-Lard, ce matin. Arrivé depuis encore relativement peu de temps à Poudlard, il n’avait pas encore pris le temps d’y aller. Vrai néanmoins que ça commençait à traîner en longueur… et finalement, ce matin, il avait décidé de retourner là où il avait laissé beaucoup de souvenirs. Ça faisait terriblement longtemps qu’il ne l’avait pas vu. Qu’il ne lui avait pas parlé. Après la bataille de Poudlard, il avait cru le voir, entre deux arbres de la forêt interdite avant que la haute silhouette ne disparaisse finalement entre ceux-ci, mais Eolann n’aurait su dire si c’était vraiment lui ou si son esprit perturbé ne lui avait joué un sale tour. Il n’avait jamais demandé. Et encore aujourd’hui, il ne l’avait pas fait. Peut-être par peur de savoir qu’il avait eu un rôle dans cette guerre. Et si oui, peur d’apprendre de quel rôle exactement il s’agissait. Les vieilles blessures n’avaient pas encore guéri, de toute évidence…

Il avait replongé dans le passé en retournant chez cet homme. Et alors qu’il en sort, Eolann est un peu confus à ce sujet, mais aussi reconnaissant en un sens. Sous l’inspiration de ce moment, il vient déposer un baiser contre la joue rugueuse de barbe, murmurant un petit « merci » plein d’une tendresse qui n’avait jamais appartenu qu’à cet homme-là. Puis, il tourne les talons tout en rabattant son capuchon sur sa tête, qu’on ne le reconnaissait pas puisque la pluie avait apparemment cessée depuis quelques heures, maintenant. Mais il est apparemment trop tard… et lorsqu’on attire soudainement son attention, il a quand même besoin de deux secondes pour replacer la jeune femme. Mais c’était bien la professeur de soin aux créatures magiques dont Solal lui avait parlé. Ça le surprend un peu, pour être honnête et pendant un instant, il ne sait quoi dire. Peut-être qu’il était anxieux qu’elle ait éventuellement vu ce qui s’était passé quelques secondes plus tôt. Eolann tourne la tête vers la maison qu’il visitait tant lorsqu’il n’était qu’un adolescent, mais la porte est déjà refermée. Il en revient donc nerveusement à… Delilah. C’est ça.

« Bonjour. », commence-t-il simplement, retrouvant sa langue. Il n’était pas un animal de sociabilité, comme l’était son frère. Il ne savait souvent pas quoi dire aux gens, surtout ceux auxquels il n’avait jamais parlé. Il ne comprenait même pas pourquoi elle lui adressait aussi spontanément la parole. Mais apparemment, elle avait un bon cœur. D’après son frère, quoi. Il allait se contenter de cette explication pour le moment. « En effet. Toi aussi, je suppose. »

Il se permettait de la tutoyer puisqu’elle en avait fait autant. Et elle semblait avoir à peu près le même âge que lui, n’est-ce pas ? Il n’était plus un étudiant, après tout. Eolann observe le visage de la jeune femme avec un brin de curiosité. Il ne parlait habituellement pas trop aux femmes que son frère trouvait de son goût pour la simple et bonne raison qu’il n’en avait pas ramené quarante mille à la maison non plus. Ça le rendait un brin curieux, c’est vrai. Mais la façon de l’approcher avait été tellement banale, comme s’ils avaient parlé de la météo… et ça le mettait un peu mal à l’aise. Il attendait, l’interrogeant du regard, se demandant si elle voulait lui demander quelque chose, pour le coup.

« Est-ce que je pouvais t’aider ? », demande finalement l’auror, histoire d’encourager l’enseignante à continuer sur sa lancée. Il bouge légèrement, ramenant une de ses mains à son torse. Elle tenait un livre ancien. Pas au point d’être précieux à cause de son âge. Mais tout de même honorable. Et il était sans contredit précieux pour son contenu. Un contenu qu’on aurait sûrement mis dans la réserve de la bibliothèque de Poudlard. Le livre change de main, dans un geste nerveux. « Je dois rentrer avant que la pluie ne me surprenne à nouveau. On peut marcher ensemble si tu veux… »

Ce disant, il lève brièvement le nez vers le ciel. Il était beau, sans nuages. Le soleil brillait bien haut. De toute évidence, les petites averses de ce matin étaient chose du passé. Mais ne sait-on jamais….
Revenir en haut Aller en bas
 
Rien à offrir mis à part ma confusion - Eolann
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « On est tous coupables, ne prends rien de plus que ta part de culpabilité. » * Philippe d'Artagnan
» [En arrivant au port] Cette ville n'a rien à offrir... [Adrian]
» Dabury | Si tu veux bien sortir avec moi c'est pour le pire. J'ai rien à t'offrir à part des mauvais souvenirs.
» Une erreur part souvient d'un rien... [Sohan]
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: SAISON 2-
Sauter vers: