Lumos


Les gobelins de Mumblemumps
Le staff à votre service
Version 6
La version six est enfin arrivée ! Nouveau design, nouveau codage,
nouvel évènement, c'est l'anniversaire du forum et la rentrée, venez fêter avec nous !
Découvre tout ici
Joyeux anniversaire !
Mumblemumps vient de souffler sa première bougie. Venez la célébrer avec nous !
Plusieurs animations ont été mises en place pour festoyer comme il se doit !
Jette un oeil aux animations !
Besoin d'Aurors !
Nous manquons d'Aurors à Poudlard et à Pré-au-Lard,
nous en attendons avec impatience !
Pour en savoir plus
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

Spirit of a warrior - Abigaïl R. Martin

Invité
Consumed by the shadows
avatar

Abigaïl Rose Martin
avec Alycia Debnam Carey (tumblr)
Belle et jeune fille qui nous vient tout droit de Beauxbâtons pour entamer sa huitième année au collège. Elle est née à Carcassonne en France en ce beau jour qu'était le 19 avril 1981 en tant que sang pur ; à présent elle vit à Carcassonne. Elle est plutôt rusée, indépendante et méthodique mais aussi froide, impulsive et insolente. Jusqu'à maintenant, son niveau scolaire s'est révélé être bon. Il y a quelques années maintenant, elle s'est procurée une baguette faite en bois de cyprès, mesurant vingt-quatre centimètres et contenant une Épine de monstre du Fleuve Blanc. Avec cette baguette, il lui est possible de créer un patronus - le sien prend la forme d'un carcajou. La vision qu'elle a eu face au miroir du risèd : Elle se voit à la tête de son propre groupe de tireurs d'élite de baguette magique, membre de la brigade de police magique. Mais la vie n'est jamais entièrement rose, la preuve avec les épouvantards. un loup-garou, dans son cas.
We have more questions...


ϟ Que pensez-vous de l'échange européen inter-écoles ?

J’aime bien l’idée, bien que de me retrouver loin de mon pays d’origine me fasse un peu peur. Avant d’aller à l’école, j’étais recluse dans mon petit village et je ne voyais que très peu de gens étranger. Maintenant que je me retrouve à Poudlard, je peux voir toute sorte de personne plus différentes les unes que les autres. La barrière de la langue me fait tout de même un peu peur, puisque je maîtrise l’anglais dans les bases et que j’ai une peur bleue de ne pas me faire comprendre, mais je m’améliore de jour en jour et c’est absolument incroyable de pouvoir vivre ce genre d’expérience.

ϟ Que faisiez vous lors de la Grande Bataille ?

J’en ai entendu parlé, puisque la sœur de ma mère a décidé de suivre l’homme de sa vie en sol britannique. Cependant, je me trouvais trop loin pour pouvoir faire la moindre chose. Ma mère, elle, a transplané pour aider sa sœur à combattre l’ennemi qui menaçait l’école de mon cousin. Il est malheureusement mort au combat. Ce n’est pas faute d’avoir essayé, mais j’ai dû rester chez moi. Mon père refusait catégoriquement que je risque ma vie. Selon lui, je ne choisis pas les bons combats...

ϟ Avez-vous peur de perdre vos pouvoirs ? Pourquoi ?  

Oui. J’ai vécu toute ma jeunesse en connaissant la magie et sa beauté. Mes parents trouvaient importants que je connaisse les bases de la vie moldu et c’est probablement pour cette raison que je déteste l’idée de me retrouver sans ma magie. Tout est beaucoup plus facile lorsque l’on peut brandir notre baguette et voir s’accomplir tous ses petits mystères de la vie. Non, il est absolument hors de question que je perde cette source de puissant. Elle fait de moi la femme forte que je suis.

ϟ Quelle est votre réputation à Poudlard ? Que pensent les autres élèves de vous ?

Je suis l’étudiante française un peu tordue qui s’amuse de façon tout à faire différente des autres. J’ai vécu et eu une éducation vraiment différente de mes autres camarades de classes, toutes écoles confondues. Manier une arme ? Je connais. Me défendre ? Je connais. C’est pourquoi j’adore les grands espaces extérieurs de Poudlard pour ne pas perdre la main au maniement de l’épée et au tir à l’arc. J’ai, bien entendu, eu refus formel d’apporter la moindre arme avec moi... mais qui a dit que je devais absolument les avoir pour arriver à me pratiquer ? Un bout de bois, c’est bien suffisant, lorsque l’on veut attaquer.
The best day of my life...


MISE EN SITUATION :

Ma grande sœur pose son regard sur moi avant de croiser les bras et de pousser un grand soupir en regardant vers le ciel. Je sais pertinemment qu’elle déteste se retrouver dans un bain de foule et moi, ça m’amuse de la voir fulminer. « Mais qu’est-ce qui te prend ? On dirait presque que tu vas t’ennuyer de moi ! » Son regard noir se pose sur moi alors que ses longs cheveux bruns lui tombe sur le visage. « Rêve toujours, gamine. Tu sais bien que c’est pas le cas. » Mais je peux lire dans ses yeux quelque chose qui me trouble. Elle a de la peine et une petite pointe de jalousie. Rosalie ne changera jamais. Elle n’aime pas me savoir au loin et elle est verte de jalousie de voir que je pars étudier au loin. Le fait de me rendre à Poudlard me rend nerveuse et euphorique à la fois. J’ai envie de vivre mes propres aventures, de ne pas avoir constamment ma mère, mon père et mes deux sœurs sur le dos. Rosalie, la plus vieille, disait toujours qu’elle partirait au loin, qu’elle ne reviendrait jamais. Pourtant, elle est toujours à Carcassonne. Je suis la seule, en dehors de ma tante, à avoir assez de cran pour vivre ma propre vie et quitter le foyer. « Tu as tout ce qu’il faut ? Est-ce que tu... ABIGAÏL ! » cria-t-elle alors que je l’écoutais religieusement... pour une fois. Je lui lance un regard vexé alors que tout le monde se tourne vers nous. « Quoi encore ? Non, mais t’es complètement cinglée de crier comme ça ? Hey ! Pourquoi tu tires sur mon sac. » grondais-je alors qu’elle retirait ce que j’y avais si soigneusement caché. « Tu sais que tu n’as pas le droit d’apporter ça avec toi ! » dit-elle en m’agitant l’arc sous le nez, alors que je pousse un soupir de découragement. Ça m’énerve, mais je n’ai pas le choix. Au signal, une vague d’étudiant de mon école s’approche de la fontaine qui trône sur la place. On part pour Poudlard ! Sans un dernier regard, je me laisse aspirer vers ma nouvelle aventure.

Le choc culturel fut brutal. Partout autour d’elle, elle n’entendait que de l’anglais avec un accent tellement prononcé qu’elle arrivait à peine à comprendre ce que l’on disait. La première chose qu’elle remarqua fut le château, au loin, qui les attendait. Un frisson d’excitation la traversa alors qu’un sorcier, dans une veine tentative pour parler français, leur demandait toute l’attention possible pour la suite des évènements. J’avance doucement en petit rang d’oignon, bousculant les frêles étudiants qui émerveillé par la situation, n’ose pas avancer. Je suis la première dans le rang, fixant du regard notre guide qui semble un peu nerveux. Il n’a peut-être pas l’habitude de voir autant de filles dans un même groupe. Et, après tout, quelques vélanes se cachent dans le lot. Un petit sourire s’affiche sur mes lèvres alors que je prends pitié des étudiants de cette école de magie. Maintenant plus que jamais, elle sait qu’elle a fait le bon choix, qu’elle devait absolument partir de son village médiéval. Poudlard n’était tout simplement pas prêt pour ce qui arrivait. La guerrière de Beauxbâtons est là.
ϟ Ton pseudo : Toucky. ϟ Ton âge : 25 ans ϟ Ton avis sur mumblemumps : Je l'adore ϟ Le mot de la fin :    
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Oh, oh, it's magic, you know...


Le soleil était haut dans le ciel. C’était une journée très chaude et, d’ordinaire, tout le monde serait resté à la maison pour ne pas mourir sous un coup de chaleur. « Plus haut ton épée, ma chérie. Tu le sais, pourtant... » marmonna la mère, caressant son ventre arrondi et couvant du regard sa petite pouliche qui leva l’arme au-dessus de sa tête en continuant les mouvements fluides que sa mère lui disait. Marjorie avait bien conscience qu’elle en demandait beaucoup à sa petite Rosalie, mais elle était réaliste. Elle serait amenée à faire des représentations dans le petit village aussi souvent que Daniel et elle. « J’essaie, maman, mais c’est trop difficile ! » protesta l’enfant de cinq ans, laissant tomber son épée sur le gazon. « Tu sais très bien que non. » gronda la mère qui, d’un mouvement de baguette magique, ramena l’épée dans les mains frêles de Rosalie. « Tu recommences. » Elle se retourna vers son mari en souriant, n’écoutant pas les protestations qui fusaient derrière elle. « Comment se porte mon petit garçon ? » cria Daniel, une main sur le front pour regarder sa petite famille qui pratiquait, alors qu’il lisait confortablement sa gazette du sorcier. Un sourire aux lèvres, la future maman porta la main à son ventre, mais avant de pouvoir répondre, elle poussa un grondement en se recroquevillant sur elle-même. « Il arrive ? C’est ça ? » sautilla Rosalie, impatiente de voir son petit frère. « Va chercher les valises de maman et reviens ici. Vite ! » Rosalie accouru dans la maison et revint quelques minutes plus tard en  gambadant. La prenant par le col, le père transplana aussitôt à Sainte-Mangouste, impatient de rencontrer son petit garçon qu’il attendait tant.

La mine basse, Daniel retourna dans la salle d’attente où se trouvait la sœur de sa femme et sa petite fille. Dans les bras de la femme se trouvait un petit garçon qui devait avoir quelques mois seulement. Il le fixa intensément, tentant de comprendre ce qui pouvait bien avoir causer cette erreur. « Il va bien, mon petit frère, papa ? » « Non, ma poupée... il ne va pas bien du tout. » répondit le père en grondant, laissant la petite brunette tremblante sur sa chaise. « Il y a un gros problème avec ton frère... » Le petite lança un regard paniqué à sa tante qui, aussitôt, déposa une main aimante sur sa tête, pour la rassurer, certaine qu’il n’y avait rien de bien grave avec le nouveau-né, bien que quelque chose dans le regard de son beau-frère lui faisait palpiter le coeur. « Que se passe-t-il, Daniel ? » s’inquiéta-t-elle en serrant son poupon contre elle, comme si elle tentait de le protéger lui aussi de cette nouvelle qui semblait des plus tragiques. « Le problème ? » Sa voix n’était que colère. « Le problème, c’est que c’est une putain de fille ! » Les infirmières, paniquées, jetèrent un regard à l’homme qui quitta les lieux en laissant sa petite Rosalie pleurer à chaudes larmes dans les bras de sa tante, ne comprenant pas pourquoi c’était si mal d’être une fille.

Le bambin dans ses bras, Marjorie lui jetait des regards remplies de tendresse. Dehors, il pleuvait à torrent et elle jeta un œil à l’extérieur pour voir sa petite fille, épuisée, baisser les bras suite à l’entraînement intensif de son père. Son petit corps mouillé devait peser une tonne et l’épée tremblait depuis un bon moment, alors qu’elle la tenait en l’air, avant de s’abattre sur le sol. Doucement, elle s’avança vers la fenêtre et plissa les yeux pour tenter de bien voir ce qu’il se passait dehors. Rosalie avait la tête basse, n’osant pas regarder son père qui, lui semblait crier, rouge de colère. Lorsque la petite releva finalement la tête vers lui, le coup parti si vite que la mère n’eut pas le temps de réagir. Son aînée s’étale sur le sol, impuissante suite à la gifle que son père vient de lui donner. Dans un mouvement protecteur, la mère porte son bébé contre son sein, contre son cœur alors qu’il se met à pleurer, comme s’il venait de comprendre la scène tragique qui s’est jouée à l’extérieur. Daniel regarda vers la maison et un vent de panique prit possession de Marjorie alors qu’elle tentait par tous les moyens de faire taire sa petite fille. Lorsque Daniel entra dans la pièce, son regard se posa sur sa femme et le bébé pleurant. « Tes filles... toutes plus faibles les unes que les autres. » Scandalisée, elle le regarda se servir un verre de rhum avant de regarder de nouveau dehors vers Rosalie qui, tranquillement, se relevait de sa petite flaque d’eau. Elle reprit son épée et, au péril de sa santé, la releva au-dessus de sa tête.


« Est-ce que je peux te poser une question ? » Alors qu’elle parle, Abigaïl perd sa concentration et la poigne qu’elle exerce le bois de son arc. Elle remarque pendant un moment le regard paniqué de sa sœur Rosalie qui, subtilement, regarde si son père a remarquer le peu d’intérêt de sa petite sœur pour l’exercice qu’il lui a demandé. « Tu devrais plutôt te concentrer à planter ta flèche en plein milieu de ta cible. » Les mains sur les hanches, la petite fille de 5 ans regarda son aînée avec un air de défi. Cette dernière ferma les yeux un moment, exaspérée. « Tu ne m’en crois pas capable ? » « Arrête un peu tes enfantillages. Tu sais très bien que je dis ça pour... » Avant même qu’elle ne termine de parler, une flèche passa in extremis à ses côtés et sa planta dans la cible à ses côtés. « Non, mais tu es malade ? Tu as essayé de me tuer ! » Abigaïl, elle, se contentait de rire comme si ça l’amusait. Elle avait un don pour ça, c’était sa mère qui lui avait dit. « Si papa apprend ça, il va... » « Il va quoi ? » Le ton autoritaire de Daniel fait aussitôt froid dans le dos aux deux sœurs qui se regardent, apeurées. Étrangement, Abi n’a plus envie de rire maintenant. Elle se tient le dos droit à regarder son père, attendant qu’il dise la moindre remarque, mais il était concentré à regarder la flèche que sa cadette avait planter au centre de la planche de bois. « Elle est douée... n’est-ce pas, Daniel ? » rajouta Marjorie en tenant par la main la petite Charlotte à peine âgée de 2 ans. Pour le plus grand malheur du père, il s’agissait encore d’une fille. Il lança un regard remplie de dédain à sa femme. « Fais-moi plaisir et ferme là. » gronda-t-il en bousculant Abigaïl qui, tant bien que mal, resta le dos droit et les pieds ancrés au sol. Daniel lui jeta un regard, lui marmonna quelque chose et quitta la cour, sous le silence de sa famille. « Il t’a dit quoi ? » « Que j’étais sa plus grande déception. »  « Et... c’était quoi ta question ? » « Pourquoi est-ce que papa me déteste ? »

Dans son lit, Abigaïl tremble comme une feuille. Elle n’a pas de nouvelle de Rosalie, avec qui elle partage sa chambre, parce qu’elle dort chez l’une de ses amies. Daniel refusait toujours ce privilège à ses filles, mais Marjorie avait accepté sans en dire un mot à son mari. C’était pour cette raison que Daniel était en colère, qu’il criait et que des bruits de verres brisés se faisaient entendre, provoquant un sursaut à chaque fois pour la petite brunette. Elle a peur, parce que son père a bu et qu’il agit toujours de façon bizarre quand c’est le cas. Elle entend seulement quelques petits mots. « idiote... incapable... morte... sans toi... » et sa mère qui ne fait que pleurer... et pleurer. Les bruits de pas qui se rapprochent de sa chambre lui font tellement peur. Elle se rappelle les histoires de loup-garou que lui racontait sa sœur pour lui faire peur... et quelque chose lui dit que c’est exactement la même chose avec son père. C’est le loup-garou de ses cauchemars. Une ombre sous sa porte lui fait comprendre qu’il est là, prêt à bondir. Son cœur bat vite, mais elle ne pleure pas. Elle s’est promise de ne pas pleurer. « Et cette petite conne ! Elle a 6 ans ! 6 ans ! Elle nous fait honte ! Une cracmole... tu te rends compte ? » Cracmole. Elle connait ce mot, mais elle ignore de qui il veut parler. « Daniel... Je t’en prie... » «Rosalie va déjà à l’école et la petite dernière montre déjà ses dons. Et cette petite morveuse que tu dis être ma fille... elle... elle n’est rien de plus qu’un déshonneur pour notre famille. » Il parle d’elle. Maintenant, elle en est certaine. Il parle d’elle, c’est certain. « Non ! Non, mon chéri, ne fais pas ça, je t’en supplie ! »La porte s’ouvre en grand éclat. Et elle ferme les yeux, terrorisée. Elle l’entend simplement se plaindre à voix haute, gronder, souffler et grogner. « Et en plus, elle n’est pas dans sa chambre ! Elle mériterait des coups de fouets ! » Elle ouvre les yeux et il est là, sa baguette a la main, les yeux exorbités. Il referma la porte en la claquant et Abigaïl jura qu’elle l’avait entendu craquée sous la force de l’impact. Il ne l’avait pas vu ? Est-ce qu’elle était devenue... invisible ?

Huit ans. La sœur d’Abigaïl retourne à Beauxbâtons et elle la regarde en souriant, contente de repartir. Quelque chose dans ses yeux lui fait comprendre qu’elle a aussi un peu de mal à la laisser toute seule. « Si tu veux pleurer, dis-le moi toute de suite, je vais retourner à la maison. » lui dit-elle en fronçant les sourcils. Rosalie affiche un petit sourire triste. « Tu sais bien pourquoi je me sens aussi mal. » C’est plus fort qu’elle, la brunette jette un regard vers le ciel en poussant un soupir. Elle ne va pas mourir en restant toute seule à ses parents, contrairement à ce que sa sœur semblait penser. « Je trouve que je m’en sors tout de même plutôt bien. Papa veut que je vienne avec lui au petit village médiéval. Et puis... ton costume est moche et je n’ai pas très hâte de le porter. » Rosalie sourit de nouveau et Abi est fière d’elle. Elle adore la taquiner, oui, mais elle déteste la voir s’inquiéter inutilement pour elle. Elle est grande et forte maintenant. Alors qu’elle observe sa sœur, cette dernière se perd dans son observation de sa famille. Abigaïl se retourne aussi vers ses parents et sa petite sœur de 6 ans. Son père lui caresse les cheveux et elle lui fait de grand sourire. « Sa seule fierté, hein ? » tenta de rigoler Abi, mais sa sœur déposa sa main contre son épaule. « Tu sais qu’il va te faire la vie dure là-bas, pas vrai ? Maman ne sera pas là pour te protéger et... » « Ça va. Je n’ai plus besoin de personne. Je suis une grande fille, ok ? » Et avant que sa sœur ne puisse répliquer, elle lui tourna le dos et retourna auprès de sa famille.

Sa robe de paysanne traînait dans la boue et elle la souleva en poussant un soupir. Sa mère allait lui en vouloir de ne pas faire attention à ses vêtements. La journée se terminait bientôt et les derniers visiteurs quittaient le site. Elle déposa le sceau qu’elle tenait entre les mains lorsque celui-ci se renversa et l’éclaboussa. Elle leva la tête vers son père qui la regardait avec un petit sourire de travers. « Alors ? C’est agréable de ramasser la bouse de vache ? » Son regard se planta dans celui de son père et elle ne le quitta jamais des yeux. Il portait de beaux habits, parce qu’il faisait partis des plus hauts placés du village. « Je ne compte pas rester à ce poste bien longtemps, de toute façon. » « Ah bon ? Tu crois vraiment que tu pourras faire autre chose de ta vie que de ramasser de la merde ? » Un petit sourire s’afficha sur ses lèvres, alors qu’elle reprenait le sceau vide. « Peut-être que je suis une simple paysanne cette année... mais je serais une guerrière bientôt... Rappelle-toi de ça. » Son regard dur et froid glissa au loin et elle avança vers sa hutte. Elle n’avait plus peur de son père... et elle se continuerait de se tenir droite devant lui.


« C’est quand même génial que tu te sois retrouvée à l'Écurie de l'Orchidée, pas vrai ? » Rosalie est visiblement enthousiaste de retrouver sa petite soeur à l’école, peut-être même un peu plus que la brunette elle-même. Abigaïl la regarda avec un air boudeur alors qu’elle faisait de grand effort pour mettre en désordre son uniforme trop bien lissé à son goût. « Comment tu fais pour porter ça à longueur de journée ? Ça pique tellement qu'on dirait que j'ai des tiques... » se plaignit-elle en ignorant sagement sa réplique sur la maison qu’elle avait reçue Il n'y avait pas de fierté à avoir été choisi pour une maison où pour une autre... Et de toute façon, elle était connue comme étant la sœur de l'élève surdouée, il était où le mérite ? « Pff. Arrête de pleurer, espèce de bébé ! » dit-elle en ébouriffant les cheveux de sa petite sœur, ce qui avait vraiment le don de l’agacer au plus haut point. Voulant changer de sujet, elle ouvrit sa chemise en peau de dragon pour voir son emploi du jour, mais avant même qu’elle ne puisse prendre connaissance de son horaire de cours, la main pâle de sa sœur en prit possession. Elle soupira et tenta de mettre un peu de travers son chapeau simplement pour énerver le personnel de l'école. L’éclat de rire cristallin qui s'échappa des lèvres de Rosalie ne présageait rien de bon et l’étudiante comprit rapidement pourquoi. « Attend... tu te fous de moi ? Un cours d’étiquette et de bonnes manières ? » Un grognement plaintif franchit ses lèvres alors que la main de Rosalie se déposait sur son épaule en un signe faussement compréhensif. En fait, elle trouvait ça beaucoup trop drôle. « Tu vas en avoir vachement besoin, si tu veux mon avis ! » Abigaïl la poussa de son banc et quitta la salle d'étude sous les éclats de rire de sa sœur... ce qui lui amena tout de même un petit sourire aimant envers celle-ci.

« C’est absolument dégoûtant. Tu ne peux pas faire ça ! » Abigaïl jeta un regard irrité à sa petite sœur Charlotte. Quelque chose lui disait que son père lui avait demandé explicitement de garder un œil sur elle pendant son temps libre. Elle semblait prendre son rôle très au sérieux puisqu'elle la suivait pratiquement comme son ombre, ce qui occasionnait qu'elle ne voyait pratiquement plus Rosalie. La potion sur le bord des lèvres, elle cligna des yeux quelque fois pour illustrer son incompréhension. « Peux pas quoi faire ? » dit-elle complètement confuse, la bouteille l'empêchant de parler clairement. « Tu peux pas boire ça ! C’est interdit de goûter à des potions non vérifiées par un membre du personnel! » Abi jeta un regard à sa mixture et convint qu’il m’était pas très intelligent de la tester sur elle-même. « Ouais, tu as bien raison... » dit-elle, songeuse, avant de porter la bouteille aux lèvres de la benjamine et de la forcer à boire. Cette dernière ouvrit la bouche pour se plaindre, mais aucun son ne franchit sa bouche. « Aaaaah ! C’est plus agréable comme ça, non ? » se moqua-t-elle, l’imitant méchamment en ouvrant la bouche et en la fermant comme un poisson et heureuse de ne plus entendre sa voix nasillarde. Fulminante, Charlotte courut vers le château alors qu’Abigaïl, fière d’elle, s’amusa à faire des moulinets avec un bâton qu’elle avait trouvé sous un arbre. Elle ne devait pas oublier qu'elle avait un objectif bien en vue. D'ici quelques années, elle serait enfin libéré de son père.

Le livre dans lequel elle griffonne rapidement lui glisse des mains alors qu’une ombre masculine s’allonge devant elle. Du haut de ses 14 ans, elle n’a jamais vraiment porté attention à la gente masculine, bien trop occupé avec toutes les autres choses qu’elle a en tête. Il est quand même beau garçon, elle ne peut pas le nier, mais il a quelque chose dans le regard qui l’agace tout particulièrement. Il ne semblait pas certain de ce qu’il doit faire et s’il y a bien quelque chose qu’elle déteste, c’est les gens qui ne savent pas ce qu’ils veulent. Adossé à son arbre préféré, puisqu’il dégage des odeurs agréables, elle croise les bras contre sa poitrine avec ce regard qui veut absolument tout dire. « Est-ce que tu vas parler ou je dois aller chercher les mots moi-même ? J’ai mieux à faire que te regarder. » Il rougit et elle est agacée de le voir comme ça. Il fait un pas vers elle, alors qu’elle soupire en se replaçant dans une position plus confortable. Elle sait qu’il est en dernière année, ce n’est pas la première fois qu’elle le croise dans les couloirs. « Euh... Salut ? »  Wow. « Bravo, champion. Tu viens de pousser tes premiers balbutiements. » Il ne semble pas savoir quoi faire et, cette fois, elle trouve ça très drôle. « Non, c’est pas ça. En fait, je voulais savoir si... » « Si je voulais être ta petite amie ? Jamais dans cent ans. » Il semble surpris. « Mais... Charlotte a dit que... » « Charlotte est la pire des connes. N’oublie pas ça. » Elle en veut à sa sœur d’être aussi présente dans sa vie et de faire de faux espoirs à ce garçon. Parce qu’en même temps, elle lui donne un cœur de glace. Comment pourrait-elle aimé quelqu’un, un homme, en pensant à celui qui l’avait élevé. Elle se releva et prit son livre avant de partir la tête haute, sans un regard vers l’homme à qui elle avait brisé le cœur.


17 ans qu’elle travaille dure pour ce moment. Dans sa grande robe de noble femme, sa mère la regarde, légèrement inquiète. « Tu es magnifique, ma chérie. Mais je suis certaine que tu serais beaucoup plus belle dans l’une des robes de Rosalie. » Les tresses dans ses cheveux volent au vent alors qu’elle se retourne vers les deux membres de sa famille qu’elle aime le plus au monde. Rosalie, dans sa robe verte lime, est belle à couper le souffle. Elle ressemble comme deux gouttes d’eau à leur mère. « On en a déjà parler, maman. Tu sais qu’Abi ne reviendra pas sur sa décision. » Avant que sa mère ne puisse dire la moindre chose, Abigaïl s’approcha d’elle et caressa doucement la joue bleuâtre de sa mère. Il y a maintenant quelques années que son père lève la main sur elle et il ne s’en cache pas. « Je ne le fais pas seulement pour moi, maman. Je le fais surtout pour toi. » Marjorie a les larmes aux yeux, émue. Elle poussa un sanglot alors qu’Abi se tourne vers le miroir qui reflète son apparence. Son armure est magnifique et montre son haut rang dans l’armée. Ses cheveux libèrent son visage et elle trempe ses doigts dans la suie pour, d’un mouvement grossier, peinturer ses yeux en une marque de guerre... parce que oui, aujourd’hui, elle partait en guerre.

Les spectateurs ne disent plus rien alors que la grande armée se trouve aux pieds d’Abigaïl. Elle est à bout de souffle d’avoir combattu contre les hommes de son père. La sueur sur son visage lui donne l’impression d’être plus vivante que jamais. À ses pieds, les comédiens jouant les morts ne comprennent pas vraiment ce qui vient de se passer. Sur ordre du Roi Daniel, ils ont combattu sa fille devant toutes la population du village et des visiteurs, heureux d’assister à un combat. Mais, à leur plus grande surprise, elle était forte... trop forte. Sous les murmures, tout le monde veut parler à la grande guerrière, à celle qui vient de lui montrer qu’elle était des plus douées et efficaces du village. « Silence ! » Plus aucun bruit. Autant du côté de la population du village fictif que des spectateurs. Tout le monde à tourner sa tête vers le roi. Abigaïl, elle, le regard depuis le début, sans dire un mot. « Tu t’es bien battue, je te l’accorde, mais tu n’as pas l’étoffe d’un vrai guerrier. » Le murmure dans l’aire ouverte est plus bruyante qu’une volée de mouche. « Personne ici n’est plus puissant que le roi lui-même. » Sans un mot, Abigaïl dégaina son épée, son regard toujours dans le sien. Lorsqu’elle ouvrit la bouche, le silence se fit de nouveau. « C’est ce que j’attends depuis le début, votre Majesté. » Lorsqu’il arriva sur le cercle de combat, la population entière retint son souffle. Dans un cri de guerre à glacer le sang, Abigaïl se jeta sur son père. Accumulation de haine, de tristesse et de dégoût, c’était ce qui s’abattrait sur cet homme. Un dernier regard vers sa mère en larmes et elle comprit qu’elle était de son côté. Son épée s’abattit violement contre son bouclier en un tintement caractéristique du combat, ce qui enflamma son sang.

« Je peux savoir à quoi tu joues ? » hurla son père alors que l’écuyer d’Abi l’aidait à se défaire de son armure. Elle lui jeta un regard rempli d’incompréhension, comme si elle ne comprenait pas où il voulait en venir. « Plaît-il ? » lui demanda-t-elle de ce timbre de voix froid et sans vie qu’elle utilisait lorsqu’elle s’adressait à son paternel. Sa mère frissonnait derrière lui, se demandant comment sa petite fille pourrait s’en sortir sans une égratignure. « Ça ! Dehors ! Tu as agis comme une... » « Idiote ? » répliqua-t-elle, dans une colère noire. « C’est ça, papa ? Une idiote ? » L’homme garda le silence un moment, avant de faire un pas vers elle. Par le passé, elle aurait reculée, se serait recroquevillée en pleurant dans un coin, mais plus maintenant. Maintenant, elle était au-dessus de lui dans bien des cas... dans bien des domaines. « Je peux te dire, dans des mots que tu comprendras, ce qui veut de se passer. Le roi est mort. » Un petit sourire victorieux apparut sur ses lèvres. « Le roi est mort. Il a été vaincu et c’est moi, maintenant, la reine. » Il leva le bras pour la gifler, mais plusieurs membres de la communauté, présent durant toute la scène, intervinrent pour protéger leur nouvelle reine. « Quitte ce village. Et si on voit le bout de ton nez, tu n’es pas mieux que mort. » Furieux, il quitta les lieux et Abigaïl congédia tout le monde en dehors de sa mère et sa sœur. Sa baguette à la main, elle la pointa à son visage qui se nettoya aussitôt. « Ma chérie... » Le visage plein de bleu de son père lui revint en mémoire alors qu’elle regardait sa mère. Il l’avait mérité pour tout ce qu’il avait fait à sa douce maman. « Il ne voudra pas que tu remettes les pieds à la maison, tu le sais ? » En riant, Abigaïl agita sa baguette en l’air et une montagne de bagages apparut derrière elle. « Je sais bien... et j’étais bien préparée. » « Tu savais que tu gagnerais, alors ? » « Bien sûr que oui ! Je suis la digne fille de ma mère, après tout. »


« C’est petit... petit et ça pue ! » Rosalie leva les yeux aux ciel, ne pouvant plus rien entendre qui sortait de la bouche de sa petite sœur. « C’est ton premier appartement, tu ne peux pas trop en demandé. » Abigaïl plissa le nez, sa baguette s’agitant à droite et à gauche pour placer tout ce qu’elle aurait besoin pour bien vivre seule. « Je ne comprends pas pourquoi tu restes par ici... » La brunette se tourna vers sa sœur, évitant les articles qui volaient dans tous les sens. « Hein ? » « À Carcassonne. » Quelque chose dans les yeux de sa sœur lui serraient le cœur. Pourquoi était-elle si triste ? « Tu as perdu la tête ? J’ai les deux raisons les plus importantes au monde. Maman et toi ! » Elle voyait bien que cette petite attention la touchait énormément. Cependant, lorsqu’elle eut le dos tourné, le sourire d’Abigaïl se ternit légèrement. Elle venait de leur mentir. « Venez manger avec moi, ce soir. Inaugurons cet appartement. »

Abigaïl avait les mains moites. Il était rare qu’elle n’ait pas la tête froide, mais elle savait pertinemment que ce souper allait se terminer dans les larmes et l’incompréhension. Lorsque l’on frappa à la porte, elle courut presque pour répondre. Sa mère, tout sourire et le visage rayonnant, se tenait devant elle avec des fleurs. Rosalie, elle, mâchait son chewing-gum comme une vache broute son herbe. Le repas se passa bien, sa mère heureuse de voir qu’Abigaïl savait se débrouiller dans la cuisine. Au moment du dessert, la brunette se jeta à l’eau. « Je... je vais à Poudlard cette année. » La part de gâteau de sa mère resta suspendu entre sa bouche et la table. Rosalie, elle, la regardait avec les yeux exorbités. « Ne dit pas de sottises, ma chérie. C’est impossible. » « Je suis très sérieuse, maman. Je me suis proposée... et on m’a dit oui. » Le reste du repas se fit dans le silence. Sa mère s’endormit rapidement sur le sofa et, en caressant ses cheveux, Abigaïl jeta un regard à sa sœur. « Je veux pas la laisser toute seule avec papa. » « Elle ne sera pas toute seule. Je vais être là, moi. » Abigaïl ne trouva pas utile de répondre à ça. « Tu as toujours été la plus forte d’entre nous. Celle qui voulait se battre pour vivre sa propre vie. Tu nous l’a bien montré, au village, cet été. » « Tu seras une reine merveilleuse, en mon absence. » Le sourire de Rosalie en dit long sur sa jalousie et sa reconnaissance.

Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar



On fait des bébés ?
Revenir en haut Aller en bas
Zirwya Izlechen
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Officiellement, infirmière à l'école. Officieusement, médicomage envoyée à Poudlard pour travailler sur l'épidémie
Célébrité : Zoe Kravitz ♥
Pseudo : Blake Âge : 17 Parchemins : 1417 Gallions : 63 Date d'inscription : 19/10/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t439-zirwya-chaos-is-raining-down-aro http://www.mumblemumps.com/t448-zirwya-held-hands-like-we-were-17-again http://www.mumblemumps.com/t1313-zirwya-mailbox http://www.mumblemumps.com/t2114-journal-de-blake

Rebienvenue et bon courage pour ta fiche

_________________
I found a place full of charms, a magic world in my baby's arms. Her soft embrace like satin and lace wondrous place — .
The last shadow puppet

Revenir en haut Aller en bas
Cassandre O. Blackwood
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : gryffindor
Célébrité : Kimmy Schram
Pseudo : Elly Âge : 21 Parchemins : 3395 Gallions : 196 Date d'inscription : 21/06/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t99-blackwood-i-think-you-free http://www.mumblemumps.com/t812-cassandre-black-hole http://www.mumblemumps.com/t561-cassie-message-in-a-bottle http://www.mumblemumps.com/t2489-journal-d-elly#63955

GNAAAA ce DC de la mort
Hâte de savoir ce que tu nous réserves

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Chuck : Pourquoi je ne suis pas étonnée ? Je vais t'en faire plein

Zirwya : Merci

Cassandre : Tout plein de surprises juste pour vous
Revenir en haut Aller en bas
James Martell
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Professeur de Zoomagie, directeur des Serdaigle et s'occupe aussi des retenues
Célébrité : Daniel Gillies
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 2476 Gallions : 313 Date d'inscription : 21/09/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t234-james-martell-revele-tous http://www.mumblemumps.com/t241-james-martell-la-lecture-une-felicite-qui-se-merite http://www.mumblemumps.com/t623-james-martell-you-ve-got-mail http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary

Rebienvenu parmi nous What a Face

Bon courage pour ce petit DC Alors
Hâte de voir ce que tu nous réserves

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Rebienvenue ma belle Opie!

Amuses-toi bien avec elle! Je suis bien curieuse de voir ce que tu vas nous faire
Bon courage pour ta fichette

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Re-bienvenue :D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Alycia, quelle surprise ! (Notez le sarcasme).

Cet avatar te va à ravir, ma belle ! Hâte de voir ce que tu vas nous faire avec ce perso ♥

Courage pour la suiiiiiiiiiiite ! (Même si j'suis vraiment pas inquiète pour toi !)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Merci mes loups :)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar


ALYCIA

ReBienvenue avec ce super perso
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Rebienvenue !!
Revenir en haut Aller en bas
Cassandre O. Blackwood
Consumed by the shadows
avatar
Administrateur
Maison/Métier : gryffindor
Célébrité : Kimmy Schram
Pseudo : Elly Âge : 21 Parchemins : 3395 Gallions : 196 Date d'inscription : 21/06/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t99-blackwood-i-think-you-free http://www.mumblemumps.com/t812-cassandre-black-hole http://www.mumblemumps.com/t561-cassie-message-in-a-bottle http://www.mumblemumps.com/t2489-journal-d-elly#63955

Tu t'en sors pour ta fiche ma jolie ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Consumed by the shadows
avatar

Des petits imprévus, mais je m'y plonge de nouveau ! Il ne me reste que mon histoire
Revenir en haut Aller en bas
James Martell
Consumed by the shadows
avatar
Personnel de Poudlard
Maison/Métier : Professeur de Zoomagie, directeur des Serdaigle et s'occupe aussi des retenues
Célébrité : Daniel Gillies
Pseudo : Emi. Âge : 26 Parchemins : 2476 Gallions : 313 Date d'inscription : 21/09/2016

Feuille de personnage
Liens:
Inventaire:
Épidémie:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur http://www.mumblemumps.com/t234-james-martell-revele-tous http://www.mumblemumps.com/t241-james-martell-la-lecture-une-felicite-qui-se-merite http://www.mumblemumps.com/t623-james-martell-you-ve-got-mail http://www.mumblemumps.com/t2068-emi-s-diary

J'ai beaucoup aimer ta fiche, ta façon de raconter l'histoire, même si je ne suis pas fan du papa, Abi l'a remis à sa place mouhaha x)

Je te pré-valide et un admin passera pour te donner ta petite couleur, amuse-toi bien avec ce second perso!

Bienvenue à ...
Pouffsoufle
Félicitations tu as réussi à faire ta fiche de répartition. Le Choixpeau n’a pas hésité plus d’une minute avec toi et a pris sa décision. Maintenant que tu as été réparti dans ta maison, tu vas pouvoir procéder à toute la partie inscription administrative de Poudlard

N’oublies pas qu’ici tu peux t’amuser rapidement alors n’hésites pas à nous rejoindre soit dans le Flood soit sur la ChatBox tout le monde est le bienvenue. Tu peux maintenant commencer à créer de nouveaux liens avec les autres élèves, tu trouveras tout ça dans  le journal du sorcier. Ce n'est pas tout, il va falloir que tu viennes recenser ton personnage dans le dortoir, les clubs, l'équipe de quidditch, tu trouveras tout ce qu'il faut dans les parchemins indisensables   Ensuite si tu as la moindre question n’hésites pas à envoyer un hibou à l’un des membres du Staff. Allez nous t’attendons vite à Poudlard et nous tenons à te remercier d’être venu sur MUM. Si tu as envie de RP mais que tu n'as pas de partenaire, viens t'inscrire au speed dating version sorcier, mais tu peux aussi consulter le répertoire des sujets libres et communs  . . Enfin, pour consulter la liste des cours, c'est par ici .

Si tu veux agrandir ton cercle d'ami et que tu as une idée en particulier, n'hésites pas à créer ton propre scénario, une fois que tu auras deux semaines d'activité sur le forum et un RP en cours, que tu peux faire ici et enfin pour surtout gagner le coeur de nouveaux sorciers nous t'invitons à voter pour MUM dans la session que tu trouveras dans la taverne.

Enfin, n'oublie pas le plus important, amuses-toi bien sur MUM !

Cordialement,
Le Choixpeau Magique
Mumblemumps ϟ Tous droits réservés.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Consumed by the shadows

Revenir en haut Aller en bas
 
Spirit of a warrior - Abigaïl R. Martin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La légende de Martin et Martine par Tournesol
» Zelda Spirit Tracks
» The legend of Zelda : Spirit tracks
» Martin St-Louis
» Jacques Martin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mumblemumps :: Gobstones :: obliviate :: Les fiches des anciens membres-
Sauter vers: